₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La porte est bloquée [Akio Kimura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 480
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Dim 28 Juil 2013 - 13:15

Une bien rude journée vient de s'achever, enfin, c'est ce que je me dis depuis mon entrée à l'école, il n'y a pas un jour qui passe sans que je le trouve épuisant, rester assis sur une chaise et écouter la moitié des blablas des professeurs ou encore supporter mes camarades de classe durant la pause déjeuner. Comme à l'accoutumée, après avoir déposé mes affaires dans la chambre que je partage avec...avec je sais pas qui, depuis qu'il s'est installé avec moi, je n'ai jamais pensé à lui demander son nom, on ne se croise presque jamais si ce n'est que pour dormir. Bref, je profite d'avoir fini les cours un peu plus tôt aujourd'hui pour aller à la douche en premier, je n'aime pas trop y aller quand tous les autres arrivent, je déteste le contact humain et ça n'est pas prêt de changer.

Dans une main, je tiens mes habits de rechange, dans l'autre deux serviettes et un produit de douche, j'espère que l'eau va un peu me rafraîchir l'esprit, il fait tellement chaud en ce moment que c'est presque insupportable d'aller en cours. Arrivé à l'étage des douches, je pousse la porte et la referme doucement derrière moi, je scrute rapidement les alentours. Parfait, il n'y a encore personne à part moi. Je pose mes affaires sur le bord du lavabo et commence à me déshabiller, je commence par retirer ma chemise, puis mon pantalon, mon caleçon et enfin mes chaussures avant d'entrer dans ma cabine avec ma serviette et mon gel de lavage.

Mes premiers contacts avec l'eau sont un peu houleux, le choc thermique me fait presque faire deux bonds en arrière tant l'eau est glaciale. J'attends quelques secondes avant de me lancer complètement, le jet est maintenant à la température idéale pour moi, je le laisse filer entre mes cheveux noirs de jais pour qu'il coule le long de mes tempes pour enfin rejoindre ma bouche. Vu de cet angle, on pourrait presque croire à une scène d'un film érotique, mais je vous rassure, il n'y aura rien de tout ça. Je pousse un léger soupir de satisfaction lorsque l'eau tiède atteint mon cou avant de dégouliner le long de ma colonne vertébrale, c'est peut-être difficile à croire mais je pense que l'heure de la douche fait partie des rares moments agréables auxquels j'ai eu droit aujourd'hui.

La douche, c'est l'endroit par excellence où je peux me livrer à des réflexions philosophiques sur le monde qui m'entoure, pourquoi est-ce que la société agit ainsi, pourquoi est-ce que nous avons des étiquettes collées sur notre front par rapport à notre attitude ? Ne sommes-nous pas tous humains ? Pourquoi juger les gens, qui sommes-nous pour émettre un quelconque jugement sur quelqu'un d'autre ? Ah, pendant que l'eau parcoure mon corps, j'aime réfléchir à des choses comme ça et essayer d'imaginer comment je pourrais résoudre ces "problèmes" plus tard. Je ne trouve pas souvent de réponses à mes questions, mais ça ne me frustre pas, on va dire que je fais ça pour passer le temps.

- Je suis vraiment bien là -

Au moment où cette pensée effleure mon esprit, j'entends une porte s'ouvrir dans un grincement assez terrible, puis se refermer dans un grand fracas. Mais qui est donc le crétin qui ne sait pas se servir d'une porte ? Je grogne de mécontentement et pestant - dans ma tête -contre le malheureux qui a osé de retirer mon seul moment de détente solitaire de la journée. Après m'être rapidement savonné, maintenant que je ne suis plus seul, autant ne pas perdre de temps et quitter rapidement cet endroit, je me rince dans la frustration la plus intense que je n'ai plus eue depuis la dernière fois où j'ai eu tout juste la moyenne à un oral d'Anglais.

Je sors de la cabine de douche, la serviette enroulée autour de ma taille et c'est là que je vois le responsable de l'interruption de ma phase de bien-être. Il est blond aux yeux bleus, mesure environ dix centimètres de moins que moi, je le toise d'un regard froid comme la glace puis détourne mes yeux de lui pour me rhabiller. Je constate alors avec désarroi que le coup de vent qu'il a fait entrer en ouvrant la porte comme un imbécile a fait tomber mes affaires. D'ailleurs je me demande, ça fait bien cinq minutes qu'il est entré ici, alors pourquoi est-ce qu'il n'est pas déjà sous la douche ? Faute de trouver une réponse à ma question, j'enfile un T-shirt large mais c'est au moment où je pense à retirer ma serviette que je vois qu'il attend toujours quelque chose.

Qu'est-ce qu'il est énervant avec son air angélique, mais allez bouge quoi ! Je ne vais quand même pas attendre quinze ans pour me rhabiller, oui je suis pudique et je t'emmerde. Pardonnez ma vulgarité, je crois que je vais tout simplement emporter mes affaires et remonter dans ma chambre pour mettre mes vêtements propres s'il reste planté là, il ne doit pas y avoir encore grand monde à l'internat, avec un peu de chance je ne croiserai qu'une seule personne dans le couloir et je n'aurai pas à m'enterrer vivant au Pérou pour échapper à ma honte. Je saisis tout mon barda contre moi et me dirige vers la porte qui...me résiste. J'essaie une seconde fois mais la poignée reste toujours bloquée, je soupire, je n'ai pas envie de faire plus d'effort pour tenter d'ouvrir une porte. Je me tourne vers la seconde personne présente dans la pièce, je n'ai pas le choix, il va falloir que je parle.

« C'est toi qui a bloqué cette porte ? »

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 


Dernière édition par Hisaka Rika le Mar 26 Juil 2016 - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord
Akio Kimura
► Université - Première année
► Université - Première année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 20
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 378

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Jeu 1 Aoû 2013 - 3:33

Il était 17h et les cours étaient finis, j'allais enfin pouvoir passer du temps avec ma sœur. On devait se retrouver à 18 heures dans sa chambre comme on avait l'habitude de faire tous les jours. Comme j'avais une heure de libre chaque fois, j'en profitais pour aller me doucher. Il n'y avait jamais personne à cette heure-là et c'était parfait pour moi parce qu'il m'était impossible de me doucher si je sais qu'il y a quelqu'un dans la même salle de bain. Je sais pas pourquoi mais ça me gênait. C'était embêtant quand on vit dans un pensionnat.

Je passai vite fait dans ma chambre pour poser mon sac et récupérer mes affaires de douche. Je traversai en vitesse le couloir désert pour arriver devant la porte de la salle de bain. J'ai compris que quelque chose clocher avec cette porte parce que j'avais eu du mal à l'ouvrir. C'était louche. C'était un signe qui me disait qu'aujourd'hui il allait se passer quelque chose d'inhabituel.

Après que je sois rentre je refermai la porte derrière moi et une fois encore, elle eut un comportement étrange, elle claqua . Sur le coup je ne compris pas ce qui s'était passé et je n'y avais porter aucun intérêt. Je me rendis compte qu'elle était bloquée que lorsque je voulais quitter la pièce quelques secondes plus tard. Vous vous demandez peut-être pourquoi je voulais partir si vite. Parce que après que le silence était revenu, j'entendis le jet de la douche, ce qui signifiait que quelqu'un était présent et pour une raison que je vous ai expliqué tout à l'heure je ne voulais pas rester ici avec une autre personne. Malgré tous les efforts que j'avais mis la porte ne m'obéissait pas.
Tout en me dirigeant à l'opposer de la porte, je réfléchissais à un nouveau moyen de sortir quand celui que je désirais fuir quitta la douche. La première chose qu'il fit en sortant c'était de me regarder avec un regard froid. Pourquoi ? Aucune idée. Je le fixais à mon tour pour savoir si je l'avais déjà croisé. Un homme brun aux yeux marron qui est plus grand que moi d'une dizaine de centimètres et qui te regarde comme s'il avait envie de te tuer. Hm ? Non ! Je ne l'avais jamais vu sinon je m'en serai rappelé.

J'étais tellement gêné que l'idée de sautais par la fenêtre me vint à l'esprit mais c'était dangereux et en plus je passais pas, elles étaient trop petites. Je me contentais d'observer le sol jusqu'à connaître le nombre exact de carreaux. Je levais de temps en temps les yeux pour voir ce qu'il fabriquer. Le moment où il se dirigeait vers la porte retenue mon attention. Je ne lui avais pas dit qu'elle était coincé parce que premièrement j'osais pas lui parler et deuxièmement j'espère que si c'était lui qui tentait de l'ouvrir elle serait débloquée. Ce raisonnement était idiot pourtant j'aurais aimé qu'il réussit à l'ouvrir. Ayant échoué lui aussi, il me demanda :

« C'est toi qui a bloqué cette porte ? »

Moi, bloqué la porte, pourquoi est-ce que j'aurai fait ça ? Pour l'embêter ? Si c'était pour ça je ne saurais pas rester à l'intérieur avec lui et puis je le connais pas ce mec. J'ai plein d'autre raison qui fait que je ne suis pas coupable de cette porte impossible à ouvrir mais si je lui les citais tous, je passerai trois heures dessus et je ne voulais pas être en retard aux rendez-vous avec ma sœur. Je préférais lui répondre simplement.

" Non ce n'est pas moi, quand j'ai voulu ressortir elle était déjà bloquée "

Avant de se concerter pour régler le problème je me tournai face au mur et lui proposa à demi-voix.

" Tu ne voudrais pas finir de t'habiller ? "
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 480
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Jeu 1 Aoû 2013 - 16:09

J'aurais pourtant dû deviner que c'était trop beau pour être vrai, cette occasion de prendre une bonne douche sans avoir à être gêné par les autres lycéens je veux dire, je pousse un long soupir exprimant mon désespoir. Me voilà coincé avec ce garçon dans une salle-de-bain, cette situation est plus que louche et même s'il affirme ne pas être responsable de la situation dans laquelle nous nous retrouvons, je ne peux m'empêcher de lui adresser un regard suspicieux. Je ne suis pas du genre à faire confiance aux autres humains qu'à moi-même, si ça se trouve il est venu dans le but de me violer...Argh, mais à quoi est-ce que je suis entrain de penser ? Je secoue la tête de dépit, je vais essayer de ne pas émettre des conclusions hâtives, je risquerais de nous mettre encore plus mal à l'aise que nous ne le sommes déjà.

Il n'a pas vraiment la tête de quelqu'un qui ferait volontairement du mal, c'est même plutôt agaçant de voir qu'il existe sur cette terre, un garçon avec un air aussi bienveillant, ça me...fait peur. Je fais un pas en arrière, mon corps a bougé tout seul, comme s'il cherchait à s'enfuir. Malheureusement, aucune issue n'est disponible, et c'est bien trop épuisant d'essayer de défoncer la porte. Soudainement, il se tourne de manière à se mettre dos à moi en me demandant, d'un air timide si je ne voulait pas plutôt finir de m'habiller. Je sens une vague de chaleur monter en moi, c'est vrai que je suis toujours en serviette, j'avais complètement oublié ce détail avec cette histoire de porte.

« Ou-oui...Tu as raison, ne regarde pas hein. »

Si jamais on nous retrouve alors que je suis entrain de m'habiller, les gens risqueraient de s'imaginer des choses et malheureusement, les rumeurs circulent très vite dans cet établissement où ragots et potins sont à l'honneur. Je veux simplement continuer d'être l'élève effacé que je suis depuis toujours, je veux que personne ne se rappelle de mon nom, qu'on m'oublie, je ne veux pas être la cible de moqueries comme ça a déjà failli être le cas. Alors que le jeune homme blond tourne toujours la tête, je retire ma serviette et enfile rapidement mon boxer propre, j'attrape sans tarder mon pantalon noir et, au moment où j'enfile mes chaussures, je lui déclare que je suis prêt.

« C'est bon, tu peux te retourner. »

Je finis de nouer mes lacets et me redresse, l'espace dans lequel nous sommes est vraiment restreint, qu'est-ce que je peux faire ici à part attendre ? Je me dirige vers le fond de ma pièce où je trouve un petit tabouret où je prends place et me mets face au blondinet pour prendre le temps de l'examiner de la tête aux pieds. Une fois mon analyse terminée, je le regarde en fronçant un peu les sourcils, je me demande pourquoi est-ce qu'il reste inerte comme ça, en vue de sa présence ici, des affaires qu'il tient dans sa main...Il devrait aller se laver non ? Mais je n'ose pas vraiment lui poser la question, mon côté froid et solitaire ressort, je ne ressens aucun besoin de parler à ce type alors pourquoi est-ce que je devrais le faire ?

Mes mains se crispent sur mon pantalon, combien de temps va-t-il s'écouler avant que quelqu'un vienne enfin à notre secours ? Je lance un coup d'oeil sur ma montre, 17h10. Les premiers étudiants arrivent en général vers 18h, après avoir dit au revoir à leurs amis pour la nuit, je vais donc encore patienter 50 minutes...C'est long, c'est une pure perte de temps. Enfin, je ne suis pas le seul dans cette situation et ça me gêne moins de savoir que je ne suis pas celui qui a déclenché cet événement. Alors que le silence s'installe entre nous, je me racle la gorge en essayant de faire disparaître la tension qui règne entre nous deux, il va peut-être falloir que je parle.

« Tu ne vas pas te doucher ? »

Depuis quelques temps, j'essaie de parler avec plus d'assurance, de faire comme si j'étais un adolescent ordinaire, je suis plutôt fier de moi, je réussis à m'exprimer avec un inconnu comme interlocuteur, le tout sans trop balbutier. Néanmoins, j'ai toujours du mal à affronter le regard des autres, je trouve les yeux si pénétrants, j'ai peur qu'ils lisent en moi comme dans un livre ouvert. Ce n'est donc pas très étonnant que je regarde le plafond à l'instant où je parler, un jour j'arriverais peut-être à dissimuler entièrement ma gêne.

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord
Akio Kimura
► Université - Première année
► Université - Première année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 20
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 378

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Dim 17 Nov 2013 - 19:03

Désolé pour le temps d'attente. J'essayerai d'aller plus vite !

« Ou-oui...Tu as raison, ne regarde pas hein. »

Bien sûr, je n'allais pas le contempler, à quoi pensait-il ? Pourquoi j'aurai fait ça ? J'avais déjà du mal à le regardait alors le faire pendant qu'il se changeait, ce n'était pas près d'arriver. Cette situation était très gênante. J'essayais d'oublier tout ce qui se passé en fixant le mur et en révisant mes conjugaisons de français. Je les récitais dans ma tête, j'attendais qu'il me donne le signal pour que je puisse me retourner. Il n'avait mis que quelques secondes pour enfiler ses vêtements pourtant j'avais l'impression que des minutes s'étaient écoulées. Après que j'ai récité le verbe Chanter au passé simple et à l'imparfait, le garçon finit par dire ce que j'attendais :

« C'est bon, tu peux te retourner. »

Je me retournais et le regardais pendant qu'il laçait ses chaussures. Je me sentais mieux, maintenant qu'il était habillé je pouvais lui parler normalement. Le voir qu'avec une serviette me mettais mal à l'aise et m'empêcher de faire sortir correctement des sons de ma bouche, comme il ne la plus tout était redevenu normal. J'arrivais aussi à faire fonctionnait mon cerveau pour essayer de trouver une solution à notre problème de porte. Alors que moi je cherchais à quitter cette pièce, l'autre garçon n'avait pas l'impression de le faire aussi. Il s'assit et me dévisagea, il ne faisait rien d'autre que me regardait bizarrement. Après un silence interminable, il finit par me dire :

« Tu ne vas pas te doucher ? »


j'avais presque oublié ce détail qui était important, c'était quand même la raison pour laquelle j'étais venue. Je n'aimais pas me doucher quand il y avait d'autre personne dans la même pièce que moi, mais vu qu'il ne pouvait pas sortir d'ici, je n'avais pas trop le choix. J'aurai pu attendre que la porte soit décoincée, mais les autres allaient sûrement arriver juste après, que ce soit lui ou d'autre garçon, c'était du pareil au même.
Je m'approchai de l'une des douches et je lui répondis :

«  Oui  j'y vais ! »

Je rentrai dans la douche et fermai la porte avec le verrou après mon passage. Je me déshabillai à l'intérieur, à l'abri de son regard. Une fois dénuder, j'ouvris l'eau chaude, la laissant se déversait sur moi. Elle arrivait à me détendre, je poussais un soupire d'aise. Après que l'eau chaude m'avais complètement mouillé, je savonnais soigneusement ma touffe de cheveux blondes. Alors que j'allais comme à mon habitude commençais à chanter tel un chanteur qui donne un concert, je me rappelais que je n'étais pas seul dans cette pièce. L'autre garçon qui attendais à quelque centimètre devait s'ennuyer. Pour que je puisse le connaître un peu mieux et l'occuper aussi, je commençais à le questionner en espérant que ça le gêne pas :

«  Je ne me suis pas présenté, je m'appelle Akio Kimura et toi ? »
 
J'avais réussi à parler assez fort pour qu'il m'entende et me comprenne. Le bruit de l'eau qui coulait ne faisait plus obstacle. En attendant sa réponse, je rinçai mes cheveux pour leur enlever tout le savon qui résidait entre toutes ses mèches.

__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 480
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Mar 3 Déc 2013 - 17:17

Une fois habillé, je me sens déjà un peu plus à l'aise avec le garçon qui me fait face...Enfin, c'est relatif, c'est quand même très gênant de se retrouver avec quelqu'un dans une salle de bain dont la sortie est bloquée. Heureusement - gros coup de chance d'ailleurs - ce sont des cabines et non pas ces douches communes comme on en voit à la piscine là, je n'imagine pas l'embarras que cela aurait été de voir quelqu'un complètement nu devant moi. C'est vrai quoi, dans ma famille est assez prude de nature, bon ma soeur est une exception puisqu'elle a un penchant un peu exhibitionniste une fois qu'elle a un peu d'alcool dans le sang - d'après ses amis, je ne suis pas témoin - enfin bref. Surpris, je lui avais demandé s'il ne se douchait pas - au cas contraire, je lui aurais demandé la raison de sa présence en ces lieux - puis lorsqu'il m'avait confirmé son action, je me suis senti un peu mieux, un peu comme si je pouvais rayer la mention "VOYEUR PERVERS" qui trônait dans mon esprit depuis que l'on s'était retrouvé enfermés ensemble.

Le blondinet s'approprie de la cabine quelques secondes après avoir affirmé être venu ici pour effectuer sa toilette quotidienne - ou hebdomadaire voire mensuelle si vous êtes un peu crade - et à ce moment là, je me laisse glisser le long du mur humide qui se trouve derrière moi, j'ai un instant de répit le temps qu'il se lave, un petit moment pour essayer de trouver un échappatoire et éviter de me retrouver face à lui au moment où il s'habillera - quoiqu'il pourrait très bien le faire dans sa cabine à l'abris de mon regard, mais j'ai comme un doute sur le fait qu'il exécutera cette petite faveur pour moi - et cela me frustre car je ne trouve rien qui puisse me permettre de quitter cette salle de bain sans défoncer la porte.

Ah, si seulement tout était aussi simple que dans les mangas, jeux vidéos ou encore animés que j'ai pu tester depuis mon enfance ! Si j'étais un héros de RPG, il y aurait forcément un item caché dans la pièce qui me permettrait de partir dans un délais imparti, si j'étais le personnage principal d'un manga ou d'une série d'animation, j'aurais eu des amis qui me seraient venus en aide mais là...Je sors mon téléphone portable de ma poche et consulte mon répertoire pour y admirer le néant de ma vie sociale...Papa, Maman, Yuuko, Kaspar sont les seuls contacts enregistrés dans mon cellulaires et aucun d'eux n'est apte à me porter secours.

En plus, je suis sûr que si ma grande soeur venait à en apprendre la situation, non seulement elle ne me viendrait pas en aide, mais comme si ça ne suffisait pas, elle se moquerait de moi. Je me jure ainsi à moi-même de ne jamais lui parler de cette horrible de journée...Quoique ça aurait pu être pire. Je jette un coup d'oeil hâtif vers la cabine où se trouve le garçon, on lui donnerait le bon Dieu sans confession à ce petit, ça aurait pu être un pervers...gay...ou un membre du personnel pédophile. Ah décidément, j'ai l'imagination fertile aujourd'hui. J'aurais pu rester des heures à émettre des suppositions sur une journée qui serait pire que celle que je suis en train de vivre, mais il semblerait que le type de la douche ne soit pas de cet avis là.

Le silence n'aura pas duré bien longtemps, il n'aura pas fallu plus de cinq minutes pour qu'il m'adresse la parole, comme si devoir supporter cette situation n'était pas suffisant. Mince alors, je suis déjà assez gêné comme ça, pourquoi est-ce que l'on m'oblige encore à parler ? En plus il se présente et me demande d'en faire de même, mon teint rosit légèrement, moi qui voulais que cela reste anonyme, j'espère qu'il n'ira pas raconter des bêtises plus loin sur moi, et sur ce qu'il s'est passé dans cette salle de bain...PARCE QU'IL NE S'EST RIEN PASSE TOUT SIMPLEMENT. Bon, il faudrait que je songe à me calmer et que je lui réponde sinon je vais de nouveau passer pour un rustre mal élevé.

« Je m'appelle Hisaka...Hisaka Rika. »

J'avais hésité à lui donner mon nom de famille, avec un peu d'espoir il y avait un autre blaireau qui s'appelait "Hisaka" dans le bahut et si jamais des rumeurs se propageaient, personne n'aurait jamais su que c'était moi. Quoiqu'il en soit, je suis plutôt fier de moi, à croire que sans le contact visuel avec mon interlocuteur, je m'en sors plutôt bien pour ne pas bégayer. Malheureusement, je ne peut pas envisager de rester toute ma vie planté là et baisser les yeux à chaque fois que l'on m'adressera la parole. Je ne compte pas en dire plus sur moi, c'est pour cela que ma présentation se finit dans une tonalité assez descendante, histoire de faire comprendre au dénommé Akio que la conversation s'arrête ici pour moi...Mais bien évidemment, monsieur n'a pas compris où je voulais en venir, c'est terrible quand les gens ne comprennent pas vos sous-entendus.

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord
Akio Kimura
► Université - Première année
► Université - Première année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 20
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 378

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Mar 16 Fév 2016 - 16:29




« Je m'appelle Hisaka...Hisaka Rika. »

Akio ne s'attendait pas à ce qu'il réponde, ce garçon avait l'air d'être quelqu'un de plutôt discret et solitaire. Sa voix raisonnait comme calme et douce dans les oreilles du blond. Il aimait bien observer les gens, essayer de les comprendre mieux pour rendre leur rencontre un peu plus agréable. Il avait pris de la distance avec la situation dans laquelle il était et il en avait conclu que discuter avec quelqu'un pendant qu'il se douchait n'était pas un contexte très favorable à un sentiment d'aise...

L'eau chaude permettait au blondinet de réfléchir un peu. Il se questionna sur deux sujets, Comment être moins gêné avec Rika et comment allait-il faire pour se sortir d'ici. Il commença par la deuxième question. Il pouvait donner des coups de pied dans la porte jusqu'à qu'elle finisse par s'ouvrir ou appeler Jun pour qu'elle vienne au secours de son frère. Mais, demander de l'aide à sa sœur était un peu embarrassant. Il pouvait donner des coups de pied dans la porte jusqu'à qu'elle finisse par s'ouvrir ou appeler Jun pour qu'elle vienne au secours de son frère. Il imaginait déjà sa jumelle en train d'expliquer à tout le monde comment elle a aidé son frère à s'échapper de la salle de bains et Akio n'avait pas envie que tout le monde soit au courant. Puis Hisaka était probablement d'accord. Demander de l'aide à un autre élève de l’académie était une mauvaise idée. Il avait fait son choix, il allait utiliser la force pour sortir.

Se laver était un moment de détente habituellement, mais Akio voulait juste terminer le plus vite possible pour sortir de là. Il se savonna le corps rapidement et se rinça. Il était hors de question qu'il s'habille devant Hisaka donc il allait devoir s'organiser pour mettre ses vêtements directement dans la cabine de douche. Lorsque plus aucune mousse de savon n'était sur son corps, il coupa l'eau et attrapa la serviette. Il s'essuya énergiquement puis il la posa sur le sol pour éviter de se salir les vêtements. Il était soulagé, il n'avait plus aucune raison d'être paniqué. Notre blondinet était quelqu'un d'assez pudique et l'idée d'avoir le regard d'Hisaka posait sur son corps nu l'horrifier. Maintenant que le passage de la douche était terminé, il se sentait déjà mieux. Il ressortit de la cabine de douche déterminer.

À l'extérieur, il se tourna vers le brun qui était encore là. Il lui lança un petit sourire pour réchauffer l'atmosphère de cette salle de bain humide. Il ne pouvait pas lire dans ses pensées, mais peut être était-il un peu plus détendu qu'auparavant. Il tourna le dos à Rika et fixa la porte intensément.

«  Hum....Rika-san ! Permettez-vous que j'entraîne mes coups de pieds sur cette porte ? »

C'était la seule solution qu'Akio avait trouvée, il espérait quand même que personne ne le remarque, il n'avait pas envie de se faire punir pour ça. Il pouvait toujours, même si ce n'était pas très juste, faire porter le chapeau sur une racaille du dortoir. Après tout, les intello sont des élèves sages.



__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 480
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Lun 22 Fév 2016 - 22:04

C’est quand on a le plus besoin d’une pince à cheveux pour crocheter la serrure comme dans les films que l’on en a pas sur soi. Oh…Attendez deux secondes, je n’ai jamais eu les cheveux assez longs pour avoir besoin d’un bout de fer de ce genre. Enfin, c’est donc à ça que je suis destiné ? Croupir dans une salle de bain commune humide – non, je n’exagère pas du tout ? Cela ne fait que quelques minutes que je me suis résolu à m’asseoir près des lavabos en attendant que l’autre garçon aux airs de shotacon sorte de sa cabine, histoire de réfléchir à une solution ensemble. J’ai bien essayé à maintes reprises de forcer la porte en appuyant sur la poignée de porte, sans réussir une seule fois à ne serait-ce que l’entrouvrir. Hélas, à moins qu’une tierce personne vienne nous porter secours, je crains que l’unique solution soit de défoncer cette maudite porte, tant pis les dégâts matériels, mon assurance servira à quelque chose pour une fois.

Le temps s’écoule lentement, le bruit des jets d’eau s’écrasant dans la douche du lycéen se font de plus en plus lointains et bientôt l’humidité de la pièce aura entièrement pénétré ma chemise. Ne colle-t-elle déjà pas plus que lorsque je l’ai enfilée en sortant moi-même de la cabine ? Les secondes sont des heures, et je dois avouer que je commence à m’impatienter. Je sors mon téléphone de ma poche de temps en temps, fixant l’écran avec une lueur d’espoir dans les yeux, mais aucune alerte de nouveau message ne vint, seule la plus grande aiguille de l’horloge digitale continuait son chemin, tant bien que mal. Un soupir plus tard, ma messagerie ouverte – puis fermée – pour la dixième fois, la situation n’a toujours pas changé. Agacé, je me lève et commence à faire les cent pas dans la salle d’eau. N’y-a-t-il pas un autre élève venant de l’extérieur qui aurait envie de prendre sa douche maintenant ? Je m’ennuie tellement que j’en arrive à passer mes doigts sur la buée qui recouvre les miroirs de la salle de bain des garçons. Je commence par faire de petits dessins avant de me lasser, beaucoup trop vite à mon goût. Combien de temps compte-t-il prendre pour se savonner et se rincer ? Dans une tentative désespérée de faire changer les choses, je m’adosse mollement contre la porte tout en forçant sur la clenche.

Clac !

Fit l’une de mes articulations en vue de la pression infligée dessus lors de l’effort un peu trop intense pour elle. Et me revoilà à la case départ. Tout à coup c’est le changement de situation. Etant trop occupé à essayer de sortir de cet endroit, j’en avais presque oublié la présence du jeune homme sous la douche et par conséquent, je n’avais pas entendu couper l’eau et s’habiller. Je ne sais pas vraiment si je dois être soulagé de le voir sortir sans avoir essayé de m’embarquer dans une aventure bizarre, mais à tout hasard je préfère ne pas lui sourire afin de lui montrer que je n’éprouve aucune sympathie à son égard. Après tout, c’est un peu de sa faute si nous en sommes arrivés là. L’attention du blond se porte alors sur l’élément perturbateur de la journée, entrant ainsi dans une phase de fixation intense. Peu de temps après, il se retourne vers moi, l’air parfaitement calme et me demande…s’il est d’accord pour que je le laisse s’exercer aux coups de pieds sur la porte. Bon sang, s’il est capable de défoncer la porte par je ne sais quel miracle, pourquoi est-ce qu’il ne l’a pas fait AVANT d’entrer dans la douche ? Ce ne serait pas – par le plus grand des hasards – du foutage de gueule de me laisser attendre sagement son retour au lieu de débloquer tout de suite la situation ?

« Euh. Oui, pas de problème. Mais euh…fais attention quand même. »

Lâcheté quand tu nous tiens. Je n’ai pas eu le courage de lui dire le fond de ma pensée, de peur qu’il finisse par changer d’avis et nous laisse dans cette situation. Quoiqu’il en soit, j’en ai assez vu pour aujourd’hui. L’air las, je tire doucement sur le col de ma chemise qui adhère beaucoup trop à ma peau à mon goût. Fais vite et ne te blesse pas, que je n’aie pas encore à te ramener à l’infirmerie après ce malheureux incident. Le regard concentré sur la porte, je mise tous mes espoirs sur les talents du jeune japonais. Que la force de tes senseï soit avec toi. Oh, à ce sujet...

« Dis Aki-hm…Kimura-san. Tu sais ce que tu fais, hein ? »

Il fait un sport de combat, n’est-ce pas ?

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord
Akio Kimura
► Université - Première année
► Université - Première année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 20
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 378

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Sam 23 Juil 2016 - 14:40



« Euh. Oui, pas de problème. Mais euh…fais attention quand même. »

Akio avait eu le feu vert, il pouvait commencer à s'exercer sur la porte. Il ne savait pas vraiment de quel danger Hisaka voulait le prévenir. Il ne risquait pas grand chose à part se faire mal un peu au pied. Néanmoins, il gardait son avertissement dans un coin de sa tête. Il respira un bon coup, il était prêt à lever sa jambe pour envoyer la première attaque quand la voix de Rika l'interrompu dans sa lancer.

« Dis Aki-hm…Kimura-san. Tu sais ce que tu fais, hein ? »

Il se tourna vers ce dernier, un sourire aux lèvres. Il n'avait pas l'air très rassuré, mais Akio pensait savoir ce qu'il faisait. La porte ne semblait pas assez solide pour résister à ses coups. Mais est-ce la meilleure solution ? Peut-être fallait-il appeler Jun et attendre qu'elle vienne, risquant d'être découvert et provoquer la moquerie des autres élèves où agir maintenant quitte à se faire punir pour avoir détruit le matériel de l'école. Le blond penchait plus pour la seconde option. Non pas parce qu'il a peur des rumeurs, mais parce qu'il n'avait pas envie d'embêter sa sœur, il préférait que ce soit lui qui l'aide et pas l'inverse, il veut conserver sa fierté de grand frère. Il n'allait pas renoncer.

« Ne t'inquiète pas, ce n'est pas la première fois que j'utilise mes coups de pied hors du dojo ! »

Ce n'était pas totalement un mensonge, il s'était un jour servi de son pied non pas contre une porte, mais contre une autre être humain. Un garçon l'embêtait un peu trop à son goût et il avait fini par craquer, c'était rare venant d'Aki, mais il s'était défendu pour une fois. Le gêneur n'a pas eu de blessure physique, mais son ego en a pris un coup. Aki a regretté de lui avoir fait mal, mais ça lui a permis d'avoir la paix pendant l'intégralité de ses années collège. Il avait agi sans réfléchir ce jour-là et il ne voulait pas recommencer aujourd'hui, surtout si ça peut lui apporter des problèmes. Il avait un plan de prévus.

« Si la porte arrive à s'ouvrir, il faudrait nous enfuir le plus rapidement possible. Personne ne doit nous voir, sinon on risque d'être sanctionné pour la porte. Je ne veux pas tâcher mon dossier scolaire... Du coup, je vais foncer vers ma chambre. Je te souhaite de passer une bonne fin de soirée et au revoir ~ »


Le blondinet ne voulait pas partir s'en avoir prononcé les formules de politesse. De plus, il ne savait pas quand est-ce qu'il allait revoir Hisaka, c'était important de faire ses adieux avant d'entreprendre leur libération. Après avoir fait un grand sourire, il se retourna face à sa cible. Tout dépendait de lui, c'était sa responsabilité désormais.

Il fit un pas en avant et se mit en position d'attaque. Il s'appuya sur sa jambe droite et envoya de toutes ses forces celle de gauche sur la porte. Le coup provoqua un bruit sourd, Akio devait faire vite s'il ne voulait pas que des élèves soit attirer par le son. La première attaque avait juste abîmé le bois, pour en venir à bout, il allait devoir être patient. Sans attendre, il lâcha une nouvelle vague. Deuxième, troisième, quatrième, il s'enchaînait assez vite. Ça marchait, le bois n'était pas assez solide pour résister à la force du blond. On pouvait voir qu'elle était gravement endommagée et à deux doigts de craquer. Il l'acheva avec une dernière vague. Cinquième, sixième, septième et le huitième fut le bon. La porte céda et l'entrée était dégagée pour les deux adolescents. 

«  C'est ouvert !  »  


__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 480
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La porte est bloquée [Akio Kimura]   Dim 24 Juil 2016 - 17:46

Au moins le calvaire aura été de courte durée. Enfin, c’est relatif. Je crois que je ne suis que depuis trente minutes en tout ? Pourtant j’ai l’impression d’avoir patienté pendant plus de trois ans. Je jette un coup d’œil discret en direction du garçon. Pour le moment, rien n’est encore décidé, si ça se trouve je vais juste me retrouver avec un blessé sur les bras. Je déglutis difficilement en m’imaginant la scène. Les surveillants nous retrouveraient, les deux adolescents que nous sommes, seuls dans la salle-de-bain commune et le blond pas en état de marcher. Le rouge me monte immédiatement aux joues – par chance, on peut croire que c’est à cause de la chaleur ambiante – en pensant à ce que les adultes pourraient imaginer. Je secoue la tête pour faire sortir les idées néfastes de mon esprit. Il ne s’est rien passé et il ne se passera rien. Je me racle la gorge, tout va bien.

La voix enfantine de l’autre garçon me sort de ma rêverie. Malgré les apparences, il semble être plus fort que moi physiquement, en tout cas il a la confiance d’un jeune homme sûr de lui. Pour le coup je dois avouer que c’est plutôt rassurant dans ce contexte. Le fait qu’il utilise ses coups de pied en dehors de ses entraînement l’est un peu moins, j’imagine.

Alors que je pensais qu’il allait se mettre immédiatement à la tâche, je l’entends m’adresser la parole une nouvelle fois. Je relève la tête vers lui sans vraiment le regarder et écoute ce qu’il a à me dire par la même occasion. C’est avec soulagement – ou pas – que je vois qu’il a aussi pris conscience des dangers de la situation si l’on venait à se faire surprendre ensemble. Je ne peux d’acquiescer d’un signe de tête en écoutant ses derniers conseils ainsi que ses salutations. D’un geste vif, j’attrape mes vêtements sales, mes serviettes et mon gel douche pour les coller contre mon torse, prêt à m’enfuir. Peut-être que j’ai encore un espoir que ma vie tranquille de lycéen ne s’arrête pas aujourd’hui. Je n’ai jamais aspiré à plus que des moments de paix et de détente. Hélas, on n’en trouve plus beaucoup de nos jours. Et même quand on pense être serein sous la douche, on se retrouve confronté à des situations cocasses. Galère.

« Bonne chance, Kimura-san. »

C'est tout ce que je peux lui offrir en signe de reconnaissance actuellement, de simples encouragements. En signe de respect envers…l’autre élève – j’ignore s’il est mon kouhai ou senpai même si son apparence physique me laisse penser qu’il est plus jeune que moi – je m’incline légèrement vers l’avant. Quand je me redresse, il est déjà en train de marteler la porte de coups de pieds. Je me demande si ça ne va pas attirer la curiosité de quelques passants. L’angoisse remonte tout à coup, j’ai presque envie de lui demander d’arrêter, mais je sais qu’il est déjà trop tard, le quatrième coup retentit, je peux voir la porte céder sous ses pieds. Il n’y a plus qu’à espérer que le champ soit libre derrière l’ouverture, ce serait le mauvais moment pour tomber nez à nez avec un surveillant. Le blond reprend de plus belle et la porte tombe enfin : l’ennemi a été vaincu. Je prends une grande bouffée d’air, soulagé. Nous sommes libres.

On peut dire que je ne suis pas prêt d’oublier une telle soirée, mais ce n’est pas le moment de s’attarder sur le souvenir que cet événement va me laisser. Il faut fuir au plus vite. J’entends à peine son signal de départ, il ne me faut pas plus que ça pour le dépasser par la droite et m’engouffrer dans le couloir désert. Les remerciements attendront un autre jour, si ce dernier existe. Il n’y a rien qui me confirme que je reverrais un jour le garçon aux yeux bleus, rien qui me dit que cette aventure désagréable ne sera qu’un grain de poussière comparé aux événements qui m’attendent. Dans l’immédiat, tout ce qui compte pour la petite personne égoïste que je suis, c’est que je me suis assez éloigné de Kimura pour ne plus m’inquiéter des rumeurs. Arrivé au rez-de-chaussée, je mes jambes cessent de bouger et je peux enfin m’arrêter, souffler. Tous mes muscles sont en alerte, je viens de faire plus d’effort en trente secondes qu’en une semaine de cours.

Aujourd’hui, ma journée fut rude jusqu’à la fin. Je ne devrais pas avoir de mal à tomber dans les bras de Morphée une fois installé dans mon lit. Lentement, j’avance vers ma chambre avec mes affaires contre mon torse. Je sens le regard de plusieurs pensionnaires me coller à la peau. Une partie de moi craint qu’ils savent ce qu’il vient de se passer ou ne vont pas tarder à le découvrir. Bah, on verra bien si mes doutes se confirment dans les jours à venir même s’il n’y a aucune raison que quelqu’un soit au courant. Je pousse la porte de ma chambre étudiante en lâchant un grand soupir. Regard à droite, puis à gauche, personne en vue. C’est l’heure de la sieste jusqu’au petit matin.

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord
 
La porte est bloquée [Akio Kimura]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La porte est bloquée [Akio Kimura]
» [Bloqué] Bateau à Carmin sur Mer
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Pensionnat :: Les Sanitaires / La Laverie-
Sauter vers: