₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Les éclats de rêves | XXX Abandonné |

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty
MessageSujet: Les éclats de rêves | XXX Abandonné |   Les éclats de rêves | XXX Abandonné | EmptyMar 13 Juil 2010 - 12:49

L’argent… Elle en avait un paquet. Elle n’était pas la plus riche de l’académie, mais pas la plus pauvre non plus. Au vu de la réaction de son partenaire, Yume n’osait pas dire que sa mère était à la tête d’une entreprise américaine au Japon. Une branche parmi tant d’autres, mais qui laissait une place de choix dans les réunion les plus importantes. Et quant à savoir, si ça plaisait à son cher et tendre père qu’elle vienne en boite un jour de semaine, c’était autre chose. Il n’était même pas au courant puisqu’il était en Angleterre, mais une chose était sûr, si ça avait été le cas, la réponse aurait été non. Encore plus de savoir qu’elle coucherait avec Nobu. Et sa mère, euh… La rebelle était normalement à l’académie. Donc, elle non plus n’était pas au courant. Yume et ses coups fourrés. Les mauvaises habitudes reprenaient le dessus sans qu’elle ne s’en rende réellement compte. Mais, une fois ça ne comptait pas, si ? A la seule condition que ça ne se reproduisait pas. Son partenaire resterait une exception. Enfin, la nippone l’espérait. En tout cas, elle avait au moins eut le mérite de tomber sur une personne franche. Parce que pour poser ce genre de question avec autant de tact qu’un babouin, c’était rare. Mais ça plaisait à la demoiselle. Ca prouvait qu’il n’était pas dans le genre calculateur. Qu’il n’attendrait rien d’elle, mise à part sa personne pendant quelques heures.
Cependant, elle dévia sa question par un

-T’inquiète pas pour ça…


Avant de changer assez précipitamment de sujet, et tout en finesse, enfin presque. De toute façon, l’étudiant ne se rendrait même pas compte. Il avait trop bu pour ça. Enfin sans doute… Ou peut-être. Pitié. Les gens qui passaient préféraient entendre la voix de Nobu plutôt que celle de Yume, cassée qui révélait sa fatigue qu’elle avait accumulé depuis plusieurs soirées. Trop de fête, tue la fête. Non, c’était pas ça… Trop de fatigue, tue la fête. Parce qu’il n’y avait jamais assez de soirées alcoolisées selon elle.
En tout cas, il n’avait pas l’air pressé de lui répondre. Enfin, c’était pas ça qui dérangeait la lycéenne puisqu’il se montrait entreprenant, avant de lui demander ce qu’elle voudrait savoir. Très bonne question… A vrai dire, la jeune femme n’avait pas vraiment réfléchis. L’important avait été de changer de sujet, et tourner les feux des projecteurs sur son partenaire. Il aurait pu dire, qu’il avait vu un éléphant multicolore voler dans le ciel, ça aurait fait rire Yume, et ils seraient peut être partis dans un débat aussi absurde que loufoque.

-Je sais pas, la musique que t’écoutes par exemple…


Après tout, la demoiselle aimait beaucoup la musique. Ne pas en écouter pendant une heure par jour était impossible pour elle. Et encore… C’était vraiment en dessous du minimum. Question de survie dans ce cas. Et hop, il l’embrassait encore… A force d’essayer de se contenir, à la fin, c’était plus possible, et on en avait marre. Autant laisser libre cours à ses hormones pour leur faire plaisir. Et les choses s’enchaînèrent, elle ne savait comment. L’alcool fait des ravages. Elle savait juste qu’elle avait récupéré ses affaires, avait faillit se prendre une gifle par une fille. Heureusement, pour cette dernière qu’elle s’était retenue, puisque la rebelle allait directement au poing. Pas très féminine la demoiselle dans le caractère.
Et puis, à la sortie, elle avait tenté Nobu. Enfin, ça c’était son caractère joueur, puisque Yume aimait savoir qu’elle plaisait. Quoi, c’est pas bien ? Chassé le naturel et il revient au galop. Et puis, la rebelle avait bien trop bu pour essayé de refreiner ce trait de caractère. Seul difficulté dans l’histoire. Fallait pas le tenter. Euh… Houston, on a un problème. Pour la nippone c’était assez difficile, puisqu’elle-même en avait très envie. Le retour des câlins et des caresses était de plus en plus proche. De ce fait, la rebelle se montrait de plus en plus impatiente.

Mais chose qui l’aiderait peut être à attendre… Être collée contre lui dans ses bras. Ouais, nan, en fait, c’était une très mauvaise idée, puisque cela inciterait plus la jeune femme à s’occuper de Nobu. Mais avait il lu dans son esprit qu’elle voulait être portée ? Parce que un, ses chaussures lui faisait mal. Première fois qu’elle les mettait. Deux, l’idée de marcher… Très peu pour elle… Trois… Elle pouvait respirer l’odeur de son partenaire ainsi.
Bref, tout ça pour dire que la demoiselle ne se priva pas de laisser son souffle caresser le cou de Nobuo, ses lippes embrasser les commissures des ses lèvres, et parfois mordiller le lobe de son oreille. Et sa main indemne se chargeait de ses cheveux. Fallait pas le tenter, mais Monsieur méritait son triste sort, puisque lui en profitait pour caresser ses fesses.

Et chose qui arriva bien rapidement… L’hotel. Un oui distrait pendant qu’elle l’embrassait dans le cou, jusqu’à ce qu’elle se rende compte des paroles du jeune homme. Se décidant à jeter un coup d’œil, Yume resta quelques peu dubitative. Habitude d’aller dans des hôtels de luxe. Mais après réflexion, c’était sans doute le mieux, devant rester discrète sur ce qu’elle faisait. Hors son nom de famille était loin d’être discret. Mais le plus dur restait à venir… Le koala devait descendre de sa branche. Soupirant de frustration, la demoiselle descendit et entra dans l‘hôtel sans hésitation, tâchant de se concentrer pour marcher droit. Bah ouais, ça le faisait toujours moyen d’y entrer en titubant.

Bref, direction l’accueil, Yume sortit sa carte bleue, enfin, surtout celle de maman et papa… pas question pour elle que Nobu paye. Après tout, c’était elle qui avait réclamé un hôtel, parce que l‘académie ça lui disait franchement rien. Particulièrement avec des colocataires à côté. Et puis, elle était arrivée première. Et toc.

-Euh… Une chambre s’il vous plait.


L’hôtesse la regarda avec un regard hésitant. Et Yume, avec naturelle et un air avenant. Enfin, si elle lui donnait pas sa carte pour entrer dans la chambre, la rebelle se mettrait vite à gueuler. Et pour se calmer, cette dernière chercha la main de son partenaire. Un fort besoin de contact, c’était comme ça depuis tout à l’heure. Et puis, ça calmerait mon tempérament assez explosif de ce soir.
Finalement, elle lui donna une clef. Une clef… pas une carte. Euh… Elle est passée où la technologie, là ? Trop habituée au confort voilà ce qui arrivait lorsqu’on passait plus de temps dans les hôtels de luxes, plutôt que ceux disons… normaux.
Bon, au pire c’était pas grave, ils galèreront juste un peu plus pour ouvrir une porte. Parce que, fallait avouer, Yume n’était vraiment lucide. Mais, pas complètement bourrée non plus. Juste la tête qui tournait.

Désormais, direction l’ascenseur. Et la rebelle passa son temps à appuyer sur le bouton en fronçant les sourcils, tout en sachant pertinemment que ça ne servait à rien. Mais c’était drôle dans sa tête. C’était comme faire un effort de concentration dans un exercice de maths difficile. Mais en plus ludique. Et la porte s’ouvrit… Enfin ! Trop pressée la demoiselle se prit la porte de cette foutue boite de métal. Explosion de rire… Yume dû se tenir contre le murs pour pouvoir rester debout, avant d’attirer Nobu contre elle avançant son bassin contre celui du décoloré, mordillant sa lèvre pour l’embrasser passionnément. Tandis que sa main valide caressait l’intérieur de sa cuisse, effleurant parfois son entrejambe.
Cependant, elle dû s’arrêter lorsqu’elle entendit un petit « ding » qui signifiait qu’ils étaient arrivés à destination. La rebelle se mit à râler, pour en cherchant la clef qu’elle avait mit dans son décolleter. Bah quoi ? Elle avait pas de poche… Ok, elle aurait pu la donner au jeune homme… Mais pas assez de neurones pour y penser.

Dernier obstacle… La porte… Et la serrure. Yume dû s’y prendre plusieurs fois avant de réussir à viser correctement. Et vlan, elle ouvrit la porte sans aucune délicatesse. Observant la chambre, la demoiselle s’avança un peu à l’aveuglette. Pas de balcon, pas de petit bar, pas de grand salon. Juste un lit… Et…

-Aie, putain

Une petite table dont elle se prit le pied dedans. Bon, elle aurait peut être choisir un autre au final. Surtout un, avec balcon. Sauf que maintenant c’était trop tard. Et surtout, son envie était trop pressante pour se soucier réellement du lieu.


Dernière édition par Yume Namida le Sam 16 Oct 2010 - 15:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty
MessageSujet: Re: Les éclats de rêves | XXX Abandonné |   Les éclats de rêves | XXX Abandonné | EmptyMar 27 Juil 2010 - 20:37

    Alors comme ça il se retrouvait en train de fricoter avec une gosse de riche ? Bouaf, il la trouvait pas mignonne et terriblement excitante parce qu’elle était riche, donc il s’en foutait un peu. Mais est-ce que papa était d’accord pour que sa fille chérie se retrouve bourrée dans un endroit comme ça, habillée de cette façon ? Le décoloré en doutait fortement, et la jeune femme lui confirma ses pensées en lui disant qu’il n’avait pas à s’inquiéter pour ça. Une riche rebelle c’était toujours un peu marrant. Mais il ne put pas plus en savoir sur le sujet puisque Yume venait de changer as très subtilement de sujet. Nobuo avait beau avoir de l’alcool qui coulait dans ses veines, il n’était pas non plus dénué de toute sa tête et il l’avait bien remarqué. Ce sujet ne semblait pas trop plaire à la demoiselle alors elle avait préféré lui demander qu’il parler un peu de lui. C’était pas une chose qu’il affectionnait particulièrement, surtout qu’il n’avait rien d’une vie extraordinaire. Ne sachant pas trop quoi dire à sa partenaire de la soirée, il lui laissa le soin de choisir ce qu’elle voulait savoir à son sujet.

    Elle-même ne savait pas vraiment ce qu’elle pouvait lui demander, et elle lui demanda alors ce qu’il écoutait comme musique. Musique ? Alors là, elle avait sans doute touché son point faible… La musique, sa passion, ce pour quoi il vit faute de vivre pour autre chose ou pour quelqu’un. C’était grâce à elle et ses amis qu’il n’avait pas sombré plus que de raison après sa précédente rupture. Il l’embrassa encore, essayant de contenir l’adrénaline que ce simple mot avait fait naitre en lui. Il détacha un moment ses lèvres d’elle, la gardant toujours entre ses bras protecteurs avant de lui répondre avec un large sourire, ses yeux pétillant.

    « La musique qu’j’aime… T’vois j’suis bassiste, et la musique c’ma passion. Ptet qu’tu t’en fiches, mais sans musique, j’suis rien. Mon style… J’dirais qu’si fallait choisir vraiment un style ça s’rait le punk, ou un dérivé. T’vois, une musique avec d’bons riffs d’guitares, des percus’ qui t’font vibrer, c’genre d’truc quoi ! Après… S’tu m’lances sur c’sujet, j’risque d’finir par oublier qu’j’suis en train d’me ret’nir. »

    Ne voyez pas là une façon détournée de dire que la musique est plus bandante pour lui que Yume (quoi que), mais plutôt une façon de dire qu’il n’arriverait plus à se retenir longtemps de soit lui sauter dessus, soit de carrément rien faire pour aller se soulager tout seul. La demoiselle semblait sur la même longueur d’onde puisqu’elle l’entraina à l’intérieur pour récupérer ses affaires à l’intérieur de la boite de nuit, cette dernière manquant presque de gifler une autre fille qui avait pourtant tous les droits de protester. Nobuo n’avait pu s’empêcher de rire, trouvant décidément cette Yume vraiment marrante (ou peut-être était-ce à cause de l’alcool aussi…). De retour dehors, elle n’avait pas perdu de temps pour tenter de nouveau le garçon qui là, ne pouvait vraiment plus attendre. Soulevant la jeune femme, il la prit dans ses bras, la portant comme on porterait une princesse, histoire sans doute de ne pas perdre de temps et de ne pas être tenté en route. Petit plus, ça lui permettait de lui peloter les fesses pendant qu’il marchait en direction du premier hôtel qui croiserait leur route.

    Il en profitait à sa façon puisque Yume s’amusait encore et encore à le titiller, lui embrassant le coin des lèvres, lui mordillant le lobe de son oreille, sa main caressant ses cheveux… Ils allaient finir par ne pas atteindre l’hôtel ! Mais heureusement pour lui, il se stoppa devant un de ces établissements, demandant à la bourgeoise rebelle si cet endroit lui convenait pour la suite des évènements. Dès qu’il entendit son affirmation, il la déposa doucement sur le sol, Yume filant directement, plus ou moins droit, vers l’accueil de l’hôtel, le garçon la suivant, les mains dans les poches, une envie irrépressible de se griller une clope commençant à le démanger. Il essaya de faire abstraction de cette envie, se dépêchant de rejoindre sa partenaire qui avait déjà tendu sa carte bleue. Quoi ? Ils allaient dans un hôtel et c’était elle qui payait ? Bon elle avait des sous, lui beaucoup moins, mais ça le faisait vraiment pas ! Il allait répliquer, mais c’était déjà trop tard, elle avait demandé une chambre, sa main venant chercher celle du décoloré qui avait quitté sa poche. Finalement, il se plaça derrière la demoiselle, ses mains se posant sur les hanches de celle-ci pendant qu’ils attendaient la clé.

    Ils partirent ensuite en direction de l’ascenseur, Nobuo esquissant un sourire en voyant Yume s’exciter sur le bouton jusqu’à ce que la porte s’ouvre. Quand ce fut le moment, elle s’avança, mais sûrement trop vite puisqu’elle se mangea littéralement la porte de la cabine en ferraille, faisant exploser de rire les deux étudiants, Nobuo devant se tenir contre la paroi de l’ascenseur pour ne pas tomber par terre tellement il riait et tellement l’alcool lui montait au cerveau à cause de cette cage de fer. Mais il se retrouva bien vite collé contre Yume, leurs lèvres s’entremêlant pendant qu’une des mains de la demoiselle était descendue au niveau de l’entrejambe de Nobuo, ce dernier passant sa main sous la jupe de cette dernière. Mais le gong fatidique retentit. Dommage, ça aurait été marrant dans l’ascenseur aussi… La brune se mit à râler en cherchant désespérément la clé qu’elle avait fait tomber dans son décolleté, galérant ensuite pour l’insérer dans la serrure de la porte de leur chambre.

    Nobuo trépignait d’impatience sur le pas de la porte et il se remit à rire en entendant Yume jurer après s’être mangé le coin d’une petite table dans le pied. Il s’arrêta alors, soupirant de soulagement, une de ses mains venant se passer dans ses cheveux pour les remonter vers l’arrière.

    « Enfin ! J’bien cru qu’on y arriv’rait jamais ! T’es vraiment pas douée Princesse ! »

    En disant ça, il faisait allusion à son plâtre, la porte de la cage d’ascenseur, et la table qu’elle venait de se prendre. Mais il ne voulait pas trop y penser et passer à l’étape suivante, celle qu’il avait tant attendue… S’approchant de Yume, ses yeux parcourant avec avidité le corps de celle-ci, il l’attrapa un peu brusquement par les hanches, l’attirant vers lui pour l’embrasser avec fougue, une de ses mains remontant pour passer sur la poitrine généreuse qu’elle lui offrait, par-dessus son haut. Il écarta un peu son visage, se passant la langue sur ses lèvres.

    « J’suis plus obligé d’me r’tenir maint’nant… »

    Il l’embrassa de nouveau, la plaquant gentiment contre un mur de la pièce. Le lit ? Bouaf, au pire, ils s’en serviraient après, ils avaient toute la nuit devant eux ! Les lèvres de Nobuo glissèrent jusque dans le cou de la jeune femme, ses mains glissant jusqu’à sa taille pour relever doucement le haut de cette dernière. Avec son plâtre, ça allait pas être de la tarte ! Mais tant pis, il s’arrangerait pour ne pas lui faire mal et être aussi doux que possible, comme il l’était avec toutes les autres filles avec qui il passait une nuit ou deux. Il prit donc garde de ne pas heurter le plâtre en retirant le haut de la demoiselle, le jetant un peu plus loin avant de s’attaquer à ces parcelles de peau qu’il n’avait pas encore goûté. Ses mains glissant sous la jupe de Yume pour se poser sur ses fesses, ses lèvres quittèrent le cou de cette dernière pour descendre au niveau de sa poitrine. Il passa sa langue le long de la barrière du soutien-gorge qui s’imposait à lui (mais pour combien de temps !) avant de remonter une de ses mains pour palper les seins de la demoiselle au dessus du sous-vêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty
MessageSujet: Re: Les éclats de rêves | XXX Abandonné |   Les éclats de rêves | XXX Abandonné | EmptyDim 15 Aoû 2010 - 23:55

Non, elle était pas douée, et alors ? Ca faisait parti de son charme de gamine insouciante. Les petits bobos ça ne lui faisait pas peur. Au contraire, cela se révélait souvent drôle, autant pour les autres que pour elle. De toute façon avec l’alcool que Yume avait souvent dans le sang, elle ne sentait pratiquement rien. Et la seule réponse qu’eu Nobu avec cette remarque fut un léger rire de la demoiselle, qui révélait franchement son état alcoolisé. Enfin, ce n’était pas vraiment l’heure de parler, le regard lubrique de l’universitaire démontrait son envie d’aller plus loin. Et celui de Yume était provocateur, l’air de dire, « vas y, si t’en ais capable ». Et elle n’eut pas attendre longtemps, puisque le rebelle l’attrapa par les hanches, ne lui offrant aucune échappatoire. Si seulement, la nippone l’avait voulu, bien évidemment. Hors, la rebelle était très loin d’avoir envie de se dégager de son étreinte. Alors qu’il l’embrassait, la demoiselle lui caressait les cheveux, comme un encouragement. La main sur sa poitrine la finit légèrement gémir, et cette dernière décida de faire doucement onduler son bassin contre celui de son partenaire. Capturant sa lèvre inférieure pour la mordiller, tandis qu’il lui léchait les siennes.

Un nouveau sourire amusé lorsqu’il parla. Non, il n’était plus obligé, au plus grand plaisir des deux étudiants. Mais Yume aimait autant attendre que l’acte en lui-même. Après tout, c’était la monté du désir, savoir qu’on était si loin et si proche à la fois des caresses osées. L’interdit était bien plus palpitant pour elle. Tout se résumait au jeu, le premier qui succomberait perdait. Cependant, arrivé à ce stade, la rebelle ne jouait plus. Résister sans obstacle était bien trop dur. Autant se laisser aller tranquillement pour atteindre l’extase. Depuis combien de temps n’avait elle pas eu de relation sexuelle ? Trop longtemps pour qu’elle calcule réellement. Et ces tendres caresses lui redonnait plus confiance en elle. Se sachant désirée, c’était toujours plus simple. Et puis, ça faisait toujours plaisir pour l’ego.

Et apparemment, Nobu avait décidé de prendre les devants en la plaquant contre le mur. Ce serait bien plus palpitant qu’elle ne l’aurait cru. A son plus grand bonheur. Elle qui avait prévu de contrôler la danse du début à la fin,Yume allait devoir tester un peu le jeune universitaire. Qui a dit, qu‘elle se laisserait faire, malgré son envie qui commençait à monter de plus en plus ? Avec la rebelle rien n’était jamais acquis. Personne n’avait pu se vanter d’avoir réussi à la dompter. Bien trop sauvage… bien trop fêtarde, pour rester tranquillement regarder un film avec un copain du moment. Particulièrement qu’elle n’avait jamais été amoureuse. Et le premier, serait bien chanceux, ou l’inverse. Chanceux d’avoir réussit à l’emprisonner dans une prison doré… Malchanceux de devoir surveiller la bête en cage. Enfin, la question n’était pas là.

Pour le moment, la demoiselle était bien trop occupée à profiter de l’attention de sa conquête. Les yeux fermés, elle respira lentement et profondément en tout l’encourageant en lui caressant les cheveux. Ses baisers dans le cou, aurait raison d’elle, si ça continuait, et Yume ne pourrait pas tester son partenaire comme elle le voudrait. Et les mains baladeuses n’arrangeait rien. Tant pis, pour le moment, la lycéenne se laisserait faire. Mais, elle se promit qu’elle se vengerait. Il avait commencé les hostilités après tout. Ok, y avait pire, mais la rebelle était très mauvaise joueuse.

Mais son handicape était fichtrement frustrant. Faire attention à son plâtre alors qu’elle avait de l’alcool dans le sang, c’était plus difficile. Particulièrement, qu’elle était plus maladroite que la moyenne. Les gamelles c’étaient pour elle. Cependant, c’était la première fois qu’elle se retrouvait avec ça. Foutue forêt de Hawai. Foutu Tsumi. Elle le boufferait pour lui faire subir ça. Et la furtive pensée de la racaille l’embrassant s’imposa dans son esprit sans qu’elle ne réclame quoique ce soit. Yume en aurait grogner de mécontentement. Bien heureusement, l’handicapée avait suffisamment de lucidité pour se retenir. C’était Nobu qui était dans la même pièce qu’elle, non un balafré idiot.

Se collant un peu plus à l’universitaire lorsqu’il passa ses mains sous la jupe, la rebelle sourit amusé. Déboutonnant lentement son pantalon, elle finit par y passer ses mains et lui caresser les fesses. En ce moment, elle détestait les vêtements. Si tout le monde sortait nu, ça serait plus facile. Quoique en hiver, ça ne serait pas l’idéal. L’idée d’avoir froid ne plaisait pas vraiment. Quoique, ça serait une bonne excuse pour ne pas aller en cours, et rester dormir au chaud dans son lit.

Gémissant de bien être lorsque son aîné commença lécher sa poitrine, Yume remonta un peu sa main pour caresser le bas de son dos. Et lorsqu’il passa sa main sur son sein, la demoiselle décida de prendre les devants. Hors de question de se laisser faire ainsi. La rebelle aimait donner du plaisir. Ca lui donnait un sentiment de puissance.

-On va remettre les choses à égalité…

Un sourire coquin, et elle remonta le t-shirt du rebelle tout en caressant lentement sa peau, effleurant son téton. Enfin, les voilà à égalité, enfin presque. Yume avait encore son soutien gorge, qui ne tarderait sans doute pas à libérer sa poitrine. Se mettant sur la pointe des pieds, la demoiselle mordilla le lobe de l’oreille de sa conquête malicieusement, tandis que sa main se contentait de caresser son bas ventre, pour finalement descendre sous le sous vêtement. Ses baisers descendant progressivement de son cou à ses boutons de chair, les suçotant, et les mordillant gentiment parfois. La jeune femme avait bien envie d’avoir sa deuxième main indemne. Mais les circonstances actuelles ne pouvaient pas lui permettre de prodiguer à Nobuo toutes les caresses possibles. C’en était frustrant.

Un clin d’œil pour son partenaire, et Yume baissa le pantalon qu’elle avait déjà déboutonner un peu plus tôt, tandis qu’elle l’embrassa langoureusement, laissant sa langue rencontrer sa jumelle, avant de s’écarter en posant son front sur le sien.

-Désolée si c’est pas top ce soir. Ca fait un moment que je n’ai pas couché avec quelqu’un.

Valait mieux prévenir, au cas où. Malgré sa confiance en soi apparente, ça n’était en rien le cas, c’était d’ailleurs pour cette raison elle se mit à rougir légèrement. Pour la demoiselle, c’était comme une confession intime. Pas de là, à avoir honte, simplement un manque de confiance qui lui sauta subitement au visage. Foutu break, voilà où cela l’avait mené. Peut être incapable de satisfaire correctement le rebelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty
MessageSujet: Re: Les éclats de rêves | XXX Abandonné |   Les éclats de rêves | XXX Abandonné | EmptyMar 24 Aoû 2010 - 13:21

    Enfin arrivés à destination ! Ca n’avait pas vraiment été de la tarte avec deux zigotos comme ça complètement ivres, surtout que Yume était vraiment maladroite ! Elle n’arrêtait pas de se cogner partout, ce qui faisait rire le décoloré qui la suivait en ne marchant pas vraiment droit. La jeune femme avait ouvert la porte de leur chambre pour la soirée, Nobuo trépignant d’impatience. Vite, vite, vite ! Quand la porte fut enfin ouverte et que la lumière fut allumée, le garçon ne put attendre plus longtemps. Il avait déjà attendu beaucoup trop longtemps ! Il attrapa Yume par les hanches pour l’attirer contre lui, l’embrassant alors fougueusement. Les mains du rebelle commencèrent leur exploration plus poussée que lorsqu’ils étaient encore dans la boite de nuit, s’arrêtant sur la belle poitrine que Yume lui offrait. Il la tenait toujours fermement contre lui avec son autre main pendant que celle sur la poitrine de la demoiselle la parcourait par-dessus le vêtement qu’elle portait encore. Les ondulations du bassin de Yume étaient vraiment grisantes et si ça continuait comme ça, Nobuo allait devoir abréger les préliminaires qu’il affectionnait pourtant autant voire plus que l’acte en lui-même.

    Nobuo avait finalement plaqué tout doucement sa partenaire de la soirée contre le mur, lui faisant retirer son haut pour qu’elle se retrouve en soutien-gorge. Ses lèvres avaient lâchées ses jumelles pour descendre sur cette peau qui était à présent découverte et donc à sa portée. Sa langue fit le tour de la barrière de tissu qui cachait toujours la poitrine de Yume et une de ses mains était passée sous la jupe de cette dernière pour se poser sur ses fesses. Son autre main était posée sur le mur, juste à côté du visage de la jeune femme. Il remonta capturer les lèvres de Yume alors que celle-ci déboutonnait son pantalon avant d’y passer une main pour lui caresser à son tour les fesses. Nobuo se complaisait à prendre les devants comme ça et entendre sa partenaire gémir de temps à autre sous ses caresses était satisfaisant et grisant. Il passa de nouveau sa main sur la poitrine de la demoiselle, prêt à lui dégrafer son soutien-gorge, mais la demoiselle lui dit qu’elle voulait remettre les choses à égalité. Les lèvres de Nobuo quittèrent le cou de Yume pour que ses yeux la fixent alors qu’elle souriait d’un air un peu coquin.

    Il lui répondit avec un autre sourire alors que la jeune femme soulevait son t-shirt pour passer une main au dessous, effleurant son téton avant de venir toucher du bout des doigts son bas-ventre, faisant frissonner le décoloré qui laissait glisser sa main sur le derrière des cuisses de Yume. Nobuo ne put s’empêcher de serrer un peu sa main sur les fesses de sa partenaire quand celle-ci vint s’occuper de ses boutons de chair avec sa bouche, l’autre main du rebelle remontant le long du dos de la demoiselle pour enfin dégrafer son soutien-gorge. Il le fit d’une main, avec une facilité déconcertante alors qu’il le jetait un peu plus loin lui aussi, allant rejoindre le haut de Yume qui jonchait déjà le sol. Il la laisse baisser son pantalon, l’envoyant valser pendant qu’ils s’embrassaient de nouveau. La main de Nobuo continuait de caresser le dos de Yume alors qu’il se collait contre elle. Elle détacha ses lèvres des siennes pour s’excuser de sa future performance, étant donné que cela faisait un moment qu’elle n’avait pas couché avec quelqu’un. Nobuo lui fit un petit sourire, venant l’embrasser furtivement avant de faire glisser sa langue jusqu’à l’oreille de sa partenaire.

    « T’inquiètes pas pour ça. J’vais faire en sorte qu’ça soit mémorable. »

    Mémorable ? C’était un peu fort comme mot… En tout cas, le rebelle se promettait de donner autant de plaisir à Yume qu’il pouvait le faire. Lui ? Bouaf au pire, il se débrouillerait tout seul si ça n’avait pas été suffisant quand il rentrerait à Keimoo. Avant de reprendre là où ils venaient de s’arrêter, Nobuo retira son t-shirt pour retourner se coller contre Yume. Sentir la poitrine d’une fille contre son torse, c’était toujours terriblement grisant. Alors qu’il l’embrassait avec toujours plus de fougue, sa main vint se saisir d’un des seins de la demoiselle pour le palper, tout doucement, ses doigts effleurant par à-coups son téton, le pinçant parfois. Son autre main fit remonter la jambe de Yume pour qu’il passe la sienne en dessous, la bloquant ainsi puisqu’elle était toujours contre le mur. Les lèvres du décoloré quittèrent ses jumelles pour venir enfin goûter à cette poitrine généreuse qui était contre lui. Il avait fait un peu remonter Yume pour pouvoir atteindre sa poitrine, sa langue la parcourant avidement, ses doigts se mêlant à la partie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty
MessageSujet: Re: Les éclats de rêves | XXX Abandonné |   Les éclats de rêves | XXX Abandonné | EmptySam 11 Sep 2010 - 20:31

Bon apparemment, elle n’avait pas tout à fait perdu la main avec les caresses. Et c’était tant mieux, puisqu’elle fut plus rassurée de sentir l’étreinte de Nobu se resserrer sur ses fesses, l’encourageant à devenir plus entreprenante, tandis que l‘universitaire se chargeait habillement de lui enlever son soutien-gorge, un savoir-faire qui ne passa pas inaperçu dans la tête de la demoiselle malgré que son cerveau soit ravagé par l‘alcool. Ravagé peut être, mais la demoiselle avait l’impression d’avoir recouvré ses esprit. Ce qui était complètement faux, sinon, elle se serait pas lancé dans cette aventure d’un soir. Normalement, tout cela était fini. Mais sentir la peau du rebelle sous ses doigts la grisait plus qu’il ne le fallait. En même temps, après avoir couché avec un certains nombres d’hommes pendant une période assez longue, et tout arrêter du jour au lendemain, c’était… déroutant. Normal qu’elle craque au final. Surtout quand elle était aidée avec la drogue et l’alcool. Ca mettait la conscience en veilleuse, ces trucs là. Et les mains expertes du décoloré n’arrangeait pas les choses, pour l’aider à tout arrêter. De toute façon, ça serait bien cruelle pour lui.

Quand on commence, il faut finir. Philosophie de vie de Yume. Enfin, d’un point de vue très large… Seulement si ça l’arrangeait en fait. Pour ça, qu’elle démarrait rarement quelque chose. Conclusion : Elle avait commencé à se déshabiller, enfin, c’était plutôt Nobuo qui le faisait, mais la rebelle avait commencé à le laisser faire, alors autant le laisser jusqu’au bout, n’est-ce pas ? Et la japonaise, n’avait pas l’intention d’être la seule à être en tenue d’Eve. Bah oui, égalité des sexes. La demoiselle était une féministe affirmée, et indépendante. Dépendante de ses parents, mais ça c’était un détail, après tout.
Mais bon, ça ne la rassurait pas sur tous les points, puisqu’Yume se sentit obligée d’avouer à son partenaire, qu’elle n’avait pas fait l’amour depuis longtemps. Et fallait avouer, ça lui faisait mal de lui dire. Bah oui, la demoiselle avait une fierté mal placée. Très, mal placée. Cependant, ça ne semblait pas dérangée le rebelle plus que cela. C’était rassurant… Ou pas. En fait, elle se sentait encore plus mal pour le coup. Dans sa tête, si lui donnait, il était logique qu’elle en fasse de même. Ca ne serait pas équitable sinon. Et honteux pour elle. Si la nippone était incapable de le satisfaire, elle s’en voudrait légèrement. Oui, mine de rien, elle est mignonne derrière son caractère de feu. Cependant, la jeune femme garda ses pensées dans sa tête, n’ayant aucune intention de débattre sur une discussion qui serait finalement secondaire. Trop occupée à apprécier les caresses multiples de Nobu.

Il lui promettait une soirée mémorable… Ce n’était pas vraiment difficile avec elle, actuellement. Tant qu’elle sentait un peu d’attention, elle retiendrait son nom et sa tête sans problème. Rien qu’avec son style atypique. Et Yume n’aurait jamais cru à l’avoir, habillée en pétasse BCBG. Enfin, ça dépendait cruellement du point de vue. Pour elle oui, puisqu’elle n’avait pas l’habitude d’aller en soirée avec des talons aiguille et des vêtements colorés. Pour lui, peut être pas, puisqu’elle n’était maquillée à outrance. Trop feignante pour, en fait.

Effleurant les traits du torse de l’universitaire du bout des doigts avec sa main plâtrée pendant qu’il enlevait son haut, Yume se mordit la lèvre inférieure. Fallait il sérieusement passer par les préliminaires ? Non, parce que la rebelle était terriblement excitée, et elle sentait parfaitement qu’elle n’était pas la seule. Au moins, désormais, il ne se sentait pas trop à l’étroit avec son pantalon. Parce que le bas s’était déjà fait la malle grâce à Yume.
Le regardant dans les yeux avec profondeur, et lubricité, la demoiselle sentit un frisson la parcourir lorsqu’elle fut en contact avec le torse de son partenaire. Comment avait elle fait pour faire vœux d’abstinence pendant presque un an ? Elle se le demandait. Gémissant de plaisir dès qu’il pinçait. Et la jambe de Nobu au niveau de son entre jambe, n’arrangeait rien. Au contraire, elle sentit une chaleur en bas de son ventre lui monter à la tête.

L’embrassant dans le cou, parfois le mordillant jusqu’à son oreille, la demoiselle descendit lentement sa main vers le bas ventre de l’universitaire, s’attardant à la limite du seul vêtement qui lui restait, avant de descendre un peu plus bas, effleurant son sexe au début, puis massant ses testicules avant de s’attarder sur le gland. Ne sachant pas vraiment ce qu’elle faisait, trop occupée à se concentrer sur les caresses de Nobu, en fermant les yeux. Finalement, elle se mit à faire des mouvements de va-et-vient avec sa main, n’ayant pas vraiment la possibilité de faire plus, puisqu’elle était bloquée. Oui, elle aurait pu faire en sorte de ne plus être contre le mur, mais pourquoi renoncer à quelque chose de grisant. Nobu était à la fois ferme et tendre, et c’était tout ce qu’elle aimait. Comme beaucoup de fille, il fallait l’avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty
MessageSujet: Re: Les éclats de rêves | XXX Abandonné |   Les éclats de rêves | XXX Abandonné | EmptyDim 19 Sep 2010 - 12:57

    Les deux étudiants, enfin parvenus à la chambre d’hôtel, pouvaient à présent donner libre cours à leurs pulsions. Yume était déjà en soutien gorge et Nobuo était torse nu. Ca n’allait pas être très pratique avec le plâtre de la demoiselle, mais il ferait avec. Ca serait un peu comme une première fois pour le décoloré, ça rajoutait un peu de piment. Il fallait qu’il fasse attention à ne pas lui faire mal en étant aussi doux que possible, mais il fallait qu’il sache quand même rester ferme. Nobuo vint vite dégrafer le soutien-gorge de la demoiselle, dévoilant sa jolie poitrine sur laquelle ses yeux se posèrent avec envie alors que Yume s’évertuait à lui faire tomber son pantalon et à lui caresser le torse. La jeune femme lui avoua même que ça faisait un moment qu’elle n’avait pas couché avec quelqu’un et que du coup, ça risquait de ne pas être super bien. Le rebelle la rassura en lui disant qu’elle n’avait pas à s’en faire et qu’il ferait en sorte que ce soit mémorable pour elle. Lui ? Il s’en fichait un peu de prendre plus de plaisir ou moins que la demoiselle, du moment qu’elle appréciait elle.

    Une fois le soutien gorge de la demoiselle et son pantalon à lui au sol, il se rapprocha d’elle, faisant entrer la peau du haut de leur corps en contact. Nobuo frissonna à ce contact doux et chaud de la poitrine de Yume contre lui et il ne perdit pas plus de temps avant de s’occuper de cette dernière. Ses mains, ses doigts, ses lèvres, sa langue, le décoloré mettait tout en place pour donner du plaisir à la jeune femme alors qu’il s’occupait avec une certaine habilité de ses seins. Sa jambe était venue se coller au niveau de l’entrejambe de la demoiselle afin qu’elle ne puisse pas se défaire de l’étreinte qu’il exerçait sur elle. Mais ce fut au tour de Yume de jouer : elle embrassait le cou de Nobuo, le mordillant par à-coups alors que sa main descendait jusqu’au bas-ventre du rebelle qui soupira doucement en sentant la main de la demoiselle lui toucher son entrejambe au dessus de son dernier vêtement. La main qu’il avait posée sur les fesses de Yume descendit un peu plus, les contournant pour passer sous l’une de ses cuisses, caressant doucement son intimité par-dessus son sous-vêtement à elle.

    Quand Yume commença à faire de légers va-et-vient, Nobuo laissa échapper un autre soupir, sa bouche continuant de s’occuper de la poitrine de la jeune femme alors que ses deux mains s’étaient lancées dans le retirage de la jupe de la demoiselle. Ainsi, ils seraient à égalité, tous deux en sous-vêtement, même si cette situation n’allait sûrement pas durer longtemps. Habituellement, Nobuo aimait beaucoup les préliminaires, mais là, il sentait qu’il n’allait pas pouvoir les faire durer aussi longtemps qu’il le faisait habituellement. Cela faisait déjà un moment qu’il en avait envie, depuis qu’il s’était collé d’un peu trop près à Yume en boite. Une fois la jupe tombée aux pieds de la demoiselle, Nobuo l’embrassa de nouveau, cherchant avidement sa langue avec la sienne alors que sa main redescendait au niveau des fesses de sa partenaire, cette fois passant sous son sous-vêtement. Il colla complètement son bassin contre celui de Yume, le faisant légèrement onduler pour que son membre durci entre plus ou moins en contact avec son intimité à elle.

    « D’solé Yume… J’crois qu’les préliminaires vont pas durer s’per longtemps… »

    Sa main remonta le long du dos de la demoiselle, se perdant dans ses cheveux alors que son autre main descendait sur la poitrine de celle-ci, s’arrêtait près de son nombril avant de se stopper près de l’élastique du sous-vêtement de la demoiselle. Il fit doucement glisser sa main sous celui-ci, ses doigts descendant de plus en plus bas jusqu’à toucher l’intimité de la demoiselle. Il la caressa tout d’abord, du bout des doigts, s’aventurant près du clitoris de cette dernière avant de remonter pour retirer ce dernier bout de tissu qui persistait sur son corps. Il s’écarta légèrement, plaquant une main près de la tête de Yume contre le mur, l’embrassant avec passion alors qu’il retirait lui-même son boxer. Il le fit glisser à ses pieds et l’envoya valser un peu plus loin. Maintenant, ils étaient tous les deux nus, l’un contre l’autre. Nobuo continua d’embrasser la demoiselle avant de se coller contre elle, sa bouche s’égarant le long du cou de Yume, la mordillant avant de s’arrêter près de son oreille.

    « T’as c’qu’il faut ou pas ? »

    Par là, il parlait de préservatifs. Il avait pour principe de ne pas coucher avec quelqu’un sans, sans avoir la certitude qu’ils ne craignaient pas de se refiler un mauvais truc tous les deux, ou que la demoiselle prenait bien la pilule. Il ferait comment si Yume se retrouvait en cloque à cause de lui ? Il serait bien embêté…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty
MessageSujet: Re: Les éclats de rêves | XXX Abandonné |   Les éclats de rêves | XXX Abandonné | Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les éclats de rêves | XXX Abandonné |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les éclats de rêves | XXX Abandonné |
» Jakar gentil Shih-tzu abandonné à 14 ans ! (54)
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Créatures rares et nommés - Terres Solitaires
» Cravache et baguette [PV Excalia] [Abandonné]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's :: Rp's 2012 et antérieurs-
Sauter vers: