₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: /! Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Mar 11 Mar 2014 - 12:07


- Le Chant des Sirènes -
- Fin Janvier 2014 -

Il est tard mais les rues du quartier sont éclairées par les lumières colorées et artificielles des enseignes attirantes comme le chant des sirènes. Il fait froid et pourtant les jeunes gens devant les bars sont peu vêtus, appel franc à la pneumonie mais aucun ne semble s'en soucier, fumant et buvant pour se réchauffer, ou en se collant très serré par groupe de deux ou trois, tout dépendait des préférences en fait. Le froid de Janvier les balaye avec force mais quand l'esprit est embrumé par la fumée, les vapeurs d'alcool et celles des hormones adolescentes bouillonnantes, tout semble plus doux, même les températures terriblement basses, la neige, ou le vent désagréable.

Devant l'entrée du club, Jun ne semble pas échapper à la règle universelle et il est déjà bien ailleurs, parle fort, rit beaucoup, on peu aussi le qualifier de peu habiller pour le froid ambiant. Et pourtant il est presque sobre. La nuit, tout les vices sont gris. Mais lui il est brillant, trop, affriolant, trop, et bientôt trop défoncé probablement. Loin de l'université, loin du jour, il a reprit son habitude d'excentricité. Un court manteau au col et aux manches bordées de fourrure, vraie ou fausse c'est un secret, est ouvert sur un haut extravagant noir laissant voir un bout de son petit ventre plat parfois et un pantalon qui sert diablement ses hanches et les jambes, ornées elles même de ceintures décoratives et d'une éternelle paire de menottes dont il n'a pas la clé. Ses bottines claquent sur le sol machinalement, il ébouriffe ses cheveux en attendant de rentrer, s'étant un instant coupé de la discussion du groupe de jeunes gens improvisés avec qu'il avait décidé de sortir.

A peine entré dans la boite de nuit, sans mal, il les quitta pour aller chercher un verre au bar en gardant son manteau pour l'instant, alors qu'une demoiselle lui propose de le récupérer. Il se sentait prince, dans ces ambiances, et il s'y sentait bien. Depuis quelques temps, c'était son refuge, les nuits où il n'arrivait pas à rentrer, encore moins à dormir ou à rester plus d'une minute seule dans son salon. Ce n'était pas sage, ni raisonnable, encore moins un moyen d'affronter son existence mais peu importe, il était jeune et d'une certaine façon, brisé, alors il voulait profiter avant de retrouver sa rate écrasée sur l'autoroute encore une fois, alors qu'il faisait le funambule entre deux situations juste au dessus de cette dernière.

Le jeune métisse se déhancha et chanta un peu sur le chemin, entre des corps inconnus, à l'allée avisant les personnes au bar avec son éternel sourire. Il fit la même chose sur le retour mais retourna s'asseoir parmi ses congénères qui avaient trouvé un petit coin tranquille dont on pouvait voir une bonne partie de la piste, de la salle en fait. Les garçons avaient pris des bouteilles diverses et variées, l'un d'entre eux servait les filles, un autre chargeait les verres des autres mâles de la bande. Dos au bar, dans les lumières colorées, d'une démarche princière, Jun vint se laisser retomber sur un petit canapé avec un petit sourire satisfait, ayant embrassé la pièce du regard comme s'il était sur son territoire.

Verre vite terminé, il attrapa une bouteille pour se resservir, dosant à vue de nez, mal probablement en écoutant d'une oreille la conversation des autres, riant un peu sans être totalement attentif mais à partir d'une certaine heure, avec un peu d'alcool, le rire devient contagieux, sa bonne humeur naturelle apparente l'aidant aussi pas mal. Le jeune homme était venu pour ça, comme à chaque fois, retrouver une vraie bonne humeur, même légèrement aidée. Nouveau verre absorbé sans demander son reste pour sans servir un autre en ronchonnant.

- Je veux danser !

Caprice qu'il fit savoir à tout son petit monde, affalé comme un pacha sur son canapé, sur lequel il était pratiquement seul, deux fille s'étant levé, bien éméchée, pour aller danser. Mais malgré cette envie cuisante qui lui faisait faire la moue comme un prince contrarié, il ne bougea pas ses jolies fesses de son trône pour autant. Basculant la tête en arrière, Jun soupira. Prince ennuyé qui se mis à parcourir la salle de nouveau de son œil valide en sirotant son verre, bien décider à se trouver des cavaliers et des cavalières.


Dernière édition par Jun Masato le Dim 1 Fév 2015 - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Lun 24 Mar 2014 - 13:22

Devant lui, une dizaine de paires d'yeux attendant avec fébrilité. Merde. Et plus il restait silencieux, plus il vendait la mèche.

- Je …

S'adossant sur sa chaise, il soupira en signe de soumission. Il avait réussi à ne pas éveiller les soupçons jusqu'ici, garder ça secret, mais là, c'était la fin.

- Oui.

- Oui, quoi ?

Ils insistaient en plus. On dirait que ça leur faisait plaisir.

- Oui, j'ai déjà couché avec des garçons.

La pression fut relâchée. Diverses exclamations envahirent la pièce, parmi lesquelles des « j'en étais sûr ! », quelques « … non …? », et un « 'peut pas se contenter des filles, il lui faut aussi les mecs … ».
Ouais, la fin. Les deux heures suivantes furent consacrées à la mise à nue de sa sexualité, à l'interrogatoire en bonne et due forme sur d'improbables curiosités d'ordre sexuel, le tout arrosé de mauvais sake et de tequila importée.

* * *

Le groupe s'était réduit à quelques irréductibles souhaitant finir la soirée en boîte, histoire de se mettre la mine bien comme il faut. Dans un consensus implicite, leurs pas les menèrent dans une rue illuminée par les néons des établissements, véritable feu follet attirant plus particulièrement les jeunes personnes. Depuis des mois, ces trottoirs étaient les témoins de leurs nuits de débauche alcoolisée, et ce soir n'allait pas faire exception.

Comme d'habitude, il y avait la queue, et c'est docilement qu'ils s'y glissèrent, frissonnant dans le froid de janvier. Cela leur donna tout le temps nécessaire pour embêter Yun-Jin sur sa précédente révélation. Atsuo, moqueur, vint se coller à lui en minaudant, imitant ce qu'il pensait être un petit japonais homosexuel. Le coréen ne le repoussa que pour la forme. L'inconscient, s'il savait qu'il jouait avec le feu …

Ils prirent des paris, et, sans qu'il sache vraiment comment, il se retrouva piégé dans un gage ridicule qui stipulait que tant qu'il ne leur avait pas montré comment il draguait des minets, il n'aurait pas le droit de boire. Il retint un soupir, se consolant en se disant que ce ne sont que des ignorants découvrant un tout nouveau jouet, et qu'ils s'en lasseront bien vite.
Les laissant à leur bêtise, il se laissa bercer par les basses rythmées que les murs de la boîte laissaient entendre. Un chant bien particulier auquel il s’était attaché.

Lorsqu'ils rentrèrent dans l'établissement, la chaleur du lieu manqua de les faire tourner de l'œil. Mais ils parvinrent à déposer leurs affaires au vestiaire et slalomer entre les nombreux clients. Yun-Jin lorgnait déjà sur le bar, son envie probablement décuplée par le fait qu'il n'y avait pas droit tout de suite.

- Le canapé est pris ! se plaignit Kanzaki, d’une voix forte.

- Il fallait s'y attendre, t'as vu à quelle heure on se pointe ? répliqua Atsuo.

Ça n'empêcha pas la jeune fille de faire la moue. Jouant des coudes, ils allèrent vérifier s'il n'y avait pas quand même un peu de place pour eux. Concrètement, il y avait bien un canapé qui pourrait les accueillir mais il était présentement occupé par un jeune homme qui avait l’air de vouloir en faire son trône.
Yun-Jin ne fit aucun commentaire, et amorça un mouvement pour se diriger vers la piste, mais c’était sans compter les très bonnes idées de ses amis, qui survenaient au moment où il en avait le moins besoin. Kanzaki n’eut besoin que de quelques secondes d’observation avant de se tourner vers Yun-Jin avec un regard qui en disait long.

- Non, statua-t-il sans attendre.
- Je te rappelle que tu as un gage, Yun-Jin.
- Et je ne me souviens pas que ce gage spécifiait que c’était à vous de choisir.
- Maintenant, il le spécifie. Allez, fais pas ton timide !

Le coréen soupira légèrement. Il lança une œillade au dit-jeune homme. D’habitude, il préférait aborder des petits timides, le genre qui rougissait avant même qu’il n’ouvre la bouche. C’était tellement mignon de les voir tituber sous le poids écrasant de son charme. Celui-là avait l’air très sûr de lui, probablement qu’il savait ce qu’il voulait…. Et ça pouvait être comme ne pas être dragué par Yun-Jin.
Tant pis. Il n’allait pas reculer devant ce genre de défi. Soit il gagnait et c’était tout bénéf’ pour lui comme pour ses amis. Soit il perdait, et c’était aussi tout bénéf’ pour lui, s’attendant à ce que l’intérêt pour sa sexualité retombe toute seule.
Alea Je-Me-Jacta Est.

- Soyez discrets, lança-t-il avant de partir.

La boîte était pleine ce soir, il était difficile de se déplacer, mais du fait de sa grande taille – exploit pas tellement difficile au Pays du Soleil Levant –, Yun-Jin n’eut aucun mal à se frayer un chemin. Durant ce petit labs de temps, il fit son possible pour établir un contact visuel avec sa cible. Mais au lieu de venir se planter devant comme un piquet, il contourna le canapé et posa ses mains sur le dossier, décalé sur la droite du jeune homme.

- Votre Majesté, dit-il d’une voix un peu forte pour se faire entendre et couvrir la musique, me feriez-vous l’honneur de m’accorder cette danse ?

Il n’oublia pas de sourire.
De là, Yun-Jin avait une bonne vue sur les atouts de la Princesse : de jolis cheveux, un visage aux traits fins et charmants, et, à la lisière du pantalon, apparaissait une fine courbe de chaire sur laquelle Yun-Jin s’arrêta plus que de raison avant de revenir planter son regard dans celui de son vis-à-vis. Hm … des yeux particuliers. Des lentilles ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Lun 31 Mar 2014 - 23:27

De son œil valide, Jun parcouru la salle survoltée. Il aurait bien cassé les oreilles de ses camarades en répétant son caprice, alors qu'il savait pertinemment qu'aucun d'eux, fille ou garçon, ne voudrait bouger pour l'instant, c'était donc particulièrement inutile. Deux seulement s'étaient levées, et elles étaient trop loin maintenant pour le populaire, décidément trop bien installé pour aller les chercher. Une moue adorablement boudeuse s'afficha sur son visage angélique alors qu'il réclamait un autre verre. L'attrapant du bout des doigts, le jeune homme le porta lentement à ses lèvres sans lâcher le décor des yeux, mourant d'envie de s'y amuser sans trouver un quelconque intérêt dans la foule mouvante autour d'eux.

Dans sa recherche active de jeu, la soirée ne pouvait décemment pas être amusante s'il ne bougeait pas de ce canapé, Jun fini par accrocher sur un regard. Un regard dans sa direction, issue d'un jeune homme bien grand, charmant, qui avait cependant l'air bien sur lui en apparence. Ce dernier, derrière un air presque sage malgré l'ambiance, et l'avant-soirée qu'il avait dû passer avant la boite, avait l'air de chercher ses prunelles dans la foule, d'ailleurs, et plutôt plein d'assurance, le populaire aurait pu le parier. Sur les fauteuils en face, la discussion semblait avoir repris et il tendit l'oreille, dans un petit signe de tête pour que les jeunes gens devant lui parlent plus fort.

- J'aurais du parier dès qu'il a commencé à réclamer à danser. Toi par contre... je vois... je vois... que tu vas rester seule ce soir ! Haha.
- Oh tais toi ! … Ce qu'il m'énerve ! Pourquoi il a toujours ce qu'il veut tout de suite !
- Mais pourquoi elle râle encore celle là !

La voix du blond, un brin hautaine, avait répondu aux quelques bribes qu'il avait capté, sans comprendre immédiatement de quoi parlait une petite jeune femme dont on devinait une légère tendance à vouer un culte à l'amaigrissement excessif. Princesse râleuse et prince capricieux s'affrontèrent du regard, les sourcils froncés, puis le jeune homme métissé suivit des yeux le doigt que la jeune fille pointait discrètement vers le grand jeune homme. Il était sur la piste de danse et Jun croisa de nouveau, presque instantanément, son regard, avec intérêt. Il venait vers eux, non plutôt vers lui. Tiens tiens, le dieu du jeu, de la fête et du hasard aurait entendu son exigence ?

Laissant le « prédateur » s'approcher de lui, pour se glisser dans le rôle de la proie avec un petit sourire en coin, Jun attendit, docile. Pourtant, il brûlait de sauter sur les pieds, de l'attraper par le col pour l'entraîner sur la piste. La musique était de plus en plus motivante, ou bien était ce l'alcool qui la rendait plus attrayante. En tout cas, il du faire un certain effort pour ne pas bouger d'un pouce, petit prince impatient. Plutôt surprit et amusé de l'entendre dans son dos, il pencha un peu la tête vers l'arrière, lentement, pour observer le grand méchant loup. Mais l'agneau avait un petit sourire au coin de ses lèvres gourmandes, celui qui dit « T'es en retard. » .

En l'entendant, malgré la musique pulsant dans tout son corps, son sourire s'agrandit et il se tourna un peu vers le loup, lui témoignant alors tout son intérêt. Après tout, il venait de répondre sans bavure à son appel de détresse et ça, Jun ne pouvait pas l'ignorer, même si son vis à vis n'en avait aucune idée. Qui plus est, ce type était plutôt son genre avec sa grande taille et ses manières de faire, de le regarder. Évidemment, il pourrait avoir peur de passer pour quelqu'un de naïf après ces jolis mots mais son regard en disait long sur sa détermination et la manière dont il savourait ces flatteries tant elles étaient joueuses. Son œil s'éclaira, l'autre, pourtant glacé, semblait scruter le visage dissimulé par la pénombre de la boite.

- Sa Majesté accepte, elle commençait à s'ennuyer. Et c'est si gentiment demander.

Il n'avait pas pris la peine de haussé un peu la voix, bien au contraire, jouant sur la proximité en s'agenouillant sur le canapé pour pouvoir approcher ses lèvres de l'oreille du prétendu soupirant. Quitte à se dévoiler, autant le faire tout de suite. Jun n'avait pas l'intention de se faire attendre plus longtemps de toute façon. Entre deux éclats de lumières rose et verte, Jun se leva finalement, l'attrapant par le tissu de son haut pour l'entraîner sur la piste.  

Il a la démarche sûre et n'attendait que de danser pour savourer sa soirée. On peu le sentir, quand il se tourne pour se coller au jeune homme qui le dépasse largement, avec une retenue feinte. Quand il l'a de nouveau en face de lui, totalement, le blondinet jouerait presque de son air vulnérable en l'observant, remontant sa main jusqu'à son épaule, attentif à la musique. La faible lumière de la salle, trop aléatoire aussi, ne lui permet pas de détailler correctement son vis à vis mais il essaie tout de même, son air mutin dissimulé par l'ambiance de la pièce. Il hausse pourtant un sourcil, brièvement alors que sans quitter sa contemplation de son regard abîmé, ses hanches se mettent doucement à se balancer en rythme, et il plisse les yeux.

- Et le Chevalier vient souvent ici ? C'est pour s'attirer les faveurs de sa Majesté ?

Un peu direct, mi amusé, mi interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Ven 4 Avr 2014 - 22:39

Spoiler:
 

Bingo. A voir le sourire qui lui était offert, le poisson avait mordu à l’hameçon. Pas que Yun-Jin considérait que c'était tout cuit, mais au moins, il intéressait sa proie, et c'était bien l'essentiel pour remplir les termes du contrat que ses amis avaient mis sur sa tête. Au moins, Kanzaki n'avait vraiment pas choisi le plus moche, et rien qu'à voir la lueur amusée dans ses yeux, Yun-Jin devinait aisément que le petit jeu auquel il s’adonnait lui plaisait.
Ses yeux ... cette particularité semblait lui rappeler quelque chose. Il eut cette impression étrange d'être en face de quelqu'un qu'il connaissait et ne savait déterminé si c'était de vue ou s'il avait parlé avec cette personne.

La princesse se mit à genoux sur le canapé pour lui faire face et se rapprocher de lui. Il aurait pu tout simplement hocher la tête, ou hausser la voix pour lui répondre, mais il avait choisi de se rapprocher physiquement et venir lui délivrer la réponse au creux de l'oreille. Le coréen ne put s'empêcher de sourire. Evidemment que la Princesse aimait son petit jeu, et elle y allait de son propre piment. Yun-Jin sentit ses hormones frissonner.

- Sa Majesté accepte, elle commençait à s'ennuyer. Et c'est si gentiment demander.

Sans attendre, il referma ses doigts sur le haut de Yun-Jin et l'entraîna à sa suite. Ce dernier se laissa faire, complètement satisfait d'être tombé sur ce garçon aguicheur.
Il pensa à Kanzaki, il était persuadé qu'elle avait un sourire triomphant sur le visage, qu'elle pensait l'avoir piégé, embarrassé. Comme Atsuo avant. Ils ne savaient pas qu'ils lui donnaient son dessert préféré.

Ils ne passèrent pas très loin d'eux d'ailleurs, tous les deux avaient les yeux braqués sur lui - on peut oublier la discrétion -, comme rivés devant un show TV absolument passionnant. Ils hésitaient entre la sidération, l'incompréhension et l'amusement. Yun-Jin crut déceler quelque chose en plus chez Atsuo mais il devait sûrement rêver. Il prit la peine de leur adresser un regard, quelque chose d'intense et d'appuyé pour être sûr de bien transmettre le message : c'est moi qui vous ai eu.

Ceci fait, il les mit dans un coin de sa tête et concentra son attention sur le jeune homme qui venait juste de se retourner contre lui. Bonjour, bel oiseau. La joie pouvait se lire sur son visage. Il devait s'ennuyer bien fort sur son canapé. En réponse à la main sur son épaule, Yun-Jin plaça la sienne sur la hanche du blond. Ce dernier le scrutait. Ah, Yun-Jin n'était pas le seul à avoir cette impression de déjà-vu. Ils devaient probablement se connaître. Le tout était de s'en rappeler.

- Et le Chevalier vient souvent ici ? C'est pour s'attirer les faveurs de sa Majesté ?

Un sourire en coin, Yun-Jin utilisa le même stratagème pour lui répondre : il se rapprocha de son oreille.

- Le Chevalier est effectivement un habitué des lieux.

Il sentait les hanches de son partenaire bouger en rythme. Il le suit, sans rien lâcher de sa virilité. Ses doigts, posés nonchalamment, effleuraient parfois cette frêle ligne de peau découverte. Mais pour ne pas affoler de trop ses instincts de chasseur, il migra plutôt dans le dos, les rapprochant un peu.

Les couleurs des lumières de la boîte dansaient sur le visage raffiné en face de lui, mais il avait beau se triturer les méninges, il peinait à savoir à qui il appartenait. Probablement quelqu'un de l'académie, mais ça ne restreignait pas les possibilités. Au contraire. Au moment où Jun et Yun-Jin s'étaient rencontrés, le coréen n'avait probablement pas catalogué le blond comme faisant partie des garçons du même bord que lui, et pour cause, à cette époque, il ne se considérait pas de ce bord-là. Il considérait Shiki comme une exception, mais ne se remettait pas en question. Circonstances bien différentes à présent.

- Et quant aux faveurs, s'il cherchait à les gagner, il semblerait qu'il soit en bon chemin, finit-il avec un air espiègle.

Ils n'avaient pas toute la place du monde sur la piste de danse, au contraire, mais c'était un fait que Yun-Jin appréciait, à vrai dire. Ca les obligeait à danser serré, à se frôler, à sentir l'odeur de l'autre. Ça lui plaisait beaucoup. Et à vrai dire, ça lui permettait de faire ce qu'il voulait, comme gentiment faire tourner le blond pour venir se mettre dans son dos. Ainsi, il avait naturellement la bouche tout près de son oreille, et les fesses du blond bien placées ....

- Montrez-moi vos talents, Majesté.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Lun 7 Avr 2014 - 23:14

Ignorant totalement que son prédateur et lui avaient deux spectateurs tout particuliers, et c'était peut être mieux pour tout le monde car qui dit spectateur dit spectacle et Jun savait et aimer se donner en spectacle quand il avait un peu bu, le jeune homme se sentait des plus assurés alors qu'il entraînait son partenaire de jeu sur la piste de danse. Cette dernière semblait d'ailleurs se noircir de monde, alors que la musique et le peu de place réchauffaient considérablement l'ambiance de toute la salle. Si le populaire aimait jouer la proie, les bases du jeu étaient posées à peine avait-il attrapé Yun-Jin par le col. Une proie se laisse rarement avoir immédiatement, en étoile sur le sol à attendre de se faire dévorer par le grand méchant loup, et Jun était de celles qui aimaient le faire savoir. Le message avait d'ailleurs dû passer sans encombre. Surtout depuis qu'ils étaient soudainement plus proche pour danser.

Un léger sourire glisse sur ses lèvres au même rythme que la main glissant sur sa hanche étroitement serrée dans son pantalon noir, et le jeune métisse abandonne un instant la contemplation de ce visage qu'il est pourtant sûr d'avoir vu quelque part, du moins ce qu'il peu en voir dans cette lumière quasi inexistante. Plutôt physionomiste d'habitude, le voilà frustrer. Mais les traits de son partenaire, sur lesquels la lumière joue, le décourage pendant un temps, celui qu'il a pour entendre les quelques mots glissés à son oreille. Eh mais c'était sa technique ça !
Il en fut terriblement amusé. Les voilà sur la même longueur d'ondes.

- Le Chevalier est effectivement un habitué des lieux. Et quant aux faveurs, s'il cherchait à les gagner, il semblerait qu'il soit en bon chemin.

Se rapprochant sans rechigner de ce corps, creusant légèrement ses reins sous les frôlements d'une main qui semblait plutôt tactile, Jun fit tout de même la moue malgré l'amusement qui ne cessait de grandir en particulier quand la voix à son oreille se tinta d'une pointe de malice qu'il cru bel et bien discerner malgré la musique assourdissante. Il se mordit la lèvre et secoua doucement la tête comme pour revenir sur cette assurance dont faisait preuve cet audacieux prédateur. Et alors qu'il se déhanchait doucement, le jeune Masato revint contempler le visage ce grand optimiste.

Plus oppressé par la foule mais pas moins à l'aise, Jun se tourna avec plaisir, tout naturellement, pour coller son dos et ses fesses au corps qui dansait contre le sien. Il n'aurait su dire si son contentement pouvait se ressentir, mais il appréciait l'initiative. En fait, être tout contre son partenaire de la sorte était quelque chose qu'il affectionnait particulièrement. C'était peut être idiot mais il avait l'impression d'être encore plus proche, déconnecté des autres danseurs qui envahissaient de plus en plus leur espace et de ce fait, d'être moins dérangé. Et de part ce contact, bien plus intime, pour se laisser découvrir et charmer, pouvoir jouer sur une vue plongeante et des mouvements discrets mais pourtant plus provocateurs.
Alors pour ce qui était de montrer ses talents, Jun n'aurait pu rêver mieux. Sa tête bascule doucement vers l'arrière pour s'appuyer contre le torse si chaudement serré contre lui, et se tourne pour qu'ils puissent s'entendre et se comprendre, autrement que par la danse. Surtout quand la voix s'est teintée cette fois d’intonations connues.

- Tout d'abord mon cher Chevalier, sache que tu n'es qu'au début du chemin.

Mais de son côté, le blondinet semblait avoir fait un pas de plus. Ses rencontres avec Yun-Jin, c'était uniquement dans le cadre du comité qu'il les avait réalisé. Dans un brouhaha de voix proposant une multitude d'idées, rarement dans le calme jusqu'à ce que le président de l'époque les fasse taire avec sa gueule de méchant. Soit dit en passant, Jun s'était toujours demandé ce que Gin foutait à la présidence de ce Comité, bien qu'après les événements qui avait changé l'organisation de l'école, on puisse mettre cet étrange choix sur le dos de la panique et de l'urgence. C'était de ces réunions animées que le jeune homme tirait tout ses souvenirs du coréen. Pourtant, le comité s'était imposé à ses yeux en entendant la voix à son oreille et les yeux ronds de surprise, un bref instant devant ce qu'il avait entrevu, Jun s'interrogea.

- Quant à mes talents...

Dans un petit mouvement bref et rapide, levant la tête sans se tourner totalement vers le danser, loin de là, ses lèvres se déposèrent sur sa joue mais loin de s'y attarder, son dos se recolla totalement au torse derrière lui. Si son intuition, étrange mais pourtant amusante, se révélait être exacte, le jeu en devenait plus excitant. Mais comme le jeune homme ne semblait pas le reconnaître, non seulement la réponse restait encore flou, mais une pointe de vexation venait titiller Jun.
Cependant il en sourit et c'est ce qui corsa un peu le jeu, probablement.

Dans un lent déhanché étroit contre le corps de l'hypothétique ancien membre du comité, Jun se mit à descendre lentement, souplement, pour remonter sans effort, le dos légèrement arqué, allant chercher les mains de son partenaire pour les poser sur ses hanches de nouveau entre la limite de son haut et de son pantalon. Il se met à rire.

- Je pense qu'il y a une bonne entrée en matière !

_______
Ah t'as trouvé la tenue ~ J'espère que ça t'iras ;) !
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Mar 6 Mai 2014 - 18:13

Tout se passait dans un seul et même flot, des mouvements souples qui se complétaient. Yun-Jin n'avait qu'à donner une petite impulsion, et le blond réagissait en conséquence, le tout sans exprimer le moindre mot. Ils communiquaient sans paroles, ils se comprenaient. En fait, probablement que chacun trouvait en l'autre ce qu'il cherchait. Tout s'était passé plutôt rapidement, ils s'étaient vus, avaient échangé quelques mots, le blond l'avait entraîné sur la piste de danse, et maintenant il frottait son corps contre le sien. Le mot "pudeur" n'avait pas sa place ici, le blond et lui n'étaient pas en tête-à-tête depuis cinq minutes qu'ils en étaient déjà à la parade amoureuse. Certainement, la jeunesse ne s'embête pas avec les politesses d'usage et va droit au but.

Son torse accueillant son dos et le derrière de sa tête, une intimité charnelle commençait à se créer. Le blond savait jouer de ses charmes, il avait toute l'attention de Yun-Jin ; et des hormones de Yun-Jin. Puis le Prince Blond se tourna suffisamment pour lui parler sans trop d'effort, sa bouche plutôt proche de la sienne. Il se tâta quelques secondes à y déposer les siennes, mais assurément, cela surviendrait beaucoup trop tôt dans leur jeu.

- Tout d'abord mon cher Chevalier, sache que tu n'es qu'au début du chemin.

Yun-Jin sourit, acquiesçant silencieusement, pensant à ce dit-chemin qui pouvait lui promettre tant.

- Quant à mes talents...

Yun-Jin mentirait s'il disait qu'il ne fut pas - agréablement - surpris de sentir se poser de douces lèvres sur sa joue. Mais les réjouissances ne s'arrêtaient pas là : les cheveux blonds reposèrent encore une fois sur son torse, il pouvait apprécier ce corps serré contre lui, ce corps qui se mit à descendre, lentement, sensuellement. Yun-Jin le suivit des yeux, fasciné par la vision que le blond lui offrait de lui-même. Et quand ce dernier, après être remonté tout aussi lentement et sensuellement, captura ses mains pour venir les poser sur ses hanches, il ne s'empêcha pas de les faire descendre pour effleurer les limites de l'abdomen. Il ne put retenir un léger soupir.

- Je pense qu'il y a une bonne entrée en matière !

Yun-Jin haussa vivement les sourcils et lui offrit un sourire charmeur. Si ce n'était que l'introduction, il avait hâte de découvrir le développement. Avec cette parade amoureuse, Yun-Jin n'avait toujours pas trouvé l'identité de son interlocuteur, mais il était lui était difficile de réfléchir, une partie de son sang ayant sûrement quitté la région du cerveau pour aller se perdre quelque part dans le reste de son corps. Une chose était sûre, il ne l'avait jamais dragué. Il n'avait jamais couché avec non plus, il s'en serrait souvenu. Ça collait bien avec le fait que cette personne devait être de Keimoo, car Yun-Jin ne s'aventurait pas - plus - à draguer à l'université. Trop de risques. Pour autant, il n'avait pas avancé d'un pouce.

Ne délaissant pas sa Majesté, Yun-Jin usait juste assez de force pour le maintenir contre lui sans l'empêcher de se déhancher pour lui. A moitié concentré sur ses pensées, à moitié obnubilé par cette petite parcelle de chair qu'il touchait du bout des doigts, Yun-Jin pencha la tête et vint enfouir son nez dans les cheveux du blond, puis descendit dans le cou, effleurant la peau de ses lèvres sans jamais la toucher. Le garçon sentait l'alcool, mais pas encore l'alcool nauséabond, non, juste cette odeur unique associée à la liberté de la nuit.

Comment réussir à associer cette personne qui commençait à lui offrir son corps avec quelqu'un avec qui il avait du avoir une conversation décente et sans arrière-pensées ? La vie est dure. Mais il sentait que ça venait, quelque chose autour de cet œil étrangement unique. Il avait déjà vu ça quelque part. Encore en pleine réflexion, il laissa une de ses mains glisser le bout de ses doigts - et pas plus - sous le haut du blond, caressant la peau délicate au passage.
Et c'est à ce moment, alors qu'il pouvait sentir les fesses de son partenaire se presser contre son bassin, que son cœur battait la chamade rien qu'à la sensation de cette peau sous ses doigts, qu'il eut l'illumination.
Ça remontait à tellement loin qu'il failli faire une pause. En toute maîtrise de soi - ou presque - Yun-Jin ressentit la satisfaction d'avoir trouvé la réponse à ses interrogations, réponse qui tenait en un seul mot. Comité. Il se demanda presque comment il avait pu mettre aussi longtemps à s'en souvenir, mais, à l'époque, Yun-Jin n'aurait jamais pu imaginer être dans cette situation avec Masato, le représentant des populaires. De plus, Yun-Jin est parfois un peu snob, et probablement qu'il ne lui avait parlé que pour les affaires liées au Comité. Il eut un petit sourire. Qu'est-ce qu'on peut être con quand on est jeune...

Si on lui avait dit qu'il se retrouverait dans une boîte gay-friendly à draguer et profiter du joli cul de Jun Masato, il n'y aurait pas cru. A l'époque, le seul garçon avec qui il s'autorisait de telles pensées était Shiki. Maintenant ... Ah, maintenant, c'était une toute autre histoire. Laissant son souffle cascader sur la peau de Jun, Yun-Jin remonta légèrement la tête pour mettre ses lèvres au niveau de l'oreille. La musique avait changé depuis le début de leur danse, mais était toujours aussi entraînante.

- Tu imagines la tête de Gin si on avait fait ça à l'époque ?

Impossible de savoir si Jun avait été plus rapide que lui à le trouver dans ses souvenirs, mais il était sûr que prononcer ce nom allait lui mettre la puce à l'oreille.


Dernière édition par HAN Yun-Jin le Mer 30 Juil 2014 - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Mer 21 Mai 2014 - 1:30

Un frisson électrisant dévala à une allure folle l'échine du jeune métisse quand le souffle de son partenaire se nicha dans son cou, tentateur, l'enveloppant, caressant sa peau avec légèreté sans que jamais ses lèvres ne s'y posent. Le jeune homme était quelqu'un de sensible. Sa peau réagissait très vite à la proximité, le simple fait parfois de s'approcher de sa nuque pouvait éveiller en lui une sensation étrange, comme une pointe de chaleur, celle qui annonce le début du frémissement et qui appréhende la caresse comme si celle ci avait déjà débuté. Quand le danseur, collé contre son dos, s'aventura à glisser ses doigts sur ses hanches et sur la peau à peine dénudée, suffisamment pour promettre monts et merveilles ou du moins pour en rêver, de nouveau cette sensation de chaleur fit frémir l'épiderme pâle et doré du garçon qui ferma les yeux et qui, d'un naturel tactile et joueur, savoura chaque frôlement de ces doigts qui glissèrent sous son haut. Ce haut, quel choix judicieux il avait fait à la minute où il avait décidé de le porter ce soir.

La pénombre cachait le rouge qui avait coloré ses joues. Ce n'était pas de la gêne, non, au contraire. Jun était des plus à l'aise dans cette ambiance qui se réchauffait lentement, cette ascension, cette escalade contrôlée méthodiquement par les deux jeunes hommes serrés l'un contre l'autre. La faible lumière colorée et changeante, dansant sur la foule de jeunesse perdue, de corps envoyant des signaux à qui voulait bien les entendre, à la recherche d'une compagnie pour quelques heures, pour quelques nuits, laissait entrevoir par contre, le rictus amusé du jeune Masato. Il ne cachait pas que pour lui la situation était savoureuse, et qu'elle le devint encore plus lorsqu'il entendit Yun-Jin prononcer ces mots.

- Tu imagines la tête de Gin si on avait fait ça à l'époque ?

Plusieurs sentiments venaient de naitre à cet instant. D'abord celui de se sentir un peu con, comme lorsqu'on a la réponse pourtant simple et évidente à une question, sur le bout de la langue, mais qui ne sort pas jusqu'à ce qu'on l'entende et que tout s'éclaire. « Ah oui ! », évidemment on l'avait deviné mais sans l'avoir dit. En entendant le nom de Gin, ce fou de Gin qui avait été, à la surprise générale, le président du premier comité après les Grands événements de l'école, la réponse à la question de l'identité du coréen était une évidence. Un rire s'échappa d'ailleurs de la gorge de Jun, c'était si risible, si improbable. Jamais il n'aurait pu imaginer que ce grand snob d'intello trop sérieux, et pourtant séduisant, qu'il avait croisé aux réunions se trouverait un jour dans ce type de boite, collé à ses jolies fesses. Fermant les yeux, il n'eut aucun mal à revoir la toute première réunion de ce comité à la composition étonnante. Non décidément, jamais il n'aurait parié sur la situation actuelle, il était surprit, agréablement.
Arquant de nouveau la nuque pour ne pas avoir à trop élever la voix, de sa voix rieuse il répondit alors, trahissant sa bonne humeur qui semblait avoir augmenté d'un cran.

- A ton avis, il aurait participé ? Ou est ce qu'il nous aurait tapé dessus... Je me demande. On sait tous qu'il aimait pas les filles.

Ses lèvres frôlent de nouveau sa joue mais cette fois, la taquinerie est palpable, comme si le fait que ce garçon contre qui Jun continuait à se déhancher langoureusement soit l'intello du comité, rendait la situation encore plus délectable.
Un petit coup de hanches taquin avant qu'il ne se tourne, puis Jun passa lentement ses bras autour de la nuque du coréen pour observer son visage pas plus éclairait mais qui semblait se dévoiler maintenant que le voile était levé. Ses doigts remontent alors lentement contre la nuque de Yun-Jin et il se rapproche pour reprendre d'une voix plus suave.

- Mais pour être honnête, je ne t'imaginais vraiment pas de ce bord là, à l'époque. Et tu avais l'air d'un petit sérieux coincé.

C'était vrai, jamais il n'aurait pu imaginer que ces mains fermement ancrées à ses hanches pour le maintenir contre son corps aurait pu appartenir à l'intello, ni ces doigts qui se faufilaient sous le tissu, visiblement avides de continuer d'avancer sur le chemin dont ils avaient parlé. En fait, d'uassi loin qu'il se souvienne, ce n'était vraiment pas ce qu'il aurait imaginé immédiatement si on lui avait demandé la manière dont il voyait son camarade. Mais il n'était pas du tout déçu par la vérité, et pour le prouver à son aîné, ses lèvres effleurèrent les siennes pour mêler très légèrement leur souffle alcoolisé s'étant réchauffé à cause de leur proximité. Collant son bassin au sien, ses ondulations reprirent de plus bel sur la musique dont le changement lui passait au dessus de la tête tant que le rythme pouvait s'adapter à leur parade et ces petites piques pleines de bonnes intentions.

Le jeune métissé se mit alors à rire, les sens à fleur de peau. Une telle situation de retrouvailles, c'était peut être le destin après tout, et Jun n'aimait pas contrarier le destin quand celui ci jouait en sa faveur. D'un chaste baiser, pour l'instant il l'était oui, il scella leurs lèvres un bref instant tel un baiser d'abord plutôt amical, qui laissa pourtant un goût plus chaud, plus tentant quand Jun y passa le bout de sa langue.

- Ah Yun-Jin ! … J'avoue que je suis surpris. Pas toi ? Mais j'apprécie l'originalité du cadre.

Son visage angélique se pencha légèrement sur le côté dans un petit rire chafouin.
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Jeu 26 Juin 2014 - 12:32

Il sentait bon et il réagissait positivement à ses attentions. Il se surprit à penser qu'il aimerait bien voir Jun sous un autre angle … Dans un autre contexte, plus … intime.... La situation prenait un tournant presque incroyable. Jun Masato et Han Yun-Jin, des années plus tard, tous deux dansant collé-serré dans une boîte de nuit, se draguant l'un l'autre sans honte ni pudeur. Cette révélation aurait pu les freiner, les faire hésiter, ne serait-ce que pour la forme, mais non, ça ne les ralentissaient pas, au contraire.

Plus le temps passait, plus Yun-Jin se délectait de la compagnie de Jun. Tout était agréable, son rire, sa voix, sa façon de parler et bien évidemment, son visage, son corps, sa façon de bouger, de se presser contre lui, de lui mettre ses atouts masculins sous le nez avec détermination.

- A ton avis, il aurait participé ? Ou est ce qu'il nous aurait tapé dessus... Je me demande. On sait tous qu'il aimait pas les filles.

- Ah ah, sûrement les deux.

Yun-Jin retint un soupir quand Jun lui offre encore un petit baiser. Il n'ajouta rien, prenant le temps de savourer la sensation de ce corps aguicheur sous ses mains. Jun lui plaisait beaucoup, il le sentait dans tout son corps. En même temps, Jun faisait tout pour lui plaire et le charmer. Comme ses bras autour de son coup, là. Ou ses doigts venant caresser sa nuque. Comment résister quand un être aussi charmant vient poser ses doigts sur vous et vous susurrer des mots doux à l'oreille ?

- Mais pour être honnête, je ne t'imaginais vraiment pas de ce bord là, à l'époque. Et tu avais l'air d'un petit sérieux coincé.

C'est à son tour de rire.

- Mais je suis toujours un snob sérieux et coincé !

Les lèvres de Jun le firent taire. Elles étaient proches … bien trop proches. Il prit sur lui pour ne pas céder tout de suite au jeu de Jun, attendant de voir s'il allait oser venir l'embrasser. Ce dernier se déhanchait langoureusement contre lui et faisait preuve de beaucoup de talent pour mettre la retenue de Yun-Jin en difficulté.

- Enfin, peut-être plus si coincé que ça...

Et pour appuyer ses dires, il aventura ses doigts plus loin sous le vêtement remontant sur les côtes de Jun. La peau était si douce... Le monde autour d'eux commençait à disparaître. Jun l'enivrait complètement et captait toute son attention. Leurs visages étaient proches, il put presque boire le rire de Jun à ses lèvres. Yun-Jin resserra ses bras autour de Jun, l'emprisonnant contre lui. Il était hors de question que le blond s'éloigne de lui.

Quand leurs lèvres se touchèrent enfin, même pour un chaste baiser, Yun-Jin ferma les yeux une seconde, savourant cette douce sensation. Jun l'envoûtait complètement. Une langue s'annonça, Yun-Jin était prêt, totalement prêt, à plonger dans un baiser plus intense mais rompit le baiser.

- Ah Yun-Jin ! … J'avoue que je suis surpris. Pas toi ? Mais j'apprécie l'originalité du cadre.

Il ne savait pas quoi répondre et, en fait, il n'avait pas envie de parler, là tout de suite. Il observa une seconde ce jeune garçon, allumeur professionnel, qui allait le rendre dingue s'il le laissait prendre les rênes ainsi. Il plongea son regard dans le sien, l’œil de Masato ajoutant du mystère à cette situation, et sans hésitation prit cet adorable visage dans sa main pour l'embrasser.
Pour ne pas l'effrayer – ou pour faire durer – Yun-Jin commença comme Jun, par juste poser ses lèvres sur les siennes, mais peut-être d'une manière moins douce, plus … possessive. De courte durée, le coréen voulait plus et comptait bien obtenir plus. Il serra Jun contre lui, le prenant dans ses bras, et, caressant du pouce la peau si douce de ce visage dont il prenait possession, il pénétra la bouche de Jun, venant caresser directement sa langue. Ce dernier l'avait cherché avec son petit bout de langue taquin, maintenant qu'il assume. Yun-Jin l'embrassa avec soin, sans empressement. Il se retenait, évidemment. Jun, sciemment ou non, l'avait transformé petit à petit en brasier, brasier qui ne demandait qu'à consumer toute la forêt. Mais pour l'instant, il se contentait de la bouche de Jun.

Il y mit fin, soupirant d'aise et de satisfaction. Le corps du Prince toujours contre lui, il se décida à lui répondre :

- Oui … Étonnamment charmé...  


Dernière édition par HAN Yun-Jin le Mer 30 Juil 2014 - 14:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Mar 15 Juil 2014 - 0:18

Jun s'électrise à nouveau. Dans l'ambiance surchauffée de la piste de danse, un soupire chaud et satisfait s'échappe de ses lèvres entrouvertes quand les bras de son partenaire emprisonnent son corps avec une certaine puissance, chose qui a le dont de le rendre plus fébrile et gourmand et dont il a grand mal à cacher les effets sur son plaisir. Ne s'attendant pas à ce que Yun-Jin rompe le petit baiser en premier, il resta quelques secondes étroitement collé contre son corps par cette étreinte ferme, une bouche gourmande entrouverte et le regard abîmé rivé sur le visage tantôt éclairé de couleurs vives puis plongé dans l'ombre.

Il eu à peine le temps de finir sa phrase et de voir les lèvres du coréen replonger sur les siennes. Loin de regretter une réponse composée de simples mots, tout le corps du blondinet sembla s'arquer lentement pour resserrer sa prise autour du cou du jeune homme alors qu'il laissait ses lèvres à la merci des gourmandes qui en avaient pris possession. Jun sentit chaque moment, de ces lèvres un peu plus avides et l'emprise autour de sa taille, du creux de ses reins cambré, qui se resserraient pour l'empêcher de fuir. Il en aurait eu envie, pour faire attendre le jeune homme qui semblait avoir envie de gagner du terrain. Mais la tentation était forte sous ce pouce caressant et cette langue inquisitrice qui venait chercher la sienne plus taquine, qui avait tenté le diable.

Quand Yun-Jin relâcha le jeune Masato, celui ci crispa ses doigts sur son col comme pour éviter d'être victime d'un abandon frustrant. Il doutait que les mains avides de chaleur et de douce peau le plante ici au milieu de la piste mais il préférait ne pas lui en laisser l'occasion du tout. Reprenant son souffle un bref instant, son sourire revint perler sur ses lèvres rougies par le baiser et dans la pénombre, il passa une langue furtive sur la chaire échauffée. Habituellement il gardait le contrôle, celui du jeune petit prince allumeur qui s'enfuyait quand la situation était trop à l'avantage de sa « victime », quand ce dernier approchait du but, ou du moins s'engageait plus loin sur le corps du jeune métisse qui avait pour rituel, de ne pas l'offrir par pur plaisir un brin sadique, devant l'espoir coupé net de ses pseudos conquêtes. Aujourd'hui l'emprise sur ses hanches, sa peau et ce baiser lui laissait entrevoir que sa retraite n'était pas assurée, elle s'amoindrissait à chaque instant.

- Oui... Étonnamment charmé...

Remontant légèrement sa jambe contre celle de cet intello plein de surprises, dans un petit déhanchement dansant et langoureux qu'il avait presque fini par oublier, il resta au plus proche qu'il le pouvait, de ces lèvres tentantes et comme si son esprit venait tout juste de se reconnecter avec la musique, ses hanches se remirent à bouger contre celle de Yun-Jin. Il ne su si l'alcool lui était franchement monté à la tête ou s'il perdait légèrement pied devant la situation délicieusement absurde et étonnamment excitante. De nouveau son rire fut audible et alors qu'il contemplait et comparait ce visage avec celui de ses souvenirs, le franco-japonais murmura d'une voix bien plus chaude qu'il ne l'aurait imaginé, bien plus suave.

- Tu as bien caché ton jeu !

Jun brûlait de curiosité en plus de tout le reste. Ce snob coincé et sérieux caché quelque chose qui le rendait avide d'être assidu à une toute autre forme d'étude, subitement. C'était palpable, sans mauvais jeu de mots, sous cette carapace et ce snobisme qui restait à n'en pas douter, il y avait quelque chose de volcanique et Jun ne se savait pas réputé pour son attitude réfléchit, prudente et sage. Yun-Jin avait bien raison, après le baiser qu'il avait donné au populaire, ce dernier n'en doutait plus, le côté coincé avait laissé place à quelque chose de plus brute... Et ça tombait rudement bien, car l'esprit insolemment rempli de vices du jeune homme en était friand et voilà longtemps qu'il ne s'était pas laissé tenter... Même si aux vues de l'étreinte, c'est lui qui avait l'impression d'être le repas du soir.

- Je suis plutôt curieux de savoir à quel point tu t'es décoincé... Depuis le temps. Ce que tu caches. Les sérieux ont toujours de vilains petits secrets.

D'accord, visiblement Jun avait abandonné le rôle de l'allumeur qui avait l'intention de planter son copain de jeu au milieu de la piste. Si c'était pas une invitation ça, on se demande si cette phrase tout sauf sage, pouvait être autre chose qu'un sous entendu. Ils avaient pris leur temps, et Jun ne comptait pas brûler les étapes, mais le jeu lui picotait le bout des doigts, les lèvres, la peau là où les mains du coréen l'avait frôlé.

De son air d'ange faussement innocent, celui qui donne l'envie de lui faire des misères pour lui faire payer son insolent côté aguicheur, il minauda presque en revenant coller un peu brusquement ses hanches contre celles de Yun-Jin, cherchant ses lèvres, son sourire éternel sur les siennes.

- Je joue avec le feu pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Mer 30 Juil 2014 - 14:37

Un sourire aussi s'étira sur les lèvres de Yun-Jin. Ce petit rictus signifiait beaucoup de choses : la satisfaction immédiate d'avoir répondu à cette envie irrépressible de goûter aux lèvres de Jun, celle plus subtile mais tout aussi impérieuse de reprendre le contrôle de la situation ; celle enfin d'avoir senti dans ce baiser toute l'envie et le plaisir qu'il procurait à Jun. Ce dernier avait fait mine de ne vouloir y mettre que le bout de la langue mais Yun-Jin savait bien qu'il voulait plus. En témoignait la prise du blond qui s'était resserrée, coupant à Yun-Jin toute possibilité de repli. Il aimait se sentir ainsi désiré.

Au jeu de la séduction, Jun arborait son titre de Champion avec fierté. C'était sa manière – efficace – d'attirer les hommes dans ses filets. Mais Yun-Jin en connaissait aussi un rayon.
Certes, il ne prenait pas par les Rois depuis longtemps, mais avoir usé et abusé des Reines, il connaissait les règles du jeu par cœur. Il y avait quelques différences notoires, mais le principe restait similaire. C'était amusant d'observer les garçons user des mêmes artifices que les filles. Yun-Jin trouvait ça charmant … Cute.

Les visages si proches, ils pouvaient remettre ça dans la seconde. Yun-Jin retenait Jun, Jun s'accrochait à Yun-Jin, aucun ne souhaitait rompre cette délicieuse proximité. Ils s'observaient, le coréen se laissant sombrer volontiers dans les yeux du japonais alors que ce dernier continuait à user de son corps contre lui. Les mains de Yun-Jin se décalèrent et vinrent se loger sur le postérieur de Jun, accompagnant le rythme sensuel qu'il suivait.

- Tu as bien caché ton jeu !

Le sourire de Yun-Jin s'agrandit légèrement.

- Je suis plutôt curieux de savoir à quel point tu t'es décoincé... Depuis le temps. Ce que tu caches. Les sérieux ont toujours de vilains petits secrets.

- Tu n'as pas idée …

Car, sans vouloir s'attarder sur des choses triviales – du moins pas encore –, au terme d'une période douloureuse où son corps et son esprit refusaient catégoriquement d'envisager quelqu'un d'autre que Shiki, Yun-Jin avait découvert que les mecs avec qui il couchait pour un soir pouvaient s'avérer être de véritables bêtes de sexe avec qui l'infini était possible. Et au-delà.
Libre des égards que son modèle hétéro lui imposait avec les filles, Yun-Jin avait exploré une partie de sa sexualité qu'il ne connaissait pas.

- Je joue avec le feu pas vrai ?

Yun-Jin sentit son entrejambe réagir quand Jun vint se coller à lui, un peu trop près peut-être. Et se damna mentalement de cette perte de contrôle. Il captura Jun contre lui, une main dans le dos du blond et le pencha en avant, en une pose romantique qui ne collait pas du tout à l'ambiance musicale – mais Yun-Jin n'en avait cure.

- Je crois surtout que sa Majesté a envie de goûter à quelque chose dont il n'a pas l'habitude, ce soir.

Il l'embrassa de nouveau, rapidement puis le remit sur pieds.
Là, c'est bon, il se contrôlait.

- Je t'offre un verre ? proposa-t-il d'un léger coup de tête vers le bar.

Tous deux avaient déjà de l'alcool dans le sang, mais Yun-Jin était sûr qu'ils pourraient encore assumer un ou deux verres de plus. Sans vraiment attendre sa réponse, il s'empara de sa main et le tirant doucement à sa suite, fendit la foule pour sortir de la piste de danse. Le bar était bondé mais Yun-Jin joua des coudes pour s'assurer une place. Là, la hanche conter le bois, il amena Jun contre lui et glissa sa main sur sa taille en une prise qui pourrait passer pour possessive. Mais à leur niveau, c'était plus du jeu qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Lun 4 Aoû 2014 - 23:46

Le sang battant aux tempes faisait parvenir les bruits ambiants plus sourdement comme un pianiste qui aurait abaissé la seconde pédale de son piano, celle du milieu, enveloppant ainsi les cordes du tissu recouvrant les marteaux pour étouffer le son, signe d'une excitation naissante, et d'un corps qui entre lentement en ébullition. Les joues, depuis longtemps brûlantes et colorées de rouge, alors que le souffle, lui, s'est accordé à la température qui ne cessait d'augmenter, en harmonie avec cette délicieuse tension, alors qu'il perd pourtant pied et s’accélère un peu plus, malgré le baiser rompu plusieurs instants auparavant.

Le monde, si proche et pourtant si loin, n'était plus qu'un tourbillon de lumières, de tachs de couleur, de sons, et, confortablement lové dans l’œil du cyclone, Jun sentait avec un véritable plaisir, ses sens s'enivrer et sa raison l'abandonner, bien qu'aux vues de l'étreinte que les deux danseurs se prodiguaient mutuellement, cette dernière semblait avoir débarrassé le plancher depuis longtemps. Ce n'était pas uniquement du fait de l'alcool car il n'avait pas bu tant que ça durant son début de soirée, et d'ailleurs, rester lucide aidait à ne pas finir avec n'importe qui, mais le jeune prince nourrissait une certaine addiction pour les sensations, de celle qui tord le ventre à celle qui le remplit d'une multitude de papillons chatouilleux. Il était passionné.
Passionné par le jeu. A ne s'offusquer de rien.

Un rire inaudible, d'amusement et de surprise mêlés, échappa des lèvres de Jun éternellement étirée en sourire. Une chance que Yun-Jin le retienne suffisamment fermement, au quel cas leur court moment de romantisme feint et joueur l'aurait fait se retrouver par terre en un rien de temps. Nul doute que le blondinet aurait été déçu si une mauvaise chute vienne couper court à ses projets. D'ailleurs, malgré son exclamation rieuse et encourageante, ses doigts s'étaient refermés sur les cheveux du coréen, dans un réflexe naturel de prudence, avant qu'il ne se détende et laisse le creux de ses reins s'arquer entre les bras confiants.

- Je crois surtout que sa Majesté a envie de goûter à quelque chose dont il n'a pas l'habitude, ce soir.

Le baiser n'eut pas le temps de laisser s'exprimer sa répartie aguicheuse. Mais quand il fut de nouveau sur ses deux pieds, son regard parlait pour lui alors que ses yeux de biche si particuliers revenaient se clouer au visage du brun avec intérêt.
Il lui sembla s'entendre répondre quelque chose à l'invitation à boire mais sa main se serra autour de celle de son camarade sans attendre que l'information monte plus vite au cerveau et marchant dans ses pas, Jun suivit avec hâte, son guide dans la foule.
Pourtant, la frustration le rattrapa bien vite. Ses hanches contre son « adversaire » étaient un atout de poids et Yun-Jin venait de le priver de danser.

- Quand tu parlais de gouter à quelque chose, j'étais loin d'imaginer que tu parlais de cocktail !

Il était tout proche de Yun-Jin à présent, et n'avait pas manqué de sentir avec satisfaction ce bras qui, de nouveau, le ramenait, comme une prise précieuse, entre le bar et le corps chaud contre lequel il n'hésita pas une seule seconde à se coller. Creusant de nouveau son dos en faisant mine de s'appuyer nonchalamment sur le bar, mais profitant de l'espace restreint pour ne pas louper une miette de contact avec le garçon contre lui, le jeune métisse échappa un soupir langoureux faussement boudeur. S'il avait eu dans l'idée de ne pas céder aux charmes du coréen, le voilà en phase d'échec et mat. Si sa raison l'avait abandonné depuis longtemps à ce sujet, il semblait ne le découvrir que maintenant. S'étant cru maître du jeu jusqu'à leur départ de la piste de danse, Jun constatait à présent qu'il ne pouvait qu'assez peu cacher à quel point l'emprise de cet ex intello coincé avait eu raison de lui.
Car le jeune Masato avait beau être un praticien assidue de l'art de la séduction et de la proximité tendancieuse, du charme et des jeux interdis voir inconscients, il était tellement loin d'être invulnérable. Il fallait voir à quelle vitesse la découverte de l'identité de son partenaire l'avait enflammé, l'idée de cette facette impensable chez Yun-Jin, représentant des travailleurs à l'époque de ce premier comité reformé, l'avait électrisé.
La première réunion de ce fameux comité lui revint en mémoire, et il n'eut aucun mal à redessiner dans sa tête, l'image d'un snobinard qui s'exprimait avec distance.
Cette dernière n'était plus d'actualité.

- Qu'est ce que tu cache alors Yunny... Qu'est ce que tu pourrais bien dissimuler … dont je n'ai pas l'habitude, mais connais tu seulement mes habitudes ?

Touch me, touch me, don't be sweet,
Love me, love me, please retweet.

Un frisson lui fit tendre la nuque mais était ce le danger ou l'envie. Jun était faible quand ses sens s'enflammaient, et comme un enfant à qui on ne dirait pas non, pousser les limites lui semblent d'un intérêt capital peu importe les surprises bonnes ou mauvaises que cachait l'objet de sa passion ce soir. Son œil lança au concerné un regard qui n'avait plus rien d'une invitation dissimulée. C'était de la faute de Yun-Jin bien sûr, si son naturel revenait au galop à cette vitesse.
Comme il l'avait dit plus tôt, il voulait voir, sentir, goûter les petits secrets cachés de cette porte massive pleine de secrets dont l’entrebâillement semble lui promettre l'aventure et l'oubli dont il se languit ce soir. Cette porte, il voulait aussi la faire sortir de ses gonds et s'étant déjà perdu dans le regard sombre du coréen, dans ses étreintes puissantes et son petit air de mystère charmant, un peu plus ou un peu moins...

Autant se jeter dans la gueule du loup et tout envoyer valser. Il se sentait pris de vitesse dans la course pour savoir qui pourrait bien sombrer en premier. Et le prince exige.

- Je veux savoir.

Touch me, touch me, don’t be shy,
I’m in charge like a G.U.Y.
I lay down face up this time,
Under you like a G.U.Y. .

Quitte à perdre, autant y prendre plaisir.
Il rajoute, minaudant presque. Il y a de l'impatience mêlée à de la langueur volontaire. Faire durer ou se consumer, c'était un dilemme effronté qui l'assaillissait maintenant et sa perte de contrôle le fit s'écarter un peu brusquement de Yun-Jin, ni trop près, ni trop loin, la foule ne le lui aurait pas permis de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Ven 26 Sep 2014 - 18:08

Il pouvait sentir son cœur palpiter dans sa cage thoracique, presque impatient de replonger dans ce tourbillon de vives sensations. Son sang fourmillait d’impatience, de l’excitation qui montait à vitesse grand V. Il en fit même pas attention à ses amis, quelques mètres plus loin, toute son attention était portée sur Jun, que le destin avait mis sur sa route, un peu forcé. Il ne fallut que quelques instants pour que le gage ne se transforme en véritable volonté, cette dernière renforcée lorsque finalement, il s’était souvenu de l’identité du blond.

- Quand tu parlais de goûter à quelque chose, j'étais loin d'imaginer que tu parlais de cocktail !

Et tu t’attendais à quoi, petit pervers, hm ? Le billet à la main, Yun-Jin attendait que le barman se décide à venir prendre sa commande. La bouche sèche, il avait envie de boire. Et pas de l’eau.

Jun avait été étonné, et pour cause, il devait se souvenir de Han Yun-Jin, représentant des cérébraux, coincé derrière ses lunettes, aussi rigide que le balai qu’on aimait bien lui attribuer. Il fallait faire partie des proches du coréen pour savoir qu’il était un dragueur dans l’âme, loin des clichés de l’intello puceau handicapé de la relation sociale. Yun-Jin était passé d’objet inintéressant à nouveau jouet mystérieux, ça devait être irrésistiblement intriguant pour Masato. De son côté, Yun-Jin avait envie de lui prouver à quel point il s’était fourvoyé. Ce cliché ambulant le faisait sourire la plupart du temps, mais quand une occasion pareille lui était donnée de prouver que les intellos étaient tellement plus que des élèves sages et studieux, il ne pouvait résister à pousser la démonstration le plus loin possible.

Masato allait découvrir, à ses dépends peut-être, que Yun-Jin était non seulement aussi sexy et séducteur que n’importe quel autre bellâtre mais aussi que le coréen était capable de se hisser dans son top 5 des meilleures baises de sa vie. [Oui, Yun-Jin et la modestie, ça fait deux]

Pour tous ses camarades intellos brimés ! AHOU !

[Non, ça ne part pas en couille]

Sa croisade mise à part, Yun-Jin avait tout bonnement envie de s’envoyer en l’air avec Jun, d’une parce qu’il le trouvait très à son goût, de deux parce que le courant passait très bien entre eux, en témoignait les préliminaires qu’ils avaient entamé sur la piste de danse. Jun était probablement dans le même état que lui, il le sentait, à son corps en chaleur contre le sien, à l’expression sur son visage qui en disant long sur sa détermination. Il semblerait qu’ils aient tous les deux le même objectif.

- Qu'est ce que tu cache alors Yunny... Qu'est ce que tu pourrais bien dissimuler … dont je n'ai pas l'habitude, mais connais tu seulement mes habitudes ?

Mais pas la même intention d’y parvenir. Il tiqua un peu au surnom, n’appréciant pas des masses l’exercice, mais il n’en montra rien. Jun pouvait l’appeler comme il voulait maintenant, quand Yun-Jin attaquera les choses sérieuses avec lui, il chantera un autre air.
Enfin le barman s’empara et de sa commande, et de son billet. Deux shooters de vodka pure.

Jun gigotait contre lui. Il s’impatientait. Yun-Jin n’avait pas eu besoin de plus que leur court échange rythmé pour cerner rapidement qui était Jun Masato : une princesse capricieuse, habituée à obtenir ce qu’elle voulait, de qui elle voulait. Il ne doutait pas que Jun avait déjà essuyé des refus dans sa vie, mais pas assez pour adoucir ce trait. Il n’y avait qu’à voir à quel point il avait piqué sa curiosité lorsque le blond s’était rendu compte de son identité : l’attrait de la nouveauté fonctionnait comme un aimant. Yun-Jin se dessinait aisément le tableau : Masato, monarque de sa vie, libertin accompli et ennuyé jusqu’à l’os, cherchant désespérément à enflammer ses nerfs. Il forçait le trait, mais c’était l’idée.

- Je veux savoir.

Le blond devait se demander ce qu’il avait dans le ventre.
Il l’a presque entendu taper du pied. Jun effectua un éloignement stratégique, probablement pour accentuer sa demande, mais Yun-Jin ne l’entendait pas ainsi. Sa main se saisit de la hanche de ce dernier et le ramena contre lui, prompto.

- T-t-t.

Qui a dit que Jun pouvait s’en aller ?
Les shooters pleins, Yun-Jin descendit le sien d’un geste vif, l’alcool traçant sa route brûlante dans son système digestif. Cela ne fit qu’ajouter à la chaleur qui se développait déjà dans son corps. Capturé contre lui, Yun-Jin resserra sa prise, pressa leur bassin l’un contre l’autre. Son visage à quelques centimètres, il le scruta, le défiant un peu du regard. Puis il se pencha, annihilant le peu d’espace encore libre entre eux. Sa main descendit sur les fesses, sa bouche près de l’oreille et il murmura :

- Tu penses que je pourrais t’apporter quelque chose de spécial ? Quelque chose que tu n’obtiens pas avec tes autres conquêtes ?

Sa jambe glissa entre celles de Jun, coincé entre Yun-Jin et le bar, commençant à se frayer un chemin. Sa respiration se fit un peu plus lourde. Mais il murmurait toujours.

- Quel genre de jeu dangereux cherches-tu avec un prédateur comme moi ?

Se reculant un peu pour jouir de la vue, Yun-Jin lui adressa un sourire carnassier.

- Chez toi. Maintenant.

Le ton presque autoritaire, il désigna la sortie d’un vif mouvement de tête, dégageant Jun de sa prise sans le quitter des yeux.

Jun voulait savoir, Yun-Jin serait ravi de l’éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Sam 1 Nov 2014 - 22:58

La satisfaction brûla violemment le ventre et la poitrine de Jun quand Yun-Jin le retint durant sa fausse tentative de fuite. Et il en rajouta d'autant plus en avalant, à la suite de son camarade, son propre shooter de vodka pure qu'il sentit glisser le long de sa gorge avec un plaisir décuplé par la proximité des deux corps. Il se sentait bloqué, entre le bar massif dans le creux de son dos, et la fermeté du coréen dans sa façon de le retenir. Il se sentait pris au piège dans une cage de chaire et de feu, dans cette tension grisante qui le faisait de plus en plus vibrer, d'une manière grandissante, atteignant le point de non retour à une vitesse qui lui donnait le vertige alors qu'il voyait le visage de Yun se rapprocher du sien. Leurs regards se croisèrent et le jeune métisse cru bel et bien voir une lueur de défi dans les yeux sombres qui cherchaient probablement à le happer encore plus dans une perdition plus profonde. Mais si Jun devait admettre qu'il perdait le contrôle, et qu'il aimait ça, il était hors de question de laisser croire à ce prédateur qu'il était incapable de tenir la distance. Hors de question de lui laisser croire qu'il était le seul à avoir des atouts. Car Jun était dans ses filets, voir même ses tentacules, pensa-t-il en sentant sa,s mains gagner du terrain jusqu'à sa chute de reins, mais il avait encore à lui prouver à quel point il jouait avec délice son rôle de victime.

Si Jun pensait avoir trouver quelque chose de nouveau chez son aîné ? Quelque chose de différent ? Le jeune homme dû retenir un sourire moqueur voir carnassier – bien que moins effrayant que celui de son vis à vis sans doute – pour ne pas trahir le pied qu'il prenait dans ce jeu dangereux. Il était sûr de trouver en Yun-Jin ce qu'il voulait ce soir. Ce n'était pas que l'intello vicieux soit facile à cerner, bien au contraire puisque chaque geste autoritaire, chaque mot soufflé d'une voix chaude de ces lèvres si sérieuses pourtant, n'avaient de cesse d'attiser la surprise et l'excitation du populaire, mais dans son expérience, le blondinet mettrait sa main au feu pour ce qui était de l'espoir qu'il plaçait dans les fantasmes d'un sérieux qui cachait si bien son jeu. Il aurait pu révêler cette assurance de vive voix, maintenant, tout de suite, contre les lèvres du jeune homme, dont les siennes se révélaient gourmandes.

Il se mit à rire, bien que celui ci fut rapidement coupé dans sa gorge par cette jambe qui venait se perdre entre celles du blond. Déglutissant un peu plus difficilement, Jun dû battre en retraite pour le moment, le temps de regagner un peu ses moyens. Son adversaire avait les moyens de le faire flancher. D'ailleurs quand celui ci se recula un peu, le franco-japonais se retint au bar histoire de ne pas le faire devant lui. L'ordre claqua à ses oreilles malgré la musique et le sang à ses tempes qui semblaient l'avoir plongé dans un monde insonorisé, comme si les bruits étaient étouffés par du coton.

- Chez toi. Maintenant.

Suivant le regard du coréen, Jun se sentit d'abord pris de court mais l'ambiance de la boite lui paru soudain suffoquante. Si son corps lui cherchait des excuses pour quitter les lieux, il avait un certain talent pour ça. Il fallait que le populaire sorte reprendre son souffle, de l'air frais, le trajet lui remettrait peut être la tête sur les épaules, suffisamment pour pouvoir contre attaquer. Sans penser aux amis avec qu'il était venu, ni à grand chose d'autre d'ailleurs, il attrapa la main de Yun-Jin et tira dessus pour s'éloigner du bar. Tant pis pour le shooter, il n'avait plus besoin de ça pour avoir chaud. La sortie était proche, et on s'entendait déjà beaucoup plus réfléchir. Le froid de la porte ouverte le saisit, il se tend mais ne se décourage visiblement pas.

Il était impatient. Pourtant il ferma les yeux un instant et souffla, presque moqueur :

- Pour en revenir à ce que je crois pouvoir trouver chez toi Yunny... Et bien tout dépend de... si tu es à la hauteur.

La première vraie provocation de vive voix, alors que jusqu'à présent, elles n'avaient été que physique, terriblement physique. Enfin la seconde, la troisième même, car c'était la deuxième fois que Jun utilisait un tel surnom, ignorant que cela indisposait son partenaire de jeu, bien qu'il avait un sourire un peu chafouin dès qu'il le prononçait.
Abandonnant un bref instant Yun, puis le rattrapant par le col pour le tirer à lui, dans le froid qui s'infiltrait autour de ses hanches découverte aux vues de la taille du haut qui avait laissé tout loisir au coréen de gouter du bout des doigts, la peau du populaire, Jun souffla.

- J'espère que tu ne vas pas te refroidir en route ! Je n'aime pas beaucoup être déçu.

Il brûle réellement d'impatience et si la soirée devait tourner court, nul doute qu'il le ferait payer à ce jeune homme à l'identité retrouver. Son œil brille d'une lueur malicieuse, envieuse, alors que les lumières dansaient autour de lui grâce à l'alcool. D'un geste rapide contre sa propre hanche – qui n'avait en principe pas le but de provoquer les ardeurs de l'intello prédateur - , il glissa sa main jusqu'à sa poche. Les clés étaient bien là.
En se mordant la lèvre, il entraina Yun-Jin à sa suite.


______
Pardon pour le retard Yunny ! ><
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Ven 7 Nov 2014 - 0:05

Dans d'autres circonstances, Yun-Jin n'aurait pas osé aller aussi loin aussi vite. Mais ce soir, avec Jun, tout s’accélérait. Le fait qu'ils se connaissaient d'avant aidait, un micro-lien avait été établi il y a fort longtemps et visiblement la racine était solide vu comment ils avaient rattrapé le temps perdu. Le fait que tous les deux soient désormais du même bord avait sûrement son rôle.

Yun-Jin n'est pas en ce moment en capacité de réfléchir, bien trop excité à l'idée qu'il se fait du petit cul de Jun. Réfléchissons donc à sa place.
A compter que ce rapprochement fortuit soit déjà un petit miracle en soit : Jun fréquente cette boite, Yun-Jin aussi, leur rencontre n'était pas si impossible. Mais qu'ils se retrouvent à danser ensemble, déjà un peu plus. Qu'ils se chauffent l'un l'autre sans honte au bout de cinq minutes ? Encore un peu plus. Et là où ça aurait du s'arrêter, c'est lorsqu'ils se sont rendus compte de qui ils étaient. Jun aurait du se méfier, Yun-Jin aurait du battre en retraite, par la surprise, par l'étrangeté de la situation, au moins le temps de remettre tout ça à plat.
Mais non. Quelque chose en chacun d'eux les a poussé à foncer tête baissée, de faire confiance à l'autre, de se faire confiance, et d'y aller franco.
Concédons, soit.
Mais le petit jeu auquel ils se livrent depuis tout à l'heure, à faire grimper la température, faire monter les enchères, c'est quelque chose qui est censé mettre un peu de temps à s'installer, non ?

Pour le coréen, même si actuellement, il collait parfaitement à son rôle et aimait énormément ça, ce n'était pas une pratique habituelle. Son plan de chasse est rodé depuis des années : séduire, séduire, faire boire un peu peut-être, complimenter, aguicher, transpirer la testostérone, faire rire, être un peu tactile, danser, séduire encore, danser toujours, embrasser ... Et logiquement ça fini au lit - le sien ou pas, peu importe - la capote, une ou deux ou plus selon les soirs, et basta. Quelques fois, il avait eu droit à des petits jeux amusants de-ci de-là, quelques trucs de filles, massage sensuel, fausses menottes ... D'ailleurs cette fille avait voulu qu'il fasse semblant d'être un policier... Ce fut une expérience ... enrichissante.

Tout bonnement, Yun-Jin n'était jamais tombé sur un adversaire de la trempe de Jun. Un partenaire de jeu qui connaissait les règles par cœur et avec qui il allait pouvoir jouer. Et pour cause, Yun-Jin chasse dans son territoire, il aime les proies faciles, celles qui tombent sous son charme et qui flattent son ego.
Et ce soir n'allait pas faire exception si ses amis ne l'avaient pas poussé sur la piste de Masato.

Mais maintenant que la machine était lancée, il ne ferait certainement pas demi-tour.

Le froid de l'extérieur manqua de l'étourdir, il ne s'y attendait pas. Il a oublié sa veste au vestiaire mais ne s'en rendra compte que bien plus tard. Pour l'instant, il était concentré sur Jun, qu'il regardait gigoter comme une gazelle dans la savane.

- Pour en revenir à ce que je crois pouvoir trouver chez toi Yunny... Et bien tout dépend de... si tu es à la hauteur.

Yun-Jin arqua un sourire. Encore un surnom. Son coeur battait déjà à cent à l'heure, entre l'alcool, la danse, l'adrénaline de l'excitation ... Il ressentait un désir de quelque chose de fort. Et plus Jun s'amusait avec lui, plus il avait envie de libérer cette force sur cet être. Il était sûr que Jun était de taille pour lui. La gazelle bondissait devant lui et le narguait, lui donnant l'eau à la bouche.
Jun savait pertinnement que Yun-Jin était à la hauteur, sinon il ne ferait pas durer la chasse comme ça.
Jun le saisit par le col, les rapprochant. Yun-Jin se mordit légèrement la bouche.

Si tu savais ce que j'ai envie de te faire, Jun ...


- J'espère que tu ne vas pas te refroidir en route ! Je n'aime pas beaucoup être déçu.

Quelle impatience ... Mais Yun-Jin aussi bouillait d'intensité. Jun se détourna et fuya vers l'avant. Yun-Jin sur ses trousses. Tout allait tellement vite, il pouvait sentir à quel point Jun et lui voulaient mettre le couvert, cette sensation était irrationnelle. Ça et l'alcool ... Cocktail détonnant, Yun-Jin se sentait pousser des ailes.
Yun-Jin attrapa Jun par la taille et le ramena vers lui, prestement, l'enfermant contre lui.

- Peut-être que c'est toi qui ne tiendra pas la route. Tu es à deux doigts de te faire dévorer, au dernier moment, j'espère que tu auras le cran de me laisser le faire.

Plongeant sa main dans ses cheveux, le tenant par la nuque, il se pencha et l'embrassa, n'y mettant la langue qu'au dernier moment avant de se séparer de lui.

- C'est loin ?
Spoiler:
 


Dernière édition par HAN Yun-Jin le Lun 10 Aoû 2015 - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Mar 30 Déc 2014 - 1:45

Tout lui était très vite monté à la tête et les mauvaises langues, qui devraient tout de suite aller se la savonner avec du savon, viendront dire que le désespoir n'était pas sain même pour une histoire d'un soir, que c'était lui qui les avait poussé dans les bras l'un de l'autre, se servant mutuellement de bouche-trou sentimental ou du moins physique pour une nuit mais Jun n'était pas de cet avis. Quoi qu'on en dise, dans ce genre de lieux, le jeune homme passait rarement à l'acte, du moins pas aussi vite parce qu'il aimait faire languir. Comme un papillon, il vous effleurait de manière fugace et sensuelle, plus insistante parfois, plus chaudement avant de s'envoler bien vite si vous esquissiez le moindre geste pour l'attraper. Pourtant cette fois, il s'était empressé de faire son nid dans le filet du chasseur, sans la moindre peur, la moindre méfiance. Nul doute que le fait qu'ils se connaissent d'une jeunesse lointaine ait aidé à ce rapprochement fusionnel et brûlant. Un je-ne-sais-quoi semblait mettre les deux garçons sur la même longueur d'ondes, dans le cocon d'une sorte de confiance. Ils n'avaient rien à perdre. C'était peut être une pure folie mais Jun n'avait pas une seule fois songé qu'il pouvait mettre quelque chose comme une réputation, en danger, dans les bras de Yun-Jin. Du moins, que le danger ne viendrait pas de lui.

Il se sentait bien, oui, et en confiance, et rien n'aurait pu l'arrêter en si bon chemin. De toute façon, le jeune métisse n'avait envie que d'une chose ce soir, vivre, et dans cette optique il était presque heureux que le hasard l'ait projeté sur le terrain de chasse de l'intello se révélant être un fascinant prédateur. Il aurait pu tomber sur n'importe qui... Le même genre de types, qui traînent en boîte de nuit, qui séduisent, boivent, dansent et l'ennuient. Alors que de son côté, c'est le frisson qu'il cherche et que peu d'individus sont capables de le lui donner.
Et Jun ne voulait penser qu'à lui ce soir. Enfin, qu'à eux. A cette aventure qui faisait palpiter son petit cœur, alcool ou pas, il en était sûr. C'était peut être présomptueux de sa part mais peu importait à cette heure, dans le froid mordant et sous le regard des rares passants encore dehors, le blondinet avait bel et bien l'impression de ressentir quelque chose et ça n'avait pas de prix, de se sentir planer.

Un rire lui échappa alors que les bras du coréen se refermait sur sa taille rafraîchit par le froid hivernal. Alors qu'il reprenait son souffle, Jun se tourna un peu dans les bras de son aîné pour l'enlacer brièvement. Et le timming pour qu'il reprenne pied fut bref car Yun-Jin s'emparait de ses lèvres au milieu de la rue. C'était chaud, et gourmand, entre cette main dans ses cheveux, une des siennes reproduisant le mouvement en miroir, et cette bouche. Qui le déconcentra.

- Je peux pas me dégonfler Yun-Jin !

Aveu balancé à haute voix dans la rue désertée et dans un nouveau rire. C'était la vérité. Une sincérité presque innocente alors qu'il était clairement entrain d'admettre que non, même s'il l'avait voulu, il n'aurait pas pu fuir. La voix chaude contre lui, et ce corps... Et tout le reste, cette sensation d'incroyable tout en sachant pertinemment qu'on était parfaitement dans le monde réel. Une petite joie d'une vie, savoir reconnaître quand on se sentait bien. Non il n'allait gâcher le plaisir d'aucun des futurs amants ce soir. Il ne le pouvait réellement pas.

- Si tu te dépêche non ! Le quartier Hebi !

S'il avait plus près, chez lui ?, Jun n'était pas contre.
Mais non, ses pas s'accéléraient déjà pour attraper ce pauvre taxi qui passait par là. Pauvre ? Pourquoi ? Allez donc lui demander, à lui qui va transporter deux jeunes hommes en pleine ébullition. Jun, en bonne princesse qu'il était, entra en premier et attendit que le bel intello secret s’engouffre dans l’habitacle à sa suite avant de souffler l'adresse au chauffer en sortant une certaine somme d'argent de sa poche pour être tranquille sur le trajet. Puis il se laissa retomber lourdement sur le dossier de la chaise, posant un regard coquin sur le coréen, pouffant de rire comme un idiot, ce qui lui arracha un rire encore plus bruyant alors que sa main cherchait un morceau de prédateur à aller titiller. Il se sentait con, mais il se sentait bien.

Le trajet lui sembla aussi court qu'un battement de cils. Peut être parce qu'il n'avait à aucun moment été concentré dessus. Le chauffeur aurait pu renverser une vingtaine de personnes que ça n'aurait pas ému le blond qui sorti de la voiture aussi vite qu'il y était entré. Plus calme mais pas moins bouillant, il désigna d'une main l'immeuble luxueux dans lequel il vivait pour y entrer avec la main de Yun-Jin dans la sienne sans la réelle volonté de faire passer ça pour un geste romantique, simplement impatient et toujours aussi intéressé par la suite des événements.

Là, il l’entraîna dans l'appartement n°2, ouvrant la porte sur un salon immense qui se révéla être de très bon goût lorsque Jun prit la peine d'allumer une ou deux petites lumières dans la pièce. L'endroit avait l'air spacieux, et reflétait parfaitement le nom des Masato : un appartement étudiant aussi cher, comme pouvait se le permettre un héritier de cette famille friande de monopoles industriels. La cuisine américaine brillait de mille feu, signe que le jeune homme devait manger ici rarement ou qu'il était particulièrement maniaque, qui sait ? Yun-Jin aurait peut être le temps de lui poser la question sur l'oreiller plus tard... Car après avoir refermé la porte derrière son invité, Jun le fixait déjà avec des yeux charmeurs en reculant dans la pièce. Plus loin sur sa droite, se trouvait une porte plus qu'intéressante mais le jeune franco-japonais laissa au prédateur le temps de reprendre ses esprits s'il en avait besoin, ou envie.

- Welcome ~ . Je t'en prie met toi à l'aise.

Il eu même l'hypocrisie de demander.

- Tu veux boire quelque chose ?

C'est vrai quoi Jun, tu te fou de lui là.
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Dim 1 Fév 2015 - 0:58

Quartier Hebi, Yun-Jin était trop focalisé pour qu'il comprenne qu'ils allaient dans les beaux quartiers, les habitations des riches.
Jun héla un taxi et Yun-Jin s'engouffra à sa suite. Le blond produisit une envolée de billets que le chauffeur ne manqua de récupérer dans son intégralité. Cela le fit rire, et encore plus quand Jun se mit à rire à son tour. Son hilarité n'avait pas d'autre origine que son alcoolémie et son excitation sexuelle qui le faisaient se sentir vivant. Oui, c'était ça le terme, vivant. Vivant et tout s'illuminait d'une simplicité soulageante. Il voulait juste lui faire l'amour. Pénétrer ce corps chaud, courir après son plaisir et l'atteindre dans la jouissance. C'était simple.

Il n'entendit rien d'autre que le rire clair et chaud de Jun, ses soupirs, son souffle. Il profita du trajet en taxi - qu'il n'aurait pas pu quantifier - pour continuer les préliminaires. Couchant Jun à moitié sur le siège arrière, Yun-Jin se faisait un chemin sous les vêtements, effleurant la peau du ventre et des flancs de ses doigts froids. Sans préméditation, il remontait déjà les cuisses de Jun contre son corps, riant de lui-même quand un virage le déséquilibrait quelques secondes. Et évidemment, il l'embrassait, affamé, excité. Jun le touchait, se collait à lui, le blond en voulait autant que lui, et le pauvre chauffeur aurait assisté à tout le match si l'appartement n'était pas aussi près.

Yun-Jin sortit du taxi à la suite de Jun, se laissant guider. Il siffla d'admiration à la vue de l'immeuble qui sentait le fric à des kilomètres. Il sentait cette atmosphère étrange dans sa tête, typique de son état d'ébriété, et qui rendait n'importe quelle source de lumière dix fois plus belle qu'à l'accoutumée.

L'appartement de Jun était ultra luxueux, et grand, pour un étudiant. Yun-Jin pensa tout de suite qu'ils n'étaient pas chez Jun mais chez les parents de Jun. Cela le fit hésiter quelques secondes.

- Welcome ~ . Je t'en prie met toi à l'aise.

- Tu ...

" Tu vis chez tes parents " était ce qu'il voulait demandé, mais il se tut.

- Tu veux boire quelque chose ?

Un regard en coin. Il observa un peu plus l'environnement. Et secoua la tête. Non, il n'y avait pas à être parano, Jun devait être riche. Ou au pire vit-il avec des colocs ... Il ne l'aurait pas invité chez ses parents alors qu'ils ont clairement envie de copuler bruyamment. Il se passa la main sur la bouche et décida enfin de répondre au blond.

- Un verre d'eau ça ira. Et d'ailleurs ...

Il se rapprocha de lui, prédateur, ayant retrouvé toute sa prestance de chasseur, et, le dominant du regard, se posta tout prêt de lui. Avançant, il obligea Jun à reculer jusqu'au mur le plus proche. Il sentait son corps rayonner d'une chaleur particulièrement troublante. Il porta la main au visage du blond, laissant le bout de son doigt caresser le sourcil, la paupière, le nez et enfin la bouche, faisant rouler la lèvre inférieur sous son doigt. Coinçant le corps de Jun entre le mur et le sien, il se pencha et effleura les lèvres du jeune homme avec les siennes. Avant de murmurer contre ses lèvres :

- Tu devrais faire de même parce qu'une fois qu'on aura commencé, tu n'auras pas l'occasion de t'abreuver avant un moment.

Il haussa un sourcil, provocateur. C'était une menace en carton bien sûr, mais ça lui plaisait de jouer au mâle dominant. Il se recula un peu, histoire de laisser Jun leur permettre d'étancher leur soif - la sienne tout du moins - et expira longuement, sentant la pression écraser son cœur et comprimer son système trois-pièces.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Invité
Invité
Anonymous


MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Dim 26 Avr 2015 - 16:03


Bon, Yun-Jin n'avait pas eu l'air de trop mal prendre le malin plaisir de Jun à faire attendre leur folie furieuse. De toute façon, avec ce qu'il avait montré depuis qu'ils s'étaient croisés sur la piste de danse, s'il y avait bien une chose dont le jeune homme était sûr, c'était que le coréen saurait très bien retomber sur ses pattes avec n'importe quel tour de passe-passe de l'allumeur de première qu'il savait être. Et ce n'était pas pour lui déplaire... Ça faisait bien longtemps que le blondinet n'avait pas trouvé d'adversaire à sa taille, ça en avait été frustrant, alors forcément ce soir, il allait falloir évacuer toutes ces vilaines ondes provoquées par cet horrible sentiment. Et admettons le, c'était plutôt bien parti puisque le jeune homme avait à peine eu le temps d'entendre la réponse de son aîné, que celui ci l'avait déjà attrapé dans ses filets. Ce n'était pas très productif pour boire quelque chose mais c'était très agréable. Vraiment. D'ailleurs Jun recula sans opposer de résistance et sans tituber, ce qui ne gâchait rien, jusqu'à heurter le mur et laisser Yun-Jin se rapprocher totalement de sa proie. Il jouait bien, le bougre, il jouait très bien... Et même s'il ne l'admettrait pas avant demain matin, Jun se l'avouait à lui même sans soucis, ne le lâchant pas des yeux sous ses caresses toutes particulières.

Ah ah ? Un sourire moqueur, voir goguenard glissa sur les lèvres de Jun, si proches de celles du grand brun.

- Attention... Je porte plainte en cas de publicité mensongère.

Oh il ne le prenait qu'à moitié au sérieux, l'alcool aidant, et l'envie de s'amuser brûlant le creux de ses reins, surtout. Il se foutait du sérieux, il se foutait des promesses, il se foutait aussi des conséquences. Il ne voulait faire de mal à personne, juste se faire du bien, tout oublier dans les bras du coréen et marquer, un peu, son esprit. C'était peut être bien d'ailleurs, de ne boire que de l'eau, il espérait soudainement décuver un peu pour profiter un peu plus de leur nouveau jeu.
Jun s'échappe de l'emprise du mur et de Yun-Jin, non sans laisser traîner une main contre son ventre, comme le frôlement d'une plume et revient rapidement avec deux verres, l'un qu'il glisse délicatement dans les mains de son partenaire avec un sourire. C'était ça le jeu, la séduction, c'était ce qu'il aimait et oh... En temps normal, il aurait salué son invité et laissé la frustration s'installer mais pas ce soir, pas aujourd'hui. Un intello aux faces cachées ça ne se laissait pas de côté.

- A la tienne, Yun-Jin... et à nos années lycée. J'ai presque envie de te dire qu'on a du temps à rattraper.

Son clin d'oeil est sans équivoque. Tout comme son geste, de l'attraper par le col -décidément- pour l’entraîner jusque sur le canapé et s’asseoir avant lui, pour lever le visage vers sa haute stature.

- Si tu te poses la question, nous sommes seuls... La salle de bain est accessible par la chambre, chambre qui est derrière toi, et pour le reste... ça n'a pas spécialement d'importance. On parlera demain matin ?

Son sourire s'élargit, il hausse un sourcil comme s'il attendait une véritable réponse mais c'était simplement la mi-temps avec ce verre d'eau, qu'à moitié vide déjà, Jun reposait sur sa table basse encombrée d'un tas de choses, pour montrer qu'il était disposé à ne plus s'éterniser maintenant. Il se relevait déjà pour enlacer son compagnon au niveau de sa taille, puis de son cou pour un baiser gourmand, en s'appliquant à lui retirer son haut qui n'avait plus d'intérêt à être dans les parages. Il avait toujours eu un faible pour les chemises.
Revenir en haut Aller en bas
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
HAN Yun-Jin

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 29
Compteur 326
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   Lun 10 Aoû 2015 - 14:06

- La maison offre une garantie de satisfaction imbattable, continue-t-il dans sa lancée.

Son regard suivit Jun un instant avant de revenir sur l'intérieur de cet appartement. Sans les voir, il détailla chaque meuble alors que son esprit subissait une perte de précision et une évasion typique de l'ingestion abusive d'alcool. La sensation de la main de Jun sur son ventre semblait se répéter à l'infini. Il y posa la sienne, vaguement, alors que de l'autre il s'appuya contre le mur.

C'est le calme avant la tempête. Il sentait sous sa peau qu'une énergie folle ne demandait qu'à être libérée.

La sensation froide du verre sur la main fit contraste. Il ne quittait pas Jun des yeux, gardant la connexion visuelle le plus longtemps possible.

- A la tienne, Yun-Jin... et à nos années lycée. J'ai presque envie de te dire qu'on a du temps à rattraper.

D'un petit signe de tête, il dédia son verre à son partenaire et descendit le contenu d'une traite. Ça ne l'aidera pas à dessaouler mais ça ne pouvait pas faire de mal.
Son col de chemise se fit de nouveau maltraiter. Il suivit le mouvement, docile, observant l'attitude du blond. Ce dernier semblait ravi d'être son futur repas. Et, même s'il savait que c'était un défaut d'être aussi orgueilleux, il ne pouvait pas s'empêcher d'aimer être désiré comme ça. Se savoir séduisant, beau, à tomber, savoir qu'il pouvait tomber la plupart des filles et une bonne partie des garçons rien qu'avec son sourire et sa stature.
Pas tous évidemment. Pas tous.

Mais lui, là, ce garçon au caractère probablement insupportable, cet enfant de riches capricieux et habitué à être courtisé par la jeunesse, lui, il l'avait dans la poche. Lui, c'était bon. Il n'avait pas à se demander si en cours de route, tout allait s'arrêter pour des considérations morales. Il n'avait pas à craindre un revirement de situation. Et même, il pouvait le sentir, il n'avait pas à faire attention. Il n'allait pas devoir prendre des gants, y aller en douceur, le rassurer toutes les trois secondes. Si son silence ne trahissait pas ses pensées, peut-être que son regard le faisait. Il allait le dévorer. Le soumettre à sa volonté. Et il allait aimer ça.

- Si tu te poses la question, nous sommes seuls... La salle de bain est accessible par la chambre, chambre qui est derrière toi, et pour le reste... ça n'a pas spécialement d'importance. On parlera demain matin ?

Yun-Jin ne répondit que par un sourire, dominant le blond de sa position, ses yeux suivirent le visage charmant lorsqu'il revint à sa hauteur.
Calme avant la tempête. Calme, alors qu'à l'intérieur ça boue, ça menace d'exploser. Son orgueil de mâle. Sa virilité malmenée. Son envie de tout contrôler. Toute son impatience et sa frustration s'emmêlent.

Il manqua de laisser sortir un grognement lorsque Jun enlaça sa taille.

- Bien. On a donc tout le loisir de faire du bruit.

Encore un peu, Yun-Jin laissa Jun venir à lui. Il lui avait couru après dans la rue, l'avait attaqué dans le taxi, mais là, il jouait les lions paresseux. Il laissait la gazelle s'approcher, le narguer avec ses charmes avec patience. Elle se trémoussait, elle attendait le moment où lui, son prédateur naturel pour un soir, allait décider que le jeu était fini et qu'ils passaient aux choses sérieuses.
Encore un peu.
Jun était déjà accroché à lui. Ses bras vinrent doucement entourer le corps fin pour l'empêcher de partir, le garder contre lui. Il le laissa commencer de le déshabiller, concentré sur sa peau, les sensations du tissu glissant dessus, puis celle de l'air qui venait titiller son épiderme lorsqu'il fut mis à nu. Il ne sortit pas encore les griffes. Les yeux rivés sur le visage du blond, il guettait le moment propice.

Débarrassé de sa chemise, Yun-Jin força Jun à se retourner, le gardant contre lui. Cette position, comme une vingtaine de minutes plus tôt, lui permettait de tout voir et tout faire. Il l'emprisonna, usant un peu de sa force pour l'entourer et le soumettre à sa volonté. A son tour, il effeuilla, les débarrassant de ces couches désormais inutiles. La bouche dans le cou de Jun ; sa main qui, jusque-là, s'était toujours interdit d'aller plus loin que la lisière du pantalon, pénétra complètement le vêtement pour aller directement chercher l'objet de son intérêt ; la pression de son bassin contre le séant du jeune homme, le mime subtil - ou non - de l'acte qui suivra.

Son souffle témoignait déjà d'une excitation grandissante, il évoluait au rythme de ses doigts.
Pas à pas, Yun-Jin les rapprocha du canapé, jusqu'à ce que les tibia du blond butent contre le meuble. La cadence de ses doigts n'avait pas que des effets sur le sexe de Jun, qui se révélait un peu plus à chaque mouvement : chaque volute de sa paume embrasait un peu plus le feu qui lui consumait les reins. Celui que Jun avait allumé sur la piste de danse, que le coréen avait nourri avec le petit verre d'alcool, qu'il avait nargué avec la petite chasse-partie dans les rues et sur la banquette du taxi.

Là.
La gazelle avait arrêté de courir, et le lion plantait déjà ses griffes dans ses chairs.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: /!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]   

Revenir en haut Aller en bas
 
/!\ Le chant des sirènes. [Yuninouchet]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La métaphore
» Des effets du chant des sirènes - Libre
» Personnages inventés : Le chant des sirènes
» Evénement #27 : Le Chant des Sirènes [Fiche]
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Bougu :: Bars et boites-
Sauter vers: