₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Dim 21 Aoû 2016 - 19:30

Elle n’avait passé que quatre ans à l’Académie Keimoo, mais Haneko était presque certaine qu’elle n’avait jamais été aussi présente durant les vacances d’été que cette année. En fait, elle pensait se souvenir que lors des deux dernières années, elle s’était arrangé pour manquer les activités de club auxquelles on lui avait demandé de participer. À l’époque, rien ne lui paraissait plus ennuyant que la perspective de passer des heures à l’école alors même qu’elle était officiellement en vacances. Il y avait sans doute une délicieuse ironie au fait qu’elle y avait passé plus de temps en une semaine que pendant toutes les autres vacances qu’elle ait jamais eu, mais ce n’était pas désagréable.

La jeune femme tentait d’y réfléchir pendant qu’elle faisait son petit chemin vers le toit de l’université. Ça, c’était quelque chose qui n’avait pas changé depuis le temps : quand elle avait un peu de temps pour elle, se rendre sur le toit était la meilleure chose à faire. Qu’il s’agisse de celui du lycée ou celui-là, d’ailleurs. On pouvait même observer l’un depuis l’autre. Elle avait de nombreux souvenirs là-bas, les pauses déjeuners, les soirées passés avec Kujaku à simplement profiter du coin et discuter de tout et n’importe quoi. Au début, elle avait craint que tout cela ne l’empêche d’en profiter si elle y retournait après tout ce temps mais cela n’avait pas du tout été le cas. Les souvenirs étaient là bien sûr, mais ils étaient plus doux-amer que réellement douloureux. Peut-être que c’était simplement l’atmosphère des lieux, trop agréable en une période estivale comme celle-là.

En tout les cas, elle avait finit par se décider à en faire son repère officielle tant qu’elle passerait à l’Académie en période de vacances. Comme aujourd’hui, de fait. Elle avait prévu de passer au terrain de sport, pour faire quelques tours comme on le lui avait conseillé. Elle était passé devant quelques temps plus tôt mais il était encore plutôt peuplé et elle ne tenait pas à y aller dans ses conditions. Aussi agréable était ce retour à Keimoo, il y avait encore des choses sur lesquelles Haneko complexaient et parmi les plus importantes étaient les deux prothèses de sport qu’elle avait amené. Rangée dans le gros sac qu’elle trimballait sur le dos avec le reste de sa tenue de sport, elles étaient infiniment moins agréables à l’oeil que celles stylisées actuellement aux pieds de la jeune femme. Comme d’habitude pour se rendre à l’Académie, elle avait choisi celles imitant la porcelaine. C’était probablement idiot et elle en avait bien conscience, mais elle préférait largement se présenter bien habillée, avec un ensemble chemise et jupe grises comme aujourd’hui par exemple, que dans une tenue de sport qui ne faisait que mettre en valeur son infirmité. Et puis, elle pouvait bien attendre.

Elle n’avait repris les cours que depuis peu de temps et s’était immédiatement retrouvée en vacances. La plupart des rattrapages qu’elle devait effectuer pour reprendre correctement avaient déjà été fait pendant les mois précédant son retour à Keimoo. Pendant ces vacances, elle avait donc décidée de se concentrer sur les club, et reprendre l’habitude de l’académie en général. Une journée creuse comme celle-ci l’aurait été tout autant si elle était restée chez elle, puisque son père était encore en voyage d’affaire. Le club de cuisine aurait sûrement été ouvert mais elle ne se sentait pas l’envie de cuisiner tout de suite, simplement de prendre un moment de détente un peu à l’écart.

Quand elle ouvrit la porte, elle constata avec satisfaction qu’elle ne s’était pas trompée sur ce point, l’endroit était vide, même si l’activité du campus n’était pas éteinte. On approchait de la fin d’après-midi après tout. C’était parfait. Haneko repéra rapidement le meilleur côté, là où elle aurait une vue partielle sur le terrain d’athlétisme, et s’installa sur un banc, jetant son gros sac à côté d’elle. Une fois assise, la jeune femme prit un petit temps pour simplement apprécier l’endroit, les yeux levés ves le ciel et les quelques nuages qui passaient lentement au-dessus d’elle. Il n’y avait que les endroits en hauteur comme celui-là pour donner une véritable sensation de quiétude. Elle poussa un soupir en regrettant soudain d’être monté ici seule et se décida à ouvrir son sac, elle avait de quoi penser à autre chose.

Dans une petite poche, parallèle à ce qu’elle pouvait décemment appeler ses jambes de rechange, se trouvait de quoi s’occuper. Deux livres de poches et une console portable. Haneko contempla un moment la couverture des deux ouvrages, l’un déjà commencé et l’autre pas encore ouvert. Aucun ne lui déplaisait particulièrement mais… Elle ouvrit tout de même la DS. Il n’avait pas toujours été dans ses habitudes de jouer ainsi, mais elle avait découvert ça pendant son séjour à l’hôpital et s’était rendu compte que c’était plutôt sympa. De fait, ces dernières semaines, pendant que le reste du monde semblait s’amuser à dénicher des monstres miniatures via une application smartphone, elle faisait de même sur un remake d’un des premiers jeux à avoir introduit le concept. Et c’était tout aussi agréable.

Ça commençait à ressembler à une bonne journée, passée à l’extérieur avec un temps plus qu’agréable. Le nez sur le double-écran, la musique poussée pour profiter du son et l’esprit ailleurs, elle aurait put manquer le bruit de la porte qui s’ouvrait alors que quelqu’un arrivait à son tour sur le toit. Haneko releva à peine la tête, le temps d’apercevoir une silhouette menue. Spontanément, elle attrapa les lanières de son sac de sport et le déposa au sol, pour laisser la place libre. Un vieux réflexe, se prit-elle aussitôt à penser. Il y avait d’autres bancs sur ce toit, et largement assez de place pour ne pas avoir besoin de ça.

Hésitante une seconde sur son geste, elle finit par se renfoncer dans son siège et plonger de nouveau le nez sur sa console. Mieux valait faire comme si rien ne s’était passé et espérait que l’autre fasse de même.


Dernière édition par Haneko Igarashi le Dim 4 Sep 2016 - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Lun 22 Aoû 2016 - 12:50

L'appartement était désespérément vide. Peu importe l'endroit ou elle cherchait, il n'y avait pas âme qui vive. Arata semblait avoir disparut de l'endroit, sa présence n’était plus la pour la soulager. De même que sa sœur Léa qui était sans doute partie acheter des vêtements, ou encore étudier une marque pour ses études. Peu importe en fait. Avachit dans le canapé, l'adolescente s'ennuyait désespérément. Il n'y avait rien d’intéressant a la télé, pas de cours a travailler, de répétitions a avoir pour un quelconque spectacle, qui était au point mort en cette saison d’après festival. Jonathan lui avait dit de se calmer, qu'elle était encore jeune pour faire autant de scène, et qu'elle devait plutôt profiter des vacances pour se reposer. Mais a trop se reposer, c'est l'ennuie qui avait prit la place que ses activités tenaient habituellement dans sa vie.

- Je ne peux pas rester la a ne rien faire comme une loque...

Ce n’était pas une option pour elle de toute façon. Il fallait qu'elle se bouge. Aussi, sachant pertinemment qu'elle ne pourrait pas trouver le moindre intérêt avec ses deux colocataires absents, elle décida de sortir a l’extérieur, par ce temps, il était beaucoup plus probable de parvenir a s'occuper dehors. Elle avait même une idée d’où aller. Elle se précipita dans la chambre ou se trouvait ses affaires, et récupéra sa guitare qui était posé contre le mur, une cordoba qu'elle avait payé très cher, afin d'avoir de la qualité. Mais les finances n’était pas vraiment un problème de toute manière.

Elle était vêtue d'une d'une robe d'été blanche mettant parfaitement en valeur sa silhouette fine, et d'un chapeau de paille entouré d'un ruban qu'elle avait trouvé étrange a première vue, mais que ça sert avait certifié être parfaitement au goût du jour et qui lui allait bien par dessus tout. Elle n'avait alors plus émie d'objection, et le mettait depuis le début de l'été. Elle enfila sa paire de chaussure ouverte habituelle, puis, passant sa guitare dans son dos, sortit après avoir refermé la porte derrière elle.

Comme un jour de vacances, la rue était plutôt agité. Ce n’était pas la rue principale de la ville, mais on pouvait constaté uniquement en déambulant parmi les bâtiments qu'il devait y avoir du monde en cette après-midi ensoleillée. Raison de plus pour aller ailleurs et être au calme. Quand elle y pensait, elle était sortit pour s'occuper, et maintenant qu'elle l'était elle recherchait du calme. Ça n'allait pas vraiment ensemble, mais de toute manière, elle n'avait qu'a suivre son instinct, comme toujours. Se dirigeant vers l’arrêt de tram le plus proche, elle chantonnait comme a son habitude.

♪Hitomi no oku ni hisomu kioku ga oto mo naku hakudou suru !♪
En pénétrant dans le transport, elle prit la place la plus proche du point d'entrée, en continuant de chanter a voix basse pour elle même, les yeux clos. L'avantage a être une jeune artiste, c'est qu'on a du mal a vous reconnaître dans la rue. De toute façon son public était pour la plupart constitué de jeune, et étant donné les tenues extravagantes dont elle était doté lors de ses apparitions, il n’était pas simple de deviner que c’était elle dans la vie de tout les jours.

Elle ne mit pas longtemps a atteindre son but, l'académie. Quel meilleur endroit qu'une école pendant les vacances pour ne pas voir grand monde. Elle connaissait en plus l'endroit parfait pour pouvoir jouer de la musique tout en ayant un rapprochement avec ce ciel bleu qu'elle aimait tant regarder. Aussi, sans aucune hésitation, elle partait vers le bâtiment universitaire. Le toit etait ombragé, et était le point le plus haut du campus, c’était parfait. Sautillant plus que marchant vers son objectif, elle l'atteignait au bout de deux minutes de marche, le visage marqué d'un grand sourire. Montant les escaliers rapidement, elle ouvrait la porte donnant sur le toit en question.

♪Kakushiteta kanjou ga himei o ageteru tashika na chikai o te ni♪

Elle s’arrêtait net, il y avait déjà quelqu'un. Pas que cela la dérangeait, mais elle était l'intruse ici. Pas particulièrement gênée pour autant, elle allait s'asseoir sur le banc le plus proche avec un soupire de soulagement. Marcher n’était pas une grande passion pour elle et arriver a destination était un réconfort. Elle prit une minute pour sortir la guitare de sa housse, avant d’effectuer quelques notes dans le vide, en l'accordant a l'oreille pendant quelques instants. Elle jetait alors un regard vers la fille qui se trouvait non loin d'elle et qui avait le visage plongé dans une console de jeu.

Une fois l'instrument accordé, elle se mit a en jouer sans mettre en place une musique particulière, laissant les notes défiler les unes après les autres au hasard. Elle jeta au bout de quelques minutes un regard vers sa voisine, légèrement tiqué par le fait qu'elle ne lui accordait pas la moindre attention. Elle décida alors de poser son instrument avec délicatesse sur le banc, et de se lever pour rejoindre la brune en trois grandes enjambes. Un sourire éclatant sur le visage, elle demanda d'une voix enjouée, sa tête au dessus de celle de son interlocutrice, son chapeau projetant une ombre sur l'écran de la console :

- Tu joues a quoi ?

Les mains derrière le dos, observant avec ses grands yeux d'un air naïf, elle attendait la réponse patiemment.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Lun 22 Aoû 2016 - 15:16

Pendant un temps, la stratégie d’Haneko sembla avoir fonctionné à merveille. Sans la regarder, elle pouvait deviner que l’intruse s’était approchée jusqu’à s’installer sur un autre banc, sans lui adresser la parole ni faire mine de la remarquer. Parfait, en quelques sorte. Elle avait l’habitude de partager le toit après tout et en général la cohabitation se passait exactement comme ça, dans un silence respectueux pendant que chacun s’adonnait à ses affaires. Bien sûr, le cas présent était un peu particulier car cela se déroulait à une période de l’année où il n’y avait vraiment pas foule. De fait, plutôt que de partager le toit avec une myriades de petits groupes en train de manger, discuter ou s’amuser, elle le partageait avec une jeune fille solitaire.

Se replongeant plus attentivement dans son jeu, la brune se préparait à terminer son après-midi de cette façon, dans le calme, quand des notes qui ne venaient pas de sa console commencèrent à résonner à son oreille. Elle tourna brièvement la tête vers sa voisine, installée sur le banc voisin, et aperçut la source de l’intrusion sonore. Une guitare, en train d’être accordée manifestement. La jeune fille, que le bref coup d’oeil avait révélée plus jeune qu’Haneko, était sans doute venu pour le club de musique et se retrouvait à patienter comme elle. À moins qu’elle ne prenne un peu de temps après sa séance pour s’entraîner seul. En tous les cas, c’était une musicienne. La raison de l’interruption identifiée, la jeune Igarashi se concentra de nouveau sur son jeu, elle allait tenter de réussir la deuxième arène de sa partie.

Pendant que la musique de combat se lançait, d’autres notes, cette fois-ci accordée, se firent entendre et s’y superposèrent dans l’esprit de la jeune femme. Machinalement, elle baissa le son de sa console pour éviter de gêner sa voisine. Mais aussi vite que cela avait commencé, les notes disparurent. Tendant l’oreille, la brune parvint à identifier un autre son bien connu, celui de pas se rapprochant d’elle. Peut-être que sa stratégie n’avait pas fonctionné après tout. Le temps d’entendre trois pas et déjà une ombre étrangère apparut sur le double écran de sa console et une voix enjouée lui posa une question plutôt simple.

Haneko releva doucement la tête pour tomber nez à nez avec la jeune fille. De grands yeux sombres rencontrant ceux, plus circonspects mais tout aussi noir, de la jeune femme. Peut-être s’était-elle un peu trop inquiétée pour rien, ce n’était qu’une autre fille, simplement curieuse. Une lycéenne à vue d’oeil mais ce ne serait pas la première fois qu’elle se trompe dans son pronostic. L’autre a les cheveux beaucoup plus clair en revanche, mais rien dans sa phrase ne trahit un accent étranger.


- Oh, c’est Pokémon Heartgold,  répond elle en retournant la console vers Ayame pour lui permettre de regarder sans se briser le cou. C’est pratique pour capturer des pokémon sans avoir à faire le tour de la ville.

Elle a un petit sourire en repensant à la dernière tendance du moment, installée sur son téléphone mais jamais utilisée. Elle n’a pas particulièrement honte de jouer à une série que beaucoup pourraient considérer pour enfant. Elle s’est acheté d’autres jeux pour cette console mais c’est définitivement la série Pokémon qui l’a captivé le plus. À la fois assez simple pour qu’une débutante en jeux vidéos comme elle s’y débrouille parfaitement et offrant assez de complexité pour qu’elle se fixe elle-même des difficultés et des objectifs. Comme réunir la meilleure équipe, ce qui pour elle signifie non seulement des types équilibrés mais des petits monstres au design plaisant.

Sous les yeux de l’intruse s’étale un affrontement figé puisqu’Haneko ne touche plus au bouton ni à l’écran tactile, seule la musique continuant sans relâche. Sur l’écran du bas, six petits sprites symbolisent l’équipe de son choix. Niveaux équilibrés et surtout surnoms appropriés sont de mises. Ayame pourra sans doute reconnaître les noms de personnages populaires, voire même d’idoles locales de musiques, à côté des petit pokémon dansants.

Offrant un sourire à la jeune femme, Haneko se tourne vers l’autre banc et la guitare qui y est toujours posée. Une petite idée s’immisce dans son esprit, mais elle se rend compte très vite qu’elle est fausse. Si cette fille voulait du calme, elle ne se serait pas installée près d’elle. Cela vaut tout de même le coup de vérifier, ce qu’elle fait poliment.


- Tu viens ici pour t’entraîner à la guitare ? Je peux baisser le son si ça te gêne.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Lun 22 Aoû 2016 - 18:46

La fille a la console de jeu lève lentement la tète sous la voix, l'appel de l'adolescente. Alors qu'elle finit le mouvement de son cou, leurs deux visages sont si proches que leurs nez se frôlent. Le regard plongé dans celui de celle qu'elle vient d’interpeller, si intensément immobile, comme si il tentait de voir a travers eux, de voir l’âme qui se cache de l'autre coté des pupilles, elle ne cille pas le moins du monde, gardant son grand sourire. Leurs parfum respectifs s’entremêlant dans un danse lente et soyeuse, camouflé par l'inarrêtable envie de la brunette d'assouvir sa curiosité. Sans vraiment réaliser que cet instant de proche intimité est sans doute gênant pour celle qu'elle considère déjà comme son amie, elle reste plantée la en attente d'une réponse.

Qui ne tarde pas a venir. Elle n'a jamais particulièrement jouée aux jeux-videos, par manque de temps, par manque d'envie. Si Arata avait passé ses journées sur sa console, elle aurait fait de même. Il faisait autre chose, alors elle l'imitait, c’était aussi simple que ça. Et n'ayant pas prit l'habitude d'y jouer lors de son jeune age, elle n'avait plus vraiment la tête a s'y mettre aujourd'hui. La version ne lui parlait donc pas vraiment. Par contre, la licence, bien sur qu'elle connaissait, tout le monde connaissait. Les jeux, les figurines, les peluches, les cartes, l'animé. Impossible de marcher dans la rue sans en voir un signal quelconque de sa présence. Les pokémon contrôlaient le monde.

- Je vois ! C'est intéressant non ? De pouvoir s'amuser avec un si petit appareil ! La technologie est surprenante.

Elle éclate de rire en reculant légèrement pour faire face désormais a la gameuse, les bras liés dans le dos et sur la pointe des talons, se balançant d'avant en arrière. En effet, depuis quelques temps maintenant, c’était encore pire. La sortie de cette fameuse application qui avait renversé l'économie du Japon en l'espace de quelques jours. Qui ne jouait pas a ce jeu ? Elle, déjà, et il semblait que sa nouvelle connaissance n'était pas non plus particulièrement porté sur cette activité de chasseuse de montre en ville.

Elle allait poser une autre question quand dans un sourire la jeune femme la fait se taire. Sans savoir pourquoi, ce sourire la stopper net dans sa course, lui réchauffant la poitrine, comme si d'une certaine manière, sans savoir pourquoi, elle l'avait provoqué ce sourire. Et comme lors d'un concert ou elle rend heureux ceux qui l'écoutent, de la même manière, elle est satisfaite d'avoir crée un sourire en cette après-midi ensoleillé. Elle s’inquiète d'ailleurs de savoir si le son de son jeu n'est pas trop fort et ne l'a dérange pas dans ses répétitions. Elle sourit de nouveau, d'une façon encore plus douce, en secouant la tete négativement.

- Hum hum, pas du tout au contraire. La musique évolue avec le temps, dansant dans l'air comme nous pouvons le faire. Elle vit. Alors si ta musique fusionne avec ma musique, cela créer une nouvelle mélopée, et donc une nouvelle danse. C'est incroyable non ? La musique est incroyable je trouve. Et puis...attend, comment c’était déjà...

Elle recule de plusieurs pas. Ou plutôt, elle ne recule pas, elle saute en arrière comme une danseuse. Elle se souvenait d'avoir vu passer un épisode a la télévision peu de temps auparavant, et cherchait a se rappeler de la chanson du générique qu'elle avait plutôt apprécié. Les sourcils froncés sous la concentration, elle semblait a la limite de ses capacités de remémoration. C’était longtemps avant, des semaines peut être. Mais c’était sans compter les capacités de mémorisation musicale de la jeune femme, entraînée depuis toute petite. Elle éclate alors de rire, en se mettant a tourné sur elle même, sur un pied, faisant voler sa robe autour d'elle.

♪Ikuze !! Hageshiku moeru batoru
Ikuze !! Pinchi wa chansu daze
Ikouze !! Kishikaisei
Zettai ni akiramenai ♪

Elle s’arrête de tourner sur elle meme, rigolant de nouveau en tenant son chapeau pour ne pas qu'il tombe et se retournant ensuite vers sa spectatrice improvisé. Elle avait bien fait de venir ici finalement. Elle l'avait trouvé, son occupation bien plus intéressante que n'importe quel programme télé.

- C’était ça je crois ? Désolé, je ne suis pas sur, je ne l'ai pas écouté depuis longtemps. Il passe a la télé en ce moment. Tu aimes jouer ? Je veux dire, c'est une passion ?

C’était important selon elle, comme question. La passion des gens est ce qui les identifies. Ce qu'ils aiment, ce qu'ils détestent. C’était partout pareil de toute façon. Il était facile de savoir si une personne disait vrai ou non sur quelque chose qu'il appréciait. Ce n’était peut etre qu'un loisir comme un autre, mais ce n’était pas vraiment pour cela qu'elle posait la question. C’était plus pour entendre a nouveau la voix de la jeune fille, de continuer a établir ce contact devant le ciel bleu.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Lun 22 Aoû 2016 - 21:19

« La technologie est surprenante » ? Cette phrase dans la bouche d’une fille qui paraissait si jeune figea une seconde Haneko dans la surprise. Qui était-elle au juste ? Et quel âge avait-elle ? Elle parlait comme une grand-mère qui découvrait les smartphone. De toutes les réactions auxquelles la brune aurait put s’attendre, celle-ci était sans aucun doute parmi les dernières. Mais peut-être s’agissait-il simplement d’un moyen comme un autre d’entamer la conversation, sans vraiment révéler ce qu’elle pensait de tout cela. L’intruse ne devait pas être très versée dans le jeu vidéo, ce qu’Haneko n’aurait pas trouvé surprenant non plus, mais même sachant ça, la phrase lui semblait très étrange dans la bouche de quelqu’un de si jeune. Elle devait être habituée à ces merveilles de technologies, elle était presque née dedans, et elle avait certainement grandit avec.

Avant que l’estropiée ne puisse commencer à douter de ses capacités d’analyse de l’âge des gens, la jeune fille partit dans un rire clair, qui résonna encore dans les oreilles de la plus vieille alors que son visage mutin s’éloignait du sien. Ce n’est qu’à ce moment qu’Haneko prit conscience du fait qu’elle s’était drôlement rapproché pour lui parler, un peu trop en fait. Dans l’air, il reste comme une effluve d’un parfum qui n’était pas le sien. Sentant une certaine gêne apparaître, elle le chassa en fronçant le nez et secouant gentiment la tête.


- Euh… Oui, je suppose que c’est fou. J’ai tellement l’habitude de voir ça maintenant, ça me paraît presque normal.

Elle haussa les épaules : sans doute n’était-elle pas la mieux placée pour discuter de ça, elle n’avait jamais été passionnée par la technologie. Même cette console n’aurait sûrement jamais trouvé son chemin jusqu’à ses mains s’il n’y avait pas eu l’accident et le long séjour à l’hôpital pour l’obliger à se trouver un nouveau hobby. Sans trop savoir pourquoi, la jeune femme se sentait un peu nulle de répondre comme ça. Cette fille, qui qu’elle soit, lui semblait remplie d’enthousiasme et si elle était capable de manifester le même, ça n’était pas pour tout de suite.

Heureusement, elle put changer rapidement de sujet de conversation en se tournant vers la guitare et en demandant si le son de sa console pouvait la gêner. Cette fois encore, la réponse ne fut pas du tout comme elle l’imaginait. Plutôt que de répondre par un poli « Non, aucun problème » comme Haneko s’y serait attendue, la jeune fille partit dans une explication enthousiaste que la brune s’efforça de suivre de son mieux.  Elle n’était pas certain d’avoir tout saisi, mais ça parlait de musique pour sûr et ça semblait sous entendre qu’elle n’était pas du tout dérangée par l’idée d’avoir la musique du jeu superposée à la sienne. Haneko doutait fortement que les deux mélodies puissent se superposer d’une façon satisfaisante mais elle n’avait pas le coeur de faire la moindre remarque de cet acabit à l’adorable jeune femme qui s’expliquait devant elle. Pendant un temps, elle se demanda si c’était ainsi qu’elle apparaissait aux gens quand elle tentait de leur expliquer ses raisonnements culinaires, mais fut forcée d’admettre que c’était encore différent. Elle pouvait se montrer passionnée, la brunette était… ailleurs.

D’ailleurs, elle ne laissa même pas le temps à son interlocutrice de digérer toute sa litanie, que déjà elle bondissait en arrière et se mettait à danser. Haneko ne bougea pas d’un centimètre, le regard fixé sur elle, toute sa concentration sur le fait de ne pas rester la bouche ouverte comme une idiote. Elle chantait aussi. Et plutôt bien, très bien. Si elle était capable de chanter comme ça et de jouer de la guitare, elle était une musicienne accomplie aux yeux de la brune, néophyte complète. Mais sur le coup, ce n’est pas ce qu’elle pensa tout de suite, elle suivait simplement les mouvements de la jeune femme et de sa robe d’été qui voltigeait joyeusement autour de sa taille. L’image parfaite de la joie de l’été, innocente et pure, un sourire aux lèvres et les yeux brillants joyeusement.

Il lui fallut quelques secondes de plus pour se rendre compte que la musique était terminée, ça avait été très court finalement, et que la brunette lui parlait de nouveau.


- Oh euh… Je ne sais pas, je ne regarde pas trop la télé, mais c’était très beau. La musique est incroyable en effet.

Elle rosit un peu, il n’était pas dans ses habitudes de lancer des compliments comme ça, mais elle n’y connaissait rien en musique. Tout ce qu’elle savait, c’est que ce que l’intruse venait de chanter avait semblé mélodieux et que ça avait été agréable à l’écoute. Haneko se calma en voyant qu’elle reprenait une conversation plus conventionnelle et reprit.


- Pas vraiment. C’est un passe-temps surtout. J’ai commencé quand j’étais… Il y a deux ans. Depuis j’essaye de m’y mettre un peu sérieusement, on m’a conseillé plusieurs jeux mais je ne suis pas très douée.

Elle haussa les épaules pour bien signaler à son interlocutrice que ce n’était pas quelque chose qu’elle prenait très à coeur, puis lui sourit de nouveau en se renfonçant dans son siège, confiante à nouveau.

- Toi par contre, tu ne va pas me faire croire que la musique n’est pas ta passion. Tu chantes trop bien pour ça. Je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Mar 23 Aoû 2016 - 1:46

Dans un rêve éveillé entouré du ciel marin, elle venait d’arrêter de chanter son extrait et prendre conscience des paroles de son interlocutrice. Elle avait raison finalement. Dans sa propre poche se trouvait un iphone six. Pas le plus récent finalement, mais bien plus proche de la modernité que ce qu'elle pourrait laisser croire avec ses paroles. Ce n’était pourtant pas des paroles en l'air, elle trouvait effectivement ça incroyable. Elle le sortit d'ailleurs, dans un geste habile, montrant qu'elle avait autant l'habitude que n'importe quel jeune de son age de se servir d'un tel instrument. Elle l'allume d'une pression du pouce et tourna l'écran vers la jeune femme en face d'elle :

- Je suis d'accord. Tout le monde est capable d'utiliser quelque chose comme ça maintenant non ? Mais a part pour téléphoner, envoyer des messages et écouter de la musique, je ne suis pas très doué. C'est marrant comme il y a un degré de perfection dans l'utilisation d'un outil du quotidien. Comme si tout le monde savaient utiliser cinq pour cent, mais peut de gens dépasser les vingt ou trente.

Elle sourit encore une fois. C’était les affres de ce monde. Comme la musique qui se renouvelle constamment, qui continu encore et encore d’être impossible a dompter. Ce n'est peut être pas une si bonne comparaison finalement. Quelle bonne comparaison pourrait être faite avec la chose la plus basique du monde. Elle lève la tête vers le ciel, un air songeur peint sur le visage, avant de rouvrir la bouche comme pour se rétracter.

- Ce n'est pas vrai en fait. Je pensais que c’était la même chose pour tout, mais quand on y pense, il est impossible de maîtriser a cent pour cent la musique, comme on peux le faire avec un smartphone. Après tout, la musique est composé de sons. Et des sons, on en découvre tout les jours. C'est pour ça que c'est aussi intéressant non ? Qu'est ce qui est plus incroyable que de découvrir de nouvelles choses, d'élaborer de nouveaux concept, c'est comme ça que le monde avance. Après tout, la journée n'est pas amusante si on sait déjà comment elle va se dérouler.

Comme si tout était normal pour elle, que la conversation avançait exactement dans le sens qu'elle l'avait prévu, en tournant légèrement sur elle même, plus lentement que précédemment.

♪Kimi wa ima namida nagashita
Nakija kuru kodomo no youni
Tatoe asu ga mienakunatte mo mamoru yo
Natsu no sora miagete niranda ♪

Elle semble encore contente quand elle arrête cette danse enfantine pour retrouver un semblant de sérieux et écouter a nouveau sa partenaire d'une après-midi. On ne peux pas faire de spectacle sans public non ? Mais il est important de l'écoutant, pour savoir ce qu'il veux, c'est la base d'un concert, l'échange. Elle tente même d’arrêter de sourire, devant la réflexion sur la première chanson, mais c'est impossible. Elle semble plutôt fière d'elle en disant avec légèreté :

- Ce n'est que le début d'un générique de pokémon. Et pourtant tu as trouvé ça magnifique non ? C'est parce que la musique parle a tout le monde. Contrairement a ce que l'on pense, il n'y a pas de musique réservée a tel ou tel public. Si tu n'aimes pas quelque chose, c'est que tu as écouter ce qu'elle avait a te dire et que cela ne t'as rien fait ressentir, mais c'est bien parce qu'elle a parlé que tu as pu avoir cette conclusion, non ?


La console de jeu reste le centre du début de la conversation. Contrairement a ce que la jeune brune avait supposée a la base, ce n'est pas une fille qui est si habituée que ça a jouer a ce genre de jeu, et cela ne fait pas si longtemps qu'elle a commencé. Elle ajoute qu'elle n'est pas très douée malgré les conseils qu'on a pu lui donner, et Ayame fronce un peu les sourcils, effectuant sans prévenir une dizaine de pas pour supprimer la distance qui les séparer, ramenant son visage presque proche que précédemment :

- Ne dis pas ça voyons. Tu es sans aucun doute plus forte que quelqu'un d'autre, et bien sur il y a aussi des gens plus fort que toi. C'est comme tout, tu ne peux pas être la meilleure, mais tu n'es jamais la pire non plus. C'est juste une pyramide qui change constamment !

♪Yo ga akeru mae ni tabidatou
Mada minu ashita wo mukae ni ikou♪

Elle l'entendit la questionner a peu prêt de la même façon sur le fait que la musique était probablement sa passion. C’était une évidence bien sur, pas dur a deviner. Au delà d'un talent quelconque, c’était le travail qui ressortait des prestations de la jeune fille. Et pour travailler dur un hobby, il faut en être passionné. Sans répondre directement, elle retournait prendre sa guitare et aller ensuite s'asseoir sur le banc ou se trouvait son aînée en souriant de nouveau.

- Tu as eu l'air perplexe tout a l'heure quand je t'ai dis que nos musiques pouvaient se superposer sans problème. Je vais te le prouver alors !

Le teint encore rosit par le compliment sur sa voix qu'elle lui avait fait précédemment, elle passe délicatement ses doigts sur les cordes, attendant d'entendre une première fois la mélodie complète et de réfléchir a comment se superposer pour créer quelque chose de jolie a entendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Mar 23 Aoû 2016 - 12:44

La petite brune parle, parle et parle, reprenant des sujets qu’Haneko croyait oublié, pour y apporter de nouvelles choses dans un grand cycle de parole. Son aînée peine un peu à suivre, se demandant si elle commençait déjà à se faire vieille, si les lycéens étaient brusquement devenus des étrangers pour elle après seulement deux ans d’absence. Et ce sans pouvoir s’assurer que la fille qui lui fait face actuellement est vraiment de ce lycée, même si c’était l’impression qu’elle en avait. Au demeurant, rien de ce qu’elle ne disait n’était exceptionnel mais c’était sa faculté à passé d’une idée à l’autre sans transition réelle qui impressionnait l’étudiante. Elle donnait un peu l’impression d’être au milieu d’une conversation, sauf que son interlocutrice n’était pas invitée.

Ce qu’Haneko put tout de même noter, c’est que tout cela semblait revenir à la musique, ce qui n’était bien étonnant en soi mais confirmait son impression première : cette fille était une passionnée de musique, de chant, de danse ou de guitare. Ou peut-être bien les trois à la fois, cela n’aurait pas étonné plus que ça l’étudiante. Cette fille tourbillonnant devant ses yeux était vraiment l’enthousiasme de l’été, chaud mais dispersée, incapable de se concentrer plus de cinq secondes sur quelque chose. Elle parlait de smartphone, passait à la musique et appliquait le même raisonnement pour le reste du monde comme si elle avait trouvé la recette miracle. Plutôt que de l’ennuyer, cela faisait sourire la jeune femme sur son banc, qui s’efforça de répondre quelque chose en vitesse avant qu’elle ne recommence à danser ou chanter.


- Je suppose que la découverte a quelque chose de spécial oui, mais elle doit être plus présente avec la musique qu’avec les smartphone, si tu veux mon avis. Parce qu’elle n’est pas complètement maîtrisable, comme tu dis.

En soi, ce n’était sans doute pas complètement faux mais il était difficile pour Haneko de ne pas se sentir un peu stupide en tentant d’expliquer quelque chose comme ça. Pourquoi cette fille qu’elle venait juste de croiser arrivait-elle à le faire de façon d’autant plus folle sans pour autant passer pour une idiote ? La question semblait d’autant plus futile que la petite brune reprit sa danse et sa chanson quelques secondes seulement après cette conversation surréaliste. Plutôt que de l’interroger, elle était donc condamné à la regarder et l’écouter pendant qu’elle s’amusait. Pas la pire des punitions.

La jeune Igarashi attendit donc tranquillement qu’elle ait terminée, profitant de la musique et du spectacle, jusqu’à avoir une meilleure explication. Un générique de Pokémon ? La jeune femme aurait sans doute dû deviner mais elle n’y connaissait définitivement rien en anime. Ce n’était pas quelque chose qu’elle avait jamais trop connu. Personne autour d’elle n’était intéressé et elle n’avait donc jamais fait d’effort pour s’y essayer. Et puis, son père n’avait jamais aimé qu’elle regarde n’importe quoi à la télé, comme il appelait ça. Et maintenant, elle ne regardait tout simplement plus la télévision. Tout de même, ce n’était sans doute pas très "pro" de sa part de ne pas réussir à reconnaître une musique de pokémon. Elle se fendit d’un sourire amusé à l’intention de la jeune fille.


- Oh, je suis désolée, je ne regarde pas, mais je suppose que tu as raison, en un sens. La bonne musique doit pouvoir parler à tout le monde, j’ai trouvé ça beau mais parce que tu chantes bien.

Ce n’était pas dit pour le compliment, même si c’était vrai, elle avait prit un ton qui se voulait plus objectif.

Comme elles s’étaient remises, sans qu’Haneko puisse trop savoir pourquoi ou comment, à reparler de sa console, la grande brune avait détaillé un peu son expérience et précisé qu’elle n’était pas bien doué. Ce n’était pas quelque chose qu’elle pensait ouvert à débat et pourtant cela ne sembla pas plaire du tout à son interlocutrice improvisée. En quelques secondes, elle parcourut le chemin qui les séparait pour pencher de nouveau son visage sur celui de la jeune Igarashi, un peu trop proche pour être confortable. Un peu surprise, l’étudiante dût lutter contre les réflexes qui lui commandaient de reculer immédiatement, surtout qu’elle ne pouvait pas le faire dans sa position, installée sur son banc. Au lieu de cela, elle se sentit rougir un peu et elle dût chercher ses mots pour lui répondre.


- Euh… Je ne disais pas ça pour me dévaloriser, c’est juste vrai. Oui, je suis peut-être meilleure que d’autres mais ça n’empêche que je ne suis pas très douée.

Il n’y avait pas de honte à admettre ne pas bien connaître les consoles de jeu, si ? Pourquoi la petite brune avait-elle réagi comme ça pour quelque chose d’aussi innocent ? Plus Haneko lui parlait, plus elle se rendait compte que ses réactions étaient systématiquement différentes de ce qu’elle attendrait, sans aller dans l’opposé non plus. Plutôt que de répondre par oui quand elle l’avait interrogé sur sa passion, elle préféra s’éloigner de nouveau, laissant derrière elle le même parfum que tout à l’heure, pour aller prendre sa guitare. Elle proposa de lui montrer qu’elle pouvait réussir à marier leurs musiques. L’étudiante ne cacha pas sa suspicion, haussant un sourcil, mais elle finit tout de même par sourire devant le défi et se tourna entièrement vers la jeune fille. Elle appuya sur un bouton de sa machine et le volume augmenta progressivement, la boucle de la musique reprenant sans cesse puisqu’elle ne touchait à rien d’autre.

- Je t’en prie. Montre moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Mer 24 Aoû 2016 - 0:27

Jusque la, l'adolescente avait chanté, dansé, parlé, sans vraiment tenir compte des sentiments la jeune femme en face d'elle. Elle avait simplement prit son premier sourire comme une invitation, sans vraiment réfléchir au fait qu'elle voulait peut être simplement être seule, tranquille. En ramenant lentement sa guitare vers le banc ou elle était assise, cela venait de lui traverser l'esprit. Mais c’était comme un défi qui venait de lui être lancé. Cela n’était pas énoncé avec des mots, mais le regard dubitatif dont elle avait était l'objet avait suffit. Son attirance pour la compétition avait ressurgit et elle n'avait plus d'autre choix que de lui prouver ce qu'elle disait.

Elle plissa sa robe sous ses genoux, un peu comme si elle s'asseyait devant un piano avant un concert de musique classique. Elle effectua quelques accords dans le vide afin de s'assurer qu'elle l'avait bien accordé précédemment, puis lorsque la musique se mit a retentir sur le toit, elle l'écouta une première fois sans ne rien faire, s'imprégnant de la mélodie. Lorsqu'elle recommença, a zéro, elle se mit a taper du pied, exactement au même rythme, comme pour bien imprimé ce qu'elle entendait, les yeux désormais fermés. Elle réfléchissait tout en l'écoutant a un passage ou cela pourrait parfaitement se marier, mais également quelle note utiliser.

Lors du troisième passage, a un moment ou la musique atteint un passage ou sa puissance diminue, elle fait jouer un accord grave, puis aigus très rapidement, juste avant que la son de la console se relance, comme une continuité. Et lorsqu'elle atteint le moment de flottement entre la fin d'une répétition et le début d'une autre, elle fit sonner trois accord pour combler ce vide et faire comme si la musique avait une véritable continuité. Il n'y avait plus aucun temps mort a présent, contrairement a l’œuvre de base. Elle fit ceci sur environ quatre ou cinq répétitions puis finit par stopper la course de ses doigts sur les cordes :

- Désolé, ce n'est pas aussi bien que je l'avais pensé. Je t'avais dis que je pouvais faire des notes au hasard et que cela se mari, mais j'y ai réfléchis, c'est un peu de la triche je trouve. Mais ca donne une petite idée quand même ?

Elle se leva alors d'un bond, tenant sa guitare e l'air pour ne pas qu'elle touche le sol. Elle se dirigea vers le banc ou elle s’était installé précédemment, de sa démarche dansante, et y reposa sa guitare de la même façon qu'avant, toujours avec précaution. Puis d'un air enjoué, se retourna vers sa camarade et s'approcha de nouveau afin d’être devant elle, a un pas environ. Elle semblait légèrement songeuse, mais commença par dire :

- Tu as vue juste, c'est bien ce a quoi j’espère dédier ma vie. Je joue de la musique depuis toute petite, mon grand frère Arata m'a apprit a jouer du piano et j'ai continuée ensuite a apprendre d'autres instruments, et a prendre aussi des cours de chant. Merci pour le compliment.

Elle rougissait encore de fierté en repensant a ce qui lui avait était dit un peu plus tot. «Tu chantes trop bien pour ça », elle n'arrivait pas a faire autrement que d’être flattée quand on reconnaissait son travail. Elle ne reprit pas la parole tout de suite, avançant son visage de nouveau, moins prêt néanmoins, et détaillant celui de son amie sans cacher ses intentions. Puis au bout d'une certaine période elle recula de nouveau en s'inclinant en avant légèrement :

- J’espère que je ne t'ai pas trop déranger. A vrai dire je m'ennuyais un peu et je suis venu ici pour passer le temps. Et quand j'ai commencé a chanter, j'ai un peu perdu la notion de ce qu'il m'entourait, enfin c’était amusant, alors merci de ta présence. Vraiment, c'est agréable de s'amuser avec quelqu'un par une journée aussi belle.

Elle rigola de nouveau en jetant sa tête en arrière, observant le ciel bleu dépourvut de nuage. Elle bougeait plus, comme si elle essayait de voir quelque chose dans cette immensité qui n'existait pas. Tout en restant dans cette position, elle reprit une énième fois la parole, sans aucune gêne ou un quelconque doute :

- Bien sur qu'il faut avoir conscience de ses forces et ses faiblesses, de ne pas se proclamer plus fort que quelqu'un alors que ce n'est pas le cas. Mais je pense que si je disais a voix haute que je ne suis pas douée, c'est qu'inconsciemment, j'abandonnais l'idée de m'améliorer, si tu vois ce que je veux dire.

Elle redescendait son regard droit dans celui de sa camarade, son sourire n'étant plus qu'un rictus agréable au regard. Elle passa négligemment sa main sur son front pour écarter une mèche a nouveau et dit d'une voix plus posée, plus douce, sans perdre de sa vivacité et sa joie débordante :

- Je suis Masuda Ayame, mais Ayame suffira, je te l'assure. Je suis vraiment contente de te rencontrer. Tu as particulièrement embellit ma journée.

Et il était largement visible au vu de son regard honnête qu'elle n’était pas du genre a mentir.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Mer 24 Aoû 2016 - 12:01

Bon, la musique, ça n’avait jamais été le fort d’Haneko. Elle avait bien essayé, mais ça n’avait jamais vraiment pris. Non pas qu’elle n’en écoutait jamais, elle était plutôt bien au courant des dernières tendances et cumulaient un joli nombre de morceau sur son portable qui lui servaient surtout à s’isoler une fois dans les transports en commun. Mais quant à reconnaître un style ou expliquer pourquoi elle appréciait une musique, ça. Il lui suffisait d’un rythme qu’elle trouvait plaisant, ou de paroles qui lui parlaient, rien de plus. De fait, Ayame aurait sans doute put lui raconter n’importe quoi sur ce qu’elle allait faire avec le son de Pokémon pour tenter de l’accompagner avec la guitare, elle l’aurait probablement cru sans hésiter une seconde.

En fait, elle avait même trouvé ça plutôt pas mal pendant que la petite brune avait tenté de corriger un peu la boucle qui se faisait durant le combat. Ce n’était certes pas grand chose, pas autant qu’elle ne s’y attendait, mais ça rendait pas trop mal et cela complétait en effet la musique du jeu. Ce n’était pas vraiment une superposition de notes par contre, ça au moins la jeune femme en était consciente, mais elle trouvait ça bien quand même. Au delà même de la musique, observer la jeune fille avant et pendant le morceau avait été fort intéressant. Elle s’était clairement plongée dans ses pensées pour réfléchir, ne prenant pas ça à la légère. Haneko pouvait presque entendre les rouages tourner dans son cerveau, le temps de s’imprégner de la musique, jusqu’à ce que son pied ne commence à frapper le sol et ne détourne son attention.

Elle fut donc un peu surprise de finalement entendre l’autre jeune femme s’excuser de ne pas avoir fait aussi bien qu’elle ne l’imaginait à l’origine. Haneko commençait à penser que c’était ce qu’elle avait en tête depuis le début. En temps que néophyte, elle était doublement reconnaissante à la petite brune de se montrer franche avec elle, car elle aurait sans doute put l’embobiner si elle avait voulu, à moins qu’elle ait craint que son aînée s’y connaisse au moins un peu. Dans tous les cas, cela méritait un sourire, qui fut offert immédiatement.


- J’ai trouvé ça joli moi. Tu ne devrais pas t’excuser quand ton public n’est même pas capable de voir que tu es déçue, ajouta-t-elle en riant.

La jeune fille s’éloigna pour poser sa guitare mais Haneko ne fut cette fois pas surprise de la voir revenir en vitesse, et toujours aussi proche. Quoiqu’elle était un peu plus raisonnable cette fois et restait à un pas de son aînée. Cette fois-ci, c’était pour la remercier de ses compliments, ce qui paraissait un peu étonnant aux yeux de la brune. Son interlocutrice était clairement habituée à chanter, à danser et à jouer, nul doute qu’elle avait déjà reçu maints compliments, au moins de la part de celui ou celle qui lui avait appris à faire tout ça. Pourtant, au vu du rosissement de ses joues, elle était sincère et Haneko ne pouvait pas manquer ça puisqu’elle semblait tenir à approcher son visage du sien. Cette proximité la fit rosir à son tour, mais la simplicité de cette jeune fille si douée qui rougissait au compliment ne pouvait que faire sourire l’étudiante.

- J’étais sincère, et je n’y connais rien mais j’ai la sensation qu’en continuant dans cette direction, tu feras merveille.

Elle s’avançait un peu mais puisqu’elle précisait qu’elle n’y connaissait rien, Ayame savait à quoi s’en tenir. Il s’agissait simplement d’une façon de reformuler son compliment une nouvelle fois.

Son interlocutrice s’éloigna un peu et Haneko se demanda pendant un temps si elle allait se remettre à chanter, mais au lieu de cela elle parla normalement. Ou aussi normalement qu’elle en semblait capable en tout cas. La brune fut remerciée d’avoir été présente, une notion qu’elle trouvait amusante mais qui avait l’air d’être sincère dans la bouche de la plus petite femme. Elle n’était pas sûre de voir en quoi elle avait contribué exactement, mais il avait sans doute suffit de répondre et de fournir à la chanteuse une musique sur laquelle s’amuser. Comme elle se mit à rire vers le ciel, la jeune Igarashi se vit confirmer qu’elle s’amusait facilement, alors un public aussi néophyte qu’Haneko avait dût lui suffire. Du coup, elle ne savait pas bien si elle devait se sentir flattée ou non mais n’eut pas le temps d’y réfléchir.

La jeune fille reprit leur conversation sur le fait de se dire peu douée dans une discipline ou une autre, donnant son envie comme si rien ne s’était passé entre temps. Elle aurait bien voulu lui répondre mais encore une fois on ne lui laissa pas le temps : après un rictus, la brunette se présenta enfin, et Haneko se rendit compte qu’elles avaient en effet beaucoup parlé sans passer par les politesses obligatoires.

Elle fut tout de même choqué d’entendre son nom. Ayame lui disait quelque chose, en rapport avec la chanson, sans qu’elle soit capable de dire exactement quoi, mais Masuda lui était clairement connu. Ce pouvait être une coïncidence ou une autre famille, mais le nom Masuda n’était pas quelque chose que quelqu’un de son rang devait ignorer à Keimoo. Même en son temps au lycée, il y avait des filles Masuda avec une certaine réputation. Celle-là semblait plus jeune, peut-être était-ce la benjamine de la fratrie ? Ou une toute autre famille ?


- Ayame Masuda, de la famille de Ishida Masuda ?

Elle avait posé la question immédiatement pour en avoir le coeur net, mais n’en oubliait pas pour autant ses obligations. S’appuyant sur le banc, elle se releva lentement. Elle avait toujours l’impression que ses prothèses lui donnaient un air un peu raides, malgré le fait que c’était encore ses genoux qui contrôlaient ses articulations. Une fois debout, elle inclina poliment la tête.

- Je suis Haneko Igarashi. Ravie de faire ta connaissance.

Après que la jeune fille ait dit tant de fois que sa simple présence avait embellie sa journée, elle se serait sentie coupable de ne pas lui renvoyer un peu le compliment. Et ce n’était pas faux non plus. Avec le temps qui passait, la curiosité d’Haneko pour la jeune fille ne faisait que croître. Elle dégageait quelque chose de vivant, simple et enthousiaste, qu’elle ne croisait pas tous les jours. Il était donc hors de question de laisser filer ça tout de suite.

Comme elle était debout, la jeune femme en profita pour jeter un regard en arrière vers le terrain d’athlétisme, ou de nombreux silhouettes s’illustraient toujours. Heureusement, elle avait tout le temps du monde devant elle. Revenant à Ayame, elle planta ses iris noirs dans les siens.


- Je patiente ici en attendant d’aller faire un peu de sport. Je suis bien heureuse de te parler, tu veux qu’on partage ce toit en attendant ?

La proposition avait été faite avec le sourire, mais le ton était convaincu. Haneko appuya le début de sa phrase pour bien faire comprendre que ce n’était pas juste un retour de compliment mais bien ce qu’elle pensait.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Mer 24 Aoû 2016 - 22:23

Elle avait sourit sous l’énième compliment dont elle était la cible. Plus que le fait que ce soit ou non vraiment agréable a l'oreille, le fait qu'elle dise que ça lui plaisait a elle fut ce qui la rendit vraiment joyeuse. Tout était toujours une question de point de vu, de subjectivité. Et en cette après-midi, c’était bien l’avis de son amie qui lui importait. Cela aurait pu être la meilleure composition qu'elle avait faite de sa vie, si cela ne lui avait pas plut, elle n'aurait pas eu autant d'impact pour elle. C’était peut être cela qui faisait un grand artiste. Au delà de composer pour soi, elle composait aussi pour les autres, pour que cela leurs parles, leurs plaises. Un sourire cette fois amusée apparut sur son visage sous la remarque dont elle fut l'objet. Elle n'avait pas remarqué que ce n’était pas a la hauteur de ses attentes. Elle se mit alors a rire aussi, en répondant tranquillement :

- La publicité mensongère ce n'est pas vraiment mon genre. Pour fournir a quelqu'un quelque chose de qualité, il faut commencer par faire en sorte que cette chose plaise a sois même, tu ne crois pas ?

Elle parut songeuse un instant, réfléchissant a sa propre remarque. Elle prit ce temps de réflexion pour faire un aller retour avec sa guitare, afin de la déposer et de revenir se positionner pour écouter la phrase suivant que voulait lui dire l'étudiante. Ses joues rosissant a son tour, et son sourire devenant plus prononcé finissait de faire dire a Ayame qu'elle pouvait parler en toute tranquillité ici. C’était d'ailleurs un énième compliment. Si elle continuait ainsi, elle ferait a merveille ? Elle n’était pas du genre a changer d'axe de composition. Mais se le faire entendre dire par quelqu'un était encore plus valorisant, le genre de chose qui donnait confiance en soi, confiance dans ce qu'elle faisait.

- Si un jour j'hésite a modifier mon style, je me souviendrais de ce que tu as dis aujourd'hui, afin de rester sur le droit chemin.

Puis une fois qu'elle se fut présenté, elle songea que depuis le début elle n'avait aucune idée quand a l'identité de son interlocutrice. C’était probablement une étudiante de Keimoo aussi, plus vieille qu'elle, sans doute plus au lycée. Mais elle n'en savait pas beaucoup plus mis a part qu'elle semblait aimer venir se relaxer sur ce toit un après-midi de vacances. Elle n’eut pas beaucoup le temps d'y réfléchir d'avantage quand cette dernière reprit la parole. La famille d'Ishida Masuda. Hum. Le regard de la demoiselle s'assombrit légèrement, semblant perdre de son énergie l'espace d'un instant. De tout les membres de sa famille, il fallait qu'elle soit définie comme parent d'Ishida. Elle aurait préféré largement plus qu'elle soit rattaché a son frère ou a l'une de ses sœurs. Elle sourit de nouveau, plus doucement, en répondant :

- En effet, je suis bien de cette famille la. La cadette de la famille. Ayame Masuda !

Elle fit un petit geste de la main en souriant de nouveau d'avantage, en observant son aînée se mettre debout devant elle d'une façon légèrement raide. C’était le genre de détail physique qui se remarquait rapidement, songea la jeune brune en constatant les prothèses au niveau des jambes d'Haneko Igarashi. C’était ainsi qu'elle s’était présenté. Haneko-chan serait parfait.

Elle expliquait alors en plantant son regard dans les iris qu'elle attendait pour aller au terrain de sport, et lui proposait de partager le toit ensemble en attendant. D'un mouvement de tete enthousiaste, elle accepta la proposition, avant de gambader librement jusqu'à la rambarde d'ou elle pouvait voir le fameux terrain en question. Il était bien peuplé pour une période de vacances, et elle supposa que la plupart étaient la pour leurs clubs. Elle était fatigué rien qu'a l'idée de courir, alors les voir tout donner sous ce soleil lui semblait être un effort indéfectiblement compliqué. D'une voix douce elle se mit a chantonner lentement :

♪Bokura wa   sou Day by Day   ashita e   tsuzuku michi no tochuu de
Now Say It Again   kimi to futari no mama   irareta nara ii no ni naa… ♪

Les paroles s'étranglant dans sa gorge alors qu'elle s'arretait, elle se retourna la mine plus serieuse, demandant doucement, d'un ton vraiment intrigué :

- Haneko-chan, dis, tu cours facilement avec....ces trucs ?

Elle ne se demanda pas si elle était indiscrète, après tout c’était plutôt flagrant une fois qu'on avait posé les yeux déçu. C’était une vraie question sans arrière pensée. Elle restait la, adossé a cette rambarde, attendant la réponse sans ciller une seconde, attentive, un sourire intéresse sur le visage, curieux.
Elle ne chante plus, ne rigole plus, et reste fixé sur Haneko, comme si elle etait actuellement la seule personne existante sur terre.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Jeu 25 Aoû 2016 - 14:46

La réaction de la jeune femme l’avait fait sourire. Cela faisait bien longtemps, sinon depuis toujours, que quelqu’un avait pris ce qui sortait de la bouche d’Haneko comme un conseil avisé. Elle avait eu de nombreux amis, de nombreuses connaissances, durant les années où elle s’amusait un peu partout en ville, mais elle ne s’était jamais considéré comme un exemple à prendre pour qui que ce soit. Le contexte était ici complètement différent mais elle se retrouvait presque flattée de voire une fille plus jeune qu’elle prendre autant à coeur ce qu’elle lui disait. Peut-être était-ce rendu trop facile par le fait qu’Ayame était clairement une passionnée de musique et qu’elle prenait donc sérieusement tout ce qui entourait ça, mais la jeune Igarashi se savait trop peu connaisseuse de la question pour prodiguer un quelconque conseil. Elle s’en serait voulu de laisser croire ça à la petite brune et s’empressa donc d’ajouter quelque chose.

- Eh. Je suis d’accord qu’il faut d’abord que ça te plaise à toi, mais ne prends pas mon avis comme une vérité à retenir. Je te l’ai dit : j’y connais rien en musique. J’en écoute un peu de temps en temps mais je saurais pas faire la différence entre pop et rock.

Y avait-il une différence d’ailleurs ? Elle l’ignorait sincèrement, ne s’étant jamais intéressé à tout cela. Un vague souvenir lui criait que oui, il y avait bien une différence mais quant à l’expliquer, elle en aurait été bien incapable. Haneko appréciait de voir la jeune fille parler de musique, elle était manifestement passionnée et cela se sentait dans chacun de ses mots, mais elle se savait aussi incapable de maintenir une conversation très intéressante sur le sujet. Même si sa cadette avait l’air d’apprécier pour le moment, l’étudiante se sentait un peu dépassée et n’était pas sûre de vouloir le montrer complètement.

Elle faillit froncer les sourcils en voyant la réaction de la jeune fille à la mention de son père. C’était peut-être la première fois depuis le début de leur discussion qu’elle voyait son expression changer autant et c’était pour passer d’un air guilleret à une mine sombre. Haneko s’en voulut aussitôt, tout en sachant qu’elle n’aurait sans doute pas pu le deviner. D’une certaine façon, cela lui rappelait un peu elle-même quelques années plus tôt, quand la simple mention de son père suffisait à la faire grimacer. Elle ignorait si c’était la même chose pour la brunette mais dans tous les cas, ce n’était pas ses affaires et elle n’avait pas à s’y intéresser. La famille, c’était quelque chose de privé. Elle n’avait posé la question que parce que le nom des Masuda lui était connu. C’était le genre de petite chose que son père insistait qu’elle connaisse. L’écosystème de leur ville comme il appelait ça, alors qu’il passait le plus clair de son temps loin de Keimoo. C’était cependant la ville qui l’avait vu naître lui et son empire, alors il fallait bien la connaître et cela signifiait aussi connaître les familles importantes qui y croisaient.

Comme elle s’en voulait un peu d’avoir provoqué cette réaction chez la jeune fille, Haneko se fendit d’un sourire d’excuse et chercha dans ses souvenirs pour trouver autre chose à lui dire.


- Je vois. Je connaissais ta grande sœur, Maya, un petit peu.

Connaître était un bien grand mot. Un trop grand mot. Elle se souvenait d’une belle jeune femme qui évoluait avec son poulailler en permanence. Elles avaient peut-être échangés quelques mots au cours de certaines soirées mais jamais l’une ne s’était vraiment intéressée à l’autre. En plus de la différence d’âge, elles évoluaient dans des sphères relativement différentes, Haneko n’avait jamais fait d’effort pour l’approcher et Maya n’avait jamais prêté attention à son petit groupe. En y pensant, Haneko se demanda si c’était vraiment une meilleure référence que son père, mais c’était toujours ça.

Elle ignorait si Ayame avait simplement fait un effort pour ne plus y penser ou si c’était la mention de sa sœur, mais la petite brune sourit de nouveau. Elle s’éloigna même pour se remettre à chanter, son regard tourné vers le terrain de sport qu’Haneko lui avait désigné. Encore une fois, l’aînée aurait été bien incapable d’identifier la chanson mais elle n’eut pas le temps de se poser la question de toute façon. Au bout de quelques secondes, la voix de la jeune fille s’étrangla, pour la première fois depuis qu’elle l’écoutait chanter.

Haneko vit les yeux bleu descendre un bref instant sur ses jambes et comprit la question avant que son interlocutrice ne la formule. À voir son air sérieux, elle était vraiment intriguée, presque inquiète mais ça la jeune Igarashi savait que c’était parce qu’elle redoutait d’avoir posé la question qu’il ne fallait pas poser. Ce n’était pas un sujet facile à aborder pour la majeure partie des gens et elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir d’y aller doucement. Son sourire se fit doux pour la rassurer, il n’y avait aucun mal à s’interroger. Haneko ne portait pas des prothèses décorés pour cacher son infirmité ou ne jamais en parler. Cela faisait partie d’elle et il était impossible de l’ignorer, pour elle comme pour les gens. Elle s’y était faite.

Tendant un peu une jambe pour regarder elle-même sa prothèse à l’éclat de porcelaine, elle répondit simplement.


- Non. Celles-là, je les porte parce qu’elles sont jolies. Je peux trottiner avec, et courir un peu, mais certainement pas faire de la course. Pour ça…

Elle revint vers son banc et se pencha pour attraper le gros sac de sport qu’elle avait posé au sol tout à l’heure. Le ramenant sur le banc, elle l’ouvrit rapidement et écarta les pans de sa fermeture éclair.

- J’ai celles-ci.

Sans hésitation, elle attrapa une des prothèses en lame rangées dans son sac pour la soulever et la montrer à Ayame. Ce n’était pas vraiment quelque chose qu’elle se plaisait à exhiber comme ça, mais elle se sentait un peu forcée de répondre complètement à la question. Intérieurement, elle se sommait de ne pas avoir honte de ces trucs mais elle ne pouvait s’empêcher de les trouver laides. Ses doigts effleurèrent lentement la courbe des fibres de carbone et appuyèrent légèrement sur l’extrémité de la lame pour démontrer son élasticité.

- Avec ça, je cours peut-être plus vite que toi, finit-elle par dire en se forçant à sourire à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Ven 26 Aoû 2016 - 23:05

La grande famille Masuda dont elle n'aurait jamais du faire partie. Tout le monde connaissait la travailleuse et populaire Maya, qui avait eu son pique de popularité au lycée. Ce n’était donc pas étonnant qu'elle soit connue de son interlocutrice qui, bien que semblant plus jeune, devait être au lycée au même moment. Lea aussi était extrêmement populaire aussi bien des filles que des garçons, mettant toujours en avant ce petit coté étranger dont elle était si fière. Arata également, surtout auprès de la gente féminine.

Elle n'avait pas était voulu par ses parents, et avait toujours hérité du titre de « cadette des Masuda », au lieu d’être considéré comme Ayame. Elle avait bien sur sa petite popularité, mais en dehors du monde musicale ce n’était pas si imposant que ses prédécesseurs. Néanmoins elle n’était pas du genre a s'en vexer, au contraire. Sa fratrie était tout pour elle, et elle n'avait jamais ressentit la moindre jalousie pour eux, c’était ses exemples vivant.

- Je ne suis pas vraiment proche de Maya, nous avons un assez grand écart d'age contrairement a Lea et Arata. Elle travaillait beaucoup, alors je ne lui parlais pas énormément.

Elle soupire, Maya est de toute manière la sœur qui ressemble le plus a ses parents, elle n'avait pas forcément envie d'aller de l'avant alors qu'elle pouvait rire avec Arata ou Lea. Elle se demandait parfois qu'elle relation elles auraient pu avoir si elle était née une année ou deux plus tôt. Ou même encore plus. Cela aurait était intéressant. Mais il ne fallait pas se tromper, elle l'aimait beaucoup néanmoins, elle était juste moins proche qu'avec les autres.

Chassant ces pensées de sa tête, elle retourne son attention vers les jambes d'Haneko, et pose sa question. Ce n’était pas tant de poser la question qui la gênait, c'est surtout d'imaginer comment elles avaient pu devenir ainsi. Elle n’était pas doté d'une grande résistance a la douleur, et avoir ce genre d'attirail devait forcément faire suite a un accident, a une blessure douloureuse, ou même pire. Elle préférait ne pas se l'imaginer, et écouter plutôt la réponse.

Elle levait même la jambe histoire d'avoir une meilleure vision de la prothèse en question. Ayame ne savait pas si c’était vraiment pour elle qu'elle le faisait mais elle s'approchait de la jeune fille, jusqu'à atteindre une distance plutôt réduite et observer avec curiosité l'objet qui semblait en porcelaine. Elle les portes parce qu'elles sont jolies donc ? C'est vrai qu'elles paraissent plutôt élégante, avec un léger éclat brillant attrapant le regard de l'adolescente. Elle n’achève pas sa phrase, préférant se lever, faisant reculer la brune qui la regarder aller jusqu'à un sac de sport et revenir avec. Alors elle se remet a la même distance de quelques dizaines de centimètres sans plus.

- C'est un peu comme des vêtements en fait.

Fit elle d'un air songeuse, alors qu'elle tournait le regard vers le contenu du sac en question. Elles étaient loin d'avoir la même beauté, le même charisme, et étaient clairement destinés a être utilitaires. Elle reportait son attention sur les jambes de la jeune femme, et touchait du bout du doigt avec une certaine appréhension l'objet rattaché a la jambe. Elle retirait son doigt rapidement en fronçant les sourcils, comme si elles allaient lui sauter a la gorge. Puis elle reposait avec plus de confiance son doigt dessus en hochant la tête pour elle même, comme une experte appréciant les qualités de l'objet. Elle éclata même de rire quand son amie annonça qu'elle pourrait peut être même courir plus vite qu'elle :

- Tu n'auras pas de mal, Haneko-chan, je suis une vraie tortue. Tu me battrais en marchant sur les mains. C'est plutôt jolie en fait. Surprenant au départ, mais une fois qu'on s'y fait, on ne voit pas trop la différence, je n'avais même pas remarqué a la base. Enfin je suppose que ceux que tu bats a la course doivent l'avoir mauvaise après.

Elle éclate de rire en reculant de cette proximité qu'elle avait encore mise en place un instant plus tôt, gardant toujours le visage aussi proche de celui de la jeune fille sans aucune gène. Elle reculait de nouveau en respirant a pleins poumons et en levant les bras, les yeux vers le ciel, comme si elle avait besoin de cette vision au bout d'un certain temps concentré sur quelque chose. Elle pensa qu'elle pourrait changer une chanson sur elle, quelque chose comme « la fille de fer », mais préférait garder ça pour elle pour l'instant, ne sachant pas si il était de bon ton de proposer ce genre de chose. Préférant également changer de sujet, elle se retourne une nouvelle fois vers Haneko :

- Hey, dis, tu fais quoi de tes journées quand tu n'attends pas pour aller courir ? Tu joues aux jeux ?

Elle prit de nouveau une moue curieuse, penchant la tête sur le coté.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Lun 29 Aoû 2016 - 2:56

Elle aurait put s’en douter avant de le dire, mais de toute la fratrie Masuda, Maya était probablement la plus éloignée d’Ayame. Pour la simple et bonne raison que l’une était l’ainée du groupe et l’autre la cadette, mais même sans cela, depuis leur rencontre Ayame donnait l’impression d’être spontanée et direct, passionnée et franche. Sans connaître Maya, Haneko avait toujours eu l’impression de voir en elle quelqu’un de contrôlée, faite pour donner une bonne image, qu’elle appréciait ou non ça il lui était impossible de le savoir, mais c’était en tout cas différent de ce que renvoyait la jeune femme devant ses yeux. Mais la jeune Igarashi n’était pas une grande connaisseuse des relations de fratrie, elle était fille unique, et son père n’était pas vraiment du genre à traiter des amis à elle comme ses propres enfants. Elle avait eu des amis d’enfance, des amis très proche, mais jamais elle ne les avait considéré comme frères ou soeurs, non par mépris mais parce qu’elle ignorait ce que pouvait signifier cette relation.

Ayame ne semblait pas particulièrement vexée que son nom ait amenée son interlocutrice à nommer deux autres membres de sa famille, mais elle n’avait pas l’air très intéressée non plus. Ignorant les relations de la jeune fille avec sa famille et ne voulait pas commettre plus de gaffe que ça, Haneko choisit de ne pas poursuivre dans cette voie et d’acquiescer brièvement aux propos de la chanteuse.


- Ah je vois, c’est vrai que tu es jeune. Enfin, je ne vois pas vraiment, je n’ai pas de soeur, plus petite ou plus grande.

Elle savait quel âge Maya avait, deux ans de plus qu’elle, mais celui d’Ayame lui était inconnu. Elle pouvait l’estimer bien sûr, mais sans certitude. En tout cas, elle confirmait qu’il y avait un certain écart puisqu’elle se disait bien plus jeune que Maya. Haneko pariait pour au moins cinq ans d’écart, ce qui donnait dix-sept ans à la jeune femme, au maximum. Ça ne semblait pas trop nulle comme estimation. Cela pouvait paraître un peu bête, mais elle aimait bien connaître l’âge de ses interlocuteurs, cela lui permettait surtout de les situer sur le campus. Ayame pouvait être une lycéenne qui s’amusait sur les toits de l’université ou une jeune étudiante qui serait sûrement en même année qu’Haneko, à cause de ses retards.

Comme elle ne voulait plus insister là-dessus, la conversation finit par dériver sur un autre sujet et ses jambes finirent par arriver sur le tapis. La brunette se montrait étonnamment curieuse, ou plutôt étonnamment franche vis à vis de cette curiosité. Haneko avait souvent remarqué des regards intéressés vers ses prothèses, mais rares étaient les gens qui l’interrogeaient de façon aussi directe, et encore plus rares étaient ceux qui s’approchaient aussi près pour mieux regarder.

En fait, elle alla même jusqu’à effleurer du doigt la jambe d’Haneko. Et pas celle qu’elle lui montrait mais bien celle que la jeune brune portait encore à ce moment là. L’étudiante réagit avec un peu surpris, sans pour autant retirer sa jambe. C’est que même si la prothèse était faite d’un alliage de métal et de plastique, décoré pour donner l’illusion de la porcelaine, ça restait une partie d’elle. Une partie de substitution qu’elle pouvait retirer à tout moment, mais une partie d’elle quand même. Les gens n’avaient pas l’habitude de toucher du doigt les membres de quelqu’un d’autre juste pour tester, mais elle supposait que la règle était différente pour les prothèses. Et puis, le rire d’Ayame suffit à lui faire oublier en partie la sensation étrange de voir quelqu’un toucher sa jambe sans rien y ressentir.


- Je ne sais pas, je ne bats personne à la course. Je préfère courir seule.

La jeune femme rangea la prothèse à lame dans son sac, à côté de sa jumelle qui n’avaient pas bougé. Elle réajusta un peu la position de deux livres qui étaient restés dans le fond du sac et continua de parler dans le même temps.

- Elles sont faites pour avoir la forme de jambe, normalement avec une couleur plus discrète, mais j’aimais bien l’idée de les décorer. C’est moi qui ait dessiné la plume.

Comme Ayame était encore toute proche, la jeune femme en profita pour faire tourner un peu sa jambe et lui montrer le fameux dessin d’une plume, donnant l’impression d’être fait à l’encre de chine, il remontait sur la moitié de la fausse jambe, sa base entourée d’autres arabesques plus fines. Il restait un peu perturbant pour la jeune femme de parler à quelqu’un de si proche. Chaque fois qu’elle se tournait ne serait-ce qu’un peu vers Ayame, elles se trouvaient nez à nez et ses yeux la captivaient à nouveau. Leur couleur bleu était assez rare au Japon et la brunette les avait énorme et curieux, bonne représentation de sa personnalité.

Par chance, elle finit par s’éloigner un peu et changea de nouveau de sujet de conversation pour lui demander ce qu’elle faisait de ses journées. La question semblait sans rapport avec ce dont elles avaient parlés précédemment mais Haneko supposa que c’était juste une manifestation de cette curiosité qu’elle commençait à percevoir chez la jeune femme.


- Un peu. Je lis aussi. Ça dépend des jours en fait. Quand je viens sur le campus, je peux aussi aller au club de découvertes culinaires pour cuisiner un peu.

De la main, elle désigna le bâtiment qu’on pouvait apercevoir, de l’autre côté du campus. Puis elle haussa les épaules avec une moue déçue : ses passe-temps n’étaient guère intéressants, elle en avait bien conscience, surtout en comparaison de ce qui ressemblait de plus en plus à une musicienne accomplie.

- Et toi, que fais-tu d’autre, à part jouer de la guitare et chanter ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Jeu 1 Sep 2016 - 20:09

Elle reste toujours aussi a l'écoute de son amie. Au delà des mots que prononces Haneko, c'est sa voix qu'aime Ayame. Sa tonalité est agréable, et tout ce qui est agréable musicalement parlant, de prêt ou de loin, lui plaît. C'est sans doute a cause de cela qu'elle ne cesse de sourire depuis le début de cette entrevue improvisé. Sa jeunesse semble avoir frappé la jeune femme, ce qui amuse beaucoup l'adolescente.

Elle se demande un instant quel age il lui est donné ici. Elle avait l'habitude qu'on la vieillisse, surtout lors de ces représentations ou Lea l'habille et la maquille de sorte de la rendre plus «mature» comme elle dit. Mais le reste du temps elle ne fait pas plus vieille que les autres jeunes filles de son age. Elle semblait toutefois légèrement attristé en entendant que sa camarade était fille unique. Elle s'approcha de nouveau en faisant :

- Je ne sais pas ce que je ferais sans mon frère. Depuis que je suis née il est la pour moi, ce n'est pas trop dire d’être fille unique ?

Elle n'avait jamais eu cette sensation de solitude, malgré le fait que ses parents ne s'occupaient pas d'elle, n’étaient jamais la, Arata avait largement comblé ce vide. Mieux, il avait fait bien mieux que tout ce que ses parents auraient pu faire si ils avaient étaient la. C’était ce qu'elle pensait. Non, elle en était totalement persuadé.

Elle était aussi contente d'avoir ses sœurs, mais sa relation avec son frère était différente, c’était plus fort. Elle avait le sentiment qu'ils se comprenaient sans même parler. Elle n'avait jamais comprit Lea, n'avait jamais essayé de comprendre Maya. C'est aussi pourquoi son frère était important. Trop important sans doute pour lui permettre de s'émanciper totalement, mais elle s'en moquait.

La conversation finissait par changer de sujet. Le contexte était identique, toujours aussi reposant, mais les sujets ce succèdent les uns aux autres avec spontanéité. Elle ne réfléchit pas pour parler de ce qu'elle a en tête, comme une marque de fabrique, et Haneko n'a pas l'air d'avoir de problème a répondre a ses questions, lui en posant parfois a son tour. L'échange est amical. Peut être un peu moins quand vient la partie sur les jambes de l'étudiante, mais Ayame ne semble pas s'en soucier, plus curieuse que mal a l'aise.

Elle finit même par éclater de rire a propos d'une éventuelle course avec elle. Elle n'a aucune honte quand elle dit qu'elle est aussi lente qu'une tortue, tout simplement parce que c'est un fait avéré. Elle est aussi bonne pianiste que mauvaise sportive, ce qui, sur une échelle proportionnel, constitue une sacré nullité dans le domaine sportif. Sans réfléchir, en écoutant la dernière phrase de sa camarade, elle répond :

- Pourquoi il y a les parala....les parilin....para....les trucs la, tu voudrais pas faire ça ? Ça pourrait être bien non ?

Elle semble y avoir réfléchit sérieusement. C'est dommage de ne pas pouvoir courir avec quelqu'un, alors que c'est finalement la seule chose d’intéressant qu'elle pourrait trouver a courir. Tout est toujours plus amusant a plusieurs, et même quelque chose de vraiment ennuyant peux devenir drôle lorsqu'on l’effectue avec un amie.

- Moi je veux bien courir avec toi. Mais je te préviens je suis tellement lente que ca ne sera sans doute pas amusant pour toi. Et comme au bout de deux tours de la piste du campus je vais mourir, on ne pourra pas courir longtemps ensemble, mais c'est déjà un bon début je pense ?

Elle rigole de nouveau en appuyant machinalement sur son chapeau afin qu'il reste bien planté sur sa tete, et continu d'écouter les réponses a ses questions. Elle n'est pas non plus une bonne artiste graphique. La seule calligraphie qu'elle maîtrise, c'est les notes de musique, qui avec la pratique a fini par devenir une habitude enfantine. Cependant contrairement a la discipline précédente, c'est le genre de chose qu'elle aime beaucoup. Lorsque Haneko lui présente son œuvre, elle lâche un « ohhhh » impressionné en s'approchant de nouveau pour voir de plus prêt. Elle tourne un peu la tête, et écarquille les yeux lorsqu'elle apprend que c'est sa propriétaire qui a effectué le dessin :

- C'est magnifique. Tu es forte dans pleins de domaines en fait, j'aimerais bien avoir des talents partout comme toi. Tu as utilisé quoi pour faire ça ?

Elle lève les yeux vers le visage d'Haneko, sans doute toujours un peu trop prêt, et celle ci recule pour ranger sa prothèse. Ayame n'ayant pas perdu son sourire depuis le début, garde les yeux grands ouverts braqués sur son amie en l'écoutant parler. Elle hoche la tete a mesure des explications qui lui parviennent. De la cuisine également alors. Elle la trouvait vraiment incroyable, d'etre aussi polyvalente. Bien que totalement épanouit dans la musique, il arrivait des fois ou elle aurait aimé etre bonne dans d'autres domaines. Mais avec le temps qu'elle consacrait a la pratique, elle ne pouvait tout simplement pas faire d'autres choses.

- Et tu lis quoi comme type de livres ? Des histoires d'aventures ? C'est ce que je préfère, qui se passe loin dans des endroits beaux et dangereux. Tu cuisines beaucoup ? Tu préfères le salé ou le sucré ?

C’était avec une facilité déconcertante qu'elle passait d'un sujet de conversation a un autre, sans jamais se perdre dans ses questions et ne mélangeant aucune des réponses qui lui étaient donnés. Vive d'esprit etait une remarque que faisaient souvent ses professeurs. Elle mémorisait tout facilement et rebondissait avec aisance sur n'importe quelle parole. Elle n'a d'ailleurs aucune difficulté a répondre a la dernière question qu'Haneko lui pose. Sans réfléchir elle ajoute :

- Je joue aussi du piano, de la batterie et de la flûté traversière. Arata-nii m'a apprit le piano quand j'étais toute petite, puis j'ai continué a apprendre par moi meme ensuite. Quand a la guitare j'ai appris toute seule une année ou je n'allais plus a l'école. Et pour les deux derniers, c'est une très bonne amie a moi qui m'a tout enseigné. Et le chant...je n'étais pas très douée a la base, donc j'ai pris des cours. C'est la seule chose pour quoi j'en ai pris d'ailleurs. Désolé ce n'est pas très intéressant de toute manière. Ce qui est plus intéressant, c'est de savoir ce que toi, Haneko-chan, aimes comme musique.

Captivé par cette question plus que pour toute les autres précédemment posés, elle s'approche une fois de plus, les yeux grands ouverts braqués dans ceux de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Jeu 1 Sep 2016 - 23:31

Dure ? La question l’avait un peu surpris, mais surtout parce qu’elle n’y avait jamais réfléchi en ses termes. En fait, elle n’avait jamais trop réfléchi à son absence de frère et soeur. C’était ainsi et elle l’avait toujours vécu. Beaucoup de gens lui parlaient de leurs relations avec leurs frères ou soeurs, comme Ayame qui semblait très proche d’Arata, mais cela ne lui avait jamais manqué à proprement parlé. Peut-être parce que sa mère n’avait jamais été là pour qu’elle lui pose de question, et que son père avait toujours été distant sur le sujet. De fait, Haneko ne ressentait pas de manque à ce sujet, c’était un état de fait. Elle était fille unique. Elle n’en avait pas souffert et ne voyait pas trop pourquoi on pourrait en souffrir. Mais après tout, elle avait eu de bons amis, peut-être assez proche pour compenser l’absence d’un soeur ou d’un grand frère.

Elle l’ignorait complètement et répondit donc en haussant les épaules.


- Je ne sais pas, je ne crois pas. C’est comme ça depuis que je suis né aussi. Je ne pense pas pouvoir manquer de quelque chose que je n’ai pas connu.

Malgré tout ce qu’elle pouvait avoir dit ou penser par le passé, elle n’avait pas à se plaindre de l’éducation qu’elle avait reçu. Après la mort de sa mère, son père avait fait son possible pour se montrer présent et elle n’avait commencé à ressentir un manque qu’à partir de l’adolescence. Cela n’avait rien donné de bon. C’était peut-être une bonne chose qu’elle ne se sente pas privée de frère ou de soeur, finalement.

Comme la conversation avait tendance à vite évoluer, surtout grâce à Ayame qui ne semblait jamais hésité à poser la moindre question, quel que soit le sujet concerné, elles se retrouvèrent vite à discuter de ses jambes. Ce n’était pas quelque chose dont la jeune femme avait honte mais il y avait tout de même des remarques qui la faisaient grimacer. Notamment la mention des Paralympiques. Pourtant, il n’y avait pas de réelle raison à cela. Après tout, elle utilisait des prothèses décorées pour qu’elle se voit, pour ne pas avoir à cacher son infirmité ou en avoir honte. Mais bizarrement, le fait d’être immédiatement associé aux sports olympiques l’énervait. C’était après tout la vision que la plupart des gens avaient de ces prothèses, c’étaient celles de athlètes. Haneko ne pouvait pas juste devenir une athlète de haut niveau juste parce qu’elle portait ces trucs.

Elle réfléchissait à un moyen de répondre à cela, quand la jeune fille se proposa pour courir avec elle. Ce n’était pas exactement ce à quoi elle s’attendait de la part d’une élève qui annonçait un peu plus tôt le fait qu’elle courrait comme une limace. Mais surtout, ce n’était pas du tout ce qu’elle voulait. Ayame semblait croire qu’il fallait nécessairement être à deux pour apprécier une activité, mais la jeune Igarashi n’appréciait pas vraiment la course. Elle la tolérait tout au plus, et ne la pratiquait que parce qu’on lui avait conseillé, et que cela lui permettait de s’assurer d’être en forme. Une question de santé, en quelque sorte. Elle attendait le soir pour être tranquille, pour ne se montrer à personne avec ces lames immondes à la place des pieds. Elle n’allait pas prendre un partenaire de course. Ce n’était malheureusement pas facile à exprimer.


- Euh… C’est très gentil, mais je préfère courir seule, ne te donne pas cette peine.


Haneko tenta un petit sourire pour la rassurer, ou pour ne pas avoir l’air trop asociale au moment de lui dire ça, peut-être.

- Je ne cours pas pour la compétition. C’est pour ma santé, il est important que je garde les muscles de mes jambes actifs.

Elle appuya de la main sur une de ses hanches pour montrer de quels muscles elle parlait exactement, même s’il aurait été difficile de confondre avec d’autres muscles de ses jambes.

Ce n’était pas une conversation très agréable, mais comme elles parlaient de ses prothèses, Haneko put rapidement la détourner vers autre chose, et notamment les dessins qui ornaient celles d’aujourd’hui. Elle les montra sans gêne à Ayame, qui en sembla bien plus impressionnée que son aînée ne l’aurait cru. Elle avait pensé qu’une artiste comme elle trouverait ça normal, mais apparemment elle la prit plutôt pour une artiste aussi. Le rose montant à ses joues, Haneko fit son possible pour la détromper rapidement.


- J-Je ne suis pas si douée. Je dessine juste un peu, de temps en temps. Je sais bien faire les plumes et les yeux. En fait, je l’ai dessiné sur papier, puis encré et scanner à la personne qui se charge de faire les prothèses, en Europe. Elle s’est chargée de le reproduire sur la coque et voilà.

Haneko avait un petit sourire gêné en racontant cette histoire, mais prit bien soin d’hausser les épaules pour signifier que ce n’était pas grand chose. Ce n’était qu’un détail sur l’une des paires de prothèses qu’elle possédait, et certainement pas la plus détaillée, même si elle en était un peu fière tout de même. Elle espérait avoir satisfait un peu de la curiosité de sa cadette, mais fut rapidement fixée là-dessus.

Ayame enchaînait les questions avec une facilité déconcertante et semblait curieuse d’absolument tout ce que pouvait faire Haneko, qui prenait parfois un peu de temps à répondre. Surtout parce que le plus souvent, elle n’avait pas réfléchi au sujet. Elle lisait les livres dont elle trouvait l’histoire intéressante, mais il y avait de tout parmi ceux-là. Des aventures épiques, de la fantasy, des histoires plus réalistes, des histoires d’amour, des aventures humaines… La lycéenne ne rendait pas ça plus facile en restant en permanence aussi près du visage de son aînée. Haneko pouvait presque sentir son souffle quand elle lui posait des questions et elle rosissait par moment, détournant le regard pour chercher ses mots.


- Je crois oui, j’en lis beaucoup. De la fantasy aussi, et de la science-fiction occidentale. Enfin, j’essaye un peu de tout.


La cuisine, par contre…

- Je cuisine depuis que je suis toute petite, alors j’ai bien l’habitude. Je préfère le salé, surtout quand il s’agit de cuisiner, je n’aime pas faire des choses douces. Je préfère les bons plats, très préparés, et le plus souvent salé.


Comme elles parlaient de tout cela, elles en vinrent naturellement à la passion d’Ayame, pour la musique. Il s’avéra que la jeune fille était encore plus douée qu’Haneko l’imaginait puisqu’elle jouait de plusieurs instruments. Le piano n’avait rien d’étonnant, presque trop classique dans l’enseignement musical, mais le fait d’en faire autant à son âge impressionnait la jeune Igarashi. Elle ne laissa d’ailleurs pas sa cadette changer de sujet aussi facilement cette fois-ci.

- Comment ça pas très intéressant ? Tu veux dire que tu as appris à faire tout ça sans professeurs, sauf pour le chant ? C’est génial, je n’ai jamais réussi à m’intéresser à un seul instrument. Alors quatre ? Comment tu fais ? Tu es une vraie passionnée, mais il y a d’autres musiciens dans ta famille pour t’encadrer ?

C’était à son tour de la bombarder un peu de question, tout en se donnant du temps pour trouver quoi lui répondre sur ses musiques préférées. Un jour, elle devrait faire une liste de ce genre de question, elle n’avait pas l’habitude d’y répondre correctement.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Ven 2 Sep 2016 - 0:13

Pour la jeune Masuda, c’était tout simplement invraisemblable de ne pas tenir compte de sa famille, ou plutôt, de sa fratrie, ou plutôt, de son frère. Peut être que si il n'avait pas était la, elle ne serait pas la aujourd'hui. Son père n'avait même pas était au courant qu'elle était tombée malade. Celui qui s’était occupé d'elle, c’était bien sur Arata ! Sa mère n'avait apprit le fait que l'enfant jouait parfaitement du piano bien après qu'Arata ai arrêté de lui donner des cours, bien après qu'elle l'ai surpassé.

Et pourtant elle n'avait jamais fait le moindre geste pour lui donner d'autres leçons. Comme pour tout, elle s'était débrouillée par elle même, encouragé par son grand frère. Le fait de ne pas avoir envie de connaître cette sensation etait vraiment étrange pour elle, mais elle ne pouvait pas aller a l'encontre du fait qu'en effet Haneko ne pouvait regretter de ne pas avoir connu quelque chose....si elle ne la connaissait pas. Alors elle éclata encore une fois de rire.

- Tu as probablement raison.

C’était le signal du changement de sujet. Elle n'avait pas l'habitude de mettre fin a quoi que ce soit, mais elle n'avait pas spécialement envie de rentrer dans les détails de sa famille, aussi compliqué que pouvait l’être une famille qui avait un enfant non désiré. Si elle était née la première....alors elle n'aurait pas eu cette relation avec Arata. Son sourire s'élargissait soudainement sans qu'elle ne dise rien. Finalement elle n'aurait pas voulu naître avant, pour rien au monde elle ne voudrait changer ce qu'elle considérait comme la personne la plus importante de sa vie.

Son sourire ne change pas même quand elle semble bien qu'elle a touché un point sensible. Ce n’était pas dans son intention, et elle n'en ai pas plus heureuse que ça, ou plus malheureuse, c'est un fait qui a eu lieu, elle ne peux plus revenir en arrière, alors autant faire en sorte d'améliorer le présent. Courir seule n'avait vraiment rien d'amusant a ses yeux, mais elle respectait la décision de sa camarade. Elle remarquait quand même la légère crispation de la jeune femme, principalement au niveau de la main qu'elle posait sur sa cuisse afin de montrer un muscle invisible a la jeune brune.

C’était plutôt abstrait, et de toute façon ce n’était pas du tout ce sujet qui l’intéressait. Au delà du fait d’être peut être gène par la discussion, elle semblait désolé de refuser la proposition que la musicienne venait de faire. Alors le plus naturellement du monde, elle pose sa petite main sur celle de son amie dans une volonté d'apaisement, tandis que le sourire sur son visage change. Il n'est plus joyeux, plutôt apaisant. Sans se départir de son habituelle proximité, elle répond alors :

- Tu n'as pas besoin d’être mal a l'aise en refusant. Ce n’était qu'une proposition. Tu es libre de les accepter comme les refuser. Si je savais exactement la réponse a une question, alors je ne la poserais pas, c'est plutôt logique non ?

Elle sourit encore une fois en remarquant soudainement la roseur sur les joues d'Haneko. Fronçant les sourcils d'un air surprit, elle recule alors son visage en faisant d'un air étonné :

- Tu rougis, Hane-chan. Ca ne va pas ? Tu veux un peu d'eau peut être ? J'en ai dans mon sac si tu veux.

Sans attendre une quelconque réponse, elle se retourne en faisant tourner sa robe autour d'elle dans un ballet qui se veux peut être totalement réfléchit, ou alors peut être simplement fait au hasard, et se précipite vers l'endroit ou repose la house de sa guitare. De la poche avant de cette dernière, une bouteille d'eau tiédit par le soleil. Elle revient la mine légèrement piteuse vers son amie :

- Désolé, elle n'est pas très fraîche. Je crois qu'elle est restée trop longtemps au soleil.

Elle semble déçu un instant de l'eau qu'elle propose, mais rebondit pourtant avec sa joie de vivre sur les dessins que son aînée a effectués. Elle écoute attentivement, littéralement captivés par les explications. Elle a toujours trouvée intéressante ce qu'elle ne connaissait pas. Et comme par hasard ce qu'elle dit les ramènes a l'une de ses toutes premières remarques.

- Je trouve ça quand même fort. Tu étais ici. Et en un clic, hop, ton dessin est en Europe. C'est rapide et efficace. Tu pourrais me montrer d'autres dessins un jour ?

Elle sourit sans se rendre compte qu'elle vient indirectement proposer de se revoir, mais n'en prenant pas vraiment garde, continu cette fois sur la lecture. Elle ne s'y connaît pas vraiment, elle n'a pas le temps de lire. Elle a simplement feuilleté des ouvrages se trouvant chez elle, ou ceux qui étaient obligatoires par l'école. Elle semble songeuse un instant avant de dire :

- C'est quoi la différence entre un livre occidental et oriental en fait ? Je n'ai jamais compris pourquoi ils les définissaient comme telle. C'est juste une expression ? Ou il y a de vraies catégories ?

Ce sujet l’intéresse plus que le précédent. La cuisine. Ayame n'aime pas manger. Cela prend du temps, c'est ennuyant, pas forcément toujours bon. Les seules repas qu'elle trouvait amusant était ceux qu'elle partageait avec son frère et sa sœur dans l'appartement ou ils vivaient en collocation. Mais plus que la dégustation, c’était de faire le repas qui l'amusait. Comme tout, ce qu'elle faisait avec des gens qu'elle aimait l’intéressait. Elle semble dans un premier temps un peu déçu que son interlocutrice préfère le salé, elle étant plus gourmande et ayant plus d'affinités avec le sucré. N'ayant aucune envie de manger un de ses plats, mais étant intrigués quand a la conception de ces derniers, elle lance une nouvelle invitation involontairement :

- Tu pourrais me montrer un jour ? Si tu cuisines depuis longtemps, tu dois être très forte ! Un peu comme les chefs a la télé qui cuisine tout super vite, alors que je met une heure a couper une tomate.

Elle éclate de rire, semblant visionner mentalement une image venant de sa dernière préparation culinaire. Puis enfin le retour a la musique. Cette fois c'est Ayame qui, de nouveau, rougit franchement des compliments d'Haneko. La question qu'elle lui pose ensuite, comme lorsqu'elles avaient parlés de sa famille. Un temps d’arrêt qu'elle ne met pas longtemps a combler.

- Et bien, dans ma famille direct....tu connais peut être Adélaïde Stein. C'est une grande pianiste de renommée internationale.....c'est ma mère. Mais elle ne m'a jamais rien apprit, donc je ne pense pas que l'on puisse dire que cela vient d'elle.

Elle s'arrete un instant, songeuse, avant de soudainement s'approcher de nouveau de son amie, son enthousiasme soudainement débordant :

- Mais c'est ma grande sœur qui m'a apprit beaucoup sur les instruments. Enfin, ce n'est pas vraiment ma sœur, c'est une très bonne amie plutôt, mais je la considère plus comme ma sœur tu vois. Mais tu la connais peut etre si tu vis a Keimoo depuis longtemps,  Hane-chan ! Elle s'appelle Reira. Kyoshida Reira ! Elle jouait beaucoup en ville il y a quelques années, tu l'as peut être déjà entendue ! Elle jouait vraiment très bien, mais elle a du partir....pour ses études.

Une moue agacée apparaît un instant sur le visage de la jeune brune, puis disparaît aussi vite.

Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Ven 2 Sep 2016 - 16:52

Haneko n’arrivait pas à déterminer si son interlocutrice avait beaucoup d’humour ou si elle utilisait le rire pour désamorcer toutes les situations, mais elle avait l’impression de l’avoir vu éclater de rire plus de fois en une demi-heure de rencontre qu’elle n’avait vu son père sourire en vingt ans d’existence. Ce n’était pas désagréable, mais ça avait quelque chose de surprenant. Elle avait tout simplement l’air d’être très positive en permanence, ce que la jeune Igarashi n’avait pas connu depuis un moment. Par chance, tout de même, Ayame réagissait tout de même à ce qui se disait et elle vit bien que ses remarques sur la course avait touché un point sensible.

Plutôt que d’abandonner complètement le sujet, elle rassura plutôt Haneko sur son droit à refuser, ce qui faillit faire sourire la jeune femme. Puis elle remarqua un changement que la brune avait à peine senti. Entendre la jeune fille noté la rougeur de ses joues la fit rougir encore un peu plus. Ayame ne semblait pas envisager que c’était dû à sa proximité non plus, puisqu’elle proposa plutôt de l’eau. Haneko voulut ouvrir la bouche pour rectifier, sans savoir ce qu’elle pouvait bien dire pour expliquer ça, mais sa cadette s’était déjà éloignée pour rechercher une bouteille. Elle la regarda faire sans rien dire, toujours un peu perturbée par la vitesse à laquelle cette fille pouvait changer de sujet sans en paraître perturbée le moins du monde. Même cette histoire de rosissement lui était venue sans qu’elle hésite une seconde à en parler.

Même quand elle ne faisait que bouger d’un point à l’autre, la petite femme semblait danser. Sans doute un peu aidée par sa robe, dont la jupe virevoltait au-dessus de ses jambes avec la grâce qu’une jupe simple ne pouvait pas conférer. La voyant déçue de découvrir sa bouteille chauffée par le soleil, Haneko ne peut pas s’empêcher d’en sourire, et en profite pour balayer les sujets précédents.


- Ne t’en fais pas, je n’ai pas trop soif. Garde-la pour toi. Il y a une fontaine près des vestiaires.

Elle parlait bien sûr du terrain de sport où elle avait prévu d’aller plus tard, mais ne jeta cette fois-ci pas un regard dans sa direction. Haneko irait quand il n’y aurait plus personne pour l’y voir ou presque, mais cela pouvait attendre qu’elles terminent leurs discussion. Quoique, plus le temps passait, plus cette Masuda semblait capable de faire durer tant qu’elle serait curieuse de quelque chose, et elle était curieuse de tout. Elle pourrait bien manquer une séance, ce n’est pas comme si elle était sportive.

La discussion revint à la fois sur ses dessins et sur la capacité d’échange actuelle. Haneko n’y avait pas pensé comme ça, elle s’était juste adressé aux quelques compagnies qui proposaient de créer des coques personnalisées pour les prothèse comme ça. L’idée d’y incorporer un dessin à elle, surtout la plume qu’elle maîtrisait depuis son enfance, était juste un bonus fort agréable. Jusque là, elle n’avait pas été du genre à partager ses dessins, surtout parce que c’était encore moins qu’un passe-temps. C’était des gribouillages qu’elle arrivait à caser dans la marge de ses cahiers mais rien de grandiose, surtout pas de quoi réellement dessiner des personnages ou des scènes.


- Oui, c’est vrai que c’est impressionnant. Je veux bien t’en montrer d’autre mais ne t’attends pas à quelque chose de magnifique.

Haneko pencha un peu la tête sur le côté, ses yeux noirs observant plus attentivement la jeune fille. Pour une fois que c’était à elle de la regarder intensément comme ça. Elle réfléchissait simplement à ce qu’elle pouvait lui faire. La dessiner elle ne semblait pas trop nulle, elle y arrivait plutôt bien avec les visages.

Perdue dans ses pensées, elle n’émergea que pour répondre au bombardement de question de la part de la brunette.

- Ah… Euh… Le style, je suppose ? Enfin, le thème des histoires diffèrent un peu aussi, surtout sur les anciens livres. Aujourd’hui, je suppose que ça a tendance à s’uniformiser ?

Elle haussa les épaules pour lui signifier qu’elle n’en savait pas plus que ça. On lui avait toujours parlé de cette délimitation entre livres occidentaux et histoires orientales, voire même entre livres étrangers et japonais, mais elle n’avait jamais réfléchi à son sens. D’expérience, il y avait bel et bien des différences, mais parfois il y avait autant de différences entre deux livres issus d’un même pays. Elle aurait été incapable de s’exprimer correctement là-dessus mais elle était sûre que quelqu’un de plus informé pourrait expliquer le sujet.

La cuisine, elle maîtrisait mieux, et elle aurait put expliquer en long, en large et en travers les différences entre cuisine occidentales et japonaises, voire les différences entre les cuisines de chaque pays. Mais ce n’était pas la question qu’Ayame posa. Pour le mieux, sans doute, ou elles auraient été coincées sur ce toit pour les heures à venir.


- Je cuisine plutôt vite, oui, mais je préfère encore le faire bien. Je pourrais te préparer quelque chose un jour… Si tu passes au club cuisine.

Elle avait très vite ajouté la précision sur le club de découvertes culinaires, il aurait été un peu impolie de l’inviter chez elle pour manger. C’est aussi à ce moment que la jeune femme prit conscience qu’elles parlaient tout à l’heure comme si elles allaient se revoir. Ce n’était pas si étonnant en soi, mais cela faisait un bon moment qu’elle n’avait pas connu cette sensation de rencontrer quelqu’un, de discuter un peu et de parler presque aussitôt de se recroiser, d’échanger de nouveau. C’était une amie, en quelque sorte.

En revenant sur la musique, Haneko savait qu’elle arriverait à faire s’arrêter la jeune femme pour au moins quelques temps. Et elle s’empêcha de sourire aussi en la voyant rougir aux compliments, ce qu’elle faisait depuis le début de leur rencontre. Ayame n’hésitait jamais bien longtemps cependant, et elle donna rapidement plusieurs noms à son interlocutrice. Celui d’Adelaïde Stein ne lui évoquait rien, sinon qu’il était étranger. Elle l’avait peut-être déjà entendu, mais il lui était impossible de le replacer dans un contexte. C’était donc le nom de sa mère. Plus que ça, c’est le fait qu’elle n’ait rien appris à sa fille qui surprit Haneko. Elle-même n’avait pas toujours eu la meilleure relation du monde avec son père, mais il lui avait beaucoup appris, il paraissait tellement étrange qu’une grande pianiste n’apprenne rien à sa fille passionnée de musique.


- Hm… Le nom me dit quelque chose, mais je ne pense pas connaître. Je l’ai peut-être entendu une ou deux fois.

En y repensant, c’était peut-être son père qui en avait parlé en évoquant la famille Masuda, c’est ce qui paraissait le plus plausible à Haneko car elle n’avait jamais été passionnée de piano et son père non plus. Le second nom, en revanche, évoqua plus de souvenir. Elle était incapable de mettre un visage dessus, mais plusieurs notes de musiques résonnèrent dans son cerveau au moment d’y penser. Ayame expliqua d’ailleurs qu’elle s’était produite plusieurs fois en ville, dans les années précédents. Cela expliquait comme la jeune Igarashi pouvait la connaître. Elle avait pris l’habitude de pas mal traîner en ville à une certaine époque, dans des endroits divers et variés, elle avait donc put apprécier des styles de musiques divers et variés.

- Je la connais ! Enfin, je crois l’avoir entendu plusieurs fois, il y a un moment. Pas étonnant que tu sois si douée alors. C’est dommage qu’elle soit partie mais les études sont importantes je suppose.

Alors qu’elle lançait cette banalité, la jeune femme pensait à tout autre chose. Il est vrai que beaucoup de jeunes artistes se représentaient en ville, un peu partout, et la voix d’Ayame lui avait dit quelque chose. Même maintenant, Haneko prenait parfois le temps de s’arrêter dans un bar, profiter du beau temps, de l’ambiance, ou de la musique. Elle retourna ses yeux perçants sur la petite brune.

- Et toi ? Tu chantes en ville de temps en temps ? Tu es peut-être un peu jeune, mais ça devrait te réussir.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Sam 3 Sep 2016 - 17:30

Une idée passe soudainement dans la tête de l'adolescente. Cette bouteille d'eau était dans sa house depuis très longtemps. Un bon mois au moins. Et elle venait de la proposé a son amie. Elle l'aurait peut être rendu malade, elle avait peut être était sur le point d'intoxiquer Haneko. Ce n'est plus de la roseur, mais une rougeur écarlate qui attaque ses joues, la faisant reculer d'un pas en détournant le regard, perdant légèrement son sourire. Quelle tête en l'air de n'avoir pas pensé a ça. Heureusement elle avait refusé, sinon cela aurait pu vraiment être étrange.

- Tu as raison, je suis bête, j'avais oublié l'eau qu'il y avait en bas.

Bredouillant précipitamment sa phrase en se retournant, bouteille a la main, elle tente de dissimuler la chaleur de son visage a son aînée. Sans réfléchir, elle balance la bouteille vers son point de départ pour éviter de faire le trajet. Son adresse a la guitare étant proportionnelle a la faiblesse de sa précision, son lancé partit totalement en vrille, passant au dessus de la barrière qui délimitait le toit et la faisant tomber tout en bas du bâtiment. Dans sa démarche sautillante, elle se précipite vers cette barrière, et se penche par dessus afin de voir que sa bouteille repose dans un buisson tout en bas. Toujours aussi rouge, elle se retourne en tentant de garder son sérieux. Impossible. Elle éclate de rire en balbutiant un :

- On dirait que je ne suis vraiment pas douée...

Elle se rapproche de nouveau d'Haneko en retrouvant petit a petit son calme. La discussion revient sur les dessins de son interlocutrice. La fille aux cheveux sombres acceptes de lui montrer ses dessins. Elle semble oublier totalement la partie sur les échanges d'informations liés a la technologie. Ce n'est pas qu'elle ne trouve pas cela intéressant, mais les dessins de son amie le sont bien plus. Elle pense a celui qui vient d’être rangé, cette plume qu'elle trouve aussi finement dessiné que majestueuse et ne perd pas son sourire en répondant avec enthousiasme.

- Ce n'est qu'une histoire subjective en fait. Si tu y met ton cœur, alors il ce sera forcément de beaux dessins, non ? On dit bien que les œuvres de ce peintre....euh....Picasso ? Oui, je crois que c'est cela, Picasso, ses œuvres sont célèbres dans le monde entier non ? Et ce n'est pas jolie du point de vu de tout le monde. Moi je les trouves jolie tes dessins, et je me moque que quelqu'un dise qu'ils sont moches.

Elle hoche la tête avec vigueur comme pour mettre du poids sur sa phrase. C’était d'une façon un peu enfantine, mais c’était ce genre de phrase qui avait le plus de poids, car c’était vraiment ce qu'elle pensait. Elle n'avait jamais prit la peine d'utiliser de grandes phrases, de grands mots comme faisait toujours ses parents, pour exprimer ce qu'elle avait sur le cœur. Le plus simple était souvent le plus efficace, selon elle. Alors que la conversation diverge sur les lectures d'Haneko, la question posé par la jeune brune est, après réflexion, beaucoup plus complexe que ce qu'elle voulait mettre en avant au départ.

C’était trop tard a présent. Elle n'avait aucune envie de partir sur un long débat a ce moment de la journée, ou la chaleur et sa bonne humeur avait sapé son énergie qui semblait pourtant bien présente. Elle était alors extrêmement soulagé que son amie ne semble pas plus au courant que ça, un débat sur la littérature n’était pas dans ses priorités actuelles. La cuisine, de la façon dont Haneko en parle, avec passion, est bien plus intéressant selon elle. Au delà d'aimer ou de ne pas aimer, elle n'y connaît pas grand chose. Quand elle aide Arata, il fait souvent le gros du travail. Un moment amusant plus qu'un vrai apprentissage.

Elle semble enthousiaste a l'idée de goûter quelque chose que l'étudiante a préparé. Peut être même d'avantage d’être la pendant la préparation. Le club cuisine ? Elle ne savait même plus dans quel bâtiment il se trouvait, et proposa sans vraiment y réfléchir :

- Il y a une très grande cuisine chez moi, enfin...je ne vis pas vraiment dans la maison de mes parents mais....il n'y a jamais personne donc sinon tu pourrais faire quelque chose la non ?

Elle sursaute presque toute seule. Elle pense soudainement que ses parents, et plus particulièrement sa mère, ne serait pas ravie que quelqu'un vienne chez elle, surtout si c'est Ayame qui la ramène. Si elle etait la fille d'un grand taulier de la finance ou d'un grand pdg d'entreprise, ca serait sans doute bien plus simple. Elle soupire en agitant évasivement la main devant elle :

- Enfin on verra bien sur....ce n’était qu'une idée comme ça.

Elle semble une nouvelle légèrement agacé, le fait de toujours devoir réfléchir aux humeurs de ses parents la fatiguait, c’était bien pour ça qu'elle avait préféré venir vivre avec Arata et Lea dans leur appartement. Au moins elle pouvait faire ce qu'elle voulait sans entendre les habituelles critiques de sa mère sur sa tenue, son comportement. Enfin, quand sa mère était la bien sur.

La musique enfin, la conversation y revient naturellement. Après avoir parlé de ses propres compétences, elle évoque plusieurs noms, celui de sa mère, et de son amie Reira. Elle semble presque soulagé que son amie ne connaisse pas le nom de sa mere. Au moins elle ne sera pas rattaché a ce détail dans son esprit. Elle n’était que « la fille d'Adelaide Stein-Masuda » pour beaucoup, elle préférerait que tout le monde l’appelle « Ayame ». Au moins avec Haneko, ca serait le cas. Elle semble beaucoup plus enthousiaste, une étoile rappelant la vénération qu'un pieux porte envers son Dieu, quand le nom de Reira est évoqué :

- Alors tu l'a connaît ? Elle est incroyable ! Elle savait si bien improvisé, elle connaît des dizaines de partitions par cœur, elle chante super bien, elle est....incroyable. Ah, je l'ai déjà dis.

Elle se trouve coupé net dans son élan par la question suivante. Et elle, elle joue en ville ? Elle chante en ville ? Que dirait Jonathan. Ah oui « évites de trop attirer l'attention sur toi, des stars plus jeunes que toi s'y sont coupés les ailes, tu as toute la vie pour être connue ». Elle rougit légèrement en répondant avec une certaine assurance factice :

- Pas tellement, je jouais avec Reira, mais depuis qu'elle est partit, plus trop. Tu savais qu'elle avait commencé a jouer dans un bar connu de Keimoo a 12 ans ? Incroyable non ?

Elle recommence a parler de sa « sœur », sans vraiment prendre conscience que, étant donné que c'est a cet age qu'elle a commencé a se produire dans des bars, elle s'auto-congratule. Ah si elle s'en rend compte. La voilà qui rougit encore d'avantage....
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Sam 3 Sep 2016 - 19:03

D’abord souriante en voyant la toute jeune femme s’excuser de lui avoir simplement proposé de l’eau, Haneko s’apprêtait à la rassurer quand elle vit la bouteille en question décoller dans les airs. Elle suivit d’abord avec curiosité sa trajectoire, jusqu’à se rendre compte qu’elle n’était pas bonne du tout. Bondissant sur ses pieds, au moins autant que ses prothèses le lui permettaient, elle se pencha au-dessus de la rambarde en même temps que son interlocutrice et assista aux derniers mètres de cette chute. D’abord inquiète, elle se rassura en voyant qu’il n’y avait personne en-dessous ni même dans les environs, aucun risque donc. Un peu perplexe, elle ne releva le nez qu’en entendant le rire clair de la jeune fille. Ayame ne semblait pas plus perturbée que ça par sa maladresse, ce qui avait quelque chose de rassurant et d’un peu inquiétant, si elle y était si habituée.

- Eh bien… Au moins on est sûres qu’il y a de l’eau en bas maintenant.


Elle haussa les épaules et retourna vers son banc avec un sourire, pour signifier à la jeune fille que ce n’était vraiment pas grave, même si elle n’avait pas l’air de le prendre trop mal de toute façon.

Comme la conversation venait à ses dessins, Haneko fut encore une fois surprise de la capacité de la jeune femme à passer d’un sujet à l’autre, tout en traçant des comparaisons que son interlocutrice n’aurait jamais osé. Picasso était bien connu, c’est certain, mais elle n’aurait pas choisi ce nom là pour comparer avec ses propres gribouillis. C’était un maître dans son art, même ceux qui n’aimait pas son style étaient forcés de le reconnaître. Elle-même ne comprenait pas toujours ça mais comme elle n’y connaissait rien en peinture, ça ne l’avait jamais vraiment étonné. Elle n’était donc pas sûre de saisir parfaitement ce qu’Ayame voulait lui dire mais au moins complimentait-elle ses dessins, ce qui lui arracha un sourire.


- Ne t’en fais pas. Les gens ne critiquent pas mes dessins en général, non pas que je les montre beaucoup, mais je te remercie. Je ne sais pas si je les fais avec le coeur, mais je pourrais essayer.

En fait, il n’était pas difficile pour elle de retrouver un bon nombre de dessin griffonner pendant des cours où elle s’ennuyait mais elle n’était pas certaine de pouvoir les qualifier de fait avec tout son coeur. Elle n’avait que très rarement prit le temps de s’asseoir pour travailler sur un seul et unique dessin en essayant de lui insuffler quelque chose. Il y avait bien cette fameuse plume qu’elle avait voulu afficher sur ses prothèses mais c’était tout. Haneko ne pouvait donc pas promettre de faire des miracles mais puisque sa cadette semblait déjà annoncer qu’elle aimait ses dessins, elle supposa que ce n’était pas bien grave.

Là où elle était bien plus confiante en ses capacités de préparer quelque chose qui puisse plaire à a peu près tout le monde, y compris Ayame, c’était la cuisine et par chance cela semblait intéresser au moins un peu la jeune fille. Ou en tout cas, elle en était assez curieuse pour vouloir goûter quelque chose préparé par son amie. Suffisamment curieuse pour lui proposer de faire la cuisine chez elle en tout cas. Une proposition qui surprit un peu Haneko, mais qui l’amusa surtout. Elle commençait à s’habituer à la spontanéité de cette jeune femme, mais l’idée de visiter la demeure des Masuda pour y cuisiner avait quelque chose de drôle. Elle n’était pas sûre que son père apprécie l’idée présentée de cette façon : si elle devait y aller, c’était en qualité d’invité pour rencontrer les membres d’une famille digne et importante. Pas y faire la cuisine. Quoique, ce pourrait être une démonstration de ses talents d’épouse. Elle ne savait pas trop.

Ayame elle-même sembla se rendre compte qu’elle venait d’inviter une presque parfaite inconnue chez elle pour lui préparer un petit plat et elle évacua un peu vite la question. La jeune femme ne la laissa pas s’en tirer à si bon compte. Haussant les sourcils, elle répondit calmement.


- Je pourrais peut-être, oui. Mais tu devrais d’abord goûter une fois avant de m’inviter à détruire la cuisine de chez toi. Je t’apporterai un petit quelque chose, un de ces jours, et tu pourras en juger.

Ce n’était pas une promesse qu’elle lançait comme ça, Haneko se savait parfaitement capable de le faire. À l’occasion, chez elle ou au club, elle pourrait cuisiner quelque chose et l’amener ensuite à la jeune fille quand elle se recroiserait. Au vu de leur échange, il semblait clair que ça allait être le cas alors elle pouvait se permettre de prévoir quelque chose.

La conversation finit par venir sur la passion d’Ayame ; la musique, et à mesure que la discussion avançait, Haneko découvrit l’une de ses idoles. Ce n’était clairement pas sa mère, mais ça ne l’étonnait pas vraiment. La petite brune n’avait pas l’air d’en parler avec joie. Elle ignorait ce qui se passait entre elles, mais préférait ne pas relever. Elle-même avait eu des soucis avec son père, elle savait que les interventions extérieures n’étaient pas souvent bienvenue. Son amie Reira en revanche avait l’air de mériter tout le respect du monde, tant l’enthousiasme de sa cadette était palpable. Il n’était compensé que légèrement par la rougeur qui apparaissait sur ses joues quelques temps après qu’elle se mette à en parler.

Haneko ne pouvait pas prétendre connaître réellement cette Reira, son nom lui était connu mais elle n’arrivait pas à visualiser son visage, mais si quelqu’un de doué comme Ayame respectait cette figure, cela devait vouloir dire qu’elle était encore plus forte. Surtout si elle avait commencée à se produire en ville à un âge aussi jeune. Le Japon était réputé pour ses idoles et ses chanteurs dont la carrière pouvait démarrer très jeune mais ça n’en restait pas moins un accomplissement important.


- Elle doit être très douée, oui. Tu as eu de bon professeurs. Cela m’étonne que tu ne joue pas en ville aussi alors, tu aurais un énorme succès.

Elle tenta de s’imaginer Ayame sur scène, et avait un peu de mal à la vérité. Elle ne voyait en elle que cette pétillante curiosité, qu’elle avait du mal à visualiser canalisée sur une scène quelconque, mais elle devait en être capable tout de même. Haneko regrettait presque de ne pas pouvoir le voir.

- Enfin, tu fais comme tu veux. Il vaut peut-être mieux attendre d’être super douée avant de se produire, je n’y connais pas grand chose.

La jeune Igarashi haussa les épaules, puis ajouta avec le sourire.

- J’attendrais avant d’avoir droit à une vraie représentation alors, ce n’est pas grave.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Ayame Masuda
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Genre : Féminin Sagittaire Dragon Age : 16
Adresse : Hiryuu - 3 rue de la chance - Immeuble Legends - App. 14
Compteur 102
Multicompte(s) : Satoshi Sakutaro/Sportif

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Sam 3 Sep 2016 - 21:56

Passé le passage de la bouteille d'eau qui l'avait fait rire plus de gène que de vrai amusement, la voilà qui parle des dessins de son amie avec intérêt. Elle remercie la jeune femme ce qui fait rougir cette dernière une nouvelle fois. Il y a une chose qui lui fait vraiment plaisir, ce sont les remerciements, peu importe la raison. Elle ne fait rien pour en avoir, mais en même temps quand elle n'en a pas elle se sent un peu l’aisé. Elle a écouté attentivement la réponse de son amie, en hochant la tête au fur et a mesure des paroles, le regard braqué sur elle.

Elle ne doutait a aucun instant du fait qu'elle mette du cœur a ses ouvrages. Elle ne parvenait juste pas a s'imaginer que quelqu'un fasse quelque chose de son plein gré sans en avoir envie ou y mettre toute son énergie. C’était ce qu'elle faisait naturellement, et ce que les autres devaient faire naturellement aussi, donc, non ?

- En tout cas j'ai hâte de voir ça. J'ai de plus en plus l'impression que tu sais faire pleins de choses différentes et je trouve ça vraiment fort ! Le dessin je trouve ça compliqué....faire des traits pour que a la fin ça ressemble a quelque chose.....j'ai longtemps essayé, mais mes notes étaient catastrophiques...

Elle prend une expression volontairement agacée, mais la façon dont elle force ses traits a prendre cet air est sans doute ce qui est le plus drôle au final. Tellement faux que s'en ai amusant finalement. Jouer un rôle est souvent important pour une artiste. Une fois sur scène, il faut jouer un personnage qui pourra être apprécié. C’était ce que Jonathan lui avait dit. Malheureusement elle était aussi douée pour la comédie que.....non en fait, personne n’était plus mauvais qu'elle en la matière. Elle aurait sans doute fait un flop dramatique en théâtre. Ayame était Ayame, dans toute sa joie de vivre, dans ses défauts et ses qualités. Dans sa musique. Être quelqu'un d'autre était au dessus de ses compétences.

La conversation revient rapidement sur la cuisine d'Haneko. Elle essaye d'imaginer le genre de plats que pourrait lui faire cette dernière. Fruits, légumes, viandes, poissons. Elle lui a dit qu'elle préférait le salé alors elle s'en contenterait. Mais si elles se revoyaient plus d'une fois, elle pourrait l'implorer pour qu'elle lui prépare un dessert, ce qu'elle préférait dans un repas. Dans tous les cas peu importe le plat, du moment que c’était elle qui le préparait, elle ne doutait pas de la qualité du goût qui en découlerait. Elle rougit pour l'invitation et se rend compte qu'elle parviendra pas a s'en tirer aussi facilement. Il lui semble que sa camarade a bien l'intention de cuisiner pour elle. Elle ne peux alors s’empêcher de sourire d'une façon moins joyeuse, plus...douce. Elle semble vraiment heureuse de cette attention.

- Je suis sur que tu serais capable de mieux te servir de notre cuisine que la totalité des gens l'utilisant chez moi. Je ne m’inquiète pas vraiment de ce coté la.

C’était évident, vu que personne ne l'utilisait vraiment. A part pour les soirées mondaines, plus personne ne mangeait la bas. Maya avait son appartement, les trois autres s'en partageaient un second, et les parents n’étaient pas assez la pour s'en servir. Au contraire, la venue d'Haneko pourrait lui redonner un petit coup de jeune. Elle pourrait même rencontrer Arata, il pourrait l’apprécier, ils devaient avoir le même age. Elle pensa alors a Reira et son regard s'assombrit un instant. Mauvaise idée peut être. Sans aucun doute.

Elle doit être très douée. Elle n'imaginait pas a quel point Ayame le pensait. Elle savait en son fond intérieure qu'elle n'aurait sans doute jamais percée, elle était un peu trop....commune peut être. Reira plus que les autres en était consciente et c'est pour cela qu'elle avait laissé le champ libre a sa jeune apprentie qui avait un potentiel bien plus élevé. Mais elle ne voulait pas le voir comme ça, elle préférait penser que c’était simplement sa faute si celle qu'elle considérait comme son professeur avait décidé de tout arrêté.

De la même manière, elle ne semblait pas vraiment dupe quand au mensonge que venait de raconter la brunette. Elle jouait quasiment tout les deux jours dans ce fameux café qu'elle n'avait pas voulu quitter même après quelle ai obtenu le fait de jouer dans de plus grands espaces, sur des scènes de concerts même. Elle avait fait la première partie d'une idole locale a peine plus vieille qu'elle cet été la. Et d’après son manager, c’était elle qui avait eu le plus de bon retour parmi tout les jeunes artistes qui s’étaient produit durant les différents festivals de l'été. Elle ne savait pas trop comment se sortir de cette situation. Elle détestait mentir, mais de la même manière, suivre les instructions de celui qui la produisait était obligatoire. Son visage devint cramoisis lorsque Haneko finit par dire qu'elle attendrait une représentation. Elle bredouilla en se cachant les yeux avec son chapeau.

- Oui...bien sur...je...je t'inviterais, Hane-chan.

Alors qu'elle était debout depuis le début, elle finit par prendre place juste a coté d'Haneko, assez proche pour que leurs coudes se frôles. Elle ne disait plus rien, honteuse de mentir a sa nouvelle amie. Le silence était tel que lorsque son téléphone sonna, elle sursauta, manquant de tomber, s'accrochant par réflexe au bras de son aînée. Elle resta un moment a chercher le bruit des yeux avant de se rendre compte qu'il venait de sa poche. Elle s'excusa auprès de la fille au regard sombre sans pour autant lâcher son bras, comme si elle ne se rendait même pas compte qu'elle le tenait.

Elle décroche, et ce n’était autre que Jonathan qui d'une voix forte l'obligea a éloigner l'appareil de son oreille dans une grimace. Plus que le bruit, c’était le fait qu'il appel qui la gênait. Comme si elle avait oublié quelque chose. «Les répétitions pour le concours que tu voulais faire », celui qu'il avait avait refusé au départ, considérant que c’était une perte de temps. C’était un concours pour jeune talent qu'elle avait déjà gagné l'année d'avant. Elle voulait simplement y participer pour voir ses progrés. Elle ne gagnait rien a le faire, juste une satisfaction personnelle.

- Désolé, Jon-Jon, j'avais complètement oublié. Je suis au lycée la. Tu passes me prendre ? Ma tenue...oui bien sur.....J’appellerais aussi ma.....non pas du tout je......tu ne me laisses même pas parler.....ouiiii.....je lui téléphone maintenant. A tout de suite.

Elle raccroche en regardant un instant l'écran noir de son portable d'un air las, avant de s'apercevoir que durant toute la durée de l'entretient, elle n'avait pas lâché Haneko, la tenant avec douceur de sa main. Elle le fait donc maintenant en s'excusant, puis se lève.

- J'aurais voulu rester plus longtemps, Hane-chan, mais il semble que le devoir m'appel....

Elle avance jusqu'à l'endroit ou repose sa guitare qu'elle range dans sa house, avant de sortir de la poche ou se trouvait la bouteille d'eau, un crayon de papier qu'elle garde toujours sur elle avec un bloc-note afin de noter d'éventuelles idées. Elle revient jusqu'à Haneko et sans lui demander son avis, toujours en souriant, prend la main de l'étudiante et la retourne paume vers le ciel, et commence a écrire un numéro de téléphone a l’intérieur. Une fois fini elle relève son visage pour le mettre, une dernière fois, juste a un centimètre de celui de son amie :

- Comme ça tu ne m'oubliera pas, appelle moi quand tu voudras me faire goûter ta cuisine. Et si tu ne le fais pas dans la semaine, alors je te chercherais dans toute la ville, tu ne m'échappera pas.

Dans un dernier sourire qu'elle accentue pour lui montrer qu'elle plaisante, elle se retourne et marche vers l'escalier. Les derniers sons qui émanent de sa voix, «Lea-nee, tu as fini de préparer ma tenue...Su... », la suite fut perdue dans les méandres de la cage d'escalier menant vers le bâtiment....
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10720-ayame-masuda http://keimoo.forum-actif.net/t10728-livret-scolaire-de-ayame-masuda
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   Dim 4 Sep 2016 - 14:28

La conversation avait évoluée à une vitesse à laquelle Haneko n’était plus habituée. Elle venait juste de croiser cette fille et il avait même fallu un moment pour qu’elle connaisse juste son nom, et pourtant elles s’étaient déjà mis d’accord sur un certain nombre de chose. La jeune Igarashi devait lui montrer des dessins, elle devait lui faire à manger et enfin elle devait être invitée à l’une de ses représentations dès que sa cadette daignerait en avoir une. Cela faisait beaucoup pour quelqu’un qu’on avait croisé par hasard sur le toit, à tel point qu’elle finissait par se demander comment s’était passé exactement cette rencontrer. Elle commençait à douter qu’il se soit agi simplement d’une petite brune qui était venue vers elle pour lui demander à quoi elle jouait.

Néanmoins, malgré cet état de confusion, elle n’était pas particulièrement mécontente du résultat. Elle avait été invitée à un concert après tout, même si cela signifiait surtout qu’elle allait devoir attendre un moment pour ça. Le fait qu’Ayame préfère attendre avant de commencer à se représenter était un mystère pour la jeune femme : elle avait l’air si enthousiaste dans tous les autres domaines qu’il paraissait étrange qu’elle ne se produise pas déjà dans quinze bar différents dispersés dans toute la ville. Peut-être prenait-elle simplement ses études à coeur, auquel cas c’était tout à son honneur mais cela restait surprenant.

Plus étonnant encore était la gêne qu’Haneko pouvait lire sur les traits de la jeune fille quand celle-ci promit de l’inviter. Elle avait les joues rougies et tentait désespérément de cacher ses yeux derrière son chapeau. De son côté, il était impossible de connaître la raison exacte de cette attitude et elle commença par imaginer que sa cadette avait honte de ne pas avoir déjà commencé les représentations. Peut-être n’aimait-elle pas l’idée de se produire devant quelqu’un qu’elle connaissait, même depuis aussi peu longtemps qu’Haneko. Cela aurait le moins étonnant, une forme de trac particulier.

- J’attendrais, lui glissa-t-elle sur un ton rassurant.

Le but n’était pas de la presser ou de l’effrayer. Elle voulait l’assurer qu’elle avait tout son temps. Il semblait évident qu’elle n’avait pas besoin de se sentir précipité par une étrangère qu’elle connaissait depuis une demi-heure mais avec Ayame, Haneko pressentait qu’il valait mieux le préciser tout de même. D’autant que ça ne sembla pas calmer la jeune fille, qui resta silencieuse en prenant place aux côtés de l’étudiante. Elle tourna ses yeux sombres vers sa cadette, qui avait l’air d’avoir honte, et hésita un moment sur la marche à suivre. Son instinct lui hurlait de dire quelque chose ou de faire quelque chose, de la toucher peut-être ; placer une main rassurante sur son épaule. Cela ne lui semblait pas correct, ni très poli vis à vis de quelqu’un qu’elle venait juste de croiser. Elle savait pourtant qu’Ayame n’aurait pas été du genre à s’en offusquer, mais elle ne fit rien tout de même, jusqu’à ce qu’une sonnerie ne les tire toutes les deux du silence.

Plus que le son en elle-même, c’est le contact soudain sur son bras qui faillit faire sursauter Haneko à son tour, autant que sa cadette avait sursauté. Ayame s’était accroché à elle par réflexe, ce qui avait quelque chose de surprenant et mignon. Elle n’imaginait pas qu’une vulgaire sonnerie puisse déstabiliser autant la jeune fille, mais c’était une confirmation supplémentaire que quelque chose lui échappait dans ce qui venait de se passer. Reconnaissant qu’il ne s’agissait pas de son portable, Haneko attendit simplement qu’elle retrouve le sien et resta silencieuse pour lui permettre de converser tranquillement. Tout de même, elle avait parfaitement conscience que la main de sa cadette n’avait pas bougé.

Qui que soit l’homme au bout du fil, il parlait assez fort pour qu’Haneko saisisse des bribes de conversations, et elle pouvait entendre Ayame lui répondre de son mieux. Elle n’aimait pas écouter les conversations des autres, cependant, et fit donc de son mieux pour l’ignorer, tournant ostensiblement la tête dans une autre direction. Elle saisit tout de même que l’homme qui appelait devait être un professeur d’Ayame, ou quelqu’un qui la guidait dans ses efforts musicaux d’une façon ou d’une autre. Elle n’était pas étonné du tout d’apprendre que la jeune fille avait quelqu’un comme ça à ses côtés.

Quand elle raccrocha, Haneko savait déjà qu’elle allait devoir s’en aller et elle se surprit à en être un peu déçu. Un peu bizarre, leur conversation avait tout de même été amusante et rafraîchissante. Elle sourit à sa cadette quand celle-ci s’excusa de lui avoir tenu le bras, comme si ce n’était rien.

- Je te pardonne, répondit-elle sur un ton moqueur. Tu as le droit de partir.

Elle la regarda s’éloigner et ranger ses affaires, croyant d’abord qu’elle allait partir tout de suite et fut donc surprise de la voir revenir. Elle ne réagit donc pas quand la jeune fille lui prit la main pour y écrire quelque chose. Haneko sourit légèrement en comprenant, car il était vrai qu’il aurait été difficile de garder contact sans ça. Elle se pencha un peu pour mieux voir le numéro et se retrouva donc de nouveau nez à nez avec sa cadette quand celle-ci releva les yeux. Et encore une fois, Ayame ne semblait pas du tout dérangée par cette proximité qui faillit faire reculer son aînée. Elle eu tout de même un petit rire à la plaisanterie de sa nouvelle amie.

- C’est noté, dit-elle alors qu’Ayame s’éloignait déjà.

Elle n’eut que le temps de lui faire un dernier au revoir avant qu’elle ne disparaisse de son champ de vision. Une voix claire continua de résonner encore quelques secondes avant que plus aucune trace de sa présence ne subsiste sinon une étrange impression et un subtile parfum. Quand Haneko pencha le nez sur le numéro pour le mémoriser, elle pouvait presque entendre un rire moqueur à côté d’elle et la voix de Kujaku se moquant d’elle pour avoir obtenu le numéro d’une fille en seulement quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quiétude au soleil - [Ayame Masuda]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE]
» Un moment de quiétude dérangé [Jordan & Emily]
» [PV Lydia & Inferno] Londres : Tendre Quiétude
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: En plein air ! :: Toits des bâtiments-
Sauter vers: