₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Ven 11 Mai 2018 - 4:28

Le flash des phares de voitures ne cessait d’agresser mon visage. Les quelques passants nocturnes, en état d’ébriété ou tout simplement trop joyeux meublaient le fond sonore d’éclats de rire, de cris, voir de disputes. Les musiques des bars se mélangeaient dans les ruelles, et moi, les joues noircis de larmes, je déambulais, lamentable.

Il devait être aux alentours de vingt trois heures, ou peut être même minuit, je n’avais aucune idée du temps qu’il pouvait être, et un vieux téléphone bientôt sans batterie. Mes sanglots attiraient la curiosité de certains badauds, qui zieutant sur ma robe sûrement, me voyaient comme une proie pour le moins alléchante. Sans vraiment faire attention à ces derniers, malgré l’alcool qui coulait à flot dans mes veines, je les repoussais d’un regard meurtrier, tentant tant bien que mal de feindre savoir où j’allais. Je décidais finalement de m’allumer une cigarette, munie de ce fameux zippo dont Loan m’avait fait cadeau. Je n’avais absolument aucune idée de l’endroit où je pouvais bien aller. J’avais prétendu rejoindre ma mère pour le weekend, ainsi, il m’était tout simplement inenvisageable de regagner l’internat, et encore moins possible de me rendre chez moi, puisque de un : je n’avais pas les clefs, de deux : elle n’était pas là, et de trois : si je me faisais prendre, j’étais clairement dans l’embarras.

Tout ça c’était encore de sa faute. J’avais vraiment l’impression que tout ce que Kazuo m’apportait, c’était des emmerdes. Du risque, certainement, et c’était ce que je trouvais le plus excitant, mais je commençais tout simplement à être fatiguée de toutes ces histoires, fatiguée de pleurer tous les soirs parce que j’avais commis des gestes qui ne me ressemblaient pas, parce qu’on s’était encore disputés, pour la énième fois.
Quoiqu’il en soit, je ne comptais tout de même pas dormir à la rue, et encore moins retournée à cette soirée miteuse et tenter de me réconcilier avec monsieur. Ainsi, regardant tout autour de moi, c’est sur cet objet, dont je venais juste de me servir, que mon regard stoppa. Loan…

C’était en fait la seule personne vers qui je pouvais me tourner à cet instant là. N’ayant pas vraiment d’amis, et personne d’autre à qui j’avais vraiment envie de parler, je décidais de l’appeler, sans qu’il ne daigne décrocher. Après plusieurs essais, mon téléphone s’éteignit, je décidais donc de me rendre chez lui.

Je n’étais pas complétement certaine de l’endroit où il habitait, mais je n’avais plus rien à perdre. Je m’aventurais donc dans le quartier Hebi, le quartier le plus chic de la ville, celui où ma mère résidait, celui où j’avais grandit fut un temps.

Je me promenais donc, au milieu de ces palais servant de demeures à toute l’élite keimoosienne, avant d’atterrir devant ce qu’il me semblait être la maison de mon très cher camarade.

Faisant face à un portail pour le moins assez élégant, je m’éclairais de mon fameux briquet, afin de lire l’écritaux de la boite aux lettres, et de bien confirmer l’adresse. La maison était au nom de monsieur Arai. J’en déduisais donc, un petit sourire en coin, que mon enquête aboutissait plutôt bien. Je me mis alors à escalader le portail, avec beaucoup de difficultés, de part mon état vaporeux, et surtout à cause de ma robe beaucoup trop moulante, qui s’arrêtait à mi-mollet, dorée, que Kazuo m’avait offert juste pour l’occasion.

Une fois cet obstacle franchit, la maison fit enfin son apparition. Elle était assez élégante, plus modeste que certaines demeures que j’avais pu visualiser un peu plus tôt, mais tout de même assez grande puisqu’elle faisait deux étages. Ils étaient certainement équipés d’un système de sécurité, ainsi, veillant à ne pas faire de bruit et à éviter tout type de caméras, je me faufilais près d’une gouttière et d’un générateur.

L’idée de passer par la porte d’entrée ne m’avait même pas effleuré l’esprit, que je pris une petite poignée de gravier, avant de commencer à escalader, avec encore plus de difficultés, la gouttière. Tout en rampant autour de cette dernière, je jetais quelques uns des graviers plus tôt récupéré vers la fenêtre, histoire d'annoncer mon entrée. Le corps complétement collé à cette dernière et les bras forçant bien plus que normalement, je fis un petit accroc sur ma robe, ce qui me fit pousser un petit « Merde ! » assez expressif et pas vraiment discret.

Une fois arrivée vers une terrasse, je me penchais sur la rambarde pour examiner l’intérieure, collant mon front en sueur sur la fenêtre la plus proche. Très heureuse de voir mon camarade, à qui je n’avais cessé de penser durant toute cette ballade, je me mis à jeter le reste des petits cailloux, dans l’espoir de capter son attention, et de pouvoir enfin pénétrer la maison. Oubliant complétement ce qui m’y amenais, j’étais désormais impatiente de partager un moment d'amitié, susceptible de sauver cette soirée ratée.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Jun Aoki le Sam 19 Mai 2018 - 0:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 123
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Ven 11 Mai 2018 - 22:26


Le soleil avait déjà décliné depuis plusieurs heures durant, laissant place aux étoiles qui brillaient par milieu au beau milieu d'une nuit noire et froide. La soirée était très probablement le moment de la journée que l'adolescent affectionnait le plus, lorsque la Terre s'endormait peu à peu et que le calme et la sérénité pouvaient perdurer quelques heures supplémentaires avant que l'infernal vacarme de la vie ne reprenne. Mais puisque le bruit assourdissant ne venait pas de l'extérieur, il fallait bien quelque chose pour combler le vide sonore par un peu de musique.

Loan était au rez-de-chaussé de sa maison, les écouteurs branché à son téléphone qui passaient en boucle sa playlist préférée jusqu'à lui exploser les oreilles alors qu'il se dirigeait nonchalamment vers la cuisine où se trouvait son magnifique dû. Cette soirée était assez spéciale car, comme à chaque fois où son père partait en voyage d'affaire plus de deux jours d'affilés, lui et sa mère Kelly avec qui les relations étaient plutôt positives -comparé avec son géniteur- en profitaient pour passer entre ses règles discrètement dans son dos. Aujourd'hui, le pêché choisit avait été la gloutonnerie et la paresse puisque la mère et le fils avaient commandé des pizzas pour n'avoir ni à cuisiner, ni à faire la vaisselle. Cependant, raisonnable, Kelly n'avait mangé que la moitié de sa part avant de s'arrêter pour "Surveiller sa ligne" d'après ses dires. L'adolescent faisait donc la bonne chose à faire, c'est à dire ne pas gaspiller ce qu'il restait; les occasions étaient si rare qu'il fallait les savourer à leurs maximums.

Une fois la boite cartonnée mi-pleine entre ses pattes, le rebelle remonta en prenant au passage une petite bouteille d'eau pour faire passer son en-cas de 23h avant de remonter dans sa chambre en faisant très attention de ne pas réveiller sa mère, qui dormait déjà à poing fermé puisqu'elle travaillait tôt le lendemain, à l'autre bout du couloir parallèlement à sa piaule.

Une fois à l'intérieur, et après avoir fermé avec précaution sa porte à clé, il se vautra dans son lit où se trouvait son ordinateur portable tout en posant doucement la boite sur sa table de chevet. Il alluma l'appareil électronique et s'assit en tailleur, le pointeur de sa souris glissant sur le raccourci vers Spotify pour mettre une chanson d'un de ses groupes favoris. Il sortit le cellulaire de sa poche et retira les écouteurs pour les brancher sur l'ordinateur avant de finalement lancer la musique, les notes l’envoûtant et les paroles l'emportant loin de son lit et de sa morose vie.

♪ Is there anybody out there ? ♪
♪ Is there anyone home ? ♪
♪ Hope you're awake for the nightmare, ♪
♪ Hope you stay for the show ~ ♪

Le rebelle chantonna ces paroles, avant d'entendre le refrain se lancer dans un epicness total. Ses mains se positionnèrent comme s'ils tenaient une guitare électrique et celle de droite fit des va-et-vient de haut en bas sur des cordes invisibles. Cependant quelque chose était assez étrange, les percussions étaient très appuyés, voir beaucoup trop, et assez souvent hors rythme. Il retira l'oreillette gauche et l'observa attentivement, pour tenter de déceler le moindre problème avant de se rendre compte que ce bruit de cognement venait de l'extérieur. Il se releva et observa par la baie-vitrée qui faisait aussi office de porte et sursauta lorsqu'il vit son amie, Jun, sur son balcon.

Le garçon resta stoïque pendant quelques secondes avant de se frotter les yeux puis de se pincer, visiblement il n'était pas en train d'halluciner, sa camarade était réellement montée jusque là en robe. Il ouvrit alors sa fenêtre et la tira à l'intérieur avant de refermer, pour ne pas glacer sa chambre avant de l'observer de haut en bas. Des traces noires étaient sur ses joues, comme si c'était du mascara ou un maquillage qui avait coulé, sa robe était déchirée sur le côté et elle n'avait pas bonne mine. Lui demander ce qui n'allait pas aurait probablement empiré sa situation donc il préférait reserver cette question pour plus tard. Il prit la boite en carton qui était toujours sur sa table de chevet et l'ouvrit devant elle avant de la lui présenter. Il reprit une voix monotone et blasée tout en lui souriant gentiment comme si tout était prévu depuis le début.

« Yo. T'en veux ? »

Il mima alors un chut avec sa bouche pour lui signifier que quelqu'un dormait pas loin et lui proposa de s'asseoir d'un coup de tête vers son lit. Il n'avait probablement pas entendu son appel, si appel il y avait eu mais malgré ça il restait impressionné du fait qu'elle ait réussi à grimper sans pouvoir être libre de ses mouvements à cause de ses vêtements plus prévu pour une fête chic que pour une visite à l'improviste.

« Heureusement que c'était prévu que tu viennes, j'ai failli oublier de ranger mon bordel tiens. »


__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Sam 12 Mai 2018 - 4:04

Ayant complétement oublié la mauvaise soirée que je venais de passer et l’existence de mon cher Kazuo, c’était le front moite collé à la vitre de la fenêtre de Loan que j’attendais que ce dernier m’ouvre. Plutôt occupé à feindre un air de guitare -que je ne parvenais pas à entendre depuis l’extérieur-, ce dernier mit un moment avant de constater ma présence. Cependant, une fois fait, son air surpris m’accueillait enfin dans sa chambre, bien plus agréable puisque chauffée. Je grelottais légèrement, ayant les épaules dénudées, me rendant soudainement compte du petit vent frisquet qui soufflait dehors. Peut être était-ce à cause de l’alcool, à cause de la colère qui venait de chauffer tout mon corps ou de l’excitation à l’idée d’entrer par effraction, mais le temps était un détail sur lequel je ne m’étais pas du tout penchée.

« Brrrr ! Il fait froid en fait ! »

Puis, posant alors les yeux sur mon camarade, je remarquais soudainement le carton qu’il tenait entre ses mains. Reniflant énergiquement, je ne pouvais que saliver au son de cette charmante pizza, qui n’attendait que moi à cet instant pour être passionnément dévorée. Esquissant un grand sourire, je m’approchais de mon ami, comme si mon corps était aimanté au sien, puis, ouvrais la boite, avant de me jeter sur la plus grosse part. Je fis un petit signe de tête tout en levant ma part histoire de « trinquer » avec Loan, avant d’en enfourner une grosse bouchée. La satisfaction d’enfin pouvoir manger autre chose que des chips ou de la bière pouvait certainement se lire sur mon visage, et déjà rassasiée, je continuais de mâcher rapidement, comme si j’étais affamée, prête à engloutir l’intégralité du paquet.

Après m’être ruée sur la nourriture proposée, je regardais mon camarade, que je devais sûrement embêter à m’incruster de la sorte. Cependant, j’étais finalement plutôt heureuse qu’il ne se mette pas à me bombarder de question. En fait, il faisait complétement comme si de rien n’était. Même si je me montrais un peu abrupte, de par mon état second, j’étais vraiment reconnaissante envers Loan du fait qu’il m’accueille de cette façon, même en pleine nuit et pas vraiment sobre. J’étais très heureuse de voir que pour une fois, je m’étais fiée à la bonne personne, qu’il confirmait à nouveau le fait que je pouvais compter sur lui.

Ainsi, suivant son geste de tête me proposant de m’asseoir sur son lit, je m’affalais sur ce dernier, quelques peu épuisée par la très longue marche que j’avais effectuée afin de pouvoir le retrouver. Je poussais alors un léger soupir, afin d’évacuer ma fatigue, tout en veillant à protéger les draps du reste de pizza que je n’avais pas encore engloutis.

Alors que j’étais aplatis sur le ventre, je me retournais enfin, me retrouvant sur le dos, les yeux rivés vers le plafond pendant que j’ôtais mes chaussures à talons, bien trop douloureuses et inutiles à présent. Je me relevais légèrement, déportant tout mon poids sur mes coudes qui s’enfonçaient dans le matelas, afin de voir le visage de mon hôte, puis, un sourire beaucoup plus doux vint accompagner ma phrase :

« Je suis vraiment contente de te voir tu sais. »

Puis, m’esclaffant en repensant à l’opération ninja qui m’avait conduite jusque là, je reprenais :

« Ah si tu savais comme j’ai galéré à monter ! »


Me laissant enfin retomber sur les draps, je l’écoutais faire sa remarque concernant ma visite imprévue. Le visage plus sérieux je lançais, avec beaucoup moins d’assurance et une petite crainte dans la voix :

« Au fait… Est-ce que je peux… dormir ici ? »

D'un élan je me redressais, tout en replongeant une dernière fois mes yeux froids et humides dans les siens, espérant intimement qu’il ne me laisserait pas tomber, que je n’avais pas fait tout ça pour rien.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 123
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Sam 12 Mai 2018 - 13:19


Dans les mains du rebelle se trouvait la boite cartonnée de pizza qu'il présentait à son amie d'une manière similaire à celle d'une demande en mariage, sans la partie à genoux. Un énorme sourire s'était dessiné sur le visage de la demoiselle qui n'attendit pas pour récupérer la plus grosse part restante et trinquer d'un mouvement de tête. Il lui rendit alors son sourire, un peu plus timide et lui dit un « Bon appétit » à la française avec un accent très mauvais. Son expression du visage traduisait la satisfaction et la joie qu'elle ressentait avec sa première bouchée, elle n'avait probablement pas mangé de la soirée et elle devait certainement ressortir d'une fête qui s'était mal terminée, du moins pour elle, au-vu de sa robe et de ses joues noircies. Il représentait alors une sorte de réconfort, enfin, c'est ce qu'il espérait.

Loan reposa la boite sur la table de chevet, à côté de son amie et entreprit de nettoyer superficiellement les environs. Il fit le tour du lit et s'empara de son ordinateur, où la musique continuait toujours, le plaça sur son bureau pour faire un peu de place et retira les écouteurs pour faire un léger fond sonore tout en veillant de ne pas trop monter le volume, ne voulant pas réveiller sa mère qui n'était pas très loin. Le garçon leva la tête par-dessus son épaule et observa Jun retirer ses chaussures à talon puis le regarder, le sourire aux lèvres, en lui disant qu'elle était contente de le voir. Sarcastique comme d'habitude il commença sa phrase sur ce ton, mais la termina avec une voix douce.

« Tu parles à moi ou la pizza que tu dévores ? J'suis content de te voir aussi, t'inquiète. »

Elle commença alors à rigoler en lui disant à quel point la montée avait été difficile. Le rebelle rigola brièvement avant de s'approcher de sa commode, où il ouvrit le tiroir du bas pour y tirer un bas de pyjama beaucoup plus confortable qu'une robe moulante dorée, mais aussi beaucoup moins glamour. Lorsqu'elle lui demanda avec une petite voix timide et honteuse si elle pouvait rester pour la nuit, Loan avait uniquement haussé les épaules. Bien heureusement, sa mère travaillait le lendemain et personne ne serait à la maison, c'était tout à fait possible, mais bien sûr il n'allait pas l'envoyer balader et puis, sa compagnie lui plaisait beaucoup.

« Oh tu sais, la descente est plus simple que la montée car au moins si tu tombes tu arrives quand même à destination. Et mets ça, tu te sentiras probablement mieux qu'avec ta robe. J'sors de la chambre si tu veux. Et puis au point où j'en suis, je te nourris, je t'offre un toit, je vais pas te refuser un lit. Gueule pas trop ma mère dort pas loin par contre. »

Il lui lança alors le bas du pyjama sur le visage avant d'aller s'asseoir en tailleur sur le lit à côté d'elle en entendant la prochaine chanson, War Child, défiler dans sa playlist. L'ambiance allait être plus sympathique. Il la regarda alors dans les yeux quelques secondes avant de lui donner un coup dans l'épaule en signe d'amitié.

« Bon, tu vas quand même pas rester squatter chez moi sans au moins me dire qu'est-ce que tu fais là si ? Et puis entre-nous, t'aurais pu m'inviter à la soirée d'où tu viens probablement de revenir ça aurait été cool. Mais bon si tu veux pas en parler tant pis. »

Loan n'avait pas pensé au fait qu'il n'y avait qu'un seul lit dans la pièce et que nulle part dans la maison ne se trouvait un sac de couchage. Le coeur du rebelle commença à s'accélérer puisqu'il ne pouvait pas dormir sur le canapé du salon puisque sa mère le verrait et poserait des questions, et le sol de sa chambre en plancher n'était pas très confortable.

« Euh ... Pour dormir ... J'te laisse le lit j'vais juste ... Dormir sur le sol. J'te laisse le lit. Avec regret. »

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Lun 14 Mai 2018 - 3:30

Alors que je m’étais installée sur le lit de mon charmant camarade, en tête à tête avec une part de pizza tiède, ce dernier se mit à tourner autour du lit, tentant vaguement de mettre un peu d’ordre dans le bordel que représentait la chambre de l’adolescent. Il était bien évidement inutile de la ranger pour moi puisque si je n’avais pas été contrainte de vivre à l’internat, coincée dans un 9 mètre carré avec Edith, je me serais certainement fait le plaisir de laisser mes affaires éparpillées de chaque côté. En fait, c’était déjà un peu ce que je faisais...

Il se mit alors à libérer l’ambiance sonore sur laquelle il s’était enjaillée juste avant de m’ouvrir. Il s’agissait -me semblait-il- de son groupe préféré, puisqu’à chaque fois que je le croisais, il paraissait complètement ivre de leurs mélodies aux sonorités assez rock. Je souriais alors, battant des pieds, histoire de marquer un peu le rythme, de lui montrer que j’appréciais l’ambiance. Elle n’était certainement pas la même que celle de la soirée d’où je venais, mais c’était sans doute la raison qui faisait que je l’aimais bien plus encore.

Alors que je lui déclarais mes sentiments, à savoir, que je l’aimais bien et que j’étais heureuse d’être avec lui, ce dernier me les retourna, dans un sarcasme des plus exemplaires, ce qui me décrocha un petit rire, que je suivais d’un léger coup amical dans l’épaule.

Puis, après lui avoir expliqué mes difficultés durant le trajet, ce dernier me tendis un bas de pyjama, duquel je m’emparais, en souriant. C’était finalement le geste que j’attendais : il « m’invitait » officiellement à rester. Pendant qu’il me faisait un petit discours concernant son hospitalité et sa générosité, j’ôtais ma robe, sans aucune gêne, me retrouvant donc en sous-vêtements, puis m’emparais du bas. Je ne faisais pas vraiment attention à mon camarade, je ne pouvais donc pas constater son expression faciale. Néanmoins, me remémorant notre dernière petite expédition, je cachais brièvement ma poitrine avec le drap sur lequel je me trouvais. Puis, je lui annonçais, un peu timidement -non pas parce que j’étais gênée d’être à moitié dévêtis, mais parce qu’il m’avait en quelques sortes obligé à conscientiser mon corps, à instaurer une sorte de pudeur, qui m’était pourtant étrangère en temps normal :

« Au fait… Il est cool le bas, sympa. Mais… t’aurais pas un tee-shirt ? À moins que ce soit la journée des poitrines découvertes, dans ce cas ça me va. »

Puis, je lui souriais comme une enfant, histoire de rompre le malaise que je venais sûrement d’instaurer. Il s’approcha alors de moi, en me demandant finalement ce qui devait trotter dans sa tête depuis le départ, à savoir : ce que je faisais là. Je me mis alors à lui sourire, lâchant le drap qui servait à me couvrir, puis ramenant une mèche indisciplinée derrière mon oreille. J’inspirais alors un coup, puis le regardant dans les yeux :

« J’aurais vraiment aimé que tu viennes. Mais tu sais, Kazuo l’aurait mal pris. Il est super jaloux. Et puis, j’aurais pas aimé que tu te fasses frapper par ce taré. »

Je lui caressais la joue, pleine de tendresse, avant de reprendre, un peu plus énergiquement, les sourcils froncés :

« Il aurait vraiment déconné. Mais il aurait peut être enfin compris que je suis qu’une gamine et que toutes ses histoires, il devrait pas m’embarquer dedans ! »

Soudainement, je me penchais vers la fameuse robe qu’il m’avait offerte.

« Oh … et merde ! Faut vraiment la réparer avant que je le revoie ! »

Je secouais la tête, paniquée, à la recherche d’une quelconque boite de couture. Ce n’était certainement pas dans la chambre de mon jeune ami que j’allais en trouver. Puis, je le regardais alors. Il ne devait certainement rien comprendre à toutes mes histoires. En fait, il ne connaissait même pas Kazuo, puisque notre relation étant secrète, je n’en avais parlé à personne. Il n’avait aucune idée de ce que j’avais bien pu faire, de ce que je faisais régulièrement, de la personne que je pouvais être en compagnie de gens nocifs tel que mon cher amant.

Ce dernier m’expliquant finalement qu’il me laisserait le lit, et pas vraiment avec joie, je l’attrapais par le bras. Je plongeais alors mes yeux glacials dans les siens, avant de continuer, le regard déterminé :

« Si tu dors par terre, je dors avec toi. Mais perso je préfèrerais qu’on prenne le matelas. »

En plus de m’incruster, je l’obligeais maintenant à partager ses draps.

« Et puis toute façon, je veux pas dormir maintenant. Faut réparer la robe. »

Complétement fixée sur ce problème qui n’était pas si urgent pourtant, un soupçon de désespoir transparaissait au fond de mon regard, l’air de supplier tout en suscitant, l’aide de mon camarade.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 123
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Lun 14 Mai 2018 - 21:10


Le rebelle venait de voir son invitée retirer sans aucune gêne sa robe, la laissant en sous-vêtement dans la chambre sans qu'il ne puisse réagir mis à part rougir extrêmement fort. Il se retourna et se mit dos à elle pour la cacher de sa vue et se cacher de la sienne puisqu'il n'avait aucune idée de comment ne pas lui montrer sa timidité extrême à ce niveau-là. Son amie lui fit alors remarquer qu'il manquait l'autre moitié de l'ensemble pyjama, même si elle était tout à fait à son aise sans, c'était certainement pour lui qu'elle acceptait de rester présentable.

« Ah euh merde ! Euh ... Désolé je pensais que t'avais un haut sous ta robe, j'ai pas vraiment l'habitude de regarder c'qu'il y a en dessous ni d'en porter tu sais. Enfin, le deuxième point devrait au moins se voir. J'vais euh ... Attraper un truc dans ma commode ... J'me retourne pas !! »

Tout intimidé il se déplaça rapidement vers le meuble et sortit en vitesse le premier haut avant d'ensuite la lui lancer, toujours en restant dos à elle. Une fois qu'elle s'était habillée, il fit comme si rien ne s'était absolument passé et lui demanda ce qu'elle venait faire chez lui au beau milieu de la nuit. Sa réponse le bouleversa légèrement, puisqu'il venait d'apprendre -d'une manière pas très douce- qu'elle était avec quelqu'un, ou du moins, c'est ce qu'il avait déduit de ses mots. Sa caresse ne faisait que renforcer le côté douloureux de cette nouvelle, ça en devenait presque contradictoire mais il se laissait faire, la mine soucieuse et le regard fuyant.

« J'ai pas peur d'un gars de mon âge. Je sais me défendre. Et quand tu dis gamine ... C'est face à lui ? Mais il a quel âge ce mec ?! »

Ses sourcils s'étaient relevés, beaucoup de questions se posaient dans sa petite tête mais il préférait ne pas la bombarder de questions même si c'était ce que son esprit souhaitait. Son attention s'était reportée sur sa robe qui était déchirée offerte par son fameux amant certainement quelques temps avant la soirée. Le matériel de couture se trouvait dans la salle de bain et, en véritable gentleman, l'adolescent comptait aller les chercher pour elle. Elle ne savait pas où c'était de toutes manières. Lorsqu'il lui dit que le lit serait rien que pour elle, l'invitée lui attrapa le bras de manière surprenante et insista sur le fait qu'elle ne dormirait qu'avec lui. La tête de Loan commençait à tourner en rond. Elle était en couple, mais elle faisait absolument tout comme si elle ne l'était pas, c'était incompréhensible. Il lui attrapa à son tour le bras et le détacha gentiment du sien avant de reculer d'un pas, les yeux humides et la mine déçue.

« Pourquoi tu insistes tant pour qu'on dorme ensemble si tu sais que ton "Kazuo" sera jaloux ? Pourquoi ... Tu m'embrasses si tu sais qu'il veut pas ...  Je t'ai dit que tu pouvais refuser .... Surtout que j'étais pas la cible ... Je comprends pas ... »

Le garçon regardait le sol et essayait de se reprendre pour ne pas détruire cette soirée. Il secoua la tête et se dirigea vers la porte de sa chambre, l'ouvrit, et lui dit.

« Je vais chercher de quoi réparer ta robe. Reste là. Fais comme chez toi. »

Sans se retourner ni même prendre le temps d'écouter sa réponse il sortit de la pièce et referma aussitôt la porte pour ne pas réveiller Kelly qui dormait visiblement toujours. Les pattes de l'adolescent le menèrent à la salle de bain, où justement sa mère rangeait tout son matériel à coudre, c'était une véritable mine d'or. Il s'accroupit pour récupérer la fameuse boite qui était positionnée sous le lavabo et se releva avant de devoir, à contre-coeur, observer sa réflexion dans le miroir. Loan resta debout, dans un noir et un silence quasi-parfaits sans faire le moindre mouvement, les yeux rivés dans ceux de la personne de l'autre côté de la grande vitre de verre. Il trouvait cette personne pathétique, ridicule, écœurante voir débile. C'était l'effet que cela lui procurait à chaque fois. Il se haïssait d'être tout simplement lui. Il plombait toujours l'ambiance à force d'exister, il aurait dû prétendre d'être content pour elle, juste prétendre. Mais même cette simple tâche lui était insurmontable. Ce n'était qu'un bon à rien. L'idée même de ne pas être la seule personne pour quelqu'un lui avait fait péter, gentiment, les plombs car il pensait être la même chose pour elle, que ce qu'elle représentait pour lui. Secouant sa tête de droite à gauche pour chasser ses pensées, il partit rapidement de là pour retrouver sa chambre chérie où attendait son amie.

Une fois à l'intérieur il posa le matériel sur son lit, prit son briquet plaqué or que lui avait offert Jun et ses clopes qui étaient situés dans un double fond de sa table de chevet gauche et prit la direction de son balcon. Il fit un petit signe à l'invitée, l'air absolument blasé.

« J'vais fumer. Viens s'tu veux, mais j'doute que t'aies envie. Y'a une chaise dehors. »

Il referma sagement la baie-vitrée une fois à l'extérieur, alluma sa cigarette et inspira la fumée avant d'observer le ciel. Il faisait si noir, les étoiles brillaient énormément et pourtant il savait que la plus part des astres qu'il pouvait distinguer étaient mortes depuis probablement des centaines de milliers d'années. Comme absolument tout.


__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Mar 15 Mai 2018 - 2:19

Touchant. C’était ainsi que je trouvais Loan, tout paniqué à l’idée de voir un peu trop de peau apparente chez une femme. Ce dernier semblait quelques peu déboussolé par mon accoutrement, et puisque j’en étais consciente, même si sa réaction m’amusait, je tenais à éviter de mettre mon hôte mal à l’aise, et m’emparait du tee-shirt qu’il me tendait. Je le mettais rapidement, tout en mentionnant Kazuo brièvement.

Juste après l’avoir mentionné, je jetais un regard un peu fuyant à mon camarade, car je venais de me rendre compte que j’avais peut être gaffé. Après tout, je n’étais pas censée parler de cette histoire, et c’était ce qui rendait tout si excitant, mais aussi, très fatigant. Ce dernier se mit alors à me dire, presque vexé, qu’il n’avait rien à craindre d’un garçon de son âge, puis, se mit à me questionner sur ce dernier. Un peu gênée, je rougissais, instaurant alors un silence perturbant, comme si la situation ne l’était pas déjà.

Je finissais par répondre, me grattant légèrement la nuque. J’avais peur de la réaction de mon ami, qui finalement, n’avait absolument aucune idée de qui je pouvais être vraiment dans le fond… Et ce qui était contradictoire, c’est qu’à cet instant, il n’y avait qu’avec lui que je me sentais bien, que je me sentais moi.

« Et bien.. Il est peut être un peu plus âgé. En fait… Il a quelque chose comme 30 ans peut être… »

Je soupirais alors, car, tout en énonçant cela, je me rendais peu à peu compte de la situation, et du beau pétrin dans lequel je m’étais fourrée. Je prenais alors la main de mon camarade, lui demandant de ne pas répéter cette histoire.

Puis, lorsque je lui répondais concernant le lit, à savoir, que nous le partagerions, ce dernier me prit par le bras à son tour, sa main serrant un peu mon poigné, qu’il lâcha en parlant. Il avait l’air… confus et triste à la fois. Comme si on venait de lui briser le cœur ou une connerie du genre. Cependant, c’est lorsque mon regard croisa le sien, plus humide, que ses paroles vinrent serrer ma poitrine. En fait, il avait raison. Je n’étais qu’une petite imbécile, aguicheuse et ridicule, en recherche constante d’attention. Cependant, je secouais la tête, parce que mes échanges avec Kazuo n’avaient absolument rien à voir avec lui. Loan comptait pour moi, plus que ce que je n’étais capable d’avouer de part ma fierté omniprésente -même si je n’avais pas de quoi être fière-, et tout simplement parce que tout ce que je savais faire, c’était me foutre en l’air, dans tous les sens du terme.

Alors que je tentais vainement de lui répondre, un peu choquée de voir que ce n’était pas simplement un jeu pour lui, que peut être il commençait un peu à s’attacher à moi aussi, ce dernier s’échappa, pour aller chercher de quoi réparer ma robe.

Pendant qu’il était parti, je pris ma tête entre mes mains. L’alcool n’ayant pas tout à fait descendue, et me sentant assez mal d’avoir gâché la soirée de mon ami parce que la mienne l’avait été; j’attendais sur le coin du lit, immobile. Je parcourais vaguement la pièce moyennement rangée, mais rien ne captait mon attention si ce n’était que cette vague de pensées qui n’en finissait plus. `

Lorsqu’il fut de retour, il posa le matériel de couture sur le lit, et sorti fumer une cigarette, m’invitant de façon plutôt nonchalante à en faire de même. Je restais un moment immobile sur son lit, regardant cet individu agir de façon bien différente que les fois dernières. Je découvrais un nouvel aspect de mon camarade, tout comme lui, en faisait de même.

J’ouvrais lentement la porte du balcon qui nous séparait, puis m’approchais lentement de mon ami, les yeux légèrement mouillés, déçu que la soirée se termine de cette façon. Comme si elle était par tous les moyens, vouée à l’échec pour de bon.

Je me plaçais alors derrière lui, collant ma poitrine à son échine, ramenant mes deux mains vers son torse, que je serrais un peu trop fort. Je sentais alors son odeur, et l’asphyxiait peut être de la mienne. Quoiqu’il en soit, c’était la première fois que je lui faisais un câlin, et ça me faisait du bien.
Rompant alors le silence de la nuit, je murmurais, sans pour autant le relâcher :

« J’aurais très bien pu te dire que c’était simplement un jeu, mais la vérité c’est que j’ai pas à obéir à un adolescent qui me défi de savoir si je suis cap ou non de faire quelque chose, tu vois. Je fais les choses parce que j’en ai envie, et seulement des fois… Je crois le vouloir. Sauf qu’après je regrettes. »

Toujours sans croiser son regard, je poursuivais :

« Et cet après-midi à Bougu n’en fais pas parti. »


Bien qu’il fallait lire entre les lignes pour comprendre que je tenais à lui, j’étais à peu près certaine que ce dernier comprenait très bien ce que je sous-entendait. Néanmoins, me sentant terriblement vulnérable de « m’ouvrir » -si on peut appeler ça comme ça-, je reprenais concernant mon très cher amant :

« Puis Kazuo… C’est un peu compliqué, c’est une longue histoire, et des fois il me rapporte quelques problèmes. Mais on est pas ensemble tu sais, il peut embrasser d’autres filles devant moi, il l’a déjà fait même. C’est un peu compliqué mais je crois que les relations entre adultes c’est comme ça. C’est jamais très clair… Et puis, ça m’est égal au final. Il peut voir qui il veut, ça m’intéresse pas. »

Les pieds nus sur le sol du balcon légèrement froid, je commençais à grelotter, et relâchais lentement mon camarade que je venais d’enfermer pendant un bon moment. Puis, j’empruntais doucement la cigarette de mon ami, continuant à mon tour de la consumée. Espérant que la fumée pénétrant mes poumons parvienne à réchauffer ce qui se trouve à côté.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 123
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Mar 15 Mai 2018 - 11:00


Ses mauvaises pensées ne s'arrêtaient plus, absolument tout se bousculait dans la tête du rebelle qui essayait tant bien que mal de calmer ses émotions derrière la fumée d'une pauvre cigarette volée. Sa seconde main, qui ne tenait pas à deux doigts la tige enflammée, était posée contre son front pour tenter de l'empêcher de continuer à dégringoler la pente de son esprit. Il repensa alors à ce que lui avait répondu son amie quelques minutes plus tôt, lorsqu'elle lui avait dit l'âge de son amant. Loan n'avait pas répondu car il n'en avait tout simplement pas la force. Il ne jugeait absolument pas son attirance pour les hommes plus mûrs, elle faisait ce qu'elle voulait, mais l'écart d'âge entre lui et son Kazuo l'avait quelque peu effrayé. Ce qu'il tirait de ses déductions était qu'il ne pouvait pas être LA personne sur laquelle elle pouvait compter puisque elle avait quelqu'un d'autre. Blessé dans son âme, et probablement son orgueil, il inspira une nouvelle fois la fumée toxique avant de se perdre dans les étoiles, surplombant la scène et la terre.

Le léger cliquetis de la baie-vitrée vint déranger, dans le bon sens du terme, ce silence de mort qui s'était installé, sa camarade avait accepté sa pseudo-invitation pour le rejoindre à l'extérieur même si le temps ne le permettait pas vraiment. Jun se rapprocha alors de lui par-derrière et passa ses mains sur son torse pour l'approcher d'elle et lui faire un câlin. Son coeur s'était serré au contact physique plus que plaisant mais le rebelle se laissa faire, enivré par le merveilleux parfum de son amie qu'elle avait probablement dû mettre avant de sortir faire la fête. Sa surprise fut intégrale mais son soulagement l'était plus. Les deux adolescents étaient visiblement aussi attaché à l'un que l'autre. Alors, brisant une dernière fois le silence elle commença à s'expliquer et à s'ouvrir à lui. Elle avait apprécié ce qu'il s'était passé au bar. Elle avait apprécié l'embrasser et ne le regrettait pas, tout comme lui qui malgré sa gêne n'avait pu rêver de mieux. Avant qu'elle ne puisse continuer il dit, aussi doucement qu'elle, une pointe d'espoir dans la voix.

« Je regrette pas non plus ... »

Sa respiration s'était accélérée et son visage s’éclairait peu à peu grâce à elle. Son invitée commença alors à expliquer la relation étrange qu'elle entretenait avec son amant Kazuo. Un sentiment de soulagement coupable le rassura, elle n'était pas en couple à proprement parler, c'était une relation très ambiguë. Heureusement pour elle, le fait de voir son amant avec d'autres filles ne le dérangeait pas cependant troublait le rebelle qui était toujours dans ses bras, mais respectait encore une fois sa vision des choses et ce qu'elle espérait de sa relation avec cet adulte. Malgré tout cette relation n'était pas du tout censée apporter des problèmes supplémentaires à Jun, c'était tout simplement toxique à ce niveau-là et l'idée même de la savoir en souffrir énervait Loan.

Son amie se détacha alors délicatement de lui avant de récupérer sa cigarette désormais à moitié fumée. Elle semblait avoir froid et tremblait. C'était de la faute du garçon qui l'avait "forcée" à le suivre à l'extérieur alors que quelques minutes plus tôt elle avait précisément dit qu'elle avait froid. Ne voulant pas la rendre malade, il rentra à l'intérieur récupérer son manteau le plus chaud et revint avec avant de le lui poser sur les épaules, espérant la réchauffer un tout petit peu.

L'adolescent se positionna à sa gauche et, après une petite hésitation, lui rendit son merveilleux câlin tout en observant ses yeux depuis le côté. Un léger frisson lui parcourut l'échine lorsqu'il vit ses yeux glacés se diriger dans les siens, frisson facilement méprenable pour une réaction face au froid ambiant de la nuit. Pourtant, le garçon n'avait que très rarement froid pour une raison qu'il lui était totalement inconnue. Il posa alors sa tête contre son épaule et continua à regarder les astres au-dessus de leur têtes, tentant désespérément de continuer la discussion qui s'était instaurée.

« Je ... Je voulais pas te faire chier avec mes questions je suis désolé. C'est juste que ... J'avais besoin de savoir qui c'était ce gars. Et ... Promis je dirais rien à personne, muet comme une tombe. »

Ses yeux étaient redevenus humides mais pourtant l'éternel enlacement continuait de le rassurer, comme si quelque chose venait de se créer entre eux. Se rendant compte qu'il commençait, probablement, à être lourd il la lâcha et recula, s'essuyant au passage discrètement une larme qui l'empêchait d'y voir correctement.

« Je voulais pas paraître relou à rester collé à toi ni même à casser l'ambiance désolé ... On rentre ? Il va commencer à faire très froid à force. Et puis, on doit encore réparer ta robe avant d'aller dormir. »

Il ouvrit la fenêtre et laissa son invitée passer avant lui, puis entra et la referma définitivement avant de se poser sur son lit où se trouvaient la boite qui contenait tout le matériel de couture. Il fallait uniquement espérer que Jun sache s'en servir.

« Je serais pas vraiment d'une grande aide pour recoudre ta robe par contre. J'ai jamais fait de la couture et franchement c'est pas le genre de truc qui me passionne. »

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Mar 15 Mai 2018 - 18:07

À la fois soulagée et anxieuse à cause de l’ambiance que prenaient les événements, je me laissais tout de même porter par la douceur de nos étreintes, et la voix de mon camarade qui m’annonçait que lui non plus, ne regrettais rien. Un léger sourire timide s’esquissait sur mes lèvres qui effleuraient sa nuque, ce dernier continuant de me faire dos, avant que je ne le relâche. Mes doigts glacés le dérangeaient certainement, puisque moi-même, je ne les sentais presque plus. Et sans que je n’émette aucun son, mon camarade sorti, puis plaça un manteau bien chaud sur mes épaules, duquel je m’enveloppais avec joie.

Alors que Loan me rendit mon câlin, ce dernier frissonna à son tour. Riant gentiment, je tentais de l’envelopper du mieux que je pouvais avec moi dans le gros manteau, sorte de bouclier contre le froid. Il se mit alors à me rassurer, concernant le nouveau petit secret que je lui demandais de garder. Je soupirais, quelques peu soulagée, puis relevant la tête pour plonger à nouveau mes yeux dans les siens, je lui souriais très sincèrement.

Lorsqu’il me proposa de rentrer, j’hochais la tête, suivant mon partenaire jusqu’à ce que nos deux corps fatigués regagnent son lit à moitié défais.

« En fait je voudrais le quitter. Mais je sais pas trop comment. »

Je me laissais m’écrouler à ses côtés, mes cheveux lâches étalés sur les draps, prenant toute la place autour de mon visage, je continuais :

« C’est pas mon genre de faire en sorte de pas trop froisser les gens, mais Kazuo il est pas pareil que les autres, tu vois. Déjà ce soir, il organisait une soirée poker, et moi j’étais censé être belle, déconcentrer ses invités plus que douteux si tu vois le genre. Je leur apportais des boissons et un peu à manger, du coup je me suis sifflé la moitié du stock au passage, parce que c’était vraiment chiant. Et puis je suis pas certaine qu’il ai tout fait de façon légale tu vois… Je sais pas trop pourquoi c’était mais il avait pas mal d’argent dans sa poche arrière, et j’ai pas cherché à comprendre en fait. »

Les yeux fermés, je revivais la scène. Je sentais ces regards dégoutants de la part de nos invités qui se posaient sur moi, une belle petite jeune comme ils ont tendance à aimer. Et puis Kazuo, complétement indifférent, me traitant plus comme un objet qu’il aurait placé en vitrine, me considérant que trop peu, considérant que « je lui devais bien ça ».

Je me relevais alors, puis prenant la robe, je restais silencieuse un moment, passant sous mon doigt l’endroit où elle s’était déchirée. S’il croyait m’avoir avec une robe qui coute cher en échange de mes services, il n’avait vraiment pas compris comment je fonctionnais. Cependant ce n’était pas vraiment mon cas, et je savais qu’il fallait la lui rendre en parfait état, sinon, je lui en serais redevable, et je ne supportais même pas l’idée.

M’adressant à nouveau à Loan, je reprenais, tentant de le -et me par la même occasion- rassurer :

« Le truc c’est que j’attends les vacances. Je vais partir en Espagne alors je vais me faire oublier. »

Puis je lui jetais un dernier coup d’œil, tentant de capter son expression faciale concernant mes projets pour l’été. Après tout, cela ne faisait pas encore très longtemps que nous avions commencé à traîner ensemble, et tout le monde sait que l’été est la meilleure façon de délié ou au contraire, creuser les amitiés et relations. Ceci n’étant tout de même pas une priorité pour le moment, j’ouvrais la boite de couture qu’il m’avait rapportée, et m’emparais d’un fil doré comme ma robe et d’une aiguille. Je n’avais jamais été très douée en couture moi non plus, mais il fut une époque où je rêvais, comme des centaines de gamines, de créer mes propres vêtements, pour me sentir « cool » et « originale ». Bien évidemment, c’était toujours dans mes objectifs, mais les moyens étaient quelques peu différents, ayant vite découvert que je n’avais aucun talent.

Je glissais donc le fil dans le petit trou supérieur de l’aiguille, manquant de me la planter dans la main, et commençais à recoudre le tissu, mordillant ma lèvre inférieure, concentrant au maximum ma concentration, ce qui me donnait à nouveau l’air d’avoir six ans et de tenter de ne pas dépasser sur ma feuille de coloriage.

Arrivant finalement à la fin de mon ouvrage, je lançais un regard plutôt joyeux et excité à mon camarade, et ce faisant, détournant mon attention, je me plantais l’aiguille dans le doigt.

Mon expression virant du tout au tout à une petite moue traduisant ma souffrance et surtout ma gêne puisque jusque-là, j’avais réussi à parfaitement la réparer, je jetais la robe à terre afin de ne pas la tâcher de sang.

Je m’amusais finalement à appuyer sur la blessure qui captait désormais toute mon attention.

« Tu pourrais juste faire un nœud et couper le fil s’il-te-plait ? »

Puis, toujours sans le regarder, je ramenais mon doigt blessé à ma bouche, effaçant ma plaie un instant, avant de la refaire jaillir en mordillant.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 123
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Mer 16 Mai 2018 - 22:08


La rebelle avait été touché par l'attention de son amie quant au manteau, malgré le fait qu'il n'avait pas froid. Son premier réflexe fut de le couvrir même si elle était celle qui souffrait le plus à cause de la température extérieure puisqu'elle n'était pas aussi égoïste qu'elle pouvait le penser. Une fois à l'intérieur et bien au chaud, les deux adolescents se dirigèrent lentement vers le lit double où se trouvait le matériel de couture. Le rebelle se coucha sur la gauche du meuble et s'installa aux côtés de son invitée qui s'était détachée les cheveux pour l'occasion. Elle commença alors à lui expliquer qu'elle voulait quitter son amant, redonnant étrangement confiance et espoir au garçon qui lui répliqua instantanément.

« Suis ton coeur Jun, si c'est ce que tu crois juste vas-y et fonce. Doute pas, si t'y crois vraiment tu peux y aller tête baissée. Mais ... Uniquement si c'est ce que tu veux vraiment. »

La description assez brève de sa soirée avait extrêmement surpris le rebelle qui ne comprenait pas pourquoi elle devait jouer la serveuse pour des gens qu'elle ne connaissait pas, surtout sur l'ordre de son copain. De plus, vu les remarques qu'elle venait de faire sur les invités, ils étaient probablement aussi répugnant vis-à-vis d'elle que les péquenauds qui avaient osé lui toucher la jambe au bar. La simple pensée de ce souvenir avait fait frissonner le garçon qui préférait regarder ailleurs dans l'optique de se débarrasser définitivement de ce bout de mémoire. Son amie se releva alors et prit dans ses mains la robe qu'elle avait déchirée, probablement pour évaluer les dégâts et resta silencieuse un long moment. Elle le rassura alors, prévoyant de larguer son amant cancérigène lorsqu'elle partirait en Europe, plus exactement en Espagne.

Elle avait de la chance. Beaucoup de chance. Elle pouvait partir seule, c'est ce qu'il pensait du moins puisqu'elle n'avait pas mentionné ses parents, alors que l'adolescent s'était vu refusé à plusieurs reprises tout voyage entreprit en solitaire quel que soit la destination. Etats-Unis, Europe, Moyen-orient, les autres pays d'Asie et même tout simplement partir de Keimoo seul ! C'était presque de la tyrannie à ses yeux, ses libertés de mouvement étaient restreintes jusqu'à ne pratiquement plus exister. Encore heureux qu'il avait son droit d'expression pour résister à l'oppression. Il avait même commencé à apprendre l'espagnol en dehors du lycée -car il travaillait malgré tout mais uniquement pour ce qu'il appréciait c'est à dire l'histoire, l'anglais et l'espagnol- au cas où il avait la chance de partir en Amérique ou en Europe, puisqu'il aurait pu se faire comprendre dans plusieurs pays différents.

« T'en as de la chance ... J'aimerai tellement visiter le monde, plus particulièrement l'Europe de l'Ouest et les Etats-Unis. Ce sont les destinations que je compte visiter avant de crever. Mon rêve d'enfance on peut dire, si jamais j'en ai déjà eu. »

Ses magnifiques yeux glacials vinrent croiser les siens, essayant par la même occasion de lui faire comprendre un message subliminal qu'il ne comprit qu'après coup. Cependant il n'avait pas eu la présence d'esprit de réagir, peut-être qu'il avait sur-interprété son simple regard, ou peut-être pas. Uniquement elle pouvait le savoir. Son amie commença alors à coudre, au départ lentement et en se concentrant puis au fur et à mesure en accélérant progressivement, le coup de main était venu. Après une dizaine de minutes à reproduire le même geste encore et encore, elle avait finalement terminé et lança un regard plein de fierté juste avant de se planter l'aiguille dans le doigt. Empathique, le rebelle détourna et serra les dents comme s'il avait lui même ressentit la douleur et hoché la tête de haut en bas lorsqu'elle lui demanda de terminer son travail.

Le garçon se leva et se dirigea vers son sac de cours qui était dans l'un des coins de la pièce et fouilla la poche avant pour en sortir un paquet de mouchoir à moitié vide. Il se retourna vers son invitée et lui lança gentiment dessus avant pour qu'elle puisse se faire un bandage de fortune puis s'avança vers la robe, prit une paire de ciseaux, fit le noeud et le coupa à la perfection. Une fois cela fait il se rassit aux côtés de son amie et observa la porte de sa chambre.

« Tu veux un pansement ? Promis j'te juge pas si t'en mets un. Mais t'en auras probablement un avec des petits nounours dessus. »

Il gloussa avant de lui donner une tape dans l'épaule. Il se coucha sur le lit et se perdit dans ses pensées, le regard dans le vide.

« J'ai vraiment envie de me casser d'ici. Ce serait cool que mes parents acceptent que je parte aussi quelque part ces vacances mais je doute qu'ils me laissent partir seul ... J'en ai marre d'être ici, vraiment marre. »



__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Jeu 17 Mai 2018 - 15:47

Suite à mon annonce concernant mes projets relationnels vis-à-vis de Kazuo, mon camarade se tourna vers moi, l’air bien moins blasé que précédemment, me répétant avec conviction qu’il fallait suivre mes envies, mon cœur, et foncer dans cette direction. Je le regardais un peu surprise par cette soudaine intervention. Il n’avait pas cherché à comprendre pourquoi, à comprendre comment je me sentais, et me conseillait juste de faire comme je voulais.

Je plantais à nouveau mon regard dans le sien, sans sourire en signe d’approbation à cette sorte d’encouragement. Certes, Kazuo était plus âgé, il était aussi plutôt néfaste dans ma vie, mais il était là, tout simplement, et c’était tout ce dont j’avais besoin. Une présence capable de me faire me sentir, de me faire pleurer comme rire. Qu’importait le résultat au final, je voulais juste fuir cette cage solitaire dans laquelle je stagnais depuis un peu trop longtemps. Moi aussi, tout comme mon partenaire semblait le vouloir, tout ce à quoi j’aspirais, c’était d’être libre.

Je restais silencieuse un moment, presque inexpressive. Puis je continuais le récit de ma soirée, un léger dédain au fond de la gorge qui s’apparentait peut-être à un ennuie. Je commençais à conscientiser le fait que je n’avais pas besoin de Kazuo, et il avait fallut des tonnes de sorties de ce genre, des litres de larmes et de nombreuses disputes pour m’en rendre compte dans la chambre de mon nouvel ami. Je me mis alors à ricaner lentement. Loan me prenait peut-être pour une folle, mais ça n’avait aucune importance à mon sens. L’espace d’un instant, froissant la robe entre mes doigts, je me sentais soulagée. Était-ce simplement le fait de me confier, ou peut être celui de me projeter dans un futur où je n’étais redevable envers personne ? Je ne saurais vraiment le dire.

Mon léger rire prit fin lorsque mon camarade répondit que j’avais beaucoup de chance de pouvoir partir. Personnellement, je ne savais pas trop comment prendre ce voyage. J’allais juste repasser dans un tas d’endroits hantés par son souvenir, je risquais de devenir barge, de replonger… Néanmoins, j’étais en effet bien contente de pouvoir quitter Keimoo un moment. Malgré notre relation naissante, à part Loan, beaucoup de choses me fatiguaient, m’asphyxiaient, j’avais besoin de prendre l’air, de me détacher un moment. Après tout, n’est-ce pas là le but même des voyages ? Se dépayser…

Je me retournais vers Loan, qui semblait beaucoup m’envier. Je l’écoutais partager ses envies, puis, tout en lui souriant, je le pris par la main.

« Viens avec moi alors. »


Après avoir figé mon regard dans le sien, je repris, penchant ma tête sur le côté, histoire de rendre ma proposition peut être plus intéressante et amicale :

« On sera dans mon ancienne maison à Madrid. J’ai vécu là-bas avant de revenir ici tu sais. Ça me ferait plaisir que tu viennes en fait. J’ai pas envie de me retrouver seule là-bas, et encore moins coincée avec ma mère… »

Il était prévu que je passe une ou deux semaines seule là bas, avant que ma mère me rejoigne. Je n’étais même pas certaine d’avoir le courage de sortir de là, et encore moins de me nourrir s’il fallait que je sois livrée à moi-même dans cette ville qui a fait de moi une criminelle.

Je détournais assez rapidement le regard de celui de mon camarade, le dirigeant sur la robe que je venais de commencer à réparer. Je me rendais compte qu’il n’était même pas au courant de mon passé en Espagne, et que ce voyage, s’il l’acceptait, serait l’occasion de lui laisser une chance d’apprendre à me découvrir davantage, même si je tenais bien à conserver certaines choses… À la fois dans le besoin de me livrer, et dans la crainte d’être vulnérable ; je me mordillais la lèvre, hésitante quant à la bonne idée que je venais d’avoir.

Alors que je m’étais blessée avec l’aiguille, il me tendit un paquet de mouchoirs, puis me proposa finalement des pansements, se moquant légèrement de moi. Les yeux un peu humides, non pas de douleur mais de fatigue, je le regardais, hochant la tête rapidement, lui tendant mon doigt afin qu’il s’en porte garant.

Je m’allongeais alors à ses côtés, puis levant les yeux au ciel, je plaisantais :

« Et un bisou magique. »

Fermant les yeux un court instant, posant un volet noir à tout mes problèmes, je profitais simplement de la présence apaisante de Loan à mes côtés.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 17
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 123
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Jeu 17 Mai 2018 - 23:05


Le rebelle venait tout juste de déclarer ses rêves à son amie, à quel point il espérait s'enfuir très loin de ce pays mais surtout sa soif débordante de liberté qui était sans arrêt restreinte par ses géniteurs, bridant son envie de découverte par la même occasion. Les choses n'avaient pas été simple et ne l'avaient jamais été, cependant un rayon de soleil venait d'éclairer sa vie et d'enfin percer les nuages noirs de sa pauvre existence. Dans un certain sens, Jun était la solution à nombreux de ses problèmes. La demande de sa camarade raisonnait en lui, provoquant une joie immense au sein du garçon qui essayait tant bien que mal de retenir ses cris de joie. D'un part, il ne pensait pas compter à ce point pour elle pour qu'elle lui fasse une proposition pareille et ensuite ses parents seraient beaucoup plus ouverts à des voyages s'il était accompagné par une adulte. Leurs mains étaient jointes, leur regards se croisaient et l'ambiance s'était vraiment adoucie depuis la mention de ce Kazuo.

La fille commença alors à donner quelques précisions accompagnés de quelques raisons, prouvant au rebelle que sa proposition n'était pas en l'air, mais vraiment quelque chose de sérieux. Madrid était l'une des villes phares qu'il se devait de visiter au moins une fois dans sa vie, tout comme Londres et New-York qui étaient des destinations plus qu'évidentes mais aussi Édimbourg, sous les conseils avisés de Chrissy. De plus, s'il était d'une quelconque utilité pour l'empêcher de s'ennuyer et de se sentir toute seule c'était non-négligeable. Il fallait bien que tout le monde y gagne dans cette histoire.

« Ce serait ... Enfin, ce sera vraiment génial ! Merci ! »

Pour l'heure, le rebelle était très heureux et avait prit dans ses bras son amie pendant quelques secondes avant de la libérer pour qu'elle puisse coudre sa robe déchirée. Mais il ne fallait pas oublier de parler de ce projet d'été fantastique à ses parents, afin qu'ils puissent lui payer ce voyage assez coûteux. Le mieux serait que la mère de Jun appelle ses propres géniteurs pour les convaincre et tout irait comme sur des roulettes. Néanmoins, ce n'était pas le sujet du moment. Il fallait réparer le résultat de leur rencontre.

Après avoir réussi à recoudre la quasi-totalité de la déchirure son amie se blessa au doigt, Loan était parti chercher de quoi lui faire un bandage de fortune avec des mouchoirs avant d'ironiquement lui proposer un pansement. Contre toutes attentes elle accepta, surprenant le jeune homme qui leva son index pour lui dire silencieusement d'attendre avant de sortir de sa chambre pour une énième fois. Ses pas le guidèrent pour la seconde fois dans la salle de bain. La boite à pharmacie était montée sur le mur à proximité du miroir, il l'ouvrit doucement, sortit un pansement d'enfant rose bonbon et referma l'objet avant de repartir immédiatement en évitant à tout prix de se regarder dans la glace.

Une fois de retour là où se trouvait son amie, il se rapprocha d'elle, un sourire coupable aux lèvres, avec aux bouts des doigts le petit bout de sparadrap. Il s'agenouilla devant sa reine, feintant une révérence avant de lui appliquer le pansement sur sa petite blessure qui la dérangeait plus que ne la blessait d'après sa moue. Son acte héroïque terminé, il alla se coucher de son côté du lit en sentant la fatigue prendre possession de son corps. Visiblement, grâce à Jun, son insomnie s'était enfuie ce qui était un énorme plus, dormir avec elle n'était pas si gênant que ça au final. Elle vint au final s'allonger à ses côtés avant de demander, toujours dans son rôle de reine, un bisou magique qui guérissait tout. L'adolescent soupira avant de se relever et de s'approcher de sa main blessée. Il approcha ses lèvres du pansement et l'embrassa avant de faire un magnifique doigt à la personne qui lui avait demandé de faire ça. Son rire résonna dans la pièce avant de doucement disparaître dans un silence apaisant.

Loan se coucha pour la dernière fois et appuya sur l'interrupteur pour éteindre la lumière.

« Bon ... Il se fait tard. Habituellement j'arrive jamais à dormir mais ... J'sais pas, quand t'es là je me sens bien et ... Et j'ai sommeil. J'crois que t'es mon remède contre l'insomnie. Du coup ... Ben bonne nuit dors bien et ... A demain ? »

Ses yeux se fermèrent alors doucement, sa soirée était devenue magnifique grâce à l'intervention inopinée de son amie. Sa vie, elle, reprenait peu à peu de sa splendeur cependant le chemin allait être très long avant qu'il ne puisse redevenir l'être souriant qu'il était autrefois.

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 159
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   Ven 18 Mai 2018 - 0:54

Ma proposition semblait avoir complètement métamorphosé Loan, qui ne cessait de me sourire, serrant un peu plus fort ma main, lorsqu’il m’annonça que l’idée l’enchantait. Je le regardais avec beaucoup d’affection, ses yeux pétillaient plus que d’habitude, et je me voyais déjà passer mes soirées d’étés à ses côtés, comme nous le faisions à l’instant. Le voilà, qui, concrétisant davantage encore sa joie, me serra à nouveau dans ses bras. Cette accolade était bien différente de la première que nous avions partagée plus tôt dans la soirée, mais pas moins plaisante pour autant. Je riais alors avec lui, joyeuse de le voir dans cet état d’extase qui ne lui ressemblait pas tellement.

Puis, m’étant blessée au doigt, mon chevalier vint à mon secours, d’abord avec un vulgaire mouchoir, puis, parti me chercher un pansement. J’étais bien loin de souffrir de cette blessure qui s’était déjà dissipée, néanmoins, je m’amusais et me plaisait à voir mon camarade s’occuper de moi, et me soigner. Je n’étais jamais contre jouer à la malade si c’était pour gagner un peu d’attention, même s’il ne fallait pas en abuser, au risque de vraiment plonger.

Il finit par s’agenouiller une nouvelle fois, afin de poser ses lèvres sur mon doigt, tel que je l’avais exigée. Rougissant légèrement et riant du fait qu’il m’ai obéit, je me laissais tomber à nouveau sur le lit.

« Oh my lord, vos lèvres sont exceptionnelles : la douleur a déjà disparue! »


Je feignais à nouveau mon très mauvais accent anglais, sachant pertinemment que Loan n’hésiterait pas à s’en moquer. Puis, je m’attachais les cheveux rapidement, avant de me glisser avec lui sous les draps. N’ayant pas vraiment l’habitude de porter autant de vêtements pour dormir à cette période de l’année -j’aurais au moins enlever le bas-, je gesticulais un bon moment afin de trouver la position qui me conviendrait. Ce faisant, mon camarade paraissant pas mal épuisé, commenta le fait que j’étais peut être la solution miracle à ses insomnies tenaces. Je souriais alors, plongée dans l’obscurité. Il était plutôt rare qu’on me compare à une sorte de remède, j’étais en général, plus habituée à être le problème. Je prenais tout de même la chose comme un compliment, puis, je me relevais doucement, afin d’ôter mes lentilles.

« Tu m’as jamais vu sans. En plus, la première fois qu’on s’est parlé, tu m’as dis que t’étais déçu que cette couleur soit pas ma vraie. Du coup je vais te préserver, tu vois, j’attends qu’il fasse tout sombre pour les enlever. »

Soudainement légèrement mélancolique quant au souvenir de cette discussion, qui m'avait un tantinet effleurée, je soupirais, fermant les yeux, le visage un peu moins joyeux qu'avant, ce que mon camarade ne pouvait pas deviner par conséquent. Après tout, il avait tout les droits de ne pas me trouver à son goût puisque certainement trop artificielle, et malgré tout, j’espérais qu'il me trouvait belle. Je savais que je l'étais, mais j'avais besoin qu'il le reconnaisse, pour une raison qui m'échappait. En fait, je n'avais absolument aucune idée de ce qu'il pouvait bien penser, mon manque de confiance vacillant soudainement me portant à croire milles et une variations d'histoires.

Mais la fatigue m'ayant moi aussi atteinte, je replongeais instantanément dans les draps, jouant à taquiner mon camarade en chatouillant ses pieds de la pointe des miens. Ce dernier semblant s’être finalement endormi, je me rapprochais de lui, puis passais ma main entre son bras et ses côtes, collant mes vêtements aux sien, une soudaine chaleur nous envahissant. Je fermais alors les yeux, puis murmurais à mon tour :

« À demain. »


Bercée par le calme de la nuit, achevant pour de bon cette soirée mouvementée.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Good Night, Sleep Tight, Don't let the dead bite ~ [Loan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Good night, sleep tight, get up and fight ! [Gore Inside] [PV - Caleb & Alex]
» Tonight gonna be a good night [Nicho]
» [with Mike] That tonight’s gonna be a good night ?
» 1.01 Good Night and Bad Luck
» N°2 ; Tonight gonna be a good night [Dora]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Hebi :: Quartier bourgeois-
Sauter vers: