₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Jeu 28 Juil 2016 - 20:12

Keimoo, Mardi 17 Mai 2016

La cloche sonne. Il est temps de retourner dans l'enfer scolaire, cet amphi surbondé d'asiatiques en quête de savoir, en quête d'un diplôme élevé pour mener une vie prospère au sein d'une société élitiste au plus haut point. C'est pour ça que je suis la, a marcher au milieu de cette foule. Je suis dans la même optique. Je veux vivre sans être pauvre, je veux pouvoir faire en sorte que ma mère n'est plus a se soucier de l'arriver de la fin du mois. Pouvoir craquer sur une collection de manga que je vois dans une vitrine si j'en ai envie, de temps en temps. Et c'est pour ça que je suis le mouvement, comme a mon habitude, vers le bâtiment ou se déroule les cours que je suis depuis un peu plus d'un mois maintenant.

Mais étrangement aujourd'hui, je ne m’arrête pas pour faire la queue a l'entrée du bâtiment. Je laisse les élèves pressés d'avoir une bonne place pénétrer l'un après l'autre par la porte, et je me faufile discrètement entre les épaules, les torses, les poitrines, les cheveux bruns, vers l'air pur que je pourrais profiter seul. J'ai mieux a faire que penser a mon avenir aujourd'hui. Peut être qu'inconsciemment, je me dis que mon avenir se dessinera d'ailleurs autre part cet après-midi la. A quoi bon avoir un diplôme et de l'argent si c'est pour finir seul ? Des fois, la raison n'est pas la chose a suivre, et le cœur est le guide le plus approprié.

Je n'ai pas revu Aslinn très longtemps. Presque tout les jours je la vois, je lui parle quelques minutes, je mange avec elle parfois, mais notre tete a tête devant les étoiles me semble très loin. Quinze jours s'est écoulé depuis ce long week-end  a la campagne, et je n'ai pas passé autant de temps que je l'aurais voulu avec l'Irlandaise. A vrai dire mes sentiments eux même ne me permettent pas d’être longtemps avec elle. Je suis....étrange, en sa présence, sans vraiment savoir pourquoi. Cette façon qu'elle a de me regarder me fait rater régulièrement un battement ou deux de cœur. Je ne sais pas comment réagir, alors je l'ai fuis, inconsciemment.

Elle m'avait dit dans le train, lorsque nous sommes revenus, qu'elle souhaitait de me remercier. Je lui avais bien entendu dire qu'il n'y avait aucun remerciement nécessaire, que j’étais juste content d'avoir pu faire en sorte qu'elle passe un bon moment. Etre dans un lieu tranquille, après un tel changement dans sa vie de tout les jours, j’espérais vraiment que cela allait lui faire du bien. Et vu la façon qu'elle m'avait parlait depuis, je présume qu'elle avait plus apprécié le voyage. Et malgré mon refus catégoriquement d'avoir je ne sais quel dédommagement, elle m'avait invité en ville cet après-midi la.

Peu importe le cours que j'avais, c’était loin d’être aussi important que le fait de lui faire plaisir en acceptant d'aller avec elle. Bizarrement, quand elle était contente, je l'étais aussi, et mes sourires étaient de plus en plus fréquent en sa compagnie. J'avais d'ailleurs souligné le fait qu'elle allait elle même sécher des cours, ce qui etait plus embattant dans son cas. En tant qu’étudiant, je n'étais pas vraiment obligé d'aller en cours, c’était mon choix après tout. Mais elle, en tant que lycéenne, avait une obligation de répondre a l'appel de chaque cours. Cela ne durerait qu'une année, mais il fallait qu'elle tienne le coup, elle serait tranquille après.

Je n'allais pas non plus lui faire un sermon ou quoi que ce soit dans ce genre a. Je n'étais pas vraiment un exemple en la matière. J'avais raté peu de cours au lycée, mais c’était juste parce que je n'avais rien d'autre a faire. Ça et l’entraînement, c’était la routine de ma vie. Mais si j'avais eu des relations comme maintenant, cela ne fait aucun doute que j'aurais pris les mêmes décisions qu'elle. Au pire, je la couvrirais, je suis sur qu'il y a des dérogations pour des test en club, et Shinji acceptera de me signer n'importe quel papier. Il était gentil, Shinji.

J'avais mis mes vêtements habituel, mais j'avais aussi décidé de ne pas mettre de veste ou de pull. Je n'avais plus envie de cacher cette partie de ma vie envers la rousse. Elle me connaissait assez maintenant pour ne plus me voir uniquement comme le combattant fort et cool que j'étais. J'éclate de rire a cette pensée, avant de regarder a droite et a gauche. Il ne manquerait plus quelqu'un me voit rire tout seul pour définitivement enterrer la superstition que les blonds Japonais sont totalement fou.

Me voilà heureusement a la sortie de Keimoo. J'arrive en premier, je crois. Mon amie en effet n'est pas encore la. J’espère qu'elle ne s'est pas fait attrapé par un prof un peu trop tatillon qui lui aurait demandé pourquoi elle n’était pas en cours a ce moment la. Un poids apparaît dans ma gorge. Et si elle ne peux pas venir ? J'aurais séché les cours pour rien, et surtout, je ne le saurais même pas. Que faire ? Attendons un peu, si elle n'arrive pas d'ici vingt minutes, j'irais a sa rencontre.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Ven 29 Juil 2016 - 17:36

"Tu ne veux pas aller manger une glace en ville demain ? Je te l'offre."

[...]

Un phrase balancée de but en blanc, avec pour seul et unique but de pouvoir passer du temps avec le blond hors du cadre de l'académie. Je l'aime bien l'académie hein; mais les murs sont toujours les mêmes, et il fait beau. Et puis je n'ai pas pu passer autant de temps que je l'aurais voulu avec Satoshi depuis que nous sommes rentrés. Concrètement, on se voit pratiquement tous les jours. Mais il faut le dire vite. Se croiser dans les couloirs n'est pas vraiment ce que j'appelle "passer du temps ensemble". On a réussit à manger ensemble quelques fois, et je suis sûre de le trouver à chaque fois que je vais au dojo après les cours. Ceci dit, même au dojo, les échanges sont rapides. Enfin, rapides de mon point de vue. J'ai le temps de lui parler un peu, mais il a ses entraînements, et j'ai les miens. Je commence à me débrouiller en karaté. Ça fait plus d'un mois que j'ai commencé, et je suis quand même relativement fidèle à ce club. En dehors du fait que venir me permet de voir Satoshi ; je commence à prendre goût au karaté. Apprendre à taper. C'est quand même un peu plus que ça ; mais j'apprécie. Je viens au moins deux fois par semaines. Même trois quand je suis motivée. Un engagement dans le sport qui m'étonne moi même. Mais tant mieux si je trouve mon compte dans ce club ; parce que c'est loin d'être le cas dans l'autre. Photographie. Qu'est ce qui m'a pris de faire ça.

Bref. Toujours est il que cet après midi, je vais pouvoir retrouver mon blond. Encore coincée dans une salle de classe, à écouter un flot de parole continu, supposé être un cours. Je note, je note, mais mon esprit est ailleurs. Pas sûr que j'arrive moi même à relire ce que j'ai écrit aujourd'hui plus tard. Mon regard passe du professeur diffusant sa "savante" parole, à la feuille sur laquelle s'active ma main, crispée sur un bic. Oui, j'ai vraiment des doutes quand à ma capacité à me relire plus tard. Déjà qu'en temps normal je suis là seule à pouvoir lire ce que j'écris... ce mélange de kanji et de mots anglais ou irlandais. Un peu comme ma façon de penser en fait. Des fois en japonais, des fois en anglais. Je suppose que ne pas avoir parlé anglais depuis fin mars commence à faire des séquelles. Je n'ai pas envie d'oublier comment parler anglais. Ça me permet au moins de ne pas avoir trop d'effort à fournir dans cette matière.

J'ai l'impression d'être dans un aquarium. L'esprit détaché de mon corps, qui observe derrière une vitre ma matérialité subir cette dernière heure de cours avant d'avoir fini pour aujourd'hui. J'ai anglais cet après midi. C'est tout. Alors j'irais manger une glace avec mon blond. Officiellement.
C'est ce que je lui ai dit.
Un sourire de se dessine lègerement sur mon visage. Je ricanement intérieurement. Il ne sait pas. Pas encore.

Les souvenir de cette soirée sous les étoiles refont surface. Je pose mon crayon et croise les bras sur la table devant moi pour venir enfouir ma tête dedans avec un soupir. Je ferme les yeux un instant. Je n'ai plus envie de prendre de notes. La lune dans le ciel ; les étoiles qui dansent autour. Je sens presque la température de mes joues augmenter aux souvenirs qui remontent. Je sourit, cachée par mes bras du reste du monde. Un sourire que je ne contrôle pas. Un sourire pour Satoshi. On a parlé de beaucoup de choses ce soir là. J'ai l'impression de lui avoir ouvert une brèche dans mon coeur, mais j'ai aussi l'impression de l'avoir découvert lui. Bien plus que juste un blond timide. J'attend que mes joues acceptent de se décontracter pour arrêter de sourire bêtement et relever la tête. Histoire d'avoir au moins l'air de ne pas dormir en cours. Parmis tout ce qui a été dit ce soir là, nous en sommes venu à parler de mes boucles d'oreilles. Pourquoi deux à gauche ? Pour une raison stupide. Puis le sujet a été ramené sur lui. Ça lui plairait d'en avoir. Sauf que jamais il n'ira se faire percer les oreilles de lui même. Et je ne suis même pas sure qu'il sache ou il faut aller de toute façon pour le faire. Alors cet après midi, mon cours d'anglais passe à la trappe pour aller lui trouer les oreilles. Chez un bojoutier avec son pistolet sera mieux je pense. On va éviter de lui faire peur en l'emmenant chez le pierceur et ses aiguilles. Pour ce qu'on va percer, le pistolet suffira amplement.

La fin du cours sonne. Libérée. Enfin. Cette dernière heure ma parue être la plus longue et plus ennuyeuse jamais vécue. Je m'ennuie d'une façon générale, mais je ai rien d'autre à faire donc je supporte en silence. Aujourd'hui, j'ai quelque chose à faire. Un but qui me motive. Mais qui rend aussi le temps plus long en attendant. Aujourd'hui, "j'offre une glace à Satoshi". Je suis vraiment pressée. Les quatre jours passés chez lui ne m'ont que rendue de plus en plus attachée à ce blond. J'ai sentis cette chose nommée communément "sentiments" pousser lentement dans mon ventre, et qui remonte maintenant lentement dans mon corps. Un jour tout va finir par sortir par ma bouche. Un arbre qui prend racine au plus profond de moi et qui pousse lentement pour prendre toute la place. Un jour, j'exploserai.
C'est plus que de l'amitié que j'ai pour lui. Bien plus, je pense. C'est différent de ce que je ressent pour mes amis qui sont restés en Irlande. Au moins aussi intense, pour un lien qui c'est créé bien plus rapidement. Ça me paraît irréel.

Je quitte la masse condensé de bruns pour aller retrouver l'air pur de l'extérieur. J'inspire. J'expire. L'air à déjà chauffé par rapport à ce matin. Mai. Le soleil est déjà là, et nous montre timidement ce qu'il sera en été. Je laisse sa chaleur me carresser les joues. Je sourit un peu plus. Je vais retrouver Satoshi. Passer du temps avec lui. Je suis contente.

Je n'ai pas envie de trimballer mon sac toute la journée. Mon blond attendra que je l'ai posé à l’internat. Ça ne me fait pas faire un grand détour et je n'aurais pas l'impression que mon épaule se décroche à la fin de la journée. Sur le chemin, je sors porte-feuille et portable de la poche avant dudit sac pour les glisser dans les poches intérieures de ma veste en jean. Minimum syndical pour aller en ville. Comment est-ce que je lui "offre une glace" si je n'ai pas d'argent sur moi ?

Deverouillant rapidement la porte, j'entre, abandonne mon sac sur le lit et ressort. Fermant la porte dans un geste tout aussi rapide que celui qui l'a ouvert, je repars.
Cinq minutes, même pas. Dix le temps d'arriver jusqu'à l'entrée de l'académie, à tout casser.

Il est déjà là. Je lui sourit autant que le permettent mes joues en arrivant.

" Hello darling ! "

Rien que voir ces mèches blondes sous le soleil me donne une bouffée de bonne humeur.

" On y va ? "

Les mains enfoncée dans les poches de ma veste pour ne pas venir enlacer ses doigts, le regard porté sur lui. Les pommettes remontée par ma bonne humeur, vennant creuser un petit sillon le long de mes yeux, les rendant plus effilés que ce qu'il ne sont déjà. Oui, je suis plainement satisfaite de l'après midi qui s'annonce.
Prenant mes jambes pour avancer, je commence à marcher. Le centre ville n'est pas très loin. On pourais prendre le tramway, mais je n'ai pas envie de retourner m'enfermer dans une boîte alors que le ciel nous recouvre déjà.

"Pas trop longue ta matinée ?"

Mon visage pivote légèrement vers lui, mes yeux se posent entièrement sur lui pendant que je continue d'avancer.

Parler, communiquer. Meubler une discussion qui se créera d'elle même au fur à mesure. Quelqu'un avec qui je suis à l'aise. Avec lui, pas besoin de forcer pour combler le vide du silence, le phénomène est naturel, les mots viendrons d'eux memes. Et même le vide est agréable quand je suis avec lui.
Encore ce sourire léger accroché au visage. Je n'arriverais pas à faire redescendre mes pommettes tout de suite. D'un autre coté, je ne vais rien faire pour empêcher ces muscles de mon visage de se contracter. Ils ne font qu'exprimer mon état d'esprit.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Sam 30 Juil 2016 - 16:33

Mes pieds ne parviennent pas a rester calmes, tandis qu'ils frappent le sol avec une détermination exaspéré. C'est dans cette situation que j'aurais besoin d'un téléphone portable, mais forcément, il y a toujours un malheur qui arrive. Je me souviens de ce verre d'eau catapulter presque au ralentis, et le pauvre Hisaka, blême de stupeur, derrière, regardant ce qu'il avait provoqué, atteindre mon appareil d'une façon inéluctable. Résultat, je me suis fait sans doute l'un de mes meilleurs amis garçon que j'ai jamais eu, étant donné que....c'est le seul. Ça aide sans aucun doute. Dans tous les cas je suis quand même dans l'attente.

Je doute qu'elle me pose un lapin de son plein gré, au contraire, je la vois bien tout faire pour me rejoindre. Mais j’espère surtout que rien ne pourra l’empêcher de venir. C'est ça qui me fait douter. Une rousse, c'est facilement repérable par ici, il suffit qu'elle tombe sur un de ses professeurs, aucun chance qu'il ne sache pas qui elle est. Encore cinq minutes et j'irais a sa rencontre, histoire de l'aider a s'en sortir. Je ne sais même pas dans quel bâtiment elle a cours en fait, maintenant que j'y pense. J'aurais du d'avantage m'y intéresser. Elle n'est pas étudiante, et nous n'avons qu'un an d'écart, c'est pour ça que j'ai du mal a me faire a l'idée que nous avons un écart dans les études.

Je tire légèrement sur le col de mon tee-shirt, quand soudainement, j’entends sa voix me libérer de mes tourments. Je me retourne et je la vois arriver, en soupirant de soulagement. Comme d'habitude, je me suis inquiété pour rien. Elle me souhaite le bonjour avec un grand sourire. Je souris également, plus en voyant son visage que par un soucis de politesse. C'est amusant de la voir aussi souriante dés le début, alors que lorsque je l'ai rencontré, elle avait constamment ce visage fermé. Elle a bien changé depuis tout ce temps. D'une maniéré affectueuse, comme je le fais désormais a chaque fois que je la vois, je touche son front du bout du doigt en soupirant une nouvelle fois de soulagement :

- Tu ne peux pas savoir comme je suis soulagé de te voir. Pendant une seconde j'ai cru que tu t’étais fait prendre par un prof qui t'avais reconnu, et que tu n'avais pas pu sécher ton cours comme tu le voulais. Je suis idiot, vraiment.....dis, tu ne vas pas avoir trop chaud avec cette veste ?

Aprés cette petite discussion d'introduction, elle me propose d'y aller. Je souris encore une fois en la regardant prendre les devants, et en commençant a mon tour a enchaîner les mouvements du bas du corps, dans une mécanique fluide et habituelle, pour la suivre et avancer vers le centre ville. Je me souviens que lorsque nous sommes partis chez moi, elle était étonné que nous ne prenions pas le tram pour aller jusqu'à la gare, proche du centre ville, mais cette fois, elle ne m'a même pas proposé en alternative. Cela m'arrange, et je suis content de voir qu'elle commence a adopter la même attitude que moi vis a vis de ce monstre métallique.

Elle me demande si ma matinée n'a pas était trop longue. Comment lui dire que cela fut le même calvaire que d'habitude. Enfin, ce n'est pas le mot, ennuis est plus approprié. Je n'apprend rien en cours, sans doute par ce que je n'écoute pas assez, et tout ce que je retiens, je l'apprend moi même a l'aide des livres qu'on nous demandes d’étudier, et mes propres recherches a coté. C'est étrange du point de vu de certain, mais c'est comme ça que j'arrive a retenir les choses. Les heures de cours ne sont la que pour annoter les pages ou il y a des choses intéressantes a revoir. Je m'éclaire la gorge avant de répondre :

- Comme d'habitude, je n'écoute pas vraiment....oh par contre a un moment, y'a une fille qui s'est levé pour donner quelque chose a l'intervenant, et elle est tombé dans les escaliers. C’était pas beau a voir, mais tout le monde a rit, c’était plutôt triste pour elle.

Je m’arrête, en prenant conscience qu'elle n'a peut etre pas envie d'écouter mon histoire. Qui n'est pas vraiment intéressante, juste une anecdote. Maintenant que nous sommes vraiment amis, je suis sur que c'est plutot marrant et normal de parler de ce genre de chose. Nous continuons d'avancer dans la ville, sous le soleil, quand je décide de poser la même question a mon tour :

- Et toi ça va ? Pas trop dur de suivre les cours en Japonais ? Je sais que les professeurs ne font pas beaucoup d’effort pour aider les étrangers a la langue. Oh, et si tu veux de l'aide, je peux t'aider dans les matières littéraires. Bon ne compte pas trop sur moi en Maths par exemple....

Je lui souris timidement. C’était une bonne idée de sortir finalement. C'est agréable de se retrouver pour discuter après autant de temps....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Dim 31 Juil 2016 - 15:47

Je regarde ce doigt s'approcher de mon visage avec un air faussement désobligé. Un mouvement de sourcil pour exprimer un agacement de façade, et un sourire en coin pour montrer que ça m'amuse.  Ça devient une habitude. Je vais finir par avoir un trou dans le front à force. Un jour, je me rehausserais en me mettant sur la pointe des pieds au dernier moment, et je mordrais ce doigt. Il ne va pas comprendre ce qui lui arrive. Et le jour où je serais suffisement forte, j'esquiverais comme un ninja. Mais c'est trop tard pour essayer aujourd'hui. Je soupire avec amusement avant de l'écouter me répondre.  

"Je supporte bien ma veste pour l'instant. Au pire je la mettrais autour de ma taille quand j'aurais trop chaud. Mais elle est pratique, comme elle a plein de poches elle me sert de sac."

Je ponctue cette phrase d'un sourire vers lui, et pour illustrer mes propos sort porte-feuille et portable des poches intérieures ; avant de les y reglisser tout de suite après. J'aime énormément sortir des choses de les poches intérieures. En dehors du fait que ce sont les plus grandes poches de la veste, ça a tout de suite un petit côté classe je trouve. J'aime ce petit mouvement de main qui se glisse sous un pan de veste pour en sortir quelque chose. Ça fait agent secret avec de gadgets cachés partout d'une certaine façon.
Ce vrai que lui n'a pas mis de veste. Juste un T-shirt. Les vêtements les plus simples qu'il soit. Mais j'aime bien quand il s'habille comme ça.  Au début il se cachait constamment sous un pull ou une veste ; alors que maintenant je peux librement laisser mes yeux courir le long de ses bras. J'ai un sourire en coin. Je connais même se qui se cache sous les reste du T-shirt, pour en avoir eu quelques aperçu.

" Et oui, du coup je suis passée poser mon sac à l'internat pour ne pas avoir à le porter tout l'après midi. Avec mes affaires de cours dedans, il est lourd. C'est pour ça que tu as du attendre un peu ; désolée si je t'ai inquiété."

Un "désolé" plus symbolique qu'une réelle excuse ; juste de quoi signifier que je n'ai pas non plus pris du plaisir à le faire attendre.
Ne sachant quoi faire de mes mains en commençant à marcher, c'est dans mes poches qu'elles se retrouvent à nouveau.
Je l'écoute répondre à ma question  tout en laissant mes pieds me guider vers le centre ville. Je ricane avec ironie à son histoire.

" Haha.... J'aurais été la première à rire si j'avais été dans l'amphi, me connaissant. Mais j'aurais aussi été la première à tous les insulter si j'avais été à sa place..."

Le ton employé est presque ironique. C'est une triste vérité que celle là. Je passe ma main dans mes cheveux, faisant remonter les boucles qui commençaient à me couvrir le visage. J'ai repassé un coup de tondeuse dans la nuque, ne laissant plus que neuf millimètres sur la bas de mon crâne.  C'est l'endroit ou les cheveux tiennent chaud. Je ne supportais plus de les avoir long à cet endroit. Enfin "long", disons qu'ils avaient bien poussés depuis que je les avait coupés la dernière fois, au moins de 3cm. Je n'ai pas touché aux autres cheveux par contre. Le ciseaux est resté dans ma trousse. On ne voit d'ailleurs presque pas qu'ils sont rasés à cause des cheveux de derrière qui cachent presque les trois quarts de cette partie rasée. Ceux devant eux continuent de tomber jusqu'à ma machoire. Si je voulais lui faire plaisir, je les laisserais pousser. Sauf que je n'ai pas envie de les laisser pousser. Je ne me sens pas prête à avoir les cheveux long. D'un autre coté...
Arf. Je ne sais pas.
Je les garde courts pour l'instant...

" Enfin bon... Elle ne s'est pas fait mal au moins ? Je veux dire, il n'a pas fallu appeler l'ambulance et elle n'est pas repartie sur une civière ?"

Question dite avec une moue désobligée. Il n'est pas censé répondre oui à cette question, et le ton, resté ironique, l'indique clairement. Enfin. On n'est jamais à l'abri d'un accident plus grave que prévu. Après, je ne pense pas qu'il aurait raconté ça sur un ton aussi léger s'il y avait vraiment eu un problème.
Puis il reporte la question sur moi.
Long. Ennuyeux. Je soupire.

" Haha! C'était loooooooooong ! Surtout la dernière heure. J'ai eu l'impression que le temps s'étirait. Déjà que je trouve ça ennuyeux d'habitude.... Alors là..."

Je tourne les yeux sur lui, accompagné d'un sourire taquin qui vient étirer mon visage. Je le dévore du regard un instant. Oh oui, c'était long d'attendre pour venir te retrouver.

" J'étais pressée de venir moi !

Je détourne le regard, gardant les coin de mes joues encore contracté, fantôme de mon sourire qui persiste.  

" J'arrive à suivre le blabla des profs de façon générale. Enfin... quand je me concentre dessus. Ça serais bien que je fasse plus d'efforts quand même..."

Je soupire

" Mais la motivation n'est pas la plus grande de mes qualités.... Enfin. Moi je veux bien de ton aide, si tu es motivé un jour !"

Moi je veux bien passer du temps avec seule toi, si tu es motivé un jour. Je lui sourit.
Je lui sourit "encore" d'ailleurs. Je sourit beaucoup, beaucoup, quand je suis avec lui. Je vais finir par avoir des crampes aux joues. Mais je suis contente, et je ne vois pas comment exprimer ma bonne humeur autrement qu'en souriant. J'ai envie qu'il comprenne clairement que je suis heureuse de pouvoir être avec lui. Vraiment. Profondément.

" Haha ! Les maths hein. Le maths...... Hahahahahahahahahaha.........."

Un rire un peu sarcastique s'échappe de ma gorge. Complètement sarcastique même. J'ai beaucoup trop de retard en maths. J'essaye hein, j'essaye.  Mais il me manque toutes les bases que j'aurais du apprendre au collège.  

" On va laisser les maths à quelqu'un d'autre, aucun problème."

Nos pieds nous ont finalement amené dans le centre ville. Je soupire tout en embrassant l'ensemble de la ville su regard.

" Il y a quelque chose que tu as envie de voir ? D'acheter ?"

Je continue d'avancer. Je ne sais pas vraiment ou trouver une bijouterie, alors on va continuer de marcher jusqu'à ce que mes yeux en rencontrent une.

"  C'est pas mal de venir un mardi après midi. Il n'y a presque personne."

Enfin. La ville n'est pas vide non plus. Mais disons qu'on peut avancer droit, sans avoir à esquiver quelqu'un toutes les six demi secondes.

" trouvée~ "

Plus pour moi que pour lui, c'est un air malicieux qui s'empare de mon visage à ses mots. Je tourne la tête vers lui et un sourire presque sadique se dessine entre mes joues.
Sans prévenir, je prend sa main dans la mienne et le traîne jusqu'à la bijouterie. Sans lui demander son avis, j'entre.  Mes doigts glissés entre les siens, je n'ai absolument pas l'intention de le lâcher.  

La vendeuse nous remarque et nous accoste. Seuls clients dans sa boutique, en dehors d'une petite ville qui regarde des pendentifs, elle n'a que ça a faire, et elle est payée pour le faire.

" Bonjour !"

"Bonjour ! Vous avez de quoi percer les oreilles ?"

"Bien sûr ! C'est pour vous ? Je vous laisse regarder les protèses ? "

"Non,  c'est pour lui."


Je monte les yeux vers lui, le regardant avec un sourire malicieux. Ma main encore enlassée dans la sienne, je le force à venir plus près de moi, dans une proximité de que j'apprécie, pour venir le poster devant les différentes boucles d'oreilles qu'à sortis la vendeuses.


La vendeuse ricane doucement avec affection en nous observant. Elle nous a pris pour un couple je suppose.
Ça ne me gène pas. Ce me plaît même.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Dim 31 Juil 2016 - 23:03

Nous marchons toujours, approchant de plus en plus de la ville. J'ai arrête de parler, après tout ça, me laissant bercer par ses propres paroles, répondant des fois a ce qu'elle dit, d'autre non, quand ce n'est pas nécessaire. J'ai souris timidement quand elle a parlé qu'elle aurait rit si elle avait vu la fille, et qu'elle se serait énervé a sa place. Je ne trouve pas ça particulièrement drôle, étant donné que je m'imagine a sa place, la honte que cela serait. Et encore c’était une Japonaise classique. Si c’était le blond qui avait chuté, cela serait resté pendant longtemps. En tout cas elle ne semble pas avoir d'avantage apprécier sa matinée que moi. Je la vois même plutôt en rebelle, qui déteste les cours.

Je ne connais pas beaucoup de gens qui aiment en fait....enfin de gens que je connais. Tout ces Japonais dans l'amphi qui travaillent sans jamais prendre de pause, ils ne peuvent pas ne pas aimer pour faire ça, je suppose. Ou alors ils sont fou. Et c'est moi qui doit attirer ceux qui n'aiment pas les études. Ce n'est pas que je n'aime pas, mais passer autant de temps enfermé est une perte de temps, puisque je n'y apprend rien. Toujours est il qu'elle aussi a trouvé sa matinée longue, et elle fini par me dire qu'elle était très pressé de me rejoindre. Depuis le voyage, j'ai l'impression qu'elle a d'avantage envie d’être en ma compagnie. Ou alors c'est juste une idée ? Le genre d'impression qui dépend de sa propre envie. Je ne peux pas dire que je n'ai pas envie d’être avec elle non plus, je vois sans doute des signes la ou il n'y en a pas.

- Tu as remarqué ? C'est toujours plus long quand on attend la fin. Plus on regarde l'heure, et moins le temps passe vite....

Cruelle vérité. Je souris, et encore plus quand elle accepte mon aide en cours. Je pourrais largement l'aider dans les matières comme les langues, faire des analyses, apprendre par cœur aussi, je suis assez doué. Mais tout cela demande du temps, du temps passé l'un et l'autre pour seule compagnie. Malheureusement ma chambre n'est plus vide, même si je devrais pouvoir trouver des moments de tranquillités. Enfin, elle n'a qu'a venir frapper a ma porte, je lui ouvrirais toujours, si c'est elle, ça c'est sur.

Nous finissons par arriver définitivement dans le centre-ville. Il m'est arrivé tellement d'aventures plus ou moins amusantes ici. Avec Hisaka, Miya.....je n'en garde pas forcément que des bons souvenirs, même si pour le coup, ma rencontre avec le garçon a la pâtisserie a débouché sur quelque chose de vraiment intéressant. Nous allons bientôt aller a la salle d'arcade d'ailleurs, une autre chose dont j'ai hate de découvrir les tenant et aboutissement. Le genre d'endroit que j'ai toujours voulu visiter, mais ou je n'ai jamais mis les pieds.

Elle reprend mon attention quand elle me demande si je veux aller quelque part précisément, pour acheter quelque chose. Je tourne le regard a la ronde sur la place, en espérant trouver un indice, quelque chose qui pourrait me faire surgir une envie soudaine, mais il n'y a rien de bien concluant. Après tout, a la base, venir ici était son idée, alors je n'y ai pas réfléchis, je croyais qu'elle me guiderait vers une destination qu'elle avait planifié. Mais elle a raison, venir ici un jour de semaine est absolument parfait. Il n'y a pas beaucoup de monde.

Keimoo, en tant que ville étudiante, est loin de ce qu'on peux appeler un endroit débordant de vie lorsque les cours on lieu. Du coup, c'est le meilleur moment pour se balader en toute tranquillité. Nous ne croisons presque personne. J'ouvre la bouche pour approuvé cette idée, quand elle parle a nouveau, s'exclamant d'un mot qu'elle sait ou aller. Je sens sa main chaude et douce prendre possession de la mienne, alors qu'elle m'attire sur le coté de la place que je n'ai pas directement dans mon champ de vision. Le temps de me retourner, que nous y sommes déjà. Une bijouterie. Soudainement, je regarde le dos de la jeune femme, qui semble ne pas hésiter une seule seconde. J'ai oublié quelque chose d'important, je crois....

Une bijouterie. Vide, a l'exception d'une vieille dame, et de la vendeuse. Qui vient directement a notre rencontre. Sato, réfléchis une seconde, repense a vos dernières discussions. Elle veux sans doute s'acheter quelque chose....non, ce n'est pas exactement ça. Il y a autre chose....quelque chose qui me concerne moi directement. J'écoute distraitement ce que les deux femmes se disent dans un échange rapide, tout en réfléchissant. Mais la dernière phrase de la rousse retient mon attention.

- Pour moi...oui...hein ?

Mais oui, je me souviens maintenant. Elle m'avait dit a un moment du séjour chez moi, qu'elle pensait qu'avoir une boucle d'oreille m'irait bien. Ne sachant pas trop comment refroidir ses ardeurs, j'avais dit oui sans vraiment y réfléchir, pensant que j'aurais l'occasion d'esquiver la chose. Mais même si sur le moment elle avait sembler comprendre, elle n'avait pas oublié, elle. Ah, elle avait de la suite dans les idées, c'est le cas de le dire....elle m'avait piégé, la fourbe. Bon, ce n'est rien, juste un trou dans l'oreille...un trou....dans l'oreille. Je blêmis légèrement.

- Oh euh je...je ne pensais pas que....oui, c'est...pour moi, je suppose. C'est douloureux ?

Je demande quand même, on est jamais trop prudent. Je ne suis pas totalement prêt psychologiquement, je dois l'avouer. De ma main dissimuler derriere mon amie, je pose deux doigts de par et d'autre de la nuque de la rousse, hors du champ de vision de la vendeuse qui nous regardes d'un sourire étrange. Ces deux doigts sont assez parlant. « Tu me le payera, très très vite ». Je garde un sourire factice sur le visage, histoire de ne pas nous faires passer pour un couple étrange au yeux de la vendeuse, vu que c'est évident que c'est ce qu'elle pense de nous, et je rajoute d'une voix plus sur :

- Et euh...c'est cher ? Enfin c'est juste une formalité de savoir le prix avant de faire quoi que ce soit je pense.

Et un troisième doigt, au centre de la nuque d'Aslinn, histoire de lui ajouter « ne t'avises pas de dire que tu payes pour moi, tu joues avec ta vie ». Pas sur qu'elle comprenne le message exact, mais elle a sans doute intégré la globalité.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Lun 1 Aoû 2016 - 14:46

Ses yeux tombent sur moi, son visage se décompose.  Ce visage qu'il envoie ne me fait que sourire encore plus.  Tu ne t'y attendais pas hein. Je suis presque sûre que tu avais oublié. Mais moi je n'oublie pas. Je souris de toutes mes dents, avec un air presque canin, dans un arc sadique, exprimant ma petite victoire.  

L'information atteint son cerveau, il devient un peu plus blanc. Est-ce que ça fait mal ?
La vendeuse prend la parole avant que je n'ai le temps de le faire.

- Oh, ne vous en faites pas, c'est très rapide, il n'y a aucun

 - Ça va te déchirer l'oreille, il va y avoir des lambeaux de chair qui pendouillent partout, tu va saigner pendant trois jours, puis ça va s'infecter, commencer à nécroser et d'ici une ou deux semaine ton oreille devrait tomber.


Qu'est ce qu'elle me fait, la vendeuse là. C'est à moi de le "rassurer". Lui ayant coupé  volontairement la parole, je fixe mon blond avec malice au fur à mesure que les paroles sont prononcées.
Je m'amuse très ouvertement à le torturer un peu. D'un autre coté, l'exagération devrait lui faire comprendre que c'est sans problèmes. Il n'y aurais pas autant de gens avec les oreilles percées si c'était vraiment douloureux.

Je sens ses doigts se poser dans ma nuque. Comme une vibration qui remonte le long de ma colonne pour venir se connecter au bout de ses doigts, je le regarde en coin, cet air de renard toujours affiché sur le visage. Je t'ai eu ~

Je sens la vendeuse nous fixer. Elle n'a personne d'autre à observer. Mais avoir un blond et une rousse en même temps qui viennent se maltraiter dans sa boutique ne doit pas vraiment être courant. Enfin, je le fiche pas mal d'elle, elle est surtout la pour faire son boulot. A savoir, trouer Satoshi.

D'ailleurs ce dernier s'adresse à elle, lui demandant le prix. Je sens un troisième doigt se poser à la base de mon coup.
Je frissonne. Ça me fait rire. Tu ne veux pas que je paye peut être ?

- Et bien il y a
Je coupe une fois de plus la parole à la vendeuse sans me gêner.  
- Je t'offre la boucle d'oreille, tu paye la perforation.

Je fait un clin d'oeil à la vendeuse avant de remonter le visage vers Satoshi et lui sourire d'un air taquin.
Je sais pertinemment qu'on ne paye rien pour le fait de percer. C'est la boucle d'oreille qui fait le prix. Et la vendeuse sais que je le sais, et me répond avec un sourire en coin. Ça m'étonnerais franchement que Satoshi soit au courant, n'ayant encore été percé nulle part.

M'intéressant finalement aux bijoux posés devant moi par la vendeuse, les traits de mon visage se décontractent, laissant place à un air plus sérieux.

- Laquelle tu veux du coup ? and don't darr watch de price.  I said' I'd pay.

Dernière phrase murmurée dans son oreille sur un ton plus sec que celui enjoué qui a précédé, mon souffle longe son coup, ces mots etant destinés a Satoshi uniquement, et pas à l'oreille de la vendeuse qui continue de nous fixer. Je sais qu'il comprend à peu près quand je parle anglais, malgré mon accent. Je n'ai pas envie de lui laisser le choix. J'ai envie d'apposer ma marque sur lui. Un trou dans l'oreille parce que je l'y ai traîné, il faut bien que ça soit une boucle d'oreille que je lui offre. Ça ne fait pas sens sinon.

Sur la planche ou sont exposées les protèses, les différents models sont alignés. Ça va de la chose toute simple avec une simple petite boule de métal, à de choses plus variés. Il y a des animaux, des insectes,  des étoiles, pour les petites filles qui viennent se faire percer je suppose.  Il y en a aussi avec une simple petites pierres. Mais toutes ont en commun que la barre qui entre dans l'oreille est droite et en acier chirurgical.  Les prix varient de 1500 ¥ à beaucoup plus cher, pour celles qui ont des pierres semi-precieuses ou précieuses dessus. C'est un peu bête de mettre autant dans une protèses, mais bon...

Une fois qu'il a choisi, il montre le model à la vendeuse, qui sort une petite boîte de dessous la caisse, dans laquelle on retrouve une paire des boucles d'oreilles désignées.

Sortant le pistolet pierceur, la vendeuse invite Satoshi à s'assoir.

- Alors. Qu'est ce qu'on perce ?  A droite ? A gauche ? Les deux ?

Tout en posant la question, elle désinfecte une première boucle d'oreille et viens la placer dans le pistolet, qui se referme en un clac bruyant sur le bijou.

Je laisse finalement le doigts du blond glisser d'entre mes miens, presque à regret, pour le laisser s'assoir. A défaut d'avoir son souffle contre mon cou et ses doigts dans la nuque, je laisse mes yeux courir sur cet être humain qu'il représente.  Un léger sourire se dessine sur mon visage. L'affection est tout ce qui doigt transparaître du masque que je porte, bien loin du rire sadique que j'ai pu avoir plus tôt. Détaillant d'abord sont dos, le temps qu'il aille s'asso7ir, c'est finalement son visage que je peux fixer. Les gènes qui se mélangent et s'entrecroisent dans ses traits me plaisent. Les regard effilé d'un asiatique, associé aux lignes droites de son côté français. Il est mignon.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Mer 3 Aoû 2016 - 19:48

Je suis aussi crispé que peut l’être quelqu'un devant sa mise a mort, alors qu'on vient a peine de lui annoncer sa condamnation. Comment ais-je pu finir ainsi ? Je n'ai même pas pu me préparer psychologiquement...dans quelques instants, un morceau de mon oreille me sera arraché...quelle souffrance. Je suis persuadé que la fois ou Hikari m'a déboîte le bras lors de la démonstration d'une prise m'aura fait un milliard de fois plus mal que ce que je vais ressentir dans quelques instants, mais l’appréhension de l'inconnu est toujours la plus forte.

Heureusement la vendeuse a l'air de plutôt savoir ce qu'elle fait, et me rassure. Presque, jusqu'à ce que cette petite vipère rousse crache son venin. Tu ferais bien de ne pas trop cracher, si je te brise la nuque maintenant, tu n'auras même pas le temps de m'empoisonner. Tu es sourde a présent, comme le reptile. Continus de rigoler, tu feras moins la maligne sur le tatami quand je proposerais une démonstration en collaboration avec le club de Karaté. Ça sera amusant, très amusant. Pff, si seulement j'allais le faire, elle le mériterait. Je souris a la vendeuse en ignorant mon amie, d'un air entendu, sans un mot supplémentaire, passant a l'étape suivante.

A savoir le prix. La femme qui est la pour faire son travail est a nouveau coupé par l'Irlandaise, qui me propose un marché aussi amusant que scandaleux. Je ne viens pas souvent ici, mais je suis assez grand pour avoir lu l'affiche sur le comptoir a deux mètres de nous. Mais de toute façon je la connais, quand elle est comme ça, impossible de lui faire entendre raison. Et je n'aurais sans doute pas l'argent sur moi pour payer. Autant la laisser faire, si cela lui fait plaisir, je peux faire un effort. J'hésite a ne rien ajouter encore une fois, mais voyant qu'elle attend une réponse je lâche simplement :

- On fait comme tu veux.

Je suppose que cette vendeuse doit se dire que le mâle du « couple » n'est pas forcément celui qui a les chromosomes affiliés. Je soupir, que dire de plus devant elle, sans la vexer, ou l'entendre me sortir mille et un arguments afin que je finisse par aller dans son sens ? Dans tout les cas, elle gagnera, alors autant en finir. Je m’apprête a proposer de passer directement a la phase perforation, mais on pose devant nous plusieurs bijoux, en me sommant de choisir celui que je veux. Super, moi qui m'y connaît en bijoux, je vais pouvoir définir ce qui me va le mieux.

A la base je pensais que cela n'était pas pour moi. Je n'ai jamais rien porté de la sorte a part le pendentif représentant le légendaire symbole du yin et du yang se trouvant actuellement autour de mon cou, collé contre mon torse.

Je n'ouvre même pas la bouche que je sens le souffle chaud de la jeune fille a mes cotés frôler mon oreille, tandis qu'elle me somme de ne plus rien dire a propos de qui paye. Je la comprend facilement maintenant, j'ai l'habitude de l'entendre, elle et son effroyable accent qui laisserait sans doute la plupart des gens dans l'incompréhension par ici, autant que moi au début quand je l'ai rencontré. Ne t’inquiète pas chérie, j'avais déjà prévu de te laisser payer, de toute façon tu es la femme forte du couple non ? Je ricane intérieurement.

Reportant mon attention sur les bijoux en question, en me grattant lentement la tete. Comment je vais faire pour choisir. Quelque chose de plutot discret je suppose. Mais pas non plus trop sombre, je ne suis pas gothique non plus. Raaaah, qu'elle horreur, je n'ai aucune idée de quoi faire, quoi prendre, quoi choisir. Je tire légérement la manche de la rousse afin d'attirer son attention en bredouillant a voix basse :

- Puisque tu payes, tu peux choisir pour moi, je n'arrive pas a me décider de toute façon, alors je te fais confiance.

Elle doit avoir une idée derrière la tete si elle m'a emmené ici, savoir ce que je devrais porté, elle a du y penser. Après une délibération de quelques minutes, la vendeuse me fait signe de la rejoindre. Le moment tant attendu, et tant redouté, est venu. Je regarde la chaise avec une certaine appréhension, avant de me poser dessus avec un soupir. Plus vite ça sera fait, plus vite j'en aurais fini. Et si elle est contente...je suppose que je suis contente. Le coté est déjà une décision plus simple a prendre pour moi :

- A droite si possible, s'il vous plait.

Un seul coté sera déjà bien assez, on ne va pas trop en faire en une fois. Et puis de toute façon, les garçons ne se percent qu'un seul coté non ? Il est rare de voir quelqu'un dans la rue avec un bijou a chaque oreille....je ne veux pas qu'Aslinn paye trop non plus, alors dans tous les cas c'est la meilleure décision. Ainsi je la vois prendre la machine qui va m'arracher un morceau de chair, et l'approchant de mon oreille, mes muscles se crispent, attendant la douleur fatidique.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Jeu 4 Aoû 2016 - 16:03

Je suis surprise qu'il n'insiste pas plus sur le prix. Enfin, tant mieux pour moi. Ça évite des blabla inutiles ; parce que de toutes façon je ne l'aurais pas laissé payer. Je n'avais pas fait attention, mais il y a le panneau à côté qui explique les prix pour faire percer les oreilles. Il tiqué. Dommage. Ce panneau à gâché mon petit effet. Ça aurais été bien plus amusant de le voir incrédule à la caisse quand la vendeuse lui aurais expliquée que le fait de percer ne coûte rien. Enfin, il compris, et n'insiste pas pour payer. J'en remet une couche quand la vendeuse sort les prothèses.

Je le laisse observer les bijoux exposés un instant, quand il fini par dire qu'il me laisse choisir aussi.
Ah ?
Et bien d'accord. Je vais lui mettre un dauphin. Je ricane intérieurement. Je n'imagine même pas la tête qu'il tirais si il se retrouvais avec un dauphin accroché à une oreille. Ça serais très drôle à voir, mais pas sur qu'il apprécie. Déjà que je l'ai un peu arbitrairement tiré ici, on ne va peut être pas pousser le bouchon beaucoup plus loin.

J'opte donc pour une simple bille noire, d'environ deux millimètres de diamètre à peine. Tout petit, tout simple, mais qu'on verra quand même grâce au contraste du noir avec ses cheveux et sa peau. Ça suffit largement pour une prothèse. Il la garde au moins un mois, puis après il met ce qu'il veut de toutes façons.

Je désigne donc le model à la vendeuses qui nous lance encore un de ses regards lourds d'impressions. "aaaaaah il sont mignons, ils sont jeune. Un joli blond avec une petite rousse qui veut lui faire un cadeau".

Je soupire doucement. Lourd, oui, c'est le mot. Enfin bon. Temps qu'elle fait son travail.

Je lâche Satoshi pour qu'il aille s'assoir, laissant mes yeux courir sur lui avec tendresse. Elle n'a pas non plus complètement tord cette vendeuses, même si je ne veux pas me l'avouer.

Satoshi assit, la vendeuse désinfecte la boucle d'oreille, puis l'oreille du blond, à l'aide d'un coton. La boucle d'oreille à trouver sa place dans le pistolet. Avec un feutre, elle marque le milieu du lobe droit de Satoshi, se donnât ainsi un repère pour ne pas non plus excentrer quand elle perce. Elle reprend le pistolet en main et se positionne à côté de l'oreille de Satoshi. Le lobe va prendre sa place dans une sorte de grade encoche. De chaque côté, cachés dans la machine, il y a, devant, la boucle d'oreille ; et derrière, l'attache. Elle se concentre un instant, faisant attention à ce que la boucle soit bien alignée avec le point dessiné sur l'oreille, puis presse le bouton.

Un clac bruyant remplis l'espace.

Puis c'est fini. Elle éloigne le pistolet du blond, se redressant pour finalement aller le poser sur le comptoir.

Je souris avec affection à Satoshi, posant mon regard sur lui avec langueur. Passant d'abord sur son visage, mes yeux se posent finalement sur son oreille. Devenue rouge à cause du sang monté par réflexe du corps face au fait qu'il vienne d'être percé, il doit sentir son oreille chauffer. Je me dirige vers lui, profitant qu'il soit encore assit pour le regarder de haut, je passe mes doigt derrière son oreille, les faisant remonter le long de l'hélix. Les mèches blondes écartées, j'observe un instant le point noir que représente le bijoux, avant de rediriger mon regard dans ses yeux. Je lui souris avec affection, avant de m'écarter pour le laisser se relever.

Je le retourne finalement vers la veuve use, qui nous envoie une fois de plus ce sourire professionnel.

- Donc, ne pas l'enlever avant un bon mois, désinfecter et nettoyer tous les jours. De temps en temps pendant la journée, la faire tourner sur elle même pour lorsque que l'intérieur de l'oreille cicatrise, la boucle ne soit pas prise dedans et que ça fasse bien un trou. Par contre, toujours le faire avec les doigts propres.

Elle se dirige vers la caisse, et je la suit. Chacune de notre côté du meuble, elle m'indique le prix, je sort mon portefeuille et paye. Finalement, je lui envoie un dernier sourire forcé et un "merci, bonne journée" avant de ressortir avec Satoshi.

Un bouffée de chaleur m'envahit. Il y avait la clim dans la boutique. Pourtant l'été est dans un mois. Je remonte les manches de ma veste avant de me retourner vers Satoshi avec un grand sourire.

- Bon ! Ça n'a pas été "si" terrible que ça ?"

Je m'approche tout près, relevant le menton pour pouvoir le regarder dans les yeux avec malice. Puis finalement je m'écarte, libérant son espace vital.

- Maintenant on peut faire ce que tu veux. Manger une glace, se balader dans les rues, aller s'étaler dans le parc pour profiter du soleil, faire un tour de manège même si tu veux et qu'on en trouve un.

Maintenant qu'on a fait ce que je voulais, je le suit ou il veut. Mon objectif est accompli. Ça n'a pas trop traîné. Je le regarde d'un air satisfait, laissant une fois de plus mes yeux longer ses mèches dorées sous le soleil, pour finir sur le point noir situé à côté de sa mâchoire droite. On le voit à peine, les cheveux étant longs, mais je sais qu'il est là et je le vois.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Jeu 11 Aoû 2016 - 16:49

Je suis assis sur cette chaise que je ne connaissais même pas une seconde avant. J'ai l'impression que le silence est palpable, tandis que j'attends le moment fatidique. Tandis que la vendeuse est en train de désinfecter la boule noire étrange que Linn semble avoir choisit, je me redemande comment j'ai pu finir dans cette situation. J'aurais sans doute du aller en cours finalement....cela aurait était ennuyeux, mais je n'aurais pas perdu un morceau d'oreille. La douleur sera sans doute instantanée, je n'aurais pas le temps de comprendre que ce sera fini, mais pourtant j'ai une étrange appréhension. Maudit sois tu, Aslinn, je te jure que je trouverais le moyen de me venger.

La vendeuse se met ensuite a me passer un coton imprégné d'alcool sur l'oreille a l'endroit ou elle va sans doute placer sa machine. Puis une fois fait, elle me sourit dans une tentative de me rassurer peut etre, ou alors elle est toujours dans l'idée du couple que nous formons, et cela me met encore mal a l'aise. Involontairement, je rougis.

Mais que puis-je faire d'autre, dans ma situation ? J'attends juste ce fameux moment ou ma vie changera a tout jamais. Je ne serais plus jamais le même. Je lance un sourire assuré a Aslinn, pas besoin qu'elle soit contente de ma situation en plus d’être parvenue a ses fins, je ne l'autoriserais pas.

Je m’apprête a ouvrir la bouche afin de lui demander de me signaler le moment ou elle percera. Un claquement sourd m’arrête net. Aucune douleur, juste une sensation de pincement au niveau de l'oreille. Je tourne la tête vers la vendeuse qui recule déjà, avec un sourire. Je me sens légèrement idiot.

C'est déjà fini, vraiment ? Je n'ai rien sentis, c'est plutôt amusant finalement, comparé au douleur que j'avais l'habitude de ressentir après chaque entraînement, j'ai presque l'impression que mon oreille n'a rien. Je sens légèrement le froid du liquide rouge qui dégouline de mon oreille, mais sans plus. Oui, je suis surpris, c'est sans doute la sensation qui transparaît le plus.

Je sens soudainement la chaleur d'un doigt de mon amie qui remonte le long de mon oreille, comme pour juger le travail d'un œil plus expert que le miens. Elle est proche, vraiment proche, a tel point que je ne peux pas bouger. Après une petite dizaine de secondes ainsi, elle me permet de reprendre le contrôle de mon corps, et de me lever. J'avance vers un miroir poser non loin de la afin d'assister a la « transformation ».

Ça ne change pas vraiment grand chose en fait. Outre le sang qui continue de sortir a petite dose, l'objet noir me va plutôt bien finalement. Il me donne un look presque sauvage. Enfin, c'est ce que je me dis pour me remonter le moral. J'aurais aimer au moins avoir le choix.

La vendeuse me donne les consignes suite a ce qu'elle vient de m'infliger. Un mois c'est plutôt long, mais en même temps, si cela ne fait pas mal, je vais vite probablement l'oublier. Puis elle se dirige avec Aslinn jusqu'à a caisse. Je préfère ne pas les rejoindre, je n'ai pas envie de voir l'argent que je lui dois, et que je ne lui rembourserais sans doute jamais. Je prend plutôt un instant pour m'essuyer l'oreille. Le sang commence déjà a cesser de couler et je soupire en constatant que malgré toutes mes réticences, j'ai cédé une fois de plus a la volonté de la jeune fille. Je n'ai aucune volonté, ou alors elle en a beaucoup trop, je ne sais pas comment le définir.

Après avoir payé, elle me fait signe que nous pouvons partir, je m'incline devant la vendeuse en la remerciant, et celle ci fait de même en nous invitant a revenir quand nous le voudrons, toujours avec ce petit sourire en coin. J’espère bien que je n'aurais pas a revenir de sitôt, histoire de ne plus voir cet air satisfait aussi bien sur la jeune fille que sur la vendeuse. Une fois dehors, je passe ma main sur mon oreille d'un air curieux, avant d'entendre Aslinn me demander d'un air impérieux si j'avais trouvé ça terrible. Je garde mon air sérieux en répondant :

- Tu sais, je n'ai aucun problème avec la douleur. Tu as déjà remarqué ma cicatrice au coin de la lèvre ? Le garçon qui m'a apprit a me battre m'a un jour mit un coup de pied retourné dans la mâchoire. Il m'a assommé pendant une bonne dizaine de minute, et m'a cassé une dent, tout en me déboîtant la mâchoire. Depuis je n'ai pas facilement mal tu sais.

Je souris, je suis sur que je ne lui avais pas encore raconté cette histoire, et je n'entrerais pas dans les détails maintenant, mais au moins cela permet de remettre les choses dans leurs contextes et de ne pas passer trop pour un poltron. Mais néanmoins, afin de ne pas trop refroidir la situation, j'avoue un peu en rougissant :

- J'avoue quand même que je m'attendais a bien pire, c’était pas si terrible.

Puis elle me dit qu'a présent nous pouvons faire ce que je veux. Aprés toutes ces émotions j'ai l'esprit vide, il m'est difficile de prendre une vraie décision. Alors comme je l'ai fais jusque la, je tape sur son front du bout du doigt en faisant :

- Tu as voulu que nous venions ici, tu m'as piégé, j'attends maintenant que tu prennes tes responsabilités. Nous allons la ou tu voudras.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Aslinn Eadhra
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Tigre Age : 19
Adresse : Internat
Compteur 236

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Ven 12 Aoû 2016 - 23:07

-Waw! Monsieur a une cicatrice ! Ça a du être terrible.

Dit sur un ton ironique, je plante mes yeux dans les siens. Explicitement amusée, je me moque gentiment de lui. C'est affectif, il faut comprendre.  En soit même, sa petite aventure à du être relativement violente quand même.  De la à en tomber dans les pommes, il a du se faire taper fort. Je veux bien croire qu'il connaisse la douleur, tout sportif qu'il est ; mais présentement, c'est sur la non-douleur que je le taquine. D'ailleurs il fini par admettre en rougissant que j'ai raison. J'ai toujours raison.
Ricanement.
Je lui envoie un grand sourire.  Ce sourire qui va jusqu'au gencives tellement la bouche s'agrandit dans un arc amusé. Celui-ci signifie "Je t'ai eu~", en même temps qu'il démontre pleinement de la satisfaction que j'éprouve. Quand je lui propose de faire ce qu'il veut à partir de maintenant, il rétorque que je suis celle qui nous a mis dans cette situation, en même temps qu'il approche son doigt de mon front. J'observe ce doigt arriver, avec un air désobligé, un peu faussé par le semi - sourire que je m'efforce de retenir. Non mais...

Au dernier moment, je me met sur la pointe des pieds, remontant ainsi ma bouche au niveau de son doigt, qui visait initialement mon front. J'ouvre la bouche, avant de la refermer bruyamment, faisant claquer mes dents dans le vide. Heureusement pour lui qu'il a de bons réflexes. Réflexe tout à fait humain ceci-dit, face à un piège, quoi de plus normal que se retirer. Toujours sur la pointe des pieds, mes yeux qui fixaient alors le bout de son doigt remontent vers ses yeux à lui. Les dents encore apparentes, le coin de ma bouche remontent légèrement, avant que je ne laisse finalement mon visage ce décontracter. Je retombe sur le plat de mes pieds en même temps.

Prenant  un air de félin sur mon visage, j'affiche un air semi-exaspéré pour lui répondre.

 -Tu me reprochais de ne pas t'avoir laissé le choix...

Je me rapproche de lui, puis passe derrière lui en le frôlant, montant ma main jusqu'à sa nuque, faisant glisser mon index dessus, pour finalement tapoter avec ce même doigt deux fois à la base de ses cheveux. Référence tout à fait explicites à ces doigts qui sont venus se poser dans mon cou à moi un peu plus tôt, c'est avec un sourire taquin que je repasse à côté de lui. Réduisant un peu plus l'espace entre nous, je ne me contente plus de le frôler, je glisse carrément mon bras entre le siens et son flanc. Je me donne l'impression d'être un chat, qui commence par venir se frotter contre son humain, avant de finalement s'assoir dessus, avec un ronronnement de bonheur ; imposant ainsi sa présence sur celui qui aura laissé ses genoux disponibles.

Pour rester dans cette image féline, je le regarde avec un sourire étiré,  ne lâchant certainement pas son bras -ma prise- que je serre plaquée contre moi.

 - .... et maintenant que je te demande ton avis, tu me dit de choisir.  

Exaspération de façade, amusement explicite. Tu es à moi, et j'en profite .
Commençant a marcher, je ne lui laisse pas le choix d'avancer avec moi, tenant bien mon emprise sur son bras.
Puis je continue de parler, sur la même lancée.

-Je vais donc choisir ce qu'on fait. Je décide donc arbitrairement que nous allons manger une glace pilée, de la même façon que je décide arbitrairement que c'est moi qui paye. On vient quand même de te perforer l'oreille, ça a du être éprouvant .

Je continue de le charrier. Mais c'est ma façon à moi de montrer que je l'aime bien. Ma façon d'être affective.

Je ne savais eut être pas où trouver un bijoutier, mais je sais parfaitement ou trouver un vendeur de glaces. C'est bien plus intéressant qu'une bijouterie, un vendeur de glaces. Mais une bijouterie reste bien pratique de temps en temps.
Je l'entraîne à travers la foule. Enfin, foule. Foule de mardi après midi en période scolaire. Mais bon, il y a quelques personnes quand même. Nous arrivons finalement face au but. C'était rapide, juste quelques virages.  

-Bon, qu'est ce que tu veux comme goût ?  

Je lui laisse -plus ou moins- le temps de se décider, je sais parfaitement ce que je veux personnellement. Ça sera citron.
Allant prendre place à sur l'une des trois petites tables de terrasses mise à disposition pour les consommateurs qui veulent manger sur place, je relance la conversation.

Ta glace est bonne ? Le citron de la mienne est bien acide. Eh ! Moi aussi je voulais une cuillère verte... Pourquoi il m'en a donné une bleue... Tu sais comment ils font ça ? Il mettent le citron avant ou après que ça soit glacé ? Ça fait vraiment du bien que ça soit frai. On es à peine en mai. J'ai trop chaud avec ma veste. Enfin, ça fait du bien qu'il fasse enfin beau. Ça le rappelle le week-end chez ta mère, il avait fait au moins aussi chaud. Tu pense qu'on pourra aller à la mer ? Je crois qu'il y a une plage à Keimoo, j'aimerais bien y aller un jour. Tu m'accompagneras ? Tu pense qu'il y a des poissons ? Qu'on peu les voir ? En Irlande la mer n'est pas assez claire pour ça... après j'ai peur que la plage ici soit touristique. S'il y a trip de gens les poissons se cacherons. .. On pourrais y aller la nuit ? Tu as déjà pris un bain de minuit ? Ça peux être chouette, dans l'eau toute noire, avec la lune et les étoiles... Un soir on sortira de l'internat... Pour changer.


[...]

Finissant accoudée sur la table, fixant sa rétine avec bleu-vert-indéterminé de mon regard, je glisse de plus en plus, me laissant porter par mes propres paroles mêlées aux siennes. Peut-être que si je le fixe suffisamment longtemps ses yeux marrons commencerons à changer de couleur. Je n'en ai pas spécialement envie. J'aime bien ses yeux. Indubitablement asiatiques, accompagnés de son blond européen. Je n'ai pas spécialement envie de les voir changer de couleur.
Nos glaces sont finies depuis longtemps et les ombres ont déjà commencée à s'allonger quand je dégaine mon portable pour la première fois. Regarder l'heure de temps en temps, ce n'est pas mal. Je suis supposée être à l'internat à 18h... déjà que j'ai séché cet après midi. Arrêtant de mâchouiller ma cuillère en plastique un instant, je regarde les chiffres affichés par l'écran de mon portable. Ça doit déjà faire une bonne heure que l'on "mange notre glace". Peut-être même deux. Enfin, quand même pas. Le temps passe beaucoup trop vite.
Dans un soupir, je m'affale sur la table, repoussant un peu plus loin les petites coupelles dans lesquelles étaient nos glaces.

-Tssss.... l'internat du lycée ferme a 18h. Il va falloir que je rentre si je ne veux pas dormir dehors...

Je me lève, accompagnant mon mouvement d'un autre soupir. Je serais bien restée plus longtemps. J'aurais bien été ailleurs aussi. Au final, on n'a pas fait grand chose. Enfin bon. J'ai pu passer du temps avec mon blond, et puis l'objectif premier à été accomplis. Je suis pleinement satisfaite de cet après - midi.  
Mais si je l'aurais bien fait durer un peu plus... je ne maîtrise pas encore l'art d'étirer le temps. Pas encore. Bientôt j'y arriverais. Je garde espoir.

__________________________________________________
•  ●  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ●  •

Benefit:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bluepineapple.tumblr.com http://keimoo.forum-actif.net/t10472-aslinn-eadhra http://keimoo.forum-actif.net/t10494-bonjour-au-revoir
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]   Sam 13 Aoû 2016 - 3:35

Je recule mon siège de quelques centimètres afin de pouvoir m'avachir contre son dossier. Je n'ai plus aucune notion du temps, seule un léger sourire se dessine involontairement sur mon visage. Depuis combien de temps n'avais je pas passé une après midi sans avoir aucun objectif autre que de passer du bon temps, détendu. Si je ne compte pas le séjour que nous avons fais chez moi, très longtemps, mais après tout je ne vois pas pourquoi je pourrais décider arbitrairement que cela n'a pas eu lieu, donc quelques semaines, tout au plus.

Au départ j'ai simplement écouter Aslinn parler. J'étais bien loin de savoir qu'elle pouvait parler autant, lorsque je l'ai rencontré, mais c'est en vérité un vrai moulin a parole. Je me demande si elle est comme ça naturellement et qu'elle fait en sorte de se freiner en tant normal. Si c'est le cas, cela veux dire qu'elle arrive a être détendu avec moi, ce qui me rend encore plus joyeux. Je laisse ma tête retomber en arrière. Il n'y a plus grand monde, c'est le timing entre les derniers clients de l’après-midi et les premiers du soir. C'est donc plutôt intéressant pour nous, nous sommes seuls, absolument seuls.

Le ciel est aussi clair que mon esprit, et les mauvais souvenirs de cet affreux appareil me charcutant l'oreille est loin. Seule trace de son passage, la boule noire surplombant désormais mon lobe d'un air triomphant, signe victorieux d'une lutte courte et d'une défaite amère. Je soupire un moment, ça valait le coup de perdre, pour profiter ensuite de cet après-midi paisible. Je n'ai pas pris de glace contrairement a la jeune rousse, trop calorique pour mon régime alimentaire. Néanmoins, pour lui faire plaisir, j'ai accepté qu'elle me paye un verre d'eau aromatisé a la pomme. La boisson fraîche est délicieuse est terminé depuis longtemps, et pourtant ses affres sont encore bien présentent. C’était trop rapide, trop court, trop tout.

Je l'entend d'ailleurs qui me signale que l'heure de la fermeture de l'internat du lycée approche. Déjà, il est vingt heure passé ? Ah non, c'est vrai que pour eux c'est plus tôt, dix huit heure, je n'avais pas assimiler la chose. Je pourrais lui proposer de venir chez moi, mais la proximité qu'elle avait mit en place deux heures plus tôt en sortant du bijoutier, ce câlin improvisé, cette façon de se coller a moi sans aucune gêne, c’était.....inattendu, et je ne sais pas trop comment je dois le prendre, alors je préfère ne pas trop lui faire croire que je me fais des idées, c'est sans doute normal dans son pays de faire des câlins a ses amis comme ça. Je suppose. Je me redresse sur ma chaise en hochant la tête :

- Oui bien sur, je ne veux pas te mettre en retard, je vais te raccompagner d'accord ?

Je lui souris, puis la regarde se lever pour aller payer tandis que j'avance vers la sortie de la terrasse, la regardant avancer vers l’intérieur, de dos, comme hypnotisé. Je lâche cette scène du regard avant de m'appuyer contre un mur en l'attendant, ressassant mentalement les bons moments passés aujourd'hui. Je suis maintenant doté de deux bijoux, celui de ma mère, et celui d'Aslinn, cela veux il dire qu'elles ont maintenant autant d'importance l'une que l'autre dans ma vie ? Étrange....je ne sais vraiment pas quoi penser de cette relation. Je n'arrive pas a mettre le doigt sur ce que je ressens vraiment. Comme un sentiment d’erreur, je suis dans l'erreur. Je veux plus, ou je veux moins ? La voilà qui revient, et cette question disparaît instantanément de mon esprit.

- La prochaine fois je te préviens, c'est moi qui paye tout.

Puis nous repartons vers Keimoo, passant par le même chemin qu'a l'aller, devant les magasins, le bijoutier, et tout les échoppes que nous avions croisés en venant. J'ai l'impression de remonter le temps, de refaire la même chose en marche arrière, sauf que je suis différent, tout comme notre relation. Chaque fois que je la vois, j'ai l'impression d’être encore plus proche d'elle. C'est un sentiment tout aussi étrange que celui que j'avais précédemment. Je n'ai personne a qui en parler néanmoins, alors je vais plutôt garder ça pour moi. Nous arrivons de toute façon devant l'endroit ou nos chemins se séparent. Je lui fais une nouvelle pichenette, trop rapide cette fois pour qu'elle puisse l'éviter comme la fois précédente, puis je lui souris :

- Merci beaucoup pour l’après-midi, c’était vraiment sympa. On se vois demain linn-chan ? Ou avant si tu n'arrives pas a dormir, tu sais ou je suis de toute façon.

Je lui fais un clin d’œil avant de me retourner et de partir tranquillement les mains dans les poches vers ma résidence. Les cours sont finis, je devrais peut être aller au dojo ? Ou rentrer, m'allonger sur mon lit et repenser a toute cette journée encore une fois ? Dans tous les cas, une chose est sure, je n'arriverais sans doute pas a dormir sur le coté droit ce soir....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
 
Un perceur sachant percer sans sa perceuse est un bon perceur. [ Aslinn ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un chasseur sachant chasser sans son chien ? Casey
» Un chasseur sachant chasser sans son chien (ou pas) - Gregory A. Britwood
» [MISSION] Un chasseur sachant chasser sans autorisation est un braconnier
» Le voleur sachant voler doit savoir voler sans son MIGOUUUUU
» Le palais Sans-souci en Danger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Centre ville: Tsukuyomi Place et Palais impérial :: Ailleurs dans le centre-
Sauter vers: