₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Good time Bad time [Sun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Good time Bad time [Sun]   Ven 30 Sep 2016 - 23:40

30.09.16 - aux alentours de 11h
Gymnase


Je n'aime pas suer.  Je n'aime pas transpirer non plus. C'est le même sens pour deux mots différents, je sais. Mais il n'empêche que je n'aime pas ça.  Surtout dans ce genre de cas.
Volley.
Parce que je suis supposée savoir faire ça moi ? Envoyer un ballon en l'air , le rattraper sans l'attraper.  Merci bien. J'ai les bras tous rouges maintenant. Au moins ils ont la l'avantage d'être presques assortis a mes cheveux. Et j'ai les doigts en compote. Et puis mes jambes son fatiguées aussi. Je suis sûre que j'aurais des courbatures demain. Enfin, si je ne m'étire pas ; or je sais pertinemment que ce n'est pas à la fin de la séance que le prof nous laissera du temps pour le faire ; il faut que ce soit nous qui prenions sur notre temps. Et j'aurais la flemme. Donc, j'aurais des courbatures demain.
Bah.
Ça me donnera un bon prétexte pour me plaindre.

Je soupire un fois de plus.
Un ballon viens se poser avec délicatesse au creux de ma joue.

Ma tête part en arrière, mais mon cou ne se décroche pas. C'est bien. Gentil petit cou.
Par contre, qui est l'enfoiré qui m'a envoyé cette chose à la figure ? Viens ici que je te frappe. Ma jambe est prête pour le Mawashi-geri.
Je passe du statut de larve épuisée et amorphe à celui de prédateur énervé.  La violence du coup que je viens de me prendre à réveillé mon cerveau ; mais pas de la bonne façon. J'envoie un regard rageur vers l'endroit d'où provenait le ballon. Une brune accourt en s'etouffant sous des excuses.
Respire un peu ; il n'y a aucun intérêt à insulter quelqu'un qui vient de mourir d'asphyxie.

J'avale ma salive qui viens de prendre un goût de fer. Ma joue c'est un peu ouverte à l'intérieur ; écrasée entre le ballon et mes dents. Merci bien. Je masse ma machoire en continuant d'observer avec haine la japonaise qui s'incline encore et encore pour s'excuser.  Ils me fatiguent, tous ces bruns. C'est qu'au final, je ne vais même pas être capable de l'insulter ouvertement pour cet acte ; le prof est déjà là, à me demander de lui montrer ce qui vient de m'arriver.  
Je me suis pris un ballon de volley dans la joue ; et ça fait mal.
Il regarde la joue de l'extérieur, puis de l'intérieur ; et constate la plaie.
Infirmerie

Yey.
Au mois comme ça je n'aurais pas à continuer de me vider de mon eau par les pores de ma peau.
Je suis supposée récupérer mes affaires puis aller à l'infirmerie. C'est ce que je vais faire je pense.  Je ne vais pas insister pour continuer à faire volley quand même. Ça serais contraire à moi-même. Faire du sport alors que je pourais simplement aller montrer mon bobo à l'infirmière ?  Certainement pas. Sauf pour les entraînements de karaté. Mais c'est autre chose. J'aime vriament bien le karaté. J'ai l'impression de savoir comment bouger maintenant. Et puis savoir taper c'est avéré bien trop utile dans de trop nombreuses situations. Alors le karaté ça ne compte pas comme un sport.
Enfin si.
Mais c'est différents du sport qu'on fait en cours.
Volley quoi. Comme si moi je savais diriger un ballon.
Allez ! Salut, c'était sympa ; mais j'y vais moi hein !

Je retourne aux vestiaires chercher mes affaires puis part pour l'infirmerie. Je me changerais plus tard. C'est donc avec toute la classe qu'il est possible d'avoir quand on est en jogging que je me retrouve devant l'infirmière. Quelques mots rapides pour expliquer la situation. Elle regarde, soupire, et me dit que ce n'est rien ; la salive s'occupera de réparer ma joue. Il n'y a rien d'autre à faire qu'attendre.
Très bien.
Cinq minutes. Je suis encore en jogging.  Je peux retourner en sport me dit-elle. J'aquiesce gentiment de la tête, retenant le long ricanement sarcastique qui raisonne dans ma tête. Et puis quoi encore ? Elle me donne un papier puis me laisse sortir.

Je n'ai absolument pas l'intention d'aller en sport ; mais je ne peux pas retourner à l'internat comme il est fermé à cette heure si. Dommage. Je ne prendrais pas de douche tout de suite. Je voudrais au moins me changer.
Les sanitaires. Encore et toujours cette solution magique.
Je me dirige vers les toilettes pour retirer ces magnifiques vêtements qui me servent à faire du sport et remettre un jean et mon t-shirt sur lequel est représenté la vagye de Hokusais, a la ligne claire bleue electrique. Je laile bien ce t-shirt. Une fois ceci fait, je me passe de l'eau sur le visage en mettant la tête sous le jet des lavabos présents dans les sanitaires. C'est loin d'être la première fois que j'effectue ce geste. Et c'est un peu triste de me dire que j'ai besoin de le faire, quand je pense à ce qui m'est arrivé là dernière fois. Mais ce coup-ci, la situation est complètement anodine. Juste je veux retirer la sueur.  Je me met aussi de l'eau sur les bras, étant encore en manches courtes ; avant d'essuyer comme je peux le tout avec mon T-shirt de sport. On fait comme on peu avec les moyens du bord ; ma serviette est dans ma chambre d'internat, enfermée. Je glisse le tout dans mon sac à dos, ré-enfile ma veste en jean, puis sort finalement. Mes Dr.Martens vertes ne sont toujours pas lacées.

Il faudrais que je retourne m'acheter du thé. Bientôt je n'en aurais plus.  Encore.  J'ai l'impression de dépenser une fortune en sachets de thé. Et c'est le cas.
Bon ; je peux largement me le permettre vu ce que m'envoient mes parents tous les mois ; mais je n'aime pas utiliser l'argent comme s'il tombait du ciel.
Il n'empêche qu'il faut que je me rachète du thé. Ça sera le décès si je tombe en pénurie de thé ; j'en ai bien trop besoin. Ma petite tasse en sortant des cours tranquillement dans ma chambre ; j'aurais du mal à m'en passer.
Il vendent du thé au konbini. On va aller au konbini.

La sortie de l'académie est loin. A l'autre bout du terrain en fait. Bien trop loin. Mes pieds on la flemme d'aller jusque là bas pour après retourner vers l'arrière pour aller au konbini qui se trouve un peu plus loin.
Je sais que derrière le gymnase si y a un autre portail. Un portail fermé, mais un portail à l'abri des regards, et surtout, relativement facile à escalader.  
Il est relativement haut, mais il y a des barres qui font que c'est loin d'être mission impossible -même pour moi- de passer au dessus.
Je vais faire ça.  
C'est presque à regrets que je retourne vers le gymnase mais c'est pour une bonne cause. Je le longe tranquillement, au lieu d'entrer dedans comme j'étais supposée le faire, accédant ainsi à l'arrière du bâtiment et au portail.

Il est bien plus haut que moi, mais ce n'est pas pour autant que j'ai l'intention de me laisser démonter.  J'empoigne les barres, et me lance dans l'escalade. Une fois arrivée en haut, je passe une jambe, puis l'autre, du côté de l'extérieur. C'est amusant, je suis dans et hors de l'académie en même temps. Mais ce qui est amusant surtout, c'est de voir le monde du poing de vue d'un grand. Bon, d'un très très grand oui. Mis à part le type venu le chercher à la gare quand j'ai débarqué au Japon,  je n'en vois pas trop qui pouraient être aussi hauts. Je reste assise ainsi sur le haut de la barrière, les jambes repliée sur la barre juste en dessous, avant de redrescandre les jambes un peu plus bas ; puis de sauter pour me retrouver finalement hors de l'académie.
Quand je pivote pour aller vers le konbini, mon regard ce pose sur ce type, caché derrière son appareil photo, le viseur pointé sur moi.
Qu'est ce qu'il vient de faire la ?
Mon visage ce décompose.  

Quelques secondes d'incompréhension, je bloque. Puis, mes sourcils froncent ; mon regard devient accusateur. Je franchi les quelques pas qui nous séparaient pour aller le fixer à travers son appareil photo sans merci.

 - Tu ne viens quand même pas de me prendre en photo hein ?


Loin d'être une question, cette phrase ne devrais pas admettre de réponse positive. Pourtant, je sais pertinemment ce qu'il vient de faire. Et je sais aussi que ça ne me plaît pas. Lentement, je sens la colère monter. Contient toi.

 - heureux d'avoir pu prendre une tâche orange fluo en photo ? J'espère qu'elles seront floues.  

Je soupire explicitement en termiant ma phrase, prenant un air excédé.
Le ton sarcastique employé ne laisse pas de place au doute. Non, ça ne me plaît pas.  Non, je n'aime pas être prise en photo a mon insus ; même si je sais pertinemment que je suis un phénomène de foire au Japon à cause de mes cheveux. Ce n'est pas une raison.
J'espère qu'au moins il va me les montrer.  Au moins. Avant de les suprimer.
Enfin...
Sous la colère, l'intérêt pointe. Ça peu rendre de jolie photo s'il ma eu quand jetait assise en haut ; ou en train de sauter...
Mais pour l'instant je n'affiche pas cette curiosité. Le but premier est d'exprimer ma colère et de lui faire comprendre clairement que l'idée d'être prise en photo par un inconnu ne me plaît pas.

__________________________________________________
•  ●   ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Sun Smith

avatar

Genre : Masculin Verseau Serpent Age : 28
Adresse : Appartement 1 - 1 Allée Aki, quartier Amani
Compteur 8

MessageSujet: Re: Good time Bad time [Sun]   Sam 1 Oct 2016 - 13:31

30 Septembre 2016 - Vers 11 heures.

Sun se promenait encore et encore au grès de ses pensées sans trop s'arrêter cette fois, il était bien trop absorbé par ce à quoi il pensait. Tellement qu'il en avait oublié de mettre son béret sur sa tête, laissant ses long cheveux roux dévaler son dos jusqu'à ses hanches et virevolter dans le vent. Cela sans faire attention au fait que sa chevelure allait parfois dans le visage des passant qui grimaçaient en marmonnant des choses incompréhensible. De toute façon il n'écoutait pas.
Son visage était neutre sans aucune expression alors qu'habituellement il souriait à tout le monde. Il avait passer une nuit bien mouvementée pleine de cauchemar lui repassant de mauvais souvenirs.
Enfin, il avait été appeler par quelqu'un lui ayant dit qu'il trouverait de beaux modèles dans les environs du lycée, cela lui remonterait le moral et à cette pensée un léger sourire se dessina sur son visage.
Il remit une de ses mèches derrière son oreille et accéléra un peu le pas.
Au fur et à mesure qu'il avançait il retrouvait peu à peu son sourire lumineux. Quand il se rendit compte qu'il n'avait pas son chapeau il sortit un élastique de sa poche gauche et s'attacha les cheveux en une longue queue de cheval. Le vent les faisant toujours volé un peu partout mais son visage était dégagé maintenant.
Il retira le cache de son appareil photo toujours tenant autour de son cou par une lanière noire, puis il se mit à prendre de belles photos de tout et n'importe quoi comme il savait si bien le faire. Il commença donc à s'arrêter à plusieurs reprise pour avoir de belles prises.

Arriver aux environ du lycée il se mit à regarder partout à la recherche d'une perle pour sa collection de bijoux pensait-il. Il marcha encore et encore aux alentours sans pour le moment trouver son bonheur.
Il arriva à un grand portail où il s'arrêta sur le côté de celui ci en voyant une crinière rouge approcher. Il retira le bruit de son appareil et se mit à prendre ses photos, en particulier quand il la vit s'arrêter au dessus du portail. Là il avait une vue magnifique en plus du soleil juste derrière.


_ Enfin...

Il avait parlé tout bas pour ne pas la déranger dans son acte, bien qu'il se doutait qu'elle devait fuir quelque chose, les cours peut être ? Sinon elle serait passé par l'entrée. Il placa son appareil devant son visage et n'hésita pas une seconde, faisant rapidement les réglages et commençant à la mitrailler, sachant que de cette manière il en aurait une bonne, se courbant dans tout les sens et s'agenouillant même pour une bonne prise de vue.
Quand elle sauta il ne s'arrêta pas et ne le fit que quand elle le regarda d'un air "non-satisfait".
A cette expression il ne répondit que par un sourire mystérieux tout le long de ses paroles sans reculer ni rien. Puis quand elle eut finit il lui répondit poliment.


_ Dans ce cas je suis aussi une tâche orange fluo. Mais ne t'en fais pas, le contraste de ton visage, tes cheveux et le soleil juste derrière rendent juste magnifique.

Tout cela sans perdre son joli sourire un instant, ses long cheveux orange rouge virevoltant derrière lui.

__________________________________________________
" Nous savons qui nous sommes... Mais nous ne savons pas qui nous pourrions être. "
.William Shakespears.
Revenir en haut Aller en bas
 
Good time Bad time [Sun]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
» night time, our time (pariver)
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Complexe Académique :: Secteur sportif :: Le Gymnase-
Sauter vers: