₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans des circonstances plus réjouissantes... [PV Satoshi et Ayame]

Aller en bas 
AuteurMessage
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 50

MessageSujet: Dans des circonstances plus réjouissantes... [PV Satoshi et Ayame]   Dim 26 Aoû 2018 - 2:32

Face à la réponse de Satoshi, Viggo haussa les épaules et le laissa répondre au téléphone avec le dénommé Ryu. Après un bref échange à propos d’un rendez-vous au port, le soir il revint à lui et lui ordonna de rassembler ses affaires. Il pianota sur le téléphone et laissa un bref message pour signaler leur arrivée imminente. Le suédois secoua la tête :

« -Il ne reste que les affaires de Takeshi. »

Les siennes étaient maintenant dans une petite maison, située sur le bord de mer, non loin de la ville. Il avait fait venir des meubles lors de la période de deuil afin d’occuper son temps et il ne lui restait plus que quelques cartons à déballer, chose qu’il ferait probablement en rentrant s’il ne parvenait pas à retrouver le sommeil. Maintenant que les cendres de son ami reposaient six pieds sous terre, il n’avait plus aucune raison de dormir dans l’appartement du défunt. Il rejoignit Satoshi dans le couloir alors que ce dernier lui expliquait qui était ce fameux Ryu.

« -J’imagine que ce n’est pas la seule personne de ce genre avec qui tu es en bons termes, fit remarquer Viggo en descendant l’escalier avec lui. »

Arrivés à la voiture de Satoshi, ce fut ce dernier qui prit le volant, cette fois. Viggo ne protesta pas et rejoignit la place passager en remettant ses gants dans les poches. Il préférait toujours être celui qui conduisait, mais il ne s’agissait pas de sa voiture, alors il n’était pas vraiment en position de décider. Pour tromper l’absence de volant entre ses mains, il observa la ville défiler à travers la vitre, un coude sur la portière, la main sur le bas du visage. Ses yeux restaient figés, comme si son regard fixait quelque chose d’invisible qui suivait la voiture, au lieu de glisser sur plusieurs points fixes le long de la route comme le faisaient la plupart des gens qui observaient un paysage défiler.

Il pensait toujours à Takeshi et essayait de deviner ce qu’il avait bien pu lui cacher. Depuis combien de temps était-il impliqué et pourquoi ? Le suédois essaya de chasser tout cela de sa tête le temps du trajet, histoire de tenir jusqu’à chez Jonathan et Ayame. Mais quand ce n’était pas Takeshi, il pensait à sa famille : qu’auraient-ils pensés du fait qu’il se lance dans cette enquête ? L’auraient-ils approuvé ? Ou au contraire, l’auraient-ils dissuadé ? Même pour lui, cela était difficile de répondre. De toute façon, ils n’étaient plus là pour l’approuver ou le réfuter : ils ne revenaient seulement que  lorsqu’il était seul, afin de lui rappeler et de lui faire ressentir encore plus cette absence, ce vide impossible à combler auprès de lui.

La voix de Satoshi l’avait soudainement arraché à ses pensées. Il se tourna vers lui et écouta la remarque qu’il avait à lui faire à propos de son couteau. Un conseil à propos de combat ? Tiens, étrange comment l’histoire se répétait, dix ans plus tard…

« -Je vois que certaines choses ne changent pas, dit-il en notant le conseil dans un coin de sa tête. »

Ils s’arrêtèrent dans une rue devant un imposant portail qui lui rappela celui d’une propriété qu’on lui avait suggéré d’acheter, avec l’argent qu’il gagnait lorsqu’il courait encore en Formule 1. Satoshi lui indiqua qu’il ferait mieux d’aller acheter des fleurs pour « une première approche ». Viggo se dit qu’il aurait surtout mieux fait d’en acheter par politesse, surtout lorsqu’on débarquait à l’improviste chez quelqu’un à qui on n’avait pas parlé depuis près de six ans. Il sortit de la voiture et réajusta sa cravate avant de fermer sa veste. Six ans qu’il ne l’avait pas vue. Elle avait sûrement changée. Comment l’accueillerait-elle ? Il ne savait pas vraiment, mais il se disait qu’un bouquet de fleur serait déjà une marque de politesse.

Alors que Satoshi allait s’affairer à sa tache, il jeta un coup d’œil aux alentours et repéra un fleuriste, à cent mètres, sur le trottoir d’en face. Il traversa rapidement la rue et entra dans la boutique où la caisse avait été désertée. Il se pencha sur les fleurs, qu’il étudia. Il y a dix ans, il aurait sans doute choisi les fleurs les plus colorées ou extravagantes. Mais les gens changent en une décennie et Ayame ne ferait sans doute pas d’exception à la règle et elle pourrait croire qu’il revenait comme si de rien n’était, comme s’ils s’étaient vus il y a une semaine. Ou bien peut être qu’elle se moquerait des fleurs et qu’il ferait mieux de prendre la première qui lui passait sous la main.

« -Vous cherchez des fleurs en particulier ? »

La voix provenait de derrière lui. Il se retourna et fit face à une jeune fille, probablement la vingtaine qui se tenait les mains jointes devant lui. Il ne sut pas s’il s’agissait de ses traits d’albinos, ses cicatrices, l’air froid dont il avait toujours eu du mal à se débarrasser ou les trois en même temps. En tout cas, elle fit un pas en arrière en levant la tête vers lui :

« -Oui, répondit-il. C’est pour offrir à une amie… une amie que je n’ai pas vu depuis longtemps. »

Il se força à sourire, afin d’essayer de la mettre à l’aise, ce qui sembla un peu marcher, puisqu’elle retrouva le sourire à son tour.

« -Une amie, répéta la jeune fille en balayant la boutique du regard… Je sais. »

Elle s’approcha d’un pot contenant des fleurs dont les pétales étaient blanches et formaient une sorte de délicate hélice végétale. Il s’approcha un peu plus pour la voir en emballer six dans un bouquet :

« -Ce sont des gardénias, expliqua-t-elle avec le sourire. »

Le suédois hocha lentement la tête et la regarda faire. Il n’y connaissait pas grand-chose, en fleurs, à vrai dire. Il la regarda se démener avec la caisse enregistreuse qui semblait faire des siennes et pianota sur son téléphone.  Une brève recherche sur internet lui indiqua que le gardénia signifiait « le pardon » dans le langage des fleurs. Il se demanda s’il ne s’agissait pas d’un signe puis chassa cette idée de sa tête en se rappelant qu’il ne croyait pas à ce genre de choses. Voyant que la caisse ne s’ouvrirait pas tout de suite et que Satoshi risquerait de l’attendre trop longtemps, Viggo lui tendit un billet :

« -Gardez la monnaie, ce n’est pas grave, essaya-t-il.

-Vous êtes sûr ? fit la fleuriste, visiblement étonnée. »

Viggo hocha la tête et la salua avant de sortir d’un pas pressé. Il traversa la rue et rejoignit Satoshi à l’entrée du portail :

« -Allons-y. »


Sa voix était normale, son air neutre et froid, mais au fond, Viggo était nerveux.

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> https://www.youtube.com/watch?v=dX3k_QDnzHE&list=PLNOVwvVqPmPu0OPwa79yZP05A8CYOthcV
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 584

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Dans des circonstances plus réjouissantes... [PV Satoshi et Ayame]   Lun 27 Aoû 2018 - 3:05

Je l'observais partir, avant de m'appuyer contre le mur. Plus le temps passait, plus j'avais la sensation d'avoir laissé échapper quelque chose a l'appartement. Et ce n’était pas étonnant, dans la mesure ou ces types n’étaient pas des guignols. Bien moins qu'une grande partie de ceux que j'avais pu rencontrer en ville. Si ils avaient était envoyés, c'est que la mission était importante. J'aurais du fouiller le meuble directement. J'aurais du suivre mon instinct.

J'allais ouvrir le portail, puis remontais en voiture pour la garer dans la ruelle. Je restais assis encore un moment, sortant mon téléphone pour envoyer un message a ma mère. Je n'allais pas pouvoir rentrer pour le week-end, malheureusement. Aussitôt fait, je sortais de l'habitacle, puis verrouillais le tout. Je dépassais le portail que je faisais refermer avec le même code qu'Ayame m'avait donné deux années auparavant. Mon amitié avec elle datait de bien plus longtemps, de la fois ou j’étais intervenu sur le lieu d'un de ses concerts avec mon unité pour une alerte a la bombe. Une histoire de fou, qui avait faillit mener sur une prise d'otage. J'avais fini par partager sa vie, et même jusqu'à sa chambre pendant environ deux semaines, et forcément, ça nous avais rapproché.

J'attendais appuyé contre le mur que le garçon revienne, et je le voyais finalement revenir dans ma direction avec un bouquet de fleur. Une bonne façon de nouer un lien, ou d'en renouer un. Je savais pertinemment qu'ils ne s’étaient pas vu durant les deux dernières années. Après, savoir exactement ce qu'il en était avant cette période, ce n’était plus de mon ressort. Une fois qu'il est a ma hauteur, j'observe le bouquet plus attentivement. Plutôt jolie, mais difficile d'en dire plus. Mika aurait pu en dire beaucoup, mais moi, la connaissance des fleurs était resté dans les mains de ma maman.

- Détend toi un peu, on parle d'Ayame la, elle ne va pas te manger.


Viggo faisait son possible pour paraître le plus neutre qu'il pouvait présenter, mais son aura entière laissait une impression de rigidité. J'appuyais sur la sonnette, en essayant de décrypter son regard. Bwah, il n'allait rien faire de gênant. Je crois ? J’espérais, très fortement, en tout cas. Finalement, la porte s'ouvrait, mais pas sur Ayame ou son manager. Sur une magnifique créature, blonde vénitienne, plus grande que la Japonaise de base. Léa Masuda, sans aucun doute. Elle semblait agacé. Elle etait vraiment sublime, et je dois avouer que si j'avais pu en choisir une parmi les trois filles Masuda, mon choix ce serait porté sur elle. Enfin, nous n'aurions jamais pu vivre ensemble. Le feu et la glace, ça ne fait pas bon ménage, non ?

Elle marcha droit jusqu'à nous, et s’arrêta a notre hauteur, nous observant avec attention, avant de soupirer fortement, et de passer entre nous deux, en marmonnant quelque chose qui ne semblait pas vraiment flatteur. Je connaissais le pedigree de la donzelle, alors je ne m'en formalisais pas vraiment. Je prenais le chemin que la jeune femme venait d’emprunter , pour atteindre la porte d'entrée, ou un Jonathan ruisselant de sueur, vêtu d'un genre de short de sport, de basket, et d'un t-shirt blanc qui etait bon pour la machine.

- Elle est déjà partit ? Oh merde, qu'est ce qu'elle me.....Oh, Sakutaro...et...Oh, Nyström ? Bordel, Satoshi, c'est quoi ce plan encore. Bon sang il me faut un verre d'eau.

Je souriais. Celui qui avait désormais dépassé la quarantaine semblait fidèle a lui même. Capable, mais en même temps voyant toujours le coté vide du verre. Il nous fit entrer rapidement. Dans la maison, la première chose qui sautait aux yeux, ou plutôt, a l'oreille, c'est la musique que l'on pouvait entendre comme si elle était juste au dessus de nous, peux importe la pièce dans laquelle nous nous trouvions. C’était un temple a la musique, et chaque pièce avait était conçue pour pouvoir fournir la meilleure configuration sonore partout. Il y avait des enceintes dans chaque mur, permettant ainsi d'etre audible partout, plus ou moins fort selon la convenance. C’était une musique très rythmée qui passait actuellement. Pour faire du sport, c’était parfait.
Le manager posa des verres vides, désigna le frigo, puis se servit lui meme un verre d'eau plein :

- C'est pas un super jour pour venir, elle est déchaînée.....je la tiens pas depuis ce matin. Elle court encore, et encore, et encore....j'ai plus vingt ans moi...et....

Une voix se fit entendre depuis l'etage du dessus, se deversant par l'escalier. Une voix féminine :

- Jonathaaaaan, tes pompes vont pas se faire toute seule ! Tu vas devenir gros ! C'est maintenant qu'il faut combattre, tant que tu peux te bouger.

- Au secours, fit l'homme d'un air misérable, avant de se passer les mains sur le visage, et de boire un coup.

__________________________________________________

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 50

MessageSujet: Re: Dans des circonstances plus réjouissantes... [PV Satoshi et Ayame]   Jeu 1 Nov 2018 - 23:54

“-Je sais, répondit Viggo. J’espérais juste que si on devait se revoir, ça serait pour... Laisse tomber, allons-y.”

Une jeune femme aux cheveux blonds vénitiens vint à leur rencontre. Elle s’arrêta face à eux et les détailla. L’albinos fit de même : l’une des filles des Masudas, mais son nom lui échappait. Après tout, il avait surtout fréquenté Ayame et se perdait souvent avec les noms du reste de sa famille. Droite, froide, le regard sévère. Viggo su qu’il ne valait mieux pas perdre son temps avec elle. Elle passa entre Satoshi et lui avec pour seule excuse des marmonnements qu’il ne chercha pas à comprendre. Avec sa gentillesse et son excentricité, Ayame avait fait figure d’exception dans sa famille, s’il se souvenait bien. Il soupira et poursuivit son chemin avec Satoshi jusqu’à l’entrée.
Jonathan les attendait. Il était en tenue de sport et sortait visiblement d’une séance intensive, à en juger la sueur qui ruisselait sur son visage et imbibait ses vêtements. A en juger la tête qu’il faisait, il ne s’attendait certainement pas à voir Satoshi débarquer chez lui et encore moins Viggo, notamment à cause du juron qu’il employa quand il le reconnu.

“-Bonsoir, Jonathan, fit le Suédois avec un signe de tête.”

Il n’avait pas tellement changé, malgré les quarante ans passés. Le jeune homme suivit Satoshi et Jonathan à l’intérieur de la maison. Mélomane qu’elle était, Ayame avait fait installer un dispositif d’enceintes dans toute la demeure, si bien que le volume sonore restait partout le même, peut importe ou l’on se rendait. Cela devait coûter une fortune mais lorsqu’on est une star planétaire de la chanson, on ne doit pas être très regardant au niveau des prix. Le suédois se demanda s’il devrait faire de même. Après tout, avec l’argent gagné durant ses années en Formule 1, additionné à toutes les parts qu’il avait dans l’entreprise familiale, il n’aurait même pas à vérifier les prix, lui non plus. Mais cela faisait des années qu’il se contentait d’une bonne chaîne hi-fi ainsi que d’un lecteur de vinyles dans son salon, alors pourquoi changer ?
La musique suivait un rythme rapide et puissant, pas exactement la même qu’il écouterait pour de l’exercice, mais ça devait déjà encourager le premier venu qui se mettait au sport.

Jonathan semblait aux abois et respirait comme s’il venait de faire un marathon. Cela s’avera presque être le cas, au vu de ses explications. Comme toujours, Jonathan s’efforçait difficilement de tenir le rythme de sa protégée. En parlant du loup, sa voix perça à travers la cage d’escalier. Viggo eut l’impression de revenir des années en arrière, puisqu’il n’avait eu l’occasion de l’écouter que lorsqu’elle chantait, depuis.

“-Il y a certaines choses qui ne changent pas, pensa-t-il tout haut.”

Il regarda les verres vides sur la table avant de s’éclairer la gorge :

“-On peut peut être vous aider : Satoshi a suggéré que nous allions vous rendre visite.”

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> https://www.youtube.com/watch?v=dX3k_QDnzHE&list=PLNOVwvVqPmPu0OPwa79yZP05A8CYOthcV
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans des circonstances plus réjouissantes... [PV Satoshi et Ayame]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans des circonstances plus réjouissantes... [PV Satoshi et Ayame]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme dans la gueule du loup . . . [PV Shirley, Annabelle, Ayame, Erreur]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Event ₪ :: ► See you in ten years :: Dans 10 ans-
Sauter vers: