₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Sam 20 Aoû 2016 - 15:19

Une bonne odeur commençait à envahir la cuisine, au grand bonheur de la jeune femme qui s’afférait aux fourneaux.

L’endroit réservé aux clubs de découvertes culinaires et de Cérémonie du thé était presque vide, alors que la soirée avait bien avancé. La plupart des participants à la séance de thé de ce soir avaient finis par s’éclipser, sauf Haneko. Même si ce soir avait été un cours plutôt qu’une véritable cérémonie, la jeune fille se sentait un peu déçue de ses prestations dans cette discipline. Cela ne faisait que quelques temps qu’elle était de retour dans l’établissement, moins de deux semaines en fait, et il était vrai qu’elle n’avait jamais pratiqué ça de façon très intensive. Mais quelque part, elle aurait aimé se retrouver doué ou en tout cas captivée par cette tradition, cela aurait plu à son père pour sûr. Au lieu de cela, elle n’en était pas encore à s’ennuyer pendant le cours mais il était évident pour elle que ça ne réussirait jamais à l’intéresser autant que faire la cuisine.

C’était d’ailleurs pour cela qu’elle était restée un peu plus longtemps ce soir. Rien n’interdisait aux membres du club d’utiliser un peu les fourneaux de temps en temps pour faire des expérimentations, tant qu’ils se pliaient aux séances obligatoires, aux ventes des produits faits dans cette salle et aux autres petits évènement organisés régulièrement. Ce soir, Haneko avait décidé de tenter une recette à l’occidentale qu’elle n’avait encore jamais faite. C’était quelque chose de simple et rapide : une soupe. Le plat le plus idéal en ce milieu de mois d’août, comme le lui avait fait remarquer un des derniers camarades présents quand elle avait sorti l’autocuiseur. La jeune Igarashi n’avait répondu que par un sourire mutin avant de continuer à préparer sa petite soupe.

Ils n’étaient plus que trois dans la salle : deux jeunes garçons installés à une table et elle. Leurs visages lui étaient inconnus mais elles supposaient qu’ils étaient encore au lycée, où c’était l’impression qu’elle en avait. Aujourd’hui, ils avaient été de corvée vente, offrant aux élèves de l’établissement les préparations du club culinaires pour un prix modique. De fait, ce soir, il faisait le compte des bénéfices de la journée. Elle pouvait les entendre compter depuis la cuisine.

Elle commençait à prendre ses marques dans cette cuisine d’ailleurs, même s’il lui avait fallu un peu de temps pour s’habituer à une configuration différente de la sienne. Les jours où elle était seule comme celui-là, c’était d’autant plus facile. La jeune femme avait enfilé un des tabliers disponibles ici, trop grand pour elle, de sorte que sa chemise noire dépassait encore au sommet, mais qu’il descendait en dessous de ses genoux. De ses jambes n’étaient donc visible que l’éclat de la fausse porcelaine et les subtils dessins noirs qui ornaient ses prothèses, sauf quand elle était de dos bien sûr. Elle avait aussi attaché ses longs cheveux noirs en une queue de cheval propre qui lui évitait de les voir traîner n’importe où. Sur la table de travail était étalée tout ce dont elle avait eu et aurait besoin, y compris le mixer. Des épluchures de pommes et de courges étaient dispersés un peu partout, mais maintenant que sa préparation cuisait, elle s’était attelée au nettoyage. Réunissant tous les restes, elle les jeta  la poubelle proche, puis commença à nettoyer les différentes couteaux qu’elle avait utilisé pour préparer ses ingrédients.

À intervalles réguliers, elle revenait près de son autocuiseur pour s’assurer que tout se passait bien. Elle attendit même quelques minutes avant de l’arrêter pour y ajouter un peu de curry. La recette originelle n’en mentionnait pas tant, mais le curry c’était bon et le secret, c’était le moment où on l’ajoutait au plat. En tout cas, c’est ce qu’elle aimait penser et appliquer systématiquement pour ses plats. C’était après ça que la bonne odeur avait commencé à se répandre, agrandissant le sourire de la jeune femme. Ça allait être bon, elle en était sûre. Elle aurait juste à s’en assurer en demandant aux deux autres membres présents de goûter pour elle.

C’est pendant qu’elle était en train de se faire cette réflexion, ses mains occupés à nettoyer le long couteau qu’elle avait utilisé pour la courge, qu’elle entendit une porte s’ouvrir. Détail un peu étonnant à cette heure, le campus était en train de se vider et personne n’avait de raison de se rendre au club culinaire. Haneko sortit donc de sa cuisine à petits pas, un couteau et un torchon toujours en main. Sortie de sa petite bulle, la jeune femme constata deux choses : les deux lycéens précédemment occupés à compter devait avoir terminé et ils avaient pliés bagage à leur tour et la porte du club était ouverte sur une silhouette tout aussi inconnue.


- Euh… Bonsoir. Je peux vous aider ?

Sur le coup de la surprise, c’était la seule chose qu’elle avait pensé à demander.


Dernière édition par Haneko Igarashi le Dim 4 Sep 2016 - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Sam 20 Aoû 2016 - 22:49

Je traîne des pieds depuis quelques minutes maintenant, alors que je sors du bâtiment ou je viens d'avoir une journée de cours encore plutôt longue. Ou pas vraiment des cours, j'ai juste décidé d'aller a une journée de soutient histoire de voir si mes connaissances étaient au niveau de ce que l'école attendait pour les examens. Je n'avais pas véritablement réussis a le déterminer, j'avais juste l'impression que ma tête était au bord de l'implosion. Ou de l'explosion, peut être, dans les deux cas, ce n’était pas forcément une situation très agréable.

Il est plutôt tard, je ne suis pas a l'heure au dojo, chose rare pour moi. Mais au moins, il y aura moins de monde, au pire j'irais dans la salle que ma confié le vice-directeur et le concierge, la ou je peux m’entraîner en silence, en toute quiétude, sans que personne ne vienne me poser des problèmes. Je marche mécaniquement, prenant la route que l’empreinte tout les jours de façon méthodique. Je pense que si je ne la connaissais pas par cœur, je ne parviendrais pas a trouver mon chemin au milieu de la brume qu'est actuellement mon cerveau.

Comme par magie apparaît devant moi la porte du dojo, juste derrière le gymnase que je viens de contourner. On peux dire que j'ai de la chance, en cette période de vacances d'été, il fait jour tard, alors mon retard passe plus inaperçu. Je me dirige sans attendre vers les vestiaires, et me change comme a mon habitude, remplaçant ma ceinture de poids de cinq kilogrammes par celle de dix, puis enfilant mon nan-quan noir et orange. Une fois fait, je me dirige vers la salle centrale.

C'est presque desert, la plupart des combattants ne sont pas encore revenu de vacances, ou sont déjà rentré chez eux. Depuis l'histoire avec Amalia, le club de kung fu a perdu beaucoup de membres. Virer est une citation plus juste, et cela m'arrange bien, ils n’étaient la que par défaut de toute façon. J'avance vers Hikari, le capitaine auto-proclamé du club, qui me regarde d'une façon étrange. J'ouvre la bouche pour lui dire bonjour, mais il me prend par les épaules en me coupant la parole d'une façon abrupte :

- Tu t'es encore trompé de club, Sakutaro-kun, normalement aujourd'hui tu es a la cérémonie du thé. Bon sang, tu te trompe quasiment a chaque fois. Je connais mieux ton emploi du temps que toi ! Tu devrais te dépêcher, cela doit être bientôt fini.

- Je....merci.

Je suis un peu dans l'expectative mais me hâte de ressortir en passant récupérer mon sac. Je me trompe a chaque fois... ? Il n'a pas tord, je déteste tellement ce club de cérémonie du thé ou toute les activités sont l'occasion de s'ennuyer a mourir. Le thé n'est pas bon, ce n'est pas très intéressant, ma mère est bien plus doué que les intervenants censés nous apprendre. Il y a peut etre eu un age d'or, mais je ne trouve rien d'amusant a y aller.

Je ressors a l’extérieur, malgré la période, ça y est, le soleil commence a disparaître. Je ne sais même pas pourquoi je me presse d'y aller, il ne doit plus y avoir personne depuis un bon moment maintenant. Je me demande si on me fera une remarque pour mon absence. Ce n'est pas comme si le fait que je sois la ou non pouvait être déterminant pour la suite du club, non, bien au contraire, ils gardent une tasse en plus. Je souris a cette idée. Ils ne doivent même pas savoir que je fais partis de ce club.

J'ouvre la porte du bâtiment, et fronce les sourcils, surprit, en sentant une odeur de cuisine qui me laisse songeur. Je me suis trompé d'endroit ? Je ne crois pas que le club de cuisine est par ici non ? Enfin, de toute manière, si j'avais lu la feuille des clubs plus en détail, j'aurais su qu'il y en avait un et je l'aurais rejoins depuis longtemps, au lieu de m'enfoncer dans le brouillard de ce club de thé ennuyeux. Je soupire en avançant dans le couloir, puis en montant les marches quatre a quatre. Je croise un duo de garçons plutôt jeune, mais a part eux, l'endroit est totalement désert, le club doit être fini depuis longtemps...

J'ouvre alors la porte de la salle en question, que je viens d'atteindre, et fini submergé par l'odeur que je pouvais sentir légèrement jusque la dans les couloir. Je n'ai même pas le temps de réfléchir a la signification de ce que je viens de voir, qu'une fille d'environ mon age sort depuis le coté devant moi, équipé d'un torchon et d'un couteau de cuisine, me souhaitant le bonsoir et me demandant si elle peux m'aider. Je la regarde, puis me souviens que je suis encore en tenu de combat. Ce ne doit pas etre forcément quelque chose qu'elle attendait, d’où son regard surprit. Je fais un pas dans la piece, jetant un regard aux alentours. Si, c'est bel et bien la salle du club de cérémonie du thé. Je n'avais jamais fais attention qu'elle accueillait d'autre club. Je m'éclaire la gorge et m'incline devant elle :

- Pardon pour l'intrusion, je me suis rappelé que j'avais club ce soir, de cérémonie du thé, mais il semble que j'arrive trop tard. Pardon pour le dérangement.

Je ne sais pas quoi dire d'autre. Je ne la reconnais pas. Si nous sommes dans le meme club, elle m'aura forcément remarqué, je ne crois pas qu'il y ai d'autre blonds que moi, ce n'est pas très courant. Mais moi je ne parviens pas a un mettre un nom sur son visage. Je m'incline encore une fois, prêt a prendre congé afin de ne pas la déranger d'avantage.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Dim 21 Aoû 2016 - 4:27

C’était un de ces moments comme ça, où deux personnes se croisent, se doutent qu’ils doivent se dire quelque chose, mais elles ont beau cherché, ça ne vient pas. Les deux jeunes gens se regardèrent un moment, sans doute en tentant de comprendre l’un et l’autre ce que l’étranger fait ici. La brune passa par plusieurs étapes, en commençant par observer un peu plus attentivement l’intrus. Il était grand. Quoique, pas tant que ça. Il avait les cheveux blonds par contre, ce n’est pas une couleur classique, même à Keimoo où les étudiants étrangers sont légions. Chose étrange, elle lui trouva un air japonais, dans le regard surtout, mais la couleur des cheveux ne colle pas. Sa tenue n’aidait pas non plus ; il avait un kimono. Non, pas exactement : Haneko s’y connaît peu mais assez pour différencier la tenue de combat là des autres. Elle ne saurait pas le nommer mais ça restait quelque chose qu’on porte pour se battre. Elle supposa donc qu’il est venu du dojo, peut-être pour venir chercher quelqu’un. À moins qu’il ne se soit tout bêtement trompé de salle.

Le temps qu’elle se fasse toutes ces réflexions, il se décide à éclairer lui-même sa lanterne et le déclic se fait. Maintenant qu’il le dit, au tout début du cours, l’intervenant a mentionné qu’il manquait un élève de sa liste. Elle tentait de se souvenir de ce moment, si l’homme avait mentionné un quelconque nom. Son attention ne devait pas être très portée sur lui, car il lui est impossible de se remémorer quoi que ce soit à ce sujet, sinon qu’une absence avait bel et bien été noté. Sans que ça n’ait l’air de déboussoler qui que soit, elle avait alors supposer qu’il s’agissait d’un évènement récurrent. Et puis, comme elle n’avait repris que très récemment, elle ne devait pas s’étonner de ne pas connaître grand monde.


- Oh. Oui, je suis désolée. Elle s’est terminée il y a quelques temps maintenant. L’intervenant de ce soir a noté que quelqu’un n’était pas là.

Elle avait répondu un peu timidement, comme si elle était gênée de lui annoncer la nouvelle. Il n’avait pourtant pas l’air d’être trop paniqué à ce sujet et après tout il avait sans doute raison. Personne n’avait fait grand bruit au sujet de son absence et il s’agissait après tout d’un club au rythme de travail un peu lent. Au grand dam d’Haneko d’ailleurs. Mais tout de même, elle ne voulait pas qu’il s’inquiète. Même si elle ne le connaissait pas, ils étaient dans le même club, donc ils devaient se montrer solidaires. C’était en tout cas ce qu’elle s’amusait à dire aux amis qu’elles se faisaient dans des clubs il y a encore deux ans. Elle se dépêcha donc d’ajouter.

- Mais ça n’était pas grave je crois. Je ne pense pas qu’il ait noté le nom de la personne ou quoi que ce soit.


Finalement, ce n’était peut-être pas nécessaire comme précision. Il n’avait vraiment pas l’air embarrassé par son absence, plus par le fait d’avoir débarqué dans cette salle sans y trouver personne. De fait, il avait déjà amorcé le geste de ressortir après s’être excusé. Il l’avait fait deux fois d’ailleurs, non ?

Pendant un temps, elle resta simplement à l’observer en attendant qu’il s’en aille et rompe ce moment un peu gênant. Puis son regard passa sur la petite table abandonnée quelques minutes auparavant par les deux jeunes lycéens qu’elle aurait bien voulut employer comme goûteur. Elle n’en a plus à présent et va devoir tester elle-même. Ce qu’elle faisait toujours bien sûr, mais elle préférait avoir au moins un deuxième avis, sinon plus. Sans être prétentieuse, elle pensait que le fait d’avoir soi-même concocté le plat pouvait altérer la perception qu’elle en avait. Elle n’avait plus de goûteur, mais quelqu’un d’autre venait tout juste de débarquer. C’était presque trop beau. Elle hésita une brève seconde, le temps pour elle d’afficher une moue sur ses lèvres fines. Puis voyant qu’il allait faire un autre pas, elle en fit un vers lui.


- Euh… Excusez-moi.

C’était peut-être un peu gonflé de demander comme ça, mais après tout s’il était venu jusqu’ici en pensant rejoindre la cérémonie du thé, c’est qu’il avait un peu de temps devant lui, non ? Quelques années plus tôt, Haneko n’aurait pas hésité une seule seconde avant de demander. En fait, elle n’aurait sûrement même pas demandé, elle aurait juste exprimé à voix haute qu’elle apprécierait d’avoir quelqu’un pour tester son expérience culinaire et attendu que l’on se porte volontaire. Cette fois, elle se montrerait plus polie.

Tout de même, elle avait l’air gênée. Ses mains faisaient sans cesse tourner le couteau et passaient le torchon le long de la lame, pourtant déjà bien propre. Elle inclina poliment la tête.


- Pardonnez-moi, mais si vous avez un peu de temps devant vous et que cela ne vous dérange pas. J’ai un plat sur le feu et j’aimerais le faire goûter à quelqu’un d’autre que moi.

Finalement, ça sonnait plus ridicule encore que dans sa tête. Elle se sentit rougir légèrement pendant qu’elle relevait les yeux vers le jeune homme. Cela devait sonner un peu bizarre comme invitation, songea-t-elle.

- Ce… Ce ne sera plus très long, maintenant. Je pourrais vous dire ce que nous avons fait pendant le cours précédent, si vous voulez.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Dim 21 Aoû 2016 - 19:51

Elle reprend la parole en s'excusant. S'excuser de quoi? Ce n'est pas comme c’était sa faute si j'avais fini par être en retard. Que j'avais littéralement oublié de venir en vérité. Quand quelque chose ne vous intéresses pas, il est difficile d’être motivé pour le faire. Et le cerveau humain se souvient plus facilement des choses qui l’intéresse, surtout le miens. C'est un fait avéré. Aussi cela ne me gêne pas plus que ça de finalement avoir raté cette heure. Enfin d’après ce qu'elle me dit, il a était noté que j'étais absent.

Zut, d'habitude ils s'en moquent, on dirait que celui qui était la ce soir était bien a cheval sur le protocole. Je vais encore devoir demander de ces mots a Hikari pour justifier que je n'étais pas la. Ou alors je pourrais aussi aller voir Yui-sensei. Je crois qu'il m'aime bien, alors si je lui demande une justification car je m’entraînais pour les qualifications d'hiver, je doute qu'il me la refuse. Il avait l'air d’être quelqu'un de compréhensif.

Je reviens sur terre quand elle ajoute dans sa phrase qu'elle pense que ce n'est pas très grave et que de toute façon il ne lui semble pas que mon nom est était cité. Tant mieux, je n'aurais pas a aller quémander ici et la de quoi justifier cette absence. Mais ce n'est de toute façon pas comme si le fait que je ne sois pas la changeait quoi que ce soit. Ils faisaient toujours la même cérémonie, les mêmes explications encore et encore. Je soupire involontairement rien qu'en y pensant. Puis je reporte mon attention sur la brune qui vient de me faire ce petit compte rendu, et je lui souris en m'inclinant de nouveau :

- Merci pour les informations, c'est gentil ca me permet de ne pas trop avoir besoin de chercher une justification qui de toute façon n'existe pas. Désolé pour le dérangement, et merci encore.

Je commence alors a reculer dans le couloir. Je ne suis que trop longtemps resté ici. Je ne vais pas la déranger d'avantage, d'autant qu'elle semble occupé, en pleine préparation. Je suis assez bon cuisinier pour savoir qu'une seconde d'inattention peux changer drastiquement le goût d'un plat, et je ne veux pas qu'elle rate sa préparation par ma faute, alors je présume qu'il est temps pour moi de retourner au dojo faire quelques heures de méditation, ou quelques séries de répétitions de bases.

Je fais un nouveau pas en arrière, prêt a me retourner, quand je constate qu'elle fait la même chose mais dans ma direction, levant légèrement la main pour attirer mon attention, tout en faisant de même avec sa voix histoire d'accaparer mon esprit, pour éviter que je ne fuis trop vite. Je stop mon mouvement échappatoire pour retourner mon corps vers elle. Je la regarde un peu plus, rougissant légèrement, attendant de savoir ce qu'elle me veux. J'ai peut être fait quelque chose qu'il ne fallait pas, cela ne m'étonnerais de toute façon pas vraiment.

Cette façon de faire tourner son couteau dans sa main, de passer le torchon par dessus me fait lâcher un léger sourire néanmoins. Ces gestes sont clairement du a un certain stresse, que je n'explique pas par ailleurs. En fait, cela pourrait être moi qui fait ces mouvements, je suis du genre a avoir des mimiques, des tocs, quand je suis en proie au doute ou a l'anxiété. Comme tirer sur mon col de façon nerveuse par exemple....

Ce qu'elle me demande coupe cette pensée. Elle me parle de la fameuse préparation qui est presque palpable dans l'air. Me demandant si je voudrais lui servir de goutteur, c'est bien ça ? Je penche la tete sur le coté, surprit. Ce n’était donc que ça ? Je pensais qu'elle avait quelque chose de désagréable a me dire et qu'elle ne savait pas comment l'aborder, ou quelque chose dans le genre. Mais non c’était simplement une demande d'aide. Je ne peux bien sur pas lui répondre non, d'autant qu'elle ma informé de ma situation gentiment une minute auparavant. Je lui souris d'avantage :

- Oh oui bien sur, cela me ferait plaisir de pouvoir vous aidez....enfin, de pouvoir t'aider, on devrait se tutoyer je pense.

Gros progrès de ma part, je viens de proposer de mon plein gré le tutoiement ? Je suis fier de moi, intérieurement, une grosse jubilation qui vient souligner une chose que je n'avais jamais fait jusque la. Moi qui hésitais toujours a prendre les devant dans ce genre de situation, me voilà qui le fait naturellement. Quel grand progrès, aujourd'hui je me sens....courageux ? Calmes toi SatoSato, ce n’était qu'une remarque. Je la suis légèrement dans la pièce en l'écoutant me dire qu'elle peux me raconter l'activité qu'ils ont fait durant la séance. Je retiens un bâillement volontaire en répondant :

- Ne t'en fais pas pour ça, tu sais, je ne suis pas particulièrement fan de ce club. Si je pouvais l’arrêter, je le ferais, mais c'est difficile en court d'année. Alors j'attends l'année prochaine....je préférerais plutôt que tu me parle de ce que tu prépares ! Ça m’intéresse déjà beaucoup plus !

Je m'étire en constatant qu'il n'y a plus personne dans la salle. Les deux garçons que j'ai croisé devaient en venir. C'est sans doute pour cela qu'elle me propose ce rôle de testeur. Je prend appuis sur une table en gardant le regard sur mon interlocutrice, attendant son explication avec interet et curiosité.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Dim 21 Aoû 2016 - 22:04

Apparemment, elle avait tout de même bien fait de préciser quelque chose. Le jeune homme n’avait toujours pas l’air d’être concerné par l’idée d’avoir manqué un cours mais au moins il n’aurait en effet pas à se justifier pour ce qui était arrivé. Elle doutait sincèrement que les responsables du club en tienne rigueur à quelqu’un pour avoir manqué une séance. Elle remarqua aussi que le blond était remarquablement franc avec elle, d’entrée de jeu il n’avait pas cherché à se trouver d’excuse pour son absence et avoué qu’il n’y avait pas de justification. Bien sûr, c’était sans doute parce qu’ils étaient tous les deux étudiants et il aurait probablement tenté de s’expliquer face à un professeur mais elle appréciait tout de même. Haneko n’était pas rentré depuis longtemps et elle commençait seulement à relier noms et visages de ses différents clubs.

Son nom, elle ne le connaissait pas encore mais elle n’aurait sans doute aucun mal à retenir son visage. L’académie accueillait beaucoup d’étudiants étrangers mais elle ne se souvenait pas avoir vu beaucoup de blond dans le groupe de cérémonie du thé. Il était toujours utile de savoir à qui elle pouvait demander des services. À voir sa réponse, soit il était de cette catégorie, soit il était tout simplement gourmand, mais dans tous les cas ça l’arrangeait. Il avait aussi l’air suffisamment à l’aise pour lui proposer de le tutoyer directement. La jeune femme sourit et se sentit légèrement rosir. C’est que cette politesse excessive n’avait pas toujours été dans ses habitudes, elle l’aurait sans doute tutoyer d’entrée de jeu s’ils s’étaient rencontrés quelques années plus tôt. Au-delà même de sa période un peu rebelle, elle avait toujours été très à l’aise avec tout le monde et ne s’était jamais gênée pour le montrer. Cette année, cependant, elle avait décidée de repartir sur de nouvelles bases, en attendant de voir combien de temps elles tiendraient.


- Bien sûr. Il va te falloir attendre un peu par contre, mais pas une heure, promis.

Elle n’avait pas jeté un regard à son portable depuis un moment mais savait qu’il devait rester moins de dix minutes de cuisson. D’ailleurs, il allait falloir qu’elle vérifie ça d’ici peu même si le feu n’était pas assez fort pour provoquer la moindre catastrophe. Elle n’était jamais à l’aise avec l’idée de laisser un plat cuire sans le surveiller régulièrement. On ne pouvait jamais savoir ce qui arriverait.

En attendant, il fallait tout de même informer l’intrus, ou plutôt le retardataire de ce qu’il avait manqué. Elle tenta bien de lui proposer mais il se montra très clair sur l’intérêt qu’il portait à tout cela. Explicitant non seulement par la parole mais aussi par un baillement presque exagéré. Elle ne cacha pas un sourire à sa remarque. Même si elle était inscrite au club de son plein gré, il était difficile de ne pas comprendre quelqu’un qui le trouverait ennuyant. Haneko n’avait eu à subir que deux séances et elle les avait déjà trouvées plutôt ennuyantes. Ce qui était certes à attendre quand la discipline était à ce point codifié et ritualisé mais tout de même. Si elle n’avait pas été trop motivé à enfin apprendre à pratiquer cet art correctement, elle aurait sans doute put dire la même chose que lui, alors que ça ne faisait que deux séances. Lui avait probablement commencé cette année, puisqu’il pensait en changer au plus tôt.

Par chance, ce désintérêt pour le thé ne voulait pas dire que les prochaines minutes allaient se dérouler dans un silence inconfortable. Il semblait intéressé par ce qu’elle préparait, ce qui était tout à fait acceptable de sa part puisqu’il allait être chargé de goûter. En toute honnêteté, la gamine Igarashi est beaucoup plus intéressée par sa soupe, aussi simple soit-elle, que par la cérémonie précédente.


- Si tu préfères, commença-t-elle avec un grand sourire. C’est… attends une seconde.

Elle avait légèrement levé la main pour commencer à parler et s’était rendu compte qu’elle tenait toujours fermement couteau et torchon. Ce n’était pas les meilleurs accessoires pour parler à quelqu’un. Lui faisant signe d’attendre, elle se retourna pour trottiner vers la cuisine, dans le champ de vision du jeune homme. En vitesse, elle rangea son couteau, son torchon et s’assura que la table de travail était propre, tout cela en quelques secondes. Même si la cuisine n’était pas la sienne, elle s’y sentait véritablement à l’aise et évoluait dans son élément. De fait, elle ne disparut qu’un seul instant du regard de Satoshi, pour se pencher au-dessus de l’autocuiseur et s’assurer de la cuisson. Une jambe se balançant dans l’encadrement de la porte pendant qu’elle s’étirait vers les plaques de cuissons.

Haneko revient ensuite vers lui, essuyant ses mains machinalement sur le tablier. Puis elle inclina poliment la tête vers lui.


- Je suis Haneko Igarashi. On ne s’est jamais vu parce que je viens seulement de reprendre ma première année à l’université, je suis dans ton club de thé et aussi dans celui de cuisine.

Elle conclut ses présentations d’usage avec un petit sourire, qu’elle espérait mignon, afin que ce ne soit pas trop formel.

- Je ne prépare rien de grandiose, autant te prévenir. C’est une soupe au courge, à l’occidentale. Courge, bien sûr, oignon et pomme découpés en cube. Avec une touche de curry… J’en ai peut-être mis plus que la recette recommande alors j’espère que tu aimes.

De la poche avant de son tablier, elle dégaina un téléphone et vérifia quelque chose sur l’écran.

- Dans sept minutes et trente seconde, la cuisson sera terminé, je passerai le tout au mixer et tu pourras me dire ce que tu en penses. Après ça, tu es libre.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Lun 22 Aoû 2016 - 18:45

Il faut croire que c’était une bonne idée de lui proposer le tutoiement car elle s'y fait immédiatement, me le confirmant de vive voix. Quand j'y pense, c'est plutôt logique en fait de se parler plus familièrement entre jeune, après tout si on ne le fait pas entres nous, avec qui en aura t'on l'occasion ? Je lui souris histoire d'achever de créer ce climat de détente en l'écoutant me dire qu'il faudra néanmoins attendre un peu pour que la préparation soit achevé. Cela ne me gêne pas, de toute façon je ne comptais pas faire grand chose ensuite. Au contraire même, ça me donne l'impression que je n'ai pas tant raté le club que ça, que j'ai participé a quelque chose, aidé quelqu'un qui en avait besoin. Je suis plus utile qu'a méditer dans ma chambre, largement. J'hoche la tête alors en signe d'accord passé.

- Prend ton temps, je ne suis pas pressé, et maintenant que je sais que je vais pouvoir goutter quelque chose, je ne peux plus partir de toute manière, je suis trop curieux.

Je lui fais d'ailleurs savoir que son plat en lui même m’intéresse. Je ne suis pas un grand cuisinier, il faut le dire. Mais je me débrouille largement, je pratique depuis longtemps maintenant, depuis le début du lycée en fait. Et étant donné que j'ai une alimentation stricte, je me suis obligé a ne pas manger n'importe quoi. Et pour manger équilibrer, il faut cuisiner, c'est une obligation. J'en ai profité d'ailleurs pour casser un peu de sucre sur le dos du club que je déteste, dont le temps semble s’arrêter a chaque fois que je foule le sol de cette pièce. C'est d'ailleurs une sensation étrange que de la voir sous un nouveau jour. Elle n'est plus la source d’ennui habituelle, juste un endroit ou ma curiosité est attisée.

Elle me dit d'ailleurs d'attendre un instant, probablement pour vérifier la cuisson de la dite préparation, ca serait dommage de tout rater si prêt du but. Je vois tout le haut de son corps disparaît derrière le mur adjacent, jusqu'à ce que ne dépasse plus que l'une de ses jambes, qui me laisse pensif. Je n'ai pas le temps d'analyser ma vision métallique que la revoilà avec le sourire. J'ai sans doute perdu légèrement mon sourire, que je tente de reprendre pour faire bonne figure. Personne n'a de vie facile par ici.

- Tu fais bien de vérifier, ça serait bête de tout faire échouer si prêt du but non ?

Elle revient sans son torchon et son arme blanche qu'elle faisait tourner entre ses doigts depuis mon arrivé d'une façon qui ne me rassurait pas forcément. Je la vois jeter un coup d’œil vers la table puis reprendre la parole vers moi. Elle se présente. Oh, quel idiot, je ne me suis pas présenté, j'avais perdu de vu cette priorité pourtant basique des relations humaines. Normalement j'aurais du commencer par la. Igarashi Haneko-san, je vois, je m'en souviendrais, et aprés ce que j'ai vu une seconde plus tot, j'ai honte de me dire que ce ne sera pas bien difficile. Moi qui ai une très bonne mémoire des visages et des noms, ce n'est pas forcément de son visage que je me souviendrais en premier. Je m'incline devant elle, tandis qu'elle sourit, en répondant a mon tour :

- Ravi de faire ta connaissance, Igarashi-san, désolé j'aurais du me présenter plus tôt. Je suis Satoshi Sakutaro, tu peux m'appeler Satoshi bien sur.

Je me redresse alors en lui rendant son sourire, puis reposant mon attention sur l'explication qu'elle me porte désormais sur sa préparation. J'attends quelque chose de lambda après sa mise en garde, mais son explication ne rend pas la chose si simple que ça. Rien que faire un plat a l'occidentale pour moi qui ne mange que des choses Japonaise, c'est plutôt intéressant. Et elle parle de légumes que je n'ai pas l'habitude de manger en plus. Quant aux soupes, pas que je n'aime pas ça, mais je n'en mange jamais, alors c'est une découverte qui promet d’être intéressante.

- Ça m'a l'air intéressant. Ma mère et moi avons un jardin que nous cultivons, cela est plus rentable que d'acheter des légumes tout les jours. Mais la terre ou il se trouve ne permet pas a beaucoup de chose de pousser, si bien que je ne mange pas beaucoup diversifié. Je n'ai pas mangé de la courge depuis des siècles. Je suis content que tu m'ai demandé d’être ton testeur du coup.

Je lui souris en tout en l'écoutant finir par me dire qu'il reste un peu plus de sept minutes d'attente. Elle semble avoir l'impression qu'elle me retient, mais c'est tout le contraire, je suis bien content qu'elle m'ai « choisis ».

- Je suis déjà libre de gouter a ton plat, je n'ai pas vraiment besoin de plus.....tu cuisines depuis longtemps ? Oh, tu ferais pas des études de cuisine par hasard ?


Puisqu'il y a encore du temps a tuer, autant le faire en discutant tranquillement.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Lun 22 Aoû 2016 - 20:35

À son retour dans la salle, la jeune femme n’avait put s’empêcher de noter le léger changement chez son interlocuteur, comme si son sourire faisait un peu moins naturel. Elle n’avait pas pris le temps d’y penser tout de suite en préférant en terminer avec les présentations d’usage. Pendant qu’il lui répondait cependant, elle eu un peu de temps pour s’interroger sur ses raisons. Était-ce simplement qu’il se forçait à sourire une fois face à elle pour ne pas montrer qu’il n’était pas du tout content d’être là. À voir son enthousiasme à lui répondre et à enchaîner, elle en doutait fortement mais quelque chose en elle instillait tout de même cette idée. Elle qui avait eu l’habitude d’être plutôt populaire se retrouvait maintenant à douter des intentions des gens à son égard.

Il lui fallut plusieurs secondes avant de se rappeler l’évidence : il y avait une chose chez elle qui avait tendance à faire changer l’attitude des gens. Lorsqu’ils remarquaient ses jambes. Ce n’était rien de grave, une réaction naturelle face à quelque chose qui ne l’était pas. Il y avait ceux qui croyaient voir des tatouages avant de comprendre qu’il ne s’agissait que de décorations sur une coque peinte, d’autres qui la prenaient aussitôt en pitié et se montrait immédiatement plus gentils ou attentionnés. Enfin, il y avait ceux, nombreux, qui n’en prenait pas vraiment compte mais cachait mal leur surprise, ou leur petite grimace de douleur. Satoshi Sakutaro, puisque c’était son nom, semblait appartenir à la dernière catégorie tout en sachant un peu mieux dissimuler sa gêne. Et puisque c’était ainsi, elle ne releva pas et continua leur conversation comme si elle n’avait rien remarqué non plus.


- Comme tu préfères, Sakutaro, répondit-elle avec le sourire, en employant son nom plutôt que son prénom comme il l’avait fait avec elle, malgré son autorisation de faire autrement.

Il mentionna presque immédiatement qu’il avait l’habitude de consommer des légumes de son jardin, ce qu’Haneko ne pouvait s’empêcher de trouver génial. Sa grand-mère, chez qui elle avait vécu pendant presque deux ans, avait aussi un petit jardin mais elle devait tout de même acheter la plupart de ses ingrédients dans la ville la plus proche. Bien sûr, Satoshi parlait du sien comme s’il était limité également mais la brune imaginait tout de même qu’il était plus fourni que celui qu’elle avait connu. Et apparemment, il se réjouissait de tester de la courge. Ce n’était clairement pas la première réaction qu’elle s’était imaginé après avoir proposé de faire goûter une soupe, mais elle n’allait pas s’en plaindre. C’était soit un enthousiaste de la cuisine, soit quelqu’un de très porté sur le fait d’aider les autres. Dans tous les cas, elle le trouvait gentil.

Pendant qu’il parlait de ça, elle nota quelque chose en l’observant. Une évidence sans doute, mais elle n’était pas si bonne observatrice et elle n’avait pas vraiment eu le temps de le regarder comme elle pouvait le faire maintenant. C’était un sportif, et ce n’était pas seulement une conclusion atteinte à cause de son accoutrement, mais bien parce que son corps semblait en adéquation. De ce qu’elle en voyait, il avait un physique musclé, pas trop mais suffisamment pour que ça se voit même quand avec sa tenue ample. D’autres se seraient demandés d’où ça lui venait, mais le cerveau d’Haneko était encore focalisé entièrement sur la nourriture alors elle pensa plutôt à son régime alimentaire. Sa soupe était plutôt approprié pour un sportif, non ? Légume, fruit, que du bon et en quantité raisonnable. Et comme elle est incapable de se taire quand il s’agit de parler cuisine.


- Oh, la courge a un goût un peu amer je trouve mais il devrait être assez bien mixé avec le reste. Et tu n’as pas à t’en faire au niveau équilibre, c’est un très bon plat. L’oignon rehausse assez le goût pour que le sucré de la pomme ajoute ne soit pas omniprésent. Et puis, le curry devrait réussir à recouvrir tout ça sans l’éteindre pour que ça fasse une belle soupe homogène.

Alors qu’elle tentait son explication un peu confuse, ses doigts s’agitaient naturellement devant elle se croisant et se décroisant pour mimer la fusion des saveurs. Elle termina même par refermer une main, qui devait symboliser le curry, sur l’autre. S’en rendant compte, elle décroisa les mains et les rangea sagement dans son dos.

- Tu as de la chance de profiter d’un jardin. Je suis obligée d’acheter tous mes ingrédients en magasin… ou de profiter du club découvertes culinaires pour faire mes expériences.

Elle continua son explication en mentionnant le temps que cela prendrait mais il ne semblait pas s’en soucier. Satoshi mentionna goûter son plat comme si c’était une faveur qu’elle lui faisait et non l’inverse. Haneko n’allait pas le contredire si ça lui faisait si plaisir.

- Je cuisine depuis toute petite, je crois. Et puis après… depuis un an, j’ai eu le temps de beaucoup apprendre à ce sujet et m’y remettre sérieusement. Alors je me suis inscrite ici. Mais je fais des études d’économie en fait, rien à voir.

Elle se fendit d’un petit sourire, encore accentué par le fait qu’elle avait faillit trébucher en plein milieu de sa phrase. Elle s’en voulait d’avoir fourché ainsi, mais à la simple mention de l’accident, elle avait senti son estomac se nouer et son visage se décomposer pendant un bref instant. Haneko ne voulait pas y repenser et encore moins s’épancher sur n’importe qui, elle se dépêcha donc de mentionner autre chose, n’importe quoi.

- Et toi ? On dirait que tu sors de sport, je devrais te demander si tu fais des études dans ce domaine ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Mer 24 Aoû 2016 - 0:29

La discussion sur la cuisine est intéressante. Je ne m'y connais que grâce a la pratique journalière que j'ai depuis quelques années, mais je n'y ai jamais pris grand plaisir, c’était simplement une question de survie, on ne peux pas vivre sans manger après tout. Je l'entend m'appeler Sakutaro, par mon nom de famille que pourtant très peu de personne utilise. Sakutaro est un nom plutôt long. Satoshi a des consonances plus classique, plus simple. Mais qui suis-je pour l’empêcher de m'appeler de la façon qui lui sied. De toute manière le petit sourire qu'elle a lorsqu'elle le prononce me fait dire qu'elle est peut être de se moquer légèrement de moi. Dans un sens, cela m'amuse autant.

J'ai néanmoins peur de ne pas vraiment me montrer a mon aise dans une conversation plus poussé. Un jour j'ai essayer de faire un plat plus élaborer qu'un classique repas d'étudiant. J'avais acheter de la sole et avait essayer de la cuisiner comme je pouvais avec des légumes d'été. Le résultat avait était une catastrophe, je n'avais de toute façon pas le matériel adéquat pour en faire quelque chose de bien. Depuis je continuais a faire des choses un peu plus poussé, mais uniquement lorsque ma mère était dans les parages, histoire qu'elle puisse rattraper le coup en ça d'échec trop prononcé.

Alors que nous finissons les présentations, je la sens me regarder, m'analyser. Je baisse un instant les yeux en constatant que j'ai toujours ma tenue de combat. Je rougis a demi. J'ai tendance a l'oublier quand je la porte, tant c'est une seconde peau pour moi. Mais moi qui passe mon temps a camoufler mon corps sous des t-shirt ample et des vestes ou des pulls, me voilà sans gene avec mon nan quan a la vue de la jeune fille, a mon grand désarroi. Peut etre qu'elle trouve ca indécent de porter ça dans sa cuisine et c'est pour cela qu'elle me regarde de cette manière ?

Il ne semble pas, au vu de sa façon de me parler quand elle reprend. Elle parle toujours de cuisine, comme si il n'y avait jamais eu de temps mort, crée par les présentations. Elle parle avec passion du goût qu'aura son plat, me parlant de la touche sucré que la pomme va apporté. Je n'y avais pas fais attention jusque la, qu'elle avait parlé de pomme dans son plat, et je sens ma peau se réchauffé a cette idée. Elle ne pouvait pas savoir que c’était mon point faible, mon péché mignon. Elle ajoute ensuite que c'est très équilibré comme plat, et la corrélation se fait dans mon esprit. Elle a définit par son analyse que j'étais quelqu'un qui faisait attention, et me rassure de la sorte. C’était plutôt attentionné de sa part.

- C'est parfait alors. Ne t'en fais pas, j'aime absolument tout. Enfin, certaine chose plus que d'autre forcément, comme tout le monde. Et la pomme....je pourrais en manger toute la journée sans être lassé, tu n'as sans doute pas fait exprès, mais pour moi, c'est un excellent choix.

Elle part ensuite sur le fait que j'ai de la chance d'avoir un jardin, disant qu'elle même aurait bien voulu en avoir un mais qu'elle était obligé d'acheter tout ses ingrédients. C’était en effet un avantage certain. En plus de savoir exactement de la qualité des produits, cela économisait de l'argent sur le long terme. Je n’étais plus autant en confiance en revanche quand elle employa le terme « expérience », je m'étais peut être lancé dans quelque chose de plus rude que ce que j'avais envisagé au départ.

- Nous avons déménagé il y a une dizaine d'années a la campagne avec ma mère, et comme elle travaille dans le village ou nous habitons, elle peux facilement s'occuper du jardin, elle n'est jamais très loin.

Elle répondit ensuite a ma question, ne me donnant pas forcément la réponse que j'attendais. Mais c'etait finalement pas si illogique, elle était comme moi finalement. Elle n'avait pas fait de sa passion un potentiel travail, ou du moins pas directement. Je faisais du sport constamment, mais j'étais en droit. Elle cuisinait depuis toute petite, mais pourtant elle faisait de l'économie. Elle buta sur le milieu de sa phrase, ce qui me fit froncer un peu les yeux, mais je ne fis pas de commentaire, préférant m'attarder sur le reste de son explication :

- Alors donc tu fais de l'économie....en première année. Ça te plaît au moins ? Ca ne doit pas etre facile.

Comme je l'avais pensé, elle me fit la remarque en sens inverse. Puisque je sortais de mon club et que j'étais habillé dans ce sens, pourquoi je ne serais pas dans des études sportives ? L'habit ne fait pas le moine comme on dit...

- Tu as raison, c'est comme pour toi, je fais des études de droit personnellement. Droit international, en première année aussi. Je fais du kung fu depuis une dizaine d'années en fait, et c'est pour ça que je suis en retard, j'ai réussis a mettre une séance par dessus la cérémonie du thé, si bien que je ne fais ce club qu'une fois tout les quinze jours. Et j'avais oublié que c’était cette semaine la.

Rien qu'en y repensant, je grimace, qu'elle idée stupide, je fini par m’emmêler dans mes propres combines pour me sortir de ce club ennuyeux. Mais comme elle n'avait pas l'air non plus de trop le porter dans son cœur, je pouvais grimacer sans me cacher, elle ne s'en vexerais pas.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Mer 24 Aoû 2016 - 11:24

De tous les ingrédients ajoutés dans sa mixture, la jeune Haneko n’aurait pas choisie la pomme comme celui qui allait attirer les foules, mais si cela pouvait faire plaisir à quelqu’un, elle ne s’en plaindrait pas. Le sportif avait apparemment réussi à suivre, au moins en partie, son explication sur la superposition des goûts, et il avait retenu avant tout que de la pomme serait présente. Ne restait à espérer que le fruit n’aura pas été complètement noyé par les autres ingrédients. La jeune femme était persuadée que ce ne serait pas le cas, elle avait choisi ses doses avec soin. La courge devait être la plus importante, la soupe ne portait pas son nom pour rien, mais tous les autres devaient être perceptibles au moins un peu. Et la pomme était plutôt forte en général, on pouvait difficilement la manquer. Elle se fendit donc d’un sourire satisfait à l’avance.

- Très bien alors, j’espère que cela va te plaire.

Comme ils parlaient d’ingrédients, le sportif parla du jardin qu’il partageait avec sa mère, mais aussi du fait qu’il se situait en campagne. Haneko aurait put le parier, les jardins n’étaient plus bien nombreux en ville. À Keimoo, quelques maisons bénéficiaient encore de la place nécessaire pour avoir un petit coin de verdure, mais tout le monde n’avait pas la motivation ou la capacité de l’entretenir. Même celle achetée récemment par son père pour son retour à l’académie n’avait pas la chance d’avoir un jardin. Ce n’était probablement pas si grave car elle ne s’était jamais occupé de ça et elle doutait que Masamune Igarashi ait la main verte. Acheter ses ingrédients dans les marchés étaient un moindre mal dans un cas comme celui-là.

- Ah, ma grand-mère vit aussi à la campagne, avec un petit jardin. Mais elle ne cultive pas de tous alors même chez elle je devais aller acheter d’autres ingrédients. Sinon, on mange toujours la même chose et ce n’est pas drôle.

En plus de ne pas être bien équilibré. Peut-être songeait-elle un peu trop à ça mais elle était presque sûre que Satoshi ne pourrait que l’approuver sur ce point. S’il était, comme elle le pensait, un sportif qui prenait soin de sélectionner ce qu’il mangeait alors il devait savoir que la variété était importante pour maintenir un bon équilibre.

Ils en vinrent à parler de leurs études respectives, conversation plus que classique entre des élèves. Comme elle l’imaginait, ses études avaient autant à voir avec le sport que l’économie avec la cuisine. Il mentionna être en première année, comme elle. Il devait donc avoir quelque chose comme 18 ou 19 ans, à moins qu’il n’ait raté des années comme elle mais il était hors de question de lui poser la question. Le droit international donc ? Ce n’était pas facile, aux yeux d’Haneko. Tout ce qui était international était difficile, l’économie était déjà atroce et elle imaginait que le même genre de problématique se retrouvait en justice. Les règles étaient partout différentes et les négociations entre pays pour des questions judiciaires devaient prendre des années, chacun pensant avoir la meilleure façon de faire.

Comme elle n’avait pas répondu immédiatement, il s’expliqua un peu sur son retard, qui était devenu une absence. Il ne venait qu’une semaine sur deux, ce qui expliquait pourquoi elle ne l’avait jamais vu jusqu’ici, mais aussi pourquoi il l’avait oublié. À voir sa tenue et la façon dont il parlait du club de thé, le kung fu était sans aucun doute plus intéressant à ses yeux que l’art ancestral de servir le thé. Elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir là-dessus, mais eu tout de même un sourire amusé quand elle lui répondit enfin.


- Dire que j’adore l’économie serait mentir, mais je trouve ça intéressant et je suis curieuse. Plus que toi pour le thé en tout cas, je pense.

Pendant qu’ils discutent, la brune consultait son portable régulièrement pour surveiller le temps de cuisson mais ils avaient encore le temps. D’ici une minute elle devait aller arrêter le feu. Cela signifierait peut-être la fin de la discussion mais ce n’était pas grave : ça avait tout de même été agréable. Pour l’heure, elle n’avait pas parlé avec beaucoup de garçon du club, elle allait plus naturellement vers les filles de son âge ou de la même année qu’elle, sans trop savoir pourquoi. Sans doute parce qu’il était attendu d’elle que ses amies soient un groupe de femme, ou quelque chose comme ça.

- Du coup, c’est la tenue de kung-fu ça ? Je ne connaissais pas du tout, ça a un nom ?

La question n’est motivée que par la curiosité. Le sport, quel qu’il soit, n’a jamais motivé la jeune femme mais elle mentirait en disant qu’elle ne s’est jamais intéressé à des démonstrations. Les sports de combat sont loin d’être ses préférés mais ceux asiatiques avaient quelque chose de la chorégraphie qui les rendait plus agréables. Elle les voyait comme des philosophie avant tout, mais supposait que ce n’était pas le cas de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Ven 26 Aoû 2016 - 23:03

Je ne suis pas difficile loin de la. Plus qu'une histoire de goût, c'est sans doute le fait d'avoir toujours du aller au moins chère qui a crée cette faculté d'adaptation culinaire qui m'est propre. Tout ce qui est comestible et permet donc la survie est alors placé dans la catégorie des choses que je mange sans rechigner. Il y a des choses que j'aime plus que d'autre comme tout le monde, néanmoins je ne critique jamais ce qu'il y a dans mon assiette. J’espère cependant qu'elle n'attend pas de moi une critique gastronomique poussé, je ne suis pas très doué dans ce domaine. Mais ça va me plaire, elle n'a pas a s'en faire.

- Je ne crois pas déjà avoir détesté un plat, et si tu y a mis autant de soin, je doute être déçu.

La conversation dévie alors sur les jardins. Comme je lui disais, celui que ma mère et moi cultivons depuis des années n'est pas très grand, et ne fait pas poussé des légumes et des fruits d'une grande diversité. Mais cela nous suffis pour être content, faire des économies, avoir la satisfaction de de manger des produits que nous avons fait nous mêmes. Depuis que je suis partis en internat, pour le lycée, je n'y participe plus autant que je le voudrais, mais maman ne le laisserait pas dépérir, et son travail est extrêmement consciencieux.

Mais je fini par tomber mentalement d'accord avec elle, il est obligatoire de faire des courses a coté, il est impossible d’être totalement indépendant si l'on ne veux pas manger des tomates a tout les repas. Mais nous devions souvent nous en contenter a l'époque ou la paye que ma mère recevait était juste assez grosse pour nous permettre de loger. Tout est devenu beaucoup plus simple lorsque j'ai obtenu mes bourses et qu'elle a réussit a trouver un travail qui puisses nous donner un toit gratuitement. C’était une vraie aubaine pour nous.

- C'est sur, je vois parfaitement ce que tu veux dire, malgré que pour des saisons économiques il faille souvent faire des sacrifices et acheter ce qu'il y a de moins chère. Mais ce n'est pas important.

Je rougis. Révéler de but en blanc que je fais partis de la classe pauvre du pays dans un endroit comme Keimoo ou presque toute la population est aisée me gène un peu, surtout que je n'avais pas réfléchis en ouvrant la bouche. C'est souvent quand on parle sans réfléchir que nous disons des choses que nous aurions voulu garder pour nous. Et cela m'arrive très souvent, beaucoup plus souvent que ce que j’aurais voulu, mais ce n’était pas vraiment ma faute. C’était totalement ma faute en fait, mais je préférais ne pas trop y penser. Je l'écoute plus tot me répondre par rapport a la question sur ses études.

L'économie est lié de loin au droit, car l'un complète l'autre. Les deux matières ne sont pas rattachés, mais dans leurs utilisations, il n'est pas rare qu'elles s'entrecoupent. De la même manière que le droit ne me passionne pas plus que ça, elle ne semble pas vraiment apprécier plus qu ça sa filière. C'est quelque chose qui pourra servir mes projets. Elle semble quand même ressentir une certaine curiosité pour ses cours, plus que ce que j'ai pour le club de cérémonie du thé, dit elle. Je souris, perdant un peu la rougeur qui restait gravé sur mes joues.

- Je vois que tu n'as pas mis bien longtemps a me cerner. Je t'avoue que le droit n'est pas non plus quelque chose dont je rêve jour et nuit. Mais il faut bien faire quelque chose, et c’était ce qui m’intéressait le plus.

J'aurais pu partir sur un cursus sportif si j'avais continué la compétition, mais pour diverse raison, j'avais préféré rester dans l'ombre des amphi bondés d'asiatiques, la ou j'avais l'habitude d’être. C’était le plus simple après tout. En parlant de sport, c'est elle qui revient sur le sujet en désignant ma tenue. C'est vrai, encore une fois j'avais oublié que je l'avais vétu. Elle semble curieuse a ce propos, et ça ne me gêne pas d'en parler durant les minutes qu'il reste avant la dégustation. C'est dans ce sujet que j'ai le plus de connaissance, je ne vais pas me priver de répondre a ses questions si elle en a.

- En fait, il y a plusieurs branches de kung-fu. Des styles qui différent un peu si tu préfères, et je suis dans la branche du wing chun. Pour te donner une image, tu dois connaître Bruce Lee, et bien c'est son maître qui a crée ce style, Ip-man sensei. Chaque branche a des traditions propres a elle, des codes. Cette tenue en fait partie, elle est propre a ma branche de la discipline. Ça s’appelle un Nan Quan. Je dois t'avouer que je n'aime pas particulièrement sortir avec en dehors du dojo. J'ai un peu l'impression de ne rien porter sur moi.

C'est une seconde peau, comme je me plais a penser. Mais moi qui aime tant rester discret, aussi bien par la tenue en elle même que ses lacets oranges qui viennent fermer le haut m'empeche de me camoufler dans la masse, bien mal aider par ma chevelure blonde. Si j'avais eu plus de temps, je me serais changé avant de venir. Je soupire en fronçant soudainement les yeux :

- Je ne t'ai pas fais perdre le timing de la cuisson j’espère avec mes explications ennuyeuses ?


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Lun 29 Aoû 2016 - 2:01

Ils étaient en train de discuter ingrédients quand la jeune femme vit son interlocuteur réagir un peu étrangement. Il venait de mentionner la nécessité de prendre ce qu’il y avait de moins cher quand ses joues se mirent à rougir, comme s’il était embarrassé par quelque chose. Cette observation fit perdre à Haneko quelques secondes avant qu’elle ne saisisse pleinement le sens de la phrase, et du coup la raison de son soudain accès d’embarras. Ce n’était pas le fait d’avoir à sélectionner les ingrédients qui l’ennuyaient, comme elle pouvait l’avoir supposé un peu bêtement, mais de le faire pour des raisons économiques. Elle avait faillit oublier que ce n’était pas le genre de chose qu’on croisait souvent à Keimoo. Les élèves n’y étaient pas vraiment issues de classe pauvre ou même moyenne, Haneko en était elle-même un exemple assez flagrant.

Bien sûr, il n’y avait rien non plus de réellement choquant là-dedans. De nombreux élèves rejoignaient l’établissement grâce à des programmes gouvernementaux ou des bourses accordées au mérite, sans compter les échanges internationaux. Ce n’était pas qu’un campus de riche qui ne se côtoyait qu’entre eux. Haneko était cependant bien placée pour savoir que c’était parfois l’impression qu’ils donnaient. Ne passaient elle pas ses soirées avec des gens de cette catégorie uniquement, quelques années plus tôt ? Certes, c’était surtout parce qu’il s’agissait de ceux qu’elle côtoyait le plus depuis son enfance, mais elle ne pouvait pas nier que d’un oeil extérieur, cela pourrait ressembler méchamment à une sélection sur la classe sociale. Dans une ambiance pareille, il était donc plutôt naturel que des élèves se retrouve embarrassés d’avouer à demi-mot qu’ils avaient parfois dû faire des choix économiques, auxquels une majorité d’élève ici n’avait pas été confronté.

Haneko n’avait jamais trop regardé le prix quand elle faisait son choix, elle cherchait la nouveauté, l’intérêt pour ses recettes et rien d’autres. Pourtant, elle avait tout de même été éduquée à faire attention à ce genre de chose, en règle générale, mais il y avait des points où elle ne pouvait tout simplement pas. Et le prix de la décoration pour ses prothèses n’était pas vraiment meilleur indicateur. De fait, elle ne savait pas trop comment réagir à cette déclaration et encore moins à la gêne occasionnée chez Satoshi. Un peu décontenancée, elle finit par improviser une courte réponse pour mettre fin à cette discussion.


- Ah oui, je suppose. Mais on peut se faire bons petits plats pour peu cher.

Ce n’était pas faux, elle le savait pour avoir consulter de très nombreux site de cuisine. La plupart avait un classement selon la difficulté du plat mais aussi le prix auquel il reviendrait. Ce n’était pas quelque chose qu’elle regardait vraiment, mais elle avait fréquemment noté qu’il était parfaitement possible de se faire un excellent repas pour un prix relativement modique. Bien sûr, elle ignorait à quel point son interlocuteur avait ou avait eu des difficultés. Puisqu’il était gêné par le sujet, elle préféra ne pas creuser d’avantage et comme ils s’étaient mis à parler étude, cela se passa sans accroc.

Il semblait s’amuser de se voir déjà cerné, mais il n’avait pas vraiment fait un secret de son désintérêt pour le club de Cérémonie du thé, alors Haneko avait pensé qu’elle pouvait plaisanter sur ce point librement. Non pas qu’il s’en soit vexé, mais le fait qu’il considère ça comme un accomplissement de la part de la jeune femme alors qu’il avait été très clair sur son opinion était assez amusant. D’ailleurs, il enchaîna sur son désintérêt vis à vis du droit, voie qu’il avait choisit aussi. Elle ne pouvait pas vraiment désapprouver, il s’agissait d’étude, la passion était importante mais tout le monde ne pouvait pas l’être. Elle-même n’était pas une enthousiaste de l’économie, c’était simplement le chemin qu’elle s’était fixé et elle le trouvait intéressant à défaut d’être toute sa vie. Là dessus, elle supposa qu’ils pouvaient se comprendre.


- Je ne rêve pas non plus de chiffre et de rapports économiques toutes les nuits, seulement une nuit sur trois.


Elle se fendit d’un beau sourire. Ils parlaient passion, c’était toujours intéressant. Elle en vint rapidement à mentionner son accoutrement, qui était pour elle un signe de l’intérêt qu’on portait à ce sport. Pour oublier qu’il le portait, ou ne pas avoir le temps de se changer, c’est qu’il devait être très intéressé. Et après une rapide explication sur le nom du kimono et sa position exacte dans l’histoire de cet art martial, il confirma qu’il n’aimait pas particulièrement la porter en dehors du dojo. Il n’avait sûrement pas eu le temps de se changer, par peur d’arriver en retard. Finalement, il était arrivé bien trop tard de toute façon, mais sa remarque amusait Haneko.

- Je te suggère de ne pas raconter ça à nos intervenants du club. Je ne pense pas qu’ils apprécieraient d’apprendre que tu viens dans une tenue où tu te sens nu. Ce n’est pas bien respectueux.

Comme il lui rappelait au sujet de son plat, elle se dépêcha de sortir son portable pour vérifier son chronomètre. Haneko n’était pas vraiment inquiète, elle l’aurait senti si le temps avait été dépassé, mais elle sourit tout de même en voyant qu’il restait trente secondes.

- Ce n’était pas ennuyant, même si je ne suis pas sûre de tout retenir. Il reste un peu de temps, viens.

Elle retourna dans la cuisine à petits pas et vient saisir le mixer. Ils en avaient différent modèle pour le club, mais elle préférait ceux qu’il fallait utiliser manuellement dans les casseroles plutôt que ceux où l’on versait les ingrédients pour les broyer automatiquement. Cela lui permettait un meilleur contrôle. Haneko le brancha donc près de autocuiseur et arrêta la sonnerie de son portable une seconde seulement après qu’elle ait commencée. Elle retira le couvercle et sourit en sentant l’arôme de sa préparation se répandre dans la pièce avec encore plus de force qu’avant. Puis elle inséra le mixer et se chargea méthodiquement de réduire ses ingrédients à l’état de soupe. Ses gestes étaient souples et rapides, ceux d’une habituée, et elle restait fermement sur sa position, le regard fixé sur sa préparation. Jusqu’à ce qu’elle ait terminée et relève le nez vers Satoshi.

- C’est prêt !

Elle lui fit signe de s’approcher et se munit d’une cuillère pour aller chercher une part de sa soupe à la belle couleur orangée. La jeune femme tendit la cuillère vers son goûteur officiel.

- Alors ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Lun 29 Aoû 2016 - 20:04

Je n'avais pas vraiment eu la prétention de vouloir éluder un sujet. Ce n’était pas une gene du genre que l'on veux absolument cacher aux autres, je n'avais pas d'argent, c'est tout. Ce n’était pas une honte en soi. Mais le fait d'etre un étudiant de l'université Keimoo, endroit ou la haute se côtoyaient normalement n’était pas non plus de quoi me mettre a l'aise. J'étais tout simplement différent d'eux, et c’était presque obligé qu'ils me jugent sur cet aspect de ma personne. Pourquoi un pauvre est ici parmi eux ? Natsuki en était un parfait exemple, elle qui avait eu la faculté d'employer des noms grossiers pour me désigner. Je n'étais pas vraiment ma place.

Mais Haneko ne semblait pas être réellement quelqu'un qui critique ce genre de chose, preuve en est qu’après sa phrase a propos des plats a bas prix, elle avait elle même changé de sujet comme pour me soulager. Si c’était le cas, alors l'attention était vraiment adorable. Toutefois, je finissais la conversation en la relançant. Elle avait raison sur cet aspect, autant le dire:

- Ma mère est une très bonne cuisinière. Et comme tu viens de le dire avec raison, elle a toujours utilisé très peu de ressources pour faire de bons plats équilibrés. Je suppose qu'avec de l'entrainement et un eu d'imagination rien est impossible ?

Je lui souris et accepte d'un regard de définitivement mettre un terme a cette partie du sujet pour se concentrer sur le suivant. Les études donc. Encore un sujet ou je n'étais pas si a l'aise que ça. Expliquer pourquoi j'avais choisis de faire du droit était ardu, car je n'en étais même pas sur moi même. Je m'étais souvent dis qu’après ce que mon paternel avait fait subir a ma mère, je faisais du droit pour empêcher d'autre personne faisant ce même genre de chose a leurs femmes, ou a leurs enfants, de s'en sortir impunément.

J'avais vite compris que de toute manière, il fallait que l'aide soit demandé pour etre attribué, et ma mere avait toujours tout fait seule. Je ne lui aurait était d'aucun secours, même aujourd'hui. Je secoue la tète légèrement comme pour me sortir cette idée de la tete. Ce n'est pas le moment de penser a ça, Sato, tu n'est pas tout seul, Haneko est la.

Alors je redresse mon regard pour le planter dans le sien afin de bien lui signifier que je l'écoute pleinement. Elle me dit en souriant qu'elle ne reve pas forcément non plus toujours d'économie, en y insufflant une pointe d'humour. Je veux bien la croire, cela m'a l'air d'etre le genre de matiere insuportable ou il faut rester attentif constamment pour ne pas se perdre en route. Un sourire en coin, je répond:

- Tu m'en vois particulièrement étonné, Haneko-san, je pensais vraiment que tu passais tes journées et tes nuits a penser comment devenir un grand trader a wall street.

De nouveau je retiens un rire, je ne sais pas vraiment si, malgré son humour, dans sa façon de parler, elle n'est pas du genre a s'énervé ou a se vexer. Elle ne m'en a pas l'air mais je préfère ne pas courir un risque inutile, donc je me retiens de rire et passe a la suite. Elle me questionne sur ma tenue, ramenant mon esprit sur le fait que je suis en retard, que j'ai raté une séance. Ce n'est pas tant le fait de ne pas avoir etait la que d'etre énervé contre moi même d'avoir oublié.

Je ne pensais pas etre quelqu'un de tete en l'air, et quand je faisais ce genre d'erreurs, je ne pouvais m'empecher de ne pas etre satisfait contre moi. Elle faisait néammoins en sorte, a l'aide d'une nouvelle pointe d'humour dont elle semblait avoir le secret, de me détendre sur cette question, sans doute involontairement, mais qui me fit garder mon sourire précédent.

- Je compte sur toi pour ne pas vendre la meche.

Elle n'avait pas tord en réalité. Connaissant certain membre du club, que je dise ça n'aurait probablement pas plu a tout le monde. Mais quelqu'un n'est pas m'écontent de quelque chose si il n'est pas au courant non ? Je n'étais de toute maniere pas vraiment le genre a me trimbaler en Nan Quan en dehors du dojo. Mais a moment exceptionnel....enfin elle semble contente de l'explication finalement. Je ne lui en voudrait pas quelle oublit, elle semble déja avoir assez a penser avec ses propres activités. D'ailleurs le moment de gouter semble arriver. Elle me fait signe de la suivre dans la cuisine ou repose sa préparation.

Lorsqu'elle souleve le couvercle aprés avoir complété la préparation de plusieurs étapes supplémentaires dont je n'avais pas trop fait attention, l'odeur précédemment étouffé ne se fit plus prier pour se répendre dans toute la piece avec une rapidité étonnante, me submergeant totalement. La jeune femme semble plutot contente d'elle, et au vu de la couleur parfaitement orangée de la mixture, je trouve cela presque dommage d'y toucher.

Pourtant sans aucune hésitation elle plongé sa cuillere dans la soupe avant de me la tendre. Sans me faire prier j'éfféctue la mission qui m'est confié. Il n'y a absolument pas le gout acre de la courge que j'attendais, recouvert par le coté fruité de la pomme qui, sans etre trop prononcé, parviens a donner un arome agréable. Et la couleur est largement accentué par le curry qui vient asseoir le mélange des ingrédients avec douceur. Je souris en faisant:

- C'est parfait, tout se mari sans qu'aucun des produits ne prenne trop le dessus sur les autres. Le coté fruité lui donne un coté rafraichisant et pas trop lourd, alor que le curry enrobe le tout avec une vraie douceur. Tu es douée ! Tu n'as jamais songé a en faire plus qu'une passion ?

Je lui souris avant de plonger mon regard de nouveau sur la soupe, avec une légère envie. Gouteur est un travail plutôt ingrat finalement, car il ne vous permet que d'y toucher une fraction de seconde.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Mar 30 Aoû 2016 - 19:10

- Motus, confirma la jeune fille avec un sourire, l’index sur les lèvres.

Même si elle avait voulut mettre le jeune homme dans l’embarras en racontant qu’il venait au club de thé avec une tenue dans laquelle il se sentait nu, elle ne voyait pas bien à qui et comment elle aurait put le raconter. Ce n’était pas vraiment le genre de sujet qui apparaissait normalement dans une conversation et elle ne connaissait pas encore tant de monde dans ce club. Ou plutôt, elle connaissait plusieurs personnes par leurs noms mais était encore incapable de les appeler amis. Tout au plus, il s’agissait de connaissance mais même ça était peut-être un peu trop.

Ce n’était pas forcément un état des choses auquel elle était habituée. Il y a de cela deux ans, elle pouvait se vanter de connaître un peu tout le monde et d’avoir une opinion bien définie de presque chaque élève de son année, même ceux qui rejoignaient l’académie l’année en question était rapidement cernés. C’était le résultat obtenu après quatre ans de lycée dans le même établissement quand on était aussi ouverte qu’Haneko l’avait été les dernières années. Elle était capable d’engager une conversation sans hésiter avec n’importe qui, sans que cela porte ses fruits à chaque fois bien sûr mais ça lui permettait de se faire une idée claire de qui elle pouvait appeler ami, qui elle pouvait appeler connaissance et ceux qu’elle pouvait simplement ignorer.

De retour depuis quelques semaines, c’était une toute autre affaire. En deux ans, les élèves de son année avaient bougés, certains avaient quittés Keimoo, d’autres s’étaient simplement éloignés d’elle avec le temps. N’ayant fait aucun effort pour garder le contact de son côté, elle ne pouvait pas leur en vouloir. Il y avait quelque chose de presque rafraîchissant à l’idée de recommencer à zéro comme ça. Elle devait se reconstruire un réseau, réapprendre à connaître les gens, et sans Kujaku pour la guider comme il l’avait fait quand elle avait rejoint le lycée pour la première fois. Cela lui avait fait un peu peur au début mais quelques semaines après son arrivée, elle trouvait qu’elle n’avait vraiment pas à se plaindre. Haneko arrivait toujours à converser poliment avec des gens et la plupart se montrait amicale sinon attentionnée. Ses prothèses jouaient peut-être là-dedans, mais elle aimait à penser que c’était simplement ainsi que les gens étaient naturellement.

Satoshi par exemple, elle était à peu près sûre qu’il avait remarqué ou non ses fausses jambes, mais il n’avait pas fait la moindre remarque à ce sujet, mais il s’était montré poli bien avant de voir quoi que ce soit. Elle doutait qu’il ait accepté juste pour ça de toute façon, la perspective de goûter la soupe semblait lui plaire.

D’ailleurs, ça avait inquiété un peu la jeune femme quand elle l’avait remarqué. Elle ne voulait pas que la vision que son goûteur aurait du plat soit troublé par son désir ou non de le tester, il fallait être le plus neutre possible. Ce n’était cependant pas le genre de chose à dire et elle était un peu à court d’option, Satoshi Sakutaro ferait donc l’affaire. Et puis, ce n’était qu’une petite expérience de sa part, elle n’avait pas besoin de la traiter comme un évènement particulier.

Pour autant, elle attendait le verdict avec un poil d’appréhension au moment de tendre la cuillère au jeune homme. Ce n’était qu’un plat simple, sur lequel elle n’avait pas passé tant de temps que cela mais elle voulait le réussir, ne serait-ce que pour se conforter dans l’idée qu’elle pouvait tenter plus souvent des plats occidentaux. La jeune femme avait décidée de tirer autant profit que possible de cette année passée au club de découvertes culinaires. Satoshi aurait probablement put essayer de faire durer le suspens s’il avait voulu l’enrager mais il ne semblait décidément pas de ce moule puisqu’il vendit la mèche presque immédiatement après avoir testé.

Le compliment commença par faire apparaître un beau sourire sur les lèvres d’Haneko, dont les traits se firent satisfait, avant qu’elle ne semble se rappeler de rougir un peu. Elle se fendit d’un petit rire en entendant de la bouche de Satoshi une description très similaire à ce qu’elle lui avait dit elle-même un peu plus tôt sur la complémentarité des goûts utilisés. Elle ignorait s’il faisait ça pour se moquer d’elle gentiment ou simplement parce que c’était tout ce qu’il trouvait pour le décrire, mais c’était suffisant de toute façon. Pour confirmer son impression, elle attrapa une autre cuillère et goûta elle-même sans lui répondre immédiatement. Les lèvres closes, elle claqua un peu la langue pour tester la texture contre son palais. Les yeux songeurs, elle sourit de nouveau au moment de retirer définitivement l’autocuiseur de la plaque de cuisson.

- Hm. C’est pas mal. Merci beaucoup !

Elle attrape une grande cuillère pour touiller un peu sa mixture, puis se remet à marcher dans la cuisine pour y chercher un grand bol qu’elle ramène près d’eux. C’est en cherchant tout ses accessoires qu’elle répond tranquillement à Satoshi.

- Pas vraiment non. J’aime bien faire la cuisine, mais je ne sais pas si j’aimerais en faire autre chose qu’une passion, certainement pas un métier. Et puis mon pè… ma famille n’apprécierait sûrement pas.

La dernière partie lui a échappé et elle regrette presque immédiatement de l’avoir dit. Ce n’est pas que c’est faux, mais elle n’en avait jamais vraiment parler à qui que ce soit, pas même son père. Pour elle, la cuisine, les jeux, la lecture et tout ce qui l’intéresse en général est différent d’un vrai métier. Et en terme de métier, elle a toujours pensé que son devoir était de se diriger vers l’économie pour prendre le relais de Masamune Igarashi quand celui-ci partira en retraite. Si elle avait eu un frère ou une soeur aînée pour hériter de ce fardeau, peut-être aurait-elle plus de choix, mais en l’état son destin semblait tout tracé. Jusque là, elle ne s’était jamais posé la question, cela paraissait évident et elle ne s’en plaignait pas. Au contraire, avoir un objectif précis en tête avait quelque chose de rassurant par moment.

- Je crois que je n’aimerais pas voire ma passion devenir mon métier, ce serait un peu comme la souiller, tu ne crois pas ? Demande-t-elle pendant qu’elle verse le contenu de la casserole dans un large bol.

Il en restait largement assez pour nourrir quelques personnes. Elle allait peut-être en prendre un peu pour chez elle, mais le reste allait résider dans les frigos du club. Elle pourrait toujours le finir plus tard, ça se conservait bien même si c’était toujours meilleur juste après la cuisson. Alors qu’Haneko réfléchissait à comment le transporter chez elle, la jeune femme surprit un regard de son interlocuteur en direction de la soupe. Elle se fendit d’un sourire.

- Elle va rester ici je pense. Si tu n’as pas déjà prévu quelque chose à dîner, tu peux en prendre, en complément. Et en paiement. Deal ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 403

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Dim 4 Sep 2016 - 15:44

C’était le genre de chose qui me stimulait, goutter un plat. Découvrir un nouveau goût me permettait d’étirer ses connaissances en la matière et me rendait joyeux. Après ça je n'avais pas envie de juste rentrer. Discuter du plat en question était la chose la plus intelligente a faire. Je pose cependant une question qui, après réflexion, était peut être déplacé, un peu trop personnelle. Le genre de chose que tu dis a un ami quand tu vois qu'il se dirige dans la mauvaise direction. Je ne pouvais pas savoir si c’était le cas pour Haneko, mais en revanche je pouvais voir qu'elle était très douée dans ce qu'elle faisait. Presque un crime de ne pas laisser ses talents culinaires exposés aux grands jours. Mais qui étais je donc, moi qui passait ma vie a me cacher, pour juger cette envie d'anonymat ?

Sa réponse est d'ailleurs plutôt réfléchis. Malgré que la fin de la première partie me semble un peu gène. La famille, encore et toujours la famille. Peu importe les raisons, c'est elle qui fini toujours par poser le plus de problème. Je n'ai pas eu d'autre problème depuis le départ de mon père, au contraire je suis heureux de pouvoir dire que j'ai une mère qui fait tout pour que je sois heureux. Mais dans toute ces familles riches de Keimoo pèse un grand sentiment de responsabilité vis a vis de ses aînés. Trop souvent certains jeunes se sentent obligés de suivre une voix qui leurs semblent toute tracés.

Je ne connais définitivement pas les tenant et aboutissement de la vie de cette jeune femme qui vient de m'offrir la possibilité de goûter a un de ses plats, mais la façon dont elle en parle...elle n'en est définitivement pas heureuse. Néanmoins je n'ai pas les droits pour lui répondre franchement, elle n'a de toute façon aucun intérêt a suivre l'avis d'un inconnu, qui n'est peut être même pas réaliste. Ce n'est pas parce que je le pense que c'est vrai. Souiller sa passion parce qu'elle devient son métier. J'ai du mal a comprendre ou elle veux en venir. Au contraire, qu'y a t'il de plus intéressant que se lever le matin pour aller faire sa passion ? Encore une fois je ne suis pas le mieux placer pour en parler, je suis en train de faire des études qui ne m’intéressent pas réellement. Mais en ce qui concerne une passion, je sais parfaitement de quoi je parle. Je reste silencieux un moment, l'observant verser la soupe dans un récipient, puis je décide de lui répondre.

- Je ne suis pas vraiment d'accord. Une passion, selon moi, n'est souillé qu'a partir du moment ou tu ne la respecte plus. Pour le reste, il n'y a pas de meilleure motivation pour aller travailler que lorsque l'on va faire quelque chose qui plaît non ? Je veux dire, au bout de trente ou trente-cinq ans, le matin, sans motivation ça devient compliqué je pense.

Je n'ai pas l'impression d’être parfaitement clair. C'est tellement plus simple de s'exprimer a l’écrit ou les pensées s'écoulent sur le clavier avec une facilité déconcertante, alors qu'a l'oral j'ai l'impression de constamment balbutier, être brouillon. Par chance elle change ensuite le sujet de la conversation, en remarquant sans doute le regard légèrement envieux que j'ai lancé a la mixture. Ce n'est pas tout les jours que je mange quelque chose d'aussi bien préparé, loin de mes propres plats que je fais a la va vite dans ce qui me sert de cuisine. Elle me propose d'en prendre en payement. Je ne comptais pas lui demander un quelconque dédommagement, mais le sourire qu'elle me lance me suffit a accepter la proposition.

- Tu ne pouvais me proposer une meilleure récompense. Deal.


Je sors alors de la cuisine surchauffé, appréciant la température ambiante qui se dégage de la salle d’où nous venons au départ. J'étais juste venu vérifier que j'avais bien raté le club a la base, une vérification inutile étant donné que je savais bien que le mal était fait. Mais au final j'ai pu apprécier de goûter cette soupe. Agréable hasard. Je récupère ma part qu'elle me donne dans un récipient. Puis je reste planté la devant elle, ne sachant que faire. C'est sans doute le signal de la quitter pour moi. C’était agréable, mais les meilleures choses ont toujours une fin. Je me gratte la tete en ramassant mon sac, d'un air gèné :

- Et bien....merci beaucoup, pour la soupe je veux dire, c’était délicieux. Enfin, c'est délicieux. Je ne vais pas te déranger plus longtemps. J’espère qu'on se reverra. C’était très agréable. Si tu as besoin d'un goûteur un jour, n'hésite pas a sonner chez moi, rez de chaussé de la résidence étudiante, chambre quatre.

Je lui souris. N'ayant pas de téléphone, je n'ai de toute manière aucun autre moyen pour lui permettre de me contacter. Alors je m'incline devant elle, comme a mon habitude, et je recule de la même manière que précédemment, en sachant que cette fois elle n’arrêtera pas mon geste. Une fois dans le couloir, je m'incline a nouveau, lui fait un signe de la main, et disparaît de son champ de vision. A mesure que j'avance, j’accélère. Je veux rentrer. J'ai faim.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Haneko Igarashi
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 12 Rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 86

MessageSujet: Re: Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]   Dim 4 Sep 2016 - 22:07

Haneko ne put s’empêcher de hausser les sourcils aux remarques du jeune homme. Elle comprenait bien où il voulait en venir, et n’était pas fondamentalement en désaccord avec lui, mais elle n’avait jamais pensé à appliquer cette logique à la cuisine. Pour elle, lorsque la cuisine devenait un métier, c’était nécessairement dans un restaurant, dans un hôtel, n’importe quel endroit où un chef serait demandé, et il fallait cuisiner pour des centaines de personnes par jour, s’activer en permanence en cuisine et hurler sur tout ce qui bougeait pour maintenir un rythme correct. Rien qui puisse la faire rêver ne serait-ce qu’un peu. Elle refusait de voir sa passion se transformer comme ça.

Cela faisait tellement longtemps qu’elle avait cette image en tête qu’elle n’avait jamais songé à cette idée de transformer sa passion en un métier. La remarque de Satoshi la fit donc réfléchir quelques instants, mais elle n’arrivait décidément pas à se visualiser dans ce genre d’environnement. Cuisiner, c’était un plaisir qu’elle ne prenait que seule ou en tout petit groupe, et ça semblait tellement incompatible avec le monde du travail. Elle ne pouvait cependant pas en vouloir au jeune homme pour sa remarque, il avait simplement une autre vision des choses, et peut-être n’avait-il jamais pensé à l’appliquer au domaine de la gastronomie. Ou peut-être trouvait-il ça suffisamment prestigieux pour que les avantages du métier en compense les inconvénients.


- Je vois ce que tu veux dire, mais je ne crois pas que la cuisine resterait un plaisir pour moi si je devais m’y mettre en boucle du soir au matin et du matin au soir. La perspective d’exercer un métier comme ça me paraît plus horrible qu’agréable, même si j’ai beaucoup de respect pour ceux qui le font.

Elle haussa les épaules et lui sourit. Il n’avait pas tort en un sens, mais ils n’avaient simplement pas les mêmes inspirations quant à leurs passion. Et puis, après tout, il devait bien la comprendre puisqu’il faisait ses études dans le droit tout en admettant que ce n’était pas ce qui le passionnait le plus, comme elle avec l’économie. Tout le monde n’avait pas l’occasion de transformer sa passion en un métier, mais avec de la chance, ils pourraient transformer leurs métiers en passions. Elle n’était pas sûre d’y croire elle-même mais après tout ça n’a rien de complètement improbable non plus. Ils pouvaient donc s’accorder sur un désaccord.

Et puisque la soupe avait été préparée et goûtée, le temps était venu d’en finir et de payer. Comme il semblait avoir apprécié, elle lui proposa d’emporter une partie du plat avec lui, elle-même n’en aurait pas eu l’utilité. Il sembla apprécier l’idée et accepta aussi au grand plaisir de la jeune femme. Elle n’eut qu’à trouver deux tupperware et verser la moitié de sa soupe dans chacun d’eux, avant de les refermer avec précaution, puis d’en fourrer un dans un petit sachet. Le club était bien fourni en ce genre de matériel, ne serait-ce que pour transporter la nourriture du bâtiment aux stands où ils vendaient une partie de leur création aux élèves de l’école.

L’échange fait, elle le vit étonnamment gêné. Sûrement d’être resté aussi longtemps. Et après tout, ils allaient devoir tous les deux rentrer chez eux bientôt, l’université ne restait pas ouverte toute la nuit. Il annonça donc qu’il s’en allait, non sans dire qu’il pourrait servir de goûteur à nouveau si elle en avait besoin. La jeune femme se fendit donc d’un petit sourire pour lui répondre.


- C’est bien noté, je m’en souviendrais. Merci d’être resté pour goûter. À une prochaine fois.


Elle disait vraiment, Satoshi Sakurato, elle essaierait de s’en souvenir. Pour l’heure, elle le regarda simplement partir et s’inclina poliment quand il fut à la porte. Quelques secondes plus tard, il avait disparu, et elle se retourna vers la cuisine. D’ici quelques temps, elle s’en irait aussi, mais elle pouvait encore rester un peu. La pièce avait besoin d’un peu de rangement, même si elle avait l’air impeccable. Rajustant son tablier, Haneko retourna au travail.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10719-haneko-igarashi http://keimoo.forum-actif.net/t10733-haneko-igarashi
 
Trop bien tombé pour être honnête - [Satoshi Sakutaro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Licornes, c'est trop bien !
» Je suis tombé pour elle... ? [ Candice & Tyler ]
» La guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée a des militaires
» Histoire Trop Bien Avec Un Thème Nul
» Un costume bien taillé pour la rentrée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Complexe Académique :: Le Bâtiment des Clubs :: Les clubs "Passion" :: Club de Découvertes Culinaires-
Sauter vers: