₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)

Aller en bas 
AuteurMessage
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mar 22 Mai 2018 - 5:32

J’avais passé la journée à étudier. Me plonger dans mes cours me faisait quelques peu oublier l’ennuie et la monotonie des jours que je passais à l’académie. La rentrée scolaire avait déjà pointé le bout de son nez, et la solitude persistait. J’avais bien évidemment eu l’occasion de faire quelques rencontres, mais peut être étais-je trop nostalgique ou trop enthousiaste vis à vis de cette idée de changement soudain que je n’avais visiblement pas réussi à m’intégrer. De plus, si mes bonnes vieilles habitudes nocturnes passées avec Daiki me manquaient, l’alcool, lui, restait un réel besoin. C’est alors le visage tout pâle, le corps plein de sueurs froides que je débarrassais de ma main tremblante tous les cahiers que j’avais éparpillés sur mon bureau, me décidant à enfiler un tee-shirt blanc, assez ample, tout fraichement lavé.

Les cheveux ébouriffés comme à mon habitude, un petit reniflement nonchalant dû aux allergies du printemps, me voilà qui sortait de ma chambre universitaire, muni de toutes mes économies que j’étais fin prêt à dépenser tant le manque était grand.

Je me baladais donc dans les ruelles, évitant le bus, comme à mon habitude. D’une part, s’il fallait économiser, je préférais de loin marcher un peu que de me priver d’un dernier verre, et puis, je me plaisais bien à marcher dans la ville nocturne, pleine de lumières scintillantes. Je m’aventurais sans craintes dans les petits coins sombres, où résidaient le genre de gens vous lançant quelques regards douteux, aux sons presque effrayants, mélangeant cris, pleurs, miaulements et j’en passe.

J’arrivais finalement dans le quartier de Bougu, réputé pour être un quartier plutôt malfamé, où la débauche était à son apogée. Au départ un peu craintif de m’y aventurer seul, puisque je n’avais visiblement aucune mauvaise intention et que je n’étais pas du genre à repérer les mauvais plans, je décidais tout de même de pénétrer la foule de personne qui fumaient ou buvait dans les ruelles. Certains dégueulaient déjà leurs excès alors qu’il n’était même pas 22 heures passées. L’ambiance était moins excitante qu’elle n’aurait pu paraître, et tout semblait prendre une ampleur sinistre, voir navrante.

Ne prêtant pas vraiment attention aux regards quelques peu aguicheurs que m’adressaient certaines femmes qui s’apparentaient à des prostitués, je traçais mon chemin, sans vraiment savoir où aller.

L’odeur de tabac, mêlée à d’autres substances illégales me montait déjà à la tête, alors que j’étais encore en plein air. Essayant de masquer au maximum mon état, je m’empressais donc de pousser la porte du premier bar qui croisa mon regard, m’engouffrant finalement dans une sorte de cabane à tentation.

Je toussotais légèrement avant de m’installer, histoire de m’assurer que ma voix serait assez chaude pour ne pas paraître trop enfantine au barman. Néanmoins, avec le recul, je doutais que cela lui tienne réellement à cœur. Après tout, le profit passait avant la loi dans la majorité des cas.

Je m’arrêtais net un instant, balayant du regard les quelques badauds se trouvant dans la salle. L’intérieur était assez étroit, il y avait à peine de quoi tenir à dix dans le bar. Et si les ruelles étaient bondées, l’endroit était étrangement vide. Seuls quelques hommes, plutôt âgés, se noyaient dans leur pinte de bière, plus très fraîches à en juger leur état. Ils devaient avoir passé leur journée à s’en enfiler, si bien qu’ils s’affalaient tous sur le comptoir.

Un peu timide et surtout espérant ne pas me faire accoster par ces drôles de gars, je m’approchais comme si de rien n’était, et m’assis au comptoir, à l’autre bout des vieil ivrognes. Je fis alors un petit geste au barman, qui s’approcha de moi, plantant son regard dans le mien d’une manière presque agressive. Même si au fond, je ne me sentais déjà plus très en forme, je soutenais son regard, puis continuais :

« Il me faut quelque chose de fort et pas cher. »


Il me lança alors un léger regard dédaigneux, comme s’il essayait de jauger quelque chose, puis, dans un léger grognement, me tourna le dos, pour me ramener un verre rempli de Shōchū. J’inclinais légèrement la tête comme pour le remercier, et m’emparais enfin du verre, que je portais à mes lèvres, sans ne plus tarder. Le liquide coulant dans ma gorge vint soudain réchauffer mon cœur, tout en montant à ma tête, ce qui s’apparentait presque à une sorte d’orgasme tant l’envie ayant précédé l’acte était forte.

Après un moment partagé en tête à tête avec ce verre que j’avais déjà à moitié vidé, je marquais de mes doigts le rythme de la vieille musique aux sonorités rock qui passait en fond sonore. Puis, tout en continuant de regarder les ivrognes, je lançais en soupirant, l’air un peu dédaigneux :

« Et si c’était moi dans dix ans… »


Sans vraiment prêter d’attention aux auditeurs potentiels...



__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Montaro Adkins le Ven 25 Mai 2018 - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mar 22 Mai 2018 - 15:21

Lose yourself drinkin'


Je me frottais les yeux après un effort de concentration intense puis je me mis à bailler en m'étirant , je venais de terminé le devoir demandé pour la semaine prochaine . Il n'était pas complexe mais il l'exercice c'était avéré répétitif et long , ce qui m'avais pris beaucoup de temps . Je levais la tête pour observé l'heure sur la grosse horloge que ma grand-mère avait installé dans cette toute petite chambre , elle m'indiquait qu'il était actuellement 20h. Je me posais un dilemme : continuer d'étudier ou prendre un peu de temps pour moi . Vu mon stade de fatigue , le dilemme fut vite conclus . Il fallait que je m'accorde du temps pour respirer et pour visiter les coins que je n'avais pas encore vu à Keimoo car quand je rendais visite à mes grands-parents , à l'époque , je restais cantonné au quartier d'Amani . Il est donc désormais temps que je m'ouvre à de nouveau horizon .

Je me changeais et enfilais un haut blanc avec une écriture en anglais dessus , je gardais mon jean et je mis une paire de Nike assez classique , je passais devant le miroir rapidement et vu l'ombre de ma grand-mère derrière moi , décidément sobo me surprendra toujours . Elle passe sa main dans mes cheveux et me demande où je me rendais ainsi , je lui que je souhaitais prendre l'air et me balader , de plus je n'avais pas de cours le lendemain. Sobo ne protesta point , elle me dit de ne pas rentré trop tard et de faire bien attention et d'éviter le quartier de Bougu. Il est vrais que j'avais entendu des choses négatives sur ce quartier mais la curiosité me pris , après tout pourquoi pas ? J'ai un grand respect pour Sobo mais dans il ne se passera jamais rien d'exceptionnel dans le quartier d'Amani . J'avais fait en long et en large les rues d'Amani , il n'y avait que quelques commerces calmes et des gens très calmes et respectueux et je sentais que ce soir j'avais besoin de quelque chose de différent . Il est vrais que je ne suis pas le genre de personne à trop prendre de risque mais je n'aime pas rester dans ma zone de confort.  

J'attendis que Sobo se rendit dans la cuisine pour prendre ma sacoche avec de l'argent en liquide ,un bouquin de Joyce Carol Oates , un briquet avec quelques cigarettes mentholé piqué à ma grand-mère , des mouchoirs , ma carte pour le bus , des chewing-gums et bien sûr mon portable. Je retourna la voir pour lui faire la bise sur la joue puis je la laissa en lui adressant un sourire . Je me rendis à l'arrêt de bus le plus proche qui se trouvait à dix bonnes minutes de chez moi à pied.  J'en profita pour enfiler mes écouteurs et me couper du monde le temps d'arriver . Une fois dans le bus , assis , j'observais par la fenêtre le paysage qui défile devant mes yeux.

Une fois arrivé à Bougu , je me promenais un peu hasardeusement dans le quartier déjà animé mais de manière assez sombre , les gens riaient de l'alcool à la main et restaient groupé entre eux . Quand j'y pense , je ne connais pas grand monde à Keimoo mis à part ma famille . Peut être que je rencontrerais des gens ce soir , bien que je ne soit peu convaincu par ceci.

A  force de me balader dans les rues , je trouva un bar un peu plus animé que les autres et qui n'avait pas l'air si sordide que ça . J'avais déjà fréquenté ce genre d'établissement à Liverpool mais l'ambiance a Keimoo était très différente , les gens restaient entre eux et il y avait peu de musique.  Bien sûr je n'avais pas l'âge légal pour consommé de l'alcool , mais les règles ont t'elles été écrites pour être suivi ? Je pris la liberté de rentrer et de me poser au comptoir , posant ma sacoche au sol . Est ce que le barman remarquera quelque chose ? Il n'avait pas l'air de remarqué quelque chose , je lui demandais un whisky et pris mon livre de ma sacoche . Je me mis dans ma bulle en buvant , vous vous demandez qui fait vraiment ça ? Qui lis en buvant ? Eh bien vous avez maintenant un exemple , j'étais le genre de personne à avoir du mal à me décoller de mes bouquins même un verre à la main .

Je fini mon premier whisky vers les coups de 21h40 ; je repris un verre sans trop faire attention aux gens autour de moi , j'avais pris assez d'argent pour rester un peu ici . Je me dis que ce verre serait le dernier car il fallait ensuite que je rentre pour Sobo . Je sentais que je me sentais un peu plus enivré que tout à l'heure mais la sensation n'était pas désagréable , la musique dans le bar avait augmenté et les gens sortaient dehors pour fumer ensemble . La population à l'intérieur du bar était assez âgée , alors que les personnes plus jeunes prenaient plutôt le monopole des places dehors. Je fermais mon bouquin en le posant sur la couverture , avalant une gorgée de mon whisky quand j'entendis une voix près de moi

"et si c'était moi dans dix ans..."


Cette voix me sortis de mes pensées , je posais mon verre et tourna la tête vers la voix que j'avais entendu . Un garçon , sûrement un peu plus âgé que moi , se tenait sur le comptoir avec un verre en face de lui , il avait le regard vague mais il attira mon attention . Physiquement , il ne semblait pas différent de toutes ses personnes dehors mais je sentais dans son regard qu'il était différent , une sorte de sensibilité que je ne serais décrire...A moins que l'alcool parle déjà à ma place ? Je décidais de prendre la parole , de façon un peu hasardeuse . Je sentais que les mots étaient un peu confus quand je parlais

" Il ne faut pas dire ça , je suis sûr que vous avez plein d'autres choses à offrir au monde et à vous même"

Purée , il fallait que je me mêle de ce qui ne me regardais pas comme d'habitude. Je me demande si c'était mon côté altruiste qui parlais ou bien ma curiosité . Il fallait que je fasse un commentaire ... Et si il était mal pris ? Je tournais la tête en levant légèrement les yeux et en mordant la lèvre nerveusement , j'aurais mieux fait de me taire. J'interviens toujours au mauvais moment , je pense que si ce garçon est la seul c'est qu'il attendait quelqu'un ou qu'il recherchait la solitude , il ne voulait sûrement pas entendre la réflexion d'une personne inconnu . Je passe ma main dans mes cheveux , essayant de me rattrapé et déclara précipitamment

"Ex...Excusez moi , ce n'était pas poli de ma part de vous dire...ça"

Je ne savais pas si je venais aggravé la situation , si je m'étais ridiculisé ou bien si je m'étais rattrapé . Si je le pouvais , je me cacherais loin, très loin de tout le monde.  J'essayais d'affronté ma sensation de gêne avec maturité et tourna la tête vers la personne , en essayant de ne faire paraitre qu'un sourire cordiale . Je sentais que j'allais plus me ridiculiser qu'autre chose ce soir ... J'avalais précipitamment une gorgée de whisky , fuyant légèrement la situation de gêne.  

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mar 22 Mai 2018 - 17:30

Déjà légèrement ivre étant donné le temps passé sans avoir bu, je commençais déjà à danser avec mon verre, qui ne cessait d’onduler ce liquide si précieux à mes yeux, au rythme de la musique que je battais des doigts, des pieds, du poignet. Bientôt absent, je commençais même à tourner la tête, agitant ainsi mes cheveux auburn sous les lumières tamisés du bar, qui accentuaient certains reflets invisibles en temps réel.

D’un point de vue extérieur, je ne valais certainement pas mieux que ces types que je jugeais à haute voix. J’étais même peut être encore plus pathétique, à valser avec mon interminable solitude.

Néanmoins, vu mon état, tout cela m’importait peu, et pour une fois, je m’amusais bien. Il était triste de se dire que j’avais besoin de tout ça pour le faire, mais puisque pour une fois, j’avais la possibilité financière de pouvoir me faire plaisir, je ne comptais pas me priver.

C’est alors qu’une voix masculine, assez jeune et claire, m’interpella soudainement, répondant à mon petit commentaire. Loin de me reprendre quant au jugement très prématuré et au final injustifié que je venais de faire, cette voix se voulait être rassurante en m’expliquant que j’avais sûrement un futur un peu plus interpellant que le quotidien de ces hommes. D’abord surpris, je tournais la tête vers l’individu dont il était question, qui, depuis le début -ou du moins un instant, quoiqu’il en soit, je ne l’avais pas remarqué-, se trouvait à mes côtés. Mon regard s’arrêta d’abord sur ses cheveux roux, comme les miens, mais peut être encore plus éclatants. Lui non plus ne devait pas passer inaperçu. Peut être était-ce un étranger ? Je ne l’avais jamais vu à l’académie du moins, et vu son apparence, il devait être en âge de s’y rendre. Peut être était-il dans un établissement public dans les environs. Quoiqu’il en soit, mes yeux se figèrent tout comme mon expression faciale lorsqu’ils croisèrent les siens.

Penchant la tête sur le côté droit, je continuais donc de l’observer, instaurant un silence qui pouvait être gênant, mais auquel je n’accordais aucune importance, prit dans le courant de mes pensées.

C’est alors que mes yeux se posèrent sur son verre. Beaucoup disent qu’on reconnait un homme au contenu de son breuvage. À première vue, pour lui, c’était whisky. J’esquissais donc un léger sourire en coin, avant de me raccrocher une nouvelle fois à son regard ambre qui commençait à m’hypnotiser, puis je lui souriais pleinement.

« Oh ! Et bien j’espère que c’est réciproque, parce que jusque-là, le monde ne m’a pas vraiment gâté tu sais… »

Puis je me mis à rire, histoire de balayer ce que je venais de dire, tout en lui ébouriffant les cheveux, de façon certainement trop amicale venant d’un inconnu dans un bar. Décidemment, mes petites habitudes un peu trop affectueuses ne me quittaient pas. De plus, même si nous ne nous étions jamais rencontrés, je le trouvais plutôt touchant, attachant, je ne saurais vraiment décrire l’effet qu’il pouvait me faire à cet instant, toujours est-il qu’il m’intriguait. Et cela ne fit que s’accentuer lorsque je tombais sur son livre.

Je m’en emparais alors, sans demander l’autorisation à son détenteur. Je lisais donc la première chose en lettres grasses qui pouvait apparaître, à savoir, le nom de l’auteur :

« Joyce Carol Oates… »

Puis relevant la tête vers mon nouveau camarade, le regard quelques peu interrogateur, je continuais :

« C’est qui ça ? J’en ai pas vraiment entendu parler… »

Un peu gêné de lui paraître ignorant, mais à la fois intrigué concernant les explications qu’il me donnerait sûrement, je me grattais la nuque, reposant le bouquin sur le bord du comptoir.

Puis, je continuais de scruter l’individu, qui paraissait finalement un peu étrange lui aussi. Après tout, qu’est ce qu’il pouvait bien faire dans un bar seul, avec un bouquin ? Mes sourcils froncés traduisaient les quelques interrogations qui parcourraient mon esprit à cet instant, puis, les tensions faciales se relâchaient. Après tout, j’étais plutôt mal placé pour le juger…


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mar 22 Mai 2018 - 19:38

Lose yourself drinkin'

Malgré mon état de gêne , je sentis que la conversation n'était pas voué à se terminer ainsi . Dû à sa réponse , je sentais qu'il était curieux d'approfondir ma réponse et de parler plus longtemps. Après tout , pourquoi pas ? Ca n'a jamais fait de mal de s'échanger quelques mots . Son regard posé sur moi ne bougeait pas , je sentais que ma gêne partait petit à petit pour laisser un sentiment plus calme , plus doux .

J'avais oublié qu'avant , je lisais le dernier ouvrage de Joyce Carol Oates . Cette écrivaine m'a toujours fasciné et j'arrive à trouver entre ses lignes cette dureté des mots qui vous met le cœur en baume , qui vous met les larmes au yeux et qui vous change votre vision des choses .  Je me suis passionné de ses bouquins dès que j'ai touché la couverture de la première œuvre que j'ai lu de sa part qui se nomme <> , une petite nouvelle renversante et sans aucun sens . Ayant une passion forte pour cette écrivaine , il est certain que la question que me posa cet homme que je ne connais point me mit en exaltation


"C'est qui ça ? J'en ai pas vraiment entendu parler...
- Oh c'est normal , c'est une écrivaine assez discrète . Elle a écrit de nombreux romans avec des personnages un peu sombre avec de nombreux secrets , des personnes au final comme tout le monde mais qui nous dévoile leurs parts d'obscurité à travers les lignes de Oates . C'est ça qui est magique dans son œuvre c'est que...Tout est montré"


Je déballais mon monologue des étoiles dans les yeux , avec une passion vive dans chacune de mes paroles. Dès qu'un sujet me touchais vraiment , je pouvais partir sur des dialogues sans fins . Je savais que cela pouvait être long voir ennuyeux mais j'aimais me sentir vivant à travers ce que j'aime , les études , la lecture , toutes ses choses qui rendent la vie pleine d'intérêt . Je marquais un temps de pause à la fin de mon monologue . Je ne connaissais pas ce garçon ni d'Adam ni d'Eve mais pourtant je le baratine déjà avec mes auteurs favoris , était ce vraiment une bonne chose ? Je me rendis compte de la situation et pris le livre avant de le ranger . Je pouvais parfois paraitre trop passionné , trop dans ma bulle. Peut-être qu'au final je lui aurait fait peur ? A trop être passionné de la sorte , je ne me ferais point de bonne connaissance je pense...


Je fini mon verre d'une traite , assez agacé de moi-même . L'alcool me faisait ressentir tellement de sentiment en même temps que je finissais par me mélanger dans mes propres sentiments . Je posais mon verre plus calmement en posant ma main sur mon front , je me sentais à la fois assez idiot mais d'un autre côté je ne voyais pas ce que j'avais à me reprocher . D'un côté , à Liverpool c'est ce qu'on faisait , de parler de tout et de rien dans le bar du coin sans ce prendre la tête . Certes , je ne l'ai jamais fais au Japon mais après il faut bien tenter de nouvelles choses . Je me tournais totalement vers lui et  lui demandais d'un ton calme et assez doux

"En faite , tu t'appelle comment ? Je m'appelle Aaron "

j'accoudais ma tête avec ma paume de main sur le comptoir tout en le regard

" et puis tu sais ... Enfin je ne viens pas souvent ici mais... C'est quand même sympa de rencontrer de nouvelles personnes. "

Enfin ce que je n'allais pas vraiment dire c'est que , maintenant que je le regardais bien , cet inconnu était drôlement mignon . Je ne sais pas tellement si c'était encore une fois l'alcool qui parlais à ma place . Je reconnais que j'ai tendance à avoir l'alcool très amoureux , je recherche assez le flirt ou je suis plus tactile quand je bois mais habituellement ça se termine à là. Je fais ça un peu par hasard , sûrement en reconnaissance d'amour ou une bêtise de ce genre. Mais là , je sens comme une attraction physique forte . Je me sens assez bizarre à cette pensée et rougit légèrement ... Je sais comment cela c'est terminé quand j'ai eu les même idée .


Ce qui est assez complexe c'est que je n'ai toujours pas fait le point sur ma sexualité , je sais que certains garçons m'attirent mais je ne sais pas vraiment comment m'y prendre ou comment réagir face à mon attirance , je me sens assez perdu voir carrément paumé . Mais maintenant que j'y pense , un bar n'est pas un lieu approprié pour pensé à sa sexualité  . En essayant de faire attraction à cette pensée , je regarde le verre de ce garçon inconnu et lui demande

"Si tu veux , pour le prochain verre je t'invite , pour trinquer à... Ce que tu souhaite"

Je savais que si je reprenais un verre , j'aurais un comportement différent. Je savais que j'allais franchir ma limite et que j'allais avoir un comportement assez déplacer , mais pourtant , je n'arrivais pas à m'arrêter . Dans ma tête , je me le promet pour moi et pour Sobo... C'était le dernier verre.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mar 22 Mai 2018 - 23:05

Suite à ma brève interrogation quant à l’identité du mystérieux écrivain -qui semblait tant passionné mon jeune interlocuteur qu’il se voyait dans l’impossibilité de résister à l’emmener en soirée- ce dernier se mit à m’en parler, avec un entrain qu’il avait bien dissimuler jusqu’à présent. Je l’écoutais attentivement, hochant la tête à plusieurs reprises et veillant à toujours m’accrocher à son regard qui semblait pétiller sans relâche. Cela me faisait toujours plaisir d’échanger avec des personnes passionnées, et si cela pouvait en plus me forger une certaine culture générale, je n’étais pas vraiment contre. Je l’écoutais donc communiquer son intérêt pour l’écrit qu’il me donnait à présent envie de dévorer aussi.

« Oh wouah ! Ça a l’air génial, effectivement ! J’adore cet effet presque voyeuriste dans lequel certaines œuvres tentent de nous plonger, cette sorte de théâtre ouvert, c’est vraiment excitant. »


Un sourire sincère s’installait sur mon visage alors que je lui parlais, et même si je n’avais absolument pas lu le livre dont nous étions en train de discuter, j’arrivais tout de même à capter ce qui semblait animer le garçon derrière, et qui attisait davantage encore ma curiosité.

« Je sais que c’est un peu vieux mais les monogataris, les romans de cour de l’époque Heian montrent aussi toute la société codifiée et les envers du décor de cette époque souvent cristallisée… Après j’avoue que si ça n’avait pas été pour les cours, je me serais pas forcémment pencher dessus, mais je suis plutôt content de l’avoir fait. »


En effet, la littérature ne me passionnant pas particulièrement, je n’avais pas cette sorte d’intérêt personnel que mon camarade semblait avoir bien développer, celui d’aller chiner des petits livres inconnus. Bien évidemment, cela m’était déjà arrivé, notamment en fouillant dans la grande bibliothèque municipale lors d’après-midis ennuyeux à la campagne. Cependant je n’étais pas non plus un mordu dans le domaine, bien que j’éprouvais une certaine facilité à apprécier un peu toutes sortes d’œuvres, aussi différentes soient-elles.

Quoiqu’il en soit, semblant vouloir achever cette discussion, le jeune étranger s’empara du roman dont il était question, afin de le ranger. Je détournais un instant le regard, rougissant légèrement. Il n’avait peut être pas apprécié mon opinion, ou peut être était-il ennuyé que je l’aborde de cette façon sur ses occupations. Néanmoins cela semblait quelque peu contradictoire avec l’attitude qu’il avait eu quelques instants plus tôt, où il m’avait semblait totalement absorbé par ses paroles.

C’est alors qu’il se mit finalement à se présenter, sorte de transition concernant le petit échange précédent. Plutôt heureux qu’il continue de me parler, j’inclinais légèrement la tête, et répondais, toujours souriant :

« Enchanté Aaron-san ! Moi c’est Adkins Montaro… »


Puis, après une légère pause, je reprenais :

« Euh… Mais appelles moi Montaro. J’imagines que tu es étranger ? Aaron c’est ton nom ou ton prénom ? »

Puis recroisant son regard à nouveau, son expression faciale semblait quelques peu différente. Son visage était beaucoup plus doux que tantôt, où il semblait très animé. Et le regard qu’il m’adressait était presque… enjôleur ?

Désireux de ne pas mal interpréter son attitude, je me laissais tout de même bercé par l’aura qu’il dégageait. Je finissais mon verre d’une traite, haussant légèrement un sourcil tout en lui souriant. Après tout, j’étais là pour profiter de ma soirée, il fallait que je cesse de constamment me questionner.
C’est alors que ce dernier se mit à se proposer de m’offrir mon prochain verre. Tout d’abord touché par la proposition, j’haussais les sourcils, afin de traduire ma surprise. Puis, tout en lui souriant, je lui touchais l’épaule, plutôt amicalement.

« Oh… C’est super gentil ! Ce sera avec plaisir! »

Même si nous ne nous connaissions pas, il savait comment m’attendrir. De l’alcool gratuit, il n’y avait rien de plus efficace pour gagner ma gratitude. Bien loin d’être méfiant, je rapprochais ma chaise de la sienne, histoire de continuer à converser, alors que j’avais adressé un signe au serveur pour qu’il me resserve.

Je levais donc mon verre en direction de celui qui me l’avait offert, faisant une allusion à la phrase qu’il m’avait plus tôt adressée, comme quoi il me restait encore beaucoup de choses à vivre avant de finir ivre comme les hommes meublant l’espace opposé :

« Kanpai! À de nouvelles expériences! »


Puis je rapportais le récipient à mes lèvres, noyant l’énième sourire que je venais de lui accorder. Une fois la gorgée absorbée, un léger frisson me fit sursauter. Je me mis donc à rire, l’autodérision étant un peu le seul moyen que je trouvais pour ne pas me sentir trop ridiculiser la plupart du temps.

« Et que dirais-tu d’un échange? Je veux bien t’accorder une danse. »

Un petit clin d’œil accompagnait ma proposition, avant que je ne me mette à rougir, me sentant légèrement moite suite à la chaleur qui succéda mon action. Qu’est ce qui me prenait d’inviter un mec à danser? Et accompagné d’un clin d’œil comme ça, ça faisait vraiment ambigu. Si c’était une fille encore, ça aurait pu passer… À moins que?


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mer 23 Mai 2018 - 13:57

Lose yourself drinkin'


Une fois cette discussion lancé , je sentais que mon interlocuteur était plus à l'aise. Je me sentais aussi plus à l'aise , je semblais oublié que notre début de discussion avait été ponctué par des moments de gêne. Il c'était présenté de manière plutôt amicale , je supposais qu'à son prénom il était japonais de naissance. Il est vrais que mon prénom dévoilais rapidement que j'étais étranger malgré que je parlais japonais presque sans aucun accent . Sans ce mentir , l'alcool jouait un peu sur la prononciation de quelques mots que je pouvais dire oralement plus avec l'accent anglais mais j'avais tellement été habitué à parler japonais qu'il n'y avait presque aucune faute dans mon dialecte .


" Euh… Mais appelles moi Montaro. J’imagines que tu es étranger ? Aaron c’est ton nom ou ton prénom ?

- Aaron c'est mon prénom , je m'appelle Aaron Evans . Je viens d'Angleterre , de Liverpool. "


Suite a ma proposition précédemment faite , le garçon avait qui je faisais connaissance monta son verre pour être resservi , je fis de même . Nous trinquons apparemment...A de nouvelles expériences ? Je leva un sourcil à cette phrase , avec un sourire audacieux . Je me demandais si cette phrase était un sous entendu ou une simple exclamation de joie. Mystère. J'apportais le verre à mon verre en le fixant puis avala le liquide de mon verre en plissant les yeux . Je sentais que j'avais dépassé ma limite raisonnable d'alcool , malgré que je connaissais ma limite je ne l'a suivait pas vraiment parfois... Mais cela ne m'était jamais encore arrivé à Japon. Par précaution et sûrement parce que je suis un petit-fils attentionné , j'envoyais rapidement un message a Sobo pour lui dire que je rentrerais plus tardivement et qu'elle pouvait aller dormir. Mon message était remplis de message mais assez compréhensible. Au même moment que je posais mon portable je vis mon interlocuteur rigoler , il avait les yeux qui brillait légèrement avec l'alcool mais son rire résonnait comme une once de joie dans ce bar terne . Il était comme une lumière vive dans un lieu morose . Malgré tout je sentais que dans son regard il y avait une sorte d’ambiguïté , que notre discussion ne s'aboutirais pas ainsi. Ses paroles me le confirmait


" Et que dirais-tu d’un échange? Je veux bien t’accorder une danse."


Je fus tout d'abord assez étonné de sa question . J'eu un moment de doute , de raisonnement. Je savais que danser en soit n'avait rien de méchant mais je savais pas comment les gens autour de nous réagirons , je tournais furtivement les yeux discrètement pour voir si le groupe d'homme âgé était toujours présent et , à ma grande satisfaction , il était parti. Cela me rassurait , je connaissais déjà les vieilles mentalité de Liverpool alors je n'osais imaginé ici... Je pris rapidement une gorgé d'alcool et lui prit la main en me levant. En y pensant , la seule hésitation que j'avais eu était par rapport au regard des gens , mais l'alcool me permettais d'être plus sûr de moi . Normalement j'aurais fui la situation , de plus je ne suis pas  un danseur d'exception mais dans la situation actuellement je trouvais cela plutôt... Attirant.


En fond , une musique de David Bowie résonnait dans le bar , un de ses titres les plus connus , << heroes >>. Je ne savais pas trop comment danser avec lui au début mais une fois arrivé sur la piste de danse dans un coin du bar , je gardais sa main dans ma main et mis mon autre main sur sa hanche . J'eu un moment de gêne en me disant que cela ne se faisait plus avec des filles alors avec un garçon... Mais après tout , c'est lui qui m'avait proposer de danser et la musique ne se prêtait qu'à ce type de danse. J'essayais d'entamer une danse assez calme mais sachant que je ne dansais pas vraiment comme un pro , je rigolais légèrement .


"Désoler , je ne suis pas un bon danseur...J'aurais essayé au moins"


Je lâcha l'emprise que j'avais sur sa main et passa ma main dans ses cheveux auburn . Ses cheveux étaient remplit de divers reflet avec la lumière tamiser du bar et les lumières de diverses couleurs qui se refletait sur ses cheveux . Peut-être que mon geste serait vu comme déplacer mais l'alcool me dictais d'être affectif , chose que j'évitais d'être sans l'alcool. J'avais tendance à fuir le contacte physique avec les gens mis à part ma famille car je ne me sentais pas à l'aise dans ce genre de situation mais ici , je sentais qu'aucun jugement ne serais émis , que j'étais libre de ne pas tout gardé sur moi et que je pouvais me montrer plus proche. La chanson de fond changeait ; << Africa >> de Toto passait et j'esquivais sourire. Un bar presque vide , des vieilles musiques ,  des lumières de toutes les couleurs... On se serait dit littéralement dans un autre endroit , à une autre époque.  Peut-être dans un bal des années 80. Mais en tout cas, pas en 2018 dans un bar miteux .


Je le tenais plus fort au niveau de la hanche et mis mon deuxième bras autour de ses épaules , posant ma tête près de sa nuque. Je ne réfléchissais plus vraiment à mes actes... Il était tard , je n'avais envie de suivre que mes envies et pas ma raison. Il était trop tard pour se poser trop de question , pour trop réfléchir. Je soupirais dans le coin de son cou , fermant les yeux et serrant mon étreinte . J'étais concentré sur la musique et sur lui. Plus grand chose n'avait d'importance , peu importe pour mon portable que j'avais laissé seul sur le comptoir , peu importe pour ma sacoche que j'avais laisser à l'abandon par terre avec tout ce que j'avais , peu importe pour l'heure qu'il était , peu importe pour le chemin du retour... Peu importe pour tout ça . Je voulais juste profité du moment présent sans penser à tout ce qui m'entour. Je vivais toujours avec trop de pression , la pression de réussir mes études , la pression d'être bon dans tout les domaines , la pression d'être quelqu'un de respectueux , de vertueux , de souriant. Je voulais juste relâcher cette pression le temps d'une soirée , avec cet inconnu au regard si doux , au sourire si attendrissant . L'alcool m'a amener dans ses bras alors autant y rester .

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mer 23 Mai 2018 - 19:56

Décidément, le sourire ne quittait plus mon visage, et alors que je venais de me présenter, je l’écoutais m’expliquer qu’il était anglais, de Liverpool. J’haussais les sourcils quand mon camarade se mit à expliquer tout ça. À présent, des tas de questionnements se bousculaient dans ma tête. Moi qui n’avais jamais eu la chance de voyager, j’étais très curieux des coutumes et de la vie qui pouvait se dérouler à l’autre bout du monde. Je m’empressais donc de lui faire part de mes pensées :

« Oh ! C’est génial ! Et qu’est ce que tu fais à Keimoo ? »

Puis, après une gorgée, je continuais :

« Mon père est anglais. Mais ça parait pas trop. Il en parles jamais, et puis il nous a toujours parlé japonais. Moi non plus je suis pas de Keimoo-même, mais je suis profondément japonais, même si tu vois bien que sur le plan physique, je te ressemble un peu. Je viens de la campagne, je suis boursier. »

Puis je lui jetais un regard un peu plus insistant que les précédents, qui continuait ma phrase en quelques sortes, qui le laissait m’approcher plus intimement : je m’ouvrais, tout simplement.

Et c’est sur les premières notes de la célèbre chanson de David Bowie que je l’invitais avec une audace qui m’était étrangère, à partager une danse avec moi. La main que je lui tendais se mit à trembler légèrement, perdant toute confiance en moi une fois ces quelques paroles énoncées. Je n’osais même pas le regarder dans les yeux, détournant la tête assez rapidement, comme si je voulais fuir la situation, et cette drôle d’envie momentanée.

Mais c’est alors qu’à ma grande surprise, il accepta, suite à une dernière gorgée. Alors qu’il s’agrippait à ma main moite, je me levais, finissant mon verre à mon tour, me laissant entraîner par ce nouveau partenaire qui me surprenait. En effet, ce dernier se mit à poser son autre main sur ma hanche, de la même façon qu’on pourrait le faire avec une fille. Je ne me dégageais pas pour autant, me prenant au jeu, je me rapprochais de lui, et en fit de même. Un léger rire un peu gêné accompagnait mon geste.

À bien réfléchir, je crois que je n’avais jamais dansé avec un garçon, du moins, pas de cette façon, et encore moins avec un inconnu. Pour le deuxième point de toute façon, c’était un peu plus compliqué puisque, là d’où je viens, tout le monde se connait. De plus, lors des fêtes de villages, si ce genre de morceaux dits pour « slows » passaient, je me retrouvais généralement plus près de la buvette que de la piste dansante. Néanmoins, j’appréciais drôlement cet instant de douceur que je partageais avec ce mystérieux Aaron.

Ce dernier, brisant le silence, plaisanta sur ses talents de danseurs. Je riais alors, en murmurant à mon tour :

« Et bien je t’avoue que j’ai jamais vraiment essayé ce genre de danses. Mais tu trouves pas que j’ai un petit talent caché ? »


Je lui adressais alors un léger clin d’œil, continuant de ricaner, puisque de toutes évidences je n’étais pas sérieux. Je manquais de lui marcher sur les pieds une fois sur deux, mais je tentais tout de même de suivre son rythme, qu’il dirigeait avec une certaine grâce à mes yeux.

Et alors que je continuais de le tenir, il se mit à lâcher ma main, qu’il dirigea vers ma nuque, caressant mes cheveux. Un léger frisson parcouru mon échine, et, me retrouvant perdu quant à ma main qui m’encombrait désormais, instinctivement, je me mis à la poser sur le dos de mon camarade, le tirant vers moi encore davantage, histoire de coller mon torse à sa joue, puisqu’il était manifestement plus petit que moi.

Mon cœur se mit à battre un peu plus rapidement, et malgré le volume de la musique qui avait considérablement augmenter, je craignais qu’il se mette à l’entendre. Je fermais donc les yeux, histoire de me rassurer, de me laisser simplement porter par cette étreinte si tendre, alors que le fond sonore changeait. La musique, toujours une vieille musique anglophone, annonçait un peu plus d’entrain à cette danse plutôt lente.

Au début légèrement rigide, alors qu’il vautrait son visage dans mon cou, le chatouillant de ses cheveux, je me détendais peu à peu, relâchant légèrement les tensions dans mon cou, reposant ma tête contre le haut de la sienne.

Un léger plaisir coupable m’envahie alors. Mon cœur à tendance artichaut avait une telle facilité à s’emporter que s’il l’avait voulu, il aurait pu m’embrasser. Mais c’est quand mon regard croisa celui du Barman, toujours aussi désagréable, que je relevais la tête doucement, honteux, ne sachant plus où me mettre.

Ce n’était pas parce que j’étais arrivé en ville que les mœurs s’étaient forcément adoucit. La population LGBT étant réellement tabou, surtout en campagne. Je ne m’étais jamais vraiment autoriser ce genre de situation, que je mourrais pourtant d’envie de réaliser par moments.

Je profitais donc du nouveau morceau qui passait, et que je connaissais plutôt bien vu que mon père passait la cassette en boucle lors de mon enfance : Nena, 99 Luftballons, afin de briser le cocon dans lequel nous venions de nous enfermer. Je faisais donc pivoter mon partenaire, l’éloignant de moi pour le rapprocher vraiment très près, et ce à plusieurs reprises. Le sourire illuminant mon visage à nouveau, je finissais la chanson conservant le jeune Aaron à quelques centimètres de mon visage, de quoi faire monter la tension.

« Décidemment cette danse est un peu plus longue que prévu. Ça donne soif… »

Le visage tout écarlate, de par la chaleur, et de par toutes les sensations qui parcourraient mon corps et mon âme, je continuais de m’accrocher à son regard, lequel pouvait presque annoncer mon naufrage.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Mer 23 Mai 2018 - 22:32

Lose yourself drinkin'


Je sentais que Montaro était sensible à notre échange durant notre danse. Je sentais que son rythme cardiaque allait plus vite que la musique , notre échange l'a sûrement troublé . Malgré tout , je le sentais par moment plus sûr de lui. Je sentis , durant notre danse , que quelque chose le dérangeait . En suivant son regard je devinais assez facilement que le barman était en cause. J'avais concentré mon inquiétude sur les vieux alcooliques qui étaient parti mais , au final , je m'étais trompé . C'était du barman que j'aurais du me méfier . Même le dos tourné , je sentais son regard peser sur nous . Cela m'agaçais légèrement , mais même si je maugréais mentalement je ne disais rien sur cette situation. De plus , je savais que je n'étais pas dans le quartier le plus facile de Keimoo et que , forcement , les gens auraient un regard plein de jugement sur ma personne et sur mes actes envers autrui. J'en étais conscient et pourtant , je ne voulais pas tellement en prendre compte . J'ignorais le regard que nous lançait le barman mais je voyais que mon compagnon de danse ne savait plus vraiment où ce mettre et profita du fait que je tourne la tête pour me faire pivoter sur moi même . Il me rapprochait de lui une dernière fois de lui mais je sentais que notre bulle était brisé par le regard noir que nous lançait le barman .


Malgré ce contexte un peu agaçant , je sentais une forte ambiguïté entre Montaro et moi. A la fin du dernier morceau sur lequel nous avons dansé , nos visages n'étaient qu'à quelques centimètres . Son visage était pris de plaque de rougeur et ses yeux me dévoilaient qu'il était hésitant , mais il y avait cette lueur douce dans ses pupilles qui m'assurait dans mes attentions. Il me déclarait


" Décidément cette danse est un peu plus longue que prévu. Ça donne soif…"



Je rigolais doucement à sa phrase tout en soutenant son regard , puis lui répondit avec un sourire aguicheur


" C'est vrais , personnellement j'ai  chaud... Ce bar me fait suffoquer "



Sans vraiment lui demander son avis mais en regardant si j'avais son accord dans ses yeux , je lui pris sa main pour le guider dans le bar. Je pris mon portable que je glissais dans ma poche arrière et je pris ma sacoche que j'avais oublié près d'un tabouret . En remontant mon regard , je croisais mon regard avec celui du barman qui me regardait toujours de manière assez négative . Je soupirais en fronçant les sourcils , je savais que mes sentiments étaient rapidement disproportionnés avec l'alcool alors je préférais m'éloigner de ce barman qui m'agaçait réellement. Les gens étaient beaucoup plus intolérant ici qu'en Angleterre au niveau de certaines choses et cela me m'étais vraiment en rogne , c'était bien une des seules choses que je reprochais au Japon.


Je gardais sa main dans la mienne en la serrant un peu plus fort , comme si j'avais peur que notre rencontre ce finisse que maintenant . Une fois sortie du bar , je me plaçait contre le mur  un peu plus loin de l'entrée mais en restant assez près du point de lumière du bar. Je sortis le paquet de mentholé que j'avais piqué à Sobo et m'allumais une clope avec mon briquet préféré qui représentait un astronaute gribouiller sur un fond violet , je l'avais gardé de l'Angleterre , c'était comme une sorte de petit souvenir.  Je lui tendais le paquet de clope ne sachant pas si il fumait ou non. Une fois que son choix fut fait , je rangeais mon paquet et , tout en gardant mon regard appuyé sur lui , je repris la parole


"C'est vrais que tu as vaguement quelques traits occidentaux , surtout tes cheveux. Mais je trouve que le mélange est plutôt ... Attractive"



J'avais prononcé le dernier mot en anglais en tirant une latte , mon regard toujours joueur . Je finissais par prendre goût à cette ambiguïté entre nous deux . Je me sentais amusé par cela mais aussi attiré . Gardant ma cigarette à la bouche , je barbouillais quelques mots


" Je suis à Keimoo car j'ai rejoint ma famille ici et pour mes études . Et puis je suis toujours venu ici , j'aime beaucoup le Japon mais bon je ne vais pas t'ennuyer avec ça. Mais tu risque de me recroiser en ville"


Je ne savais pas si j'avais dis la dernière phrase comme une prévention ou plus comme un sous-entendu pour lui signifié que ça ne serais pas la première fois et la dernière fois que nous nous verrons. J'écrasais ma cigarette en profitant de l'air frais , malgré tout je sentais que j'avais toujours chaud dû à notre distance. Je savais qu'il y avait encore quelques personnes dehors mais les chaises se vidaient et l'air frais me vidais la tête.


J'étais là , a le regarder mes yeux encore brillant par l'alcool et par l'ambiance alentour. Malgré que j'avais un peu sué , je sentais encore l'eau de Cologne à la lavande que j'empruntais souvent dans la salle de bain. Je n'aimais pas les parfums masculins que l'on trouvait dans le commerce et j'aimais les odeurs naturelles , douces.  Sans peu d'hésitation je me rapprochais de lui , mais cette fois je lui laissait avoir la main. Je passa juste ma main sur sa joue en observant ses yeux et lui déclarait d'une voix suave


"On dirait que tu as milliard d'étoiles dans les yeux...Tu as un aura magnifique, tes yeux me font penser à l'infini . C'est si rare d'avoir un aura de la sorte..."


Je ne savais pas si ce que disais avait un quelconque sens. Je voulais juste partager mon envie avec lui , plus je le regardais plus ses yeux , plus je me sentais enivré. Je me mordais légèrement la lèvre tout en le regardant , les joues rougis par l'ambiance entre nous deux. Maintenant je lui laissais le choix de la situation... Et je trouvais ça amusant , de laisser le destin faire et choisir ce qu'il devait ce passer.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Jeu 24 Mai 2018 - 17:04

Les connexions sont une chose que j’ai toujours trouvé fascinantes et que je me suis toujours plu à essayer d’expliquer, sans ne jamais pouvoir réellement parvenir à les prédire, et quelques fois, éprouvant beaucoup de difficultés à les comprendre. Néanmoins, il en était certaines qui parvenaient à faire en sorte que les mots s’avèrent inutiles. Disons qu’en un regard tout se décrypte.

C’est ce qu’Aaron semblait avoir réussi à faire quand il dirigea son regard vers le barman, qui me rendait mal à l’aise. Je lui adressais un timide sourire, comme pour m’excuser de ne pas réussir à dépasser tous les préjugés et codes qu’on m’avait imposés depuis mon enfance, de ne pas réussir à m’amuser et à profiter pleinement comme il semblait y parvenir. Il y avait une sorte d’innocence et d’assurance chez ce garçon qui le rendait irrésistible.

Suite à ma légère intervention visant à balayer ma gêne, Aaron se mit à l’accentuer davantage, m’adressant un sourire plutôt séducteur, énonçant qu’il mourrait de chaleur. Je le regardais toujours en souriant, haussant un sourcil un peu intrigué par l’ambiguïté de sa phrase. C’est alors que je me laissais entrainer par ce partenaire qui semblait déterminé à continuer la soirée ailleurs. Alors que sa main serrait la mienne, qui était plutôt lâche à la base, je retournais ce geste, et pressais cette main délicate. Sa peau était douce, tandis que la mienne était moite. Mais tout cela n’avait pas vraiment d’importance au final, je sentais qu’une connexion nous unissait, le genre à débarrasser les petites gênes dans le style.

Une fois dehors, je prenais une bouffée d’air frais, bien qu’il soit légèrement aromatisé d’odeurs nuisibles, tel que le tabac, l’alcool pas très frais…  Même cette plante verte tant convoité sillonnait les ruelles sombres.

Je n’avais absolument aucune idée de l’heure qu’il pouvait être et il m’était impossible de le deviner en me fiant au ciel, totalement noircit, dans lequel étaient éparpillés quelques étoiles autour d’une lune plus que lumineuse. Évidemment, nous n’étions encore qu’au printemps, le Tsukimi attendrait donc encore un petit moment.

Adossé contre un mur, il continuait la discussion que j’avais entamé plus tôt, tout en m’offrant une cigarette mentholée. Je n’étais pas vraiment fumeur, il m’arrivait seulement de tirer une ou deux lattes en soirée. Cependant, alors qu’il me tendait le paquet, j’acceptais, lui adressant un sourire, sans que ma raison ne puisse capter ce qui me poussait à le faire. Peut être le trouvais-je tellement attirant que je me voyais incapable de lui refuser quoique ce soit. Quoiqu’il en soit, je portais ma cigarette à mes lèvres, approchant mon visage du sien pour qu’il me l’allume.

Manquant de m’étouffer après la première bouffée, je l’écoutais me trouver « attractive », avec un accent British plus que charmant. Je riais donc légèrement, suite à cette sorte de compliment. Puis, il continua de m’expliquer qu’il avait de la famille ici et qu’il y venait poursuivre ses études. J’étais à nouveau intrigué, prêt à l’assaillir de question, cependant, il souligna le fait que l’on se recroiserait sûrement. Un léger silence s’instaura alors, et mon expression faciale s’assombrit légèrement. À cet instant, quelques questionnements firent surface : il me plaisait et par conséquent, je ne pouvais pas me permettre de faire n’importe quoi ce soir, au risque de le regretter si jamais je le recroisais. D’un autre côté, le recroiser serait l’occasion d’apprendre à le connaître davantage, et de peut être construire un lien un peu plus durable qu’une rencontre dans un bar. De toutes évidences, toutes ces questions n’avaient pas vraiment l’air de trotter dans la tête de mon cher camarade, qui s’approchait à nouveau de moi sans aucune gêne, caressant ma joue qui se mit à rougir instantanément.

C’est alors qu’il commença une sorte de monologue quelques peu poétique concernant mon regard et mon aura. Je l’écoutais déverser ses paroles, plongeant dans son regard hypnotisant qui malgré l’accélération cardiaque soudaine, m’apaisait suffisamment.

Puis, alors que je cherchais quoi répondre, j’entrouvrais mes lèvres, sans qu’aucun son ne s’émette. Décidemment, il me faisait perdre mes moyens. Je m’approchais donc de son visage, parce que c’était sans doute ce qu’il attendait, c’était ce dont j’avais profondément envie, et j’y blottissais mon nez dans le creux du sien, avant de frôler ses lèvres des miennes, pour l’embrasser enfin.

Les passants dans la rue, bien que plus nombreux que dans le bar, ne semblaient pas s’arrêter sur nous, et je ne sentais aucun regard gênant brûler mes vêtements. En fait, ils étaient sans doute bien trop amochés pour s’apercevoir du tendre échange langoureux que je partageais avec le jeune étranger.

Une fois le baiser touchant à sa fin, je relâchais doucement sa nuque que je n’avais cessé de parcourir, puis j’ouvrais les yeux à nouveau, recroisant les siens. Je m’écartais lentement de son corps, un léger sourire coupable au coin de mes lèvres. Je ne savais pas si j’étais censé être fier, si je devais avoir honte. Si c’était bien. J’avais aimé ça, moi, et ça devait être le deuxième baiser que je partageais avec un garçon, si on pouvait considérer celui avec Daiki comme en étant un.

Je me grattais la nuque, baissant la tête, le regard rivé sur le sol. Puis, la voix tremblante, je reprenais :

« E-excuses moi… »

Parce que c’était ce qui me semblait être la seule chose à faire, quand bien même je ne regrettais rien.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Jeu 24 Mai 2018 - 19:34

Lose yourself drinkin'



J'avais laissé le destin décider. Je voyais son regard hésitant , mais il y avait cette lueur dans ses yeux qui m'indiquait que c'était le moment, qu'il allait le faire. Il se rapprochait de moi jusqu'à frôler mes lèvres , je pouvais sentir son haleine d'où sortais des relents d'envie et d'alcool. Avec peu d'hésitation , il m'embrassait et prit dans cette empressement soudain , je le sentais se libérer au contacte de mes lèvres. Même si ce contacte fut doux au premier abord , il nous paraissait , pour nous deux , sensuelle et passionné . Une fois notre baisé achevé , il s'éloignait de moi . Je n'arrivais pas tellement bien à décrypter ses émotions sur son visage mais les mots qu'il prononça me laissa entendre qu'il fut gêner


"  E-excuses moi… "


A sa phrase , je me grattais le crâne en tournant la tête , baissant les yeux. J'essayais de faire le point sur la situation : il était sûrement plus de minuit , peut-être plus vers une heure du matin. J'avais rencontré un inconnu dans un bar , au début tout c'était plutôt bien déroulé mais , abusant de l'alcool , je me suis mis dans l'idée de le flirté . Sauf que , ce genre de chose , j'évitais déjà de le faire à Liverpool car souvent , ça se terminait mal. De plus , je me suis mis en tête de boire plus que ma propre limite. Je savais comment je me comportais quand je buvais , quel approche je pouvais avoir avec les gens autour de moi . Je savais que j'avais l'alcool amoureux , que je montrais plus mes émotions une fois saoul , que je ne contrôlais plus forcément la situation . Je savais très bien ce que je ce que faisais , que je risquais de blesser un inconnu , que j'allais faire n'importe quoi. Je me sentais à la fois honteux . Même si j'avais aimé le moment , je m'étais donné à un inconnu , ce n'étais pas mon genre , ce n'étais pas moi. Je gardais les yeux baissé , les yeux se remplissant de larme . Je savais que j'étais plus sensible à tout dans cet état , j'avala mes larmes de honte et releva ma tête en affichant un léger sourire


" N...Non , ne t'excuse pas. C'est moi ... Depuis le début , c'est moi qui ai eu une attitude déplacé , je... Désolé "


Je soupirais , j'étais mal à l'aise . J'avais fait n'importe quoi. Même si je trouvais effectivement Montaro mignon , j'avais eu une attitude qui laissais bien à désirer , je lui avais forcé la main à rentré dans mon jeu. Je tournais les yeux , réfléchissant à la situation.  Qu'est ce que j'allais faire maintenant ? Je supposais que si il c'était excusé , c'est que la situation le gênait ou le dérangeait. Je croisais les bras , en évidence je ne savais pas comment gérer la situation actuelle.  Je lui demandais d'un ton hésitant


" Ecoute ... Si j'ai eu un comportement trop déplacé , je peux partir si tu préfère . Je n'ai pas envie de te blesser ou à te forcer à quelque chose..."


Je marquais une pause pour le regarder dans les yeux en prenant un ton plus sérieux


"Je n'ai pas l'habitude de me comporter comme ça . Je ne vais pas te mentir , tu me plait mais.. Je ne te connais pas plus que ça , j'ai dû te gêner "


Pourquoi , d'un coup , j'avais une perte de confiance total? Je crois que le simple fais qu'il s'excuse m'avait fait changer de comportement à son égard. Je pensais que personne ne s'excuse dans ce genre de situation... Enfin il me semble. Ce garçon était si mystérieux et différent des autres personnes que j'avais pu rencontré auparavant que j'avais du mal à comprendre toutes ses attitudes ou ses attentes. Pourtant je sentais que tout était si simple entre nous ,  que je n'avais pas besoin de me poser de question. A trop me poser de question ,  je m'étais emmêler dans mes mots et je craignais de l'avoir blessé ou simplement forcé dans mon jeu de séduction du , en grande partie , à l'alcool.


D'un coup , j'eu un moment de pur lucidité et je me posa la question de l'heure qu'il était car je voyais que la rue se vidait de plus en plus et que le barman était prêt à partir. Je regarda mon portable un rapide instant et vu qu'il était déjà une heure du matin. J'eu un moment de panique en pensant qu'il n'y avait plus de transport à cette heure-ci et j'eu un rire gêné en rangeant mon portable. C'était vraiment une bonne idée de sortir sur un coup de tête dans un quartier que je ne connaissais pas , qui était assez loin de là où j'habitais , tout ça pour aller au bar et boire des verres. Il me restait deux options : faire tout à pied , mais j'en aurais pour un certain temps ou bien trouver une solution B . Au final , ça ne me laissait pas tant d'option que ça. Je n'avais même pas pris en compte que les transports s'arrêtaient à minuit . Je déclarais d'une voix peu assuré


"Je crois que le bar est en train de fermer , je n'avais même pas vu l'heure. Tu habite loin ?"


Qu'est ce qui m'avait pris de demander ça ? Il était sûrement plus vieux que moi , je pense qu'il savait comment rentrer chez lui. De plus , je l'avais déjà gêner vu qu'il c'était excuser , je n'allais pas en rajouter une couche. Je me précipita de rajouter quelques mots à ma phrase


"Enfin c'était au cas où tu habitait loin et que tu ne te sentait pas rassuré , enfin je connais pas trop ce quartier mais il me parait pas être un bon endroit durant la nuit. Personnellement , j'habite à Amani et je ne sais même pas quel route emprunter... Mais ma bonne étoile va me guider. "



Je lui lança un regard doux en souriant , avec plus d'assurance . J'ai toujours cru en ma bonne étoile . Je savais qu'elle était quelque part , je ne savais pas où mais elle me guidait dans mes choix et si elle m'avait amené là ce soir , c'était certainement pour une raison. Je le découvrirais peut-être plus tard , mais je me laissais souvent guidé par cette bonne étoile. Je repris une dernière fois la parole , cette fois avec un doux plus calme mais avec ce sourire que je n'offrais qu'au personne que j'appréciait vraiment


" J'ai vraiment passé une agréable soirée avec toi . J'espère vraiment te revoir ."



Cette phrase lui laissait amplement le choix de décider si il voulait me revoir ou non . J'avais peur de forcer la main au gens , surtout à quelqu'un qui me plaisait. Je sentais que Montaro me plaisait vraiment que ce soit physiquement ou mentalement , j'avais su percevoir cette douceur chez lui , cette sensibilité , mais je savais que j'avais plus à découvrir de lui. Je le sentais , qu'il avait beaucoup de chose à m'apporter , à me faire découvrir . Des choses qui me dépasse encore et que je comprend pas encore.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Ven 25 Mai 2018 - 3:09

Déboussolé. C’était exactement ce que je ressentais à l’instant où mes lèvres quittèrent celles d’Aaron. J’aurais voulu que cet instant dure toujours, il était tellement parfait, tellement doux et semblait si lointain qu’une fois ce dernier achevé, la réalité reprit son cours, et la honte et la gêne vinrent stagner dans mon cerveau. J’étais incapable de profiter de cet échange plus longtemps sans faire une sorte de pétage de plomb entre ce que mon cerveau profondément japonais m’indiquait, et ce que mon cœur, aux envies plutôt audacieuses me guidait.

Quand je décidais enfin de regarder mon camarade, que j’avais certainement dû remuer avec ce baiser, c’est son regard se noyant dans des larmes qui ne coulaient pas qui vint me serrer le cœur. Je ne savais pas du tout quoi penser, et je commençais franchement à paniquer. J’étais sûrement la cause de son chagrin. Peut être que je l’avais en quelques sortes outragé, à l’embrasser comme ça, en pleine rue. J’étais monstrueux d’avoir poser ce geste sans avoir demandé son accord. Cependant, ce n’est pas le genre de choses qu’on demande en général, du moins, dans les films, les choses se passent autrement.

Quoiqu’il en soit, j’avais merdé. Et je n’osais même pas l’approcher pour essayer de le réconforter, de m’excuser, je ne savais juste plus comment réagir. Je ne sais même pas si j’ai un jour vraiment su comment faire, puisque de toutes évidences, je fais toujours tout de travers.

« A-Aaron… »

Voilà que les larmes montaient en moi également. Je continuais de le regarder, la lèvre légèrement tremblante, craignant ce qu’il s’apprêtait à me dire, puisque je m’étais manifestement déjà attaché à cet être, que je ne connaissais pas vraiment. Comme quoi ce n’est pas toujours nécessaire pour faire naître des sentiments.

Et c’est alors qu’il se mit à s’excuser à son tour. Ça y est. On approchait un dialogue de type normal, dans le sens où ça commençait à ressembler à un scénario lambda. Le type, moi dans ce cas, qui venait d’embrasser la personne qui l’attire, se fait lamentablement rejeté par cette dernière. On pourrait même y ajouter la fameuse excuse du « Non c’est pas toi, c’est moi. » C’est par ailleurs ce qu’il s’apprêtait à faire, en s’excusant de son comportement.

Néanmoins, même si la scène semblait correspondre à ce genre d’histoire, elle me paraissait plutôt différente, beaucoup plus vraie et sincère que ce qu’on peut voir à la télé. N’ayant aucune expérience dans le domaine sentimental, il était normal que je me réfère aux grands classiques audio-visuels. Néanmoins, soudainement, les milliers de pensées concernant les nombreuses œuvres que j’avais pu visionner se dissipèrent. Je ne voyais plus que Aaron et ses yeux trop humides à mon goût.

Je m’approchais donc instinctivement de lui à nouveau, sachant que de toute évidence, il ne pourrait pas reculer, puisque le mur bloquait son chemin. Je caressais alors sa joue, comme il l’avait fait avec moi quelques instants plus tôt, et je collais mon front au sien, puis me dirigeais vers son cou, dans lequel je chuchotais, n’ayant pas assez de force pour parler :

« Je… Tu… Tu me plais aussi. Mais c’est très mal vu ce que je viens de faire. Si on était dans ma campagne, on se serait sûrement fait frappés. Ça se fait pas… d’aimer un gars. »

Je me dégageais enfin, déposant un léger baiser sur sa joue avant. Même si ça ne faisait pas très virile, au point où j’en étais, je me le permettais. C’était un peu comme si nous venions d’inverser les rôles, il semblait soudainement avoir perdu tous ses moyens, et moi, j’éprouvais une grande tendresse envers lui.

Je soupirais enfin. L’alcool devait lentement descendre. Après tout, il n’était sûrement pas vraiment lucide des actes qu’il venait de poser. Je m’y connaissais plutôt bien, dans les actes dirigés par l’alcool, puisque j’ai souvent regretté certaines choses sous l’emprise de cette drogue. Je lui adressais un timide sourire, histoire de le rassurer. Je n’avais pas envie d’ignorer cette soirée, de l’oublier, parce que ça avait sans doute été la meilleure que j’avais pu passer dans cette ville. Néanmoins, je ne voulais pas le gêner davantage, et de toute évidences, j’étais incapable d’assumer cet acte.

Je le prenais alors par la main, plus comme un grand frère aurait pu le faire, puis le tirais doucement vers moi.

« Je vais t’accompagner. Amani… C’est bon, je sais où c’est. J’espère que ça te dérange pas trop de marcher ? Y’a plus vraiment de transports maintenant. De toute façon, c’est un peu sur mon chemin, je suis en résidence dans l'académie Keimoo. »

Puis, alors que nous marchions, quittant ce quartier dans lequel était à présent noyé notre secret, je restais silencieux un moment, le regard figé en l’air, à contempler les étoiles.

« Puisque tu es déjà venu au Japon, tu as peut être entendu parler du Tsukimi? Bon, en ce moment c’est pas trop la saison, c’est plutôt le Hanami, mais moi j’aime bien le Tsukimi. Les enfants trouvent ça plutôt ennuyeux en général… »

Puis je continuais la conversation, tout en guidant mon partenaire. J’avais un plutôt bon sens de l’orientation chose pour laquelle j’étais plus reconnaissant que fier. Puis, alors que nous nous stoppions sur un interminable feu rouge pour piéton, je me retournais à nouveau vers lui, plongeant dans son regard qui semblait s’être apaisé.

« Moi aussi j’espère te revoir tu sais. »

Puis je traversais, les paupières lourdes à cause de cette soirée plutôt mouvementée.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Aaron Evans
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Verseau Dragon Age : 18
Adresse : 5 rue des nuages , Amani
Compteur 67
Multicompte(s) : Fumika Gaara

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   Ven 25 Mai 2018 - 21:32

Lose yourself drinkin'



J'avais l'impression de ne plus avoir totalement la main sur la situation. Ce n'est plus moi qui dirigeais le destin , je n'étais plus maitre de ce qui ce passait. C'est lui , c'est cet inconnu qui n'en était plus un à partir de ce moment , qui contrôlais la situation. Malgré que je n'étais plus tellement sous l'emprise que l'alcool et que je commençais à décuver , il avait cette emprise sur moi que je ne connaissais pas . C'était bien la première fois que cela m'arrivait...Enfin sauf une fois . Mais cette fois-ci c'était différent. Je ne savais pas pourquoi mais je sentais que Montaro n'était pas mal intentionné , il semblait attentif et sensible à chacune de mes paroles et je savais que je pouvais me fier à lui. Drôle de sensation , il est vrais , alors que je l'ai rencontré il y a quelques heures à peine. Il me caressait la joue en expliquant pourquoi il c'était excusé . En faite c'était plus par rapport aux regards des gens , ce que je peux concevoir. A Liverpool je n'avais pas tellement ce problème , enfin plus que si j'étais à Londres . Il y a toujours des personnes fermé d'esprits , peu importe le lieu ou le pays. Je savais que si je continuais de voir Montaro , je reviendrais à ce genre de situation. Enfin... C'était fort probable. Il déposait un baiser sur ma joue , je fus assez étonné , ce geste me sortie de mes pensées . Je rougis un peu , je n'avais pas l'habitude de me faire guider par quelqu'un.  Je le laissais faire , j'appréciais même ce geste . Après tout , nous avions passé un cap où ce simple geste n'était pas dérangeant mais plutôt agréable. De plus , il avait avoué que je lui plaisais , je n'avais pas besoin d'en savoir plus. Il est clair que l'alcool avait joué un grand rôle là dedans mais , même si je n'étais plus saoul , je ne regrettais rien. Tout ça , de base , je n'aurais jamais osé . Mais je me sentais libéré , même si il restait beaucoup de mystère autour de ce que je ressentais vraiment , je savais que je pouvais faire confiance à Montaro pour mieux me connaitre avec lui. Cela ce fera sûrement avec le temps. Je voulais le revoir , c'était une certitude . Je ne le laisserais pas fuir . J'en avais trop appris de lui , il en connaissait trop de moi pour que tout ce termine ainsi. Et de plus , je voulais apprendre à mieux le connaitre . Voir , peut-être , continué cette histoire d'un soir.


Il me pris par la main pour me guider , j'étais perdu dans mes pensées et je le laissais faire. Je lui sera plus fortement la main pour être sûr de ne pas me perdre , pour être sûr de gravé se contacte dans sa paume. Il n'y avait effectivement plus de transport à cette heure-ci et je ne me sentais pas rassuré de rentrer à pied tout seul. Même si j'aurais pu assumé le fait d'être venu seul à pied , je ne me sentais pas de faire tout le chemin à pied seul et surtout d'abandonner Montaro maintenant . Il m'expliquait qu'il était à l'Académie Keimoo . C'est vrais que je ne connaissais presque que son prénom et son nom , je ne savais ni son âge , ni d'autres détails. Même si je sentais qu'il n'était pas un inconnu pour moi , il restait plein de mystère qui plainait autour de lui , plein de question que j'aurais aimé lui demander mais , je n'en fis point. Je restais mué , à profité du vent qui nous fouettait le visage , à ce dernier moment ensemble . Le silence pris place entre nous mais les mots ne servaient à rien. Le simple contacte que nous avions par la main nous suffisait pour nous comprendre , pour nous diriger.


Il reprit la parole pour me parler du Tsukimi. Je ne m'étais jamais vraiment intéressé à tout ce qui touche la culture japonaise mis à part pour Sobo. Il faudrait qu'un moment je me penche là dessus


"J'en ai déjà vaguement entendu parlé , mais il faudrait que tu m'explique ça une prochaine fois . Ca m'intéresse , je serais curieux d'en savoir plus."


C'est la seule chose que j'ajoutais puis je le laissais parlé en l'écoutant attentivement . Je tournais parfois la tête sur le côté pour le regarder parlé , il avait l'air vraiment intéressé par le sujet. Une fois , je reviendrais sur le sujet . Peut-être que ça sera l'occasion de faire des recherches sur un sujet que je connais trop mal. Je secouais la tête , il était vraiment trop tard pour penser à ce genre de chose.  Un moment , nous dûmes nous arrêter à un feu rouge . Je sentais son regard , je n'hésitais pas à tourner la tête pour mieux l'entendre


"Moi aussi j’espère te revoir tu sais"



J'eu un doux sourire à ses paroles . Cela me confirmais que l'on se reverrait , j'en était sûr. Je le suivais , faisant confiance à son sens de l'orientation jusqu'à arriver à quelques rues de chez moi. Vu qu'il ne savait pas vraiment où j'habitais , je le guidais faisant semblant d'être perdu. J'avais une idée dans la tête mais je n'essayais pas de le faire paraitre , même si j'esquivais un sourire rien qu'à mon idée . Malgré que je sentais un lien fort entre moi et Montaro , je voulais le mettre au défit . Pas forcément ce soir , j'étais bien trop fatigué pour cela. Mais pour plus tard. Une fois arrivé devant chez moi , je me mis face à lui avec une mine toujours enthousiasmé par mon idée . Je le mis au défis


"Si tu veux me revoir , j'habite ici. Mon portable est à plat , je ne peux pas te donné mon numéro , je ne le connais pas par cœur . Mais soit tu laisse faire le destin pour savoir si l'on se revoit au hasard , soit tu viens chez moi et tu force le destin . A toi de choisir ..."


J'eu un long sourire mal intentionné en finissant ma phrase , je sentais qu'un jeu allait ce mettre en route entre nous . Une sorte d'attrape moi si tu en es capable , suit moi si tu en as le courage . Quelque chose de ce goût là . Je ne voulais pas le laisser comme ça , je regardais à ma droite et à ma gauche pour vérifier qu'il n'y avait personne et je m'approchais de lui pour lui arracher un dernier baiser plus sauvage mais plus court . Un baiser qui voulait dire au revoir , mais à très bientôt . Un baiser plein de sous entendu . Je fis un pas en arrière avec un petit rire puis je lui dis


"Fais de beau rêve Montaro , à très bientôt . Évite de m'oublier car le destin te rappellera que je suis là . "


Je me tournais dos à lui en lui lançant un dernier regard . Je rentrais chez moi à pas de loup pour ne pas réveiller Sobo. J'enleva mon haut et me changeais puis je me mis sur mon lit , le dos raide et les deux mains derrière la tête . Cette soirée fut plus mouvementé que je ne l'aurais imaginé . Je n'aurais jamais pensé que je rencontrerais un inconnu et que , dans la même soirée , je l'embrasserais . Et pourtant tout est devenu si naturel entre nous , si compliqué , si attirant. C'est fou comme une rencontre peu changer tant de chose en si peu de temps...


Je fermais les yeux en soupirant une dernière fois. Au final , j'avais fais une bonne décision en prenant le risque de sortir aussi tard. Mais j'étais si curieux de voir la suite des événements . Je fis le grand vide dans ma tête même si j'avais envie de penser à plein de chose et je m'assoupis enfin en me demandant ce qui m'attendait demain...

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11112-aaron-evans http://keimoo.forumactif.com/t11135-time-of-curiosity-9788#234823
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lose yourself drinkin' (Aaron Evans)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» you wanna play ? I'm gonna play and you gonna lose. As always. (Aaron)
» The third temptation [Aaron]
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» Aaron Ekblad
» NOU TANDE KE EVANS PAUL( KP) SE YOUN NAN EVANTYEL PREMYE MINIS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Bougu :: Bars et boites-
Sauter vers: