₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RealWorld [PV Montaro]

Aller en bas 
AuteurMessage
Yuuta Fukuro
♣ Université - 4ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Singe Age : 26
Adresse : 01, allées Aki, Appartement D04
Compteur 75

KMO
                                   :

MessageSujet: RealWorld [PV Montaro]   Mer 28 Mar 2018 - 17:32

Le froid des frigos du petit shop réveillèrent Yuuta alors qu’il avait encore la main tenant la porte ouverte, son regard plongé dans le néant. Ça devait bien faire cinq minutes qu’il était là, planté devant ce grand choix de boissons fraîches à se demander si ce qu’il allait faire était une bonne idée.

Il avait rencontré cette personne sur un jeu en ligne, avait partagé quelques heures à bien rigoler avec pour qu’ensuite celle-ci lui apprenne qu’il devait partir ; à cause d’un problème de temps de jeu, ou d’argent pour payer le cyber-café, la personne qui dirigeait le personnage appelé Donovan avait subitement quitté le jeu, laissant le jeune garçon seul sur la plateforme numérique.

Cependant, Donovan n’était pas partis sans l’avertir ni même lui proposer de se retrouver en vrai et là, était tout le problème.

Yuuta avait choisis de ne pas se prendre la tête pour la création de son personnage et avait immédiatement cliqué sur "Aléatoire", le faisant ainsi jouer dans la peau d’un personnage féminin et non pas masculin. En soit, pas de soucis à ce niveau-là, malheureusement pour lui, Yuuta s’était pris au jeu et avait fait réagir sa protagoniste tout comme une jeune femme le ferait.

Sachant que Donovan était un protagoniste masculin, il avait semblé au jeune garçon que celui-ci avait réagis plutôt bien aux petites manies de son héroïne. Sur le coup, c’était amusant et Yuuta s’était pris au jeu, mais maintenant qu’il devait faire face à la personne en vrai, il avait peur de décevoir lorsqu’il dévoilera qu’il était en fait un homme.

C’est d’ailleurs avec cette idée qui lui serrait le cœur qu’il était parti du cyber-café où il se trouvait, faisant les 100 pas à se demander si oui ou non il devait poser un lapin à la personne derrière Donovan. Lui-même ne sachant pas comment il réagirait à un lapin ou même de découvrir qu’un mec s’était fait passer pour une fille sur un jeu en ligne.

Ok, ok… Je réfléchis surement un peu trop là ! Ça arrive tout le temps ce genre de choses, non ?

Le grand garçon se passa une main sur le visage, soupirant dans sa paume et reposant son regard fuyant sur la panoplie de boisson fraîche dans le frigo en face de lui. Il n’allait pas revenir, encore une fois, sur sa décision d’avant ; il irait voir Donovan, s’excuserait s’il voyait une once de déception sur le visage de la personne puis s’en irait par où il était venu, jurant de ne plus jamais jouer à ce jeu ou qu’avec sa cousine qui le lui avait proposé en premier lieu.

Et si c’est une fille ? J’vais pas lui acheter de la bière, non ?

Là était maintenant son souci : comment faire bonne impression ? Il ne savait pas qui il allait avoir en face de lui une fois arrivée au Jardin des Secrets du quartier Hiryuu, alors comment faire pour dévoiler la supercherie et en même temps espérer apaiser le cœur de la personne qu’il, selon ce que Yuuta pensait, avait trahi ?

Il avait déjà en main un paquet de chips, des sucreries ou encore du chocolat, ne sachant pas vraiment quoi choisir pour faire passer l’amertume qu’il pensait qu’il allait créer. Mais pour la boisson, il savait encore moins quoi faire ; devait-il acheter de l’alcool ? Si c’était une femme elle pourrait mal le prendre. Alors, de simples sodas sucrés ? Mais si c’était un homme mature, allait-il accepter ?

Yuuta se passa à nouveau une main sur le visage, las d’autant se préoccuper de choses qui devaient être, pour un observateur extérieur, très minime. Pourtant, il ne pouvait pas s’arrêter d’imaginer le visage d’une femme ou d’un homme des plus déçus lorsqu’il verrait sa tête.

Pourquoi j’ai cliqué ce foutu bouton Random ?

Soufflant d’exaspération une dernière fois, il attrapa de l’eau ainsi qu’un pack de bière, se disant que, finalement, qu’importe la personne qu’il aura en face, de l’eau serait toujours bienvenue et il aurait de la bière pour saoulé son malaise au cas où.

Ses marchandises payées, le tout bien rangé dans un sac plastique du petit shop et après s’être fait légèrement engueuler pour avoir gardé la porte du frigo ouvert si longtemps, Yuuta partis alors pour le Jardin des Secrets du quartier Hiryuu.

Et plus il s’approchait du lieu de rendez-vous, plus son estomac se nouait. Allant même jusqu’à l’arrêter à l’entrée du dis parc, le faire regarder l’heure sur son téléphone et lui faire se dire que s’il attendait encore un quart d’heure, il pourrait feinter qu’il était trop en retard et donc n’avais pas pu venir.

Mais non, tout gentil comme il était, Yuuta ne voulait pas faire attendre quelqu’un sur lui, c’était pas son style ni même une chose qu’il apprécierait subir.

Allez mon vieux, on se jette à l’eau et on en ressort avant de couler, ok ?

Prenant son courage à deux mains, il passa l’entrée et commença sa recherche de la personne qu’il était censé y retrouver. Fort heureusement, grâce à l’heure tardive, il n’y avait pas beaucoup de monde dans ce parc, voir même personne pour être honnête.

Ce qui fit d’abord stresser le jeune garçon aux cheveux blancs avant qu’une certaine paix entre dans son cœur et son esprit.

Peut-être qu’elle est déjà parti.

Oh qu’il aurait aimé ça, mais à peine avait-il commencé sa recherche en espérant ne trouver personne, qu’il vit au loin, de dos, une petite masse de cheveux ébouriffé de couleur auburn. Le ventre de Yuuta se tordit immédiatement, si c’était encore possible de plus se tordre, et ses pas l’emmenèrent directement vers ce qu’il avait deviné être un garçon.

L’esprit du jeune garçon eu le temps de détailler un peu plus l’autre garçon avant d’arriver jusqu’à lui : d’ici, il semblait petit avec une carrure plutôt carrée, légèrement courbé en avant, comme si une grande fatigue pesait sur ses épaules.

Oh shit, ça va être la catastrophe quand il verra que j’ai pas un bonnet C.

Avalant une dernière fois sa salive, il arriva dans le dos du jeune garçon assis à un banc, celui-ci semblant regarder de part et d’autre, cherchant quelqu’un et confirmant, par la même occasion, que c’était bien là la personne que Yuuta cherchait.

Gêné, une main grattant déjà l’arrière de sa tête, Yuuta passa sur les côtés, faisant quelques pas pour être en face du garçon et se retourna, sourire gêné, visage rouge et sac à provision proche de son corps.

« H…hey Big Guy… Comment va ? »

Il sentit même la goutte de sueur coulé depuis son front, c’était dire à quel point il était stressé à ce moment-là.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11008-yuuta-fukuro-mei http://keimoo.forumactif.com/t11076-record-shop-and-city-map http://keimoo.forumactif.com/t11010-livret-de-yuuta-fukuro
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: RealWorld [PV Montaro]   Dim 1 Avr 2018 - 5:24

Il devait être environs 23 heures quand je quittais le Cybercafé. J’avais dépassé le couvre-feu autorisé pour l’internat, mais j’imaginais que le Week-end, le personnel se montrerait sans doute un peu moins stricte, et qu’au pire, je n’aurais qu’à feindre un très mauvais sens de l’orientation. Quoiqu’il en soit, je n’étais plus à quelques heures près, je m’aventurais donc dans la ville, prenant le bus afin de me rendre dans le quartier d’Hiryuu. Cela ne m’aurait pris qu’une dizaine de minutes, la circulation nocturne étant bien plus fluide que de coutume. Néanmoins, n’ayant plus d’argent pour pouvoir payer le bus -l’ayant dépensé entièrement dans un cybercafé-, je décidais de marcher. Je pénétrais finalement le parc dans la demi-heure suivante, me posant d’innombrables questions en chemin pour cette rencontre, qui s’avérerait déterminante.

Je venais en effet de rencontrer une personne, une fille, prénommée Toth sur le jeu dans lequel nous avions pu échanger quelques instants plus tôt. Cette dernière m’avait paru tout à fait charmante et agréable, si bien, que je lui avais donné rendez-vous, sans vraiment être certain de sa venue. Je ne l’avais encore jamais vue en vrai, mais j’étais presque sûr qu’elle ressemblerait à son avatar, ne pouvant m’imaginer un autre visage derrière. Mais j’ignorais finalement tout de cette jeune-femme : son nom, son âge, son origine, sa profession ou ses études… Il y aurait donc des tas de sujets de conversations que nous pourrions arborer, une fois face à face, ce qui me rassurais.

Néanmoins, je me trouvais seul, en pleine nuit, faisant les cents pas dans le parc. Après environs un quart d’heure, je me dirigeais vers un banc, puis m’asseyais. Ce dernier était glacial, mais par chance, il n’avait pas neigé. Seul un vent doux mais puissant fouettait mes cheveux qui s’écrasaient sur mon visage. Je les ébouriffais rapidement, histoire de paraitre « présentable », le stress montant considérablement. Mon vieil anorak jaune de pêcheur n’était guère assez épais considérant la saison. Mais cela n’empêchait pas mes mains de se faire moites, et la chaleur de m’envahir : car les secondes passaient, et notre rencontre approchait.

J’étais prêt à l’attendre plus longtemps que ce que j’avais mentionné avant de la quitter. Après tout, je ne savais pas exactement où est ce qu’elle se situait à Keimoo, et de toute façon, même si elle me l’avait expliqué, je n’étais pas encore assez familier avec tous les quartiers pour évaluer son temps de trajet. Et puis, cela m’apaisait quelques peu, de rester dans le parc au beau milieu d’un soir d’hiver.
Le froid semblait geler les quelques démons qui me démangeait quant à l’idée de la voir pour de vrai. J’avais terriblement envie de boire, mais après quelques respirations, et avoir contempler les faibles lumières des lampadaires près du banc, mes idées s’estompaient, et je me languissais de la voir.

Cependant, voilà que tout à coup, voulant observer l’heure sur mon téléphone, je vis mon propre reflet sur l’écran. Je m’aperçus alors que je ne m’apparentais aucunement à Donovan, le personnage que j’incarnais plus tôt. Ce dernier avait tout ce que je n’avais pas : de l’assurance, les cheveux blonds, les yeux bleus, des muscles, du style.
Certes, j’étais tout de même assez bien bâti, du moins, c’est ce que la plupart des personnes âgées me répétaient lorsqu’elles me voyaient m’entrainer dans ma campagne. Mais j’étais tout de même loin de ressembler à un body Builder tel que les images des jeux vidéo le suggèrent, et surtout, je n’étais pas si grand que ça. Je n’étais pas tellement complexé par ma taille, mais il m’avait sembler comprendre que ma jeune camarade appréciait le fait que je sois plus grand qu’elle, puisqu’elle ne cessait de m’appeler « Big Guy ». J’espérais simplement que ce ne soit pas une japonaise qui sorte de la normale : dans la mesure où j’espérais qu’elle fasse la taille moyenne, histoire de rester un peu plus grand qu’elle.

Après, je n’espérais pas non plus échanger un baiser dès notre première rencontre, après tout, moi non plus, je ne l’avais pas encore vue, et nous n’avions pas vraiment mentionné telle relation de toute façon. Mais je voulais faire bonne impression, et j’étais terriblement inquiet à l’idée de la décevoir.
Je continuais de guetter l’horizon, en vain, commençant réellement à me demander si elle finirait par me rejoindre. Après tout, nous ne nous connaissions pas, et je lui donnais rendez vous en pleine nuit, dans un parc désert. C’était certainement une jeune fille, ça paraissait tout de même louche comme situation, et j’aurais totalement compris le fait qu’elle se désiste. Cependant que je divaguais dans mes pensées, une voix masculine m’interpella.

« H-Hey Big Guy… Comment va?”

Surpris, je me retournais instantanément, les yeux grands écarquillés, avant de plonger dans deux yeux bleus profonds, dans lesquels je manquais de me noyais. Je restais tout d’abord silencieux, dévisageant le jeune homme qui se trouvait en face de moi. Je ne parvenais à rien dire, si ce n’est que balbutier des « euh… » confus. Le jeune homme avait les cheveux teintés et un casque autour du cou. Il était bien plus grand que moi, au moins 15 ou 17 centimètres. Il paraissait aussi plus âgé.

J’ignorais d’où est ce qu’il venait, mais j’étais certain de ce que je venais d’entendre. Big Guy. C’était bien ainsi que Toth m’avait rebaptisée. Cependant, je doutais fortement que cet homme soit la camarade avec qui j’avais partagé ma soirée. C’était peut-être un grand frère un peu trop protecteur, venu m’avertir de ne plus jamais tenter d’approcher sa protégée. Ou peut être un autre joueur, curieux, qui avait prit conscience de notre rendez-vous, et qui, ne trouvant rien à faire, avait décidé qu’il serait plus amusant de s’y rendre que de perdre sa soirée en ligne. Quoiqu’il en soit, reculant légèrement, je parvenais enfin à articuler quelque chose de discernable :

« O-Oh… Wo…Wouaw… P-pas si Big que ça en fait..! »

Après un léger silence, je reprenais.

« T-T-Toth n’a… pas pu venir? »

Je regardais alors mes pieds, terriblement embarrassé par la situation. Mes joues flambèrent soudainement, puis, je tentais un timide sourire. Après tout, peu importait qui pouvait se trouver en face de moi. J’étais là pour faire connaissance. Je tendais donc ma main toute tremblotante.

« M-Moi, c’est Adkins Montaro. Alias Donovan en ligne. Enfin… Je dis ça mais c’est sûrement le premier jeu auquel je jouais ce soir… »


Je soupirais alors, afin de relâcher la pression. Finalement, j’avais réussi à articuler une phrase. Je regardais à nouveau mon camarade dans les yeux, cherchant désespérément une sorte d’approbation, ou d’intérêt, susceptible de m’apaiser.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Yuuta Fukuro
♣ Université - 4ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Singe Age : 26
Adresse : 01, allées Aki, Appartement D04
Compteur 75

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: RealWorld [PV Montaro]   Jeu 21 Juin 2018 - 23:35

Ah ! J’imagine que nous connaissons tous un de ces Sages de Bar !
Oui oui, vous savez, cet ami qui, dès qu’il a quelques verres dans le nez, se transforme en Platon ou "insérer ici votre philosophe préféré".

Pas que le dis ami n’est pas aimé, ni apprécié, non, juste que vous pouvez directement deviner son état d’ébriété rien que d’après le thème de ses discussions. Les thèmes devenant de plus en plus "profond" suivant la quantité d’alcool qu’il a dans le sang.

Hey, si vous avez l’habitude et connaissez bien la personne, vous pouvez même presque devinez avec quel alcool il s’est bituré suivant sa façon de parler ou de réfléchir, non ?

Mais qu’on ne se méprenne pas : je ne dis pas ça avec sarcasme, ni en prenant de haut ce genre de personne. Moi-même, j’aime prendre part à ces discussions quasi-philosophique et refaire le monde un verre à la main. Dire que je ne suis pas de ces bords-là serait ne pas faire honneur au meilleur mauvaise-idée que j’ai eu dans ces moments précis.

Et, justement, face à ce jeune garçon aux cheveux auburn, une des phrases qu’on m’avait dit lors d’une soirée trop arrosée ou enfumée me revint directement en tête ; pour tout dire, vu mon état légèrement anxieux d’avant, le retour à ma mémoire de cette phrase eu l’effet d’une pierre envoyée directement à mon cœur.

"Les mensonges prennent l’ascenseur, la vérité les escaliers, mais au final tout deux arrivent au bon étage."

Comprenez par-là que le mensonge est rapide à arriver, que la vérité mets son petit temps, mais qu’au final tout deux arrivent toujours à destination. Une jolie façon de dire que la vérité éclate toujours au grand jour, d’un moyen ou d’un autre.

Faut avouer, que c’est tellement profond et juste que j’ai de la peine à imaginer que mon ami en état d’ébriété ait pu imaginer ça… Mais qui suis-je pour juger ? Après tout c’était moi qui l’avait lancé sur le sujet en lui demandant s’il était d’accords que tout mensonge était vérité jusqu’à ce qu’on découvre qu’il ne l’est pas.

Soirée très arrosée, en effet.

« T-T-Toth n’a… pas pu venir ? »

Voilà comment on en était arrivé là, comment l’épée s’était abattue sur ma tête que j’avais présentée si docilement en venant jusqu’ici. Comment lui dire ? Comment lui avouer ? Qu’est-ce qui se passait dans sa tête ?

Le pire, c’est qu’il avait vraiment l’air d’attendre une fille, peut-être même qui l’imaginait plantureuse, sympathique, geekette et surtout gentille comme Toth dans le jeu. Je ne vais pas le blâmer ; sur le papier, c’est sûr qu’elle avait de quoi plaire à n’importe qui. Moi le premier.

Mais pour tout avouer, de le voir ainsi regarder ses pieds, ses joues tournant gentiment en un joli rosé et pas à cause du froid, je me sentais des plus mal… À tel point que par deux fois l’envie de faire un 180° sur place et partir en courant me caressa l’arrière du crâne.

« M-Moi c’est Adkins Montaro. Alias Donovan en ligne. » Mains tremblotantes tendue devant lui, le jeune garçon, Montaro, me regardait maintenant avec ce que je prenais pour une grande dose d’anxiété mélangée à une bonne rasade de timidité. « Enfin… Je dis ça mais c’est sûrement le premier jeu auquel je jouais ce soir… »

Sur le moment, j’espérais qu’il n’avait pas une ouïe perçante, sinon c’était sûr qu’il avait entendu mon cœur se fracturé en plusieurs petits morceaux ; pas qu’il me fasse de la peine, mais l’entier de ma bêtise commençait à vraiment faire le tour de ma tête et j’en comprenais, que trop tard, l’entier des conséquences que mes petits mensonges pourraient avoir.

Respirant un grand coup, essuyant mes mains moites à mon pantalon, j’attrapais alors sa main, la secouant doucement, manageant un sourire sincère sur mes lèvres et le regardant droit dans les yeux alors que, de mon point de vue, j’allais enfoncer un poignard droit dans son cœur.

« Enchanté Adkins-kun, moi c’est Fukuro Yuuta. Pas besoin d’être formel avec moi, tu peux m’appeler Yuuta ou Yuuyu si tu veux. » Gardant sa main dans la mienne, comme si je voulais m’assurer que le contact continuait à passer, je repris une grande respiration avant de finalement me lancer. « T-Thoth… Toth, c’est moi. »

Mon regard chercha le siens, tentant de décrypter ce qu’il ressentait, ce qu’il pensait, espérant que mes mots ne l’avaient pas blessé, que mes mensonges n’avaient enterré quelque-chose de précieux en lui.

Et alors que mon esprit avait un blanc, mon cœur pris le relais, déversant toutes les justifications qui lui semblaient nécessaires en un flot constant de mots qui m’en coupa presque la respiration.


« Je-suis-désolé-je-voulais-pas-te-mentir-ni-même-te-donner-de-fausse-espérance-j’ai-juste-cliqué-sur-aléatoire-à-la-création-des-personnages-et-me-suis-retrouvé-à-jouer-une-femme-vu-qu’en-premier-lieu-je-voulais-pas-tout-lire-ni-suivre-le-tutoriel-j’ai-pas-pensé-à-reroll-un-personnage-masculin-et-au-final-sans-mauvais-jeu-de-mot-je-me-suis-pris-au-jeu-et-voilà-s’il-te-plaît-ne-me-hais-pas-j’ai-vraiment-passé-un-bon-moment-à-jouer-avec-toi-dans-ce-monde-virtuel. »

Tout était sorti si rapidement, mon cœur pressé comme une orange à laquelle on désire l’entier du jus et de la pulpe. Pressant, tordant et vidant à la fourchette les moindres bouts. Et pourtant, il me semblait que ce n’était pas assez, que malgré tout ça, ma tromperie n’avait aucune justification possible.

Que faire dans ce cas précis ?

Ce fut donc ma tête qui repris du service et qui, d’un mouvement rapide, me pencha en avant, mes mains se joignant devant moi en signe de prière, l’entier de mon corps amenant actions à mes paroles, suppliant pour le pardon du jeune garçon.

« Vraiment, désolé. Je m’en veux tellement. J’espère que tu trouveras la gentillesse de me pardonner cette bêtise. C’était vraiment bien de jouer avec toi. »

Puis, silence, du moins de mon côté alors que je me relevais gentiment, mes yeux n’osant tout d’abord pas regarder le jeune garçon, de peur de lire dans l’expression de son visage la déception et l’énervement qui seraient très justifiés dans ce cas précis.

Puis, peu à peu, mes yeux dévièrent de l’intéressant sapin enneigé sur ma droite pour suivre la courbe de l’horizon, sauter de toit en toit des maisons en vis-à-vis, glisser le long du chemin qui venait de loin et se posèrent finalement sur le jeune garçon devant moi, ses cheveux auburn comme un feu au milieu de ce paysage blanc.

Tant bien que mal, je tentais un sourire qui en ressortit sûrement plus gêné qu’autre chose, mon cœur s’arrêtant encore un instant, la culpabilité continuant de m’accabler. Pour finir, dans un geste rapide, j’attrapais une des canettes de bière que j’avais amenée avec moi, ouvrant celle-ci et la descendant net sans aucun arrêt.

Peut-être que, pensais-je dans toute mon imbécilité, un peu d’alcool allait aider à me faire déstresser.


HRP:
 

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t11008-yuuta-fukuro-mei http://keimoo.forumactif.com/t11076-record-shop-and-city-map http://keimoo.forumactif.com/t11010-livret-de-yuuta-fukuro
Montaro Adkins
♠ Lycée - 4ème année - Vice-président Paranormal
avatar

Genre : Masculin Vierge Chat Age : 19
Compteur 85
Multicompte(s) : Jun Aoki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: RealWorld [PV Montaro]   Dim 8 Juil 2018 - 2:35

Un vent glacial balayait de nouveau mes cheveux sur mon visage, masquant peut être la gêne qui s’était créer, alors que je continuais de tendre ma main toute tremblotante au garçon, dont les deux yeux bleus me dévisageaient, instaurant un silence encore plus glacial qu’un hiver japonais.

Je me contentais de continuer de regarder mes pieds, certes, ce n’était sûrement pas très poli, mais c’était le seul moyen que je trouvais pour ne pas me décomposer complétement face à cet inconnu qui, aussi bien qu’effrayant, m’intriguais. Des milliers de questions fracturaient mon esprit, alourdissant mon cerveau de sorte à me procurer un effet semblable à un ivresse trop morose, le genre un peu triste et trop prise de tête, ou un lendemain de soirée où on arrive pas forcément à recoller les morceaux. Oui, c’était exactement ainsi que je me sentais. Comme un lendemain de soirée où on ne parvient pas à recoller les morceaux, où on ne comprend pas ce qu’on fiche ici, où on ne sait plus ce qui s’est passé, et pourquoi c’est arrivé. Et pourtant, je n’avais bu qu’un soda…

Mais c’est alors que l’homme respirait un grand coup, rompant le silence par le frottement de ses mains sur son pantalon. J’en profitais pour scruter son visage tout en évitant de croiser son regard perçant. Il finit par plonger sa main dans la mienne, l’agitant légèrement. Je tentais de mon côté de garder le bras rigide; il parait que les bonnes poignées de mains sont sèches et rigides, qu’elles donnent de vous une bonne impression.
Mon sourire précédant s’étant estompé, je réitérais cette action, plongeant à nouveau mes yeux dans les siens, un peu plus rassuré par le contact physique que nous avions instauré.

Il se présentait à son tour, il s’appelait Yuuta. Je ne pus m’empêcher de retenir un rire lorsqu’il me proposa de l’appeler par un surnom, du type Yuuyu. Je le coupais donc gentiment, rougissant légèrement mais appréciant son offre :

« Yuuyu… Ça fait très amical tout de suite, mais j’aime bien. C’est vraiment mignon. »

Puis je lui affichais un sourire bien plus sincère que ceux que j’avais forcé un peu plus tôt. C’était un drôle de personnage quand même, et j’ignorais d’où venait la couleur de ses yeux -étant donné son nom japonais-, mais c’était certainement cette dernière, le silence et le stress de la chose ajouté, qui m’avaient mis mal à l’aise. Quoiqu’il en soit, je m’apprêtais à retirer ma main de la sienne, trouvant que le moment commençait à faire long, mais ce dernier la contenait, avant de répondre à ma question.

Je restais un moment immobile, n’étant pas forcément certain d’avoir compris ce qu’il venait de me dire. Toth c’était lui… quoi ? Il n’avait peut être pas fini sa phrase. Peut être qu’il allait poursuivre : « Toth c’Est moi qui l’accompagne » ou encore « Toth c’est moi qui lui ai défendu de venir » (notamment si on considère l’option du grand frère protecteur).

Cependant, il n’avait pas l’air de vouloir continuer, il s’était stoppé net dans ses paroles, et se contentait de me regarder, comme pour évaluer ma réaction. Mais alors il poursuivait, de façon beaucoup plus saccadée et aussi plus émotive pour le coup. Des excuses…

Les sourcils légèrement froncés, je m’accrochais à chacun de ses mots, puis, un léger rire, peut être un peu nerveux, et parce qu’au fond, il y avait quelque chose de comique dans tout ça, se fit retentir. Je lâchais enfin sa main moite, et me contentais, après un bon moment passé à m’esclaffer, de lui donner une légère accolade, puis à sourire. J’étais peut être un peu familier dans le geste, mais je ne craignais plus qu’il se mette à me frapper pour protéger sa petite sœur ni une quelconque autre situation. Je le sentais sincère et surtout gentil, comme si automatiquement, j’avais confiance en lui -ce qui pourrait être paradoxal puisqu’il m’avait menti.

« C’est cool que tu sois venu ! Moi aussi je me suis drôlement bien amusé tu sais. Et puis c’est pas grave que… tu sois pas une fille. Moi non plus je suis pas tout à fait comme Donovan tu vois… Je voulais juste être avec toi et ça me fait plaisir que tu me dise ça. »


Après tout, il aurait très bien pu ne jamais venir, ne jamais me laisser savoir qui il était vraiment et tout se serait arrêté ainsi, un peu tristement. Là au contraire, il était venu en personne, mais j’étais un peu mal à l’aise qu’il culpabilise. Après tout, je n’y voyais aucun problème. Il était vrai que je m’étais peut être laissé un peu emporté par les sentiments, que Toth était très agréable, qu’elle présentait de nombreux atouts plutôt attrayants, mais c’était ridicule de ma part et j’étais peut être même soulagé qu’elle n’existe pas vraiment.

Mais c’est alors qu’il finit par ouvrir une cannette, pendant que j’étais perdu dans mes pensées, et à la boire entièrement. J’étais un peu impressionné par la rapidité avec laquelle il l’avait dégommée, mais j’étais également un habitué de ce genre de jeu où on se met à les boire le plus rapidement possible en criant des encouragements envers le principal intéressé. Quoiqu’il en soit, j’étais surtout surpris de son action, je n’aurais pas imaginé qu’il se mette à réagir de la sorte, mais au final, je ne pouvais que comprendre.

Après tout moi aussi, tout ce que j’avais souhaité quelques instants plus tôt était de me réfugier dans l’alcool tant l’angoisse et tout le sentiment qu’avait pu susciter cette rencontre m’envahissait. Et si j’avais résisté, c’était sans doute à cause des lois et non pas de mes propres convictions…

Je le regardais alors, les yeux légèrement écarquillés, puis m’avançais vers lui, sans dire un mot. Je m’emparais avec une assurance qui me surprenait moi-même d’une cannette à mon tour, et l’imitait.

« En général on prend son temps autour d’un verre, mais je crois que cette rencontre n’est pas tout à fait banale… »

Puis je tentais un timide sourire, manquant de perdre l’équilibre. Décidemment j’étais déjà légèrement ivre…

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t10964-montaro-adkins http://keimoo.forumactif.com/t10965-bulletin-scolaire-de-montaro-adkins#233448
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RealWorld [PV Montaro]   

Revenir en haut Aller en bas
 
RealWorld [PV Montaro]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Hiryuu :: Jardin des secrets-
Sauter vers: