₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Doing things at our own pace [Satoshi]

Aller en bas 
AuteurMessage
Misuzu Watanabe
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 20
Adresse : À l'internat.
Compteur 121

KMO
                                   :

MessageSujet: Doing things at our own pace [Satoshi]    Mar 26 Juin 2018 - 11:48




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
satoshi // misuzu

doing things at our own pace.

   
Ce matin là, quand le réveille sonne, ma première pensée est pour Satoshi. Pas de craintes, de rougissements, de souffle court, juste son nom qui apparaît dans ma tête. J’éteins le réveil comme d’habitude en balançant mon poing dessus, mais cette fois ci il ne me tombe pas sur la tête. On dirait bien que cette journée commence bien, ou en tout cas mieux que la plupart. Je me lève sans trop de difficultés et entame ma petite routine quotidienne. J’applique peut être mon maquillage avec un peu plus d’attention et de précision que d’habitude, certes. Pourtant, si je vois Satoshi un peu plus tard, ce n’est pas vraiment un rendez vous. Juste une surprise pour les membres du club. J’ai évoqué l’idée alors que nous étions à Fukuoka, et il a trouvé que c’était quelque chose à tenter. Alors voilà, c’est aujourd’hui, à peine quelques jours après être rentrés du tournoi, que nous nous retrouvons pour préparer quelques sucreries et pâtisseries pour réconforter ceux qui ont fait moins bien qu’ils le voulaient, féliciter ceux qui sont allés loin, et encourager tout le monde à continuer à faire de son mieux.

Je m’habille rapidement, mettant des vêtements simples. Un jean gris taille haute, un t-shirt à rayures et une veste à capuche ouverte dessus. Rien de bien compliqué, donc. En même temps, pour réviser et cuisiner, inutile de porter des talons et une jupe, déjà que je n’en porte pas en temps normal... Et puis, ça serait suspicieux si je m’habillais comme pour un rencard. Enfin, je suppose. Je n’ai pas vraiment qui que ce soit à qui demander, donc on va faire comme on peut. J’avale rapidement un petit déjeuner et je file à la bibliothèque. J’ai quelques trucs à réviser, et me concentre donc sur ça pour ne pas trop penser à la suite. Je passe environ trois ou quatre heures là bas, entrecoupées d’un déjeuner rapide sur un banc dehors, puis je récupère un livre de recettes, et j’en recopie deux ou trois avant de quitter les lieux. Je dois d’abord aller acheter les ingrédients dont je sais que je ne les trouverai pas déjà stockés dans la cuisine, aussi je me hâte jusqu’au konbini le plus proche. Sur le chemin du retour vers la résidence, j’envoie un message à Satoshi, pour le prévenir qu’on peut se retrouver sans tarder. Il n’est pas loin de leur à laquelle nous avions prévu de nous rejoindre de toute façon, donc je ne pense pas interrompre quoi que ce soit. Il m’a dit d’arrêter de baisser la tête et de m’excuser de toute façon, et il a sûrement raison. Je sens à nouveau cette chaleur diffuse dans ma poitrine en pensant à lui. Il va falloir faire quelque chose pour ça, mais je ne suis pas vraiment sûre de comment m’y prendre. C’est bientôt la Saint-Valentin, peut être… Je sais pas. Ça me paraît stupide, on n’est plus au collège. Mais en même temps ça serait un bon prétexte ?

Je secoue la tête et reprend ma marche rapide, pénétrant dans le bâtiment. Je retire mes chaussures et me dirige vers l’une des cuisines. La pièce est spacieuse, avec un large plan de travail au centre. C’est parfait. Je pose mes courses et mes recettes avant de commencer à sortir certains ingrédients indispensables, farine, sucre, etc. J’enfile un tablier et relis tranquillement les trois recettes que j’ai recopié : tarte tatin, gâteau au chocolat, mochi à l’anko. Rien de bien difficile, ce qui est probablement le mieux vu que je n’y connais rien en pâtisserie. Ça fait longtemps que je n’ai pas fait des mochi, mais je laisserai Satoshi décider, et au pire rien ne nous empêche de faire deux des recettes, par exemple. Après tout, le club compte pas mal de membres, et il faudrait en faire assez pour tout le monde. Quelque chose me dit que Satoshi va sûrement avoir une préférence pour la tarte tatin, étant donnée la quantité d’eau à la pomme que je l’ai vu boire depuis qu’on se connaît. Alors que je suis occupée à lire les recettes, la porte s’ouvre et je me tourne immédiatement dans cette direction.

« Ah, Satoshi-kun, bonjour… Comment vas tu ? »

Je n’ai pas rougi. C’est ridicule de se féliciter pour ça, mais mine de rien c’est quelque chose. Normalement là je serais déjà rouge tomate et en train de bégayer. Je lui souris.

« J’ai préparé quelques recettes qui avaient l’air assez simple et qui pourraient faire l’affaire, je te laisse décider. J’ai pris les ingrédients pour faire les trois, de toute façon. »

Dans tous les cas, même si on ne prépare pas tout, il me restera toujours les ingrédients dont je pourrai me servir après. J’attrape une boite d’anko et la lui tends.

« Je me suis dit qu’on pourrait prendre de l’anko tout prêt, ce n’est pas vraiment traditionnel, mais bon… L’anko prend normalement des heures à préparer, alors… »

Nouveau sourire, léger rougissement de ma part mais sans que ça soit trop ridicule, du moins je l’espère. Je me tais le temps qu’il me dise ce qu’il veut qu’on prépare, et vais attraper un tablier pour lui avant de lui tendre.

« Tiens, mets ça. »

Je lui souris une nouvelle fois en plissant un peu les yeux et en tentant désespérément de garder une respiration normale, puis me distrais en sortant des saladiers et des ustensiles.

« Ah, je ne t’ai même pas demandé comment s’est passée ta journée. Tu es allé au dojo ? »

Je cherche clairement à faire la conversation, mais j’aime bien parler avec lui et si on reste dans le silence ça va finir par devenir gênant, non ? Je mets de l'eau à chauffer pour faire du thé, histoire qu'on ait quelque chose à boire en cuisinant.

love.disaster


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10978-watanabe-misuzu-broken-crayons-still-color-mei#233553 http://keimoo.forumactif.com/t10980-livret-scolaire-watanabe-misuzu
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 565

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Doing things at our own pace [Satoshi]    Mer 27 Juin 2018 - 13:43

- Et a ce moment la tu vois, il prend une grosse voix super bizarre, et il me dit « mais tu sais, Mikaela-chan, tu es la femme la plus belle, voluptueuse et intriguant que j'ai jamais rencontré ». Alors moi, je lui dis quoi, a ton avis ? Vas y, dis, dis !

- Euh....tu lui dis quoi ?

J'étais en route pour la cuisine ou je devais rejoindre Misuzu pour préparer cette histoire de gâteaux. Je lui avais dis que j’étais pas mauvais cuisinier et j'allais sans doute me retrouver un peu ridicule étant donné que je n'avais quasiment jamais fais de gâteaux de ma vie. Je cuisinais quasiment uniquement du salé. Et alors que j'étais quasiment devant la porte, mon téléphone avait sonné. Mika, qui voulait encore me raconter une de ses histoires ou elle finissait toujours par recaler un type. J'aimais bien qu'elle m'appelle, mais des fois je me demandais si elle avait vraiment des amis a Tokyo.

J'ouvrais la porte, et Misuzu apparaissait devant moi. J'écartais un peu le téléphone, avant de m'incliner devant elle, et de former un « bonjour » avec mes lèvres en m'inclinant devant elle avant de lui faire un sourire timide, un peu mal a l'aise de me présenter devant elle au téléphone. Je suis vraiment débile, j'aurais du finir la conversation dans le couloir. Si je peux appeler ça une conversation. Et en plus elle parlait tellement fort que j'étais obligé d'écarter mon téléphone de mon oreille, et j'étais sur que Misuzu pouvait entendre. Bien malgré moi, je lui faisais plaisir.

- Et donc euh....tu lui dis quoi ?

- Je lui dis, avec une voix trop tentatrice tu vois, mais en même temps ferme, genre costaud. « Le jour ou je sortirais avec to
i, la tour de Tokyo reposera sur sa pointe.

Elle éclata de rire, vraiment fière d'elle, alors que je me passe la main sur le visage d'un air fatigué. Bon sang, elle est vraiment infernale. Pauvre mec, si il avait su a qui il s'attaquait, il aurait probablement baissé les yeux et continué son chemin. J'approche doucement mon téléphone de ma bouche et commence a faire des bruits de crépitements bien volontaire.

- Ah....crzprzrzrz, Mika je....je rentre dans l'école je capte plus...crzzrzrz, plus...crzrzrzrz salut crzrzrz.

- Eh, attends ! Je sais que tu le fais exprès. Écoute moi Sakutaro, si jamais tu...bip bip.

J'avais raccroché, en poussant un soupir et en enfouissant le téléphone dans ma poche avant de m'incliner devant Misuzu a nouveau d'un air désolé. Même quand elle n’était pas la, même quand c’était avec une amie a moi qu'elle ne connaissait même pas, elle fallait qu'elle se donne en spectacle, c’était plus fort qu'elle. J'étais mort de honte, mais il fallait faire avec, et puis je devais bien profiter de mon moment avec Misuzu. Elle était venue pour m'aider a la base.

- Je suis désolé....elle est pas méchante mais elle est....euh....spéciale. Je vais bien merci. Et toi ? Pardon de t'avoir fais attendre, j’espère que tu n'avais pas autre chose de prévu et que j'ai posé problème ?

Je récupère le tablier qu'elle me tend, que j'enfile rapidement. Bon, je n'ai pas vraiment besoin de mettre ça, mais puisque cela semble lui faire plaisir, je ne vais pas faire de remarque la dessus, histoire d'éviter de passer pour un lourd. Je regarde les différentes recettes, et j'hoche la tete doucement. Ca fait des siècles que je n'ai pas mangé de gâteau au chocolat. Enfin, ce n'est pas pour moi de toute façon. Je me demande presque pourquoi je suis venu. Elle a tellement tout prévue que j'ai le sentiment que je vais plus la ralentir qu'autre chose.

- Je suppose qu'on peux faire les trois non ? Enfin, moi j'ai tout mon temps.

Alors qu'elle sort des ustensiles, je m'occupe de séparer les ingrédients en trois parties, une pour chaque gâteau qu'elle compte faire, et je tourne la tête vers mon amie, alors qu'elle semble faire du thé. Elle pense vraiment a tout. J'écoute sa question. Ma journée n'avait pas était très palpitante en fait. J'avais couru, j'avais révisé.

- J'ai passé la moitié de mon aprem a faire mon cours. Ouais parce que je prend pas vraiment de note en amphi alors....ouais je sais c'est débile un peu, mais j'arrive pas trop a écouter et écrire en même temps. Alors je note juste le titre des livres, et après je les empreintes et je me fais des cours moi même a partir de ça.


Je devais donner l'impression d’être complètement débile. « Je ne peux pas écrire et écouter en même temps », mais j'avais trois ans ou quoi ? Pourquoi j'avais présenté la chose comme ça ?

- Oh, je t'ai vu a la bibliothèque tout a l'heure. Mais tu etais tellement concentrée, j'ai pas voulu te déranger en sachant qu'on se verrait plus tard. Oh, et je ne compte pas aller au dojo. Je vais aller a ma salle.


Qu'est ce que je venais de dire ? J'étais pas censé en parler de ça. Mais Misuzu ca allait non ? Enfin, si elle me reprenait sur le sujet, je n'aurais qu'a lui expliquer. Elle saurait garder le secret.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Misuzu Watanabe
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 20
Adresse : À l'internat.
Compteur 121

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Doing things at our own pace [Satoshi]    Lun 9 Juil 2018 - 15:08




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
satoshi // misuzu

doing things at our own pace.

   
Lorsque Satoshi entre dans la pièce, il est au téléphone. Il s’incline et je fais de même, avant de remarquer que j’entends à peu près tout ce que dit la personne au bout du fil. C’est une voix féminine, donc je suppose qu’il s’agit de l’amie dont il m’a parlé plusieurs fois. Elle semble en train de raconter une anecdote d’une voix énergique et de ce que je comprends, elle a rejeté les avances de quelqu’un. Sa répartie me fait sourire légèrement, mais Satoshi commence à imiter des bruits de grésillements et je hausse un sourcil. J’imagine qu’il la connaît assez pour se permettre de faire ça, mais ça reste néanmoins assez malpoli. Il finit par raccrocher sous les cris de la jeune femme et soupire avant de s’incliner de nouveau. Par réflexe, je courbe très légèrement la nuque aussi. Il commence à s’excuser d’abord pour la jeune femme, puis pour m’avoir fait attendre, et je lui fais un grand sourire tout en lui tendant le tablier que j’ai récupéré.

« Daijoobu desu. Tu n’as vraiment pas besoin de t’excuser, et puis ton amie a l’air très énergique. Tu pouvais finir ton coup de téléphone, tu n’avais pas besoin de raccrocher précipitamment comment ça. Elle a l’air très drôle en tout cas. »

Je ne veux pas qu’il pense qu’il doit couper tout contact avec son amie dès que je suis dans les parages, après tout ils ont l’air assez proches et je ne voudrais pas qu’il se sente mal à l’aise. Lorsque je demande à Satoshi ce qu’il préfère préparer, il propose de faire les trois. C’est une option que j’avais en effet envisagé, je hoche donc la tête avec un sourire.

« Les trois c’est bien, oui. »

Je prépare néanmoins du thé, histoire qu’on puisse se désaltérer au fur et à mesure. Une fois l’eau chaude dans la théière avec le sachet, j’attends un instant que ça infuse en ramenant le tout sur le plan de travail central. Je hausse un sourcil quand il explique avoir « fait » son cours.

« Eh ? »

Je suis un peu surprise. Il explique réécrire les cours avec les livres après avoir écouté en classe. J’imagine que c’est une méthode comme une autre, même si je ne pense pas que je serais capable de faire ça. Je sors une balance et rapproche la recette pour la tarte tatin et les pommes, avant d’attraper deux économes et d’en tendre un à Satoshi. J’attrape une première pomme et commence à l’éplucher tout en l’écoutant. Il m’a vue à la bibliothèque ? Je n’ai pas du tout remarqué qu’il était là, mais j’étais plongée dans mes révisions. Il évoque également une salle, et je me tourne légèrement vers lui.

« Ta salle ? »

Je ne veux pas l’obliger à expliquer, mais ça m’intrigue. Je finis de peler la première pomme, puis la découpe pour mettre les morceaux dans le saladier, avant d’en prendre une autre.

« Ah, je ne t’ai pas vu. Mais quand je révise je suis en général vraiment concentrée. J’arrive pas à refaire mes cours toute seule et comme je ne suis pas forcément très intelligente ni talentueuse, si je veux des bonnes notes je dois vraiment faire de mon mieux et travailler beaucoup. Je ne peux pas y aller au talent, quoi. »

Mes parents m’ont élevée comme ça. Je ne suis pas plus bête qu’une autre, mais on m’a appris qu’il fallait travailler et toujours faire de son mieux. C’est comme ça que j’ai eu une bourse, donc il faut croire que ça marche. Même si je ne pars pas avec un avantage, je peux être la plus travailleuse, et donc pourquoi pas être la meilleure. Aux derniers examens, j’étais deuxième de ma promo. Peut être que je pourrais être major cette fois ci ? Je vais faire de mon mieux en tout cas. Je suis pleine de détermination et ça doit sûrement se voir sur mon visage, parce que je réalise que j’ai la mâchoire serrée et les sourcils froncés. Je retrouve une expression normale immédiatement et rougis légèrement.

« Ah, désolée, je t’ai même pas expliqué… Euh, on pèle les pommes et on les coupe en morceaux, après ça on va les caraméliser… Puis mettre la pâte dessus et faire cuire la tarte… Enfin, voilà. Ça devrait être assez rapide. »

Je continue à peler la seconde pomme puis la coupe en morceaux, répétant le processus jusqu’à ce qu’il y ait assez de pommes.

« On en a assez je pense. »

Je récupère un plat en métal et le place sur la gazinières, avec du beurre et je dispose les pommes avant d’ajouter une généreuse quantité de sucre et d’allumer le feu assez fort sous le plat. Je m’équipe ensuite d’une manique et souris à Satoshi tout en la mettant.

« Je me brûle souvent en cuisinant, alors maintenant je suis prudente. »

Il doit vraiment penser que je ne sais pas me servir de mes dix doigts ni même de mes jambes ou autre, et il n’aurait pas tort : j’ai vraiment une très mauvaise coordination.

« Est-ce que tu pourrais dérouler la pâte pour qu’elle soit prête ? J’avoue que j’ai aussi eu la flemme d’en préparer une… On a déjà pas mal de choses à cuisiner, alors bon… »

Et maintenant il va se dire que je suis fainéante. Super. Mais c’est vrai que je n’avais pas envie de tout faire moi même, j’aime bien cuisiner mais pas forcément pendant des heures, même si c’est avec lui.

« Euh… Si tu veux, tu peux commencer le gâteau au chocolat ? Je viendrai t’aider dès que j’ai fini. »

Il a bien dit qu’il était plutôt bon en cuisine, non ? Donc c’est bien que ça devrait aller, il doit être capable de se débrouiller tout seul pour faire un gâteau, je suppose.

love.disaster


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10978-watanabe-misuzu-broken-crayons-still-color-mei#233553 http://keimoo.forumactif.com/t10980-livret-scolaire-watanabe-misuzu
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 565

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Doing things at our own pace [Satoshi]    Sam 14 Juil 2018 - 0:55

Je la regarde en penchant la tête sur le coté, sans vraiment comprendre ce qu'elle veux dire dans un premier temps. Elle a du sans doute croire que j'avais coupé court pour ne pas l’embêter elle. Bon,d'une part, ce n’était pas tout a fait faux. Mais j'avais surtout eu envie de m'en sortir avec une santé mentale entière. Et je savais très bien que j'allais enchaîner sur la totalité de sa dernière soirée ou elle n'avait pas eu envie d'aller et ou elle s’était ennuyée, comme d'habitude, et je n’étais pas assez au calme pour le supporter.

- On va dire qu'elle a l'habitude, depuis le temps. C'est de bonne guerre.


Je lui faisais un sourire, en retirant ma veste pour me mettre plus a l'aise avec le tablier en question. J'étais presque persuadée qu'elles s'entendraient bien. Un pressentiment, que j'avais a chaque fois que j'avais les deux en même temps, souvent l'une en face, et l'autre au téléphone. Bon toujours en fait. Je n'osais pas vraiment appeler Misuzu de vive voix. Un message c’était largement plus simple. Moins génant. Je n'étais pas tellement téléphone et jusqu'il y a encore peu de temps, je n'avais meme pas internet sur mon portable, bien trop vieux pour supporter n'importe quoi du type. Merci sans doute a Hisaka, du coup. Sinon, j'en serais encore loin de m'en acheter un nouveau.

Je l'observe un moment préparer le temps. Elle semble si connaître, et je m'agace d'avoir l'impression de voir les mouvements de ma mère. Je suppose que c’était pour ça que j'étais a l'aise avec elle. Rien de plus, c'est sur. Maman était vraiment de la vieille école. Elle était du genre a aimer les traditions. Comme Misuzu. Ca devait etre de famille, mais je ne pouvais pas en être l’héritier moi mime, vu que je ne savais même pas le nom de mes grands-parents. Un peu hypnotisé par les gestes de routines qu'elle faisait, je réagissais a peine quand elle me demandait pour ma salle. Rien d'étonnant.

- C'etait avec l'ancien vice-directeur. Il m'a donné l'autorisation d'utiliser une des pièces du bâtiment abandonné. Celui ou les élèves n'ont pas le droit d'aller. En échange, je devais reprendre la compétition. C'est pour ça que j'ai participé alors que je t'avais dis que je n'aimais pas trop ça. Du coup, pour la salle, même si Yui-sensei est partit, comme de toute façon c’était quelque chose d'informel, j'ai continué de l'utilisé. Je l'ai aménagé comme un petit dojo. Je te ferais visiter si tu veux.

Je l'écoute quand elle commence a se dévaloriser, même si je commence a avoir l'habitude qu'elle fasse ça. Je ne peux quand même pas m’empêcher de soupirer intérieurement. J'hésite a la contredire puis elle est déjà passé a la suite alors je songe que ce n'est pas vraiment très utile. Mais cette manie de toujours parler de soi en mal, qu'elle semble avoir, me rend un peu triste. A mes yeux, elle est vraiment....vraiment incroyable. Elle est intéressante. Et plutôt jolie. Bon d'accord, très jolie. Mais dire quoi que ce soit de plus dans cette situation, ce serait comme révéler bien plus que ce qui passe dans ma tête non ? Alors il vaux mieux ne rien dire de plus. Et écouter la recette, même si je la connais, elle semble motivée et contente de me l'expliquer, alors pas question de lui couper la parole.

- Je m'en charge, chef Watanabe-dono.

Je fais une sorte de sourire mi amusé, mi sérieux, avant de me mettre a la conception du gâteau. J'essaye de me rappeler exactement de celui que ma mère m'avait fait une ou deux fois, pour mon anniversaire notamment, a l'époque ou je n'avais pas encore l'habitude de tout recouvrir de pommes. Ce n’était pas si ancien. Puis je commence la préparation, sucre, farine, beurre, œuf, chocolat. Levure, forcément, j’oublie quelque chose ? Une petite pincée de sel a la limite, pour relever le goût.

- Tu préfères quoi, toi ? Cuisiner du salé ou du sucrée ?

Bonne question je trouve. J'avais l'impression que ce détail donnait souvent des indices sur la personnalité des gens. Et dans un coin de ma tête, j'attendais qu'elle me dise qu'elle préférait les plats salés. Une intuition, vis a vis de sa personnalité. Elle n’était pas assez....comment dire ça sans avoir l'impression de mal m'adresser a elle ?

Elle faisait un peu trop.... « garçon », par certain coté. Mais c’était complètement stupide. Les plus grands chefs pâtissiers était des hommes non ? Bref. Quelque coup de cuillère en bois supplémentaire, et la préparation est prête. Je commence a la mettre dans le moule. Elle n'a pas eu besoin de m'aider, et j'ai étais plutôt rapide. Pas de technique secrete quelconque. Je suis du genre a aller droit au but. Ce serait vraiment classique.

- Et pour les gâteaux. Parmi ces trois la, pour lequel tu veux être la goutteuse ? T’inquiète, on aura cas couper des parts, personne saura qu'on aura déjà testé avant d'offrir.

Efficace comme stratégie, non ? Je lui souriais toujours en enfournant le plat dans le four, et de m'approcher de mon thé qui avait refroidis.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Doing things at our own pace [Satoshi]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Doing things at our own pace [Satoshi]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ? all these little things ?
» Requesciat in Pace [One Shot]
» (m) lee pace ? âme sœur (humain/divinité)
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Pensionnat :: Résidence universitaire-
Sauter vers: