₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Mauvais Karma ! [with Jake]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] EmptyJeu 30 Jan 2014 - 21:55

Jun s'arrêta sur le bord du trottoir avec un air plutôt contrarié. Après une séance de sport à l'université, il s'était changé et avec enfilé un simple pantalon noir, d'un t-shirt aux longues mangues rouge et noir, le tout emmitouflé dans une grosse veste qui ressemble beaucoup à celles des joueurs de baseball, en plus épais pour lutter contre le froid et l'humidité de ces derniers jours.

D'un petit geste bref, il resserra son écharpe épaisse et chaude autour de son cou en regardant autour de lui. Qu'est ce qu'il faisait dans la rue alors qu'il aurait dû rentrer il y a une heure se coller devant un jeu vidéo, dans un bain, ou sous une couette, au mieux, aller embêter un de ses voisins. Ah oui, le blondinet se souvenait maintenant. Il s'était retrouvé devant sa porte alors que l'après midi touchait à sa fin, à tapoter ses poches, toutes ses poches, à renverser son sac de cours sur son paillasson pour retrouver ses clés. Tiens, la carte d'un fleuriste qu'il devait appeler pour envoyer des fleurs à sa mère et sa future belle sœur... Il y avait aussi une multitude de stylos bleu, la plus part étaient hors d'usage, un calepin avec quelques croquis de vêtements et un morceau de tissu qui devait être là depuis son dernier passage au club de couture. Son nouveau portable avait glissé sur le sol avec un porte-clés sans clés, les dernières feuilles de cours, deux préservatifs dans leur emballage et deux paquets de chewing-gum, un à la menthe et l'autre à la framboise. Après deux ou trois faux espoirs en entendant un « glingling » résonnant fort sympathiquement à son oreille, il dû se rendre à l'évidence. Rangeant assez rapidement tout le bazar qu'il avait étalé sur le sol, il soupira.

Comme la recherche avait été un échec total, et que son double devait se trouver dans son casier au club de kyudo, le jeune homme avait décidé de faire le chemin inverse dans l'espoir de les retrouver. Logiquement il aurait dû les perdre en revenant de l'université. Sauf que son chemin n'avait pas été un long fleuve tranquil et qu'elles auraient pu se trouver n'importe où. Par chance il n'était pas passé par la plage, c'était une manière de se rassurer mentalement... Il se voyait plutôt mal retourner tout le sable de la plage.

Avec une attention méticuleuse, le métisse fit demi tour pour scruter trottoirs et caniveaux, en remontant souvent la bandoulière de son sac sur son épaule. Vraiment très classe... mais il avait besoin de ses clés et avoir l'air d'un crétin scrutant le sol lui passait au dessus de la tête à l'instant T. Il repassa devant le café où il s'était arrêté pour en prendre un à emporter, un mocchiato caramel pour être précis. Il s'était refusé la pâtisserie, coupé par un appel téléphonique, et n'avait alors pris que le café en décrochant alors qu'il payait du bout de deux doigts en utilisant le fond de monnaie qui lui restait et un habile talent d’acrobate, ou de jongleur entre sac, téléphone, café, écharpe.

C'était l'endroit le plus probable pour perdre ses clés dans un moment d'inattention. Quand il les aperçut enfin, son sang se glaça. En équilibre sur une plaque d'égout, au milieu du passage des salarymen pressés, tous identiques et des mères de famille raccompagnant leurs enfants chez eux. D'abord il eu un peu l'impression de détonner dans le décor avec ses cheveux décolorés, ensuite, ce troupeau effleurant ses clés à chaque pas les faisaient doucement se rapprocher du gouffre. Il se figea quand sale mioche sauta sur la plaque. Oh ne criez pas madame, il ne risque pas de passer à travers lui, mais les clés en revanche !
Comme au ralentit, Jun les regarda vaciller et chuter sans pouvoir être sauvées. Son visage avait dû prendre une drôle de couleur, ou une drôle de forme, car une dame d'un âge avancé s'approcha pour s'inquiéter de son état. Pour qu'elle lui parle sans les précautions traditionnelles c'est qu'il devait vraiment faire peur ou paraître au bord du suicide. Pour ne pas l'inquiéter, il s'inclina plusieurs fois en la priant de ne pas s'inquiéter et s'éloigna.

C'était la catastrophe. Le temps de retourner à l'université, celle ci serait fermée. Il n'avait presque plus d'argent, ayant pris le strict minimum pour le trajet seulement, c'était un comble pour un Masato, et il regrettait amèrement de ne pas avoir pris de douceur au café. La soirée s'annonçait donc très mal alors que cette journée était la plus banale du monde, et qu'il l'avait grandement apprécié comme ça.

Le populaire poussa un soupir en passant sa main dans ses cheveux mis long et sorti son téléphone de son sac alors que celui ci sonnait. Le dernier espoir du jeune homme au creux de sa main, il décrocha en reprenant couleurs et sourire.
« Allô Jun ? T'as pas oublié la soirée ! ». Miracle une soirée ! Alors oui il l'avait totalement oublié mais il la bénissait là, tout de suite, même s'il ne pourrait aller se changer nul part, il aurait au moins un canapé, un fauteuil, une chaise de jardin pour dormir cette nuit sans être obligé d'aller sonner comme un chiot abandonné chez un ami, un... amant, un inconnu ? « Bon par contre on peu plus squatter chez moi, mes parents sont rentrés. Du coup j'ai réservé une salle vite fait dans l'centre, ça sera cool tu verras c'est... »

- …. C'est où ?!

Pas de réponse, dans sa main la batterie de son appareil dernier cri rendait péniblement l'âme en clignotant encore, agonisant en fait lamentablement sous le regard ahuris du populaire. C'était le coup de grâce. Parce que des salles, dans le centre qu'un jeune plein aux as pouvait réserver, ça manquait pas, et Jun ne se voyait pas faire le tour des bars pour la trouver cette maudite fête. Il posa son œil furieux sur un lampadaire qui venait de s'allumer, pour l'éclairer sur l'heure qui avait tourné et ses espoirs partant joliment en fumée.
Appuyé contre celui ci, il essaya tant bien que mal de rallumer le téléphone, et de réfléchir, lâchant un juron dans sa langue paternelle.


Dernière édition par Jun Masato le Lun 9 Mar 2015 - 10:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jake Keegan
♦ Civil - Vendeur de vins
Jake Keegan

Scorpion Singe Age : 26
Adresse : 16, rue du Tatami. Quartier Hebi.
Compteur 87
Multicompte(s) : Kuro Maiden

KMO
                                   :

Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Re: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] EmptyVen 31 Jan 2014 - 13:58

La chose qui reste sûrement la plus lumineuse dans les grandes surfaces, ce sont les sols. En revanche, l'idée l'est beaucoup moins, quand il est tout blanc aussi vernis. Jake plissait les yeux en entrant dans le supermarché, tenant à bout de bras son panier vide, de la même façon qu'il trainerait un boulet. Il n'avait jamais aimé faire les courses, surtout quand il s'agissait de remplir un réfrigérateur où régnait actuellement le plus grand néant qu'il ne lui ait été donné l'occasion de voir. Il s'arrêta au beau milieu de l'allée centrale, immédiatement poussé par l'épaule d'une femme qui n'avait pas suivit le mouvement. Du moins, dont il n'avait pas suivit la cadence. Le blond, loin de s'en rendre compte, avait le nez en l'air, en examiné les affiches qui expliquait quoi trouver où. Bonne idée. Moins quand on ne maîtrise pas encore suffisamment bien le japonais. Ses cours de commerces, il commençait à en maîtriser le jargon, mais pour ce qui était des fruits et légumes, des ustensiles et des yaourts, il n'était encore sûr de rien. Et encore moins en cet instant.

Demi-tour. L'homme laisse tomber le panier sur les autres plus qu'il ne le pose et ressort de cet enfer, les mains vides. Encore cinq minutes de plus et il faisait un massacre avec la première casserole trouvée tombée sous sa main... Ou le premier torchon, suivant dans quel rayon il se serait trouvé. Une petite épicerie ferait l'affaire : espace plus réduit, il devrait s'en sortir sans parcourir des dizaines de bornes dans le dédale de rayons. Le problème étant qu'il ne saurait pas encore lire sur les boîtes. Soupir. Gros soupir. Depuis plusieurs mois, il n'avait pas vu sa sœur. Bien trop perspicace, elle avait deviné que quelque chose n'allait pas à force de voir son frère aussi distant et toujours à se toucher l'aine comme il le faisait. Un levé de chemise plus tard, les yeux gros comme des soucoupes rivés sur sa cicatrice, elle avait hurlé contre lui que c'était, citons, "un petit inconscient, totalement dénué d'intelligence et d'empathie, qu'il n'aurait manqué à personne s'il avait rendu l'âme dans ce tremblement de terre, à crever la gueule ouverte sous un putain de plafond, et gros connard". A peu de choses près, c'était le résumé de l'emportement de sa cadette, qui avait ensuite pris ses jambes à son cou et claquer la porte dans son dos, de la même façon qu'une ado à qui on refuserait son premier rencard l'aurait fait. Jake était resté pantois, puis il était parti dans une crise de fou rire... Un truc malsain qui avait finit en pleures, avachi sur le canapé du salon d'Ophiuchus.

Opp's. Ce bel étudiant, un temps son colocataire, qu'il aurait aimé basculer contre un bureau pour forniquer ou étendre dans un lit pour faire l'amour. L'un ou l'autre, mais des choses sales et, se prenant de plus en plus souvent à fantasmer sur le gamin, il avait pris la décision de partir. Du jour au lendemain, il avait fait ses valises, deux ou trois, tout au plus. Il avait longuement hésité à laisser un mot sur le bar, se disant que ça ferait réellement salaud, alors que là, on pouvait croire qu'il s'était juste évaporé ou, mieux encore, qu'il n'avait jamais existé. Finalement, quand revinrent à son bon souvenir les mots et la réaction de son coloc au moment où il avait appris pour la catastrophe, il avait griffonné quelques phrases sur un bout de papier qui trainait par là. Une facture ou quelque chose de ressemblant. Ca avait donné un ramassis de conneries, du style : "je suis parti sans aucune raison valable, mais j'écris ce message juste pour que tu ne t'inquiète pas et que tu me prennes vraiment pour le beau salaud que je suis. Bonne continuation, fais attention à toi. J" Il avait aussi hésité à signer, mais c'était venu tout naturellement, ce qui expliquer pourquoi il avait ensuite rayé son initiale, levant les yeux au ciel face à sa stupidité.

L'image du beau blond cendré se flouait dans son esprit, alors que ses yeux se perdaient dans une tignasse blonde, qui lui rappelait vaguement quelque chose de familier. Il avait déjà vu cette perruque. Mais où, quand et dans quelles circonstances, c'était un bien grand dilemme. Les yeux suivirent la direction que semblaient prendre ceux du type, se rivant rapidement sur le néon du lampadaire fraichement ravivé. Il sourit et son air clairement moqueur s'accentua quand il vit le visage dépité du type. Il s'approchait de lui, interrompant parfois son élan pour laisser passer les gens pressés, sans pour autant le quitter des yeux. Autant, il ne comprit pas le mot que l'autre laissa échapper, autant il en déduit rapidement que ce ne devait pas être un nom de fleur. Quand son regard tomba sur l'objet que le gars tenait au creux de sa paume, il se surprit lui-même quand à la vitesse à laquelle il dégaina son téléphone portable pour le lui tendre. Il arrêta pourtant son geste à la comparaison des deux : le sien, épave pécrave, écran noir et blanc, à touche et cabossé de part et d'autre et celui du blond nickel, beau, flambant neuf, dernier cri, tactile et impeccable. Ouais.

J releva le nez, resserra ses doigts sur son débris et arqua un sourcil, rivant son regard sur le visage ahuri de l'inconnu. Inconnu connu. Une fête. Un soir où il se faisait royalement chier, il était entré dans un appartement, parce que la musique et la lumière l'attirait, un peu comme un gros papillon de nuit. Il avait fait irruption là-dedans, dépanné un gamin d'un briquet, avait tapé la discut' en partant d'un string et avait finalement fuit quand ledit gosse s'était proposé d'aller lui chercher un autre verre. Ce gosse. Ce blond. Intérieurement, il remercia son don de physionomiste et afficha enfin son éternel sourire.

Je peux vous aider ? Je vous propose un deal : je dois faire mes courses, je ne parle pas bien japonais et c'est un calvaire pour moi. Vous m'aidez à remplir mon frigo et je vous aide à retrouver votre chemin. Je peux vous offrir de quoi charger votre... portable.


Il déglutit. Un peu de travers. Il n'avait absolument pas réfléchit à ce qu'il venait de proposer. Chose contraire à tout ce qu'il faisait. Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, c'était la règle qu'il arborait le mieux. Non pas pour éviter de blesser quelqu'un dans ses termes ou bien pour ne pas dire de secrets qu'on lui aurait fait promettre de garder jalousement, non... Simplement, parce qu'il réfléchissait toujours au fait que ça devait lui rapporter quelque chose en retour. Or là, certes il pourrait gagner à faire ses courses pour rapidement et facilement, mais ce n'était pas non plus la fin du monde d'errer dans les rayons une heure ou deux pour s'en sortir avec trois pauvres conserves... Relou, oui, mais il n'y aurait pas eu mort d'homme. Alors, pourquoi ?

Parce que t'as envie de baiser, Jake.

Les yeux roulent le plus discrètement possible et le voilà rendu à un combat intérieur pour faire taire la voix de la vérité, lui foutre une baffe de penser que ce gosse pourrait être gay et du genre facile et intéressé et ayant du temps à perdre...

Enfin, je ne vous force en rien. Je peux aussi directement vous prêter mon portable.


Lentement, J rouvrit les doigts, pour exposer aux yeux du blond son pavé, baissant dans le même temps les yeux dessus et avoir de la peine pour lui-même.

__________________________________________________
Mauvais Karma ! [with Jake] 495606Sign1
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8622-jake-keegan-en-charge-shiki
Invité
Invité
Anonymous


Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Re: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] EmptyDim 2 Fév 2014 - 1:48

Le regard de Jun s'était quelque peu arrondit, parce que la première chose qu'il vit de son interlocuteur fut un portable tenu par une main pourvue de pieds. Soit on avait mis quelque chose de pas net dans son café, excellent café d'ailleurs, soit la caféine lui avait court-circuité le cerveau, ça arrivait souvent aux gens ça, ou alors le dépit le rendait stupide. Il releva la tête. D'accord, il était stupide d'avoir bloqué sur cette main... qui appartenait bien à un corps humain, parfaitement humain, avec une tête, une bonne tête soit dit en passant et qui, avec ce téléphone tendu vers sa personne, semblait pleine de bonnes intentions.

Cette tête, d'ailleurs. Est ce qu'elle lui disait quelque chose ? D'habitude le métisse arrivait à se souvenir des visages, au moins pour savoir s'il les avait déjà vu un jour ou pas. Mais il y avait meilleur physionomiste que lui, et il valait mieux éviter de lui demander un nom par exemple. Et là c'était le trou noir pendant quelques instants. Une chance que cet inconnu ne semble pas le connaître réellement, puisqu'il n'y faisait aucune allusion. Il aurait l'air moins con à rester planter quelques secondes devant lui sans qu'une idée fasse tilt dans sa tête.
Étrangement c'est la voix de l'individu non identifié qui alluma une petite ampoule dans sa tête blonde et qui le rassura grandement. Il se rappela alors, mais c'était tout de même vague, de cet appartement bondé, enfumé et bruyant en début de soirée, d'avoir voulu prendre l'air et fumer sur le balcon, d'avoir parlé à un jeune homme qu'il n'avait jamais vu avant et de ne pas avoir de briquet sur lui.

Un briquet, s'il ne se rappelait plus que c'était celui qu'il avait au fond de sa poche par le plus grand des hasards évidemment, vu la demi douzaine de zippo qu'il avait chez lui, mais pas en soirée, il ferait probablement le lien plus tard, bien que vu l'état dans lequel il avait fini la soirée, sa mémoire avait déjà fait un travail remarquable. Et loin de remarquer le combat que pouvait livrer intérieurement l'inconnu vaguement connu dont le nom lui échappait et dont il ne se souvenait même pas l'avoir eu, il sourit. Peut être pour la première fois depuis quelques bonnes heures. C'était un sourire chaud, plutôt lumineux – celui à regarder avec des lunettes de soleil – et visiblement heureux devant cette âme charitable. Oui à cet instant précis Jake, dont il ignorait toujours avoir eu connaissance du prénom bien sûr, était une bonne âme venue éclairer sa soirée pourrie.
Car il faut bien préciser une chose, s'il apprécie le calme de temps à autre, au fond Jun déteste être seul, encore plus quand il passe une mauvaise journée, une horrible soirée, un sale moment, bref.

S'il avait immédiatement reconnu le jeune homme, il aurait peut être pu se faire remarquer que ce dernier était apparu deux fois à la fin d'une journée relativement problématique pour lui apporter une espèce de solution. Mais évidemment il n'en avait pas conscience, en revanche la proposition parue le séduire puisqu'il se décolla du lampadaire rapidement.

- Ça serait vraiment sympa ! J'ai...

Il venait de tendre la main vers le téléphone sans prêter attention à son état, non et d'ailleurs ce n'est pas l'aspect de l'objet qui l'arrêta, loin de là. Ce fut plutôt le grand moment de solitude, et le fait de se sentir une nouvelle fois stupide, mais devant témoin cette fois. Trop content que l'âme lui propose de l'aide, c'était plutôt rare de nos jours chez les jeunes, même au Japon, qu'il en avait oublié un détail assez important, pour ne pas dire essentiel. Et d'ailleurs il s'estima quand même obligé d'expliquer poliment avec un rictus contrarié, envers lui même, son geste.

- … En fait... J'ai aucune idée du numéro... de tête comme ça...

Le jeune homme passa une main dans sa propre tignasse blonde, l'air presque gêné. C'était tout bonnement honteux, bien que pas si surprenant que ça avec la génération actuelle qui, avec tout ces répertoires électroniques, n'avaient plus besoin de composer, écrire sur du papier et retenir les numéros de leurs camarades, pire encore quand ce n'était que de vagues connaissances qu'on appelait pour faire la fête de temps en temps, des numéros utiles mais pas trop, des à côté. Te voilà bien punis Jun, d'avoir négligé ces pauvres petites choses. Il soupira.
Et maintenant qu'allait il bien pouvoir dire. Qu'il était à la rue, que sa seule chance de trouver chez qui squatter et manger ce soir se trouvait dans son téléphone décédé, que sans lui il allait devoir errer dans les rues pour faire du porte à porte chez ses connaissances comme un mal propre, qu'il n'avait même pas une carte de crédit pour un hôtel, bref que c'était à lui qu'il fallait remettre le trophée de la poisse du jour. Il craignait de faire un poil trop opportuniste devant cette tête qui lui revenait doucement. Il ne faut pas abuser de la charité.

Oh bien sûr en glissant subtilement qu'en fait qu'il n'était pas perdu mais simplement le paratonnerre de la malchance aujourd'hui, il aurait peut être pu... Obtenir des avantages. Attention, simples avantages, il était trop agacé par sa propre situation pour imaginer plus loin, bien que l'inconnu qui n'avait rien d'un japonais était loin de lui déplaire. Il se le refusa dans un premier temps. D'ailleurs il ne s'entendait pas lâcher un « bon ben tant pis pour votre bouffe, on va chez vous que je charge l'unique chose qui me permet de rester en vie ? ». Même si la proposition de ressusciter ce sale lâcheur de téléphone était vraiment tentante, il avait beau être sans gêne parfois malgré ses bonnes manières, avec des inconnus, même vaguement connus, c'était peut être un peu tôt.

- Mais pour vos courses je peux vous aider !

Il avait fait un pas de côté, plutôt engageant, comme pour prendre le chemin du supermarché. Et puis il aurait beaucoup moins de scrupules à lui glisser qu'il était à la rue ce soir s'il l'aidait. Non on ne pouvait pas dire qu'il ne faisait ça que par pur intérêt, après tout ce jeune homme lui avait gentiment proposé son téléphone, son électricité en le voyant visiblement maudire le monde entier alors en un sens, lui retourner la pareille était tout naturel. Après évidemment, la situation faisait qu'il aurait été bien bête de refuser de la compagnie et une possibilité d'échapper à cet enchaînement cauchemardesque.

- Et puis je... ne suis pas vraiment perdu en fait. C'est juste... un mauvais concours de circonstances. Très... mauvais.

N'osant pas donner plus de détails, il avait d'ailleurs froncé les sourcils alors que les mots étaient presque sortis tout seuls de sa bouche, il pinça ses lèvres en faisant la moue, et secouant la tête pour faire voleter ses mèches décolorées, il eu l'envie de demander si décidément, c'était bien son sauveur de la fête. A y regarder de plus prêt, c'était de plus en plus possible. Le blondinet fit un nouveau pas vers la caverne d'Alibaba pour convaincre son vis à vis de son intention de l'aider, le scrutant de son œil valide, l'autre suivant le rythme sans voir.

- Vous venez ? C'est le deal après tout... Et... Ça va peut être... vous paraître bizarre mais... J'ai l'impression de vous avoir déjà vu.

En tout cas lui de le vouvoyer tout d'un coup en fouinant dans sa mémoire, ça lui donnait une étrange sensation. Il en avait même oublié de se présenter. Il avait gardé son sourire, moins à l'ouest que celui qu'il arborait dans ces soirées de débauche, mais toujours aussi large et sans artifices. Avec un peu de chance, il l'espérait un peu quand même, l'inconnu plus vraiment inconnu n'avait pas oublié, cette histoire de chargeur.

[Dis moi si y a le moindre sushi ^w^]
Revenir en haut Aller en bas
Jake Keegan
♦ Civil - Vendeur de vins
Jake Keegan

Scorpion Singe Age : 26
Adresse : 16, rue du Tatami. Quartier Hebi.
Compteur 87
Multicompte(s) : Kuro Maiden

KMO
                                   :

Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Re: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] EmptyJeu 6 Fév 2014 - 16:10


L'entrain faisait sourire. Le mouvement du corps vers l'avant, s'arrachant à l'emprise visible du réverbère, fit reculer le second, valse assurée par pur réflexe. La moue, la main dans les cheveux, l'air gêné : Jake en examinait chaque détail, étudiant l'autre sur le vif. La concentration brisée par l'entente de la voix, encore. Ses yeux se ferment, les idées se font chasser à grand renfort de bonne conscience, puis le blond repose son regard sur le gosse, s'inclinant légèrement en avant tout en le remerciant. Voix chaude, traduction simple des pensées peu chastes nourries jusque-là. Mais son avantage ici, il le tirait du fait que l'autre ne le connaissait pas et ne pourrait donc pas se douter de tout ça. Sauf s'il était du genre à entretenir le même don que lui pour lire en les autres. Le suivre des yeux quand il se décale, suivre l'élan en faisant volte-face et continuer de l'écouter tout en prenant le chemin du supermarché, cauchemar dont il pensait ne jamais s'échapper.

Je n'ai jamais pensé que vous étiez perdu. Plutôt emmerdé par, oui, un concours de circonstances. Le chemin que je vous proposais à retrouver était celui jusqu'à chez moi, puisque vous ne semblez pas pouvoir rentrer chez vous.


Coup d'œil en coin et sourire carnassier, ils entrent dans la zone et Jake chope un panier au passage, agile.

Pour charger votre portable, évidemment.


Au détour d'un rayon, les hommes s'arrêtaient, Jake prenait une boîte, la montrait à l'autre, questionnait sur ce que c'était, comment ça se mangeait, si ça mangeait aussi... Parfois glissée dans le panier, souvent aussitôt remise dans le rayon, mine de dégoût. S'il n'avait jamais eu à se faire à manger depuis qu'il était au Japon, c'était une toute autre histoire depuis qu'il y vivait seul. Déjà dépendant de son père, il se refusait à l'être ouvertement d'une femme de ménage ou d'une hôtesse, comme ils disaient ici, pour remplir son réfrigérateur et se servir du plan de travail, préparer de bons petits plats.

Jake.


Ou l'art de répondre à une question posée bien avant leur entrée.

On s'est déjà rencontrés à une soirée. Je ne sais pas chez qui nous étions, mais c'était rue Tatami. Vous parliez string et ficelles et je vous ai laissé mon Zippo, sorte de pantoufle de verre. Vous l'avez encore ?


Question rhétorique ou presque. Non pas qu'il en connaissait déjà la réponse, simplement elle ne changerait rien et l'interrogation avait été formulée sans attente de résolution. Qu'il l'ait gardé ou pas lui importait peu. Son panier commençait à peser au bout de son bras et, s'il se rappelait bien à quoi tout servait, il avait de quoi se faire quelques repas avant de devoir revenir ici et essayer de retrouver les mêmes conserves. Un jour, peut-être, il achèterait quelque chose de frais. Un jour. Peut-être. La caisse au fond du rayon similaire à la lumière au bout du couloir et, papillon de nuit, il s'y engouffra, presque à bout de souffle, heureux d'être si proche de la liberté. Tout poser en caisse, régler, remettre dans le sac à dos et sortir. L'air frais jurait avec le chauffage du commerce et Jake rabattit son col sur sa nuque, d'un geste sec, couvrant son cou tatoué, redevenant aux yeux de tous un étranger lambda. Immédiatement, il prit le chemin de chez lui, juste à quelques rues du centre-ville, plus proche de la plage que des moteurs.

Tu n'as toujours pas craqué, avec cette question qui te brûle les lèvres, non ?


Et cette, fois pas de regard en coin, pas de sourire énigmatique. Il tournait la tête franchement vers le blond décoloré et c'était son sourire habituelle qui trônait sur ses lèvres.

J'ai une chambre d'ami.


Arrêt au passage piéton, dernier qui menait à la longue rue où se dressait sa villa, sa main glissa dans la poche de sa veste, cherchant parmi tout ce qu'elle contenait les clefs de son nid. Il les fit teinter dans sa main, les laissant même en l'air, pour les rattraper, tout à fait à l'aise. Et quelques mètres plus tard, il en poussait la porte, lâchant le trousseau sur le meuble d'entrée, le vide-poche déjà plein à craquer. Les chaussures sautent presque de ses pieds, s'étalent mollement au sol et restant là, alors qu'il avance en chaussettes dans le salon, montrant les chausson à l'intrus d'un signe de menton. Dans la cuisine, il range rapidement les boîtes : il fourre le sac complet dans un meuble vide, grognant en luttant à refermer la porte. Frigo ouvert, il sort deux bières en canette. Il déteste ça, mais n'a pas encore trouvé les bières en bouteilles dans ce pays. Il en tend une à l'autre et s'échoue dans le canapé, lui jetant le chargeur qu'il a discrètement acheté pour son portable.

Réflexe !


Mot simple, boutade. Non-connue en japonais, donc lancée en anglais. Avant d'avaler une longue gorgée de bière.

__________________________________________________
Mauvais Karma ! [with Jake] 495606Sign1
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8622-jake-keegan-en-charge-shiki
Invité
Invité
Anonymous


Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Re: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] EmptySam 8 Fév 2014 - 0:54

Jun avait suivit, ou entraîné peut être, l'inconnu pas vraiment inconnu, tout deux ayant machinalement pris la direction du supermarché dans un accord commun sans que l'autre n'ait eu besoin de répondre. Il hocha la tête quand le jeune homme tomba juste en émettant une hypothèse sur sa situation actuelle et au point où il en était, le jeune métisse franco-japonais lui raconta vaguement comment il s'était retrouvé dehors sans clés, que celles ci avaient fini dans les égouts et que son double, il ne pourrait les récupérer que demain à l'université. Il ne s'était pas étendu sur les détails, mais avec sa malchance de la journée et son téléphone mort, raconter sa mésaventure lui avait fait du bien. Juste histoire de se libérer d'un poids et de pouvoir arrêter de le ruminer.

Ruminer, c'était un truc qu'il savait bien faire. Pas dans le genre d'une vache mâchant un chewing gum, c'était trop simple et ça ne soulevait aucun cas de conscience. Mais dans sa tête, contrairement aux vaches bienq qu'il n'ait rien contre elles, ça bouillonnait trop souvent, tellement qu'il en oubliait parfois de réfléchir avant de parler. Trop passionné, comme jeune homme, il s'enflammait sans crier gare. C'est ce qui se passa dans les rayons du magasin. Dans sa petite tête blonde et devant les conserves que lui présentait le peut être connu.

Alors qu'il lui traduisait les caractères, et s'amusait de le voir grimacer quand il décrivait une texture un peu trop bouillie ou caoutchouteuse, il repensa à son portable, et à la proposition faite par le blond qui semblait plus âgé que lui, d'aller lui redonner vie chez lui. Il n'était pas contre. Il n'avait pas refusé d'ailleurs. Mais au détour de chaque rayon il pensait à la personne qu'il aurait pu appeler si son portable avait tenu. La personne en tout cas qu'il aurait pensé appeler... Sans oser le faire peut être. Celle qu'il tentait d'oublier à chaque fois qu'il s'éloignait, mais qui revenait dans sa tête comme une grande claque. Cette batterie morte c'était peut être un signe du destin pour l'aider à oublier... ou au contraire pour ramener cette maudite personne à son esprit. Comme s'il avait besoin de ça.
Il se refusa de le nommer dans sa tête, se concentrant sur une nouvelle boite qu'il tendit à son sauveur en lui assurant que la texture et le goût étaient parfaitement mangeable.

Il était entrain de lui donner un conseil pour faire cuire le contenu d'une conserve et avec quoi l'assaisonner quand le prénom de l'individu tomba dans ses oreilles sans qu'il s'y attende. C'est vrai, ça lui disait quelque chose.

- Oui... Oui je me rappelle ! Moi c'était Jun ! Enfin... Je suis toujours moi mais je sais pas si tu t'en souviens. Le zippo... J'en ai plein mais je l'ai peut être quelque part, pour être honnête je me souviens plus beaucoup de la tête qu'il avait, le reste de la soirée est assez flou.

Il avait rit, sur un ton joyeux, comme s'il avait été plutôt content de se souvenir de ça. D'ailleurs la discussion lui revenait doucement et le visage de Jake lui semblait devenir une évidence alors qu'il le suivait jusqu'à la caisse. Il l'aida à ranger quelques petites choses dans le sac et respira à pleins poumons l'air froid du dehors même si le froid vint bien vite lui faire resserrer son manteau et son écharpe autour de lui alors qu'il emboîtait le pas à Jake naturellement. Il ne pu s'empêcher de remarquer qu'ils vivaient dans le même quartier, songeant à ses clés, son téléphone.

Il releva la tête quand il entendit Jake faire cette remarque qui lui titilla l'esprit. Sa question, celle de squatter ? Est ce qu'il avait l'air aussi désespéré, ou du moins aussi prévisible ? Il fit la moue devant la proposition sous entendue du blond, et sans dire oui, sans dire non non plus, il lâcha avec un petit air amusé, plus malicieux que tout ce qu'il avait pu afficher jusque là.

- Si j'me rappelle bien du jour de notre rencontre j'avais aussi passé une sale journée. Tu apparais deux fois comme ça pour me rendre service, c'est marrant le hasard. Tu trouve pas ?

En le regardant jouer avec ses clés, il aurait presque pu émettre l'hypothèse d'y faire attention, une plaque d'égout était si vite arrivée et ils se seraient retrouvés tout les deux comme des idiots enfermés dehors. Mais Jun ne fit pas de commentaire de peur peut être de passer encore un peu plus pour un idiot. Il ne pu s'empêcher d'admirer la villa, qui avait l'air inoccupée. Vivait il donc ici tout seul ?
Une fois à l'intérieur, force est de constater que oui, il ne semblait y avoir que lui. Il retira des baskets d'un petit coup sec sur le talon de chacune d'elle et les aligna dans l'entrée à côté de celles de son hôte, prenant son temps avant d'entrer réellement. Le populaire posa son sac dans l'entrée et retira manteau et écharpe qui commençaient à lui tenir trop chaud à l'intérieur.

Les laissant choir sur son sac presque sans bruit, il avança ensuite dans la maison pour suivre Jake, observant son environnement d'un œil plutôt curieux. Le téléphone resté dans son manteau, il n'y pensa pas tout de suite, plutôt rassuré de ne pas passer la nuit dehors. Ou du moins une partie, il n'était pas encore sûr de rester.
Il l'était mais n'avait pas l'intention que ça se voit immédiatement en tout cas. Remerciant l'autre pour la bière, il entreprit de l'ouvrir et par chance, fut assez rapide dans ses premières gorgées pour pouvoir attraper le fil du chargeur du bout des doigts sans renverser le contenue de la canette sur ses vêtements. Il ne manquerait plus qu'il retourne à l'université parfumé à la bière pour récupérer le double de ses clés.
Bon il avait rattrapé l'objet de justesse, dont le côté totalement neuf lui échappa complètement.

- Merci c'est sympa !

Enjoué, il alla se poser par terre pour fouiner dans son sac et retrouver le téléphone éteint, tenta vainement de le rallumer mais celui ci resta mué à sa dernière tentative. Alors que Jake s'était posé sur le canapé, sirotant sa bière d'une main, Jun cherchait de quoi brancher le chargeur histoire de se débarrasser les mains. Même si au fond il n'aurait plus envie de bouger, malgré le fait qu'il saurait dans quelques minutes où était la fête. Ça ne changeait plus grand chose maintenant qu'il avait un abris, du moins si la chambre d'ami était toujours disponible dans la tête de son « sauveur ».
Il n'avait pas franchement envie de partir.

- Elle est sympa ta baraque. Même si je trouve ça grand pour une seule personne, tu dois t'ennuyer. Je peux vraiment rester t'es sûr ? Tu sais je... enfin j'espérais un peu trouver un endroit ou dormir cette nuit mais je suis pas non plus du genre à m'imposer.

Il pouvait l'être mais il savait surtout se montrer poli et éviter de sembler trop opportuniste même si son vis à vis semblait avoir une facilité certaine à déceler le fait qu'il soit vraiment dans de beaux draps, ou justement, qu'il ne puisse pas y être. Malgré tout, son visage affichait son habituel sourire lumineux, il pouvait l'être puisque ses ennuis semblaient être fini pour la soirée, Jun vint s'asseoir sur le canapé à côté de Jake. Ce n'est que lorsqu'il se posa enfin qu'il se rendit compte que ses jambes lui faisaient mal, probablement d'avoir piétiné autant en cherchant ses clés ou en étant resté debout aussi longtemps.
Passant une main contre sa nuque, il la massa un peu, lentement, dans un petit soupire d'aise, étirant ses épaules avant de se mettre à jouer machinalement avec les petites mèches de cheveux logées contre sa nuque en s'appuyant contre le dossier du canapé pour observer l'anglophone.

- En plus j'ai pas grand chose pour l'instant... pour... enfin te remercier... je fais très mal la cuisine même si je pourrais te rappeler ce qui est mangeable dans ton frigo, je te siffle tes bières...

Il humecta ses lèvres du bout de sa langue puis un rire clair, chaud et sincère sortis de sa gorge. S'il ne savait pas comment le remercier pour l'instant, il avait plutôt l'air à l'aise. S'étant installé plutôt proche de lui, quand des japonais plutôt puritains auraient choisis le bout du canapé, il se pencha un peu sur lui pour lui demander, curieux.

- Et d'où est ce que tu viens Jake ? A cette fête on a pas vraiment eu l'occasion de discuter.

D'autant plus que dans ses quelques souvenirs, Jun doutait fortement avoir abordé le jeune homme pour « discuter » en tout bien tout honneur. Oui il avait des vices, qui se cachaient pas mal sous sa gueule d'ange, mais pas forcément à chaque instant.
Revenir en haut Aller en bas
Jake Keegan
♦ Civil - Vendeur de vins
Jake Keegan

Scorpion Singe Age : 26
Adresse : 16, rue du Tatami. Quartier Hebi.
Compteur 87
Multicompte(s) : Kuro Maiden

KMO
                                   :

Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Re: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] EmptyDim 2 Mar 2014 - 20:56


Un regard vers la silhouette qui retourne vers l'entrée de la villa, Jake restait avachi dans le canapé, écoutant les bruits qui lui parvenaient dans son dos, trop enclin à une flemme envahissante pour daigner se tourner. Et puis, regarder un type, un presque inconnu, fouiller dans son sac n'était pas non plus la panacée, il ne devait pas manquer grand chose. L'intuition sembla se confirmer, puisque l'autre revint bien rapidement avec le chargeur, le portable et la bière en main. D'un geste las, l'aîné indiqua une prise, près de l'écran plat de la télévision, sans vraiment y prêter attention. Il avala encore quelques gorgées de sa bière et se tourna vers son nouvel acolyte, qui avait pris place sur le sofa, juste à côté de lui. Prunelles dardées sur les siennes, son regard se mêlant au sien, le soutenant avec une intensité naturelle, peut-être quelque peu dérangeante. Les yeux qui se baissent, au passage de cette langue sur les lèvres, assoiffés d'un désir qu'il réalisa d'entrée de jeu, ce qui expliqua le retour à sa bière. Il finit la canette et la posa sur la table, prenant le temps de se ressaisir avant de regarder de nouveau son voisin.

Je suis Californien.


Il aurait pu ajouter que, s'il était ici, c'était uniquement parce qu'il avait suivi sa sœur, la même dont il n'avait plus de nouvelles depuis sa sortie de l'hôpital l'été dernier. Il aurait aussi pu confier qu'il essayait tant bien que mal de s'acclimater au Japon, sa langue et ses coutumes, mais sans grande conviction, puisque, dans le fond, il n'en avait pas grand chose à foutre. Mais Jake n'était pas du genre à ajouter des choses, pas du genre à se livrer et encore moins à un gamin comme celui qui se tenait à côté de lui, encore moins à un gosse qui lui faisait monter des idées dégueulasses en tête.

Si tu veux prendre une douche ou un bain pour te détendre, il y a tout ce qu'il faut à l'étage.


Nouveau regard sur les lèvres de l'autre, son inférieure happée entre ses dents, rappelant à son bon souvenir cette langue tentatrice juste quelques instants plus tôt. Comme s'il désirait motivé son invité à monter pour se détendre - et non pas pour s'envoyer en l'air sur le canapé, Jake se leva, se dirigea vers la cuisine, où ses courses étaient impeccablement rangées, chaque chose à sa place, pour avoir une chance de se rappeler à quoi servait quoi et ce qui était le meilleur à manger. Nouvelle bière, il en sortit une autre pour le japonais, mais ne l'ouvrit pas. Quelques gorgées, sans le quitter des yeux, puis un regard vers le téléviseur.

La charge fonctionne ? Tu as des nouvelles pour cette nuit ou tu restes ici, alors ?


Sûrement un peu pressant, mais Jake avait besoin de savoir s'il allait devoir l'héberger ou non, en définitive. Savoir s'il allait devoir subir son esprit pervers toute la soirée, devoir y résister. La tâche, bien qu'habituelle puisque le blond n'avait jamais cédé à ses pulsions - à défaut d'aimer le sexe, il mettait un point d'honneur à ses principes - n'en restait pas moins laborieuse. Et les bières qu'il semblait vouloir s'enfiler le plus rapidement possible aurait bientôt raison de lui s'il ne se réfrénait pas un peu.

__________________________________________________
Mauvais Karma ! [with Jake] 495606Sign1
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8622-jake-keegan-en-charge-shiki
Invité
Invité
Anonymous


Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Re: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] EmptyMer 5 Mar 2014 - 23:44

Un sourire naturel et lumineux s'était doucement peint sur le visage du métisse qui sirotait tranquillement sa bière, tout en ayant l'air parfaitement à l'aise malgré le fait qu'il soit chez un inconnu. Détachant son regard du téléphone en charge plus loin, il termina sa boisson un peu vite, et posa la bouteille vide sur la table à côté de celle de son camarade. Un américain donc. Ses dents avaient légèrement mordu sa langue, tout en discrétion, pour se retenir d'être trop curieux. Après tout la réponse concise de son hôte semblait devoir lui suffire et il n'avait pas l'intention de le saouler de questions, pour peu qu'il regrette de l'avoir ramassé sur le bord de la route et le mette à la porte.
Note à lui même : c'était le deuxième américain qui avait le sens de l'hospitalité, oh et il rêvait de visiter la Californie.
Il se retint là aussi de piailler comme un futur touriste. Même si de nouveau, l'envie de poser des questions sur la vie, la culture, les grandes villes de la région le titillait grandement.

- Je veux bien piquer ta douche, histoire de me réchauffer, ça fait un moment que je traîne dehors et j'ai l'impression d'avoir encore le froid sur les épaules...

Posant ses mains sur ses joues, il pu constater que, sans être glacées, elles avaient gardé la fraîcheur de l'hiver et un frisson presque perceptible le parcouru entier à cette sensation de froid qui l'enveloppait encore. Aussi, si Jun n'avait pas eu l'intention de trop profiter du confort de la maison, l'invitation était trop tentante pour la refuser. Et d'ailleurs, elle tombait tellement bien qu'il valait mieux ne pas la laisser filer. Suivant des yeux la silhouette de Jake, il ne se leva pas tout de suite cependant. Le garçon ne bougea qu'en entendant les questions de son hôte. Hésitant, il jeta d'abord un regard au téléphone qui n'avait toujours pas manifesté de signe d'activité.
L'ayant sentit pressant, dans un soucis réel de ne pas le déranger plus qu'il en le faisait déjà, le jeune homme retourna à son téléphone avant toute chose pour vérifier si aucun message n'était arrivé entre temps pour l'aider. Et parce que de loin, ou dans un moment d’inattention on peu se tromper et louper une loupiote qui clignote sur ces appareils derniers cri. Mais rien ne semblait indiquer qu'on se soit soucié de son sort, même après la conversation inachevée, faute de batterie.

- Je vais surveiller, ne t'en fais pas. Je voudrais pas m'imposer de toute façon.

Ton poli, sincère, reste d'une éducation traditionnelle japonaise, reste, aussi, du petit garçon qu'il avait été. Bien qu'il doute avoir un quelconque appel, surtout quand les fêtes endiablées aller commencer à battre leur plein un peu partout dans la ville.
Puis sur ce même ton un brin innocent, il annonça à son hôte qu'il allait rapidement se doucher, avec un sourire angélique, lumineux et reconnaissant. Un bisounours, voilà comment certains pouvaient le voir. Il n'avait aucune animosité envers la plus part des gens qu'il croisait, peu de préjugés à la première rencontre, ou du moins aucune idée irréversible, se sentant souvent redevable des services qu'on lui rendait. Une facette qui venait contrebalancer l'air princier, parfois un peu garce ou allumeuse, trop provocant ou tentateur. Le pire peut être dans tout ça c'est qu'on pouvait avoir l'impression que c'était très naturel, cet étrange mélange.

Comme indiqué, le blondinet monta à l'étage et entreprit de trouver la salle de bain. Pour ne pas faire faux bond à Jake trop longtemps, l'idée était de se dépêcher un peu, expédiant ses vêtements au sol rapidement pour se glisser sous une eau bien chaude afin de faire fuir ce froid qui avait élu domicile dans tout son corps. Un soupire lui échappa quand les premières gouttes martelèrent sa peau pâle et sa volonté d'une douche express en pris un coup. Il s'attarda donc un peu sous l'eau chaude, quelques minutes, passant ses mains sur son visage, ramenant ses cheveux maintenant trempés vers l'arrière.
Quand il fut enfin réchauffé, Jun accéléra le mouvement pour quitter la salle de bain au plus vite, finissant par abandonner le séchage de ses cheveux pour rejoindre son hôte.

- Fais attention à comment tu cuis ce truc, ça peu vite devenir caoutchouteux.

Son sourire avait quelque chose de taquin maintenant. Il avait débarqué dans l'encadrement de la porte qui menait à la cuisine, comme ça, sans prévenir, les cheveux encore mouillés, dont quelques mèches perlaient d'eau encore un peu, sur son torse pâle qu'il entreprit seulement à ce moment là de recouvrir de son t-shirt. Son doigt fin était tendu vers un emballage bariolé, probablement des raviolis, ou quelque chose du genre.
Comme un courant d'air, il retourna vérifier son destin sur l'écran de son téléphone, et revint aussi vite qu'il était parti, mais cette fois pour se pencher au dessus de ce qu'était entrain de faire Jake avec une curiosité enfantine. Enfin... Il était bien trop petit par rapport à l'américain pour pouvoir se pencher, concrètement, par dessus quelque chose, son épaule ou quoi que ce soit d'autre. Passant sa tête sur le côté plutôt, avec une petite moue presque mutine d'abord, au naturel. Il songeait à cette absence de nouvelles. C'est d'ailleurs là qu'il avoua, en l'observant de plus près avec une moue désolée.

- Je crois que personne ne s'inquiète de savoir où je suis... J'pourrais me faire enlever par un fou dangereux personne ne s'en soucierait avant d'avoir décuvé., Le jeune homme se mit à rire un peu. C'est gentil de m'inviter, je te revaudrais ça. Qu'est ce que tu fais ? Je peux t'aider ?

La proximité, encore une fois, ne le dérangeait pas comme la plus part des japonais coincés. Bisounours tactile, ou jeune homme plein d'assurance. Il allait reculer quand une exclamation lui échappa, et il ne recula finalement pas d'un poil pour s'intéresser... au cou de son camarade, et au reste ensuite, visiblement curieux.

- Cool le tatouage ! T'en as d'autres ?

Décidément... sa capacité d'adaptation devait être remarquable, d'une minute à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Mauvais Karma ! [with Jake] Empty
MessageSujet: Re: Mauvais Karma ! [with Jake]   Mauvais Karma ! [with Jake] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mauvais Karma ! [with Jake]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mauvais Karma ! [with Jake]
» Alerte!Reponse aux magouilleurs et mauvais perdants...
» Bon ou mauvais, tant qu'on est loyal, on reste le même.
» L'ironie du sort est parfois de très mauvais goût [PV Olive]
» Le mauvais, la brute et le truand ; Ulrich de Sola.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's :: Rp's 2014-
Sauter vers: