₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Boule de neige et Rossignol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joshua Coda
♥ Professeur d'Anglais et Français {Lycée}
♥ Professeur d'Anglais et Français {Lycée}
avatar

Genre : Masculin Gémeaux Chat Age : 30
Adresse : Chez Kami Otagame
Compteur 159

KMO
                                   :

MessageSujet: Boule de neige et Rossignol    Dim 1 Nov 2015 - 14:48

Claire fontaine où rossignole
Un rossignol jamais lassé,
N’es-tu pas le charmant symbole
D’un cher passé ?


Nerée Beauchemin

Oh bel oiseau croisé ce matin, qui ravit la jeune femme soudain, de se retrouver dans ce pays bien lointain. Les feuilles mortes étaient tombées des arbres, et un peu de neige recouvrait le sol quand Judikaël se leva, encore assomée de la veille. Il y avait un air de renouveau qui s'était glissé par sa fenêtre, une fraîcheur qui avait raffermie ses chairs, et comme un bain d'eau glacée, l'avait soudain remise sur pied. Pourquoi tant de chichi ?
Transportée par une espèce de frénésie bien singulière, elle chercha dans ses affaires un de ses grands tee-shirt ample la laissant parfaitement libre de ses mouvements, et ne cherchant même pas à cacher sa poitrine, partie à peine vêtue dans les rues vers le quartier Hyryuu. Au diable les regards, au diable les histoires, restez cachés en automne démons du bon sens et de la déchéance ! Voulait-elle hurler à chacun qu'elle pouvait croiser. Ce matin-ci, un feu follet s'était cacher dans son oreiller pour lui souffler une étincelle.

En la voyant arriver au café, William eut un de ces rires gras qui le caractérisait, mais que Judikaël n'avait pas eu la chance d'entendre depuis quelques semaines. Le patron de la cour des miracles lui lança un gros pull où il restait encore quelques poils roux venus de sa barbe en s'exclamant que c'est pas en se mettant les miches à l'air qu'elle attirerait les clients. C'est avec le même rire qu'elle enfila l'énorme amas de laine à l'odeur douteuse. Au comptoir, elle vit petit à petit défiler les étudiants venus prendre leur café du matin, les habitués venus rendre leurs bouquins, et les visages réjouis de tants d'habitués qu'elle n'avait jusque là jamais remarqués. On lui proposa quelques cigarettes, des réjouissances à venir. Pour une fois depuis longtemps, on ne fuyait pas son regard à elle, on lui renvoyait un sourire avec plaisir. Alors elle souriait en retour, encore timidement.

C'était la fin de l'automne. Hiver, que tu sonnes doux à mes oreilles.

C'est au milieu de l'après-midi, quand la jeune femme discutait avec quelques joueurs de cartes, qu'arriva une curiosité. Judikaël coupa court à la discussion en cours, chuchota quelques excuses d'impolitesses et finit par se taire pour détailler l'inconnue tout en faisant mine de nettoyer des tasses de café.
Androgyne et solitaire, homme ? Femme ? Elle serait bien mal placée pour en chercher la réponse. Européenne, mais parlerait-elles la même langue ? Trop de Sherlock Holmes dans cette ville pour qu'une énième coïncidence soit possible... Mais pourquoi pas ? Même marque de chaussures et même air de tendresse dissimulée, elle voyait dans cette jeune personne celle qu'elle avait pu être en arrivant dans l'académie, avec... Ce quelque chose en plus qu'elle avait tant chercher à avoir sans pouvoir l'atteindre, ce fantasme d'adolescente qu'elle avait cherchée à préserver jusqu'à l'obtention de son poste d'enseignante. Que ça semble loin maintenant ! Elle redevenait désireuse face à cette détermination de jeunesse, ce regard de défi qui ne lui était pas totalement inconnu, ces piercings, ce métal et ces attributs masculins.

Ce n'était pas un fantôme comme Yui, ce n'était pas un samouraï comme Zakuro, ni une incarnation mélancolique comme Ueno. C'était, pour l'instant, un champ des possibles qui s'ouvrait à l'humble serveuse, qui, dans un jeu de découverte mal assumé, s'en mordilla les lèvres de curiosité avant de quémander William pour une affaire de tasse cassée.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Avatar par Cammy Logan
Signature par Narcisse de Lioncourt  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revedemay.canalblog.com http://keimoo.forum-actif.net/t9710-judikael-coda-professeur-de-francais-anglais#220309 http://keimoo.forum-actif.net/t9722-melancholic-language-teacher
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Boule de neige et Rossignol    Jeu 4 Fév 2016 - 10:05

HRP : Désolée pour le retard, j'ai été pas mal occupée !

JOUR 1

Comme chaque matin, Alix se réveilla difficilement. Ses yeux creusés et marqués par les cernes, évoqueraient l’idée que l’adolescente ait encore passée une courte nuit d’un sommeil absolument pas réparateur. Le regard vide et à moitié endormie, elle se leva et s’étira longuement, rugissant son manque de sommeil dans un bâillement qui n’en finissait plus. Heureusement, Alix vivait seule dans sa chambre ; ses colocs ne l’auraient pas supportés bien longtemps… Pourquoi ? Eh bien, passé la nuit à gratter des accords quelconques ou à reproduire ses morceaux favoris, mettre la musique à fond pendant sa douche ou laisser allumer la lampe de chevet toute la nuit parce que mademoiselle s’est endormie en bouquinant... Pas vraiment les critères qu’on recherche chez une coloc. Mais peut-être qu’elle trouverait une personne à qui ses habitudes ne dérangent pas ?

Quoiqu’il en soit, Alix se sentait aussi bien seule. Au moins, elle n’avait pas à partager sa chambre avec un potentiel ronfleur qui aurait fini par se prendre des coups à cause de son sommeil bruyant.

Se débarrassant de la couette d’un geste vif, elle la jeta sur l’un des côtés, puis se leva enfin. Par le reflet de l’unique fenêtre de la pièce qui se trouvait au-dessus du lit, l’adolescente y découvrit d’un bref coup d’œil, comme d’habitude, sa chevelure indomptable parfaitement décoiffée, ce qui lui arracha systématiquement un fin sourire d’amusement, car elle savait pertinemment qu’elle ne ferait rien pour les arranger, ou peut-être un petit coup d’ébouriffement supplémentaire par l’une de ses mains pour les rendre davantage intraitable.

Elle chercha ensuite le jean de la veille qui trainait quelque part et l’enfila après avoir recouvert ses fesses d’un boxer dont la bordure relativement large et un plus clair que le reste du tissu, portait le nom d’une grande marque de sous-vêtements. Elle ne portait pas de soutif, seulement des brassières pendant ses activités sportives (sauf le sexe évidemment), afin de ne pas abîmer sa petite poitrine qu’elle affectionnait tant. Elle remerciait le ciel de ne pas avoir une paire de seins aussi généreuse que celle de ses partenaires nocturnes, ça ne lui siérait vraiment pas.

Pour finir son habillage, Alix trouva dans son armoire un pull dont le col montant faisait plutôt l’effet d’un foulard qu’un col qui serre le cou, moulant suffisamment son torse et ses bras pour découvrir un corps d’athlète. Et malgré l’approche de l’hiver, il ne faisait pas assez froid pour la punk qui misa sur sa doudoune sans manches à capuche, garnie de moumoute, au lieu d’un manteau plus chaud. Elle confirma son choix vestimentaire lorsqu’elle mit les pieds (chaussés avec ses Dr Martens) à l’extérieur. D’ailleurs aujourd’hui n’ayant pas cours, elle profita de l’occasion pour se rendre au centre-ville ; sa guitare avait urgemment besoin de nouvelles cordes.

Les heures s’écoulèrent ensuite à une vitesse qu’elle ne soupçonnait plus.

Après avoir faits quelques achats qu’elle rangea dans son sac à dos de lycéenne (vidé avant son départ pour le remplir de sucreries, boissons, bouquins, jeux-vidéos et d’un jeu de cordes à guitare acoustique), elle se dirigea, au hasard, dans les rues du quartier Hyryuu dont elle ne connaissait pratiquement rien. Plusieurs minutes filèrent avant qu’elle ne tombe sur un établissement à l’appellation bien particulière : « À la cour des miracles ». Interpellée par l’originalité du nom, elle pénétra dans le café tout en retirant de ses oreilles le casque audio qui l’avait ambiancé musicalement une bonne partie de la journée, et avança d’un pas lent et assuré au comptoir. S’accoudant dessus, elle observa rapidement les alentours.

« Bonjour. Un cappuccino s’il-vous-plaît… Demanda l’androgyne confiante dans ce lieu méconnu. Sympa l’nom au fait. » Ajouta l’adolescente de sa voix naturellement grave, laissant un sourire amusée à la commissure de ses lèvres. Son japonais était bon, mais on percevait néanmoins l’accent occidental.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Coda
♥ Professeur d'Anglais et Français {Lycée}
♥ Professeur d'Anglais et Français {Lycée}
avatar

Genre : Masculin Gémeaux Chat Age : 30
Adresse : Chez Kami Otagame
Compteur 159

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Boule de neige et Rossignol    Jeu 25 Fév 2016 - 6:46

Judikaël sourit à la remarque de la jeune personne qui venait d'arriver. William, derrière, la salua d'un geste de la tête, apparemment ravi que ce nom plaise. Elle ne lui avait jamais demandé pourquoi ce nom si singulier, d'ailleurs. Elle y avait vu beaucoup de choses et l'avait traduit de milles manières, mais avait fini par y voir le miracle d'un lieu de rencontre entre les étrangers d'un pays, d'un monde et d'une société de mœurs qui ne convenait à personne, au fond. Alors, française, dépravée, cœur d’artichaut, et vivant avec les araignées, elle était le petit fantôme idéal pour servir les cappuccino à la cour des miracles. Bien que ce soit parmi ses derniers jours.

« N'est-ce pas ? Une idée du gros barbu. Et puis, si tu viens plus souvent, tu le verras peut-être... »

Elle laissais sa phrase en suspens, préparait tranquillement le cappuccino, laissais la jeune personne s'installer.

« … Le miracle. »


La jeune femme finissais de préparer le breuvage qu'elle déposait sur le comptoir face à ce nouveau client. Amusant, se dit-elle. Le, ou la nouvelle arrivante, s'était assis à la même place que Yui, quelques semaines plus tôt, lors de sa première visite. Au comptoir, près du mur, à l'opposé des bibliothèques d'ouvrages féministes, près de la pile de magazines anglophones. Quel bordel, ce café. Plus loin, derrière, se trouvait des ouvrages de cuisines vegan ou des biographies d'anarchistes, au milieu de conserves et d'objets de papeteries arrivés d'on ne sait où, par erreur peut-être. Et des mouches partout, même en hiver, et malgré les rouleau collants partout au plafond.
William avait mis un peu de musique aussi. De la musique un peu folklore, en français.

Elle servait enfin le capuccino, avec beaucoup de crème, et un dessin de cœur fait rapidement avec un cure dent, comme avec tous les clients. Mais pas comme avec tous les clients, Judikaël proposa :
« Je te l'offre, si ça peut te permettre de revenir. Et si j'ai la chance de pouvoir entendre ton prénom. »

Un peu rouge, elle souriait à nouveau, peu habituée à ce genre de démonstrations. De la drague, peut-être. Oh elle était loin d'être douée à cela. La personne face à elle était absolument charmante, ça c'est sûr, et elle était fort intéressante, de par son attitude et sa visible androgynie. Une lycéenne, probablement, elle faisait assez jeune. A Keimoo, tout aussi probablement, au vu de son accent. Tous les lycéens passant par ici venaient de Keimoo. Il n'y avait que là-bas que l'enseignement des langues était correcte. Et puis, quoi d'autre pourrait amener un jeune par ici ? Et c'était impressionnant comme tout le monde avait un lien avec cet école, et comment toute la ville tournait autour de cet établissement. La jeune femme la première, bien que ça l’insupportait. Elle aussi aimerait redevenir adolescente et réapprendre à séduire, rencontrer enfin des jeunes filles de son âge bon sang. Pourquoi avait-elle été si timide, et était passée à côté de tant de possibles amourettes ?

Mais enfin. Restais à savoir d'où venait cette jeune personne et engager une discussion, savoir ce qui pouvait les lier.

« Tu es plutôt Calvin Klein, Doc Martens, Haribo ou Petit bateau ? »

Entends Amérique, Angleterre, Allemagne ou France. Ou bien ce que tu préfère faire au lit. Au choix.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Avatar par Cammy Logan
Signature par Narcisse de Lioncourt  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revedemay.canalblog.com http://keimoo.forum-actif.net/t9710-judikael-coda-professeur-de-francais-anglais#220309 http://keimoo.forum-actif.net/t9722-melancholic-language-teacher
 
Boule de neige et Rossignol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» boule de neige
» L'effet boule de neige
» L'amour c'est comme une boule de neige - Valaina
» Une chanteuse est parmis vous
» L'abominable elvis des neiges (13/02/12 à 17h23)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Hiryuu :: Village des traditions :: La Cour des Miracles-
Sauter vers: