₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Lun 22 Aoû 2016 - 13:08

- Oui, le poulet au curry est délicieux. Vous devriez l’accompagner avec des légumes. Nous avons un arrangement froid qui a été préparé par Aeko si vous voulez, ou bien celui-ci qui a été cuit au wok. Ça donne une saveur toute particulière.

Des jeunes filles auxquelles elle était en train d’expliquer quel plat choisir ou de celle derrière le comptoir en train d’encaisser pour elles, Haneko n’arrivait pas à dire lesquelles elle embarrassait le plus. Cela faisait maintenant une heure qu’elle avait été mise en groupe avec Aeko pour la corvée de vente. Le club de découvertes culinaires avait toujours fonctionné en vendant une partie de ses productions aux élèves de l’académie pour des prix raisonnables. Pour la plupart des membres, se retrouver derrière le comptoir improvisé équivalait à une corvée. D’autant plus qu’il était assez courant qu’ils soient assaillis de toute part. Plusieurs étudiants avaient pris l’habitude de ne rien préparer pour certains jours et ainsi profiter du coin cuisine, malgré les risques. Car après tout, le niveau était loin d’être homogène au sein du groupe. C’était donc une mini-lotterie que de choisir un plat ou une gourmandise en espérant que ce soit bon.

Gérer l’afflux pouvait se montrer difficile mais ultimement, c’était une tâche ennuyeuse que la plupart des élèves étaient récalcitrants à pratiquer. La jeune Igarashi avait supposé qu’elle s’ennuierait elle aussi très vite et rejoindrait ses camarades dans la haine de cette activité de leur club. Hors, depuis le début de leur quart, elle se retrouvait à faire des aller-retours le long de leur petit stand, alpaguant tout les clients qu’elle pouvait pour les renseigner sur la cuisson ou la préparation du plat qu’ils avaient choisis et leur donnant quelques conseils quand à l’accompagnement approprié. Au grand désespoir de sa collègue, Aeko, condamnée à observer le manège en silence. D’autant que elle, contrairement à Haneko, connaissait la plupart des gens qui venaient quémander à manger : elles avaient le stand installé au lycée, où Aeko faisait sa troisième année. L’étudiante en revanche n’avait recommencé ses cours que récemment et c’était son premier passage de ce que côté du stand, la plupart des visages lui étaient donc inconnus.

De son côté, Haneko se rendait bien compte que la plupart des gens auxquels elle parlait n’était que très vaguement intéressé par les détails du plat qu’ils voulaient juste manger, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher et jusque là personne ne l’avait interrompu. Cela voulait dire qu’elle n’était pas si ennuyante que ça et elle avait toujours des chances de tomber sur quelqu’un qui se souciait vraiment de faire un repas équilibré. Elle lança d’ailleurs un sourire satisfait à sa collègue en constatant que le petit groupe de lycéenne se décida à prendre deux part de légumes, l’une cuite l’autre crue, pour tester. Deux, c’était toujours trop peu pour leur groupe, mais c’était toujours mieux que de simplement prendre du poulet. Surtout que, même si elle n’oserait pas le dire, elle pensait qu’Aeko avait un peu trop forcée sur le curry. Et c’était une fan de curry qui le disait.

Profitant d’un instant de répit, le premier depuis qu’elles avaient ouvert le stand, Haneko rajusta le large tablier qu’elle portait au-dessus de son t-shirt, et rejoignit Aeko pour ranger un peu leur caisse. Elles tentaient toutes les deux de tenir un compte précis pour éviter d’avoir plus de boulot en retournant au club ce soir, mais quand une dizaine de clients s’enchaînaient sans discontinuité comme tout à l’heure, ce n’était pas bien facile.

La jeune Igarashi jeta un bref coup d’oeil à ce qu’il leur restait. Il y avait surtout des petits pâtisserie et viennoiseries que plusieurs membres du club adoraient préparer, mais il restait encore quelques plats principaux, surtout les légumes en accompagnement, qui n’étaient clairement pas du goût de tous. C’est pendant qu’elle surveillait l’état du sauté de porc à la crème qu’une couleur orange criarde entra dans son champ de vision. Elle mit plusieurs secondes à identifier les boucles d’une chevelure, et encore un peu plus à comprendre qu’il y avait une personne sous ses cheveux. Ce n’était pas une couleur très courante à Keimoo, même avec tous les étudiants étrangers qu’on y croisait. Celle-là n’était définitivement pas japonaise, mais elle semblait intéressée par ce que le stand proposait. Trottinant sur ses fausses jambes, bien cachées derrière la table qui leur servait de comptoir, la jeune femme se porta à sa hauteur.


- Bonjour ! commença-t-elle joyeusement. Je peux vous aider ?

Sans attendre de réponse, elle s’empressa de pointer du doigt chaque plat encore disponible.

- Pour quelque chose qui tient au corps, il nous reste du sauté au porc à la crème, préparé par nos chef, du poulet au curry préparé par Aeko ici présente et des brochettes de poulet yakitori, préparé par moi-même, ici présente aussi. Vous pouvez choisir d’accompagner la viande avec du riz ou des légumes, ou prendre double portion si vous n’aimez pas la viande. Pour du plus léger, il nous reste des onigiri et quelques sushis pour jouer les amuse-bouches.  

En arrière plan, elle pouvait presque entendre Aeko soupirer, mais elle préparait aussi la caisse, puisque la rouquine devait être venue pour acheter quelque chose.


Dernière édition par Haneko Igarashi le Sam 3 Sep 2016 - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Lun 22 Aoû 2016 - 18:34

Ça y est. La machine à avalé mes pièces. Donne moi mon dû maintenant. Je t’ai mis pile le compte en plus, pas besoin de me rendre de monnaie. Alors donne moi mon café. Je soupire. Patience Aslinn, patience. Sauf que ça n’a jamais vraiment fait partie de mes qualités. Enfin bon. Pour avoir mon café, je peux bien attendre. Et puis, ce n’est pas comme si j’avais le choix ; je suis entièrement soumise à la machine à ce niveau. Mon café dépend de son bon-vouloir. Le gobelet tombe, le café commence à couler dedans. La satisfaction me prends quand j’entends le petit bip qui signifie que que mon café est prêt. Je me penche pour récupérer le gobelet brûlant et souffle dessus une première  fois. Je laisse l’odeur du café envahir mon nez. L’une des meilleurs invention du cerveau humain, que la machine a café. Avoir accès a du café en tout temps, a toute heure, en quelques secondes. Merveilleux. Je bois beaucoup trop de café, je le sais pertinemment ; mais la sensation du liquide chaud qui descends dans ma gorge est définitivement la meilleure. C’est pour ça que j’aime aussi le thé. Mais les thés de la machine à café ne sont pas bon. D’un autre coté, c’est une machine à café, pas une machine à thé.
Je me décide finalement à m’écarter de la machine pour retourner à l’extérieur. Il fait beau dehors. C’est l’été. Il fait chaud aussi. C’est pour ça que je prend du café brûlant.
Je soupire.
Ce n’est pas parce qu’il fait chaud que je vais pour autant arrêter de boire du café. Je dépends trop de ces boissons chaudes. Et puis,je résiste plutôt bien à la chaleur.
Hm.
Oui, je résiste plutôt bien à la chaleur. Avec les cheveux remontés en une sorte de mini chignon, libérant la partie rasée de mes cheveux, au dessus de la nuque pour avoir de l’air qui passe dessus. En ex-pantalon devenu short, associé à l’un de mes seuls débardeurs. Je l’ai acheté au japon lui d’ailleurs. Je n’ai pas acheté beaucoup de vêtements au japon, mais j’aime bien le peu que j’ai acheté. Des t-shirt principalement. Celui-ci est blanc, avec un croisement indéterminé entre le lion, le soleil, et le tourne-sol imprimé dessus. Il m’a fait rire,alors je l’ai acheté. Et comme c’est un débardeur et qu’il fait chaud, je le porte. Je crois que ce que je regrette le plus, c’est de n’avoir que mes Dr. Martens comme chaussures. Enfin, j’ai une paire de tennis aussi, mais ça n’est pas franchement mieux. J’ai les pieds qui sont en train de cuire.
Et je ne trouve rien de mieux à faire que m’acheter du café.
Soupir.

Un jour je m’achèterais une paire de tongs. Un jour. Un jour très proche. Je bois une gorgée de café.    Je ne vais peux être pas rester très longtemps dehors en fait. Il fait bien trop chaud en plein milieu du mois d’août. Je me demande ce que je vais faire d’ailleurs. Aller prendre un café représentais une véritable expédition, qui nécessitait que je sorte de ma chambre ; mais maintenant que je suis sortie, je n’ai pas envie d’y retourner. Il n’y a terriblement rien a faire en vacances. Je n’ai même plus envie de regarder de films.
Sans vraiment y réfléchir, je rentre a nouveau dans les bâtiments. Il fait frai ici. C’est agréable.
Enfin, ça ne répond pas à ma question.Qu’est ce que je vais pouvoir faire ? Je passe ma main libre sur mon visage en soupirant. Je ne sais pas. Je pourrais aller voir si mon blond est chez lui ou au dojo. C’est ce que je vais finir par faire je pense. Je pourrais lui proposer d’aller à la plage pour la fin de l’après midi.
Hm.
Ça me semble être une idée tout à fait respectable. Un sourire se dessine dans mon esprit. La perspective de passer du temps avec Satoshi suffit à me faire sourire… J’en suis à un point de non-retour je crois. Mes yeux se posent sur le stand du club cuisine.

Ce n’est pas une heure ou il y a beaucoup de gens. Bon, il y en a quand même, mais entre ça et l’intérieur du tram, il y a un monde. Enfin, il y a toujours un monde entre un endroit et l’intérieur du tram, qui est un condensé de chair humaine que je ne supporte plus. Surtout en été. Je m’approche du stand. Je n’ai pas spécialement faim. J’ai déjà mangé. C’est plus par fascination que je viens voir. Et dire qu’il y a des élèves qui sont capables de faire ça. Je soupire pour moi même. La cuisine. Qu’elle histoire. Mais quand ont à passé sa vie entre une famille de riche qui à un cuisinier et des internats, je n’ai jamais vraiment touché à la cuisine.
Ce n’est pas vrai. Satoshi m’a fait cuisiner. J’ai eu l’impression que c’était un massacre, mais au final, c’était bon ; alors j’en suis satisfaite. Il n’empêche que j’ai vraiment des progrès a faire en cuisine. Ça m’a fait un peu mal de me rendre compte que je n’était même pas fichue de faire cuire du riz. Maintenant je sais le faire ; mais quand même. Il va falloir que j’y arrive si je ne veux pas dépendre éternellement de l’internat.
Mes yeux glissent sur le stand. Il y a de tout. J’ai déjà mangé, mais ce qui est exposé n’a vraiment pas l’air mauvais.

Une brune me parle.
Shut up please. J’admire votre travail, alors laisse moi admirer.
Tais toi. Elle fait son travail. Elle veut juste ton argent pour faire vivre son club.
Et elle enchaîne. C’est qu’elle veut absolument que je dépense mon argent en plus.
Calme-toi. Elle est gentille.Tu était de bonne humeur.

Je cligne des yeux en remontants ces derniers vers elle -oui,parce que en plus de parler beaucoup, elle est plus grande que moi évidemment- et mettre un frein au regard mauvais que j’ai faillis lancer.  

-Merci, ça ira. J’ai déjà mangé. Je vais juste prendre quelque chose pour accompagner mon café.

Voilaaaaaaaa. De la bonne foi un peu.
Et puis leurs gâteaux ont vraiment l’air bon.
Vraiment vraiment.
Et ce sont des élèves qui font ça. Il y a quelque chose que je trouve incroyable là dedans.  

-Ceux aux chocolats là. Ils sont bon ?

Il en ont l’air en tous cas. Si elle réponds oui,je les prends. Entre le café et le chocolat ma journée sera refaite. Il en faut peu pour être heureux il paraît.
Je porte d’ailleurs mon café à ma bouche, avalant une autre gorgée du liquide encore brûlant, puis une fois de plus je lève les yeux vers la brune.

-C’est vraiment des élèves qui ont fait tout ça ? Il y a des gens qui vous apprennent au moins ?

Curiosité, pure curiosité. Et intérêt aussi. Je n’ai pas encore abandonné la cuisine. J’ai une marge de progression qui est énorme.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Lun 22 Aoû 2016 - 19:52

Le temps de voir la rousse relever les yeux vers elle et Haneko comprends déjà son erreur. Elle a un café à la main. La jeune femme n’a jamais été adepte du breuvage mais elle s’y connaît assez pour savoir qu’on en boit généralement en fin de repas, pas en début. Alors que ses noirs finissent par rencontrer des iris bien plus colorés, la petite rouquine achève de briser ses espoirs en lui annonçant qu’elle est à la recherche d’un accompagnement pour son café. La brune parvient à étouffer une moue déçue, mais il est vrai que le temps avait passé depuis le début du repas, maintenant il va être temps de vendre les viennoiseries et pâtisseries.

Se fendant d’un beau sourire, autant pour s’excuser d’avoir trop parlé que pour signifier à la rousse qu’il n’y avait pas de mal à juste vouloir accompagner son café, Haneko se pencha ensuite sur les gâteaux qu’elle lui désignait du doigt. Chocolat, un classique indémodable, mais la brune était incapable de mettre un nom sur qui les avait préparé. Elle n’avait pas trop surveillé la cuisson des friandises, plus intéressés par les plats principaux et leurs accompagnements. À vrai dire, et malgré leurs prix plus faibles, cette partie là du menu rapportait en général la moitié ou plus de la recette finale, alors il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’ils aient une place prépondérante sur leur stand. Mais Haneko est comme ça, elle avait toujours préféré concocter les plats et les équilibrer. Les desserts sucrés… ce n’est pas son fort. Elle se souvenait cependant distinctement d’un petit incident ce matin. Du coup, plutôt que de répondre immédiatement, elle préféra lever la main devant elle.


- Bien sûr, attendez une seconde.


Elle se retourna vers sa collègue qui terminait de ranger leurs gains.

- Aeko, tu sais qui a fait ces gâteaux là ?

L’interpellée fit les quelques pas qui la sépare du duo et se pencha à son tour vers les gâteaux après un bref salut à la rousse. Brune elle aussi, mais plus petite qu’Haneko, elle se surélèva un peu pour lui murmurer quelque chose à l’oreille. Quelque chose qui fait sourire la jeune femme. Haneko amena une main à ses lèvres pour s’empêcher de pouffer et remercia sa collègue du regard pendant qu’elle allait s’occuper d’un autre client.

Apparemment satisfaite de la réponse, la brune se pencha exagérément vers Aslinn, prenant un air de conspiratrice. Air qui se mua rapidement en sourire mutin pendant qu’elle murmurait.


- Je suis contractuellement obligée de vous assurer qu’ils sont tous bons, préparés et cuits avec amour et tendresse. Cependant, si vous voulez profiter et de votre café et de nos chocolats, je vous recommande de prendre ceux qui sont le plus à votre droite. Leur cuisson s’est disons… mieux passés.

La politesse excessive dont elle fait preuve dans son explication arriverait presque à faire oublier qu’elle vient sans doute de jeter un de ses camarades du club de cuisine sous le bus. Ça et le sourire complice qu’elle jette à la lycéenne avant de se redresser pour reprendre une pose plus professionnelle.

La question suivante ne l’étonna pas, selon les autres membres du club, elle leur est posée plutôt fréquemment. Et c’est vrai qu’à voir le degré de préparation de certains des plats proposés ici, il est légitime de s’interroger sur les responsables de leur préparation. Elle n’était cependant pas sans savoir que le niveau du club était très hétérogène, ce qui était après tout le but. Il y en avait qui réussissait leurs friandises au chocolat et d’autres… moins. Ça par contre, la grande majorité des élèves ne pouvaient pas le savoir avant de faire la désagréable expérience d’un plat pas très bien préparé. Enfin, ce n’était pas une raison pour descendre le club devant quelqu’un de manifestement curieux à son sujet. Qui sait, elle pourrait faire une motivée pour les rejoindre l’année suivante.


- Tout à fait, tout ce qui est là a été préparé par les élèves uniquement. Nous avons des conseils de professionnels et l’on essaye surtout de s’entraider entre nous. Certains viennent en étant débutant, d’autres ont déjà beaucoup pratiqué.

Haneko se tourna vers sa collègue pour l’englober avec elle dans un grand geste.

- Aeko et moi, nous cuisinons depuis toutes petites. Et j’ai pas mal pratiqué pendant… l’année dernière. Alors j’ai surtout rejoint le club pour expérimenter, c’est plus facile que d’acheter tous les ingrédients exotiques moi-même.

Elle avait prononcé cette dernière phrase avec un sourire jusqu’aux oreilles, comme une gamine qui admettait sa petite combine, très fière d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Mar 23 Aoû 2016 - 10:03

Un grand et joli sourire lui barre le visage. Un vrai sourire de professionnel. Non non, désolée, ce n'est pas à moi que tu vas vendre tes petits légumes.  Je préfère jeter mon dévolu sur des gâteaux au chocolat.

J'affiche un air surpris quand elle me dit d'attendre. J'ai posé la question sans vraiment  être sérieuse. Si vous les exposez, c'est qu'ils sont bon non ? Apparemment ce n'est pas le cas. L'air surpris se transforme en air suspicieux quand la brune qui m'a accueillie commence à ricaner avec une autre fille. Je suis donc mauvaise à ce pont pour choisir les gâteaux ? Vous en avez caché un type empoisonné pour voir les clients qui auraient l'œil et ceux qui se feraient lamentablement avoir  ? Et je viens de magnifiquement entrer dans le panneau ? Je soupire, avant que la brune ne se penche vers moi. Et tu va me dire un secret maintenant ?  Parce que on a échangé trois mots, alors ça y est "t'es ma best" et que du coup tu as des tonnes de truc hyper important à le raconter ? Je soupire une seconde fois intérieurement. Subconscient, tais toi. Je ne sais même pas pourquoi je laisse mes pensées s'emporter comme ça.  Bon, je le sais un peu quand même. J'ai horreur de ce côté "surfait" qu'elle envoie. Comme si, parce que je suis venue lui acheter un gâteaux,  ça faisait de nous les meilleurs potes ever.  C'est comme le vendeur de marché, qui te vends un truc à un prix exorbitant, mais "comme c'est pour vous", le baisse à un prix qui te paraît raisonnable, mais qui reste quand même le double du prix de la valeur réelle de la chose.
"c'est pour vous". Je ris. Comme si "nous" étions exceptionnels à ses yeux. Juste des clients à plumer. Pas plus.
J'ai un peu cette même impression. Son visage à faillit se décomposé quand j'ai dit que j'avais déjà mangé ; mais le sourire de pro à directement pris la relève. Je sais que personnellement, je suis très loin de savoir sourire comme ça. Je ferais une terrible vendeuse je pense. En fait, je préfère ne même pas imaginer ce qui se passerais si j'étais à sa place. Pauvres clients...

Je continue de l'observer en biais, d'un regard suspicieux, pendant qu'elle explique que les gâteaux que j'ai désignés ont été foirés. Un sourire en coin étire mon visage à sa première phrase.  Je suis contractuellement obligée de vous assurer qu’ils sont tous bons, préparés et cuits avec amour et tendresse. Et oui, mais " parce que c'est moi", tu me dis en douce qu'ils sont mauvais. Ou du moins, mal cuit.  Je me sens vraiment honorée.
Ah, ironie quand tu nous tiens.

J'arque un sourcil, un air toujours aussi suspicieux affiché sur le visage. Je ne comprend pas comment on peut rater un gâteau à la cuisson. C'est le four qui fait le travail non ? Si tout à bien été mélangé avant, il suffit de le mettre et de le sortir... Au pire, il est un peu trop ou pas assez cuit.
Je me tais. Concrètement, je n'en sais rien. La cuisine me semble être un art tellement nébuleux que je préfère ne rien dire.
Enfin. Ça m'intrigue quand même.
Je commence par me diriger vers les gâteaux qu'elle désigne. Ils ont l'air bon aussi. La cuisine est vraiment un piège.  Ils ont l'air aussi bon que les premiers, mais apparemment, il y a un écart entre les deux. Il y a quelque chose que je ne capte pas ; une subtilité que je n'ai pas ; et qui me consterne. Comment est-ce qu'on est supposé savoir lesquels sont bon et les lesquels ne le sont pas ? C'est du vice, de tout exposer quand on sait pertinemment qu'ils ne sont pas aussi bon que ce qu'ils paraissent. Vous y avez pensé au moins ? Au pauvres petits élèves comme moi qui ne sont pas du club cuisine et qui n'ont pas l'œil ?
Ceci-dit,  cette question d'œil. Il a quand même fallu qu'elle demande.
Ah je n'en sais rien. C'est trop complexe pour moi. Je sens déjà mon cerveau qui fatigue à essayer de comprendre.
Juste, je vais me diriger vers les gâteaux et en prendre un.

-Euh... merci je suppose ? Je vais prendre un de ceux là du coup
.  

J'ai encore du mal à effacé l'air suspicieux qui a pris place sur mon visage un peu plus tôt, mais au moins je n'ai pas eu l'air méchante. J'espère. Je ne pense pas.

Mes yeux continuent de courir sur l'étalage. Il y a beaucoup de choses quand même. Vraiment beaucoup. La brune continue de répondre à mes question avec enthousiasme. Il y a presque trop de cet enthousiasme. Nous parlons bien de faire la cuisine ?
Je m'empêche de soupirer explicitement à ses gestes pour prendre avec elle l'autre fille, qui l'a aidée pour les gâteaux.  Ça crée des liens la cuisine je suppose. Se retrouver derrière les fourneaux à concocter des petits plats doit être passionnant. Éplucher les pommes de terre et les carottes, tout ça... Une vraie partie de plaisir.

Toujours est-il que ce sont bien les élèves qui ont tout fait.  C'est... impressionnant ? Je ne sais pas trop quoi en penser en fait. De se dire qu'il y a des lycéens et étudiants qui se sont alliés pour cuisiner tout ça. Et en plus ce n'est pas la première fois que je vois ce stand il me semble. Leur ressources sont inépuisables.  
Le sourire qu'elle envoie en parlant de sa propre expérience est lumineux. Rien à voir avec le sourire de vendeur qu'elle m'a envoyé un peu plus tôt. D'un autre coté, ce n'est plus à la vendeuse que je parle, c'est à l'élève du club cuisine, qui a priori, est passionnée. Elle a l'air de faire cuisine parce qu'elle aime vraiment ça ; ce n’est pas un club qu'elle a choisi juste parce que l'académie veut absolument qu'on en fasse deux. Pas comme moi et la photographie. D'ailleurs je vais probablement changer de club l'année prochaine. Je n'ai absolument pas envie de me retrouver à refaire un projet comme celui qui a eu lieu en juillet. Une fois m'a amplement suffit.
C'est tant mieux pour la brune si elle arrive à avoir un club passion, parce que ce n'est pas forcément le cas de tout le monde...
Je soupire pour moi même, laissant un demi sourire apparaître sur mon visage en réponse à cet enthousiasme.

- Et ça a l'air de te plaire.

Mes yeux qui s'étaient poser sur elle retombent sur l'étalage.

-Du coup il y a de grand écarts entre les membres ? Parce qu'il y a débutant comme moi ; et débutant...

Je souris en disant ça. Je sais pertinemment que je suis nulle en cuisine. Avouer mes lacunes fait toujours un peu mal ; mais celle là je ne peux pas me la cacher, alors je l'assume.  

 - Vous en avez qui arrivent sans aucune base et qui finissent quand même par y arriver ?

Je remonte les yeux sur elle, et d'un regard inquisiteur accompagné un sourire en coin, fixe sa rétine comme je sais si bien le faire. Un habitude, qui me donne l'impression que comme ça mon interlocuteur n'a pas d'autre choix que me répondre, puisque sont attention doit être focalisée sur mes yeux à moi en retour.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Mar 23 Aoû 2016 - 13:45

L’air suspicieux affiché par la rousse au moment de choisir son gâteau avait intriguée la vendeuse. Elle avait peur que ce soit une mauvaise blague et que le chocolat à la cuisson catastrophique se trouve de l’autre côté ? Ou bien était-elle déçu d’apprendre que tout le mets du club cuisine n’étaient pas parfaits ? Haneko avait du mal à croire qu’elle puisse être au lycée depuis un moment et ne pas savoir ça. D’aussi loin qu’elle se souvienne, ça a toujours été l’inconvénient du stand même quand elle n’appartenait pas au club. Les élèves les plus expérimentés n’hésitaient pas à demander directement au vendeur quels étaient les plats les mieux préparés, en espérant qu’ils répondent franchement, ou même réponde tout court. Mais il est vrai qu’elle était étrangère, la jeune Igarashi ne pouvait pas vraiment l’ignorer, alors peut-être qu’elle n’avait pas encore fait l’expérience des décoctions du club.

Comme elle ne pouvait pas le deviner de toute façon, la jeune femme se contenta d’attraper le gâteau désigner par la cliente pour l’envelopper précautionneusement dans un emballage papier. De l’autre main, elle attrapa la feuille qui leur servait de liste des prix. Il lui faut quelques secondes pour retrouver celui correspondant aux friandises au chocolat, mais elle finit par tendre le paquet vers la lycéenne avec un souriant.


- Ce sera 150 yens, s’il vous plaît.

La rousse s’attarda un petit peu plus, par curiosité pour le club cuisine apparemment et il était évident qu’Haneko se fit un plaisir de répondre à ses questions. Tellement évident en fait que la lycéenne finit par lui faire remarquer non sans humour. L’expression de la jeune femme se mua aussitôt en un sourire gênée, prise en flagrant délit. Elle n’avait pas honte d’être passionnée par la cuisine, ni d’avoir rejoint le club surtout pour ses besoins et envies personnelles, et encore moins de profiter des ressources du club pour s’amuser et expérimenter, mais elle avait aussi conscience qu’elle pouvait être embêtante avec tout ça, quand elle s’emportait. Aussi finit-elle par offrir à Aslinn un signe de tête désolé et respectueux.

- Désolée, je sais que j’ai tendance à m’emporter.


D’autres questions suivent, de plus en plus clair sur ce qui motive exactement la jeune fille aux cheveux oranges. Elle était curieuse parce qu’elle se considèrait elle-même comme une mauvaise cuisinière ou quelque chose d’approchant. Dans ces cas là, Haneko savait très bien ce qu’elle était sensée répondre sans avoir besoin de réfléchir : « Oui, le club découvertes culinaires accueille tous les niveaux et oui il est tout à fait possible d’en ressortir grand chef quand on est rentré en faisant cuire les pâtes sans eau. » Plutôt que de simplement lui dire ça, elle se retrouva tout de même à y réfléchir. Au final, elle n’avait pas envie de faire la pub du club juste pour en faire la pub, le but n’était pas d’attirer des gens qui allaient s’y ennuyer ou détester.

Elle hésita un moment, l’expression de son visage entre le curieux et le pensif. Son corps semblait osciller lentement de droite à gauche, comme si elle passait nerveusement d’un pied sur l’autre mais sans que ses jambes ne fassent mine de bouger. Avant de répondre, elle se tourna à demi vers sa collègue, prête à l’appeler à l’aide mais Aeko semblait très occupée à faire… N’importe quoi d’autre. La jeune Igarashi se décida à faire face à Aslinn, acceptant de subir le regard inquisiteur de la petite rousse pendant qu’elle lui répondait.


- En fait, je n’ai repris que récemment alors je ne suis pas dans le club depuis longtemps. Je ne suis peut-être pas la mieux placée pour répondre, mais de ce que j’ai vu, oui, tous les niveaux peuvent venir au club. Il y a même des cours initiations pour ceux n’ayant jamais approché une cuisine de leur vie.

Elle ne se souvenait pas avoir jamais vu quelqu’un de ce niveau dans le club, mais elle savait que ces options étaient ouvertes pour le jour où cela arriverait. La rousse semblait croire qu’elle était de ce niveau, mais quelque part, Haneko en doutait.

- Même sans les bases, le but du club est que tout le monde s’améliore. On ne sort peut-être pas chef de restaurant cinq étoiles, mais le but est qu’on s’y amuse et qu’on apprenne.

En terminant sa phrase, elle se fendit d’un autre souvenir gêné. Elle avait vraiment l’impression de réciter sa leçon un peu bêtement, et elle n’aimait pas ça, mais c’était la réalité, de ce qu’elle en avait vu. Cela devrait suffire à la petite rousse et donc clôturer leur conversation. Sauf que…

- Vous êtes intéressée pour rejoindre le club découvertes culinaires ? Parce que… Je suis presque sûre que tout le monde a le droit de passer dans la salle du club, tant que tout le monde n’est pas accaparé par un évènement spécial. Je crois me souvenir que certains y allaient régulièrement pour avoir droit à des échantillons gratuits.

Elle avait dû un peu fouiller dans ses souvenirs pour le dire mais cela amena tout de même l’ombre d’un sourire nostalgique sur ses lèvres. Oui, elle était certaine d’avoir connue quelqu’un qui faisait ça souvent même.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Mar 23 Aoû 2016 - 16:43

Elle m’annonce un prix. C’est tout à fait raisonnable. Je n’avais pas fait attention au prix, mais pour ça n’est pas très cher pour le travail que ça doit représenter. Enfin, que ça représenterais pour moi. Peut-être pour certains, c’est quelque chose de simple qui se fait d’un tour de bras ; mais ce n’est pas le cas pour ma pauvre petite personne, qui continue d’observer avec une certaine fascination le travail des élèves.
Est-ce que j’ai assez pour payer au moins ? Je n’ai même pas pris mon sac avec moi, je n’ai pas mon porte-feuille. J’ai juste pris le petit porte-monnaie dans lequel j’ai ma réserve de petites pièces pour la machine à café. En les cumulant je devrais avoir assez non ? J’espère.

Je le sort de ma poche, la discussion continue. Elle à l’air passionnée. Vraiment. C’est agréable de voir des gens qui aiment ce qu’ils font de temps en temps. Je commence à sortir les petites pièces et à les accumuler dans ma main. 150 Yens. Je devrais pouvoir le faire. J’ai bien réussit à rembourser ses 700 Yens à Hisaka rien qu’avec mes petites pièces, alors 150 ne devrais pas être trop dur à faire.

J’ai presque le compte quand j’arrête mon mouvement, pour lentement remonter les yeux vert elle.
Désolé.
Tu n’était pas obligée de dire ça tu sais ? Je crois que plus ça va, moins je supporte les excuses à tous bout de champs des Japonnais. Je reprends la parole d’un ton sec ; qui ne se veut absolument pas gentil. J’énonce ce que je pense, c’est tout. Si ça ne te plaît pas, va pleurer sous la table.

-Désolé. Désolé de quoi ? Désolé de faire quelque chose qui te plaît ? C’est sur que je vais t’en vouloir pour ça.

Je plante mes yeux dans les siens, sans chercher à être plus gentille.

-J’en ai mare de toujours vous entendre vous excuser pour tout et n’importe quoi. C’est bien un truc d’asiat ça. Alors oui, tu parles beaucoup, oui, tu prends de la place ; mais si ça ne m'intéressait pas, je serais déjà partie.

Puis je décontracte mon visage, et passe à autre chose. Je fini de compter l’argent avant de lui mettre les pièces dans la main et de récupérer le gâteau. Un odeur chocolat prend place autour du gâteau que je tiens dans ma main. Rien que ça suffit à me détendre. Quand je commence à poser des questions sur le club même, elle ne semble pas vouloir me répondre directement, cherchant du regard la fille qui lui est venue en aide un peu plus tôt. Je comprends son hésitation, je lui demande de vendre son club. Si elle ne sais pas quoi dire, on ne va pas aller très loin. Vous devriez être tous près à faire de la propagande pour votre club dès lors que vous vous tenez derrière un stand. C’est ce pourquoi il est fait ? Faire parler du club, donner envie aux nouveaux.

Elle fini donc par me parler de sont club. Pas la mieux placée pour me répondre ? Well, tu es derrière ce stand, donc je ne vois pas mieux que toi pour me répondre. Bon, d’un autre coté je sais pertinemment ce qui se passerais si on me demandais de faire de la pub pour le club photographie, et je ne préfère même pas y penser. Mais il y une différence majeure entre la brune et moi ; c’est que elle, elle aime son club, et le fait par passion. Pas moi.
Je continue de l’écouter parler. Un léger sourire se dessine sur mon visage au fur à mesure qu’elle parle. Elle sait relativement bien vendre son club. Je tique à sa remarque sur le fait de ne jamais être entré dans une cuisine ; ce qui est pratiquement mon cas, mais ne dit rien. Elle fini son explication en me demandant directement mon intérêt pour le club. Et bien, actuellement, il est existant ; loin d’être quelque chose de concret, mais je garde une place pour cette éventualité dans un coin de mes pensées. Cette histoire de pouvoir passer voir m'intéresse.

-Et bien… C’est un peu tard pour cette année, j’ai déjà deux club.

Dont un qui ne m'intéresse absolument pas, mais ça je ne vais pas le dire.

-Mais ça m'intéresse quand même ; peut-être pour l’année prochaine du coup. Enfin, si tu dis que c’est ouvert, peut-être que je passerais du coup. Surtout qu’en ce moment j’ai le temps…

Et oui, c’est les vacances, et je n’ai strictement rien à faire à part éprouver le temps. Je reste pensive un instant. Oui, déjà aller voir ça serais bien. Ça me donnera une idée de ce qu’ils font, et puis je ne vais sûrement pas cracher sur des proposition de nourriture. Ça me changera un peu du self. Je devrais passer plus souvent à se stand. Je ne l’avais jamais vraiment calculé avant, mais ce n’est vraiment pas mal. Je commence à me détourner, toujours dans mes pensées. Ça me plairait vraiment d’apprendre à cuisiner. Je mors une première fois dans le gâteaux, avant de retourner la tête vers la brune :

-Merci beaucoup du coup !

Je ponctue ma phrase d’un sourire sincère. Après tout, le gâteau est au chocolat, et il est vraiment bon, ça suffit amplement à me mettre de bonne humeur.

-Je passerais probablement bientôt ; je n’ai pas grand-chose à faire comme je suis en vacances.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Mar 23 Aoû 2016 - 22:23

Dès que les premiers mots sur un ton différents s’était échappé des lèvres de la petite rousse, la jeune brune s’était figée. À la fois surprise et un peu effrayée de ce ton cassant et sec, elle ignorait complètement comment réagir. Pour elle, rien de ce qui s’était passé jusque là ne justifiait cette explosion soudaine. Et surtout pas le fait de s’être simplement excusée. Comment pouvait-on en vouloir à quelqu’un pour s’être excusée ? Tétanisée, elle avait subit en silence l’explication de la lycéenne, fronçant les sourcils quand Aslinn avait englobé tout les asiatiques dans sa diatribe. C’était ça, sa raison ? Elle en avait marre que les gens s’excusent devant elle.

Le choc laissa finalement place à un sentiment d’indignation et, plus sincèrement, de vexation. C’est qu’elle n’avait pas bien l’habitude qu’on ose lui parler de cette façon. Elle n’avait jamais été étrangère aux conflits, pour sûr, et elle avait eu de sacré prises de bec pendant ses années passées au lycée, mais il s’agissait de conflits d’adolescentes. Des mots sournois balancés en toute discrétion, des regards mauvais, mais rien de plus. On ne parlait simplement pas à Haneko Igarashi comme ça, encore moins pour une bêtise pareille. Elle n’aimait pas les excuses ? À la bonne heure, c’était son problème. Qu’elle les encaisse en silence et arrête de faire des scènes pour rien. Les yeux étrécis, la mâchoire serrée, la jeune femme tentait encore de comprendre la raison pour laquelle s’était tombée sur elle. Ce n’était peut-être même pas méchant, juste de l’exaspération vis à vis d’un trait peu commun chez les occidentaux. Son père lui avait toujours dit qu’ils n’avaient pas le sens de la politesse ou du respect, et qu’il refusait que cela se propage chez lui d’ailleurs.

C’était sûrement ça. Ce n’était pas sa faute, elle était étrangère.

Mais tout de même, Haneko ne pouvait pas simplement essuyer ça sans rien dire. Son visage s’était de toute façon déjà occupé de transmettre ses changements d’émotions, de l’incompréhension à la colère froide. Elle savait qu’ainsi, elle ressemblait presque à son père. Les yeux noirs étrécis, les lèvres pincés. Elle se détendit elle-même les joues au moment de tendre la main pour prendre l’argent qu’on lui offrait. Puis elle répondit, très calmement.


- Ce doit être culturel. Un certain sens de la politesse. Je suis ravie que ça vous intéresse alors.

Le « Sens dont vous manquez » n’était pas exactement prononcé mais il était perceptible. Sans être forcément agressif, ce n’était qu’une constatation. Sans doute auraient-elles put en rester là, mais la brune préféra ajouter quelque chose, son ton déjà moins artificiellement froid.

- Je m’excuserais bien pour nous tous, mais j’ai la sensation que vous n’apprécieriez pas.

Et de finir sur un sourire presque mutin pendant qu’elle compte les pièces données. C’est que la rousse avait de la chance d’être manifestement intéressée par le club cuisine. Haneko appréciait en parler et le président apprécierait sans doute les efforts qu’elle avait fait pour transmettre son intérêt à quelqu’un d’autre, même si le quelqu’un en question semblait avoir un peu de mal avec les coutumes japonaises. Et comme elles parlent du club, les deux jeunes femmes semblent se détendre au fur et à mesure, même quand Haneko prends le temps de réfléchir à ce qu’elle raconte, jusqu’à ce qu’elle ose demander si la lycéenne est intéressée par le club de cuisine. Cela ne pourrait être que de la curiosité mais après tout, cela valait sans doute le coup de demander.

Comme il fallait s’y attendre, ce n’était pas pour cette année, mais ça c’était plutôt logique et la brune n’attendait pas d’autres réponses à ce niveau. Par contre, elle confirme être au moins curieuse au sujet des activités du club. Puisqu’Haneko avait immédiatement mentionné le fait que ce soit ouvert à tous, il n’était pas non plus étonnant de la voir annoncer qu’elle passera à l’occasion, surtout pendant les vacances, ou le temps libre se fait légion. La voyant partir, elle opina de la tête en réfléchissant déjà au fait qu’elle va devoir prévenir les autres membres de l’arrivée prochaine d’une petite rouquine auprès de laquelle il ne faut pas s’excuser mais qui veut apprendre la cuisine.

Se retournant déjà vers sa collègue pour lui donner les pièces, elle s’interrompit en entendant de nouveau la voix de la jeune femme, qui commençait par la remercier. C’était un début, suffisant pour lui offrir un beau sourire. Puis renchérir en précisant encore une fois qu’elle passera bientôt, vu le temps libre qu’elle a en vacances. Haneko haussa les sourcils. Elle jeta un regard à l’horloge la plus proche ; la rousse allait probablement avoir son après-midi complète à occuper. Et elle aussi, quand son quart allait toucher à sa fin. Revenant à la cliente qui s’éloignait, elle finit par l’interpeller.


- Eh, attends !

Elle lui montra l’horloge d’un geste de la main.

- D’ici cinq minutes, la relève arrive et je vais monter au bâtiment des clubs pour y déposer les plats qu’on a vidé depuis tout à l’heure. Si tu as le temps maintenant, tu pourrais venir, je te montrerais ce qu’on a.

Si la rousse avait fait l’effort de se montrer gentille, elle pouvait bien faire l’effort à son tour de lui démontrer que le coin était ouvert à tous. Et puis, ça lui éviterait de s’inscrire au club sans jamais avoir approché de cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]   Mer 24 Aoû 2016 - 11:10

Je reste bloquée un instant. Depuis quand les bruns du japon me répondent ? Sous-entendrais tu que je ne suis pas polie ? Un grand sourire se dessine dans ma tête. Si tu savais à quel point je manque de politesse. Ça doit être presque pire que la cuisine ; sauf que là, je fait exprès. J’en connais plus que tu ne le pense, de ces règles de politesse ; mais je ne appliquerai sûrement pas. Ils ont essayé de faire de moi une gentille petite fille polie, propre et respectable. Ma famille de bourges à vraiment essayé ; mais tristement pour eux, plus ils essaient, moins je le ferais. Alors dit toi que tu me caresses dans le sens des poils en disant ça. Et oui, ne t’excuses pas pour l’ensemble du Japon, ce n’est pas pour autant qu’ils vont tous arrêter de s’excuser. Je devrais quand même continuer de faire ma remarque après. Et puis, ça me fatiguerai d’entendre encore des excuses. Ils s’excusent de tout et pour tout ; puis ensuite ils s’excusent de s’être excusés, avant de se rendre compte de leur erreur.  Et ça m’exaspère. Je continue de l’observer avec un sourire de renard affiché sur le visage. Elle a compris la petite leçon elle au moins.

[…]

Je détourne les pieds. Qu’est ce que je vais faire de ma journée maintenant. Déjà, finir mon café et manger le gâteau ; mais mis à part ça, je n’en sais rien.
Jusqu’à ce que la brune m’interpelle. C’est à moi que tu parle encore ? Qu’est ce que tu veux que je fasse ? Je viens de t’acheter un gâteau, tu as déjà encaissé mon argent. What else ?
Je me retourne quand même. Elle me désigne l’horloge avant de me dire que son tour est presque fini. Et bien quoi ? Tu veux venir perdre ton temps avec moi après ?  Tant mieux pour toi si ton tour est fini ; tu va pouvoir aller profiter de la chaleur étouffante qu’il fait dehors. Je bois une gorgée de café en attendant qu’elle finisse de me parler.

Oh. Tu veux que je vienne maintenant ?  Et bien… pourquoi pas ?
‘’la relève arrive’’.  Je ricane pour moi-même. C’est pas l’armée non-plus… à moins que vendre des gâteaux et des légumes soit ennuyeux au point que ça en devienne une réelle bataille, mettant à l’épreuve tes capacité en patience. Mais je ne suis pas tellement convaincue de ce fait. Au moins derrière ce stand, tu avais quelque chose à faire. Enfin… puisque ‘’la relève’’ arrive ; je ne vais certainement pas répondre non à cette opposition. Je lui souris assez franchement en retour, avant d’avaler une autre gorgée de mon café. Je l’ai presque fini.

-Je vais jeter le gobelet de mon café et je reviens.

Je tourne les talon et me dirige vers la poubelle qui est quand un coin du hall dans lequel nous sommes. Je fini d’une traité ce qu’il restait, puis jette le gobelet. Je reviens tranquillement vers la table du stand en finissant ma part de gâteau.

-Bon. Je peux aider à monter des choses si tu veux.

J’ai désormais les mains libres, j’ai fini la part de gâteau, j’ai jeté le gobelet. Je n’ai même pas de sac. Je le donne vraiment l’impression d’être une touriste de temps en temps.  
Un groupe de deux personnes arrivent vers nous. Elles passent derrière le stand au lieu de venir devant et regarder les plat qu’elles pourraient potentiellement acheter. ‘’La relève’’ je suppose.

-C’est bon Haneko, Aeko, vous pouvez y aller si vous voulez. On vous remplace.

La personne qui a parlé ponctue sa phrase d’un sourire de bonne humeur. Elle a l’air bien trop heureuse de venir vendre de la nourriture. C’est à se point amusant de récupérer de l’argent ? Je soupire intérieurement. L’enthousiasme présent ici va finir par m’étouffer. Heureusement, on va aller voir ailleurs.

Je prends les plats que veux bien me faire porter la brune, puis commence à la suivre à travers les couloirs de l’académie pour aller au local de son club. Aux cuisines donc. Je ne crois pas y avoir mis les pieds depuis que je suis à Keimoo, et même si je l’ai fait, je serais loin d’être capable de les retrouver toutes seule ; alors je me contente de suivre ma brune qui le sert de guide. Pourquoi est-ce que je le compliquerais a chercher alors que je peux tout simplement suivre sans me poser de question ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
 
Equilibrage forcé - [Aslinn Eadhra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jour de club [Aslinn Eadhra]
» Le journal d'Aslinn.
» Invention Tarriennes et internement forcé.
» Baignade forcée!
» Vente forcée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Lycée :: Hall et corridors-
Sauter vers: