₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Akio Kimura
♣ Université - 3ème année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 21
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Mer 10 Jan 2018 - 23:31

La musique dans la peau
La lumière du soleil éclaira la chambre 02 de l’académie, a l’intérieur de celle-ci, se trouve un jeune homme qui réfléchissait sur un dilemme. Devait-il passait son après-midi à travailler ses cours ou devait-il sortir au centre-ville pour se renseigner sur un instrument pour sa sœur. Il avait comme projet de quitter les dortoirs de l’université pour se louer un appartement. Akio était partant pour ça, il aimerait bien avoir un vrai chez lui, il pourrait adopter un chien et sa sœur voulait une pièce pour s’entraîner dans sa musique. Elle apprend depuis qu’elle est petite le piano, c’était un instrument bien vu par sa famille, il avait souhaité qu’elle sache en jouer.

Aki avait pris l’initiative d’aller lui-même dans un magasin et lui commander pour lui en faire la surprise. Malheureusement, il ne connaît pas grand-chose dans cette matière. Il avait longuement douté de cette idée, mais il a finalement décidé de se lancer et de tenter. Après tout, si cet achat était fait, ça pourrait lancer leur projet. Il serait encore plus motivé pour quitter leur chambre définitivement. Il s’était alors habillé et était sorti direction le centre commercial. Après les longues minutes de trajet, Akio se trouva enfin devant l’enseigne du magasin. Cette boutique ne passait pas inaperçue, sa vitrine mettait en valeur les instruments qui semblait d’une grande qualité. Sur la façade, se trouvait « Music World » écrit en gros et en Romaji. Ce qui attirait toute de suite le regard. De plus, les murs peints d’un mauve permettaient de donner un côté original tout en préservant la sobriété du lieu.

Il rentra alors dans ce monde qu’il connaissait peu. Dès le premier pas à l’intérieur, de la musique s’infiltra dans ses oreilles, elle ne déplaisait pas au blond, même si ce n’est pas son style. Il se dirigea vers les pianos, c’était pour cette raison qu’il était là après tout. Il y en avait de toute sorte. Des grands, des petits, à cordes ou des synthétique, des blancs, gris ou noir. Akio ne savait pas quoi il devrait prendre pour sa sœur… Il ne connaissait pas cet univers-là. Un vendeur du magasin s’approcha de lui pour lui proposer son aide. Le blondinet déclina l’offre en s’inclinant, il avait répondu ça par habitude. En vérité, il avait besoin d’aide. S'il ne se renseignait pas, jamais il ne pourra choisir correctement.

Il était complètement perdu dans tout ça. Il se disait qu'il ne devrait pas prendre de décision comme ça, à l’improviste. Ça pouvait se voir sur son expression du visage. Comment faire plaisir à sa jumelle quand on est complètement ignorant envers sa passion ?
Akio allait commencer à ce dire que cette idée n’était pas forcément bonne et qu’il fallait peut-être l’abandonner.
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Ayame Masuda
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 17
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 215
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Jeu 11 Jan 2018 - 15:55

Ame no shizuku mitai mayoi nagara ochiteyuku
Sorezore no omoi eranda michi eeeeeeeeee

Elle sauta étrangement dans la rue, laissant sa voix porter sur toute l'avenue, faisant se retourner les passants qui se trouvaient un peu plus loin qu'elle, positionnés de sorte a pouvoir la laisser passer, alors qu'elle sautillait plus qu'elle ne marchait dans la grande rue principale du centre-ville de Keimoo. L’artère n’était pas pleine, ni déserte. C’était simplement les vestiges des gens qui, après les fêtes, faisaient tout pour revenir a un rythme normal. Après plusieurs festins, et une soirée du nouvel an qui avait sans doute laissé des séquelles a Arata, elle songea un moment qu'il était bien plus sur de ne pas l'ennuyer avec les courses et de s'en occuper elle même.

Elle avait fait une liste avec Lea, puis avait passé un moment avec Haneko pour essayer d'établir une ou deux recettes légères pour le début de l'année. Elle faisait toujours ça maintenant, elle allait voir son amie pour les repas, étant donné que cette dernière était infiniment plus douée et passionnée pour la cuisine. Elle trouvait ça vraiment passionnant de la regarder élaborer diverses recettes, et en parler avec elle rendait le tout bien plus intéressant que de le faire toute seule, elle qui n'aimait pas vraiment manger a la base.

Une fois la liste complète, elle avait prit la direction du centre-ville. Ayame Masuda oblige, c’était en chantant qu'elle s'occupait en marchant, bien qu'on lui avait dit plusieurs fois de rester discrète histoire de ne pas embêter les passants, ou au contraire, pour ne pas qu'ils la reconnaissent trop facilement. C'est que sa popularité continuait d'augmenter. Elle n’arrêtait jamais, et les bars ou elle pratiquait le soir semblait être de plus en plus remplit, a la grande joie des tenanciers qui semblaient prêt a se battre pour obtenir sa présence. C’était une plus valus non négligeable après tout.

Elle s’arrêta de chanter, en arrivant devant la devanture d'un magasin de musique. C’était une boutique qu'elle connaissait bien, étant donné qu'elle s’arrêtait souvent pour admirer les instruments. Elle tapota au niveau de ses poches pour être sur de ne pas avoir oubliée son porte-monnaie, et ajusta la house de guitare qui ne quittait quasiment jamais ses épaules. Elle vint se mettre devant la vitrine, et ses doigts vinrent y tapoter en rythme alors qu'elle observait le violon exposé. Bien loin de la qualité de l'instrument de sa sœur, mais ce n’était pas étonnant quand on savait qu'on lui avait fabriqué sur mesure.

Elle observa un instant supplémentaire avant de se décider finalement a entrer dans la boutique. L'environnement sembla s'embraser, quand la différence entre la fraîcheur extérieur et la chaleur de la boutique la frappa. Elle se frotta les oreilles qui lui donnaient l'impression de brûler, puis elle épousseta son manteau. Elle s'étira, avant d'aller vers le comptoirs ou se trouvait un vendeur d'une cinquantaine d'années qui ne l'avait pas vu entrer. Elle lui tapota sur le bras en souriant :

- Bonjour bonjour, Yang-san, je viens voir les nouveautés de 2018 !

Il se retourna vers elle. D'origine chinoise, l'homme n’était pas très grand, un petit peu en surpoids, mais sur son visage légèrement ridés reflétait une vraie gentillesse dont tous les clients pouvaient témoigner, tant il se coupait en quatre pour satisfaire tout le monde. Il s'inclina a la mode japonaise, en lui souriant, et lui souhaita bonjour en retour. Il montra la boutique partiellement vide, a l'exception d'une tête blonde et d'un vendeur qui semblait s’être fait refoulé une seconde plus tôt et qui rangeait des baguettes pour percussions sur le coté de la boutique.

- J'ai eu une arrivée de guitare d'Europe, hier. J'étais sur que tu n'allais pas tarder a te montrer ! Et j'ai deux nouveaux piano tout au fond de la boutique. Il y en a un qui pourrait peut être t’intéresser, je te laisse regarder.

Elle s'inclina devant les paroles de l'homme, avant de retourner directement vers les guitares en question. La guitare bleue qu'elle avait vue quelques jours plus tôt, avant les fêtes, n'en faisait pas partit. Et comme elle était du genre a marcher aux coups de foudres, elle observa simplement les guitares, avec une fixation importante, mais sans que son argent ne vienne la démanger. Elle avança ensuite vers le fond de la boutique, et des piano, dans la direction du seul client qu'elle observa du coin de l’œil.

Étudiant, c’était obligé. Blond. Qui était blond dans les garçons ? Sakutaro.....mais elle ne le connaissait pas vraiment, et il n'avait pas l'air du genre a faire de la musique. Il y avait le concierge, mais le client en face d'elle n'avait en rien la carrure du mastodonte qui servait selon elle plus de garde du corps que vraiment de concierge de l’établissement. Elle porta sa main a ses lèvres, sous la concentration......Ah, elle l'avait vue a la soirée. Avec Hayden, un moment. Akio Kimura ! Elle se sentit bête, de ne pas l'avoir reconnu immédiatement. Elle ne le connaissait pas le moins du monde, ne l'avait vu que quelque fois. Ne lui avait jamais parlé. Mais pourtant, tout naturellement, elle vint a sa hauteur :

- Salut, Kimura-kun ! Je ne pensais pas te surprendre en train de regarder des pianos.

Comme a son habitude, elle n'avait que faire des hiérarchies sociales Japonaise et parlait comme si ils se connaissaient depuis toujours.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Akio Kimura
♣ Université - 3ème année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 21
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Jeu 11 Jan 2018 - 22:07

La musique dans la peau
Il contempla les touches blanches et noirs des pianos devant lui. Les instruments étaient beaux à ses yeux, mais bien trop mystérieux aussi. La seule expérience qu’il avait était le moment où il s’amuse à appuyer au hasard sur le clavier pour voir quel son allait sortir. Il n’était plus un enfant pour refaire ça, mais il avait laissé ses doigts être tenté quand même, laissant la note Do raisonné légèrement dans le magasin. Il imaginait déjà sa sœur assises devant en train de jouer, concentrer sur sa partition et lui, derrière la porte en train d’écouter. Il trouvait qu’elle avait du talent, je ne sais pas si on doit l’écouter vu sa connaissance en la matière.

Après avoir fini de rêver, il s’était décidé à partir d’ici, il n’était pas encore prêt pour un tel projet. Alors qu’il allait faire le premier pas, il vit une jeune femme entrée, plutôt mignonne et correspondant au physique typique d’une Japonaise. Au moins, il ne se sentait plus coupable de laisser le vendeur seul dans le magasin s'il s’en aller. Il se tourna une dernière fois vers les pianos, comme s'il essayait de prendre une photo mentale pour se souvenir dans l’avenir.

« Salut, Kimura-kun ! Je ne pensais pas te surprendre en train de regarder des pianos. »

Et là, ce fut le sursaut pour Akio. Elle l’avait surpris, elle qui était encore près du vendeur il y a quelques instants. Une fois les émotions passées, il la regarda plus attentivement. Est ce qu’elle venait de l’appelait par son nom ? Lui, il l’avait finalement reconnu, c’était une fille assez populaire, de plus il avait passé le Réveillons chez sa famille, c’était presque une obligations de la connaître. Il ne lui avait jamais adressé la parole, mais il savait qui elle était quand même.
La question qui se posait était plus, comment une étudiante aussi populaire pouvait connaître le nom d’un étudiant aussi inconnu ? Le blond était considéré comme un Intello, ce n’était pas le meilleur groupe pour être populaire, d’ailleurs, il n’a jamais cherché à l’être, jugeant cela d’inutile.

« Salut Masuda-Chan »

Sa façon de parler le perturbait, elle était plutôt familière pour quelqu’un qui venait à peine de rencontrer. Ça ne le déranger pas, il a l’habitude avec sa sœur, mais il ne sait jamais s'il doit continuer dans le même registre qu’elle ou s'il devrait rester courtois.

« Je suis là… Juste comme ça… Pour trouver des renseignements pour ma sœur… »

Il espérait qu’elle ne pensait pas qu’il était un grand musicien caché. Il ne voulait pas lui donner de fausse idée. Si elle tenait à ses oreilles, la meilleure des choses seraient de ne pas demander à Akio de jouer quelque chose.

« Et toi ? »

Il avait du mal à la regarder dans les yeux, il était un peu gêné. Il avait perdu l’habitude de parler à des filles. Il avait un peu oublié ce qu’était le social avec ses études.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Ayame Masuda
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 17
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 215
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Sam 20 Jan 2018 - 22:12

Il n’était pas bien difficile d'imaginer la raison de la présence de la jeune musicienne dans une boutique visiblement fait sur mesure pour les gens dans son style. Elle lui fit un sourire en s'approchant encore d'avantage, observant le piano d'un peu plus prêt. D'une main, elle se mit a jouer de l'instrument avec souplesse et légèreté, ses doigts glissants sur le touche avec vivacité et douceur, presque comme ci c’était une extension de son bras. N'importe quel connaisseur aurait pu se rendre compte qu'elle était a un tout autre niveau. Si elle s’était mise sérieusement au piano en laissant de coté tout le reste, elle aurait sans aucun doute pu prendre la suite de sa mère dans les plus gros concerts du Japon.

- J'ai besoin d'une nouvelle guitare, j'ai fini par user la mienne a force de la trimbaler partout. Tu peux laisser ce piano de coté, c'est pas super. Son son est trop étranglé.


Elle recula d'un pas en se retournant vers le piano suivant. Le premier était une marque asiatique, Young chang, dont la musicalité légèrement métallique était loin de convenir a tout le monde, et en particulier les pianistes qui n'avaient pas la prétention d'en faire autrement que pour du loisir. Cela donnait une tonalité extrêmement particulière qui ne convenait qu'a certain type de partitions, et ne pouvait pas servir en tant que piano principal. Elle posa la main sur le clavier du second, un qui était le quadruple du prix du premier, avec comme couvercle, du chêne polit, et un pupitre de marbre d'une beauté saisissante.

- Celui la est très cher, mais sincèrement, c'est une super marque. C'est un Fazioli, il y a bien mieux, mais je doute que dans des magasins comme celui ci, tu parviennes a faire un meilleur rendu que ce genre d'instruments. Après il faut te tourner vers des relais mondiaux, comme le grand relais de Tokyo, qui te permettent de faire faire ton piano sur mesure a l'étranger. J'en ai un comme ça, et ma mère aussi, enfin, ma mère en a deux même, mais c'est pas vraiment étonnant vu qu'on s'en sert beaucoup. Par contre c'est beaucoup plus cher.

Elle parlait des prix comme si cela ne la concernait pas. Ou plutôt, comme si elle ne se rendait pas compte. C’était cette option qui était la plus juste. Elle n'avait aucune idée de la valeur du piano sur lequel elle jouait depuis qu'elle avait quatre ou cinq ans. Puis sur celui qu'elle avait prit pour elle quand elle avait eu neuf ans et qui accompagnait toujours sa vie depuis. C’était un Steinway qui valait plusieurs centaines de millions de Yens. Quand elle avait besoin de quelque chose, elle en faisait l'achat, c'est tout. Elle ne s’était jamais vraiment posé d'avantage la question.

- Elle joue beaucoup ta sœur ? Je la connais sûrement, je connais quasiment tout les musiciens amateurs et pro de la ville. J'ai peur être déjà entendu un concert qu'elle aurait fait ? Ou peut être qu'elle ne fait pas de concert, et qu'elle joue juste pour le plaisir ? Kimura....Kimura......je ne me souviens pas connaître une fille avec le même nom de famille que toi. Mais c'est mignon de vouloir regarder pour elle, je suis sur qu'elle sera vraiment contente !


Elle songea qu'elle aurait aimé qu'Arata montre un tout petit peu plus d’intérêt pour le piano, lui qui semblait détester ça depuis les leçons obligatoires que sa mère lui avait donné quand il était tout jeune. Elle songea une seconde qu'elle aurait aimé en avoir de sa la part de sa mère, des leçons, mais que cela n'avait jamais étais le cas. Elle ne lui avait pas prêté énormément d'attention de toute façon, et maintenant qu'elle savait jouer de façon quasiment instinctivement, elle semblait se réveiller et lui proposer des concerts a l'autre bout du monde. Enfin, ce concert en Arabie n'avait pas était si désagréable, et elle avait pu se rapprocher d'Hayden, c’était mieux que rien.

- Et toi, tu ne fais pas de la musique ? Tu as une jolie voix, je suis sur que tu pourrais être un bon chanteur ! Enfin, peut être que c'est déjà le cas ! Tu as une tete de quelqu'un qui serait parfait dans un concert de classique, avec tes cheveux blonds, tu ne serais pas dépareillée a coté des Européens.

Si le talent asiatique etait reconnu, il avait longtemps que peu de grands musiciens étaient sortit hors des frontières Japonaises. C’était ce que sa mère était parvenue a faire, jouant dans de grandes salles en Europe et aux Etats-Unis, et c’était peut être en parti pour cela qu'elle voulait aussi devenir célèbre au delà du Japon. Aussi pour cela qu'elle avait fait en sorte d'avoir une prononciation et un accent anglais parfait.

- Tu veux que je te conseil ? Je vais juste regarder pour ma guitare, mais, entre nous, je ne pense pas que les instruments ici soit assez bien pour ce que je pense en faire. On peux aller regarder ailleurs, aprés. Si tu veux passer un peu de temps avec moi bien sur.


Nouveau sourire, avant de se retourner vers l'autre coté du magasin et de s'y rendre, sans attendre de réponses.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Akio Kimura
♣ Université - 3ème année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 21
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Ven 26 Jan 2018 - 22:12

La musique dans la peau

Akio observait la jeune femme comme si il était en face d’un professeur, il l’écoutait attentivement ce qu’elle disait. Peut-être qu’elle allait lui apprendre plein de choses sur la musique, ce n’était pas compliqué étant donné qu’il commencer d’un niveau très bas. L’artiste appuya sur quelques touches du piano, libérant des sons qui semblait normal pour le blond.

- J'ai besoin d'une nouvelle guitare, j'ai fini par user la mienne a force de la trimbaler partout. Tu peux laisser ce piano de coté, c'est pas super. Son son est trop étranglé.

Une guitare ? Lui qui pensait qu’elle serait plus à fond sur le piano, il était assez surpris. Peut-être parce qu’il avait le stéréotype des enfants de riche qui apprennent tous le piano en tête. Sa sœur avait subi ce cliché alors pourquoi pas elle. Mais en tout cas, elle l’avait sûrement pratiqué étant donné la connaissance qu’elle avait de cet instrument. Peu importe ce qu’elle jouait, Akio avait eu un premier avis sur la question et il prit bien en compte son commentaire.
Elle continua avec le second, il nota dans un coin de sa tête le nom de la marque qu’elle avait cité. Peut-être qu’il pourrait se renseigner un peu plus sur internet. Il ne pouvait de toute manière pas faire d’achat aujourd’hui, premièrement, car il n’avait pas les moyens et deuxièmement, car ce n’était qu’un projet pour le moment.

« [….] Par contre c'est beaucoup plus cher. »

Akio se rendait compte que plus il voulait prendre un piano de bonne qualité et plus il allait devoir mettre le prix. Comment pouvait-il réunir une somme pareille ? Son boulot de baby-sitter ne payait pas assez pour pouvoir se permettre un achat de ce genre. Il avait pensé à contacter les parents de sa sœur pour l’aider à lui faire une grosse surprise, mais il ne savait pas comment s'y prendre, il ne leurs a jamais parlé et faire une première approche pour demander de l’argent, ça ne plaisait pas vraiment à l’Intello. Il se remettait en question, peut être avait il eu une ambition un peu trop grande…

- Elle joue beaucoup ta sœur ? Je la connais sûrement, je connais quasiment tout les musiciens amateurs et pro de la ville. J'ai peur être déjà entendu un concert qu'elle aurait fait ? Ou peut être qu'elle ne fait pas de concert, et qu'elle joue juste pour le plaisir ? Kimura....Kimura......je ne me souviens pas connaître une fille avec le même nom de famille que toi. Mais c'est mignon de vouloir regarder pour elle, je suis sur qu'elle sera vraiment contente !

Comment expliquer à une inconnue le pourquoi du comment il n’avait pas le même nom de famille, mais était quand même jumeau ? Il ne pouvait pas balancer que ses parents l’avait mis à l’adoption parce qu’ils étaient trop pauvres pour s’occuper de deux enfants en même temps. Il ne parlait jamais de ça au gens, mais on lui avait déjà posé cette question et il savait parfaitement comment répondre.

« En effet, elle ne fait pas trop de concerts, mais elle étudie la musique à l’université, elle a fait parti du club de musique pendant tout le lycée. En fait... »

Akio marqua une pause et détourne légèrement le regard, il était assez gêné.

« On n'a pas le même nom avec ma sœur, car on a des parents différent… Elle a été adoptée par une autre famille que la mienne. Son prénom est Jun et son nom est Suzuki, c’est pour ça que ça ne te dis rien... »

S’il ne prévenait pas les autres, personne ne se doutait qu’ils eussent le même sang à l’académie. Souvent, on leur disait qu’il était un beau couple… Et ça dégoûtait Akio… C’est sa petite sœur quand même. Il essayait de lui faire comprendre par un regard qu'il faudrait mieux pas s’attarder sur ce sujet-là… On peut dire que c’est un peu tabou…

- Et toi, tu ne fais pas de la musique ? Tu as une jolie voix, je suis sur que tu pourrais être un bon chanteur ! Enfin, peut être que c'est déjà le cas ! Tu as une tête de quelqu'un qui serait parfait dans un concert de classique, avec tes cheveux blonds, tu ne serais pas dépareillée a coté des Européens. Tu veux que je te conseil ? Je vais juste regarder pour ma guitare, mais, entre nous, je ne pense pas que les instruments ici soit assez bien pour ce que je pense en faire. On peux aller regarder ailleurs, après. Si tu veux passer un peu de temps avec moi bien sur.

Même si il n’était pas un virtuose, il préférait parler de musique. Il était moins mal à l’aise. Concernant la chanson, il ne savait pas juger sa façon de chanter, si elle était bonne ou mauvaise.

« Pas vraiment… C’est vrai que je ressemble pas à un Japonais typique… On me le dit souvent, mais s’il suffisait d’avoir une apparence d’Européen pour être un bon musicien, je me convertis directe ! »

Un petit rire s’échappa de ses lèvres et il continua sur le même ton enjoué

« Tu trouves que je pourrais être un bon chanteur ? À part dans ma salle de bain, je n’exerce pas beaucoup dans ce domaine-là. Peut-être qu’on devrait tester ça dans un Karaoké ! »

Il avait laissé sa spontanéité prendre le dessus, il venait d’inviter une fille à aller au Karaoké avec lui… Chose qu’il n’avait jamais réussi à faire durant le morceau de sa vie déjà écoulé. Le blond n’est pas très sociable en temps normal, il ne passait jamais de temps avec les autres étudiant de sa promo, ce n’est pas dans ses habitudes, mais là, c’était sorti tout seul et il tenta de rattraper ça comme il pouvait.

« Enfin… Si tu veux…Je n’ai rien prévu de spécial de toute manière aujourd’hui... En tout cas… Merci pour tes conseils pour les pianos, ça m’aide vraiment beaucoup »

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Ayame Masuda
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 17
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 215
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Mar 30 Jan 2018 - 13:59

Elle l'écoutait tranquillement, passant d'instrument en instrument sans avoir cependant l'air d’être toujours parfaitement concentrée sur la discussion en court. Elle observait une guitare alors qu'il continuait de lui parler de sa sœur. Bien qu'elle avait évoqué le fait que c'etait étrange qu'elle ne connaisse pas de Kimura, son explication lui parut rationnelle, et elle n'eu aucun mal a savoir de qui il voulait parler. Elle hocha la tete avec enthousiasme en se tournant vers lui :

- Aaaaah, d'accord, tu es le frere de Suzuki-chan, je ne savais pas ! Et je n'avais absolument aucune idée qu'elle faisait du piano. Comme quoi, on connaît jamais vraiment totalement les gens.

Elle eu un petit éclat de rire tout en parlant, en effet, quand Jun avait fait partie du club de musique, Ayame n'avait pas encore atteint le lycée, elle. Elles avaient du se croiser. Elle se retourna, sortant sa longue flûte traversière de la house de sa guitare, en la posant a coté d'un instrument identique dans la vitrine. Elle semblait faire un comparatif, sans interrompre les explications du garçon sur ce qu'elle avait dit plus tôt. C’était amusant dans un sens. La diversité de l'académie. Et elle adorait véritablement le fait de pouvoir voir des gens de tout les pays du monde. Même si au final, ceux qui étaient blonds étaient Japonais. Kimura-kun, Sakutaro-san. Oh, Thornberg-san ne devait pas l’être, lui.

Elle reprit son instrument, en ayant l'air d'avoir établit ce qu'elle voulait savoir, retournant vers le comptoirs en adressant la parole au vendeur en lui demandant ou était passé une certaine flûte a bec qu'elle avait vue la fois ou elle était venue précédemment. Elle eu un petit grognement agacé quand la réponse fut qu'elle était vendue, et soupira avant de se retourner en souriant au garçon :

- Tu vois, j'ai commencé la musique en imitant mon frère, quand j'avais trois ans. Et même si je chante beaucoup maintenant, je n'ai pas pris énormément de cours. Il suffit d'avoir envie de le faire, et tu peux devenir bon. En fait, je trouve que, de base, tout le monde est bon, déjà. Ce n'est pas une histoire de talents, c'est une histoire d'aimer ce que tu fais, tu vois l'idée ?

Elle se dirigea vers la sortie, après avoir fait un grand «a plus tard », au vendeur, sans une once du respect de la hiérarchie qui était coutume dans le pays. Le chinois lui fit un sourire en inclinant la tête avant de revenir a ses occupations, et elle se retrouva dehors. Une fois que le garçon fut sortit a son tour, elle se retourna dans sa direction, l'air extrêmement enjouée. Elle s'occupa d'abord de ranger sa flûte dans la house qui n’était pas du tout adapté, et au vu du prix que devait coûter l'instrument, cela pouvait ressembler a de l'inconscience, mais elle s'en moquait. Une fois fait, elle ajusta la sacoche de guitare sur son dos, offrant un spectacle étrange entre la grosse guitare et son petit corps. Elle s'adressa alors a lui :

- Bon, je crois qu'il y a un karaoké pas loin. Vers le centre-ville.


Elle avait dit ça sans même avoir répondue a l'invitation. Comme si c’était une évidence qu'elle allait accepter. Loin d’être farouche, elle n'avait jamais eu de problème pour aller a des endroits en compagnie de quasi-inconnu. Et même si Akio ne semblait pas vraiment dangereux, certaines personnes auraient pu se poser des questions a propos d'un étudiant invitant dans un endroit comme ça une adolescente. Mais elle se contenta de sourire en prenant les devant, sautillant sur le trottoir plus que marchant. Sa démarche etait comme ça, elle semblait toujours joyeuse.

- Oh, ne me remercie pas, en fait comme je t'ai dis, j'ai commencé la musique quand j'avais trois ans. Piano. Puis comme je suis devenue pianiste rapidement, j'ai commencé a apprendre autre chose, guitare. Puis percussion, et flûte aussi. Bref, je m'y connais pas mal, donc si tu veux des conseils, je pense que je pourrais te répondre. Ma mère a un des piano les plus chers du Japon. On lui a offert lors de je sais plus quel gala, avant même ma naissance. Je crois que c’était même avant la naissance d'Arata, bref. Je n'ai même pas le droit d'y toucher, alors que je suis sur que je joue aussi bien qu'elle. J'y ai joué lorsqu'on a était faire un concert a l'étranger, elle et moi, cet automne. Bref, ce n'est pas une histoire intéressante.

Elle marchait dans la rue sans jamais s’arrêter de parler, comme si sa langue était toujours en mouvement. Tout en marchant elle regardait a droite et a gauche pour essayer de reperer le Karaoké qu'elle avait vu peu de temps auparavant. Et elle continuait de parler :

- Je vais jamais au Karaoké, parce qu'en fait, l’intérêt, c'est de chanter des chansons vu que y'a les paroles écrites, et comme je retiens les paroles d'une chanson en seulement quelques écoutes, bah ca me sert pas, le karaoké. Oh mais je dis pas que c'est pas bien bien sur. J'aime bien.

Elle s’arrêta devant une grande devanture éclairé par des néons alors qu'ils étaient en plein jour. C’était la. Elle se retourna vers Akio, penché un peu en avant, le regardant fixement d'une façon sans doute qu'il pouvait trouver un peu gênante. Mais elle s'en moquait.

- On entre du coup ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Akio Kimura
♣ Université - 3ème année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 21
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Dim 4 Fév 2018 - 20:32

La musique dans la peau

Akio observa la jeune femme, il fut surpris de voir que dans son étui à guitare, il n’y avait pas de guitare, mais une flûte traversière. Le blond n’avait pas eu d’occasion d’en voir une réellement. Il ne comprenait pas pourquoi elle était rangée dans une housse prévue pour accueillir une guitare. Peut-être que c’était commun pour les personnes pratiquant plusieurs instruments. Elle se mit à la comparer à une autre, l’Intello ne voyait pas vraiment de différence entre les deux, il n’était vraiment pas doué. Il avait l’impression d’être un enfant qui regarder les grands faire des achats. Elle demanda quelque chose au vendeur, il n’avait pas entendu de là où il était. Il aurait bien aimé savoir ce qu’elle cherchait. Peut-être pour récupérer la bonne housse pour sa flûte ou acheter un nouvel instrument. Demander serait impoli donc il préférait l’imaginer.

- Tu vois, j'ai commencé la musique en imitant mon frère, quand j'avais trois ans. Et même si je chante beaucoup maintenant, je n'ai pas pris énormément de cours. Il suffit d'avoir envie de le faire, et tu peux devenir bon. En fait, je trouve que, de base, tout le monde est bon, déjà. Ce n'est pas une histoire de talents, c'est une histoire d'aimer ce que tu fais, tu vois l'idée ?


Il avait parfaitement compris l’idée. Il est d’ailleurs plutôt d’accord avec son raisonnement, mais on pouvait se demander si ça pouvait correspondre à toutes les situations. Est ce qu’il était bon en cuisine parce qu’il aimait ça ? Sûrement ! Est ce qu’il était bon en cours parce qu’il aimait étudier ? Les études était plus une contrainte pour arriver à ses fins qu’une question d’aimer la chose en elle-même, dans ce cas-là, il aime juste le but qu’il veut atteindre donc ça marche qu'à moitié. Est ce que ça voudrait dire que puisqu’Akio aime chanter sous la douche, il est doué pour le chant ? Il n'y avait qu’une façon de le savoir, c’était de faire l’expérience.
Elle lui avait indiqué le Karaoké le plus proche donc il ne restait plus qu’à s’y rendre. Il sentait qu’il allait bien s’amuser tout les deux, Ayame avait l’air d’être une fille pleine d’énergie et de joie de vivre. Il la suivait et l’écoutait parler de sa mère. Même si elle disait le contraire, Akio ne s’ennuyait pas, ça le distrayait qu’on lui raconte des histoires et en temps normal, c’est lui-même qui va les chercher en écoutant les conversations des personnes aux alentours. On peut dire qu’il apprécie les potins.

- Je vais jamais au Karaoké, parce qu'en fait, l’intérêt, c'est de chanter des chansons vu que y'a les paroles écrites, et comme je retiens les paroles d'une chanson en seulement quelques écoutes, bah ca me sert pas, le karaoké. Oh mais je dis pas que c'est pas bien bien sur. J'aime bien.

Il n’y allait pas souvent par manque de temps et d’amis, mais pour lui ça ne servait pas uniquement pour monter ses talents de chanteur.

« Pour moi, c’est surtout un endroit pour passer du temps avec ses amis en chantant des chansons tous ensemble. Si c’était juste pour apprendre une chanson, ça ne serait pas aussi populaire ici, non ? »

Au bout de quelques minutes de marche, ils s’arrêtèrent devant le bâtiment où on pouvait clairement lire "カラオケ" . Il n’y avait aucun doute qu’il était arrivé à destination. La jeune fille le regarder de manière enjouée. On aurait dit un date dans un de ses nombreux jeux de romance japonais. C’était embarrassant pour lui en y pensant.

- On entre du coup ?

Il lui fit un signe affirmatif avec sa tête et entra en premier prenant bien soin de lui tenir la porte. Il n’avait pas souvent l’occasion de mettre en pratique les gestes de galanterie que sa mère lui avait enseigner, mais il ne les avait pas oubliées. D’ailleurs, il n’avait pas encore pensé à la question du payement du karaoké. En tant qu’homme, il s’attendait déjà à devoir le faire, il se disait qu’il devrait faire plus de baby-sitting. Il n’était pas du genre à regarder l’argent, mais si il n’a pas d’argent c’était impossible de passer un bon moment dans une endroit comme celui-ci.

Une fois à l’intérieur, il s’adressa à la gérante du Karaoké. Elle les regarda avec un sourire et les emmena vers une pièce privé pour eux. C’était assez petit, deux canapés étaient installé en angle droit contre le mur, pouvant ainsi accepter six personnes maximum. Au centre de la pièce, se trouvait une table basse et au fond, il y avait l’élément principal, une télévision assez grande ainsi que les micros pour pouvoir chanter. Sur les murs était accrocher les enceintes pour que leur chant raisonne dans toute la pièce voir même en dehors si il chantait trop fort.
Akio rentra et apporta sur la table basse les deux micros et la tablette pour choisir les musiques puis il s’installa à côté d’Ayame, il lui sourit et demanda :

« Est ce que tu veux boire quelque chose ? »


Il n’osait pas trop prendre les devant, il allait la laisser choisir la première chanson. Honneur aux femmes comme on dit souvent. C’était un peu gênant, il était seul avec une femme dans une pièce… Il se disait qu’il n’avait juste pas encore l’habitude et que ça aller partir au bout de quelques minutes.
Il tendit donc la tablette à la jeune femme.

« Choisit celle que tu veux et je te suivrais ! »
Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Ayame Masuda
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 17
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 215
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Mer 7 Fév 2018 - 20:08

Elle était songeuse depuis qu'il avait évoqué cette histoire d'y aller avec des amis. Elle n'avait pas vraiment le temps. Et puis les deux personnes avec qui elle passait le plus de temps, etait Arata et Haneko. Ni l'un ni l'autre n'avait très envie de venir faire du karaoke. Et puis de toute manière, elle n'avait pas besoin d’être la pour chanter. Elle le faisait simplement a longueur de journée. Mais venir ici, pour une fois, ne pouvait pas être un vrai problème.

Alors qu'elle se trouve devant la porte, son regard se retrouve attiré un peu plus loin par la vision d'un garçon qu'elle semble connaître. En fait, oui, il n'y a aucun doute. Hisaka Rika, le garçon qui travaille avec elle sur toute la plate-forme informatique qu'elle a voulue mettre en place pour pouvoir chanter depuis chez elle. Son youtube aussi. Elle s’était longuement demandé si elle devait se créer un profil sur les réseaux sociaux, mais elle se décida qu'elle n'en avait pas besoin, pour l'instant. Elle avait le temps de voir venir. Elle lui fit de grands signes de la main, mais il ne sembla pas le voir. Aussi, quand Akio garda la porte ouverte pour la laisser passer, elle s'infiltra a l’intérieur pour ne pas le faire attendre.

- Merci beaucoup, Kimura-san !

Elle lui fit un grand sourire, et une fois a l’intérieur, dénoua un peu son écharpe en sortant son téléphone. Elle constata qu'Akio se chargeait d'aller a l'accueil pour réserver une salle, elle en profita pour prendre deux minutes afin d'envoyer un message sur le Line d'Hisaka, en espérant qu'il regarderait sans perdre trop de temps, avant d’être trop éloigné. Avec l'agilité de ses doigts de pianiste, elle tapota rapidement sur l'écran.

«Salut salut Rika-kun, non je ne te demande pas de venir travailler a l'improviste. Je viens de rentrer a l'instant dans le truc de Karaoke la, a coté duquel tu vas passer. Je t'ai fais des signes et tu ne m'a pas vu. Enfin, j'espere que tu ne m'a pas ignoré surtout ! J'y suis avec un ami, Akio Kimura. Si tu ne le connais pas, il est très gentil. Bref, si ça te tente, tu peux nous rejoindre, ça va être marrant ! »

Elle envoya ainsi le message, satisfaite de ses quelques lignes, tout en suivant la femme qui les guidait, elle et Akio, vers un des petits salons adaptés pour le service que donnait l’établissement. Elle pénétra dans la salle indiquée, avec cette excitation qui la caractérisait toujours, et alors que la femme s'inclinait avant de fermer la porte, elle avançait vers le centre de la piece, en regardant tout autour :

- Bon, en fait je l'avoue, je crois que j'étais jamais venue ici.


Elle lui sourit avant de déposer la housse de sa guitare contre le mur et d'enlever tranquillement son manteau. Elle inspecta les micro, qui n’étaient pas de première jeunesse, et la télévision. Elle leva la tête vers les enceintes, comme pour les examiner, avant de marmonner dans sa barbe, comme si elle était en pleine analyse du dispositif. Elle se retourna et sauta debout sur le canapé, s'y pesant de tout son poids avant d'hocher encore une fois la tête d'un air satisfait. Elle se laissa tombée assise au fond du coussin en soupirant :

- Ouais je veux bien un coca....attends, j'vais payer, j'ai ma carte.

Puisqu'elle avait des moyens illimités ou presque, elle n'avait pas du tout la conception de qui paye. Personne ne payait rien pour elle et de toute façon, elle n'en avait pas besoin. Elle n’était pas vexé, ou au contraire, admirative de quelqu'un qui avait la galanterie de lui offrir un verre. Elle n'en voyait juste pas l'utilité. Aussi, elle alla elle même commander a boire, après lui avoir demandé ce qu'il voulait, tout en regardant pour voir si on lui avait répondue. Elle connaissait un peu Hisaka maintenant, et elle se demandait si c’était le genre d'endroit qu'il apprécierait. Elle supposa qu'elle ne le connaissait pas encore assez.

Elle revint rapidement avec les deux verres, avant de les poser sur la table au centre. Puis elle prit la tablette avant d'observer tranquillement les possibilités qui etait donné en matière de chansons. Comme attendue, le catalogue etait composé a quatre-vingt dix pourcent de Jpop, mais vu que c'etait ce qu'elle avait l'habitude de chanter, entre autre, elle en etait satisfaite. Elle reconnaissait la plupart des chansons. A vrai dire, elle pouvait en chanter de tete une bonne partie sans grosse erreur de timbre, si jamais elle parvenait a se remémorer la mélodie de base. Une mémoire musicale incroyable. Cependant, au lieu de choisir, elle reposa la tablette sur le canapé, avant de boire une gorgée de son verre :

- Attendons un peu, j'ai envoyé un message a Rika-kun....enfin, Hisaka Rika. Tu ne le connais pas, sans doute. Ou peut être ? Bref, il était pas loin, attendons encore un peu, il va peux être me répondre et nous rejoindre, ça serait encore plus marrant.

Elle reprit une gorgée avant de sourire, toute contente, en commençant a chantonner sur un timbre moyen, comme pour préparer sa voix.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Hisaka Rika
♣ Université - 3ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 22
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 610
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Dim 4 Mar 2018 - 22:48

Le début du mois de Janvier rime avec repos pour les étudiants du pays du soleil levant, et je ne fais pas exception. Après une rude période d’examens due à la fin du semestre, j’ai enfin tout le loisir de flâner. Histoire de prendre des nouvelles – et de ne pas non plus passer toute la pause pédagogique dans ma chambre – j’avais invité Satoshi à se joindre à ma balade. Et quelques minutes plus tard, je recevais une réponse positive de sa part. J’avais donc enfilé un manteau et une écharpe par-dessus mon pull avant de sortir du manoir, le laissant vide étant donné que ma colocataire était également de sortie.

A peine ai-je fait un pas dehors que le froid de l’hiver me ramène à la réalité C’est à cet instant que je n’ai pas précisé à l’autre garçon ce que nous allions faire de notre journée (et le pire c’est qu’il a dit oui sans me demander de précision). Les mains dans les poches, mes jambes m’amènent rapidement à l’arrêt de bus au bout de la rue. Je suppose qu’on ne va pas rester dehors aujourd’hui, me dis-je en scrutant le panneau des horaires. Nous ferions bien de nous diriger vers les centres commerciaux où la température est agréable, quelle que soit la saison. Peut-être que nous allons regarder avec envie les boutiques de mangas et de goodies sans avoir les moyens d’acheter quelque chose. Enfin, sans doute irons-nous prendre une boisson chaude et quelque chose à manger avant de partir.

Mais est-ce que je viens seulement de planifier l’après-midi sans en avoir touché un mot à Satoshi ? Un léger sentiment de culpabilité m’envahit alors que je m’engouffre dans la chaleur réconfortante du bus qui vient d’arriver. Casque sur les oreilles, j’écoute ma playlist habituelle alors le paysage défile sous mes yeux, passant progressivement des résidences luxueuses du quartier Hebi aux gratte-ciels du centre-ville, ces grands bâtiments qui ne font qu’un avec les nuages gris et imposants.

« Keimoo – Tsukuyomi place »

Annonce la voix robotique à travers les haut-parleurs. J’attrape mon sac à bandoulière et saute à l’extérieur, retrouvant les douces températures négatives que j’avais quittées quelques instants plus tôt. J’expire profondément et attrape mon téléphone dans la poche de mon jean, maudissant mes doigts d’être si sensibles au froid en voyant leurs extrémités rougir. « Arrivé. Je t’attends sur la place. » ai-je envoyé au blond avant de frotter vigoureusement mes mains entre elles.

(…)

L’attente, puis les salutations et enfin le départ. Satoshi ne me pose pas beaucoup de questions, c’est probablement ce que j’apprécie chez lui. Le fil de la discussion nous entraîne à l’intérieur des centres commerciaux après avoir traversé la place et ses nombreux bâtiments adjacents. Sur la route, nous discutons de diverses banalités : des animes que nous avons regardé, de nos cours, de nos mères, de ma sœur, avant de nous arrêter devant une boutique de goodies où trône une énorme sphère jaune décorée d’un grand sourire et deux petits ronds noirs symbolisant les yeux. Je me tourne vers mon interlocuteur, un sourire légèrement moqueur sur mes lèvres.

« Hé, ça a la même couleur que tes cheveux. »

Dis-je sur le ton de la plaisanterie avant de rentrer dans la boutique. Je fouille l’étalage principal où sont exposés les dernières sorties. C’est au moment où je sors mon téléphone pour noter le nom d’un manga qui me semble intéressant que je remarque que j’ai reçu un message juste après l’arrivée de Satoshi. Sans doute n’ai-je pas fait attention au vibreur en marchant.

« Masuda…-san. »

J’articule difficilement le nom de mon employeur alors que je presse la notification pour afficher le message complet. Que peut-elle bien vouloir de moi alors que je suis en repos ? Je veux dire, on est censé se voir dans trois jours, ça ne pouvait pas attendre ? Mes iris parcourent rapidement les caractères affichés à l’écran. Attends. Je rêve ou elle m’invite au karaoké ? Alors qu’elle est avec un garçon. Kami-sama, est-ce qu’elle veut juste que je vienne la sauver d’un date catastrophique ? Mais comment est-ce que je vais annoncer à Satoshi que je le laisse maintenant alors qu’on vient à peine de se voir. Oh, est-ce que je suis en train de considérer sérieusement le fait d’y aller ?

« Eh…Satoshi ? »

L’approchant discrètement alors qu’il est occupé à lire un truc, je lui tapote doucement l’épaule afin de le faire réagir. Je sais que ça peut sembler soudain mais…

« Il y a euh…la fille pour qui je travaille qui vient de m’inviter au karaoké enfin je crois, mais je veux pas non plus te euh…te laisser seul et c’est p-pas comme si j’avais vraiment envie de faire un karaoké mais …du-coup-tu-veux-venir-avec-toi-s’il-te-plaît ? »

Ai-je dit très rapidement, les yeux toujours rivés sur mon téléphone. A ma grande surprise – mais aussi pour mon plus grand soulagement – le jeune homme accepte, encore une fois sans trop poser de questions. Je lui dois une fière chandelle. Aussitôt, je préviens Masuda-san que nous sommes sur le chemin et lui demande l’adresse exacte tout en lui partageant ma position à partir du GPS de mon téléphone. C’est fou ce qu’on peut faire avec la technologie.

(…)

Essoufflés, Satoshi et moi arrivons devant le fameux karaoké et c’est non sans appréhension que nous pénétrons dans le bâtiment. Pas très sûr de moi, je décide de demander à une hôtesse si elle n’aurait pas vu une fille aux cheveux noirs entrer récemment. Par chance, elle a été prévenue de notre arrivée et nous conduit directement au box. Constatant qu’elle ne nous réclame pas d’argent, j’en déduis que la petite Masuda a déjà réglé les frais pour nous. Les joues roses et le souffle court, nous ouvrons la porte où nous accueille Ayame et…

« Ah mais…c’est toi ! »

En voyant le blond aux yeux bleus, je n’ai pas pu retenir ma surprise. De nombreuses années étaient passées depuis l’incident et j’en étais presque venu à l’oublier…Je me remémore alors du texto de Masuda-san sur Akio Kimura et repense à ma propre mésaventure avec le jeune homme où nous nous sommes retrouvés coincés dans les douches communes. Est-ce qu’il aurait essayé de la séquestrer aussi et elle n’a pas osé me le dire ? Du calme Hisaka. Du calme, me dis-je en m’avançant vers les canapés où je dépose ma veste et mon écharpe. Sans regarder le garçon aux côtés d’Ayame, je commence par faire les présentations.

« Du coup euh…Satoshi, voilà la fille pour laquelle je travaille. Et Masuda-san, voilà mon euh…ami, Satoshi. »

__________________________________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forumactif.com/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forumactif.com/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Akio Kimura
♣ Université - 3ème année
avatar

Genre : Masculin Taureau Buffle Age : 21
Adresse : chambre 02 RDC
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Dim 20 Mai 2018 - 11:36

La musique dans la peau

- Ouais je veux bien un coca....attends, j'vais payer, j'ai ma carte.

Akio était gêné, il n’était pas dans ses habitudes de se faire inviter comme ça par une fille. On lui avait toujours dit qu’il devait être galant avec les femmes et toujours se montrer serviable à leurs égards. Son père avait affirmé que c’était de cette manière qu’il avait plu à sa mère. L’intello aimerait bien qu’il soit là pour le conseiller. Bien qui ne veuille pas plaire de cette manière-là, mais juste qu’elle l’aime bien en tant qu’ami.
Cette fille était spéciale. Elle n’agissait pas comme les autres, peut-être parce qu’elle venait d’une famille extrêmement riche. Quel attitude avoir avec elle ? Il la voyait un peu comme sa sœur, il avait remarqué quelque ressemblance au niveau du comportement. Peut-être devrait-il se tenir comme il a toujours fait avec Jun. ?

- Hum... Euh, je vais prendre la même chose…

Il était encore légèrement mal à l’aise, mais ça partira sûrement avec le temps. Il va juste la suivre et laisser faire, c’est ce qu’il sait faire le mieux et cette technique à toujours marcher dans ce genre de situation.

- Attendons un peu, j'ai envoyé un message a Rika-kun....enfin, Hisaka Rika. Tu ne le connais pas, sans doute. Ou peut être ? Bref, il était pas loin, attendons encore un peu, il va peux être me répondre et nous rejoindre, ça serait encore plus marrant.

Hisaka Rika… Ça lui disait quelque chose, mais il sait plus vraiment pourquoi. Il avait croisé tellement de personne depuis qu’il est ici, ça en devenait compliqué de se rappeler de tout le monde. Il ne s’inquiétait pas pour ça, il s’en souviendra probablement en revoyant son visage.

- d’accord

Il l’avait eu l’impression que l’attente avait duré plusieurs heures. Il ne parlait pas, il écoutait juste la jeune fille qui chantonne pour s’entraîner. Après plusieurs minutes, la porte s’ouvra, signalant l'arrivée des invités. Deux garçons entrèrent alors dans la pièce. Il ne savait pas pourquoi, mais il était plus détendu quand ils étaient là.
Akio était impressionné qu’il le reconnaisse en premier. Mais ne savait pas si son air surpris était une bonne chose ou non.

« Ah mais…c’est toi ! »

Il se demandait quand est ce qu’il avait vu Hisaka… Il était sûr de ne pas l’avoir rencontré à la faculté, c’était assez récent, il s’en serait souvenu. Il explorait plutôt ses souvenirs du lycée. Pendant ce temps, il continua les présentations.

« Du coup euh…Satoshi, voilà la fille pour laquelle je travaille. Et Masuda-san, voilà mon euh…ami, Satoshi. »

Il lui revient tout à coup, ce jour-là dans la salle de bain. Comment ne pas se rappeler de tout cet embarras qu’il avait ressentit. Il ne savait plus si c’était une si bonne chose de le voir ici... Peut-être qu’il devrait juste oublier cet incident et le remplacer par celui d’aujourd’hui. Il ne sera plus le garçon de la salle de bain, mais le garçon du Karaoké. C’est mieux.

« Ça fait longtemps Rika-kun. Qu’est-ce que tu es devenu ? »

Il ne l’avait jamais recroisé dans les couloirs ni même dans la salle de bain. Il avait envie de savoir un peu, sa curiosité revenait. Il se mit à sourire, il était quand même content de voir du monde.

« Enchanté Satoshi, je suis Akio Kimura. »

Akio était étonnés en apprenant son nom. Lui aussi était un métis Japonais blond. Il se demandait s'il avait connu le sentiment d’être le seul blond dans une école entière et d’attirer tout le temps le regard des gens sur soi. S'il avait vécu toute sa vie à Keimoo peut-être pas, la ville était réputait pour son nombre important d’étrangers.

Codage par Libella sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8853-akio-kimura-lun#210731 http://keimoo.forum-actif.net/t9557-come-with-me-in-the-magique-world#217932 http://keimoo.forum-actif.net/t9674-livret-scolaire-d-akio-kimura#225327
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 569

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   Lun 28 Mai 2018 - 18:05

Il y a des jours ou je me demande bien comment je fais pour me retrouver dans des situations tellement lointaine a ce que je faisais a la base. Je veux dire, passer d'une sortie banale avec Hisaka a un karaoké avec deux personnes totalement inconnu. Comment j'aurais pu refuser, vu la façon dont il m'avait demandé de l'accompagner. Bien sur que ce n’était pas ça, mais sa façon de parler m'avait plus fait pensé a une supplique qu'a une réelle demande. Aussi je lui avais emboîté le pas, assez rapidement pour, semble t'il, ne pas trop la faire attendre.

Masuda-san, Masuda Ayame. Difficile de ne pas connaître ce nom par les temps qui court. Si on ne tombait pas sur une affiche d'un de ses concerts, sa chaîne youtube et les réseaux sociaux se chargeaient de nous la présenter. Mais finalement, c’était juste par l’intermédiaire d'Hisaka que j'avais entendu parler d'elle la première fois. Il m'avait rapidement expliqué ce qu'il faisait comme boulot pour elle, comment il en était arrivé la, sans trop de détails. Les détails, ce n’était de toute façon pas trop son point fort, mais comme d'habitude, j'évitais de trop en redemander.

Nous arrivons devant l'entrée de ce fameux bâtiment qui contient le karaoké et ou nous étions invités. Enfin, ou il était invité et ou j'avais suivi en soutiens. Je reste devant une seconde, avec l'envie féroce de m'enfuir de la, avec l'impression de rentrer dans une prison. Le genre d'endroit ou, une fois les deux pieds a l’intérieur, ce serait impossible de faire marche arrière. Mais le voilà qui entre et je n'ai pas vraiment d'autre choix que de suivre. Ce n'est pas grand chose aprés tout, non ?
Nous approchons de la salle ou se trouvent les deux jeunes gens que nous sommes la pour retrouver, et a travers la porte, j'entends une voix chantonner doucement.


♪ Chotto aremi na EESU ga tooru 
Suguremono da to machijuu sawagu
Chochou SANBA, chouchou SANBA, JIGUZAGU SANBA,JIGUZAGU SANBA 
Aitsu no uwasa de CHANBA mo hashiru 
Sore ni tsukete mo oretacha nan darou 
BOORU hitotsu ni kirikiri mai sa ♪

Il fallait vraiment chanter ici ? Bah, j'étais sur qu'il y avait moyen pour moi de rester assis dans un coin, a l'écart. Hisaka ouvrait la porte, découvrant la jeune femme sauter du canapé ou elle semblait mi-assise mi-debout, pour venir l'accueillir. Elle semblait vive, pleine d'énergie, et maintenant que je la voyais, je faisais le rapprochement avec cette fille que j'avais déjà vu, comme beaucoup d'autre, a Keimoo, sans y penser. C’était l'avantage quand on avait la mémoire des visages, sans doute. Hisaka fait les présentations, et elle vient directement jusqu'à moi, laissant l'autre blond que j'ai a peine le temps de remarquer discuter avec Hisaka.

- Satoshi Sakutaro, le capitaine du club de combat sans armes ! Je te connais !

Elle semblait toute contente de me dire ça, et je supposais que j'etais plus connu que ce que j'avais pensé a la base. En tant que capitaine d'un club important, ce n’était pas vraiment étonnant. Mais qu'elle sorte comme ça mon nom et mon prénom sans même une seule hésitation, me fit me dire qu'elle devait sans doute avoir une bonne mémoire. Ou être bizarre. Et en effet, elle avait l'air un peu étrange. Trop souriante pour être honnête sans doute. Elle me serrait vivement la main, l'air vraiment contente d'avoir de la compagnie. Ce devait être ce genre de personne populaire qui n'aimait pas être seul.

- Pardon d’être venu a l'improviste...Masuda-san...

Je me tournais ensuite vers le blond, aussi blond que moi d'ailleurs, ce qui me fit tiquer légèrement. Lui, j'avais l'impression de ne jamais l'avoir vu pour le coup, et pourtant, quelqu'un d'aussi flashy que moi, ce devait être facilement visible. Peut être que j'étais moins visible que tout ce que j'avais cru durant toute ces années.....difficile a dire. Je lui faisais un sourire, pour répondre a sa salutation :

- Kimura-san donc....enchanté aussi.

Alors que les présentations etaient finalement fait, j'avançais un peu dans la piece, histoire de me mettre dans un coin le plus rapidement possible. Ayame sautait partout, toute contente de pouvoir enfin commencer. Elle se tourna vers nous trois, puis leva le micro, le faisant passé devant moi, puis Hisaka, et enfin Akio. Elle semblait attendre que quelqu'un le prenne. Puis aprés réfléxion, elle se concentra plutot sur moi et Hisaka.

- Les invités d'abord, je vous laisse la premiere chanson !

Elle obligea Hisaka a prendre le micro avant qu'il puisse dire quoi que ce soit et tomba assise juste a coté, se balançant un peu d'avant en arrière, toute excitée. Je regardais Hisaka, d'un air de dire « ne compte pas sur moi pour te sauver de ça. »

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La musique dans la peau [ Ayame Masuda ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La musique dans la peau
» Mettre une musique dans votre signature
» Mettre une musique dans votre signature
» Mettre de la musique dans la signature depuis Youtube
» Musique du 20eme siecle (tous styles)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Centre ville: Tsukuyomi Place et Palais impérial :: Les centres commerciaux-
Sauter vers: