₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En piste ! [Pv Haneko Igarashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: En piste ! [Pv Haneko Igarashi]   Lun 22 Aoû 2016 - 8:45

Un ciel rosâtre englouti par l'obscurité, l'aurore succombait peu à peu afin de laisser place à ce voile noir tacheté de petites lumières. Mais le règne des ténèbres fut interrompu par l'intelligence de l'Homme, un éclair de génie venant défier la nature elle-même et permettre à l'humanité de retrouver la vue qu'importe les circonstances. Ici, au pays du Soleil-levant, un établissement resta dans la lumière et, en ces lieux, un jeune homme brisa le silence qui venait de s'instaurer. Le couinement de ses baskets sur le parquet du gymnase, aussi agaçant que cela pouvait être pour une oreille étrangère, subsistait à cette heure.Et cet horrible bruit provenait bien sûr de votre heureux et très cher serviteur italien, moi-même !

Je voulais être une de ces étoiles rebelles venues braver la dictature de la nuit. Mais on ne devient pas l'élite sans effort, l'entraînement était de mise! Après longues leçons, j'étais venu me réfugier dans le gymnase afin de me dépenser physiquement et alléger mon esprit. Une passion plus qu'un sport, je venais pratiquer mon basket et améliorer tant bien que mal mes performances. Cela faisait un bon moment que je me vidais la tête en manipulant les balles qui étaient à disposition, les lançant les unes après les autres dans le même objectif: les faire rentrer dans ce maudit panier. Il n'y avait pas que le couinement qui venait troubler le sommeil du pays mais aussi le choc de la rencontre entre cette balle et le parquet lui-même. Une goutte de sueur originaire de mon front, coulant le long de mon visage jusqu'à son inévitable chute avant de se fracasser au même moment contre le sol, était la preuve de mes efforts.

J’enlevais un moment mon tee-shirt un peu trop humide à mon goût. Il ne me restait plus qu’un short d’un blanc éclatant ainsi que mes jambières aussi noires que la nuit. Puis, pour finir, l’origine de ces couinements et fidèles compagnons: mes baskets aussi blanches que mon short mais légèrement usées par l’entraînement que je faisais subir à mon corps. Un tir de loin, il ne rentre pas. Je reprenais ma respiration avant de me remettre en course et ramasser tout ce que je venais de lancer. Enfin, je me démenais comme un fou pour progresser.

Un souffle saccadé, j'avais fait bien plus que mon objectif principal et je pouvais encore continuer des heures durant mais le hasard mit fin un court instant à mes petits plaisirs solitaires.  Et oui, je parle toujours de basket esprits tordus que vous êtes! Enfin. Tentant de prendre un tir extérieur, le ballon frappa l'anneau et prit la fuite par la porte de sortie. Celle-ci restait ouverte afin de laisser cette petite brise de fraicheur nocturne s'installait dans la pièce. Voyant cette scène se dérouler sous mes yeux, je mis fin un instant à mes activités afin de me diriger vers l'extérieur sans trop me précipiter. Je pris une serviette pour recouvrir mon torse afin de ne pas attraper froid. Une fois dehors, mon corps fut envahi par cette douceur. Ce froid prenait place petit à petit et se collait à ma peau proche de l'ébullition. Encore un peu et j'aurais pu devenir ce corps incandescent, brûlant ce voile obscur.

Je n'ai pas vraiment fait attention aux choses qui m'entouraient. Reprenant le ballon qui n'était pas parti si loin que ça, je contemplais les étoiles et reposais mon corps après le supplice que je lui ai fait subir. Puis, levant les yeux au ciel, une idée un peu loufoque prit place au sein de mon esprit pas si sain que je le pensais. Gagnant dans l'âme, j'aimais repousser mes limites. C'est ainsi que, ballon en main et avançant de quelques pas, j'armais mon lancer droit devant en direction d'une piste d'athlétisme déserte afin de lancer le ballon le plus haut et loin possible et essayer de le rattraper. Je sais, ce n'est pas très intelligent mais je vous avais prévenu chers lecteurs!

Feu ! Le ballon prenant son envol ne pouvait être freiner par une quelconque brise  nocturne, le vent était lui aussi parti se plonger dans ses songes. Sans attendre, je me suis lancé dans une course folle en gardant un oeil sur le ballon. A vrai dire, je ne regardais que cette sphère s'emporter au loin. C'est ainsi, alors que je touchais au but du bout de mes doigts lors de la retombée du ballon lancé, que je me suis heurté à ce que je pensais être un mur au début. Puis, lors de ma chute, je me suis dit que non ce ne pouvait être un mur mais peut-être un éléphant. Mais bien entendu, il ne pouvait y avoir d'éléphant ici. Pourtant je me suis senti pousser des ailes après cette rencontre musclée, jusqu'à me faire radier des cieux et retomber sur Terre tel un ange déchu. La chute fut assez lourde,  jusqu'à m'écorcher le coude. Et après avoir vérifier qu'aucune autre partie de mon corps était touché, je me suis relevé en me frottant la tête. C'était un réflexe que beaucoup de gens prenne après une chute. Ou peut-être bien que j'étais le seul à le faire, allez savoir.

Un demi-tour sur soi-même afin de comprendre l'origine de ce conflit, le ballon était à mes pieds. Peut-être aurais-je dû ralentir ma course ou bien même regarder devant moi avant d'en arriver là, je ne sais pas J’étais bien trop engagé dans cette course. Quoi ? Ah oui, la personne qui se tenait à mes côtés ? Je ne la connais pas. Vous faites bien de me le faire remarquer ! Au premier coup d'oeil et au vu des formes de son corps tout simplement, je pouvais dire que j'avais à faire à une personne de sexe féminin. Une chevelure se mêlant à la nuit masquait son visage sur l’instant, je ne pouvais discerner le visage de la pauvre victime. Et bien bravo Cesare, on bouscule la gente féminine désormais ! Encore sur les fesses, je lui ai tendu la main en esquissant un léger sourire comme à mon habitude.

"Pardonne moi, tout est entièrement de ma faute. J'espère que tu n'as rien."

Ce fut mes premiers mots de la soirée et ce malgré le sang qui coulait le long de mon bras. Je ne ressentais pas la douleur sur le moment, mes pensées s'adressant tout d'abord à cette jeune demoiselle. Même si j'ai toujours tenté de l'effacer, cet accent italien me poursuit. Enfin, on remarque assez facilement que je ne suis pas du coin. Peut-être l'une des premières choses qui allait lui traverser l'esprit. C'était ça ou "Quel abruti!" sans être trop vulgaire bien entendu. Enfin, attendons que quelques mots sortent de sa petite bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: En piste ! [Pv Haneko Igarashi]   Lun 22 Aoû 2016 - 11:42

Tac tac. Tac tac. Tac tac. Tac tac. Tac tac.

Elle ne l’avouera pas d’elle-même à son orthoprothésiste mais il avait eu raison de lui conseiller de se mettre au sport comme ça. Ce n’était pas du tout désagréable au final, comme elle redoutait que ça le soit, même si elle prenait les choses à son rythme. Et puis, le cadre était sympathique également. Comme Haneko ne s’était rendu sur le terrain de sport qu’en fin de journée, elle avait put profiter de la lueur de l’aurore disparaissant progressivement derrière les silhouettes des plus haut buildings de Keimoo. La piste d’athlétisme s’était ensuite éclairée d’une lueur irréelle. De haut lampadaire jetait une lumière blanche fantomatique à intervalle régulier pour lui permettre de garder en vue les lignes qu’elle suivait. C’est cependant le seul éclairage disponible, de sorte qu’elle a l’impression de passer en permanence de l’obscurité à la lumière, toutes les trois foulées à peu près. Cela créé une sensation étrange et amusante à mesure qu’elle poursuit sa course autour de la piste, le genre qui ne peut se former que tard dans la journée, quand on est la seule à profiter des infrastructures.

Pourtant, Haneko Igarashi n’a pas choisi de venir à cette heure-ci pour profiter d’un éclairage particulier ou d’une ambiance nouvelle. Ses raisons sont bien plus pragmatiques : c’est à cause de ce qu’elle porte aux pieds, enfin aux genoux. Il lui a fallu beaucoup de temps pour se décider à assumer ses prothèses avec une certaine fierté et elle n’éprouve certes plus de gêne à les montrer en public, mais ça ne s’applique pas exactement à toutes. Les prothèses de sport, c’est laid. En tout cas, c’est ce qu’elle pense. La jeune femme les trouve atroce, elles ne font que rappeler et mettre en valeur son infirmité. Et il est vrai que contrairement à ses autres paires, les lames en fibre de carbone ne font aucun effort pour imiter la forme d’une jambe. Elles sont sans aucun doute idéales pour courir mais Haneko refuse de se pavaner avec elles tant qu’elles lui donneront l’impression d’être une idiote montée sur ressort. D’où le choix des horaires pour s’entraîner, quand il n’y a plus personne sur la piste, ou trop peu de gens pour qu’elle en ait vraiment honte.

Tac tac. Tac tac. Tac tac. Tac tac. Tac tac.

C’est dommage d’ailleurs, parce qu’elles sont réellement efficaces pour courir.  Haneko ne se souvenait pas vraiment de ses performances sportives avant tout ça, elle n’avait jamais été passionnée par la question, mais elle avait l’impression de courir plus vite avec ces prothèses qu’avec ses vraies jambes. Bien sûr, cela avait plus à voir avec la légère sensation de rebond qu’elle avait chaque fois qu’elle poussait sur un pied, mais elle ne pouvait pas se dépêtrer de cette impression. Peut-être que c’était juste parce que reprendre le sport était agréable, sans qu’elle sache vraiment pourquoi, elle qui n’avait jamais été intéressé par tout ça. Elle ne s’y était mise que parce qu’on lui avait dit de se maintenir en forme, surtout après deux ans passées soit dans un lit, soit à réapprendre à marcher. C’était d’autant plus nécessaire qu’elle avait perdu en masse durant ces deux ans, elle ne mangeait plus beaucoup.

La course lui avait paru le moyen le plus efficace, malgré l’absurdité de l’idée. Après tout, elle aurait sans doute put choisir un sport qui ne reposait pas entièrement sur le fait d’avoir des jambes. En fait, elle s’attendait à ce que quelqu’un lui fasse cette remarque mais son médecin avait approuvé avec enthousiasme et son père avait fait la commande des prothèses approprié. Et voilà comme elle se retrouvait à courir autour d’une piste à une heure pareille de la soirée, sur le campus de l’académie Keimoo. Pour un peu, elle s’était attendue à mourir de froid, car elle ne portait qu’un t-shirt blanc et un short noir, mais au final le mois d’août avait été gracieux avec elle et lui avait offert une soirée plutôt douce.

Tac tac. Tac tac. Tac tac. Tac tac. Tac tac.

Un peu plus tôt, elle avait constatée qu’elle n’était pas la seule à profiter du coin aussi tard : une lumière s’était allumée dans le bâtiment voisin, qui accueillait le gymnase. Cela pouvait tout aussi bien être un membre du personnel venu s’assurer que tout était bien fermé et propre, mais elle aimait à imaginer un autre élève venu s’entraîner aussi tard pour une raison aussi saugrenue que la sienne. Avoir ce genre de pensée pendant qu’elle courrait l’aidait à ne pas se focaliser sur la course et continuer sans ressentir de vraie fatigue.

Elle ne courrait pas bien vite, bien sûr. Haneko n’était pas une athlète et ne le serait jamais, mais elle était surprise pas son endurance. Encore quelques tours et elle pourrait s’arrêter là, satisfaite de sa soirée. Ou peut-être juste prendre une courte pause avant de reprendre. Elle devait encore décider.

Tac tac. Tac tac. Tac tac. Tac… tac ?

L’esprit ailleurs, la jeune femme ne comprit pas immédiatement ce qui se passait. Elle sentit juste sa lancée brusquement s’arrêter, son corps heurtant quelque chose qui ne pouvait pas être là : elle avait suivit la piste pourtant. Déséquilibrée, elle ne perdit cependant pas toute sa vitesse et put ainsi s’éclater au sol avec enthousiasme. Perdue un instant dans les airs, elle n’osa même pas battre des jambes pour essayer de retrouver son équilibre ou le sol, préparant plutôt sa réception avec les mains.

C’est l’épaule qui encaissa tout de même, avec un grognement sonore de la part de la jeune fille. Le sol n’était pas particulièrement tendre, et ça allait laisser des marques. Heureusement que ce n’était qu’un t-shirt. Le temps qu’elle comprenne ce qui s’était passé, ou qu’elle se fasse une vague idée, une voix s’excusa et lui demanda si tout allait bien. Haneko attendit que sa tête arrête de sonner pour se tourner vers la personne qu’elle venait de percuter. Elle tomba sur un homme tombé comme elle, ce à quoi elle pouvait s’attendre. Nu, ce à quoi elle s’attendait moins. Enfin, torse nu et il avait des tâches étranges sur la peau. Elle mit une seconde à identifier des tatouages, sûrement un voyou. L’idée lui était venu aussitôt et elle la chassa en secouant la tête. C’était idiot, elle-même avec déjà réfléchi à s’en faire, même si cela lui paraissait absurde à présent. Et puis, il avait un accent quand il parlait. Enfin, son regard s’arrêta sur des tâches d’un autre genre sur son bras, du sang.

Haneko sursaute presque à la vue, se tournant brusquement vers lui, sur un coude. Elle produit au passage un petit claquement quand les deux lames de ses prothèses rentrent en contact.


- Vous allez bien ?!

Elle se calme en constatant qu’il n’a pas l’air d’avoir mal, l’attention du jeune homme plutôt porté sur elle. Il lui tend même la main, sans qu’elle puisse dire pourquoi. Un peu embarrassée, elle enchaîne plus calmement.

- Je vais bien. Je suis désolée, je ne vous avais pas vu.

Lui non plus ne l’avait sans doute pas vu, inutile de passer trop longtemps à essayer de prendre la faute ou de la rejeter sur l’autre. Elle a d’autres questions en tête, comme ce qu’il fait à moitié nu sur une piste d’athlétisme à une heure pareille de la nuit, mais elles seront pour plus tard. Du doigt, elle désigne le bras qui a dû encaisser sa chute à lui.

- Vous saignez.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En piste ! [Pv Haneko Igarashi]   Dim 28 Aoû 2016 - 12:33

Un liquide rougeâtre suivant son chemin tout tracé le long de ma peau, il avançait l'esprit léger sans se soucier du destin qui l'attendait. Il touche au but, arrivant au bord de mon majeur avant de lâcher une goutte, une partie de lui qui rêvait d'aventures et quitta son ancienne demeure pour venir s'écraser contre la piste. Un échec qui ne freinera pas ses confrères, sautant le pas les uns après les autres sans que je n'y prête vraiment attention. Moi, j'avais encore la tête ailleurs, encore un peu sonné par la malheureuse collision. Mais mon esprit n'était pas encore parti rejoindre le ciel étoilé, bien qu'il se laissait emporté par la légère brise qui régnait à l'extérieur. Enfin, je n'étais plus seul à briser le silence de cette douce nuit. Ce n'était plus dans l'obscurité de la nuit que mes yeux se plongeaient mais dans la noirceur des yeux de la jeune demoiselle que je venais de percuter.

J'en oubliais le reste assez aisément, je ne me préoccupais pas de mon corps légèrement blessé mais bien du petit minois qui se tenait face à moi. Enfin, le fait qu'elle n'aie pas attrapé ma main au moment où je lui ai tendu à vite demandé à mon esprit de se réveiller. Pourquoi ? C'était-elle vraiment blessée ? Mes yeux ont balayé son corps un instant mais la première fois ne fut pas la bonne, ma vision encore un peu troublée. Je secouais ma tête avec l'idée de tout remettre en place à l'intérieur, comme si faire trembler un placard allait me permettre de ranger tous les vêtements qui s'y trouvait. Quelques secondes après, je lançais un nouveau scanner pour comprendre la situation telle qu'elle l'était vraiment. Idiot que j'étais, je n'avais pas remarqué sa condition. Un son, un « clap », un « tic », un « pam », je ne sais comment le décrire mais il me ramena vite à la réalité.

Ces lames, extensions de son corps, étaient là pour remplacer une part d'elle perdue. J'étais assez déçu de moi-même de ne pas l'avoir remarqué du premier coup ni même avoir réagi avant de la percuter. Je n'ai posé le regard que quelques secondes sur ces prothèses, ne voulant pas trop l'oppresser. Elle me parlait mais l'information ne passait pas, j'étais entrer dans une réflexion d'une trentaine de secondes qui m'ont paru des heures. Pourquoi ? La curiosité pure et dure de connaître l'origine de cette perte et surtout sa situation actuelle mais tout ceci fut masquer par un léger sourire et un regard soutenu à son égard. Pas de pitié. Je n'ai jamais aimé ce regard que les autres posent, ce jugement qu'ils portent sur tout ton être te voyant comme une petite fleur fragile. Bref, la réflexion est terminé et je rangeais l'ensemble de mes idées dans un coin de ma tête.

Mon corps s'était peu à peu refroidi, je ressentais la nudité de mon torse et le poids de cette serviette sur mes épaules. La réalité venait de m'attraper sauvagement pour me ramener à elle par un picotement. Je saignais ? Cette douce voix avait bien raison. Je retirais, je jetais un regard sur mon coude meurtri avant de regarder une énième fois la jeune demoiselle. Elle n'avait pas l'air d'avoir de problème.

« Ce n'est pas très grave. »

Dis-je d'une voix calme et rassurante, prenant ma serviette pour enlever le plus gros. Mais en réalité, cela me contrariait fortement. Imaginez vous ! Un coude blessait, sans trop avoir de problèmes pour cicatriser, cela demande quelques jours voir quelques semaines pour bien se soigner. Et qui dit cicatrisation dit réduction des capacités et donc performances à la baisse ! Même si la blessure était très légère, elle n'en restait pas moins encombrante. Dommage. En observant mon coude, je percevais la forme du ballon que j'avais tiré auparavant, ramenant ce dernier à l'aide de mon pied pour ne pas le perdre de vue. Enfin, revenons à elle.

A vrai dire, la situation ne me gênait pas plus que cela et je vous avoue que quelques petites boutades séjournaient au fond de mon esprit. Ah ce petit vilain garçon que nous avons là ! Ce n'était pas par méchanceté rassurez vous, dans d'autres circonstances je ne me serai pas retenu mais la gêne perçue a freiné mes ardeurs. Préférant ainsi adopter une attitude plus sereine et détendu, je retournais au sujet principal. Je lui tendais de nouveau la main.

« Est-ce que je peux t'aider à te relever ? Ou, au moins, te servir d'appui. »

Peut-être un peu trop direct, à sa place j'aurais refusé pour pouvoir tout faire de moi-même mais c'est mon esprit de combattant aussi qui m'amène à ce genre de réflexion. Ici, je pensais surtout à la suite de ma phrase qui s'était poursuivie au fin fond de mon esprit : «Je n'ai pas trop envie de regarder une tortue se débattre. ». Peut-être pas pour tout de suite ce genre de réflexion... Tiens, je n'ai même pas pensé à me présenter. Quelle manque d'attention ! Enfin je dois être « l'idiot au ballon de basket » pour le moment, ce n'était pas trop mal. Puis elle ne comprendrait sûrement pas si je lui disais tout de suite. Ils ont toujours du mal avec mon prénom.

« Sauf si tu préfères rester allonger à regarder les étoiles, c'est le moment. »

Bon pour celle-ci, je n'ai pas d'explication mais c'était aussi pour passer à autre chose et ne pas trop appuyer sur le même point. Un sourire digne des meilleures pubs pour dentifrice, un regard tendre rempli de douceur... C'est ça Cesare, ne montre pas que ça picote toujours un peu et que le froid s'empare doucement de ton corps ! Tiens vous dites que j'oublie quelques choses ? Le vouvoiement ? Qu'est-ce que... Et merde, j'ai toujours dû mal avec ça. Je vous avoue que ce n'était pas ma première préoccupation pour le moment ! Vous me comprenez j'espère ? Puis, elle n'a peut-être pas remarqué après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: En piste ! [Pv Haneko Igarashi]   Lun 29 Aoû 2016 - 17:24

Il avait tenté de faire comme si de rien n’était, chose qui n’aurait sûrement pas dû surprendre la jeune femme, mais elle s’interrogeait quand même là-dessus. Il saignait quand même, pas encore abondamment, mais il saignait et ça devait faire mal, au moins un peu. Cependant, il était naturel de vouloir minimiser l’impact de la chute auprès des autres, d’autant plus quand on était un homme. Il avait tout de même mis un moment à répondre, son attention captivée par autre chose. Elle avait mis un moment à comprendre, mais c’était assez simple. Il l’avait regardé elle pendant un temps. D’abord sans doute pour s’assurer qu’il ne l’avait pas blessée, mais ensuite il n’avait sans doute pas pû manquer les lames qui lui servaient actuellement de jambe. Le jeune homme avait fait montre d’une maîtrise de soi exceptionnel, mais elle savait que cette vision pouvait perturber quand on ne s’y attendait pas.

Quelques secondes plus tard, il confirma l’intuition de la jeune fille en lui tendant la main et en lui proposant directement de l’aider. Haneko étouffa une grimace derrière un petit sourire. Elle ne voulait pas être trop négative, il aurait sûrement proposer la même chose à n’importe quelle femme, prothèse ou non. En revanche, il n’aurait sans doute pas demandé à servir de point d’appui, ça elle en était à peu près certaine, mais cela partait d’un bon sentiment. Le regard noir de la jeune femme se pose donc naturellement sur la main tendue, dans l’optique évidente de l’ignorer dès qu’il sera temps de se relever, mais elle n’a pas le temps de dire quelque chose qu’il ajoute lui-même quelques mots.

La tentative d’humour, car ce devait être ça, fut accueillie avec un haussement de sourcil. Haneko ne savait trop quoi répondre à ça, d’autant que c’était proposé presque sérieusement. Enfin, il souriait un peu trop pour ça, heureusement. Dans le doute, elle répondit donc avec un sourire à elle, moins large mais sans doute plus mignon.


- Je peux me débrouiller, répond elle en ignorant la main tendue.

Le temps de se repérer un peu mieux dans l’espace et elle tente en effet de se relever d’elle-même. Un exercice simple si elle avait encore des pieds en état de marche mais qui devient un numéro d’équilibriste quand on manque de voûte plantaire. C’était un peu frustrant pour la jeune femme, mais pas autant que si elle avait demandé de l’aide pour le simple fait de se relever. Prenant appuie sur ses bras, elle ramène ses jambes vers elle pour mieux positionner les lames au sol.

Pendant son petit numéro, elle ne peut s’empêcher de se dire qu’elle est aussi ridicule que lui, qui tentait d’effacer toute trace de sang et d’une quelconque douleur, sans doute par fierté. Pour la même raison, elle se refusait à se faire aider. Elle devait être capable de faire ça toute seule et elle ne laisserait personne l’empêcher de le démontrer. C’était un point de vue stupide et elle en avait bien conscience : elle n’avait rien à prouver à personne et surtout pas à un inconnu qui venait de la percuter, mais si la raison l’emportait à chaque fois, le monde serait bien différent. Alors elle perd son temps à trouver ses points d’équilibre position par position.

Lorsque les lames sont enfin positionnée correctement, la jeune femme accroupie, elle put se relever sans trop d’encombres, retrouvant une fois debout un équilibre plus naturel. Elle se permet alors un sourire plus radieux en tournant le regard vers le jeune homme, toujours aussi torse nu. Il n’a même plus vraiment de serviette autour du cou puisqu’il s’en sert pour éponger sa blessure.


- Je ne suis pas venu pour regarder les étoiles, et j’imagine que vous non plus.

Du menton, elle désigna le ballon de basket qui avait roulé jusqu’à lui et qu’il gardait contre lui. Cela explique certainement leur collision : il était à la recherche de l’objet, et elle était sur la route. C’est donc un sportif. Sauf qu’il s’entraîne torse nu, apparemment, et qu’il porte des tatouages. Un sportif Yakuza, ça paraissait bizarre, surtout en basket, alors elle préféra conclure qu’il était étranger.

Une fois debout et assurée que l’homme n’allait pas trop mal, elle prit un peu plus de temps pour s’observer elle-même. Se contorsionnant un peu au niveau de la taille, elle inspectait les dégâts, sans trouver rien que des traces sales sur sa tenue de sport. Elle réajusta son short noir pour couvrir une légère écorchure sur la cuisse, au-dessus du point de liaison avec ses prothèses, puis se tourna vers le bâtiment de sport, donc la lumière brillait toujours.


- Le basket, c’est pas là-dedans que ça se passe ? Finit-elle par demander avec un sourire moqueur, mais pas méchant.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
 
En piste ! [Pv Haneko Igarashi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haneko Igarashi
» [bug] Piste cyclable et éclosion
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» Igarashi Shu !
» Piste de danse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's :: Rp's 2016-
Sauter vers: