₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cap! [Loan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Cap! [Loan]   Jeu 3 Mai 2018 - 4:52

Alors que la rentrée venait de battre son plein, que les élèves se trouvaient pour le moment plutôt joyeux de se rendre en cours pour raconter à tout leur camarade à quel point leur projets avaient grandis, que la période de relâche les ont changés, ou tout simplement pour le plaisir de retrouver ses amis, en moi résidait le même sentiment d’inertie qu’ont l’habitude de me procurer les établissement scolaires. Je soupirais, regardant par la fenêtre de mon cours de mathématiques les cerisiers en fleur.

Malgré les allergies, le soleil dérangeant, la joie un peu excessive de tout mon entourage, j’aimais bien le printemps. Il était dommage d’avoir à le passer dans une salle de classe jaune vomie, qui n’a pas été repeinte depuis le siècle dernier, surtout dans un pays comme le Japon, qui proposait des paysages tellement plus agréables que le quotidien de mes mornes journées d’élèves.

La sonnerie retenti, et me faufilant entre tout le brouhaha incessant de mes camarades, je sortis enfin de la salle. La pause n’était censée durée qu’un quart d’heure, mais j’avais tout de même pris mon sac.
Je me retournais afin de vérifier que je n’avais rien laissé échapper, puis, du même élan, je parcourais tous les visages de mes camarades. Aucun qui ne me disait de rester, ou qui s’annonçait particulièrement intéressant à venir taquiner. Je soupirais, puis descendis lentement les escaliers, même si le temps m’était compté.

J’arrivais enfin aux portes de l’établissement, desquelles je m’éloignais afin de fumer en paix. Fouillant dans mon sac en bazar, j’y trouvais dans le fond un vieux paquet. Il ne me restait plus qu’une clope. Pas de quoi tenir jusqu’à la soirée. Je soupirais à nouveau, tout en la faisant joindre le bord de mes lèvres. Je m’emparais ensuite d’un briquet, situé dans la poche droite de mon bomber, avant de m’énerver : ce dernier n’était pas chargé. Décidément, cette journée comportait tout ce qu’il fallait pour m’exaspérée. Je jetais un bref coup d’œil à ma montre : pas le temps d’aller en acheter.

Je parcourais finalement les alentours du regard. Après tout, une majorité d’étudiants fumaient, et même si la plupart allaient le faire de l’autre côté que celui où je m’étais posée, il y allait bien y avoir quelqu’un pour soulager mon besoin.

C’est alors que mon regard s’arrêta sur une chevelure brune, qui m’étais familière. Des chevelures brunes, au Japon, il y en a des tas. Mais, malgré le fait que nous n’ayons partagé qu’un après midi ensemble, je parvenais à reconnaître Loan de loin, peut être parce que je l’avais un peu trop observé en cours lorsque je m’ennuyais depuis notre rencontre.

Un sourire fit place sur mon visage, et pleine de confiance, je me dirigeais vers lui, plutôt heureuse de le voir à nouveau, et de savoir qu’il allait pouvoir m’apaiser.

« Yo. »

Je lui tapotais l’épaule, histoire qu’il me fasse face. Quelque peu soulagée de voir que c’était bien son visage, j’approchais le mien du sien, la cigarette toujours à la bouche, et tout en articulant mal, je continuais :

« J’ai plus d’essence pour mon briquet. »

Puis, mes yeux se posèrent sur mon sac, puis sur ma montre.

« T’es en retard. »

Le destin ayant décidé pour moi, je ne pouvais plus aller en cours, au risque de me faire plus remarquer que si je décidais de disparaître en plein milieu. Finalement, j’étais gagnante dans tous les cas : je n’avais pas d’absence, et j’étais enfin tranquille. Néanmoins, je ne comptais pas le restais très longtemps.

« Au fait, tu me dois une bière, tu te souviens ? »

S’il pensait que j’avais oublié, ça ne risquait pas d’arriver. Des bières gratuites, ce n’était pas tout les jours, du moins, pas offertes par Monsieur Arai.

« Je connais un bar qui nous cartera pas. C’est dans Bougu, tu viens ? »

Je plongeais mon regard dans le sien, histoire d’insister un peu, puis, toujours souriante, espérais que sa réponse me soit favorable.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Jun Aoki le Jeu 10 Mai 2018 - 19:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 18
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 124
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Ven 4 Mai 2018 - 21:50



L'avenir appartient à ceux qui se lève tôt. La rentrée avait commencé et son lot d'inutilité avec. Loan connaissait la chanson des premiers jours, tout d'abord présentations des programmes et des professeurs et plusieurs activités pour démarrer l'année dans la "joie et bonne humeur". Après quatre longues années, les choses n'avaient pas changé. De plus les élèves, toujours aussi ennuyants et déprimants -sauf certains cas très isolés- n'allaient jamais la fermer à propos de leurs fausses promesses comme quoi ils allaient bien étudier et recevoir des notes supérieures à celles de l'année dernière. Des conneries en somme. Loan le savait tout particulièrement il disait la même chose chaque fois et pourtant il était encore chez lui alors que les cours avaient déjà commencé.

Le père de celui-ci était parti en voyage d'affaire durant deux jours et sa mère, comme à son habitude, se levait extrêmement tôt et n'était jamais à la maison lorsque l'adolescent devait se lever. C'était donc très malencontreux et qu'une simple coïncidence que pile au moment où il n'y avait personne dans les environs pour le réveiller, le réveil du rebelle n'avait pas sonné. Du moins c'était l'excuse qu'il allait sortir à sa mère lorsqu'elle rentrerait ce soir, certainement fatiguée et énervée. Pour rendre son mensonge réaliste, il décida à contre-coeur de partir et de terminer la journée au lycée pour limiter la casse et ne pas être sur la liste noire de ses professeurs si tôt dans l'année. Il se prépara rapidement, prit son sac, son porte-monnaie et son skateboard avant de quitter la maison sans trop se presser pour arriver à peu près durant la récréation de la matinée.

Le trajet fut agréable, il n'y avait pas grand monde sur les trottoirs à part quelques petits vieux par-ci ou par là et l'air était frais et plutôt chaud, le mix parfait pour commencer une excellente journée d'école n'est-ce pas ? Une musique à la fois entraînante et détendue sortait de ses écouteurs, alors qu'il naviguait entre les passants et les poteaux électriques lui procurait une sensation de sérénité et de bien-être assez rare en ces jours troubles. Après environ une vingtaine de minute, il descendit de sa planche à roulette avant de s'approcher de l'entrée du lycée. Cependant, avant qu'il ne puisse passer le portail le menant à sa nouvelle salle de classe, il entendit une salutation suivit d'une accolade sur son épaule gauche qui venait d'une personne qu'il appréciait bien. C'était Jun, qui tenait une cigarette entre ses lèvres tout en se plaignant de ne pas avoir de quoi l'allumer. C'était assez drôle de voir la scène puisque le rebelle n'avait pas de cigarette mais qui, contrairement à elle, avait du feu. Il soupira, les yeux au ciel, avant de sortir de la poche avant de son sac un petit zippo où était gravé une tête de loup avant de l'allumer et l'éteindre en boucle comme pour lui faire envie.

« Salut toi. »

Sa camarade lui fit remarquer qu'il était en retard tout en regardant sa montre. Elle avait raison, il était bien en retard cependant il sortit son portable de sa poche, regarda l'heure et prit une fausse expression de surprise.

« Oh vraiment ? Mince ! Mon cellulaire portatif de type téléphone doit-être déréglé, saperlipopette ... »

Le rebelle rigola doucement avant d'hausser les épaules, il s'en foutait totalement. L'année venait de recommencer et le compteur des retards était revenu à zéro donc il avait bien quelques possibilités de s'absenter en plus. Une fois cela fait, Jun lui fit remarquer qu'il lui devait toujours une bière pour avoir réussi un pari qui datait de l'année dernière, ce qu'il prit comme une invitation totalement gratuite à sècher. Comment pouvait-il refuser une telle offre ? C'était tout bonnement impossible.

« Non j'ai pas oublié. Comment je pourrais oublier un magnifique rendez-vous en tête à tête pour se bourrer la gueule, y'a pas deux occasions pour faire ça. Je suppose que ça veut dire que le lycée ne nous verra plus pour la journée ? »

Comme pour appuyer sa réponse, sa camarade par l'affirmative en lui proposant une bar dans Bougu qui ne vérifiait pas l'âge de ses consommateurs. C'était une plan parfait. Le rebelle accepta d'un hochement de tête puis approcha son briquet de sa cigarette.

« Bon ... J'ai du feu, t'as une cigarette. Si tu fais tourner t'auras droit à une deuxième bière payée par Bibi. J'ai pas fumé depuis trop longtemps. »

L'adolescent avait prit un ton plutôt mou, comme pour la prendre par pitié. Si elle refusait il ne lui allumerait pas de toutes façons donc c'était quitte ou double pour elle, elle devait commencer à le connaître à force.

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Sam 5 Mai 2018 - 4:11

Assez surprise de tomber sur mon camarade que je n’avais finalement pas revu depuis un moment, et que je n’avais bizarrement pas aperçu dans la salle de classe précédemment, je m’étais empressée d’aller l’accueillir à ma manière. Ce dernier me rendit bien la pareille, puisqu’il commença à me narguer avec son feu que je convoitais, sans pour autant se décider à m’allumer ma cigarette. Je me mis à rougir légèrement, ayant cru l’espace d’un instant, qu’il s’exécuterait sans rechigner. Décidément, je m’étais trompée. Peut être n’avait-il toujours pas digérer notre célèbre rencontre au club de cuisine, où je lui avais cordialement laisser s’occuper de la pile de vaisselle. Un petit sourire figea néanmoins sur mon visage, heureuse de tomber sur quelqu’un qui enfin, n’allait peut être pas trop m’ennuyer.

Après ma brève remarque, quelques peu sarcastique sur son retard -puisque j’étais persuadée ne pas l’avoir aperçu dans la matinée, certainement parce qu’il avait séché, ou peut être avait il un rendez vous médical ou une quelconque raison capable de le justifier- ce dernier reprit, d’un ton encore plus ironique, sans vraiment s’expliquer. De toute façon, cela n’était très important. Une absence restait une absence, qu’elle dure une heure ou toute la journée. J’en concluais donc qu’il était plutôt disponible pour m’accompagner me balader.

En général, je séchais seule. C’était certainement dû au fait que je n’avais que trop peu d’amis pour me suivre, mais aussi parce que je trouvais ça bien plus simple, souvent plus amusant aussi, car j’étais libre. Libre de faire des rencontres plus ou moins malfamées, libre de faire ce qui me plaisait sans jamais n’avoir personne pour en témoigner. Je n’avais jamais eu beaucoup de problèmes en agissant de la sorte. Bien sûr, il m’arrivait de tomber sur de nombreux types un peu chelous qui s’amusaient à me suivre ou même quelques fois à aller un peu plus loin, mais j’ai toujours trouvé du secours, ou ai toujours réussi à en échapper. Les rues et les ruelles regorgent de surprises et je me suis toujours plu à partir les découvrir.
Évidemment, ce n’était pas toujours le cas. Avant, il m’arrivait souvent de sortir avec mes amis, tout aussi peu fréquentables que les lieux où nous nous rendions, et c’était tout aussi génial...

Voilà que pleine de nostalgie, je m’emparais de Loan.

Nous n’étions pas encore assez proches pour que je puisse le qualifier d’un ami, mais c’était une des personnes de ma classe qui s’y apparentait le plus en tout cas. De plus, j’aimais son sarcasme, et sa compagnie n’était pas vraiment dérangeante. Quelques peu solitaire, comme moi, je me demandais bien ce qu’annonçait cette journée, et j’étais prête à le découvrir, en lui proposant de l’emmener dans un certain bar, qui ne cartait jamais. À force d’explorer, on finit par trouver les bonnes adresses. L’âme généreuse, et surtout parce qu’il avait promit de l’être aussi -il me devait un verre-, je décidais de partager.

Sur le chemin pour se rendre dans le quartier de Bougu, nous partagions donc ma cigarette, en échange du feu de Monsieur, et d’un deuxième verre gratuit. Même si je grommelais légèrement lorsqu’il me proposa le deal, c’était plutôt un pari honnête. Si les paquets étaient assez cher, le prix d’une cigarette à l’unité était certainement moins élevé que celui d’un verre et d’un briquet. Au fond, ce n’était qu’une raison de plus pour prolonger la rencontre.

Une fois dans le quartier des bars, je m’agrippais au bras de mon camarade, histoire qu’on ne se perde pas dans la foule. Le petit sautillement de mes pas faisait frictionner la peau nue de mon bras contre le sien. Après un léger silence, et presque arrivés à destination, je le lâchais enfin, et tout en détournant le regard :

« Crois pas que c’était un geste purement amicale, et encore moins une tentative de drague. »

Je toussotais, histoire de changer de sujet, et une fois devant la porte de l’enseigne, mon visage prit une toute autre expression, témoignant mon excitation.

« On y est ! »


Je poussais la porte, feignant une révérence à mon camarade pour qu’il y rentre en premier, impatiente de l’imiter.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 18
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 124
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Dim 6 Mai 2018 - 17:33


Un nouveau sentiment venait d'apparaître dans l'esprit du rebelle lorsque sa camarade de bêtise avait accepté de partager sa cigarette avec lui, en échange d'une seconde bière gratuite. Bien évidemment, il lui fallait forcément quelque chose en retour sinon elle aurait refusé catégoriquement cependant rien que le fait d'avoir accepté sans négocier cet échange tout à fait honnête était un signe de bienveillance comme quoi elle aussi souhaitait que leur relation s'améliore dans le but de pouvoir enfin considérer l'autre comme un ami. Loan lui même n'avait que très peu de personnes proches, mis à part Ayame, avec qui il pouvait sortir se balader et partager de bons moments, même si vu son caractère solitaire il n'était pas contre avoir un petit nombre d'amis. C'était justement cette similarité qui se retrouvait chez Jun avec cette envie de solitude et de liberté qui était probablement l'une des raisons pour lesquels les deux se toléraient mutuellement. Ils étaient seuls et libres tout en restant ensemble.

Le rapprochement soudain, mais bref, de sa camarade le laissa perplexe pendant un petit moment. C'était étrange, aucunes de ses paroles ni de ses actions ne pouvait être à l'origine de ce mouvement. Peut-être que l'adolescent lui rappelait des souvenirs du passé ?

Sur le chemin de Bougu, le rebelle alluma alors la cigarette de Jun, la prit et inspira une énorme bouffée de fumée toxique avant de le rendre rapidement à sa détentrice pour ne pas subir son courroux infernal. Sa planche à roulette était calée sous son aisselle gauche et il ne comptait pas l'utiliser car sinon il devancerait beaucoup trop sa camarade qui se baladait nonchalamment à ses côtés. Cependant, cette nonchalance s'arrêta à la seconde même où les adolescents entrèrent dans le quartier mal-famé et Loan sentit, avec surprise, le bras de son acolyte attraper le sien pour s'y accrocher tout en collant leurs deux membres nus. Cette sensation n'était pas désagréable mais plutôt étrange, tout ses poils s'étaient hérissés et plusieurs sueurs froides lui parcouraient le dos. Il ne comprenait pas pourquoi elle faisait ça. Il ne comprenait juste pas.

Le silence et le malaise de la scène étaient palpables mais une fois arrivée à quelques mètres de l'entrée du fameux bar Jun s'expliqua sans le regarder. Le rebelle leva les yeux au ciel et soupira, elle aurait pu le prévenir avant de faire ça.

« Heureusement que c'était pas de la drague, tu serais déçue. »

Une fois arrivée devant l'entrée Jun, totalement excitée à l'idée de se prendre une cuite, lui ouvrit la porte en faisant une pseudo-révérence. Visiblement, la reine d'Angleterre était devenue sa portière. Ce n'était pas plus mal.

« Et bien merci beaucoup, vous êtes un véritable Gentleman. »

Loan passa alors dans l'interstice de la porte et observa la pièce sombre. Elle était en piteuse état, quelques poivrots déjà à moitiés-morts dormaient sur le comptoir du bar pendant que le tenancier feignait de nettoyer des verres en observant une porte située à sa droite où se déroulait probablement des jeux illégaux, comme dans tout les bars de Bougu. La seule chose qui troublait l'adolescent, qui avait déjà visité ce genre de lieux, était que tout ceci se passait déjà en fin de matinée. Cette partie de Keimoo était donc active 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Une fois avoir analysé l'endroit où il se trouvait, il tenu la porte d'entrée pour Jun, pour qu'elle puisse la rejoindre.

« Plutôt chic par ici. J'suis certain qu'ils ont un Blue Lagoon sur la carte. Bon ben vu que c'ma tournée va t'asseoir j'te rejoins ... Mais pas au comptoir j'ai pas envie de chopper la peste noire en traînant à côté de ces gars là-bas ...» Disait-il en pointant du doigt ceux qu'il désignait.

Le rebelle se rapprocha alors du barman qui était en train d'observer tout ses faits et gestes comme s'il le suspectait de pouvoir faire un hold-up puis, une fois qu'il était arrivée à sa hauteur, commanda quatre bières fraîches. L'homme, toujours méfiant, s'exécuta sans le quitter du regard avant de réclamer le paiement d'un mouvement de tête suivit du prix sur un ton agressif, visiblement il n'avait pas apprécié les remarques qu'avaient fait l'adolescent. Loan sortit son argent, le compta rapidement avant de le lui donner en lui disant de garder la monnaie sur un ton moqueur et prit les bouteilles d'alcools avant de rejoindre Jun à la table qu'elle avait choisi. Il s'assit en face d'elle avant de s'exclamer.

« Et voilà. J't'avais promis deux bières, les voici. Les deux autres pour moi évidemment. Bon ben "tchin", santé, tout le tralala ! »

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Lun 7 Mai 2018 - 3:17

Alors que nous étions en chemin pour nous rendre au fameux bar que j’avais mentionné à mon camarade pour qu’il me suive, nous partagions ma dernière cigarette. Tout en continuant le trajet, je ne pouvais m’empêcher de grommeler intérieurement, même si au fond, la partager avec Loan ne me dérangeait pas tant que ça. Cependant, ce n’était pas n’importe quelle cigarette. C’était la dernière du paquet. De toute façon, je comptais en racheter une fois de retour de notre petite escapade…

J’observais mon camarade, pendant que nous avancions dans les ruelles, à pied. Ce dernier disposait d’une planche à roulette, qu’il aurait très bien pu utiliser pour me narguer, car cela devait être bien moins fatiguant, et plus amusant. Cependant, il n’en fit rien, et se fatiguait même davantage tout seul avec le poids de cette dernière, qu’il supportait sous son bras. Plutôt intriguée, je ralentissais, histoire qu’il en fasse de même, pour pouvoir observer l’objet qui venait de susciter mon intérêt.
Une fois presque à l’arrêt complet, je m’approchais de la planche, à laquelle je m’agrippais, pour que mon camarade la relâche, afin de me laisser la tester.

« Tu sais quoi ? »

Une fois la planche dans mes mains, je la posais à terre, puis, y posait un pied. Je continuais de regarder mon camarade, sans la moindre expression faciale.

« J’en ai jamais fait. »


Nous n’étions plus qu’à quelques mètres de Bougu, et de ses ruelles remplies de passants. Je comptais bien profiter de l’aspect désert de celle où nous nous trouvions pour ménager mes efforts, et m’amuser un peu avec mon nouvel acolyte.

Tout en m’agrippant à l’épaule du jeune homme, je montais à pieds joins sur le skate. Désormais, dos à la direction dans laquelle nous allions, je faisais face à mon camarade. Bien que je tremblais légèrement dû à mon manque d’équilibre, et peut être aussi, ma confiance assez restreinte envers mon pilier, je lui proposais tout de même de me pousser.

« En avant ! »

Puis, dans un murmure, un peu moins convaincant, je continuais, afin qu’il ne se mette pas à rouspéter :

« Je t’acquitterais bien de ta dette en échange, mais je pense que si je t’offre un paquet de cigarette, tu voudras bien te rendre utile… Pas vrai ? »

Je lui adressais un bref sourire, puis détournais le regard. Je me rendais compte que je m’étais sentie obligée de justifier ce geste purement amical en lui promettant de l’acheter en échange de ses « services ». Une brève mélancolie passagère vint donc s’installer dans ma poitrine. J’étais tout simplement incapable de créer des relations amicales saines, sans compromis, sans « si tu…» « alors je… ». Sans marchander H24 avec mon entourage.

Cet épisode passé, nous arrivions dans le quartier le plus peuplé de Bougu, celui où quelques mois plus tôt, j’avais croisé Satoshi, celui où cet homme avait voulu que je me prostitue pour lui. Celui où j’avais finalement gagné un ami, qui ne dura néanmoins pas longtemps.

J’entrainais donc mon partenaire vers le bar en question, un peu isolé des autres, dans un état moyennement neuf, disons qu’il avait accueilli pas mal de monde et que l’ivresse de ses visiteurs ne l’avaient pas laissé indemne.

Le fait que je m’étais agrippée au bras de mon camarade avait l’air de moyennement lui plaire. Il avait l’air assez mal à l’aise. Je le regardais avec insistance, ce qui creusait d’autant plus le malaise, après lui avoir expliquée que mes intentions n’étaient aucunement empreintes d’une quelconque ambiguïté. Il n’en restait que je le trouvais plutôt marrant à réagir de la sorte. Lui qui faisait le rebelle n’avait pas l’air si à l’aise avec la gente féminine. Quoiqu’il en soit, il osa me rétorquer que si je comptais le draguer, j’étais bien mal partie.

Je le regardais, l’air faussement outrée, tout en riant avec.

« Alors ça ! »

Puis, tout en lui adressant un regard un peu plus enjôleur, je le frôlais à nouveau, histoire d’amplifier la gêne, tout en murmurant :

« J’en suis pas si certaine. »


Puis, me dirigeant vers la porte, je le laissais passer en riant à sa blague concernant le petit surnom qu’il employa en référence à notre première rencontre.

Une fois dans le bar, de vieux types affalés sur le comptoir qui avaient déjà l’air en état d’ébriété nous dévisagèrent. Je quittais donc Loan, pour nous trouver une place, un peu loin de ces hommes douteux, dans un coin, au fond, près des toilettes. Je m’assurais de prendre une table qui disposait d’une banquette des deux côtés, histoire de ne pas encore susciter la rage -que j’aimais pourtant observer- chez mon camarade.

Il revint finalement avec quatre breuvages, dont deux m’étant destinés. Je m’empressais de m’emparer d’une des bouteilles, tout en le remerciant et trinquant avec.

« Je dois t’avouer que ça me surprend quand même. »

Après une gorgée, je reprenais.

« J’aurais pas vraiment pensé que tu me les offrirait. »

Assez flattée, je lui souriais, continuant de converser, tout en jouant à lui passer le skate sous la table, au rythme du vieux tube de rock qui meublait le creux sonore.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 18
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 124
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Lun 7 Mai 2018 - 21:53


Alors que les deux adolescents avançaient dans une ruelle totalement dépourvue de population en direction de Bougu où se situait le fameux bar qui ne cartait pas, son acolyte commençait à ralentir le pas, encore et encore, avant de s'arrêter totalement à à peine quelques mètres de l'avenue principale du quartier où ils devaient se rendre. Bien entendu, le rebelle s'était stoppé lui aussi pour tenter de comprendre ce subit changement de vélocité. Sa camarade s'approcha alors de son skateboard avant de le lui prendre sans vraiment demander la permission. Cependant, il n'avait pas dit un mot et se contentait de l'observer pour deviner ce qu'elle avait derrière la tête.

Une fois son explication faite, le rebelle lui lança un sourire joueur comme pour la mettre au défi. Il l'aida alors à monter sur sa planche à roulette, puis il posa dans l'ordre sa main gauche sur son flanc pour la stabiliser -et la retenir si jamais elle commençait à tomber- et son autre main dans son dos pour pouvoir la propulser, sans trop forcer pour ne pas qu'elle perde le contrôle de l'engin. Il était alors en position et paré à lui faire ressentir la liberté que lui apportait le skateboard.

Lorsqu'elle commença à marchander avec lui pour un geste purement amical qui ne lui demandait absolument rien mis à part un tout petit peu de force, l'adolescent la lâcha et se mit devant elle pour l'empêcher d'avancer, la mine assez sérieuse et surtout choqué.

« Pourquoi tu dis ça Jun ? Faut pas acheter les gens à tout va comme ça ! Ca va, c'est juste pour te pousser sur allez, une dizaine de mètres, t'as pas besoin de me promettre un truc pour que j'accepte. J'pensais que t'avais une meilleure opinion de moi. Mais j'dis pas non pour l'info du fournisseur et si tu m'le dis, le dis pas parce que je t'ai poussé hein. Si j'étais malhonnête j'aurai certainement accepté car tu te serais faite vraiment plumée ... J'dis pas ça pour t'engueuler mais c'pour toi. Fin bon. Bref. Enjoy ! »

Après avoir terminé son petit monologue qui dans un sens était destiné à la "protéger", même si elle n'en tiendrait forcément pas compte car c'était dans sa nature de vouloir le bien de ceux qui le rendaient joyeux, il retourna rapidement derrière elle, reprit sa position et commença à la faire rouler lentement. Peut-être qu'elle aimerait faire de ce sport qui sait ?

Lorsque les deux avaient enfin réussi à arriver devant le bar, l'adolescent était resté assez gêné quant à aux remarques enjôleuses de sa camarade qui avait très probablement remarqué son manque de tact envers les filles. Il n'était pas du tout habitué à ça, c'était même bien la première fois qu'une demoiselle lui parlait de cette façon. Quand elle le frôla pour la seconde fois, il sentit ses poils s'hérisser une nouvelle fois de manière complètement inattendue. Ce réflexe de son corps lui était inconnu et même incompréhensible. Ses joues étaient devenues rouges, mais pas pour la raison attendue par sa collègue.

« Euh arrête ... C'est ... Bizarre ... Je doute que ça fonctionne sur moi ce genre de trucs. Pas l'habitude. »

Une fois à l'intérieur du bar et après avoir payé un barman agressif pour les précieuses bouteilles d'alcools, il retourna s'asseoir en face de Jun avant de trinquer avec elle. Le rebelle but une première gorgée revigorante puis une seconde tout en écoutant son acolyte qui semblait surprise de se voir payer une boisson qu'elle avait gagnée honnêtement. Loan, après avoir étanché sa soif, posa la bouteille en verre sur la table et regarda dans les yeux sa nouvelle amie qui s'ouvrait peu à peu à lui.

« Ah oui ? Pourquoi ? Comme je t'ai dit tout à l'heure j'suis pas un bandit tu sais. T'as gagné, j'ai perdu, tu as ton dû. Tu sais pour être honnête ça me fait plaisir de te les offrir car en général au lycée y'a pas beaucoup de gens comme ... Nous. Ils sont tous trop sages ou ... Trop ... Chiants à bosser d'arrache-pied. Du coup ça fait plaisir d'être avec quelqu'un que je comprends et qui pourrait me comprendre ... Enfin ... Je divague désolé ... Bon. Puisqu'on est ici. »

Un sourire joueur s'afficha une nouvelle fois sur son visage, mais cette fois-ci ses idées étaient biens plus drôles qu'une simple aide pour rouler sur un skate. Il s'adossa contre le dossier en moquette de la banquette et dit juste avant de boire une nouvelle gorgée d'alcool.

« Voici les règles. Interdit de choisir deux fois de suite la même chose. Ce serait trop simple sinon. Et ... cinquante yens si jamais on refuse..»

Son sourire termina de s'agrandir avant de dire, d'une voix suave.

« Action ou vérité ? »


__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Mar 8 Mai 2018 - 19:19

Loan ne semblait pas vraiment en colère que je me sois appropriée son véhicule principal, et se montra même volontaire pour m’aider à monter dessus. Il veillait à ce que je ne tombe pas, tout en mettant sa main dans mon dos, histoire de me pousser. J’étais plutôt agréablement surprise par sa réaction, puisqu’il s’avérait qu’il agissait assez positivement par rapport à la demande que je m’apprêtais à énoncer. Cependant, une fois cela fait, il s’arrêta net, et se figea face à moi, la mine bien plus sérieuse que les quelques instants auparavant, où je commençais à m’amuser drôlement.

C’est alors que ce dernier se mit à me sermonner quant à ce que je venais de lui demander. Il était en train de m’expliquer tout ce qui intérieurement, avait fait échos à ma demande, puisque lui-même affirmait que je n’avais pas besoin de toujours justifier mes requêtes, de toujours « acheter » mon entourage, que les gens pouvaient agir par gratitude, que c’était là la beauté des échanges sociaux. C’était totalement ce que je pensais également, mais je n’arrivais juste pas à intégrer cela dans mes rapports. J’étais tout de même impressionnée par son petit discours, qui me prouvait que ce n’était pas le genre de racailles avec qui j’avais l’habitude de traîner, en qui je ne pouvais pas vraiment faire confiance, sur qui je ne pouvais pas compter en cas de nécessité, dans le cas où j’aurais juste besoin d’une quelconque démonstration amicale et profondément gentille, dénuée de tout intérêt.

Je le regardais un moment, silencieuse, les yeux légèrement plus humides que la normale, sans pour autant me mettre à pleurer. J’étais simplement touchée par ses paroles, comme s’il arrivait à lire dans mes pensées. D’autant plus qu’à force de jouer la dure avec tout mon entourage, j’avais perdu l’habitude qu’on se montre simplement aimable avec moi. Soit on me craignait, soit on marchandait.

« Loan… »

J’instaurais un léger silence, ne trouvant pas vraiment les mots pour soulager ma poitrine, qui pesait désormais.

« T’es un mec bien. »

Puis je l’attrapais par la main, afin de le ramener derrière moi. Je la repositionnais comme il l’avait fait plus tôt : une sur mon flanc, l’autre dans mon dos, puis, il se mit à me pousser assez lentement, mais c’était suffisant pour créer un petit vent qui poussaient mes longs cheveux blancs à fouetter le visage de mon camarade. Je riais, plutôt contente de partager cet instant, d’autant plus que, n’ayant aucun effort à fournir, je profitais pleinement de cette sensation que procurait cette activité, à savoir, la sensation de planer.

Nous arrivions cependant assez rapidement dans la rue bondée, ainsi, je descendais de la planche, que je rendais à mon camarade, et m’agrippais à son bras. Il était gêné, je le voyais bien, et j’accentuais d’autant plus la chose, une fois le bar atteint. Il finit par me demander d’arrêter, car « ces choses ne fonctionnaient pas sur lui ». Je me mis alors à rire, je n’avais jamais rencontré un garçon sur qui « ces choses » ne fonctionnaient pas. J’haussais finalement les épaules, évitant d’épiloguer sur ce qui le rendrait mal à l’aise, bien que je trouvais cela assez attendrissant.

Alors que nous faisions face à nos bouteilles, et que je lui partageais ma surprise concernant sa générosité, ce dernier paraissait surpris à son tour, et m’expliqua qu’il était honnête. Je l’écoutais parler, et me mit à sourire lorsqu’il évoqua subtilement la possible amitié qui pourrait nous lier. Parce qu’on pourrait se comprendre, parce que nous n’étions pas si différents. J’aimais bien cette idée, et il était certain que je retrouvais en Loan une sorte de gouffre apaisant, comme si je pouvais lui faire confiance. Cependant, il était encore loin de me connaître, il n’avait aucune idée du « type » de personne que je pouvais être, des choses horribles que j’avais pu commettre, et de celles que je continuais à effectuer. Moi non plus je ne connaissais pas grand-chose à sa vie, si ce n’était que les quelques éléments que j’avais pu capter en l’observant au lycée. Je me contentais donc d’un silence, tout en gardant ce petit sourire en coin, histoire de dire « oui mais il y a encore tant de choses à apprendre ».

C’est alors qu’à son tour, il m’adressa un sourire, bien plus joueur et séducteur, le même petit sourire qu’il avait affiché lors de mon initiation au skateboard.

« Action ou vérité ? »

Je me mis alors à rire à mon tour, complétement séduite par l’idée. Puis, tout en approchant mon visage du sien, je plongeais mon regard dans ses yeux, le défiant intensément.

« Action ! »

Acceptant la sentence avant même qu’elle ne soit exigée, puisque de toute façon, le contraire vous aurez sans doutes étonnés…

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 18
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 124
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Mar 8 Mai 2018 - 22:54


Le rebelle avait baissé la tête lorsqu'il avait terminé ses paroles, en état de stress. Il pouvait sentir son coeur s'accélérer et son sang circuler à vitesse fulgurante à l'intérieur de ses veines, alors qu'il attendait une réponse de la part de sa camarade. Il ne la connaissait que très peu pour le moment, mais il redoutait surtout qu'elle rejette en bloc ses paroles puisque à sa place il aurait fait ça à toute personne qui aurait essayé de lui faire un discours sur son mode de vie. Il ne voulait pas se montrer en moralisateur, ni même en donneur de leçons mais il voulait la brusquer suffisamment pour la faire réagir et essayer de l'aider. Pourquoi ? Il ne savait pas. Quelque chose au fond de lui le poussait à aider les autres. Il n'était pas altruiste et encore moins philanthrope mais c'était presque critique. Il s'attendait à tout, sauf à ce qui allait se produire. Peut-être que lui aussi avait une opinion pas si positive de Jun ?

Ses paroles raisonnèrent dans l'esprit et le coeur du rebelle, incapable de réagir. Non. Il n'était pas un type bien. Il n'avait pas réussi à protéger l'unique personne qui avait pu compter dans sa vie et ce n'était certainement pas en essayant de se rattraper avec une autre personne qu'il pourrait effacer son échec qu'il avait pu faire plusieurs années auparavant. Son égoïsme et sa haine de lui même l'empêchait d'accomplir une quelconque bonne action, inconsciemment il avait besoin de se prouver qu'il était aussi mauvais qu'il le pensait. Cependant son compliment le touchait car il venait d'une personne comme lui. Elle avait comprit son message c'était le plus important et c'est avec un regard humide qu'elle le repositionna derrière elle pour qu'elle puisse profiter des joies du skateboard. Ses cheveux fouettaient le visage de Loan alors qu'il la poussait assez doucement dans la ruelle dépourvue d'humains, son rire satisfaisant résonnant sur les murs de l'allée.

De retour au bar, le monologue plutôt long du jeune rebelle avait laissé son interlocutrice avec un léger sourire aux lèvres. Son expression du visage valait dix milles mots. Les deux adolescents avaient encore pas mal de choses à apprendre de l'autre s'ils souhaitaient réellement devenir amis mais ce n'était pas plus mal, chaque livre doit être lu page par page n'est-ce pas ? Les humains ne faisaient pas exceptions à la règle. Il n'était très certainement pas celui qu'elle pensait connaître et cela était probablement réciproque car le passé, les parents et les nombreux facteurs qui avaient joué dans leur vies respectives avaient contribué à créer les personnes qu'ils étaient aujourd'hui, aussi bonnes ou mauvaises qu'elles étaient.

Lorsqu'il lui annonça la fameuse question, Jun se mit à rire avant de s'approcher dangereusement du rebelle qui fit alors de même pour lui tenir tête, ses yeux froids dans les siens. Prenant ça comme un défi, il ne bougea pas d'un poil en attendant la réponse de sa nouvelle amie, leur regards s'intensifiant à chaque secondes. Sans pour autant faire le moindre mouvement, il dit sur un ton fier et joueur.

« Okay. Embrasse quelqu'un dans ce bar. Good luck. »

Tout content du gage qu'il venait de poser, il resta en position en indiquant des yeux les poivrots affalés sur le bar. Un sourire coupable se dessinait alors progressivement sur son visage, pratiquement certain qu'elle ne relèverait pas le défi car s'approcher des péquenauds là-bas se résumer à attraper des maladies datant du 18ème siècle et le barman n'avait pas l'air d'être un tendre.

« Promis je le gueulerais pas sur tout les toits si tu refuses ce petit défi très facile ... Après tout, tout le monde a une faiblesse pas vrai ? On augmentera le risque au fur-et-à-mesure que le temps passe t'inquiète. On est qu'au soft pour le moment. »

Il ne put s'empêcher de laisser sortir un petit gloussement. Cette journée devenait peu à peu une excellente escapade, loin de tout, des problèmes et surtout du monde réel.

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Mer 9 Mai 2018 - 4:30

Dans le top cinq des actions les plus demandées et effectuées dans ce genre de jeux, Loan ne faisait pas dans l’original en me demandant d’embrasser la personne de mon choix. C’était dire si, dès l’instant où je m’étais mise à accepter le défi, je ne m’étais pas déjà psychologiquement préparée à devoir attraper un herpès en m’approchant un peu trop près des hommes d’âge murs affalés sur le rebord du comptoir. L’odeur d’alcools forts et de vieilles cigarettes qu’ils dégageaient pouvait se sentir depuis nos sièges. Un léger dédain se traduisait alors que mon regard suivait la trajectoire de celui de mon camarade.

Néanmoins, je restais impassible face à sa requête, bien qu’un léger sourire gêné vint traduire mon malaise. Après une brève inspiration, je reprenais, un sourire bien plus confiant aux lèvres, que je vins noyer ensuite dans ma bouteille. J’absorbais une grande quantité de boisson, histoire de me mettre davantage dans le bain. Puis, je le regardais dans les yeux, pendant qu’il s’empêchait de rire aux éclats, tout en m’empêchant par la même occasion de le faire. Il n’avait pas l’air prêt à me voir effectuer sa requête sans l’ombre d’une difficulté.

En fait, au fur et à mesure que mon regard plongeait dans le sien, mon visage s’en rapprochait. Une légère tension quelques peu excitante devint soudainement palpable, et alors que mes lèvres effleuraient les siennes, je murmurais, un sourire en coin :

« Trop facile. »


Puis, je m’éloignais, quelques peu brusquement, pour me lever. Ne quittant pas l’adolescent des yeux, je m’amusais à le dérouter, le laissant peut-être croire un instant que je l’avais choisi, avant de le quitter. Néanmoins, voilà que je revins, m’assoir plus près de lui, du même côté. Craignant peut-être de lui voler son premier baiser, puisque lui-même avait mentionné sa gêne vis-à-vis de la gente féminine, je lui passais ma bouteille, afin qu’il en prenne une dernière gorgée.

Je caressais finalement sa joue du bout de mes doigts, puis rejoignais ses lèvres, légèrement humides à cause de la boisson, des miennes, suaves.

Au contact de ces dernières, un léger bond vint faire sursauter mon cœur, qui s’accélérait soudainement, même si je continuais de l’embrasser en douceur. Fermant les yeux pour éviter son regard peut être surpris ou gêné, je laissais mes mains parcourir le long de sa nuque, le serrant légèrement plus fort, le tirant vers moi fougueusement. Et alors que je laissais doucement nos langues s’entremêler, une saveur de bière chaude continuait de m’enivrer. Petit à petit, je le relâchais, inspirant à nouveau -chose que j’aurais presque oubliée. Puis, après avoir mordiller sa lèvre inférieure, j’écartais définitivement mon visage du sien.

Toujours évitant son regard, je posais le mien sur ma main que je plaçais sur la sienne. Je le regardais enfin, histoire d’observer sa réaction. Je n’appréhendais pas vraiment cette dernière, puisque je n’avais fait que ce qu’il m’avait demandé, et certainement au fond, ce qu’il voulait. J’esquissais un sourire, bien plus doux que les précédents, qui vint réhaussé mes joues rosées.

Après un léger instant de silence et de démonstrations affectives, je n’avais pas bougé de la banquette, qui s’avérait assez large pour une seule personne, mais trop étroite pour en accueillir deux. Ainsi, plutôt serrée contre lui, je me penchais vers ce dernier, tout en lui soufflant :

« À ton tour, Don Juan. »

Balayant ainsi ce moment pas du tout déplaisant, j’en annonçais un autre, quelques peu différent, mais qui s’avérerait sans doute amusant également.

« Action ou vérité ? »

Puis, je lui adressais un léger clin d’œil, guettant sa décision, ayant déjà une petite idée de ce que j'allais lui infliger pour me venger.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 18
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 124
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Mer 9 Mai 2018 - 9:26



Le gage de Loan n'était pas tout à fait simple, malgré la faille plus qu'évidente que le concepteur n'avait lui-même pas vu. Sa camarade commença à boire pour se donner du courage, avant de lui faire face, les yeux dans les yeux pour lui dire à quel point son gage était simple. C'était ce qu'ils allaient voir. Leur têtes se rapprochèrent juste assez pour pouvoir créer une sorte de tension qui fut briser à la seconde où elle se leva pour executer son épreuve. Elle s'approcha alors de lui avant de repartir en direction du bar avant de revenir une dernière fois, laissant perplexe le rebelle qui ne comprenait absoluement pas ce qu'elle faisait. Peut-être qu'elle voulait tout simplement refuser de faire son action ? C'était plutôt normal, qui avait envie de s'approcher à plus de cinq mètres de ces hommes ? Absolument personne.

Lorsqu'il la vit s'asseoir à côté de lui, il comprit ce qu'elle comptait faire et ce qui allait inévitablement se passer. Un léger mouvement d'appréhension fit reculer le rebelle qui avait tout simplement peur de Jun qui, compréhensive, lui offrait une dernière gorgée d'alcool comme si elle pouvait lire ses pensées. Il hocha la tête en signe de gratitude et but une énorme gorgée avant de se retourner vers son acolyte qui semblait toujours aussi prête à partager leurs salives. Elle commença alors à caresser sa joue, son souffle se rapprochant progressivement du sien et, essayant de se convaincre que ce n'était qu'un simple baiser, il dit avec regret, ou presque.

« J'aurai peut-être dû mieux préciser mon ga-- ... »


Comme pour l'empêcher de continuer elle se rapprocha subitement de lui et ils s'embrassèrent. Ses muscles se contractèrent un à un, son poux avait doublé en l'espace d'une demi-seconde et  quelques tremblements venaient accompagner de le tout, tandis que sa camarade fermait les yeux pour ne pas observer l'expression mi-surprise et mi-effrayé de Loan. Il fallait le comprendre après tout c'était son premier baiser. Pas qu'il en avait spécialement rêvé durant sa vie, non, mais cela restait malgré tout un évènement qui allait le marquer à vie. Il aurait très bien pu la repousser au bout d'une seconde s'il était si mal à l'aise que ça, mais au fond de lui il appréciait quand même un petit peu. Timidement, sa langue commença à danser avec celle de Jun alors qu'elle continuait de l'attirer vers elle, appuyant doucement sur sa nuque pour l'approcher un peu plus. Ce petit moment intime s'acheva lorsqu'elle lui mordit la lèvre inférieur, sans même que l'idée de la repousser ne lui effleure l'esprit et la gagnante posa ensuite sa main sur celle du rebelle avant de le regarder, les yeux dans les yeux. Un frisson parcourut son échine et c'est désemparé, avec le regard fuyant et les jambes légèrement tremblantes, qu'il dit tant bien que mal.

« Je ... J'ai jamais pensé que mon premier arriverait dans un bar miteux ... Avec ... Toi ... ? »


Son joli sourire vint agrémenter le tout et l'appaisait durant un bref instant, sourire qu'il rendit malgré ses joues rouges et son air timide. Devait-il se sentir honteux de ne jamais avoir touché une fille à son âge ? Non. Mais cette expérience venait en quelques sortes de briser le masque de rebelle qu'il avait porté depuis sa première rencontre avec Jun et qu'elle affectionnait. Il avait surtout peur de perdre sa première et seule amie qu'il venait à peine de se faire pour un bisou débile. Cependant cela n'avait pas semblé la perturber, au contraire, son corps était resté collé au sien sur une banquette trop petite pour eux deux. Les derniers centimètres qui les séparaient étaient l'ultime barrière que Loan essayait de protéger.

Elle lui posa alors la fameuse question, assez redoutable. Faisant un pari avec lui-même il décida de choisir le gage pour espérer pouvoir se libérer de Jun, non pas que cela le dérangeait de sentir son souffle et son coeur battre, mais car il avait peur d'être ridicule face à elle lorsqu'il n'arrivait pas à contrôler ses tremblements.

« A... Action.»


Il saisit alors sa bière et la vida pratiquement de tout son liquide avant de reposer la bouteille. Le pire restait probablement à venir et c'était tant mieux, déglutit alors d'appréhension.

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Mer 9 Mai 2018 - 19:26

Il m’était assez étrange de partager un moment de tendresse avec ce camarade que j’affectionnais taquiner. Nous nous ne nous connaissions pas encore très bien, et j’étais de plus en plus surprise et envieuse de le découvrir. Un baiser, bien que ce n’était qu’un jeu, me permettait d’échanger avec mon camarade une sorte de puissante connexion, qui allait au-delà des mots, sans pour autant ne rien signifier.

La rigidité de mon camarade me mettait presque mal à l’aise également, je craignais d’être repoussée, même si j’essayais de me montrer confiante, histoire de rassurer ce dernier, qui l’était beaucoup moins. Après tout, même si c’était un gage, j’aurais sans doute extrêmement mal prit le fait qu’il me rejette. La phrase qu’il m’avait énoncée juste avant de rentrer dans le bar résonnait dans ma tête. « Ça ne marche pas avec moi ». Cependant, au fur et à mesure de cet échange langoureux, cette dernière s’effaçait, et Loan semblait se détendre, bien que toujours bouleversé.

Il finit ensuite par confirmer ce que je pensais, à savoir, qu’il s’agissait de son premier baiser. Je baissais un instant le regard, craignant peut être qu’il n’ai pas apprécié. Après tout, je n’avais aucune envie de le traumatiser à ce niveau, peut être n’avait il pas envie de cela finalement, mais ce qui était certain, c’est qu’il semblait surpris. Je repensais alors à ma première expérience. J’avais onze ans, et c’était à peu près à la même période. L’été diffusait un parfum d’herbe fraîche et de glace à l’eau acidulées, alors que nous nous battions à coups de ballons gorgés d’eau dans un parc. Mon premier à moi, contrairement à celui de Loan, était empreint d’un parfum d’innocence. Il était à la fraise. C’était Nori qui me l’avait volé. Il était un peu plus âgé, et prétendait avoir beaucoup d’expérience, bien qu’il était aussi tremblant et paniqué que moi. C’était les vêtements trempés et les lèvres sèches que je me vantais plus tard auprès de mes camarades. Un vieux souvenir qui paraissait tellement lointain à présent, mais que je conservais, toujours un sourire aux lèvres.

Je riais timidement à la remarque de mon acolyte. Il était certain que le sien était peut être moins idyllique. Je ramenais une mèche de cheveux derrière mon oreille, puis, essayant de le rassurer et peut être de l’être à mon tour, je reprenais :

« Et bien t’es plutôt doué. C’est pas tout le monde qui obtient un baiser de la reine d’Angleterre au milieu d’un bar miteux. »

Je riais, puis reprenais un peu plus sérieusement.

« En tout cas… c’était bien. »

Puis, changeant totalement d’expression faciale, histoire de sortir de cet état quelque peu vulnérable, qui me faisait presque me sentir lamentable, je reprenais, l’esprit joueur et rancunier, bien que je ne regrettais rien.

« Action »

Un grand sourire illumina alors mon visage. C’était tout à fait ce que j’espérais. Me dégageant de mon partenaire, je me levais, posant mes deux paumes de mains sur la table, me penchant vers mon camarade, j’énonçais :

« Et bien, désolée pour toi si tu espérais à nouveau un baiser, mais j’ai une idée qui risque de te plaire. À moins bien sûr que tu décides d’abandonner ? »

Plutôt fière de moi, je chuchotais à son oreille, au cas où les gros lourdauds en fond de scène nous épieraient.

« Je t’ai promis des cigarettes tout à l’heure. Que dirais-tu d’aller les voler à l’un de ces types ? Comme c’est un crime, je ne compte pas t’abandonner. »

Puis, tout en me dirigeant vers ces derniers, je murmurais, sans qu’aucun son ne sorte vraiment « fais moi confiance ».

Je m’approchais donc des hommes, d’un pas léger, plutôt séducteur, en veillant à bien onduler les courbes de mon corps au rythme de mes pas. Je les regardais, un sourire en coin, me donnant un côté quelques peu mystérieux et enjôleur. L’essence même de la féminité résidait dans la confusion qu’elle pouvait semer. Ces hommes, déjà quelques peu décérébrés par toutes les substances consommées, étaient assez bêtes pour penser être les élus, ceux qui parviendraient peut être à percer mes secrets. Ainsi, dans un élan d’assurance, je me tournais vers l’un d’eux, prenant un faux-air innocent pour leur demander :

« Vous n’auriez pas une cigarette ? »

Puis, esquissant un petit sourire qui conduisait tout ces abrutis à braquer leurs briquets et leurs paquets en ma direction, je me retournais vers Loan, histoire de lancer le feu vert.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 18
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 124
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Mer 9 Mai 2018 - 23:12



L'adolescent écoutait attentivement sa camarade qui tentait probablement de le rassurer sur le gage qu'elle venait de relever haut la main. Sa référence à leur première rencontre le fit sourire, d'autant plus que plus le temps passait, plus ce nom lui allait bien. Lorsqu'elle reprit plus sérieusement sur ce qu'il venait de se passer, Loan ne savait plus réellement comment se sentir, car elle pouvait tout simplement lui mentir pour lui remonter le moral, mais le geste restait apprécié malgré tout. Après qu'il ait choisi ce qu'il comptait faire, sa camarade répliqua avec un gage extrêmement compliqué, en le rassurant qu'elle viendrait l'aider.

Il n'eut même pas le temps de répondre par ou ni par non que sa camarade de bêtise était partie en direction des trois péquenauds, voulant probablement les séduire d'une façon ou d'une autre grâce à sa démarcher très efféminée. Le stress remonta alors une nouvelle fois, pour pallier à celui-ci et pour se donner le courage nécessaire le rebelle termina cul-sec sa bière avant de se lever, prêt à passer à l'action. L'alcool ingéré depuis de nombreuses minutes faisait son petit effet et les doutes ne subsistaient plus, seule l'adrénaline faisait effet, en appréhension de ce qu'il s'apprêtait à faire. Une fois paré, il s'approcha doucement des hommes en feintant de se diriger vers les toilettes, ses yeux rivés sur sa camarade qui continuait de captiver l'attention des alcooliques. Étrangement, il n'appréciait pas du tout la façon dont ces trois pervers la relookaient, s'il le pouvait il les assommeraient à coup de bouteille dans le visage. Mais il ne pouvait pas, le but était justement de les distraire et en profiter pour récupérer leurs paquets de cigarettes. Il se résigna et attendit le signal de son amie dans un coin, en tentant de rester discret.

A peine quelques instants plus tard, Jun se tourna légèrement vers lui pour lui indiquer qu'il fallait passer à l'action. Le rebelle soupira un petit moment avant de s'avancer, discrètement vers le premier des hommes en espérant que son Graal soit simple d'accès pour ne pas à devoir y aller comme un bourrin. Malheureusement les trois imbéciles portaient leur paquets entre leurs mains moites, compliquant largement l'opération. Dans un regard mêlant excuse et défi adressé à sa nouvelle amie, il indiqua d'un simple mouvement des yeux qu'il comptait fuir par la porte d'entrée avec elle après les avoir dérobé de leur drogue. Son plan était assez bancal, voir même débile, mais l'alcool dans ses veines l'empêchait de réfléchir à une option moins risquée et moins drôle.

Le rebelle surplombait les hommes affalés sur le comptoir et en profita alors pour mettre son gage à exécution. Il attrapa alors habilement le premier paquet des mains de la personne la plus proche de lui, profitant de l'instant d'incompréhension de ce dernier pour lui donner une légère impulsion sur le côté en direction de l'homme du milieu pour le faire tomber avec lui, littéralement comme des quilles. Grâce aux nombreux litres d'alcool qu'ils avaient pu consommé en amont, aucuns des deux lourdauds n'avaient réussi à se retenir et terminèrent leur beuverie sur le sol, laissant au passage s'échapper le second paquet de cigarette qu'il tenait entre ses pattes. Loan le récupéra en une fraction de seconde et sprinta en direction de Jun avant de lui attraper le bras dans la volée pour enfin se diriger vers la porte d'entrée. De nombreuses injures fusèrent dans leur direction mais ils s'échappèrent à temps. Une fois dehors, l'adolescent récupéra sa planche à roulette qu'il avait laissé dehors au préalable et prit une direction au hasard tout en continuant de tenir la main de son amie, l'adrénaline le faisant rire, fier de ce qu'il venait d'accomplir avec son aide.

« On a réussi ! Défi relevé ! J'ai jamais douté qu'on se foire, pas une seule seconde. »

Une la course terminé à environ une centaine de mètres plus tard, il s'arrêta et la lâcha pour lui montrer le butin qu'ils s'étaient approprié.

« Et voilà ! Deux paquets pratiquement entier ! »

Il lui tendit alors l'un des deux, un petit sourire aux lèvres voulant dire « Amie ? » et les yeux emplis d'espoir. Si seulement toutes les journées étaient aussi drôles que celle-là.

__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Jeu 10 Mai 2018 - 3:54

Pendant que je m’amusais à flirter avec les vieux alcooliques, sans vraiment pouvoir percevoir ce qu’était en train de manigancer mon camarade, je priais intérieurement très fort pour qu’il vienne me secourir très vite. Je commençais à rougir de façon bien plus intense que lorsque j’avais pu échanger un baiser avec mon partenaire, pour la simple et bonne raison que j’étais en apnée, et que bientôt, je n’allais plus pouvoir respirer.

Craquant finalement avant que Loan ne se décide à intervenir, et tentant d’approfondir ma feinte, je m’approchais un peu plus près de l’homme le moins miteux -bien qu’il n’était pas non plus à envier- que j’avais pu repérer. Ce dernier se mit à faire scintiller ses canines, se sentant certainement privilégié. Je lui rendais la pareille, puis m’emparais de son briquet. Après tout, j’avais demandé à mon camarade de voler les cigarettes, oubliant presque que je n’avais pas de quoi les allumer. Il se trouvait que malgré le propriétaire douteux, le briquet me convenait tout à fait. C’était un zippo de qualité, dans lequel il avait certainement investie une petite somme d’argent. À les juger sans vraiment creuser, je me doutais bien que tout leur argent devait passer dans des zippo ou des boissons alcoolisées, à l’occasion aussi peut être, quelques bons cigares importés.

Je m’en emparais ainsi assez vivement, alors que ce dernier se mit à me toucher la cuisse, tout en ricanant étrangement. Me paralysant un instant, me rendant compte que tout ce petit jeu allait peut être un peu loin, je me retournais vers mon camarade, qui se décidait enfin à sauter le pas, et qui fonçait droit vers moi. Rassurée de le savoir à mes côtés, je m’emparais de la main du vieux pervers pour la repousser violemment, avant de lui laisser un ultime souvenir, à savoir le doux claquement de ma main contre sa joue mal rasée.

Me faisant ensuite agrippée par Loan, qui s’était majestueusement approprié les biens visés, je le suivais, tout en tournant légèrement la tête, histoire d’admirer une dernière fois le spectacle de deux gros lards qui ne parvenaient pas à se lever, tout en continuant à nous injurier.

Une fois dehors, tout en soufflant, je m’esclaffais, la situation m’étant parue comme particulièrement cocasse et excitante. Finalement, je regardais mon acolyte, les yeux pétillants de sympathie, d’admiration, ou de tout un tas de sentiments entremêlés, qui me faisaient alors penser que je ne regrettais absolument pas cette sortie. N’ayant plus vraiment l’âme solitaire, j’en venais presque à me demander comment cela pouvait se faire qu’habituellement, je ne m’y rendais jamais accompagnée. Une fois à l’arrêt, toujours dans un élan d’euphorie, je lui sautais dans les bras, témoignant mon excitation et ma joie :

« Wouah Clyde ! C’était génial ! »

C’était en effet, de la folie pure et dure. Jamais je n’aurais pensé qu’il se mettrait à les prendre de cette manière. Moi qui servait d’appât à la base, c’était dans le but d’exécuter les choses en douceur. Néanmoins, la surprise fut plutôt appréciée, puisque bien plus amusante, bien plus intense et bien au-delà de mes espérances.

Alors que je m’éloignais de Loan aussitôt que je m’en étais rapprochée, je sautais rapidement sur le paquet qu’il me tendait, et que nous avions bien mérité. Ramenant une cigarette au bord de mes lèvres, alors que je sortais de ma poche le zippo dérobé, je l’allumais, tout en plaisantant :

« Espérons que le karma ne nous punira pas d’un affreux herpès suite à cette cigarette ! »

Puis, tendant mon briquet, dont la flamme restait allumée en direction de mon compagnon, je reprenais :

« Au fait, il est chouette ce briquet, tu trouves pas ? »


Lui adressant un nouveau sourire amical, j’insistais en plongeant mes yeux dans les siens :

« Il est à toi. »


Concrétisant cette amitié naissante, je continuais de marcher auprès de mon camarade, prenant la direction de l’académie, annonçant la fin de cet après midi pour le moins mouvementé et riche en émotions.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Loan Arai
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Vierge Dragon Age : 18
Adresse : 07 rue Akaiberry, dans le quartier Hebi
Compteur 124
Multicompte(s) : Donovan Turner

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Jeu 10 Mai 2018 - 18:12


L'euphorie avait atteint les deux adolescents qui sautaient de joie les bras dans ceux de l'autre. Contrairement à tout à l'heure, ce soudain rapprochement ne gênait pas du tout le garçon puisque d'un côté, l'alcool coulait à flot dans ses veines et de l'autre, leur victoire se devait d'être célébrée convenablement. Son plan qui n'avait aucune chance de succès avait miraculeusement réussi grâce à la contribution de Jun et de nombreux facteurs puisque ce fut une réelle chance que personne ne se soit élancé à leur poursuite même si les victimes n'étaient pas forcément en capacité. Ils n'avaient tout simplement pas essayé.

« On a géré de fou Bonnie ! »

Les deux complices se séparèrent alors aussi rapidement qu'ils s'étaient accrochés l'un à l'autre et Loan donna l'un des deux paquets à son amie qui, sans demander son reste, sauta littéralement sur l'occasion avant de l'ouvrir et récupérer l'une des tiges remplies de tabac. Il fit de même en lui répondant.

« Tu sais ce qu'on dit, "Karma is a bitch". Mais bon c'pas comme si on allait brûler par accident un bâtiment à cause de nos mégots de cigarette. Enfin j'espère. »

Le rebelle remercia son amie d'un signe de la tête pour le feu et alluma sa cigarette avant de la porter à sa bouche, inspirant avec soulagement la fumée toxique si précieuse à ses yeux. Un sentiment de bien-être l'envahit à cet instant précis, ses efforts malhonnêtes étaient enfin récompensés de la meilleures des manières possible. De la tranquillité, une compagnie agréable, une clope méritée et une liberté totale. Jun sortit alors à ce moment un briquet qui semblait être en était de fonctionnement. Il ne comprit que quelques secondes plus tard qu'il ne s'agissait pas de son zippo qui ne marchait plus, mais plutôt d'un qu'elle venait tout juste de voler aux péquenauds. Ravi de la voir contente, il dit joyeusement.

« C'est vrai qu'il est stylé. Belle trouvaille ! »

Leurs regards se croisèrent alors intensément, les yeux glacés de la séductrice insistant pour une raison quelconque. Quelque chose échappait au garçon qui allait bientôt comprendre la signification des signes de sa nouvelle amie lorsqu'elle commença à prendre la parole.

Il prit alors entre ses mains le zippo que lui tendait sa nouvelle ami et l'observa durant quelques instants qui lui semblèrent des minutes. L'objet en question était orné de plusieurs gravures comprenant quelques reliefs sur les côtés en couleur jaune doré plutôt élégante malgré son ancien détenteur qui n'en possédait absolument pas. Cette douce attention de la part de son acolyte le fit sourire et, bien qu'il possédait déjà un briquet il ne pouvait pas refuser son cadeau. Le rebelle lui accordait déjà une grande valeur sentimentale. D'un ton doux avec les joues rouges il la regarda dans les yeux.

« Merci Jun ... C'est super cool. »

Son manque de tact se faisait une nouvelle fois ressentir, mais pour des raisons différentes. Cela faisait très longtemps qu'il n'avait pas reçu un cadeau spontanément qui ne venait pas de ses maudits parents. Il lança un sourire attendrissant à son acolyte avant de sortir de sa poche son ancien briquet et le lui tendre pour lui aussi pouvoir lui offrir quelque chose.

« Puisque le tiens n'a plus d'essence ! Par contre fais attention c'est absolument tout mon héritage ! »

Il rigola doucement en lui donnant un petit coup dans l'épaule pour la taquiner. Le lycée n'était plus qu'à une centaine de mètres d'eux et pourtant le rebelle restait tout sourire. Ce temps passé avec sa camarade de bêtise l'avait réjoui d'une manière à ce que plus rien ne pouvait lui briser le moral, c'était exactement ce qu'il lui fallait pour aller en cours et ne pas sécher. Il s'avança alors vers le portail menant à l'intérieur de l'enceinte et se tourna vers sa partenaire de crime.

« J'espère juste qu'on sent pas trop l'alcool, mais bon au pire il reste qu'une simple après-midi. Tu viens ? »


__________________________________________________
Merci Naoo  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] :
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11052-loan-arai-just-get-it-over-with#233992 http://keimoo.forumactif.com/t11061-loan-arai-chronologie http://keimoo.forumactif.com/t11055-livret-scolaire-de-loan-arai#233999
Jun Aoki
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Dragon Age : 18
Adresse : chambre 02, rez-de-chaussée
Compteur 163
Multicompte(s) : Montaro Adkins

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   Jeu 10 Mai 2018 - 19:56

Alors que j’avais sauté au cou de mon acolyte, ce dernier me serra à son tour, tout euphorique lui aussi de l’exploit que nous venions de réalisé. Dans le fond, il n’y avait rien de bien glorieux à avoir voler trois pauvres hommes qui ont sûrement une vie trop morose qu’ils se voyent obliger de claquer tout leur fric dans des futilités qui les enfoncent davantage encore, et les rendent pitoyable. Prenant la chose de cette façon, il est certain que nous n’étions que deux pauvres adolescents idiots qui s’amusaient à transcender les règles pour égayer leur journées. Deux petits délinquants en herbe.

Cependant, ce n’était pas ainsi que nous le voyions, nous étions simplement excités et ne pensions pas vraiment à mal. De toute façon, ce n’était qu’un paquet de cigarette, même si le geste était certainement quelques peu brutal, le butin n’était pas exceptionnel. De plus, eux aussi pouvaient s’avérer quelques peu désagréables, repensant à cette main moite et collante qui m’effleurait la cuisse, je pouvais affirmer que non, je ne regrettais absolument pas ce que nous venions de faire.
De toute façon, maintenant dans une rue un peu déserte, nous n’avions absolument rien à craindre. Les caméras du bars devant certainement dater du 18ème siècle, ils ne risquaient pas de nous retrouver.

La petite allusion au deux célèbres bandits fut bien capter par mon camarade, qui poursuivit la comparaison. Bonnie & Clide. Plutôt friande de ce genre d’histoires un grand sourire illumina mon visage. Cette petite escapade n’était certainement que l’amorce d’un tas d’autres du genre, et peut être même meilleures encore.

Après avoir offert le zippo à mon nouvel ami, ce dernier semblait assez touché par mon action, si bien que je ne pouvais que me sentir heureuse, je lui rendais donc son sourire, ayant certainement l’air bien plus enfantine tout à coup. Même si ce genre d’actions étaient plutôt rares venant de moi, j’aimais vraiment faire plaisir et offrir des cadeaux à ceux que je considérais assez pour y penser.

C’est alors que ce dernier se mit à en faire de même, ce qui me surpris drôlement au départ, et vint à nouveau me serrer le cœur. Ces démonstrations amicales et purement sincères et gentilles changeaient beaucoup de mon quotidien, mais ne manquaient pas pour autant de me faire du bien. Je m’en emparais alors, après un léger instant passé à le regarder, essayant de comprendre s’il était sérieux ou si peut être il allait se moquer de ma soudaine bonne action. Néanmoins, ayant un peu plus appris à le connaitre, je m’y fiais, sans trop me poser de question, et m’en emparais. Je l’ouvrais d’un petit geste de main, avant de le refermer aussitôt. Ce petit briquet, avec une tête de loup gravée semblait certainement beaucoup plus symbolique que le mien. Ainsi, je le conservais dans ma paume, le serrant fort, tout en remerciant mon camarade d’un geste de tête et d’un sourire qui en disait bien plus long.

Après sa réflexion concernant notre possible parfum douteux, je me mis à me pencher vers lui, avant de lui répondre :

« Ça va, ça va ! »

Puis, sortant un petit flacon de mon sac, je l’aspergeais sans lui demander son avis, tout en faisant de même.

« Bon, tu risque de sentir un peu la fille, mais c’est mieux que des heures de perm’ »

Puis, dans un éclat de rire, nous franchissions les portes de l’établissement, un sourire complice au bord des lèvres.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10934-jun-aoki-en-charge-mei http://keimoo.forumactif.com/t10951-65325oshi-65325oshi http://keimoo.forumactif.com/t10937-livret-scolaire-jun-aoki
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cap! [Loan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cap! [Loan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loan et Arthur ? « Les amis sont les anges qui nous soulèvent quand nos ailes n'arrivent plus à se rappeler comment voler. ».
» Guyana and Haiti among Caribbean nations to benefit from China/IDB US$350m loan
» Ryûzaki Lawliet
» I need you now | Loan
» Whenever you need me, I'll be there ~ Loan & Caleb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Bougu :: Bars et boites-
Sauter vers: