₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Suivez le guide [Edith C. Thompson]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Suivez le guide [Edith C. Thompson]   Mer 30 Aoû 2017 - 5:39

Je me promenais tranquillement dans les couloirs. Ça commençait décidément à devenir une habitude, mais il faut dire que je n’avais pas grand-chose à faire ici. Depuis mon arrivée, je n’avais accès qu’aux quelques cours d’ateliers puis je ne connaissais pas grand monde, du moins pas assez pour estimer établir des liens, et organiser des sorties. Bref, je m’ennuyais.

Cela devait bien faire une heure et des poussières que je déambulais, de plus en plus lentement, dans les couloirs du lycée. C’est alors que j’aperçu ma camarade de chambre. Elle n’était pas difficile à reconnaître, il faut dire que ses traits européens n’étaient pas vraiment communs au japon -bien que j’étais surprise de croiser autant de visages étrangers dans les couloirs. Il faut dire que moi aussi j’avais été cette étrangère, lorsque je vivais en Espagne.

Quoiqu’il en soit, je priais pour que sa luisante chevelure blonde ne me laisse pas croiser son regard… Mais trop tard. Ses yeux verts s’illuminèrent presque lorsqu’ils croisèrent les miens. Je dois avouer que je la trouvais drôlement jolie. Mais cela n’allait certainement pas suffire à m’amadouer. Après tout, Airi aussi était jolie, mais elle était plus que suffisante. Je n’avais pas besoin d’une autre camarade de chambre, en sachant que je me serais également bien passée de la première. Pourquoi est-ce qu’on m’infligeait cela, à moi? De devoir supporter deux personnes, encore, je peux le tolérer (bien que je n’en sois pas ravie); mais de devoir réduire mon espace vital pour leur laisser de la place, ça, je ne pouvais toujours pas m’y faire. Il faut dire que je trouvais ça assez paniquant en fait, de me sentir envahie de la sorte, par deux inconnues, avec qui je devais partager mon univers. Même si bien évidemment cela n’est aucunement stipulé, c’est assez inévitable.

Je jetais donc un coup d’œil furtif à la jeune fille. Je ne lui avais pas encore parlé, j’avais juste aperçu son visage, ses valises et son violon s’installés dans ma chambre alors que je la quittais. Nous nous étions simplement croisées. En tout cas, j’espérais bien qu’elle n’allait pas m’incommoder avec son instrument. Elle avait intérêt à bien en jouer si elle voulait que je la laisse pratiquer dans notre chambre. Après tout, je ne suis pas obligée d’avoir à supporter des parasites sonores.

Je la regardais à nouveau, elle semblait totalement perdue, en pleine exploration, je suppose. En temps normal, j’aurais bien tracé ma route, oui, mais voilà, je n’avais nulle part où aller. J’avais déjà fait le tour du bâtiment cent fois, et je ne voulais pas affronter le soleil agressif des après-midis d’été. Je pris donc le temps de l’observer. Chose que je regrettais presque de sitôt.

En effet, la voilà qui m’accostait! Elle souhaitait que je lui fasse une visite guidée… J’ignorais si c’était une tentative d’approche, ou si elle souhaitait réellement découvrir les locaux, mais elle ne s’y prenait pas de la bonne façon avec moi. Non mais sérieusement, me prenait-elle pour un membre du personnel? Comme si je n’avais que ça à faire, de faire visiter l’établissement à Mademoiselle!

Je la regardais droit dans les yeux, de manière assez brute pour qu’elle entende mon désenchantement. Un sourcil légèrement surélevé, je finis par soupirer. Je n’avais pas vraiment envie de jouer le guide pour madame. En fait, cela me vexait plus qu’autre chose. Je commençais à rougir, tentant de me cacher. Je n’aimais pas l’idée que si j’acceptais, elle me verrait comme une fille soumise. Je refusais catégoriquement le fait que cette fille puisse penser de la sorte. Elle n’avait pas l’air méchante en apparence, pourtant, cette crainte, cet ego incessant ne pouvaient pas disparaître de mes pensées.

Mais, après tout, je n’avais rien à faire, et je m’ennuyais. Cela pouvait en effet être amusant de lui faire visiter, d’autant plus qu’à force d’errer un peu de partout, je commençais à bien connaître les lieux. Et puis, au pire, si je trouvais cela trop barbant, je pouvais toujours m’amuser à la taquiner. En attendant, il ne fallait surtout pas qu’elle pense que cela me réjouissait. Je la regardais à nouveau, en m’approchant lentement d’elle.

« Mh. Une visite guidée… »

Après un instant de réflexion, je lui adressais un grand sourire, en inclinant légèrement la tête sur la droite, comme j'avais souvent pu le voir dans les mangas, afin de pouvoir mieux incarner mon rôle :

« Bienvenue à l’académie Keimoo. Nous sommes toujours très heureux de pouvoir servir et accueillir de nouveaux étudiants. Tu es en quelle année? »

Ma bonne humeur m’écœurait presque, mais me faisait aussi rire intérieurement. Finalement, c’était peut-être presque contagieux?

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Jun Aoki le Dim 5 Aoû 2018 - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Edith C. Thompson
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Taureau Dragon Age : 18
Adresse : Chambre 02 - Rez-de-chaussée
Compteur 26
Multicompte(s) : /

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Suivez le guide [Edith C. Thompson]   Mer 6 Sep 2017 - 15:07

Edith était arrivée il y a quelques heures à l’Académie Keimoo. On lui avait rapidement montré sa chambre, qu’elle partagerait avec deux autres filles, à peu près de son âge. L’une était absente lorsqu’elle avait déposé ces affaires dans la pièce et l’autre en était sorti au même moment. La jeune blonde espérait sincèrement que régnerait dans leur chambre une bonne entente commune, qui lui permettrait de plus rapidement s’habituer à ces lieux.

Après avoir vidé ses valises et rangé ses affaires minutieusement ses vêtements dans les meubles prévus à cet effet. Effectuer cette tâche ne lui prit pas beaucoup de temps, étant donné qu’elle avait déjà assez organisé les éléments présents dans ses malles et qu’il ne lui restait qu’à les poser par piles sur les étagères. Elle n’avait donc plus rien à faire dans sa chambre, surtout seule. C’était donc le moment idéal pour faire un tour plus complet des locaux, auxquels elle ne s’était pas encore familiarisée.

Après s’être aventurée dans différents lieux, et s’être un peu perdue pour trouver le hall, le point se départ selon elle, de n’importe quel autre lieu. Bien qu’habituée aux grands établissements, la jeune fille se sentait toute petite et perdue dans cette immense pièce, où convergeaient plusieurs couloirs, et une grande cage d’escaliers, assez impressionnante pour tout dire. Les corridors semblaient interminables à Edith. Elle était plantée au centre du hall, ne sachant où aller, de peur de se perdre. Sincèrement, bien qu’elle fût passée par ici pour se rendre dans sa chambre, elle n’avait aucun repère acquis, ce que son mauvais sens de l’orientation n’’arrangeait pas vraiment.

En tournant la tête, elle eut la joie de reconnaître un peu plus loin sa camarade de chambre, qui s’était enfuie au moment où elle était arrivée. Pour le coup, Edith allait tenter sa chance auprès d’elle, pour pouvoir se repérer plus facilement dans ce dédale, en espérant qu’elle allait accepter sa requête. Ses pas la rapprochèrent rapidement de la Japonaise et lui permirent de se poster devant elle. En japonais, elle lui demanda :

« Bonjour, excuse-moi pour ça… Mais est-ce que tu pourrais me montrer le bâtiment ? Je suis un peu perdue… »

L’Américaine se sentit observée suite à cette demande. Elle sentait que c’était voulu de sa camarade, qu’elle n’avait pas un caractère, de prime abord, facile. Mais Edith finirait sans aucun doute à s’y habituer, puisque malgré tout, ce n’était pas du genre à se faire des ennemis. Et soudainement, contre toute attente, les joues de la fille face à elle s’empourprèrent. Rapidement, elle reprit contenance et semblait réfléchir à sa question. Ce fût avec soulagement qu’Edith comprit qu’elle acceptait de la guider un peu, dans l’Académie. Elle sourit à sa question et répondit doucement :

« En 3e année, et toi ? »

Elle espérait qu’elles seraient dans la même classe, afin d’avoir au moins une connaissance lors de ce premier jour de cours, et de ne pas totalement être perdue au milieu de tous ces étrangers. Pas que ça lui faisait peur, elle avait déjà connu cette situation deux autres fois avant, mais ça la mettait dans une situation un peu plus confortable tout de même. Elle reporta son attention sur sa voisine et lui sourit franchement :

« Au fait, je m’appelle Edith Thompson. »
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10954-edith-charlie-thompson-mei http://keimoo.forumactif.com/t10988-edith-c-thompson#233642 http://keimoo.forumactif.com/t10955-livret-scolaire-d-edith-c-thompson#233331
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Suivez le guide [Edith C. Thompson]   Jeu 7 Sep 2017 - 2:45

Après que ma camarade m'eut répondu, mon visage se décomposa. Elle était en troisième année, ce qui signifiait qu'elle serait avec moi. Il était clair que, même si je ne la connaissais pas encore, je n'allais pas la supporter longtemps: en plus de me la coltiner en classe, j'allais aussi devoir la voir tous les soirs ! Je prenais une inspiration, afin qu'elle ne puisse pas déceler mon mécontentement. Après tout, il fallait bien que je lui donne une chance. En fait, je n'avais pas vraiment le choix. J'allais devoir forcer les sentiments, de sorte à ce que je parvienne à l'apprécier. Je décidais de profiter de l'occasion, c'est à dire la visite, pour apprendre à la connaître. Déjà, elle s’appelait Edith. Ce n'était certainement pas japonais. Je trouvais ça un peu étrange, mais ça avait le mérite d'être exotique.

Je lui adressais un sourire quelques peu hypocrite, dans le sens où il était forcé, car ça ne pouvait pas traduire comment je me sentais au fond. Je finis par reprendre, tout en continuant de marcher, en espérant qu'elle me suive. Je ne supporte pas ce genre de moment où les personnes à qui tu parles disparaissent soudainement, parce qu'elles sont inattentives, ou que sais-je. C'est une source de frustration.

"Moi, tu peux m’appeler Valeska. Je ne sais pas si tu sais mais au Japon on appelle les gens par leur nom de familles. Edith, c'est ton nom ou ton prénom? Moi, mon nom, c'est Aoki, mais étant donné qu'on va partager notre intimité, appelles moi juste Valeska.?"

Je me trouvais plutôt amicale. En fait, elle aussi avait l'air sympathique. Elle était plutôt calme en fait. Bien sûr, nous venions de commencer la visite, elle était surement un peu sur la réserve. En même temps, ce n'était pas une activité très fun. J'osais espérer qu'elle la pimente un peu, car elle ne risquait pas d'apprécier ma façon de le faire. Je repensais à ce que j'avais pu observer chez elle. En fait, je me rendais compte que je n'étais peut-être pas très sociable. Je n'avais aucune idée de comment poursuivre la conversation, de quoi lui parler., pour faire connaissance. Je repensais donc à la seule chose dont je me souvenais la concernant: son violon.

"Au fait, en quittant la chambre, j'ai vu que tu avais un instrument. Tu es musicienne?"

Évidemment qu'elle était musicienne. En tout cas, je ne voyais pas pourquoi elle se promènerait avec un violon dans l'internat à contrario. Je restais figée, sur un petit sourire crispé. Je commençais à me sentir mal à l'aise. J’accélérais donc le pas, de part pour faire en sorte que mon rythme cardiaque s’accélère et libère en moi des sortes d’hormones qui me permettraient de me sentir mieux (car le sport, ça déstresse, après pardonnez mon manque de connaissances techniques à ce sujet), et puis sans doute, parce qu’au fond de moi, j’espérais la perdre.

Je l’emmenais dans mon endroit préféré : le club de cuisine. J’aurais pu tout aussi bien le montrer la salle de musique, mais cela ne m’était venue à l’idée que bien après.

« Ici c’est le club de cuisine! Je pense que c’est un club super chouette, c’est ludique, pédagogique, et super bon! »

Il me semblait bien que je commençais à saliver rien qu’à en parler. J’avais à nouveau cette faim insatiable qui me tordait le ventre, comme lorsque j’avais pu voler les chocolats de mon camarade. Mais je revenais à la raison. Il ne fallait pas trop que je m’emballe concernant le club, ou elle risquait de le rejoindre! Je le regardais à nouveau, d’un air plus sombre.

« Mais il y court un grave danger tu sais. Elle est nouvelle, et elle ne sait pas cuisiner! En plus, elle a des pulsions boulimiques qui font que tes ingrédients disparaissent! »

J’hochais la tête, et intérieurement je riais. Je commençais à faire de l’humour, puisque c’était bien évidemment de moi que je parlais. Mais malgré cela, ma faim ne se réprimait pas, et mon ventre criait famine. C’est toujours embarrassant, le bruit que ça fait. Surtout quand on est que deux, au milieu d’un couloir vide.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Edith C. Thompson
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Taureau Dragon Age : 18
Adresse : Chambre 02 - Rez-de-chaussée
Compteur 26
Multicompte(s) : /

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Suivez le guide [Edith C. Thompson]   Ven 3 Nov 2017 - 1:31

Edith sentit sur elle le regard se poser, et vit un sourire, assez raide, sur le visage de sa camarade. Elle espérait sincèrement que ça ne venait de moi et du désagrément qu’elle lui causait. Tout de suite après, elle démarra. La blonde se mit rapidement en route, pour ne pas la perdre, puisqu’après elle était encore moins sûre qu’elle pourrait retrouver seule le chemin de sa chambre. Pourtant, vu le nombre d’établissements qu’elle avait fréquentés, elle aurait dû s’habituer à s’orienter dans les couloirs rapidement, surtout qu’elle n’avait jamais été dans de petites écoles, avec seulement un ou deux couloirs. L’autre jeune fille lui donna son prénom : Valeska. Edith sourit.  

« C’est un joli prénom je trouve. Je vis au Japon depuis deux ans déjà, mais j’ai toujours l’habitude de donner mon prénom. Mon nom est Thompson mais appelle moi aussi par mon prénom alors Valeska. »

Il était vrai que l’Américaine oubliait souvent cette différence entre ses pays d’origines et celui qui l’accueillait. Le prénom y était peu utilisé et elle avait toujours tendance à le donner en premier, par mauvaise habitude donc. Mais Valeska ne semblait pas du tout en tenir compte, ce qui rassurait un peu Edith. De plus, celle-ci lui paraissait plutôt sympathique de prime abord, ce  qui était rassurant. Un court silence, que la blonde trouva un peu pesant s’installa mais sa camarade reprit rapidement pied en la questionnant sur elle. Musicienne ? Bien-sûr qu’elle l’était, et elle était même plus que ça : amoureuse de la musique. Mais elle ne le dirait pas comme ça, à quelqu’un qu’elle ne connaît pas, elle aurait trop honte. Pourtant c’est ce qu’elle ressent quand on lui parle de sa passion.

« Oui, depuis assez jeune, mon violon ne me quitte jamais. Je me débrouille plutôt bien selon les gens. »

Edith faisait toujours preuve de modestie quand elle parlait de son talent, parce que pour elle, ce n’était jamais assez parfait, elle pouvait constamment faire mieux. Elle voulait se surpasser à chaque instant. Elle soupira et accéléra le pas pour suivre Valeska. Les couloirs débouchèrent bientôt sur les salles de club, et la japonaise entra dans celui de cuisine, suivie de près par l’Occidentale. Elle écarquilla les yeux à la vue de la salle : en général, les cuisines qu’elles voyaient n’étaient pas aussi bien équipées que celle d’ici.

« C’est grand… Furent les seuls mots qu’elle put prononcer.

Elle écoutait à peine Valeska et imagina une salle de musique à la hauteur de ses espérances, enfin une qui vaudrait sûrement le coup depuis qu’elle avait quitté les Etats-Unis. Edith retourna son regard vers sa camarade dont l’air c’était obscurci. Edith inclina la tête sur le côté à ses mots, ne comprenant pas tout.

« De qui tu parles ? Et puis de toutes façons, la cuisine n’est pas vraiment un lieu où je m’aventure, dans ce domaine, je suis assez catastrophique comme fille… Et je préfère rester éloigner de tout élément que je serais susceptible de faire brûler ou exploser.

Il était vrai que la blonde n’avait jamais eu aucun talent culinaire, malgré de nombreux efforts, ce qui l’embêtait beaucoup puisqu’elle devrait bien se débrouiller seule un jour ou l’autre. Mais elle espérait d’ici là savoir cuisiner sans causer de dégâts. Son regard se posa encore une fois sur Valeska, quand son ventre grogna, bruit qui résonna dans le couloir. Edith sourit à sa camarade :

« Je crois qu’il a un message à te faire passer. Il a l’air plutôt pour qu’on reste ici ! »

Elle pouffa un peu, mais ne voulait pas non plus la vexer. Elle ne la connaissait pas encore et ne pouvait anticiper sa réaction. Son regard balaya la salle qui l’impressionnait toujours.

« Tous les clubs sont aussi impressionnants ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10954-edith-charlie-thompson-mei http://keimoo.forumactif.com/t10988-edith-c-thompson#233642 http://keimoo.forumactif.com/t10955-livret-scolaire-d-edith-c-thompson#233331
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Suivez le guide [Edith C. Thompson]   Ven 3 Nov 2017 - 22:32

La jeune fille blonde sauta sur l’occasion que je lui donnais d’être plus amicale avec moi, et me demanda de l’appeler par son prénom également, tout en m’appelant par celui que je venais de lui donner. Cela me fit tout drôle lorsque sa voix fit raisonner son prénom. Valeska. Elle l’avait prononcé spontanément, sans poser de question quant à son origine (clairement pas japonaise), ce qui déjà n’était pas habituel. Je me crispais soudainement, parce que j’étais stupide de demander à tout le monde de m’appeler ainsi, parce que ça ne faisait que faire remonter tous les souvenirs avec cette dernière, qui m’avait quitté trop tôt pour qu’on ne puisse en construire de nouveaux. C’était mon châtiment. C’est ce que je me répétais. Je l’acceptais, et je me l’infligeais, de sorte à ce que chaque relation susceptible de se tisser finissait par se décomposer à chaque fois qu’un camarade prononçait ce nom. C’était une sorte de cage en verre transparente la plupart du temps, et tranchante lorsqu’on la transgresse.

Quoiqu’il en soit, je fus absente un moment après la réponse de ma colocataire. Elle me sortit soudainement de ce gouffre temporaire lorsqu’elle répondit à mon interrogation concernant son violon. Elle était loin de m’avoir adressé tout un discours, comme de nombreuses personnes l’auraient fait si je leur avais demander de parler de leur passion, mais sa phrase fut si énergique, et ses yeux si pétillants qu’il n’y avait là aucun doute que son instrument ne lui soit pas cher. Je lui adressais un sourire, cette fois sincère.

Alors que j’accélérais le pas, Edith faisait de même. C’est bien, me disais-je, elle a l’air plutôt docile tout de même. Ce n’est pas comme l’autre petit monstre avec qui nous cohabitons, qu’elle découvrira plus tard… à moins qu’elles ne se soient déjà rencontrées.

Une fois arrivées à destination, la jeune fille s’exclama dans un soupir que c’était grand. Sa voix semblait être pleine d’admiration. La mienne ne l’avait pas été autant, la première fois que j’y avais mis les pieds, quelques semaines plus tôt. Il faut dire que je la connaissais déjà, et que je ne venais pas pour visiter, mais pour travailler, ce qui, vous me l’accorderez, enchante un peu moins sur le coup.
Après lui avoir lancer ma petite plaisanterie, Edith avait l’air plutôt déconcertée, et ne comprenait pas vraiment de quoi je voulais lui parler. Je ne lui répondis pas, car je ne jugeais pas cela nécessaire, et puis parce que j’étais rassurée : elle n’avait pas l’intention de s’inscrire au club de cuisine. Malgré le fait que mes sentiments haineux se ternissaient au fur et à mesure que je passais du temps en sa compagnie -plutôt apaisante finalement-, je restais ferme quant à l’idée de mon besoin de solitude. Je voulais dire par là que j’aurais besoin d’air visuel à force de la côtoyer nuit et jours, comme pour la majorité des individus j’imagines.

Pendant que la gêne s’emparait de moi, le rire de la demoiselle couvrit mes gargouillements. Elle se moquait de moi là ou quoi ? Bon, Jun, ne fais pas ta tête de mule. Je savais bien qu’elle plaisantait, et il était vrai que cela pouvait être marrant. Je me mis donc à rire avec elle, parce que c’est un peu contagieux quand même.

« Bon, je ne recommande pas ce genre de comportement en temps normal, mais il faut dire que la situation est grave. Nous allons devoir préparer quelque chose à mon pauvre petit estomac. Mettons tes talents culinaires à l’épreuve, je ne peux pas croire que tu sois capable de faire exploser le lycée pour un simple tamagoyaki ! »

Du moins, j’espérais que ce ne soit pas le cas. Et puis ça pourrait détendre l’atmosphère de cuisiner ensemble (en plus de satisfaire mon petit estomac). Alors que je lui tendais un tablier, que je venais de trouver accroché dans le couloir, elle finit par me demander si tous les clubs étaient aussi impressionnants que celui-ci. À vrai dire, je ne savais pas vraiment. Le club d’art était sympa, le dojo impressionnant, mais les autres, j’avais beau y être passée, je n’Avais pas prêté d’attention particulière à cela. En fait je me rendais compte que je n’étais pas très attentive la plupart du temps, lorsqu’il s’agissait du paysage environnant. Bien sûr, je savais bien apprécier un cadre en pleine nature, ou au contraire super moderne, mais quand il s’agissait de mon quotidien, je n’avais pas le réflexe de me laisser impressionnée.

« Mhhhh…. Surement oui ! On passera dans la salle de musique si tu réussi mieux ton plat que moi ! »

Et encore j’étais gentille car ce n’était vraiment pas difficile. Je poussais la porte, avec un sourire narquois, assez agaçant pour la défier, tout en l’invitant à entrer.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Suivez le guide [Edith C. Thompson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Suivez le guide [Edith C. Thompson]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Ma muse est telle une drogue tel que le sang pourrait ainsi l’être. » [ Edith.C Thompson & Joshua Hong ] (Terminé)
» [Guide] Le charpentier
» [Guide]Du niv.0 au niv.2
» [Guide]Le prestige
» coulisseau et son guide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Lycée :: Hall et corridors-
Sauter vers: