₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]

Aller en bas 
AuteurMessage
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Dim 13 Mai 2018 - 0:20

Les phares des feux de position ressemblaient à des étoiles rougeoyantes à travers le pare-brise recouvert par la pluie. Les orages de printemps s’abattaient maintenant sur la ville de Keimoo, inondant les caniveaux, détrempant les routes de la ville alors que les rayons de soleils se faisaient rares, le temps de quelques heures. Une météo qu’affectionnait Viggo, assis dans sa Mazda, ses deux mains gantées de cuir posées sur le volant. Il n’avait pas besoin de porter ses lunettes de soleil, quand ces jours arrivaient, bien qu’il gardait sa casquette pour le protéger des gouttes de pluies.

Il s’arrêta à un carrefour quand il aperçu le feu virer au rouge et soupira en se disant qu’il aurait aimé faire autre chose de son après midi de libre, plutôt que de devoir se rendre à un dojo pour s’inscrire à quelques courts d’arts martiaux. Il avait suffit d’un appel de son père, il y a quelques jours, qui racontait que le fils de l’un de ses collègues s’était fait agressé et dépouillé pour que sa mère prenne peur pour son petit Viggo chéri. S’il se rendait à ce dojo qu’il avait trouvé un peu par hasard en faisant des recherches, c’était surtout afin de la rassurer, lui montrer qu’il pourrait assurer sa propre défense, en cas de problème.
Après, ce n’était pas non plus un drame et il y percevait tout de même des aspects positifs : cela lui permettrait de se diversifier dans ses activités sportives qu’il effectuait régulièrement et il pourrait réviser ses cours d’autodéfense que lui avait prodigué son père quand il était plus jeune (après tout, les membres de la famille Nyström pouvaient faire des cibles faciles pour des gens mal intentionnés et il fallait se tenir prêt à réagir en cas de problèmes). Si ce sport venait à lui plaire, peut être pourrait-il l’ajouter à sa liste de ses passe-temps, en dehors de son travail au garage. Au pire, il arrêterait après quelques semaines.
Sa grande sœur y avait perçut comme une occasion pour lui de se faire peut être des amis. Du moins, c’est ce qu’elle avait sous-entendu lorsqu’ils s’étaient parlé au téléphone, la veille. Viggo avait essayé de lui donner une réponse positive, mais il n’espérait pas grand-chose, au fond, de ce côté-là.

Le quartier d’Hiryuu ressemblait au Japon qu’il avait vu dans les guides touristiques, avec son architecture traditionnelle ainsi que les gens qui s’y promenaient parfois dans des tenues toutes aussi traditionnelles. Le Japon devait être l’un des pays les plus attachés à ses traditions dans lequel il avait mit les pieds et c’était d’autant plus étrange quand on savait à quel point le Japon était un pays au nec le plus ultra de la technologie. Il se fit la remarque en voyant passer un couple en kimono et s’imagina difficilement des gens s’habiller en Vikings Varègues pour se rendre à leur travail, à Stockholm.

Il arriva bientôt au dojo et s’engagea sur le parking où il n’eut aucun mal à se garer. Il inspecta le bâtiment à travers le pare-brise : un gros bâtiment qui ressemblait à un bloc de béton et tranchait radicalement avec l’allure plus traditionnelle du reste du quartier. Il haussa les épaules et évita d’être trop prompt à juger le dojo : après tout pour un non-connaisseur, une Peugeot 205 GTi pouvait avoir l’air d’une simple petite voiture pour grand-mère alors qu’elle offrait d’excellentes performances pour pas cher. Lui n’était pas un expert en dojos, alors…
Il coupa le contact et sortit sous la pluie pour récupérer son sac de sport dans le coffre. Une fois la sangle en bandoulière passée à l’épaule, il fila vers la porte d’entrée qu’il poussa pour entrer. Puis il retira sa casquette et ses baskets par politesse quand il fut à l’intérieur en se demandant ce qui l’attendait. Son regard semblait déjà scanner les environs, comme s’il repérait le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Ven 25 Mai 2018 - 22:40

J'observais Saito faire son dernier Kata, fléchir le genou pour frapper l'air d'une façon aussi sèche que dévastatrice. Dévastatrice pour un garçon de douze ou treize ans, sans doute. J'observais son mouvement avec attention, ma pupille bougeant aussi vite que le mouvement horizontale de son bras droit. Deux possibilités. De ma main gauche, je frappais avec la paume de ma main le coté opposé a l’intérieur de son corps, son poignet, déviant dans un mouvement qui lui faisait perdre son équilibre. Son centre de gravité endommagé par le mouvement, il perdait sa défense droite, et je pénétrais son corps. Trois possibilités. Taille du coude au visage. Avec le danger de le mettre inconscient. Fauchage des jambes dans le prolongement de sa chute pour l’accentuer et le cueillir au niveau de la nuque avec le coude. Frappe sèche, mort instantanée. Il y avait également la solution de lui attraper le poignet au moment de la poussée, de lui tordre, retourné sur le dos, immobilisation sans blessure autre que quelque courbatures.

Il se redressa, alors que je souriais pour moi même. C’était un sport incroyable, avec une multitude de possibilités, et je venais d'en évoquer uniquement trois sur peut être une dizaine, sans parler de la partie avec armes que je maîtriser un peu moins mais avec lequel j'avais entraîné mes réflexes a plusieurs reprises. Couteau, bâton, principalement. Un sport physique et varié, capable de me changer les esprits dans les périodes ou j'allais le moins bien, ou j'étais le plus taciturne, c'est a dire une grosse partie de ma vie. Je m'étirais avant de m'approcher, lui tapotant un bref moment sur la tete.

- C'est bon, je pense que d'ici le premier tournoi de l'année, j'ai pas grand chose de plus a pouvoir t'apprendre. Garde en tete la technique, le calme, analyse constamment. Le combat se déroule dans ta tete. Ici, tu sera sans doute l'un des plus forts dans ta catégorie d'age, alors le plus difficile adversaire que tu aura a combattre, c'est toi même.

- Osu.

Je lui faisais signe d'aller se changer. C’était devenu une habitude. Eriko dans le groupe filles, Saito dans celui des garçons, ils restaient quasiment une heure de plus a chaque séance. Cela ne me dérangeait pas, j'habitais juste a coté après tout, et j'en profitais pour faire un deuxième footing deux fois par semaine lors du retour. Combiné a ma dizaine de kilomètres tout les matins, j'avais une forme quasiment olympique. Je songeais qu'en faisant top trois national, si cela avait était vraiment une discipline olympique, j'aurais peut être pu y participer. Mais cela n'aurait pas lieu. Donc pas la peine de se prendre la tete. Je récupérais ma bouteille d'eau, et avec une serviette autour de mon cou, je sortais dans le couloir.

Buvant a grandes gorgées, j'observais l’extérieur par une baie vitrée donnant d'un coté sur l'espace salon pour les parents et les adhérents, et de l'autre sur l’extérieur, un genre de jardin qui donnant sur l’arrière du grand temple, la partie interdite aux visiteurs, séparé par un mur. Je revenais sur mes pas en constatant que je n'étais visiblement pas tout seul. Un garçon que je n'avais jamais vu avec un sac en bandoulière observait les alentours, proche de l'entrée. Il ne devait pas être beaucoup plus jeune que moi, l'allure d'un gaijin typique, l'air perdu. De son point de vu je devais aussi être un élève, mais il ne devait pas savoir qu'il n'y avait quasiment pas de cours pour les gens d'ages intermédiaires.

N'ayant rien a faire avec lui, je lui faisais juste un bref signe de tête tout en retournant dans la salle ou débouchait Saito. Il venait a ma rencontre et inclina la tête, comme faisait la plupart des élèves que j'avais sous ma direction. Revenant dans le couloir, je passais a coté de l'inconnu pour accompagner l'adolescent jusqu'à la sortie.

- Vous oubliez pas de venir pour ma grande victoire sensei hein ? Je veux que vous soyez fier de votre élève !

- Je serais la t’inquiète pas. Et puis même si j'étais pas la, tu as pas besoin de moi pour gagner. N'oublis pas....

- Vigilance constante !

- C'est bien, rentre vite ta mere va encore appeler pour savoir ce que tu fais sinon.

Il détala rapidement et je refermais la porte derriere lui. Il n'y avait personne d'autre que moi a cette heure. Le cours des séniors n'avaient lieu que plus tard dans la soirée, et je devais juste fermer la porte en partant. Mais puisque qu'il etait la, je ne pouvais pas le faire partir juste comme ça. J'allais donc a sa rencontre, en m'éclaircissant la gorge :

- Euh, pardon mais....vous cherchez quelque chose, vous avez rendez-vous avec quelqu'un ?


Le dojo etait bien ouvert a cette heure la, mais comme il n'y avait pas de cours, personne n'était la pour faire la maintenance ou pour d'éventuels nouveaux éléves. Un jour, peut etre qu'il y en aurait assez pour un cours d'age moyen. Je croisais doucement les bras sur mon Nan Quan en attendant sa réponse.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Lun 28 Mai 2018 - 1:48

Le hall semblait désert. Pourtant, il n’était aucunement indiqué que le dojo était fermé au public à cette heure ci, encore moins à cause du fait que la porte était ouverte. Alors qu’il hésitait à faire demi-tour, un jeune homme passa dans la salle, accompagnant un adolescent qui devait avoir dans les douze ou treize ans. Le plus grand le salua de la tête. Il était grand, plutôt bien taillé au niveau des épaules, en raison d’une pratique sportive régulière, comme l’avait pensé Viggo en le voyant passer. Ses cheveux furent ce qui le surprit le plus, en raison de leur couleur, un blond clair qui contrastait avec le noir habituel des cheveux des japonais. La forme de ses yeux était différente de celle des gens du pays et Viggo en conclut qu’il devait avoir des origines étrangères. Il nota également une cicatrice au coin de la bouche, probablement due au combat, mais préféra couper court à son inspection quand il croisa son regard, froid comme la glace.
En le voyant partir, le suédois se dit que l’autre avait dû le juger en le voyant ainsi, perdu et seul dans le hall. Les japonais étaient réputés pour leur accueil chaleureux des touristes, mais quand un étranger venait s’installer comme dans son cas, c’était une toute autre histoire. Ils appelaient les étrangers avec un mot en particulier d’ailleurs, mais il ne parvint pas à s’en souvenir… Lorsqu’un représentant de l’écurie Honda qui était japonais l’avait contacté et lui avait proposé une place dans l’équipe, Viggo avait sauté sur l’occasion et savait qu’on l’appréciait déjà pour ses qualités de pilotage, même s’il aurait encore à faire ses preuves dans l’écurie.
Mais ici, dans ce dojo où il n’avait jamais mis les pieds, c’était un illustre inconnu, un type dont on se demandait ce qu’il foutait là… et ça, ce n’était pas quelque chose dont il était très fan. Enfin, il fallait bien passer par là…

Il ouvrit sa veste et tira son smartphone de sa poche où un message de Takeshi était affiché :

[Salut kozo, j’aurais besoin d’une paire de mains supplémentaires pour faire réparer une voiture de collection, une Ferrari Daytona de 1969. Tu es disponible demain matin ?]

Viggo sourit : bien sûr qu’il accepterait. Réparer une telle merveille n’avait pas de prix. Il le ferait sans doute gratuitement. Il rangea le téléphone dans sa poche en se disant qu’il répondrait plus tard, dans la soirée. C’est alors qu’il vit le jeune homme blond revenir vers lui et lui demander ce qu’il faisait ici. L’albinos s’expliqua en sortant les mains de ses poches :

« -Euh… Je souhaitais m’inscrire à quelques cours d’arts martiaux, ici, mais j’ai l’impression qu’il n’y a personne pour l’accueil, à cette heure-ci, alors… Vous savez s’il y a un horaire où je pourrais repasser, si ce n’est pas vraiment le moment ? »

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Ven 1 Juin 2018 - 19:49

C'etait bien ce que je pensais. Il était bien la pour des cours. De tout les dojo, il avait fallut qu'il vienne a celui ou je travaillais. Pas de chance. J'avais pensé une seconde pouvoir méditer tranquillement dans le silence de la salle. La méditation était une pratique que je faisais fréquemment. Pas forcément pour l'utilité, juste pour le plaisir. C’était vraiment apaisant. Et je ne pouvais pas dire que je n’étais pas souvent stresser, et c’était une pratique que les gens soumis a un stresse fréquent utilisait beaucoup. A l'époque de Lycée, j'avais l'habitude d'une utilisation presque journalière de la méditation, mais en vieillissant, j'avais moins le temps. Entre les cours, le boulot, Misuzu....erf, Sato, qu'est ce que tu racontes la, tu parle comme si Misuzu s’intéressait a toi. Idiot.

- Hum, je vois. Mais vous aviez prévenu avant ? Parce qu'il n'y a personne en fait. A part moi.

Je me demanda si il me prenait pour un élève aussi. En fait nous devions avoir plus ou moins le même age. J’étais sans doute plus vieux, mais sa chevelure blanche tronquait grandement ce qui faisait qu'on avait du mal a lui donner un age exact. Un albinos peut etre, ou alors quelqu'un de bizarre qui ne pouvait s’empêcher de se faire des couleurs voyantes. Dans un pays comme le Japon, ou il fallait rentrer dans le moule, c’était souvent les criminels, les voyous qui faisait ça. Et il n'en avait pas trop la tête. Tout au plus l'air de venir de très loin. Trop loin.

- C'est un dojo pas vraiment important. Il s'y passe pas énormément de choses. Il y a quelques cours pour enfants, mais pour des gens de votre age, je crois que c'est plus compliqué. A cause de l'université. Comme il y a beaucoup de clubs d'un peu tout, les étudiants vont principalement a ceux que proposent les établissements.

C’était un fonctionnement qui était propre au Japon. Dans ce pays ou les clubs etaient très important au niveau scolaire, il n'y en avait pas beaucoup pour ceux qui désirait faire une discipline en dehors du cadre de l'école. Entre le collège et l'université, cette tranche d'age ne demandait pas assez pour que beaucoup de cours soit rentable financièrement parlant. Voila pourquoi la plupart de mes élèves étaient a peine au collège ou plus jeune.  

- Du coup je présume que si vous êtes la, c'est que vous n’êtes pas a Keimoo.


De toute façon, si c’était le cas, je l'aurais déjà vu. Il ne passait pas vraiment inaperçu. Et comme j'avais l'habitude de regarder un peu tout les gens que je croisais partout, je l'aurais forcément remarqué. Je jetais un œil a la pendule. C’était compliqué pour moi de lui proposer des papiers d'inscriptions, je n'avais pas vraiment d 'autres responsabilités que mes élèves ici. Et puis il n'y avait pas de secrétariat a proprement parler. Je pouvais lui donner le numéro d'un sensei peut être, mais ce n’était encore une fois pas correct.

- Hum.....si cela vous tente, vous pouvez vous entraînez une fois avec moi, pour voir si ça vous plaît ou non, comme ça vous aurez pas perdu votre après-midi.

J'évitais de préciser que j'étais aussi un prof, et que c’était censé être payant. Je m'en fichais un peu pour le coup, même si je n’étais pas prêt a cracher sur de l'argent, il n'y avait pas l'utilité de le préciser si il ne faisait qu'une séance. Il valait mieux qu'il me prenne pour un inconnu qui avait juste décidé de faire un entraînement personnel pour un jeune élève du dojo. Je me retournais, allant vers la salle d'ou je venais de sortir un peu avant, lui faisant signe de me suivre. Puis au fond, une deuxième porte que je lui désignais :

- Les vestiaires sont la bas. Ils sont mixtes alors vous pouvez vous mettre ou vous voulez.. Je vais rester la. Il y a déjà mon sac, vous pouvez vous mettre a coté pour etre sur de ne déranger nul part, mais de toute façon, y'a personne a déranger, maintenant que j'y pense.

Je secouais la tete d'un air exaspéré par moi meme, et une fois qu'il eu disparut,je tombais assis au milieu du tatami, en tailleur, les pieds sous les fesses dans une position qui, sans une certaine souplesse, aurait etait impossible de prendre. Je fermais les yeux, méditant a moitié, attendant son retour.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 


Dernière édition par Satoshi Sakutaro le Dim 3 Juin 2018 - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Dim 3 Juin 2018 - 2:30

« -Ah… »

Prévenu ? Il avait vu l’adresse en recherchant sur Internet, mais aucun numéro n’était inscrit afin de les contacter. Bien sûr, il aurait pu se rendre ailleurs, mais il voulait essayer de suivre le conseil qu’Ayame lui avait donné quelques jours plus tôt, c'est-à-dire d’explorer la ville plus en profondeur.
Il regretta d’un seul coup d’être venu et le fait que ce jeune homme l’inspectait du regard avec la même rigueur qu’un douanier à l’aéroport ne lui plaisait guère. On le regardait déjà beaucoup en Occident, alors au Japon… C’était quelque chose auquel il n’était toujours pas habitué, même après tout ce temps. Quand il était en Australie ou aux Etats-Unis, par exemple. On pouvait avoir la tête qu’on voulait, les gens s’en moquaient. Mais au Japon, un pays où les foules compactes ressemblaient plus à une seule masse plutôt qu’à plusieurs dizaines d’individus, il était difficile pour lui de passer inaperçu, même avec sa casquette et ses lunettes pour tenter de se protéger aussi bien des rayons de soleil que des regards parfois durs. Parfois, il se demandait comment l’écurie Honda l’avait acceptée, quand on connaissait la réputation des nippons à stigmatiser ceux qui sortaient du rang, que ça soit à cause de leur looks, leurs goûts, leurs choix de carrière ou encore leur orientation sexuelle. Viggo ne sut pas vraiment si le type en face de lui le dévisageait en raison de son apparence « anormale » ou si au contraire il s’y reconnaissait. Après tout, lui était un Japonais avec les cheveux blonds, ce qui était la plupart du temps dû à une teinture dans un pays où quatre vingt dix huit pour cent de la population avaient les cheveux noirs.

« -D’accord… Non, je ne suis pas étudiant à Keimoo. Je voudrais simplement venir prendre quelque cours ici. »

Pas de doute, il avait l’air d’être bien parti pour devoir aller chercher un autre dojo dans lequel il allait pouvoir s’entraîner. Son regard violacé commença à se tourner vers la sortie quand le jeune homme lui proposa de venir s’entraîner avec lui. Viggo arborait presque tout le temps un visage de marbre, mais le léger pli de ses lèvres accompagné d’un bref hochement de tête lui indiqua qu’il sembla au moins un peu soulagé par cette proposition.

« -Merci beaucoup. »

Il ne serait pas venu pour rien, ça serait déjà une victoire. Il restait maintenant à devoir faire un entraînement. Ca ne serait l’affaire que d’une heure ou deux, mais il espérait que cela lui plaise suffisamment pour qu’il ait au moins la motivation de s’inscrire à d’autres cours… s’il en avait la possibilité, en tout cas.
Le soudain tutoiement qu’employa le japonais afin de lui parler le surprit un peu, mais cela ne le dérangea pas plus que ça. Après tout, ils avaient l’air d’avoir quasiment le même âge… Il opina rapidement avant de se diriger vers les vestiaires, toujours avec cette même démarche basse qui le caractérisait autant. Une fois à l’intérieur, il enfila un pantalon de jogging, son t-shirt Honda Racing F1 Team qu’il portait habituellement pour le sport. Il s’agissait d’un t-shirt blanc dont les manches étaient noires et sur lequel on avait brodé le nom de l’écurie, le logo de la marque ainsi que le nom de quelques sponsors. En bas, il portait un simple pantalon de jogging noir. Viggo hésita longuement à retirer ses chaussettes, car il ne savait pas si on devait les porter sur un tatami. Cela pouvait paraître évident pour un habitué, mais pour lui qui n’avait jusqu’à présent jamais mis les pieds dans un vrai dojo, cela lui parut un vrai casse-tête. Dans le doute, il préféra les garder et se leva au milieu du vestiaire. Là, il effectua un long étirement en se demandant ce qu’il faisait ici et où est-ce que tout cela allait le mener. Le jeune homme respira profondément puis il quitta les vestiaires pour rejoindre son partenaire du jour. Ce dernier l’attendait tranquillement assis en tailleurs, les yeux fermés.
Viggo ne fit aucun commentaire et vint se positionner debout devant lui sans un mot, attendant les ordres de l’autre.

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Dim 3 Juin 2018 - 15:08

J'essaye de réfléchir a ce que je pourrais faire pour que ce soit intéressant. Il n'a pas l'air extrêmement sportif, et le but est de faire en sorte qu'il soit motivé pour revenir, c'est bien ça le dilemme non ? Ce serait stupide de faire un entraînement classique, il n'y prendrait aucun plaisir. Comment j'avais appris a la base....ou plutôt, comment j'aurais fais apprendre a quelqu'un de mon age n'ayant jamais pratiqué. Le kung-fu, c’était comme une mécanique extrêmement bien huilé. Il n'y avait jamais rien de fait au hasard.

Si il fallait apprendre lentement, de façon consciencieuse, ce n’était pas pour rien, c'est parce qu'un simple grain de sable pouvait ruiner tout le processus. J'avais appris les Kata de base en un peu moins d'un an, c'est le temps que j'avais mis pour les maîtriser globalement. Bien sur, il n'y avait jamais de perfection, je continuais encore et toujours a les exercer de temps en temps, mais pour un débutant, j'avais étais assez rapide, maintenant que j'y pensais. Passer aux deuxièmes formes dés la première année, il n'y avait bien qu'Eriko dans le groupe des filles que j'avais pour y parvenir.

J'entends ses pas revenir lentement depuis le vestiaire. Au moins il n'y est pas resté trois heures. La première fois, quand j'avais onze ans, j'avais paniqué a l'idée d’être sous les ordres d'Hikari-senpai, et j'étais resté assis pendant presque une heure dans le vestiaire, jusqu'à ce que sa petite sœur qui regardait toujours nos entraînements vienne voir si tout allait bien. Je me souviens avoir sursauté comme rarement je l'avais depuis, en entendant sa voix a travers la porte. Enfin, j'étais bizarre moi, il n'y avait aucune raison que ca arrive a quelqu'un d'autre. J'attends qu'il arrive devant moi, puis j'ouvre les yeux.

- Allez y, asseyez vous.

J'avais fais ça avec la totalité de mes élèves. Un par un, je m'étais assis en face d'eux, et j'avais discuter. Je trouvais cela impensable de vouloir apprendre quelque chose a une personne dont je n'avais aucune idée même du prénom. Et lui même ne devait rien savoir de moi. Apprendre quelque chose de quelqu'un sans savoir si il avait vraiment les capacités de le faire, c’était tout aussi stupide. Et ici, personne ne l'avait assigné a moi. Je lui avais juste proposé de lui montrer un peu. Alors je prenais la parole a nouveau, une fois qu'il fut installé.

- Alors je voudrais qu'on commence par se présenter. Parce que je trouve ça idiot que vous acceptiez d'apprendre quelque chose de quelqu'un que vous ne connaissez pas. Peut être que vous etes même plus fort que moi ? J'en ai aucune idée. Du coup je trouve ça plus cohérent de commencer par la.

Je m’arrêtais un moment, comme si je lui laissais prendre la parole, mais après tout, c’était moi qui devait montrer l'exemple non ? Il était tout naturel que je commence la présentation. Nom, prénom, ce que je faisais dans la vie, mon passif sportif serait déjà un bon début. Je supposais que si il était vraiment déjà assez fort pour évaluer mon niveau a l’œil nu, alors il n'aurait sans doute pas accepté d’être sous mon apprentissage. En fait, il ne serait probablement même pas venu ici a la base.

- Je suis Sakutaro Satoshi, et je suis prof ici. Je suis étudiant a l'université de la ville, je fais du droit, troisième année. Bon, ca ne m’intéresse pas vraiment mais....hum...c'est une autre histoire. Ça fait dix ans que je fais du kung-fu, et j'ai fini troisième aux nationaux de l'année dernière. Ici j'enseigne a un groupe de garçons et un groupe de filles, en moyenne entre onze et quatorze ans. Mais comme je te l'ai expliqué, a partir du collège les élèves vont dans les clubs scolaires, donc il n'y en a pas beaucoup en dehors. Voila, je pense que c'est pas mal.


J'essaye de réfléchir rapidement. Il pourrait rejoindre le groupe senior, même si vu son gabarit, il risque de se faire pas mal retourner. Mais a la base, c’était un art que l'on pouvait très bien pratiquer tout seul, et j'en étais l'exemple vivant. Hikari m'avait enseigné les bases durant les premiers mois, puis quand il avait quitté mon collège pour aller en ville, sortir de notre campagne profonde, j'avais continué seul, et ce jusqu'à aujourd'hui. Je lève les yeux sur l'albinos, pour l'écouter se présenter a nouveau. Pas besoin de forcément me focaliser sur l'apprentissage pour ce premier cours, après tout. Lui expliquer les fondements de mon art, lui montrer deux ou trois bases pour voir si cela lui plaît, ce serait déjà pas mal.  

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Dim 3 Juin 2018 - 23:09

Viggo avait préféré garder le silence face à lui afin d’écouter d’abord les consignes que le garçon avait à lui donner. Il vint s’asseoir devant lui, d’abord de manière un peu nonchalante, mais se rabattit sur la position en tailleurs. Après tout, c’était la manière japonaise et il préférait éviter qu’on lui fasse la remarque. Son professeur du jour lui proposa de se présenter. C’était déjà un bon début, puisque l’idée de passer une heure ou deux avec un parfait inconnu ne lui plaisait guère. En revanche, il était largement sûr à propos du fait qu’il ne serait pas meilleur que lui, qui semblait être un habitué des sports de combat. Mais il fallait en revenir à la présentation.

Viggo prit un instant pour réunir toutes les informations qu’il jugeait bonnes à partager avec l’autre. Le nom et le prénom, évidemment. Après, il n’avait pas vraiment d’expériences en sport de combat hormis des cours d’auto-défense, mais après tout, c’était à mentionner, au cas où. Eviter de parler de la famille bien sûr, car il préférait éviter qu’on le juge sur ses origines sociales, encore plus dans un quartier qui se voulait avant tout traditionnel. Peut être devait-il parler des sports qu’il pratiquait pour se maintenir en forme, en dehors des courses ? Oui, cela lui permettrait déjà de montrer qu’il était endurant et que l’effort ne lui faisait pas peur. D’autant plus que maître du jour semblait déjà rompu à l’exercice, alors autant se montrer à la hauteur.

Il s’apprêtait à répondre quand l’autre décida de prendre la parole en premier. Bien, cela lui laisserait quelques secondes de plus. Aussi, il écouta attentivement. Il s’appelait donc Sakutaro Satoshi et était étudiant en troisième année d’université. Cela ne le surprit pas, puisqu’il semblait relativement jeune. Viggo en conclut donc qu’il ne devait avoir environ trois ans de plus que lui. C’était une bonne chose car il souhaitait éviter une autre relation paternelle avec son enseignant. Satoshi avait en plus dix ans d’expérience et sa place aux championnats nationaux témoignait de son expérience. Peut être était-il dans une période de transition comme lui, s’il avait un si bon niveau ? Cela leur ferait peut être un sujet de conversation

« -Enchanté Satoshi. Je m’appelle Viggo Nyström et je viens de Suède. Je travaille en ce moment dans garage en tant que mécanicien, dans le centre-ville. C’est… en attendant la suite, on va dire. Je suis pilote de course. J’ai gagné quelques championnats de kartings, en Europe et j’étais pilote d’essai en Formule 1. Comme la saison a repris, je vais devoir attendre l’année prochaine où je vais avoir un volant, pour la prochaine saison. Je fais beaucoup de sport à côté à cause des contraintes physiques qui sont requises, comme du renforcement musculaire, de la course et je fais aussi de la natation. »

Il avait expliqué tout cela sur un ton quasiment monotone, comme il en avait l’habitude. A vrai dire, il craignait d’en avoir peut être un peu trop dit car lui-même ne prenait pas autant la parole comme lorsqu’il était encore à l’école et que le professeur lui demandait de se présenter devant tout le monde. Enfin, ça pouvait être pire puisqu’il ne parlait qu’à une seule personne et non à une classe entière.

« -J’ai suivi quelques cours d’auto-défense, quand j’étais plus petit, mais je ne sais pas si cela va être très utile pour du... Kung-Fu, comme vous le dîtes. »

Après cela, Viggo haussa légèrement les épaules, ne sachant quoi rajouter après tout cela.

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 5 Juin 2018 - 0:32

Hum, un Suedois, avec un accent qui m'oblige a me concentrer un peu pour pouvoir être sur de tout comprendre parfaitement sans lui faire répéter. Je n’exagère pas du tout, j'avais toujours eu du mal avec les langues étrangères. Heureusement finalement que j'avais appris le Français en même temps que le Japonais quand j'étais bébé. Aujourd'hui, a part l'anglais ou j'ai bien quelque base, j'ai l'impression que j'y arrive de moins en moins. Enfin, je ne comptais de toute façon pas quitter le Japon, donc ce n’était pas du tout un problème.

Il semblait donc plutôt sportif. Il était beaucoup plus concentré sur le physique que moi a priori. La formule 1 ? C’était quoi déjà ça ? J'étais pas vraiment sur d'en avoir déjà entendu parler. Du sport automobile. Je me demandais bien quelle était l'utilité sportive de faire des courses de voiture. Ça n'avait absolument aucun intérêt pour moi. Il n'y avait aucune recherche derrière. Je ne faisais pas de sport collectif, mais j'avais toujours songé qu'il y avait un but qui arrivait derrière, plus que de gagner un titre, il y avait un coté esprit d'équipe. Les arts martiaux travaillaient le mental, et le dépassement de soi même dans l'adversité. A quel moment rouler en voiture était un sport ? C’était comme cette histoire d'e-sport, j'avais du mal a considérer ça comme un sport. Et mettre ça aux jeux olympique ? C’était une vaste blague.

- Je vois je vois....


Enfin, la musculature en elle même ne l'aiderait pas pour ce sport. Enfin, c’était faux, c’était important, mais pas le principal. Les attaques les plus dévastatrices attaquaient les jointures, la ou tout le muscle du monde ne pourrait rien faire pour sauver personne. La ou une attaque sèche, bien placée, pouvait faire pleurer de douleur n'importe quelle guerrier aguerrit. Par contre, la partie sur la natation était bien plus intéressante, bien plus utile. C’était l'endurance qui était l'une des choses les plus importante dans ce sport. La capacité a tenir l'effort plus longtemps l'adversaire. Pas autant qu'en boxe, ou c’était carrément du fractionné, mais c’était déjà important.

- Bon, au moins physiquement vous ne partez pas de nul part, surtout si vous voulez aller vite.

Des cours d'auto-défenses. C’était la chose classique que j'entendais souvent des gens a l'université. Principalement ces histoires pour les filles qui avaient peur de se faire agresser dans la rue. Contre un adversaire plus grand, plus fort, plus lourd que soit, ce n’était pas une séance ou deux qui feraient la différence. Non. Il fallait un effort beaucoup plus constant, quotidien. Une envie et une motivation. Un travail du corps sans relâchement. Bien sur, pas besoin d'y aller aussi fort que moi pour savoir se défendre. Mais une vingtaine de leçons étaient un minimum.

- Je doute en effet que ça vous serve a quelque chose. Je m'explique. Déjà, de base, le kung-fu est l'art le plus défensif qui soit. Il y a des attaques, mais nous travaillons plutôt en contre-offensive. Le but est de trouver un équilibre, et c'est une discipline pacifique. Clairement, si je combattais un homme faisant du karaté par exemple, attaquer en premier signifierait sans doute mon arrêt de mort. Et deuxièmement, si c'est vraiment pour apprendre a vous défendre, vous devez bien comprendre qu'en situation réelle, ce n'est pas votre cerveau qui va agir, mais votre corps. Ce sera un réflexe, quelque chose qui sera encrée dans votre corps grâce a l’entraînement.

Je me lève rapidement, sans lui faire signe de bouger. C’était plus pour lui montrer deux ou trois choses pour l'instant. J'allais vers le vestiaire, disparaissant du tatami un instant, revenant deux minutes plus tard avec un mannequin d’entraînement. Je le disposais au milieu du dojo. Il y avait deux types de mannequins. Les bois, ou on travaillaient les prises des paumes, et les humaines, pour viser les points sensibles.

- Par exemple imaginons que j'attaque quelqu'un dans la rue. Je n'ai pas vraiment de compétences martiales, mais cependant je dispose d'un poids plus lourd, d'une plus grande force, d'une taille plus haute et donc d'un centre de gravité plus bas. Vous connaissez en théorie ce que vous devez faire pour m'abattre, ou pour me ralentir assez afin de pouvoir vous enfuir. Je reviendrais sur ça après.

Je poussais le mannequin des deux mains, comme aurait pu le faire une petite frappe de Bougu pour intimider quelqu'un avant de passer a la phase de racket. Je poussais le mannequin une fois, deux fois, puis d'un coup plus fort une troisieme fois, faisant tomber le mannequin en arriere. J'avais fais les trois poussettes en quelques secondes.

- C'est comme ça qu'ils font. Ils prennent l'initiative, ils étouffent la victime mentalement pour ne pas le laisser réfléchir. Ils mettent le pression psychologique, c'est comme ça qu'ils procèdent. Mais vous, vous savez quoi faire, normalement. Mais la, rien ne marche, tout vas trop vite. Par contre, quelqu'un qui a pratiqué longuement, ses yeux, ses mouvements, tout se fait grâce a l’entraînement qu'il a vécu en amont.


Je redresse le mannequin, et me retourne vers lui.

- La ou je veux en venir, c'est qu'avant de décider de quoi que ce soit, si c'est vraiment savoir vous défendre en cas d’agression que vous souhaitez a apprendre a vous défendre, il faut accepter le fait, d'entrée de jeu, que ce sera sans doute pas aussi rapide que ce qu'on lit sur internet. Enfin je peux vous apprendre quelques bricoles, mais ce ne sera sans doute quasiment pas efficace. Je ne parle même pas de comment agir contre un adversaire armée, ou la pression augmente considérablement encore. Logique. Vous pouvez réfléchir un moment si vous voulez.

Je m’arrête, le laissant a ses pensées un instant, juste un moment pour étirer mon propre corps. Hum, quand j'y réfléchis, je ne suis pas un si mauvais professeur.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Jeu 7 Juin 2018 - 2:14

Il n’avait pas quitté Satoshi du regard alors que celui-ci délivrait ses explications sur un ton didactique. Il cillait à intervalles irrégulières alors que son cerveau analysait les explications. Ses doigts tapotaient quant à eux à un rythme ponctuel, presque équivalent à celui des battements d’un cœur au repos, toujours dans le même mouvement, c'est-à-dire en remuant l’auriculaire en premier, puis tous les autres doigts jusqu’à l’index.

Il ne cherchait pas à progresser plus ou moins vite dans son entraînement, mais si c’était possible grâce à ses autres sports, ça serait déjà ça de gagné. Après tout, plus vite il apprendrait, plus vite sa mère serait rassurée. Il opina lentement :

« -Tant mieux si ça peut m’aider, alors. »

Une fois ses explications terminées, Sato se leva et disparut dans le vestiaire. Les cours d’auto-défense n’allait pas lui servir, il en avait maintenant la confirmation. Ces cours remontaient d’ailleurs à quoi, maintenant… trois ans ? Il se souvint de l’entraîneur que leur père avait engagé, pour lui et  sa sœur, une armoire à glace biélorusse du nom de Davyd Yakovenko. Ce dernier avait grandi en URSS et avait profité de l’effondrement de ce dernier pour quitter le pays. Il faut croire qu’il avait bien fait quand on savait qu’aujourd’hui la Biélorussie était considérée comme la dernière dictature d’Europe. Du moins, c’était que lui avait raconté Sara, bien plus calée sur ce genre de sujets que lui. Le type était très imposant par rapport à lui et surtout sa sœur et quand on considérait qu’il avait grandi dans un quartier pauvre de Minsk, on n’avait certainement pas envie de se frotter à lui.

Il se remémora leurs entraînements, ce qu’il en avait retenu, la voix dure teintée d’un accent slave de Davyd, comment sa sœur prenait parfois plaisir à tester les techniques enseignées sur lui et inversement… Mais jusqu’à présent, cela ne lui avait jamais servi, pas plus que pour sa sœur et c’était pour le mieux, d’ailleurs.

Pour résumer, ce que venait de lui expliquer son professeur du jour, ce qu’il allait apprendre serait avant tout de la contre-attaque, d’exploiter l’attaque d’un adversaire pour prendre l’avantage. Il appliquait déjà en quelque sorte cette technique depuis qu’il faisait du karting et pouvait se montrer redoutable à ce niveau là : il défendait sa place le plus longtemps possible et lorsque son poursuivant avait assez mariné, il lui laissait juste assez d’espace pour qu’il puisse le dépasser dans le bon virage. Lorsque l’autre, épuisé par les attaques à répétions le dépassait, il commettait une erreur, souvent en virant trop large et mordait brutalement le vibreur ou parfois l’herbe. Là, Viggo n’avait qu’à remettre un grand coup d’accélérateur et grappillait le plus d’avance possible afin de creuser l’écart avec son poursuivant.

Satoshi revint alors avec un mannequin d’entraînement. Instinctivement, le souvenir de Bruce Lee s’entrainant sur un mannequin de bois lui revint en mémoire, lorsque son père lui avait proposé de regard un vieux film d’arts martiaux dont il avait oublié le nom.

« -En théorie, je vois, oui. »

Ce que lui avait appris le colosse slave, c’était d’abord d’essayer d’éviter l’escalade par le dialogue tout en gardant une posture prête à dévier un coup : un bras croisé au niveau du ventre afin de parer un coup de pied et une main sur la joue pour parer un coup de poing. A partir du moment où les menaces arrivent, garder les mains devant le visage pour le protéger, les bras devant les côtes. Quand la bagarre se déclenche, il faut viser les points sensibles : les yeux, le nez, la gorge, les genoux ou encore l’entrejambe. Bien sûr, la situation serait bien différente si l’agresseur avait un couteau voire même un pistolet et l’option à privilégier était avant tout la fuite.

Seulement, l’explication de Sato restait cohérente, surtout quand on voyait la façon dont il poussait le mannequin avec la même vigueur, la même agressivité qu’un voyou. En plus, il ne s’était jamais fait agressé dans la rue. Comment réagirait-il sur le moment ? Parviendrait-il à rester calme ? A garder son sang-froid ? Serait-il paralysé ou tenterait-il quelque chose de dangereux ? A cet instant, il n’avait aucune réponse.

Viggo prit un moment pour réfléchir alors que Sato effectuait un étirement. Bien évidemment qu’il ne deviendrait pas un combattant aguerri en moins de trois semaines. Après tout, il avait commencé le karting à l’âge de sept ans et avait dû s’entraîner, il avait remporté des victoires éclatantes, il avait subit des défaites écrasantes, il avait soulevé des coupes ou regardé les autres le faire. Mais peut importe derrière le volant derrière il se trouvait, il n’avait jamais lâché prise car il savait qu’au bout de la ligne il y avait cette place dans la discipline reine du sport automobile qui n’attendait que d’être prise, avec l’espoir à la clé de finir champion du monde. Aujourd’hui, il avait dix-neuf ans et ne voyait sa chance arriver qu’aujourd’hui. Il hocha la tête et déclara :

« -Je peux être patient. Je sais que je ne serais pas un combattant aguerri en trois semaines. »

Il changea de posture, comme hésitant à se lever à son tour. A vrai dire, une question lui trottait en tête, après toutes ces explications au niveau des agressions que semblait bien connaitre Sato. Il jeta un œil au mannequin, puis retourna sur le japonais :

« -Je sais que c’est un peu indiscret, mais… est-ce que vous vous êtes déjà retrouvé dans une situation comme celle dont vous venez de me décrire ? Vous aviez l’air de bien vous y connaître, alors je me demandais si vous aviez pu mettre votre entraînement à profit au cas où ça vous serait arrivé de vous faire agresser. »

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Lun 11 Juin 2018 - 14:55

Je levais la main a hauteur du menton en regardant le mannequin. Combien de temps j'avais pu frapper son frère, dans la salle du temple qui se trouvait collé a ma maison a Mûra ? Des heures, des jours ou des semaines, c'etait devenu un véritable partenaire d’entraînement silencieux. J'avais déjà entendu dire par un de mes senpai que le mannequin était quasiment un ami sans lequel on ne pouvait jamais progresser dans notre art. J'avais appris a avoir la même sensation. La même admiration pour le travaille qu'ils pouvaient fournir.

Je me retournais vers Viggo alors qu'il semblait avoir comprit ce que je voulais dire. C’était peut être le moment ou il allait se retourner et se dépêcher de quitter la pièce ? Non, au contraire, il semblait plutôt motivé, bien que son visage ne reflétait pas l'envie de faire quoi que ce soit. En fait son visage ne permettait pas de savoir ce qu'il pensait. C’était peut être mieux comme ça, cela dit. Et il avait raison. Moi même je n’étais pas un combattant aguerrit. Enfin, de mon point de vu. Il y avait toujours une amélioration a faire, un point se lequel progresser, une posture a travailler, un muscle a entraîner. Le chemin de la perfection n’était qu'une route infinie, et seul un fou pouvait un jour prétendre avoir perfectionner son art a l’extrême. Ça n'existait pas. Ceux qui pensaient qu'il y avait des maîtres invincibles et au sommet était des idiots. Le seul sommet que l'on pouvait atteindre, c’était la mort.

- Je ne dis pas que vous aurez besoin de trente ans d’entraînement pour savoir te défendre un minimum, mais il ne faut pas espérer être comme dans la culture, et dans les films, a savoir faire des mouvements incroyables en quelques jours. Comme dans ce film la....euh...karaté kid. N’importe quoi. Bref, je m'écarte du sujet.


C'est lui qui reprend encore la parole, pour une question que je n’apprécie pas beaucoup. Pas parce qu'il l'a posé, mais parce que je suis obligé de me souvenir d'un événement en particulier que j'aurais préféré oublier. Je n'étais pas particulièrement impulsif, mais cette fois la, j'aurais mieux fait de me retenir, au lieu d'écraser ces trois types sur le bitume. Ça aurait pu me coûter cher, et en plus il ne l'avait pas vraiment violé, Aslinn. Mais c’était fait maintenant, et je ne pouvais pas changer le passer, alors autant vivre avec.

- Deux fois en fait. Y'en a une dont je suis pas très fier, ou j'ai utilisé ma force pour quelque chose qui ne va pas avec ma philosophie de vie. Je me défend, et ce jour la, j'ai attaqué. Bref. Je peux vous expliquer la seconde si ca vous fait plaisir, ca donne un peu de consistance a mon explication je suppose.

Je fermais les yeux un instant, pour me souvenir le plus précisément possible de ce jour ou je m'étais battu très brièvement dans ce bar a Bougu. Ca devait remonter a deux ans maintenant. Maintenant que j'y pensais, je n'avais pas revu Hibari-san cette année, il avait peut être terminé ses études ? Hum, il faudrait que je me renseigne un peu. Il avait toujours cette tête de vagabond, mais j'aimais bien discuter un peu avec lui. Et j'avais toujours la sensation d'avoir une dette envers lui. Je me passais la main dans les cheveux avant de commencer mon explication.

- Je ne vis pas vraiment a Keimoo, je suis en chambre étudiante. Je suis arrivé il y a deux ans, et a l'époque j'avais l'habitude de souvent me perdre. Je me suis perdu a Bougu un soir, en été, et comme vous le savez peut être, ce n'est pas vraiment un quartier qui donne envie de passer ses soirées tout seul.


C’était le repaire des petites ou grosses frappes, des Yakuza du bas de l’échelle ou encore des prostitués, des bars mal famés et j'en passe et des meilleurs. Bien loin de mon univers, c’était aussi la que j'avais rencontré Shiki-san, et rien que pour ça, j'étais quand même satisfais d'avoir eu plusieurs fois ou j'avais perdu mon chemin sur cette fameuse route aux lampadaires brisés qui borde la partie est de ce quartier. Je reprenais vite la parole pour ne pas le laisser ainsi dans l'attente.

- Du coup je suis rentré dans un bar pour demander mon chemin, mais ici, au Japon, c'est interdit pour les jeunes de moins de vingt et un ans d'aller dans les bars le soir. Donc forcément, j'étais pas super serein. Je suis tombé sur un étudiant comme moi, mais avant qu'il puisse m'indiquer la route, on s'est fait prendre a partit par un genre de videur.


Bon, c’était pas exactement la vérité. La vérité c'est que j'avais bu un verre avec lui sous sa demande, en échange de quoi, il me donnait la route. Il était sympa, Hibari-san, mais un peu bizarre sans doute. Du coup, comme je ne buvais jamais, j'avais eu du mal a ne pas me sentir....un peu brumeux. Mais c’était le genre de détails que je gardais pour moi.

- Il était énervé, un peu alcoolisé, alors il a commencé a nous mettre un coup de pression. C'est monté rapidement, et il a voulu me frapper. Manoeuvre de base, j'ai attrapé son coude, déviation, attaque aux points vitaux. Légitime défense, même si j'étais dans l'illégalité. Heureusement, le garçon avec moi a était beaucoup plus fin que moi. Alors que l'autre lui tenait le bras, il a lui même provoqué une torsion pour faire comme si l'autre venait de lui déboîter l'épaule. Surprit, il l'a lâché, Et Hibari-san a pu l'assommer. On est partit en courant, et voilà.

J’arrêtais une seconde, puis j'achevais mon explication :

- La moralité de cette histoire, c'est qu'il faut parfois aussi utiliser sa tête plutôt que ses réflexes, et aussi, qu'il ne faut pas aller dans un bar a Bougu ou ailleurs si on a pas vingt et un ans.

Je souriais un instant pour moi même, fixant le mur, puis me repris.

- Bon, si ca vous intéresses vraiment je vous invite a boire un verre pour en discuter. Je dois fermer le dojo, avant de partir. Désolé, vous vous êtes changé pour pas grand chose, je pensais pas que mes explications seraient aussi longues.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 12 Juin 2018 - 2:33

Quelques jours, ce n’était certainement pas ce à quoi il s’attendait. A la limite quelques mois, si on devait voir au plus court. De toute façon, il verrait lorsque l’entrainement débuterait pour de vrai, puisque pour l’instant, ils en étaient à l’avant-propos et à la théorie.

Viggo haussa furtivement les épaules quand Satoshi mentionna le film « Karate Kid ». Pour être tout à fait honnête, il ne l’avait jamais vu. Mais de ce qu’il en savait, c’était un film des années quatre-vingts dans lequel il devait y avoir beaucoup de clichés et de fantaisies, quand on savait le genre de films sortaient à cette époque. Finalement, il préféra se concentrer sur le récit qu’entamait Satoshi.

Ses talents lui avaient donc servi deux fois. La première fois pour attaquer et il n’en était pas... Qu’est-ce qui avait bien pu le pousser à faire ça ? Une affaire personnelle ? Peut être qu’il avait un compte à régler à quelqu’un qui lui avait fait du mal, à lui ou un proche. En tout cas, il le voyait mal brutaliser quelqu’un sans raison pour venir jouer les hypocrites et parler de philosophie de vie ou autre, encore moins dans un pays comme le Japon où l’honneur à une très grande importance. Il décidait en revanche d’aborder l’autre, sans doute un peu moins sensible. Il ne jugeait pas, après tout lui aussi préférait parler des victoires qu’il avait remporté plutôt que de ses défaites.

Il n’était donc pas originaire de Keimoo, lui non plus. Certes, il devait probablement venir du Japon, ce qui ne faisait pas entièrement de lui un étranger. Enfin, cela ne l’avait pas empêché de se perdre dans la ville à son arrivée. Rien de surprenant, mais il s’était perdu dans un quartier peu recommandable, en particulier le soir : Bougu. Il nota le nom dans un coin de sa tête : il éviterait de se rendre de ce côté-ci de la ville s’il souhaitait la découvrir un peu plus, comme lui avait conseillé Ayame, il y a trois semaines. Ce n’était pas son genre de se perdre, mais si ça venait à lui arriver, autant le faire dans un lieu où il n’aurait pas d’ennuis.

Puis il était rentré dans un bar, ce qui… interdit pour les moins de vingt et un ans au Japon ? A vrai dire, il n’allait jamais dans les bars, mais il lui était arrivé que Takeshi l’y emmène parfois, après une après midi de travail. Ca avait été toujours le même et les gens avaient l’air de connaître le proprio du garage, qui devait être un habitué. Si Viggo se rendait dans un autre bar tout seul, ça serait sans doute une toute autre histoire. Quoiqu’il en soit, Satoshi y avait rencontré un autre étudiant mais ils s’étaient faits accostés par un videur. Jusque là, cela lui paraissait normal.

Un videur énervé, cela n’avait rien d’étonnant. Alcoolisé, en revanche, c’était étrange, mais il ne fit pas de commentaire. A partir de là, l’escalade à commencé. Le suédois aurait pu être prompt à juger car on lui avait enseigné durant ses cours d’auto-défense qu’il fallait d’abord éviter l’escalade. Mais si lui-même lui avait expliqué que dans ce genre de situations c’était le corps et non la tête qui réagissait car elle était étouffée psychologiquement, alors il était normal que les choses aient dérapé.

En quelques phrases, il résuma la confrontation. C’était clair, rapide et précis, comme avait dû être le combat avant que la fuite ne s’en suive. Après tout, cela ne devait pas s’étaler sur plusieurs minutes ou une double page entière, comme dans les polars qu’il lisait. Dans la réalité, la violence n’était pas très glamour et parfaitement chorégraphiée : c’était quelque chose de plus confus, brutal et rapide, surtout quand l’adrénaline entrait en jeu. Il essaya de s’imaginer en train de rendre les coups, mais ne parvint pas vraiment à réaliser : il n’avait jamais vraiment essayé de les rendre et quand on lui avait enfin appris à se défendre physiquement, il n’avait jamais eu à s’en servir, ce qui n’était pas plus mal, d’ailleurs.

En attendant, l’autre étudiant, qui devait s’appeler Hibari, ne semblait pas plaisanter non plus : se tordre le bras volontairement pour simuler un déboitement de l’épaule, ce n’était vraiment pas bête, surtout pour l’assommer juste ensuite. Presque lâche, en fait, mais dans la rue, il n’y avait pas vraiment de règles pour le combat.

Une fois le récit terminé et la morale énoncée, Viggo hocha furtivement la tête : cela avait été plutôt intéressant. Il était d’accord pour la partie sur le fait de ne pas se rendre dans un bar situé dans un quartier mal famé le soir, quant à celle qui stipulait qu’il valait mieux utiliser sa tête que ses réflexes, il voulait sûrement résumer la situation. L’albinos était d’accord.

A ce stade de leur conversation, Viggo s’attendait à ce que Satoshi lui propose qu’ils voient peut être une première technique, quelque chose de simple, une posture ou autre. Mais s’il y a bien une chose qu’il ne vit pas venir, ce fut la proposition que lui fit Sato. Il leva la tête vers lui en cillant très rapidement, visiblement très surpris. Hormis Takeshi et sa sœur, personne ne lui proposait d’aller dans un bar, d’habitude. Il voulut regarder un coup d’œil à sa montre, mais il ne l’avait plus au poignet, puisqu’elle était dans son sac, dans les vestiaires.

« -Euh… Je crois que j’ai le temps, balbutia-t-il. Enfin, oui, pourquoi pas. »

Il se leva en se passant la main dans ses cheveux à l’arrière de son crâne, le regard perdu sur le tatami au sol :

« -C’est pas grave, on verra une autre fois pour l’entraînement, j’imagine... »

Il désigna du pouce les vestiaires derrière lui :

« -Je vais juste me changer et prendre mes affaires. On se retrouve dehors ? »

Puis, le jeune homme fit un bref signe de tête avant de se tourner pour retourner dans les vestiaires. Alors qu’il se changeait, Viggo se demanda si c’était vraiment raisonnable de suivre un quasi inconnu qui l’invitait à prendre verre. Il songea à annuler en prétextant une excuse, mais se ravisa. Après tout, ce Satoshi n’avait pas l’air d’être une mauvaise fréquentation.

Trois minutes plus tard, il était sous le porche à l’entrée du dojo, habillé de son jean noir et de ses baskets. Il avait gardé sa casquette car il pleuvait toujours, comme en témoignait le son de l’averse contre le toit, lorsqu’il se changeait dans les vestiaires. Une main dans la poche de sa veste fétiche, il faisait tourner ses clés de voiture dans l’autre autour de son index avec une certaine adresse, prêt à partir.

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Mer 13 Juin 2018 - 16:17

Bon, au moins c’était réglé. J'allais lui dire plus ou moins les prédications qu'il devait connaître avant de s'inscrire, puis je verrais avec le maître du dojo pour voir dans quel groupe il allait passer. Il y avait une chance pour qu'il soit dans un groupe d'enfants. Le groupe avec Saito, c'etait déjà un bon niveau, mais il n'aurait pas trop de mal a rattraper sans doute. Et ca voulait dire que j'allais sans doute être son instructeur. Il fallait que je lui précise, il y avait beaucoup de gens qui préféraient abandonner plutôt que d’être dans un groupe d'enfants.

Je le suivais jusque dans le vestiaire et défaisait mon haut pour pouvoir remettre mon Ginjotan. C’était une ceinture de poids que je portais constamment en dehors des entraînements des combats. Une fois torse nu, je la passais doucement autour de mon ventre et l'attachait consciencieusement grace a une attache qui permettait de me garder en sécurité en cas de soucis. Un poids sur la colonne pouvait faire beaucoup de dégâts. Une fois fait, je sautille un peu, pour bien alourdir mon corps des quinze kilo supplémentaires, et je recommence a attacher les lacets oranges fluo qui permettre a mon Nan Quan de tenir.

Je prenais ensuite mon sac et sort, sans songer une seule seconde a changer de vêtements que ceux traditionnel que j'avais sur moi. Je sortais souvent comme ça après tout, sans être plus visible que d'habitude. J'allais jusque devant la sortie, observant la pluie le temps que l'autre arrive. Quand je le voyais, je sortais les clés de l'entrée, dernière porte a fermer. Je lui tendais mon parapluie sans rien dire, en le laissant passer devant. Une fois dehors, je refermais derrière, et désignais ensuite ses clés :

- Vous pouvez ranger ça, c'est suicidaire de rouler en centre ville a cette heure la. Et puis c'est pas loin. Vous devriez prendre l'habitude de tout faire a pied, c'est bien meilleur pour la santé.

Bon, je suppose que ma phrase était totalement biaisé, a partir du fait que je n'avais pas du tout le permis. J'aurais peut être fais autrement, dans le cas contraire, mais je n'avais pas du tout l'argent pour me payer le diplôme, ou une voiture a coté. Lui laissant le parapluie, je m'engouffrer sous la pluie. J'aimais bien le contact de l'eau sur ma pote, ca me faisait du bien. Ça me soulageait. C’était bien mieux que d’être sous la chaleur du soleil. J'étais mouillée pareil, mais c’était bien moins agréable.

Je prend le chemin sur le coté, dépassant le dojo pour être a coté du temple. En cette période de l'année et avec ce temps, il n'y a pas grand monde, mais je vois du coin de l’œil qu'il y a des gens en train de faire la queue pour faire une petite prière. Le temple collé a ma maison, a Mura, n'avait jamais ce genre de queue. En même temps, au fin fond de la campagne, ce n’était pas très difficile. C'est pour ça que ma mère en était la gardienne. Parce que a part le nettoyer, il n'y avait pas grand chose a faire. Sauf lors des fêtes bien sur, surtout vers le nouvel an.

Nous marchions une petite dizaine de minutes, jusqu'à atteindre les premiers bâtiments commerciaux. Je me souvenais avoir croisé le bar d'Ethel par ici, plus d'un an auparavant, mais surtout, quelque mois plus tôt, avoir déjeuner avec Misuzu dans un restaurant non loin d'ici. Je ne m'y connais pas trop, alors je rentre dans le premier que je croise. Il n'a sans doute pas l'age, mais a cette heure la, il n'y a pas de problème. Ce n'est pas comme si il allait vouloir prendre de l'alcool non ? Je prend place a une table prêt de la fenêtre, observant un peu la pluie pendant qu'il s'installe.

Une seconde plus tard, la serveuse qui s'incline en nous regardant avec un grand sourire. Je la détaille très rapidement, et confirme que je ne l'ai jamais vu avant aujourd'hui. Peu importe. Je commande une eau aromatisé a la pomme, comme d'habitude, avant de le laisser faire. Elle nous regardes en silence, observant nos cheveux respectifs. Après qu'elle soit repartit, je laisse un temps de silence pour reprendre ensuite la parole.

- Comme je vous l'ai déjà dis, il n'y a pas vraiment de cours pour votre tranche d'age. Du coup je suppose que vous serez dans le groupe des garçons. Ils ont entre onze et quatorze ans. Mais pas beaucoup de quatorze ans, la plupart sont dans les clubs de leurs écoles, comme j'ai dis. Mais ils ont un très bon niveau pour la plupart, déjà. Notamment Saito-kun, si il continu comme ça, il a une chance de faire les nationaux d'ici la fin de sa scolarité.

Je prenais une pause, sans vraiment le regarder. Je n'avais pas de document comme j'aurais pu avoir pour un élève, en tant que capitaine de club de combat sans armes de l'académie. Je sortais mon téléphone, et pianota doucement pour envoyer un message a monsieur Nagashika. C’était lui qui devait décider après tout. De mon coté, je n'étais pas du tout dérangé par le fait d'avoir un éléve de plus, surtout si il semblait aussi discipliné.

- Si ca vous dérange, vous aurez du mal a trouver mieux en dojo. Vous pouvez toujours chercher un maître pour des cours particuliers, mais ça risque d’être beaucoup plus cher. Je ne sais pas combien je demanderais....hum....bonne question, ça dépend ou je vais. Sans doute vingt-cinq pour-cent de plus que mon salaire actuel.

Je pensais rapidement aux textes de droits sur ce sujet, c’était du niveau deuxième année, mais mes résultats n'avaient pas étaient extrêmement brillant. J'avais quand même une assez bonne mémoire pour me souvenir de ce genre de détails.

- Sinon, pour le cours dont j'ai parlé, c'est deux fois par semaine. Il y a aussi le cours des filles mais je ne vois pas l’intérêt pour vous....même si Eriko-chan est plus forte que n'importe lequel des garçons de son age, voir même de beaucoup qui sont plus vieux. Bref, au niveau du style vestimentaire, c'est comme vous voulez, du moment que vous êtes a l'aise dedans. Moi je porte ça, mais c'est juste parce que....hum....j'aime bien, je suppose.


C'est vrai que je n'avais jamais acheté autre chose depuis ma première année de lycée ou ma mère me l'avait offert. Je n'avais quasiment pas grandis depuis et vu le prix que cela devait coûter, ce n’était sans doute pas plus mal. Je n'ajoutais rien pendant un moment, le temps que la serveuse nous apportait nos verres. Je le prend doucement et la remercie en inclinant la tete. Elle y répond de la meme façon, et une fois qu'elle a disparut plus loin, je reprend la parole.

- Si vous avez des questions, c'est le moment. Sinon je peux aussi vous expliquez l'ordre de l'apprentissage, la vitesse moyenne...ce genre de choses.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Jeu 14 Juin 2018 - 18:34

Viggo referma d’un seul coup sa main autour de la clé en plein mouvement. Satoshi n’avait pas totalement tort : pour avoir déjà emprunté le centre ville à cette heure-ci, les rues de Keimoo pouvaient être aussi encombrées que tout autre centre-ville dans un pays où la voiture était aussi utilisée. Quant à l’habitude de tout faire à pied… ce n’était pas par paresse, mais par plaisir qu’il conduisait. Peut être que Satoshi en avait une mais n’aimait pas s’en servir. Enfin, il n’en savait rien et ne comptait pas vraiment l’importuner sur le sujet.

« Merci, dit-il en prenant le parapluie que lui tendit Satoshi. »

Une fois sur le parking, il se dirigea vers sa voiture et y déposa son sac de sport dans le coffre avant de le refermer. Puis il s’éloigna, non sans avoir jeté un œil à la Mazda avec un léger sourire. Aucun doute : avoir retapé lui-même sa voiture plutôt qu’en acheter une neuve était beaucoup plus satisfaisant, d’autant plus que Takeshi en avait prit à cœur joie de l’aider. C’était dans ces moments qu’ils avaient le plus sympathisé et qu’il en avait un peu plus appris sur la vie de ce garagiste parfois rustre, mais amical.

Le trajet fut rapide. Ils passèrent notamment devant le temple où Viggo observa les fidèles peu nombreux en ce jour, mais qui bravaient l’averse pour aller prier. En tant qu’athée, le suédois avait toujours du mal à comprendre la foi qui pouvait animer les croyants, mais n’étaient pas surpris par leur motivation à braver les éléments pour une prière. Après, il y avait bien des fans qui campaient bien sur le circuit de la Sarthe pour assister aux 24h du Mans, d’autres campaient pour assister à un concert et d’autres tout simplement pour être les premiers à s’acheter le dernier téléphone de la marque à la pomme, alors…

Le jeune homme suivit Satoshi dans un restaurant. Après avoir posé sa veste sur sa chaise et retiré sa casquette, Viggo jeta lui aussi un regard à travers la vitre afin d’observer la pluie. Apparemment, il n’était pas le seul à apprécier ce spectacle, à en juger la table qu’il avait choisi dans le restaurant et la façon dont il avait de regarder l’extérieur. En même temps, la pluie offrait l’un des bruits les plus relaxants que le suédois connaissait. Ca l’était encore plus lorsqu’il lisait sur son lit dans sa chambre alors que la pluie cognait à sa vitre.

La serveuse vint prendre leur commande. D’habitude, lorsque Takeshi l’emmenait au bar, le japonais lui payait un soda, l’un des seuls moments où il pouvait en boire. Ne sachant pas quoi prendre, il commanda la même chose que Satoshi, une eau aromatisée à la pomme. De toute façon il n’avait pas envie d’un soda et si Satoshi lui faisait déjà des remarques sur sa voiture, il en ferait sans doute sur la boisson gazeuse. Viggo nota que la serveuse les observa un instant, leurs cheveux en particulier. En même temps, l’un était un japonais aux cheveux blonds, l’autre un gaijin aux cheveux blancs. Autant dire qu’ils formaient un duo pour le moins atypique, en plein milieu d’un quartier traditionnel.

« -D’accord pour le groupe d’enfants, mais s’il y en a qui ont déjà un bon niveau, ça posera pas de problèmes, comme je n’ai jamais fait d’arts martiaux ? »

La perspective de se retrouver dans un groupe d’enfants ne l’enchantait guère mais si ces enfants avaient déjà un niveau suffisamment élevé pour que l’un d’entre eux puisse tenter les championnats nationaux, l’écart de niveau serait peut être un peut trop grand.

« -Je pense que je ferais avec… »

Il songea aux horaires. Si c’était deux fois par semaine, il allait devoir s’arranger avec Takeshi pour avoir les après-midi de libres afin de pouvoir se rendre à ces cours. Là encore, il lui suffirait de verrouiller certains jours, au lieu de son emploi du temps qui changeait chaque semaine. Quant à la tenue, il viendrait probablement en jogging, comme il venait de le faire aujourd’hui. Satoshi arborait quant à lui une tenue très… traditionnelle. Une chose étrange, se dit Viggo mais quand on connaissait l’attachement qu’avait le Japon avec ses traditions, cela n’avait rien d’étonnant. C’était comme s’habiller en Viking pour aller s’entraîner à son cours de lutte, en Scandinavie.

Le jeune homme remercia la serveuse d’un signe de tête avant de prendre une gorgée d’eau, qui avait un assez bon goût, d’ailleurs. Il resta silencieux et jeta un coup d’œil vers la fenêtre avant de demander :

« -Est-ce qu’il y a des… choses en particulier que je dois savoir, avant le premier cours ? »

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Jeu 14 Juin 2018 - 20:18

Je laissais mon dos s'appuyer doucement contre le rebord du siège ou j'étais assis, observant le fond de mon verre, en essayant d'analyser pourquoi il avait prit la même boisson que moi. Pour faire bien ? Essayer de me faire plaisir d'une quelconque façon ? Je me prenais sans doute trop la tête avec quelque chose de vraiment inutile. Il me suffisait de faire comme si il avait prit autre chose. Il avait un énorme accent, il voulait peut être ne pas se rendre ridicule en se trompant dans sa commande, alors il avait juste demandé la même chose que moi.

Difficile de me souvenir depuis quand j'aimais cette boisson, car quand j'étais petit,j e n'avais pas vraiment le souvenir d'en avoir bu plus que de raison. C’était quand j'étais arrivé a Mûra. Sans argent, nous ne buvions que de l'eau du robinet, et encore, il fallait faire attention a la facture. Une situation dont j'avais pris l'habitude sans jamais me plaindre, et qui semblait maintenant assez loin, alors que c’était encore le cas simplement un ou deux ans auparavant. Et je me souviens qu'au collège, il y avait un distributeur ou Hikari avait l'habitude de m'acheter une boisson après l’entraînement. La moins cher, l'eau aromatisé. J'avais pris a la pomme la première fois, et j'avais tellement aimé ce goût sucré que je n'avais jamais changé cette habitude ensuite.

- Je peux vous donner le prix. C'est vingt sept milles yens pour l'année, déjà.

Ce n’était pas extrêmement cher, il fallait simplement une licence et la participation pour le développement du club. Au vu de la voiture qu'il avait, cela ne devrait pas lui poser problème. Si même moi j'avais de quoi me payer ce genre de choses, il pouvait probablement le faire même sans regarder le prix. Il songea a la suite. A cette histoire de niveau. C'est vrai qu'il y en avait deux ou trois qui étaient assez bon, mais assez bon pour des adolescents, voir plus jeune. Il était probable qu'il ai le même niveau au bout de quelques leçons tout au plus.

- Vous êtes beaucoup plus fort physiquement. Des que vous aurez un peu de technique, vous n'aurez aucun soucis. Bon, la force n'est pas le seul facteur bien sur, mais a ce niveau, moyen, c'est un détonateur important. Tout comme dans la rue. Tout comme sur le tatami. Enfin, méfiez vous quand même, ils sont un peu malicieux, c'est des malins. Ils savent ou taper pour faire mal. Une jointure, il n'y a rien de plus douloureux, et je parle en connaissance de cause.


J'en avais pris des coups, a l'époque au collège, par Hikari. Rien de tel que de se prendre le coup pour savoir exactement comment le placer ensuite. Ce n’était pas pour ça qu'il m'avait frappé du talon au niveau de la joue, me marquant d'une cicatrice indélébile qui était assez discrète pour que personne ne me questionne sur le sujet. Juste assez pour être vue. Mais il était important de dire que si il voulait devenir bon, il fallait en payer le prix.

- Sinon, je peux aussi vous avertir qu'il vaux mieux ne pas avoir peur des petits bobos. Nous nous entraînons entres nous, et si nous évitons l'utilisation de techniques vraiment dangereuse, il est normal de pratiquer sur quelqu'un. Il faut être dur au mal un peu. Enfin, moi je ne ferais rien, en tant qu'instructeur je n'y vais jamais a vitesse réelle....enfin pour voir un vrai bon niveau a vitesse réel, il faut voir un tournoi. Notre dojo en a un, mais c'est au mois de novembre, il y a encore un peu de temps.

Je l'avais gagné l'année précédente, et c’était pour ça que j’étais finalement devenu instructeur. J'avais étais repéré de la sorte. Difficile de dire si j'allais le refaire cette année. Je pensais pouvoir avoir assez de points pour me qualifier pour les nationaux encore une fois, mais l'idée d'affronter mon ancien senpai ne me faisait pas rêver. Il m'avait battu une fois après tout, pourquoi pas deux ? Je n'avais pas la sensation d’être plus fort qu'au mois d'avril. Mais je n'avais pas vraiment l'impression d’être moins fort que lui non plus. C’était difficile a décrire comme sensation, je me retrouvais un peu coincé entre deux idées.

- Et sinon....hum...le principe de base de tout les sports je suppose. Le respect. Pas besoin forcément d’être passionné, mais c'est un plus pour progresser. De la motivation et de la détermination. Il ne faut pas abandonner au bout de quelques semaines car on ne voit pas de résultats. C'est un travail sur la durée, aussi bien physique que mental.

Je reprenais une gorgée, avec la sensation d'avoir fait un peu le tour. Je ne savais pas quelle heure il était mais je ne comptais pas lui bloquer sa soirée. Ce ne devait pas être très reluisant que de passer une soirée avec un blond bizarre en costume d'artistes martiale qu'on ne connaissait même pas. Aussi, je finissais mon verre en deux gorgées et le reposait avec douceur.

- Je pense avoir fait le tour. Si ça vous intéresse, je peux vous parler pédagogie et de la façon dont on commence l'apprentissage. Mais sinon, je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps.

Je sortais de quoi payer nos deux verres, puisque j'étais celui qui avait invité, et que c'etait mon rôle de senpai, puis le jaugea du regard, en silence.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Ven 15 Juin 2018 - 0:27

Vingt sept mille yens. Viggo effectua un bref calcul dans sa tête afin de convertir les yens. C’était moins cher qu’il ne le croyait et pourtant selon Satoshi, il allait s’entraîner dans un des meilleurs dojos de la ville. C’était une bonne chose que ce genre de sport reste accessible au plus grand nombre. Il hocha la tête :

« -D’accord. »

Selon son interlocuteur, il a avait déjà une partie des éléments nécessaires, à savoir la force pour pouvoir rapidement arriver à niveau. Mais cela ne l’empêcherait pas de devoir se méfier de ses partenaires de groupe qui malgré leurs jeune âge pouvait lui en faire baver, car ils avaient déjà de la technique, et savaient exactement où frapper. Les jointures, évidemment. Il avait appris ça en cours d’auto-défense comme un des emplacements à frapper, surtout au niveau des genoux.

« -J’ai vu pire, répondit-il en réponse à ce que déclara Satoshi à propos des petites blessures. »

Il se remémora Monza, lorsqu’il était en Formule 3. La première place qui lui échappait alors qu’un mécanicien n’arrivait pas à fixer son pneu correctement, l’attente interminable au stand, la chaleur sous son casque, son bouillonnement intérieur à l’idée de voir la victoire lui échapper pour quelque chose aussi stupide… Il se souvint être reparti en trombe, le pied au plancher pour reconquérir les places qu’il avait perdu. Il y avait eu un premier concurrent qu’il dépassa quasiment sans problème car celui-ci n’avait pas encore ravitaillé. Sans abandonner, il avait poursuivi celui qui occupait la quatrième place et était dans ses roues en moins d’un tour, prêt à le dévorer.

C’est après un tour de lutte acharnée que juste avant la Parabollica que tout avait dérapé. Il prenait l’aspiration sur son rival et, grâce à son nouvel élan de vitesse, tenta l’extérieur. Mais l’autre freina plus tôt que Viggo ne l’attendait et à partir de là, tout avait dérapé : sa roue avant droite heurta l’autre monoplace. La jointure se cassa net et le pneu passa par-dessus le capot. Puis la voiture s’était soudainement déportée sur la gauche avant d’heurter le rail, la renvoyant dans l’autre sens. Viggo tenta de la redresser, en vain : sa monoplace glissa sur le bitume, légèrement désaxée par rapport à la ligne droite. Quand elle vint mordre l’herbe, puis le gravier, il y eut une brusque secousse et d’un seul coup, la voiture se souleva. Pendant les cinq interminables secondes qui suivirent, le sol et le ciel échangèrent constamment de place devant les yeux du suédois. Puis presque aussi brutalement, la voiture s’était dans sa course folle, retournée contre la barrière en métal.

Le choc à plus de deux centre trente kilomètres à l’heure avait eut raison de la monoplace qui ne ressemblait plus qu’à un amas de ferraille compressé. Viggo s’en était sorti avec une fracture aux côtes ainsi qu’un pneumothorax et une douleur aux genoux. Il avait dû déclarer forfait pour les deux courses suivantes, ce qui l’avait plongé dans un état de frustration pendant les semaines qui avaient suivies. Enfin, le fait qu’il se soit sorti vivant et qu’il pourrait reprendre la compétition lui avait offert un peu de consolation.

Satoshi évoqua brièvement le respect dont il fallait faire preuve, dans ce sport, une chose qu’il connaissait déjà. Il pouvait se montrer très compétitif, mais il prenait du plaisir à gagner, pas à écraser les autres. Sur la piste avec l’adrénaline, il n’était pas rare que les insultes fusent lorsqu’on bataillait avec un autre. Mais dans les paddocks, Viggo n’avait jamais eu de problème avec les autres et avait au contraire beaucoup de respect pour les autres pilotes, puisqu’ils n’étaient pas que des adversaires à vaincre, ils étaient également des modèles qui inspiraient le jeune suédois.

Quant à ses conseils sur la patience, ils l’avaient déjà évoqué tout à l’heure, lorsqu’ils étaient assis sur le tatami, dans le dojo. Il ne s’attendait pas à devenir instantanément un combattant invincible car on lui avait montré une ou deux prise et pointé du doigt quelques faiblesses sur le corps de l’adversaire. Il hocha la tête une nouvelle fois afin de lui montrer qu’il avait compris. Il remarqua alors que Satoshi venait de terminer presque d’un trait son verre. Viggo jeta un coup d’œil à sa montre : dix sept heures trente six et rien de prévu avant ce soir, où il irait dîner avec ses parents en ville. Le japonais déclara qu’il pouvait lui fournir encore d’autres explications ou qu’il ne le dérangerait pas plus longtemps. Le jeune homme se demanda s’il n’avait pas ennuyé à mourir son professeur du jour et haussa les épaules :

« -Comme vous voulez. Je n’ai rien de prévu avant ce soir, alors… »

C’est alors qu’il remarqua que Satoshi avait payé pour eux deux. Il se sentit mal à l’aise à cette idée, car Satoshi venait de lui donner du temps pour lui expliquer ce qu’il devait savoir sur la discipline alors qu’il aurait pu simplement rentrer chez lui. Il observa les yens posés sur la table un instant d’un air songeur avant de lever la tête vers lui et déclara avant de se pincer les lèvres :

« -Je peux peut être… vous payez un autre verre, si vous voulez ? »

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Dim 17 Juin 2018 - 12:32

C’était sans doute bien qu'il n'ai pas peur des petites blessures, mais il fallait quand même le savoir et être prêt. Ce n’était pas comme avoir une grosse blessure. C’était une accumulation qui pouvait décourager. Se prendre un coup a répétition, ce n’était jamais bon pour le moral, mais il fallait souvent en passer par la. Je servais souvent de sac de frappe, parce que je savais comment limiter la blessure en me tournant au bon moment, pour encaisser le coup au lieu qu'ils se frappent entre eux. Je n'aimais pas trop qu'ils soient en binôme pour l’entraînement a la vitesse réelle, mais je ne pouvais de toute manière par m'occuper de tout le monde en même temps.

Finalement, il n'avait pas l'air d’apprécier que je lui paye un verre. Je commençais a croire que le problème c’était moi, a chaque fois que je proposais, je me faisais remballer. Il voulait me payer un verre a son tour. Comment refuser poliment ? C’était totalement impossible, et j'hochais donc finalement la tête. Je comptais aller m’entraîner sur le campus après, mais je pouvais bien l'accompagner pour un verre de plus. Je remarquais que nous n'avions toujours pas arrêter de nous parler comme des étrangers alors que nous avions le même age. C’était l'occasion de modifier ça.

- D'accord pour le verre. Je prendrais la même chose, mais en échange, on devrait se tutoyer, ce sera plus familier. Surtout si on s’entraîne ensemble.

J’étais presque étonné que ce soit moi qui le propose, mais je devais prendre les devant. Si je passais ma vie en faisant une profession qui avait besoin de parler avec des gens, je ne devais pas m’inquiéter comme ça. Je le laissait passer la commande, en écoutant distraitement ce qu'il prenait. Peut être autre chose ? Comme dis précédent, moi, je préférais rester sur des bases solides. L'eau aromatisé a la pomme, c’était la vie. Puis une fois que c’était fait, et en attendant, je reprenais la parole :

- Si vo...si tu veux, je peux t'expliquer la façon d'apprendre.

Je suivais la façon que moi j'avais eu comme apprentissage, qu'Hikari m'avait enseigné lors de ma deuxième année de collège. Les heures de méditation, de mouvements répétés encore et encore, de barre de bois, de mannequin humain, a bras multiples....bref. Il y avait de quoi faire. Je réfléchissais un moment a comment je pouvais présenter ça, et nos verres étaient déjà la. J'inclinais la tête la serveuse toujours identique qui semblait de plus en plus concernés par nos discussions qu'elle entendait a chaque passage. Elle se retira, retournant a son activité, alors que je commençais mon explication.

- Au Kung-fu, on utilise toute les parties du corps, mais on travail principalement avec les bras. Comme je l'ai dis auparavant, on utilise aussi des armes. Des couteaux papillons ou de lancer, des bâtons, principalement. Mais avant ça, il est impératif de connaître les formes de bases.

C’était quasiment mot pour mot ce qu'Hikari m'avait raconté la première fois. Et pendant une seconde, j'observais de nouveau la pluie en souriant. Il ne m'avait pas loupé pendant la demi-finale des nationaux de cette année. Penser que c’était mon ancien maître que je n'avais pas vu depuis des années qui m’empêcherais de gagner la première place.

Mais ce n’était que partie remise. Il lui restait un an d'étude. Sa sœur me l'avait confirmé. Je pourrais le battre l'année prochaine, c’était mon objectif maintenant. Puis après ça, avec la bourse sportive maximale, en tant que vainqueur, je pourrais prendre un appartement et changer de filière. Reprendre mes études a zéro. Et ouvrir mon dojo ensuite. Dans cinq ans peut être, si je ne redoublais pas.

- La logique veux de commencer par la première forme, la plus basique. On raconte qu'il faut en moyenne un an pour la maîtriser, mais ça dépend les personnes. Siu Lim Tao. La petite pratique. Elle entraîne le corps a répéter les mouvements de base, a s'enraciner de la manière qu'il faut, a controler son centre de graviter. C'est quasiment la forme la plus importante, parce qu'elle encre les réflexes principaux qu'il faut avoir. Aprés pour la durée ca dépend des gens. Je suis passé a la seconde forme au bout de quatre ou cinq mois. Mais certain eleve que j'ai y sont toujours depuis un an maintenant. Il faut que ce soit comme si le corps bougeait tout seul.

Je le regardais du coin de l’œil. Apprendre qu'il aurait besoin d'autant de temps pour maîtriser les bases, c’était sans doute a même de décourager quelqu'un de peu motiver. Je n'avais pas exagérer, mais je voulais voir sa réaction. Je prenais une gorgée, en attendant un peu d'entendre ce qu'il en pensait.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Viggo Nyström

avatar

Genre : Masculin Capricorne Tigre Age : 19
Adresse : 22 Rue Akaiberry, Quartier d'Hebi
Compteur 44

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 19 Juin 2018 - 2:12

Se tutoyer ? Viggo n’avait pas osé lui proposer, par crainte d’être remis à sa place par Satoshi. Peut être était-ce la proposition du verre qui l’encourageait à briser cette barrière inutile en raison de leur même âge. Tant mieux, il n’était pas un cas aussi désespéré qu’il ne le croyait en termes d’interactions avec les étrangers. D’autant plus qu’il avait accepté de se faire offrir ce verre. C’était peut être bien la première fois qu’il proposait ça, d’ailleurs. D’habitude, c’était toujours Takeshi qui s’en chargeait.

« -Ca me va, dit-il en haussant les épaules. »

Une fois la serveuse revenue, il constata que Satoshi reprenait la même boisson. De son côté, il décida de prendre un verre de Ramune, une boisson qu’il n’avait encore jamais gouté. L’eau aromatisée l’avait un peu déçu et il se dit que puisqu’il payait cette fois, il pouvait se permettre de commander quelque chose d’un peu plus cher, bien qu’il ne s’agissait pas non plus d’un verre de vin de luxe.

« -Mmm, répondit le jeune homme à la proposition de son interlocuteur. »

Remarquant une boite de cure-dents posée sur le rebord de la table, il se servit et se mit à rejouer avec, tout en regardant Satoshi alors que la serveuse revenait avec leurs boissons. D’ailleurs, il avait reprit son eau aromatisée… Peut être était-ce son pêché mignon ? Il n’en savait rien, à vrai dire, ils ne se connaissaient que depuis moins d’une heure. La serveuse leur jeta de nouveau un regard, sans doute encore surprise par leurs looks, leur conversation ou les deux. Viggo la remercia promptement avant d’écouter attentivement les explications de Satoshi. Ses explications lui parurent normales, jusqu’à un certain point :

« -On utilise… des couteaux ? »


Le fait d’utiliser des armes en arts-martiaux ne l’avait pas vraiment surpris. Mais il s’était toujours imaginé que l’on apprenait à s’en servir afin de travailler les réflexes ou ce genre de choses, comme avec des bâtons ou des nunchakus, comme on voyait certains s’en servir en les faisant passer autour du corps. Même si les armes précédemment énoncées pouvaient être extrêmement dangereuses, le couteau lui évoquait un outil bien plus dangereux, dans son esprit et il en fut étonné qu’on puisse apprendre à le manier dans un simple dojo. Viggo fit glisser le cure-dent dans le creux de sa main, la moitié du batonnet dépassant de sa paume :

« -Et du coup, tu sais… ? demanda-t-il en mimant un geste de poignardage. »

Le jeune homme assis en face de lui n’était pas seulement aguerri, mais l’idée qu’il savait peut être comment égorger quelqu’un facilement lui fit froid dans le dos. Enfin, comme il lui avait expliqué, son art martial restait avant tout défensif et il le voyait mal enfoncer une lame dans la gorge de quelqu’un.

Viggo prit quelques gorgées de sa boisson, qui avait un assez bon goût, au passage. Peut être qu’il demanderait à Takeshi de lui commander ça, la prochaine fois, se dit-il en observant le liquide contenu dans le verre. Alors qu’il se remettait à jouer avec son cure-dent, Satoshi se relança dans une série d’explications qui concernaient les différentes formes de combat. Viggo l’écouta attentivement. Un an d’apprentissage en moyenne ? Il aurait imaginé que cela durerait plus longtemps, comme c’était le cas de certains des élèves de Satoshi. Ce dernier avait maitrisé cette partie en seulement cinq mois. L’albinos n’espérait pas atteindre ce niveau, mais s’il pouvait le faire en un petit peu moins d’un an, cela lui donnerait sans doute un peu plus de fierté personnelle.

« -Siu Lim Tao, répéta lentement le suédois en essayant de ne pas écorcher les trois syllabes avec son accent. »

Il porta de nouveau le verre à ses lèvres d’un air songeur. A vrai dire, il repensait à ce qu’ils s’étaient dis plus tôt, dans leur conversation, notamment lorsqu’il avait abordé ses cours d’autodéfense :

« -C’est un peu ce que tu me disais tout à l’heure, non ? Le fait que ça soit le corps qui réagisse et non le cerveau. »

Son expression indiquait qu’il n’était pas totalement certain s’il s’agissait bien de ce dont ils avaient parlé, au dojo. Il regarda son verre, puis la pluie au-dehors en affichant un air pensif. Satoshi délivrait des explications fortes intéressantes, mais il ne savait pas vraiment quoi lui demander de plus. Bien  sûr, il pourrait lui demander quelles étaient toutes les formes, mais s’il allait déjà passer énormément de temps sur les bases, mieux valait déjà en rester là pour l’instant, chaque chose en son temps.

Il resta encore quelques secondes silencieux. A vrai dire, il avait un peu la sensation qu’il retenait Satoshi, à cet instant et se sentait un peu mal vis-à-vis de lui, notamment à propos de certaines questions qu'il avait trouvé un peu indiscrètes, maintenant qu'il y pensait. Il demanda alors :

« -Quand est-ce que je pourrais commencer ? »

__________________________________________________
"Be running up that road...
Be running up that hill...
Be running up that building..."
Running Up That Hill - Chromatics:
 


"He drove. That was what he did. What he’d always do.":
 

"The best therapy is a night drive with music.":
 


Playlist de Viggo --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11103-viggo-nystrom-mei
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   Lun 25 Juin 2018 - 16:04

Un petit sourire s'échappa de mon visage. C’était la première question que la plupart des gens posaient. Est ce que j'étais capable de tuer quelqu'un ? C’était même plutôt étonnant que ce soit le couteau qui le lui ai fait penser. J'étais bien entendu capable de faire mal a quelqu'un. Très très mal. Trop mal pour s'en remettre sans aucun doute. Mais bon, je n'avais encore jamais tué quelqu'un, et ce n'etait pas prêt de commencer. J'étais spécialiste en lancer de couteau, principalement. Pour les combats aux corps a corps, je préférais être a mains nues, c’était moins encombrant.

Je me souvenais d'une rencontre que j'avais fais avec un garçon lors des nationaux. Il était spécialisé en armes de corps a corps, contrairement a moi. Et bien il était évident que c’était le genre d'armes qui convenaient parfaitement a un combattant comme moi. Mais je n'arrivais pas a savoir pourquoi je n'arrivais pas a m'y habituer. Sans doute une idée stupide. Une lame, ce n’était pas comme une main, c’était un peu plus déconcertant.

- Je suppose que je ne peux pas dire non. Enfin, tout le monde est capable de tuer avec un couteau non ? Je préfère utiliser mes mains pour ça. C'est plus respectueux, sans doute. Enfin, c'est pas comme si je faisais ça tout les jours non plus.

Je lâchais un rire froid, avant de reprendre une nouvelle gorgée. Il prit cette petite pause pour réagir a la suite. Quand pourrait il commencer ? Demain sans doute, si il était vraiment motivé. Et il avait l'air de plutôt bien comprendre ce que je lui avais expliqué. Il ne restait plus qu'a lui donner mon numéro de téléphone, pour qu'il puisse me recontacter si il avait envie. Enfin, après tout, il pouvait aussi simplement venir jusqu'au dojo, comme il l'avait fait aujourd'hui, afin de voir le maître.

- Tu peux m'appeler si tu veux, déjà.


Je me penchais pour attraper mon sac, et sortir un de mes classeurs de cours. Je ne prenais jamais de note, je détestais ça. Je prenais les grands titres, et le noms des livres donnés par les professeurs, puis je faisais mon propre cours avec ces livres et internet. J'avais toujours fonctionné comme ça, et sans avoir des notes incroyables, je n'avais jamais redoublé une seule année, et voilà que j'allais vers les examens de la troisième. Mais pourtant, je n'avais jamais eu autant envie d’arrêter. Bref, ce n’était absolument pas le sujet. Je prenais un stylo et notais mon numéro, avant de lui tendre.

- Voila, avec ça, tu peux me contacter pour me poser d'autres questions. Je vais devoir y aller.

Je rassemblais mes affaires, que j'enfouissais a la va vite dans mon sac. Refermant doucement la fermeture éclair. Puis je prenais mon verre, le regardant en terminant ma boisson rapidement. Je n'avais pas beaucoup plus de temps a perdre. En effet mon téléphone sonna. Misuzu. Je fis un sourire polit avant de décrocher. Oh, oui, elle travaillait aujourd'hui. Je pouvais aller la voir.

- Désolé de partir de la sorte. Mais il semble que mon am....euh, une amie a moi m'attende. Du coup, je te laisse régler le deuxième verre ?

Je m'inclinais, avant de me lever doucement, et d'enfiler mon sac en bandoulière. Je me dirigeais tranquillement vers la porte, et sortit. Il faisait vraiment mauvais temps, et pourtant je ne pouvais m’empêcher de sourire. J'allais aller voir la femme que j'aimais après tout, et je pense que j'avais trouvais quelqu'un d'agréable pour le dojo. Une bonne journée en clair. Hum...Misuzu. Il faudrait peut etre que je me décide a lui parler. Bah, aucune chance que ce soit réciproque de toute façon.

Je prenais la direction du Kombini, sous la pluie, sourd a l'humidité qui prenait mes cheveux. Nous aurions le temps de nous secher devant un thé. Comme a chaque fois, aprés tout.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Débutant [PV Satoshi Sakutaro]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment on dit en français déjà ? (PV Satoshi Sakutaro)
» Cherche RP libre {débutant}
» Débutant EHM!!
» conseils pour débutant
» PhotoFiltre simple • Signature complète • Débutant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Hiryuu :: Allée des bonsaïs-
Sauter vers: