₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When it's time to spend money [Lily]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: When it's time to spend money [Lily]   Mer 13 Juin 2018 - 17:48

When it's time to spend money



Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis ma première rencontre avec Lily. Beaucoup d'élément était rentré en compte dans ma vie mais , ce samedi matin, je pensais à cette agréable après-midi que j'allais passer avec ma nouvelle amie. Je ne voulais pas m’emmêler les pensées avec les éléments extérieurs de ma vie qui prenait trop de place en ce moment . J'avais envie de passer un bon moment entre acolytes sans me prendre la tête inutilement toutes les cinq minutes . Je sautais de mes draps , d'assez bonne humeur et profitai de cette mâtiné pour terminer quelques devoirs assez urgents qui m'attendaient. J'avais pris du retard sur mes devoirs de science et de japonais. Ce n'était pas mon genre , clairement. Je recentrais toute mon attention sur mes devoirs sans décrocher un moment de ceux-ci. Je m'y étais mis dès mon réveil car je m'étais rendu compte du ralentissement que j'avais effectué dans l'organisation de mon travail. J'étais plutôt inquiet, il ne fallait pas que cette situation dure. Je passais de mon ordinateur à mes livres jusqu'à mes cahiers durant plusieurs heures. Il était bientôt 11 heures quand je me rendis compte que j'étais toujours en boxeur et que je n'avais toujours pas déjeuné. D'ailleurs mon ventre ne se gênait pas de me le rappeler. Je posais mon cahier en soupirant , je devais m'obliger à faire une pause sinon je ne tiendrais pas cette après-midi le ventre vide. Je descendis me préparer un repas , Sobo devait être occupé car elle n'était pas présente au rez-de-chaussée. Ayant peu de temps devant moi si je voulais achever les devoirs que j'étais sur le point de terminer , je me préparais donc rapidement deux sandwichs et un jus de pomme que j'avalais en 5 minutes chrono. Je remontais pressement en jetant presque mon verre dans l'évier puis je me remis à la tâche.


Une fois mes devoirs achevés, je lâchai un long bâillement. J'avais su gérer mon temps mais la fatigue se faisait , hier je n'avais pas beaucoup dormi à cause...A cause de lui. Je frottais mes yeux et m'étirais, des cernes se dessinaient sous mes yeux. Il fallait que je fasse quelques choses pour mon visage sinon Lily penserait que j'étais devenu insomniaque ou que je m'amusais à accumuler les nuits blanches. Il est vrai que mon sommeil était perturbé en ce moment mais j'arrivais à trouver des moments de repos. Entre ma vie scolaire et ma vie sociale et surtout sentimental , je me sentais un peu perdu et je n'avais plus trop de temps pour penser à moi. Aujourd'hui serait une bonne occasion pour prendre plus soin de moi . Je savais pertinemment qu'en allant voir Lily , j'allais me changer les pensées et j'allais rire à la première occasion venue .  De plus , j'avais quelques petits trucs à racheter, le centre commercial serait donc une bonne occasion pour me faire plaisir ! Je me rendis à la salle de bain pour arranger mon visage en passant une crème sur mon visage après l'avoir nettoyé puis , une fois douché , je passais de l'anticerne en dessous de mes yeux pour camoufler mes traces de fatigue. J'enfilais une tenue assez décontracté , un simple t-shirt avec un jean déchirer et une paire de doc Martens rouge pétant. Ce n'était pas une paire de chaussures discrètes mais j'étais tellement bien dedans que la couleur comptait peu pour moi. J'enfilais ma veste à carreaux préférés et je passai un petit coup de main dans mes cheveux , histoire de dire que j'avais fait quelques choses de ma touffe de cheveux. Il serait peut-être temps que je me rende au coiffeur, un de ses jours...


Une fois fin près , je pris un sac à dos avec quelques affaires dont de l'argent , mon portable avec ma batterie externe pour le charger si celui-ci tombait à plat et enfin des chewing-gums à la menthe. Avant de les ranger dans mon sac , j'en sortis un de son emballage et commençai à le mâcher , je savais que ce genre de chose m'occuperait le temps du trajet. Je regardais l'heure sur mon portable...14h30 . J'étais clairement en retard . Même si nous nous étions donné rendez-vous pour 15 heures , le temps de trajet me prendrait plus de 30 minutes en comptant l'attente du bus et ses arrêts. Soit j'optais pour la solution de tout faire à pied quitte à être fatigué et en sueur après ou alors j'envoyais un SMS à Lily pour la prévenir de mon retard. Vous alliez vraiment croire que j'allais tout faire à pied ? Je détestais la sueur, surtout sur moi, il en était hors de question. Je pris mon téléphone et me dépêchais de tapoter un SMS assez court et indicatif à mon acolyte.


> Hey ! C'est Aaron ! ^_^


Je risque d'avoir un peu de retard ! J'étais pris dans mes devoirs et je n'ai pas vu l'heure tournée … Sorry ! Mais je n'arriverais pas trop en retard . J'attends le bus , il ne devrait pas tarder à arriver !


A tout de suite o/ <



Bon , en réalité je n'étais pas encore sorti de chez moi mais je pourrais remettre la faute sur le bus. Après tout, tout le monde fait bien ça , ce n'était pas un gros mensonge , c'était juste arranger la réalité pour faire paraître mon retard normal et justifier. Et puis, elle ne pouvait pas vérifier mon information , tout était crédible dans mon SMS , même si j'étais un piètre menteur . J'enfilais ma paire d'écouteurs en mettant en route la playlist du dernier album d'Imagine Dragons. Je me rendis à l'arrêt de bus en attendant que celui-ci arrivait. Je connaissais par cœur le chemin jusqu'au centre commercial principal de la ville mais je venais de me demander si Lily le connaissait. J'eus un soupire à cette pensée , j'espérais qu'elle trouverait son chemin sinon je prendrais un autre bus pour la rejoindre. J'arrivais à la moitié de ma playlist alors que j'attendais toujours le bus . Je me demandais si tout le monde avait décidé de me mettre en retard aujourd'hui.... Je soupirais, il était déjà 14h50 , j'aurais plus qu'un petit retard... Bon il fallait que je me rattrape , sinon Lily allait probablement m'en vouloir ou penser que je l'avais planté dans un énorme centre commercial. J'avais plus l'habitude d'arriver en avance qu'en retard , je me sentais un peu mal à l'aise d'être aussi en retard mais bon, je ferais avec. Le  bus se décidait enfin d'arriver et je me posais dedans en attendant que j'arrive à destination. Les décors défilaient devant mes yeux , la musique toujours aussi forte dans mes oreilles . Une fois arriver à destination , je pris une cadence de marche assez rapide pour arriver devant l'entrée du centre commercial. Je ne voulais pas me mettre encore plus en retard que je ne l'étais déjà. J'allais passé pour quelqu'un de malpoli , ce qui n'était pas le cas... J'étais même plutôt du genre à cheval sur ce genre de règle de vie . Dès que je le pouvais, je tenais la porte aux gens , j'aidais quelqu'un s'il en avait besoin , et pour moi la ponctualité faisait partie de ce genre de règle de vie. Je regardais mon portable pour vérifier l'heure : 15H20 , bon j'espérais qu'elle ne m'en voudrait pas trop. Même si j'avais du mal à l'admettre , ce n'était que 20 minutes , j'avais attendu bien plus longtemps dans ma vie pour certaines choses.


Je remarquais Lily devant l'entrée du centre commercial et j'allais directement vers elle d'un pas assuré. Je lui adressais un sourire désoler , comme si je savais que j'avais fais une bêtise mais que je ne voulais pas tant l'admettre que ça. Je lui fis un signe de main pour lui indiquer ma présence jusqu'à être à sa hauteur . Dès que j'arrivais en face d'elle , je pris la parole un peu essouffler de mon périple :


«  Hey ! Comment vas-tu ? Hé, j’espère que je suis pas trop en retard... »


Je me grattais la tête , gêné principalement de mon retard. Je repris la parole en remettant correctement le col de ma veste :


« Bon! Pour me faire pardonné de mon retard je t'offre un mcflurry si tu veux ! Ou autre chose à manger , j'ai bien envie de prendre une glace... »


Pour tout avouer , j'avais encore faim. Ce n'était pas deux pauvres sandwichs qui m'avait calé et je n'aurais pas dit non à un petit dessert . J'avais l'habitude de souvent manger du sucré et les glaces étaient un de mes pêches mignons que je n'osais avouer . Et puis , j'étais presque sûr que Lily accepterait mon offre de pardon autour d'une glace nappage caramel , j'en avais déjà l'eau à la bouche rien que de visualiser le dessert dont j'avais envie. De plus , cela me permettrait de reprendre des forces avant d'attaquer notre viré shopping et de lui montrer des magasins sympa.


Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Aaron Evans le Jeu 19 Juil 2018 - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 54

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Ven 15 Juin 2018 - 15:31

Enfin Samedi ! Enfin un jour entier dédié à faire une pause ! Et dieu qu’elle en avait besoin. Sa punition de la veille, qu’elle avait effectuée en très bonne compagnie d’ailleurs, avait complètement épuisé Lily, qui s’était couchée « relativement » tôt, c’est-à-dire dans les environs de minuit. La semaine était terminée et elle n’avait pas énormément de devoirs à faire, ce qui n’était pas plus mal. Rentrée le soir courbaturée et transpirante, la jeune fille avait pris une bonne douche salutaire, avant de rester dans sa chambre pour la soirée. Bien évidemment qu’elle avait sommeil, mais elle souhaitait également profiter de sa soirée, regarder un anime, se perdre sur internet, dessiner… et c’est ce qu’elle fit au final. Clairement cela faisait du bien de se poser, faire ce que l’on aimait ! Demain elle avait rendez-vous en plus, donc autant y aller détendue et souriante !

Le réveil fut assez rude, la dernière chose dont elle se souvenait était qu’elle regardait un animé sur son ordinateur. Se sentant complétement vaseuse, la jeune fille fouilla la surface bien dure sur laquelle reposait sa tête… Dure ? Elle n’était pas dans son lit ? A force de tâtonnement, elle retrouva ses lunettes et se frotta les yeux avant de les enfiler, baillant alors largement.

Doucement, la jeune fille releva la tête et constata : elle s’était encore endormie sur son clavier, expliquant ainsi pourquoi ça joue portait des marques étranges, légèrement carrées au toucher. Son corps restait douloureux au niveau des jambes, heureusement qu’elle ne faisait rien aujourd’hui… attendez une minute, n’avait-elle pas quelque chose de prévu ? Sa mémoire ne fonctionnait vraiment pas bien au réveil, même si certaines mauvaises langues ne précisaient pas de moment précis dans la journée… et ils n’avaient pas totalement tort !

Attrapant sa montre, qu’elle n’avait pas retirée de la poche de sa robe de la veille, Lily regarda l’heure : 11H30. Parfait, elle avait  le temps de prendre une douche et s’habiller avant d’aller manger. Elle aimait se doucher le matin, ça et le thé étaient ses deux rituels obligatoires pour un réveil réussi. Une bonne douche bien chaude, bien vive. Quel bonheur !

Le week-end était spécial, elle avait vraiment le temps, pas de pression d’arriver en retard… Juste elle, une douche avec de l’eau bien chaude et ses différents produits de bain. Et qu’il était agréable de prendre son temps, profiter de cette douce chaleur donnant l’impression de fondre. Lily adorait prendre soins de ses cheveux, en réalité, c’était même les seuls produits de beauté qu’elle utilisait. Différent shampoings, après-shampoings, huiles, mousses… tant que ces derniers restaient forts, propres, brillants et soyeux, la jeune fille était heureuse. Se moquant finalement bien de masquer ses cernes, bien marqués aujourd’hui, enrayer à tout prix un bouton ayant poussé ou alors juste se maquiller… De toute façon, ce dernier point était trop compliqué !

Sortant alors de son temple de la propreté, l’écossaise avait le sourire, ses courbatures s’étaient atténuées et elle allait manger. Et cela tombait bien, puisqu’il était un peu plus de 12h30 maintenant ! Avant de s’habiller, Lily regarda le temps dehors : pas aussi chaud qu’hier, mais suffisamment pour que cela soit une gêne. Non, vraiment, s’il était possible d’avoir le soleil mais sans sa chaleur étouffante, la vie aurais vraiment été parfaite ! Elle reprit une tenue qu’elle réservait pour les week-ends, car le style était un poil chargé pour aller en cours : une chemise verte pale, fine et légère sans être transparente pour autant et pourvue de manches longues évasée. Dans le pur style victorien. Enfila une simple jupe blanche relativement longue, et compléta la tenue par ses ballerines vernies d’un beau vert.

Qu’allait-elle faire cette après-midi ? Peut-être aller dessiner à l’ombre d’un arbre dans les jardins de l’école. Attrapant alors son gros sac d’épaule qui lui servait pour les cours, elle le vida et y inséra tablette, portefeuille ainsi qu’une bouteille d’eau. Si l’on prenait en compte une partie du bric-à-brac déjà présent, comme des mouchoirs ou une batterie externe, cela serait bien plus que suffisant.

13h, déjà ? Il était temps d’aller manger et la jeune fille en avait besoin, son estomac réclamant depuis près d’une demi-heure. Rien de bien glorieux, mais ce midi, le réfectoire proposait des ramens. Non seulement elle adorait cela, mais au moins cela calmerait sa faim. En même temps, cela était son premier repas depuis le midi de la veille, donc cela était plutôt cohérent. La jeune fille termina son repas par une tasse de thé : ça y est, elle était enfin pleinement réveillée.

Oh ? Du courrier ? Une fois arrive dans sa chambre, l’écossaise fut ravie de trouver une longue lettre de son amie de toujours, qui lui demandait des nouvelles, expliquant sa vie, etc… bref que du beau, du bon et du positif.

Un message ? Son téléphone venait de vibrer et affichait un message d’Aaron lui indiquant qu’il serait en retard. En retard ? En retard de quoi…. Oh non ! Voilà ce qu’elle avait oublié : le jeune homme lui avait donnée rendez-vous à 15h sur la place des différents centres commerciaux. Elle avait même notée la date sur son bureau en plus ! Attrapant son sac en vitesse et son grand chapeau tressé pourvu d’un grand ruban en quatrième vitesse, Lily rédigeât un message de réponse et commença à partir. Fort heureusement cette place n’était pas trop éloignée de l’école et elle avait estimé que 30 minutes devraient suffire. En plus, c’était une ligne droite, donc aucun moyen de se perdre en théorie.



Coucou Aaron-sempai (^_^)

J’ai trop dormi ce matin et j’ai pas trop vu l’heure non plus, donc moi aussi j’aurais un peu de retard, mais pas trop non plus hein !
I’m so so sorry too ! (>_<)

A tout à l’heure ! o/



Cependant, pas de temps à perdre. Et effectivement, c’était de la vraie ligne droite ! Si seulement tout pouvais être aussi simple, plus personne ne se perdrait ! Cependant, évaluer les distances n’était pas vraiment le fort de la jeune fille qui, une fois arrivée, regarda sa montre : 15h10. Lily regarda tout autour d’elle, elle détestait arriver en retard. Pas d’Aaron en vue. Etait-il déjà parti ? Non, il n’aurait pas fait cela… Il était bien trop gentil et patient pour l’abandonner sans la prévenir.

Peut-être que lui aussi avait mal estimé son temps de trajet, en ce cas, pas le choix, Lily allait l’attendre. Il y avait un banc à l’ombre qui était libre. Souriante quant à sa future rencontre, l’écossaise se mit à chantonner doucement tandis qu’elle sortait sa tablette pour dessiner un peu : après tout, le « aimantout » n’allait point se terminer tout seul. C’était sa dernière idée du moment : un rangement de bureau blindé d’aimants pour que rien ne tombe et que tout reste en évidence et facilement attrapable. Comment avait-elle eu cette idée, la était toute la question. Et il était fort à parier qu’elle-même ne le savait pas véritablement.

Une voix la sortie de sa concentration : une paire de chaussures rouges approchait et cette voix était bien connue : Aaron venait d’arrivait et s’excusait, visiblement gêné, avant de proposer à son amie une glace. Par cette chaleur, c’était plus qu’appréciable ! Rangeant alors sa tablette, elle se leva et enlaça rapidement l’anglais.


« Bonjour à toi Aaron-Sempai, ça me fait super super plaisir de te voir. Oh, tu sais, moi aussi je suis arrivée en retard, donc c’est pas bien grave hein ! L’important c’est que on soit tous les deux et je sais que ça va vraiment être sympa ! »  


Elle souriait de toutes ses dents, clairement heureuse, avant de reprendre après avoir reculé d’un pas :


« Ach ! Je prendrais bien une glace aaron-sempai, avec grand palisir ! Mais tu n’as pas à te faire pardonner de quoi que ce soit tu sais. Oh, et j’adore les glace… ou tout ce qui est sucré en fait. C’est trop bon le sucre. En revanche, tu vas quand même pas m’offrir quelque chose hein ? Parce que tu m’offre déjà tout plein de temps à toi et ça me suffit tu sais. »


Lily riait légèrement tandis qu’ils se rendaient pour prendre leur douceur. Une bonne glace au caramel, que demander de plus en réalité ? Rien pour être honnête.

Tandis que chacun mangeait, assis dans leur siège respectif, la jeune fille pris un peu la parole, les yeux brillants d’intérêt et de bonheur. Riante dès que possible.


« Tu as beaucoup de devoirs en ce moment Aaron-sempai ? Parce que tu as l’air un peu fatigué. C’est pas parce que je dors pas beaucoup beaucoup que tu dois faire pareil. ha ha ha. En ce moment j’ai pas grand choses donc ça me laisse du temps pour jouer de la musique… oups, j’ai oublié mon instrument pour te faire écouter… ho je suis désolée. C’est pas bien grave, ca nous donnera une autre raison de se voir après aujourd’hui. hihihi »  


Les deux amis terminèrent leurs desserts et se levèrent tranquillement, Lily s’était régalée et passait un bon moment, parlant énormément, comme à son habitude. Sautillante de joie, elle regardait l’heure sur sa lourde montre à gousset : quasiment 16H. Non, vraiment cette journée était excellente.


« Du coup, tu souhaites faire quoi en premier maintenant Aaron-sempai ? On a encore tout plein de temps devant nous ! »

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Dim 17 Juin 2018 - 19:51

When it's time to spend money


J'avais rapidement repérer Lily au loin. Elle semblait prise dans une activité qui m'était totalement inconnu mais je l’interrompais pour lui signaler ma présence. Je comptais bien profiter de cette après-midi au maximum . M'étant armé de mon porte monnaie et d'un sac , j'étais fin prêt à faire les magasins. Je n'étais pas un fada du shopping mais j'aimais bien vagabonder dans le centre-commercial , je trouvais ça plutôt plaisant entre amies. Flâner entre les rayons de produit étaient plutôt une bonne activité , ça n'apportait rien de concret mais je trouvais ça plutôt reposant. De plus , ce n'était que la seconde fois que je voyais Lily malgré quelques SMS échangé , ce lieu ouvert nous permettrait probablement de mieux faire connaissance. A cette perceptive , j'étais d'agréable humeur. J'aimais avoir des moments avec les personnes que j'appréciais , et Lily faisait partie de ce type de personne. Je lui accordais donc de mon temps avec plaisir. Ce plaisir était légèrement gâcher par mon retard , plus qu'important. Nous avions sûrement perdu une heure par ma faute : entre ma fatigue d'hier , mes cours en retards et le fait que je n'ai clairement pas fait attention à l'heure , j'avais pris un temps considérable à venir. Pourtant Lily m'avait précisé dans un de ces SMS qu'elle serait en retard mais elle était arrivée avant moi... J'espérais ne pas trop l'avoir fait attendre. Je me sentais rapidement gêner de la situation et je cherchais un moyen de me faire pardonné , j'avais donc opté pour lui offrir un dessert . Après tout , tout est pardonné autour d'une bonne glace , logiquement.  Je fus étonner par la tenue de mon amie : elle abordait un style bien différent que celui qu'elle avait au lycée mais cela lui allait bien .  Quand celle-ci remarquait ma présence , elle venait rapidement m'enlacer comme pour me dire bonjour. J'avais encore du mal avec ce geste qu'elle faisait souvent mais je me sentais tout de même plus à l'aise qu'auparavant en lui rendant son geste amicale.  Elle n'avait pas l'air de mal prendre mon retard ce qui me soulageais. La plupart des personnes auraient vu cela comme une marque d'irrespect et je trouverais dommage que Lily pense ceci de ma personne alors que je n'arrivais en retard que très rarement.


Rassuré par la situation , je me comportais à nouveau de façon naturelle et spontané. Si Lily ne jugeait pas mon retard gênant , je n'avais rien à me reprocher et c'était tant mieux ainsi. J'étais bien d'accord avec elle ,le principal était que nous étions ensemble et que nous nous amusions dans ce centre-commercial. J'étais heureux de cette perceptive. Me changer les idées et m'amuser , c'était ce dont j'avais envie en ce moment. Le sourire de Lily me redonnait un peu d'aplomb et me permettait de prédire que cette après-midi serait , en perceptive, un agréable épisode de ma journée. Je m'étais trop pris la tête dans mes cahiers ce matin et j'avais envie de m'aérer , alors quoi de mieux que de faire ceci en bonne compagnie. J'appris sans surprise , suite à ma proposition pour partager une glace avec elle , que celle-ci aimait le sucré. J'avais eu une bonne intuition en pensant que l'initiative de l'invité à prendre une glace était une bonne idée. Nous avions la même vision des choses sur beaucoup de domaine dont culinairement parlant appartement : j'adorais les plats à base de produit assez sucré et , de mon point de vue, le meilleur moment du repas se déroulait lors du dessert. Je n'étais pas un grand gourmet mais j'étais assez exigeant quand à la qualité d'un bon met sucré .  Malgré tout , elle insistait pour que je ne paye pas sa part , chose qui n'était pas prévu au programme : c'était le minimum que je pouvais faire pour me faire pardonner . Certes, elle ne m'en voulait pas mais ce n'est pas pour autant que je dois oublier que j'étais en tord dans cette histoire de retard. En prenant le pas vers l'intérieur du centre-commercial , je lui répondit d'une façon joviale

« Si je te le propose , c'est que cela me fait plaisir ! M'autorise-tu as te payer une glace alors ? »


Je lui posais la question avec un rire , sachant pertinemment que même si elle persistait , je lui payerais sa glace. Étant partie sur l'idée d'un Mcflurry , je repérais un Macdonald non loin de nous et je m'y rendis en m'assurant que mon acolyte me suivait toujours. Une foule de gens se pressait dans tout les sens vers les magasins , qui étaient plus que bondé. Je me demandais si , le temps que nous mangions notre glace ,  la foule se désemplirait .  Je passais donc sur une borde interactive et je choisissais avec Lily le dessert de notre choix. Étant un grand fan de caramel , j'ajoutais naturellement un nappage à ma glace.  Une fois la commande payer , j'allais m'installer avec Lily sur des chaises libres : comparé au reste du centre-commercial , le lieu semblait bien plus calme. Les deux glaces ne tardaient pas à arriver et sans attendre , je me jetais sur la mienne , mourant de faim. J'avalais trop rapidement mon dessert ce qui me fit toussé , me rendant compte qu'il fallait que j'attende un peu que ma glace fonde un peu . Lily semblait heureuse devant se met et reprit la parole pour savoir quelques informations . Elle avait donc remarqué que j'avais l'air fatigué... Décidément , je ne savais pas encore utiliser un correcteur comme il le fallait. Un jour , cela viendra.  Je n'avais pas énormément dormi et je le ressentais par moment , je m'accorderais probablement une grasse mâtiné demain pour combler ce manque de sommeil. Malgré tout , je ne ressentais pas tant d'effet néfaste à ma fatigue : l'euphorie que j'avais ressentis hier c'était profiler mais m'avait laisser pensif , tandis qu'aujourd'hui j'avais la tête à rigoler avec mon amie et non à rechercher mes heures de sommeil. Tant pis , je dormirais mieux ce soir , si mon cerveau me le permettait. Plantant ma cuillère dans mon pot glacé , j’amenais ma cuillère à ma bouche avant de reprendre la parole :


«  Bah , je t'avoue qu'en ce moment j'ai beaucoup de devoir. Enfin, surtout des exposés ou des devoirs maisons. Bizarrement , c'est en ce moment que mon cerveau à décidé de ne plus vouloir s'endormir ! »


Je riais à la fin de ma réponse avant de reprendre pour compléter mon propos :


« Mais j'espère que tu dors mieux en ce moment. Je sais que , personnellement c'est passager , mais si tu n'arrives pas à dormir ou difficilement il faudrait trouver une solution pour ton sommeil , enfin si je peux t'aider. »


Je m'inquiétais vraiment pour elle. Par moment , je la sentais plus fatigué , à l'ouest sûrement dû à son petit débit de repos. Je ne voulais pas que cela joue sur ses études. On est souvent moins performant quand la fatigue nous rattrape et que Morphée nous tend ses bras , et cela arrive régulièrement dans des situations pas tellement idéal comme en cours. Maintenant , vu mon état depuis une semaine , j'étais apte à comprendre ce qu'elle vivait . Le sommeil me manquait cruellement et mon débit d'attention en cours était plus réduit. Même si cela était temporaire , je n'appréciais pas la situation alors j'imaginais la situation si elle le vivait quotidiennement.  Si je pouvais faire la moindre chose qui pouvait l'aider , je l'aurais fait : après tout , je considérais Lily comme une amie , je me devais de lui tendre la main si quelque chose n'allait pas de son côté. Reprenant quelques bouchées de ma glace , presque terminé ,  je sourirais quand elle parlait de son instrument de musique qu'elle avait oublié. Elle semblait si passionné que je pouvais apercevoir des étoiles dans ses yeux , elle adoptait un ton empressé comme s'il elle aurait voulu me téléporter pour me montrer comment elle jouait de ce fameux instrument. Il est vrai que j'étais plutôt curieux de voir comment elle jouait mais rien ne nous pressait. Nous avions encore tant de temps devant nous que cette manière qu'elle avait d'être si pressé me fit rire : on dirait qu'elle faisait une course contre la montre ou qu'elle avait peur que nous ne puissions plus nous voir. Je tenais à la rassuré sur ce fait :


«  Ne t'inquiète pas , on se réservera un moment pour que tu me montre comment tu joue dans quelques jours si tu veux. Comme tu le dis , ça nous donne une occasion de nous revoir et en plus je pourrais  en connaître peut-être plus sur la musique grâce à toi . »


Je ne connaissais rien du tout de la musique mise à part les quelques musiques que j'écoutais , je n'avais touché à un instrument et ce monde m'étais presque totalement inconnu mais j'étais curieux d'en connaître plus. Après tout , Lily voulait partager sa passion avec moi et j'étais heureux qu'elle le veuille. J'aimais le son de certains instruments et j'aimais voir la lumière de passion s'allumer dans le regard de mon amie , partager ce moment avec elle me semblait important pour mieux la connaître. La musique semblait être une part d'elle . Je terminais rapidement ma glace qui avait déjà bien fondu puis grattais le fond pour récupérer le caramel qui avait coller dans le fond du pot : décidément , j'étais incorrigible. Je jetais mon pot en me rendant compte qu'une heure c'était déjà écoulé , enfin une heure sans compter mon retard. Mon amie me fit savoir qu'elle était curieuse de savoir si j'avais des idées d’activités pour cette après-midi improvisé. Je lui adressais un large sourire en lui faisant signe de venir tout en complétant mon geste par des mots :


« J'ai quelques idées mais j'ai une boutique à te présenter. Je suis sûr que tu vas baver devant. »


Je n'aimais pas spécialement les vêtements mais je devais reconnaître que cette boutique m'en m'était toujours plein les yeux à chaque fois que j'y rentrais. Restant à ses côtés pour ne pas la perdre dans la foule toujours aussi dense , je me dirigeais vers cette fameuse boutique. Différentes enseignes défilaient devant mes yeux et je me demandais si Lily faisait souvent les magasins ou s'il elle faisait plus rarement les boutiques mais se dirigeait plus vers des magasins plus atypiques comme j'allais lui présenter. De toute manière , j'allais vite le savoir. La devanture du magasin laissait imaginer à une friperie ce qui était le cas : des paires de basket vintages trônaient fièrement dans la vitrine du magasin. Quand nous entrions dans le magasin , la musique de celui-ci envahit mes oreilles . Mes yeux ne savaient plus où ce poser vu le nombre impressionnant de vêtement autant coloré les uns que les autres . Je me retournais vers Lily en lui adressant un large sourire en lui faisant un signe de main :


« Voici le magasin que je préfère ici. Je ne suis pas un grand fan de vêtement mais cette boutique propose des choses assez sympa. »


Je déambulais dans les rayons femmes en faisant un signe de tête à la vendeuse qui nous prêtait un peu trop d'attention. Quand une vendeuse avait cette attitude avec moi , j'avais toujours l'impression d'être un voleur ou d'avoir mal remit un produit. Par ce signe de tête , je lui montrais que j'étais poli et qu'elle n'avait pas à me considérer comme un potentiel voleur , de toute manière j'étais déjà venu ici et je n'étais jamais ressorti les mains vides. Jetant un regard alentour , j'observais les vêtements quand je vu une robe au motif fleurie munie d'un petit col en dentelle . Je la pris et je passais mon regard de la robe à Lily puis je déclarais avec un large sourire :


«  Je suis sûr que cette robe t'irait bien ! Elle est vraiment joli »


Depuis quand je m'intéressais au vêtement de femme , moi ? D'habitude je n'en avais pas grand chose à faire mais je semblais vouloir conseiller mon ami en mode alors que je n'y connaissais absolument rien. Je l'imaginais juste bien dans cette robe , je ne savais même pas si c'était tendance ou totalement passé... En toute franchise , je n'en avais pas grand chose à faire , si je trouvais quelque chose de beau  c'était le principal peu importe si le produit n'était plus d'actualité. Je reposais la robe , après tout je n'étais pas là pour l'influencer à acheter des choses ou non mais plutôt pour lui montrer des endroits sympa. Je considérais vraiment ce magasin comme un lieu assez cool , je n'étais pas à l'aise dans des grands magasins où tout le monde s'entassait à chaque rayon , ici le magasin était spacieux et les vêtements étaient vraiment originaux . Je m'approchais du rayon homme séparé en différente section : celle qui concernait le retro sportif , celui qui était plus vintage avec des articles comme des bretelles ou d'autre chose puis un rayon réserver aux vêtements typiquement grunge. Je ne savais pas vraiment où me diriger dans ce lieux. Autant , conseiller mon amie était une partie de plaisir mais trouver un rayon qui me plaisait était une autre paire de manche. Je me grattait la tête , l'air perdu puis je tournais le regard vers Lily comme pour lui demander son aide . J'entrouvrais les lèvres , en faisant une grimace comme pour lui signifier que j'allais très sûrement lui demander quelque chose :


« Euhm...Lily j'aurais un truc à te demander ... »


Je repris la parole après avoir terminer de zieuter tout les rayons possibles me concernant


«  En fait , il faut que je me rachète quelque vêtement et je sais pas trop où me diriger. Enfin , si je pouvais avoir ton avis. J'ai laissé pas mal d'affaire à Liverpool et j'aimerais me reprendre quelques vêtements un peu plus originaux , bon et je suis pas un expert . »


Avoir un avis féminin ne me ferais pas de mal après tout. J'avais remarqué que Lily prenait soin d'elle et s'habillait d'une manière que j'aimais bien , elle devait donc avoir des goûts similaires au mien. J'ai toujours eu du mal à me décider aux niveaux des vêtements ou même à me trouver un style propre : je ne porte souvent que des t-shirts en vrac que je trouve marrant ou j'aborde un début de style grunge mais qui , au final, passe très inaperçue. La seule chose que je porte et qui est le plus visible était mes doc Martens rouges , sinon je ne portais que des vêtements très sobres . Mais j'avais envie d'un peu de changement , quelque chose d'un peu plus visible sans pour autant en mettre plein les yeux , quelques choses qui me correspondrait vraiment . Peut-être que Lily était plus apte que moi à me diriger dans cette univers qui m'étais fort inconnu.



Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 54

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Mar 19 Juin 2018 - 23:13

Visiblement, Aaron était décidé à offrir une glace à son amie, ne lui laissant pas vraiment d’autre choix que d’accepter. Ce ton de voix un peu rieur fit rire à son tour la jeune fille qui, au fond, était ravis de se voir offrir quelque chose. Cependant, il était à signaler qu’elle se sentait embarrassée par cela. Comme elle le lui avait dit, le temps d’Aaron était suffisamment précieux pour qu’elle ne souhaite pas se voir offrir plus.

Toujours était-il qu’ils étaient tous les deux à discuter dans un fastfood, autour d’une glace bien sucrée comme il le fallait et surtout bien froide, comme pour atténuer la chaleur de la journée. D’ailleurs, si Lily n’avait pas fait attention à la date du jour, le lieu s’en serait occupé : il y avait foule aujourd’hui. Samedi, beau temps, chaleur… des arguments de chocs pour attirer du monde dans une boutique. Contemplant ce va-et-vient incessant durant quelques secondes, l’écossaise ria légèrement. Visiblement, ce comportement ne changeait pas d’un pays à l’autre !

Mais Aaron parlait, lui avouant en riant que sa fatigue était liée à des insomnies dû à une surcharge de travail. Oh dieu qu’elle connaissait cela, regardant son interlocuteur d’un air compréhensif et désolé. Cependant, l’anglais semblait préoccupé par le sommeil de son amie, lui proposant de l’aider, si tant est qu’il le pouvait. Le souci était que c’était plutôt lui qui avait besoin d’aide, en un sens.


« Je comprends vraiment ca Aaron, hihihi, quand ta tête elle veut pas dormir, c’est difficile de se reposer. Quand c’est comme ça, demande à ta mamie si elle à pas des tisanes, parfois ça marche, parce que ça détend beaucoup beaucoup. Et sinon, faut que tu ne fasses pas trop d’écran ou manger lourd… enfin, je te dis ça, mais c’est tout ce que je fais pas en fait… Sauf la tisane parfois. Et met du miel dedans, c’est encore meilleur ! »


Lily riait, heureuse de faire partager une partie de ses connaissances théorique en matière de sommeil. Le souci étant que cela s’approchait bien plus de la théorie que de la pratique.


« Tu sais Aaron, j’ai jamais été une grosse dormeuse, mais c’est vrai que depuis que je suis ici, ben c’est pas mieux. En fait, je crois que 24H dans une journée c’est pas assez surtout. Entre mes devoirs, tout ce que je fais pour comprendre mes cours, les cours et mes loisirs… ben j’ai du mal à vouloir faire dodo en fait… mais ne t’inquiète pas pour moi, je suis habituée, hihihi ! »  


L’homme raclait son pot, sans doute à la recherche des dernières gouttes de caramel encore présente, encore un point commun se dit la jeune fille qui était justement en train de faire de même… Caramel, miel, chocolat… Le trio de tous les dangers pour la jeune fille qui ne savait pas vraiment s’arrêter quand elle commençait à en manger. C’était juste trop bon, et le caramel de ce fastfood ne dérogeait pas à la règle. Le pot se finissait tandis qu’il rassurât la légère inquiétude de sa nouvelle amie : il souhaitait toujours l’entendre jouer, souhaitant accroitre ses connaissances dans ce domaine. Lily ne répondit rien, montrant simplement son bonheur et sa joie quand à cette nouvelle. Bon, l’anglais serait surement surpris de découvrir que ses connaissances en matières de musiques étaient tout autant développées que les siennes, du moins c’est ce qu’elle pensait. Mais elle ferait de son mieux, cela en était une certitude, l’écossaise souhaitait vraiment lui faire découvrir cette partie d’elle, ce morceau de son âme. Depuis qu’elle avait rejoint le club de musique, elle en était de plus en plus certaine : elle ne pouvait plus véritablement exister sans musique.

Mais les voici qui se levaient, Aaron ayant prévenu que la boutique qu’il montrerait serait géniale ! Et il tint promesse. Guidant Lily à travers des rangs entiers de magasin bondés et au style trop chic ou trop onéreux pour la demoiselle, ils s’arrêtèrent devant une échoppe  transpirant les années 80’s. Il ne semblait pas y avoir trop de monde, ce qui était bien agréable. Un disco à bas volume se diffusait à l’intérieur du magasin et Lily n’en croyait pas ses yeux, écoutant à peine ce que lui disait son interlocuteur. Une friperie ! Une friperie avec des tonnes de vêtements pas vraiment triés et assez hétéroclites : un temple des bonnes affaires et des pièces originales, passées de mode ou simplement trop étranges. L’endroit parfait. Lily n’avais jamais été une fashionista et la condition modeste de sa famille en avait fait une fan inconditionnée de ce genre d’endroit. La seule condition était généralement de ne pas avoir peur de porter des vêtements d’occasion, mais à quel moment cela était un souci ? Un vêtement neuf ne l’est plus dès l’instant où il a été essayé en boutique, aussi cette mentalité du tout neuf était ridicule aux yeux de l’écossaise.

Mais assez révassé, Aaron la rappelait à la réalité, lui montrant une belle robe à fleur, de taille normale et pourvue d’un court col en dentelle blanche d’un plus bel effet. Lui précisant qu’elle lui irait surement bien. Que c’était gentil de sa part, vraiment adorable. D’autant qu’il avait du gout en matière de vêtement. Et il déployait une telle énergie depuis qu’ils étaient entrés tous les deux… Nul doute qu’il souhaitait faire plaisir à son amie, et cela fonctionnait très bien si l’on se basait sur le sourire de cette dernière !

Prenant alors le vêtement sous le bras en vue d’un essayage, elle suivit l’ami qui partait vers le rayon homme, non sans regarder autour d’elle tandis qu’il semblait regarder frénétiquement à droite comme à gauche. Lily s’intéressait peu au rayon homme d’ordinaire, pour une raison très simple : la carrure. Tant que le vêtement est beau, la coupe n’était pas un souci, mais la carrure… du haut de son mètre cinquante, la jeune fille ne rentrait pas vraiment dans quoique ce soit de masculin en réalité. Ce qui ne l’empêchait pas de regarder les motifs…

Il semblait chercher quelque chose et, ne le trouvant pas, adressa un regard à l’écossaise qui voulait tout dire, d’autant qu’il adressa une demande qui confirma ses doutes : il cherchait des pièces un peu sympa pour alimenter sa garde-robe, mais désirait un avis extérieur.

Lily sourit instantanément pour dissiper ses doutes, sautillant presque sur-place tant elle était heureuse de cette demande :


« Ça me ferait vraiment super super plaisir Aaron de t’aider, je vais regarder un peu plus avec toi, et j’ai vu des petites choses sympa aussi… mais, tu sais, moi aussi j’ai besoin de vêtements pour cet été alors on fait comme ça ? Je t’aide et tu m’aide, oh ça va vraiment être trop trop chouette !! »  


Sans réellement demander son reste, elle attrapa et tirait son ami vers les chemises, elle en avait repéré quelques une assez belles plus haut.

Huummm, que de choix en réalité… elle allait commencer simple, quelque chose qu’elle connaissait, qui plaisait toujours quand elle vivait chez elle. Se mettant sur la pointe des pieds, elle attrapa une chemise flanelle à carreaux rouges assez large, pourvu de gros carreaux qui semblait être un peu large pour son ami. Avec un beau T-shirt neutre cela compléterait parfaitement son style pour la mi- saison sans trop l’encombrer.


« Je pense que ça, ça pourrais te plaire pour après cet été si tu la porte en veste, en plus ça met en valeur tes belles chaussures ! C’est assez classique mais je pense que ça t’irait bien. »  


Rapidement, elle se dirigeât vers autre chose, le lin, une matière noble, qui ne se repasse pas et se froisse peu, en chemise pour l’été c’était excellent. Aaron ne semblait porter que des T-shirts, aussi cela le changerais un peu. Une belle chemise en lin blanche, dont les revers des manches et de boutons étaient bleus ciels, le tout avec des boutons turquoise. Oui, cela restait discret mais sortait de l’ordinaire. Cela pouvait vraiment donner quelque chose de sympathique. Oh, bien évidemment qu’elle n’allait pas lui conseiller tout le magasin, mais cela serait des pistes qu’il pourrait creuser.


« Ça, c’est plus pour l’été Aaron, je trouve vraiment que c’est des jolis boutons, et en plus, tu auras pas chaud avec ça ! J’espere que ça te plait… Et j’ai une dernière idée, suis moi s’il te plait. Je suis tellement contente que tu me fasses confiance ! »  


Lily exprimait sa joie tandis qu’elle avançait, la dernière fois qu’elle avait acheté des vêtements était avec son amie de toujours et, peut-être que cela lui manquait un peu, discuter, se conseiller, essayer… toujours était-il qu’elle montrait un intérêt profond et s’en amusait énormément ! Mais trêves de digression, les voici devant des pantalons.

Pas des jeans mais moins courant et tout aussi confortable, il y avait quelques Chino de bonne factures et elle en conseillât un couleur sable à son ami. Ce pantalon de coton était suffisamment léger pour être porté en toute saison, sauf dans les jours les plus chauds de l’été cela dit, mais la couleurs était passe-partout… ou, plus exactement, cela pouvait aller avec tous les styles tout en étant éloigné du jean que tout le monde portait, ce qui en faisait une pièce originale ! Classique, mais originale.


« Je pense que ça te plaira Aaron, en plus c’est vraiment très confortable…  je suis sure que tu vas aimer ! »  


Se dirigeant vers les quelques cabines d’essayage, la jeune fille adressait un immense sourire de toute ses dents à son ami, prenant la parole avant d’entrer dans l’une :


« Je vais essayer la jolie robe que tu m’a trouvé, elle me plait beaucoup et j’ai vraiment envie de te montrer… et si tu as envie, tu peux me montrer ce qui te plait dans ce que je t’ai trouvé ! »


En sortant de la cabine, l’adolescente attendait nerveusement, sans dire mot, un commentaire de son ami. Il avait eu raison, cela lui allait bien… bien qu’un peu trop grande, Lily avait su trouver une parade en la ceinturant avec la ceinture qu’elle portait aujourd’hui…

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Jeu 21 Juin 2018 - 11:36

When it's time to spend money


Après avoir profité d'un moment autour d'une glace en parlant de diverse sujet , j'avais décider d'emmener mon amie dans ma boutique préféré. Je n'étais pas un grand fan de la mode , d'ailleurs la plupart du temps je prenais les deux premiers vêtements de mon placard sans faire très attention. Tant que j'étais bien dans un vêtement , c'était le principale. Mais , en ce moment , je me rendais compte que je manquais cruellement de vêtement et , qu'à part une pile de t-shirt et quelques chemises que je mettais rarement , mon placard était bien vide... J'avais donc entrepris cette virée shopping dans ce magasin atypique . Des lumières de diverses couleurs baignaient le magasin dans une ambiance totalement vintage et les musiques en fond me donnais l'impression de faire une voyage dans le temps , d'être de retour dans les  années 80 et de chanter ''Girls justs want to Have fun'' sans aucune gêne. Cette boutique était un petit bijoux , il y avait tellement de vêtements ici , les uns plus farfelue que les autres. Malgré mon désaccord très fréquent auprès de mes proches pour faire les boutiques de modes , aujourd'hui j'avais envie de me prendre au jeu. De plus , j'avais remarqué que ce petit jeu plaisait à Lily et je n'étais pas très étonné. Je ne la connaissais pas depuis si longtemps pourtant j'avais l'impression de la connaître par cœur , de savoir ce qui lui plairait ou ce qu'elle n'aimerait pas faire. Pourtant , la dernière fois que nous nous sommes vues , je l'avais juste aidé à trouver son chemin et nous avions un peu discuté sur la route. J'avais probablement cette impression de la connaître par cœur car nous avons énormément de chose en commun et que je me sentais à l'aise avec elle. Avant d'arriver dans ce magasin au style très décalé , Lily m'avait donné quelques conseilles pour mon sommeil. Elle était tellement bien attentionnée qu'elle ne voulait pas que je perde des heures de sommeil ou que je me fatigue trop. L'excuse des devoirs étaient un peu fausse mais je ne pouvais pas dire à Lily ce qu'il c'était passé... J'étais déjà bien heureux de ne pas avoir de trace physique de mon agression sinon j'aurais eu le droit à mille et une question de cela soit de la part de Lily ou de Sobo. Et , clairement , je ne voulais ni que l'une ni que l'autre ne s'inquiète pour moi. Je me pensais assez grand -sans parler de ma taille bien sûr- pour assumé la charge de ce qu'il c'était déroulé hier sans en parler autour de moi. Je préférais garder ça pour moi-même , la douleur de la soirée d'hier se dissipera bientôt je l'espère.

Pour me changer les idées et surtout parce que j'en avais besoin , j'avais missionné Lily d'être ma styliste. Elle avait accepté la tâche avec sourire ce qui me rassurais et me décrochais un sourire. Cette fille arrivait à chasser mes mauvaises pensées en un claquement de doigt , c'était impressionnant ce positivisme qu'elle adoptait tout le temps. J'aurais aimé avoir cette optimise quotidien , j'essayais de l'adopter tout les jours mais parfois la vie refusait de m'accorder la joie quotidienne. J'appréciais réellement la compagnie de Lily , sa bonne humeur et ses petites attentions. Plutôt de bonne humeur dû à sa jovialité , je me laissais aller à notre jeu de stylisme improvisé. Je levais un pouce en souriant pour lui signalé que j'approuvais sa demande. Je ne savais pas si j'avais d'excellent goût en mode , ni même si j'allais trouvé des choses au goût de Lily mais je pouvais bien m'essayer à l'exercice , ça ne me coûtais rien. Lily décidait de me conseiller dans un premier temps. Je n'étais pas réellement difficile , tant que je me sentais à l'aise dans un vêtement et que celui-ci n'était pas hors de prix , me projeter dedans ne me dérangeais pas. Dans une autre boutique très brancher , l'exercice m'aurais probablement gêner et j'aurais essayer d’abréger le moment mais ici c'était différent. Lily me guidait à travers ses choix en me montrant diverses articles. Le premier article qu'elle me montrait était une chemise à carreau rouge , j'eus un large sourire : elle avait deviner mes goûts , c'était typiquement le genre de vêtement que je mettais soit seule rentrée dans un jean ou bien que j’arborais en tant que veste au dessus d'un t-shirt. Je la pris , si je revenais avec ce genre d'article Sobo allait tirer la tête en me disant que j'avais déjà ce genre de vêtement dans mon armoire. Ho , et puis tant pis , je m’apprêtais souvent de la même manière de toute façon alors une chemise de plus ou de moins. Ma grand-mère sera déjà bien contente de voir que j'avais fais l'effort de me racheter des vêtements. Les présentations de produit que me faisait Lily me faisais beaucoup rire , j'avais l'impression d'être devant un télé-achat , ce qui me fis sourire . Cependant , Lily avait su vendre les produits puisque tout ce qu'elle me montrait finissait entre mes bras , prêt à être essayé. Soit Lily était une vendeuse née , soit je lui faisais confiance en matière de mode et mon pauvre porte-monnaie allait pleurer. Je n'étais pas très radin , bien à l'inverse et quand j'avais une fièvre acheteuse , il m'arrivait de dépenser un peu trop d'argent.

Munis des deux chemises et du pantalon qu'elle m'avait conseiller , nous nous dirigeâmes vers les cabines d'essayages . Je remarquais que Lily avait garder la robe que je lui avait montrer en entrant ce qui me fis sourire : je n'avais pas si mauvais goût que cela au final. Je me sentais plus confiant pour lui montrer d'autres vêtements tout à l'heure. Je m'asseyais en face de sa cabine car il y avait des pouffes devant les cabines d'essayages , elle c'était décidé à essayer cette petite robe en première. Elle sortie de la cabine apprêter de la robe en question et je commenta son habillage avec un large sourire : sans me vanter , j'avais eu l’œil. Cette robe lui allait à merveille , ça lui donnait ce petit air innocent qui allait si bien à Lily.

« Wah j'adore ! Tu es vraiment cute dans cette robe , elle te vas à merveille. »


J'eus une idée qui me  fit tilt , je me levais en m'approchant d'elle et d'un regard , je lui demandais la permission de toucher à ses cheveux. Je savais que beaucoup de fille n'aimait pas qu'on touche à leurs cheveux , c'était leurs temples de beautés et elles en prenaient tellement soins que si quelqu'un osait s'en approcher , cette personne serait prochainement morte ou torturé à coup de pince à cheveux. Je passais délicatement mes mains dans les cheveux de Lily pour les remonter en hauteur sans lui faire mal , imitant la forme d'un chignon et je lui fis un signe de tête vers le miroir de la salle d'essayage.

« Si tu remonte tes cheveux en chignon , ça dégagerait ton visage et ça mettrais ta robe en valeur. Enfin, ce n'est que mon avis. »

Lâchant ses cheveux , je laissais ceux-ci dégringoler sur sa nuque en reculant. J'espérais qu'elle ne m'en voudrait pas d'avoir toucher ses cheveux mais j'avais du mal à comprendre toutes cette obsession qu'avait la plupart des femmes avec leurs cheveux. Je voulais juste lui montrer que cette robe lui irait bien avec ses cheveux tiré en arrière , que cela allait bien avec le thème de la tenue. Je me demandais si j'avais fais une quelconque gaffe en lui montrant cela , j’espérais vraiment que Lily n'allait pas m'en vouloir pour si peu. Pour me rattraper , sentant que j'avais fais une erreur , je repris la parole en grimaçant , ayant une idée derrière la tête par rapport à notre petit jeu de stylisme :

« Attend moi ici ! Je te rapporte des affaires pour que tu puisse les essayer , tu voulais que je t'aide à trouver des vêtements d'étés et apparemment j'ai bon goût ahah ! »

Je filais rapidement entre les rayons du magasin avec mon pas déterminer. Bon , j'avais une mission en main : trouver des vêtements féminins plutôt mignon fait pour la saison actuelle . Je me dirigeais donc vers le rayon des femmes , un peu perdu. Je sentis la vendeuse approcher pour voir si j'avais besoin de conseille, je déclinais son offre: après tout je devais essayer de trouver par moi-même sinon je ne prenais pas en compte ce que nous venions de nous dire avec Lily précédemment. Même si je n'étais pas un pro en mode , je préférais la conseiller avec franchise plutôt qu'une vendeuse nous sorte 4 000 produits pour essayer de nous faire débourser un maximum d'argent. J'allais vers un rayon où des jolies jupes étaient pendu , j'en pris une qui ressemblait fortement influencé par le style vintage des années 50's , le motif était assez classique : elle était bleue foncé et comportait des petits points blancs sur différentes zone de la jupe mais c'était la coupe qui était originale. Taille haute , la jupe descendait en patineuse , elle était donc très serrer au niveau de la taille et très évaser au niveau des jambes.  Je la pris dans mes bras , espérant que ce modèle plairait à Lily même si la jupe faisait mi-saison puis je me dirigeais vers un autre rayon. De jolies salopettes pour femme étaient pendues en évidence dans un coin du magasin , elle n'étaient pas toutes en jean : certaines étaient faites d'une matière beaucoup légère qui était vraiment adapté pour l'été. J'imaginais facilement Lily dans ce genre de vêtement , pas trop ample mais assez pour ne pas trop la serrer , le vêtement parfait pour elle. De plus , les couleurs de la salopettes n'étaient pas trop neutre , c'est ce qui m'avais plutôt plu. J'étais prêt à revenir vers Lily quand la vendeuse réapparu devant moi : elle était bien décider à me vendre ses articles. Bon , j'allais lui accorder 3 minutes histoire d'avoir la paix après et de pouvoir faire mes essayages en toute tranquillité . Elle avait compris que je recherchais des affaires pour mon amie et elle me guidait vers un rayon vers lequel je ne m'étais pas aventuré . Elle fouillait sans me demander les goûts de mon amie et sortie un haut qui semblait bien trop petit , je toussais bruyamment , m'étouffant presque en voyant le haut qu'elle avait sortie. Je n'imaginais pas du tout Lily avait ce genre de vêtement , c'était un genre de crop-top blanc avec des fleurs couleurs lilas qui s'étalaient sur le peu de tissus disponible. Je riais légèrement en faisant un signe négatif de la tête , ce n'était définitivement pas le style de Lily.  La vendeuse insista en me disant que je ne pouvais pas connaître les goûts de mon amie à sa place et que c'était à elle de choisir. C'était moi ou je me faisais remonter les bretelles par la vendeuse ? J'eus un rire amer en lui prenant son mini haut . Bon je n'allais pas insister puisqu'elle était obstiner à lui faire essayer ce haut mais je n'étais pas franchement convaincu par l'idée. Je me dirais vers Lily sous le regard persistant de la vendeuse . Certes, je n'étais pas à la mode alors je ne connaissais pas ce qui était tendance ou non mais je pouvais me débrouiller tout seul pour conseiller mon amie. Mais après tout , je ne connaissais pas tout les goûts de mon amie , peut-être qu'elle appréciait ce genre de vêtement . Passant devant le rayon homme une dernière fois , je repéra une veste qui ressemblait étrangement à celle dans Top Gun , un des films que mon père m'a fait voir en boucle des dizaines de fois. J'enfilais la veste , les vêtements choisi pour Lily toujours sous le coude et je me mis dans le rôle de Tom Cruise avec un sourire qui ne me rendait pas très crédible :

« A nous l'ivresse , l'ivresse de la vitesse ! J'ai l'impression de ressembler à Pete Mitchell avec cette accoutrement ! »

Je ne savais pas si elle avait compris la référence , tout le monde n'a pas passé son enfance entre Top Gun , Full Metal Jacket et Retour vers le futur. Mon père tenait absolument à ce que j'ai un minimum de culture cinématographique et , d'après lui , cela passait par ce genre de film. Je lui souriait en lui montrant le premier vêtement que j'avais choisi c'est à dire la jupe. Certes , c'était un peu classique mais j'aimais beaucoup de style et je trouvais que cela irait à merveille à Lily. Je lui montrais ensuite le deuxième vêtement , la fameuse petite salopette saisonnière , qui avait de très belle couleur et qui était assez ample . Enfin , en jetant un coup d’œil à la vendeuse pour montrer à Lily que ce n'était pas vraiment mon choix , je lui dévoilais le crop-tops choisi avec soin par la maison en grimaçant ,l'air de dire que le dernier vêtement n'était pas à mon goût. Je lui accrochais dans la salle d'essayage en lui donnant mon avis :

« Bon , j'espère que les vêtements que je t'ai choisi te plaise ! Je t'avoue que je n'ai pas choisi le dernier haut , ce n'est pas trop le genre de chose que je t'aurais conseillé mais la vendeuse a insister pour que je te l'apporte , elle trouve que ça t'ira bien. Donc je n'avais pas vraiment mon mot à dire ahah ! »


Je reculais en lui faisant un signe de main , allant dans une autre cabine pour essayer les vêtements qu'elle m'avait conseiller , surtout la chemise d'été et le pantalon que j'avais assez hâte de voir sur moi. Tirant le rideau , j'enfilais la chemise et le fameux pantalon couleur sable en remontant le bas du pantalon en le pliant . En me regardant dans le miroir , je trouvais que cela m'allait plutôt bien . Tirant le rideau , je sortis de la cabine en prenant la pose en prenant un air faussement sérieux. J'éclatais de rire en faisant le tour de moi-même puis j’interrogeais mon amie :

« Alors , qu'en pense-tu ? Franchement , je crois que je vais t'attribuer l'honneur d'être ma styliste personnelle ! Ces vêtements sont beaux et en plus je suis à l'aise dedans ! Chapeau. »

Je fis un dernier tour sur moi-même pour mettre mes futurs achats en valeur. Lily avait vite compris ce que j'aimais mais , comme elle avait l'air de ne pas être une grande fan du shopping comme moi , je n'allais pas la laisser bloqué dans cette boutique toute l'après-midi. En rentrant dans ma  cabine d'essayage , j'attrapais le rideau en prenant la parole :

« Hé , si tu veux faire un type de boutique spécifique cette après-midi , dis le moi ! Je compte bien te montrer plein de chose , il y a tellement de boutique différente ici. »


Je l'avais un peu mener de force dans ce magasin sans lui demander son avis parce qu'il me fallait d'urgence des nouveaux vêtements , mais de base nous étions là pour lui faire découvrir des endroits qui l'intéresserait. Je lui laissais donc le bénéfice de pouvoir demander à aller dans n'importe quel type de boutique , après tout ce centre commercial était immense . Entre librairie , boutique de jeu vidéo , magasin de vêtement ou de chaussure , … Lily avait de quoi faire ici. Nous avions encore énormément de temps devant nous et je comptais bien en profiter avec mon amie , même si je sentais que cette après-midi allait me coûter assez chère .


Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 54

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Sam 23 Juin 2018 - 2:00

Ainsi vêtue d’une belle robe très estivale, Lily virevoltait sur-place, donnant ainsi un peu de mouvement à la partie volante du vêtement. Elle était heureuse de constater que non seulement d’être jolie, cette robe était également très confortable, tout en restant légère. Le ton vert allié aux différents motifs floraux, ainsi que ce petit col en dentelle, donnaient un style plutôt hors époque.  Cependant, cela lui allait plutôt bien. La jeune fille avait marqué sa taille à l’aide d’une petite ceinture, mettant ainsi en valeur ses discrètes formes, sans cependant réellement le souhaiter.

Bref, elle était heureuse que son ami, qui avait décidément bon gout, eu l’œil. Il faut dire que ledit vêtement avait été discrètement déposé entre deux piles et il fallait être attentif pour le remarquer ! Et c’était justement tout ce qui faisait le charme de ce genre de boutique, fouiller, chercher LA pièce, se faire plaisir avec ce qui sortait de l’ordinaire. La mode intéressait peu Lily, qui la trouvait trop inconsistante, trop éphémère, volatile pour être appréciée à sa juste valeur. Au lieu de cela, l’écossaise se contentait d’acheter ce qui lui plaisait vraiment, se constituant une mode très personnelle au fil des années. Et, bien que ses gouts soient peut-être enfantins ou décalés, elle était plutôt coquette au final : essayant de toujours accorder les choses entre-elles.

Mais pourquoi tant de joie ? Tout simplement parce que la jeune fille n’était pas seule, et que celui qui l’avait accompagné et attendu, tandis qu’elle faisait ses essayages, approuvait également l’avis de Lily concernant cette fameuse robe à fleur.  Elle était « cute » selon ses propres mots, ce qui ne manqua pas de la faire rougir quelque peu. La petite blonde aimait bien l’image qu’elle renvoyait dans un miroir, mais de la à se qualifier de mignonne, il y avait peut-être exagération. Ceci dit, elle se souvenait qu’Aaron la considérait comme une  « Lady », aussi cela ne la choquait plus vraiment : il avait juste une trop haute opinion la concernant. En un sens c’était plutôt agréable, mais Lily ne souhaitait pas le décevoir non plus.


« Merci beaucoup Aaron ! Tu es vraiment super gentil… et c’est vrai que je l’aime bien, c’est vraiment joli. »


Souriante très largement, elle fut surprise de voir l’ami se lever et s’approcher. Son regard semblait perdu dans une réflexion, mais il souriait, montrant ainsi qu’elle n’avait rien à craindre. Cependant, Lily ne s’attendait pas à ce qu’il passe ses doigts dans ses cheveux, tout doucement. Délicatement il les releva, lui montrant dans le miroir une espèce de chignon qu’il formait avec ses mains, prenant surtout bien soin de ne pas tirer sur le moindre cheveu. La jeune fille était rouge tomate de part ce contact, non pas qu’elle considérait ses cheveux comme sacrés et inviolables, mais elle était surprise, positivement surprise.

Il est vrai qu’elle prenait grand soin de ses cheveux et Aaron avait dû le sentir, doux soyeux, bien coupés… mais elle ne savait pas vraiment comment les coiffer et optait toujours pour les laisser libres tout en formant une ou deux tresses avec les mèches les plus longues. Au final, elle aimait beaucoup son style actuel, mais le changement ne faisait jamais de mal. Et l’anglais lui proposait un style très élégant, plus adulte, et qui lui allait assez bien au final. Le front dégagé était un changement intéressant, mais Lily se demandait si elle ne pourrait pas faire des tests en gardant sa frange, dans un style plus japonais. Décidément, elle passerait pas mal de temps devant le miroir ces prochains jours ! Cette idée l’enchanta et elle adressa un de ses immenses sourires à son ami, qui semblait quelque peu gêné par la situation.

Mais il ne la laisserait pas prendre la parole, enchainant vite sur une proposition de rechercher des vêtements pour elle, lui faire la surprise… s’improviser styliste en somme. Au vu de ce qu’il avait montré précédemment, l’homme blond était plutôt doué… mais il semblait motivé par autre chose que juste lui faire plaisir. Presque comme s’il se sentait profondément gêné par son acte, pourtant il n’y avait pas de mal à conseiller ou toucher des cheveux comme il l’avait fait, au contraire. Ce n’était pas comme s’il s’en était saisi brutalement ou de manière étrange comme l’avait fait cette Jun la dernière fois. Tandis qu’il partait bien vite, la jeune fille lui lança quelques mots, sautillante de joie :


« M-Merci beaucoup Aaron, c’était vraiment un super conseil et je vais essayer plus tard ! J’adore vraiment beaucoup ton idée ! »


Et le voici parti, presque comme une fusée. Il semblait tellement motivé que cela faisait chaud au cœur. Souriante, La jeune fille repartie se changer rapidement, mettant de côté sa merveille en vu de l’acheter. Oui, quelle chance d’avoir rencontré un tel personnage, si gentil, si serviable. Ce n’était que leur seconde rencontre, mais elle avait presque l’impression de le connaitre depuis un moment. Aaron prenait vraiment à cœur le fait qu’elle se sente en sécurité, rassurée auprès de lui. Un petit peu comme un grand frère en un sens, bien qu’elle réfuta immédiatement cette idée. Il avait surement sa propre vie, et ne ressentait peut-être pas la même chose vis-à-vis d’elle. Il devait juste être comme cela avec tous ses amis, qui devaient être nombreux au vu de sa gentillesse.

Toujours était-il que Lily était heureuse ici, à découvrir un endroit formidable en compagnie de quelqu’un qui l’était tout autant. Perdu dans ses pensées, elle se releva de son pouf pour accueillir un Aaron chargé de vêtements et accoutré d’une veste d’aviateur tout droit sorti d’un vieux film, en un sens cela lui allait bien. Il venait de faire un sourire étrange, à la manière d’un de ces acteurs américains, tout en lui faisant une référence sans doute issu d’un film en raccord avec la veste qu’il portait. Malheureusement, la jeune fille avait peu de connaissance cinématographique, étant plus portée sur les films d’animations et autre anime japonais. En réalité, sa seule réelle référence en matière de vieux film était « Retour vers le futur », que ses parents prenaient un véritable plaisir à revoir régulièrement. Il faut dire également que, plus jeune, Lily préférait étudier que regarder des films avec ses parents, oh elle passait énormément de temps avec eux, mais pas ceux-ci.

Riante quant à ce que venait de faire l’anglais, la petite blonde pris la parole, se prenant quelque peu au jeu :


« Nom de Zeus ! Il ne te manque plus que les lunettes Aaron… Hihihi, ça te va trop bien en plus ! »


Lily regarda les différents vêtements que lui présentait son ami avec beaucoup d’intérêt : cela ne pouvait pas être des mauvais choix de toute façon. Il semblait vraiment avoir compris ce qu’elle appréciait niveau vêtement et, alors qu’ils ne s’étaient vu que deux fois, cela forçait l’admiration.

La première pièce était une jupe bleue foncée très évasée, mais fortement marquée au niveau de la taille. Elle ne savait plus vraiment comment cela s’appelait, mais elle l’aimait bien. Les petits pois blancs la rendait assez unique, et cette couleur pouvait facilement s’accorder avec un de ses chemisier dans des tons vert ou blanc. Il y avait beaucoup de choses à tenter avec ça, et qui plus est, elle n’en avait pas dans sa maigre garde-robe. C’était donc un bon gros « oui ».

Une salopette ? Un choix plutôt curieux pour la jeune fille qui ne portait que très rarement de pantalons, mais l’idée était bonne. Très bonne même. Pas de jean mais une belle toile de qualité, plutôt légère et aérée, et au rouge pétillant sans être agressif. Cela lui donnerait une apparence un peu plus « garçonne » qui la changerait pas mal. De plus, accordé avec le bon t-shirt ou tunique, elle serait vraiment jolie, pouvant choisir de porter les bretelles, d’en détacher une ou les deux… Non, vraiment, cette pièce était intéressante et Lily fourmillait déjà d’idées. Du vert serait bien avec, mais aussi un beau orange pour cet été…

Mais… jamais l’écossaise aurait pu être prête pour la suivante, et dernière pièce. Figeant presque instantanément son sourire, laissant apparaitre un malaise dans le fond de ses yeux. Les couleurs étaient assez jolies, des tons mauves, violines avec des petites fleurs, cela faisait toujours son petit effet… Même si ce n’était clairement pas ce qu’elle portait régulièrement, mais passons. Le souci, parce qu’il y en avait véritablement un, était tout autre. Au fond, était-ce un carré de toile ou un vêtement ? C’était tellement petit, tellement échancré, rien qu’à voir cela, Lily en était mal à l’aise. Non, Aaron s’était véritablement trompé cette fois-ci, et en beauté qui plus est. Mais, le pire était à venir : le top n’avais aucune manche, dévoilant tout depuis ses épaules jusqu’au bout de ses doigts.

Il s’expliquait tandis que Lily se figeait dans un mutisme relatif, il s’agissait de la vendeuse qui lui avait un peu forcé la main. Il est vrai que cela partait d’un bon geste, et que aucun des deux ne pouvaient savoir… mais, pour le coup, Lily se serait bien passée de cela. Comment faire maintenant ? Aaron avait déjà mis les voiles, retournant dans sa cabine afin de faire des essayages. Il fallait qu’elle se calme, avec un peu de chance, l’écossaise pourrait fuir le problème. Oui, elle allait juste essayer les autres, riant de nouveau avec son ami.

Inspirant un grand coup, l’écossaise enfila la jupe et sortie attendre l’anglais. Ce dernier sorti, prenant une pose un peu ridicule et se mit à rire, entrainant avec lui la jeune fille qui ne souhaitait que cela, en un sens. Le pantalon sable mettait bel et bien en valeur ses grosses chaussures et le lin blanc rehaussé de touches de bleu faisait son petit effet ! De plus, il semblait plutôt ravi des choix de son apprentie styliste. Applaudissant légèrement, elle se remit à sourire, mais quelque chose semblait tout de même la troubler, incapable de se retirer le top de la tête.


« J-Je suis vraiment super contente que ça te plaise Aaron ! Tu es vraiment s-superbe dedans ! Et je-j’aime beaucoup ta jupe, elle est vraiment jolie et je l’aime beaucoup beaucoup ! »


Faisant virevolter sa jupe, elle repartie dans sa cabine pour essayer la salopette, qu’elle aimait bien. Peu serrée, ajustée comme il le fallait, le tissu était confortable. Vêtue alors de son chemisier vert, la jeune fille tenta de n’accrocher qu’une des deux bretelles, histoire de voir ce que cela donnait.

Aaron s’exprimait à travers la cloison, lui invitant à exprimer si elle avait une boutique qu’elle désirait visiter. N’importe où loin d’ici avait envie d’hurler la jeune fille, cela lui brulait les lèvres, mais cela ne se faisait pas. Pas après toute sa gentillesse, ses attentions et autres. Non, elle allait se contenir, lui montrer ce beau vêtement et tenter « d’oublier » le troisième.


« Je.. J’aimerais bien trouver quelque chose d-de bien japonais a-à offrir Jenny, c’est ma meilleure amie qui vit en Ecosse. Ah, et j-je chercherais bien une jolie o-ombrelle pour cet été… »


… Mais la voilà l’idée ! Elle pouvait acheter ce haut et le lui offrir, cela n’entrait pas véritablement dans son style, mais cela lui plairait probablement, elle qui aimait les pièces courtes pour les habiller d’autres choses.

Rassurée légèrement elle sortit de la cabine pour montrer sa tenue à son ami, qui l’attendait, déjà changé. Se regardant dans le miroir elle se trouvait plutôt jolie, dans un autre style, plus voyant, mais joli et agréable à porter. Lily espérait juste que son ami serait du même avis, lui souriant.


« C’est vraiment joli Aaron, j’espère que ça te plait autant qu’à moi… Tu sais vraiment trouver ce qui me plait vraiment. »


Inconsciemment, elle avait bien marqué le « Tu », révélant qu’il y avait véritablement un souci, bien que l’anglais n’était pas stupide, il devait bien se douter que quelque chose la troublait…

Mais visiblement le regard de la vendeuse se faisait assez insistant, souhaitant voir si son « bon conseil » avait été de qualité. Instantanément refroidie, la jeune fille retourna dans la cabine, déglutissant.

Coincée… Elle était coincée…

Ils avaient été tous les deux gentils et de bons conseils… ils ne pouvaient pas savoir ce qui pouvait la troubler à ce point… ce n’était qu’un vêtement après tout. Mais ne serait-ce que porter cela était au-dessus des forces de Lily, alors sortir et montrer ses horreurs à la face du monde ? Jamais ! Elle ne pouvait tout simplement pas le faire. Cherchant une solution, la jeune fille se rhabilla et contempla le fameux top… l’écossaise devait leurs montrer si elle était belle ou non avec « ca ». Mais à quoi bon puisqu’elle était, et resterait, hideuse, horrible ?

Recroquevillée dans un coin du petit espace, Lily s’était mise à pleurer silencieusement, revoyant encore et toujours la scène de ce fameux soir… le soir où elle avait incendié sa propre maison. Le soir où ses bras de pré-adolescentes ont été à jamais marqué par le feu et le métal bouillant… marquée à jamais d’être une incapable, nulle, dangereuse. Persuadée qu’Aaron la laisserait seule après avoir découvert ses marques, marques de la honte !

Cinq minutes plus tard, tremblante et tirant frénétiquement sur ses manches, elle éleva la voix, adressant une complainte brisée par les sanglots :


« Aaron… *sniff* … Je-J’ai besoin d- Je peux paaaas *sob*. Ce-C’est trop dur… Je s-suis sniff* vraiment désolée… mais o-on prend les t-trois premiers et… est-ce que o-on peut partir l-l-loin ? N-importe ou… *sob* »

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Lun 25 Juin 2018 - 10:52

When it's time to spend money


Cette après-midi semblait si belle , rien ne semblait la troublé .J'avais retrouver le sourire et la joie qui m'avait abandonner ces derniers temps , ce petit instant de bonheur me faisais du bien. Je n'avais besoin de penser à rien , juste à profiter du moment présent. Je comprenais que c'était dans ce genre de petit moment innocent qu'on retrouvait réellement le bonheur. Partagé entre rire et épanouissement , je gravais le moment présent dans ma mémoire comme un instant de gaieté, sans le poids de tout ce que nous pouvions vivre tout les jours. J'appréciais ce type de moment, cette candeur dont je pouvais faire preuve dans ses instants. Être à nouveau un enfant quelques minutes , sans ce soucier de la pression que les gens mettent sur nos épaules , je trouvais que cela était presque magique. Pourtant je savais que ces moments d’innocences étaient fragiles , que la réalité nous rattraperait rapidement et bien plus vite que je ne le pensais. Mais , pour le moment , j'étais pris dans ce jeu plutôt amusant que j'avais instauré en coopération avec Lily , cette amie que j'avais rencontrer dans un couloir au pur hasard. Cependant , ce hasard semblait avoir été programmé : nous nous ressemblions tellement ,elle et moi sur énormément de point. Il y avait si peu d'éventualité que je tombe sur quelqu'un de si semblable que moi avec qui je partagerais beaucoup de chose. Nous aimions tous les deux étudier , partager nos passions respective , nous amuser ensemble comme deux enfants , être des gamins sans soucis , sans ennuis. C'était ce sentiment que j'affectionnais quand j'étais avec elle , ce sentiment de retour à l'enfance , de candeur pur que rien ne pouvait troubler. Notre jeu en était l'exemple même , un jeu que beaucoup aurait trouvé immature mais je m'amusais énormément à prendre le rôle d'un styliste alors que je ne connaissais aucunement le milieu de la mode.


Lily c'était , elle aussi , prit au jeu ce qui me faisait plaisir. Dans cet instant d'égayement , je me pris à jouer des rôles , à imiter des scènes cultes de film ou encore à prendre la pose dans les habits que Lily m'avait choisi. Étant concentrer sur mon essayage , je n'avais pas fais très attention aux réactions de mon amie . Je m'étais tellement pris au jeu que j'avais fais attention au détail de ma tenue comme le fait de remonter le bas de mon pantalon pour donner un effet ''vintage'' qui allait plutôt bien avec mes doc Martens. Je m'arrêtais en m'appuyant sur le mur des cabines d'essayages , regardant mon amie. Hors du contexte de ce jeu , je me serais plutôt flatté sur mes capacités de stylistes , au final je n'avais pas si de mauvais goût en mode. La jupe que j'avais choisi pour Lily lui allait à ravir , la rendant très féminine et ajustant sa taille. Avant de m'exprimer , j'attendis de la voir avec la salopette que j'avais choisi. Je n'avais aucune attente avec le crop-top que la vendeuse avait choisi , d'ailleurs si Lily ne voulait pas l'essayait cela ne changerait rien à notre jeu , après tout la vendeuse n'avait pas à interagir dans notre jeu d'un autre côté. Je retournais dans ma cabine pour pouvoir me changer , enfilant à nouveau le t-shirt de ce matin et le jean que j'avais choisi pour compléter ma tenue. En me regardant ,je poussais un long soupire. Je m'habillais vraiment de façon trop simple , tout le temps en t-shirt et en jean . Bon , d'un autre côté , je n'ai jamais pris vraiment soin des tenues que je portais mais je pourrais faire un effort de temps en temps... C'est sur cette pensée que j'ouvris le rideau de ma cabine d'essayage , les affaires que j'avais choisi sous le bras. Renfloué un peu mon armoire ne me ferait pas de mal et c'était une bonne excuse pour faire plus attention à ma manière de m'habiller. De toute manière , j'avais de bonne excuse pour acheter un peu près tout, mais je n'avais pas l'habitude de mettre volontairement de l'argent dans des vêtements , pour une fois j'allais faire cette effort. C'était plus plaisant de le faire avec une amie qui avait bon goût , je savais au moins que je ne ressemblerais pas à une momie ou pire , à une mauvaise version de Lady Gaga. Lily avait des goûts de vêtements assez discret mais assez original aussi , un juste milieu qui était appréciable et qui mettrait un peu de couleur dans mon armoire.  Je m'approchais de mon amie en détaillant sa tenue , imitant un de ses stylistes bien trop maniérer pour ne pas sur jouer un peu. Je fis un signe de main , continuant mes imitations plus loufoques les unes que les autres en prenant la parole :


« Magnifique ! Magnifique ! Tout ça te vas à ravir ! »


Je m'arrêtais quelques secondes en riant , reprenant la parole de façon un peu plus sérieuse , arrêtant de jouer ce rôle que j'avais improviser :


«  Plus sérieusement , les deux pièces te vont vraiment bien. Décidément , je devrais me lancer dans la mode après le lycée , qui sait peut-être que ça marcherait ! »


Malgré tout , j'avais perçus dans les yeux de mon amie une certaine angoisse. Je ne savais pas définir d'où venait ce ressentiment ou si je me faisais des idées , mais je n'aimais pas voir ses traits fermé de la sorte. Cela m'inquiétais , ne comprenant pas la source de son stresse si soudain. J'avais envie de lui demander si quelque chose n'allait pas , mais je me retenais de lui demander , si cela se trouvait je ne me faisais que des idées dû à ma fatigue qui me rattrapait par moment. De plus , je n'aurais probablement pas compris la source de son mal être : nous passions un bon moment , nous rigolions , rien n'avait l'air de gêner notre moment d'amitié. J'avais bien compris que quelque chose n'allait pas mais je ne savais pas quoi , si c'était personnel ou non. Je ne préférais ne pas faire de boulette inutilement et l’embêter avec des questions , même si j'étais de nature curieux. Cela pouvait paraître si déplacer si c'était personnel...Elle avait dit précédemment qu'elle cherchait quelque chose pour son amie d’Écosse , quelque chose comme une ombrelle. J'essayais de lui faire décrocher un sourire en prenant la parole , un peu inquiet par l'anxiété que je lisais sur son visage :


« On trouvera facilement le cadeau pour ton amie dans ce centre commerciale , je pense que ce n'est pas si difficile que ça de trouver des ombrelles ! Je pense que ça lui ferait très plaisir . »


Je voyais que l'expression de mon amie ne se modifiait pas , ce qui m'angoissais. Est-ce que j'avais fais quelque chose qui ne lui avait pas plu ? Je me posais mille et une question , n'osant rien lui dire. Si cela se trouvait , j'avais dit quelque chose qui lui avait déplu , mais je n'arrivais pas à trouver quoi. Je savais que j'avais tendance à dire avec franchisse ce qui me passais par la tête , même si c'était un peu blessant parce que j'avais toujours été quelqu'un d'assez naturel. Pourtant , j'avais toujours fais attention à ce que je disais avec Lily et je ne pensais pas avoir été acrimonieux un seul instant en sa présence. Certes , je ne me rendais pas toujours compte des agissements que j'avais mais naturellement , j'étais quelqu'un d'assez délicat dans mes mots quand je parlais avec des amies. Même si j'avais une manière très franche de parler , je n'étais pas non plus indélicat.

J’entrouvris les lèvres pour lui demander ce qui n'allait pas quand je sentis le regard brûlant de la vendeuse dans notre dos. Décidément , cette femme était partout. Peut-être que c'était la vendeuse qui angoissait Lily , elle nous regardait un peu trop alors qu'elle avait un magasin à faire tourner. Je n'aimais pas qu'on me traque de la sorte , c'était désagréable autant pour mon amie que pour moi.  Je tournais mon regard vers la vendeuse , fronçant les sourcils légèrement comme pour lui signifier que sa présence permanente autour de nous n'était pas apprécier. Je voulais bien être patient mais j'avais tendance à vite m’agacer quand une situation devenait contrariante , comme maintenant. Si cette vendeuse ne nous lâchait pas , j'allais lui en toucher deux mots , or de question qu'elle gâche mon après-midi en compagnie de Lily. Mais , à peine avais-je retourner mon regard pour voir si mon amie était là qu'elle avait disparu dans la cabine d'essayage. Je grimaçais légèrement , je sachant pas trop quoi faire. Je n'avais pas envie de laisser Lily comme ça mais je n'avais pas envie de me créer des problèmes avec cette vendeuse plus qu'envahissante. Plus le temps passait , plus je m'inquiétais : pourquoi Lily prenait t'elle autant de temps dans la cabine d'essayage ? Est-ce que le comportement de la vendeuse l'avait autant froissé que ça ? Prenant mon mal en patience , j'essayais de ne pas montrer ma préoccupation soudaine. Mes pensées furent coupé quand j'entendis les sanglots de Lily , ce qui me surpris. Elle ne pouvait pas … Quelque chose. Je ne comprenais pas tout mais je ne réfléchissais pas plus de quelques secondes avant de tirer le rideau de sa cabine d'essayage et de venir m’accroupir en face d'elle. Je la pris dans mes bras dans un réflexe réconfortant , pour calmer ses larmes. Même si je n'étais pas très tactile , j'avais compris que c'était ce genre de chose qui calmerait les larmes de mon amie dont je ne connaissais pas la source de tristesse. Je laissais cette étreinte durée quelques minutes avant de la regarder , passant mon pouce sous ses yeux , essuyant ses larmes en prenant la parole , essayant de la réconforter comme je le pouvais :


« Que ce passe t'il Lily ? On partira sans problème si tu veux , ce n'est que des vêtements on s'en fiche un peu ! Mais le principale c'est que tu aille bien , qu'est ce qu'il y a ? Explique moi , je ne peux pas te laisser ainsi . »



J'essayais d'avoir des gestes rassurants pour ne pas qu'elle recommence à pleurer. J'étais vraiment inquiet de voir le visage de mon amie remplit de larme, étant très empathique je sentais fortement sa tristesse et que cela n'était pas simplement dû à une vendeuse de pacotille mais que cela était dû à quelque chose que j'ignorais complètement. En soit , ce n'était peut-être pas le lieu pour en parler si cela était grave mais je ne pouvais pas laisser Lily comme ça. Son état me préoccupait trop pour que je la laisse dans un mal être apparent. Je passais mes mains sur ses bras , frottant légèrement sa peau tel un geste affectif et rassurant , pour lui montrer qu'elle n'était pas seule maintenant mais en faisant ce geste , sans m'en rendre compte , j'avais légèrement remonter les manches de son chemisier . Mon regard croisa son bras et c'est alors que je compris . En un fragment de seconde , tout s'éclaircissait dans ma tête : pourquoi ses larmes , pourquoi ses angoisses soudaines , pourquoi ce mutisme auquel je n'avais pas compris grand chose. Son bras avait dû être brûler , elle avait de multiples cicatrices signe d'un événement malheureux de sa vie. Je sentais que j'avais brûler des étapes et que je venais de découvrir quelque chose dont je n'aurais pas du avoir la connaissance. A partir de ce moment précis , mes réactions fut très spontané et sans réflexion. Il ne fallait pas que je laisse le temps s'écouler , sinon Lily allait tout bonnement fuir , je le savais. On avait été tous marqué un moment ou un autre par la vie , plus cruellement avec nous qu'avec n'importe quel être , et quand quelqu'un découvrait notre secret cela rouvrait souvent des plaies fermées depuis bien longtemps... Je pris son visage dans mes mains pour capter son regard en prenant la parole , d'un ton très sérieux. Je n'étais plus d'humeur à m'amuser , mais je voulais rassuré mon amie , lui dire qu'elle n'avait pas avoir honte de ce qu'il lui était arriver avec moi.


« Écoute , je ne vais pas te demander ce qu'il c'est passé , c'est ton histoire et si un jour tu veux me la raconter je t'écouterais avec attention. Pour l'instant , sache que je ne te jugerais jamais par rapport à ça . On s'en fiche de ce haut que la vendeuse t'a conseiller . Tu n'as pas besoin d'artifice , tu es belle comme tu es , avec tes cicatrices. Je sais que ce n'est pas simple , même si je n'ai pas vécus ce que tu as parcouru mais sache que tu n'es pas seule. La vendeuse peut dire ce qu'elle veut , tu es magnifique au naturelle comme tu es , tu n'as pas avoir honte de ce que tu es avec moi , d'accord ? »


Je n'arrivais pas  à être le plus rassurant possible , je sentais que la situation pouvais m'échapper à chaque seconde et que tout cela me dépassais. Entre hier et aujourd'hui , je n'affronterais pas que des situations très simple en ce moment et ma vie semblait bien paisible à côté de celle de mon entourage. Être un réconfort dans ce genre de moment n'était pas si simple , même si je comprenais ce que Lily affrontait , j'avais du mal à trouver les mots parfaits pour la rassuré , pour lui dire que tout irait bien et qu'elle n'avait pas à avoir peur de quoi que ce soit en ma présence. Que jamais je ne me permettrais de la jugé , je n'étais pas ce type de personne-là. Je me relevais en l'aidant à ce lever , regardant les vêtements encore pendu que je lui avais choisi. J'haussais les épaules , boarf il existait un tas de magasin , le principale était que je sorte Lily de celui-ci et tant pis pour ses vêtements , il trouverons quelqu'un d'autre. Je guidais Lily en lui prenant la main , d'un geste réconfortant pour lui montrer ma présence mais la vendeuse nous fit barrage en nous demandant si tout c'était bien passé et si nous ne prenions rien ,  je lui déclarais que non mais elle insistait sur toutes les pièces , décidément obstiner à nous faire acheter quelque chose. Je n'appréciais pas du tout ce genre de comportement trop insistant , probablement dû à la fatigue accumuler d'hier que je n'avais pas réussi à récupérer , ma patience était très courte. Je fronçais les sourcils , abordant une expression plus dur en lui déclarant :


« Nous n'avons rien trouver c'est tout. Bonne journée , au revoir. Et n'insistez pas plus. »


Comme à mon habitude , je m'étais sentis obliger de faire une remarque désobligeante et de prendre cette vendeuse de haut. Celle-ci ne relevait pas ma remarque , elle avait sûrement compris le message et n’insistait pas plus . Tant mieux. Je pouvais dès lors faire sortir Lily de cette endroit mais j'avais oublié que le centre-commercial était aussi bondé... Il fallait que je trouve un endroit assez calme qui permettrait à Lily de ce remettre de ses émotions. Je vu une petite boutique basé sur la vente d'instrument et de la musique en général. Me rappelant que mon amie m'avait dit qu'elle se passionnait pour la musique , je me dirigeais vers cette boutique au hasard , voyant qu'elle était assez vide. Nous échappant de la foule , je la guidais jusqu'à ce magasin où une panoplie de divers instruments était exposés. Le vendeur de cette boutique ne nous adressait qu'un simple bonjour , restant derrière sa caisse sans demander plus. Ce lieu semblait bien plus reposant , calme et sans foule qui se poussait dans tout les sens. Des instruments de tout les horizons étaient présents , certains dont je ne connaissais pas le nom et d'autre qui ne m'étais pas inconnu. Lily ne m'avait pas exprimer son souhait d'aller dans une boutique de musique mais je m'étais diriger plus au hasard vers ce lieu. Certains instruments étaient en libre service ,certainement pour que de futur acheteurs puissent les essayer. Le monde dehors , s'agroupant devant de grande enseigne , semblait si loin de nous à présent. Ce magasin semblait si calme , presque comme s'il était abandonner. Je me dirigeais vers un piano d'un blanc marbre. Un souvenir si doux me revenait en mémoire , ma mère . Elle arrivait à faire vivre les notes de chaque musique sous ses doigts , elle avait un don pour le piano et depuis tout petit je l'écoutais jouer des musiques sans rien dire , bercer par les notes sortant de son piano et de son cœur. J'avais réussi , en suivant du regard des doigts à apprendre un seul morceau de piano. Je ne le jouais pas souvent mais c'était bien le seul que je connaissais et que je savais un peu jouer. Avec un peu d'hésitation et d'appréhension , je m'asseyais devant le piano déjà ouvert. Je regardais Lily en lui indiquant la place à côté de moi . Je toussotais avant de prendre la parole :


« Je ne joue jamais du piano mais je vais faire une exception pour toi. Sache que c'est la première et dernière fois donc profite en ahah. Tu connais City of Stars ? C'est une musique que j'affectionne énormément. Si tu veux , tu peux m'accompagner. »



Je sortis mon portable en le coinçant devant le piano pour que celui-ci tienne. Je ne connaissais rien au solfège ou a tout ce qui constituait la musique en général. Si je savais jouer ce morceau , c'est parce que ma mère le jouait très souvent et j'avais appris à positionner mes mains d'une certaine manière , connaissant l'air de la musique par cœur. Si jouer ce morceau , révéler cette petite partie de moi que je gardais souvent secrète pouvait calmer ses ressentiments , alors je le ferais. Avec une sorte de légère angoisse , je commençais à jouer , essayant de me concentrer sur le piano. Je n'étais pas à l'aise avec toute les notes mais j'avais une certaine aisance à force de répéter ce morceau avec ma mère.  

Spoiler:
 

Je pris une grande inspiration , essayant de me concentrer au maximum sur les notes que je diffusais en commençant à chanter l'air de la chanson que je connaissais si bien :

City of stars
Are you shining just for me?
City of stars
There's so much that I can't see
Who knows?

I felt it from the first embrace I shared with you
That now our Dreams


Ma voix était remplis d'émotion , attendant que Lily rejoigne mon chant si elle le voulait. C'était bien la première fois que je dévoilais ce talent que je n'aimais pas montrer. Mais je savais que la musique était un pansement si pur que s'il fallait que je joue pour guérir la plaie de Lily , je le ferais. Même si toutes les notes n'étaient pas parfaite , même si quelques sons étaient trop aigu par moment , j'avais un bon tempos et je me laissais emporté par la musique , lançant ma voix prendre le dessus. Je n'aimais pas spécialement chanter , surtout en publique. Je préférais m'abandonner à ce genre d'activité quand j'étais seul et quand je savais que personne ne me regarderais. Sous le regard de mon amie , je n'avais aucune crainte , j'étais serein et je voulais partager ce moment d'intimité dans la musique avec elle , lui montrer que le monde nous réservait tellement de chose et qu'il ne fallait pas avoir peur du futur malgré nos cicatrices du passé. J'aimais sa présence et je ne voulais pas qu'elle souffre à cause du passé , qu'elle s'engouffre dans une angoisse qui ne l'a quitte plus , je voulais lui montrer toutes ses choses si magnifique qu'elle pouvait encore découvrir. Que la vie était si belle et qu'elle avait plein de chose à lui offrir.


Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 54

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Mar 26 Juin 2018 - 11:40

Perdue… Effrayée… Malheureuse… Lily était recroquevillée, posant son visage contre ses genoux et serrant ces derniers de ses bras. La jeune fille laissait libre court à ses larmes sans les essuyer, inondant ses joues de ce liquide salé. Seule dans cette petite cabine, elle se perdait dans ses pensées.

Comment avait-elle pu accepter ce jeu ? C’était évident dès le début que cela allait se terminer ainsi : Aaron lui présentant innocemment un beau vêtement et elle ne pouvant pas l’essayer, parce qu’elle était trop faible ! Oui, trop faible !

Trop faible pour refuser, trop faible pour essayer, trop faible pour faire face… Lily se sentait terriblement faible. Ce n’était qu’un morceau de tissu après tout, quel mal cela pouvait lui faire ? Mais elle souffrait rien qu’à regarder ce maudit haut, chaque seconde à voir cette absence de manche lui faisait imaginer le porter et exposer au monde ses… choses.

Elle était immonde, horrible, ignoble… et de plus, tout ce qu’elle pouvait exécrer chez elle, s’y voyaient inscrit, comme autant de tatouages que le destin avait choisi d’immortaliser.

La jeune fille qui, au quotidien n’arrivait à apprécier son image dans un miroir qu’une fois ses bras cachés, allait devoir exposer cela à la face du monde. Montrer à son « nouvel ami » à quel point elle était laide, dangereuse, incapable… Lui montrer qui elle était réellement ? Cela lui faisait juste trop mal. Il était tellement gentil avec elle depuis le début, l’écossaise ne souhaitait juste pas le perdre, mais cela serait inévitable après qu’il l’ait vu. Qui pouvait supporter d’avoir quelqu’un d’aussi peu fiable dans ses amis ? Quelqu’un qui avait incendié sa propre maison…

Personne. Voilà la triste réponse. Absolument personne ne pouvait supporter cela… Et c’était bel et bien cela qui lui déchirait le cœur. Elle se voyait rester toute seule au fond de cette cabine, délaissée par un Aaron qui aurait compris, qui aurait vu à quel point elle était une plaie, une honte !

Tentant de se lever, Lily retomba dans sa position initiale presque immédiatement, ses jambes tremblant trop pour se mouvoir correctement. Elle était effrayée, toute cette situation l’effrayait au plus haut point. De plus, le simple fait de voir cette maudite pièce de tissu, s’imaginer la porter et s’exposer donnait à la jeune fille une véritable douleur au niveau de ses bras, lancinante et extrêmement douloureuse : elle revivait ce qu’il s’était passé ce jour.

L’explosion, le bruit, les flammes… et cette douleur si vive, insoutenable qui se propageait dans tout son être. Les murs de la cabine se teintaient progressivement en orange, tandis que le rideau devenait un véritable mur de flamme, oscillant légèrement tandis que la jeune fille se resserrait toujours plus dans sa position. Haletante Lily relevait la tête et se sentait encerclée, oppressée… et cette sensation de calcination, si vive et douloureuse. Respirant de manière saccadée, haletante, Lily était perdue, entre passé et présent, plus véritablement capable de faire le distinguo.

Un bruit ? Des voix ? Non loin des gens se disputaient autour d’un sujet trivial, mais cela suffi à provoquer un déclic : elle n’était pas chez elle, elle n’avait plus 12 ans… elle était dans un magasin avec un ami qui bientôt n’en allait plus en être un si elle lui montrait tout cela, toute ses horreurs. Elevant la voix, Lily lui adressa une complainte, une supplique à changer de lieu immédiatement, peut-être était-il encore temps pour éviter qu’il ne pose trop de question… Peut-être qu’elle ne le perdrait pas au final…

Mais le voici qui entrait immédiatement et prenait dans ses bras Lily, sans se poser de question. Le contact était doux, agréable, réconfortant… Il savait même comment s’y prendre pour l’apaiser. La jeune fille serra à son tour Aaron, lâchant ses sanglots contre son torse. Elle avait même réussi à gâcher leur belle après-midi, un moment de détente et de visite agréable gâché. Et c’était entièrement de sa faute, juste parce qu’elle était incapable de faire face à un pauvre morceau de tissu. Quelle stupidité ! Quelle imbécile !


« J-Je *sniff* s-s-suis t-tellement *sob* d-d-désoléééee A-Aaron… »  


Lily s’était exprimée avec une voix brisée, tentant de s’excuser vainement tandis qu’il prenait soin d’elle, dieu qu’elle se sentait faible en ce moment. Incapable de quoi que ce soit…

« *sniff* Je s-suis vraiment t-trop *sob* trop nulle… »  


Elle le pensait véritablement, et encore pleins d’autre choses qu’elle n’exprimait pas mais dont le ton de la voix laissait sans véritablement d’équivoque : l’écossaise se rabaissait et s’en voulait terriblement.

Continuant ses sanglots, la jeune fille se calma petit à petit tandis que son ami continuait de la prendre dans ses bras avec gentillesse et bienveillance. C’était chaud, rassurant et cela faisait du bien, beaucoup de bien même. C’était exactement pour cette raison précise que Lily était aussi tactile, pour le contact humain, l’échange de chaleur, la proximité… bref, être près d’une personne que l’on aime.

Le jeune homme lâcha son emprise pour poser délicatement ses mains sur le visage de l’adolescente, séchant les larmes de son pouce. Ce geste la fit stopper ses sanglots, laissant seulement ses yeux couler encore. Elle allait mieux maintenant, rassurée, quelque peu apaisée même. Aaron savait décidément comment faire, comme s’il la connaissait depuis longtemps. Cependant, le voici qui demandait des explications, il était perdu, cela se sentait. Mais comment lui en vouloir ? Apres tout, il ne pouvait pas savoir, il était normal en un sens. Il était fort, courageux, aidant… Et Lily, qu’était-elle ? Qu’était-elle si ce n’est qu’une anormale pleureuse, faible et inutile ? Comment trouvait-il la force d’être aussi bon alors qu’elle lui avait gâché la journée ?

Que se passait-il ? Comment lui expliquer qu’elle avait eu peur d’un simple morceau de tissu ? Comment Lily pouvait-elle l’expliquer sans lui montrer ce qui la tourmentait ? Cela était impossible, s’il la voyait comme cela, aussi stupide, c’était évident qu’il l’abandonnerait. Dans ce tourment de questions, elle ne répondit rien, se contentant de profiter de cette proximité, ramenant juste ses bras ballants près de son cœur. Comme autant un message inconscient qu’un geste d’autoprotection.

L’anglais avait vu ce geste et s’empressait de lui sourire chaleureusement tout en venant doucement lui caresser les bras, tentant d’apaiser d’avantage son amie, lui démontrant de l’affection. La jeune fille l’aimait pas qu’on la touche à cet endroit et ressenti comme si elle était encore à vif : le contact était douloureux, lui arrachant un rictus. Mais à peine quelque secondes plus tard, une sensation de chaleur douce faisait son apparition, remplaçant cette douleur par autre chose, comme si elle se sentait guérie. Mais, les caresses s’arrêtèrent d’un seul coup ! Regardant le visage d’un Aaron dont les yeux étaient fixés plus bas, Lily compris aussitôt : l’anglais avait compris, il l’avait vu.

Ca y est, c’était finit, tout était terminé désormais. Il allait l’abandonner, c’était sûr. Apres tout, ses yeux étaient devenu si écarquillé tandis qu’il avait vu une fraction de ce que l’écossaise portait sur son corps. Aaron devait être horrifié, dégouté peut être. Dans un réflexe Lily recula d’un pas tout en remontant ses manches, regardant comment sortir d’ici. Car oui, elle souhaitait sortir, le plus vite possible, rentrer dans sa chambre et ne plus jamais en sortir. Son ami la trouvait répugnante, horrible… Et il n’aurait pas tort de le penser, puisque c’était véritablement ce qu’elle était.

Il a bien une raison pour laquelle Lily était autant plongée dans l’instant présent et le futur, cet élément de son passé lui donnait des haut-le-cœur, et n’aimait même pas en entendre parler. Au final, cela n’était rien de plus qu’un acte de fuite, de tout cacher, considérer que cela n’avait pas existé… Mais cela était plus simple comme cela. Constamment dans la fuite, elle l’oubliait régulièrement, considérant que ses manches longues faisaient juste partie de sa vie, sans se poser plus de questions. Elle avait trouvé ses astuces, ses routines et cela s’était tellement ancré en elle et son quotidien que cela était normal, juste une part de sa vie. Toujours être en retard pour le sport pour se changer seule dans le vestiaire, se doucher avec une longue serviette posée autour des bras, esquiver les miroirs… Et toujours porter des manches longues évidemment.

Alors que la jeune fille avançait d’un pas pour tenter de forcer le passage, Aaron se saisit du visage de la jeune fille et la regarda droit dans les yeux, ce que la petite blonde souhaitait absolument éviter. Il était très sérieux, ferme, mais ses yeux trahissaient quelque chose… quelque chose de rassurant, gentil. Comment cela était possible ? Il l’avait bien vu pourtant…

Le blond pris la parole, énonçant un discours maladroit mais venant du cœur. Aaron ne savait pas, il ne comprenait pas tout ce que ces stigmates signifiaient. Et cela était plus que normal, il ne pouvait pas savoir. En revanche, il n’était pas curieux ou accusateur, non, au contraire, il se souhaitait rassurant ! Selon lui elle n’avait pas à avoir honte, qu’il ne la jugerait pas, qu’il serait là. Ajoutant même que Lily était magnifique au naturelle, comme elle était. Il devait surement mentir, mais la jeune fille choisit sciemment d’y croire, préférant se rattacher à ces paroles rassurantes. La jeune fille hocha silencieusement la tête, répondant à la question de son ami tandis qu’elle tirait de nouveau frénétiquement sur ses manches. « Tu n’es pas seule » Ce morceau de phrase résonnait dans la tête de l’écossaise qui voulait réellement croire à ce mensonge, tandis que quelques larmes silencieuses s’étaient, de nouveaux, mises à couler.

Il lui avait saisi doucement la main, l’aidant ainsi à se relever, silencieuse mais obéissante, la jeune fille se laissait guider sans réellement faire attention à ce qu’il se passait autour d’elle : seul comptait ce doux contact… Ainsi que ses nombreuses craintes.

Pourquoi ne l’avait-il toujours pas lâché ? Pourquoi s’obstinait-il à rester auprès d’elle après tout ce qu’elle lui avait fait ? Comment une lâche et une plaie comme elle pouvait-elle avoir le droit de rester auprès de lui ? La jeune fille souhaitait juste partir, disparaitre pour ne plus l’importuner… mais quelque chose l’empêchait de le faire, de lui fausser compagnie. Quelque chose que Lily n’arrivait pas à situer ni à véritablement comprendre. Au fond, peut-être souhaitait elle simplement croire et suivre cet homme qui prenait autant soin d’elle.

Enormément de pensées fusaient dans la tête de l’écossaise, autant de questions que d’affirmations qui pouvaient se lire sur son visage tandis que les deux « amis » avançaient. La jeune fille, habituellement intimidée par la foule, semblait juste trop concentrée pour y faire attention. Elle se sentait si mal, si ridicule, si stupide. Elle avait menti, caché, dissimulé et pourtant il était toujours présent, aidant. Et en retour de cette aide, ce soutien, que lui avait-elle offert si ce n’était des ennuis ? Pas grand-chose en réalité… Et c’était la triste vérité.

Ils étaient entré quelque part, un lieu plus calme, sans un bruit. Personne si ce n’était un vendeur un peu bourru… Et des instruments partout. Ils étaient dans une boutique de musique, avec des instruments en libre-service, et les voici en train de se diriger vers un magnifique piano blanc. Le jeune homme blond s’y installa, proposant le reste du siège à l’écossaise. Il déclarait que ce serait la dernière fois qu’il jouerait, aussi il fallait en profiter.

Et il pianotait bien, malgré quelques erreurs largement pardonnables, commençant à chanter. Son chant était plutôt bon, laissant apparaitre un flot brut d’émotions… La jeune fille qui ne disait mot se laissa bercer par ces notes, cette voix qui chantait une belle chanson, douce et entrainante. C’était un duo si l’on se fiait aux paroles affichées sur le téléphone et Lily était invitée à y participer, d’autant qu’elle commençait à se prendre au jeu. Peu sure d’elle et tremblante autant physiquement que vocalement, l’écossaise pris la parole, suivant les écrits du téléphone.


♫ City of stars
Just one thing everybody wants
There in the bars
And through the smokescreen of the crowded restaurants
It's love
Yes, all we're looking for is love from someone else ♫


♫ A rush
A glance
A touch
A dance ♫


Lily commençait à prendre en assurance, laissant ses sentiments de cotés. Elle avait un chant, une musique et une voix pour la guider… progressivement, elle sentait les émotions tacites contenues dans cette mélodie, cette mélancolie alliée à une joie légère mais présente. Sa bulle musicale recommençait à se former, cette délicieuse sensation de vide ou plus rien n’avait d’importance si ce n’était de créer et de tenir un rythme. La jeune fille était calme, presque souriante tandis qu’elle reprenait son chant, la voix changée, bien plus chargée en émotion et marquant une certaine détermination que personne ne lui connaissait.


♫ A look in somebody's eyes
To light up the skies
To open the world and send me reeling
A voice that says, I'll be here
And you'll be alright ♫


♫ I don't care if I know
Just where I will go
'Cause all that I need is this crazy feeling
A rat-tat-tat on my heart ♫


♫ Think I want it to stay
City of stars
Are you shining just for me?
City of stars
You never shined so brightly ♫


La chanson était terminée, les notes s’arrêtèrent progressivement tandis que la jeune fille repartait dans son mutisme. Elle était dans sa bulle maintenant et, sans réellement le penser elle-même, souhaitait en profiter. Elle était dans un état de nerf avancé et il lui fallait évacuer. Evacuer sa tristesse, sa douleur, mais également l’espoir qu’Aaron venait de lui instaurer : elle voulait tout évacuer, retourner à ses pensées quotidiennes.

Sans même demander l’avis du vendeur qu’elle n’avait pas véritablement remarqué, Lily se saisissat d’un violon, d’un archet et commença à jouer, profitant du fait que sa bulle n’avait pas encore éclatée et qu’elle avait besoin de cela, elle le savait.

Play a song:
 

La jeune fille jouât, laissant son corps bouger au rythme d’une mélodie qu’elle maitrisait, avec certes quelques fausses notes vites absorbée par la mélodie générale. Yeux fermé, seule la musique comptait désormais. Il n’y avait plus de centre commercial, plus de boutiques, plus de vendeurs, plus de gens… Plus rien. Plus rien que la musique qu’elle diffusait pleinement, laissant éclater ses émotions, laissant ces dernières s’imprégner sur les cordes de l’instrument. C’est à peine si elle sentait que ses joues redevenaient inondées de larmes, tandis qu’un sourire de plus en plus grand se dessinait sur son visage. Elle était juste absorbée, entièrement dédiée à sa propre musique.

Honnêtement, elle n’avait aucune idée du temps qu’il s’était écoulé quand elle termina, mais elle était épuisée, sentant toute une vague de pression partir d’un seul coup. Ouvrant les yeux, elle laissa sa bulle éclater tandis qu’elle prenait véritablement conscience des choses : Aaron l’avait fait quitter le magasin de vêtement et entrainé dans une petite boutique de musique. Ce dernier était encore là, présent, il l’avait écouté pleinement. Il… Il était toujours présent ? Surprise et affichant une expression à mi-chemin entre la profonde tristesse et l’immense joie, la jeune fille se précipita dans ses bras, le serrant de toute ses maigres forces.


« J-Je suis v-v-vraiment désolée Aaron *sniff*… J-Je suis vraiment q-qu’u-une horrible p-petite f-fille e-et je voulais pas t-t-t’infliger çaaaaa *sniff*. J-Je suis v-v-vraiment h-heureuse q-q-que tu sois resté *sniff*… Mais t-tu as réellement pas à-à te forcer h-h-hein *sniff*… Je c-comprendrais que t-tu souhaite p-p-plus jamais me voir… c’est n-normal… »


Sa voix s’était littéralement brisée sur son dernier mot, le rendant quasiment inaudible. La jeune fille commençait à exprimer ses doutes et ses craintes et cela lui était très douloureux, cela se voyait, se sentait énormément. Ses yeux disant presque tout si ce n’est plus sur ce qui la tourmentait. Rejet, peur, culpabilité et encore bien d’autre chose se lisait en elle comme dans un livre ouvert…

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Ven 29 Juin 2018 - 9:56

When it's time to spend money



Cette après-midi si calme avait prit une tournure tout à fait inattendue. Ce matin , en émergeant de ma soirée beaucoup trop agité , je n'avais pas imaginé que tant d'événement viendrait intervenir dans ce moment avec mon amie. Je supposais que nous allions simplement parler de sujet comme d'autre autour d'une sucrerie , que nous allions rire , que j'allais acheter ce dont j'avais besoin et que j'allais rentrer simplement et tout bonnement chez moi. Il y avait quelques jours , j'avais même préparer une liste de ce qu'il fallait que je me rachète , il y figurait bien sûr des vêtements mais aussi un chargeur car le fil du mien commençait à se fendre et un carnet vide pour faire des notes annexes à mes cours . J'avais déjà griffonner de nombreux carnets tous rangé en ordre sur une petite bibliothèque au dessus de mon bureau , mais n'ayant plus de carnet vide je ne pouvais pas faire de recherche complémentaire sur mes cours sans le risque de perdre les fiches et l'idée de ne pas pourvoir trier proprement ses fiches me filais des frisons désagréables. Si mes cours n'étaient pas en ordre , comme toutes les recherches qui les entouraient , je n'arriverais jamais à m'y retrouver et rien que d'y penser... J'étais un maniaque dans l'âme et il fallait que chaque chose soit à son endroit , dans sa ranger , à son emplacement précis. Le fait de faire une liste pour venir ici était aussi un signe de ce côté maniaque qui insupportait mon entourage. C'est pour ça que j'ai éviter de dire à Lily que j'avais préparer une liste précise des choses qu'il me fallait ici sinon elle allait me prendre totalement pour un fou avec des tics compulsifs. J'avais donc préférer taire l'existence de cette liste et lui laisser le choix des boutiques où nous nous rendons initialement , sinon Lily allait très logiquement me dévisager en ce demandant qui faisait ce genre de liste à mon âge. Mais bon , tout ça n'a pas eu lieu. Pourquoi donc allez vous me dire ? Hé bien , parce que cette petite virée shopping c'est transformer en moment émotion. Parfois , on ne s'attend pas vraiment à ce qui va nous tomber dessus , on se dit juste qu'on va passé un moment entre amis , qu'on va faire de ce moment un souvenir inoubliable et qu'on rentrera la tête plein d'images positif défilants devant nos yeux. J'imaginais , dans mon imaginaire , passer ce genre de moment avec Lily , comme une bouffer d'air dans ce quotidien trop monotone. Or , rien ne c'était passé comme prévu. Nous étions comme deux enfants dans ce magasin dans lequel j'avais emmener Lily , nous avions perdu la notion du temps et l'amusement c'était introduit dans chacun des rayons du magasin. Nous nous sommes tellement décrocher de la réalité que nos problèmes semblaient bien loin...Pourtant , ceux-ci attendait tranquillement le bon moment pour venir nous hanter à nouveau , réduire ce moment de candeur en pur cauchemar , en tristesse infini. J'avais vu dans les pupilles de mon amie une peur profonde mélanger à un abattement puissant , je ne connaissais que trop bien ce genre de sentiment... Je ne pouvais pas jaugé ce qu'elle avait vécus ni imaginer la gravité des souvenirs qu'elle avait du revivre en ce moment même mais je savais que la seule chose que je pouvais faire était de la réconforter en la tenant dans mes bras , en lui faisant découvrir des mondes qu'elle ignorait , en lui montrant que ce souvenir n'était pas la seule chose qu'elle avait et que de belle chose aussi l'attendait dans les tournants de la vie.


Ce n'était pas une tâche facile de consoler une âme perdu entre souvenir et tristesse. De plus , je savais que je venais de découvrir quelque chose de mon amie voulait certainement garder secret sinon elle m'en aurait parler ou aurait fait un sous-entendu sur ce sujet. Je me sentais un peu gêner d'avoir dévoiler quelque chose dont je n'aurais jamais du avoir la connaissance mais ce n'était pas la première idée qui me traversait la tête. Sans mentir , je me posais naturellement des questions autour de ses blessures mais ce n'était ni le lieu ni le moment pour en parler , ça nous paraissait logique et je voulais lui laisser le temps de m'en parler quand elle s'en sentira capable , si bien sûr un jour elle veut m'en parler ou aborder le sujet. Je ne pouvais comprendre ce qu'elle avait vécus , tout ça était trop flou pour moi et j'étais même complètement incapable de savoir exactement ce qui c'était passé ou les épreuves qu'elle avait dû affronter . J'osais les imaginer , reconnaître la douleur nichée dans le fond de ses pupilles mais je ne pouvais jaugé comment. La seule chose que j'étais capable de faire , c'était de lui tendre mes bras , de la rassuré et de lui dire que maintenant tout ira bien. C'était un peu naïf comme vision des choses mais je voulais y croire , me dire qu'un meilleur futur l'attendrait , un futur où son passé ne sera plus qu'un vieux souvenir , une guerre bien lointaine. Je voulais effacer cette tristesse qui assombrissait son regard , je voulais dessiner un sourire sur ses lèvres , je voulais qu'elle soit heureuse. Mais tout cela me dépassais bien plus que je ne le pensais. Comment pouvais-je lui dire que je la comprenais complètement alors que je ne savais même pas ce qu'elle avait subie ? Comment ? Tout ce qui était sûr , c'était que je serais présent peu importe ce qui m'attendais. Lily faisait à présent partie complètement de mes amies alors il était totalement hors de question que je lui lâche la main , que je lui tourne le dos , c'était inconcevable. J'ai été et je suis toujours un ami très fidèle , une fois que j'accorde ma confiance à quelqu'un je ne fais pas de pas en arrière, ce n'est pas mon genre. Peu importe ce que Lily ne voulait pas me dire , même avec le poids de son secret , je lui tendrais la main dans toutes les situations. J'avais cette vision très candide de l'amitié à laquelle j'y avais accroché beaucoup de mes valeurs comme la fidélité , l'altruisme , … Il était donc naturellement pour moi d'essayer d’apaiser la tristesse qu'éprouvait Lily comme je le pouvais même si cela restait encore un peu maladroit car je ne la connaissais que depuis peu de temps. Mais ce temps ne semblait pas une frontière entre nous , bien à l'inverse. J'avais l'impression de la connaître depuis fort longtemps et que je savais exactement comment apaiser ses songes horrifiques , l'apaisant rien qu'un peu . Tout mes gestes semblaient authentiques , comme si je l'avais déjà serrer dans mes bras des centaines de fois auparavant dans le même genre de situation. Je savais qu'elle avait compris que je ne lui voulais que du bien et que , au grand jamais , je ne lui ferais des remarques par rapport à son histoire. Après tout , j'avais ma propre histoire aussi gravé sur ma peau avec son lot de mauvais souvenir , alors dans la mesure du possible je pouvais comprendre ce qu'elle vivait , ce qui la poursuivait et ce qui la hantait.


J'avais entrepris de l'amener dans un lieu plus calme où elle pourrait extériorisé ses émotions sans craindre le regard des gens , un lieu où elle pouvait se sentir plus libre : le magasin d'instrument. Je n'y étais jamais rentré avant aujourd'hui mais je savais que j'y poserais les pieds un de ces jours , je n'imaginais pas vraiment que cela se passerait dans ce contexte-ci , mais on ne s'attend jamais à ce que la vie nous réserve. L'ambiance calme et berçante du magasin calmait nos esprits prit dans cette vague de désolation. Sans trop réfléchir , je m'étais dirigé vers le piano. J'avais connaissance de l'alchimie qu'avait Lily avec le milieu musicale , qu'elle s'y sentait à son aise et je voulais l'invité dans ce monde qui était le sien. Si durant quelques minutes elle pouvait se réfugier dans cette bulle musicale , je pouvais bien faire un effort pour elle et retoucher à un piano. Les sensations des touches sous mes doigts me fit frissonner. J'avais oublié le plaisir que l'on pouvait prendre à jouer un instrument … Pourtant ma mère avait toujours souhaité que je joue du piano mais je ne m'y étais que vaguement mis à y jouer, je préférais l'écouter. Je savais que dernière cette instrument ce trouvait un monde magique remplit de note de musique , de mélodie sans lendemain et de sentiment reluisant grâce à chaque son. Que chacun pouvait se créer sa bulle de bonheur uniquement avec quelques notes , juste en jouant un peu et en s'évadent. Malheureusement , j'ai toujours eu une appréhension , cette peur du regard des autres , des critiques que je n'aurais su affronter. Ma passion pour la musique était trop faible pour que je passe au dessus de tout ça , j'en étais incapable. Alors , il m'arrivait de jouer en secret chez mes parents quelques notes , un refrain dans le plus grand des secrets. Je venais de partagé une part de moi-même avec Lily , ce n'était pas un lourd secret mais ça en restait un à part entière. Je voulais lui montrer qu'il n'y avait aucune honte à dévoiler ce qu'on est , que notre identité propre est la plus belle des choses que nous puissions avoir. En commençant à pianoté , je commençais à chanter l'air de City of stars. Au cas où Lily n'avait pas connaissance des paroles , j'avais mis mon portable en face , bloqué sur le piano pour qu'elle puisse m'accompagner dans se voyage musicale. Après tout , cette évasion sonore était prévu pour lui apporté du réconfort , pour qu'elle ai un moment à elle dans son monde. Je commençais à chanter les premières paroles seul avant qu'elle ne vienne m'accompagner dans mon chant ce qui me fit sourire, au début sa voix était un peu hésitante mais vers la fin du morceau , je la sentais plus libre , son chant était mélodieux. J'étais heureux  d'avoir pu lui offrir quelques minutes de répit mais Lily semblait prise dans une tourmente artistique et musicale. Je la laissais faire , me tournant simplement pour la regarder s'éloigner vers d'autres instruments.


Je restais assis sur le siège sur lequel je m'étais installé en écoutant attentivement Lily. Elle avait un vrai don pour le violon , tout semblait mélodieux et harmonieux. Elle semblait prise , corps et âme , par sa musique et uniquement par la sonorité qui en sortait. C'était une vrai passionné , nul doute là-dessus , tout me le faisait ressentir. Durant une fraction de seconde , je fermais les yeux , voyageant à travers l'air de son violon et la mélodie qui en sortait. Un flot émotionnelle me traversais , je pouvais touché du doigt les tourmentes qu'elle avait subit , les coups bas qu'elle avait du affronté , les horreurs que la vie avait pu lui infliger. Les notes me racontaient une histoire , la sienne. Elle semblait extériorisé tout ce qui lui faisait si mal à travers cette univers , laissant la musique la guider dans ses pas et dans ses émotions. Je rouvrais les yeux , attendant qu'elle achève son morceau pour l’applaudir à la fin. J'étais vraiment ému par sa prestation au violon , elle avait un don certain pour joué de la musique et pour faire ressentir aux gens toutes la tendresses et la force que pouvait avoir la musique , tout ses sentiments entremêler les un dans les autres. J'aurais pu continué de l'écouter durant un certain temps mais l'univers dans lequel Lily semblait être prise avait une fin , la réalité était sournoise et revenait toujours très vite , même quand on ne l'attendait plus du tout. Mon amie semblait prendre connaissance de la situation que maintenant , je la laissais tranquillement le temps qu'elle reprenne ses esprits. Elle avait besoin de ce moment pour elle seule et je n'avais aucun droit d’interaction à ce moment précis. Si elle avait besoin de plus de temps seule , je lui aurait donné volontiers , j'essayais de me montrer le plus compréhensif dans cette situation qui m'échappais un peu. Or Lily semblait sortir de son monde musicale et venait rapidement vers moi , m’enlaçant à nouveau. J'avais fini par m'habituer au côté très tactile de mon amie et je passais mes bras autour d'elle comme pour lui dire qu'elle était en sécurité ici , qu'elle ne devait plus avoir peur de ce qui pouvait lui arriver. En la regardant dans les yeux , je sentis toutes ses craintes , elle avait peur que je l'abandonne très certainement à cause de ce que j'avais vu. Je lui essuyais ses larmes , essayant d'être le plus doux possible pour ne pas la faire fuir et pour calmer ses larmes. Je pris la parole d'une voix calme et apaisante , tentant d'être le plus rassurant possible :


« Tu pense vraiment que je vais t'abandonner Lily ? Hé bien tu te fais beaucoup de fausses idées. Tu es une amie , hors de question que je t'abandonne. Je t'adore et je ne me force pas à être avec toi , d'accord ? Sinon je ne serais pas rester , je suis ton ami pour les bons et les mauvais moments , une amitié n'est pas fait que de rire mais aussi de larme , alors pleure autant que tu veux , je serais ton épaule. »


Mes paroles avaient été très franches , je n'avais pas essayé de diminuer la réalité derrière des beaux mots ou des belles expressions , je lui avais juste dit ma vérité et ce que j'en pensais réellement. Qu'elle pouvait compter sur moi , peu importe ce qui lui arrivait. Comme pour apaiser ses émotions , probablement décuplé dans ce moment difficile pour elle , je passais ma main sur sa tête en caressant ses cheveux. Il était compliqué de faire complément confiance à quelqu'un et parfois j'en éprouvais des vrais difficulté mais avec Lily c'était différent , je savais que je pouvais lui faire confiance et que je pouvais me montrer comme un ami fidèle à ses côté. J'étais semblable à mon amie sur beaucoup de points et j'arrivais à la comprendre facilement , j'avais la même appréhension qu'elle avec beaucoup de monde : celle qu'on m'abandonne , qu'on me tourne le dos tout simplement. J'avais connu tant de personnes qui c'était défiler sans rien dire , sans un mot , me laissant seul avec mon fardeau. Je ne voulais pas que Lily me voit comme un ami temporaire qui faisait juste semblant d'être là durant un certain laps de temps  avant de m'enfuir quand la situation deviendrait trop complexe. Je n'étais certainement pas comme ça , du tout. Mais , c'était le genre de chose qu'on ne pouvait prouver qu'avec le temps et je ne le savais que trop bien. Lily ne m'accorderait pas sa confiance comme ça , elle ne pouvait pas deviner que je serais là , à ses côté quand tout semblera sombre autour d'elle . J'avais envie de lui dire que tout ira bien or , cela sonnerait comme un mensonge pour elle. J'avais envie de lui dire que je serais là , mais elle pourrait prendre ça pour un mensonge , comme de l'hypocrisie pur. Alors le silence serait notre allié , la seule preuve que je serais véritablement là. Je croisais son regard et j' hochais la tête , essayant de lui passé un message dans notre silence. Les mots sonnaient trop faux , alors que le silence semblait plein de vérité et réel. Le silence voulait dire mille et une chose : tu n'as plus à avoir peur , je suis là. Tout ça est du passé , viens , regarde le futur. Regarde comme tout est beau , comme tout est fragile et comment nous avons de la chance d'être ici , en vie. Ce regard pouvait être interpréter de plein de manière mais j'espérais que mon amie comprendrait le message cacher derrière ce silence . Le temps ne peux pas tout faire alors que, parfois le calme et le mutisme pouvait expliquer beaucoup de chose . J'espérais qu'elle comprendrait dans ce silence ma présence. Je lui adressais un sourire un peu plus timide ,  craignant sa réaction fasse à ce silence qui pouvait paraître inexplicable. Je tournais mon regard vers la caisse en remarquant que le vendeur n'était plus là et qu'il devait la vitrine de son magasin , une canette à la main. Il devait bien s'ennuyer pour laisser son magasin comme ça mais tant mieux , c'était l’occasion que je parle à Lily. Je me remis aussi en lui montrant qu'elle pouvait prendre la place à côté de moi . Personne ne semblait vouloir rentrer dans ce magasin , tant mieux nous pourrons parler tranquillement un petit moment. Je pris la parole , lui reprécisant des choses qui paraissait évidente pour moi mais pas forcément pour elle :

« Même si on ne se connaît depuis pas longtemps j'ai l'impression de te connaître depuis des années. Écoute , je ne veux te forcer à rien mais si tu veux me parler de chose qui te pèse sur le cœur tu peux. Tout garder pour soi , ce n'est pas forcément la bonne solution. Je ne parle pas forcément de tes blessures mais de n'importe quoi , n'importe quel chose qui te ferait du mal , qui te ferait peur ou bien que tu ne serait pas affronter seule. Plus on garde les choses pour soit , plus on se fait du mal et ça peut vraiment devenir horrible... Alors sache que pour ça , au moins , tu peux compter sur moi. »


D’apparence , ce n'était que des mots , que des paroles comme des autres prononcé par une personne comme une autre. Pourtant , c'était bien plus que ça. C'était une main tendu vers elle , un abri comme un autre que je lui offrais , un refuge que je lui proposais. Un lieu où ses larmes pourraient coulé sans risque , un endroit où elle n'aurait plus peur du jugement ou des critiques , un lieu qui serait fait pour elle. Je n'étais pas un surhomme , j'avais mes propres faiblesses mais s'il fallait que je prenne celle de Lily sur moi pour l'aider à avancer , je le ferais. Un lien fort c'était tisser entre nous , comme si Lily était cette petit sœur que je n'ai jamais eux , cette famille bien loin de moi , quelqu'un que je devais protéger. Tout ça était instinctif , je ne pouvais pas me permettre de la laisser ainsi. Si elle avait comprit que elle pouvait ce confier à moi , c'était un bon point mais tout ça était plus facile à dire qu'à faire...


Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 54

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Lun 2 Juil 2018 - 16:10

La musique pouvait décidément tout faire ! C’était en tout cas avec ce postulat de base que l’éducation de Lily s’était faite. Un formidable moyen d’expression, mais il serait cruel de la limiter à cela. En effet, c’était également une manière formidable d’oublier ou canaliser tous ses soucis, de créer, motiver… c’était, en un sens, extraordinaire de voir à quel point la musique servait à tout dans la vie de tous les jours.

Actuellement, Lily jouait pour toutes ces raisons-ci et plus encore. Elle avait besoin d’hurler, crier sa propre tristesse, d’extérioriser tout ce qu’elle avait pu accumuler lors de l’heure précédente : Joie, peur, bonheur, mélancolie, désespoir… mais également colère, espoir, panique…

Elle souhaitait, sans réellement y songer, partager tous ces sentiments avec son nouvel ami, l’inviter dans son monde pour qu’il la comprenne au mieux… et ne l’abandonne pas. C’était sa plus grande crainte, encore plus que le feu et les flammes, qui pourtant la paralysaient littéralement. Lily voulait rester auprès de ce jeune homme qu’elle avait l’impression de connaitre depuis des années, qui avait su être gentil, attentionné et doux avec elle. Mais, d’un autre côté, s’il souhaitait partir, cela restait son droit le plus pur et elle n’avait pas à s’y opposer… alors pourquoi cette pensée lui faisait aussi mal ?

Apres tout, il l’avait vu, regardé ce qui faisait autant la honte que le chagrin de la jeune fille, il avait le droit de se sentir floué ou simplement dégouté. Cela était parfaitement normal dans la mesure où c’était ce qu’elle était : dégoutante. Ignoble et dégoutante. Et c’était exactement la raison pour laquelle l’écossaise s’émerveillait du monde qui l’entourait, comme une façon de ne pas songer à soi. Il était à noter cependant que la jeune fille avait toujours été comme cela, son accident ne faisant que renforcer ce comportement.

Cependant, rien de tout cela n’avait traversé l’esprit de la jeune fille tandis qu’elle jouait, se contentant d’exprimer ce qu’elle n’osait dire, hurlait ses joies et tourments… dans un morceau de violon qu’elle avait appris à jouer dans ses moments de solitude. Parfaitement concentrée, laissant couler sa tristesse sur ses joues tandis qu’un sourire illuminait son visage, comme autant de sentiments contradictoires. Pour le moment, Lily n’était qu’une sphère, une boule brute d’émotions qu’elle canalisait comme elle le pouvait, tentant de réduire cette dernière au mieux. Et elle semblait y arriver.

La bulle de l’écossaise éclata presque aussitôt son morceau terminé, se précipitant contre l’ami qui était resté jusqu’au bout, l’attendant doucement, silencieusement. Posant son instrument sur le piano situé juste derrière lui, elle serra le jeune homme dans ses bras, tandis qu’il faisait de même, apaisant au passage quelque peu cette petite blonde.

Elle pleurait toujours, mais ne sanglotait plus, tout en prenant la parole, exprimant ainsi une partie de ses peurs, doutes et joies entremêlés… tandis que ses yeux faisaient le reste. Lily était heureuse de le savoir auprès d’elle, mais avait peur qu’il se sente forcé de quoi que ce soit. Apres tout, comme elle le lui avait dit : elle n’était qu’une horrible petite fille, quelque peu immature et ignorante. Cela aurait été parfaitement normal qu’Aaron ait décidé de partir, la laisser toute seule ici ou même dans cette friperie.

Mais l’anglais pris la parole, doucement, calmement, apaisant… il essayait véritablement d’être rassurant dans ses propos, gentil. Lily était une amie ? Son amie ? Il ne comptait pas la laisser toute seule après l’avoir vu, découverte telle qu’elle était réellement ? Il semblait sincère, rayonnant tandis qu’il l’invitait à pleurer si elle le souhaitait. Et c’est ce que fit la jeune fille, explosant en sanglot sans dire mot, laissant le reste de son flux d’émotion quitter son corps, comme un barrage cédant sous la pression. Lily pleurait pour sa propre faiblesse, l’après-midi gâché, l’embarras de cet ami qu’elle appréciait tant… L’écossaise devenait un peu plus bruyante dans ses sanglots, tandis qu’elle serrait de toutes ses maigres forces le torse d’Aaron. Cette chaleur humaine lui faisait du bien, énormément de bien même. En échange de quoi, ce dernier caressa doucement la tête, les cheveux, de la jeune fille, comme pour lui dire qu’il était là et que tout irait mieux.

Au final, aucun des deux compères ne dirent mot, ce qui, en un sens ne déplut pas à la jeune fille. Cette enlacée rassurante voulait déjà dire tant, qu’il était inutile d’en ajouter. Il dégageait une telle douceur, chaleur que cela lui donnait l’impression qu’il passait un pansement sur son cœur déchiré. En un sens, cette scène semblait un peu étrange, la jeune fille avait véritablement l’impression de l’avoir déjà vécu : évacuant sa tristesse sur un Aaron qu’elle connaissait depuis toujours et qui cherchait à l’apaiser au mieux. Ce qui était impossible dans la mesure où aujourd’hui n’était que leur seconde rencontre. Pourtant, Lily avait cette sensation, peut-être était-ce dû au fait qu’ils se ressemblaient énormément, et pas que physiquement.

Lentement la petite blonde se calmait, s’apaisait. Elle n’avait absolument aucune idée du temps qui venait de s’écouler tandis qu’elle se sécha ses yeux rougis d’un revers de manche. L’anglais se dégagea doucement tout en intimant à son amie de s’assoir à ses côtés, il avait compris que la tempête était terminée, que le temps des paroles était venu. La jeune fille avait retrouvé un léger sourire tandis qu’elle regardait son (trop) gentil interlocuteur. Il… Il souriait, lui exprimant qu’elle avait parfaitement le droit de lui exprimer ses doutes, faiblesses, peurs… En somme tout ce qui pouvait lui peser sur le cœur. Il terminait sa tirade en insistant bien sur le fait qu’elle pouvait compter sur lui, en toute occasion.

Cette nouvelle fut suivie par un immense sourire de la jeune fille, qui acquiesça avant de se rapprocher à nouveau d’Aaron et passer ses deux bras autour de lui durant quelques secondes. Celui-ci n’était pas pour demander de la chaleur, mais exprimer sa joie, son bonheur suite à ce qui venait d’être dit. Elle venait de trouver, au Japon, quelqu’un qui souhaitait réellement veiller sur elle, tisser des liens forts, presque familiaux… D’ailleurs, Aaron ne constituait-il pas ce grand-frère qu’elle n’avait jamais eu ? Toute cette force, gentillesse, douceur qu’il lui consacrait, associé à cette impression de toujours l’avoir connu, il y avait un peu de cela.


« M-Merci Aaron pour tout… Tu es vraiment trop trop gentil avec moi. J-Je suis vraiment désolée pour tout à l’heure… Je… J’ai eu vraiment super peur et-et du coup j’ai gâché notre jolie après-midi. Je dois vraiment être t-toute ridicule pour avoir peur de juste un habit… »


Lily marquait une pause, resserrant instinctivement son étreinte. Elle ne disait pas tout, mais il avait compris le reste, mais plutôt que de se concentrer sur le passé, la jeune fille réfléchit quelque peu, il lui avait demandé de s’exprimer, et c’est ce qu’elle ferait. Il inspirait un profond sentiment de confiance à l’écossaise, qui commençait à réellement se sentir en sécurité.


« Tu s-sais, je t’aime beaucoup beaucoup et, c’est vraiment tout bizarre mais j’ai l’impression que ça fait super longtemps qu’on se connait tous les deux… et… Il-Il faut que je te montre quelque c-chose… C-Ce que je s-s-suis vraiment… »


La jeune fille se détacha et se releva doucement, tout son visage hurlait sa gêne ainsi que sa non-envie de faire ce qu’elle s’apprêtait à faire. Elle avait perdu son sourire, véritablement hésitant et perturbée… Détournant son regard vers le sol, les pieds du tabouret sur lequel ils étaient assis quelques instants plus tôt. Lentement, très lentement et tremblante, voici comment la gestuelle de la jeune fille pouvait se décrire tandis qu’elle saisissait une de ses manches et remontait cette dernière jusqu’à son épaule.

Lily n’était clairement pas dans son assiette, affichant un rictus de douleur fantôme tandis qu’elle exposait à la vue de quelqu’un son plus lourd secret, n’osant pas quitter ce pied de chaise de vu. Elle savait à quel point cette vision était singulière et ragoutante : elle était marquée, zébrée de traces de brulures allant dans tous les sens. La couleur de sa peau changeait par endroit, soulignant des impacts, des éclats qui s’était imprimé il y a des années via la chaleur. Aucun poil ne poussait, comme si son corps ne souhaitait pas les cacher, au contraire. Son interlocuteur pouvait voir tout cela et encore plus encore, elle le savait…

Déglutissant de manière sonore elle reprit la parole :


« J-Je s-sais que je s-suis h-horrible c-comme ç-ça… Et-et j-e s-s-sais que j‘aurais dû t-te le dire avant… M-Mais j’avais s-super p-peur… P-Parce q-que j-je suis t-trop d-dangereuse et-et i-incapable… »


La jeune fille se sentait faible, avec une profonde envie de pleurer, mais rien ne sortait de ses yeux légèrement gonflés… visiblement elle n’avait plus rien en stock pour cela. Au moins, elle n’avait plus peur de la réaction de son ami, mais dieu que cela lui coutait de s’exposer ainsi…

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Jeu 5 Juil 2018 - 21:27

When it's time to spend money


Je savais qu'après ce moment , ma relation avec Lily serait différente. Nous ne serons plus que de simple ''pote'' , des amis qu'on croise dans un couloir avec qui on échange deux trois mots puis on repart sans demander notre reste. Notre relation allait être plus complexe. Je venais de découvrir son secret , probablement un de ses secrets le plus inavoué , le plus intime. Tout ça avait été involontaire , ce n'était que par un enchaînement d'événement assez farfelu que nous en sommes arriver à là. Moi , soignant sa peine et elle , s'ouvrant à moi , me dévoilant une part de son secret , de son histoire. Ce secret nous liai différemment que comme de simple ami . J'étais devenu  d'une manière imager son épaule , celui qui la porterait dans les moments durs tandis qu'elle était probablement devenu cette petit sœur que je n'avais jamais eu et cette présence et ce lien m'apaisais. Au final , notre amitié était bien plus forte que je n'aurais l'imaginé. Quand j'avais rencontrer Lily , je savais qu'une certaine alchimie amicale était passé entre nous mais je ne pouvais pas présager le futur. Je n'étais pas du genre à avoir beaucoup d'amis , je traînais avec des connaissances avec qui je m'entendais bien et cela ce limitait à ça. J'ai toujours eu du mal à m'attacher aux gens tout simplement parce que je sais qu'à un moment ou à un autre , ses personnes vont sortir de ma vie. Rien n'est permanent , tout n'est qu'éphémère . Je ne donnais que des parts de ma confiance , petit à petit , aux personnes qui me semblait noble de conviction . Je n'approuvais pas vraiment le tout de suite donner complètement ma confiance à quelqu'un et , pourtant , je savais que je faisais confiance à Lily pour une raison inconnu. Je semblais savoir d'avance qu'elle ne me tournerait pas le dos , qu'elle serait là , j'en était presque assuré. Lily ne semblait pas cacher un jeu , elle avait été franche avec moi et m'avait fait découvrir son univers , pourquoi me méfierais-je ? Je ne voyais aucune raison. Lily c'était montrer digne , avait même affronter une situation difficile sans se plaindre pour ne pas me gêner , c'était fondamentalement quelqu'un de bien et je le savais. Je pouvais lui offrir ma confiance , je n'avais rien à craindre , aucune répercussion. Un retour en arrière avec elle me semblait totalement impossible , nous venions de construire quelque chose de fort , de trop fort pour l'abandonner : une vraie amitié. Ce genre d'amitié qu'on peut compté sur les doigts de la main.


Au Japon , je n'avais pas énormément d'amis. J'avais probablement eu plus de difficulté à m'intégrer du au changement complet de décors , à cette nouvelle vie que j'entamais. J'avais du abandonné beaucoup de gens en Angleterre dont de vrais amis , des gens avec qui je passais mes journées , avec qui j'avais fais les 400 coups , avec qui j'avais ouvert mes premières bières , avec qui j'avais discuter des heures et des heures la nuit quand tout semblait sombre. Ce genre d'ami , ça ne se trouve pas facilement , fonder une réelle confiance sans impureté envers quelqu'un est tellement complexe... Pourtant , c'est ce que j'avais fais avec Lily. Je voyais déjà nos après-midi entre bouquins et café , nos rires perdus , nos révisions ensembles,...De plus , je savais que Lily serait une amie fiable. Elle avait l'air calme et n'était pas du genre a être une ''mauvaise fréquentation''. Tout avait été si naturel entre nous , j'avais instinctivement sur quoi faire quand je l'avais vu s’effondrer , où l’amener , vers quel monde la guider.  J'avais , à ma manière , réussi à calmer rien qu'un peu ses craintes , ses larmes. Je n'étais pas le meilleur pour écouter les autres et pour calmer leurs peines mais je n'aimais pas voir Lily aussi triste , affecté par le passé , je n'avais pas voulu la laisser ainsi. J'avais prié pour que mes mots ne la blesse pas d'une manière ou d'une autre , qu'elle ne prenne pas mal un de mes gestes qui n'était fait que pour la réconforter. Mais elle semblait avoir compris mon message , les bras que je lui ouvrait , mes attentions envers elle. Je n'avais même pas fait attention au temps qui défilait devant nous , tout ce qui m'importais était l'état actuel de mon amie.


Alors que nous étions dans ce magasin de musique , couper presque de tout , elle m'avait révélé son état à travers la musique. Parfois les mots étaient inutiles pour résumer certaine chose , pour parler de douleur enfouie en nous. J'avais compris que la musique était son mode de communication , une façon comme une autre d'extraire la douleur qui persistait en elle. Je voyais bien que la musique était libérateur pour elle , un moyen de pouvoir fuir la réalité durant quelques minutes et de visualisé un monde idéal , sans douleur , sans tristesse. Les vibrations de sa musique vivaient encore dans ce magasin bien trop vide , je pouvais encore entendre le bruit de son violon , les notes pleines d'émotions. Elle m'avait montrer son monde , ses peurs et ses appréhensions pour le futur , tout ce qui l'entourait alors le moindre que je pouvais lui offrir était le réconfort de mes bras , mes paroles rassurantes et franches. C'était tout ce que je pouvais lui donné , un réel moment de douceur où elle pouvait pleurer autant qu'elle voulait , où personne ne la jugerait. C'était juste un instant où ils n'y avait rien à ce dire malgré toutes les questions que je me posais secrètement. Le silence nous suffisait , apaisant à sa manière les mauvais souvenirs , les plaies ouvertes. Une sorte de bulle nous entourait , nous protégeant des troubles passé et futur que nous aurions à affronter tout les deux , probablement séparément. Dans ce court laps de temps , nous n'étions que deux âmes vagabondes , deux êtres visant une vie plus douce , moins brutes . Une réalité où cette violence quotidienne serait effacé , ternie par le bonheur quotidien. C'était tout simplement un petit moment de joie et de paix où la tristesse ressentie était effacer , sa présence s'étant envoler en une nué de sentiment positif. J'entourais cette étreinte par des paroles franches mais réelles , des mots qui voulait signifier que ''tout ira bien''. Je pu sentir que ses mots touchaient Lily , car elle me rendit une étreinte mais cette fois de joie , comme pour me signifier un merci sous-entendu . Je sentais une certaine confusion dans ses mots , comme si elle ne savait pas comment réagir face à une situation comme celle-ci. Malgré que ses mots se mêlaient les uns aux autres , je compris qu'elle était heureuse de je sois resté , que je sois toujours présent à ses côtés et que je ne lui ai pas tout simplement et purement tourné le dos. Une personne mal intentionné n'aurait pas prit le temps de l'écouter , de comprendre sa peine et ses douleurs. Mais , me considèrent comme un ami de Lily , j'étais tout simplement incapable de lui tourner le dos. Cela aurait été inutile et nous aurait fait autant de mal à l'un comme à l'autre. Je pris la parole pour lui assurer que sa présence n'était pas négative comme elle le croyait , ses pensées probablement emmêler dans des nœuds de doutes et d'incompréhension :


« Lily , ne t'excuse pas. Tu n'as rien gâché , du tout , d'accord ? Parfois il vaut mieux pleurer que tout garder pour soi sur le long terme. »



Ses mots allaient être plus véridique je ne le pensais. Alors que je pensais avoir apaisé la tristesse de Lily , celle-ci reprit la parole pour m'expliquer qu'elle devait me montrer quelque chose d'important , ce qu'elle était réellement. Tout d'abord je ne compris pas ses mots, me montrer quoi ? Elle m'avait ouvert son âme , sa tristesse , tout ça n'était pas elle ? Des milliers d’interrogations fusaient  dans mon cerveau , des questions auxquelles je n'avais nulle réponse. J'espérais de tout cœur qu'elle n'allait pas dire ou faire quelque chose qu'elle aurait regretter , quelque chose qu'elle ne voulait pas faire. Bien que je lui ai indiquer qu'elle pouvait se livrer à moi , je ne voulais aucunement qu'elle précipite les choses pour elle , qu'elle aille trop vite en voulant suivre mon conseil. Je me demandais si j'avais bien fait de lui dire ça , une simple hésitation dans un moment critique , c'était tout à fait normal et compréhensif. Je ne savais même pas ce qu'elle voulait me montrer , si cela était sur elle , si cela était métaphorique , tout était flou dans ma tête. Si mon crâne aurait pu imploser , il l'aurait déjà fait à force de réfléchir , de chercher mille et une solution , de me préparer à n'importe quel éventualité. L'expression faciale de mon amie ne me rassurait , en tout franchise , pas du tout. Un mélange entre gêne et angoisse se lisait , comme si elle luttait contre un fait , une action qui allait se dérouler. Je voulais lui dire qu'elle n'avait pas à ce forcer , que personne ne la contraignait à quoi que ce soit mais mes mots semblaient bloquer dans ma gorge , je me sentais impuissant face à cette situation et je n'avais pas les mots corrects pour lui dire qu'elle n'avait pas besoin de faire ça. Tout ce qui ce passait après s’enchaînait fort rapidement , et pourtant ses secondes me paraissait être des heures , de longues heures . Lily c'était mise debout , face à moi comme si un terrible et amer secret allait être révélé. C'est à partir de ce moment là que je compris , que je savais ce qu'elle allait faire. Je me sentais mortifier pour elle , je ne voulais pas la pousser à faire ça... L'avait t'elle fait sous la pression ou bien pour se libérer ? Là était toute mon interrogation. Je m'en voudrais terriblement si elle c'était , rien qu'un peu ,forcé à faire ça. Je sentais son tremblement tandis qu'elle soulevait sa manche , me révélant sa peau meurtrie. Bien sûr , d'un côté c'était un geste très touchant de sa part : elle me révélait de son plein gré son secret (je le supposais) le plus lourd , qu'elle cachait à tous. Mais , d'un autre côté... Je voyais qu'elle était au bord du gouffre , que rien ne semblait aussi dur à affronter que ce moment. Et moi , avais je le comportement correct en restant muet comme une carpe , toujours assis , sous l'étonnement et le choc de la situation ? Ça semblait si ridicule. Il fallait que je dise quelque chose , mais quoi ? Que dire ? Que faire ? Et pourtant , malgré mon intention de parler , d'exprimer ma compassion , ma voix semblait bloqué. Rien , absolument rien. Muet. Aucun mot n'était capable de dire ce que je ressentais , la force que je voulais lui transmettre. Pourtant , j'avais vu former ses mots précédemment. Je me sentais bloqué entre le ridicule de la situation et les idées dramatiques qui se bousculaient dans mon crâne.  Je n'étais au final même pas capable de dire des mots rassurants , d'apaiser sa peine comme j'aurais du le faire. Au lieu de ça , j'eus un blocage , un immense sentiment de haine contre moi-même naissait. Je voulais me prononcé , dire quelque chose mais... Je n'y arrivais pas. J'allais la blesser , faire une gaffe. J'entendais les mots de mon amie , que d'après elle , elle était immonde et dangereuse. J'affilais quelques mots comme je pouvais , essayant de faire du mieux que je le pouvais :


« T...Tu n'es pas dangereuse Lily... Ne dis pas des choses comme ça...Faut pas... C'est ça qui te rend unique , et c'est ce côté unique qui nous rend beau et humain. Ne perd pas ça de tête , d'accord ? »


Je repris ma respiration , passant mes mains sur mon visage. J'avais parlé pour ne rien dire , clairement. Mes mots s'embrouillèrent et rien ne semblait cohérent dans mes dires. Pourtant , je voulais être bienveillant avec elle , je lui avais même signifier clairement mon attention. Alors pourquoi , d'un coup , je me sentais incapable et lâche ? Je tournais la tête , gêner de mon intervention sans sens. Il ne fallait pas que je laisse Lily ainsi , face au doute et à l'appréhension. Toutes personnes avec un minimum de sentiment auraient mal prit mes dires ,  la plupart se serait barré sans rien dire. J'avais posé des mots à terres , sans peser le pour et le contre. Pourtant , j'étais du genre à toujours essayer de maîtriser la situation , à ne pas dire des choses juste comme ça , sans réel sens. Je me sentais mal , si mal que la métaphore d'un poignard dans le dos n'était pas assez puissante. Il avait fallu que je fasse tout merder , comme à mon habitude. Il fallait que je me ressaisisse à tout prix... Je me rappelais de chacune de mes paroles , de mon regard apaisant sur celui de mon amie. Non , c'était au dessus de mes forces d'être aussi lâche que ça. Ce n'était pas moi. Je craignais que dans ce moment d'égarement , Lily ne se soit vexer contre moi mais il fallait que j’affronte son regard. Je me levais vers elle , son épaule toujours dévoiler , je pouvais encore deviner ses tremblements , sa peur , sa lutte intérieur pour ne pas verser une larme. Je posa une main sur son épaule non dénudé et , avec une voix plus douce , je repris la parole :


« Excuse moi , je... En fait , je veux être à la hauteur. C'est bête mais je sens que tu traîne beaucoup de choses derrière toi , Lily.  Je suis pas non plus clean mais j'ai pas vécu grand chose et... J'ai pas envie de te blesser , de dire un mot qu'il faudrait pas. Je veux soigner tes blessures correctement , si je te dis que je serais là je veux pas le faire à moitié. »


La franchisse , mère de la vérité mais aussi de tout mes maux. Naturellement , j'ai toujours été quelqu'un de franc. Je n'ai point caché à Lily mon appréhension de la situation , le fait que je ne connaissais pas du tout son cas mais que je voulais l'aider , et sérieusement. Tout dans mes paroles , mon regard , mes gestes montraient que je parlais le cœur ouvert , sans barrière. J'avais un espoir , même infime , que si je partageais mes propres craintes avec elle , elle serait compréhensive. Tout le monde n'aurait pas fait ça , beaucoup aurait simplement garder leurs sentiments pour eux sans rien exposé , gêner par la perspective de la franchise et du rejet de l'autre. Mais je préférais mille fois me prendre une claque car j'avais été franc que de recevoir des beaux mots pour mes mensonges et mes cachotteries. Je ne marche pas ainsi et je ne marcherais jamais ainsi. Pour prouvé la franchise de mes paroles , je tendis ma main libre vers elle en levant mon petit doigt vers le haut , comme pour conclure un pacte avec elle. J'allais faire une promesse , chose très rare chez moi. Pourquoi ? Parce que je tenais toujours mes promesses , peu importe ce qu'il en coûtait. J'étais prêt à faire ce pacte avec elle , à lui promette quelque chose parce que je ne voulais pas me montrer faible ou incapable face à elle. Je savais qu'elle avait besoin d'une figure qui pourrait la soutenir , la diriger et je voulais prendre ce rôle à ses côté . Avec un regard sérieux mais un léger sourire en coin , je lui déclarais :


«  Bon,  en ce grand jour de shopping et de glace au caramel , je vais te faire une honorable proposition. Même si je ne serais loin d'être parfait , parce que j'ai mes défauts et c'est normal à priori , souhaite tu que je sois ton big brother ? Si tu accepte cette proposition , je te promet d'être toujours là pour toi, de veiller à ce que tu aille bien et de t'aider dans n'importe quel situation. Il est hors de question que tu revive ce que tu as vécu , même si je ne sais pas tout. Je n'accepte pas que tu reste seule et que tu souffre seule , je ne peux pas l'accepter. Alors , approuve tu ma proposition ? »


Je lui adressais un sourire , cette fois sans hésitation. Tout le monde à ses failles et j'avais montrer les miennes en paniquant , en étant déstabilisé mais j'avais su rebondir en me montrant franc et honnête avec elle. Je n'étais pas l'ami idéal , j'avais mes défauts et parfois je me laissais trop vite entraîner par ceux-ci. Mais si chacun , de notre côté , arrivait à accepter l'autre tel qu'il était , j'étais certain que nous pourrions créer une amitié très forte. Je n'étais pas du genre à vouloir m'entourer au maximum de personne ou à me faire le plus d'amies possible , mais quand je savais que quelqu'un était fondamentalement bon dans son âme , je ne tournais jamais les talons à cette personne surtout si elle ne m'avait rien fait. C'est à travers de cette promesse que je voulais signifier à Lily que j'étais là , certes que j'étais loin d'être parfait mais que j'étais présent. Avec précaution , je descendis sa manche car je remarquais que le vendeur entrait dans la boutique , prenant déjà mon rôle en compte sans avoir la réponse de Lily.  Tout m'étais venu naturellement , chaque geste , chaque précaution. Il était peut-être encore tôt pour appliqué totalement cette promesse mais , si elle l'acceptait je m'y tiendrais . C'était une promesse , et celle-ci ce tiens sur un temps indéterminée , je savais très bien dans quoi je m'engageais et je n'avais aucun regret.


Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 54

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Dim 8 Juil 2018 - 18:45

Lily était heureuse. Cela pouvait sembler étrange au vu de qu’il s’était passé auparavant, mais elle était clairement heureuse. En effet, elle venait de trouver quelqu’un qui avait su comprendre très rapidement son mal-être et réagit en conséquence. Il l’avait amené de lui-même dans un monde qu’il n’appréciait guère, mais l’avait fait pour elle, pour qu’elle se sente mieux. La jeune fille se sentait terriblement mal d’avoir gâché une si belle après-midi, d’autant qu’elle jugeait la raison extrêmement futile avec le recul : elle avait simplement eu peur d’un morceau de tissu. Cependant, Aaron continuait de dire le contraire, persistant dans sa version erronée, simple et efficace : la jeune fille n’avait rien fait de mal. C’était évident qu’il mentait, mais Lily souhaitait y croire, quelque part pour se persuader que c’était le cas, c’était plus simple. Dans les faits, le jeune homme était gentil, affectueux, tendre et extrêmement positif, ce qui lui faisait énormément de bien. Ils ne s’étaient pas rencontré plus de deux fois et pourtant elle sentait un truc, quelque chose de fort… désormais ils étaient amis, mais plus encore. L’écossaise ne savait pas réellement comment qualifier cela, ou même comment le nommer, mais elle ressentait pour lui exactement la même chose que pour son amie de toujours, ce qui lui donnait un immense sourire.

Sécurité, paix, apaisement, Lily ressentait véritablement tout cela en ce moment, il était réellement digne de confiance… Et, bien plus important : le jeune homme avait découvert son secret et ne s’était pas enfuis, bien au contraire, il avait véritablement cherché à l’aider. Regardant rapidement l’écossaise ne vit personne. Parfait : il était temps de lui révéler, de lui montrer réellement ce qu’elle était. De lui montrer la vrai Lily, celle qui est incapable de quoi que ce soit, celle qui est dangereuse pour tous… Il devait savoir, son plus lourd secret. Bien évidemment que la jeune fille ne souhaitait pas faire cela, mais c’était une étape importante pour lui, pour l’aider à la comprendre au mieux. Et puis, il le lui avait suggéré donc il devait s’y attendre.

Et c’est ainsi qu’elle s’exprima, plongée dans la peur d’affronter ce moment, sans faire attention aux expressions de son ami qui restait silencieux. Il fallait le faire, pourtant elle restait bloquée devant lui, sans bouger avec un visage hurlant son combat mental et silencieux. Elle n’osait pas le regarder, l’écossaise n’osait pas non plus bouger, quelque peu perdu dans ses pensées négatives. Les secondes parurent des heures aux yeux de la jeune fille qui prit son courage à deux mains. Tremblante et extrêmement lente, elle se saisit de sa manche et remonta cette dernière jusqu’à son épaule.

Ca y est, elle venait de lui montrer, de s’exposer. Rien que cette pensée lui donna des envies de pleurer abondamment, en plus de réveiller une douleur au niveau de ses vieilles blessures. Même si elle n’avait pas peur de la réaction de l’anglais, Lily restait horrifiée de ce qu’elle venait de faire. Exposer son secret comme cela, alors qu’elle avait tout fait à travers les années pour le cacher lui coutait véritablement cher, trop cher même. L’écossaise savait qu’elle ne pourrait pas tenir longtemps comme cela, mais, cédant quelque peu à la panique, elle restait bloquée dans cette position.

Après avoir exposé ses pensée, elle déglutit à nouveau et se risqua à remonter la tête lentement, doucement : Aaron ne disait rien et l’écossaise commençait à s’inquiéter. Les yeux rouges et gonflés par les pleurs de la jeune fille se posèrent sur ceux de son ami, pour son plus grand désespoir. Il avait l’air surpris, choqué, ses yeux étaient écarquillés et il restait muet. Non ! Il ne pouvait pas être horrifié à ce point, pas après tout ce qu’il avait dit, pas après tout ce qu’il s’était passé… Elle l’avait dégouté, tout simplement.

Quelle bêtise d’avoir pu penser que c’était une bonne idée ! Maintenant il la détestait ! Félicitation Lily, tu as encore tout fait déraper ! Elle voulait pleurer, s’enfuir loin, très loin, de lui, de tous. Pourtant elle restait là, bloquée et faible. Même s’écrouler au sol lui était actuellement impossible. L’écossaise se sentait flouée, trompée et complètement malheureuse. Si depuis tout à l’heure elle se sentait au bord du gouffre, la jeune fille se sentait chuter en plein dedans à présent. Une chute longue, pénible et sans réelle fin. Sa respiration s’accélérait tandis que la panique au fond de ses yeux grandissait : en fin de compte, elle n’aurait aucun ami ici, pas tant qu’elle aurait ces maudites marques !

L’homme prit la parole quelque peu, d’une voix tremblante et peu certaine de ce qu’il allait avancer… C’était ses bras qui la rendaient unique ? C’était ses horreurs qui la rendaient humaine… La chute se termina brusquement, douloureuse. Ce n’était que des mots et pourtant elle avait l’impression d’avoir heurté le sol de plein fouet. Elle avait mal, très mal. Au final, Aaron venait de lui déchirer le cœur avec ses propos. L’homme avait juste à la prendre dans ses bras comme tout à l’heure, même pas besoin de parler. Alors pourquoi ne le faisait-il pas ? Si l’on prenait en compte ce qu’il venait de dire, il se moquait clairement d’elle, de ses blessures, de ses craintes. Pourtant il l’avait guidé tout à l’heure, lui avait ouvert son propre monde au piano… Alors, pourquoi ? Pourquoi faisait-il cela ?

Au final, elle était perdue, complétement perdue entre la douleur de ses bras et celle de son cœur, n’osant plus regarder cet ancien ami. En réalité elle ne regardait plus rien, ses yeux qui fixaient juste le vide étaient devenu complétement inexpressifs. Elle se sentait brisée et sale, commençant à gratter frénétiquement des blessures droites de sa main gauche. Si c’était réellement ce truc qui la rendait belle, alors elle n’avait plus rien à perdre en un sens…

Mais, Aaron se levait et posait sa main sur l’autre épaule de la jeune fille, prenant la parole. Il parlât avec franchise, s’excusa et lui assura que la seule chose qu’il souhaitait était se soigner ses blessures, confirmant au passage qu’il serait véritablement présent pour elle. Ces mots semblaient étranges, d’un côté ils étaient dissonant avec ce qui avait été dit plus tôt… mais ceux-ci semblaient si vrais, si honnêtes. La jeune fille l’écoutait, stoppait ses grattements qui avaient véritablement attaqué sa peau, enfin, elle releva un regard qui avait regagné un certain éclat. Lily osa affronter son regard et ne vit que ce qui pouvait la rassurer : il pensait réellement ce qui disait.

Mais le voici qui ne lui laissait même pas le temps de réfléchir, il lui tendit la main, mettant en évidence un auriculaire bien tendu, tandis qu’il reprit la parole, exprimant quelque chose d’inattendu, mais qui fit terriblement plaisir à la jeune fille. Il lui proposait de devenir ce grand frère dont elle rêvait parfois. Un grand frère de cœur, toujours présent et gentil comme tout. L’écossaise était sous le choc, mais dans le bon sens du terme. D’autant que, sans demander son reste il venait de se saisir, avec la plus grande délicatesse, de sa manche et la redescendit à son emplacement initial, comme pour confirmer que ce n’était pas que des mots.

Progressivement, un immense sourire se dessina sur son visage tandis qu’elle croisa son doit dans celui du jeune homme. Véritablement, il n’aurait pas pu lui faire plus plaisir, il devait avoir fait une erreur précédemment et s’en était rendu compte. Toujours était-il que l’écossaise se réjouissait de ce qu’elle venait d’entendre.


« J’approuve beaucoup beaucoup Aaron ! Tu seras un merveilleux big brother, je le sais déjà !! Mais, j’ai quand même une condition…  Moi aussi je veux être là pour toi et t’aider quand ça va pas, comme tu le fais pour moi ! Je suis pas très très douée, mais je veux vraiment être ta little sister, comme ta famille ! Je… Je t’aime beaucoup beaucoup et je veux pas que tu sois tout triste non plus… C’est d’accord hein ? »


Comme pour sceller ce pacte, Lily lâcha son emprise et saisit son nouveau frère de ses deux bras, l’enlaçant pour la énième fois de la journée. Que pouvait-elle faire d’autre, elle qui adorait les câlins et qui voyait ce geste comme quelque chose d’extrêmement fort. Et puis, cela aurais un autre avantage, c’est qu’il ne pourrait pas voir les petites larmes de joies qui se formaient aux coins des yeux de l’écossaise. Et puis, sans le demander si même y penser, peut être espérait elle qu’une grande main chaleureuse parcourt sa tête, comme cela avait déjà été fait précédemment. Seul son père lui avait ce geste auparavant et elle devait reconnaitre qu’elle adorait cela.


« Je suis vraiment désolée pour tout à l’heure… et merci beaucoup pour tout… grand frère »


Quelle joie, quel bonheur de vivre cet instant, instant qui dura un moment parfaitement indéterminé tandis que l’enlacée durait. Se détachant alors doucement, elle maintenait son immense sourire et se dirigeât vers la sortie, adressant un mot au vendeur, mais toujours en tenant Aaron par la main :


« Merci vraiment monsieur, promis je reviendrais vous avez vraiment de chouettes violons ici !! »


Ils étaient à présent dehors, en proie à la foule qui devenait un peu plus présente chaque minute, mais au fond, quelle importance ? Elle était avec un être cher et sa bêtise leurs avait fait perdre bien trop de temps !


« Tu veux faire quoi maintenant Aaron ? Une autre idée de boutique sympa ? Tu cherches un truc en particulier ? Perso je dois toujours trouver une jolie ombrelle pour cet été !! »


Véritablement, elle était aux anges et chacun de ses mots le faisait sentir. Quel bonheur de retrouver un esprit léger après tant d’aventures !

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Lun 9 Juil 2018 - 16:45

When it's time to spend money


Tout c'était enchaîner bien trop vite: les larmes de Lily , son sourire , sa douleur , son regard plein de douleur à mon égard , tout ça. Il y avait eu trop de flou dans mon crâne , trop de moment d'hésitation mais maintenant j'étais sûr de moi. Je ne voulais que du bien pour Lily , je voulais être celui qui l'épaulerais , celui qui dessinerait un sourire sur ses lèvres. Cette après-midi était riche en émotion , j'étais passé de l'étonnement à la honte dû à mon comportement puis à la joie. Tant d'émotion m'avais chambouler et je voulais juste avoir une amitié saine avec Lily , quelque chose de fort mais où nous serions , l'un pour l'autre , de réel ami. Ce genre d'amitié qu'on compte sur une main , qu'on ne vit pas avec tout le monde. Elle m'avait dévoiler ses plaies , ses douleurs , ce qui devait lui créer des cauchemars constant et j'avais réagis d'une mauvaise manière. J'avais tout simplement garder le silence et , quand j'avais enfin pris la parole , mes mots avaient été maladroits. Malgré tout , elle avait réussie à me pardonner , elle savait que tout ça , je ne l'avais pas souhaité. Je ne voulais en aucun cas lui causer une quelconque tristesse ou lui faire mal mais je ne m'attendais vraiment pas à ce qu'elle me montre ses cicatrices et je n'avais pas su comment gérer la situation. Entre panique et désarroi intérieur  , j'avais préférer garder le silence mais était ce réellement la bonne solution ? Le silence peut être bien plus douloureux que n'importe quel poison. On ne sait pas toujours interpréter un silence et le mien avait été plein de sous-entendu , blessant ou non mais dans tout les cas maladroit. Elle devait juste penser , à ce moment précis , que j'étais monstrueux et que j'avais trompé sa confiance. Que tout était briser entre nous deux en si petit laps de temps. Je pouvais la comprendre , à sa place j'aurais pris la fuite et je serais aller m'isoler chez moi , j'aurais esquiver la personne dans les couloirs et j'aurais eu le cœur lourd durant un certain temps. Je n'avais clairement pas eu la réaction idéale , loin de là même mais j'étais totalement perdu et je n'avais pas su quoi dire. Si j'avais rajouter quelques mots , je n'aurais fais qu’aggraver la situation à tout les coups. J'étais du genre à faire énormément de boulettes et à ne pas savoir comment les rattraper. Pourtant , je ne voulais pas blesser Lily ou aggraver sa tristesse , je voulais apaiser ses sentiments négatifs et lui montrer que je serais là dans n'importe quel situation pour elle. Or , il était compliqué de rattraper une si grossière erreur. Je voyais tellement de douleur en elle , de tristesse , je venais de la brisé en mille morceau sans le vouloir , je lui avais faire réellement mal. J'avais su à ce moment là qu'il me restait peu de chance de me rattraper mais que je devais le faire si je tenais réellement à Lily , que je ne devais pas la laisser ainsi et que je devais agir , essayer d'arranger les pots cassés et lui montrer à quel point je tenais à elle , qu'elle avait de l'importance à mes yeux. Je n'avais plus rien à perdre , il fallait que j'essaye le tout pour le tout pour sauver rien qu'un minimum la situation et pour recoller les morceaux. Si je ne le faisais pas , j'allais perdre quelqu'un de cher à mes yeux , une personne à qui je m'étais attaché en si peu de temps mais qui était vraiment devenu importante pour moi. Il était tout simplement impensable que je laisse Lily dans une aigreur pareil , il n'était pas possible qu'elle me voit comme un monstre , comme quelqu'un qui la méprisait alors que tout ça était faux. J'étais juste un imbécile et je n'avais pas su apaiser toutes ses douleurs correctement comme j'aurais du le faire , comme un grand frère l'aurait fait.


Alors , sans demander ma part , je pris mon courage à deux mains et j'allais m'excuser auprès d'elle pour mon comportement plus que limite. J'essayais de me rattraper comme je le pouvais en étant totalement franc et limpide avec elle. Je cru percevoir une lueur de doute dans ses yeux , je ne pouvais pas lui en vouloir après tout ce qui venait de ce passé : j'avais probablement brisé la confiance qu'elle avait battis à mon égard. Peut-être me détestait-t elle maintenant , j'en était presque sûr. Comment pouvais t'on refaire confiance à quelqu'un de mon gabarie qui venait de détruire avec quelques mots et un silence de plomb tout ses agréables moments que nous avions passées , tout nos rires , tout nos rêves. Au fil de mes mots , de mes actions , je vis un sourire se dessiner sur ses lèvres. J'avais réussi , rien qu'un peu , à regagner sa confiance. Mon erreur n'était pas effacé pour autant et elle s'en souviendra très probablement longtemps mais si , avec le temps ,je pouvais me racheter et lui montrer que j'avais de réelle bonne attention à son égard , alors je le ferais sans doute ni faille. J'entreprendrais de grande chose pour lui redonner le sourire , je lui tiendrais la main quand tout semblera noir et triste pour elle , je nettoierais son paysage et sa vision du monde quand elle ne sera pas heureuse , je serais tout simplement là pour elle , je serais un réel ami , une personne de confiance. Elle l'avait compris à travers mes paroles , mon message avait été transmis et mon erreur était à demi-pardonné. Je lui avais proposé un pacte très spécifique pour scellé notre amitié , pour ne pas oublié qui nous étions l'un pour l'autre. Je lui avais fait la promesse d'être là pour elle et de veiller sur elle comme un grand-frère. En croisant son doigt avec le mien , elle avait confirmer et approuvé cette promesse . Je n'étais pas un fanatique des promesses , je savais que celles-ci était lourdes de sens et je n'aimais pas trahir des promesses mais , aujourd'hui , je savais que je pouvais faire cette promesse à Lily sans crainte. Pourquoi ? Tout simplement parce que Lily était quelqu'un de réellement important à mes yeux et que je savais très bien que je tiendrais cette promesse , peu importe ce qu'elle impliquait. Une promesse est toujours lourde de sens , peu importe à qui ont la dit et ce qu'elle contient . Une promesse est faite pour être tenue et point , il n'y avait pas de discussion à ce sujet et je savais très bien que je me tiendrais à cette promesse. C'est pour ça que je ne promettais pas grand chose , parce que je savais que je m'y tenais vraiment alors cela restait tout de même rare. Lily ajoutait une règle d'or à cette promesse , elle voulait aussi m'aider à sa manière en étant ma little sister. Ces paroles me touchaient énormément , après toutes les erreurs que j'avais pu faire elle comptait encore m'aider... Aucun mot ne sortait de ma bouche , j'étais vraiment ému par ses paroles. Elle se glissait dans mes bras , l'enlaçant une fois de plus pour prouvé la véracité de ses propos. Naturellement , je lui caressais les cheveux en lui répondant d'une voix calme mais quelque peu ému :


« Moi aussi je t'aime beaucoup Lily , et je suis touché que tu souhaite être comme ma petite sœur... Je serais pas le grand frère idéal , loin de là , j'ai mes défauts mais je ferais le maximum pour l'être à tes yeux. »


Je l'étouffais dans mes bras fins une dernière fois , dans une étreinte mêlant joie et sûreté. Le temps filait entre nos bras , je savais qu'elle pouvait compter sur moi mais j'avais peur de lui faire du mal intérieurement. Je n'étais pas le garçon le plus sûr de lui , j'étais dû genre à me poser mille et une question et à ne pas mesurer correctement les mots que je voulais utiliser sans m'en rendre compte. J'avais crainte de moi-même et non d'elle et j'y pensais en passant délicatement mes doigts dans ses cheveux d'or , aussi délicats que les pétales d'une fleur et aussi doux que les plumes d'une colombe. J'adorais passé ma main dans ses cheveux , c'était un geste affectif que j'appréciais. Durant ce moment de bonheur , j'entendis Lily s'excuser et me remercier en me nommant grand frère. Un large sourire ce dessinait sur mes lèvres , je pris le temps de lui répondre. Elle n'avait pas à s'excuser , elle n'avait rien fait qui méritait des excuses ou un pardon, c'était plutôt à moi de m'excuser et non à elle. En la gardant contre moi , je lui précisais bien ce point :


« C'est à moi de m'excuser et non à toi. Je suis du genre à faire des erreurs involontaires , à faire souvent tout foirer sans le vouloir. Ce n'était pas mon attention , crois moi. C'est moi qui doit te remercier d'être rester , et puis on en a pas fini ! Il nous reste une après-midi complète après tout ! »


J'étais heureux à la perspective de passé encore du temps avec mon amie avec innocence. Le ciel voilé qui avait pris place entre nous deux semblait ce découvrir et une fin de journée plus heureuse semblait ce profiler ce qui n'était pas pour me déplaire.. Une fois ce moment terminé , Lily se dirigeait vers la sortie de la boutique en me tenant toujours la main. Je n'avais pas remarqué le temps fou que nous avions passé dans cette boutique ni même que l'après-midi allait bientôt touché à sa fin. Pourtant , j'étais loin d'être pressé de rentrer. Je voulais encore passé dans quelques magasin et terminer comme il le fallait cette journée. J'adressais une simple salutation au vendeur qui fit de même avant de sortir hors du magasin. Les gens se pressaient encore dans les magasins surtout ceux de grande enseigne comme des magasins américaines ou des grandes marques japonaise. Il est vrai que Lily devait trouver une ombrelle pour l'été et elle ne tardait pas à me le rappeler. Je me demandais où trouver une ombrelle , cela ne devait pas bien être compliquer... En regardant autour de moi , je recherchais visuellement un magasin qui semblerait vendre ce genre d’accessoire quand j’aperçus une boutique avec une ombrelle en vitrine. Avec empressement , j'emmenais Lily là-bas en serrant sa main et en lui disant :


« On va chercher ton ombrelle alors et je crois en avoir aperçus une toute blanche en dentelle  ! »


Je marchais rapidement jusqu'au magasin en esquivant les gens poussant toujours plus pour accéder plus rapidement au lieu où ils se rendaient. Je n'avais aucune connaissance de l'enseigne ni même de ce qu'il vendait mais j'avais vu de loin que le magasin s’appelait Angelic Pretty. La devanture était toute rose avec des sortes d'hirondelles volant sur chaque bord du logo. Des robes d'un style qui m'était totalement inconnu trônait dans la vitrine du magasin.  Je ne savais pas si ce genre de vêtement était vraiment au goût de Lily. Je trouvais personnellement ça...Trop enfantin mais je voulais bien rentrer dedans si cela plaisait à Lily. Je fis un pas à l'intérieur , le magasin était très girly , du rose de toute les teintes éclater dans chaque partie du magasin. Cette overdose de rose me donnait envie de vomir mais je prenais sur moi , je ne me sentais pas du tout à ma place dans ce magasin et les vendeuses , habiller dans le thème du magasin , me regardait de travers. C'était très agréable , génial. Je me rendis jusqu'à l'ombrelle jusqu'à voir le prix qui me fis tressaillir. Comment pouvait t'on vendre une ombre aussi chère ? Je clignais les yeux en regardant les chiffres qui s'affichait à côté du signe du Yen, toujours sous le choc des prix de cette boutique. Je regardais Lily en lui montrant le prix en grimaçant , c'était au dessus de mes moyens et je supposais bien au dessus des moyens de Lily . J'allais lui faire signe pour qu'on sorte de cette boutique discrètement quand mon téléphone vibra bruyamment dans ma poche arrière. Je me demandais qui pouvait m'envoyer un SMS alors que j'étais en pleine viré shopping , Sobo m'aurait probablement appeler car elle ne savait pas faire de SMS et ma mère aurait fait de même. Je n'avais pas passé mon numéro de téléphone à énormément de personne ici , je suspectais donc soit un contacte de Liverpool soit Sobo qui avait tenté de m'écrire un message mais tout en ratant la manœuvre. Pour le coup , j'étais bien loin du compte . Mon visage se déconfit au fur et à mesure que je lisais le message. C'était mon père , il avait eu vent ce qu'il c'était passé hier soir et il avait acheté d'urgence un billet pour le Japon avec ses économies mise de côté . Ma mère ne viendrait pas , elle n'avait pas pu posé de congé mais mon père avait pu exceptionnellement. Il n'approuvait pas mon comportement et tenait à voir si j'avais une tenue irréprochable ici , au Japon. Son message semblait menaçant et froid. Je n'étais clairement pas emballer de sa venue a Keimoo , même pour une semaine. Un goût acre attaquait ma gorge et une colère enfouit raisonnait en moi silencieusement. Je relisais plusieurs fois le message , surtout la dernière phrase. Il m'avait dit mot pour mot qu'il savait que je fréquentais quelqu'un et qu'il voulait voir cette personne. Un sombre angoisse me prit au tripe. Qu'est ce que j'allais faire ? Je ne pouvais pas faire mon coming out à mon père , sinon j'étais un homme mort. Je fermais mon portable et regardait Lily , n'essayant même pas de cacher un brin de mon angoisse. Baissant les yeux au sol , je passais ma main dans mes cheveux l'air affreusement gêner et je déclarais à Lily :


« Lily , je crois que je vais avoir besoin de ton aide...J'ai un gros problème. »


Je lui fis signe de la tête pour sortir du magasin , hors de question qu'une de ses horribles vendeuses ne m'entende parler de ça. C'était une discussion privé , elles n'avaient pas à écouter , je préférais donc sortir et je trouva un banc un peu en recule par rapport à la foule , un espace plus calme. J'emmenais Lily dans ce coin avec la boule au ventre. Comment j'allais lui expliquer ça ? J'avais l'air fin maintenant. Je pris une grande inspiration et , agrippant mes mains à mon jean nerveusement , je lui expliquais la situation de A à Z . Mon père , son comportement , son insolente et son intolérance, sa perception du monde très réduite , ce personnage acariâtre qu'était mon père. Ce n'était pas faute d'avoir essayé de créer une meilleure image de lui , je n'y arrivais pas et ce message était la preuve de sa nature profonde. Expliquer ça à Lily fut pour moi une épreuve , dépeindre le portrait de cet homme n'était pas agréable en soit et je me sentais écœurer en me disant que j'allais le revoir très prochainement. Quand j'eus terminer de parler de mon père , j'engageais un monologue sur ma relation actuelle avec Montaro et mon orientation sexuelle. Ce n'était pas non plus tâche simple de parler de ça mais je savais qu'au fond Lily n'aurait aucun jugement là-dessus. Une fois que j'avais exposer la situation complète à mon amie , je terminais mon monologue par une simple affirmation , glaçant mon sang rien qu'à la prononcé.


« Mon père vient la semaine prochaine... Une semaine complète... Et il veut rencontrer la personne que je fréquente du à l'incident d'hier que je t'ai expliqué... »


Je regardais mon amie avec une lueur d'espoir dans les yeux. Je savais qu'elle accepterait très probablement ce que j'allais lui demander mais je me sentais tellement gêner de devoir en arriver à là. D'habitude , je préférais me débrouiller seul , sans l'aide de personne mais je me retrouvais actuellement dans une situation trop complexe. Si Lily pouvait m'aider , rien qu'un peu , à me sortir de ce pétrin je ne dirais pas non. Je la regardais avec un air abattu et , avec une lueur d'hésitation , je me lançais dans ma demande :


« Écoute , je vais te demander quelque chose d'un peu bizarre mais je ne vois pas d'autre possibilité. Lily , ça ne te dérange pas de te faire passé pour ma petite amie ? Ça ne durerait que le temps d'un repas en famille , le temps que mon père soit convaincu que je n'ai rien à lui cacher et c'est tout. Je suis vraiment désoler de te demander ce genre de chose...Mais je ne vois pas d'autre solution. »


Je déglutissais en ayant terminer ma demande. Je baissais les yeux , totalement honteux. Je n'assumerais jamais mon orientation sexuelle devant mon père et je préférais lui mentir plutôt que de lui avouer. Si Lily était compréhensive , elle comprendrait les enjeux de cette situation et les risques qui me concernaient. Si mon père n'était pas convaincu de tout ça , soit il allait me mettre une grande gifle jusqu'à ce que j'avoue , soit c'était un retour direct à Liverpool, chose que je ne souhaitais pas . Le moment était assez grave , j'avais intérêt à faire patte blanche sinon je revenais à la case départ. Et il était hors de question de je fasse un pas en arrière , que j'abandonne Sobo . De plus , je me sentais chez moi ici , alors si Lily pouvait me sortir de cette situation délicate , je la remercierais jamais assez. Elle était mon dernier espoir et elle devait le savoir , je comptais sur elle plus que sur personne.



Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Lily Andersan

avatar

Genre : Féminin Taureau Cheval Age : 16
Adresse : Internat de Keimoo
Compteur 54

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Dim 15 Juil 2018 - 2:10

Lily venait de gagner un grand frère. Ceci dit, cela ne s’était pas fait dans la simplicité, bien au contraire. La jeune fille, alors sortie du magasin, se remémorait les derniers instants de ce pacte si fort et important que chacun venait de sceller… Car oui, c’était un pacte, une promesse, quelque chose qui transcendait les simples accords oraux. Et cette pensée seule lui donnait un sourire presque jamais vu.

Le jeune homme avait accepté ! Il l’avait accepté toute entière ! L’anglais avait choisi d’accepter ses blessures, ses erreurs ainsi que tout ce qu’elle-même n’acceptait que très peu chez elle. Ils formaient dorénavant une famille, et ceux pour une raison simple : chacun l’avait proposé à l’autre, presque comme une évidence, quelque chose de parfaitement naturel. Comme une tribu, une famille, ils se soutiendraient dorénavant à chaque défi… C’était en tout cas ce que pensait Lily, espérant que cette pensée était également dans la tête d’Aaron. Dans tous les cas, ses différentes paroles le confirmèrent : il allait faire le maximum pour être un grand frère idéal.

Si l’on ajoutait à cela les douces caresses que l’écossaise recevait dans ses cheveux, le maximum était déjà atteint pour elle, en effet, comment ne pas penser qu’il ferait un grand frère parfait ? La jeune fille espérait juste que ses cheveux, dont elle prenait le plus grand soin, étaient agréables au toucher, cependant, le jeune homme semblait apprécier, pour la plus grande joie de son interlocutrice qui s’excusait sincèrement pour tout ce qu’il s’était passé cette après-midi mouvementée.

Ceci dit, lui aussi avait à s’excuser, décidément, sur ce point-là également les deux étaient pareils. Peut-être était-ce en grande partie ce qui avait propulsé cette décision d’ailleurs : leur ressemblance mutuelle. Si l’on omettait que physiquement ils avaient tous deux des points communs assez flagrant, comme leur tignasse blonde respective par exemple, ils avaient également une psyché similaire. Tous deux étaient des passionnés d’études, des véritables chercheurs insatiables toujours en quête de connaissances, ils étaient tous deux modestes et trop attentifs aux autres, au point d’en oublier leur propre personne… Sans parler du fait que la vie semblait les avoir atteint tous deux de manière assez personnelle. Non, véritablement, ils se ressemblaient trop pour que leur rencontre ne soit qu’un simple hasard. Lily n’avait jamais cru au destin ou autres choses, se contentant juste de vivre sa vie et de voir ce que le lendemain lui réservait, mais autant de coïncidences étaient troublantes pour ne pas y songer.

Cependant, la jeune fille se laissait se perdre dans ses pensées tandis qu’Aaron lui caressait doucement les cheveux, terminant d’apaiser les dernières meurtrissures de son cœur. Grand sourire et joie entremêlés, c’est ainsi qu’ils sortirent et que l’écossaise proposa, comme pour balayer toute cette histoire, qu’elle avait toujours une ombrelle à trouver. Et c’est ainsi que la situation avait évoluée, un Aaron tournant la tête dans l’espoir d’apercevoir ce dont sa petite sœur avait fait mention.

D’ailleurs, il semblait en avoir vu une dans une vitrine, décrivant cette dernière comme blanche et en dentelle… exactement ce que la jeune fille avait en tête ! Lily se saisit de la main de l’anglais tandis qu’il la guidait entre les foules vers un magasin dont l’enseigne lui était inconnu, mais forte jolie : de beaux oiseaux stylisés entouraient un nom blanc écrit sur un fond rose. Les vitrines étaient vraiment très travaillées, affichant des robes comme elle aimait les porter : vraiment mignon, aux tons pastels et sans se risquer à donner dans le trop échancré ou trop court. La jeune fille ne connaissait pas ce magasin, mais le style général lui plaisait bien au final… Comme d’habitude, Aaron avait visé juste.

D’ailleurs tout le magasin était dans le même thème, affichant énormément de couleurs pastels, notamment rose, en tout coin de la pièce. C’était doux, très agréable en un sens, l’écossaise pouvait presque se sentir dans un cocon, un espace sans agressivité aux saveurs sucrées… et les quelques vendeuses étaient dans la même veine. Cependant, Aaron ne semblait pas à son aise, aussi bien qu’il s’empressait de regarder la dite ombrelle tandis qu’elle laissait vagabonder son esprit. C’était la première fois que Lily entrait dans pareille boutique et elle était autant impressionnée que surprise quand à cette découverte.

Cependant, la réalité rappela bien vite à l’écossaise pourquoi elle n’avait jamais eu l’occasion de s’intéresser à de telles merveilles de boutiques : le prix. Aaron venait de regarder l’étiquette  affichant la valeur monétaire de cette  magnifique ombrelle, et son regard traduisait tout. Il devait véritablement y avoir énormément de zéros si l’on se basait à ses yeux écarquillés, ainsi qu’à son visage fermé. Sa petite sœur lui adressa un sourire tout en se rapprochant doucement, après tout ce n’était rien de grave, si cette boutique était trop chère, ils en trouveraient une autre.

L’anglais pris une tête surprise tandis qu’il se saisissait de son téléphone, il venait surement de recevoir un message. Prise de curiosité la jeune fille se faufilât pour regarder le prix à son tour et déglutit devant tant de zéros. Comment pouvait-on s’offrir une telle merveille ? Combien de mois allait elle devoir économiser ses maigres sous pour pouvoir se l’offrir ? La réaction de son grand frère était véritablement justifiée en effet… Comme pour confirmer cela, Lily se tourna vers le jeune homme qui devait avoir terminé sa lecture à présent.

Mais quelque chose l’allait pas, il avait une expression presque terrifié, véritablement angoissé. Il était vrai que le prix avait de quoi effrayer les bourses les plus modestes, mais il était peu probable que cette réaction provienne de la… Était-ce quelque chose que Lily avait dite ou fait ? Non, son comportement avait commencé à être étrange au moment où il s’était saisi de son téléphone. La curiosité était un vilain défaut, mais la jeune fille  mourait véritablement d’envie de découvrir pourquoi son ami se sentait si mal. Le voir effrayé, souffrant lui faisait énormément de mal, l’écossaise était extrêmement empathique et ressentait ce malaise résonner au fond d’elle-même.


« Calme toi grand frère Aaron, je…je vais t’aider vraiment vraiment autant que je peux le faire ! Compte sur moi ! »


Lily souriait et affichait un visage brave, mais semblait perturbée, presque autant que l’anglais, ce qui était ridicule en un sens : c’était lui qui avait besoin d’aide, pas l’inverse ! Elle avait… peur ? Oui c’était cela, elle ressentait sa peur et ses appréhensions, mais ressentait elle-même sa propre peur, peur de ne pas savoir ce qui n’allait pas chez son ami, peur de ne pas pouvoir l’aider comme il le souhaitait… Mais elle continuait de lui sourire, comme pour l’inviter à se calmer, lui offrir un refuge de gentillesse tandis qu’elle lui caressait doucement la main de ses deux mains. L’écossaise se laissait guider vers un banc relativement confortable dans un coin du gigantesque centre commercial, ainsi à l’écart les deux compères pourraient discuter à leurs aises !

L’anglais, nerveusement, s’était détaché de sa petite sœur afin d’accrocher son jean, il avait clairement besoin de contact humain et posa doucement ses mains sur le dos de sa main droite, alors assise à côté d’Aaron. La jeune fille le regardait, avec un demi-sourire d’attention, tandis qu’il parlait. Ce monologue lui coutait énormément et c’est pour cela qu’elle ne lui lâcha pas sa main, comme une symbolique de lui démontrer qu’elle ne le laisserait pas tomber, caressant doucement son dos de main.

Le père semblait être une personne « à part ». Il ne laissait pas son fils évoluer ou lui offrait un certain soutien, au contraire : il avait SA vision des choses et tentait de l’imposer aux autres. Il semblait être désagréable et parfois même méchant envers un peu tout le monde. En soit, ce comportement était un véritable mystère pour la jeune fille dont les parents l’avaient toujours chouchouté. Il était normal de s’intéresser, soutenir, voir grandir son enfant, l’accompagner dans les épreuves aussi futiles soient elles. L’écossaise avait eu des parents certes très pris par leur travail respectif, mais cela n’avait pas empêché qu’elle avait été entourée d’amour et de soutiens dans chacun de ses choix, ce qui était parfaitement normal en un sens. Comment parvenir à comprendre un homme aussi irrespectueux ? Décidément, cela était véritablement dommage, et quelque peu triste également.

La main de la jeune fille se resserra quelque peu quand il évoqua la soirée de la veille, grimaçant en entendant la véritable méchanceté de cet « ami » vis-à-vis d’Aaron et de celui qui l’accompagnait… M-Montaro ? C’était cela oui ! L’anglais avait été frappé, molesté pour rien, c’était… révoltant, méchant ! C’était le mot le plus fort qui lui venait à l’esprit, « méchant ». Lily avait véritablement mal pour lui mais le laissait continuer : il était en train de vider son sac et, au fond, elle savait que cela lui ferait du bien et qu’il était hors de question d’interrompre cela.

Aaron continuait par une nouvelle non pas choquante mais quelque peu surprenante, pas dans le mauvais sens du terme, Lily ne s’attendait juste point à ce que son grand frère soit homosexuel. L’amour était parfaitement indépendant du genre d’une personne, cela en était véritablement certain ! Cependant, le fait que cela ne soit qu’une minorité en faisait quelque chose de légèrement surprenant à entendre… Toujours était-il que Lily était véritablement heureuse de savoir son ami avait trouvé ce qui s’apparentait au grand amour, c’était en tout cas comme cela qu’elle l’interpréta. Ce Montaro avait véritablement l’air d’être quelqu’un de génial et elle aurait bien souhaité le rencontrer à l’occasion.

Mais voici que le cœur du problème venait sur la table : le père, ce fameux père si intolérant et aux méchantes fréquentations venait voyager une semaine entière ici-même, afin de voir son fils et rencontrer son amoureux. Revoir ses parents était une véritable chance d’ordinaire, alors pourquoi avait-il si peur ? Ne pouvait-il pas juste lui expliquer la situation ? Après tout, aussi intolérant était-il, il devait tout de même se préoccuper du bien être de son fils… non ? Et puis, c’était Aaron la victime de cette affaire, il ne fallait pas l’oublier !

Les questions de justices étaient quelque chose que l’écossaise prenait très à cœur. Et oui, ce n’était absolument pas juste. Ce n’était pas juste qu’Aaron souffre autant de la situation, abattu et hésitant comme cela. Aussi effrayé et vulnérable. Une visite de la part de ses parents est sensé être un évènement joyeux.

En revanche la fin du discours, jamais la jeune fille ne l’aurait vu venir. Bien évidemment qu’elle attendait de savoir quel était la faveur qu’allait lui demander Aaron… mais cela… Comment le prévoir ? Impossible, juste impossible ! Surprise et légèrement déstabilisée elle prit son temps pour réfléchir : elle allait devoir mentir ? Jouer le rôle de la gentille amoureuse ? Mais… Comment allait-elle pouvoir faire cela ? Lily n’avait jamais connu l’amour ! Pour être parfaitement honnête elle ne s’y était jamais réellement intéressée, aussi que pouvait-elle faire ? Cependant, pas le temps de réfléchir, elle devait agir, rassurer son grand frère qui lui demandait désespérément de l’aide.

L’écossaise se leva et se dirigeât derrière son ami, qui était toujours assis et l’enlaça par derrière. Profitant pour caresser avec la plus grande douceur le cou probablement endoloris du jeune homme, elle lui montrait par cela qu’elle voulait le rassurer et lui montrer qu’elle comprenait sa souffrance. Chacun de ses gestes étaient lents et attentionnés, presque comme si Aaron était fait de cristal.


« Calme toi Grand frère… s’il te plait, calme toi… ça me fait du mal de te voir aussi pas bien du tout… Bien sûr que je vais t’aider avec ton papa tout méchant, je vais faire de mon mieux même si je comprends pas tout, mais calme toi s’il te plait… Mais, j’ai un petit souci… »


Déglutissant de manière sonore, Lily laissa transparaitre ses craintes :


« Euuuh… J’ai jamais eu d’amoureux a-avant donc… J-Je sais pas t-trop quoi faire… M-Mais je ferait d-de mon mieux ! Je s-suis tellement désolée…. »


Se relevant doucement, la jeune fille fit face à son interlocuteur, affichant son éternel sourire, rayonnant de courage et de force.


« Mais tu sais quoi grand frère, ben on va y arriver, tous les deux ! Même si je suis toute nulle et que tu dois m’apprendre tout pleins de choses, on va y arriver tous les deux ! J’en suis vraiment trop sure ! Donc sourit, fait comme moi, tu va voir ça fait du bien quand on est tout triste ! »


Enfin, sur un léger trait d’humour, elle termina sa tirage en riant quelque peu, mimant une gentille frappe sur le sommet du front de son interlocuteur. Lily employait un ton faussement énervé, illustrant sa joie et son envie de lui remonter maladroitement le moral.


« Mais, si j’apprends que tu me cache encore des trucs sur des méchants t’ont fait du mal alors je te frapperais plus fort pour te rappeler que tu dois pas m’inquiéter ! Quand je te disais que je voulais être là pour toi, c’est pas pour décorer ou que tu ne fasse que t’occuper de moi !!! »


Poings fermés contre ses flancs, yeux froncés durant quelques instants avant d’éclater de rire et de se rassoir à ses côtés, non s’en se saisir de la main de ce grand frère de cœur, Lily commençait doucement à se détendre.


« Je plaisantait hein, Je voulais surtout pas être méchante tu sais… Mais je voulais te rappeler que je suis là aussi… Ya ha ha ha »


Le point était clarifié et il commençait à faire bien tard dans ce centre commercial…

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11122-euuuh-b-bonjour-a-tous-je-m-appelle-lily-andersan-ravis-de-vous-rencontrer-mei http://keimoo.forumactif.com/t11123-livret-scolaire-de-lily-andersan
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   Mer 18 Juil 2018 - 13:05

When it's time to spend money


J'étais pris dans un flou émotionnel , une tornade qui ne portait aucun nom et qui n'osait en porter un. Pourquoi maintenant ? Je savais que cette situation n'était pas de bonne augure. Elle était même équivalente à une averse bien plus amer que je n'aurais pu l'imaginer. Je ne saurais décrire le sentiment qui me prenait au tripe à ce moment précis , à l'instant où j'avais ouvert ce message. Je comprenais que cette visite de mon père n'était pas innocente et qu'il allait surveiller mes moindres faits et gestes , que j'allais être sous pression en constance. Il voulait obtenir des explications par rapport à cette soirée quitte à me faire craquer mentalement pour savoir le fin mot de l'histoire. Je devais donc me montrer plus fort mentalement qu'il ne le pensait , ne pas montrer de faille ou bien je serais mis à terre. Je savais pertinemment que la semaine qui allait suivre n'allait pas être la plus simple ni la plus plaisante mais j'allais devoir l'affronter peu importe mon envie de fuir , de ne pas voir mon père. Aucune autre solution ne s'offrait à moi. La relation entre mon père et moi n'avait jamais été très simple , il avait toujours été absent , à son travail et moi je grandissais sous les yeux attentifs de ma mère qui , elle , avait toujours été présente. Mon père avait tenu ce rôle de père strict mais d'une manière tellement erroné , il n'avait jamais été là pour les moments qui me tenaient à cœur comme la remise d'un prix lors d'un concours ou tout simplement lors d'une représentation à l'école. Mon père avait longtemps été pour moi un simple fantôme , un pur inconnu qui n'était là que pour me remonter les bretelles. Je n'avais pas une image flatteuse de mon père , c'était bien vrai malheureusement mais lors de mon adolescence à Liverpool , il avait tenté de reprendre les choses en main. Il m'invitait à divers concerts , nous nous avions créé petit à petit des moments de complicité qui n'avait pas de prix. Or , ces moments étaient rares et l'entourage de mon père avait fini par tout briser , tout ce que nous avions tenté de construire de nos mains. Un froid imperceptible c'était immiscer entre nous deux : parce que mon père était presque un inconnu pour moi et parce qu'il ne connaissait presque rien de moi.


Savait t'il que son fils était passionner par la philosophie et la géographie ? Savait t'il que son fils lisait plus de bouquin qu'il ne faisait de sport ? Savait t'il que son propre fils prenait une voie complètement contraire à ses attentes ? En était t'il fière ? Non. Non , puisque finalement , il ignorait tout. Il ne savait presque rien de moi mise à part ce que je pouvais lui dire à l'autre bout du téléphone. Ma mère ne lui disait pas toujours les causes de nos conflits ou même de nos discussions sérieuses. Elle savait que mon père n'accepterait pas tout et finirait même par me sanctionner pour des choses qu'elle considérait comme ''normal'' et que lui voyait comme ''immoral''. Ma propre présence avait finalement creusé un fossé entre eux deux , ma mère avait sa part de secret me concernant et mon père fermait les yeux , aveugler par sa propre vie en parallèle. Notre famille n'était qu'un mensonge , qu'une image d’apparence. Tout ça ne tenait qu'à un fil déjà fissuré à certains coins , bien trop fissuré pour être réparé. Nous n'étions que le propre fantôme d'une famille pleine de secret et personne n'osait briser ce silence qui nous entourait.  C'était , en outre , ce qui me créait cette angoisse si forte. Comment faussé les apparences en une semaine ? Mon père n'avait presque jamais rendu visite à ma grand-mère , à mes grands-parents même. Il les avait toujours ignoré royalement comme s'il ne leur devait rien , même pas un bonjour. Il craignait même que vivre sous le même toit qu'elle ne me fasse prendre de mauvaise habitude. Comment pouvait t'il dire ça ? Osé prononcer ses mots , ses suspicions ? Rien que d'y penser , une bile amer venait me brûler la gorge. J'avais une tel admiration pour Sobo , pour son parcourt , pour son courage et pour la femme qu'elle était aujourd'hui que je haïssais mon père de dire des choses comme cela. Mais bon , nous ne choisissons pas notre famille et cette phrase s'appliquait parfaitement dans ce cas-ci. Je devais accepter la présence de mon père sans broncher , sans dire le moindre mot. De toute façon , il allait venir une semaine , fouiner là où il ne devrait pas et repartir bredouille de ses investigations. Or , ce qui me stressait amplement plus , c'était le fait qu'il sache que j'avais probablement quelqu'un à mes côtés. Il ignorait (bien heureusement) qui était cette personne , pour mon plus grand bien. Cela n’empêchait pas qu'il avait comprit ce point précis et qu'il était décider à rencontrer cette personne. Une seule solution me restait à l'esprit : le mensonge , une fois de plus. Triste vérité , j'étais forcé à emmitoufler ma vrai vie derrière de fausse apparence pour convenir à ses normes. Je n'avais pas le choix , j'étais bloquer dans cette situation critique et seule une personne pouvait m'en sortir ; Lily. En lisant ce SMS , j'avais su dès la dernière ligne qu'il n'y avait que elle qui pouvait me sauver , être mon acolyte dans ce mensonge perfide. Si elle refusait... Je ne savais pas quel autre choix aurait pu s'offrir à moi. Mon père aurait probablement vite comprit l'ampleur du mensonge et j'aurais couler dans des eaux sombres et profondes. Je priais intérieurement pour qu'elle m'accorde son aide , pour qu'elle tienne réellement sa promesse jusqu'au bout même dans une situation aussi délicate que celle-ci.


Je sentais sur les traits de son visage qu'elle partageait cette douleur soudaine que je ressentais. Nous étions lié au point de comprendre instinctivement ce que l'autre ressentait sans le moindre mot , sans le moindre geste. Seul le silence nous suffisait , pourtant ici le silence n'était pas notre plus grand allié. Il fallait que je lui explique en toute franchisse ce qu'il ce passait. Si elle était clair et totalement franche avec moi , je devais l'être avec elle aussi , surtout si je comptais sollicité son aide. Je n'aimais pas vraiment l'idée de devoir lui demander un service surtout d'une si grande importance , mais je n'avais nullement le choix. Je devais le faire , point. J'espérais de ton mon cœur ne pas la froissé en lui demandant un service de la sorte , j'espérais vraiment qu'elle comprendrait pourquoi je devais lui demander ça.  Ses mots essayaient d'être rassurant dans ce magasin (bien trop chère pour nous) mais je n'avais pas le cœur à ça , je devais lui dire , tout lui avouer et lui expliquer le pourquoi du comment. Même si, au fond , c'était au dessus de mes forces. L' emmenant à l'écart , j'essayais de poser des mots sur ma situation. C'était si complexe et je ne savais pas vraiment par où commencer. Devais je déjà lui exposer la situation avec mon père ou celle de Montaro ? J'étais partagé mais je préférais opter pour mon père en premier. Je dessinais chacun de ses traits dans mes paroles , les bons mais surtout les mauvais . Toutes ses soirées où les claques sont parties bien trop vites , où les larmes ont couler sur mes joues comme des ruisseaux de douleurs interminables . J'avais un sentiment de vide complet en parlant de lui , comme si je posais des mots sur une personne qui m'étais inconnu ou presque. Quel drôle de sensation , surtout en sachant de qui je parlais. Je continuais mon récit , prenant divers événements comme point d'appuis de mes propos même si ceux-ci restaient confus. Après tout , il était compliqué pour moi de parler de mon père de la sorte , sur un banc , sur un coup de tête. Je voyais au visage de Lily qu'elle comprenait petit à petit l'ampleur de la situation que j'allais lui expliquer , que ce n'était pas simple pour moi de lui parler de tout ça mais que quelque chose m'y obligeait , une chose qu'elle ignorait encore. Parler de mon père , de son égoïsme constant , de ses faux-semblants étaient réellement dur pour moi et cela se voyait sur chacun des traits de mon visage qui était tendu , comme si un sentiment amer avait avaler tout mon corps et mon âme en même temps . Je ne devais pas faire l'impasse sur quelque chose d'important à son propos même si je tentais tout de même de le décrire dans les grandes lignes pour ne pas rendre ce moment plus long et plus douloureux qu'il ne l'était déjà. Je ne faisais pas d'impasse sur nos bons moments malgré tout , essayant de montrer à Lily que nous avions tenté , d'une certaine manière , de recoller les bouts mais que cela avait été un échec cuisant. C'était sur le point de la soirée que je terminais mon monologue par rapport à mon père et à ses fréquentations plus que limite. Il en était ainsi : mon père avait tendance à s'accrocher à des personnes nocives pour lui tout autant que pour son entourage. J'en avais vu les conséquences direct hier , les coups qui m'avaient été adresser , cette violence gratuite. J’atténuais tout de même les événements pour ne pas inquiéter Lily , passant par exemple le fait que l'homme m'avait étrangler ou bien que je m'étais évanouis. Je me fixais surtout à lui dire que j'avais été victime (d'une certaine manière) d'une violence gratuite par l'entourage proche de mon père et que c'est ça qui avait pousser mon père à venir à Keimoo pour une semaine.


Bien sûr , je lui expliquais aussi ma situation complexe du moment avec mon partenaire , passant bien évidement certains passages et lui expliquant dans les grandes lignes. La conclusions de tout ça était : j'ai des sentiments pour quelqu'un mais mon père est le plus grand des homophobes que cette terre n'ait jamais porter , alors comment faire ? Lily était la clé de cette horrible solution , la personne qui me permettais de pouvoir échapper à cette situation complexe. Je devais accepter le mensonge et le vivre durant quelques heures pour permettre à mon père d'imaginer que j'étais tel qu'il le voulait , que j'étais à son image. Cela me brisait le cœur en quelque sorte , je n'aimais pas mentir mais je m'en sentais obligé , il n'accepterait jamais la vérité , il valait mieux alors garder le secret  autour de tout ça. Une fois que mon monologue assez douloureux et long fut achevé , je tournais mon regard vers elle pour lui faire ma demande plutôt spécifique. Faire semblant d'être ma petite amie le temps d'un repas en famille , la demande était assez bizarre mais je n'avais pas d'autre choix , il fallait que je lui demande ça. Je lui rendrais un service dès qu'elle le voudrait mais je ne pouvais pas me passer de ce service surtout si cela me permettais de sauver ma peau. Lily semblait surprise , forcément de ma demande mais plutôt que de me bousculer de question , elle eu le geste rassurant de l'enlacer pour calmer ma douleur. Elle avait comprit , je le savais. Je l'avais vu dans son regard. Elle ne me laisserait pas ainsi , ses yeux se faisaient rassurant à mon égard comme pour me dire que je n'avais rien à craindre.  Sentir ses mains sur mon cou ravivait des souvenirs plutôt douleurs d'hier mais je passais outre , me disant que tout irait mieux dans un futur proche , que ce n'était qu'une période difficile. Elle m'expliquait , un peu troublé , qu'elle voulait m'aider mais qu'elle avait un problème : elle n'avait jamais eu de relation et ne savait pas trop comment mentir sur ce sujet-là. Tandis qu'elle se faisait rassurante, je lui répondis d'une voix encore troublé mais plus calme que précédemment :


« Merci beaucoup de bien vouloir m'aider... Je sais que ce n'est pas un service qu'on demande habituellement comme ça mais je n'avais pas d'autre choix et je te fais confiance , je voulais que ce soit toi. Et ton problème n'en est pas un , on mettra notre plan sur pied par message et... J'espère que ça ira , que ça sera un minimum crédible ahah. »


Lily essayait de me montrer l'importance qu'elle voulait prendre dans ma vie en me rappelant notre promesse. Elle fit semblant que me crier dessus pour me dire que je ne devais plus lui cacher des choses de la sorte dans le futur , que j'aurais du tout lui dire. Cela me déchirait un léger sourire , au fond ça me faisait du bien de savoir que quelqu'un tenait autant à moi et que je savais que je pouvais compter sur cette personne. Je n'étais plus seul dans cette situation , j'avais Lily à mes côtés pour me guider et cela me faisais plaisir. La solitude dans un chemin sinueux est la pire chose qui pouvait m'arriver. Lily avait brisé cette chaîne du silence à laquelle je m'attachais habituellement , cachant des vérités pour ne pas blesser les autres. Je savais qu'à présent , je pouvais tout lui dire et que je n'avais rien à craindre de sa part. Je n'eus pas le temps de rétorqué qu'elle me précisait qu''elle rigolait , de peur que je prenne mal sa remarque tout en ce remettant près de moi , me reprenant la main. Je lui adressais un large sourire avant de répondre à sa phrase précédente :


« Alors je ne te cacherais plus de chose de la sorte mais il faut que ça soit dans les sens , d'accord ? Ne t'inquiète pas , ce qui c'est passé hier était... Exceptionnel et j'espère que ça ne se reproduira plus .  Mais tout te dire faisait partie de la promesse après tout alors  , je te dirais tout par rapport à ce genre de chose si malheureusement cela se reproduit. Je suis sûr que ce n'était qu'un accident et que ça n'arrivera plus alors ne t'inquiète pas. »


En toute franchise , j'aurais eu du mal à tout lui dire, à lui dire toute la violence que j'avais subis ce soir là. Je préférais minimiser la chose et faire passer ça pour un accident de passage , quelque chose qui ne se reproduirait plus jamais. Le temps semblait passer si vite et les clients partaient de plus en plus , vidant ce lieu plein de vie. Nos ombres semblaient être la seule chose vivante ici , la seule chose qui redonnait un peu d'espoir. Je me relevais en gardant sa main dans la mienne avant de lui déclarer :


« Après tout ce qui vient d'arriver et vu l'heure , je ferais mieux de rentrer. Si tu as un problème pour rentrer envoie moi un SMS , d'accord ? Je t'adore , ne l'oublie pas surtout petite sœur. Et envoi moi un SMS pour me dire que tu es bien rentré . »



Je la pris dans mes bras une dernière fois avec de lui décocher un dernier sourire qui ne voulait pas dire au revoir mais à bientôt . Ce sourire plein d'espoir pour le futur , un peu plus rayonnant qu'en début d'après-midi , un peu meilleur d'hier soir , toujours plus optimiste que ces derniers jours. Je voulais lui montrer que j'allais mieux , qu'elle avait réussie à soigner une blessure profonde en moi mais que le plus dur restait à venir : ce fameux dîné. Personne ne pouvait savoir encore comment aller ce passer celui-ci mais j'espérais , au fond de moi-même , que nous étions de bons menteurs et que personne ne remarquera absolument rien.  Je l'espérais...

[A suivre]




Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When it's time to spend money [Lily]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When it's time to spend money [Lily]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» ? all that money can't buy me a time machine. 29/10; 10h
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» 2.07 : Dirty Money
» [Fiche d'île] Amazon Lily

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Centre ville: Tsukuyomi Place et Palais impérial :: Les centres commerciaux-
Sauter vers: