₪ Académie Keimoo ₪

If you get tired, learn to rest, not to quit.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pêche nocturne [PV Taku]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 582
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Pêche nocturne [PV Taku]   Ven 18 Aoû 2017 - 19:00

Ce RP est la suite directe de : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Hibari semble surpris que je ne connaisse pas le programme de la soirée alors que je suis le premier à en avoir parlé. Est-ce que je viens de me griller tout seul ? Ou plutôt, n’avait-il pas encore compris que les événements sociaux sont, la plupart du temps, hors de ma portée ? Je trouve rapidement refuge sur mon téléphone pour esquiver les iris interrogateurs du jeune homme. N’ayant rien d’autre à ajouter à sa remarque, je passe à autre chose et me concentre sur la page internet de l’événement. J’énonce les différentes activités disponibles une à une, jusqu’au bouquet final : les feux d’artifices. Après un instant de silence qui me semble déjà de trop, je me décide à poser la question qui décidera probablement de l’avenir de ma relation avec l’étudiant. Tous les scénarios sont encore possibles et dans ma tête, je les imagine tous, de l’enthousiasme de longer la plage d’Hebi jusqu’au revirement fatal « Oui, je vais prévenir mes amis. » qui m’achèverait sans doute sur place.

Mon interlocuteur se met à réfléchir à je ne sais trop quoi, peut-être à un moyen de saboter un spectacle, peut-être à contacter d’autres gens à la sortie ou peut-être encore à l’apparition d’un camion-bélier le long de la plage. Bon, la dernière est assez peu probable, mais avec ma chance, on ne sait jamais. Qui sait, ce serait peut-être même Zakuro au volant. Il s’écrierait « Hisa-chan, où es-tu ? » en klaxonnant jusqu’à me trouver. Je blêmis à cette idée. Mon imagination est quand même vachement sordide.

« On ne perd rien si on y passe. »

Commence-t-il avant d’ajouter qu’il n’a pas envie de rentrer chez lui dans l’immédiat. Un étrange sentiment de soulagement m’envahit, comme si un poids venait de tomber de mes épaules. Mais en même temps je suis quand même un peu inquiet, je n’ai pas vraiment l’habitude de sorties aussi conventionnelles avec d’autres personnes que ma sœur. Avec elle, je n’ai pas à me faire de soucis, c’est presque comme si elle se faisait la conversation à elle-même. En bref, elle ne compte pas sur moi pour lui donner des raisons de s’amuser. Je lance un regard en coin à l’étudiant barbu. S’il est probablement plus sociable que moi, je ne peux pas pour autant dire qu’il est aussi bavard que mon aînée.

« Bon, on y va alors. »

Dis-je en époussetant mes vêtements comme s’ils n’étaient pas assez bien pour sortir à Hebi. Qu’on se le dise : c’est le cas. Simplement, après deux ans de vie dans le quartier, j’ai fini par devenir assez imperméable aux regards hautains des riverains. Je n’en suis pas peu fier.

Fin prêt, j’entame la marche vers le quartier le plus huppé de la ville. Derrière moi, Hibari me fait comprendre qu’il ne sait pas trop comment se rendre au fameux festival, qu’Hebi n’est pas l’endroit qu’il fréquente le plus. Je laisse échapper un léger ricanement entre mes lèvres, pas moqueur et encore moins méchant, juste amusé.

« Je m’en doutais un peu. Mais ne t’inquiètes pas, on ne se perdra pas. »

Je ne trouve pas nécessaire de mentionner que j’habite juste en face de la plage, dans la rue du Tatami.  Après ça, il pourrait peut-être me trouver pompeux ou s’imaginer que je suis riche. Et puis, je n’ai pas prévu de l’inviter dans la coloc. Même si Nao ne sera pas forcément là, on essaie de prévenir à l’avance quand des gens doivent venir. Quelques secondes après le début du trajet à peine, Hibari semble s’être rappelé des règles de politesse, un peu tard certes.

« Content de te voir Hisaka Rika. »

S’exclame-t-il sans aucune raison apparente. Sans interrompre ma marche, je tourne mon visage vers lui et le regarde en haussant un sourcil. J’ai beau attendre, aucune explication sur ce revirement ne vient, alors je préfère en rire.

« Ca y est, l’animal s’est souvenu qu’il y a des conventions entre humains. »

Dis-je en faisant référence à sa question d’à l’instant où nous avons quitté le bâtiment, lorsque je lui ai fait remarquer que je pensais qu’il était du genre à fumer dans les couloirs. Serein malgré quelques appréhensions restantes, je franchis le portail du campus en compagnie de l’autre garçon. Un ange passe avant que je ne reprenne la parole.

« Mais je suis content de te revoir aussi, Takuya Hibari. »

Je n’ai pas spécialement l’habitude de dire tout ce que j’ai sur le cœur, et je trouve les déclarations très spontanées souvent assez gênantes. Pourtant, à cet instant, il m’a semblé très naturel de le faire, voire presque nécessaire.

(…)

A notre arrivée dans la zone réservée au festival, les festivités avaient déjà commencées, et ce alors que le soleil ne s’était pas encore couché. Moi qui pensais que ce serait un festival nocturne. Avant de m’engouffrer dans l’allée des stands, je fais un rapide inventaire de mes poches pour être sûr qu’il ne me manquera rien à mon retour : téléphone, clefs et quelques billets qui se battent en duel. J’imagine que je vais passer plus de temps à regarder qu’à profiter des produits exposés. Bon, ce n’est pas comme si j’avais prévu d’acheter quoi que ce soit de toute façon. Et aucun anniversaire à l’horizon, ça me permettra de respirer un peu financièrement ce mois-ci. Je me tourne vers Hibari, préférant lui laisser le choix des activités.

« Tu veux voir quelque chose en particulier ? »

Une bonne odeur de grillades vient titiller mes narines. Je serre les poings. Ce n’est pas le moment de se laisser avoir par ce genre de pièges. Ma mère me l’a toujours dit « Avant de sortir, assure-toi d’avoir le ventre plein pour ne pas être tenté », mais aussi « Dans les festivals, on te fait souvent payer cher pour de la mauvaise qualité. »  et bien sûr beaucoup d’autres conseils sur les événements comme celui-ci. Et malgré tous ses avertissements, je me rends compte que je suis sur le point de céder. Désolé maman, je suis vraiment un fils indigne. Un vent marin souffle alors sur nous, comme si elle pouvait m’entendre et crier. Les mères, ça fait vraiment flipper.

__________________________________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
 
Pêche nocturne [PV Taku]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.
» Nuage nocturne premier entrainement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Hebi :: Long Beach-
Sauter vers: