₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]

Aller en bas 
AuteurMessage
Takuya Hibari
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Non Binaire Vierge Cochon Age : 23
Adresse : Bougu
Compteur 180

KMO
                                   :

MessageSujet: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Lun 18 Juin 2018 - 17:07

TOC-TOC-TOC


Vue sur officier,
Grincement contre le battant,
Choc et gorge serrée,
Pose atterrée sur saillant,
Annonce d'une vie basculante.


Bascule, bascule, aussi grand sois-tu, autant perdu seras-tu.

-

Sueur et larmes d'un réveil brutal. Respiration haletante, corps encore animé d'un souvenir bien ancré. Trop vite, trop vite, automatismes d'une machine encore grippée, tranchant avec la poussière en suspens de la chambrette vide.

Grandes lampées d'eau d'une gorge assoiffée par un exercice dont elle se serait bien passée. Premier cauchemar d'une longue série ou simple étape du deuil ? Le jeun- , non, l'homme qui se tenait face aux ruelles sombres d'une Bougu transfigurée, n'en avait aucune idée.

Bougu la sale oui, Bougu la prostituée magnifique oui. Romantisme d'une jeunesse passée, l'enfant qui avait prononcé ces mots avait disparu, enterré sous les impératifs d'un ennui programmé. Lorsqu'il était revenu pour la première fois il y a quelques jours, il avait cru la ville changée. Ne reconnaissant rien, il avait erré tel un chat perdu entre les façades étincelantes des tours et leurs esclaves en costumes, arpenté les rares espaces verts délaissés où s'amoncelaient chaque jour davantage d'éclopé-e-s de la vie au milieu des ordures, visité chaque recoin d'une Bougu devenue Keimoo, sa loi englobant désormais la ville.

C'était au cours de ces errances qu'il avait entendu parler de l'agence, son nom, souvenir esseulé d'un passé qui lui avait semblé perdu, l'avait persuadé d'y aller.
- -

Nous étions en juin. Seules les fleurs et mauvaises herbes fanées qui ponctuaient les fissures d'un bitume fatigué par la chaleur écrasante d'une canicule devenue norme semblaient vouloir rappeler la saison. La foule d'une rue passante rajoutait à l'ambiance suffocante et ce n'était pas les quelques fontaines et humidificateurs d'air qui changeraient cela. Passants et passantes se mélangeaient, toutes et tous pressé-e-s d'une frénésie bruyante, et Takuya n'était pas en reste.

Figure pâle, traits tirés et joues mal rasées typiques d'une nuit trop courte, t-shirt passé sans se soucier d'être accordé, démarche mains dans les poches semblant décontractée, la grande silhouette qui se faufilait entre les obstacles se présentant sur son chemin était animée d'une tout autre énergie.

Laquelle ? Il ne pouvait pas encore poser de mots clairs dessus mais il lui semblait qu'il ne pouvait se permettre de se reposer tant qu'il ne trouverait pas de réponses à ses questions.

Pourquoi son frère ? Il en avait une petite idée, les dettes étaient mauvaises alliées lorsqu'on dirigeait une entreprise telle que celle de sa famille, surtout par les temps qui courraient mais l'affaire lui semblait aller bien plus loin que ça. Qui ? Les prétendants étaient nombreux, il lui semblait probable qu'une organisation ayant affaire avec la Hibari's Inc. était à l'origine de tout cela.
En avait-on après lui ? Souvenir du sourire d'un officier judiciaire alors qu'on lui annonçait la mort de Shun. Paranoïa lié au choc ? Ou menace réelle d'un groupe ayant des liens jusque dans la police ?
Il n'en savait rien. La vérité c'est que les années d'efforts à se rapprocher de sa famille n'avaient jamais pu combler le vide laissé par une incompréhension bien plus ancienne. Des secrets restaient, de simples dettes ne pouvaient expliquer cette mort.

Arrêt net devant la façade d'un petit immeuble sans prétention. Nulle insigne criarde ou néons, la sobriété du personnage semblait teinter les lieux, aussi, seule une plaque indiquait que c'était le bon endroit.
"Sakutaro Agency – Avocat"

L'homme sourit doucement, "avocat hein ?", on lui avait parlé d'un homme à tout faire, garde du corps, à l'efficacité éprouvée, pas d'un juriste. Il se rendit compte que sa démarche était bancale, et ce du début à la fin, quelle garantie avait-il que derrière ce nom se trouvait bien la personne qu'il escomptait ?

Takuya secoua la tête en passant sa main dans ses cheveux désormais courts, "Eh bien, même si ce n'est pas lui, autant juger des racontars."

Il posa une main ferme sur la poignée, puis entra en marmonnant dans un soupir.
"On a tous besoin d'un avocat un jour faut croire."

__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 577

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Lun 18 Juin 2018 - 21:38

Dans la vieille salle que je m'étais aménagé au fond de mon appartement, a l'étage, je suais un peu histoire de garder des capacités physiques qui s’étaient très légèrement tarit depuis que j'avais quitté les forces d'autodéfenses. C’était tout de suite plus dur quand l'on était plus payé pour faire du sport. Mais j'avais passé mes dix premières années d’entraînements a le faire pour le plaisir, alors je n'avais pas vraiment de mal a me pousser un peu pour ne pas perdre la main. Cela pouvait me sauver la, du moins durant le temps ou je continuerais cette activité. Dix ans, avant de commencer a faiblir ? Je n'avais pas vraiment besoin d'y penser pour le moment.

Je descendais les escaliers, le t-shirt un peu humide et une serviette autour du cou. Une journée ou je n'avais pas vraiment eu besoin de sortir était parfois reposante, tant j'avais la sensation de passer mon temps a courir partout. Ces derniers temps, j'avais vécu la plupart des mes soirées prêt du port, en espérant pouvoir intercepter les voyous qui décidaient de venir se servir dans les cargaisons entrantes et sortantes. Mais j'avais la sensation de perdre mon temps, et de toute façon si ils venaient en force, je n'aurais pas pu intervenir directement. Mais je connaissais bien les pontes de la ville. Shiki, notamment, était une bonne porte d'entrée au niveau des relations.

Je tombais sur la chaise devant le bureau qui faisait l'angle de l'office, plongé dans la pénombre a l'exception de la lumière de mon ordinateur portable bon marché qui tournait assez bruyamment, tournant d'un coté sur les sites de ventes, et de l'autre sur quelque page du dark net que je n'étais même pas sur de comprendre. Un de mes camarades d'unités avait essayé de m'apprendre quelques trucs, mais je ne connaissais que les bases. Cela pouvait être pratique cependant. Il me faudrait un collaborateur porté dans l'informatique.

Je levais la tête. On toquait a la porte. Ce n’était pas commun. La plupart du temps, on m'envoyait un mail, ou un sms, avec mes coordonnés. Difficile de venir par ici sans se faire remarquer, et la plupart de mes clients aimaient bien avoir des assurances avant de venir en personne. Je passais doucement la main sous le bureau ou se trouvait un glock des plus classiques, avant de voir l'homme qui pénétra la pièce.

Il avait changé, forcément, il était plus vieux. Comme moi sans doute. Et dans la pénombre, je ne fus pas immédiatement sur de mon analyse. Mais quand il avança dans la pièce, j’eus un sourire en me levant, relâchant l'arme dissimulé. Si on m'avait dis qui allait venir s'inviter dans mon bureau ce jour la, je ne l'aurais pas cru. Faisant le tour du bureau, je l'approchais avant de m'incliner brievement, et de lui tendre une main franche.

- Si on m'avait dit que j'aurais l'honneur d'avoir en invité le nouveau PDG d'Hibari's inc, je ne l'aurais pas cru un seul instant.

J’empêchais un bref éclat de rire, avant de laisser tomber les mondanités.

- Takuya-san. Ça faisait....une vie. Au moins. Venez donc vous asseoir. Pas ici, montons chez moi, j’habite au dessus.

Je prenais les devants, et le dirigeais vers le salon de mon quatre pièces un peu miteux, mais assez grand au vu du prix que je le payais, et lui indiqua un sofa a l'air confortable.

__________________________________________________

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Takuya Hibari
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Non Binaire Vierge Cochon Age : 23
Adresse : Bougu
Compteur 180

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Mar 19 Juin 2018 - 18:24

L'endroit était à l'image de la plaque au dehors. Meubles espacés, propres sans être chers, sans doute choisis pour leur aspect pratique. Le tout semblait inviter à l'efficacité, la réflexion, le calme; et cela avait une certaine efficacité. Aussitôt la porte close, les lieux se retrouvaient déconnectés de l'extérieur. Une légère odeur de tabac froid, les lattes du parquet qui grinçaient à peine, et c'était tout, les sens pouvaient se reposer.
Il fallut ce temps de repos à sa vision pour que Takuya se rende compte qu'il n'était manifestement pas seul.

Un homme se tenait à quelques mètres en face de lui debout, une expression de concentration sur le visage. Athlétique sans être pataud, grand sans prendre de la place... et blond sans être caucasien.
Le visage de Satoshi se fendit d'un sourire alors que sa posture laissait à penser que celui-ci se détendait.

Gesticulations de bienvenue imposée par une politesse que le temps n'avait apparemment pas su rogner, auxquelles Takuya répondit par une simple poignée de main avec un petit sourire en coin; oui, c'était bien lui.

- Si on m'avait dit que j'aurais l'honneur d'avoir en invité le nouveau PDG d'Hibari's inc, je ne l'aurais pas cru un seul instant.
- Profitez, cela ne risque pas de durer bien longtemps. L'entreprise est en liquidation judiciaire.

Takuya avait répondu amicalement, mais il était impressionné. Certes l'entreprise avait prévu de faire son entrée en bourse avant le drame mais ce n'était pas une information que la presse ordinaire détenait. Il se tenait informé.

- Takuya-san. Ça faisait....une vie. Au moins. Venez donc vous asseoir. Pas ici, montons chez moi, j’habite au dessus.

Il le suivit en silence après avoir acquiescé de la tête. En effet, cela faisait une vie, comme le reste de Keimoo. Takuya avait complétement rompu contact avec l'ensemble de ses contacts à son départ de l'université, non pas que ceux-ci étaient nombreux, mais assez pour que cela soit remarquable. Il n'avait jamais été très proche de ce Satoshi mais le plaisir était néanmoins sincère.

L'étage était réservé à ses appartements, l'occupant ne devait pas payer une fortune étant donné l'état des murs et des fenêtres, néanmoins l'ensemble semblait confortable, fonctionnel à l'image du reste du bâtiment et de son occupant.

Takuya fit quelques pas devant les fenêtres profitant une instant d'une absence d'horizon causée par l'amas de bâtiments gris, puis se décida à s'asseoir sur le sofa indiqué par Satoshi.

Il fronça les sourcils, rompant avec l'image calme qu'il tentait de renvoyer au monde extérieur avant de prononcer ces mots.

- J'ai un peu honte d'être invité chez vous en ami alors que mes intentions sont toutes autres. J'aurais apprécié revenir dans cette ville en d'autres circonstances. J'aimerais croire que nous aurons le temps, plus tard, d'échanger ainsi.

Pause, le temps que son interlocuteur digère l'information.

- Vous semblez informé, alors j'imagine avez-vous eu vent des circonstances particulières qui m'ont amené à la tête de cette entreprise.

Les phalanges de Takuya blanchirent alors que ses mains se crispèrent l'une dans l'autre, une sorte de reflet de détermination malsaine dans le fond de l’œil.

- J'ai moi aussi besoin d'informations.

__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 577

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Mer 20 Juin 2018 - 14:04

Hum, en liquidation judiciaire ? J'avais entendu dire que les affaires n'allaient pas au mieux, surtout avec le soudain changement de patron pour une affaire de meurtre dont je n'avais pas vraiment tout les détails, je m'étais juste dire qu'il allait sans doute parvenir a remonter la pente. Je ne m'en étais pas vraiment plus intéressé. Après tout, cela ne me concernait pas vraiment. Pour l'instant en tout cas. Enfin, si elle fermait, je suppose que j'avais encore moins de raisons d'y fourrer mon nez.

Une fois en haut, je me dirige directement vers la pièce d’à coté pour faire chauffer de l'eau. Thé d'un coté, café instantané de l'autre, a la convenance. Je l'observe du coin de l’œil par l'ouverture sans porte. Il semble....un peu moins en forme qu'a l'époque. Sans doute moins le temps de conserver une activité physique correcte. Sans compter le poids de l'age qui nous touches absolument tous. Même moi je pouvais sentir que je n'avais plus la souplesse de mes vingts ans, et pourtant je m’estimais encore en parfaite condition physique. Nous étions tous égaux face au temps, aprés tout.

Je pose le tout sur la table basse devant le sofa, et prend moi même une tasse pour la remplir d'eau, observant silencieusement les sachets. Un thé péche-mangue sera parfait, et je commence a infuser l'eau en tombant assis sur un fauteuil en face de lui. Il a la mine sérieuse et sombre, et avant même qu'il n'ouvre la bouche, je me doute qu'il n'ai pas juste passé devant le bâtiment en reconnaissant mon nom sur la plaque. Et connaissant son poste désormais, et mon activité, pas besoin d’être un génie pour savoir ce qui le faisait venir ici.

- Ce serait avec plaisir. J'ai d'avantage l'occasion d'écumer les bars qu'a l'époque ou vous m'aviez sortit du pétrin.

J'avais vraiment l'impression qu'un siècle s’était écoulé, et en y repensant, je n'étais vraiment pas dégourdis a l'époque. Enfin, tout le monde avait des souvenirs étrange, et je ne devais pas etre le seul a me demander « pourquoi j'ai fais ça ? ». Toujours est il que même après presque douze ans depuis cet événement, j'avais toujours le sentiment d'avoir une genre de dette pour l'homme en face de moi. Il reprend la parole, et je ne peux m’empêcher de sourire d'avantage. Je m'en doutais bien. La situation est connu de tous, grâce aux journaux, mais l'affaire avait était largement était étouffé, de sorte que je ne savais même pas vraiment de quel façon il avait etait retrouvé, ni ou. Hibari Shun, si je me souvenais bien.

- Il m'arrive d'entre des petites histoires ici et la, a travers la ville. J'ai l'habitude de pas mal bougé, je n'aime pas l'immobilité. Un jour a droite, vers le port, un jour a gauche, vers le théâtre, puis une petite sortie au musée de mademoiselle Watanabe. Je n'ai pas le temps de m'ennuyer, ahah.

Je retire le sachet de thé de ma tasse en tournant un sucre que je viens d'y mettre avec une cuillère. Au moins il ne tournait pas autour du pot, mais je me demandais si il avait vraiment envie de se plonger la dedans. Dans une ville pareille, il n’était pas difficile d'imaginer qui ou pourquoi le meurtre avait eu lieu. Il y avait bien sur toujours des exceptions, ou des faits un peu.... «unique », mais le fond était toujours le même. Un différent, une dette, un combat politique.

- Vous avez une entreprise sur les bras, Takuya-san. Et si j'en crois ce que vous venez de dire, ce n'est pas facile tout les jours. Vous souhaitez vraiment vous rajoutez un fardeau supplémentaire ? Chercher un meurtrier dans cette ville, c'est comme frapper dans une fourmilière. Il y en a deux ou trois cents qui sortent, mais ils ont tous exactement la même tête.

Je soupire. Il avait sans doute l'habitude du milieu. C’était bien a Bougu que je l'avais rencontré, a l'époque ou c’était un endroit unique en son genre. Je prend la tasse, bois une gorgée et me brûle légèrement en pestant.

- Hum....admettons que je puisse vous aidez. Qu'est ce que vous voulez savoir ? La cause ? La façon ? Un homme ? Un groupe ?

__________________________________________________

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Takuya Hibari
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Non Binaire Vierge Cochon Age : 23
Adresse : Bougu
Compteur 180

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Jeu 21 Juin 2018 - 16:25

Le thé infusait doucement sur la table entre les deux hommes. Boisson à l'opposé d'un souvenir lointain.
"Sorti du pétrin" hein ? Takuya ne put empêcher un petit rire silencieux alors qu'il sortait un paquet  de blondes à moitié écrasé de la poche arrière de son jean.

"Puis-je ?" Demanda-t-il en se dirigeant vers une des fenêtres.

Le pétrin, dans ses souvenirs, c'était lui qui en était à la source. Son hôte était sans doute trop poli pour le lui faire remarquer. Loin était l'époque à traîner de bar en bar, et pour dire vrai, cela faisait même quelques années qu'il n'avait pas touché à une seule goutte d'alcool. Nulle résolution stricte derrière tout cela, simple résignation à la conformité, comme tout ce qu'il avait pu entreprendre ces dernières années. Lui qui plus jeune avait couru derrière une liberté dérisoire sans jamais s'épuiser, sa vie d'adulte le laissait fatigué d'ennui.
Du moins, jusqu'à ces dernières semaines.

- Il m'arrive d'entre des petites histoires ici et la, a travers la ville. J'ai l'habitude de pas mal bougé, je n'aime pas l'immobilité. Un jour a droite, vers le port, un jour a gauche, vers le théâtre, puis une petite sortie au musée de mademoiselle Watanabe. Je n'ai pas le temps de m'ennuyer, ahah.

- En soi vous n'avez pas changé, je m'étonnais du chemin que vous sembliez avoir emprunté, mais du reste... peut-être que cela vous correspond bien après tout.

Nouveau regard sur la rue.

- Enfin, c'était un avis biaisé depuis le départ, hormis le bar et le club de combat... nous n'avons jamais eu le temps d'échanger plus que ça.

Inspiration. Expiration. Les mondanités d'usages se tarissaient, pour ne laisser place qu'à la raison de sa venue.
Rire nerveux de sa part lorsque Satoshi tenta de lui faire entendre raison. Il n'y était pas, la "raison" n'avait rien à voir là dedans. Takuya se crispa sur la poignée de la fenêtre, son bras tendu par l'excitation dans un effort bien trop grand pour un simple système d'ouverture.

- Je n'ai que faire de cette entreprise, elle n'était pas pour moi. J'utiliserai toutes les ressources que je pourrais lui soutirer afin de trouver ceux que je cherche, puis, je la laisserai couler.

Nouvelle respiration afin de retrouver son calme. La fatigue frappait, il ne devait pas se laisser emporter par le flot de ses émotions. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été confronté... non, en fait, il n'avait jamais été confronté à de réelles difficultés. Il n'avait jamais connu la vraie faim, le froid ou la peur de mourir. Sa quête de liberté de sa jeunesse n'était qu'un caprice d'enfant qui avait tout, et c'était à 32 ans, au pied du mur, qu'il s'en rendait compte.
Il reprit, le visage tiré, plongeant son regard froid dans ceux de Satoshi, une détermination nouvelle dépeinte sur son visage.

- Shun était un imbécile. Je ne le fais pas pour lui, je le fais pour moi. Tant pis si je dois brûler toute la p****n de fourmilière.

Silence lorsqu'il se rassoit face à son interlocuteur, prenant le temps de boire une gorgée du thé afin de laisser ce dernier digérer l'information.

- Si vous pensez pouvoir faire votre travail et continuer votre vie en sachant cela, alors voici que je désire. La cause ne m'intéresse pas, j'en ai déjà une idée. La façon non plus. Je ne veux que deux choses, qui, pour le compte de qui.

Sa liberté, il la trouvera en brûlant.

__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 577

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Ven 22 Juin 2018 - 15:26

Alors que j'observais ma tasse de thé, je le voyais se lever, après une brève demande que je ne m'attardais même pas a accepter plus que nécessaire, lui signifiant qu'il pouvait faire comme chez lui. Mais j'en profitais pour revenir a une expression plus neutre, plus apte a du travail, puisque c’était pour cela qu'il était venu. A force de me balader ici et la, j'avais fini par considérer que mon travail et ma vie ne faisait qu'un, et je n'avais pas l'habitude de changer d'attitude en fonction de la situation. Mais je savais décrypter l'ambiance générale.

Cet homme semblait bien loin de celui que j'avais rencontré un soir dans un bar de Bougu. Il se tenait plus droit, mais pourtant, il laissait traîner autour de lui une sorte d'aura triste. Pas très étonnant, quand on savait que son frère venait de se faire assassiner. Quand je le regardait de plus prêt, il gardait cette aura martiale que j'avais ressentis la première fois que je l'avais vu avancer vers moi dans le dojo de l'académie. C’était combien d'année en arrière ça ? Pff, un monde.

- C'est vrai. Mais nous revoilà réunis dans la même pièce. C'est peut être parce que le destin nous donnes un coup de pouce. Une genre de deuxième chance. Un peu comme dans ces séries a l'eau de rose. Ahah. Enfin, je ne crois pas vraiment au destin. On a que ce que l'on s'offre, vous ne croyez pas ?

Je monologue un peu la, mais je ne suis pas vraiment un grand fan de cette atmosphère pesante qu'il fait tomber sur la pièce. Mais je présume que c'est mon boulot, je ne vais pas m'en plaindre, au contraire. Ne dit on pas que c'est dans l'adversité que l'on progresse ? J'ai comme l'impression que ce dont il a envie de son coté est parfait pour progresser, si on se base sur cet état de fait. Oui bon, je monologue clairement pour pas grand chose la. Je passe doucement la main pour écarter les mèches de cheveux encore humide a cause de l’entraînement, le laissant enchaîner.

La colère est perceptible dans chacune des phrases qu'il prononce. S'en est presque effrayant. Il semblait prêt a tout balancer. C’était quand même l'héritage de sa famille, et je trouvais ça un peu étrange qu'il n'ai pas envie de la faire remonter la pente. Mais pour ça, c’était son choix, je n'avais pas grand chose a dire.

- Vous savez...Hibari-san. A la base je fais cette...hum...activité, pour aider les gens. Je n'ai pas vraiment envie de m'engager dans une vendetta de ce genre.

Je prend ma tasse, et prend une gorgée, me brûlant encore. A chaque fois je m'en souviens juste au moment ou le liquide touche ma langue. Je suis sans doute un peu étourdit. Peu importe.

- Je peux me renseigner, oui. Mais est ce que trouver la trace d'un camé qui a pressé la détente pour une poignée de Yens aidera a vous faire sentir mieux ? Je n'en suis pas certain.

Et puis je ne faisais pas ça pour l'argent, a la base. J'avais largement de quoi vivre de mes revenus actuels. Mais il était la, je ne pouvais pas l'abandonner.

- Qu'est ce que vous comptez faire, si je vous donne un nom ? J'ai bien assez de mal pour éviter la monter du conflit entre les différents groupes de Yakuza de la ville. Il n'y a malheureusement pas beaucoup de gens aussi bien placé que moi entre les différents groupes. Je n'ai pas envie que vous enflammiez une des allumettes que j'essaye désespérément d'éteindre. Mais attention, ne comprenez pas ça de travers. Je vais vous aider. Mais votre réponse m’intéresse.

C’était sa vie que je trouvais intéressante en fait. Devenir PDG d'une entreprise, ca faisait de bonnes histoires a raconter.

__________________________________________________

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Takuya Hibari
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Non Binaire Vierge Cochon Age : 23
Adresse : Bougu
Compteur 180

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Sam 23 Juin 2018 - 15:10

Le soleil montant tentait désormais de dépasser les immeubles qui formaient l'horizon étroit de l'autre côté de la rue. L'atmosphère se réchauffait de manière imperceptible et avec elle sa nuque, tandis que le thé refroidissait au rythme des volutes de vapeur s'en échappant.

"On n'a que ce que l'on s'offre, vous ne croyez pas ?"

La considération d'un homme suffisant de ses propres acquisitions brisa le silence de l'appartement. Takuya regarda autour de lui avant de répondre. Sans doute avait-il raison, les seuls cadeaux que la vie pouvait bien nous faire provenaient souvent de nous-même, sinon celle-ci n'en faisait pas.
Enfin, cette assertion n'en était qu'une seulement et seulement s'ils se mettaient d'accord sur elle.

"Je ne crois pas non, sinon comment expliquer que celle-ci m'offre une si belle promotion sur un plateau ?"

Expiration. Fatigué par sa propre remarque Takuya tint ses yeux fermés un instant, à demi prêt seulement à continuer la discussion. Ses émotions contradictoires se bousculaient dans sa tête, multiples batailles rangées entre un besoin irrépressible de détruire quelque chose et son envie de disparaître de la surface de la terre. S'enterrer quelque part, abandonner son corps à la terre tandis que sa tête nue dépasserait. Là, laisser le temps faire son oeuvre, que la terre et les excréments des animaux qui parcouraient encore ce monde le recouvrent, doucement, que la flore plante ses racines dans ses pores, qu'une colonie de fourmis trouve repos dans sa chair, tranquillement, qu'on ne le retrouve qu'à l'état d'arbre planté au-dessus d'un amas d'os de ce qu'il était jadis. Le soleil réchauffait sa nuque d'arbre.

Respiration. Satoshi avait répondu. Ses mots comme autant d'ondes qui n'étaient parvenues que difficilement à sa conscience alors que l'homme-arbre lui, paraissait si réel.

Il fixait désormais le plafond et ses traces d'humidité lorsqu'il répondit.

"Ce n'est pas une vendetta." Voix d'endormie qui menaçait de replonger d'un instant à l'autre, Takuya tapota sa poche gauche dans un mouvement qui avait tout de l'automatisme. Il ne chercha pas à s'expliquer, ses réponses se faisaient plus courtes alors que l'excitation d'il y a quelques instants retombait sur ses épaules. La rue lui paraissait si proche désormais, il lui semblait pouvoir entendre chaque discussion en contrebas. La cloison était donc si fine que ça ?

Satoshi parlait encore. Il parlait beaucoup pour un gardien de dojo. C'était cela, c'était un gardien et ces lieux un dojo. "D'où l'austérité" pensa Takuya se frottant sa nuque. "Il ressemble presque à un policier..." se susurra-t-il à lui-même alors qu'il peinait à entendre ce qu'il racontait. Il aurait bien aimé écouter, mais cette rue l'en empêchait.

"Ah ah oui, mais presser la détente n'est pas le but en soi..."

Comment son frère avait-il réagi à la menace de mort imminente ? L'avait-il seulement perçu ? Shun n'était pas vraiment courageux, mais il savait négocier. Peut-être avait-il tenté quelques promesses au bord de cette autoroute. Leur avait-il promis le double de ce qu'ils étaient payés alors que le canon froid d'une arme lui brûlait sa nuque ? Sans doute n'avait-il fait que supplier.
Qu'aurait-il fait lui ? Se serait-il battu ? Il aimerait bien en avoir la réponse.

"Une allumette, oui c'est cela, tu as chez toi une allumette Satoshi-kun."

La lucidité des derniers instants de consciences semblait l'étreindre tandis qu'il prononçait ces mots. Il n'était qu'une petite allumette oui, rien de plus qu'un petit bout de bois à tête rouge qui menaçait de s'éteindre à chaque instant. On l'avait allumé il y a peu, à lui de décider si il comptait regarder se consumer ou bien agir, tout simplement.

"Agir, c'est la seule chose que je puis faire tu vois ? Agir et espérer que les flammes prennent ou bien disparaître, survivre à une vie qui n'a rien à m'offrir."

Takuya avait de nouveau fermé les yeux, sa respiration régulière. Plongé dans l'inconscience d'un sommeil sans rêves, son corps d'ordinaire ferme, désormais enfoncé dans le sofa en une position qui protégeait sa nuque rouge des rayons du soleil.

__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 577

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   Sam 23 Juin 2018 - 19:07

Je soupire en le regardant enfoncé dans le canapé. Ça va mal. Il semble au bout du rouleau. Je me demandais un instant ce qu'avait pu être sa vie pour le rendre comme ça. Il n’était pas vraiment jovial a l'époque, mais maintenant, il faisait presque peur. Et c’était a moi de la frotter, cette allumette ? Tout ce que j'arriverais a faire, c'est d’être un peu trop brusque, et que le bout du petit bâtonnet se consume instantanément pour tomber doucement a terre, pour ne plus jamais se relever.

- C'est particulièrement sombre comme vision....ce n'est pas a moi d'en juger, mais je trouve ça dommage.


C’était vrai. Il avait toujours eu quelque qualité. Comme par exemple...hum....se déboîter l'épaule dans un bar puis assommer un vigile avec une choppe de bière. C’était une bonne qualité ça, non ? En fait je ne le connaissais pas. Rien d'autre que la partie maussade de l'homme qui se trouvait en face de moi. Mais mon rôle c’était d'accepter ou de refuser le travail qu'il me proposait. Pas de faire son introspection mentale. Je prenais une gorgée, restant silencieux un moment. Une minute. Dix minutes. Une heure. Le temps passa, alors que l'heure avançait vers la nuit. A bougu, maintenant, c’était la nuit a toute heure de la journée. Mais c’était exactement comme tout le reste de la ville. Alors le temps que je pouvais passer a réfléchir n'importait guère.

- Je vais avoir besoin d'informations. Si vous n'avez plus aucune envie de garder l'entreprise, il n'y a plus de secrets a garder je suppose. Des informations sur votre frère, sur l'entreprise en générale, l'état de ses comptes, ses activités légales comme illégales. Les cadres principaux de l'entreprise aussi. Je suppose que vous avez un conseil d'administration, ou un équivalent.

Mes doigts pianotaient sur la tasse désormais vide et froide. Il allait falloir garder notre coopération discrète. Même si lui avait décidé de tout lâcher, l'entreprise était toujours debout. Et disponible. Il était sans doute la prochaine cible des tueurs, si c’était bien pour la firme des Hibari que Shun était mort. Je me levais tranquillement, allant vers un bureau se trouvant a coté de la télé. La ou j'avais des dossiers sur les gens importants de la ville.

- Pour éviter de trop faire de gaffes, je vais vous parler des gens a qui je pourrais demander directement des informations. Si ils vous connaisse ou on affaire a votre entreprise, il vaux mieux que je m'abstienne.


Je sortais une photo d'un homme d'environ vingt cinq ans, les cheveux rasés, a l'air froid et tout aussi neutre que celui qu'abordait Takuya depuis qu'il était entré dans cette pièce. Je la posais sur la table, devant lui. Ryu Habashira, deuxième fils du chef du gang Habashira, qui avait le contrôle de l'académie maintenant. Bien loin le temps ou le campus était mon lieu de vie principal.

- Vous le connaissez ? Son gang est l'un de ceux qui s’intéresse le plus aux gros morceaux de la ville. L'académie, le musée, entre autre. Un bon point d'entrée pour ce genre d'affaire. Je le connais personnellement, et je pense qu'il pourrait avoir des informations. Mais a l'inverse, il n'est pas bete, et il saura rapidement que je travail pour vous. Ou au moins pour la compagnie. Alors il faut etre sur qu'il ne soit pas impliqué dans l'histoire d'abord. Histoire de pas se prendre un coup de couteau dans le dos. Si vous savez quoi que ce soit sur lui, hésitez pas.


Je soupirais, et sortait mon paquet de cigarette que je n'utilisais pas plus d'une ou deux fois par jour. J'en coinçait une entre les dents, avant de lui tendre le paquet.

- Cigarette ?


On allait sans doute avoir a passer un peu de temps ensemble.

__________________________________________________

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plongée en eaux inconnues [Coucou Sato]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plongée en eaux troubles feat Mr Argent
» Toutes les eaux sont couleur de noyade. [PV Aélis]
» Eaux croupies, rattus norvegicus
» Coucou me revoilà!
» Dégâts des eaux [Jena]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Event ₪ :: ► See you in ten years :: Dans 10 ans-
Sauter vers: