₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oh shitty pills [Akio]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Oh shitty pills [Akio]   Lun 14 Mai 2018 - 4:19

Jeudi après-midi, vers quatre heures, à la sortie du dernier cours de la journée, je retrouvais Sakura, une de mes camarades, qui n’arrêtait pas de me harceler par tous les moyens possibles pour que je lui procure certaines substances. Au départ, quelques peu confuse, je m’étais adressée à elle, légèrement ironique et intéressée quant à sa soudaine passion pour la médication douteuse. Cette dernière semblait quelques peu ravagée, comme si elle était dans un état de manque constant: elle était pâle, arborait deux lunes bleues sous ses yeux, parlait d’une voix lente, extrêmement monotone, comme si sa vie ne rimait plus à rien. Quelques peu déboussolée par cet état soudain, je m’étais finalement pencher sur son cas, et lui avait promis de voir ce que je pourrais faire. C’est donc ainsi que je la retrouvais sur le toit du lycée, secrètement, pour lui donner les fameux médicaments que je lui avais promis.

Ce n’était absolument pas dans mes habitudes de fournir mes camarades, ni même de fournir tout court d’ailleurs. Je n’étais pas vraiment du genre à manipuler les drogues, et encore moins à les vendre. Il m’était certes arrivé de consommer quelques fois, mais jamais rien d’autres que ce qu’on appelle « les drogues douces ». Le reste, je m’en tenais éloigné, même s’il m’arrivait de me sentir intriguée. En tout cas, voilà que je lui tendais ce petit flacon, bien rempli de « bonheur concentré », comme mon ancien beau-père se plaisait à les appeler. C’est-à-dire, des pilules de joie : des anti-dépresseurs.

Je savais que ces derniers comportaient certains effets qui les rendaient assez attractifs et donc demandés sur le marché. Néanmoins, je n’y connaissais pas grand-chose. Je m’étais donc contenté de les voler rapidement dans l’armoire de la salle de bain, qui n’a pas été vidé depuis le siècle dernier. L’échange fut rapide, et c’est la main tremblante que ma camarade me tendit un billet. Je le prenais, hochant la tête, avant de m’enfuir.

Résultat, voilà que je me retrouvais, au beau milieu d’un vendredi matin, à sécher les cours, ayant apprit par ses amis que Sakura se trouvait à l’hôpital pour une sorte de lavage d’estomac. J’avais donc feint partir aux toilettes afin de me rendre au plus vite à l’hôpital, la panique montant très fortement, j’étais à la fois tétanisée, et sous l’emprise d’une forte dose d’adrénaline quant à l’idée de découvrir ce qui avait bien pu causer cette visite aux urgences.

C’est ainsi que je parvenais, après avoir longé les tas de corridors blancs et déprimants, desquels jaillissaient quelques rires ou gémissements, à arriver finalement devant le comptoir d’information, demandant, la voix riche en émotions :

« Je cherches mademoiselle Sakura Ikeda. Pourriez vous m’indiquer où elle se trouve je vous pries ? »

Plongeant mon regard glacial dans celui de la réceptionniste, qui semblait à la fois blasée et endormie par son métier, cette dernière m’informa que :

« Non désolé, nous ne pouvons communiquer ces informations à une personne tierce. Seule la famille peut se présenter. »

Puis, elle enleva ses lunettes, me coupant la parole avant même que je n’émette aucun son, tout en poursuivant :

« Et ne me faites pas croire que vous êtes sa sœur ou sa cousine, compris ? »

Et retourna à ses papiers.

Les sourcils froncés, je soupirais. J’étais à la fois complétement paniquée à l’idée que ma camarade se soit mise à parler, et bien déterminée à entrer. C’est alors que je me jetais à terre, feignant moi-même souffrir d’un mal de ventre excessif, espérant être conduite au service de lavage gastrique. Au moins, une fois sur place, les choses s’annonceraient peut être moins difficile. Il ne restait plus qu’à ce qu’on vienne me secourir…


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
 
Oh shitty pills [Akio]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Akio Furukawa
» Hells Bells [Akio]
» Entrainement pour Chöya. [Akio-Privé]
» Akio Sanzo
» Le loup du feu et la loupiote de la terre. (Pv Akio)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Centre ville: Tsukuyomi Place et Palais impérial :: L'hôpital-
Sauter vers: