₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)

Aller en bas 
AuteurMessage
Chrissy O'Connor
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Féminin Taureau Tigre Age : 20
Compteur 46

KMO
                                   :

MessageSujet: Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)    Jeu 21 Juin 2018 - 17:48

Chrissy s'affala sur sa chaise de bureau alors que sa fille entrait dans la pièce pour venir embrasser sa mère avant d'aller dormir. Passé le temps des câlins et une fois la demoiselle au lit. L'écossaise soupira, ce jour avait été une journée bien remplie. Elle se laissa aller quelques instants contre le dossier de la chaise qu'elle avait tourné vers la baie vitrée donnant sur la salle principale à présent vide de l'orphelinat étant donné que tous les enfants étaient à présent dans les dortoirs. Alors qu'elle savourait le silence des lieux, Tori frappa à la porte et vint directement à côté de la directrice, posant une main sur son épaule.

_ Ça va Chrissy ?

_ Oui ça va, merci Tori.

_ Tu devrais sortir un peu. Ça fait combien de temps que tu n'as pas vu Lily ?

Chrissy se mit à réfléchir et à compter dans sa tête.

_ Ça doit bien faire deux ou trois semaines en effet. D'habitude je m'applique à passer au moins une fois par semaine. Mais est-ce vraiment raisonnable que je m'absente ?

_ Il fait nuit, tous les petits sont au lit. Et puis Kaede et moi sommes là pour veiller au grain.

La directrice hésita, c'était effectivement tentant, mais pouvait-elle se le permettre ? Comme si elle lisait dans ses pensées, Tori en rajouta une couche.

_ Je t'appelle au moindre problème. Aller va !

Chrissy sourit, visiblement sa collègue et amie avait décidé qu'elle devait sortir et quand Tori avait une idée en tête, il était difficile de lui faire changer d'avis. Qui aurait cru que les deux femmes autrefois rivales dans leurs études seraient si proches et si complices à présent ?

L'écossaise capitula et hocha la tête avant de faire la bise à Tori, la remerciant et lui souhaitant une belle soirée. Elle lui redemanda de l'appeler si quelque chose advenait en son absence.

Plus ou moins rassurée, Chrissy gagna l'annexe qui lui servait de chambre. Passant tout son temps à l'orphelinat, elle avait fini par y emménager. C'était ainsi plus simple pour elle. Elle prit de quoi se changer et alla prendre une douche rapide pour se rafraîchir. Une fois sèche, l’écossaise enfila un combishort blanc en tissu fin et aux manches longues en dentelles qui mettait ses formes en valeur tout en cachant le tatouage du prénom de sa fille derrière son épaule gauche. L’été pointant le bout de son nez, elle ne risquait pas de tomber malade en sortant ainsi.

La danseuse se maquilla, du même doré que d’habitude pour les paupières, marquant un peu plus la chose avec un joli dégradé un peu plus foncé qu’à l’accoutumée. Elle se passa un coup de mascara, ouvrant son regard bleu-vert et se contenta du rouge à lèvres corail. Le rouge vif faisait vite de trop sur son visage. Une fois fardée, Chrissy releva ses cheveux grâce à des épingles avec lesquelles elle ne fixa que quelques mèches, laissant les autres retomber lâchement sur ses frêles épaules et dans son dos. Un dernier regard dans le miroir, un sourire. C’est vrai, ça faisait longtemps qu’elle n’était pas sortie. Elle attrapa sa pochette blanche qui lui servirait de sac à main ce soir là, chaussa ses talons aiguilles et tourna sur elle même avant de quitter l’orphelinat. Elle lança un dernier regard en arrière, essayant de se persuader que tout se passerait bien durant son absence et qu’elle n’avait pas à s’inquiéter. Les enfants étaient entre de bonnes mains.

Chrissy se rendit au bar de Lily à pied. Après tout il y avait un peu de chemin, mais ce n’était pas si loin que ça. Il faisait bon, les températures étaient encore plutôt chaudes pour l’heure tardive et une légère brise venait jouer dans la chevelure blonde aux reflets roux de l’écossaise.

Bientôt, elle poussa la porte du bar et s’y engouffra. Certaines conversations se turent et plus d’une tête se retourna sur son passage. Chrissy faisait souvent effet, où qu’elle aille. La première raison était sa petite taille, car même si les japonais n’avaient pas pour caractéristique d’être grands, la danseuse était plus petite que la moyenne. La deuxième raison, ce mélange de cuivre et d’or qui ornait son cuir chevelu était clairement un signe qu’elle n’était pas native d’ici. N’importe qui pourrait y mettre sa main à couper. Troisième et dernière raison, elle avait pour habitude de venir au moins une fois par semaine et était donc connue des lieux. De plus, personne n’ignorait le lien qui l’unissait à la propriétaire.

Chrissy aperçut cette dernière derrière le comptoir et s’approcha d’elle de sa démarche légère et assurée. La ressemblance était troublante. Pas autant qu’entre la danseuse et sa fille. Mais on percevait aisément un air de famille entre les deux femmes. En effet, il s’avérait que Chrissy et Lily étaient plus ou moins de la même famille. Lily était la fille du frère d’Isabel O’Connor, dite Isabel Andersan de son nom de jeune fille. Les deux écossaises étaient donc cousines et s’entendaient à merveille à l’inverse de leurs parents.

Une fois au comptoir, Chrissy se pencha et embrassa chaleureusement sa cousine sur les deux joues, alors que la vie en arrière plan reprenait son cours après l’entrée plutôt remarquée de la danseuse.

_ Bonsoir ma belle ! Comment tu vas ? Désolée de ne pas être revenue plus tôt, j’avais pas mal de boulot.

Chrissy se posa sur un tabouret en face de sa cousine pour pouvoir discuter avec elle, surprenant au passage le regard surpris d’un homme assit juste à côté qui lui disait vaguement quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11019-chrissy-o-connor-de-la-perfection-a-l-ame-mei http://keimoo.forumactif.com/t11024-livret-de-chrissy
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 53

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)    Ven 22 Juin 2018 - 0:33

Nous étions mardi aujourd’hui, un chaud mardi de Juin. Profitant d’une pause bien méritée suite à une après-midi de commandes, Lily fumait quelque peu en regardant la pluie tomber. La fin de l’après-midi s’était marquée par l’arrivée soudaine d’une averse, rafraichissant les alentours. Enfin un peu d’eau s’était dit l’écossaise qui, détendue, se faisait un léger bilan mental de sa journée.

Aujourd’hui elle s’était rendu chez un de ses fournisseurs les plus récurent, dans le but de se réapprovisionner en alcools forts, négociant au passage quelques raretés qu’apprécieraient ses rares amis. Elle ne savait jamais vraiment comment il entrait en possessions de telles merveilles, mais cela importait peu au final. Seul comptait le fait qu’une grande partie de son prix exorbitant était épongé dans le fait qu’il buvait et mangeait à l’œil. Tant mieux en un sens car cela lui coutait moins cher.

Comme tous les jours, Lily avait revêtu son outil de travail : sa tenue traditionnelle venant d’un pays inconnu, chargé de tons rouge, ocre et noir. Ses cheveux toujours aussi bien entretenu, coupés cours à l’exception de son immense tresse qu’elle maintenait longue jusqu’à la hanche. Cela était peut être son trait le plus caractéristique, dans la mesure où des vêtements pouvaient être changés. Maquillée très légèrement avec uniquement des couleurs assez neutres et sans user énormément d’artifices, l’écossaise se détendait quelque peu, laissant ses pensées vagabonder.

Mais, au fond, la jeune femme était contente, tout roulait bien, presque trop bien d’ailleurs. Elle avait ses cadeaux, tous ses employés, ou sa seconde famille comme cela se disait ici, étaient bien portant et chacun s’attelait à la tache de rendre le bar propre pour ce soir. Quand elle jouait, Lily s’accordait le luxe de ne pas nettoyer, s’enfermant dans son tabac et sa fenêtre pour trouver l’inspiration. Et ce soir, comme tous les Mardi, Jeudi et Samedi, elle jouerait pendant trois heures sans véritablement faire de pauses. Cela faisait six ans qu’elle avait ce rythme, depuis qu’elle avait commencé à travailler ici, et reprendre la direction de l’établissement n’y avait rien changé. Stopper ces soirées risquait de mettre en péril tout le commerce, en effet, Lily avait acquise une solide, bien que discrète, réputation au fil des années. C’était cette réputation qui leurs permettaient de faire leurs meilleurs chiffres de la semaine… et c’était également cette même réputation qui lui avait permis de retrouver les rares êtres chers qu’elle pouvait encore compter actuellement, il y a quelques années.

Cette pensée lui fit reprendre un peu de tabac… heureusement qu’ils étaient là, pour venir la voir, la soutenir et lui redonner le sourire qu’elle affichait jadis en permanence. Qu’aurait fait Lily si Aaron, Loan ou Chrissy n’avait pas entendu parler d’elle, jouant de la musique dans un bar un peu sordide, avec pour seuls compagnie les autres employés ? Probablement rien de bon ! Honnêtement, elle ne préférait même pas y penser. Ils avaient toujours été là pour elle, accordant toujours un peu de leurs précieux temps… et bien d’autres choses.

Si les employés du bar était une seconde famille, alors ces trois-là en était la première, celle qui permettait à la jeune femme de se reconnaitre, pouvoir encore dire qu’elle est « elle-même ».

Aaron et Loan s’occupaient de sa sécurité. Sécurité financière tout d’abord, Aaron était blindé, cela était un fait admit. Homme politique de renommé internationale il faisait toujours de son mieux pour sa « petite sœur », lui rendant visite quand il le pouvait et l’aidant à se nourrir quand les recettes permettaient à peine de payer ses employés. Sécurité matérielle et physique ensuite, Loan passait régulièrement et, en cas de pépin, elle avait juste à envoyer un sms pour le voir rappliquer. Il agissait comme garde du corps de l’homme mentionné précédemment, mais était également un ami de longue date, prenant les besoins de son amie très au sérieux.

Chrissy c’était plus particulier. Les deux jeunes femmes s’étaient découvertes un lien de parenté totalement par hasard il y a près de dix ans et avaient sympathisé. Elles étaient cousine germaine : le père de Lily était l’oncle isolé, celui qui avait autant renié ses liens de parenté que sa parenté avait fait de même. Et pourtant, cette cousine s’était révélée être une véritable partenaire, adorable et de confiance. Cette écossaise lui permettait de ne pas « s’oublier », d’où elle venait, ses racines en somme. Lily était une écossaise ayant été obligé d’apprendre à supprimer son accent, pour en employer un à consonance slave. Jouait dans un bar qui se souhaitait russe et portait une tenue traditionnelle de là-bas comme tenue de travail quotidienne. Au final, chacun choisissait presque de se laisser berner par ses yeux bleus et ses cheveux blonds comme les blés. Maintenant que c’était elle la patronne, cela allait un peu mieux, ayant choisi de rendre le lieu un peu plus cosmopolite. Mais elle devait garder son cœur d’habitués qui lui faisait son fonds de commerce. Oui, Heureusement que sa belle cousine était là pour ne pas qu’elle se perde, bien que cette dernière n’en ai pas forcément conscience. Sans doute l’était-elle, mais Lily ne souhaitait pas lui en parler, elle n’allait tout de même pas ajouter du poids supplémentaire sur ses épaules déjà bien encombrés.

Chacun avait sa propre vie, avec son stress… et leurs point commun était : elle et cet endroit. En échange de tous ces services/bonheur, elle s’assurait de toujours avoir quelque chose à leur offrir, alcool, tabac ou autre… ainsi qu’un siège toujours libre près de son comptoir. Aussi, Lily devait être forte, présente et disponible pour les soutenir chacun au mieux, comme ils le faisaient avec elle.

Mais assez perdu de temps à évoquer le passé, cela n’amenait rien de bon ! Faisant une rapide ronde pour voir que tout était prêt, elle rassembla l’équipe et chacun trinqua en chœur, comme tous les soirs.


« A une soirée réussie ! »


Il était 20H quand elle s’installa sur la scène, un gros piano droit était présent, ainsi que son fidèle violon, légendaire compagnon depuis près de dix ans. Ce soir elle se sentait envie de chanter sa mélancolie, mais toujours rehaussée d’une note d’espoir. Que ce soit par le morceau suivant ou tout simplement au sein du même. Alternant les sons et les chants, comme elle le faisait d’ordinaire. Et tout se passait bien, Lily était dans sa bulle, bulle dans laquelle elle donnait le meilleur d’elle-même, lui permettant d’oublier tout le reste : elle et sa musique uniquement. Quel bonheur !

Sur les coups de 23H, la jeune femme commençait sa dernière chanson tandis qu’un visage familier entrait dans le bar, mais qu’elle ne reconnut point car trop absorbée dans son chant, quelque chose de dynamique, joyeux et entrainant. En somme un beau final qui laissait transparaitre sa tristesse sous-jacente nuancé d’énormément d’espoirs. Se mettant au violon, elle commença. La mélodie étant complétée par le piano, capable de jouer tout seul. Cette merveille mécanique ayant couté à Aaron particulièrement cher.



sing a song:
 


♫ ah=pau-fao-i tikz-a iz-eq gei-wei-ruu-ny mu-cien-az ri-yan-rey-uii ♫
♫ yahih-cyen ih-du mu-cien-i ah=yan-soy-re fuai-low-uiir i-tes ♫
♫ iz ah=yen-taa-uii ♫


Cette chanson commençait par le refrain, et ce dernier demandait une performance vocale assez intense, mais la jeune femme était habituée désormais, et cela ne lui faisait plus vraiment peur. Au final, elle n’était pas certaine de ce qu’il signifiait, probablement du chinois mais comment en être certain ? Toujours était-il qu’elle avait laissé sa voix exploser dans une parfaite maitrise et ce dès le début.

Quand elle chantait, la voix de Lily était différente, marquant beaucoup plus d’émotions qu’elle le faisait au quotidien, c’était peut être en partie ce pourquoi elle avait réussi à se forger cette réputation.



♫ yume ni utsuru ano hi no hoshi e
inoriutai kaerimashou ♫
♫ umareikiru yorokobi wo mune ni
kibou no tane wo hagukumimashou ♫
♫ asu wo erabi tomo ni susume
tsumi no eichi nugisute ♫


Le couplet était bien plus doux quant à lui, si le refrain demandait de la puissance brute, de l’énergie, lui était beaucoup plus maitrisé. Lily semblait comblée, souriante et dansant légèrement sur sa petite scène, frappant du pied la mélodie. Oublié les soucis, les peines, les joies… l’heure était à la musique !

Et quelle musique, elle avait choisi de ne pas chanter pour toute la seconde partie de la chanson, offrant à ses auditeurs une mélodie au violon assez bien réussie et aux sonorités assez poussées. Son piano se contentant de reproduire ce qu’il y avait sur une carte perforée, elle ne faisait que prendre le rôle principal d’une mélodie qui ne lui plaisait que trop. D’ailleurs, les spectateurs de devant pouvaient voir une larme au coin de son œil, signe de sa bulle présente, active et efficace. Elle s’éclatait, tout simplement.

Le font couvert de sueur elle stoppa son violon pour la partie finale, se contentant juste de sa voix et du piano :



♫ yah ih-cyen teu-dia-gn-iz-du chef-in-a ♫
♫ soh-nh ai-ur-syen-du xen-ta-a ahih=tau-yan-i ♫
♫ ah=iyon-cyen-du yal-a soh-nh iyon-mou-rey-a ♫
♫ N woo ah W ei-tao ah iz-ny yay-syau-du wa-fui-a ♫
♫ ikusen no nageki wo harai
kono uta yo hibike ♫


C’est dans cette explosion finale que Lily termina sa chanson, ainsi que son concert du soir, saluant très largement son petit public tandis qu’ils applaudissaient pour la plupart assez vivement. La jeune femme pouvait faire une pause, s’assoir et profiter d’un instant de calme tout relatif.

Se dirigeant vers sa petite table, près de la fenêtre, elle aperçue Loan, accoudé au comptoir. Décidément, cette soirée était plus que splendide. Souriante largement, elle l’enlaça comme elle le faisait d’ordinaire.


« Bonsoir à toi Loan, j’espère que je ne t’ai pas fait trop attendre. C’est vraiment un plaisir de te voir ce soir. Une soudaine envie de musique ? »


Tout en riant légèrement, elle retourna derrière son comptoir et commença à lui préparer ce qu’il commanda, car Lily ne lui laissait pas vraiment le choix en un sens.


« Tu vas être content, je viens de te trouver quelque chose dont tu me diras des nouvelles : un Burley provenant directement des Etats-Unis ! Quoi de neuf de ton coté ? Comment va Aaron ? Et Jun ? »


Faisant glisser le verre ainsi que le paquet auprès de son ami, elle s’attrapa un verre et le remplis de l’équivalent d’un triple de son rhum épicé, celui qu’elle sortait toujours quand elle recevait. Lily était toujours bavarde dans ces moment-ci, limite euphorique.

A peine fut il servi que quelqu’un d’autre entra, une femme de taille modeste, très élégante aux cheveux superbes : Chrissy était là, elle venait enfin lui rendre visite. Quand elles étaient mises côtes-à-côtes, il était vrai que la ressemblance était plus que frappante, plus proche de la fratrie qu’autre chose en réalité. D’un pas décidé la danseuse était venue directement au zinc, déposant un baiser sur chaque joue de sa cousine. Il est vrai qu’elle ne passait jamais inaperçu et ce malgré le fait qu’elle venait sur son 31. Un peu comme Aaron en un sens, ils étaient sans doute trop élégants pour le lieu en question.

Souriante, Lily lui rendit son bonsoir par une accolade, lui répondant doucement :


« Bonsoir à toi Chriss’. Combien de fois devrais-je te dire de cesser de m’appeler ma belle quand tu es aussi élégante ! C’est toi qui es resplendissante, comme toujours ! Mais, assied toi donc, je te sers. Quel bon vent t’amène ici ? Une envie de décompresser un peu avec ta cousine ? »


Sortant une bouteille d’un excellent whisky à peine entamé, Lily mit le verre à refroidir, dans le freezer.


« Tu m’en diras des nouvelles, il provient directement du pays ! Une petite production locale que j’ai eue du mal à débusquer ! Au fait, prend, c’est pour ton « épaule ». J’espère qu’elle va bien… »


Sortant une petite boite, elle la donna à sa cousine qui, si elle regardait à l’intérieur, y verrait quelques bonbons bien sucrée comme les enfants pouvaient en raffoler.

Le verre était prêt et il fut servi avec l’équivalent d’un triple. Pur et juste refroidi au verre, comme elle l’appréciait. Sursautant légèrement, Lily pris la parole souriante et se penchant pour serrer ses deux amis dans ses bras


« Mais j’en oublie mes bonnes manières ! Chrissy, je te présente Loan, Loan, je te présente Chrissy ! Vous avoir tous les deux ici est vraiment une des plus belles soirées depuis bien longtemps !»

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 122
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)    Sam 23 Juin 2018 - 13:44


Lieu calme mais mélancolique qui n'avait cessé de croître au fil de la dégringolade de Keimoo, quelques passants étaient là à se recueillir dans une triste joie. Loan était l'un d'eux, bouquet composé de Chrysanthèmes et d'Anémones blanches à la main. Le soleil de début de soirée était magnifique, ses rayons teintant le ciel d'une couleur rougeâtre si belle qui renforçait la sérénité du lieu par l'intermédiaire des nuages. Un sourire timide s'était dessiné sur le visage de l'ancien rebelle tant ces retrouvailles lui firent du bien, il s'accroupit alors en serrant légèrement les fleurs contre sa poitrine en sentant au passage leur délicieux parfum.

« Salut ... Comment tu vas ... ? Je ... Ecoute. Je sais que je suis pas venu depuis très, non, trop longtemps et que faire comme si rien n'était arrivé était la pire idée. Je sais, je sais. Mais je ... Si je suis pas venu depuis plusieurs années c'est parce que ... J'ai vécu une période extrêmement difficile et je ne voulais surtout pas que tu me voies comme j'ai pu l'être. J'ai fait beaucoup de choses que je regrette, j'ai été très violent et je voulais ... Je voulais que tu restes fière de moi. J'pouvais pas te montrer le monstre que j'étais devenu tu comprends ? Enfin ... je te dois deux trois explications. »

Le garde du corps resta silencieux quelques secondes, le temps de se remémorer son passé difficile et tout ce qu'il a pu faire. Bien heureusement, avec le recul et la maturité acquise, ce ne fut pas un calvaire de se souvenir. Ses bras posèrent avec délicatesse le bouquet, qui observait la scène silencieusement, sur la pierre et continua.

« Papa et Maman sont partis de la maison, car ils ont divorcé, et m'ont laissé seul à la garder. Et ... au début c'était galère pour les factures et tout ce bordel donc j'ai du faire des choix pour survivre. La ville a vraiment changé si tu savais ... Des fois j'me demande ce que je suis devenu aussi. Mais y'a pas eu que du mal dans ma vie. Tu vois Jun ? Oui cette fille dont je t'avais parlé la dernière fois ... Ben ... On s'est mariés. Et je l'aime de tout mon coeur, c'est grâce à elle d'ailleurs que j'ai réussi à revenir te voir sans m'effondrer en larme, elle m'a beaucoup aidé et je la remercierais jamais assez. J'ai dû faire des choses très mauvaises pour avoir un peu d'argent, j'ai foiré mes études et j'étais sûr le point de m'engouffrer dans un cercle vicieux duquel je n'aurais jamais pu sortir. Mais, la chance m'a souri et me voilà, fini toutes les conneries maintenant. Je sais pas si tu m'as observé durant toutes ces années mais je ne t'ai jamais oublié. Les jours passent, je grandis, j'apprends à revivre mais je ne t'oublierais jamais. Je te le promets Grande Soeur. Regarde ... Je t'ai apporté des fleurs ... Celles de ta couleur préférée. Tu pensais quand même pas que j'allais oublier ça n'est-ce pas ? »

Un rire bref sortit de la bouche du garçon qui ressentit une vibration venant de sa poche. Rapidement, il sortit son téléphone portable pour vérifier qui osait le déranger sur la tombe de sa soeur défunte et vit avec déception qu'il était l'heure pour lui d'aller retrouver Lily à son bar. Chassant une larme qui lui venait du doigt, l'homme rangea son appareil et dit au revoir à la pierre tombale.

« Je dois y aller, le devoir m'appelle. Promis je te raconterai tout le reste plus tard, mais ... Ça attendra d'accord ? Bouge pas j'reviendrais, au moins une fois par mois je te le promets. A plus grande soeur. Je t'aime, où que tu sois. »

L'homme se releva lentement avant de desserrer sa cravate qui lui donnait des bouffées de chaleurs. Cette visite fut une épreuve pour lui car il n'avait jamais osé se regarder en face depuis le jour où il avait accepté son premier petit "boulot" dangereux. La honte, la haine et la tristesse l'habitaient et pour cause. C'était horrible. Cependant avec le temps ses démons ne le dévoraient plus de l'intérieur et il était redevenu maître de lui-même. Après un dernier regard, coupé par les larmes qui lui montaient, vers la tombe d'Aiko, il se mit à sourire bêtement puisqu'il se sentait soulagé à lui avoir raconté ce qu'il avait pu vivre durant tout ce temps. Ses pas le menèrent jusqu'à sa voiture, garée juste à l'entrée du cimetière avec son téléphone à la main en train de tapoter un message pour sa chérie comme quoi il avait finalement réussi à avouer, enfin pas totalement mais c'était un début.

Une fois installé dans son véhicule, l'ancien rebelle attacha sa ceinture, alluma sa playlist grâce à la radio et prit la route du Pab de Lily. A cette heure-ci les routes n'étaient plus vraiment bondées et circuler était assez agréable si on ignorait la plus part des piétons qui ne savaient pas marcher sur les trottoirs. Quelques temps plus tard, Loan arriva finalement à destination et se gara à quelques mètres de l'entrée du bar avant de souffler un bon coup. La fatigue commençait à lui monter au cerveau mais la soirée allait quand même être agréable comme d'habitude, donc il ne s'en faisait pas vraiment et puis au pire, il partirait un petit peu plus tôt après avoir vérifié que rien n'allait arriver à la tenancière.

Loan poussa alors la porte de l'établissement et il fut accueilli par un chant magnifique venant de son amie, qui était sur scène en train de jouer du violon. Envoûtant, voilà comment il pouvait qualifier la voix de la jeune écossaise. Nonchalamment l'homme se déplaça jusqu'au comptoir en écoutant la chanson, s'accoudant à celui-ci pour pouvoir observer Lily briller sur la scène sans avoir à détourner les yeux.

Lorsqu'elle termina sa prestation, l'ancien rebelle se mit à applaudir en souriant lorsque leur regards se croisèrent. Elle ne l'avait pas remarqué entrer, après tout il était resté assez discret pour ne pas la déranger durant son spectacle, mais maintenant que l'écossaise était au courant de son arrivée, il ne put s'empêcher de lui lancer un merveilleux sourire. Les deux amis s'enlacèrent alors et la femme blagua sur son attente.

« Salut Lily. Oh ne t'inquiète pas, ça me fais plaisir de t'entendre chanter tu le sais bien ! Pourrais-je avoir un virgin mojito s'il te plaît, histoire de passer une autre soirée géniale ? »

Il se mit à doucement rire avant d'observer le petit public qui, quelques minutes plus tôt, acclamait la tenancière. Ils n'avaient pas l'air dangereux, au contraire, plus il venait plus il les reconnaissait. Tout aller bien et Loan pouvait profiter sans vraiment se sentir coupable. Son amie lui présenta alors un tabac d'excellente qualité. Surpris, comme à chaque fois, il se sentit légèrement coupable de ne toujours rien avoir, surtout au vu du prix de la marchandise.

« Mon Dieu Lily. Va falloir que je te paie pour toutes ces petites attentions tu sais. Ca doit te coûter extrêmement cher tout ça, et tu sais, pas besoin de m'acheter au tabac pour que je passe une bonne soirée ici ! Mais merci, merci beaucoup. Aaron va assez bien disons, encore en Europe de l'Est à voir des familles déchirées. Putain de guerre civile ... Et Jun va aussi bien malgré tout, toujours aussi stressée mais on va y arriver. D'ailleurs elle te remercie pour le tabac. Et toi ma chère violoniste ? Comment vont les affaires, pas trop galère ? Des trucs à signaler peut-être ? »

L'homme attrapa son verre et remercia son hôte d'un mouvement de tête avant de commencer à le siroter gaiement. L'ambiance était tranquille et ce petit havre de paix loin du stress du quotidien lui faisait un bien fou. A ce moment précis, il entendit la porte s'ouvrir et détourna donc le regard pour voir apparaître une femme blonde aux yeux bleus, le portait craché de Lily, entrer. Une impression de déjà-vu avait envahi l'esprit du garde qui était certain de connaître cette personne.

Les deux femmes blondes se firent la bise et lorsque Lily appela la nouvelle arrivante, Loan fit tout de suite le rapprochement. Chrissy O'Connor. Cette fameuse fille qui lui avait appris le mot "Sassanach" à l'époque du lycée. Néanmoins il pouvait toujours ce tromper bien que les femmes blondes aux yeux bleus cousines avec une écossaise ne courraient pas les rues, il attendit alors patiemment en silence que ses pensées soient prouvées ou réfutées. Une fois que la presque-inconnue fut servie, Lily entama les présentations, présentations qui confirmèrent ce que l'adulte pensait quelques secondes plus tôt. Alors, avec un grand sourire aux lèvres, il tendit la main pour serrer celle de Chrissy.

« Content de voir que tu as réussi à ne pas mourir à force de manger des sushis carbonisés Chrissy. Ça faisait un bail. »


__________________________________________________
Merci Naoo  A04 :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Chrissy O'Connor
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Féminin Taureau Tigre Age : 20
Compteur 46

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)    Lun 25 Juin 2018 - 14:13

Lily râla à l'oreille de Chrissy alors qu'elle l'embrassait à son tour, la complimentant sur son allure et lui sommant de ne pas l'appeler "ma belle". Chrissy leva les yeux au ciel, sa cousine était bien trop modeste. Mais la danseuse savait qu'il n'était pas la peine de se lancer dans ce débat là. L'une étant Ecossaise et l'autre étant Ecossaise...c'était peine perdue. Deux têtes de mules. Bien que les deux fois soient plutôt ouvertes au débat et plutôt juste dans leurs positions voire leurs changements de points de vue, sur ce sujet là, impossible d'arriver à un terrain d'entente.

_ Une tornade nommée Tori qui m'a littéralement mise à la porte ! Elle trouve que je travaille trop et elle n'a peut-être pas tout à fait tort. Comme ça faisait un moment que je n'avais pas pu venir te voir, je me suis dis que ce serait l'occasion.

Chrissy posa une main chaleureuse sur celle de Lily et la lui serra doucement avant de la lâcher pour ne pas la gêner alors qu'elle sortait une bouteille de whisky. Chrissy ne reconnut pas la bouteille mais à l'allure même de l'objet elle devina qu'il s'agissait d'un produit du pays ce que Lily lui confirma aussitôt.

_ Mo dia Lily ! Où trouves-tu donc ça ? Ca doit valoir une fortune !

La danseuse regarda sa cousine lui préparer son verre, elle aimait observer la jeune femme travailler. Lily dirigeait son établissement d'une main de maître et Chrissy l'admirait pour ça.

Lorsque Lily posa le verre de whisky devant Chrissy, elle fit glisser dans le même temps une petite boîte sur le comptoir, expliquant que c'était pour "l'épaule" de la danseuse qui désignait en fait la petite Kisa. Cependant, Chrissy rangea la boîte dans sa pochette blanche, sans regarder de quoi il s'agissait. Elle faisait confiance à Lily et il valait mieux rester discret. Comme dans tout bar, il y a des yeux et des oreilles indiscrètes partout, Chrissy était bien placée pour le savoir.

_ Je te remercie. Mon épaule va bien rassure-toi, j'aimerais pouvoir l'exposer plus souvent, mais j'ai bien peur que le risque d'infection soit encore trop élevé...

Instinctivement, Chrissy porta la main à son épaule, à l'endroit où le tatouage était caché alors qu'elle parlait de sa fille de manière codée. En effet la petite allait bien, un vrai petit ange. Chrissy aimerait l'amener à Lily plus souvent mais c'était hélas compliqué et risqué. Elle n'en savait toujours pas plus quant à la mort d'Eichi et ne voulait prendre aucun risque.

La danseuse bu une gorgée du précieux nectar ambré écossais et le savoura en fermant les yeux. Une pure merveille ! Il n'y avait vraiment qu'ici, grâce à Lily, qu'elle pouvait trouver de l'alcool venant d'Ecosse. Chrissy n'était pas une grande consommatrice, cela restait très occasionnel, mais étant Ecossaise jusqu'à la moelle, elle aimait avoir sa dose d'eau de vie comme on disait là bas.

Chrissy posa son verre et Lily lui présenta l'homme qui était assis sur le tabouret d'à côté. Il avait été surpris en la voyant arriver et ce fut au tour de l'écossaise d'être surprise lorsqu'elle entendit son nom. Comme pour en rajouter une couche, Loan lui tendit la main en lui rappelant les sushis carbonisées qu'elle avait préparé lors de leur première rencontre. Un sourire à la fois nostalgique et joueur se dessina sur le visage de Chrissy. Il se moquait ouvertement d'elle, mais elle devait admettre que c'était de bonne guerre. Et puis grâce à cette rencontre quelque peu désastreuse, ils avaient vécu de jolies choses tous les deux.

_ The name's Loan. Le demi-Sassanach. En effet ça fait longtemps ! Comme tu le vois je suis toujours debout, je suppose que je dois t'en remercier puisque c'est toi qui m'a appris à faire des sushis qui n'attenteraient ni à ma vie ni à celle des autres.

Elle lui serra la main en souriant. Et leva son verre à l'attention de Lily et de Loan.

_ Et bien, à nous ! Et à nos retrouvailles Loan !

Chrissy bu une longue gorgée et reposa son verre, faisant courir le bout de ses doigts sur les bords, comme si elle voulait faire chanter le cristal, bien qu'elle doutât que les verres soient réellement en cristal. Pas que Lily ne pourrait pas en posséder, mais dans un bar c'était plutôt risqué, pour ne pas dire suicidaire. Elle pourrait changer sa vaisselle tous les deux jours si c'était le cas.

_ Et bien, qu'est-ce que tu deviens ? Toi qui voulais quitter ce pays à tout prix, c'est une surprise que de te retrouver ici !

HRP : Lily comme c'est à toi de répondre, dis moi si tu n'arrives pas à rebondir vu que j'ai pas vraiment relancé Lily. Je changerai le cas échéant ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11019-chrissy-o-connor-de-la-perfection-a-l-ame-mei http://keimoo.forumactif.com/t11024-livret-de-chrissy
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 53

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)    Mer 27 Juin 2018 - 12:17

« C’est justement parce que j’ai à cœur que tu passes une bonne soirée que je me démène pour vous offrir ce qu’il y a de mieux, Loan. Rien n’est trop beau pour vous, et tu le sais aussi bien que moi. He he he… D’autant que tu ne me parais pas en état pour refuser un peu de bon temps, je me trompe ? »


La jeune femme se saisit d’un verre et commença la préparation de ladite boisson, affichant un grand sourire. Elle était heureuse de revoir cet ami qui lui accordait des visites régulières, et cela s’entendait à sa voix. Cependant, sa dernière phrase était légèrement plus sérieuse, sans pour autant être insistante : elle avait juste compris que quelque chose, au fond de lui, le dérangeait. Comme à son habitude, Lily avait écouté son ami, lisant que quelque chose l’avait troublé il y a peu. Cependant, elle n’en ferait rien, se contentant de simplement lui signifier, à demi-mot, qu’elle comprenait et s’arrangerait de faire au mieux pour qu’il se sente un peu mieux. Il savait que s’il souhaitait en discuter, Loan le pouvait sans soucis, mais jamais elle ne lui forcerait la main. Avec un léger clin d’œil, l’écossaise continua.


« Considère juste que ce tabac est une tentative de m’excuser auprès de Jun pour te maintenir éloigné d’elle. Plus sérieusement, son boulot est difficile, mais je suis certaine qu’avec ton aide, elle fait face avec courage, comme elle l’a toujours fait… Et puis, j’attends toujours que tu m’annonce que je suis bientôt marraine ! »


Non, vraiment, Lily était peut être épuisée, mais elle avait profondément envie de s’amuser, rire un peu avec son ami. Ce sujet n’était pas sensible et elle savait que cela pouvait lui arracher un sourire. Et puis, au fond, peut être que la jeune femme attendait réellement cette annonce, personne ne pouvait en être certain. Tirant une bouffée de sa petite pipe japonaise, elle fit glisser le verre de son ami sur le zinc, lui faisant profiter au passage d’un léger rire, signifiant qu’elle plaisantait.


« Cette maudite guerre civile est en train de véritablement le chang- Excuse-moi un instant Loan »


Chrissy venait d’entrer dans le bar, toujours aussi belle et élégante. Cela faisait plus de trois semaines depuis sa dernière visite, et force était de constater que le temps avait été long. C’est d’ailleurs pour cela que, dans son euphorie, la jeune femme en oublia presque son premier invité, servant et discutant avec cette cousine si attendue. Quel bonheur cette petite écossaise aux cheveux magnifique, forte, courageuse.

En un sens, Lily l’admirait pour sa pugnacité et le fait qu’elle soit restée elle-même : gentille et attentionnée, gérant un orphelinat. Mais elle aussi avait ses sources de stress, entre sa fille chérie et la mort de son fiancé, sur un qui-vive permanent de peur que quelque chose n’arrive à cette petite. Dans une pensée amère, la tenancière s’interrogeait parfois sur ce qui était le pire : ne jamais avoir connu l’amour, ou l’avoir connu puis perdu… N’avoir que soi-même, ou bien alors avoir entre les mains un héritage, une vie à protéger. Au final, le sort d’aucune des deux n’était véritablement enviable…

Mais, trêves de pensées sombres, ce n’était ni le lieu, ni le moment. Lily prenait à cœur le fait de proposer à ses très rares proches un lieu de calme, paix et détente, une oreille attentive ou un simple sourire suivant ce que chacun avait besoin. Même si cela n’était pas véritablement ce qu’ils désiraient : après tout, il est parfois difficile de faire la différence entre les deux. C’était bien là le rôle qui s’était dessiné pour elle avec les années. Elle ne laisserait pas sa marque comme une habile politicienne, personne ne se souviendrais d’elle comme une âme charitable ou comme d’une amante prenant très à cœur son mari… Non, elle était elle, avec sa simple vie de tenancière musicienne, faisant de son mieux pour apaiser par sa simplicité toute ces vies bien trop complexes et chargées. Et il était à noter que ce rôle faisait sa fierté et sa joie.

Riante légèrement quand à la phrase de sa cousine, la jeune femme s’exprima quelque peu :


« Il semblerait que, encore une fois, cette femme t’ai démontrée sa sagesse. Installe toi et profite en ce cas, tu as sonnée à la bonne porte si tu souhaites décompresser « Ma belle ». Oh, comme toujours, j’ai mes secrets, mes adresses pour toujours trouver ce qu’il y a de meilleurs pour vous… Et le prix est dérisoire en contrepartie de tes sourires, très chère cousine ! »


S’inclinant légèrement devant elle et insistant bien sur le « ma belle » comme pour lui renvoyer joyeusement le compliment précédent, Lily démontrait encore une fois qu’elle était joueuse ce soir. Quel bonheur de revoir cette personne qui comptait autant pour elle… En réalité, elle faisait partie des rares qui parvenait à l’extraire de sa couche de glace quotidienne, peut-être était-ce précisément la raison pour laquelle elle était dans cet état.

Quand Chrissy aborda les nouvelles de sa fille, Lily acquiesça d’un simple sourire compatissant, elle savait tout et à quel point cela pesait sur les épaules de son interlocutrice. Et c’est bien pour cela qu’elle ne souhaitait pas en ajouter. Pour sûr qu’elle aimerait beaucoup voir Kisa plus souvent, retrouver un peu la jeune et innocente Lily, sa propre âme d’enfant qu’elle avait gardé si longtemps avant de la perdre brutalement… et la partager avec cette brave petite ! Mais un jour viendra, pas avant… et les deux écossaises le savait aussi bien l’une que l’autre.

Non, vraiment, Loan et sa cousine le même soir, c’était juste extraordinaire… Merde ! Loan ! Décidément, la jeune femme faillait au premier devoir d’un hôte : ne pas délaisser un invité. Se reprenant rapidement, elle fit les présentations… Et que ne fut pas sa surprise de découvrir que les deux se connaissaient… de mieux en mieux !


Chrissy invitait tout le monde à trinquer joyeusement, chose que la tenancière fit avec plaisir, entrechoquant légèrement le verre de chacun avant de lancer une simple phrase :


« A nous et cette soirée formidable ! »


Et les voici qui discutaient tous les deux, chacun évoquant divers sujet qu’elle écouta silencieusement sans paraitre insistante, se contentant de siroter sa boisson. Il commençait à être tard et le gros des clients était parti, le bar retournant à son calme quotidien de fin de soirée… pour le grand plaisir de Mirova qui, de loin, s’essuyait le front. La serveuse était épuisée et méritait bien une petite pause. Lentement et toujours à regarder ses amis, l’écossaise parti quelque secondes la féliciter, comme à son habitude, avant de revenir.

Profitant d’un blanc dans la conversation, la jeune femme repris quelque peu :


« Excusez-moi, la soirée a été assez grosse et je devais souligner le courage de Mirova… Pour répondre à ta question Loan, les affaires fonctionnent assez bien en ce moment, aucunement à se plaindre. Comme tu l’a vu en arrivant, la musique attire du monde ! Et je dois t’avouer que ça me fait du bien aussi, de voir que les gens continuent de venir dans un simple bar proposant autre chose que des filles… ou même de jouer, tout simplement ! »


Prenant une bouffée de son kiseru, elle souriait, clairement heureuse. Une soirée tranquille à discuter avec ses proches… que rêver de mieux ?


« Mais, et toi Chrissy ? Tu ne m’avais pas parlé de peindre quelque chose lors de ta dernière visite ? Je dois t’avouer que je ne m’en rappelle plus bien, un mur, une porte ou une salle peut-être… Il me semble que tu avais souligné que quelqu’un pouvais t’aider, mais, tu as pu t’en sortir ? »

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 122
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)    Ven 6 Juil 2018 - 23:20


Les mots de la tenancière résonnaient dans l'esprit fatigué du garde, alors que les deux femmes se saluaient mutuellement dans une ambiance très agréable. Lily avait totalement raison au sujet de cette guerre civile, celle-ci avec l'aide combinée de la pression professionnelle avait littéralement transformé Aaron en véritable requin très froid et très solitaire. Rien à voir avec ce gamin d'autrefois que Loan avait pu rencontrer et gêner jusqu'à le rendre tout rouge dans ce parc. Comment l'ancien rebelle aurait-il pu prévoir que cet intello dans le placard deviendrait son employeur et le sortirait de la merde noire dans laquelle il s'était embourbé ? C'était ce que voulait la fatalité, voilà tout, rien n'aurait pu y changer.

Lily se souvenu alors l'existence de son ami et le présenta, inutilement dû à leur rencontre remontant à une dizaine d'années, à Chrissy. C'est alors que ses yeux s’écarquillèrent et qu'un beau sourire se dessina sur son visage, prouvant au passage que elle aussi était aussi surprise que lui de le retrouver dans un endroit pareil. Leurs chemins se recroisaient à nouveau et c'était tant mieux. Les connaissances se faisaient de plus en plus rare dans cette ville en plein changement et le fait de recroiser un sourire sincère, l'espace d'un instant, pouvait faire disparaître le doute et la peur du coeur d'une personne. Et c'est exactement ce que ressenti l'homme à ce moment précis. La sécurité mêlé à un sentiment de soulagement. 

La danseuse lui serra la main tout en mentionnant à son tour leur première rencontre, ce qui fit doucement rire Loan qui était en pleine réflexion nostalgique. Imitant les autres, il leva à son tour son verre de virgin Mojito en s'exclamant joyeusement avec ses compères Écossaises.

« Santé à nous trois ! »

Le garde du corps sirota tranquillement une gorgée de sa boisson avant d'entamer la discussion avec sa vieille amie. Sa question lui trotta dans la tête quelques secondes. Elle avait raison dans un sens, lui qui avait toujours rêvé de fuir son passé et de recommencer sa vie à zero, que faisait-il encore ici ? Pourquoi n'avait-il pas lâchement mit les voiles comme Kelly avait pu faire ? Pourquoi n'a-t-il tout simplement pas essayé de convaincre Jun de le suivre ? Il ne savait pas. Mais il était trop tard pour regarder en arrière, désormais il fallait aller de l'avant.

« Et bien c'est une très bonne question que tu as là. Ce que je deviens ? Je joue la nounou pour la mère d'Aaron Evans, et pour lui-même lorsqu'il revient à Keimoo, je ne sais pas si tu le connais mais il passe de temps en temps dans les informations. Et de temps en temps j'passe voir Lily. Officiellement pour continuer mon rôle de garde mais vraiment, c'est juste pour passer du bon temps et me relaxer. »

L'homme but une nouvelle gorgée tout en voyant Lily s’éclipser de la discussion. C'était une sorte de rituel, vers cette heure-ci elle partait à chaque fois en plein milieu de la conversation pour aller voir l'une des serveuses pour très certainement la féliciter. Ou l'engueuler avec le sourire. La première option reste tout de même la plus probable. Loan reprit alors son monologue en répondant à la seconde question de Chrissy.

« Je me surprends moi-même à être encore là tu sais mais bon que veux-tu. L'Amour avec un grand A nous empêche de commettre bon nombre de conneries pas vrai ? Si je suis resté c'est uniquement, enfin ça l'était à l'époque où j'avais eu le choix, pour Jun. Ma femme. Je ... On a vécu tellement de merdes ensemble j'pourrais plus imaginer ma vie sans elle. Je l'aime voilà tout. Et toi Chrissy ? Encore ici ? Qu'est-ce que tu t'es faite à l'épaule si c'est pas trop indiscret bien sûr ? Des gamins qui voulaient jouer les caïds ou un accident de travail ? »

Le temps que son interlocutrice lui réponde, l'adulte termina son verre d'un traite pour étancher sa soif et relâcher la pression. C'est alors que Lily revint, en approuvant au passage les pensées de l'ancien rebelle.

« Tu as de quoi être fière de cet endroit Lily, t'en fais pas. Et puis ta voix est sublime je m'en lasserais jamais ! »

Il laissa alors la discussion continuer. Sa main fouilla dans sa poche pour en sortir son téléphone portable et vérifier si Aaron le prévenait d'un quelconque retour. A sa grande surprise, son intuition était bonne puisque son patron reviendrait bientôt au bercail pour prendre des nouvelles de tout le monde, et surtout Lily. De plus, cette nouvelle allait lui plaire. Loan posa alors son appareil sur la table, orienté vers la tenancière, un léger sourire aux lèvres.

« En parlant du loup, pas vrai Chrissy ... ! »


__________________________________________________
Merci Naoo  A04 :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un goût d'Ecosse et de Sassanach (PV Lily & Loan)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ashley Hoshi. Parce que le Japon et l'Ecosse sont devenus ma vie. {By Ange}
» NOUVEL AN EN ECOSSE ? avec les Ecossais
» Orpheo
» Jus de citrouille maison ~Evodie ~Terminé
» L'alcool rend les autres intéressants [Pv]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Event ₪ :: ► See you in ten years :: Dans 10 ans-
Sauter vers: