₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Before the fight [pv Shiki]

Aller en bas 
AuteurMessage
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 577

KMO
                                   :

MessageSujet: Before the fight [pv Shiki]   Ven 13 Oct 2017 - 19:36

Une théorie universelle dans le monde. Quand on cherche quelque chose, on ne le trouve pas. On a beau y passer des heures, retourner sa maison de fond en comble, impossible de mettre la main sur ce que nous cherchons avec acharnement, obstination. Et cette théorie a une deuxième façade : une face verso. Un peu comme une pièce de monnaie. Quand on cherche un objet noté deux, alors que nous n'avions jamais trouvé un objet noté 1, alors il y a de forte chance de ne pas trouver l'objet deux, mais de tomber sur l'objet un. C’était un peu une règle tacite du monde dans lequel je vivais. Pire, je pouvais dire que c’était un peu l'histoire de ma vie.

J'avais cherché longtemps, depuis ma rencontre avec ce garçon qui m'avait laissé son écharpe. Un peu partout. D'abord principalement a Bougu, dans l'espoir de tomber sur lui par hasard. Mais je n'avais même pas trouvé sa maison. Ou du moins, celle devant laquelle je m'étais séparé de lui. Par moment je me disais que j'avais probablement rêvé, mais l'écharpe qui ne me quittait plus désormais, etait un indicateur bien réel, prouvant que ce n'avait pas etait une illusion.

J'avais donc un peu baissé le pied au niveau de mes recherches. A quoi bon s'évertuer alors qu'il me semblait que l'homme que j'essayais de retrouver avait disparut purement et simplement de la ville. Je n'avais peut être pas eu de chance, simplement, mais dans tout les cas, son écharpe autour du cou qui m'accompagnait toujours, si jamais il me croisait et m'apercevait, lui viendrait peut être dans ma direction. C’était ce que j’espérais, un genre de signal que seul lui et moi pourrions connaître. Et puis au final, j'aimais bien ce vêtement qu'il m'avait offert, ou plutôt, prêté.

En cette heure tardive, le centre – ville n’était plus très peuplé, mais je croisais encore un certain nombre d'individu de toute age, seuls, entre amis, en couples, en familles. Sans le poids des regards sur moi, je me sentais plus a l'aise. Depuis que j'étais devenu le capitaine du club de Kung-fu, je n'avais que trop l'habitude qu'on vienne m'accoster pour un oui ou pour un non, m’empêchant parfois de faire ce que j'avais prévu de faire. Mais ce soir la, j'avais eu envie d’être un peu plus tranquille. Demain, le tournoi avait lieu. Nous partions a six heures du matin pour Tokyo.

Quatre années après mon premier et dernier tournoi scolaire, j'allais fouler a nouveau les tatamis. Quand j'étais en deuxième année de lycée, la victoire avait était d'une facilité déconcertante. Ce n’était qu'un club de lycée. J'affrontais des hommes maintenant. Ceux qui étaient encore la s’entraînait autant que moi, était sans doute aussi déterminé que moi. Sans doute plus en fait, et je ne savais pas si j'avais les qualités nécessaire pour réussir ce pari que je m'étais lancé. Ou plutôt, celui que le vice-principal Yui Valentine m'avait lancé, plusieurs mois plus tot.

Impossible de retrouver mon calme dans ma chambre, j'avais une soif de sang que seul l'approche d'un combat pouvait procurer. Ma main ne cesser de taper toute les surfaces qu'elle rencontrait, mon pied frappait le sol en permanence. Et mes pensées ne pouvaient sortir du schéma d'attaque que j'avais prévu de mettre en place contre mes premiers adversaires. Je m'étais dis que pour une fois, j'allais aller dans un bar, histoire de boire un peu et de me vider la tête. Je ne l'avais jamais fais a part cette fois la avec Takuya a Bougu, et la sensation que j'avais éprouvé, je me disais qu'elle pourrait peut être m'aider dans ces circonstances la.

Mais je n'avais pas marché dans Bougu, je ne savais même pas ou j'étais. Ailleurs que dans le quartier le plus glauque de la ville, ce n’était pas certains qu'on me serve, et aussi, j'avais passé mon chemin devant les quelques bars que j'avais croisés. A quoi bon perdre son temps, il me suffisait de passer prendre une boisson quelconque, et de me laisser couler sur un banc jusqu'à l'heure ou je devrais immanquablement retourner chercher mes affaires. Je n'allais sans doute pas beaucoup dormir, mais je n'en avais pas besoin. Mes réflexes suffiraient. A ce niveau, c’était eux qui faisaient la plus grosse partie du travail.

J'avais finis par tomber sur un parc plus ou moins désert. Je me souvenais, je le connaissais déjà. C'etait celui ou j'avais fais la connaissance de cette fille qui s'occupait d'un bar, ou d'un café. Il ne devait pas etre loin. Comment s’appelait elle déjà ? Ethel, je crois. Je stoppais ma route au milieu d'une allée bordé par plusieurs arbres. Qu'est ce que je faisais la ? A marcher sans savoir ou aller ? J'étais si paniqué que ça ? Finalement, j'aurais peut etre du appeler quelqu'un. Une connaissance qui aurait pu savoir ce que j'allais vivre le lendemain ? Zakuro-san ? Comme si je pouvais lui parler de ce genres de choses. Watanabe-san ? Aucune chance non plus. Hisaka, Nao-chan ? Ils n'etaient pas dans ce genres d'activités, malgré que ma meilleure amie pratiquait le taekwondo.

Un banc plus tard, la tête tombé vers l’arrière vers les étoiles, je finissait par serrer mon cou avec l'écharpe, tout en sortant mon pendentif de mon col. Le symbole du yin et du yang m'observait, d'un air interrogatif. Comme si il me tester. Peu d'étoiles, un ciel bien trop nuageux pour me permettre de me faire penser a autre chose. Je soupire, un peu trop fort pour que personne n'entendent. Sauf qu'il n'y a personne, c'est vrai. Peut etre que pour une des rares fois dans ma vie, j'aurais voulu ne pas etre seul a ce moment ? Idée stupide.

Il était 23 heures.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Shiki Katsuragi
♦ Civil - Réceptionniste au Pachinko Palace Hotel | Yakuza
avatar

Genre : Masculin Lion Singe Age : 26
Compteur 1031
Multicompte(s) : Cammy Logan (Hors-jeu) / Erik Thornberg (PNJ) / (Ryosuke Saitô (†) )

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Before the fight [pv Shiki]   Lun 6 Nov 2017 - 19:18

Novembre 2017. 22h49

La nuit grise, le ciel éclairé par la lune masquée par de fins nuages. Il pleuvra bientôt. Encore quelques heures. Plusieurs mois se sont écoulés depuis que Shiki Katsuragi ait refusé l'Omiai que Masanori Kuge lui avait proposé avec sa nièce, Satsuki. Cette dernière n'était pas d'accord dès le départ, mais le jeune yakuza ne souhaitant en aucun cas décevoir celui pour qui il avait juré une loyauté sans faille depuis l'affaire de l'agression de Lun Marv, avait été incapable de lui adresser un refus. Toutefois, le retour d'Han Yun-Jin dans sa vie en février et la tentative de meurtre dont il avait été victime par un clan rival l'avait poussé à s'entretenir avec son wakagashira, qui dans un premier temps avait été tellement furieux, que Shiki était prêt à exécuter devant lui le Yubitsume, quand bien même ce sacrifice n'est censé être pratiqué que par manquement au devoir à l'Oyabun, et non au wakagashira. Indulgent, Masanori Kuge s'était alors contenté de confiner Shiki dans leur QG de Bougu, cette fameuse très grande demeure de style traditionnel qui ressort du décor par son faste.

- Shiki, veille à ce qu'il n'y ait personne aux alentours.
- Oui, Kuge-sama.

Mais qui veillera sur vous, pendant ce temps ?


MONOCHROME LIFE
the same circle that lead to nowhere



Et pendant que Masanori Kuge s'entretient avec son interlocuteur, alors que la nuit s'est abattue sur le centre ville qui ne semble pas vouloir s'endormir, Shiki parcourt une allée, puis une autre. Ce petit parc est censé être interdit d'accès de nuit, mais il est habituel d'y voir quelques squatteurs fréquenter ce lieu bien plus paisible que le Fairy Park de Bougu qui lui, ne ferme jamais. Il est donc de coutume que quelques portes vandalisées permettent à des passants lambda de trouver quelques instants tranquille, loin du tumulte assourdissant des grands axes du centre ville. Si les arbres semblent être un rempart à la pollution lumineuse, le parc ne tient son calme que par la petite muraille qui en fait le pourtour. Accompagné de deux de ses petits frères, "shatei",  qui se chargent d'évacuer les indésirables afin que l'entretien entre son boss et l'adjoint au Maire se déroule au mieux, Shiki finit par s'engager seul sur un sentier duquel un rat, puis un autre, puis un chat s'échappent progressivement.

En vérité, dans ce petit parc situé à mi chemin entre le Pachinkô Palace et le Palais Impérial, se trouve une petite pagode tonkinoise qui sert de lieu de stockage du matériel d'entretien de cet espace vert. L'adjoint au Maire était déjà arrivé lorsque Kuge a pénétré à son tour à l'intérieur. Guère tranquille, Shiki décide de rebrousser chemin afin de se retrouver plus près de celui qu'il est désormais chargé de protéger durant ses affaires avec les personnalités de haut rang. Et si en temps normal elles sont censées se régler au Palace, il faut cette fois un lieu neutre pour convenir d'un arrangement dans la gestion immobilière du quartier Bougu. Enfin pour l'heure, il ne s'agit que de présentations. Mais Shiki n'est pas tranquille.

Il n'a toutefois pas prévu qu'une personne au soupir clairement audible se trouverait vraiment tout près du petit édifice à son retour. D'autant plus qu'il ne s'agit pas là d'un visage inconnu. Il lui faudra donc convaincre le blondinet de quitter les lieux sans avoir à l'y pousser, ni éveiller de soupçons quant à la raison de sa présence en ces lieux. Shiki l'observe un moment, détaille ce pendentif qu'il aperçoit au bout de ses doigts. Le yin et le yang, la dualité complémentaire. Deux éléments qui s'oppose et qui forment un tout.
L'équilibre.

Shiki amorce un pas trainant, se faisant ainsi légèrement entendre pour ne pas surprendre l'étudiant.

- Encore une nuit fraiche pour se croiser, hum... Sakutaro ?

Il n'est pas tout à fait sûr du nom, mais quasiment. Il se rappelle qu'un de ses professeurs de collège portait le même nom que lui. Et c'était ou Sakamoto, ou Sakutaro.
Il ne se souvient pas de son prénom en revanche. Peu importe, il n'a pas à en faire usage de toute façon.

- Mais tu es un peu mieux couvert qu'en janvier dernier.

Un regard rapide sur cette étoffe qui entoure le cou du blond. Ah oui, c'est vrai. Il lui a remis son écharpe, tricotées des mains de Cammy Logan, portée puis chérie par Saki Ôsen. Un accessoire qui a fait son chemin, qui a été conçue avec amitié et respect, perdue par inadvertance, trouvée par hasard, remise par dépit, puis revenue entre les mains de son propriétaire. Un petit miracle hasardeux, chargée d'histoires et de sentiments portant les initiales SK. D'une manière où d'une autre, même si elle devait se retrouver à l'autre bout de l'univers, elle finirait tôt ou tard par croiser la route de son possesseur.


23h02.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7034-shiki-katsuragi-transfert-du-lycee-universite-a-valider#188987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/once-upon-a-time-t5863.htm#173856
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 577

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Before the fight [pv Shiki]   Lun 13 Nov 2017 - 23:53

La respiration lente et calme, presque comme si j'étais en plein exercice de méditation, ce meme exercice que je pratiquais depuis des années et que j'avais l'habitude de faire avant l'entrainement, et avant de me coucher. Mais c'etait simplement que, perdu aussi bien dans mes pensées que dans la contemplation des étoiles, j'avais calqué mon rythme réspiratoire a la vitesse que j'avais l'habitude d'avoir quand je me concentrais. C'etait finalement un reflexe que mon corps avait obtenu suite a ces nombreux entrainements, mais je ne savais pas dire si c'etait une bonne ou une mauvaise chose. Toujours etait il que si ma réspiration et ma concentration etait bonne, mon focus etait telle que je n'avais pas prété la moindre attention a mon entourage, et surtout a la personne qui semblait m'avoir approchée dans mon dos.

Je sursautais, le timbre de sa voix etait reconnaissable, je l'avais tant répété mentalement afin de pouvoir reconnaître mon bien-faiteur lorsque j'arriverais enfin a le retrouver, ce qui etait chose faite, au vue du fait qu'il se trouvait maintenant a coté de moi, me parlant d'une façon naturelle, comme si nous étions de vieux amis. Il prononca meme mon nom, alors que je ne me souviens meme pas lui avoir donné. Enfin, quand je pensais que je me souvenais du sien, je suppose que ce n'etait pas étonnant. J'essayais de ne pas bondir trop fort quand je sursauta au son de sa voix, mais je ne put m'empecher de m'écarter légérement, avant que mes muscles soudainements crispés ne se relachent lorsque je comprenais finalement qui se trouvait a proximité de ma position. Encore une belle et froide nuit.

- Il faut croire que cette température est le facteur qui m'aura permis de vous retrouver, Katsuragi-san.

J'évitais de trop mettre en avant les recherches que j'avais éfféctué pour le retrouver, je n'avais pas envie de passer pour un fan déséspéré qui cherchait a tout prit a mettre la main sur lui. Je n'avais pas non plus l'envie de paraître ridicule, en disant que je n'avais pas reussit a retrouver la fameuse demeure devant laquelle nous nous étions séparés. Je regardais aux alentours, sans rien apercevoir d'inhabituel. Aucun facteur exterieur, a premiere vue, qui aurait pu l'amener ici. C'etait peut etre uniquement le déstin. Je me levais alors, afin de le saluer de façon plus correct. M'inclinant légérement devant lui, je reprenais la parole :

- Je n'aurais vraiment pas cru tomber sur vous ici. Pour tout vous avouer, j'avais esperer vous revoir, puisque j'ai encore en ma possession quelque chose qui vous appartient. Mais depuis le temps, j'avais perdu l'espoir que cela arrive.

Je passais ma main autour de mon cou, d'un air un peu géné. Et lorsque je sentis le tissu contre ma peau, une vague de culpabilité m'assaillit. Je portais cette écharpe comme si elle m'appartenait, sans aucune gène, alors que j'aurais simplement du lui rendre tout de suite. Je n'aurais même pas du la prendre, la première fois. Je l'enlevais avec une certain délicatesse, comme si j'avais une soudaine peur d’abîmer le vêtement devant son propriétaire. Mais au lieu de lui tendre, je la gardais dans la main d'un air encore plus géné. Malgré le froid, je pouvais sentir ma peau légèrement chauffer a cause de cette rougeur qui devait encore une fois apparaître sur mon visage. J'en avais l'habitude a présent.

- J’espère qu'elle ne vous a pas fait défaut. En tout cas je ne peux que vous remercier, elle m'a etait utile.

Je levais la tète lentement vers le ciel, en pensant une nouvelle fois a ma journée du lendemain. Étrangement, cette conversation jusque la relativement courte avait réussit la ou toute mes tentatives avaient échoués jusque la. J'avais la sensation d'avoir évacuer une partie du stresse qui m'avait occupé depuis deux jours. Finalement il y avait eu corrélation entre nos deux rencontres, les deux fois ayant eu lieu quand je me sentais légèrement stressé et mélancolique. C’était peut être mon ange gardien. Un léger sourire se dessina sur mon visage, sans que je puisse le masquer totalement.

- Je me disais que c’était plutôt amusant que nous nous retrouvions encore une fois devant un ciel comme celui ci. Alors que nous ne sommes que des inconnus, j'ai l'impression de vous connaître un peu.

Ne sachant pas pourquoi je venais de dire cela, mes yeux allerent de l'écharpe a Shiki, puis de ce dernier jusqu'à l'écharpe. Observant le vetement encore un instant, je finissais par tendre le bras vers son proprietaire. Il etait temps que cette écharpe qui m'avait semble t'il porté bonheur durant ces quelques mois, retourne vers son véritable maitre. Aprés tout, cela n'avait etait qu'un prêt d'une soirée.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Shiki Katsuragi
♦ Civil - Réceptionniste au Pachinko Palace Hotel | Yakuza
avatar

Genre : Masculin Lion Singe Age : 26
Compteur 1031
Multicompte(s) : Cammy Logan (Hors-jeu) / Erik Thornberg (PNJ) / (Ryosuke Saitô (†) )

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Before the fight [pv Shiki]   Ven 1 Déc 2017 - 19:36

Malgré le bruit qu'il a provoqué pour ne pas surprendre le jeune garçon, ce dernier a tout de même tressailli. Non, il a sursauté. Par où s'étaient évaporées ses pensées pour que, malgré le risque encouru à se retrouver dans un parc au milieu de la nuit, son pas râpant le sol ait à ce point heurté sa concentration ? Loin, à n'en pas douter. Les mains dans les poches de son imperméable bordeaux que recouvre un costume taillé sur mesure, la cravate bien serrée, sans défaut, assortie au pardessus, Shiki reste immobile un instant, à quelques pas du blond.

" Retrouver ", hein ? L'a-t-il donc recherché ? Mais le plus étonnant est, si tel est le cas, pourquoi ne l'a-t-il pas juste trouvé, alors que Shiki lui avait donné les moyens de le trouver facilement. La carte de visite qu'il lui avait remise à leur première rencontre avait-elle aussi fini au fond d'une corbeille, comme cette leaflet sur lequel il avait griffonné son numéro avant de la remettre à un autre étudiant sept ans plus tôt ? Eux aussi s'étaient retrouvés quelques mois plus tard. A la différence que Yun-Jin ne l'avait jamais recherché à l'époque alors qu'il occupait nombre des pensées du lycéen d'alors. Il lui avait suffit d'une seule entrevue pour éprouver une admiration sans faille envers le Coréen. Et il lui avait fallu quelques semaines pour comprendre qu'il ne le contacterait jamais. Croiser sa route lors de cette soirée, c'était au delà de toute ses espérances. Et pourtant... il avait fini par tout gâcher, de s'enfoncer dans un gouffre sans fond, de plus en plus noir, perdant à chaque mètre le contrôle de ses émotions, de son existence.

Trouver, retrouver, toute la différence se situe dans le préfixe. L'étudiant qui a présent se lève, amorce quelque pas dans sa direction afin de le saluer de façon conventionnelle ne lui rappelle que trop bien celui qu'il était avant qu'il ne rate sa vie au nom des traditions et valeurs nippones. Mais surtout, il y a ce petit quelque chose dans son comportement, une petite lueur dans son regard qui le fait froncer les sourcils. Intuition révélée exacte aux dires suivant de Sakutaro. "Pour tout vous avouer, j'avais espérer vous revoir" , "j'avais perdu l'espoir que cela arrive".  Au regard embarrassé du blond, Shiki sort ses mains gantées de gris de ses poches. L'une maintient un paquet de cigarettes. Il en sort une, tout en jetant un œil par moment vers Satoshi. De son autre main, il sort un briquet puis l'amène vers son visage, flamme vacillante protégée par l'autre de sa paume. Une nuée dense, mêlée au froid de la nuit, s'élève pour se disperser aussitôt. "Des inconnus", hein ? Le sont-il encore. Entre l'un qui recherche l'autre le regard emprunt d'une admiration absurde, et l'autre qui voit en l'un celui qu'il était, peut-on encore dire qu'ils sont des inconnus ?


HUNG UP ON SOMEBODY
that you used to know



Shiki tire une fois encore sur sa cigarette puis plonge son regard sans expression dans celui, tacite, de Satoshi. Il aimerait lui arracher ces non-dits de son visage. Il aimerait lui dire qu'il n'a pas à le rechercher, mais juste aller le trouver sur son lieu de travail s'il en ressent le besoin. Egalement et paradoxalement, il souhaite plus que tout que Sakutaro ne ressente jamais le besoin de le "re"-trouver. Qu'il ne sert à rien de le rechercher.

Il ne sert à rien de chercher à connaitre Shiki Katsuragi. Car Shiki Katsuragi n'a rien à offrir, sinon de la peine, de la douleur, de la déception.

- Ne te sens pas obligé d'être à ce point poli. Je ne suis ni noble, ni notable. De plus, nous ne devons pas avoir beaucoup d'années d'écart.

Pourtant il ne suffit que de quelques évènements pour faire accélérer le cours d'une vie. De passer du rythme de croisière de l'adolescence à celle oppressante et stressante en quelques jours. Shiki n'a pas vraiment eu de réelle enfance et est devenu adulte bien avant l'âge. A 25 ans seulement, il est blasé de la vie qu'il mène. Il pourrait perdre la vie demain que ça ne ferait pas de différence que s'il en faisait le bilan à 80.

- Que fais-tu ici à cette heure ? Les parcs ne sont pas sûrs à cette heure de la nuit. Surtout lorsqu'ils sont censés être interdits au public, comme dans le cas présent.

Le ciel n'est pas amusant, le ciel est lourd, froid, chargé de pollution comme celle qu'il renvoit à chaque bouffée toxique exhalée.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ©Gotye
Making Mirrors - 2011
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7034-shiki-katsuragi-transfert-du-lycee-universite-a-valider#188987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/once-upon-a-time-t5863.htm#173856
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 21
Compteur 577

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Before the fight [pv Shiki]   Sam 2 Déc 2017 - 1:34

J'avais l'impression que le temps s’était arrêté a la seconde ou il était apparut sur le coté de mon banc. Je ne le connaissais pas, je ne l’appréciais pas vraiment, sans avoir d'animosité pour autant. C’était simplement un quasi-inconnu. Mais disons que j'avais imaginé le moment ou je lui rendrais le vêtement plusieurs fois. La scène. Ce que je pourrais bien lui dire histoire de ne pas laisser un blanc ou paraître ridicule. Mais finalement tout ça n'avait aucune importance. Parce que j'avais absolument perdu la moindre parcelle de préparation que j'avais fais. J'étais la, appuyé contre le dos du banc a regarder les étoiles, pour donner une sorte de contenance a mon malaise. Si j'avais eu l'impression que je devenais plus sociable ces derniers mois, tout cela me semblait bien risible a présent. Je me sentais revenu a mes années de lycée a Sendai, ou je baissais la tête pour éviter d'attirer trop l'attention.

- Oh....je ne me sens pas vraiment obligé. C'est une habitude que j'ai, c'est tout. C'est ce que nous apprenons a l'école non ? Respecter nos aînés. Bien que je n'aime pas spécialement moi même les marques de politesses dont je fais l'objet par mes kouhai. Désolé, mais je ne pense pas que sans entraînement, je puisse vous appeler autrement que « Katsuragi-san ». C'est comme ça que la société ma forgé, je suppose.

C’était évidemment une marque de ma gêne. Je parlais bien plus qu'a l'accoutumé, pour combler un vide qui n'existait même pas. Il avait probablement raison. Moins de dix ans d'écarts, c’était sur. Cinq ans ? Un peu plus. Rien de bien précis. J'aurais dis qu'il avait vingt-huit ans. Mais je n'allais de toute manière pas lui poser la question directement. Même si le sujet de conversation actuelle était bien la le probable meilleur moment que je n'aurais jamais pour lui demander. Tant pis, ce n’était pas comme si l'information était vitale.

Il reprend la parole. Me demande la raison de ma présence ici, et je peux presque sentir a son ton que c'est une question qui lui est plus importante qu'il n'y paraît. Surtout quand il évoque le fait que le parc n'est pas autorisé au public a cette heure ci. Je baisse la tête des étoiles pour le regarder d'un air surprit. Je n'avais absolument aucune idée du fait que je n'avais pas le droit de me retrouver assis ici. C’était marqué quelque part ? J'avais raté un panneau ? Dans la nuit, et dans mes pensées, je n'avais sans doute pas fait attention.

- J'ai simplement suivit mes pensées. Mes pieds m'ont menés ici, comme ils me mènent souvent a des endroits sans que j'y pense vraiment. Les grilles étaient ouvertes, je suis rentré sans réfléchir. Je.......disons que j'ai une grosse journée demain.....sans doute la plus grosse journée de ma vie depuis.....hum.....ma deuxième année de lycée en fait. On va dire que cela me fait un peu gamberger.

Pourquoi je lui disais tout cela ? Il s'en moquait, c’était évident. Je parlais plus a moi même qu'a lui, en vérité. Mais j'étais plus sceptique sur le fait que les parcs n'étaient pas sur la nuit. Je risquais quoi ? A part en tombant sur une bande de Yakuza armés jusqu'au dents, je ne courrais pas de risque. Et encore. Une arme a feu pouvait etre un danger, mais j'avais d'avantage peur d'un combattant expérimenté avec un couteau. Il était facile de rater un tir facile. La pression, la peur, les léger troubles, un petit tremblement peut être. Il y avait mille et une façon de rater un tir. Mais un coup de couteau, c’était impossible a éviter. Une fois plongé dans la chaire, il n'y avait aucune matière a rater son coup. Mais d'un autre coté, j'étais assez fort pour pouvoir sans doute m'en sortir au corps a corps......

- Et vous ? Fis-je soudainement.

Je venais de percuter. Si il disait cela, c'est qu'il savait très bien qu'il n'avait pas a être la. Donc soit lui avait l'autorisation, ce qui amenait des questions successives, soit il n'avait pas le droit, mais puisqu'il en était conscient, cela amenait encore plus de questions. Mais avais-je vraiment envie de le savoir ? Je repensa a mon histoire de Yakuza, et un petit pincement amusa mon visage. Ce ne fut que bref, si bien que je ne fus pas certain qu'il en prenne conscience, mais cette idée était de toute façon tellement ridicule que je la chass......je repensais a la maison doublement surveillé par deux colosses que je n'aurais pas eu envie d'avoir en face de moi dans une ruelle, sans règle pour me protéger d'une blessure mortelle.

Cette carte qu'il m'avait donné......l'adresse.....j'avais totalement oublié son existence, mais si je me souvenais bien, c’était celle d'un cabaret....ou d'un casino ? Ou peut être autre chose. Je n'arrivais pas a me souvenir exactement. Je le regardais a nouveau un instant, d'un air sans doute un peu plus suspicieux. Il était peut être gardien de nuit. Il travaillait comme gardien pour la grande maison, et maintenant c’était dans ce parc. C’était une autre explication. Ce n’était pas mes affaires, mais en le regardant tirer sur sa cigarette, je ne pouvais m’empêcher d'avoir envie d'en savoir d'avantage. Ce que je ne ferais pas bien sur.

- Est ce que ça vous ai déjà arrivé, Katsuragi-san, d'avoir peur de faire mal a quelqu'un. Physiquement ou moralement parlant. Avoir peur de devoir écraser quelqu'un pour pouvoir monter plus haut ?

Je baissais soudainement la tête. C’était finalement la question que je voulais poser a quelqu'un depuis très longtemps. Qui me rongeait si souvent que je n'avais jamais combattu a nouveau. Mais je n'avais aucune idée de la raison pour laquelle cette phrase était sortie de mes lèvres, alors que mes pensées étaient focalisés sur autre chose. C’était peut être parce que je ne le connaissais pas, finalement. Qu'il ne savait rien de moi et pourrait me donner une réponse franche. Je ne le reverrais sans doute plus jamais. Je n'aurais pas a subir son regard après avoir répondu. Son jugement.

Ou c’était peut être parce que j'avais l'impression que, derriere les nuages de plus en plus sombres, la lune m'avait abandonnée pour cette fin de nuit.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Before the fight [pv Shiki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Before the fight [pv Shiki]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamaica struggles to fight crime
» Bite fight...
» Shiki RP, partenariat
» † Godwrath D. Alexander : Kami no Shiki †
» Davy Back Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Centre ville: Tsukuyomi Place et Palais impérial :: Ailleurs dans le centre-
Sauter vers: