₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 563
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]   Mer 17 Aoû 2016 - 16:56

A mon incapacité d’intervenir au moment des débordements. Dans ma tête pourtant, tout était clair, le scénario de ce qui devait arriver si je m’étais interposé entre Aslinn et Kagami. Condamné à n’être un héros que dans mon imagination, je baisse les yeux vers le sol alors que la rouquine se défait du japonais comme s’il n’était qu’une brindille parmi les hommes. J’ai honte, et pourtant ce n’est pas la première fois qu’une telle situation se présente à moi, à force je devrais le savoir : je ne bougerais pas d’un pouce, paralysé par la peur. Le barman d’il y a quelques semaines n’était pas là pour les séparer, et ce n’est pas mon simple geste qui aurait empêché quoi que ce soit même si je les avais atteint au bon moment. La tension reste palpable malgré la fin des frictions entre les deux jeunes adultes. De mon côté, je reste un bon moment dans ma bulle encore, ressassant les évènements avec impuissance. Par chance, rien de grave n’était arrivé, mais on ne peut pas dire que c’est grâce à moi. Au final, je suis encore resté planté là, à regarder le dos des gens qui savent mieux s’y prendre que moi.

Cela fait déjà plus de 20 ans que ça dure, me dis-je en serrant le poing, pris au piège dans mes réflexions. Quand est-ce que je commencerais à changer ? Où en est la promesse d’un tournant dans ma vie comme cela arrive dans les animes ? Un frisson parcourt mon corps au moment où je réalise que cet instant n’arrivera probablement jamais.

Seule la voix de mon binôme parvient à me sortir de ma rêverie. Mi-admiratif, mi-incompréhensif devant la réaction de l’européenne qui fait comme s’il ne s’était rien passé, je tente de me focaliser sur la concentration. Comment peut-elle être aussi sereine après tout ce grabuge ? Mon numéro de téléphone donc, c’est incroyable comme elle n’a pas perdu le fil de la discussion malgré l’interruption de taille à laquelle elle a fait face. Alors que je m’apprêtais à lui répondre, elle me coupe la parole, me faisant part de ses sentiments concernant le travail à réaliser. Ma réaction est quasi-immédiate : je rougis. Galère, j’espère qu’elle ne va pas mal interpréter ça. Ca ne va pas être facile, d’autant plus que Kagami n’avait pas l’air de mentir concernant le fait qu’il soit doué en photographie. Et nous n’y connaissons rien. Dans tous les cas, je ne le cache pas : un regain de motivation m’affecte. Pas question que j’échoue face à lui. Si je ne peux pas lui régler son compte avec mes poings, alors je le ferais par l’intermédiaire de ce travail. C’est sans doute la seule chance que j’ai.

Me rappelant expressément qu’Aslinn m’a demandé mon numéro un peu plus tôt, je lui demande son mail à la place. En vue de son expression, ça n’a pas l’air très courant en Irlande, mais elle n’a pas l’air de se poser trop de questions concernant cette pratique étant donné qu’elle s’exécute sans faire d’histoire. L’air neutre, je la regarde sortir de quoi écrire de son sac pour m’écrire son adresse. A vrai dire je ne pensais pas vraiment à ça lorsque je lui ai demandé son adresse. Au pays du soleil levant, il est plus courant de s’échanger nos adresses par bluetooth avec nos téléphones. J’imagine qu’il s’agit – encore une fois – de différences culturelles, et je décide de ne pas lui en faire la remarque, jugeant l’avoir déjà assez importunée avec cette histoire. Et comme un signe des dieux qui ne souhaitent pas que l’on échange nos coordonnées, une voix retentit derrière nous, c’est celle du responsable du projet qui nous invite à quitter les lieux. J’ai presque de la compassion de lui : j’en aurais eu s’il ne nous avait pas donné du travail à faire.

Le karma a encore frappé. Ne supportant plus l’agitation ambiante, je fais signe à mon binôme de quitter la salle, oubliant presque le papier qu’elle devait me transmettre. Plus vite nous serons dehors, plus loin nous serons de Kagami et ses supposés amis et mieux je me sentirais. Lorsque je franchis le pas de porte, je me sens enfin respirer même si le brouhaha me rattrape vite, bien plus que je ne l’espérais. Déterminé à fuir cette atmosphère pesante et prêt à sacrifier mon temps libre au nom de la motivation, je demande à Aslinn si elle souhaite aller en salle informatique tout de suite. Nous avons certes un mois pour réaliser notre projet à bien, mais je pense qu’à chaud, c’est mieux pour poser les bases et ne pas démarrer trop en retard – d’un point de vue technique notamment – par rapport aux autres groupes. Le « Eh bien » de la jeune femme me fait vaguement penser au tic de langage de Satoshi qui le met à toutes les sauces, et cela a pour effet de me faire sourire. Je m’imagine bien mal la rouquine et le blond dans la même pièce. L’étudiant en droit est tellement timide, je me demande comment il réagirait si elle se mettait à lui crier dessus.

« A-allons-y alors. »

A ma connaissance, il n’y a pas de salle informatique à proprement parler dans le bâtiment des clubs alors il va falloir marcher jusqu’au lycée. Il va falloir marcher aussi loin ? Je suis à deux doigts de regretter ma proposition, mais ne pouvant pas faire marche arrière, je commence par descendre les escaliers qui nous mèneront dehors. Certains étudiants nous suivent, nous devancent, d’autres restent plus en retrait, mais à mon grand soulagement : pas de trace de Kagami dans les environs. Je n’en deviens pas aussi parano qu’avec Zakuro, mais je préférerais qu’il reste loin de nous pour le moment. Arrivée dans le hall, Aslinn me fait part de ses espoirs concernant le temps que nous allons consacrer au technique. N’ayant rien à ajouter, je me contente de hocher la tête pour l’approuver. La rousse pousse la porte, mes yeux déjà bridés se referment encore plus à la vue de la lumière naturelle. Une vague de chaleur traverse mon corps, c’est l’été. Je déteste ça.

(…)

Quelques minutes plus tard, nous avons traversé la cour sans rencontrer d’élément perturbateur et avons maintenant rejoint le lycée. Je cache à peine mon soulagement au moment où nous nous engouffrons dans le bâtiment. Enfin un peu de fraîcheur. A l’entrée, je passe à côté des casiers à chaussure sans m’arrêter. Pas de place pour la nostalgie aujourd’hui, bien que trois ans de ma vie passés en ces lieux ne me semblent pas rien. Comme nous sommes dans un créneau réservé aux clubs, bien peu d’élèves sont présents dans le hall, cela me facilitera la tâche. Pas question de tomber sur une connaissance pour une raison ou pour une autre.

Ma joie s’intensifie au moment où nous arrivons aux sous-sols où l’air est encore plus frais, bien différent des températures d’extérieur. Silencieusement, j’arpente le couloir avant de m’arrêter devant la porte de la salle informatique. Etant devant la rouquine depuis quelques mètres, je suis le premier à passer la porte. Les quelques élèves déjà présents lèvent tous les yeux de leur écran pour regarder les mystérieux intrus qui font irruption dans la salle, avant de se concentrer une nouvelle fois sur leurs occupations. Constatant qu’il reste encore beaucoup de places libres, je me tourne vers mon binôme pour savoir si elle a une place de prédilection.

« O-on s’installe où ? »

Mes iris se posent naturellement sur le premier poste devant la porte. Cet ordinateur, cette table, ces chaises me rappellent de bien mauvais souvenirs. Instruments de mon dernier travail de groupe à rendre au lycée, je grimace en repensant à l’issue de la séance de préparation à l’exposé avec une certaine blonde. Une fille avec qui je n’ai pas gardé le contact bien que nous ayons été dans la même classe pendant une longue année. Il faut dire que même si le professeur nous avait fichu ensemble, nous n’avons jamais échangé nos mails ou nos numéros. Et à cette pensée, je me rappelle qu’il ne faut pas que j’oublie de prendre les coordonnées de mon binôme cette fois. Il n’y a pas de raison que cela se termine aussi mal qu’avec l’autre punk.

Une fraction de seconde s’écoule, j’ai le temps d’entrevoir le regard de la rouquine et de détourner les yeux. En fait, il y a toutes les raisons pour que ça se termine même encore pire. L’autre fille avait beau crier, elle n’en n’était jamais venue aux poings devant moi. Je déglutis difficilement. Kami-sama, soyez avec moi. Malgré toutes mes réticences, je prends mon courage à deux mains et lui ose lui redemander son mail alors que nous nous installons à la place choisie par la jeune femme.

« Au fait…ton e-mail ? »

__________________________________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 


Dernière édition par Hisaka Rika le Dim 28 Aoû 2016 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]   Ven 19 Aoû 2016 - 22:27

Le brun me devance dans le couloir. Il à l’air bien plus habitué que moi aux locaux. D’un autre coté, la salle informatique n’est pas vraiment un endroit dans lequel je viens trainer habituellement. Je me sens écrasée aux sous-sols, et j’ai mon propre ordinateur, qui est bien plus pratique. Du moins, de mon point de vue, puisque c’est celui auquel je suis habituée. J’aurais bien été le chercher à l’internat d’ailleurs. Il est rapide, et les ordinateurs de salle informatique n’ont pas vraiment tendance à l’être. Enfin. L’académie à de l’argent ; si ça se trouve, ces ordis là sont très bien.
Je me tais à sur ce sujet et pénètre dans la salle à la suite d’Hisaka. Le fait d’entrer dans la salle est vraisemblablement suffisant pour faire de nous une animation à nouveau. Enfin, le poids des regards qui pèsent sur nos petites personnes ne sont rien en comparaison de ceux que nous avons reçu un peu plus tôt. De ce que j’ai reçu surtout en fait. Mais comme je suis gentille, j’ai partagé avec Hisaka et l’ai entraîné dans ma galère. Il a l’air d’être encore vivant ; c’est donc qu’il a survécu aux regards assassins des gens du club. Très bien.

Ou s’installer ? Et bien… devant un ordinateur ? Ça me paraît plutôt pas mal comme option. A moins qu’on ne soit ici que pour utiliser les tables. Mais les tables ici ne sont pas vraiment pratiques, il y a le clavier et la souris qu’il faut pousser. Je soupire intérieurement. Tu sais pertinemment que sa question ne portait pas la dessus.

- Dans le coin là, c’est bien.

Je choisi une place excentrée, qui n’est pas devant l’entrée pour qu’on ne soit pas gêné à chaque fois que des gens rentrent. Et puis surtout, il n’y a personne sur les postes à côté, ce qui signifie qu’on va pouvoir s’étaler. En soit même, le choix de la place importe peu. Je m’en fiche même éperdument. Mais s’il demande, c’est qu’il attend une réponse. Et lui dire ‘’ je n’en sais rien, fait comme tu veux ‘’ était plus long que de désigner un place qui me semblait correcte en l’accompagnant de quelques mots.

Je pose lourdement mon sac sur la table, avant de l’écarter pour pouvoir faire face à l’écran.

Mon mail.
Oui, c’est vrai qu’au final nous ne sommes même pas venu à bout de cet échange la. Tout c’est enchainé relativement rapidement. Je ne sais même pas ce que j’ai fait du papier. Je ne sais même pas pourquoi j’ai fait un papier. C’est galère plus qu’autre chose. Je me retourne vers lui en sortant mon portable de ma poche à nouveau.
Je commence à parler tout en déverrouillant l’écran d’un mouvement de doigt rapide.

- Tiens. Enregistre toi, c’est plus simple. J’allume l’ordi en attendant.

Je lui tends mon portable, puis m’affale sur le siège et baisse le dos pour accéder à la tour située sous la table. Je presse le bouton puis redresse mon dos. Je pose la main sur la souris et la fait bouger. Réflexe inutile. L’ordinateur commence à peine à s’allumer, le curseur n’est même pas apparu.
Je soupire d’impatience. Je n’ai pas envie que ça dure cinq ans ; et encore moins parce que l’ordi en aura mis trois pour s’allumer.

Je m’adresse au brun en attendant que la machine daigne démarrer.

- Qu’est ce qu’on commence par chercher du coup ? On tape ‘’comment faire de jolies photo de plantes ?’’ et on espère que notre ami Google nous donne la réponse ? Ou tu as une idée un peu plus productive ?

Je le regard avec un air semi désespéré. Je suis à moitié sérieuse en demandant ça. Je n’ai pas la moindre idée de ce par quoi on peut commencer. Ma motivation commence déjà à faiblir. Il faut que le stock tienne au moins jusqu’à la fin de la séance de recherches. Au moins. Je sais que j’aurais du mal à la faire durer un mois, mais si ca tiens au moins aujourd’hui, ça sera déjà bien. Que Kagami se rende un peu utile quoi. Parce que soyons franc ; je ne suis même pas sure que je serais venue ici si je n’était pas motivée à l’écraser.

L’ordinateur est allumé. J’ouvre internet puis pose mes yeux sur mon binôme. J’ai fait le double – clic. Mon doigt est fatigué maintenant. Tu peux faire tout le reste.
Je le regarde, simplement en attendant qu’il dise ce qu’il veut faire. Qu’il émette une idée un peu plus productive que la mienne surtout.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 563
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]   Mar 23 Aoû 2016 - 22:26

Naturellement, je lui ai demandé quelle place elle souhaitait occuper dans la salle. Pourtant ma question sembla la déranger, ou au moins la surprendre. Ce n’est qu’après quelques secondes d’intense réflexion qu’elle finit par me désigner le coin de la salle. Soulagement : elle n’a pas choisi le poste devant la porte. En plus il n’y a pas l’air d’y avoir d’autres gens à moins de deux places de nous. Avec un peu de chance, la rouquine fera suffisamment peur aux autres étudiants pour qu’ils ne daignent pas à s’approcher. Un peu à la hâte, je m’avance vers l’ordinateur choisi par la rousse. Eh bien, il a de la chance d’avoir été choisi parmi tant d’autres. L’air absent, je regarde l’irlandaise poser son sac en commençant à s’installer devant le poste. Ca fait déjà un moment que j’y pense, mais nous sommes interrompus à chaque fois que je suis sur le point de récolter l’information que je souhaite. Son e-mail. Machinalement, je l’interroge à ce sujet pour la deuxième ou la troisième fois de la journée, en espérant qu’elle ne s’énerve pas.

Il semblerait que l’interlude avec Kagami l’ait assez épuisée pour ne pas qu’elle ait envie de me chercher des ennuis. C’est une petite victoire pour moi, mais une victoire amère quand je pense que je vais devoir prendre des pincettes avec elle pendant tout un mois. Toujours debout, j’attrape le portable qu’elle me tend pour que j’y enregistre mon numéro. Un smartphone ? Je le retourne plusieurs fois dans ma paume avant de me décider à agir. Je sors à mon tour mon téléphone de ma poche et enclenche le processus d’échange d’e-mails via le bluetooth. Au moins je n’aurais pas à manipuler son téléphone trop longtemps, et encore moins parcourir sa liste de contacts pour vérifier si mon adresse est bien enregistrée. Simple et efficace, me dis-je en sentant les deux appareils vibrer entre mes mains. Transfert réussi.

De son côté, Aslinn a allumé l’ordinateur pendant que je m’occupais de l’échange des coordonnées. Du moins, elle a appuyé sur le bouton pour démarrer le système. Au moment où je jette un œil sur l’écran, la session n’est pas encore ouverte. On a beau avoir du bon matériel, rien ne remplace une machine personnelle. Réalisant que je suis toujours debout, je m’empresse de pousser une chaise pour y poser mon sac à bandoulière, avant de m’asseoir à mon tour, les mains posées sur mes cuisses, droit comme un i. C’est le moment que choisit l’européenne pour reprendre la parole, visiblement pour me demander – de manière un peu cynique – ce qu’on fait ici exactement. On dirait que sa motivation de tout à l’heure s’est envolée à partir du moment où nous avons quitté la salle du club, à part du moment où Kagami n’était plus dans notre champ de vision. Un peu plus, et je vais penser qu’elle est amoureuse de lui. Je me retiens de glousser comme une adolescente idiote à cette pensée, et me concentre sur sa question.

« Hm. Je pense qu’on pourrait chercher les différentes techniques de photographies existantes. Ca serait un bon début. »

Je me gratte l’arrière de la tête, puis le menton, cherchant d’autres choses que nous pourrions avoir besoin pour le projet. Pour le moment, ce n’est pas la peine de penser à la mise en page, il nous faut nous focaliser sur l’aspect technique de notre travail. Après quelques secondes de réflexion, je hausse les épaules, l’air un peu plus détendu qu’à l’instant où elle m’a interrogé. Est-ce que j’ai réussi mon contrôle surprise ?

« Après, on peut essayer de voir ce qu’on peut faire par rapport à l’appareil que j’ai, comment on fait les réglages. »

C’est à ce moment que je réalise que – même si elle me paraît toujours autant nécessaire – la théorie va vraiment être la partie la plus difficile du projet. J’ai raté à peu près deux mois de séances de club et je doute que la rouquine s’y soit présentée alors je ne peux pas vraiment compter sur elle pour rattraper ce que j’ai raté. Ca aurait été plus simple avec des notes, mais il va falloir se débrouiller seul.

Après un court écran de chargement, l’ordinateur est prêt à l’utilisation. Etant à ma droite, c’est la lycéenne qui se charge de la souris. Ainsi, je la regarde ouvrir un navigateur où google n’est visiblement pas – encore – le navigateur par défaut. J’ignore si elle utilise souvent les ordinateurs du lycée, mais je ne peux pas me résoudre à penser que quelqu’un utilise vraiment Bing ou Yahoo Search par habitude. En attendant qu’elle s’occupe de la recherche par rapport à ce dont nous avons parlé un peu plus tôt, je sors un étui noir de mon sac. Il contient un petit bijou de la technologie acheté en soldes à 5000 yens. Un certain canon ixus 170, un nom bien barbare que je suis encore incapable de comprendre. J’appuie sur le gros bouton du haut pour allumer l’appareil, déclenchant un petit signal sonore de démarrage par la même occasion. Et quelques regards se sont à nouveau tournés vers nous.

« …Désolé. »

Bienvenue dans ma vie d’être socialement awkward à chaque instant de la journée.

(…)

Je n’arrive pas à croire que cela fait à peine trente-cinq minutes que nous sommes en train de scroller sur des sites web plus pointus les uns que les autres. Les pages semblent interminables et les tutoriels – même pour débutants – me semblent inaccessibles. Manque d’intérêt pour la matière ou pas, ma motivation d’il y a quelques dizaines de minutes s’est envolée. Je n’en peux littéralement plus, mais je ne veux pas être le premier à céder alors que nous étions si déterminés un peu plus tôt. Néanmoins, inévitablement, je finis par repousser mon dos contre le dossier de la chaise et m’étirer. Mes iris noirs se posent sur la chevelure sauvage de la jeune femme, à défaut de pouvoir regarder son visage pour savoir quelle tête elle tire devant l’écran. Au final, je n’en peux plus de ce silence oppressant, et sans contexte, j’articule quelques mots, l’air hagard.

« C’est long. »

En une quarantaine de minutes, je suis passé d'une posture droite à celle d'un mollusque échoué sur la plage, sauf que là je suis sur une chaise. Je suis une méduse.


__________________________________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]   Mer 24 Aoû 2016 - 14:35

Les techniques de photographie existantes. Soit. Allons y pour ‘’techniques photographie’’. Mes doigts courent sur le clavier avec habitude pendant que le brun sort son appareil. Et dire que je suis au club depuis près de trois mois, et je n’ai toujours pas acheté d’appareil. Mon investissement pour le club photo est exceptionnel. Et je me retrouve à faire un projet d’un mois pour ce fichu club. J’ai l’impression que je vais perdre mon temps pendant un mois. Je soupire pour moi-même. Et dire que j’étais motivée. Ma pseudo-motivation ne tiens définitivement pas en longueur. J’espère qu’Hisaka est près a en fournir pour deux. Je tourne les yeux vers lui quand il allume sont appareil. Le petit bruit n’était pas obligé. Ce n’est pas le truc numéro un que tu change quand tu récupère ce genre d’appareil ? Le mettre en muet pour virer tous les sons qu’il peut faire a chaque fois que tu fais une action ? Enfin, je ne sais pas si on peut vraiment enlever le bruit de démarrage.
Bah. On s’est juste un peu plus fait remarqué par l’ensemble des gens présents ; mais ça n’est franchement pas grand-chose par rapport à ce qui c’est passé tout à l’heure.

-Ouais, on peut faire ça aussi. Tu pense qu’il y a beaucoup de réglages à faire ?

Je soupire.
Entrer ‘’techniques photographie’’ n’a pas l’air d’avoir été une trop mauvaise idée. Du moins pour l’instant. J’ouvre le premier site.

A
Aberration
Aberration chromatique
Aberration sphérique
Analogique/Argentique
Angle de vue (ou de champ)
APN
AXA
Autofocus

B
Balance des blancs
Balayage
Barillet
Bitmap
BNP
Bracketing
...


Hm. On parle bien de photographie ?
Angle de vue je comprends ; le reste… Un peu moins. Le fait que je n’ai pas vraiment suivis les cours du club commence à se faire sérieusement sentir. Je suis allée à quelques cours, mais disons que venir, s’affaler sur une table et attendre n’est pas vraiment la meilleure technique qui soit pour apprendre. D’un autre côté, apprendre à faire des photos n’est pas forcément ce qui resserrement le plus. On m’a imposé deux clubs. Je subis.

Je me penche vers l’ordinateur en soupirant. C’est parti.

[...]

Plus ça va, plus je sombre. J’ai l’impression que notre taux de productivité à atteint zéro depuis bien trop longtemps. Ça fait quoi ? Une demi-heure ? Trois quart d’heures ? qu’on est la dessus. Ça me désespère. La photographie est un art bien trop compliqué pour les petites personnes que nous sommes. Juste appuyer sur le bouton pour prendre la photo sera plus que suffisant. Pourquoi chercher absolument à trouver des techniques ? Qu’est ce qu’on fait ici de base ? C’était loin d’être une idée productive de venir chercher ici. Très loin. Internet nous a trahi sur ce coup.
Les bras sont une merveilleuse invention. Le corps humain est vraiment bien fait. En posant mon coude sur la table, je peux retenir ma tête avec ma main pour éviter qu’elle ne tombe de mon cou. Je crois que je n’ai jamais trouvé mon cerveau aussi lourd à porter. J’ouvre une nouvelle page. Même rengaine que sur toutes les autres. Et comme pour toutes les autres, je ne vois pas comment est-ce qu’on pourrais utiliser tout ça pour notre projet. Cette page nous donne des conseils pour photographier des vélos. Le mouvement, les effets, tout ça… Tellement utile quand notre thème est la nature. Je referme la page.

Je sursaute quand le brun recommence à parler. J’étais en train de déconnecter complètement de ce qui se passait sous mes yeux ; faisant machinalement tourner la roulette pour ‘’lire’’ le contenu du site.
Oui, c’est long. Extrêmement long. Surtout que ça ne sert a rien.

Je relève la tête de ma main et redresse le dos en faisant craquer mes vertèbres. Un a fait explicite s’échappe de ma bouche.

-J’en ai mare. On avance pas là…

C’est faible, très faible. Une quarantaine de minutes ont suffit pour nous prouver notre inefficacité.
Je fait lentement craquer mes doigts, avant d’expirer une nouvelle fois avec exaspération.

- Ça me fatigue. Je vais prendre un café.  Éventuellement on s’y remettra après. Je vais m’endormir sinon. Tu en veux un aussi ?

Je me lève, rassemblant mes affaires.

-On peut laisser la session ouverte ? On s’y remet après ?

Autre soupir. Rien que l’idée de m’y remettre possiblement me fatigue.
Je récupère ma veste que j’avais posée sur le dossier de la chaise et met mon sac sur mon dos. Je sors de la salle informatique sans poser d’autres questions. On nous regarde encore. Oui, on part déjà.
Je suis le couloir, pour arriver à l’escalier qui permet de remonter. Ça me fera du bien de sortir des sous-sols. Je me sens oppressée la dedans. Il me semble qu’il y a une machine à café à l’étage.
Je monte.

Ma très chère amie la machine à café entre dans mon champs de vision. Je t’aime toi. Je sors des pièces, que j’insère dans la fente. Le gobelet tombe, le café commence à couler. J’ai mal à la tête. Cette histoire de photo me fatigue déjà beaucoup trop.

Je récupère le café, et le porte à ma bouche. Il est brûlant, mais ça ne m’empêchera pas d’aspirer la mousse. Je me décale de la machine pour aller m’adosser a coté de la fenêtre. Elle est ouverte en grand, il y a de l’air qui passe ; ça fait du bien.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 563
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]   Jeu 25 Aoû 2016 - 16:54

Téléphone rendu, ordinateur allumé, nous sommes deux à fixer un écran lumineux nous renvoyant les résultats de nos recherches. Concrètement, je n’avais pas d’idée sur quoi commencer alors j’ai naturellement proposé de commencer par se renseigner sur les techniques de photographie existantes. Aslinn à la souris, je me dis que je devrais prendre le clavier, mais elle me devance et ouvre le premier site sans que je puisse faire quoique ce soit. Nous tombons face à une sorte de sommaire, un listing de tout ce qui existe. Si à la base je devrais me réjouir car c’est plus ou moins l’idée que j’avais en tête, la réalité est tout autre. Je me retrouve rapidement submergé par des termes qui n’ont pas plus de sens les uns que les autres. Et je ne parle même pas des abréviations. Sans que je puisse finir de lire la première partie de la liste, la jeune femme scrolle et la page défile sous mes yeux, me confrontant de plus en plus à l’incompréhension. Passé la lettre F, j’abandonne l’idée de suivre.

Je fais mine de comprendre, du moins de me concentrer pour faire semblant d’y voir clair, mais si elle me pose une question, je crains que ma supercherie ne durera pas longtemps. A part Autofocus, Angle de vue ou Bitmap, on ne peut pas dire que le reste m’évoque quelque chose de concret. Soupir refoulé. Je ne sais pas si c’était une bonne idée de venir ici finalement. Les mains dans les poches, je plisse mes yeux déjà bridés, et tente de m’intéresser un peu plus à un des termes que j’ai vu apparaître un peu plus haut sur la page. Pour être honnête, j’ai tout simplement oublié tous les autres.

« On peut rechercher ce que c’est, AXA ? »

En dehors d’une société proposant des services d’assurance bien sûr. Peut-être qu’il s’agit d’une technique utilisant des axes ? Mais des axes de quoi ? Je me sens rapidement dépassé et même en essayant de me focaliser sur les informations à l’écran, je me retrouve encore une fois perdu. Les gens qui débutent vraiment la photographie comme nous, où est-ce qu’ils apprennent à faire leurs premiers pas ? Ne me dites pas que cela nécessite du talent de bidouiller des boutons, mais je ne considère pas le fait qu’on puisse apprendre les termes techniques comme ça, comme en lisant un dictionnaire de kanjis.

(…)

Au final nous sommes retournés sur le premier site que nous avons consultée, toujours aussi beau, bien construits et surtout bourré des machins que je ne comprends pas. On en a bien essayés d’autres, mais c’est toujours la même rengaine même si ces blogs/sites professionnels sont dits accessibles au grand public. Mon œil oui, ou alors nous sommes trop stupides pour comprendre les tutoriels. Ce n’est pas faute de volonté pourtant – ou peut-être juste un peu – mais nous n’avons pas avancé d’un pouce dans notre projet depuis que nous nous sommes installés. Après une quarantaine de minutes à frôler le 0% de productivité, la rouquine se décide enfin à fermer la page. C’est le moment que je choisis pour m’affaler et marmonner une plainte. Je vois à son expression faciale qu’elle n’est pas très loin de mon état alors elle ne pourra pas me reprocher d’être complètement démotivé après avoir vu ce que ça donne, les recherches trop pointues sur internet. A son tour, elle me confie qu’elle en a assez. Je hoche la tête pour ne pas me répéter, évidemment que j’en ai marre. Je ne suis pourtant pas disposé à être le premier à abandonner le travail officiellement – bien qu’officieusement, c’est tout une autre histoire – et ne propose en rien de nous arrêter. Muré dans le silence, je fixe l’écran lumineux sans vraiment le regarder. Et finalement, l’irlandaise nous délivre.

« Je viens avec toi. »

Ce n’est pas comme si j’avais la moindre envie de continuer les recherches alors qu’elle se détendra avec son café. Etre sur la même longueur d’ondes qu’elle n’est sans doute pas la meilleure chose qui me soit arrivé dans la vie, mais au moins ça m’évite la culpabilité de la laisser tout faire toute seule, et le travail si j’avais eu à tout boucler sans l’aide de personne.

Il ne nous faut pas plus que cette déclaration de sa part pour nous lever expressément, attraper nos affaires respectives et avoir la tête ailleurs, déjà. Alors que je m’apprêtais à partir, Aslinn me ramène à la réalité. Je manque de sursauté. C’est vrai, j’avais totalement oublié la session…parce que ce n’est pas la mienne qu’on utilise pour une fois. Je finis par hausser les épaules, indifférent. Je ne veux pas paraître complètement démotivé en disant que je ne veux plus remettre les pieds à cet endroit, mais je n’ai pas vraiment envie de continuer à perdre mon temps sur internet.

« On peut faire ça. »

Au final c’est mon bon sens qui a tranché et laissé transparaître un semblant d’intérêt pour ce que nous avons lu jusqu’à présent. Si jamais toute la motivation nous quitte, je n’aurai qu’à revenir pour éteindre l’ordinateur, ce n’est pas comme si cela allait me coûter beaucoup en terme d’énergie. Tout en rangeant ma chaise sous la table, je laisse échapper un bâillement alors que je quitte la salle informatique, mon sac hissé sur l’épaule. L’européenne me devance de quelques pas cette fois, dans le couloir, mais je n’ai pas le courage nécessaire pour la rattraper. Alors qu’elle s’envole vers l’étage supérieur, je laisse l’écart se creuser jusqu’à ce qu’elle disparaisse de mon champ de vision en atteignant la surface.

L’obscurité des sous-sols laisse sa place au bain de lumière qui vient effleurer mon corps. Un peu plus loin se trouve la machine à café tant convoitée par Aslinn qui est déjà en train d’y glisser des pièces. Quelques mètres nous séparent encore, mais je m’arrête avant elle, devant un distributeur de boissons fraîches. Je n’ai jamais été un grand adepte du café, et puis il fait chaud, un soda fera l’affaire. Une main sur la vitre, l’autre pianotant contre les rebords de la machine, je parcours les consommations encore disponibles. Et un Dr.Pepper pour moi.

Machinalement, j’ouvre le bac pour y attraper ma canette. D’un coup de pouce agile, j’entrouvre le métal et porte mes lèvres à l’ouverture. Les bulles et la fraîcheur me sont agréables, de même que le vent estival qui s’introduit par la fenêtre à côté d’Aslinn. Quelques secondes plus tard, je finis par rejoindre mon binôme, boisson à la main. Il semblerait nous apprécions tous les deux notre petite pause avant de revenir au travail. Adossé au mur face à la rouquine, je bénéficie d’une vue sur l’extérieur par l’intermédiaire de la fenêtre. Entre deux battements de cils, une silhouette familière traverse la cour. Je manque de recracher ma gorgée de soda.

« Kagami. »

Dis-je simplement en continuant d’observer le jeune homme se balader dans la cour. Il a l’air d’avoir quelque chose dans les mains, mais il est trop loin pour que je puisse deviner de quoi il s’agit. Une fraction de seconde plus tard, mes iris se posent sur le visage de la rousse. Sur un ton neutre, je me répète.

« Kagami est juste ici. »

Je le désigne du bout de mon index. D’ordinaire je n’aurais même pas fait attention à lui – même après l’incident du bar – mais l’avoir vu il y a une heure dans les locaux du club de photographie m’a fait développer une sorte d’obsession pour lui. Aslinn et moi nous étions promis d’avoir une meilleure note que lui. Curieux, je m’approche de la fenêtre pour observer la scène de plus près. Que fait-il au lycée ? J’ai cru comprendre que nous avions à peu près le même âge alors il n’a rien à faire ici s’il n’emprunte pas la salle informatique. Je fronce les sourcils, il n’a pas l’air de simplement flâner, c’est louche. Une fois encore, je me tourne vers mon binôme pour lui demander conseil.

« Que fait-on ? »

On le suit ? C’est la vraie question que j’aurais aimer lui poser, mais j’ai fini par me retenir, par crainte que la jeune femme ne partage pas ma curiosité vis-à-vis des activités extrascolaires de Kagami.

__________________________________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]   Jeu 25 Aoû 2016 - 23:11

Oui. Kagami. Et ?
Je regarde le brun avec incrédulité. Debout devant moi, sa canette se Dr.Pepper à la main, à me balancer le nom de ce type de but en blanc. Qu’est ce que tu veux que je te dise ? Oui, ce type est con, il fait chier, il m’insupporte, il faut qu’on l’écrase.
Oh, je sais, peut être tu commences une litanie pour nous motiver. Entendre ce nom nous rappellera à quel point il faut qu’on fasse ce dossier. Il faut qu’on le batte sur tous les plans. Je ne pense pas que cette technique marchera sur moi. Je suis parfaitement motivée pour massacrer Kagami, mais pour l’instant je suis fatiguée. La simple hypothèse de retourner devant cet ordinateur me fait horreur. Retourner s’enfermer au sous-sol, faire défiler continuellement des sites supposés nous aider. Pour prendre une photo il suffit d’appuyer sur le bouton déclencheur de l’appareil photo non ? Je ne vois pas trop ce qu’il nous faut de plus. Une pression du doigt devrais être la seule technique existante de photographie.
Mais je sais que si on veut écraser Kagami, et faire -au moins- comme si on avait une quelconque technique de photographie, il va nous falloir un peu plus que ça.

COMMENT CA ‘’JUSTE ICI’’ ?
Je me retourne d’un coup pour faire face à la fenêtre moi aussi, manquant de faire tomber mon café.  Il est là, effet. Le brun qui nous embête à répétition est juste devant nous, à marcher tranquillement au milieu de la cours. Mais qu’est ce qu’il fou là ? Il est partout. C’est a croire qu’il fait exprès de se mettre sur notre chemin.
Je cligne des yeux avec incrédulité un certain nombre de fois.

-Il est vraiment là…

Je n’arrive pas à détacher mes yeux de la silhouette qui progresse dans la cours. Il a son appareil photo dans les mains. Rien a voir avec celui d'Hisaka… Un gros reflex, et zoom et tout. Il disait qu’il avait déjà réussit le projet de l’année dernière, ça me reviens. Si ça se trouve… Il est déjà pro en photographie ? Bah. On va l’écraser de toutes façon.
Mais si ça se trouve, il est déjà en train de prendre des photos pour le projet. Comme nous, il a décidé de s’y mettre directement, mais il peut prendre des photo parce qu’il à déjà la technique. C’est de la triche. Je fronce les sourcils en continuant de l’observer par la fenêtre. Il ne semble pas nous avoir remarqué. Ce n’est pas plus mal. Et puis, il n’est pas non plus juste à côté de nous ; on le voit parce qu’il est seul au milieu de la cours, mais je doute qu’il nous remarque, même s’il se mettais à regarder dans notre direction.

Que fait-on?
Excellente question ; qui n’admet cependant qu’une seule réponse.
Je tourne lentement la tête vers Hisaka pour aller fixer les yeux noirs de mon binôme. Qu’est ce que  tu crois qu’on fait ?

-On le stalke.

Je n’ai jamais été aussi sérieuse que sur cet instant. Si je voulais devenir ninja, c’est maintenant ou jamais.
Je retourne le visage vers la fenêtre, fixant un peu plus intensément la silhouette de Kagami qui se déplace.

-Il a un appareil photo dans les mains. Si ça se trouve il à déjà commencé a prendre des photos pour le projet…

Je me détourne complètement de la fenêtre ce coup-ci.

-Il était dans la cours. Si on se dépêche on doit pouvoir le retrouver non ? En plus il est occupé à prendre des photos. Il ne devrais pas trop bouger…

Je commence à me diriger vers l’escalier par lequel nous sommes arrivés. Je n’ai même pas demandé son avis à Hisaka. Mais ça importe peu. Je ne l’aurais pas écouté de toutes façon s’il avait proposé autre chose. Je me dirige donc rapidement vers l’extérieur, avalant une gorgée de mon café encore brûlant.

Quand nous arrivons dehors, une bouffé de chaleur nous accueille.  Juillet, en effet. Je soupire.

-Il faut qu’on le trouve rapidement, sinon on va le perdre. Et ça, ce serais dommage. 

Un sourire sadique se dessine sur mon visage alors que je commence à aller vers la cours. L’idée reste qu’il ne nous voie pas. Je me sens tellement ninja sur ce coup. J’avance jusqu’à l’avant du bâtiment, pour arriver dans la cour ou nous avons vu notre brun précédemment. 
Concrètement, je n’ai pas la moindre idée de l’utilité réelle de suivre Kagami ; mais c’est forcément plus intéressant que de retourner devant l’ordinateur en salle info et de continuer à faire défiler des informations qu’on ne comprend pas. Je suis sûre qu’observer un Kagami sauvage dans son environnement naturel sera bien plus instructif. Je ricane pour moi-même.

Mais je ricane un peu moins quand on arrive dans la cours. Notre très cher kagami à disparu. Le désespoir balaie mon visage. Mon jeu. Ma nouvelle attraction. J’étais tellement motivée. Il n’est plus là. La notion ‘’d’ascenseur émotionnel’’ prend tout son sens sur ce coup.

-Il est partis…

Je tourne la tête, le cherchant du regard. Ou est-il ? Kagami ? Reviens…
Je suis déçue. Bien trop déçue.

-…
-Oui, j’ai commencé à prendre des photos
-…
-ça devrais être rapide, le sujet est vraiment simple cette année.
-…
-Ouais, je sais, je sais.


Ils sont deux à parler, mais une seule de deux voix résonne dans ma tête. Kagami-chéri est ici ~
Il est ici très près d’ailleurs. Je pousse Hisaka contre le mur derrière nous, pour voir Kagami et son interlocuteur passer à quelques mètres de nous. Il n’ont pas l’air de nous avoir remarqués, tant mieux.
Un grand sourire se dessine sur mon visage.

-On l’espionne.  Il parle du projet. Si on arrive à l’écouter, peut être il nous donnera des informations sur ce qu’on est supposés faire.

C’est un jeu à mes yeux. Un jeu grandeur nature. Il faut espionner Kagami. Nous sommes des ninja en mission, nous avons des informations à recueillir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
 
Sweet revenge, part 1 [PV Aslinn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» three cheers for sweet revenge ? TIGIRIA
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» Vraie Raison du Départ de Batista
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Départ non réfléchi et vite regrété.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Lycée :: Salles :: Salles de cours-
Sauter vers: