₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyLun 18 Nov 2013 - 20:58



Avant, arrière, le plafond, puis le bois de la table, et entre, des visages flous, l'odeur de l'alcool, la sensation de vertige et de tournis, et ce petit tiraillement désagréable caractéristique de quelqu'un qui vous empoigne par les cheveux. Wun détestait ça, comme pas mal de personnes ayant les cheveux longs. Mais à ce moment précis, il se souvenait s'être d'avantage soucié de son front qui avait heurté le bois 2 fois avant qu'il ne s'énerve.

Lorsque le policier lui demanda pour la 3ème fois comment l'altercation -oui parce qu'on ne dit pas baston, c'est vulgaire baston- avait démarré. Le blondinet répéta, presque inlassablement, que quand ce pauvre type avait essayé de lui chourer son portefeuille il lui avait tout naturellement collé un poing dans la gueule. Déjà à ce stade, le flic semblait ne pas être d'accord sur le "tout naturellement". Wun voulut argumenter mais il savait que son taux d'alcoolémie jouait contre lui. Il poursuivit donc le récit. Soupe au lait, le type l'avait chopé par les cheveux, et avait cogné deux fois sa tête contre la table. Pensant l'avoir assommé, il l'avait relâché, et c'est à ce moment que le russe se releva comme un beau diable pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Il n'était presque pas étourdi par les coups. Bon d'accord il avait titubé puis vomi... Mais il s'était quand même bien battu quoi ! Le flic en avait presque l'air aussi persuadé que lui. Il le pressa tout de même pour passer à la suite, mais Wun lui répondit que la suite était très, très floue... Jusqu'à l'arrivée des flics. Il ne savait pas qui les avait appelé, ni qui étaient les 4 clampins qui s'étaient apparemment joint à la bagarre en cours de route.

Le policier soupira et Wunjo lui offrit un sourire d'excuse. Il était étonnamment attendri par ce pauvre garçon qui était coincé là à 3heures 30 du matin à supporter les odeurs et conneries de 5 poivrots. C'était d'ailleurs comme ça qu'il savait qu'il était encore ivre : il compatissait avec le flic au lieu de s'énerver contre lui ou, plus intelligent sûrement, d'essayer de lui prouver qu'il était sobre et capable de rentrer chez lui.

Ça faisait déjà 2h30 qu'il était au poste. On ne l'avait pas interrogé tout de suite parce qu'il était arrivé tellement sonné qu'on ne pouvait rien en tirer. Ils avaient donc un peu attendu avant d'enregistrer se déposition et ses  informations personnelles. Maintenant, le pauvre policier avait bien envie de se débarrasser de lui, mais il était déraisonnable de le lâcher tout seul dans la nature.

« Avez vous un parent ou un ami qui peut venir vous chercher Monsieur Ebels ? Un ami sobre, j'entends »

Le policier prenait les devants avec cet urluberlu. Honnêtement, il doutait que quique ce soit se déplace pour aller chercher un tel déchet : s'il avait de la famille, il espérait pour elle qu'elle dormait bien profondément, ignorant l'état dans lequel avait fini ce blondinet puant. Entre les ravages de l'alcool, sont front et sa pommette rougies par les coups, il était en piteux état. C'était probablement un miracle qu'il n'ait pas fini avec un œil au beurre noir et des points de suture. D'après les autres types, il serait tout pris dans le ventre.

Quant à ses amis, le policier doutait qu'il en ait : un type qui a des amis ne va pas se murger tout seul. Car c'était bel et bien ce qu'il avait fait, il l'avait dit lui-même. Ce que le fonctionnaire de l'ordre ignorait, c'était que Wun avait une excellente raison de se murger tout seul : depuis que Kuro s'était barré chez ses parents (c'est à dire depuis la veille), il flottait dans une espèce de déprime étrange qu'il n'avait réussi à dissiper que dans l'alcool. Et il n'avait pas trop envie que Yoi et Ethan le voient dans cet état... Il était donc logique de se lancer dans cette grandiose aventure éthylique tout seul.

À la question du flic, le cerveau de Wun se mit à turbiner à toute allure -l'allure d'un homme saoul, entendons nous bien. Qui pouvait bien venir le chercher ? Pas Kuro, surtout pas Kuro. Ne surtout pas lui prouver qu'il était véritablement un moins que rien. Pas Yoi, ni Ethan. C'était entendu. Pas question que l'un ou l'autre ne le voit comme ça. Ryo peut être ? Non. Il l'avait assez fait chier comme ça. Et il fallait vraiment qu'il arrête de l'appeler seulement quand il avait des problèmes. Tiens demain il l'inviterati à boire un café ! Juste comme ça ! Sans lui déballer tous ses malheurs! En attendant ça ne lui disait pas qui appeler. Il n'avait pas vu Shiro depuis un bout de temps, ce serait culotté de le contacter dans ces conditions... Il ne pouvait pas non plus appeler Akim, il était trop intenable lorsqu'il était ivre. Ce qui laissait…. Yoite ou Ethan. Damn.

Wun était encore en train de peser les pour et les contres lorsque le flic le pressa d’un fort impoli « Alors ? ». Il avait sans doute peur que la tête blonde soit tombée dans un coma éthylique en essayant de ne pas se noyer dans les terres ravagées de son esprit. Le russe l’ignora, continuant son petit procès mental. Concrètement, les pours et les contres mis de côté, il se disait surtout que s’il appelait Yoite à la rescousse et que Ethan l’apprenait, son bro allait probablement lui faire la gueule… enfin autant qu’un Ethan pouvait faire la gueule, soit pas des masses… Mais il avait bien vu, lors de cette fameuse séance chez le psy, que l’américain n’avait pas digéré le coup du test de séropositivité. Il ignorait jusque là ce côté « jaloux » de son frère. Ca l’avait un peu rassuré sur son propre cas psycho-pathologique, mais juste un peu. Quoiqu’il en soit, s’il réitérait ce même choix, il allait en entendre parler pendant des mois et des mois pour finir de nouveau dans le bureau d’une psy.

« Ethan Matthews »

Fut donc sa réponse. Le nom ne sembla tirer aucune sonnette chez le flic qui se contenta de lui demander les coordonnées de ce monsieur. Ah bah comme quoi, la renommée des Matthews avait ses limites. Ou alors le policier était con. Ou tout aussi bourré que lui. Non ça c’était peu probable. Machinalement, Wun lui tendit son téléphone avec le répertoire ouvert au numéro d’Ethan, repartant dans sa passivité mollusquaire alors qu’il contemplait le néon aveuglant du plafond. Il ne savait pas combien de temps il était resté dans sa contemplation, mais la main du flic le secouant le ramena dans la réalité. Il lui tendait son téléphone. Ethan avait-il répondu ? Wun n’avait même pas entendu l’appel téléphonique. Et il avait terriblement envie de dormir.

« Il arrive. En attendant vous allez me faire le plaisir d’aller vous baver d'ssus dans la cellule »

Wun aurait pu protester, mais en fait il s’en foutait. Il se traîna jusqu’au banc dans la cellule, s’y laissa tomber, et recommença à somnoler paisiblement. Enfin paisiblement c’était vite dit : maintenant qu’il retrouvait un peu de lucidité et de sensation dans son corps, il sentait qu’il avait mal au crâne –genre littéralement, pas juste une sale migraine- et au ventre. Au moins il n’avait plus envie de vomir…. En fait il n’avait même probablement plus rien à vomir. Il tâtonna dans son dos à la recherche d’une capuche de sweat à rabattre sur sa tête de déchet, histoire de se cacher un peu, avant de réaliser qu’il n’en avait pas : il avait piqué un pull à Kuro –histoire de se vautrer dans le pathétique jusqu’au bout- et qui dit pull, dit pas de capuche. Fait chier. A défaut, il tira sur ses manches pour essayer de planquer ses mains dedans. Il allait foutre en l’air le pull si ça continuait, mais tant pis. Kuro avait qu’à pas s’être barré chez ses darons.

Il était sur le point de s’endormir, lorsque le bruit de la porte le tira de son hypnose. Il plissa les yeux, un peu aveuglé par les néons qui contrastaient avec l’obscurité paisible de la pièce où il attendait bien sagement.

« Il est là »

Déclara le policier, et Wun ne savait pas trop s’il lui annonçait qu’Ethan était arrivé ou s’il précisait à Ethan que lui était là, desfois que son bro ne le reconnaisse pas avec la triple épaisseur de honte qu’il se trimbalait.


__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyLun 18 Nov 2013 - 22:52

Ethan dormait. C'était sa première véritable nuit depuis le séisme. La première nuit où il ne faisait aucun cauchemar sur une perte de contrôle et perdu dans le néant. Et son insomnie avait décidé de la mettre en veilleuse depuis longtemps. Très longtemps. Alors forcément le coup de fil en plein milieu de la nuit, l'américain l'accueillit d'un oeil noir. Encore plus noir quand ce fut un agent de police qu'il découvrit pour lui dire qu'un de ses amis avait été retrouvé complètement bourré en train de se battre. Et ce ne fut pas difficile de trouver qui c'était. Son nombre d'amis étant limité à deux personnes. Kim, qui était contre toute forme de violence, et Wun au passé douteux et sujet à des tendances de gros idiot gamin. Forcément, le choix était vite fait. Pas besoin de faire la moindre études pour deviner qui c'était. Il poussa un profond soupir, avant de dire qu'il arrivait.
Il allait le tuer...

Se levant discrètement du lit pour ne pas réveiller Miya, qui avait de toute façon le sommeil d'un ours en hibernation, Ethan s'habilla rapidement d'un vieux sweat à capuche datant de ses années lycée. Oui, il rentrait dedans depuis peu, puisqu'il avait perdu quelques kilos. Loin pourtant de faire pitié, c'était juste qu'il semblait beaucoup moins armoire à glace. Comment il avait réussi son tour de passe-passe en continuant à manger ? Juste faire moins d'heures de sport. Ses activités physique étaient passées de 10h par semaine à zéro. Non pas par manque de motivation, mais manque de temps. Entre Miya, sa perte de mémoire, sa rééducation. Saki qui semblait traumatisé du fond de son âme, Kim qui passait le voir plus souvent que d'habitude. Son entreprise qui estimait un vol de plus de 500 000$, faire marcher les assurances pour se faire rembourser (et forcément le nom de Matthews marche un peu mieux que celui de Nakamura quand il s'agit de vitesse) les estimations des dégâts matérielles, parce que forcément, tant qu'à avoir une couille autant l'enfoncer bien dans le pâté. Bref, l'américain n'avait pas eu une seule minute à lui. Le sport lui manquait déjà affreusement, et à chaque contre temps, le jeune homme se mettait à grogner comme un chien, et pétait limite un câble. Parce qu'Ethan ne faisait pas du sport SEULEMENT pour le plaisir. Ca l'aidait aussi à canaliser sa colère virulente. Alors forcément, ce coup de fil l'avait mit de méchante humeur... Donc...
Il allait le tuer.

Bien heureusement pour Wun, l'américain avait reçu récemment sa nouvelle voiture. Il regrettait déjà d'avoir choisi ce véhicule. Il aurait dû reprendre une R8. Son ancien joujou convenait mieux à sa personnalité, et il s'était véritablement attaché à l'ancienne. Il aurait qu'à demander au russe de la conduire. Vu à quel point il était doué, la voiture finirait dans l'océan. Il toucherait son assurance, et... Il pourrait racheter une R8. Sauf que... Le blond refuserait sans doute de la conduire et sentirait le piège à plein nez. Il découvrirait le pot aux roses, et lui dira de se démmerder. Ce qui énerverait Ethan. Donc... Il allait le tuer.
Mais sérieusement, cette voiture était à dégager d'urgence. Il allait la refiler à son père, c'était plus sa tranche d'âge. Trop de boutons à la con, pas un assez bon son. Bref, une voiture de mec marié avec des gosses jeunes adultes. Ce qui n'était absolument pas son cas. Il devait arrêter de faire des achats compulsifs, ça ne marchait pas toujours du premier coup !

Arrivé au poste, Ethan se présenta dans des vêtements pouilleux. Si quelqu'un devinait qu'il était riche... Il le savait AVANT de le voir. Là, mise à part la super coiffure effet out of bed, on avait juste l'impression qu'il était une personne lambda et qu'en tant que jeune adulte il ne pourrait léguer qu'une caisse pourri (C'est le cas de le dire pour le coup), et une télé cathodique. Et l'américain avait la tête trop dans le cul pour faire un effort vestimentaire qui l'avait toujours fait chier, et il était toujours passablement énervé. Il n'avait pas eu le temps de laisser sa colère redescendre. De toute façon, y avait peu de risque qu'elle redescende tout de suite. L'américain avait légèrement la manie de vouloir tout contrôler, et avec sa soudaine popularité... Quelque chose lui disait que le fait qu'il soit allé au poste de police pour X raison allait s'ébruiter, et allait l'énerver un peu plus. Intrusion dans la vie privée et tout ça. Donc... Il allait le tuer.

Le jeune homme suivit le policier jusqu'à la cellule qu'il ouvrit pour laisser sortir... Une loque humaine. Super. Déjà que le fait d'apprendre que son bro était bourré et seul était pathétique, là avec l'odeur dans les narines c'était le clodo du coin. Et rajouté à la gueule penaude loin d'être celle d'habitude... Ethan avait juste envie de tourner les talons en disant qu'en fait, il ne le connaissait pas. Le policier était déjà bien aimable de ne pas lui avoir fait payer la caution, on allait pas non plus lui tendre trop de main.
Néanmoins, le brun ne fit aucun commentaire attendant de sortir pour cracher son venin sur le blond et ce sans aucun état d'âme. Il se serait peut être retenu en apprenant pour Kuro. Ou pas.

-Aller boire seul, et se bastonner avec des petits cons pour un portefeuille vide... Heureusement que t'as pas peur du pathétique.

La faute au manque de pratique de sport. Depuis son arrêt un peu tout le monde était dans le viseur. Et il avait beau essayer de se contrôler, les répliques acides et blessantes se succédaient. Il aurait pu s'excuser, mais le populaire avait une fierté mal placée depuis toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMar 19 Nov 2013 - 18:34



Ethan n'était peut être pas un super héros, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir un super pouvoir : celui de décupler le sentiment de honte par un simple regard. Pas étonnant que l'OMSH (Organisation Mondiale des Super Héros) ait refusé de ratifier ce pouvoir....

En attendant il fonctionnait diablement bien sur Wun, qui regrettait de plus en plus l'absence de capuche. Ou de n'importe quoi lui permettant de se cacher en fait.
Il regrettait aussi déjà d'avoir appelé Ethan. Il venait tout juste d'envisager une solution alternative parfaite : dire qu'il n'avait personne pour le chercher. Ok, ce serait s'enfoncer encore plus dans les affres du pathétique, mais il aurait gentiment passé la nuit au commissariat, en serait sorti frais comme un gardon -un gardon mort, certes- et personne n'aurait jamais rien su de cet épisode lamentable. Là, il avait un témoin. Et bonjour le témoin ! Monsieur parfait, monsieur je réussis tout dans la vie, monsieur je ne me colle jamais une grosse mine pour oublier que ma vie c'est de la merde parce que.... Hey ! Ma vie c'est pas de la merde ! Sur que dans ces circonstances c'était facile de regarder de haut les losers comme Wun.

Là où Wun était carrément blessé, c'était que Ethan ne voyait pas plus loin que le bout de son nez : il avait beau être un petit con, voilà bien longtemps qu'il n'avait pas fait de grosses conneries comme celle-ci. Il y avait donc forcément une bonne raison pour qu'il agisse ainsi... Non ? À moins que son bro ait une si piètre opinion de lui ? Pas impossible.

Et pourquoi déjà est-ce que Wun avait choisi d'appeler Ethan plutôt que quelqu'un d'autre ? Pour éviter qu'il ne se fâche. Et là il était quoi ? Fâché. Mm... Petite erreur de calcul.

Se relevant péniblement de son banc il suivit son bro en silence, n'osant rien dire, et attendant avec appréhension les mots blessants. Parce qu'il savait qu'ils arriveraient, il n'était pas dupe. Et la phrase que lâcha Ethan ne fit que lui confirmer ce qu'il pensait : ok, Ethan le prenait vraiment pour le dernier des merdeux. Wun détourna la tête, focalisant son attention sur un lampadaire clignotant comme une guirlande de Noël de façon particulièrement agaçante. Bizarrement sa bonne humeur et ses bonnes dispositions à l'égard du policier quelques minutes plus tôt avaient disparu, laissant place à une colère qui bourdonnait dans sa tête et ses oreilles. Il était probablement en train de desaouler, cédant aux maux de tête et de ventre.

« Si je vais boire tout seul c'est peut être que j'ai personne avec qui aller boire »

Répliqua-t-il, très calmement, mais ses mots ne manquaient pas d'être acerbes.
Et il fixait toujours son lampadaire. Il avait l'impression d'être au bord des larmes. Pas parce que l'alcool amplifiait tout et qu'il se sentait misérable, non, pensez vous, mais parce qu'il avait ingurgité tellement de vodka qu'il fallait bien que celle-ci sorte d'une manière ou d'une autre... N'est-ce pas ? Par la porte ou par la fenêtre qu'il disait l'autre.
Kuro, les propos blessants et l'attitude méprisante d'Ethan n'avaient évidemment rien à voir là dedans. Évidemment.

Il eut un soupir à s'en fendre l'âme, essayant de s'enfoncer encore plus dans son pull pour se cacher de la fraîcheur matinale : il avait oublié sa veste au bar. Sans doute avec sa dignité. Au moins elles se tenaient compagnie l'une l'autre.

« Je savais que j'aurais pas du t'appeler. J'aurais du appeler Yoi ou bien rester au poste »

Grogna-t-il et, bien que ça en ait tout l'air, il ne s'agissait pas d'une provocation juste destinée à énerver Ethan. Il ne faisait que formuler tout haut ce qu'il venait de ressasser. Avec un peu de chance Ethan allait se vexer et le planter là comme un con, ce qui était préférable à subir le mépris d'une des personnes les plus proches de lui, si ce n'était la plus proche. Quoique en ce moment proche n'était pas le meilleur mot pour décrire Ethan : le pauvre bougre avait tellement de soucis à gérer que Wun avait abandonné l'idée de le mêler aux siens. Et l'américain avait trop à faire sûrement pour s'y mêler de lui-même. Résultat : ça faisait un bon mois que le blondinet planquait ses crises de panique et sa détresse derrière des sourires convaincants. On lui avait toujours dit que quand un ami a des problèmes le mieux qu'on puisse faire pour lui était de le soutenir, et pas de l'enfoncer avec des problèmes supplémentaires : pour une fois Wun avait été un bon élève et avait apporté ce qui lui restait de bonne humeur à chaque fois qu'il voyait Ethan. La seule chose qui le faisait un peu flipper, c'était que ce scénario commençait doucement à se rapprocher du scénario "salut, joyeux anniversaire, à l'année prochaine" évoqué par Ethan quelques mois plus tôt. Mais hey ! Quand on a une VDM on ne peut pas appliquer les préceptes de "tes amis tu soutiendras" et "tes problèmes sur tes potes tu jetteras" en même temps !

« Merci de m'avoir sorti d'là, tu peux rentrer dormir, je vais retourner au bar moi »

Chercher sa veste, il avait oublié de le préciser. Là ça faisait gros poivrot qui va boire pour oublier qu'il est pathétique parce qu'il a bu pour oublier. Mais zut, hein, il l'aimait bien cette veste. Et surtout, il n'allait pas pouvoir supporter un Ethan sur les nerfs aux propos assassins encore très longtemps.

Fronçant les sourcils, il se retourna, commençant à chercher des yeux le chemin à prendre pour revenir au fameux bar. L'ennui c'était que les policiers étaient venus le ramasser en voiture, ce qui avait fichu tous repères en l'air- déjà qu'à la base l'alcool les avait bien esquintés... Impossible de se souvenir par où ils étaient passés. Et Wun avait rapidement compris qu'à Keimoo, tous les chemins ne menaient pas jusqu'à Rome... Sans doute parce que Rome était un peu loin.


__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMer 20 Nov 2013 - 19:41

Ce qu'on pouvait dire, c'était qu'Ethan pouvait se révéler très susceptible. Mais seulement avec ses proches et des sujets différents. En l'occurrence, avec Wun c'était qu'il lui fasse TOUJOURS remarquer qu'il n'était pas aussi disponible qu'il le voudrait. Ce qui avait le don d'agacer profondément l'américain qui faisait pourtant son maximum pour être là, et il avait l'impression de ne jamais en faire assez avec lui. Il ne lui avait jamais fait la remarque, puisqu'il considérait que c'était vrai. Son emploi du temps était organisé et l'improvisation avait rarement sa place. Même ses heures de sommeil était calculé pour ne pas qu'il arrive sur les rotules. Donc ouais, d'habitude il encaissait comme il pouvait et changeait de sujet. Sauf que là... Il venait de se réveiller, et Ethan au réveil c'est un ours. Un rien peu prendre des proportions énormes. Déjà qu'en temps normal c'était le cas... Là il en fallut réellement très peu.
Il serra les dents pour se dissuader de l'ouvrir, tentant de rester calme malgré le regard meurtrier qu'il adressait joyeusement à Wun. L'américain n'était absolument pas blessé par les propos du russe, non, non. Il avait envie de le tuer, juste comme ça.
Le truc aurait pu passer, et une espèce de froid se serait installé, mais non, le russe rajouta une couche comme ci de rien n'était. Un naturel qui montrait à quel point Wun le pensait. Ethan regrettait à cet instant précis d'avoir laissé autant de faille dans son comportement en face du blond. Ca faisait horriblement mal, et généralement l'américain n'était pas du genre à pleurer mais à frapper. Le pire, c'était que son bro le savait, mais apparemment c'est vachement drôle de se prendre une patate dans la gueule.
Et un merci ?! Merci, je me casse reprendre ma cuite ?! Non, sérieusement, d'habitude l'américain avait un sacré don pour pousser les gens à bout. Mais son bro l'avait aussi dès qu'il s'y mettait, et il était sans doute plus doué que lui. Le soucis ? Il n'était pas recommander d'énerver le con qui servait de petit frère/grand frère/père à Wun.

Et son poing s'abattit sur le blond, alors qu'Ethan affichait un sourire sadique. Ca faisait diablement du bien. Bon par contre pas de bol pour le russe, l'américain faisait jamais les choses à moitié si bien qu'il ne s'arrêta pas en si bon chemin.

-Ouais, t'aurais dû appeler l'autr' con. Il est carrément plus sympa que moi. Il a plus de temps à te consacrer.

Tout ça en frappant. Qui a dit que les hommes ne savait pas faire deux choses en même temps ? Préjugé ! Il savait pas trop combien de temps ça faisait plus occupé à faire mal, mais la police arriva bien trop vite à son goût. Ethan n'avait pas vraiment eu le temps de se calmer, étant dans un état second. Si bien qu'il se débattit n'ayant pour cible que celui qui lui avait fait horriblement mal. Les autres c'étaient des parasites et s'ils ne le lâchaient pas, l'américain allait aussi s'en prendre à eux.

-Mais lâchez moi, je vais juste le buter, lui défoncer le crâne, et voir son cerveau couler sur le bitume, putain.


Ah bah voilà, il réussit miraculeusement à s'échapper de ses entraves pour y foutre de nouveau son poing dans la gueule du russe avec toute sa force. Réellement toute sa force. Et avec son côté sportif ça faisait généralement très mal. Bon par contre manque de bol, le blond esquiva le coup et sa main fonça droit... Dans un panneau stop.

-Pute !

Un ton calme et froid, on devinait néanmoins qu'il souffrait le martyre puisqu'il s'était courbé en tenant sa main entre ses cuisses. Il sentait les vibrations jusque dans ses os, et ce n'était absolument pas agréable. Ca faisait hyper mal. Au moins il était sûr de ne pas de l'être péter. Et puis il y a les côtés positifs, ça l'avait fait redescendre de sa crise de violence et... Quelque part ça faisait du bien. Non, Ethan n'était pas maso, mais c'était plus facile de se concentrer sur une douleur physique, plutôt que morale. Là en l'occurrence, il avait totalement oublié les paroles blessantes de son bro. La présence de la police aussi. Le brun redescendit abruptement de son nuage de douleur en se faisant embarquer par la police. Ils venaient pas d'en sortir, là ? Pourquoi ils retournaient ? Et puis ça fait tilt... Ah ouais, il s'était battu avec son bro. Et pour une fois, ça n'avait rien eu d'enfantin. Wun n'avait pas réussi à lui faire perdre toute crédibilité, mais bien au contraire, pour un psychopathe.
Et la douleur passa au second plan. Il avait jamais été arrêté. Mais Ethan savait que ça allait très mal se passer, étant donné son caractère insolant et arrogant. Une tentative de fuite était alléchant, mais ça aggraverait surtout son cas. Il allait tuer Wun... Cette pensée effleurait souvent son cerveau depuis un moment là...
Il poussa un profond soupir essayant de se souvenir comment ils en étaient arrivés là. Les paroles du russe résonnèrent une nouvelle fois dans sa tête, ça faisait très mal. Pire que la douleur à sa main. Les larmes vinrent lui piquer les yeux, mais aucune ne roula, se contentant de les rougir, et il se garda bien de le montrer à son frère. Il prit de profonde inspiration pour faire disparaitre cette boule à la gorge qui l'empêchait de dire quoique ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMer 20 Nov 2013 - 20:55



Honnêtement, Wun ne la vit pas venir, cette explosion. Certains diraient que dans ce cas, il était probablement aveugle. Car oui, il n'y a pas que l'amour qui rend aveugle : l'alcool fait un super boulot dans le domaine également. Et pendant que Alcool et Amour se disputaient la médaille d'or du meilleur crève-l'oeil, Ethan mutait en monstre castagneur.

Avec son équilibre plutôt précaire que l'alcool avait encore fragilisé, c’était un miracle que Wun soit encore debout après le premier coup. A bien y réfléchir, il se demanda même si ce n’était pas les coups multiples et multi directionnels d’Ethan qui le maintenaient debout. Un genre de force supersonique. Ou peut être pas du tout aussi. Qu’importe, le dernier coup finit tout de même par le déstabiliser : il tomba comme un bon gros sac à patates pour atterrir sur les fesses -qui malheureusement manquaient un peu de graisse pour amortir. Il se retrouva donc assis comme un imbécile sur le trottoir humide de la dernière pluie. Pendant ce temps, les policiers s’étaient rués sur Ethan pour essayer de l’immobiliser. Il y en avait bien un qui s’était rué vers lui, mais il comprit rapidement qu’il était aussi offensif qu’une moule. Il l’aida même à se relever, le relâchant pile poil lorsque le brun, comme un fou furieux, s’échappait des bras de l’autorité publique pour remettre le couvert. Pas de chance pour lui, les jambes de Wun choisit ce moment aussi pour dire « ciao bisous » et se dérober gentiment sous lui. Résultat : le blondinet s’écroula à nouveau, sans que le flic ne puisse le rattraper, trop occupé à esquiver le poing d’Ethan qui alla s’écraser dans un… panneau stop. Tu parles d’un message subliminal. C’était digne d’un dessin animé à ce stade. Résultat : un poing en compote, un blond à terre, et des flics… probablement perplexes devant cette scène improbable.

N’attendant pas 2 minutes de plus, les flics profitèrent de la diversion improvisée pour se ruer de nouveau l’américain, tandis que le petit dernier essayait A NOUVEAU de relever Wun. A ce stade le russe avait l’air d’être un diable à ressort. Mais il était trop occupé à être en colère pour réellement s’apitoyer sur son sort.

« Putain de merde ! Qu'est ce qui tourne pas rond chez toi ? »

La même chose qui tournait sûrement trop rond chez lui et lui filait un putain de tournis, diraient certains. Le flic esquissa un mouvement pour l’immobiliser, craignant sans doute que les rôles ne s’inversent et que le poivrot puant se mette à frapper lui aussi. Mais il n’en était rien. Il essayait surtout de rester debout, et de dire à sa tête d’arrêter de sonner me glas, c’était plutôt désagréable comme son.

« Ok, ok, j’en connais deux qui vont aller gentiment se calmer au poste »

Et bizarrement, si Ethan redoutait probablement sa première arrestation –il pouvait, c’était jamais franchement sympa comme expérience- Wun criait victoire en silence. Il n’y avait pas vraiment pensé avant, mais être relâché, ça voulait aussi dire devoir rentrer chez soi. Et chez lui… il n’y avait rien. Bon, techniquement, il y avait sa ménagerie : un chat, un lapin, un poisson rouge. Mais pas de Kuro. Un appartement tout vide et sans vie qui pousserait n’importe qui à la déprime. Même une cellule semblait plus conviviale aux yeux du russe. Bon il y aurait certes quelques petits soucis de confort et d’ambiance –entre Ethan qui semblait vouloir le buter et les flics qui l’avaient déjà classé dans la catégorie des gros déchets, on ne pouvait pas franchement dire qu’il allait passer le temps en bonne compagnie. Et en plus, il avait mal.

Les choses se passèrent rapidement et de manière plutôt floue pour Wunjo, mais quelques minutes plus tard, il était de nouveau sur son banc, enfermé dans sa cellule, séparée par des barreaux de la salle principale du commissariat. Les policiers avaient oublié d’être cons et avaient mis Ethan dans une AUTRE cellule, à peu près certains que s’ils les mettaient ensemble, il n’y aurait qu’un seul survivant à l’aube. L’américain avait donc été placé dans une cellule similaire à celle de son bro, attenante à celle-ci d’ailleurs. Un policier suffit à accompagner le blondinet, qui n’émettait en fait aucune résistance, alors que le reste escorta le brun avec plus de précautions.

Se laissant glisser contre le mur, Wun opta pour le sol plutôt que le banc, la position recroquevillée soulageant un peu son ventre. Cela dit, c’était surtout aux côtes qu’Ethan avait frappé, et ça éclipsait presque les autres hématomes. Presque. La tête en pâtissait toujours. Et le menton, un peu, un coup perdu de son bro en furie probablement  -enfin pas si perdu que ça. Finalement, pris sous l’assaut des coups et l’effervescence des policiers, Wun avait à peine eu le temps de réaliser à quel point Ethan pouvait le faire flipper quand il était dans cet état. Après coup, en y repensant, ça le pétrifiait. Mais ça passait plutôt inaperçu puisque de toute façon le russe n’était pas très mobile pour l’instant. Les flics devaient même être étonnés que ce soit le plus ivre des deux qui soit aussi le plus docile. Il méritait presque une médaille. Presque.

Sentant un goût familier, mais désagréable dans sa bouche, Wun plaque le dos de sa main sur sa langue pour ensuite l’amener devant ses yeux : super, ce grand couillon avait réussi à se mordre la langue dans la bataille qu’il n’avait même pas menée. Il poussa un son semblable à un grognement étouffé, suivi par un soupir. Ok. Il n’arriverait jamais à dormir. Le temps allait être atrocement long. D’autant que si là on lui redemandait qui pouvait venir le sortir, il ne pouvait CLAIREMENT pas donner le nom de Yoi. Ethan était trop flippant comme ça, il serait capable d’arracher les yeux de cheveux bleus….

« S’cuzez moi, je peux avoir un verre d’eau ? Et… genre… un glaçon. Ou un truc froid »

Il essayait d’attirer l’attention du seul policier resté dans la pièce avec sa voix un peu éraillée. Ce dernier leva le nez du magazine qu’il feuilletait, le regardant comme s’il venait de dire la chose la plus absurde au monde.

« Tu t’es cru de retour au bar le poivrot ? »

Ok. Ca voulait dire non ? Ah... probablement, vu que le flic venait de se replonger dans sa feuille de choux. Frustré, à défaut de pouvoir se rincer la bouche, Wun décida de cracher par terre. Moins élégant, mais relativement efficace pour se débarrasser temporairement du goût de fer laissé par le sang. Et pour le reste… M’ssieur le policier semblait avoir été assez clair dans son « vas te faire foutre » poli. Posant son front sur ses genoux, le blondinet ferma les yeux quelques secondes, se répétant mentalement de dormir. Cela dit, il savait que ça n’arriverait pas, et il perdit rapidement patience. Il pivota la tête, posant cette fois-ci sa joue sur ses genoux… outch mauvaise idée. Bleu en formation, retour au front.

Bon. Le policier n’avait pas l’air d’humeur à faire la conversation, les autres s’étaient barrés, l’envie de dormir les avait probablement suivis, songeant sans doute que la fête serait plus folle là bas. Il restait donc… Hulk. Hulk qu’il n’avait pas entendu depuis un petit moment maintenant. Peut être qu’il s’était assommé par accident en essayant d’évacuer sa colère. Peu probable. Instinctivement, Wunjo n’avait pas envie de lui adresser la parole, appelons cela l’instinct de survie. D’un autre côté… ils n’étaient pas dans la même cellule, et Ethan avait beau être sportif et musclé, il ne tordrait pas les barreaux de la cellule pour aller lui faire la peau, même s’il avait été plutôt clair et… détaillé sur ses projets d’avenir pour le blond : du ragout.

« Si tu voulais pas te ramener ici, fallait dire à l'autre con que tu pouvais pas venir, plutôt que de venir prouver à tout le monde que tu tapes plus fort que les autres. »

Il y avait probablement plus… amical comme message de "Je viens en paix". Mais Wun s’en foutait, il était hors de portée. Et il n’avait pas envie d’être amical avec Ethan. En fait il n’avait même pas envie de lui adresser la parole. Mais il se disait qu’en parlant, le temps passerait peut être plus vite, et qu’il arriverait à se focaliser sur autre chose que sur les diverses parties de son corps qui lui faisaient plutôt mal sur l'instant. Finalement, ça marchait super mal. Mais ce qui était dit était dit, et ce n'était pas comme s'il pouvait vraiment le retirer alors... bon. Il attendait de voir si Hulk pionçait ou pas.


__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMer 20 Nov 2013 - 22:48

Qu'est ce qui tournait pas rond ? Rien que pour cette phrase, Ethan tenta de se précipiter sur Wun pour lui faire avaler sa langue. Ceci dit, même le mot « patate » l'aurait énervé, donc... Heureusement pour le blond et lui, les policiers voyaient le coup venir. Sans doute qu'il songeait au teaser pour endormir le boulet sobre. Oui parce qu'au moins, le blond avait une très bonne raison pour être pathétique. Ethan beaucoup moins. Il se faisait surtout passé pour un violent instable qu'on devrait euthanasier pour la sécurité des civils. Ca n'aurait étonner personne de voir de la bave couler de son menton, mais c'est moins sexy. Enfin le regard meurtrier c'est pas non plus hyper sexy, juste plus crédible quand il s'agit de rage. Il avait beau être redescendu de son nuage rouge et avoir la main en compote, l'idée de faire le plus mal possible à son bro clignotait toujours méchamment dans sa tête.
Wun savait parfaitement qu'il avait dû mal à gérer sa colère. Et qu'est ce qu'il faisait ? Il l'énervait au point qu'Ethan ait mal, au point qu'il ait dû mal à respirer. Il se rappelait encore la première fois où le russe s'était prit un poing dans la gueule, et l'américain lui avait avoué avec toute la timidité et honte du monde qu'il n'arrivait pas à se canaliser. Le soucis c'était que la dernière crise était minime comparé à celle ci. Si la première n'avait réclamé que destruction, la deuxième réclamait aussi du sang. Peu importe lequel. Juste de l'hémoglobine pour parachever un joli tableau glauque. Le pire étant sans doute que le blond n'ait rendu aucun coup histoire de calmer ses nerfs à vifs, si bien que tous ses muscles étaient restés contracter, et l'américain n'avait aucun moyen de les détendre sans un peu d'aide de la part d'une pelouse illégale ou des calmants.

Ajouté à ça trois flics qui gardait un oeil sur lui, histoire d'attiser le feu, Ethan dû fait un violent effort pour ne pas dire que c'était le russe le plus dangereux des deux. Après tout, c'était lui qui avait buter des gens de sang froid, et aujourd'hui il dormait comme un bébé. L'américain était un banal étudiant trop riche, qui pouvait se permettre de dire que sa porche était un achat impulsif. Ah, il voulait se débarrasser d'eux, là ! C'était bon là, il se maîtrisait. Preuve il avait pas encore sauté sur quelqu'un histoire de faire mal.

-On lui avait demandé d'appeler un ami pourtant...


Ni une, ni deux, Ethan passa son bras sur le fonctionnaire pour l'étrangler, et sentir sa vie qui s'échappait peu à peu alors que l'américain souriait à la fois apaisé et heureux. Ah non, ça c'était dans sa tête. Réellement, il poussa un profond soupir histoire de fermer sa gueule et de rester un tant soit peu calme. Mais l'envie de tuer tout le monde était bel et bien là. Il paraît que c'est puni par la loi de buter quelqu'un. Et il paraît que c'était une très mauvaise idée de chercher des noises à un représentant de l'ordre. Ethan était en plus certain que son petit tour au commissariat allait vite faire le tour du campus. Super ! Magique ! Il regrettait plus que jamais d'être un populaire un peu trop... populaire au tendance légèrement psychopathe. Oui, parce que le jeune homme se doutait bien qu'on ne prenait pas plaisir à imaginer arracher des ongles et des peaux tout en s'imaginant avec un sourire amusé. Oui dans sa tête à cet instant précis, c'était drôle.

Bref, pour le moment le brun semblait très calme, un peu trop sans doute pour quelqu'un qui le connaissait, et maître de lui même. Mais il savait qu'il lui en faudrait peu pour péter de nouveau un plomb. Y avait plus qu'à espérer que personne ne lui adresse la parole. Ah bah... Ses voeux seraient magiquement exaucé ? Pas d'interrogatoire, et la lampe dans la gueule comme dans les films ? En même temps, devait pas y avoir grand chose à dire, vu qu'ils avaient été suffisamment intelligent pour le faire devant un poste de police au lieu de le faire confortablement chez Wun. Non, chez lui c'était pas possible y avait Miya. Et... Il déplia et plia sa main en compote. Elle allait le tuer. Et lui foutre une tarte. Elle l'avait bien fait quand il lui avait dit qu'il s'était fait passé pour le copain de Wun pour rigoler. D'ailleurs, il se promit de ne plus rien dire à ce niveau. Le soucis, c'était que c'était plutôt difficile à cacher dans ce cas là.

S'asseyant à même le sol aussi, histoire d'avoir l'impression qu'il pourrait mieux rester sur terre, Ethan appuya son dos contre le mur, et remonta ses genoux pour pouvoir y poser ses bras. Poussant un profond soupir tentant de se rappeler quand il avait perdu pied, il se rappela avoir vaguement frapper le blond et d'y avoir prit un plaisir malsain de voir la douleur s'afficher sur son visage. Il devait avouer, cette partie de lui, lui faisait peur. L'américain avait l'impression qu'il pourrait tuer n'importe qui s'il ne se maîtrisait pas mieux.

Et hop, nouvelle vague de colère lorsque Wun ouvrit la bouche pour... demander un verre d'eau, et des pensées désorganisées s'emparèrent de son esprit : Ta gueule, tapette, connard, chochotte, je vais te défoncer, ta gueule, putain montre moi ton joli minois que je le repeigne. Et hop nouveau soupir alors qu'Ethan posait ses bras de chaque côté de sa tête comme ci ça pouvait faire disparaître ces idées. Merde, Wun c'était son bro il ne pouvait PAS avoir autant envie d'enfoncer sa tête contre un mur plusieurs fois jusqu'à ce qu'il soit méconnaissable. C'était pas normal !

Et rebelotte avec le policier : Tu te crois drôle ?!... Ton sexe dans ta bouche ça serait carrément plus fun. Allez tous brûler, ça doit avoir la même odeur que le cochon grillé, appétissant. Embrocher par le fondement et ressorti par la bouche. Je me demande si on est toujours en vie pendant quelques secondes.

Il avait bien envie de hurler un « Ta gueule » pour lui même, mais Ethan se trouvait déjà suffisamment dérangé et n'allait pas rajouter une couche. L'américain aurait franchement tout donné pour un shoot de morphine ou l'inconscience pure et simple. Malheureusement, on n'a pas toujours tout ce qu'on veut dans la vie... Et dire qu'il y avait quelques heures il dormait tranquillement aux côtés de Miya. Il en chialerait presque devant le changement de situation radicale et en supportant ses pensées désorganisées.

-Je voulais. Mais t'es plus occupé à te bourrer la gueule et me faire des faux sourires plutôt que de me dire directement ce qui va pas.


Une voix parfaitement calme et maîtrisée, y avait pas vraiment de moyen de savoir qu'une partie de lui voulait toujours l'étriper et lui « prouver qu'il tapait plus fort que les autres » en faisant le yoyo avec ses intestins, mise à part sa position qui montrait qu'il galérait bien à se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyJeu 21 Nov 2013 - 23:31



Eeeeet.... Grand silence. Wun ne savait pas trop quoi répondre, trop occupé à rouler des yeux et à se dire qu'Ethan pouvait être insupportablement perspicace parfois. Souvent même. Et un gros con. Parce que s'il avait passé un mois à savoir que Wun jouait du pipeau sans jamais lui demander ce qu'était le souci, il était grave. Mais le blondinet se voyait mal lui répondre ça puisque ce serait admettre ce que l'américain venait de dire. D'un autre côté il ne voyait pas quoi dire pour dissiper les soupçons. Il fit donc la seule chose qu'il savait faire en pareille situation : il fit diversion.

« Va falloir choisir : tu peux pas ET vouloir me buter ET t'attendre à ce que je me confie »

Ouais, c'était plus fort que lui : il FALLAIT qu'il joue le malin, et ce même s'il était terrorisé par la facette qu'Ethan lui avait montrée un peu plus tôt et qu'il savait que son comportement l'encourageait plutôt que de le calmer. La vérité, c'était qu'il ne savait pas quoi faire d'autres. Inutile d'envisager une petite partie de RaconteTaLife, dans son état soit la furie s'énerverait encore plus, soit il n'en aurait juste rien à foutre. Inutile également d'essayer de se justifier, Ethan ne semblait pas très... Réceptif.

En fait Wun n'avait pas la moindre idée de ce qu'il pouvait dire pour ne pas envenimer la situation, à défaut de l'arranger. Rien ? Rien c'était probablement la meilleure chose à dire. Mais le silence était pesant. Insupportable même. Et le blondinet était content qu'Ethan ne puisse pas le voir, car il devait vraiment avoir un air piteux. Enfin, encore plus que d'habitude quoi. Et il avait froid. Forcément avec tout ce bazar il n'avait pas récupéré sa veste.
S’emmitoufler dans un truc chaud et ne puant pas l’alcool aurait pourtant été un réconfort fort bienvenu. A défaut, il devait se contenter de son pull odorant et de ses bras, maigre consolation –voire absence de consolation. Il finit par se lasser de sa position accroupie –en fait il commençait à avoir sacrément mal au coccyx avec le contact du béton qui manquait définitivement de moelleux- et opta donc finalement pour une position allongée, les doigts croisés sur son ventre, les jambes repliées. Il ferma les yeux pour éviter d’être aveuglé par les lumières néons et resta immobile et muet un certain temps. On aurait presque dit qu’il méditait, mais en vérité il se contentait de ne rien faire. Et d’attendre. Bon sang ce que les secondes étaient lentes. Il essaya de se vider la tête, mais les mots d’Ethan se répétaient encore et encore et encore dans sa caboche. Il n’en faisait rien, à part les repasser en boucle. Mais ça suffisait à lui faire péter les plombs. Cela dit il était trop épuisé pour manifester physique se pétage de plomb , alors il intériorisait.

Finalement, bercé par le silence ambiant et le bruit régulier du policier tournant les pages de son magazine, il se sentit doucement partir, emporté par la fatigue qui prenait le dessus sur les autres sentiments désagréables. Il s’abandonna doucement aux bras de Morphée et… fut sorti brutalement de ce petit cocon par un bruit désagréable métallique. Ouvrant les yeux, il vit le policier en train de frapper frénétiquement son journal contre les barreaux.

« Wo wo woh ! T’endors pas ! »

Ordonna-t-il d’une voix forte, comme un électrochoc. Wun cligna des yeux, se demandant ce qu’il avait bien pu faire à ce type pour qu’il lui en veuille suffisamment pour l’empêcher de dormir alors qu’il était à bout et que le sommeil serait son seul répit. Il n’eut pas la force de demander, et il songea après coup que ce crétin de flic devait probablement avoir peur qu’il ait une commotion cérébrale. Certes, on lui avait violemment cogné la tête, et il avait vomi…. Résultat, l’autre devait sûrement appliquer à la lettre les consignes en l’empêchant de s’endormir. Brillante idée. Sauf pour Wunjo, en fait.

Et voilà qu’il se remettait à penser. Il allait encore s’endormir à ce train là… Il fallait qu’il fasse quelque chose. Qu’il parle. Sauf qu’il avait déjà identifié le silence comme étant son meilleur allié pour ne pas se faire péter la gueule.
OH et puis… au diable la survie ! De toute façon s’il ne pouvait ni parler ni dormir, il allait décéder d’ennui, alors franchement…

« Tu sais, t'as pas trop de quoi t'inquiéter, concernant ce que tu m'avais dit en juillet. On risque pas de finir par juste se dire des joyeux anniversaires »

Lâcha-t-il d’une voix qui pouvait sonner pensive, mais qui était surtout le résultat de sa flemme de mettre une once d’énergie dans ses dires.
Ah bah non, s'ils continuaient de dévaler cette pente là ensemble, "joyeux anniversaire" ne serait probablement pas leur rengaine favorite en se voyant l'un l'autre. Déjà que Wun et les dates ça faisait 3 -lui, la date et le trou de mémoire. Et vu qu'Ethan semblait plus enclin à fêter sa mort que sa naissance, ça réglait le souci.

Se tordant le cou, le russe jeta un coup d'œil au cadran digital accroché au mur du commissariat. 4h45. Le blondinet se demandait à quelle heure ils prévoyaient de les relâcher. Il y avait probablement des heures de fin de garde à vue nocturne, mais il les ignorait. Il espérait juste que les flics auraient une brillante idée type : ne pas les relâcher en même temps. Mais il doutait que les policiers aient quoique ce soit à foutre de sa survie en fait.

Pour le moment. Wun avait beau avoir une trouille bleue de la solitude -honnêtement c'était quasi phobique à ce stade- il aurait préféré être tout seul dans cette merde qu'avec Ethan en mode super-flippant. Sauf que voilà, il n'avait pas trop le choix. Et puis il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même techniquement puisque c'était lui qui avait appelé Ethan. Et dire qu'il l'avait appelé POUR ne pas l'énerver. Cela lui confirmait une fois de plus qu'il n'était vraiment pas fait pour les relations sociales. Il aurait dû devenir ermite. Sauf qu'un ermite phobique de la solitude c'était ... Pas franchement compatible. Un peu comme devenir funambule avec le vertige.


__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyDim 24 Nov 2013 - 18:04

-T'as qu'à te confier avant que je veuille te buter ! C'est quand même pas compliqué !

Un ton hargneux, mais un contrôlé puisqu'il n'avait pas hurlé, Ethan avait toujours la tête baissée, et il galérait toujours à ne pas sauter sur Wun. Déjà de un, il a plus de chance de se prendre des barreaux dans la gueule qu'autre chose, deux, c'était son bro, une partie de lui ne l'oubliait pas, trois, il voulait pas comparaître devant la justice (et c'est un sacré argument). Le soucis c'était que le russe ne l'aidait absolument pas à garder un minimum de calme. Bien au contraire, il remuait le couteau dans la plaie. Pourtant, la dernière fois, le blond avait eu une sacré technique pour le calmer : un câlin. Bon, le câlin avait été un peu tumultueux au début, et son bro n'avait pas reçu de coups sur un simple miracle. Et ok, il avait abattu son poing juste une fois avant de s'attaquer à son mobilier. Là, le mobilier s'était surtout appelé Wunjo. Mais... La faute au russe. Bah oui, il savait très bien que Yoimachin était un sujet sensible. Mais le pire dans cette histoire, c'était que Kim avait beau avoir plein d'amis, Ethan n'était pas jaloux. Alors que le russe...
L'américain trouvait plein d'excuses rationnelles à ça : Kim, il l'avait connu ainsi, c'était son caractère, et ne pouvait pas se satisfaire de peu d'amitiés. Alors que Wun, il ne l'avait pas vraiment connu avec d'autres personnes autour, à part celles qu'il fuyait. Il n'était pas du genre à avoir pleins d'amis, et le plus important, une partie de lui se retrouvait dans le russe : la peur de l'abandon et son incapacité à être aimable. Donc, c'était peut être triste pour le coréen, mais le brun était plus à l'aise vis à vis de ses défauts avec le russe. Malgré leurs disputes incessantes et qui prenait de plus en plus de temps. Ils se réconciliaient assez vite après, et le populaire se permettait d'être un véritable gamin avec son aîné, tout simplement parce que Wun se permettait de l'être.
C'était con, mais le russe ne semblait pas se rendre compte à quel point, Ethan pouvait le calquer sur certains points. Ni même à quel point ça pouvait effrayer son bro de se retrouver « tout seul ».

Et tout ce silence, commençait à l'apaiser, puisqu'il se forçait à se souvenir des bons moments avec ses proches. Malgré son corps qui tremblait légèrement (l'effet glaçon c'est traître) et sa colère qui redescendait progressivement. Seule sa main écrabouillée par un panneau était raide comme une planche, et lui brûlait la peau. Il devrait peut être aller à l'hôpital et on lui donnerait des calmants. Et qui dit calmants dit être stone. Donc trop fatigué pour s'énerver. Et Dieu qu'Ethan avait de l'énergie à revendre, avec son mode de vie nerveux. Tout devait aller vite. Enfin, pas tout. Y a des choses où ils prenaient son temps, au grand désespoir de Miya.

Bref, il était tout de même en train de se dire qu'il n'aurait peut être pas besoin de se rouler un join étant donné qu'il commençait à se calmer. Erreur. Le thermomètre de colère passa directement à la canicule avec le magazine qui tapait sur les barreaux. Le bruits était déjà hyper chiant quand il était calme, alors là forcément, ça passait pas. L'américain se renfrogna encore plus, histoire de cacher au maximum ses tremblements, et la sueur qui commençait à perler à son front.
Et forcément, Wun a toujours été doué pour rajouter une couche. En étalant bien partout, parce que sinon c'est pas drôle. Et évidement avec ces deux clampins ça fait des étincelles. Ou plutôt une main qui passe de compote à cassé. Bah oui, parce qu'Ethan dans sa débilité avait momentanément oublié que des barreaux le séparait de son bro. C'était qu'un détail dans sa tête. Alors forcément, en chargeant comme un taureau, et en se loupant bien comme il faut, sa main s'était écrasée lamentablement, jusqu'à entendre un léger craque. C'était quoi cet espace de merde ? Il pouvait pas les faire plus grand ? On lui explique que le principe c'est de ne pas pouvoir passer le bras ? Ce qui ne l'empêchait pas de rester tout aussi hargneux. La douleur était très loin de le calmer, bien au contraire. Néanmoins, il eut l'intelligence de ne pas envoyer chier le flic lorsqu'il vint leur dire de se calmer un peu. Le brun prit même soin de murmurer entre ses dents pour répondre au blond sur un ton tout aussi hargneux que le précédent.

-Si c'est pour dire des trucs de ce genre, tu peux fermer ta gueule. Si t'es prêt à abandonner, fais ! Je vais pas te retenir !

Le but ? Faire mal. Quitte à se faire mal lui-même. Enfin, à ce point pour lui ça changeait plus grand chose. Ethan n'était pas le petit animal peureux qui va se cacher. Non, l'américain était le petit animal peureux qui attaque quitte à se prendre une cartouche dans la tête. Bon là malheureusement, il était en cage donc la différence ne se voyait pas trop. Sauf pour sa main.
Le jeune homme n'avait même pas hurler, et il s'était contenté de serrer les dents, n'ayant aucune envie qu'on commence à lui poser des questions et il avait bien prit soin de la cacher pour ne pas que l'angle bizarre attire l'oeil. Mais la question était... Comment il irait à l'hosto ? Wun ne serait sans doute pas disposer à l'accompagner étant donné la situation plus que tendue entre les deux. Et les transports en commun ? NON ! Il appellerait Anthony, tiens. Parce que c'est cool de voir un regard paternaliste et rempli de reproche. Définitivement, il préférait que ce soit le russe en espérant qu'il pourrait se planquer chez lui après.

-T'es vraiment qu'un con quand tu t'y mets.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMer 27 Nov 2013 - 21:28



L'accident, Wun ne le vit pas venir. Forcément il était allongé sur le dos, la tête du côté d'Ethan, impossible de voir quoique ce soit. Ce fut le bruit étrange qui attira son attention, et il se tordît la nuque pour essayer de voir ce qui se passait. Pas de cri ou d'hurlement d'Ethan, mais ça ne voulait pas dire qu'il ne s'était pas fait mal -vu le bruit il s'était sûrement fait mal. Non ça voulait simplement dire qu'il jouait les gros durs, comme toujours.

Wun tourna la tête, retrouvant sa position confortable, ignorant exprès Ethan comme pour lui faire comprendre qu'il n'en avait plus rien à foutre. Ce n'était pas vrai, mais il était hors de question qu'il s'apitoie sur le sort de cette brute épaisse.

« Oui bah c'est thématique chez toi : tu retiens pas tes mots blessants, tu retiens pas tes coups, pourquoi tu retiendrais ton bro hein... »

Il haussa les épaules, comme pour dire qu’il avait renoncé à  changer quoique ce soit à cette « thématique ». C’était plus fort que lui : il savait qu’il aurait du désamorcer cette bombe à retardement en abordant le sujet de front plutôt qu’en jouant à « qui est le roi de la répartie ? », mais il n’y arrivait pas. Il était énervé, même si son état apathique le cachait plutôt bien, il était vexé, fatigué, il avait mal à la tête, au menton, au dos, aux côtes, il avait sommeil, soif, faim. Bref, rien ne tournait rond dans son petit monde, et sa brillante solution de dormir pour se déconnecter de tout ça était tombée à la flotte lorsque le policier avait décidé que non, il ne dormirait pas.

En se faisant traiter de con, Wun réagit à peine. Loin de s'énerver, il se contenta d'hausser les épaules une seconde fois. Il avait pris l'habitude de se faire insulter de la sorte alors ça lui faisait un chaud ni froid. Le mot con, le concernant, avait été dit tant et tant de fois, pour tant de raisons différentes, avec tant de significations différentes, que ça ne voulait rien dire. Et puis, quelque part, il savait que c’était vrai. Il trouvait juste ça foutrement culotté de la part d’Ethan de lui balancer ça dans cette situation.

« Dixit le fauve qui s'est mangé la grille parce qu'il avait oublié qu'il était en cage... »

Balança-t-il simplement, d’un ton égal, à la limite de la moquerie.
Et s'il s'était fait mal, tant pis! Wun n'allait certainement pas le plaindre vu comme il l'avait tabassé. Il espérait même qu'il se soit fait bien mal, histoire de marquer le coup. Wun aussi pouvait être sadique, mais seulement par vengeance. Il regretterait probablement sa pensée le lendemain même, mais en attendant, il trouvait que l’américain n’avait eu que ce qu’il méritait. Et encore. Il aurait mérité un bon poing dans la gueule, ou un petit coup de taser de la part des flics. Dommage que ce soit interdit, ça l’aurait probablement calmé instantanément –pas psychologiquement, pour sûr, mais physiquement au moins…

Sauf que voilà. Ethan était encore en colère, de toute évidence, et Wun, de son côté, commençait aussi à sentir la moutarde lui monter au nez. Qu’est-ce que c’était que ce comportement de gros connard ? Il l’avait rué de coups, avait essayé de manière plus ou moins explicite de le réduire en bouillie, tressauté au moindre commentaire comme un tigre borderline, et il le traitait de con ? Mais pour qui il se prenait au juste ?
Fronçant les sourcils, Wunjo se redressa un peu, ignorant son corps qui lui faisait mal à peu près partout sauf peut être aux pieds, se remettant en positions assise, pivotant vers Ethan pour lui servir, à son tour, un regard assassin.

« Mais tu te prends pour qui putain ? Est-ce que je te cogne dessus quand tu me traites de mec lamentable ? Ou de con ? Tu crois peut être que c’est facile de se faire faire la leçon par Monsieur Parfait ? Ouais, t’as des amis et une meuf trop cools, trop riches, qui se baladent pas en scooters et en jeans rafistolés, qui vont pas vendre des putains de ballons à la foire parce qu’ils ont pas un rond en poche, vu que papa maman les blindent, leurs poches, qui se mettent des mines au champagne avec leurs amis huppés et qui vont pas boire tout seul. Super, bah figure toi que c’est pas le cas de tout le monde. Et si ça te pose un problème que je sois lamentable, fallait pas ramener ton putain de cul ici en premier lieu ! »

Il était toujours assis par terre, ne se sentant pas l’énergie de bondir sur ses pieds. Et puis… il songeait, avec raison, qu’aller gueuler sur Ethan un peu trop près des barreaux n’était pas LA bonne idée du siècle. Sauf s’il avait décidé que sa vie commençait à se faire trop longue, et là il était plutôt sur la bonne voie.

« Hey, si vous voulez pas que je vous colle une prune pour tapage nocturne en plus de tout le reste, va falloir baisser d’un ton »

Wun eut un petit ricanement, secouant légèrement la tête de gauche à droite. Ouais. Une prune pour tapage nocturne c’était EXACTEMENT ce qu’il craignait là tout de suite. C’n’était pas comme s’il avait d’autres chats à fouetter… Cela dit, une amende pour tapage nocturne sur le dossier immaculé d’Ethan Matthews, ça pourrait en chagriner certain.
Le blondinet leva les mains en l’air, comme pour dire qu’il avait compris le message et qu’il allait baisser d’un niveau. De toute façon il avait dit ce qu’il avait à dire, pour ainsi dire. Vu comme Ethan et lui étaient attentifs, cette discussion revenait à enfoncer des portes ouvertes, l’un et l’autre étant trop borné pour voir au-delà de leur nombril.

« Quand est-ce qu’on pourra sortir ? »

Demanda-t-il, fatigué de la situation, oubliant au passage l’épée de Damoclès au dessus de sa tête -nommée Ethan- si on ôtait les barreaux entre leurs deux corps.

« Quand vous vous serez calmés. Tous les deux »

Oui, ça semblait… logique. Et mal barré, un peu.


__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptySam 30 Nov 2013 - 22:12

Ah parce que lui retenait ses mots ? C'était hôpital qui se foutait de la charité, là ! Il en prenait plein la gueule depuis le début, et il devait remuer la queue pour lui dire « Merci de me demander de venir te chercher à 4h du matin complètement torché, et d'appuyer sur TOUT les points sensibles pour ne pas que je me calme ! » ?! Non, non, non. Il était pas la bonne poire qui devait dire amen à tout. Il n'avait pas à subir ces remarques de la part du type qui boit tout seul, et se fait arrêter pour un truc minable, alors qu'il aurait pu l'appeler, et cette scène n'aurait jamais eu lieu.

-Moi je te reproche pas de ne pas retenir ton levé de coude, ton déficient intellectuel, et tes caprices de gosses, connard !


C'est cool le ping pong des réparties les plus blessantes. Le hic, c'était que c'était plus fatiguant de se faire poignarder par son bro que de relancer la baballe avec une mini raquette. Surtout avec sa main douloureuse, il devait se retenir pour ne pas prévenir un policier. Mais définitivement : « J'ai voulu frapper Dan et je me suis cogné contre le barreau », n'allait pas l'aider à sortir, sauf sous morphine et... c'était pas possible. Et puis avec sa timidité et sa paranoïa, il était hors de question. Non, il attendrait la sortie pour demander à Wun de l'accompagner. S'il osait et là non plus c'était pas gagné, puisqu'il avait peur de se prendre un refus dans la gueule, et il savait que ça allait le démoraliser pendant toute la semaine, voire plus avec la bourrique. Non, là faudrait du tact... HELP. Il regretta amèrement de ne pas en avoir du tout, pour le coup. Pourquoi il avait fallut qu'il s'explose la main ?! Il aurait dû rester tranquille, ça lui aurait éviter les urgences et il savait quel tête il afficherait avec Wun. Aucune crédibilité pour l'étudiant qu'il laissait montrer. Comme d'hab' avec le russe, en fait...

-Ravie de savoir que l'alcool n'a pas altéré ton ouïe !


Et choses qui aurait pu être comique, Ethan avait gonflé les joues quelques instants, laissant entrevoir un enfant boudeur. Ca aurait pu détendre l'atmosphère si Wun l'avait vu. Ou pas. Mais la question ne se posait pas vraiment puisqu'il l'avait pas vu. Bizarrement, l'américain oubliait ses résolutions : se calmer, calmer le jeu. Mais le blond n'avait pas vraiment l'air de vouloir l'aider. C'est plus fun de remuer le couteau dans la plaie, et Ethan en mec adulte... Faisait de même.
Mais là pour le coup, la victoire était décernée au russe. Le jeune homme aurait préféré se prendre un poing dans la gueule et avoir la mâchoire fracassée plutôt que d'entendre ça. Plus aucune colère ne marquait son visage, mais une profonde déception. Il n'avait même plus envie de répliquer. Le brun tourna ostensiblement le dos à son bro, cachant sa main entre ses cuisses, sans dire un mot.
Il ne s'était jamais douté que le fond du problème de Wun venait de l'argent. Il s'en fichait totalement, et ça ne l'avait jamais dérangé de voir Ethan claqué du fric. Il lui avait offert un bracelet, le blond n'avait jamais demandé le prix. De même pour l'appart' et les rénovations. L'américain avait toujours eu l'illusion que ça lui passait au dessus. Que le fossé sociale était inexistant pour lui. Mais apparemment si. Ca travaillait le russe, et son bro ne pouvait rien y faire. Il avait toujours vécu dans le luxe, et l'américain avait beau avoir beaucoup de mal à lui dire non, il n'allait pas non plus se rendre pauvre pour rassurer le blond. Il était pas crétin à ce point. Quoique... Il se trouvait un peu égoïste de penser à lui, et il commençait à culpabiliser.
Et c'était quoi ce « Monsieur Parfait » ? Wun était au courant qu'il ne l'était justement pas en voyant tous ses défauts. Il avait toujours été naturel avec lui, mais « Monsieur Parfait » lui collait à la peau. Autant venant d'un étranger, il en aurait eu rien à foutre, autant venant d'un proche c'était blessant, puisqu'il avait l'impression de ne pas être assez proche. De plus, Ethan avait toujours été en admiration face à son aîné. Il n'avait pas peur de faire des câlins, ne se préoccupant pas des railleries. Il n'avait pas réellement peur de montrer ses faiblesses, puisqu'il n'avait jamais vraiment caché qu'il manquait de confiance en lui. Il vivait sa vie tranquillement malgré la mafia russe à ses trousses. Il arrivait toujours à s'extasier comme un gosse, alors qu'il avait dû buter des gens. Pour tout ça, l'américain voyait le russe comme un gosse verrait son joueur de sport préféré.

Et il resta ainsi terré dans son silence sans écouter Wun, ne sachant même s'il avait ouvert la bouche. Perdu dans sa bulle et sa douleur, il attendait patiemment qu'il sorte d'ici, ne sachant pas vraiment s'il devait demander au blond de l'accompagner à l'hôpital. C'était plus drôle de se morfondre dans son coin, au final. Mais au moins, le flic pouvait pas dire que c'était le bordel, maintenant ! Bah oui, dur de faire la conversation tout seul, et le populaire était encore moins réceptif qu'en étant énervé qu'il y avait quelques minutes. Ethan commençait à comprendre pourquoi les attractions à sensations fortes s'appelait les montagnes russes. Sauf qu'au lieu de s'amuser, c'était le moral de ce dernier qui avait des hauts et bas. Et son mutisme dura une heure, deux heures... C'était en regardant sa montre qu'il vit qu'il était 7h du matin, et qu'il était depuis 3h avec sa main en miette et le morale dans les chaussettes. En plus, d'être crevé, d'avoir le cul froid comme un glaçon, et en compote, et des courbatures pour ne pas avoir bouger d'un poil. Alors que d'habitude il allait dans tous les sens, là Wun pouvait se vanter de l'avoir refroidi, au propre comme une figuré. Ouais, il se les pélait en y pensant, puisqu'il n'avait pas prit la peine de prendre une veste. Normalement ça aurait dû prendre maximum 15 min. Il devrait se mettre dans le crâne qu'avec le blond, rien n'est prévisible. Sauf les bouderies, mais pour le coup, ça devait être lui.

C'est vers 7h30 qu'on vint les chercher, et Ethan songea qu'il serait en retard au magasin. En plus d'aller à l'hôpital, il pouvait se fourrer le doigt dans l'oeil pour y aller en matinée. Il devra appeler Anthony pour le remplacer. D'ailleurs, il devait songer à l'augmenter, il faisait un superbe travail à chaque fois, sans se plaindre.
Signant sa sortie avec sa main droite avec maladresse (Bah oui, c'était pas très malin de se péter la main avec laquelle on écrit habituellement), Ethan avait soigneusement caché la mimine inutilisable pour le moment, dans sa poche. C'était seulement en sortant d'un pas lent, et la mine sombre que le brun attrapa le bout du t-shirt de son bro en voyant qu'il se carapatait.

-J'ai mal à la main... Tu pourrais... hôpital, s'il te plait ?


Adieu arrogance, bonjour petit enfant pleurnichard et perdu. Ethan évitait soigneusement le regard de Wun, trouvant tout d'un coup une fascination pour ses chaussures tout en se bouffant la lèvre, étant terrifié par un refus.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyLun 2 Déc 2013 - 20:54



En voyant l'air d'Ethan, accompagné par sa superbe non-réponse, Wun ne pût s'empêcher de lever les yeux au ciel, visiblement excédé.

« Oh super ! J'ai droit au package complet : après l'air méprisant j'ai le droit à la déception et l'ignorance... Non mais sérieusement, SÉRIEUSEMENT ! »

Et ce fut d'ailleurs la dernière chose que dit le blond. Comprenant qu'il était face à un mur, il se terra lui aussi dans le silence. Il lutta pour ne pas s'endormir, pas par peut d'avoir une commotion, mais parce qu'il n'était plus assez alcoolisé pour dormir d'un sommeil sans rêve, et qu'en ce moment ses rêves étaient un peu trop hantés par Kuro. Il ne manquerait plus qu'il se mette à chialer en dormant en plein milieu du commissariat...

Au bout de tant de minutes passées dans le silence, on aurait pu penser que la tension était passée, les paroles digérées. Mais non. L'ennui, avec Wun, c'était que quand on ignorait sa colère et qu'on ne le laissait pas cracher tout son venin, il s'en imbibait, il ressassait, et on la retrouvait intacte des heures, voire des jours plus tard. Résultat : le blondinet sortit du commissariat dans un état assez similaire que celui dans lequel Ethan l'avait laissé : énervé, frustré, blessé, et pas que physiquement.

Sitôt sorti du commissariat, il décida de faire ce qu'Ethan avait fait jusque là : il l'ignora. Sans lui adresser un mot ni même un regard, il se dirigea d'un air décidé vers ce qu'il espérait être la localisation approximative du bar. À cette heure-ci, il était sûrement fermé, mais il pouvait aller récupérer les heures d'ouverture et le numéro de téléphone histoire de pouvoir récupérer sa veste plus tard. Et puis... Tout était mieux que d'aller s'enfermer chez lui maintenant qu'il avait dessaoulé et qu'il prenait conscience du merdier que devenait sa vie.

Il était plutôt bien parti, songeant qu'Ethan allait faire de même : l'ignorer et vaquer à ses propres occupations, probablement dormir dans son cas, mais quelque chose le retint. Il pesta en russe, se retournant pour voir dans quoi son pull avait pu se prendre -même si en général les meubles et les poignées de porte sont les principaux coupables et qu'il ne risquait pas d'en croiser des masses dans la rue- mais ses yeux tombèrent à la place sur une main. Cette main était rattachée à un bras, ce bras à un corps, ce corps à la tête d'Ethan.

C'est un regard sévère, presque austère, que Wun posa sur son bro. Un peu comme il le faisait à son chat lorsque celui ci grattait de manière incessante et assez agaçante à la fenêtre. Un genre de regard de la maurkitu mais encore plus puissant. Bref, il n'était pas content. Et ce n'était pas la mine piteuse et foutrement mignonne d'Ethan qui y changerait quoique ce soit. Mais il était trop choupi avec sa tête d'enfant de 5 ans... Ne te laisse pas avoir, s'ordonna Wun pour ne pas faiblir. Il ne fallait pas oublier que derrière ce mignon petit Nounours se cachait un psychopathe destructeur. C'était comme ... Petit mignon rattata et GROS VILAIN RATTATAC.

Il descendit lentement ses yeux vers la main d'Ethan, l'air toujours aussi dur. Ah oui effectivement, elle avait un angle bizarre cette main. Ça expliquait l'horrible bruit que le blondinet avait entendu dans sa cellule et qui ne ressemblait pas franchement au bruit d'un coup laissant un simple bleu derrière lui.

À juste voir la main, Wun avait mal pour lui. Ethan avait même probablement plus mal que lui, même si chez le russe était plus étalée. En temps normal, la compassion aurait tout de suite pris le dessus sur le reste. Mais on n'était, de toute évidence, pas en temps normal. Au fond, le russe trouvait tout de même son bro très culotté : il lui demandait de l'emmener à l'hôpital pour sa main alors qu'il l'avait tabassé il y a quelques heures à peine et qu'il s'était pété la main en essayant de remettre le couvert. L'américain devait être bien désespéré...

« Pourquoi tu demandes pas à tes amis pas lamentables ? Pour info j'ai encore de l'alcool dans le sang, t'es sur de vouloir que je conduise ta bagnole ? »

Répliqua-t-il, ne pouvant s'empêcher d'être encore un peu acerbe dans ses propos. C'était la faute d'Ethan ça : si le brun l'avait laissé se défouler plutôt que de l'ignorer il n'en serait pas la. Il serait fatigué et fourbu, mais il serait passé à autre chose. Ou pas. À force de toujours passer à autre chose sans affronter le problème calmement, sans en parler autrement qu'en hurlant et en frappant, il fallait bien que les problèmes s'entérinent et moisissent. Cela dit, contrairement à Ethan qui semblait prendre un plaisir malsain à infliger de la douleur, Wun n'arrivait pas à profiter de l'ironie du sort qui voulait que son bro se soit pété la main en voulant lui péter la gueule. Il avait toujours son air des mauvais jour, mais il semblait moins prêt à cracher toutes les méchancetés qui lui venaient à l'esprit, ce qui, définitivement, représentait un progrès.

« Bon, t'es garé où ? »

Lâcha-t-il finalement, toujours sans l'ombre d'un sourire. Au fond, il ne voulait pas rentrer chez lui, il ne voulait pas qu'Ethan conduise avec une main probablement pétée, alors cette option satisfaisait à peu près tous ses intérêts. À part qu'il aurait voulu montrer à Ethan que cette fois-ci il ne passerait outre son comportement bestial acharné, mais il verrait plus tard pour cette partie là.

Il suivit donc son bro jusqu'à la dite voiture, ruminant dans sa barbe inexistante contre le froid et la fatigue. Lui qui en temps normal serait excité comme en enfant à l'idée de conduire THE joujou d'Ethan -non, pas celui-là, range ton esprit pervers- n'en tirait quasi aucun plaisir. Il prit place sur le siège conducteur et, peu patient sur le moment, prit les devants et attacha la ceinture d'Ethan avant que celui ci ne mette trois plombes à le faire avec une seule main valide. Et puis, sans mot dire, il démarra. À cette heure-ci, les rues de Keimoo commençaient à s'encombrer, les premiers travailleurs se dirigeant vers leur boulot. La circulation avait perdu de sa fluidité nocturne et Wun regretta que les flics aient tant traîné à les relâcher -en même temps vu le tapage qu'ils avaient créé, c'était compréhensible ...

Perdant patience à un feu rouge un peu plus long que les autres, Wunjo commença à tapoter nerveusement le volant du bout des doigts, avant de jeter un regard en coin à son grand blessé de voyageur.

« Ça va, la conduite convient à Monsieur ? »

En temps normal, Wun aurait totalement été capable de balancer ça sur le ton de l'humour, faisant innocemment référence au côté hyper exigent d'Ethan. Mais la, on sentait qu'il y avait un peu plus qu'une simple pique. Concrètement, le blond n'avait toujours pas digéré le fait qu'Ethan le voit comme un type lamentable et pitoyable. Quelque part, il s'était toujours dit qu'il n'était pas à la hauteur de l'entourage d'Ethan, mais ce dernier ne le lui avait jamais fait réellement sentir. Non en général Wun se suffisait à lui-même pour se rabaisser, alors forcément lorsque la personne la plus proche de lui en mettait une couche supplémentaire, ça court-circuiter son bon sens.


__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMar 3 Déc 2013 - 22:34

Oh... Il avait titillé le vilain russe. Celui qui devait descendre des gens, au vu du regard méchant qu'il lui servait. Ethan avait juste l'impression que sur le front de Wun y avait écrit « Tu te fous de ma gueule ?! Arrête tes conneries, et on en reparle », et dès qu'il ouvrit la bouche, l'américain se renfrogna comme un gosse peureux devant ses parents qui lui font la morale après une énorme connerie. Mais, il ne répondit rien. Non, non, il ne boudait pas, il ne savait juste pas quoi dire. Parce que là, c'était lui le lamentable avec sa main pétée parce qu'il était pas foutu de se contrôler. Il en était parfaitement conscient, et même s'il le disait, le populaire doutait que ça calme vraiment le russe. En fait, Ethan doutait que même s'il le brossait dans le sens du poil, Wun allait s'énerver encore plus. Donc la stratégie : Je ferme ma gueule et j'encaisse, semblait la meilleure option. Il voulait pas aller tout seul à l'hôpital. Quoique... Prendre le taxi ne semblait pas une si mauvaise option en voyant le blond. Ethan avait l'impression d'être le chat qui grattait à la porte pour avoir des câlins, après avoir eu un coup de pied au cul, histoire d'être sûr qu'on ne lui en voulait pas trop trop, et qu'on allait pas l'abandonner sur l'autoroute.

Alors forcément, il dû se retenir de pousser un profond soupir de soulagement. Le Wun pouvait être un animal dangereux et sauvage, et fallait pas le laisser se carapater. Il lui donna ses clefs avant de prendre la direction de sa nouvelle voiture moche. Et autre truc flippant... Le russe venait de l'attacher comme si on attachait un gosse un peu trop lent et que papa est en retard pour aller au travail. Enfin, Ethan en avait l'impression, il n'en avait jamais fait l'expérience, mais il était intimement convaincu que c'était le cas là, et qui lui donnait envie de chouiner et de dire « Je pouvais le faire tout seul ». Après être lamentable, il passait à handicapé. Même si le russe ne lui avait pas dit, il avait à le montrer avec son comportement.

Et le début du trajet, Ethan en profita pour envoyer un sms à Anthony, et à Miya craignant que le russe lui lance un regard lourd de reproche s'il osait appeler. Message rapide, et un silence pesant s'installa dans la voiture. Il pria pour que le russe ouvre la bouche, lui même n'osant absolument pas prendre les devants... En fait, non. Il aurait préféré qu'il se taise. Ethan lui lança un regard rempli de suspicion et presque effrayé. S'il disait non, aucun doute que ça allait exploser, s'il disait oui... Ca allait aussi exploser. Et le jeune homme détourna rapidement le regard, ouvrant sa fenêtre, supportant encore plus difficilement les endroits confiné depuis le séisme.
Le brun n'osait absolument pas ouvrir la bouche de peur de faire éclater une nouvelle dispute. Néanmoins, il savait que jouer le muet n'allait pas aider non plus. Alors, il changea rapidement de sujet à propos de la conduite de son bro.

-Pourquoi tu m'as pas appelé pour aller au bar ?

Il connaissait déjà la réponse, en fait : « T'avais l'air occupé » « Je voulais pas te déranger ». Bref tout un tas d'excuse qu'Ethan pouvait comprendre. Mais cette peur persistante de ne pas être à la hauteur de son bro était là. S'il était jaloux que Yoimachin c'était parce qu'il avait l'impression qu'il ne pouvait pas lui apporter ce dont Wun avait besoin, qui soit en dehors de l'aide financière.
Il tourna une nouvelle fois la tête pour afficher un regard à la fois peureux et perçant, mais il n'y avait plus aucune trace de l'enfant de quelques secondes plus tôt.

-Je veux dire... Je sais que je suis pas le mec idéal pour changer les idées, mais...

Et il poussa un profond soupir, ne sachant quoi dire. Il avait un mal fou à mettre des mots sur ses impressions. Pourquoi il communiquait pas comme les dauphins ? Un sentiment, un ultrason. C'était moins compliqué. Enfin là, au lieu de penser à ça, il devrait songer à finir sa phrase.

-Tu fais des faux sourires, et j'attends que tu viennes vers moi pour pas... Je veux pas te forcer à me parler, et je me dis que tu le feras quand tu seras prêt. Et puis résultat, je dois venir te chercher à 5h du mat' parce que t'as préféré boire tout seul, plutôt qu'en ma compagnie. Je suis si... Lamentable, en ami ?


Pourtant il lui avait bien fait comprendre qu'il pouvait être présent, non ? Il avait beau tourner et retourner la question, Ethan ne savait pas pourquoi Wun refusait toujours de se confier. L'américain devait vraiment être un ami lamentable pour que le russe le joue aussi. Ses yeux le piquèrent une nouvelle fois, alors il papillonna des yeux avant de soupirer profondément pour tenter de se calmer.
Et puis, son comportement agressif lui revint en mémoire, et il savait que ça avait été plutôt violent. Wun allait sans doute vouloir mettre ça sur le tapis, mais plus tard. Il avait apprit, à force de côtoyer le russe, que ce dernier ne faisait jamais d'attaque frontal. Lui c'était vicieux, au moment où on s'y attendait le moins. Ceci dit, ça lui laissait le temps de préparer des arguments valables. S'ils existaient. Il doutait que « Je veux me débrouiller tout seul », « Je veux pas faire de thérapie de groupe, même si je sais pas s'il y en a une » et « Je veux pas aller tout seul » allaient peser lourd dans la balance quand il avait en face ses proches et son avenir. Et hop, le revoilà en mode petit enfant, à jouer machinalement avec ses doigts de sa main valide. La deuxième lui faisait mine de rien atrocement mal, et plus ils se rapprochaient, plus l'américain avait mal, en songeant que son calvaire à ce niveau là, serait bientôt terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMer 4 Déc 2013 - 18:56



Tout en gardant un œil sur la route –il valait mieux, tout de même- Wun jetait des regards en coin vers Ethan, guettant de toute évidence sa réaction à son commentaire. Et… il n’en reçut pas. Le brun avait du sentir le chemin glissant à des kilomètres, songeant que quoiqu’il dise, ça allait être sa fête. Et il avait bien raison : Wun était énervé et n’importe quelle réponse était prétexte à grognement pour le blondinet. Il s’apprêta d’ailleurs à grogner, histoire de lui rappeler que l’ignorer n’arrangerait rien, mais le populaire fut plus rapide que lui pour prendre la parole.

Ah. L’éternelle question. Bien sur elle pouvait prendre différente forme : pourquoi tu ne m’as pas appelé, pourquoi tu ne m’as pas prévenu, pourquoi tu ne m’as pas dit. Selon Ethan, le russe ne fournissait jamais assez d’informations et de réponses, et ce n’était pas la première fois qu’ils abordaient le sujet, même si le sujet n’avait jusque là jamais déclenché une telle furie chez le cadet. Alors tant pis, il allait essayer de s’expliquer une énième fois.

« Je t'ai pas appelé parce que je peux pas passer ma vie à me plaindre chez toi. Parce que toi aussi t'as des soucis et des trucs à gérer. Parce que c'est aussi le boulot des amis de préserver leurs proches. Et parce que t'as la tronche d'un type qui a pas dormi depuis 1 semaine putain de merde ! T'as pas une tête à qui on peut demander "hey, ça te dit qu'on reste debout toute la nuit ?" »

Wun soupira. Dans sa tête c'était tout à fait logique et une excuse parfaitement valable. Ethan n'était pas un super héros : il ne pouvait pas gérer ses problèmes, ceux de son entreprise, de sa nana ET ceux de ses amis. Malheureusement, Ethan ne l'interprétait pas comme ça, et Wun avait beau lui dire et lui répéter qu'il n'aurait de toute façon pas le temps d'ajouter ça à ses journées qui faisaient déjà plus de 24h, ça ne voulait pas s'enregistrer dans le cerveau du business man.

« Évidemment dans mes plans j'avais pas trop prévu que finalement tu dormirais pas des masses non plus... »

Ajouta-t-il en haussant une épaule. Dans le plan "épargnons Ethan" il n'y avait pas de chapitre "réveillons le à 4h du mat´" initialement. C'était ça qui était beau -ou pénible, à voir- avec les plans de Wun : malgré la préparation, il y avait toujours de l'inattendu ! Ethan s'en passerait probablement volontiers de cet imprévu, surtout que ça lui avait coûté une main -même si techniquement c'était sa faute.

Wun grimaça un peu à la suite des dires d'Ethan. C'était tentant de le caser à son tour dans la case des lamentables pour qu'il voit ce que ça faisait de se faire traiter ainsi par ses amis, mais le blondinet ne voulait pas jeter de l'huile sur le feu gratuitement, par pure méchanceté. Pour l'aspect revanchard, la main du brun faisait du sacré beau boulot.

« Non ça n'a rien à voir avec toi. Si j'en parle pas, c'est juste que... Bah j'ai l'impression que tant que j'en parle pas, mes soucis n'existent pas réellement ... Et honnêtement je suis pas sur d'être prêt à les supporter s'ils existent vraiment »

Mais ça, évidemment, c'était du déni pur et simple. Au fond il savait que ses problèmes existaient : il savait qu'il avait perdu son boulot et qu'il fallait qu'il trouve quelque chose de plus viable que vendeur de ballons à la foire. Il savait que Kuro était parti et que quand il reviendrait, il devrait tout lui dire, tout en craignant qu'il s'en aille définitivement cette fois-ci. Il savait que tôt ou tard il faudrait qu'il affronte les soucis qu'il avait avec Ethan. Il savait que s'il devait être parfaitement raisonnable concernant sa survie, il lui faudrait quitter Keimoo et même le Japon. Oui tout cela, au fond, il le savait, mais en parler, c'était l'admettre.

Il se sentait pathétique et trouillard sur ce point mais il n'était pas sur de pouvoir tout encaisser, alors le déni comme solution temporaire semblait acceptable. Avec l'aide de l'alcool, manifestement.

« Et puis l'intérêt des faux sourires c'est de ne pas attirer l'attention sur soi... T'es pas censé deviner que je fais des faux sourires... »

Qui avait demandé à Ethan d'être aussi perspicace ? Quelque part c'était rassurant de voir que quelqu'un veiller sur lui suffisamment pour se rendre compte quand ça n'allait pas. C'était juste embêtant quand cette personne était aussi celle qu'on essayait d'épargner. Sauf que ça bien sur, le brun ne l'entendait pas de cette oreille : là où les autres voyaient de la préservation, Ethan se voyait surtout laissé sur la touche. Un vrai chieur en somme !

Là où l'américain ne se trompait pas sur le compte de son bro, c'était que Wun ne comptait effectivement pas tout de suite mettre sur la table le comportement castagneur d'Ethan. Ce n'était pas tant qu'il se réservait des cartouches pour plus tard, colle on aurait pu le penser, c'était bien plus compliqué : la vérité, c'était que Wunjo préférait se persuader qu'il lui avait pardonné cet écart, pour passer à autre chose. Sauf que des que les tensions revenaient entre eux d'eux, il s'emportait et réalisait qu'il n'avait en fait pas du tout digéré l'épisode, et c'était là que le brun s'en prenait plein la gueule : Wun était un genre de bombe à retardement qui, une fois amorcée, était condamnée à exploser tôt ou tard sans qu'on ne sache vraiment quand.

Avec tout ça, ils étaient déjà sur le parking de l'hôpital. Wun prit la première place libre qui se présenta à lui, coupant le contact.

« Bon ben... Allons nous occuper de ta main »

Déclara-t-il, sortant de la voiture sans perdre plus de temps pour se diriger vers le bâtiment. Il y avait sûrement la queue aux urgences, mais au moins ils attendraient au chaud, ce qui était un luxe dans la mesure où Wun se les pelait depuis maintenant de longues heures.

__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMer 4 Déc 2013 - 22:26

Ethan ne disait rien, se contentant de regarder dans le vide tout en écoutant Wun. Il ne pouvait pas nier qu'il avait déjà du mal à joindre les bouts avec ses propres problèmes. Et il vint se raidir sur sa forme physique, s'attendant à une leçon de morale sur son comportement. Certes avec sa tête, ce n'était pas difficile de savoir qu'il avait bien à faire à avec sa propre vie. Et il savait qu'il n'aurait jamais tenu toute une nuit à boire du Gin. Mais... Il avait déjà dû mal à dormir, ses insomnies se faisaient encore plus casse couille qu'avant. Donc techniquement, boire un verre ou rester se tourner et se retourner dans son lit, ça ne changeait pas grand chose. Si ça avait été une autre nuit. C'était pas de la faute du russe s'il avait interrompu son premier véritable sommeil. Enfin si, mais il pouvait pas savoir. Si le blond lui cachait les détails de sa vie, il en allait de même pour Ethan qui laissait volontairement ses nuits courtes en dehors des conversations, histoire de ne pas inquiéter le russe. Oui, il avait beau lui reprocher de ne rien dire, Wun pouvait faire exactement pareil.
Il se mit à sourire à la fois amusé et coupable sous la réflexion Wunesque. Ouais c'était pas prévu... En même temps, les choses étaient rarement prévisible avec lui. Sauf les bouderies. De toute façon, Ethan était incapable de prévoir les actions de ses proches. Autant sur le moment il remarquait quand ça n'allait pas, mais le reste, il en était incapable. Sauf pour les sujets sérieux. Et il avait vécu suffisamment de dispute à avec le russe pour savoir que celle là était suffisamment grave. Pas au point de faire tanguer leurs amitiés, mais assez pour les rendre sérieux tous les deux, et avoir des leçons de morale autant de l'un que de l'autre.

-C'est pas grave. Y a pas grand chose de réellement prévisible avec toi. C'est ce qui rend les choses sympa.


Ouais, hyper crédible après ce qu'il venait de se passer. Ethan s'en rendait compte, et son sourire s'élargir davantage, plus amusé, mais gardant un certain sérieux.

-Enfin, en général.

Quoique ça pourrait être marrant de dire à ses futurs gosses : « Papa a passé une nuit au poste avec tonton »... Ou pas. Le pourquoi était pas très fun, et en fait, il préférait garder cette histoire entre lui et Wun. Et il se mit à grimacer en songeant que Miya allait lui demander comment il s'était pété la main. Décidément, il n'avait pas très envie de rentrer tout de suite chez lui. Il aurait bien demandé au russe s'il pouvait rester dans son appartement, mais avec la présence de Kuro, il aurait légèrement l'impression de tenir la chandelle. Même s'il restait dormir, l'américain aurait encore plus la désagréable impression de squatter.

Il tourna une nouvelle fois la tête vers l'aîné en fronçant les sourcils, ne semblant pas très bien comprendre. Mais, il comprenait.

-Le temps d'encaisser toi-même la nouvelle...

Ce qu'il ne comprenait pas, c'était ce qui pouvait foutre le russe dans cet état. Il n'était pas du genre à se prendre la tête au point d'aller boire un verre tout seul ou de se réfugier derrière un masque. Lorsque Wun avait compris que pour Ethan la fin de ses études signifiait la fin de sa vie au Japon, il avait tiré la tronche et il avait été difficile de construire un dialogue. Là son comportement avait été encore plus inquiétant. Il avait fait comme ci de rien n'était. Et sachant parfaitement qu'ils avaient un mode de fonctionnement similaire, pour l'américain ce n'était pas dur de comprendre que c'était plutôt grave pour le blond. Néanmoins, il ne posa pas une seule question, même si ça le démangeait, restant faire ses spéculations tout seul dans son coin. Et puis, son bro ne semblait pas vouloir lui en parler. Sans doute qu'il le ferait quand les choses seraient réglées. Mais c'était rassurant de savoir que ce n'était pas de sa faute. Désormais le cadet savait que ça ne servait à rien à de le pousser à lui parler, et qu'il le ferait réellement quand il pourrait.

-Tes faux sourires sont très convaincants. Tu étais moins enthousiaste et spontané, par contre. Et tu faisais moins de câlins.


Ethan n'aurait rien remarqué sans son comportement. Et en fait, il avait été au peu au pif. Il s'était douté qu'il y avait quelque chose, mais une partie de lui s'était toujours dit que c'était son imagination. Wun était tombé dans le panneau, en fait, et lui avait confirmé son état. S'il avait soutenu que non, tout allait bien, Ethan l'aurait cru. Ou pas. Le russe n'était jamais allé boire un verre seul. Contrairement à ce qu'il avait pu dire, Wun était très loin d'être lamentable. Il ramait souvent, mais il n'avait jamais laissé tomber. Il avait pour habitude de se laisser abattre, mais il reprenait du poil de la bête par la suite. Et ça ne devait pas faire de mal de se laisser porter par la vie. L'américain en était bien incapable transformant tout en perpétuel combat. Son amitié avec son bro le prouvait parfaitement. Ils avaient beau s'engueuler de plus en plus souvent, le populaire restait s'accrocher à lui refusant de laisser tomber. Si ça pouvait être admirable d'une certaine façon, c'était surtout fatiguant de se battre, alors que ça marcherait tout aussi bien s'il lâchait un peu la pression.

Il redescendit sur terre aux paroles du blond, et il afficha une grimace. Il n'avait AUCUNE envie d'y aller. On allait sans doute lui demander comme il s'était fait ça, et dire « J'ai tabassé mon bro, parce qu'il a dit un mot de travers » ne l'enchantait pas des masses. Néanmoins, il sortit de la voiture ayant suffisamment eu l'impression d'être un enfant. Ce qui ne l'empêcha pas de traîner les pieds comme un sale gosse. Arrivé à l'accueil, il présenta sa carte vitale et sa mutuel avant qu'on lui dise d'attendre en salle d'attente. Et il s'y installa, ou plutôt s'affala sentant la pression monter doucement, mais sûrement. Il avait vraiment envie que le temps passe vite, histoire de ne plus avoir mal, ET de laisser cet épisode derrière lui.

-Tu viens avec moi, hein ?


Histoire d'être sûr. Il avait pas envie d'être tout seul pour le coup. Il ne s'était jamais rien cassé, et l'inconnu comme toute personne normale, ne le rassurait pas beaucoup. Un peu comme le fait d'essayer de soigner son côté violent. Il ne savait pas où il allait mettre les pieds non plus, et ne pas en parler voulait dire que ça n'existait pas. D'après Wun. C'était con parce que le problème existait toujours, mais Ethan comprenait cruellement ces mots, puisqu'il avait tendance à se braquer dès qu'on lui parlait de ça en disant que : « Tout va bien, je contrôle ». Il savait parfaitement qu'il contrôlait que dalle, et la stratégie de l'autruche c'est tellement cool.
Il tourna la tête restant fixer Wun pendant plusieurs secondes d'un air pensif, en se disant que ça l'aiderait peut être à accepter ce petit problème en parlant le premier de ça. Mais Ethan garda obstinément la bouche fermée ne sachant absolument pas quoi dire. Pas prêt. Quoique... Après jouer au ping pong des répliques les plus blessantes avec Wun, là il faisait ce jeu tout seul pour savoir s'il en parlait ou pas. Autant se lancer à l'eau. Il avait que ça à foutre en attendant qu'on l'appelle.

-Je suis pas prêt à l'admettre.

Sorti de nul part, ça aide pas franchement, et l'américain le savait. Alors il lui montra sa main avec un air désolé. Peut être que Wun comprendrait. Mieux que les autres. Enfin il espérait. Et il espérait surtout que le russe ne lui balancerait pas un « C'est ce qu'il y a de mieux à faire » ou un truc dans le genre. Ethan le savait. Il avait déjà fait toutes les étapes, sauf celle qui lui permettait d'aller voir quelqu'un.

-Je sais que j'y gagnerai, mais...


Il haussa les épaules, ne sachant pas quoi dire d'autres. Il resta fixer sa main en se disant qu'il avait une chance de dingue d'avoir Wun dans ses amis. Et il songeait à lui dire, mais il n'était pas trop du genre à lancer des fleurs, et surtout il osait pas, et il ne savait pas comment le faire sans avoir l'impression de sortir les violons.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyJeu 5 Déc 2013 - 22:38



A la réponse d’Ethan, Wun esquissa un sourire, mais ne dit rien. Au fond il savait que son côté imprévisible pouvait être sacrément pénible. Surtout pour quelqu’un comme Ethan qui était plutôt d genre rangé, prévoyant… un controlfreak quoi. Il n’en avait jamais véritablement parlé, mais Wun était sur que l’américain avait pour ainsi dire un plan de vie avec des gens d’ages butoirs… genre l’age butoir pour se marier, pour avoir son premier gosse…etc. Tout l’inverse de Wun qui avait de la visibilité sur son avenir à 2 semaines environs… et encore, ça c’était quand tout était prémédité.

Cela dit, ce n’était pas parce qu’il était proche d’Ethan qu’il connaissait tout de lui. Par exemple, il ne pensait pas que le cadet accepterait aussi son « j’ai pas envie d’en parler parce que si j’en parle pas, ça n’existe pas ». Il fallait sacrément se voiler la face pour raisonner de la sorte, et pourtant, le brun semblait accueillir sa perspective avec une compréhension  très inattendue. Tant et si bien que le blond dut rester quelques secondes à le dévisager avec des yeux ronds. Mais il n’ajouta rien. Tant mieux, si son bro comprenait son point de vue. Dans tous les cas, il finirait par lui dire. Peut être pas la partie le concernant, parce que c’était toujours plus délicat à aborder. Mais le reste, Kuro, son avenir à Keimoo, son boulot, tout ça, il lui dirait. Juste pas maintenant parce que s’il ouvrait ne serait-ce qu’un peu les vannes, il sentait que tout allait sortir, et les larmes et les malaises avec le reste.

Il haussa une épaule, l’air peu convaincu.

« Je faisais autant de câlins que d’habitude »

A moins que non ? Il ne s’en rendait même plus compte. Le mois d’aout était passé sans qu’il ne le voit. Il avait passé trop de temps à chercher, paniquer, pleurer, tourner en rond. Il lui semblait que son rôle d’acteur avait été correctement tenu avec les son entourage, distribution de câlins y compris. Ce n’était qu’une parenthèse, puisque finalement Ethan avait découvert le poteau rose. Et puis l’important, pour le moment, ce n’était pas tant ces états d’âme que la main d’Ethan qui criait justice –enfin elle criait surtout « hôpital » là.

Wun sentait bien que Ethan n’était pas la volonté incarnée pour ce qui était d’aller continuer leur nuit de folie avec le corps médical, mais il ne lui laissait pas tellement le choix. Il avait fait une bêtise, il était revenu piteux la queue entre les jambes, maintenant le blondinet comptait bien l’attraper par cette queue –non, non, pas celle là-  et le tirer –non, pas comme ça- jusqu’aux médecins si jamais il changeait d’avis en cours de route.

Heureusement, le brun se montra plutôt docile. Vu la gueule de sa main, c’était ça on finir comme le Capitaine Crochet –ce qui peut être un sort enviable si on part de Hook le Sexy dans Once Upon a Time.
Et lorsque Ethan lui demanda s’il venait avec lui, Wun esquissa un petit sourire moqueur.

« Evidemment, comme ça en me voyant ils sauront comment tu t’es pété la main »

Commenta-t-il. Ce qui techniquement, était faux, puisque Ethan ne l’avait pas frappé au visage. La brute épaisse avec qui il s’était bastonné un peu plus tôt dans la soirée, en revanche, ne s’était pas gênée pour viser les pommettes et le menton, sans parler du front qu’il avait répétitivement cogné contre le comptoir. Autant dire que Wun avait typiquement la tête du mec sur lequel un poing se serait acharné, et Ethan avait pile poil le poing qui avait l’air de s’être acharné. Drôle de coïncidence. Wun lui adressa tout de même un sourire en coin pour lui signifier qu’il ne s’agissait pas d’un reproche sous-jacent.

Bon. Et il restait à attendre. Le souci avec une main, c’est que ça ne met pas la vie en danger, donc dans l’ordre des priorités, Ethan allait sûrement se faire griller la place plus d’une fois. Et même s’il compatissait avec son bro, Wun était au fond content que ça s’éternise. Le plus de temps ils passeraient à l’hôpital, le plus tard il rentrerait chez lui. Ce qui était une façon débile de raisonner, puisque tôt ou tard il faudrait bien qu’il se traîne jusque dans sa grotte. Il était sur le point de se perdre dans son méli mélo de pensées, lorsque la voix de son grand éclopée le ramena avec lui. Il papillonna des yeux, pivotant la tête pour poser son regard nettement moins vague mais toujours aussi fatigué sur son bro. Il fronça un peu les sourcils, essayant de resituer la conversation… mais il n’y avait rien à resituer. Ca sortait de nulle part, et pendant quelques secondes le blondinet sembla un peu largué. Le petit signe de la main fit tilt dans son esprit, et il hocha lentement la tête.

S'il y avait bien une chose que Wun savait, c'était que ni lui ni personne ne pouvait rien pour Ethan tant que celui-ci ne reconnaissait pas qu'il avait un problème et qu'il devait le régler. Naturellement, inconsciemment, le jeune homme le savait. C'était comme fumer : un fumeur sait qu'il ne se rend pas service et se pourrit la santé, mais tant qu'il ne le reconnaît pas clairement, inutile d'essayer de le faire arrêter. L'impulsion doit toujours partir du principal concerné. En tant qu'ex junkies, Wunjo en savait quelque chose.

Il pourrait évidemment lui mettre la pression en l'accablant de culpabilité par rapport à son comportement récent, mais ce n'était pas la meilleure façon de procéder, et ce même s'il pensait lui-même qu'Ethan avait plus besoin d'aide que jamais. Honnêtement, cette fois-ci le cadet lui avait fait sacrément peur. Il se souvenait en avoir tremblé sur le moment. D'ailleurs, inconsciemment, il avait laissé une certaine distance entre Ethan et lui depuis qu'ils étaient sortis. Il venait de le remarquer. Ce n'était pas fait volontairement, juste la manifestation d'un certain instinct de préservation. Il n'était pas sur de pouvoir effacer la furie Ethan de son esprit de sitôt. Pas par rancune juste par... Traumatisme. Un traumatisme dont il se remettrait certainement, et qui n'entraverait pas sa relation avec son bro en tant que tel, mais il y réfléchirait à deux fois avant de comparer Ethan à Yoi la prochaine fois.

En attendant, Wun ne savait pas trop quoi lui dire. L'incident était encore trop proche et la douleur encore trop présente pour qu'il lui serve son recul habituel à coup de "T'inquiètes, je peux encaisser plus que ça". Et il pouvait. Il s'était pris des balles plusieurs fois, et il ne se souvenait pas avoir déjà ressenti une douleur physique plus vive que celle-ci. En revanche, il ne savait pas combien de fois encore il pouvait subir ce genre de mésaventure sans véritablement commencer à sursauter dès qu'Ethan esquissait un geste dans sa direction.

« Si tu n’es pas prêt à l’admettre et à vouloir faire quelque chose à ce sujet, c’est peut être que tu n’y gagnerais pas tant que ça. Pour l’instant, en tout cas. »

Sur le papier, il y gagnerait forcément : quoi de pire pour un control freak que de perdre le contrôle ? Et de foutre en danger tous ces proches, ça n’était probablement pas non plus le rêve d’Ethan. D’autant plus qu’il se voyait sûrement papa dans un avenir plus ou moins proche, et qu’il ne pouvait pas se permettre de péter un cable de la sorte avec un môme. Mais ça, Wun ne comptait pas lui dire, car il était à peu près persuadé que son bro le savait déjà, et que ce n’était pas en lui collant la pression que ça fonctionnerait. Ou plutôt si : à coup de chantage affectif et de spécialités Wunesques, il arriverait sûrement à lui forcer la main, mais l’américain irait tellement à reculons que ça ne fonctionnerait pas, et qu’il y perdrait plus qu’il n’y gagnerait.

« Après… »

Commença-t-il, penchant la tête sur le côté, réfléchissant aux mots qu’il allait utiliser.

« Tu ne peux pas te cacher ad vitam aeternam derrière un « je veux pas l’admettre », parce que tu sais aussi bien que moi qu’il y aura nécessairement une prochaine fois »

Voilà, c’était dit. Avec qui, ni l’un ni l’autre ne le savait à ce jour, même s’il y avait plus de chance que ce soit Wun que quelqu’un d’autre, puisqu’il avait visiblement un don pour mettre Ethan hors de lui. Et comme il déclenchait toujours ce genre de pulsions sans le vouloir et s’en véritablement comprendre pourquoi, il pouvait difficilement prévoir le coup en évitant ce qui transformait son bro en furie. La suite était donc inéluctable : tôt ou tard, peut être demain, peut être dans un an, ce genre de crise arriverait. Il fallait juste qu’Ethan se demande combien de gueules cassées, de mains cassées et de pots cassés il était prêt à endurer avant de se sortir les doigts du cul. Et si Wun ne voulait pas lui foutre la pression, car il était passé par là lui aussi avec la drogue, il ne pouvait pas non plus lui mentir et lui dire qu’il était parfaitement à l’aise avec ça.

« Bon et puis si le moment venu tu as besoin d’aide ou de soutien… tu sais déjà que tu peux compter sur moi. Même si c’n’est que pour te coller une grosse baffe pour te ramener à la réalité. Surtout en fait »

Il ponctua sa phrase d’un sourire timide parce que, hey, c’était un sujet sérieux, mais rien n’interdisait d’en parler avec un peu d’humour.

__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyVen 6 Déc 2013 - 22:42

Wun était réellement très doué pour remuer le couteau dans la plaie. Oui, il savait que c'était de sa faute, et il culpabilisait déjà. Inutile de rajouter une couche. Néanmoins, il voyait bien que le russe avait juste voulu faire un peu d'humour, et il lui fit un léger sourire même si le coeur n'y était pas. C'est vrai qu'il était plutôt moche à voir, et il préférait éviter d'imaginer la réaction de Kuro en le voyant les : « C'est pas un vrai ami s'il te frappe comme ça » ou « Laisse le tomber, il en vaut sans doute pas la peine » allaient sans doute fuser. Le soucis, c'était qu'il arrivait de moins en moins à se contrôler.

-Désolé.

Même si ça ne changeait strictement rien. Si encore ses actes changeaient en fonction de ses erreurs. Mais non. Il l'avait fait une fois, puis deux. Et heureusement que les policiers étaient arrivés pour arrêter cette merde. Sinon il ne serait sans doute pas arrêté jusqu'à voir une marre de sang autour de son bro. Il se pinça l'arrête du nez en se disant que penser à ça, ne l'aidait absolument pas pour ne pas déprimer. Il ne voulait même pas y penser, mais malheureusement ça tournait en boucle, et sa main blessée ne voulait pas l'empêcher de réfléchir. A moins qu'au bout de 3h il se soit habitué à la douleur. Ce qui serait franchement inquiétant.
Et il resta écouter Wun sans ouvrir la bouche, avant de tiquer, et finalement de soupirer avec lassitude.

-Ce n'est pas que je ne veux pas. C'est que je n'y arrive pas. J'arrive même pas à accepter cette part de moi, alors le considérer comme un problème, excuse moi, hein... Mais c'est pas gagné.

Et puis, il arrivait à se prendre la tête sur des trucs qu'il ne devrait même pas : « Comment ça va se passer si ça se retourne contre moi ? » « Si des clients fouillent et finissent par être au courant, ils pourraient faire du chantage... Ou ne voudraient plus faire à affaire avec moi », « Je vais pas risquer un licenciement économique, parce que j'ai eu besoin d'aide »... Bref tout un tas de raisons, plus ou moins valable. Et c'était plus ou moins des fausses excuses. Il savait très bien que ça marchait très bien pour le rebuter, et il savait aussi très bien qu'il ne pourrait pas se cacher derrière. Mais ses inquiétudes concernant son problème était bel et bien là. Et difficile d'en parler à Wun. Sans doute qu'il ne comprendrait pas.

-Garde ta main dans ta poche ! Tu vas te venger sinon !


Il fit un petit sourire qui disparut bien vite. Il remarquait très bien que le russe tentait d'alléger la situation, et de faire un peu d'humour. Pas de bol, ça ne marchait pas vraiment. Parce qu'il s'en voulait cruellement, et ensuite, il savait très bien que le blond avait raison. Il ne pouvait pas continuer comme ça. Le soucis, c'était qu'il y avait un pas entre le savoir, et un saut pour agir en conséquence. Et le faire tout seul était très loin d'être rassurant. L'américain savait très bien qu'il serait d'une timidité maladive, incapable de décrocher un mot, parce qu'il n'oserait pas. Autant parler devant une foule d'un projet commercial, c'était facile, autant parler de lui, il y allait volontiers à reculons.

-Pourquoi t'es pas psychiatre ? Ca serait plus facile.


Ouais, si son bro l'était, nul doute qu'en fait, il se mettrait à table facilement puisqu'il aurait entièrement confiance, sans avoir peur d'être jugé, en plus de savoir qu'il dédramatiserait la situation. Mais ce n'était pas le cas. Il devrait faire face à un inconnu au regard sévère en lui demandant pourquoi il n'était pas venu plus tôt. Il mettrait en relief tous ses défauts avant de commencer et ça prendrait plusieurs mois. Et comme il aurait affaire à un analyste, Ethan n'aurait aucune envie de parler, ou quoique ce soit d'autres.
Il soupira profondément de lassitude, avant de poser spontanément sa tête sur la cuisse du russe sans réfléchir. Il était trop fatigué et trop dans sa bulle pour réellement se rendre compte que les regards convergeaient vers eux.

-Tu pourras venir avec moi ? Sinon, je vais me défiler, je pense.


Pour le coup, l'américain savait très bien qu'il aurait besoin d'un coup de pied au cul pour faire quelque chose. Et en fait, il aurait même pas le courage de téléphoner.

-Et téléphoner ? Sinon, je vais le remettre au lendemain. Je te donnerais mes horaires de libre, et je chercherais le numéro pour. Enfin, sauf si ça te dérange.

Il avait légèrement l'impression de transformer son bro en secrétaire personnel, tout en étant conscient que ce n'était pas à Wun de le faire. Mais il tentait de trouver une solution rapide, et s'il voulait prendre le temps d'accepter cette partie incontrôlable, le blond serait peut être mort sous les coups.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptySam 4 Jan 2014 - 18:43



Wun grimaça un peu avant d’esquisser un sourire à la remarqué d’Ethan.

« Tu parles ! Je ferais un terrible psychiatre. Je ne filerais que des mauvais conseils. T’imagine le massacre ? ‘Un souci avec votre père ? Bah butez le….’ »

Pour sûr, Wun avait toujours eu une manière bien à lui de régler ses problèmes. Certes, ça ne s’était pas toujours fait avec un flingue et des meurtres, mais assez souvent avec des coups et des mots blessants. Agir avant de réfléchir, c’était clairement son slogan. Il finissait toujours par en venir aux discussions, mais c’était généralement APRES avoir testé les poings : on ne s’étonnait plus de lui compter autant de cicatrices en sachant cela….

Wunjo fut tiré de ses réflexions profondes sur ses difficultés à gérer le conflit en sentant quelque chose de lourd se poser sur ses cuisses. Il baissa les yeux, constatant qu’Ethan venait de décider spontanément que son bro lui servirait de coussin. Il haussa un peu les sourcils, surpris d’un comportement si… spontané de la part du brun en public. Et du public, il n’en manquait pas ! Il se garda bien de faire un commentaire, se contentant de laisser un petit sourire flotter sur ses lèvres alors qu’il se disait qu’il avait une sacré mauvaise influence sur Ethan. Ou une bonne…. Question de point de vue sans doute. Lui, ça lui allait. Les autres aussi probablement, qui devaient se dire que même si leur santé n’était pas au top de sa forme, ils n’étaient pas tombés aussi bas pour aller s’allonger sur un mec devant des dizaines de personnes. Alors si tout le monde était content…

Il était sur le point de s’endormir sur son banc, la tête calée contre le mur derrière lui, mais la voix d’Ethan le ramena sur le sujet de conversation délicat qui était sur le tapis.

« Hey, c'est pas parce que j'ai plus de boulot qu'il faut me faire faire celui d'Anthony ! »

C'était une manière détournée de dire "je ne suis pas ton secrétaire". Oh bien sur, c'était à prendre sur le ton de l'humour : techniquement, ça ne le dérangeait pas de faire ça pour Ethan, il trouvait juste étrange que Monsieur Controlfreak délègue quelque chose le concernant. Après, Wun n’avait jamais compris le fonctionnement des controlfreak : ils étaient capables de vouloir garder la main sur quelque chose de parfaitement minime, et à côté de ça à laisser entre les mains de leur entourage des choses qui paraissaient beaucoup plus…. Cruciales.

« Sérieusement… je ne sais pas si c’est une excellente idée que j’appelle à ta place. Je veux dire…. Si tu n’arrives pas à franchir le pas du coup de fil, est-ce qu’on est sûr que tu arriveras à franchir celui de se rendre au rendez-vous ? »

Wun ne se débinait pas. Prendre le téléphone et appeler une secrétaire, c’était dans ses cordes. Il s’agissait juste d’une question honnête : Ethan irait-il véritablement chez le psy une fois le rendez-vous pris ? Si Wun venait avec lui, probablement. Mais une fois dans ce bureau, est-ce qu’il coopérerait, ou bien est-ce qu’il ferait la tête de mule et se murerait dans le silence ? Tout dépendait de sa volonté à sortir de là. Et si le blondinet savait que son bro, au fond, ne désirait pas plus qu’un autre se trimballer ce handicap-là, l’américain avait également dit avoir du mal à accepter ce petit souci. On sentait bien que derrière sa bonne volonté, il se battait encore pour assumer cette part de lui.

Il esquissa un petit sourire qui se voulait encourageant, attrapant la main d’Ethan –celle qui était encore entière et utilisable- entre ses doigts, tapotant doucement le dos de sa main comme pour le rassurer un peu. Il était encore un peu trop secoué par leur récente dispute –enfin surtout par les coups d’Ethan- pour aller jusqu’à le prendre dans ses bras, là, tout de suite.

« Mais je peux venir avec toi, ouais. Et je serai là pour te soutenir si tu en as besoin, évidemment, mais…. Personne ne peut le faire à ta place dans tous les cas »

Ok, c’était la phrase bateau qu’on avait sorti à tous les drogués, alcooliques, et autres personnes addictes. Mais c’était une phrase aussi véridique que bateau : lorsqu’on avait des soucis d’addiction, à moins de véritablement vouloir se prendre en main, on n’arrivait à rien. Personne ne pouvait aller voir un psychologue ou un psychiatre à sa place, et personne ne pouvait prendre les médicaments à sa place non plus. Ethan le savait sûrement, mais pour être passé par la case désintox –sans passer par la case départ, sans toucher 20 000 euros- Wun savait qu’on oubliait très facilement ce genre de phrases pleines de bon sens. On allait vite se réfugier derrière des « personne ne veut m’aider » pour se trouver des excuses, et on perdait bien vite de vue l’objectif premier qui était d’aller mieux. Il valait toujours mieux rappeler les règles du jeu dès le début pour éviter les départs loupés.

« De toute façon pour ce qui est de l’organisation de tout ça, je ne suis pas sûr que ce soit le bon endroit et le bon moment pour en parler »

Ajouta-t-il, étouffant comme il put un bâillement. Ce n’était pas le bon endroit, car ils étaient entourés de monde et que l’état psychiatrique d’Ethan ne les regardait pas franchement. Et pas le bon moment parce qu’il était tôt le matin et que l’alcool s’évaporait doucement laissant place à une terrible gueule de bois. Ils pourraient en reparler en tête à tête après avoir quitté l’hôpital. Au calme. Et quand la main d’Ethan ne lui ferait pas un mal de chien, aussi, parce que Wunjo n’était pas 100% certain que son jugement n’était pas altéré par ce petit détail technique.

Et c’est sur ce parfait timing que décida une infirmière de pointer le bout de son nez. Son regard s’attarda une petite seconde sur la position inhabituelle des deux jeunes gens, avant de scruter attentivement les deux protagonistes, se demandant probablement qui était celui qu’il fallait traiter. Il fallait aussi dire que si la main d’Ethan tirait clairement la gueule, chez Wun c’était à peu près TOUT qui tirait la gueule, à commencer par son front.

« Bonjour, veuillez me suivre dans une salle de consultation »

Déclara-t-elle en leur faisant signe de la suivre. Wun donna un petit coup de cuisse gentillet à la tête d’Ethan pour lui faire signe de se bouger. Ils suivirent donc docilement la demoiselle qui les installa dans une des dites salles, leur indiquant qu’un médecin allait les rejoindre. Installé sur sa chaise, Wun agrippa les accoudoirs, remuant, l’air visiblement mal à l’aise. Y avait pas à dire, même quand ce n’était pas pour lui, le russe n’aimait pas les hôpitaux. Il jeta un regard à Ethan, pour voir dans quel état il se trouvait de son côté. La main était toujours atrocement pas-comme-une-main, et le blondinet avait mal rien que de la regarder, alors il ne préférait pas imaginer l’effet que ça avait sur son bro.

__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptySam 11 Jan 2014 - 13:02

Ethan ne préférait pas répondre trop déçu que Wun doute à ce point de lui. Ce n'était pas évident pour lui de demander de le prendre ce rendez-vous. Evidemment, ça pouvait sembler lâche (Et ça l'était!) mais, ça voulait aussi dire qu'en lui demandant, il s'assurait d'être incapable de faire de retour en arrière. Si c'était lui, il trouverait un moyen de remettre au lendemain (Des fois, y a des bons côtés à avoir des journées remplies), si c'était Anthony, il finirait par l'annuler sous un prétexte plus ou moins plausible. Alors que si c'était son bro, ce dernier se mettrait à bouder en apprenant qu'Ethan ne serait pas allé. Et quoi de mieux pour l'obliger à y aller, même en pleine tempête ?
Certes, si pour le russe ce n'était pas la bonne façon de faire, pour l'américain c'était l'inverse. S'il n'avait pas le choix au début ça serait plus facile. Il se cachera dernière le blond et ne parlerait sans doute pas les premières séances histoire de s'habituer à une nouvelle présence dans sa vie. Non parce que balancer à un inconnu « J'ai tabasser mon bro parce qu'il a prononcé le nom de Il-sait-qui » ça aide pas, enfin même pour un proche. Et franchement dis comme ça, c'en était honteux même pour lui. Le jeune homme se demandait sérieusement comment son bro arrivait à le supporter. Sa susceptibilité, sa tendance à le frapper, à tout prendre au sérieux, à faire la morale, à être intransigeant... S'il pouvait rayer « Tendance à le frapper » ça serait déjà bien. Et il n'allait pas attendre que Wun sursaute à ses gestes pour commencer à assumer. Non, il le fera sur le tas.
Le hic c'était le fameux « première fois » bien stressant. Ne rien connaître ça n'aide pas franchement. Balancer à la secrétaire « Bonjour, j'ai des soucis pour contrôler ma colère... » ça donnait pas franchement envie de prendre un rendez-vous. Rien que d'y penser, Ethan serra davantage la main de Wun avec l'envie irrépressible de se cacher dans ses bras. Dire que deux ans auparavant, il n'aurait pas songé une seule fois compter sur quelqu'un... En y pensant... Le blond avait une sacré influence sur son cadet.

D'ailleurs il releva le regard pour fixer le blond pendant plusieurs secondes, avant de recoller son regard sans rien dire. Il ne savait pas trop si c'était bien ou non. Ethan s'était toujours plut dans sa tour d'ivoire et sans attache. Pas de blessure, le plaisir de regarder les gens de hauts tout en gardant la sienne profondément secrète. Ethan ne savait pas trop si Wun l'avait fait grandir ou régresser. Un peu des deux sans doute. Le jeune homme se comportait de moins en moins en adulte dans le privée, mais, le fait qu'il songe véritablement à aller voir quelqu'un n'était il pas un exploit en soi ? Le russe pouvait se vanter de plus en plus de choses et c'était... frustrant de se savoir aussi influençable par une personne autre que son père.

Il n'eut pas le loisir d'y réfléchir plus puisqu'une infirmière vint les chercher, restant les observer quelques secondes ce qui ne rendit que plus mal à l'aise l'américain avant de se lever sous le léger coups de cuisse du russe. Une légère grimace déforma son visage montrant qu'il n'avait absolument pas envie de la suivre. Il dut même se retenir de ne pas lancer un coups d'oeil du style « Passe devant » à Wun. Non, Ethan est courageux ! Ethan est fort ! Ethan est sans reproche (enfin presque) ! Ethan est... en train d'afficher une mine pitoyable au médecin. A mi chemin entre « Je vais m'enfuir en courant » et « Je suis désolé de déranger ». C'était pas l'envie de rebrousser chemin qui lui manquait, mais fallait croire qu'une main cassée ça fait changer d'avis n'importe qui.
On l'invita à s'asseoir, lançant un coup d'oeil pas du tout rassuré au blond avant de regarder le médecin qui lui demandait comment il avait fait ça. Ca, il s'y était préparé !

-Je me suis cognée contre un panneau de signalisation.

Et un regard du médecin qui devait sans doute se demander s'il ne se foutait pas de sa gueule, il lança un coup d'oeil à Wun et le regarda de haut en bas, et de bas en haut. Il devait sans doute se demander s'il ne devait pas appeler la police au vu de l'état du russe. Bah oui, Ethan ressemblait étrangement au tabasseur et Wun au tabassé. Néanmoins, il dû se dire qu'une victime ne venait pas d'elle-même accompagner son agresseur.
Et il embraya tout de suite en inspectant sa main, qu'Ethan eu pour seul réflexe de dégager. Non, mais ça fait mal ! Il a pas peur ! Ca fait juste mal. Inspection rapide avant qu'on lui amène un fauteuil roulant et qu'on lui dise qu'il allait en radiologie. Un gros soupir, il s'affala littéralement dedans. La fatigue et la douleur. Ou peut être pas. Il voyait des petites tâches noires devant ses yeux. Non, c'était la fatigue. Obligé ! Ou la douleur. Non la fatigue. Et le temps de se décider, Ethan se sentait tourné de l'oeil. Mais juste un peu. Il papillonna légèrement des yeux, avant de prendre le premier truc qui tombait sous la main pour vomir. Et il n'allait pas franchement mieux. Bizarrement, le fait qu'il se sente hyper mal était venu d'un coup. Sans doute parce que Wun avait merveilleusement occupé son esprit avec celui-dont-on-ne-pas-prononcer-le-nom. Oui, il voldemorise Yoite, et alors ?

Mais maintenant c'était sa main qui dansait doucement dans son esprit, et la douleur lui revenait en pleine poire. Il avait supporté ça pendant 4h, il pouvait quand même supporter une heure de plus, non ? Apparemment pas, vu qu'il capta qu'on lui faisait une piqûre, et Ethan resta regarder comme l'idiot du village. En quelques secondes, l'américain se sentit planer, et difficile de ne pas le voir d'ailleurs en voyant son sourire niais avant qu'une infirmière l'amène jusqu'à la radiologie.

Il revint dans la salle d'attente des urgences 45min plus tard avec un joli plâtre, toujours en train de planer, et des calmants dans la poche. Néanmoins, il eut la lucidité de se dire qu'heureusement Wun l'avait accompagné, puisqu'il était incapable de conduire. D'ailleurs il était où ? Il se faisait soigner ? Il prenait un café ? Le populaire regarda à droite à gauche avant de le repérer, lui faisant un grand sourire niais.

-Je crois que je plane...

Et pourtant... Le médecin ne lui avait pas mit une dose excessive. Néanmoins, il avait tellement peu l'habitude de prendre des médicaments que ça marchait toujours super bien. Tellement bien qu'à la sortie sur le chemin du retour, Ethan loupa une marche pour atterrir sur les fesses. Loin d'avoir mal, il se mit à rire nerveusement d'un air fatigué, avant de trouver la force de se relever, et prendre soin de se tenir à quelque chose.

-Dis, je peux rester chez toi ? Je veux pas rentrer tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyDim 12 Jan 2014 - 18:42



En attendant que son crétin de bro se fasse soigner pour ses conneries, Wun resta un moment assis dans la salle de consultation. Une infirmière en profita pour lui proposer des soins pour ses multiples hématomes et n’ayant rien de mieux à faire, il accepta. Lorsqu’elle lui demanda d’où venaient toutes ces blessures, il répondit évasivement qu’il s’était battu dans un bar. Elle n’osa probablement pas lui demander s’il s’était battu avec le garçon avec qui il était arrivé, puisqu’elle garda le silence. Elle lui donna ensuite un cachet contre la douleur, avant de la raccompagner dans la salle d’attente. Il demanda s’il pouvait rejoindre directement Ethan et on lui répondit qu’il fallait attendre ici. Super. En espérant que ça ne prenne pas des plombes. S’ils décidaient de le garder en observation, ils auraient tout de même la bonne idée de le prévenir, n’est-ce pas ?

Finalement, le blondinet ne sut dire combien de temps il attendit. Il avait somnolé, la tête appuyée contre le mur, les bras croisés sur sa poitrine. A chaque fois que quelqu’un passait près de lui, il se réveillait en sursaut, mais retrouvait rapidement sa somnolence. Il finit par perdre l’envie roupiller lorsqu’un gamin se mit en tête de brailler à intervalle régulier pour rappeler à la terre entière qu’il avait mal. Sale gosse.

Et en parlant de sale gosse, le bro éclopé était de retour. Mais pas dans son état normal, au vu du sourire méga-niais qu’il lui adressait. Wun lui répondit d’ailleurs par un haussement de sourcil dubitatif.

« Que nous vaut cette humeur anormalement joviale ? »

Lança-t-il, ce à quoi le brun répondit immédiatement par un « je crois que je plane » qui en disait long. Et comme pour prouver ses dires, il ne mit pas 5 minutes à faire un vol plané –comme quoi, y avait pas qu’Ethan qui planait- pour atterrir, heureusement, sans trop de dégat, sur le derrière. Le retour s’annonçait…. Long. Et laborieux.

Wun hésita entre sourire et jeter un regard noir à Ethan en le voyant tomber maladroitement sans plus s’en soucier. Dans le doute, il fit l’un –et hop, un regard noir- puis l’autre. Parti comme c‘était il allait avoir un platre à la jambe en plus de celui à la main. D’ailleurs qu’est-ce que c’était que ces médecins irresponsables qui le gavaient de calmants avant de le laisser vaquer tout seul ? Il avait l’air complètement shooté, et pourtant personne ici présent ne semblait s’offusquer qu’on le lâche dans la nature. N’importe quoi. Le blondinet allait lui tendre la main pour l’aider à se relever, mais le brun fut plus rapide que lui. Il fut également plus rapide à envisager la suite des opérations, puisque de toute évidence, ils étaient bien partis pour quitter l’hôpital, et il fallait bien aller quelque part.

A la question de son bro, Wunjo pinça les lèvres, baissant la tête. Rester chez lui, hein. Honnêtement, Wun n’avait pas la moindre envie de rentrer à l’appartement. Son plan était de traîner dehors le plus que possible jusqu’au supposé retour de Kuro.  Car il reviendrait, hein ? Le russe voulait en être persuadé, en tout cas. Mais qu’il revienne ou non, rester dans l’appartement vide de son petit ami était plutôt déprimant.
Le souci était…. Où aller d’autre ? Pas chez Ethan, puisque de toute évidence celui-ci ne voulait pas. Ils pouvaient bien aller squatter un café, mais vu l’état du brun, ce n’était probablement pas une bonne idée. Et puis l’un et l’autre avait besoin de repos, de se vautrer dans un canapé, sous une couverture, un programme qui paraissait compliqué dans un café public. Ils pouvaient bien évidemment aller se louer une chambre d’hôtel mais ça tournait carrément au cliché dans ce cas. Et on n’est jamais aussi bien dans un hôtel qu’on ne l’est chez soi, même si en ce moment ce n’était pas forcément vrai pour Wunjo.

En attendant, Ethan devait se demander ce qui se tramait dans la tête de son perturbé de bro, puisque celui-ci gardait un silence obstiné et…. Absent. Peut être qu’avec Ethan dans le coin, ça ne serait pas aussi déprimant ? Après tout, c’était avant tout la solitude qui était pesante… Wun soupira un peu, mais son bro ne devait même pas avoir remarqué, trop occupé à planer sur son petit nuage. De toute façon ils n’avaient pas 36 000 options, et ils n’allaient pas non plus rester squatter dans la voiture jusqu’à ce que le brun daigne rentrer chez lui –car même si Ethan dépensait des milles et des cents dans ses bagnoles, ça restait moins confortable qu’un lit ou un canapé !

« Ouais, ok, allons chez moi »

La réponse manquait clairement d’enthousiasme, mais enfin, on ne pouvait pas trop lui en demander. En attendant, c’était le go pour retourner à la voiture. Wun vérifia d’un coup d’œil qu’Ethan arrivait à marcher sans se re-péter la binette, et voyant qu’il ne s’en sortait pas trop mal, le laissa se rendre comme un grand jusqu’à la voiture. Il ouvrit les portes, s’installa, attacha la ceinture d’Ethan pour la 2eme mois aujourd’hui, jugeant qu’il était trop à l’ouest pour le faire tout seul, et démarra. Il s’agissait maintenant de réussir à rentrer chez lui. Avec son scooter, il pouvait se faufiler plus ou moins n’importe où, en voiture c’était tout de suite plus compliqué.

Après de longues minutes de tournage en rond, il parvint à se repérer, trouva un endroit où se garer. Il sortit de la voiture en premier, la contourna pour aller ouvrir la portière à Ethan qui semblait toujours sur son petit nuage. C’était un miracle qu’il ne soit pas déjà en train de ronronner comme un bébé. Il lui tendit la main, toujours pas certain qu’il ne puisse se débrouiller tout seul, le laissa sortir, avant de se diriger vers son appartement, qu’Ethan connaissait déjà puisque c’était lui qui l’avait acheté.

En arrivant devant la porte, le blondinet prit une grande inspiration, comme s’il s’apprêtait à sauter un pas important. Il avait presque l’espoir d’ouvrir la porte et de voir que Kuro était revenu, mais il savait que ce n’était pas le cas. Après tout il était parti pour au moins 2 jours, peut être plus. Il tourna la clef, poussa la porte. Comme prévu, pas de Kuro. L’appartement sentait le renfermé, signe que personne n’y était passé et ne l’avait aéré depuis un petit bout de temps. Miraculeusement, Wun n’avait pas encore réussi à foutre le lieu en bordel, et ça restait relativement rangé. En revanche, en étant un minimum attentif –ce qu’Ethan ne serait probablement pas dans son état de bisounours-légume- on pouvait remarquer un stock remarquable de chips sur le petit comptoir de la cuisine, signe qu’il n’y avait personne pour faire la cuisine dans le coin. Wun était toujours aussi désespérant de ce côté-là, et c’était donc son petit ami qui avait été élu responsable des repas. Kuro parti, Wun se nourrissait essentiellement de pâtes à réchauffer au micro-onde et de machins malsains à grignoter.

« Comme tu peux le voir, Kuro n’est pas là »

Déclara-t-il, au cas où ce n’était pas évident. Il pinça les lèvres : le simple fait de le dire à voix haute lui collait le bourdon, une boule se formant dans sa gorge, ça commençait bien.
Il traîna les pieds jusqu’au frigo, laissant son bro rentrer et fermer la porte derrière et s’installer où il voulait, canapé, tabouret, chaise…  comptoir même si ça l’amusait.

« Tu veux boire un truc ? Manger un truc ? J’ai pas grand-chose niveau bouffe ceci dit… Essentiellement des …. Chips. »

Il se tourna vers Ethan, l’interrogeant du regard. Dans son état, la bière était d’avance proscrite –d’ailleurs vu l’heure matinale, une bière serait une drôle d’idée- mais une boisson chaude était probablement la bienvenue. De son côté, Wun tira un tiroir et en sortit un médicament contre les maux de tête. L’hôpital lui avait déjà donné 2/3 trucs mais il sentait que la gueule de bois s’intensifiait maintenant qu’il n’avait plus à se soucier du reste. La bonne nouvelle, c’était que s’il commençait à sentir le mal, ça voulait dire que l’alcool s’était complètement évaporé.

__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyLun 13 Jan 2014 - 22:52

Ethan essayait de toutes ses forces de mettre la ceinture dans le trou. Mais vraiment. Malheureusement, le machin rouge avait la mauvaise manie de bouger. Non, ce n'était pas lui, voyons. Il savait viser mieux que ça ! Des tentatives désespérées avant que Wun lui vienne en aide. Euh... L'américain ne savait pas trop comment se comporter, là. Il était toujours énervé ? Ca plus le regard noir, plus son manque de motivation pour aller chez lui... Le populaire avait l'impression de le déranger au maximum. Lui qui d'habitude n'aimait justement pas ça... Il se retrouvait tout penaud, n'osant absolument pas parler de peur de créer une énième dispute. Non la dernière avait rempli le quotas pour les six mois à venir, alors il se tut se contentant de somnoler sur le trajet.
Mais quand même, dans son état normal, Ethan aurait perdu patience et serait rentré chez lui pour éviter l'air grognon de son bro et perdre patience. Bien heureusement, il ne l'était pas, et le mode bisounours-niais était activé. Là ça se voyait pas, parce que le russe était aussi ouvert d'une huître dans un océan, mais il était toujours là. Il fut tenter de lui enfoncer son doigt la joue, mais il refréna son envie, de peur de faire de nouveau apparaître « Méchant mafieux ». Et bizarrement, il se mit à glousser tout seul en se souvenant de la première qu'il l'avait vu. Ca avait été la première fois qu'il avait vu des yeux vairons, c'était d'ailleurs pour cette raison qu'il s'était souvenu de lui. Et la vie les avait rendu finalement très proches. Et un deuxième gloussement en songeant qu'il était le bro d'un fils de parrain. Ca semblait tellement... Irréaliste, surtout au vu du caractère de Wun, que c'en était risible. Et ses pensées le dirigèrent vers « Et si Wun avait remplacé son père ? », tout de suite c'était beaucoup plus flippant. Bizarrement, il imaginait très bien le russe dans ce rôle. Le blond avait une telle maturité et une telle autorité qu'avec la bonne éducation, il aurait réellement pu prendre la succession de son père. Parfois, Ethan se demandait si le côté gamin était seulement un rôle qu'il se donnait et qu'il enfouissait ce côté... Méchant ? L'américain ne savait pas trop, et il préférait nettement le côté sale gosse boudeur, néanmoins, l'autre n'était pas désagréable puisqu'il arrivait à l'encadrer quand le brun dépassait les bornes.

Câliiiiiiiiiiiiin !

Ethan se rendait compte à quel point il adorait le russe. Et il voulait le couvrir de papouilles pour le remercier d'être là. D'être toujours là. Malgré ses paroles blessantes, le fait qu'il captait tout de travers, et qu'il avait tendance à lui faire un peu trop la morale. Néanmoins, ça l'américain savait que c'était parce qu'il n'avait pas l'habitude d'être remis à sa place, alors forcément ça fait toujours mal. Mais il faisait des gros efforts pour prendre sur lui... Parfois. Surtout après qu'il ait fait sa connerie en fait.
Toutes ses pensées l'aidèrent à ne pas jouer les patapoufs sur le siège passager lorsqu'il arrivèrent. Se détachant dans des gestes excessivement lents, il allait ouvrir sa porte avant de voir que le blond l'avait déjà ouverte.

-Speedy Gonzales...

Il l'avait grogné plus qu'articuler, et il n'était pas sûr que son bro l'ait entendu, mais ce n'était pas important. C'était plus une réflexion pour lui-même. Même shooté, Ethan gardait néanmoins une certaine « fierté » puisqu'il tapa dans la main du russe pour lui faire comprendre qu'il n'était pas handicapé à ce point et qu'il pouvait sortir de la voiture tout seul. Ok, c'était pas gagné, surtout en s'appuyant sur son poignet cassé. Mais le brun avait une très bonne excuse... Il sentait plus rien. Et bien heureusement, le russe ne vit rien. Pas de regard « Méchant mafieux de la mort qui tue ».
Il l'accompagna dans l'appartement en rasant plus les murs qu'autre chose, puisque c'était difficile de se tenir debout en côte, surtout quand on a les membres lourds... Il les rasait tellement qu'il n'aurait pas été surprenant de finir sa course à quatre pattes.
Lorsque le supplice s'arrêta, Wun lui annonça que Kuro n'était pas là, et Ethan soupira de soulagement. Il était pas prêt à rencontrer son petit ami. A cette heure là, il devait être au travail... Travail... Travail... Kuro en avait trouvé, un ? A ce qui lui semblait, non. Et avec le séisme, ça faisait seulement... L'américain compta sur ses doigts pour savoir combien de temps s'était écoulé, avec la plus grande concentration du monde, avant de finalement conclure que c'était trop tôt pour le petit ami d'aller au travailler.

-Un chocolat chaud... Avec des chips.

C'était bien la première fois qu'il voulait un chocolat depuis qu'il avait... 12 ans. Et c'était bien la première fois qu'il voulait ça avec des chips. Et la première fois qu'il n'arrivait pas à résoudre les questions qu'il se posait en déduisant. Ca faisait beaucoup de première fois, mais... IL ETAIT OU KURO, BORDEL ?
Cependant, la question resta en suspens quand l'odeur de l'appartement lui chatouilla les narines. Ca sentait le mal de tête s'il s'endormait. Mais on s'en fout, il sent plus rien. Ceci dit, on ne lui avait pas dit combien de temps ils allaient faire effet. Du coup, il alla lentement jusqu'à la fenêtre commençant à l'ouvrir avant de se rappeller... Qu'il était pas chez lui.

-Je peux ouvrir ? Ca manque d'oxygène.

Il l'ouvrit aussitôt qu'il fut sûr que ça ne dérangeait pas son bro. D'ailleurs, avant de partir, Kuro aurait pu l'ouvrir. A moins qu'il était parti depuis plusieurs jours...

-Oh... OH !

Ca pouvait expliquer la mauvaise humeur de Wun. Le fait qu'il était allé se bourrer la gueule seul, le « Méchant mafieux », l'air préoccupé, et le fait qu'il ne veuille pas venir ici. Et lui, il était complètement shooté. Il regrettait amèrement son état pour le coup. Ceci dit ça ne l'empêcha pas de venir vers son bro très lentement, pour le prendre dans ses bras, et lui faire un bisou sur la tempe, ne sachant s'il devait en parler ou justement éviter le sujet. Bah tiens, pourquoi il posait pas la question au concerné ?

-Tu veux en parler ou pas ?

Et hop, un deuxième bisou sur la tempe. Ok, il en profitait un peu vu qu'il adorait les câlins, néanmoins il les préférait nettement plus joyeux... Bizarrement.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptySam 18 Jan 2014 - 18:48



Wun hocha doucement la tête à la réponse d’Ethan, se rapprochant lentement du coin cuisine. Au moins, tant qu’il était occupé à faire quelque chose, il ne penserait pas trop à ses soucis. Il sortit une brique de lait du réfrigérateur, le versa dans une casserole, qu’il posa sur une plaque après l’avoir allumée. En même temps il sortit la poudre de cacao qu’il posa sur le comptoir, et il sortit un saladier pour y vider un sachet de chips. Au moins ce n’était pas difficile à préparer.
Il posa le tout sur le comptoir laissant son bro se servir à volonté avant de retourner s’occuper du lait, loin des questions existentielles que se posait son invité.

Il murmura une approbation à la question d’Ethan, même si pour tout dire il avait plutôt froid. Il pouvait concevoir que son bro n’appréciait pas l’atmosphère « renfermée » qui régnait ici. Au pire il irait se chercher un sweat pour se couvrir un peu plus. L’air frais ne pouvait pas non plus lui faire de mal après tout. L’américain ne tarda pas à s’exécuter et un petit vent matinal s’engouffra dans l’appartement. Wun frissonna un peu en le sentant venir se glisser dans ses vêtements, mais n’y porta pas plus d’attention.

Il se perdit quelques secondes dans l’observation du lait qui commençait à frémir, avant que les exclamations d’Ethan ne le tire de ses songes. Il se retourna vers lui, l’air interrogatif, se demandant si ses médicaments ne le faisaient pas carrément halluciner maintenant, mais l’expression qu’il découvrit sur le visage de son bro lui indiqua qu’il s’agissait d’autre chose : il avait cet air de celui qui vient de comprendre, de réaliser quelque chose d’important.
Quelques minutes plus tard à peine, Ethan l’avait pris dans ses bras comme un grand frère le ferait avec son petit frère apeuré.

Il ne lui fallut pas longtemps pour connecter les idées et comprendre qu’Ethan avait cerné la situation. Le blondinet se demanda d’ailleurs un instant comment il était possible qu'Ethan shooté par les médicaments arrive tout de même à faire preuve de plus de perspicacité et d'empathie que lui en état normal. À croire que le brun avait un 6eme sens avec lui, et le russe commençait à se dire qu'il ne pouvait littéralement rien lui cacher et que son bro lisait en lui comme dans un livre ouvert.

En sentant son bro lui collerun bisou sur la tempe, Wun s'immobilisa, observant Ethan du coin de l'œil comme s'il avait peur de le faire fuir avec un mouvement trop brusque. Très clairement, le blondinet avait l'impression de s'être endormi dans une clairière et réveillé avec un cerf ou autre bestiole craintive penchée au dessus de lui. Comme quoi... Il n'avait peut être pas entièrement dessaoulé !

En attendant il se laissa sagement bisouter, ne profitant qu'à moitié de la tendresse nouvellement née d'Ethan, trop occupé à se dire que les médocs devaient être sacrément fort. Enfin tout de même... Il n'y avait qu'Ethan pour le tabasser et le câliner en l'espace d'une demie-journée. Quoique... Il avait vécu des scènes similaires avec Akim et Kuro. C'était peut être lui finalement qui déclenchait des émotions parfaitement contradictoires chez ses proches ? La belle affaire !

En attendant, aborder le sujet Kuro -sans même le nommer- et se retrouver soudainement pris dans un tourbillon de tendresse après une nuit aussi longue que tumultueuse lui fit monter les larmes au yeux. Il était trop éreinté pour maintenir un air égal ou jovial. Profitant de la proximité d'Ethan il referma ses bras sur la taille de celui-ci, s'identifiant parfaitement à un koala sur un tronc, avant d'enfouir son visage dans le sweat de son bro pour dissimuler son air piteux.

« On s'est disputé parce qu'il sait qu'il y a quelque chose de pas net dans mon passé et qu'il veut que je lui raconte tout »

Làcha-t-il finalement, d'une traite. Quasi instantanément il sentit qu'on lui ôtait un poids des épaules et il s'insulta mentalement de ne pas en avoir parlé plus tôt. Il resta un instant silencieux à renifler contre Ethan dans une posture plutôt pathétique. Le petit crépitement familier d'un liquide dansant sur une plaque brûlante le ramena à la réalité et il s'extirpa vivement de l'étreinte de son bro pour se tourner vers la cuisiniere.

« Merde ! Le lait ! »

Le lait qui, profitant des effusions d'émotions et de sentiments, avait gentiment débordé dans son coin. Wun se jeta sur la casserole sans trop penser, se brûla avec du lait bouillant qui bondit sur sa main, jura en russe puis en japonais, pour finalement lâcher la casserole sur une plaque éteinte tout en renversant encore une bonne partie du lait. Bon sang, il pouvait être une vraie catastrophe parfois. Il regarda d'un air dépité la casserole à moitié vide, les plaques fumantes et pleines de lait séché, sa main rouge fluo, et eut presque envie de pleurer.

« J’en ai marre »

Grogna-t-il, avec le désespoir caractéristique des victimes de la loi de Murphy. Et la fatigue n’arrangeait franchement rien. Il avait terriblement besoin de se vautrer sur le canapé avec Ethan comme coussin –et tant pis si c’était lui le grand éclopé- et d’évacuer ses idées noires. En attendant il attrapa une tasse, y versa le lait restant, avant de s’en emparer ainsi que de la poudre de cacao et du saladier de chips, amenant le tout sur la table basse faisant face au canapé. Il laissait à son bro le bon soin de doser lui-même son chocolat, estimant avoir fait assez de conneries aujourd’hui pour ne pas en plus foirer le breuvage. Il tapota ensuite le canapé, faisant signe au brun de le rejoindre. Honnêtement, entre celui qui avait la main plâtrée et l’esprit embrumé et celui qui était à deux doigts de la dépet’ et qui subissait un combo fatigue-gueule de bois, il ne leur restait plus qu’à faire les loques l’un sur l’autre s’ils voulaient arrêter la série des catastrophes.

Wunjo laissa à peine le temps à son bro de s’asseoir sur le canapé qu’il alla s’affaler sur lui sans plus de cérémonie, allongeant le bras pour attraper la télécommande sur la table basse et allumer la télévision. Mais c’était plus pour le fond sonore qu’autre chose, car honnêtement à cette heure-ci le programme était assez… désespérant.

« J’sais pas quoi lui dire »

Lâcha-t-il, faisant bien sûr allusion à la situation Kuro, mangeant à moitié ses mots alors que son visage était écrasé dans le pull de son bro.

__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyDim 19 Jan 2014 - 17:43

Ethan resta sans bouger digérant l'information comme il pouvait. Kuro savait qu'il y avait un truc pas net, et voulait tout savoir. C'était... embêtant. L'américain savait que ça viendrait sur le tapis, il avait prévenu Wun que ça allait arriver tôt ou tard, qu'il avait intérêt d'y réfléchir. Il avait eu pour seul réponse qu'il préférait tard. Certes, mais là il était devant le fait accompli, et le brun était certain que le blond n'avait pas pesé les pour et les contres. L'étudiant aurait bien voulu l'aider, mais... C'était un peu comme lui et la gestion de sa colère. C'était quelque chose qu'on ne pouvait faire que seul. Et puis de toute façon, lui il était contre ! Et il avait plein de raison plus ou moins valable :
-« C'moi qui doit en savoir le plus » (Pas du tout égoiste)
-Et s'il sait, Wun aura peut être tendance à parler plus avec Kuro. Ethan tenait à son rôle de confident.
-Moins de personne savait pour le russe, moins il y avait de risques de fuite, et il serait plus protégé.
Bon ok, ça n'en faisait pas tant que ça, et c'était surtout d'un point de vue subjectif. Et alors ? Le cadet était humain, et c'était son Wun, sa peluche, son bro, son confident, son punching ball, son méchant mafieux, son ambulancier, son secrétaire médical. Il n'avait rien dit au russe, mais il voyait son petit ami comme... Le nuage noir qu'on voit au loin. Même s'il ne connaissait pas Kuro, il s'en méfiait. Le côté parano, il ne doutait pas des qualités de ce dernier, et il était sûr qu'il était gentil. Mais la jalousie et tout ça...

Ah oui le lait. Ethan trop à côté de la plaque l'avait complètement oublié, et ne l'avait même pas entendu débordé, trop occupé avec Wun. Il avait beau être chiant à ses heures perdues, il était tout de même plus intéressant. Même avec sa petite bouille tristoune. Le brun resta le regarder avec un air bovin, avant de finalement venir l'aider en voyant qu'il était au bord du craquage. Un bisou dans les cheveux pour lui signifier qu'il était là, et que ce n'était pas grave, Ethan avait prit l'éponge avec sa main indemne et se mit à nettoyer le lait comme il pouvait, avec son air absent, et ses gestes approximatif. Enfin, ça ne l'empêcha pas de rendre la plaque niquel et très propre. Le côté maniaque de l'américain frappait même quand il était shooté.

Une fois fait, il se dirigea vers la salle de bains en faisant le moins de bruit possible, sans trop savoir pourquoi. Il revint quelques secondes plus tard avec de la pommade et des bandages restant regarder le nouveau blessé avec ses trouvailles tout en restant debout. Il ne savait pas trop où poser les affaires qu'il avait prit sans vraiment réfléchir. Mais bizarrement, la question ne se posa plus quand Wun tapota le canapé. Instantanément, l'étudiant vint s'asseoir comme un bon chien... Qui se transforma en coussin. Un sourire tendre se dessina sur ses lèvres, avant de l'embrasser une nouvelle fois dans les cheveux.
M'enfin, la position n'était pas très approprié pour jouer l'infirmier, et l'américain se redressa un peu sans toutefois délogé son dépressif de son torse. Il lui fit signe de lui donner sa main brûlé et mit un paquet de pommade dessus, étalant avant de mettre le bandage comme il pouvait avec une seule main.

-Hum... Je peux pas t'aider. Moins de gens seront au courant plus tu seras en sécurité, et lui aussi. Mais...

Il soupira un peu ne sachant pas vraiment comment formuler sa phrase. Il était bien trop fatigué pour faire de réel effort de concentration. Il avait tout donné sur la dernière énigme.

-C'est ton copain. Il a le droit de savoir. Enfin, je crois.

Ouais, sauf qu'il fallait être réaliste. Wun avait un lourd passé, et ce n'était pas donné à tout le monde de se dire « Ouais, mon copain a tué plein de monde, mais je le vis bien » ou encore « C'est le fils du parrain de la mafia russe, et que son père peut me buter »... Ethan le supportait très bien puisqu'il avait un pied dans ce milieu. Il était d'ailleurs dans le même cas avec Miya. Il n'osait absolument pas aborder le sujet « Salut, je fais des affaires avec la mafia russe, sinon ça va ? »

-Soit tu prends ton courage à deux mains et tu lui dis. Il restera ou partira. Mais si tu lui dis rien, il partira, non ?... Ceci dit, tu pourrais toujours cacher ton mensonge par un autre.

Au cas où que le blond veuille vraiment le cacher. Ceux qui disait qu'il ne devait pas avoir de secret dans un couple, ils pouvaient aller se faire foutre.

-Maintenant à toi de voir si tu veux être franc et tenter le tout pour le tout. Et si tu as suffisamment confiance en lui pour savoir qu'il ne va pas te balancer à ton père ou aux flics... Enfin si c'est les flics, je pourrais toujours te sortir de là. Après s'il décide de partir c'est qu'il n'était pas vraiment fait pour toi.

Il termina de jouer l'infirmier à ce moment là avec l'aide de Wun. Equipe de winneur, y avait pas à dire. Et Ethan... Ce mec était très rassurant. Néanmoins, l'américain optait plus pour la franchise qu'autre chose, estimant que Wun n'avait pas spécialement besoin d'être rassuré. Il avait toujours su dans quoi il s'engageait.
Le brun se tassa dans le canapé, et prit Wun dans ses bras tentant de lui montrer qu'il pouvait compter sur lui, avant de lui faire un bisou dans le cou, seul endroit accessible sans qu'il n'ait besoin de gigoter dans tous les sens où de se tordre le cou.

-La prochaine fois appelle moi quand même. C'est une mauvaise idée de rester seul.

Oui bon, il avait oublié qu'il avait ses propres problèmes. On pouvait pas penser à tout quand on était shooté. Mais apparemment on devient THE BIG bisounours, puisqu'il s'étala sur Wun et vint caresser ses cheveux. Habitude qu'il avait seulement avec Miya en temps normal. Mais là, il y pouvait rien, les médocs l'endormait et l'empêchait d'avoir un réel contrôle sur lui. Du coup, l'américain n'avait plus vraiment ses inhibitions, et le russe payait les pots cassés.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyLun 20 Jan 2014 - 19:43



Wunjo se laissa prendre en main sans opposition. Il était en état de ras-le-bol total et savait qu’il n’aurait pas lui-même la patience de s’occuper de sa brûlure. S’il s’écoutait, il se laisserait étourdir par la douleur jusqu’à ce qu’elle lui fasse oublier le reste. Une démarche aussi ridicule que pathétique mais il avait l’excuse de la fatigue et de la gueule de bois. L’option « se faire bichonner par son bro » était plutôt intéressante en comparaison, et il se délégua bien volontairement cette tâche au brun unimaniste. Il avait l’impression de régresser en age à vue d’œil, et Ethan qui lui faisait des bisous dans les cheveux ne faisait que renforcer cette impression –plutôt agréable au demeurant.

Profitant qu’on s’occupe de lui, Wun se laissa aller à jouer les gros chats, ronronnant presque alors que son bro s’occupait de lui. Il se laissa néanmoins aller à ses états d’âme, donnant quelques précisions sur son problème dans l’espoir qu’Ethan trouve des solutions. Aux yeux du russe, l’américain était bien plus mature et sage que lui, il était prêt à suivre aveuglément ses conseils s’il le fallait, persuadé que le brun ne voulait que son bien et qu’il était plus intelligent que lui pour analyser une situation.

Finalement, Ethan refit plus ou moins à voix haute le cheminement que Wun avait déjà exploré et il arrivait d'ailleurs à la même conclusion : mentir pour protéger un autre mensonge ou dire la vérité. Le russe l’écouta avec attention, enregistrant son avis et ses conseils. Concrètement, le blondinet savait qu'épaissir le mensonge c'était se tirer une balle dans le pied : c'était entériner son mensonge et probablement ne plus jamais pouvoir l'avouer.

« Techniquement je veux qu'il sache... Je n'ai juste pas envie d'avoir à l'annoncer... Ni voir la tête qu'il fera... Ni le voir tourner les talons et se barrer »

Il soupira, consterné par sa propre couardise. Il n'avait même pas envisagé de lui-même que Kuro le balance aux flics ou à son père. Jusque là le pire scénario qu'il s'était fait était que Kuro s'en aille. Wun n'avait pas suffisamment confiance en lui-même pour croire que son petit ami resterait malgré tout, mais il avait suffisamment confiance en ce dernier pour croire qu'il ne le dénoncerait pas. Et il espérait avoir raison sinon être célibataire ne serait probablement pas son souci majeur...

Il grogna un peu en sentant le bandage frotter contre sa brûlure mais ne dit rien, déjà bien content que son bro puisse lui donner un coup de main... Littéralement. Ils avaient l'air malin les deux benêts, chacun avec une main invalide... Et de préférence la plus utile naturellement. Il fallait leur laisser ça : ils ne faisaient pas les choses à moitié !

« Sérieusement ... Pourquoi j'ai pas un passé chiant et banal, avec juste 2/3 exs relous en guise de difficultés, au lieu d'avoir des meurtres sur la conscience et la mafia au cul ? »

Parce qu'il avait fait les mauvais choix de vie, assurément. Il ne pouvait au fond s'en prendre qu'à lui-même. Ça n'en était que plus difficilement justifiable et pardonnable à ses yeux. Finalement la seule chose qui le rassurait un peu, c'était que d'autres, comme Ethan, Yoi ou encore Shiro, avaient découvert son passé et l'avaient accepté. Mais l'un travaillait avec la mafia, l'autre touchait aussi à l'illégalité, et le 3ème ... Était inconscient.

En attendant, Ethan était enfin venu à bout de ce bandage maudit, et Wun replia son bras, ramenant sa main contre lui dans l’idée de la préserver un peu. Il savait que ça ne durerait pas, et que dans quelques minutes à peine il se retrouverait à gigoter en tout sens. En attendant, jouer le gros chat avec Ethan en guise de coussin semblait une meeeerveilleuse alternative. Il frissonna un peu en sentant qu’il l’embrassait dans le cou, zone particulièrement sensible pour lui, avant de grimacer un peu en réponse au commentaire de l’américain.

« Je voulais pas te faire chier... »

Ah, tout dans la poésie, la subtilité et la finesse. Mais enfin Ethan était shooté ce n'était pas le meilleur moment pour se lancer dans la prose. Il valait mieux la jouer franc jeu. Et puis à quoi bon faire des ronds de jambe pour au final appeler un chat un chat ? Il savait qu’Ethan en avait marre de lui parfois, comme un parent en aurait marre de son môme.

« Et me dis pas un truc du genre 'mais tu me fais pas chier', j'ai vu la tronche que tu tirais en venant me chercher au commissariat ... »

Pour la défense d'Ethan, ça aurait fait chier probablement n'importe qui. C’était le contraire qui aurait été étonnant, et Wun était déjà sacrément chanceux d’avoir quelqu’un prêt à traverser la ville au petit matin pour lui. D’autres se seraient peut être retrouvés tout seul au commissariat….
Il fit pivoter sa tête, la redressant un peu pour regarder son bro, ressemblant fortement à un chien étalé sur un tapis.

« T'avais l'air ... Genre... Occupé »

Et ils avaient eu cette conversation un millier de fois. Ils échangeaient parfois les rôles. Mais ça se jouait toujours à "j'ai pas envie de t'embêter" et "moi j'ai pas envie que tu gardes ça pour toi". C’était sans fin car au fond, l’un et l’autre étaient pleins de bonne foi, s’oubliant pour préserver l’autre. Wun savait pertinemment qu’Ethan était là pour lui, mais il voulait le protéger un peu, lui aussi, dans la mesure du possible.

En sentant Ethan se liquéfier de plus en plus dans le canapé -bientôt il allait en prendre la forme- et devenir de plus en plus câlin au point de venir lui caresser les cheveux Wun ne pût s'empêcher d'esquisser un sourire amusé, tournant un peu la tête pour dévisager son bro.

« Rassure moi, malgré les médocs tu réalises quand même que j'suis pas Miya ? On est certes blonds tous les deux mais... »

C'était dit sur le ton de la plaisanterie, naturellement, mais il se demandait aussi si Ethan n'était pas en train de revivre une scène quotidienne de leur vie de couple, et avec l'aide des médocs, l'esprit faisait le reste. Wun ne s'en plaignait pas d'ailleurs, c'était juste extrêmement surprenant de la part d'Ethan qui, en temps normal, aurait probablement déjà pris une teinte pivoine. D’ailleurs, lorsqu’il y repenserait, le lendemain, il serait probablement consumé par la gêne. En attendant… le blondinet avait beaucoup de mal à ne pas profiter de la situation….

__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Invité
Invité
Anonymous


T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptyMer 22 Jan 2014 - 23:11

Ah bah si, Wun voulait être rassuré. Sauf qu'Ethan avait toujours été très mauvais pour ça, et le russe ne pouvait sans doute pas dire le contraire. Et avec les médicaments ça n'aidait pas, du coup le blond se retrouva devant un nouvel air bovin, essayant de trouver quelque chose à dire pour justement apaiser Wun. Hors de question de mentir, même si ça serait mieux, l'américain refusait de lui faire voir un monde tout rose. Le russe pouvait tomber de haut s'il finissait par le croire et n'en serait que plus briser.

-Bah... On est plusieurs a t'avoir accepté... Il pourra en faire de même... Peut être, je le connais pas. Surtout que tu es complètement différent depuis la première fois que je t'ai vu.

Il savait pas trop si c'était hyper rassurant. Devait il y avoir mieux. Mais pour Ethan c'était le maximum qu'il pouvait faire surtout dans sa situation. Il ne se sentait pas le courage de développer plus sa pensée puisque ça donnait trop d'effort. L'américain savait juste qu'il sauterait de joie de savoir Kuro parti, puisqu'il l'aurait seulement pour lui, et qu'entre temps, il aurait dégommé Yoimachin. Ok, c'était des pensées exagérée, si Kuro quittait réellement le russe, Ethan aurait véritablement mal pour lui, puisqu'il savait qu'il allait le récupérer en petits morceaux. Une meilleure raison pour tuer Kuro ? Je ne crois pas. Quant à Yomachin, ça ne faisait pas de mal au blond de voir une personne au caractère plus léger que lui. Sans doute... Peut être... Il voulait pas y penser. C'était SON bro. Et... Bah voilà, le truc rassurant.

-Mais il aurait bien tord de partir.

En fait... C'était absolument pas rassurant. Ca voulait pas dire qu'il pensait que Kuro allait le quitter ? Ethan ne savait absolument pas, lui-même étant incapable de faire une estimation sans connaître le caractère du petit ami. Mais, s'il devait se fier à une personne lambda... Il partirait en courant. Sauf qu'il avait encore assez de jugeote pour savoir que ce n'était absolument pas le truc à dire.
Et il se mit à rire nerveusement sous la reflexion de Wun. C'était le « sur la conscience » qu'il avait retenu. Et non, ce n'était pas drôle, mais avec les médocs c'était pas vraiment le controlfreak habituel. Donc on lui pardonne.

-Sérieux, tu te crois responsable des meurtres que t'as fait ?

Non, parce que dans ces conditions le mec qui a foutu un juif dans le wagon lors de la seconde guerre mondiale est aussi responsable. Certes, c'était pas la personne la plus innocente, mais c'était bien connu du genre humain. Tant que c'était un chef qui donnait l'ordre on ne se sentait pas responsable. De toute façon, Wun ne l'était pas, c'est tout. Absolument objectif cette attitude. Néanmoins, l'américain dissociait vraiment le russe du passé à celui d'aujourd'hui. Ils n'en avaient jamais parlé, mais Ethan avait réellement de la peine pour le petit blond, enrôlé de force dans la mafia.

-On t'as pas vraiment laissé le choix entre épicier et tueur, hein...

Il avait été enrôlé à quel âge ? Entre 11 et 14 ans. Pas vraiment l'âge où on est capable de se débrouiller tout seul, ni celui de penser par soi-même. C'était surtout les idées de papa et maman qui ressortaient. Ou leurs contraires. Sauf que dans la mafia... Les rebelles ne devaient pas être hyper bien vu. Du coup, pour l'américain, Wun n'avait absolument pas eu le choix. Il ne pouvait pas être tenu pour responsable alors qu'il avait au sens figuré un flingue sur la tempe.
Il jouait toujours avec les cheveux de son bro, se faisant le plus doux possible, malgré que ça ressemblait plus à la patte d'un chat qui marche sur la tête de quelqu'un.

Enfin, dans tous les cas, il ne pouvait pas faire grand chose à part ramasser les petits morceaux s'il y avait petits morceaux. Malgré qu'il un peu jaloux de Kuro, le brun visait tout de même le bonheur du blond plutôt que le sien. Et là, c'était pas la grosse teuf dans la tête de son bro, et il le prit dans ses bras. Ok, même si c'était la grosse teuf, Ethan aurait prit Wun en guise de peluche.

-J'aime bien quand tu me fais chier. Et c'est pas venir qui m'a énervé. C'était le fait que t'étais parti boire seul, alors que c'est pas ton genre.

Il soupira profondément son nez cherchant un petit coin chaud quelque part sur Wun. Il était trop à la ramasse pour savoir où, avant de s'engager dans un monologue très... compréhensible et fatigué.

-Yep. Le disque dur du magasin a planté durant le séisme... Du coup, on doit éplucher toutes les factures... Cause des vols... Vérifier tous les bijoux pour savoir les égratignures, sinon invendable. Les assurances, tout ça. Miya qu'a faillit... Bref, amnésique pendant une semaine, j'étais complètement perdu, savais pas comment réagir. C'était elle sans être elle, tu vois ? Puis, elle est rentrée y a quelque jours, mais toujours pas capable de se débrouiller seule, enfin, elle est en fauteuil quoi. Peux toujours pas coucher avec non plus, c'est frustrant. Et puis, savais que tu me cachais quelque chose, mais savais pas quoi. J'ai essayé d'attendre que tu viennes par toi-même, mais définitivement... j'ai pas le golden globe du meilleur bro.

Voilà, voilà. Si Wun voulait savoir quelque chose, c'était le moment. Pas besoin d'être psy quand on connait l'américain pour deviner que dans son état normal, il n'aurait strictement rien dit, à part un vague « M'en fous, tu me dis », ou alors il aurait dit qu'il n'était pas si occupé que ça. Mais généralement il était du genre à cacher, parce que là fallait avouer que savoir tout ça, ça faisait une belle jambe au russe. Enfin, là il cherchait pas à s'apitoyer sur son sort, le brun avait sorti ça tout naturellement de la même manière que « J'ai fait un tennis hier ».
Et il fit un petit rire à la remarque de Wun, lui faisant un bisou dans les cheveux.

-Mais vous avez pas la même odeur. Donc t'inquiète pas, je risque pas de t'allumer en te confondant avec Miya.

Ethan se transformait juste en maxi bisounours quand il était très fatigué et il avait tendance à prendre chaque être humain pour sa peluche. Bien heureusement, les call-girls ne restaient jamais dormir, et les autres fois lorsque Wun dormait parfois avec lui, il était trop bourré pour jouer le câlineur en manque d'amour.

-Ca dérange ?

Il se doutait que Wun ne dirait pas non, mais c'est on jamais. Ethan n'avait pas envie de l'étouffer ou de jouer les gros chieur.
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
Wunjo Ivanov

Lion Tigre Age : 32
Compteur 644

KMO
                                   :

T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] EmptySam 25 Jan 2014 - 13:11



Wunjo esquissa un petit sourire, reconnaissant de voir Ethan essayer comme il pouvait de le réconforter. Clairement, le brun semblait avoir du mal à rassembler ses esprits, complètement assommé par les médocs, mais il ne s’en sortait pas si mal que ça finalement.

« Oui hein, qui voudrait rater une vie de rêve aux côtés d’un ex mafieux ? »

Répondit-il, ne pouvant pas trop s’empêcher de faire appel au sarcasme. Au fond, il savait, ou en tout cas il espérait, que Kuro était bien avec lui, mais il savait aussi que l’aspect « dangerosité » pouvait peser lourd dans la balance. N’était-ce pas pour cela qu’Ellen s’était barrée ? En fait il n’en savait rien. Elle était partie sans rien dire, et lorsqu’il l’avait finalement recroisée, presqu’un an plus tard, ils n’avaient pas tellement eu l’occasion de s’expliquer au milieu des reproches.

Les lèvres du blondinet s’étirèrent un peu au commentaire de son bro. Ethan était trop gentil à chercher l’excuser à tout va. La vérité, c’était qu’il était malgré tout responsable, au moins en partie.

« J’aurais pu me barrer avant, techniquement. J’aurais pu aussi ne pas appuyer sur la détente ou bien viser une zone non mortelle »

Donna-t-il en guise d’explication sur le pourquoi il se sentait coupable. Wunjo n’était pas un sain. Honnêtement, si maintenant il regrettait ses gestes et en faisait même parfois des cauchemars, il n’avait pas souvenir d’avoir été particulièrement dégoûté par ses actes à l’époque. Pour tout dire, il n’avait pas beaucoup de souvenirs tout court de ces épisodes de sa vie, et ça ne lui manquait pas vraiment.

Il colla un bécot sur la mâchoire gauche d’Ethan avant de se laisser retomber comme un patapouf contre lui.

« Je sais que t’es trèèèès ouvert d’esprit et que tu n’aimes pas t’arrêter à ce que les gens ont fait dans le passé, mais tout le monde ne passe pas outre aussi facilement que toi »

Ajouta-t-il, explicitant un peu pourquoi il craignait de faire des révélations à Kuro. Naturellement ce dernier aussi était particulièrement tolérant avec lui, lui pardonnant son ancienne vie de débauche ET de junkie, mais faire face à un meurtrier était d’une toute autre ampleur. Wun se demandait d’ailleurs parfois comment Ethan faisait pour le considérer comme une peluche en sachant le sang qu’il avait sur les mains.

Et lorsque son bro lui répondit qu’il aimait bien quand le plus agé venait l’embêter, le blondinet ne put s’empêcher de plisser un peu les yeux, dévisageant Ethan avec un air dubitatif, ses doigts se crispant un peu sur le sweat que portait le brun.

« Tu aimes bien quand je te fais chier ? T’es sûr ? Même quand je viens te faire chier quand t’es occupé avec ta fiancée ou ton boulot ? »

Demanda-t-il, ayant du mal à croire que son bro puisse se réjouir d’avoir un énième problème à gérer alors qu’il semblait déjà sur le point de se noyer dans les merdes à gérer. Alors certes, son côté control freak devait apprécier d’avoir une vision globale de la situation pour savoir que tout était sous contrôle –ou non- mais … l’américain avait comme tout le monde une énergie limitée qu’il ne pouvait pas diviser à l’infinie pour accorder son aide et son attention à tous ceux qui les lui réclamaient.

Wun ne savait pas exactement l'effet escompté de la liste de tous les soucis dont Ethan devait s'occuper en ce moment - peut être qu'il voulait juste vider son sac après tout- mais ça ne fit que renforcer le blond dans son idée qu'il avait bien fait de ne pas l'accabler avec son petit souci en plus... Même si pour lui c'était très loin d'être un petit souci, plutôt un gros souci dévastateur.

Il haussa les épaules, resserrant son étreinte sur la taille ou le bassin d'Ethan, il ne savait plus trop.

« Mais non ça n'a rien à voir »

Répondit-il à son histoire des golden globe du bro, roulant des yeux pour manifester le fait qu’il trouvait qu’Ethan exagérait.

« T'as le golden globe du mec qui a trop de trucs importants à gérer, j'allais pas te demander de passer la journée à me regarder déprimer et la nuit à me regarder boire alors que t'as déjà l'air  de sacrement manquer de temps et d'énergie »

Et Wunjo n'était pas de ces gens qui balançaient ça dans le seul espoir qu'on lui réponde que si, ça aurait été génial de faire ça. Il n'aimait pas spécialement qu'on s'apitoie sur son sort bien qu'il soit lui-même du genre fataliste et il n'aimait pas faire perdre son temps à ses proches. Surtout aux proches très occupés. Et puis il imaginait mal Ethan dire à sa fiancée : "Bon chérie je t'abandonne quelques jours, démerde toi, j'ai un dépressif sur les bras!". Pas le genre du bro.

Le blondinet esquissa un sourire se recroquevillant un peu contre Ethan pour trouver de la chaleur. Il finit par se redresser un peu pour attraper le plaid roulé en boule sous ses pieds pour le tirer sur eux deux.

« Heureusement que t'as pas le rhume alors »

Répondit-il, amusé à l'idée d'un Ethan se repérant avec son odorat, comme un chien sauvage. Le pauvre bro perdait sa dignité à la vitesse de l'éclair avec l'imagination un peu trop débordante du russe.

« Non »

Répondit lorsqu'il lui demanda si ça dérangeait. Quelle question. Wun qui refusait un câlin c'était ... Wun malade. Encore, il était généralement encore plus en quête de contact lorsqu'il n'était pas bien.

« Et même si ça dérangeait j'aurais pas l'énergie de protester »

Ajouta-t-il avec un sourire fatigué. Sûr que ce n’était pas maintenant que le blondinet risquait de laisser éclater une dispute : il avait à peine la force d’argumenter ou de se plaindre, alors hors de question de se lancer dans des débats. Pas avant un bon rattrapage de sommeil en tout cas, et Ethan semblait merveilleusement confortable en ce moment même dans le rôle du coussin. Le pauvre n’était pas prêt de déguerpir si le russe avait le malheur de s’endormir sur lui.

« Tu dois rentrer vers quelle heure ? »

__________________________________________________


The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Contenu sponsorisé




T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty
MessageSujet: Re: T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]   T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» T'es qu'une aime-air-dé mais j't'inférieur à troiiiis [Ethan]
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» J'aime pas les melons mais j'aime les Meloonettes 8D | End
» " S'il n'y avait personne sur terre, je resterais. Mais puisque ce n'est pas le cas, je m'en vais. ? PRIVATE ~ LILIETH"
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's :: Rp's 2014-
Sauter vers: