₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qui a dit que se balader serait calme ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maku Morichi
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 85

KMO
                                   :

MessageSujet: Qui a dit que se balader serait calme ?   Ven 14 Juil 2017 - 22:52

« Il fait trop chaud...
- Arrête de te plaindre, tu veux ?
- C'est toi qui m'a traîné dehors, je te signale...
- Tu as trop chaud car tu ne sors jamais. Tu es toujours dans tes livres. Je suis sûre que tu as ta liseuse sur toi.
 »

La conversation tournait court. Tout simplement parce que je n'avais rien à répliquer. Dans ma poche, j'avais ma liseuse, qui me permettait de lire quand je suis en déplacement. Je l'avais acheté il n'y a pas si longtemps afin d'avoir une bonne alternative... non, pour éviter tout simplement à avoir à porter un sac trop lourd qui serait dû au fait que je prenais plusieurs livres avec moi. Evidemment, cela ne remplaçait pas les vrais livres, mais je pouvais désormais lire partout où je vais. Ma passion, toujours avec moi.

D'un air maussade, je regardais ma sœur. Elle aussi avait encore son appareil photo avec elle. Mais je ne me sentais pas l'envie de me battre encore là-dessus. J'en ai eu assez de ces deux dernières années à tenter de la changer – en vain. Enfin, elle avait changé un peu, mais pas dans ce domaine. J'avais quand même pris une petite bouteille d'eau avec moi, dans la petite sacoche qui contenait ma fameuse liseuse et mon porte-feuille. Je prenais cette sacoche que quand je sortais – lycée non compris vu que j'avais mon sac à ce moment-là – ce qui m'évitait d'avoir tout ça en main ou dans les poches de mon pantalon. Depuis mon aventure au zoo, je faisais de mon mieux pour éviter les insolations... et j'aimais encore moins la chaleur. J'étais bien à la maison, au frais, mais il fallait qu'elle me tire dehors. Il y avait de quoi être un peu grognon.

« Ne tire pas cette tête. C'est pas comme ça que tu auras une copine.
- Laisse-moi tranquille... Tu n'as pas de copain toi même, alors...
- Que... Qu'est-ce qui te dit que j'en ai pas ?
 »

Je regardais le visage rougissant de ma sœur. Parfois, elle faisait bien la tsundere, mais elle était loin d'en être une. Et ces derniers temps, je me demandais pas si elle était amoureuse de quelqu'un, mais ce serait aussi une perte d'énergie de le savoir. Et c'était pas comme si je n'avais jamais essayé. J'avais juste eu le droit à des « Ca te regarde pas » ou autres phrases de ce style. En bref, j'avais rapidement lâché l'affaire et je n'avais jamais retenté. Pour ce coup, cela piquait mon intérêt. J'en souriais.

« Ah, tu admets donc que tu t'intéresse à quelqu'un ? Je me doutais que la patience était la bonne solution pour le savoir. Après tout, je te connais plutôt bien, petite sœ-... »

Machinalement, j'avais continué à avancer sans la regarder. J'avais fini par la regarder sur la fin de ma phrase, mais elle n'était pas à côté de moi. Je manquais vraiment d'attention à ce niveau. Je regardais en arrière, mais ne la voyait pas non plus. Impossible qu'elle soit rentrée... donc cela signifiait qu'une seule chose. Elle en a fait encore à sa tête. Encore. ENCORE. Je lui avais dit d'arrêter cela, mais j'étais certain de la retrouver à encore à photographier un inconnu. Ou une inconnue. Je revenais sur mes pas et regardait ensuite les environs. Je la trouvais et allait vers elle. Miyuki s'était dirigée vers un inconnu aux cheveux blonds, un cas rare qui faisait que sa passion était vite revenue au galop. Elle avait déjà pris une photo, très vite, avant que je ne pose ma main sur sa tête et force dessus. Je n'avais pas beaucoup de force, mais elle était assez fragile malgré son côté de « furie » comme j'aimais dire.

« Aïe ! Aïe ! Tu me fais mal !
- Qu'est-ce que je t'ai déjà dit ? Je suis pas le seul têtu ici, hein ?
 »

Je forçais ma sœur à faire la courette tandis que je le faisais moi-même, en signe d'excuse envers l'inconnu. Puis je me redressais – en gardant ma sœur courbée, qui avait fini par tenter de virer ma main avec la sienne désormais – et adressait un sourire d'excuse alors que Miyuki gémissait encore de douleur. Mais c'était sa punition.

« Excusez ma sœur. J'espère qu'elle ne vous a pas ennuyé. »

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Summer's here. Let's rest a bit.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Qui a dit que se balader serait calme ?   Sam 15 Juil 2017 - 0:39

Il y a des jours ou la chaleur est telle qu'elle embrase mon être de l’intérieur, m’empêchant ne serait ce que de bouger le petit doigt. Ce n'est pas un secret, je méprise le soleil, qui est mon ennemi de toujours. Je n'ai pourtant jamais réussis a le vaincre, ne m'obtenant que de rares moments de calme et de victoire, quand je trouve un endroit climatisé. Pour cela, mon travaille au kombini est une bénédiction. Je gagne de l'argent, tout en gagnant mon combat quotidien contre mon ennemi juré. Et j'ai autant besoin de l'un que l'autre pour survivre. On peux dire que c'est une stratégie payante, sans mauvais jeux de mots.

Mais actuellement, je suis étendu sur le tatami que j'ai installé dans la salle que m'a accordé secrètement le vice principal pour que je puisse m'exercer sereinement. J'ai réussit a obtenir la clé facilement par l’intermédiaire de Thornberg-san, plus sympathique que ce que j'aurais bien voulu croire de prime abord. J'avais fais mes installations, et prêt de sept mois plus tard, me voilà la, de nouveau prit dans les rouages du train-train. Je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est. Je sais que je suis sortis faire mon footing, plus tot dans la journée, et que je suis directement venu ici ensuite. Et je sais également qu'il n'y a qu'une façon pour combattre mon ennemi de toujours. Le combat frontal.

Je me relève, et enfile ma veste par dessous mon Chan Quan d’entraînement. Ainsi je suis uniquement vêtu de mon pantalon traditionnel noir, de ma veste noir attaché par des lacets oranges, mon Chan Quan. Cette tenue m'a était offerte par ma mère il y a longtemps, pour célébré ma victoire lors de mon tournoi en deuxième année de lycée, ou je m'étais qualifié pour les nationaux. Ou je n'étais pas allé, bien évidemment. Par dessus, une autre veste noir a capuche, parfaite pour dissimuler mon corps. Si j'ai réussis a passer inaperçu malgré le corps que je m'étais forgé, c’était avant tout grâce au fait que je ne sortais jamais a l’extérieur sans des vêtements amples. Il faisait bien trop chaud pour cela, mais j'avais appris a encaisser la chaleur. Inévitable quand on combat le seigneur ensoleillée, non ?

J'enfile mes baskets, avant de pousser la lourde porte qui me sépare de l’extérieur. De ma salle personnelle, comme j'aimais me la décrire. Être le seul étudiant a bénéficier d'un quelconque traitement de faveur était plutôt agréable. Je rabat ma capuche sur ma tête, avant de partir en trottinant lentement dans les travées de Keimoo. J'ai fais six kilomètres se matin, mais pour un coureur confirmé comme moi, ce n'est assez que pour s’échauffer. Si je veux vraiment me fatiguer, il va me falloir courir plus vite, et plus longtemps. Mon but n'est cependant pas de battre mon temps personnel, je vais simplement partir en ville, et courir jusqu'à ce que j'en ai marre. C’était une des choses que je préférais faire. Le sentiment d’être libre, de ne faire qu'un avec le vent. Loin de la pression sociale.

Je cours ainsi pendant une bonne heure, sans jamais m’arrêter autrement que pour traverser une route, ou m'assurer de mon chemin. Avec le temps, je parviens même a m'y retrouver a Bougu. Des fois. Je n'ai plus a demander a des Takuya Hibari de m'indiquer le chemin en échange d'un verre. Aussi bien pour mon argent, que pour ne pas être bloqué dans un sentiment de malaise insurmontable. Je finissais par faire une pause dans un parc légèrement ombragé par quelques arbres. Je me laisse un instant de méditation, avant d'étirer mes jambes a l'aide d'un banc non loin de ma position.

J'étais finalement arrivé dans un quartier que je ne connais pas autant que d'autres endroits de la ville. Il était vrai que je m'étais rarement aventuré plus loin que le centre ville, et quand je l'avais fais, c’était très souvent parce que j'étais perdu. J'aperçois une fontaine a eau un peu plus loin et m'approche de cette dernière pour me désaltérer. Quelques gorgées d'eau, et un homme se refait. Je lâche un soupir de contentement. La deuxième de droit n'est pas aussi dur que la première, mais elle est au moins aussi assommante. Mes techniques d'études étant ce qu'elles sont, je n'ai pas trop de mal a suivre, mais ce genre de moment est ce qui me permet de ne pas devenir fou.

Je me rend compte que je n'ai pas mis les pieds au dojo depuis un moment. Je n'ai dis a personne l'emplacement de mon nouveau sanctuaire, en accord avec Yui-sensei. Mais si il n'y avait pas beaucoup de membre dans le club, je devais au moins faire un effort pour Hikari qui se démenait afin de garder le club en vie le plus possible. Lui qui passait son temps a me complimenter auprès des moins forts comme « l'étoile montante du club », alors que je ne participais même pas aux compétitions. Si je n'avais aucune envie d'avoir a nouveau ce sentiment de destruction de l'adversaire, ma conversation avec le proviseur adjoint m'avait donné a réfléchir, et il n'était pas exclut que je.....

Ma pensée est interrompue par le cliquetis caractéristique d'un appareil photo. J'avais sans vraiment y penser laisser tomber ma capuche, laissant ma blondeur au grand jour. Vestige d'un père qui avait disparut sans regrets de nombreuses années auparavant. Je tourne le regard d'un air intrigué vers la source du bruit. Une jeune fille, dont j'aurais bien du mal a définir l'age, me braque avec son appareil. Je rougis légèrement en faisant un pas de coté, comme pour sortir du cadre, mais cela est bien inutile dans la mesure ou un autre garçon arrive presque en courant pour voler a mon secours, et d'une main sur la tête de l'adolescente, la force a s'incliner. Ce que je déteste le plus. C'est moi qui suis censé s'incliner devant les autres !

- Ce n'est rien, voyons, pas la peine de faire ce genre de chose, je n'ai rien fais de spécial....

Je m'incline a mon tour afin de montrer ma bonne volontés, avant d’observer les deux jeunes gens un peu plus en détail. Ils semblent être frère et sœur, ils ont en effet un léger air de ressemblance. Équipés pour une promenade, ils sont probablement de Keimoo, étudiants, comme moi. Il n'y a pas encore trop de tourisme, les vacances sont le mois prochain âpres tout. Je soupire en me demandant dans quoi je me suis fourée.

- Même si je me demande bien pourquoi vous essayez de prendre en photo quelqu'un comme moi, euh....mademoiselle ?

Je tente un sourire, sans doute pas très réussit. Ce n'est pas ma spécialité.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Maku Morichi
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 85

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Qui a dit que se balader serait calme ?   Dim 20 Aoû 2017 - 19:22

Le garçon, alors que j'arrivais, avait commencé à se mouvoir. Evidemment, on ne se faisait pas photographier comme cela, sans avertissement, sans avoir donné son accord ou autre autorisation. Je forçais ma sœur à s'excuser alors que je le faisais moi-même. J'espérais que le garçon n'allait rien lui causer. J'en avais déjà discuté avec ma sœur plusieurs fois... Notamment après le coup avec la fille mannequin.

– Flash-Back –

« Miyuki, tu vas finir par avoir de gros soucis. J'en ai marre de te le rappeler tout le temps. Tu as de la chance que les gens sont compréhensifs, mais tu vois que là, ça ne passe pas. Et encore, il te paye pour récupérer les photos ! Si ce n'est pas de la chance... »

Ma sœur était sur son ordinateur, en train d'imprimer les photos en questions. J'étais juste derrière elle, à suivre ce qu'elle faisait, juste pour m'assurer qu'elle faisait tout ce qu'il fallait. Elle boudait, mais s'activait car elle savait que je ne la lâcherais pas – et en tant que frère aîné, je me préoccupais d'elle et j'avais appris – de façon assez fourbe, je dois le dire, vu que c'était Miyuki même qui me m'avait tout appris quand j'avais fait semblant d'avoir fait une erreur en essayant d'imprimer une photo – tout ce qui fallait pour être sûr qu'il ne resterait pas de trace des photos après coup.

« Oh, c'est bon... Je fais ça car j'aime faire ça... C'est pas mon grand-frère qui n'est inspiré que par des livres qui me comprendra... »


– Fin FB –

Ce souvenir me vexa un peu et j'appuyais un peu plus sur la tête de ma sœur, qui tentait de se libérer. Le garçon me surprit un peu en disant que ce n'était rien, qu'il avait rien fait de spécial. Oui, mais ma sœur volait une photo sans droit à l'image. Peut-être que ce jeune homme ne le savait pas. Il n'avait peut-être pas l'habitude d'être photographié. Je me relevais un peu et levais les yeux pour le regarder. Finalement, il demandait pourquoi ma sœur voulait le photographier. Miyuki ne laissa pas tomber cette opportunité pour se libérer de moi et lui faire face avec un grand sourire, l'appareil photo en main.

« Parce que vous êtes beau ! Et c'est rare de rencontrer des blonds au Japon ! En bref, vous êtes photogénique ! »

Après ces déclarations, je me sentais à moitié embarrassé, à moitié ennuyé. Je me redressais et mis ma main sur mon visage, soupirant. Parfois, je la trouvais vraiment trop... direct. Pas assez de tact. Ou peut être trop innocente par rapport au danger. Je la regardais de mon œil non couvert par ma main. Il y a en tout cas quelque chose que l'on pouvait dire malgré tout. Elle était passionnée. Plus que moi, en tout cas. Peut-être que je devrais quitter le club de photographie, d'ailleurs... Il faudrait que je vois s'il y a d'autres clubs intéressants. Mes pensées furent coupés par ma sœur qui prit à nouveau la parole.

« Dîtes, je peux prendre d'autres photos de vous, s'il vous plait ?
- Ohé, Miyuki !
- S'il vous plait ? Je suis sûre que je peux en avoir des classes... Et si vous voulez, je pourrais même en faire qui plairait à la fille que vous aimez ! Enfin... si vous aimez quelqu'un...
 »

Incapable de l'arrêter, je retirais ma main de mon visage pour la mettre contre ma joue, tenant ce bras sur l'autre. J'interviendrais selon la réaction de l'inconnu. A vrai dire, elle venait de proposer une idée que je ne pouvais refuser à la place du jeune homme. Après tout, si cela l'intéressait, qui serais-je pour me mettre au travers ?

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Summer's here. Let's rest a bit.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Qui a dit que se balader serait calme ?   Dim 27 Aoû 2017 - 14:16

Il y a des moments ou j'ai l'impression que le déstin se moque vraiment de moi. Non, mais vraiment, c'est comme si il me disait, «regarde, va faire cette activité, tu seras vraiment content, tu seras en paix, dans un environnement paisible ». Ensuite, quand je commence a faire ce qu'il m'a dit, je me rend compte de tout le bien-être que cela peut me procurer. Et c'est quand je commence a sourire un peu trop, que je me fais avoir. Bam. Voila, tout ce que tu avais mis derrière toi, ce dont tu voulais t'échapper pendant un bref moment t'attrape en pleine course et te fais rouler dans la poussière.

Je regarde a droite et a gauche, mais c'est définitivement a moi qu'elle parle, avec son appareil photo bien trop moderne et coûteux pour n’être que celui d'une simple touriste. Et au vu de ses traits asiatiques, je suis définitivement tombé sur une native. Personne d'autre ne regarde la scene, il n'y a personne d'autre que moi tout court, alors je suppose que c'est définitivement a moi qu'elle s'adresse. La suite de la scène me l'assure, mais je voulais ne pas me tromper. Rien de plus ridicule de parler a quelqu'un qui ne vous écoute pas. J'observe le garçon qui approche derrière et qui lui fait incliner la tete. Ola, pas besoin d'y aller aussi fort. Après m’être incliné, j'ajoute une fois de plus :

- Pas besoin d'y aller aussi fort avec votre....amie ? Votre sœur peut etre. Enfin peut importe, je ne mérite pas un tel traitement.

Mon sourire disparaît légèrement, alors que je me sens de plus en plus mal a l'aise. Je voulais simplement courir, afin d’extériorisé tout ce que j'avais en moi, qui me peinait depuis plusieurs jours. Ce flash de photo, je ne le connais pas beaucoup. A part celui que ma mère a et qu'elle utilise parfois quand l'envie lui prend. Une antiquité bien loin de celui de la demoiselle. Je me souviens des photos lors du tournoi, quand j'avais reçu mon trophée et mon ticket pour prouver que j'étais bien représentant du Kansai au national. Ticket que j'avais laissé au quatrième, premier non qualifié.

Je sursaute quand j’entends sa réponse. Comment ça, je suis beau ? C'est bien la première fois que j’entends quelqu'un me dire ça, surtout lors d'une première rencontre. C'est un peu inhabituel. Elle se moque de moi ? Vu l'attitude de son frère, il a l'air aussi mal a l'aise que moi, peut être qu'il sait qu'elle me fait une mauvaise farce. Je m'assure une nouvelle fois qu'elle me parle bien a moi, avant de passer la main dans mes cheveux, faisant tomber quelques gouttes de sueurs. Une fois en arrière, je peux de nouveau avoir une périphérie de vision.

- C'est gentil....je suppose. Photogénique....

Je m’arrête un moment. Ce n'est pas faux, les blonds ne sont pas légion par ici. Il y a moi, et je connais Thornberg-san qui a également cette teinture pour le commun des Japonais. Je devrais peut être la reconduire vers lui. Il sera peut etre content de se faire prendre en photo ? Hum, probablement pas, évitons d'envoyer cette gamine a la mort. Encore trop jeune pour ça. Mais je suis toujours dans le doute. Moi qui ne sourit que rarement, qui ai toujours la tete basse, photogénique, juste parce que je suis blond ?

- C'est vrai que par ici tu ne dois pas en rencontrer tout les jours, mais j'ai du mal a croire que cela me rende photogénique pour autant. Tu devrais peut être te diriger vers quelqu'un d'autre qui corresponde plus a ta description.

Je m'étire lentement en retournant vers la fontaine. Je me penche a nouveau et bois encore une fois quelque gorgées d'eaux, avant de m'écarter, au cas ou ils seraient intéressés. Par cette chaleur, il faut s'hydrater, parole de sportif. Alors que je regarde les alentours, et un banc que j'aurais bien voulu tester quelques minutes, je l'entend rester derriere moi, avec son ami. Elle va revenir a la charge, c'est évident. J'aurais aimé clore la discussion la dessus, je sais bien que je ne pourrais pas résister longtemps. Je finirais par dire oui. Je dis toujours oui. Et le savoir me frustre encore d'avantage.

Ma tete se soulève quand j'entends ses arguments. J'ai l'impression de revenir dans ce café avec Hisaka quelques mois plus tôt et ma mine se raidit légèrement. La fille que j'aime ? Pauvre Hisaka, c'est a lui qu'il faudrait faire ce genre de proposition. Mais le connaissant, il refuserait encore plus nettement que moi. La fille que j'aime ? Hum, si il y en avait une, j'aimerais bien la connaître.

- J'ai peur de te décevoir, mais il n'y a personne qui corresponde a cette description. A l'heure ou nous parlons, tout du moins. Quand aux photos, je doute vraiment etre le genre de personne qui puisse t'etre utile, tu as du prendre un coup de chaud, ou....je ne sais pas, avoir une hallucination. Sans vouloir être malpoli.

Cependant, suite a cette phrase, je savais que je devais ne pas en rester la pour ne pas passer pour un rustre. Je représentais le club de combat sans armes, quand même. J'en étais le capitaine ! Je devais toujours avoir a l'esprit de faire bonne impression, surtout vis a vis des étudiants de l'académie, car il était quasiment évident qu'ils en faisaient partis. Je réfléchis un instant avant de reprendre une nouvelle fois la parole. Histoire d'essayer de ne pas trop salir mon image :

- Vous êtes aussi a l'académie, non ? Tout les deux. Tu fais sans doute partis du club de photographie. Si tu veux vraiment prendre des photos, je crois bien qu'il doit y avoir un blond ou deux dans le club de combat sans armes qui seraient content de servir de modèle, eux. Je les connais bien, je suis le capitaine du club.

J'ai le sentiment d'avoir mis le garçon de coté, que j'ai continué de vouvoyer malgré le fait que j'ai tutoyer celle qui semble etre sa sœur. Question d'age probablement. C'est pour cette raison que j'essaye de le rattacher a la conversation en l'incluant dans la toute première question sur le fait qu'ils étaient élèves a l'académie. Je fais de mon mieux, meme si ce n'est pas très convainquant....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Maku Morichi
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 85

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Qui a dit que se balader serait calme ?   Mar 29 Aoû 2017 - 0:07

Ma sœur – comme je l'avais indiqué après ses dires par rapport mon traitement envers elle, ajoutant en plus que je me devais de veiller sur elle en tant que grand frère – avait profité des questions du garçon qu'il avait posé pour repartir à nouveau dans son excitation. Evidemment, cela m'ennuyait. Le garçon lui avait demandé confirmation, ce à quoi Miyuki acquiesçait d'un grand sourire. Puis profitait que le garçon se passait les mains dans les cheveux pour prendre une nouvelle photo. Je laisse échappé un « Ohé » à ma sœur, qui répondait d'un tirage de langue. Celle-là, je vous jure...

Mais j'étais certain que cela ennuyait aussi le garçon. Il était poli en disant que c'était gentil. Mais il était loin d'être enthousiasmé pour autant. Il explique alors son point de vue, ne se trouvant pas si photogénique. Je fus surpris de l'entendre dire qu'elle devrait se diriger vers quelqu'un d'autre. Je croisais alors les bras. Je ne peux pas dire que ce garçon était moche. Il était bien sculpté – il faisait du sport, probablement, et vu sa transpiration, j'en étais certain – et malgré ma réticence a ses pratiques, ma sœur a quand même une certaine qualité pour jauger ce qui est beau ou pas. Bon, ensuite, je manquais ce genre de jugé. La vue par de-là mes lunettes faisait que je ne voyais jamais les choses comme les autres. Mais vous allez me dire que ce n'est qu'une excuse. Après tout, Miyuki en a aussi.

Finalement, Miyuki insista en proposant une idée. Une idée qui a fait que je ne pouvais pas arrêter ma sœur, cette fois. Une idée que j'ai jugé bonne. Mais le jeune homme indiquait qu'il n'y avait personne dans ce cas. Ah, le célibat. Je connais. Je n'ai jamais été populaire, de toute façon. Mon côté rat de bibliothèque faisait que je n'avais pas beaucoup de chances. J'étais plutôt jaloux, mais je préfère cacher ce côté. Et puis, ce n'était pas comme si j'étais tombé amoureux. Cependant, la fin de la phrase du garçon me tira de mes pensées. J'étouffais alors un rire. Si j'avais su, qu'un jour, ma sœur se ferait rembarré ainsi... Miyuki me foudroyait du regard avant de regarder d'un air ennuyé son interlocuteur.

« Je suis pas une idiote, idiot... » disait-elle à mi-voix.

Le garçon reprit cependant la parole, demandant affirmation sur le fait que nous venions de l'académie Keimoo. Ce signifiait qu'il y était aussi. D'ailleurs, il le confirmait quand il disait être le capitaine du club de combat sans armes. Il y avait un tel club ? J'avais dû oublier. Mais Miyuki était plus choqué par la proposition de venir au club photographier des personnes plus photogéniques que lui.

« Pfeuh... » dénigrait Miyuki. « On peut y aller quand on veut, avec le club de photographie... Enfin... souvent, quoi. Non, je préfère les rencontres fortuites ! C'est beaucoup plus intéressant ! Et puis, laisse-moi te donner un conseil. C'est pas comme ça que tu auras la côte. Je suis sûre que-Aîe ! »

J'avais fini par donner un petit coup sur la tête de ma sœur. Elle partait trop loin à mon goût. Et puis, je n'étais pas aussi sûr qu'elle à propos de sa popularité. Je vois bien quelques filles l'admirer du fait qu'il était capitaine d'un club de sport. Mais je gardais ça pour moi, cette fois. Pour plusieurs raisons. Je regardais alors le jeune homme et eut un rictus.

« Ah ah... Désolé. Mais oui, on est à l'académie aussi. Autant faire les présentations à ce rythme. Je m'appelle Maku Morichi. Et voici ma sœur Miyuki. J'espère qu'elle ne vous dérange pas. Elle est du genre directe... même si j'essaye de lui apprendre à se modérer, hein ? »

Miyuki me regardait d'un air mauvais en se frottant le crâne. J'en profitais pour reprendre la parole une fois que le jeune homme avait terminé de se présenter.

« Si vous voulez, je peux m'assurer qu'elle efface les photos qu'elle a prise. Je n'ai pas envie que cela devienne une gêne. »

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Summer's here. Let's rest a bit.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Qui a dit que se balader serait calme ?   Lun 4 Sep 2017 - 22:23

Je me sens un peu bête. Ou plutôt, perdu, par les événements qui se passent les uns aprés les autres. Cette conversation qui s’enchaîne sans que j'ai une seule occasion de me débattre. J'ai beau refuser, on dirait que je parle dans le vide, au moins de la même façon que la jeune adolescente également, semble absolument certaine de ses dires. Plus j'y pense, et plus j'ai l'impression d'etre tombé dans un piege. Une caméra caché qui attend que je baisse ma garde pour montrer au Japon tout entier a quel point j'étais ridicule.

Je perdais un peu de vu mon objectif initial. Mon entraînement m'attendait, et si je voulais représenté correctement l'académie au prochain tournoi, je n'avais pas le droit de perdre d'avantage de temps. Mais c’était sans doute peine perdu, elle n'allait plus me laisser partir aussi facilement. J'étais presque sur que si je tentais une course pour m'enfuir, elle me courrait après. Si je n'avais aucun doute sur mes capacités a la semer, je passerais sans doute pour un fou. Moi ce n’était pas un problème, mais le club n'avait pas besoin de cela, certain groupe ayant déjà du mal a subsister.

Elle répond que c'est moi qui est idiot, et je fais un pas en arrière, surprit par la véhémence de la réponse. Je ne m'attendais pas vraiment a ce genre de réponse. Je ne suis même pas sur que c’était vraiment adressé a moi, en fait, vu la façon dont elle a répondu. Je ne sais pas quoi rajouter. Je soupire intérieurement en me demandant si la nouvelle génération est vraiment tous calqué sur cette attitude. Si je n’étais pas du tout comme ça, je n'avais pas l'impression que ceux de mon age l'etaient beaucoup plus. Je passe la main derrière ma tête d'un air gêné :

- Je suis désolé si je t'ai vexé.

Pas vraiment en fait, c'est elle qui était venue me voir, a la base. Et la voilà qui parle comme si le dojo était un moulin. Une chose qu'il faudrait que je change. L'endroit etait sacré, l'entrée demandait une vraie motivation, et pas juste un bout de papier pour avoir l'autorisation de prendre des photos. Je ne savais pas si j'avais le droit de modifier ça, mais si je le pouvais, je le ferais. Hors de question que des gens qui n'avaient rien a y faire souille le tatami.

Je pensais a tout ces garçons. A toute ces filles, qui mettaient leurs vies et leurs honneurs en jeu pour une médaille dans des petites compétitions qui n'avaient de valeur que pour ceux qui y participaient. Et parfois, un ou deux parvenaient sur la plus grande scène du monde, les jeux olympiques. Pour un combat de quelques rounds devant le plus grand publique possible : La planète toute entière. Certains pouvaient même en mourir. De douleur, de fatigue. Je n'avais pas du tout cet objectif. Je voulais simplement aller au bout de moi même, et même au dela. Mais entendre cette phrasr sur le dojo m'avait un peu irrité. Légèrement. Je n'etais pas du genre a m'énerver, de toute façon.

- Et je doute que vous puissiez venir pendant les entraînements, la concentration est très importante pour l'art que nous pratiquons, des intervenants extérieurs seraient un problème.....mais peut importe.

Maintenant que j'entends ce qu'elle dit, je me demande si j'ai gagné cette fameuse popularité que j'avais sentis lors de mon tournoi au lycée. Etre capitaine d'un club donne des avantages, et je me demandais un instant si celui ci pouvait avoir était acquis. Je soupir en me rendant compte de ce a quoi je pense, ne comprenant pas comment j'ai pu en arriver la. Je lève alors la tête vers le garçon qui fait taire sa sœur en prenant la parole a son tour.

Ils se ressemblent maintenant que le détaille un peu plus, et a l'air plus calme, plus posé. Et il se présente, ce qui est plutot polit, et qui me rappelle d'ailleurs que j'aurais déjà du le faire depuis longtemps. Elle m'avait déstabilisé, un peu. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais sa présence, sa fougue m'ont désarmé pendant un instant. Et quand je connais mes armes verbales, de base, il n'en fallait probablement pas tant que cela, et ça avait suffit. Maku et Miyuki. Ils sont bien frere et sœur, comme je l'avais supposé. Je n'ai jamais entendu ces noms, et je présume qu'ils ne font pas de clubs auquel je suis rattaché. Il me laisse même un temps pour me présenté, que j'utilise rapidement.

- Satoshi....Sakutaro Satoshi, pardon, j'aurais déjà du le faire depuis un moment.

Je m'incline rapidement, avant de me redresser, l'air mal a l'aise. Et pas que l'air. Je ne sais pas quoi dire maintenant. Ah, il reprend la parole, me dit qu'il peux la forcer a effacer les photos. Bah, je ne suis pas a un cliché prêt, et au pire qu'est ce qu'elle va en faire ? Les diffuser sur les réseaux sociaux ? Les mettre dans les journaux ? Les garder pour elle ? Ça ne me gêne pas, du moment qu'elle évite de m'afficher......hum.....c'est peut être bien de savoir quand même ce qu'elle compte en faire.....une enquête s'impose.

- Peu importe.....je lui fais confiance pour ne pas faire n'importe quoi avec. D'ailleurs, tu fais quoi avec tes photos, dans le club ? Oh, vous voulez quelque chose a boire, pour discuter un peu a l'ombre ? C'est vrai qu'il fait particulièrement chaud aujourd'hui.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Maku Morichi
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Masculin Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 85

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Qui a dit que se balader serait calme ?   Lun 4 Sep 2017 - 23:54

La réponse cinglante – dans la façon de dire, pas dans le ton – du garçon avait provoqué un ennui chez ma sœur. Je ne pouvais que l'avouer, j'avais ris sur le coup. C'était tellement rare. C'était peut-être méchant comme ça, mais pour une fois que quelqu'un 'tenait tête' à ma sœur... Je ne pouvais que m'amuser. Mais le jeune homme s'excusait peu après. Je le regardais directement. Il était... trop gentil. D'une certaine façon, on dirait moi. Toujours essayer de bien paraître. Mais il manquait le coche, parfois. Comme là.

Je virais ces pensées de ma tête. C'était idiot de me comparer à quelqu'un d'autre. Je ne le connais même pas. Finalement, la conversation continue, et le garçon l'arrête aussi en disant que peu de personne pouvait venir ainsi au dojo puisque la concentration était importante. Ma sœur fronçait le regard, mais ne disais rien, occupé à masser son crâne. Personnellement, je cachais mon sourire. Un redoutable adversaire pour ma sœur.

Nous faisions finalement présentation. Le garçon s'appelait Satoshi Sakutaro. Je gravais le nom dans ma tête. Je finis par lui proposer de virer les photos que ma sœur avait prise. Il répondait qu'il faisait confiance à Miyuki à ce niveau, ce qui la surpris. Il proposait aussi de se poser à l'ombre à cause de la chaleur. Mais ma sœur nous tournait le dos, tout à coup. Elle fit quelque pas avant de tourner la tête.

« Non, je vais continuer à me balader et prendre d'autres photos. Toi, profites-en pour te reposer, Nii-san. »

Et ma sœur s'en allait ainsi, me laissant sur place. Je restais planté ainsi par la surprise. C'était bien la première fois que cela arrivait. Mon esprit était aussi torturé par l'envie de la suivre pour éviter qu'elle fasse d'autres bêtises et celle de rester ici pour enfin être au calme. Ce fut cette deuxième partie de moi qui gagna. Mais je resté hébété encore quelques secondes.

« Alors ça... C'est une première... »

Je clignais des yeux et repris mes esprits. J'adressais ensuite un sourire vers Satoshi, et j'acceptais son offre de rester à l'ombre. Je récupérais alors ma bouteille d'eau dans ma sacoche et buvais quelques gorgées. Puis je me rappelais qu'elle n'avait pas répondu à la question du garçon. Je m'en chargeais alors à sa place.

« Nous vous inquiétez pas pour les photos, Sakutaro-san. Elle a juste un album avec ce genre de photo, mais c'est pour elle, et au pire elle les montre à ses amies quand elles viennent la voir. Mais il n'y a rien d'important. »

Je soupirais et essuyais la sueur de mon front. Oui, il faisait chaud. Je n'aimais plus cela depuis l'épisode du zoo, il y avait... deux ans, déjà ? C'est ça. C'était d'ailleurs une autre raison à mon envie de quitter le club de photographie. Je n'aimais plus être dehors longtemps. Surtout en forte chaleur. Donc de l'ombre et de l'eau fraîche m'était satisfaisant, là. Mais si l'envie prenais au jeune homme de prendre une boisson à un endroit encore plus frais, j'étais partant aussi. J'attendais de voir ce qu'il allait faire.

« Ma sœur est difficile à gérer... mais j'avoue que je suis impressionné. Elle s'est peut-être lassé de vous. Pas que c'est une mauvaise chose, mais... Enfin, c'est plus pour elle que c'est mauvais. Enfin, peu importe. Vous parliez de dojo, vous participez à un club de sport, Sakutaro-san ? »

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Summer's here. Let's rest a bit.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
 
Qui a dit que se balader serait calme ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Finalement le calme est revenu.
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]
» tout est calme, reposé....
» Martelly serait-il , lui aussi , un repris de justice ?
» Un truc qui calme...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Hiryuu :: Jardin des secrets-
Sauter vers: