₪ Académie Keimoo ₪

If you get tired, learn to rest, not to quit.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pose ton cul et prend un verre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Pose ton cul et prend un verre   Mer 27 Nov 2013 - 18:24


Aujourd'hui c’est une journée ordinaire. Bien trop ordinaire je m'ennuie.

Je griffonne sur le papier des mots, des petits dessins. Avec June on a décidé de sécher les cours. Je suis dans l'Amphi à et je lui envoie un message. ''On se rejoint à 12h10 au bâtiment abandonné. Ramène les bombes de peinture que j'ai laissé dans ton sac. J'ai l'appareil photo. Et de quoi bouffer. Jvais exploser si je me défoule pas.'' [Le message de ma soeur Lod hier xD] Oui bon ça va ! Je vois votre regard noir ‘’elle sèche les cours pour aller boire avec son amie’’. Oui ben ça va j'ai le droit de temps en temps d'enfreindre les règles. Surtout qu'aujourd'hui que mon maître d'arme a annulé mon cours, il était très occupé.
Et ma séance d'athlétisme de ce matin a duré quatre heures au lieu de deux pour que je puisse être libre alors je vais pouvoir prendre un peu de bon temps, puis c'est la faute de cette Fan d'Ethan Matthews que j'ai besoin de m'évader. Elle m'a cherché et j'ai fallu lui mettre mon point dans la gueule. J'en ai donc parlé à June elle qui a des problèmes avec sa mère et son frère a sauté sur l'occasion.
Je sors de mes pensées et je regarde le prof qui fait son cours ennuyant. Je regarde les dessins que j'ai fait et je fixe mon attention sur le mot « prison » que j'ai écrit inconsciemment. Oui c'est exactement ça ce cours et une prison où on y apprend rien. Je soupire et j'entends la sonnerie retentir : DRINGGGGGGGGGGG. 


Pas le temps de dire ouf que je suis déjà dehors. Il y fait beau le vent souffle, mais le soleil réchauffe le tout. 
Je cours dans la cour de l'école, les gens qui me croisent se retournent sur mon passage, mes cheveux bougent en rythme sur ma tête.
Aujourd'hui, je n'ai pas de collant et je porte un short vert et un t-shirt avec écris un gros fuck. C'est Eden qui me l'a offert à un de mes anniversaires, il m'arrive au-dessus du nombril on voit mon piercing. En chaussure je porte des baskets Nike montante verte.
Je ralentis quand j'arrive au bâtiment abandonnée June est la devant moi avec des salades elle a le sourire aux lèvres. On s'assoit pour manger et elle me donne une bombe de peinture rouge ma couleur. Je me lève et me mets à dessiner sur les murs. 
Cet endroit et mon préféré de l'établissement. Le sol est jonché de seringues vides, les murs sont couverts de graffiti. Je ris et lance la bombe à June et m'assois, je sors une bouteille d'alcool elle me sourit je bois directement à la bouteille. L'alcool me brûle la gorge et me donne une sensation de chaleur. June me la prend des mains et en bois aussi. Je ris, elle se met à rire elle aussi. Elle ma meilleure amie. On ne parle pas qu'est ce qu'on peut se dire on sait déjà tout.

La bouteille se vide il en reste la moitié quand on décide qu'il est temps d'arrêter de boire surtout que June viens de se renverser tout un verre sur elle. Elle ne marche plus droit ne fait que de rire et en plus elle est couverte de l'odeur quand elle retournera au dortoir on va bien rire. On a fait plein de ''jolie'' graf sur les murs, de toutes les couleurs des mots en lettre majuscule montrent que deux jeunes gens en ont marre de la vie. Je ris et m'écroule aussi, l'heure mais quel heure est-il ?. Je prends mon portable et regarde l'heure.

19h QUOI il est déjà si tard.
Je dis à June qu'il est l'heure qu'elle doit partir elle, me sourit et ce remet rire, l'alcool à bien descendu dans notre organisme et même si elle ne marche pas droit elle se met à partir en titubant je ne sais pas si elle arrivera à bon port mais bon. Moi je vais passer ma nuit ici et je rentrerai demain matin chez moi quand ma soeur et mon père seront parti.
J'ai encore la bombe noire et dans un dernier effort je me lève pour écrire un gros ''FUCK'' sur le mur. Je me sers un verre et regarde la bouteille qui est à la moitié. June a laissé ses clopes et je décide de lui en prendre une je fume souvent en ce moment avec elle. Mais mes capacités physiques ne s'en ressente pas pour le moment du moins, puis ce n'est pas une clope de temps en temps qui va me ruiner la santé mon prof d'athlétisme fume un paquet par jour.

Je me mets à pester à voix haute contre le groupe des populaire de merde.
« Je les déteste ses pop, ils rendent ma vie impossible, avec leur jardinage leur origamis et leurs jeux de merde qui font à la pause déjeuner, je les hais, eux et leur bonne manière, leur groupies, elle qui sont trop jolie et trop nianian MAIS VOUS SAVEZ QUOI LES GENS POPULAIRE LES ROIS DE L’ACADEMIE MOI JE VOUS ENMERDE »

J'entends du bruit, quelqu'un viens, mais je m'en tape comme de l'an soixante.
Revenir en haut Aller en bas
Rei Kawashima
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Balance Buffle Age : 20
Compteur 37

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Mer 27 Nov 2013 - 22:43

Les cours venaient de se finir, il est 18h. La journée scolaire n’était pas encore achevée pour Rei car l’administration lui avait demandé de fournir des pièces justificatives qui semblaient manquer dans son dossier. La jeune lycéenne ne comprenait pas, elle était pourtant certaine d’avoir apporté ces documents parmi toute la paperasse qu’on lui avait demandé pour sa réinscription. Elle devait donc retourner au secrétariat pour dissiper ce malentendu. Malgré son sens de l’orientation peu développé, Rei trouva enfin le bon bureau et tenta de se lancer dans de vaines explications qui ne faisaient qu’aggraver le problème. Elle crut se rappeler que les pièces en question avaient été transmises à une autre branche obscure de l’administration dans un bureau situé à l’autre bout du lycée, et supposa qu’elles n’avaient ensuite pas été retransmises… Bref, c’était la merde et cela passait totalement au-dessus de la tête de Rei qui voulait seulement qu’on la laisse tranquille.

La jeune fille était d’autant plus blasée que le club de basketball n’avait toujours pas rouvert. Par dépit, elle se rendait régulièrement sur des terrains extérieurs entourés par un grillage qui se situaient sur la route lorsqu’elle rentrait du lycée à pied. Cependant, depuis quelques jours ces terrains avaient été, pour une raison inconnue, fermés au public. Rei commençait à sentir une forme de manque, et ce n’est pas le peu d’activité qu’elle faisait à l’EPS qui pouvait la combler. Ce jour-là, la tête totalement brouillée par cette histoire de papiers, elle avait besoin de faire le vide en dribblant avec une balle.

Après avoir lamentablement failli à trouver une explication au second bureau auquel elle se rendait, Rei décida qu’elle devait se changer les idées et alla enfiler sa tenue de sport dans les toilettes sur un coup de tête. Une fois son short et son débardeur sur le dos, elle partit également récupérer le ballon qu’elle gardait toujours dans son casier au cas où. En le prenant dans les mains, elle ne put s’empêcher de le faire rebondir une fois sur le sol, comme pour vérifier que la gravité agissait bien de manière habituelle aujourd’hui. La lycéenne se dirigea alors désespérément vers le gymnase du campus.

Désespoir qui se confirma lorsqu’elle se rendit compte trop tard, c’est-à-dire au moment d’arriver à la porte close du gymnase, que l’heure de sa fermeture était déjà passée. Blasée, Rei soupira en levant la tête au ciel puis hocha la tête sur le côté pour faire craquer son cou. Elle vérifia l’heure son portable et commença à rédiger un message pour son frère afin qu’il vienne la chercher en voiture ; elle n’aimait pas rentrer à pied trop tard le soir et appréciait de temps en temps abuser de la gentillesse de son aîné. En écrivant, la jeune fille scruta les alentours et vit plusieurs bâtiments et terrains qu’elle n’avait pas encore eu l’occasion de voir de près. Comme une étincelle, une dernière petite flamme d’espoir l’encouragea à s’aventurer plus loin pour peut-être trouver quelque chose qui puisse servir de panier de basket.

Après être passée près du terrain d’athlétisme, dont l’accès était également fermé, et plusieurs structures qui ne l’intéressaient pas du tout, Rei aperçut un bâtiment sombre dont une silhouette semblait en partir. Une fois que la mystérieuse personne s’était assez éloignée, elle s’approcha du bâtiment en question par curiosité. Ses yeux purent identifier enfin une jeune femme à l’apparence peu commune. Sa peau était sombre -sans raison apparente Rei assimila cette idée à la nationalité états-unienne-, sa tenue était courte et laissait apparaitre divers piercings et tatouages. Elle arriva sur le côté à portée d’écoute lorsque la jeune femme déblatérait à propos de certaines personnes soi-disant populaires. Piquée une nouvelle fois par la curiosité, Rei s’approcha timidement et lança un très poli :


« Qui sont ces "pop" ? »

La lycéenne afficha un aimable sourire en attente d’une quelconque réponse, son sac en bandoulière sur une épaule et son ballon de basket sous le bras. Elle verrouilla le clavier de son portable d'où elle n'avait pas envoyé le message adressé à son frère. Une odeur de cigarette vint alors lui déranger les narines, mais Rei fit comme si de rien n’était.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Dim 1 Déc 2013 - 15:32

Ma phrase à peine fini, j'entends une personne : une voix à côté de moi. Je me tourne et vois un garçon aux cheveux courts (à l'académie beaucoup de garçons ont les cheveux longs), habillé comme pour un match de basket, pourtant je crois savoir que les cours de basket n'ont toujours pas reprit. Il avait surement envie de se faire des paniers.

Il ne doit pas être ici depuis très longtemps il ne connaît pas les populaires où pop. Je lui souris en coin. Je prends la bouteille et boit un peu. Ma clope se finit je la jette.
« Salut. T'es pas à Keimoo depuis très longtemps toi non ? »
Je la regarde, ses vêtements ne le mettent pas vraiment en valeur on pourrait croire qu'il n'a aucune forme tout maigrichons en même temps ce sont des vêtements de sport. Je souris et lui tends la bouteille.
« Les pop, ce sont les populaires ce sont des pauvres gens que tout le monde connais et ces gens-là ont des groupies. Tu sais des filles hystériques à la pensée d'un pauvre mec comme Ethan. Et encore ce n'est pas le pire. Le pire ce sont les filles populaires, elles sont d'un ennuie entre le maquillage et les autres trucs à la con comme l'origami on n'est pas dans la merde, nous les sportives »
Je lui souris et ris gentiment. Je prends conscience du ballon de basket et me lève pour lui prendre, mes réflexes reviennent d'un coup malgré l'alcool que j'ai ingurgité. Je lui lance un regard joueur et fait quelques dribbles. Je change plusieurs fois de mains et le fait tourner sur mon doigt. A la Mickaël Jordan je ris à cette pensée.
Ce garçon je ne l'ai jamais vu où je n'ai jamais fait attention à lui, il m'a l'air d'être une garçon doux et gentil. Pourtant, dans ses yeux on peut y décerner une pointe de malice. Je le regarde dans les yeux reprenant des dribbles.
Comment elle s'appelle déjà ? Heu ? Mais elle ne me l'a pas dit je crois.
« Au fait je m'appelle Clémentine, mais tu peux m'appeler Cléo et toi tu te nommes ? »
Je ris doucement et lui renvoie la balle, je teste ses réflexes au moins.
Je me rassoie et lui fait signe de faire de même. Je prends la bouteille pour en boire un peu. Je sais que je ne suis pas dans un état à parler de philosophie antique ni de l'armée Georgienne, mais je peux me faire une nouvelle connaissance. Un joueur de basket en prime.
Revenir en haut Aller en bas
Rei Kawashima
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Balance Buffle Age : 20
Compteur 37

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Mer 4 Déc 2013 - 23:24

La jeune femme se tourna vers Rei, sans avoir l’air plus surprise que ça. Elle finit par lui rendre son sourire et boit un coup avant de répondre :

« Salut. T'es pas à Keimoo depuis très longtemps toi non ? »

On ne pouvait pas dire cela en effet. Rei avait raté la fin des cours dans son dernier établissement à cause d’un déménagement d’urgence. Son frère avait réussi à trouver un boulot dans ce coin de la région, elle avait dû choisir entre rester seule dans leur appartement et le suivre en changeant de bahut. Ne se sentant pas encore prête à vivre seule, Rei avait finalement décidé de partager le nouveau logement avec son frère au détriment des contacts qu’elle s’était fait dans son précédent établissement. Elle avait visité l’académie de Keimoo  plusieurs mois avant la rentrée pour tâter le terrain et repérer tant bien que mal les endroits stratégiques. Ce faisant, la lycéenne ne fréquentait la dite académie que depuis peu.

Son interlocutrice lui tendit sa bouteille entamée. Rei accueillit ce geste en prenant le dit contenant par le goulot avec la main dont le bras ne maintenait pas son ballon. Elle comprit la teneur de son contenu rien qu’en le portant à quelques centimètres de son nez.

Pendant que la lycéenne  garçon manqué se tâtait pour savoir si elle allait finalement porter ceci à ses lèvres ou pas, la jeune femme partit dans une explication à la fois claire et personnelle de ce qu’elle avait auparavant appelé les « pop ». Apparemment il s’agissait du terme pour désigner les gens qui avaient le plus de succès au sein de l’académie de Keimoo. Cette fille-là en parlait comme si elle décrivait un fléau. Rei crut percevoir une pointe de jalousie dans sa voix, mais pensa qu’il était plus prudent d’acquiescer son point de vue.

Elle se risqua finalement à boire une gorgée de la bouteille d’alcool. Elle n’avait pas l’habitude de ce genre de boisson, le simple fait d’y tremper les lèvres lui fit envahir le palais par une forte odeur. Son cerveau hésita une demi-seconde entre avaler rapidement le produit au risque de se brûler la gorge et le garder dans la bouche en attendant de s’habituer à son goût et de se préparer à la douleur. La deuxième option prit le pas et Rei avala rapidement sa petite gorgée qui lui réchauffa l’œsophage. Elle se retint d’esquisser une grimace avant de se rendre compte que son ballon n’était plus sous son bras.

A la fin de son explication, son interlocutrice le lui avait pris pour faire quelques dribbles et afficher sa certaine maitrise du référentiel bondissant. Rei comprit mieux pourquoi elle venait de désigner toutes les deux de « sportifs », comme si leur passion les plaçait automatiquement dans un groupe solidaire. Même si elle n’était pas là depuis très longtemps, elle supposait avoir en effet déjà remarqué la présence de ces « pop » lorsqu’elle avait croisé certaines personnalités qui attiraient magiquement tous les regards. La jeune lycéenne s’était rendu compte de leur présence uniquement guidée par les gloussements des personnes qui semblaient être leurs fans. Elle répondit enfin :


« Ah, je vois. Ces gens-là vivent de la passion des autres envers eux, tandis que nous autres vivons pour notre propre passion. »

La susnommée sportive reprit la parole :

« Au fait je m'appelle Clémentine, mais tu peux m'appeler Cléo et toi tu te nommes ? »

Kurementainu ? Rei ne savait pas que ce mot pouvait être utilisé en tant que prénom, mais passa outre cette originalité en devinant l’origine étrangère de la demoiselle.

« Je m’appelle Kawashima Rei, enchantée. » Lui répondit-elle en souriant à nouveau avant de reprendre rapidement une mini-gorgée histoire de donner un sens à la bouteille qui se tenait dans sa main.

Rei avala l’alcool en constatant que sa gorge ne lui brûlait plus autant qu’avant puis stoppa de sa main libre le ballon qu’on lui envoyait. Elle fit une dribble pour contrôler la balle et la bloquer ensuite avec son torse avant de tendre la bouteille à sa propriétaire qui s’assit.

La lycéenne l’imita, suite à son invitation gestuelle, en posant son sac. Elle opta pour une position en tailleur en bloquant son ballon entre ses jambes et ses bras. Son intérêt se porta éventuellement sur la démonstration que venait d’effectuer son interlocutrice.


« Tu fais quoi comme sport ? Du basketball aussi ? »

Cette forte odeur étant encore nouvelle pour la jeune fille, Rei sentait que son haleine trahirait sa consommation d’alcool. Elle espérait que son frère ne le remarquât pas, ou qu’il fît comme si.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Jeu 12 Déc 2013 - 14:49

Je regarde le jeune garçon je crois qu'il a hésité à boire, mais bon passons. Elle résume super bien ce que veut dire ces populaires que je n'aime pas. Après cette petite intermède de dribble pour m'amuser plus que pour démontrer une certaine maîtrise. Je m'étais assise tranquillement.
Elle avait parfaitement résumé les populaires, des personnes qui n'ont aucun talent donc aucun intérêt. Ils ont un talent ces gens-là il manipule parfaitement les gens et obtiennent tout ce qu'ils veulent. Souvent des gosses de riches qui ne font qu'appeler leurs parents quand ils ont besoin. Je n'aime pas ces gens.
Ce garçon s'appelle Rei un prénom très courant au Japons, c'est un prénom mixte simple à portée, car très court j'en déduis donc que ce garçon et un japonais, mais qu'il débarque sur la planète Keimoo. Je lui souris. Après m'avoir dit son prénom il rattrapa le ballon de sa main libre. Il a une maîtrise parfaite, il doit en faire depuis un bout de temps. Je rigole, je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. J'arrête de rire et je le regarde.
On est assis tous les deux. Il me pose la question du sport que je fais, j'ai déjà fait du basket, mais plus pour rigoler. Je n'ai jamais fait partie d'un club de basket. Je saisis une clope du paquet de June et l'allume, prend une bouffée avant de répondre à la question.
« Je fais tout un tas de sport, mais surtout de l'escrime, du basket j'en ferai quand les cours auront reprit, en fait j'ai souvent fait du basket dans la rue pour rigoler avec les garçons, toi je devine que tu en fais depuis un bout de temps »
Je regarde le garçon et lui souris. Je tends la main vers la bouteille qu'il tient toujours en main. Tire sur la clope que j'ai encore dans la main. J'espère qu'il a une chambre où dormir dans l'enceinte de l'école.
« T'as une chambre dans le campus ? »
Je rigole encore une fois sans savoir pourquoi. Moi je vais rester là, car je n’ai aucune envie que mon père dise quoi que ce soit sur mon état d’ébriété. Il m’énerve déjà rien qu’à l’entendre parler surtout que les examens et les compétitions sportives approchent. Et qu’il m’entend toujours quand je rentre tard.
Enfin bon je regarde le garçon et lui sourit de nouveau. J’ai enfin réussi à lui prendre la bouteille des mains mon geste n’était pas du tout agressif. J’en bois des grosses gorgées, la gorge me brule un peu et me donne une sensation de chaleur et de bien-être.
Je rigole encore une fois sans savoir pourquoi. Moi je vais rester là, car je n'ai aucune envie que mon père dise quoi que ce soit sur mon état d'ébriété. Il m'énerve déjà rien qu'à l'entendre parler surtout que les examens et les compétitions sportives approchent. Et qu'il m'entend toujours quand je rentre tard.
Enfin bon je regarde le garçon et lui sourit de nouveau. J'ai enfin réussi à lui prendre la bouteille des mains mon geste n'était pas du tout agressif. J'en bois des grosses gorgées, la gorge me brule un peu et me donne une sensation de chaleur et de bien-être.
Revenir en haut Aller en bas
Rei Kawashima
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Balance Buffle Age : 20
Compteur 37

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Lun 16 Déc 2013 - 22:13

La fumée de cigarette vient s’ajouter aux effluves d’alcool qui parfumaient le palais de Rei. Elle ne supportait pas ça, mais faisait mine de rien pour ne pas avoir l’air gêné. Sa tête se tourna discrètement pour chercher le sens du vent et trouver un angle efficace pour éviter de recevoir toute la fumée dans le nez. En écoutant son ainée, Rei se mit à tripoter son portable, ses bras reposant toujours sur son ballon.

« Je fais tout un tas de sport, mais surtout de l'escrime, du basket j'en ferai quand les cours auront reprit, en fait j'ai souvent fait du basket dans la rue pour rigoler avec les garçons, toi je devine que tu en fais depuis un bout de temps »

Elle souriait. Clémentine semblait satisfaite d’être tombée sur quelqu’un qui avait la même passion qu’elle. Rei prit une bouffée d’air frais avant de répondre :

« En effet, j’ai commencé tout petit et j’ai toujours continué à en pratiquer jusqu’à maintenant. J’attends avec impatience l’ouverture prochaine du club de basket de l’académie ; ça me frustre de ne pas pouvoir jouer comme je veux en ce moment. »

La frustration ne se lit pas sur le visage de la lycéenne qui garde un air neutre en ne faisant que sourire en retour de ceux que son interlocutrice lui envoyait. Celle-ci se mettait à rire de temps à autre. Rei ignorait la source de cette hilarité soudaine mais ne parut pas surprise pour autant. Les gens de tout âge utilisaient parfois ce moyen pour décompresser, avec l’aide d’un peu d’alcool et de drogue à partir d’un certain âge. Cela lui rappelait sa mère qui avait répondu qu’elle fumait « pour se détendre » le jour où Rei, alors en bas âge, avait abordé pour la première fois ce sujet. La jeune fille ignorait les vertus magique de ce genre de substance et ne voyait, encore aujourd’hui, pas d’autres moyens de se défouler que de dribbler avec un ballon.

Son petit souvenir fut interrompu par une question de Clémentine :


« T'as une chambre dans le campus ? »

Rei supposait que, vu le prestige de l’établissement et le niveau de vie de la plupart de ses étudiants, bon nombre de ces derniers venaient d’un peu partout et résidaient actuellement au pensionnat Keimoo. Ce n’était pas le cas de la lycéenne qui expliqua sa situation rapidement :

« Non, j’habite dans un appartement en ville avec mon grand frère. Il peut venir me chercher en voiture lorsque je quitte tard le soir. »

Ainsi, elle précisait que sa présence en ce lieu et à cette heure n’était a priori pas problématique. Clémentine s’esclaffait encore ; Rei espérait que cela vînt davantage de sa nature joyeuse plutôt que de son taux d’alcoolémie. A nouveau en possession de son bien, la jeune femme but avec entrain le contenu de sa bouteille. La gorge de Rei se réchauffait rien qu’à voir sa descente. La lycéenne se mit à sourire à nouveau, non pas par nécessité d’afficher un masque mais parce qu’elle trouvait cette situation peu banale et intéressante.

Elle finit par poser une question simple mais pas impertinente :


« Tu as l’habitude de venir à cet endroit de l’académie ? C’est ton endroit à toi ? »

Rei continuait de faire inconsciemment mumuse avec son portable, en l’ouvrant à moitié pour sentir la menue force du ressort qui le faisait se claper automatiquement lorsqu’on le fermait. Elle écoutait son interlocutrice avec intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Ven 20 Déc 2013 - 16:27

J'avais deviné. Il fait du basket depuis longtemps cela se voit il doit être pressé que les entraînements reprenne, moi j'hésite encore à m'y inscrire. J'aime le basket, mais ça me prend la tête puis encore un sport, alors que mon emploi du temps est chargé. Enfin bref.
Je le regarde avec un sourire. Je touche mes cheveux, qui forment une sorte de couronne au-dessus de ma tête. Malgré qui sont toujours trop emmêlé, impossible à coiffé je les aime bien ils font partie de moi. Je les fais bouger. De ma main libre si je puis dire je bois encore une gorgée.
Je pense alors à June qui j'espère a pu regagner sa chambre sans tomber sur un professeur. Je crois qu'elle a bien trop bu pour la regagner ça se trouve qu'elle s'est endormie dans un coin en marchant vu comme elle titubait.
Ben elle a de la chance d'avoir un grand-frère apte à venir la chercher. Moi je ne veux pas que mon père le fasse venir me chercher tard, puis j'aime trainer la nuit.
La nuit tout le monde dors, il n'y a personne dans la rue, je peux faire de la photographie, je peux réfléchir, soupirer me demander ce que je ferai quand je serais un peu plus grande. Je réfléchis mes pensées sont un peu perturbée à cause de l'alcool. Pendant un moment mes yeux noirs fixe le sol comme pour chercher une réponse à une question non posée. J'oublie pendant un moment la présence de Rei. Je bois mes yeux fixes toujours le sol.
Soudainement je fixe Rei me rappelant sont existence.
« Ta dla chance d'avoir un frère qui semble assez gentil pour venir te chercher quand tu finis tard »
Si j'ai l'habitude de venir à cet endroit, je crois bien que oui. J'y suis souvent c'est dernier temps. J'aime être ici. C'est un endroit tranquille, personne ne viens jamais.
« Je crois bien c'est ici que je me sens le mieux dans l'académie quand tout me semble trop compliqué et que je n'arrive plus à faire face je viens ici me réfugier, pour pleurer où boire »
Je crois qu'on a tous un endroit où on se sent bien, un endroit où on se sent fort et invincible, moi je me sens forte sur une piste d'escrime. Les bâtiments abandonnées est un endroit où je suis bien et calme, je peux y faire mes devoirs en paix, je suis presque toujours tranquille.
« Toi tu dois bien avoir un endroit que tu préfères dans le monde ? »
Je bois une gorgée et lui sourie gentiment
Revenir en haut Aller en bas
Rei Kawashima
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Balance Buffle Age : 20
Compteur 37

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Mer 1 Jan 2014 - 22:11

Alors qu’elle était en train d’écouter Clémentine, le portable de Rei se mit à vibrer. Après un léger sursaut, elle ouvrit son appareil pour le consulter. Il s’agissait d’un message de son frère, Kin, qui s’inquiétait. Inquiétude logique du fait qu’il connaissait l’emploi du temps de sa sœur et savait vers quelle heure elle rentrait généralement le soir. La jeune fille estima le temps qu’il lui faudrait pour arriver sur le campus en voiture, la trouver et repartir à l’appartement et décida finalement de lui répondre de suite. Il se faisait tard et Rei n’avait plus de raison, outre la rencontre avec une compatriote passionnée de sport, de s’attarder à l’académie. Il était alors temps de profiter de ces instants avec cette nouvelle connaissance.

« Je crois bien c'est ici que je me sens le mieux dans l'académie quand tout me semble trop compliqué et que je n'arrive plus à faire face je viens ici me réfugier, pour pleurer où boire »


Cette pointe de franchise vint ébrécher légèrement le masque social de Rei qui n’était pas non plus une insensible. Elle perdit son sourire une seconde pour afficher un visage plus sérieux et touché. La lycéenne avait désormais l’impression de se trouver sur un territoire privé, un lieu intime qu’elle avait profané sans s’en rendre compte. Cet endroit devait contenir des histoires et souvenirs qui ne lui viendraient même pas à l’esprit. Son esprit extrapola quelque peu en s’imaginant ce qui aurait pu y arriver : des rencontres destinées, des conflits relationnels, peut-être même des bagarres acharnées ou des étreintes charnelles. Le simple fait qu’un lieu fût abandonné sans en connaitre la raison mettait en marche l’imagination des ignorants.

Rei revint sur Terre, ses lèvres dessinèrent un léger sourire en réaction aux scènes qu’elle venait de s’imaginer. Il ne fallait pas non plus romancer l’histoire imaginaire d’une jeune femme qu’on venait de rencontrer, aussi peu banale avait-elle l’air. Le principal avantage d’un lieu abandonné était sa faible fréquence de visiteur, telle était la qualité que semblait apprécier ici son interlocutrice.


« Toi tu dois bien avoir un endroit que tu préfères dans le monde ? »

Si la question en elle-même ne surprenait pas le jeune garçon manqué, c’était sa portée qui lui provoqua un petite temps de réflexion avant de répondre. « Dans le monde » ? Rei ne connaissait pas beaucoup le monde, il l’avait vu un peu en cours de géographie et l’entrapercevait les rares fois où elle regardait la télévision. Son monde à elle se limitait la plupart du temps à sa famille, ses amis proches et le terrain de jeu. Le reste faisait partie d’un monde autre. Si Rei avait à choisir un endroit particulier, elle pensait d’abord à sa chambre qui était son antre intime et protecteur. Mais, au final, sa fierté de basketteuse et sa volonté d’être bien vue d’une camarade passionnée d’activité physique prit le dessus.

« L’endroit où je me sens le mieux au monde, c’est celui où je peux marquer des paniers. »

Elle s’empara de son ballon et fit mine de se mettre en position de shoot, la main droite tenant le ballon par-dessous comme un projectile de catapulte et la main gauche l’équilibrant sur le côté, tout en restant assise. Les bras de la jeune fille semblaient prendre naturellement cette posture au contact de la sphère rebondissante.

« Pour moi, c’est un peu comme l’eau pour un poisson ou le ciel pour un cerf-volant. C’est sans doute réducteur, mais j’ai l’impression de ne sentir l’intérêt de la vie que quand je joue. Même si je sais m’amuser à plein d’autres choses, il n’y a que comme ça que je prends réellement mon pied. Il n’y a que comme ça que je me sens vivant. Tout le reste est futile, futile, futile, futile. »

Rei afficha un sourire à Clémentine puis se leva pour envoyer son ballon contre le mur du bâtiment abandonné comme si elle visait un panier invisible. La balle rebondissait à chaque fois à peu près au même endroit pour revenir directement entre les mains de la lycéenne après un rebond au sol. Après quelques tirs, elle dribbla sur place avec la balle en regardant Clémentine avec un léger sourire, comme pour attendre une réaction de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Lun 24 Fév 2014 - 19:28

Le jeune garçon venais de me dire que son endroit à lui c'est les terrains de basket. Un sportif pur et dur. Je bois une gorgée, tire sur ma clope un peu fort. Je ris.

« Je confirme il n'y a rien que mieux que le sport, à part peut-être les amis et les soirées avec eux, un jour je te présenterais à la personne la plus importante de toute la planète terre »

Il s'amusa avec le ballon, à le lancer contre le mur comme s'il y avait un panier de basket. Il me regarde avec un sourire en coin. Je me lève je ne peux m'empêcher de répondre à la confrontation en silence que me lance le garçon.


Je ris, en essayant d'attraper le ballon, une fois que je l'ai. Je dribble, je tourne autour du jeune brun, ris et l'envoi avec force contre le mur comme pour marquer un panier. Je regarde le garçon la balle revient vers nous et je l'attrape puis la lance au garçon.


Je ris, en essayant d'attraper le ballon, une fois que je l'ai. Je dribble, je tourne autour du jeune brun, ris et l'envoi avec force contre le mur comme pour marquer un panier. Je regarde le garçon la balle revient vers nous et je l'attrape puis la lance au garçon.

Rei est un garçon un peu étrange, il n'est pas très grand de taille, fin il ne semble pourtant pas si fragile que ça.


Dans ma tête tout ce bouscule, la terre semble se mettre à tourner comme une toupie, je ne tiens plus debout et m'écroule dans un rire, les ravages de l'alcool et de plus je n'ai pas mangé ce soir et mon corps n'a pas aimée le mélange, alcool et agitation.
Tout ce calme d'un coup et je regarde le garçon.

« A l'alcool et le fait de n'ai pas mangée, retiens bien ça Rei quand tu bois il vaut mieux manger un peu »

Je pense qui est temps pour lui de partir, il se fait bien tard et son frère a déjà du appeler l'armé. J'espère qu'il ne se fera pas grondé. Ce soir je resterais seule ici, mais il ne fait pas trop froid.


Je regarde la bouteille d'alcool bientôt vide et la fini d'une gorgée.

« Tu sais quoi mon cher Rei, je pense qu'il est temps que tu rentres ton frère doit être inquiet et je m'en voudrais s'il appelait l'armée de l'air de la terre et l'ONU pour te retrouver. »

Je ris, certes j'extrapole un petit peu, mais il est bien plus de minuit maintenant. Je lui note mon numéro sur sa main et lui dit de me téléphone quand il sera chez lui. Et que je ne suis pas prête de dormir. Je lui dis qu'on se reverra pour une partie de basket en bon et due forme.


Je ris en le regardant et lui fait une petite étreinte comme pour lui signifier que l'on pourrait devenir des amis.


Il sent l'alcool et la cigarette, c'est un peu de ma faute, mais j'espère pour lui que son frère et une personne cool qui ne fera pas attention à ce genre de détail.
Revenir en haut Aller en bas
Rei Kawashima
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Balance Buffle Age : 20
Compteur 37

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   Ven 30 Mai 2014 - 22:34

Une impulsion. C'est ce qui se passa dans sa poitrine lorsque la grande étrangère vint tenter de lui arracher le ballon des mains. Rei ressentit cela comme la vibration du téléphone recevant une réponse tant attendue. Son sang ne fit qu'un tour, suivi d'une poussée d'adrénaline qui lui induit un réflexe de protection du ballon. Elle tourna en pivot comme si la règle du marché était en application. Soudain, elle sentit une faiblesse après avoir effectué un tour. Les vapeurs d'alcool conjuguées à la fumée de cigarette avaient réduit l'apport en oxygène vers son cerveau, et un léger tournis vint lui faire baisser sa garde. La grande sportive en profita pour lui piquer la balle et marquer un panier imaginaire. Après quelques rebonds, Clémentine lui remit son bien par une passe.

Rei sourit. Comme par réflexe, elle la complimenta en exagérant ses pensées :

« Tu m'as surpris, je ne m'attendais pas à une telle attaque. »

Il s'agissait d'un double moyen de protection. Rei se devait de garder son image de jeune garçon poli et courtois. Mais elle avait aussi besoin de se rassurer en sur-estimant son adversaire après une défaite, quelle qu'elle fusse, pour persuader son ego que c'était normal. Soudain, Clémentine se mit à tanguer. Elle tomba par terre avant que Rei ne put l'aider, mais au lieu de se plaindre elle éclata de rire et expliqua :

« A l'alcool et le fait de n'ai pas mangée, retiens bien ça Rei quand tu bois il vaut mieux manger un peu »

Rei répondit à son rire par le sien. Cette fois c'était sincère. Elle se calma en plaçant sa main devant sa bouche pour éviter de pouffer. Une fois son attitude habituelle revenue, elle la vit mettre un terme au contenu de sa bouteille et ajouter :

« Tu sais quoi mon cher Rei, je pense qu'il est temps que tu rentres ton frère doit être inquiet et je m'en voudrais s'il appelait l'armée de l'air de la terre et l'ONU pour te retrouver. »

"Mon cher Rei". C'était assez inhabituel pour la jeune fille d'entendre quelqu'un qu'elle venait de rencontrer lui parler de façon si familière aussi rapidement. Avec son esprit extrêmement ancré dans les mœurs japonaises, il était impossible pour Rei de lui rendre la pareille. Elle fit au moins l'effort de l'appeler par son prénom en répondant :

« Ne t'inquiète pas, Clémentine. Nous n'avons pas d'armée au Japon. »

Elle lui sourit, contente d'avoir trouvé de quoi entrer dans son petit jeu. Néanmoins le timing était correct car, peu après, le portable de Rei vibra pour signaler un appel de Kin. Celui-ci lui indiqua qu'il était arrivé et qu'il l'attendait. Au moment où elle raccrocha, Clémentine lui tourna la paume de sa main vers le ciel pour y inscrire quelque chose. Elle lui fit promettre de l'appeler une fois que Rei sera arrivée à bon port. Au moment où elle acquiesça, Clémentine la serra contre elle brièvement. Rei rougit, peu de gens se permettait de la toucher ainsi. Elle mit cela sur le dos de la différence culturelle et supposa que c'était une marque d'affection courante là où sa camarade sportive avait vécu. Cependant, cela ne l'empêcha pas de la gêner un peu.

Rei partit, le ballon sous le bras, son sac sur l'épaule, en faisant signe à Clémentine qui semblait vouloir passer la nuit ici. Une fois arrivée à la voiture, l'odorat de son grand frère ne le trompa pas sur la nature de sa soirée. Cependant il resta discret, se contentant de sourire en lançant tout de même un petit :

« C'était sympa ta soirée ? »

Rei détourna les yeux du rétroviseur, serrant son poing pour que le numéro de Clémentine n'entre pas dans son champ de vision. Ses joues se teintèrent légèrement de rouge lorsqu'elle se rappela du dernier instant de cette nuit. Décidément, c'était dur de s'habituer aux coutumes étrangères tactiles.

Une fois rentrée, elle se mit en pyjama et se coucha rapidement. Au moment de fermer les yeux, elle se souvint de sa promesse. Cependant, il commençait à être assez tard et ses paupières tombaient toutes seules. Il ne lui était pas possible de tenir correctement une conversation par téléphone. Tout du moins, c'était la raison qu'elle se donnait intérieurement pour éviter d'appeler par timidité. Finalement, elle se contenta d'un message.

« Je suis bien rentrée. Bonne nuit. A la prochaine fois sur un vrai terrain. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pose ton cul et prend un verre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pose ton cul et prend un verre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brittany prend un verre au bar (William)
» Pose ton cul et prend un verre
» Keegan ? Viens, on s'pose, on prend un verre et tu m'dis pourquoi t'es moche.
» Nelly s'installe, nelly se pose ?? (PV M.)
» katie prend un verre (liam)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's :: Rp's 2013-
Sauter vers: