₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le pont

Aller en bas 
AuteurMessage
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 585

KMO
                                   :

MessageSujet: Le pont   Dim 18 Nov 2018 - 17:00

Je tournais tranquillement entre mes élèves. C’était l'un des derniers cours de l'année, avant une pause de quelques semaines jusqu'à la rentrée en Avril. Mais j'avais déjà annoncé que pour ceux qui étaient intéressés, ils pouvaient me contacter par message pour que je continu de faire une ou deux séances par semaine. L'un des autres professeurs avaient lâchés un mot sur les nationaux qui approchaient, et j'avais, semble t'il, un fan club qui était en préparation pour venir me supportait. Eriko, particulièrement, passait son temps a me poser des questions sur le tournoi, sur les participants, sur ma stratégie. Elle était insatiable. Sans parler de Saito qui, lui, semblait attendre a chaque fois le moment des exercices pour tout arrêter et m'en parler. Si ça continuait, tout le dojo allait venir m'encourager, et j'étais mal a l'aise rien que d'y penser.

- Partenaire mixte, mettez vous comme vous voulez, sauf vous deux. Saito et Eriko, vous vous entraînez ensemble.

D'une part parce qu'ils avaient un bien meilleur niveau que les autres, et d'une autre, parce que comme ça ils seraient trop occupé a essayer de soumettre l'autre et de lui faire admettre qui était le meilleur pour s’intéresser a moi. J'avançais tranquillement jusqu'à mon sac et ouvrait la poche intérieur. Il était dix-huit heure passé, soit bientôt l'heure d’arrêter. Mais j'avais un message. C'est vrai que j'avais un line maintenant. Je ne m'y étais toujours pas fait. Avant je n'avais pas pris la peine de m'y intéresser parce que je n'avais quasiment personne qui pouvait m'envoyer des messages. A part Mika. Mais elle préférait m'appeler pour m'hurler dans les oreilles.

C’était Misuzu. La scène de notre dernière rencontre était encore fraîche dans ma tête, une semaine tout au plus, et je ne lui avais pas trop parlé depuis. Elle etait très occupée avec ses révisions, sans doute, et moi, de mon coté, avec mes....hum....entraînement. On ne peux pas dire que j'étais très studieux ces derniers temps. J'ouvrais le message en question et plissait les yeux. Une invitation. Le plus grand pont. Dix neuf heure. Je me sentais soudainement assez inquiet. Elle n’était pas du genre a m'inviter comme ça. Elle avait sans doute un problème. J’espérais juste que ce n'en était pas un gros. Ou alors elle voulait juste me voir ? Dans tout les cas, je n'allais pas la faire attendre.

- Bon, on arrêtes la, tout le monde dehors, je dois y aller.

Il y eu un concert de protestation, mais finalement la plupart écoutèrent. J'eu juste un peu de mal a pousser Eriko vers les vestiaires, elle qui voulait toujours plus, mais finalement, convaincue par l'une de ses amie, elle capitula. Le temps qu'ils se changent, je rangeais le maigre matériel et me changeais aussi rapidement. Ou plutôt, j'enfilais un pull par dessus ma tenue, histoire de ne pas avoir l'air trop débraillé. En même temps, c’était bien dans cette tenue que j'avais l'air d’être le plus....moi. Tout le monde sortaient les uns après les autres, et je passais en dernier, refermant la porte derrière moi.

- Bon, prochaine séance après-demain, ne faite pas d'effort pour ne pas surcharger, vous êtes jeunes encore. Surtout toi Eriko, ne va pas faire je ne sais quoi d'idiot pour finir par te blesser.


Elle rougit un peu et n'ajouta rien, et tout le monde me remercia, comme d'habitude. Bientôt, il n'y avait plus personne, et je me mettais moi même en route. Ca devait faire un an que je la connaissais maintenant. Un peu plus, un peu moins ? Tout ça grâce a cette histoire de cérémonie du thé. C’était vraiment idiot, en fait. J'aurais peut être du l'envoyer bouler. Mais je ne savais même plus pourquoi je l'avais simplement écouté me passer un espèce de savon, et en disant que je devais absolument revenir. Ça c’était passé comme ça ? Je n'étais même plus vraiment sur, tout ce que je sais c'est que je n'étais pas revenu. Et que je l'avais recroisé plus tard a son konbini, puis au temple. Puis le voyage, et la, j'avais eu un genre de déclic. Difficile a exprimé. Il s'etait vraiment passé quelque chose.

J'arrivais dans le parc. Le plus grand pont donc. Pas difficile de le trouver, vu que la majorité était des petits permettant juste de passer sous des obstacles d'eaux d'un ou deux pieds de long. Pour éviter de devoir sauter au dessus. Mais le grand était sans doute plutôt pour passer au dessus d'un court d'eau. Je tombais dessus rapidement, et j'essayais de m'arranger un peu les cheveux. J'aurais du prendre une douche, mais en même temps, j'aurais tais en retard sinon. J’espère qu'elle n'allait pas trop m'en vouloir d’être tout débraillé. J’espère qu'elle allait bien.

Je la voyais finalement, sans savoir si elle m'avait vue de loin ou non. J'approchais doucement en constatant qu'il n'y avait pas grand monde autour de nous. Vu l'heure, les gens commençaient a rentrer. Je commençais a grimper le pont de bois, pour la rejoindre. Tiens, c’était peut être le moment de lui proposer pour le tournoi ? Enfin, il fallait que je m'assure qu'elle n'avait pas de problèmes, déjà. J'arrivais a sa hauteur.

- Misuzu-san, tout vas bien ? Désolé pour le retard, je suis venu dés que j'ai vu ton message. Tu as un soucis ?

J'avais sans doute le visage légèrement trop crispé pour être rassurant, et j'essayais de le délasser. J’étais la pour l'aider, pas pour l’inquiéter encore plus. Mais en demandant directement, au moins nous pouvions éclaircir le sujet.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Misuzu Watanabe
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 21
Adresse : À l'internat.
Compteur 128

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le pont   Jeu 6 Déc 2018 - 1:58




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
satoshi // misuzu

le pont.

   
Je tente de garder ma respiration alors que j’attends sur le grand pont en bois dans le Jardin des secrets. C’est un nom ironique pour cet endroit, quand on sait que je m’apprête justement à divulguer un secret que je garde en moi depuis quelques temps maintenant. J’avais passé la journée quelque part entre rêvasserie et réalité, sans parvenir à me concentrer sur mes cours ou mes révisions, mon esprit dérivant sans cesse sur ce que j’allais lui dire. Satoshi-kun. C’est un garçon assez étrange, mais je crois que c’est quelque chose que j’aime bien, en fait. Une fois mes cours finis, je suis rentrée dans ma chambre étudiante, j’ai pris un bain, me suis lavé les cheveux, et j’ai passé une tenue, hésitant entre plusieurs possibilités. Une fois la décision prise d’éviter le style uniforme, peu approprié pour un événement dans ce genre, le champ des possibles s’est réduit pas mal. J’ai tenté une robe avec des talons avant d’abandonner. Trop habillé. Trop féminin, trop… différent de ce que je fais d’habitude. Le kimono étant aussi hors de question, j’ai fini par opter pour un jean sombre, des boots, et un pull noir à col montant. Par dessus, un manteau léger et une écharpe fine juste pour me protéger du vent encore frais de ce milieu de mois de mars. Après une tentative ratée de maquillage sophistiqué menant presque à une crise de nerfs, je me suis contentée d’appliquer les mêmes produits que d’habitude. Crayon à sourcil, mascara, un peu de khôl, poudre, blush. Juste du baume à lèvres, les couleurs flashy ou sombres ne me paraissant pas vraiment idéales avec mon teint probablement fatigué. Je fais un peu plus d’effort que d’habitude, mais pas tellement. Si le maquillage était mon domaine de prédilection, ça se saurait.

J’avais envoyé un message à Satoshi, lui donnant rendez vous dans ce fameux jardin, sur ce fameux pont, à dix neuf heures. Mon cœur battait déjà à toute vitesse en tapant les caractères sur mon téléphone, et j’hésitais plusieurs minutes avant d’appuyer sur la touche « envoyer ». À quand remontait la dernière fois où j’avais dit ce genre de choses à quelqu’un moi ? Bon dieu, dans quoi est-ce que je m’embarquais ? J’allais sans doute tout gâcher entre nous. Il ne me voyait probablement pas du tout comme ça. J’hésitais à décommander ou même à ne pas me rendre au lieu en question. Finalement, je me faisais violence, attrapant mon sac à dos et mes chaussures avant de claquer la porte de ma chambre pour quitter la résidence. Le temps que j’arrive au parc, la nuit commençait déjà à tomber. Je prenais le temps d’observer un peu les premières fleurs de cerisier qui commençaient à s’ouvrir, un peu en avance sur leurs congénères, de ce qu’il me semblait. Peut être que le climat était un peu différent à Keimoo qu’à Tokyo. Je ne pouvais pas m’empêcher de tripoter nerveusement mon écharpe d’une main alors que j’attendais Satoshi en observant le parc, l’autre main posée sur la rambarde du pont. L’endroit commence doucement à se déserter, et alors que je suis des yeux un groupe de femmes en tailleurs, j’entends des pas qui se rapprochent sur les planches en bois du pont. Je me retourne immédiatement pour faire face à Satoshi. Il porte sa tenue d’art martial habituel, avec un sweater par dessus. Ses cheveux sont légèrement ébouriffés et je sens déjà le rouge qui me monte aux joues. Il est vraiment beau, et le voir comme ça me fait perdre pas mal de mes moyens. Néanmoins, quelque chose m’interpelle. Il a l’air vraiment crispé. Oh, non. Je l’ai ennuyé à le faire venir ici. Il était certainement occupé. Ou alors je l’ai inquiété. Il m’interroge pour savoir si j’ai un souci et je secoue la tête en regardant mes pieds.

J’ai eu tort de lui demander de venir. Je ne peux pas lui dire ce que je ressens. Ça va tout gâcher entre nous. Il ne voudra probablement plus me parler après ça. Il vaudrait sûrement mieux que je me taise. Mon cœur se ratatine dans ma poitrine, mais je me ressaisis. J’ai pris une décision, bon sang. Il est temps de l’assumer. Je mens très mal de toute façon et j’aurais certainement pas mal de difficultés à trouver une excuse convenable. « Ah, Satoshi-kun. Konnichiwa. » J’ai du mal à aligner deux mots ou à respirer convenablement. « Tout va bien, désolée, je voulais pas t’inquiéter… » Je suis certainement rouge cerise à l’heure actuelle. « Si je t'ai demandé de venir, c'est parce que j'ai quelque chose à te dire, en fait. » Respire, Micchan, respire. Tout va bien se passer. C’est extrêmement difficile de forcer mon cerveau à fonctionner alors que tout ce qu’il m’envoie, c’est des grésillements et de la panique. Bon dieu. Il faut que je respire. Je lève les yeux vers lui l’espace d’une seconde et détourne le regard presque immédiatement. « Alors voilà… » Je débute, mais j’hésite. Il y a peu de chances qu’il ressente la même chose pour moi que moi pour lui. Il vaudrait sûrement mieux faire machine arrière tant que je le peux encore. Je déglutis avec difficulté en observant le parc alentour. Il n’y a presque plus personne maintenant et la nuit a déjà bien commencé à tomber.

Quelques pétales de cerisiers tombent autour de nous et dans l’eau, même si ça n’a rien à voir avec la pluie de fleurs que ça peut être en avril. « Euh, ça fait quelques temps qu’on se connaît maintenant… » Je m’enfonce. Clairement, je m’enfonce. J’essaie de gagner du temps, je suppose, reculer pour mieux sauter, mais je ne fais qu’augmenter encore mon niveau de stress. Okay. J’inspire profondément, je ferme les yeux, les rouvre. « Au début je te trouvais un peu bizarre. Et puis, j’étais fâchée à cause de ce stupide club de cérémonie du thé. » Je ne serai jamais bonne en cérémonie du thé. Tant pis. L’année à venir je changerai de club, je suppose. Bref, pourquoi je commence à penser à ça moi ? « Mais après ça, j’ai appris à te connaître. » Bon sang, il va me rejeter. Ça va être l’humiliation. Mais il est trop tard pour s’arrêter maintenant. « Et, euh… » Mon cœur bat si fort dans ma poitrine que j’ai l’impression qu’il va à tout instant briser mes côtes pour s’échapper de ma cage thoracique. Je tortille le coin de mon manteau entre mes mains tremblantes. « Euh, en fait, avec le temps… » Respire, Misuzu, respire. « …Ben… Je crois que je suis tombée amoureuse de toi, en fait. » Bordel. C’est dit. J’ai juste l’impression d’être une condamnée à mort déjà allongée sur le billot et qui n’attend que le coup de hache fatidique. Je glisse juste un regard vers Satoshi, le reste de mon corps totalement et absolument paralysé par la trouille.

love.disaster


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10978-watanabe-misuzu-broken-crayons-still-color-mei#233553 http://keimoo.forumactif.com/t10980-livret-scolaire-watanabe-misuzu
 
Le pont
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pont de la constitution a VENISE
» Inauguration du Pont sur la Rivière Pendu
» Il suffit de passer le pont...
» le pont de singe
» Sous le pont qui, lui, ne s'écroulera jamais [PV Hans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Hiryuu :: Jardin des secrets-
Sauter vers: