₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I am coming back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yui Valentine
♦ Civil - Mirage | Directeur Adjoint
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 33
Adresse : Quartiers Hebi
Compteur 1151
Multicompte(s) : Lei

KMO
                                   :

MessageSujet: I am coming back   Dim 24 Juil 2016 - 12:30

I AM COMING BACK
PV Sakutaro / Valentine

C'est l'été, la saison des pluies vient de passer, en plus de faire chaud il fait désormais moite à Keimoo. Valentine est arrivé en cours d'après midi alors que les cartons affluent et les meubles prennent place dans son nouveau bureau. Depuis qu'il s'est invité tout seul sur ce poste, il n'a pas croisé son supérieur Ashita -un autre preuve de son incompétence à ce poste. L'inauguration du bâtiment des clubs n'en était qu'une preuve supplémentaire, et si les imprévus arrivaient dans la vie, des imprévus de ce genre à Keimoo étaient impensables. De toute façon Yui Valentine manquait à l'école (c'est ce qu'il se disait), et dans cette académie, il manquait de directives claires à ses yeux. Il n'était pas ambitieux mais il avait des idées, il ne cherchait pas forcément les embrouilles mais ses méthodes n'étaient pas non plus appréciées de tous. Il fallait d'après lui, un directeur au contact des élèves, accessible et présent: et pour commencer il n'y avait pas trente six solutions, s'il fallait les convoquer un à un dans son bureau où aller les chercher en cours, Yui n'hésiterait pas à le faire. Il voulait connaître sa population qui faisait le prestige de cet établissement, il voulait savoir comment tournait le système pour maintenir cette école parmi la crème de la crème.


-


Distrait, Yui a lentement balayé d'un regard, cette vaste pièce poussiéreuse et laissée intacte depuis la démission de l'assistante, Akemi Yoshida. (À aller chauffer toute sa population masculine, elle n'avait que ce qu'elle méritait. Les nombreux scandales qu'elle avait provoqué ont déclenché son licenciement, aux dernières nouvelles.) Le regard de l'homme s'attarde sur la fenêtre, il est dans les derniers étages de cette école et la vue lui est particulièrement plaisante. Les fenêtres sont une échappatoire à ses pensées trop chargées, interminables. Les employés s'activent en silence en évitant de croiser le regard givré de cet homme qui semble les sonder jusqu'à sous leur peau, dans leur moelle épinière. Il n'est pas des plus chaleureux ni des plus directifs, alors ils se hâtent de poser les meubles à peu près où la logique leur semble bonne.

YUI VALENTINE - est désormais placardé sur sa porte alors qu'il sort sans un mot et dans cette impression frigorifiante qu'il délaisse aux déménageurs. Il a fait bouger ses dossiers de patients archivés dans les sous sols de l'académie pour les remonter dans les meubles de son bureau climatisé, puis dans une démarche droite et silencieuse, il se dirige vers le bureau SHIORI ASHITA qu'il trouve fermé alors qu'il active la poignée. Ah voilà bien, le directeur sèche son académie, belle mentalité. Agacé, Yui soupire et joue avec le col droit de sa chemise blanche et impeccablement repassée puis décide de longer le couloir, qui semble vide. Voilà longtemps qu'il n'a pas mis les pieds dans cette école, et revenir lui fait l'effet de ne l'avoir jamais quitté. Ou alors de se réveiller en ces lieux après un long moment en hibernation. Des choses, ont subtilement changé, des choses, dont il ne parvient pas à qualifier davantage pour l'instant.

Et puis son regard tombe sur la boîte aux lettres interne, il remarque le courrier posé sur le casier d'Ashita. L'enveloppe, conséquente, contient plusieurs documents et c'est sans l'ombre d'une hésitation que Yui la saisit pour l'ouvrir, lentement, le craquement du papier déchiré résonnant dans ce couloir mort. Il laisse l'enveloppe marron vide dans le casier, garde le contenu et s'introduit de nouveau dans son bureau.

...Des livrets scolaires. Intéressant.

Adossé près de la fenêtre, il parcourt une vingtaine de livrets scolaires et les annotations des professeurs, il feuillette les informations de ses futurs élèves et étudiants jusqu'à ce qu'il remarque que l'aménagement de son bureau est terminé, il n'y a plus personne dans les parages hormis lui, ses dossiers et la clim. Il attrape le téléphone et compose de tête le numéro d'un secrétariat -qu'il découvre resté inchangé.

-Allo, secrétariat du campus Keimoo ?
-... Bonjour. Valentine.


Derrière le combiné, ça hésite un moment.

-Le docteur Valentine ?
-Non. Le directeur adjoint Valentine. Convoquez monsieur Sakutaro à mon bureau, je vous prie.
-... Euh... Ah oui bien évidemment.
-Le bureau de la direction, pas l'infirmerie.
-Ah oui oui bien sûr Monsieur Valentine.

...

-...Autre chose.


La demoiselle raccroche ensuite, pas très convaincue mais s'active dors et déjà. Voilà un moment qu'elle n'a plus reçu de directive de ses supérieurs. Mais le téléphone sonne de suite après.

-Monsieur Valentine?
-Veuillez éviter de raccrocher avant d'être sûre d'avoir terminé une conversation. Je voulais m'assurer que vous chercheriez bien Satoshi Sakutaro.
Merci.


Ça raccroche, d'un coup.
La secrétaire frissonne parce que cet homme l'intimide déjà.

__________________________________________________
"Je suis l'Empereur, l'empereur de rien mais Empereur quand même."

Avatar: Yui vu par Tanaka
Carte de visite du Salon par Naoko Tanaka

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9308-yui-valentine http://keimoo.forum-actif.net/t10362-valentine
Satoshi Sakutaro
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 365

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Dim 24 Juil 2016 - 16:52

Belle journée pour se promener. Moi qui trouvais que le campus était plus ou moins désert a quelques jours des vacances, maintenant qu'elles ont commencés, il n'y a pas un chat a présent. Il ne reste que les étudiants vivant sur le campus qui ont réussit a se dégoter un job d'été, comme moi et Hisaka par exemple. Et également ceux qui ne rentrent pas chez eux pour cette grande période de vacances, ou qui ont des entraînements, des stages d'été, avec leurs clubs. Le capitaine de mon club m'en avait d'ailleurs proposé un, que j'avais du décliner.

Désolé mais je vais trimer sur cette plage incandescente pendant plusieurs semaines, je n'aurais pas le temps d'observer s’entraîner des gens qui pour la plupart n'ont même pas envie d’être la. Cette partie du club est maigre, et la plupart de ses membres ne sont la que par défaut. Il n'y a même pas de capitaine officiel. L'actuel a était désigné par les autres. J'en suis même a me demander si il y a bien quelqu'un marqué en face de la case « capitaine » sur la fiche du club. Mais ce n'est pas vraiment mes affaires de toute manière.

C'est agréable d’être quasiment seul dans cet endroit qui est habituellement noir de monde. La question est de savoir quoi faire maintenant. Je ne travail pas, je ne m’entraîne pas, je marche simplement sans savoir ou aller. C'est une sensation a la fois agréable et déroutante. Cette façon de n'avoir rien a faire, de pouvoir aller a la vitesse que l'on veux ou l'on veux, oui, c'est vraiment agréable. Mais le problème c'est que je ne sais pas ou je veux aller. Ce qui va totalement a l'encontre de la première partie de ma réflexion.

«Mr Sakutaro est convoqué au bureau du directeur adjoint, Mr Sakutaro au bureau du directeur adjoint »

Et c'est cette moiteur dans l'air qui m’empêche d’apprécier pleinement ma promenade. Je n'aime pas la chaleur, a la base, mais en plus quand il fait lourd, que l'air ambiant est emplit d'humidité, ce n'est vraiment pas agréable. Je souris lentement, en me rendant compte que depuis cinq minutes je répète en boucle les mêmes choses, que ma réflexion tourne en rond. La fatigue sans doute. J'ai toujours eu du mal a parler avec les gens, a trouver des sujets de conversations intéressant, et voilà que j'ai du mal a avoir des pensées intéressantes....cela commence a devenir compliqué.

Je m’arrête soudainement, comme si une information capitale venait de parvenir jusqu’à mon tronc cérébral, au terme d'un long voyage ralentit par le silence et la tranquillité du lieu. Mr Sakutaro....mais c'est moi ça ? Le directeur adjoint ? Je suis convoqué alors que les vacances ont débuté ? Surtout, pourquoi je suis convoqué ? Qu'est ce que j'ai fais de mal ? Je tente de me projeter en arrière afin d'analyser mes actions récentes, tandis que je tourne mon corps dans la direction opposé, marchant d'un pas rapide vers la direction, le troisième étage.

Il veux peut être me voir a cause du fait que je rentre presque chaque soir après la fermeture de l'entrée de la résidence, et le concierge en a eu assez de venir m'ouvrir a chaque fois ? J'essaye vraiment pourtant, d’être d'avantage a l'heure, mais lorsque je suis au dojo, je ne vois pas le temps passer, l’entraînement absorbant totalement mon esprit.

En parlant d’entraînement et de sport, je me souviens que je n'avais pas eu le choix et ma victoire en tournoi en deuxième année de lycée, me qualifiant pour l’événement national du pays avait était inscrit sur mon dossier scolaire. Je ne pense pas qu'il y ai un descriptif du tournoi en question, mais ils veulent peut être que je fasse des tournois pour représenter Keimoo ? Mais ils ne peuvent pas m'y obliger je pense. A moins qu'il y ai une obligation avec les bourses. Je vais devoir faire ça pour pouvoir continuer a venir a Keimoo. Que dira ma mere si je dois rentrer a la maison sans diplôme. Avec tout les sacrifices qu'elle a fait pour moi.

Mais ce n'est peut être pas du tout ça. J'ai cassé des pots de fleurs il y a quelques semaines sans le faire exprès, et malgré toute les excuses que j'ai fait a cette fille membre du club de jardinage, elle est peut être allé ce plaindre ? Je vais peut être devoir rembourser, ou encore pire, être renvoyé pour ne pas avoir proposé un dédommagement de moi même ? Il doit y avoir un grand nombre de personnes voulant étudier a Keimoo. Ils n'auront aucun mal a me remplacer. Mais ce n’était que des pots. Ce n’était même pas des pots, seulement un. Ils ne vont pas me renvoyer pour ça quand même ?

Je marche de plus en plus vite, en proie a une monté d'adrénaline incontrôlable. Personne ne me regarde, autour de moi, au moins cela ne changera pas ma réputation déjà inexistante. Réfléchis SatoSato, qu'est ce que tu aurais pu faire pour provoquer cette convocation ? Je ne suis pas du genre a provoquer des ennuis....oh. Je blêmis légèrement alors que j'entre dans le bâtiment concerné.

Lorsque j'ai proposé a Aslinn de dormir chez moi, car son propre bâtiment était fermé. J'avais alors dis au concierge que c’était ma correspondante étrangère, mais il a peut être découvert que ce n’était pas le cas et a fait un rapport a la direction. Et puis je suis un étudiant, alors qu'elle n'est que lycéenne....ils ne croient quand même pas que....mais il ne s'est rien passé. Je n'ai pas fait de détournement de mineurs ou je ne sais quoi. Mais...je suis mineur aussi....donc ce n'est pas puni par la loi je pense ? Nous n'avons qu'un an d'écart. Mais il ne s'est rien passé, je le répète ! Je n'en ai aucune preuve....que faire que faire....

Je sursaute, me voilà déjà devant la porte du bureau du fameux proviseur adjoint. Au moins j'ai trouvé tout de suite, ce qui n’était pas très dur, je suis déjà venu dans ce bâtiment et j'ai une bonne mémoire. Ma main se lève lentement devant la porte. J'hésite un instant avant de frapper. Quitte a être virer autant que cela soit fait rapidement. J'attends quelques secondes puis, quand on m'indique d'entrer, je m’exécute. Je referme la porte derrière moi et sans même regarder mon interlocuteur, j'incline le haut du corps dans une position d'excuse avant de faire :

- Je suis vraiment désolé, je ne sais pas ce que j'ai fais de mal, mais je m'en excuse par avance....monsieur.

J'ai hésité a l'appelé sensei. Cette façon de parler, monsieur, plus neutre, est sans doute meilleure. Je ne relève pas le menton, attendant ses premières paroles, la mine anxieuse.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Yui Valentine
♦ Civil - Mirage | Directeur Adjoint
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 33
Adresse : Quartiers Hebi
Compteur 1151
Multicompte(s) : Lei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Dim 24 Juil 2016 - 23:00

-...

Valentine a observé cet étudiant blond au seuil de sa porte un instant puis pose de côté les livrets scolaires au bord de sa fenêtre. Il n'a pas eu le temps de piper mot que ce dernier est rentré pour s'excuser d'emblée, de long en large et de travers. Une autre incompétence de Shiori Ashita encore... Aller dans le bâtiment de la direction avait désormais la même saveur que d'aller chez le dentiste se faire arracher une dent. Valentine soupira intérieurement puis prit place sur son fauteuil derrière la table avec une aisance mondaine.

-Asseyez vous je vous prie. Bonjour...


Un souffle. Yui Valentine n'a pas la voix qui porte, de manière ordinaire il donne souvent l'impression de murmurer sans pour autant que ça se transforme en un vrai chuchotement. Son éloquence trouble parce qu'elle est nettement audible et bien découpée. Psychologue, on lui dénotait cette froideur étrange; en cela, il avait peu changé.

Derrière le nom de Sakutaro il ne s'attendait pas forcément à voir une tête occidentale, et sur ce visage trompeur, il y avait une mixité dans ses traits. Le silence s'installe et Yui n'a pas l'air de s'en soucier. Il finit par se poser bien à dos contre le dossier et observe la fenêtre comme s'il y avait quelque chose que seul le gris de ses yeux pouvait filtrer.
Le bureau en l'état actuel brille de neuf et, bien plus spacieux que son cabinet de psychologue, l'espace est plus éclaté. De longs meubles déjà remplis de dossiers trônent sur les cotés, dans l'ensemble le décor résonne tout de même minimaliste.

-Et bien parlons-en, parlons bien. Vous vous excusez d'avance donc c'est que vous avez de quoi, j'imagine.

Il y avait une accalmie notable chez Valentine mais pour autant c'était difficile de dire qu'elle était agréable. L'homme se tourne de nouveau vers l'étudiant et sonde sa présence, les mains posées sur les accoudoirs. Il imprime cet élève quelque part dans son cerveau et plus jamais il ne l'oubliera, comme chacun des patients qu'il a suivi, comme toutes les connaissances de cet établissement et de cette ville qu'il a accumulées au fil des années. Tous, dans une certitude absolue sauf... Sauf certains qui ont brusquement été effacé de son existence, violemment irradié durant ses mois passés en soins intensifs. L'attention de Valentine revient instantanément sur le garçon dans un instant de pause indéfini.

-Vous voulez du thé? Du thé vert avec de la glace pilée. Je n'ai que faire de vos excuses, vous êtes excusé.

Il se lève, la tranquillité inscrite dans ses gestes, et va sortir les glaçons du petit congélateur au dessus du réfrigérateur du coin de la pièce. Il allume la machine, verse les cubes glacés dans la machine, qui gronde, pile et gronde doucement dans un bruit sourd qui remplit la pièce - et sans doute ce couloir évidé d'âmes. Le service, l'ordre implacable de ses gestes sont l'habitude du Salon sans nom des quartiers Bougu. Un monde raffiné dans le coin de plus sordide de Keimoo. Les antithèses, monsieur Valentine apprécie particulièrement. La glace pilée servie dans un verre, long, il y verse l'eau et saupoudre de thé vert commandé par Féa. Une paille, et la boisson arrive sur la table dans un mouvement des plus discrets, mais qui hors du contexte du Salon et plongé dans une ambiance de convocation inattendue, n'a plus rien de discret. Yui Valentine est revenu à son siège comme s'il ne l'avait jamais quitté.

-...Vous êtes Satoshi Sakutaro.

__________________________________________________
"Je suis l'Empereur, l'empereur de rien mais Empereur quand même."

Avatar: Yui vu par Tanaka
Carte de visite du Salon par Naoko Tanaka

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9308-yui-valentine http://keimoo.forum-actif.net/t10362-valentine
Satoshi Sakutaro
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 365

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Lun 25 Juil 2016 - 0:25

Je garde la tête basse, n'osant pas faire le premier pas et me redresser afin de faire face a mon interlocuteur. Je devrais le faire, je le sais. Rien que dans le respect le plus basique, je devrais relever le visage pour regarder ce fameux directeur adjoint que, maintenant que j'y pense, je n'ai jamais vu. J'imagine quelqu'un de grand, d'intimidant, le genre de personne qui d'un regard te donne envie de te ratatiner sur le sol. Quelqu’un avec la voix guttural, capable de te tuer d'une intonation de voix. Un monstre, en fait.

Mais lorsque j'entends finalement le ton de sa voix, beaucoup plus douce que ce que j'avais imaginé, je me redresse enfin pour voir le physique longiligne, que je pourrais presque qualifier de maigrelet, assis en face de moi. Alors c'est lui le directeur adjoint ? Je m'attendais a....plus vieux ? Il ne doit pas être beaucoup plus vieux que moi en fait. Cinq ans, peut être plus ? Pas beaucoup plus. Mon regard rencontre le sien et instinctivement, comme dans un soucis de préservation primale, je détourne les pupilles, afin de ne pas trop me révéler a cet homme.

Il me propose de m'asseoir avant de me souhaiter le bonjour. Je rougis. Il n'attaque pas comme je l'avais imaginé et pourtant j'ai l'impression d’être sur un terrain extrêmement glissant, prêt a tomber a la moindre poussette. C'est vrai que je ne lui ai même pas dis bonjour. La moindre des choses, la base des bases de la politesse. Alors que je m'étais redressé, je m'incline de nouveau avant de bredouiller d'une façon peu assuré :

- Oh, pardon monsieur, bonjour monsieur.

Puis sans attendre une quelconque autre réponse, j’effectue les deux pas qui me sépare de la chaise qu'il a indiqué verbalement en me demandant de prendre place. Tout en m'asseyant je commence mon occupation favorite, l'analyse, en répétant mentalement la voix que je viens d'entendre, le message qui me fut formulé. Il n'y avait rien de chaud dans cette voix, rien d'avenant, mais pour une raison que je ne parvenais pas a cibler, il n'était pas non plus agressif comme ce qu'on peux attendre de quelqu'un ayant une voix lugubre. Comme si a travers ces simples mots, il tentait d'effectuer exactement ce que j'étais en train de faire. M'analyser, voir ma réaction. Je soupire. Ce n'est probablement que mon imagination qui essaye de me donner de l’aplomb en cherchant des explications compliqués la ou il n'y en a pas besoin.

Je me concentre plutôt sur la raison qui m'a fait venir ici, que j'ignore encore, finalement. Je redresse le regard que j'avais baissé quelques instants plus tôt pour voir que le fameux directeur dont je n'arrive pas a me souvenir le nom, pourtant j'ai bien vu sa plaque sur la porte, observe la fenêtre. Je suis des yeux afin d'essayer de distinguer ce qu'il observe, sans autre résultat que la vue plutôt agréable visible depuis l'ouverture sur le coté de la pièce. Le silence est presque pesant, moi, attendant ma peine.

Mais le silence est brisé lorsqu'il reporte de nouveau son regard vers moi et qu'il reprend la parole, me disant que si je m'excuse, c'est que je sais pourquoi. Il n'a pas tord. Quel idiot, ce n’était peut être pas du tout pour cela qu'il m'avait demandé de venir, et voilà que je passe tout seul du coté des coupables, a cause d'une réaction stupide. J'aurais du me taire comme d'habitude. Je reprend mon calme avant de répondre.

- Et bien je...c'est la première fois depuis le tout début de ma scolarité que je suis convoqué dans le bureau du directeur. Enfin...du directeur adjoint, pardon. J'ai supposé que j'avais fais quelque chose de mal, alors j'ai préféré m'excuser dés le départ.

Maintenant que je le dis a voix haute, c'est totalement stupide comme réaction. Je continus de le regarder afin d'essayer de voir ce qu'il a en tete, sans véritable succés. J'aurais aimé etre doté de la faculté de lire dans les pensées en ce moment, j'aurais pu savoir pourquoi je me trouvais assis dans cette piece pendant les vacances. Il me demande soudainement si je veux du thé. Thé vert avec de la glace pillé hein ? Je n'ai pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'il ajoute que je suis excusé et que je n'ai pas besoin de recommencer. Je souffle silencieusement tandis que je le regarde se lever afin de faire ce qu'il faut pour revenir avec une tasse qu'il pose devant moi.

Il se déplace avec une aisance presque féline, si bien que je n'ai presque pas l'impression qu'il s'est levé pour me servir cette tasse fumante. C'est peut etre encore mon imagination qui me donne l'impression que tout est particulier chez lui, a cause de son statut par rapport au miens, ici, face a face dans cette pièce. Je porte la tasse jusqu'à mes lèvres pour prendre une gorgée polit, et repose la coupelle sur la table, tandis qu'il pose une nouvelle question. Je le regarde un instant avant de répondre, tout en rajoutant moi même une question, essayant d'assouvir ma curiosité :

- En effet...je suis Satoshi. Excusez moi de poser la question mais....j'ai fais quelque chose qui pose problème, en bien ou en mal ?

Je n'aurais peut etre pas du poser la question de cette manière, mais au moins les bases sont posés. J'espere avoir une réponse direct, afin de ne pas me laisser trop longtemps dans l’embarras.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Yui Valentine
♦ Civil - Mirage | Directeur Adjoint
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 33
Adresse : Quartiers Hebi
Compteur 1151
Multicompte(s) : Lei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Dim 31 Juil 2016 - 19:30

- Naturellement.

La glace pillée posée devant l'étudiant, Yui, en face de ce dernier a fini par attraper le dossier scolaire pour le feuilleter.

-Un problème en bien ...? Vous en avez déjà vu vous ?

Une lueur amusée passe dans les traits de Valentine, et il lève les sourcils en jetant un coup d'œil vers Satoshi sans cesser de réfléchir. C'est les vacances et il est vrai qu'il n'a aucune raison de vouloir convoquer un étudiant ainsi. Mais les habitudes, devenues mauvaises, il faut les changer et il le ferait comme il l'entendrait. Sans accoups, Yui extirpe la page qui l'intéresse et la pose à plat sur la table.

-Vous pouvez vous détendre, a-t-il commencé tranquillement, comme si cette simple phrase pouvait marcher en réalité. - Je n'ai pas l'intention de vous sanctionner, Sakutaro, j'avais quelques questions à vous poser. Je pense qu'il est important de connaître sa population, n'est ce pas.

Poser des questions qui n'amenaient pas de réponse était aussi courant, chez Valentine. Sur l'instant, il se demande ce qui paraît être le plus mauvais, entre se rendre chez le psy ou alors aller chez le dirlo -ou son adjoint. Il est sur le point d'en faire part mais se ravise finalement. Il suffisait de faire passer une convocation pour un rendez vous, pour en atténuer les connotations négatives. Le dirlo, Ashita, pouvait les surprendre à n'importe quel moment, contester son autorité et sa présence dans ces locaux que Yui ne paraissait pas s'en faire. Ceux qui étaient absents avaient toujours tord, c'était un fait. Yui Valentine estimait que ça par exemple, c'était un " problème en bien": il deviendrait rapidement le problème de Shiori mais ce dernier ne pourrait contester sur les résultats positifs de sa présence. C'était ainsi que Yui le voyait, les chemins étaient tracés.

Il a balayé l'air d'un geste de la main.

-Je ne vous retiendrai pas longtemps. Et d'ailleurs, passons un accord: vous aurez autant de questions de votre côté que ce que je vous en poserai.

Il n'avait qu'une demi heure avant de devoir repartir au salon; il prendrait cela dit le temps nécessaire qu'il lui faudrait pour avoir plus ou moins une image de cet étudiant avant de partir. Valentine a saisi un stylo et l'a fait tourné entre des mains, en tenant chacune de ses extrémités, puis à souligné les deux chiffres à côté d'une discipline. Il fallait bien commencer quelque part.

- Et bien. Je serai curieux de savoir pourquoi un sportif de haut niveau comme vous obtient des notes aussi basse dans sa propre matière ?

__________________________________________________
"Je suis l'Empereur, l'empereur de rien mais Empereur quand même."

Avatar: Yui vu par Tanaka
Carte de visite du Salon par Naoko Tanaka

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9308-yui-valentine http://keimoo.forum-actif.net/t10362-valentine
Satoshi Sakutaro
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 365

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Mar 2 Aoû 2016 - 12:18

La pièce me semble soudainement étonnamment grande, et pourtant j'ai l'impression d'étouffer. Il laisse échapper une pression qui me met mal a l'aise, un charisme qui me presse contre les accoudoirs de ma chaise. Rien d'étonnant qu'il ai confiance en lui dans une situation ou il domine dans tout les domaines. Professeur, directeur même, avec un simple élève. Je ne sais que dire pour reprendre contenance, ainsi, je reste concentré sur mon verre, les doigts légèrement posés de chaque cotés. Je ne l'entend pas vraiment quand dans un commentaire, il demande, sans vraiment attendre une réponse, si j'ai déjà eu un bon problème. Je redresse les yeux vers lui en bredouillant :

- Je voulais dire par la que....j'avais peut être était convoqué pour quelque chose de positif mais....c’était maladroit, c'est vrai.

J'ai failli dire une nouvelle fois des excuses malhabile, qui n'aurait fait que m'enfoncer encore d'avantage. Je repense a ce que disait Zakuro-san, les excuses ne vont pas me protéger toute ma vie, je ne peux pas rester cacher derrière. Mais dans cette situation, je ne peux pas faire grand chose d'autre que de baisser la tête en signe de respect, et de m'incliner encore d'avantage quand la situation l’exige. Il ne semble pas tant donner de mesure a tout ce que je fais, plutôt a ce que je dis. Je me met beaucoup plus de pression qu'il ne m'en met lui même, sans aucun doute.

Il reprend alors la parole, m'autorisant a me détendre. Ce n'est pas vraiment comme si ces simples mots pouvaient fonctionner aussi facilement, mais étrangement, j'ai l'impression d'avoir mes épaules qui se relâchent légèrement. Il ne semble pas vouloir me sanctionner finalement. Et il le dit lui même dans la continuité de sa phrase. Je reprend contenance, j'ai pu lire en lui avant qu'il ne dévoile sa pensée, c'est un bon début, je ne suis plus aussi a la ramasse qu'il y a une dizaine de minutes a mon arrivée dans la pièce. Je reprend mes marques, mon cerveau redémarre. Tout vas bien.

Il veux juste me poser des questions pour me connaître un peu mieux, et sa population....oh, c'est pour ça que je ne l'ai jamais vu avant, il vient sans doute de prendre ses fonctions, pendant les vacances, c'est logique, cela lui laisse un peu de temps pour prendre ses marques. Néanmoins je ne pense pas que je sois la meilleure solution pour en apprendre plus sur les gens de l'académie. Outre le fait que je ne sois pas particulièrement social, je ne suis la que depuis quelques mois. Quelqu'un qui est la depuis le début du lycée aurait sans doute était plus apte a répondre a ses questions. Je remarque toutefois qu'il se tient comme si il était déjà chez lui. Soit il n'a absolument aucun problème d'adaptation, soit....c'est peut être un ancien élève ? Si c'est le cas, il connaît probablement le campus mieux que moi.

Je sursaute une nouvelle fois en me rendant compte qu'il me parle a nouveau, directement. Sa voix ne porte pas vraiment, et pourtant j'entends chacune des syllabes qu'il prononce distinctement. Il me propose un marché. Moi, lui poser des questions ? Quelle genre de convocation est ce donc ? Cette façon de vouloir me mettre a l'aise, de me servir a boire, et de m'autoriser a lui poser des questions....hum. Si j'y réfléchis une seconde supplémentaire, je suppose qu'il veux savoir ce qu'il y a a améliorer du point de vue des élèves.

Ce qui est tout a son honneur...ou alors, j'ai cru lire qu'il était directeur adjoint, et si je me souviens bien, l’appelle dans la cour etait aussi pour aller voir le directeur adjoint. Ce n'est pas l'homme qui est le directeur principal.....alors ce Yui Valentine veux peut être prendre sa place, et cherche du soutient parmi les élèves ? Quoi de mieux qu'un nouveau qui ne connaît pas toute les ficelles de l'endroit pour cela ? Si c'est le cas, il est sans doute doué, plus doué que l'autre que je n'ai jusque la jamais vu, qui se repose sur ses acquis. Involontairement, sans y réfléchir, je l'ai regardé dans les yeux avec un léger sourire en coin. Je suis détendu maintenant, mais pas a cause de ce qu'il a fait, plutôt a cause de mon analyse qui est peut être incorrect, je n'ai rien pour confirmer mes soupçons. C'est peut être juste quelqu'un de bien qui veux être proche de la population du campus. Je reprend conscience de la place que j'ai actuellement dans cette pièce et baisse les yeux en bredouillant un vague « ca me va ».

C'est donc lui qui commence, et sa première question me fait froncer les sourcils. Ce n'est pas sur le campus qu'il porte intérêt, mais sur moi, directement, sans aucune phase de transition. De but en blanc, il me parle de mes notes en sport. Je retiens un grincement de dent. Pas question de lui montrer mon désarroi devant sa question plutôt intrusive. Je ferme les yeux un instant, en me souvenant que le lycée avait grandement mit en avant mes capacités en arts martiaux. Ils avaient peut être même parlé du fait que j'avais le niveau pour faire partie des meilleurs lycées du pays, a ce moment la. Et c'est sans doute toujours le cas, je n'ai pas baissé le niveau de mon entraînement.

Mais alors il doit se demander pourquoi mes notes en sport on toujours étaient plutôt moyenne. La réponse est facile, mais est ce que le dire a haute voix l'est tout autant ? Mes yeux retrouvent la lumière, braqué sur lui. Son regard est de nouveau sur moi, et comme précédemment, j'ai l'impression qu'il lit en moi. Mentir est inutile, je ne suis pas vraiment un bon menteur, et il semble avoir un regard plutôt profond. Cela ne m'attirera que des problèmes. Et puis c'est le directeur adjoint, peut être le futur principal. Jouer franc jeu est sans doute la meilleure solution.

- Je....je n'aimais pas trop la compétition, frapper des gens tout ça....et j'ai vu pourtant que cela m'attirait une popularité que je n'appréciais pas vraiment. Alors j'ai préféré ne pas trop me faire remarquer.

Je n'ai rien de plus a ajouter, je pense que c'est une bonne réponse, du moins je l’espère, pour lui. Je reste silencieux un instant, en me demandant ce que je pourrais poser comme question. Puis je sursaute, en rougissant et en bredouillant encore une fois :

- Oh, c'est a moi maintenant ?

Je lui souris légèrement, d'un air crispé, attendant le feu vert du directeur. A quoi bon penser a une question si je n'ai pas encore l'autorisation de la poser ?

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Yui Valentine
♦ Civil - Mirage | Directeur Adjoint
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 33
Adresse : Quartiers Hebi
Compteur 1151
Multicompte(s) : Lei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Jeu 4 Aoû 2016 - 1:06

Échange de bons procédés accepté, Valentine a jeté la première question. L'étudiant face à lui est un profil à ne pas chercher d'embrouilles pour rien, discret, respectueux. A presque lui faire culpabiliser la prise de son nouveau poste. Il fut des temps où Yui s'était retrouvé face à des élèves plus turbulents dans son bureau. Shiro Kushiki pour ne citer personne, avait la fameuse manie de venir renverser son bureau pendant ses accès d'énervement contre la terre entière; et encore, il n'avait pas été parmi les pires patients. Des profils, il en avait vu passer de toutes sortes. Et la clientèle du salon n'avait fait qu'agrandir son cercle de patients/clients. En somme ce n'était pas désagréable. Une vie sans âmes qui vive n'aurait pas d'intérêt aux yeux de Yui Valentine.

Il est un homme qui aime analyser, décortiquer dans tous les sens quand bien même après avoir trouvé la raison -voire la solution à un problème quelconque. Il se doit de comprendre et de comprendre encore, sans jamais pouvoir s'arrêter ni s'en satisfaire. Et soudain, Valentine a posé un regard direct vers l'étudiant et à croisé les doigts sur la table.

-Sakutaro, vous le faites exprès ? Vous venez de perdre une question, c'était à vous....


Yui se lève et va se faire un thé tant qu'il y est. Il lui arrive de temps à autre de partager une consommation avec ses clients. Pas toujours. La machine gronde une nouvelle fois, aussi silencieusement que les nouvelles technologies le lui permettent, puis réitèrent les mêmes gestes appliqués que pour le premier verre. Il va ensuite vers la fenêtre, le verre en main.

-Vous savez, l'école vous rend de fait populaire. Vous faites partie de la crème de l'école et vous en faites la renommée. Et vous qui n'aimez pas la compétition... C'est de vous battre contre vous même où contre les autres qui vous rebute le plus au final ?

Valentine a laissé passé une gorgée et a posé ce thé glacé contre le rebord de la fenêtre. Malgré la chaleur, c'est toujours chaud qu'il préfère cette boisson. Des élèves passent en riant en contrebas, des rires perdus derrière la paroi vitrée de la fenêtre qui n'en filtrera aucun son.

-Y a-t-il au final quelque chose dans la vie où se battre n'est pas nécessaire?

Le ton de sa voix est une accalmie et Yui observe les angles des murs comme si quelque chose devait s'y trouver. Ça fait maintenant plusieurs questions qu'il pose et Sakutaro en a déjà perdu une... dans le fond ce n'est pas comme si Valentine en tenait rigueur. Les débuts de conversations acec une si jeune population lui semblent d'un coup hasardeux et sur le coup, il, a soudain senti le poids des années creuser cette difference. Être un psychologue scolaire  et se faire passer incognito parmi les étudiant, c'était fini maintenant.

__________________________________________________
"Je suis l'Empereur, l'empereur de rien mais Empereur quand même."

Avatar: Yui vu par Tanaka
Carte de visite du Salon par Naoko Tanaka

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9308-yui-valentine http://keimoo.forum-actif.net/t10362-valentine
Satoshi Sakutaro
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 365

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Jeu 4 Aoû 2016 - 17:17

On dirait bien que j'ai fais une erreur, je n'aurais pas du demander la permission. Cette façon qu'il prend pour me dire que j'ai raté l'opportunité de poser ma question, d'une voix abrupte, en me regardant dans les yeux, me fait presque sursauter. Je ne m'attendais pas vraiment a ça. Selon ma propre expérience, la plupart des professeurs veulent un certain respect, ne pas prendre trop les devants, pas couper la parole. J'ai presque l'impression qu'il attend totalement le contraire. Qu'est ce qu'il veux, que je sois plus fugace peut être ? Mais pourquoi, parce qu'il veux trouver une raison de me reprendre, ou alors juste qu'il préfère être dans le conflit, dans le débat virulent. C'est peut être ça finalement, un échange calme n'est pas vraiment ce qu'il a envie en ce moment, sans doute. J'ai compris maintenant, il n'y aura pas de deuxième fois, je poserais ma question il n'y a aucun soucis, si c'est ce qu'il veux.

Ça faisait quand même longtemps que personne ne m'avait appelé par mon nom de famille. Sans doute parce qu'il est rare que les intervenants, ou les professeurs avant au lycée et au college me pose des questions. A quoi bon déranger quelqu'un qui est presque invisible, alors que des tonnes de mains se lèvent, avides d’être bien vu et de répondre a ces questions. J'ai presque l'impression qu'en m'appelant de la sorte, il a remit en place la relation maître-éléve que je connais bien. Il se lève, semblant être légèrement agacé, avant d'aller se faire une boisson également. Je reste silencieux, puisque j'ai perdu l'occasion de parler, alors je dois attendre sa prochaine question, je suppose.

Il se fait un thé, de la même façon qu'il m'a fait une boisson juste avant, puis se dirige la tasse a la main vers la fenêtre. Il coupe l'espace qui s’était crée entres nous. Je n'arrive pas exactement a mettre le doigt dessus, mais j'ai vraiment l'impression qu'aucun de ses gestes n'est fait par hasard. Il m'analyse autant que je le fais envers lui, il réfléchit au moyen de me faire fléchir. C'est intéressant, quelqu'un comme lui est forcément intéressant. Il reprend la parole, de sa voix habituelle, moins tranchante que lorsqu'il ma reprit une minute plus tôt. Je l'écoute attentivement, car j'ai l'impression soudaine que ses mots sont importants.

Ce qu'il dit, je n'y avais jamais songé en vérité. Être dans cette école nous rend de toute façon populaire. Ça ce tient. Arrivé avec un diplôme obtenu a la prestigieuse académie Keimoo, ça attire forcément l'attention. Dans un pays aussi élitiste que le Japon, être populaire équivaux simplement a être en haut de la pyramide sociale, et un diplôme aussi important aide a atteindre ce but. Ce n'est sans doute pas que au Japon, mais je ne connais que ce pays.....

Néanmoins je ne comprend pas la deuxième partie de sa phrase. Je n'arrive pas a savoir si il parle directement de moi, en tant que « la crème de l'école » a Keimoo, ou d'un tout. Je ne pense pas que des gens me connaissent en fait, donc je doute qu'il parle directement de moi. Je blêmis vers la fin de ce qu'il me dit. Puis souris. Il est fort, il a mit le doigt dessus en quelques échanges verbales simplement. A moins qu'il ai dit ça au hasard, mais après avoir commencé a savoir qui était cet homme, j'en doute. Il boit une gorgée afin de me laisser le temps d'y réfléchir sans doute.

Puis une nouvelle fois il reprend encore la parole. Je n'ai pas eu le temps de répondre, qu'il pose une autre question. Et il a raison. La vie est un combat, et on a rien sans rien. Si tu restes caché chez toi, tu n’obtiendras pas ce que tu veux. Mais je ne pense pas que le fait de ne pas vouloir blesser physiquement les autres a un rapport avec le fait de ne pas vouloir se battre humainement parlant. Je reste encore une fois silencieux, avant de me rendre compte qu'il ne compte pas ajouter quelques choses. Je lève les yeux vers le directeur-adjoint en faisant évasivement :

- Je croyais que c’était une question chacun notre tour, mais vous venez de m'en poser deux, non ? Il y a un ordre de priorité ?

Je le regarde un instant, d'un air de défi plus prononcé que ce que j'aurais voulu, puis détournes les yeux de nouveau vers ma tasse que je porte a mes lèvres en buvant une gorgée. Ce n'est pas comme si je tenais rigueur du fait qu'il pose plusieurs questions a la suite, mais après avoir appuyé sur le fait que j'avais le droit a une question, je n'allais pas me priver. Même si les miennes étaient sans doute moins directement porté sur lui. Ou si en fait, je n'allais pas m'en priver.

- Et bien, je n'ai jamais vraiment aimer frapper les gens, me battre. Et quand j'ai commencé a faire des tournois, j'ai découvert que je n'avais pas envie de vraiment gagner. Alors comme ceux que je battais eux, étaient vraiment la pour ça, je me suis dis que je n'avais aucun droit de leurs prendre cette place, vu que je n'avais pas de motivation aussi grande qu'eux.

C'est vrai....et faux dans un sens. Si je n'avais pas vu ce regard lors de la final, de ce combattant me regardant avec colère, pour avoir détruit son rêve de victoire avec une facilité déconcertante, je n'aurais sans doute pas arrêter. Mais tout ceci n'était que de l'ordre du détail. Je m'étire légèrement avant de reprendre :

- Vous avez l'air doué dans l'analyse des gens. Vous êtes une sorte de psychologue ? Vous m'avez l'air un peu jeune pour être directeur.

J'ai encore l'impression d'etre irrespectueux, mais si je veux poser mes questions, je dois forcément dire les mots qui sont nécessaires. Et vu que lui même veux que je le fasse, alors je dois arreter d'hésiter.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Yui Valentine
♦ Civil - Mirage | Directeur Adjoint
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 33
Adresse : Quartiers Hebi
Compteur 1151
Multicompte(s) : Lei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Ven 5 Aoû 2016 - 16:46

-Il n'y a que l'ordre que vous déciderez de donner. Mais... Vous venez de poser deux autres questions.

Valentine a affiché un sourire aimable.

Il se tait et écoute Sakutaro sans l'interrompre. Il se sait jaugé tout comme il le fait lui même. Et alors qu'il laisse parler l'étudiant, l'image d'un ´problème en bien' lui revient en tête: le garçon qu'il a en face de lui pourrait en soit représenter cette notion de bien, face à son problème de vouloir pratiquer un sport sans nuire à autrui, pour le plaisir de le pratiquer sans confrontation. Tout compte fait peut être que ce dernier n'y voyait aucun problème, à cela.

- Qu'est ce qui vous motive dans ce cas?

Après tout au club, il ne semblait pas y avoir autant de scrupules à première vue de ses notes. Resté près de la fenêtre, Valentine termine son inspection des coins de plafond et s'adosse contre le mur pour revenir fixer l'étudiant. Le reste de la population perd de son important à cet instant; c'est sur ce dernier que son attention est portée, pour les quelques minutes.

Il réfléchit ensuite à la question qui lui est renvoyée, elle lui paraît légitime.

-Et bien. J'ai été auparavant psychologue scolaire je ne vous le cache pas. Je pense que c'est la raison pour laquelle je ne suis que son adjoint.

Trop jeune.
Valentine sourit. Il est là, mais n'a pas la prétention d'aller prendre la place du dirlo dans l'immédiat ni même dans un futur proche. Revenir dans l'enceinte scolaire, c'était inexplicablement ce qu'il devait faire et cet instinct, sa conviction, il la suivait. On ne pouvait pas appeler cela de l'ambition à proprement dire; quant à la sympathie des autres, c'était le dernier de ses soucis. Généralement difficile de faire entre deux, ça passait ou alors pas du tout. Une habitude. Ce qu'il savait c'est qu'un jour l'âge, le temps, avait perdu de sa valeur en tant que telle pour sa conception des choses.

-Dites moi Sakutaro. Est ce que vous pensez manquer de quelque chose -que cet établissement puisse vous offrir.

__________________________________________________
"Je suis l'Empereur, l'empereur de rien mais Empereur quand même."

Avatar: Yui vu par Tanaka
Carte de visite du Salon par Naoko Tanaka

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9308-yui-valentine http://keimoo.forum-actif.net/t10362-valentine
Satoshi Sakutaro
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 365

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Ven 5 Aoû 2016 - 20:28

La phrase qu'il me répond quasiment du tac au tac m'oblige a sourire. C'est incontrôlable. Je n'ai même pas fais attention au fait que j'avais posé plusieurs questions également, et qu'il les prenait en compte dans le nombre de questions que nous pouvions avoir chacun notre tour. Je suppose qu'avec ça, nous sommes de nouveau sur un pied d'égalité. Je le regarde me sourire poliment, comme si il venait de lire dans mon esprit et qu'il était d'accord avec ce que je venais de penser. Il rajoute que l'ordre de priorité n'a pas d'importance. Tant mieux, puisque je n'ai actuellement répondu qu'a une question, bien que ma réponse valait probablement bien pour les deux.

Il écoute posément ce que je lui dis, sans m'interrompre, bien que cela ne dure pas assez longtemps pour qu'il en ai l'opportunité. Dans un coin de ma tête, je me demande si il écoute simplement, ou si il analyse rapidement afin de pouvoir me répondre sans réfléchir, enchaîner. Et c'est le cas, il ne me laisse pas vraiment beaucoup de temps, avant de me poser une nouvelle question qui me laisse encore une fois songeur.

Ma motivation, qu'elle est elle vraiment ? Au tout début, je voulais simplement changer, je suppose. Devenir aussi impressionnant que ce garçon que j'avais observé lors de ce tournoi, et c'est sans aucun doute pour ça que j'étais allais le voir. Mais dans un coin de ma tête, les événements de mon enfance m'avait donné la volonté de devenir plus fort. C'est pour cette raison que je l'avais fais.

Et encore, au delà d’être « plus fort », je voulais simplement savoir ce que cela faisait, d’être « fort ». Devenir populaire, intouchable, c’était sans doute ce que j'avais vu de la part de mon jeune maître, mais ce n’était pas le point que j'avais trouvé, c’était au delà que je regardais. Un endroit ou j'aurais pu me tenir en toute quiétude. Mais je ne l'avais pas vraiment trouvé. Et aujourd'hui, je ne sais pas vraiment pourquoi je continuais a m’entraîner jour après jour. Veiller tard pour pouvoir m’entraîner sans le regard des autres.....sans devoir faire en sorte de me battre avec eux pour une utopie idiote qui aurait aidé mon évolution dans le milieu. Je relève les yeux, j'ai réfléchis plusieurs secondes sans rien dire, et je fini par simplement dire :

- En fait, je n'en ai plus vraiment d'idée. J'avais un objectif a la base, sans doute, mais aujourd'hui, je suppose que je le fais parce que je ne sais rien faire d'autre.

C'est vrai, ce n'est pas comme si j'allais me plonger corps et âme dans la cérémonie du thé. Je travaillais, allait voir mes amis, et puis ensuite ? Rien du tout. Si je ne faisais pas mes dix kilomètres de footing quotidien, ni mes entraînements journalier, tout les soirs, qu'est ce que je ferais a la place, dormir ? Ce n'est pas acceptable. Et puis dans le fond, je le fais aussi parce que j'aime ça. L'idée de toujours découvrir de nouvelles choses dans quelque chose ou l'on est déjà plutôt fort, c'est une curiosité normale je suppose.

Mes pensées n'ont pas le temps d'aller plus en profondeur pour l'instant, car c'est lui qui prend la parole pour me répondre. Il était, comme je l'avais imaginé, psychologue. Psychologue scolaire plus précisément, c’était peut être pour ça qu'il avait l'air a son aise. Il avait peut être travaillé ici avant de prendre ce nouveau poste. Dans tous les cas, j'aime bien discuter avec lui, a défaut de l'analyser. C'est...agréable...je pense. Mais en même temps si il etait psychologue, tout ce qu'il dit n'est jamais au hasard, il sait comment mettre les gens a l'aise...je crois. Je ne sais pas vraiment quoi lui dire alors je lâche juste un léger « je vois », tandis qu'il me pose une nouvelle question. C'est a son tour, c'est logique. Ce que je voudrais avoir que l'académie ne m'offre par encore ?

- Outre un dojo personnel pour que je puisse m’entraîner en silence, sans être au milieu d'une foule de gens qui pour la plupart de ne sont la que pour le quota de club minimum ?

Je lui souris, ricane même. C'est sortit tout seul. En vérité c’était une question que je voulais poser ensuite, a propos des gens dans les clubs sportifs qui n'étaient la que pour être inscrit quelque part et qui ne faisait rien d'autre que discuter, sans jamais faire d'effort physique. C’était inutile, et souvent une gêne pour ceux qui voulaient vraiment s’entraîner, car l'endroit n’était pas si grand pour autant de club.

- J'ai dis ça pour plaisanter mais c'est vrai qu'un second dojo serait peut etre une bonne idée. Il y a énormément de club, et certains ont plusieurs séances par semaine. Forcément il faut partagé le dojo en plusieurs parties si tout le monde veux tenir. Et comme certains ne font aucun effort mais prennent forcément de la place, cela serait peut etre bien de regarder a deux fois avec cette histoire de deux clubs obligatoire. Ah, et aussi je pense que cela serait bien de faire une dérogation pour le sport avec les bâtiments ou sont les appartements. Personnellement je m’entraîne souvent seul ou quand il n'y a presque plus personne pour être dans le calme, si bien que je rentre bien après le moment ou la porte principale du bâtiment est fermé et je dois aller, presque tout les jours, demander au concierge de m'ouvrir. Je pense qu'il en a un peu marre de moi d'ailleurs.

Je souris une nouvelle fois. J'ai beaucoup parlé, mais c'est ce qu'il attendait non ? Après, ce n’était que sur le plan sportif, mais je ne connais de toute façon pas grand chose d'autre ici. C'est a moi de poser une question. Que dire....oh, oui.

- Si vous convoquez des étudiants comme moi alors même que le directeur semble être absent, du bâtiment, c'est pour conforté votre place par l'intermédiaire des étudiants, ou juste parce que vous souhaitez savoir ce qu'il serait améliorable ?

Je lui lance un regard taquin, tout en reprenant une gorgé de mon verre qui commence a dangereusement atteindre son terme.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Yui Valentine
♦ Civil - Mirage | Directeur Adjoint
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 33
Adresse : Quartiers Hebi
Compteur 1151
Multicompte(s) : Lei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Ven 12 Aoû 2016 - 2:51

Valentine croise les bras et réfléchit un moment à ce que lui dit l'étudiant. Faire pour faire sans plus. Un jour il en a même perdu le fil de sa motivation mais par habitude, il continue pour ne pas laisser place au laisser aller. C'est intéressant. Quelque part dans sa tête il note; ce n'est pas la réponse qu'il aurait attendu, mais c'est pas comme s'il en avait une en tête non plus. Il se dit qu'il en discuterait très certainement plus tard, quand il aurait une suggestion à lancer.

-Et vous ne voudriez rien apprendre de nouveau ?

Le silence tombe, une fois de plus, Yui Valentine se sait analysé.
Mais ça ne le dérange pas. Il poursuit, dans ce qui semble être le hasard de ses questions. Le dojo, oui, le dojo. Valentine laisse filer une longue pose, il écoute Satoshi jusqu'au bout alors que se dessinent des idées en vrac dans sa tête. Des idées derrières d'autres idées, une arborescence de réflexion, une machine à penser plus que ce qui est réellement nécessaire. Yui Valentine est un homme à réfléchir sur la quintessence de l'univers.

-En fait, vous êtes victime de votre propre succès, commente Yui. Mais vous savez il vaut mieux être admiré que méprisé dans le fond. Et le jour des compétitions n'est jamais vide de monde, dans un sens, vous êtes entraîné à cela...

Il écoute, réponds mais prends note. Ce ne sont pas des actions qui se mettront en place rapidement mais il y avait sans doute quelque chose à faire pour améliorer la vie des clubs.

-Ah... Vous parlez de Thornberg-san. Ne vous gênez surtout pas pour solliciter le concierge. Demandez lui un double des clefs s'il est si dérangé par vos allées et venues. Dites lui que l'établissement encourage les étudiants assidus.

Valentine a eu un sourire étrange et s'est relevé pour ouvrir un de ses placards. Il déplace des piles de dossiers pendant un moment.

-Vous voulez un autre verre ?, demande-t-il, sans cesser sa recherche. Trop de papiers dans ce meuble, et plus de secrétaire assistant pour en faire le tri. Yui se demande un instant ce qu'il advient de Lun Marv. Il n'a pas eu de ses nouvelles depuis des mois durant. -Oh non, vous me connaîtriez mieux que vous sauriez que la sympathie des gens n'est pas ma vocation. Je n'aurais pas fais psy sinon. Si je vous convoque c'est parce que vous êtes important, tous les uns comme les autres pour l'avenir de cette école. Au final, vous êtes mes clients et je suis votre employeur. Si le tout fait un mauvais mélange, le business ne tient pas la route, c'est aussi simple que cela.

Valentine retourne des feuilles et revient avec une feuille de format A2, enroulée comme un parchemin. Il était certain de l'avoir vu dans une autre armoire, preuve du bordel éprouvant que renferment ses casiers de documents.

-C'est valable pour vous comme pour moi. Mais je vous aime bien, vous ne causez pas de problèmes et de nos jours je peux vous dire que c'est rare.

Il déplie son parchemin à plat sur la table, dévoilant les plans et les fondations de l'école. Ce n'est pas la plus vieille version qui renferme les passages méconnus mais elle n'est pas si mauvaise tout de même. Ses yeux balaient la carte, certains emplacement ont changé depuis, et d'autres, ont disparu. Il tend la main et son index pointe un bâtiment en particulier.

-Vous voyez ici, le terrain de sport. Entre le gymnase et le Dojo, il y a une porte condamnée. À l'époque il y avait un passage souterrain qui menait vers les bâtiments abandonnés. L'accès y est interdit et vous n'y accéderez sûrement pas mais la salle Tau-300* la première à droite de l'escalier, est inutilisée et la seule utilisable aujourd'hui. Elle servait de salle de rangement mais parce qu'au sous sol, elle a été condamnée au même titre que les autres. Ne vous faites pas trop d'illusions, elle n'est pas reluisante mais avec un peu d'aménagement elle pourrait vous servir de salle d'entraînement personnelle.

Le directeur adjoint à  tendu une clef au l'étudiant.

-Le sol est couvert d'un tatami et dans son ensemble, tant que vous ne vous prenez pas pour un Ninja à shuriken, à tirer des flèches ou je ne sais quelle arme, elle devrait faire l'affaire. Ceci est la clef de la salle. Celle de la porte verrouillée, il faut... Soit la chiper à Thornberg-san, soit le lui demander lorsqu'il est de bonne humeur. Choisissez votre bonne méthode.

Avec une lueur amusée Valentine a siroté son thé.

-Vous êtes un grand sportif. Accepter la défaite au bénéfice d'un autre est une preuve d'humilité, et personne ne vous reprochera d'avoir surpassé vos limites un jour. Vous ne devriez pas vous restreindre à laisser les autres gagner car les jeux sont faussés pour tout le monde; le sport est par définition l'accomplissement de soi après tout. Vous gagnerez une fois, peut être deux, peut être dix. Garder ces victoires éphémères pour continuer à s'améliorer, ce n'est pas mauvais en soi. Les envieux n'ont qu'à se fixer de nouveaux objectifs pour se faire à leur tour valoir.  





*note : Tau 300 est une salle inventée. À utiliser ou pas (à bon escient ou pas) pour tes futurs RPs.

__________________________________________________
"Je suis l'Empereur, l'empereur de rien mais Empereur quand même."

Avatar: Yui vu par Tanaka
Carte de visite du Salon par Naoko Tanaka

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9308-yui-valentine http://keimoo.forum-actif.net/t10362-valentine
Satoshi Sakutaro
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 365

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Lun 15 Aoû 2016 - 17:40

J'avais a la base une énorme appréhension a venir dans ce bureau sans qu'aucune raison ne me soit indiqué de prime abord, mais finalement, la discussion et l'analyse qui se jouait devant mes yeux depuis que j'y étais assis était assez enrichissante, intéressante, pour ne plus me faire regretté un seul instant cette convocation impromptue. J'avais eu tord le concernant, j'avais pensé qu'il se jouait de moi afin d'assouvir une quelconque place dans la hiérarchie. Mais non, cet homme était bien différent, beaucoup plus intéressant que cela. D'un premier regard, il ne paye pas de mine, mais son ancienne vocation de psychologue me semble déborder par tout les pores de sa peau.

Il a fait plusieurs remarques intéressantes en ce qui concerne les tournois. Remarques qui me font réfléchir plus que ce que j'aurais pu pensé possible. Mon avis était totalement arrêté, je ne prenais même pas en compte une quelconque hésitation dans le débat interne qui se déroulait dans ma tête depuis de longues années. C’était un fait établis, je ne ferais plus de tournoi. Le reste, c’était juste une histoire de savoir pourquoi, afin d’être en paix avec moi même. Pourtant dés qu'il en parle, j'ai l'impression que mes certitudes se brisent. J'ai répondu du tac au tac, sans réfléchir, n'essayant pas de cacher quoi que ce soit, et sa réponse, tout aussi rapide, me pousse a m’arrêter de parler.

Apprendre quelque chose de nouveau. J'ai l'impression que je fais ça constamment, mais ce qu'il dit est vrai, je suis peu être arrivé a un point ou commencer autre chose me serait bénéfique. J'ai pourtant la sensation de toujours développer de nouvelles choses dans mon art. Mais est ce que je le fais parce que j'aime ça, ou juste parce que je n'ai pas vraiment envie de commencer autre chose ?

- Je...dans un art comme le kung fu, il y a toujours de nouvelles choses a apprendre. Alors je pense qu'il m'est impossible de vouloir faire quelque chose de nouveau, puisque je me renouvelle constamment. C'est sans doute pour ça que je n'ai jamais eu envie d’arrêter jusque la.

C'est une explication plutôt exact. Maintenant que je dis ces mots, je me rend compte que plus qu'un passe temps, j'aime vraiment faire ça. Ce sport. Cet art martial. Outre le symbole qu'il représente pour moi, c'est une véritable passion qui s'est emparé de moi lorsque j'ai débuté. Sinon je n'aurais pas continué autant. Mais je suis quand même content qu'il passe a une autre partie de notre discussion, je commençais presque a être mal a l'aise. Un double des clés, c'est pas bête. Alors c'est ça le nom du concierge ? Je n'ai jamais pensé a lui demander, alors que cela aurait était la moindre des politesses, et il ne semble pas être un mauvais bougre en outre. J'irais le voir prochainement.

Et sans doute encore plus rapidement que ce que je pensais. Alors qu'il me propose un second verre, que j'accepte d'un mot alors qu'il a le dos tourné vers moi, a la recherche d'un document dans un meuble, il répond d'abord a ma question précédente. Et je ne peux m’empêcher de sourire. C'est le genre de réponse totalement rationnel, qui me fait me dire que cet homme n'est pas si simple. Je trouvais logique le fait de chercher a renforcer sa position en arrivant dans un nouvel environnement, un nouveau travail. Mais pour lui c'est encore plus simple, il cherche juste a faire son travail le mieux possible. Un employeur ? Je n'avais pas vraiment vu ça sous cet angle. Je ricane un instant en faisant :

- Un employeur qui emploi ses clients, cocasse comme situation, non ?

Il pose alors un plan sur la table, que je n'ai pas grand mal a déchiffrer comme étant celui du campus. Il indique un endroit que je perçois au moment ou il commente la position montré, comme étant une salle entre le dojo et le gymnase. J'avais sans doute déjà remarqué cette porte, mais étant un endroit interdit, n'y avait pas vraiment fais attention. Il me dit que j'aurais la possibilité d'en transformer l'une des pièces inutilisés en dojo personnel. Je garde la bouche entrouverte un instant, sous la surprise, puis relève la tête vers lui :

- Je ne sais pas quoi dire, j'en serais honoré bien évidemment mais....vous voulez vraiment m'offrir cet accès a moi tout seul, alors que je ne représente pas l'école, au lieu de le prêter a d'autre athlète de haut niveau qui eux sont l'image de Keimoo au niveau national ? Cet endroit est parfait, et si il y a déjà un tatami en plus, je n'aurais pas besoin de beaucoup de temps pour l'aménager.

Je récupéré lentement la clé, attendant néanmoins ensuite sa réponse tout en pensant qu'il n'est absolument pas question de voler la clé. La demander au concierge dans les règles sera bien plus utile pour moi, d'autant que si ce n'est pas vraiment autorisé, l'avoir de mon coté sera un atout si je me fais découvrir. Je prend lentement une gorgée du nouveau verre que j'ai obtenu, tout en écoutant la dernière chose qu'il me dit, revenant au niveau du sport.

Ce qu'il est dit est vrai. C'est même logique. Normalement la défaite devrait être synonyme de retour a l’entraînement pour revenir ensuite plus fort et enfin accomplir son objectif. Je suppose que la plupart de ceux que j'ai battu auraient voulu prendre une revanche contre moi après de longs mois d’entraînements, et je ne leurs ai pas laissé cette opportunité. Je n'avais jamais vu les choses sous cet angle la. Je n'avais jamais vu les choses sous un autre angle que celui que j'avais gravé dans mon esprit. Je demande alors a voix basse mais néanmoins assuré :

- Et vous, en tant que directeur adjoint, vous souhaiteriez que je représente l'école ? Que je lui fasse gagner des titres nationaux dans ma discipline ? Si vous me dites ça, c'est en pensant a moi, ou a l'école ?

Au deux sans doute. Ou peux être ni l'un ni l'autre, va savoir. Oh, je n'ai pas posé de vraies questions cette fois ci, finalement. Je soupire.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Yui Valentine
♦ Civil - Mirage | Directeur Adjoint
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 33
Adresse : Quartiers Hebi
Compteur 1151
Multicompte(s) : Lei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Dim 21 Aoû 2016 - 19:50

Une lueur amusée est apparue sur le visage de Valentine. La réponse que lui fournit Satoshi sur sa pratique sportive semble finalement lui convenir. Aussi décide-t-il de ne pas revenir sur le sujet, commençant à chercher le plan du campus. Il se retourne un instant tentant de décrypter le ricanement de l'étudiant, avant de se remettre à sa tâche, pensif. On ne peut pas vraiment dire de Yui Valentine qu'il est perfectionniste, ni qu'il cherche forcément à faire les choses bien. En y réfléchissant, ce serait lui coller une définition fausse.

-Hm et bien disons que je suis plutôt un opportuniste, j'attrape la chance quand j'en vois une.


Il arrive parfois que dans ces opportunités, des chemins se croisent et aille dans la même direction. La clef du dojo proposée surprend le jeune homme et Valentine le laisse parler jusqu'au bout.

-Tenez, prenez un élève assidu. Il travaillera sérieusement au cours de sa scolarité et peut être probablement plus tard, explique Valentine calmement. -Prenez un élève assidu et passionné et il donnera le petit plus qui fera plus tard la différence. Dans les deux cas, donnez leur une chance pour les booster vers le haut et ce sont eux qui sauront en faire le meilleur usage.

Après tout, un élève épanoui est quand même plus agréable -et une franche réussite, que celui à problèmes, derrière qui toute l'administration se mobilise pour une réussite (im)probable.

Valentine a l'impression d'offrir un piège; quoique, il y a quelques années, sa personnalité machiavélique n'aurait pas hésité à le faire sous prétexte d'égayer son amusement. Ces années là révolues, il a cessé de se jouer de l'humanité. Il y a un temps pour tout et Yui Valentine sait généralement à qui accorder sa confiance.

Il apporte un autre thé froid qu'il pose à côté du sportif.

-A quoi sert de polir l'image d'une école si personne ne s'y tient derrière ? Si les étudiants sont bons, l'image se redorera d'elle même. Je ne vous demande pas de représenter qui que ce soit. Le résultat de cette salle personnelle vous reste propre.

Valentine s'assied, et replie soigneusement sa carte. Il faudrait qu'il passe plus de temps à se faire à l'infrastructure des lieux jusqu'aux derniers recoins des couloirs. Il réalise qu'en tant que psychologue, il n'a pas vraiment accordé de curiosité particulière à cet établissement. Il hausse légèrement des épaules et finit par répondre à l'étudiant.
Il apprécie néanmoins sa question.

-En tant que directeur de l'école, j'encourage mes étudiants à savoir aller au bout des choses qui leur tiennent à coeur. Et parfois, à savoir renoncer quand il le faut. Si vous prenez la décision de porter les couleurs de l'école, considérez que j'en serai honoré. Et si je vous dis tout cela c'est parce que je suis curieux de savoir jusqu'où vous irez, à titre personnel. Je vous l'ai dis, vous êtes un bon élève. C'est à vous que je donne les clefs à ce que je sache.

Yui Valentine se lève.
Il est en retard pour son prochain rendez-vous au salon de thé.

-En tant que psychologue, ma réussite était de ne plus revoir un patient -dans le bon sens du terme, parce qu'il avait surmonté ce pourquoi il était venu me voir. En tant que directeur, je ne le sais pas encore exactement. Ne pas traiter les étudiants également est mal quelque part, mais le faire pour le simple motif d'installer l'égalité serait les ignorer dans un certain sens. Je dois y réfléchir à vrai dire.

Il contourne le bureau et tend la main vers Satoshi.

-Prenez le temps de finir votre thé ou sentez vous libre de l'emporter. Je suis content d'avoir discuté avec vous, Sakutaro. Si vous avez besoin de me contacter, vous trouverez mon mail dans le carnet de contacts; bien entendu vous pouvez également passer à mon bureau. Il est temps de rallumer ce couloir.

Il incline brièvement la tête et salue le jeune homme.

-A bientôt.

Et Valentine, carte sous le bras, est sorti tranquillement de la pièce pour descendre les escaliers et se diriger vers le hangar à vélo, direction Bougu.

__________________________________________________
"Je suis l'Empereur, l'empereur de rien mais Empereur quand même."

Avatar: Yui vu par Tanaka
Carte de visite du Salon par Naoko Tanaka

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9308-yui-valentine http://keimoo.forum-actif.net/t10362-valentine
Satoshi Sakutaro
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 365

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I am coming back   Mer 24 Aoû 2016 - 0:28

Au fur et a mesure qu'il répond a mes questions, je dois bien avouer que j'ai de plus en plus de difficultés a comprendre son raisonnement. En tout cas, son auto-description d'opportuniste concorde plutôt bien avec l'idée que je me fais de lui jusque la. Il m'a bien l'air du genre a ne pas laisser s’échapper une opportunité. Et c'est sans doute ce qui me permet de mieux comprendre sa deuxième explication. Cette comparaison entre un élève brillant, et un élève brillant et passionné. Cela fait suite a ma question a propos de la clé, alors l’élève brillant et passionné...c'est de moi qu'il parle ?

Je suis plutôt d'accord avec lui dans le fond. Un élève assidu travail par défaut, car il veux réussir, rien de plus. Il parviendra a ses fins car il s'en donne les moyens. Mais celui qui est passionné, donnera encore d'avantage, car il aimera travailler, ce ne sera pas par défaut, mais par envie, et alors il dépassera sans doute celui qui ne travail sûrement que pour travailler. La réflexion a du sens, mais j'ai du mal a cerné la finalité de cet échange. Je ne voulais pas vraiment lui demander si je pouvais réussir ou non.

- Je ne suis pas sur de....

Pas le temps, il enchaîne avec la réponse que j'attendais vraiment. Tout en posant le nouveau thé froid qu'il ma proposé, juste a coté du gobelet vide que j'ai terminé une minute avant, il explique qu'il n'a de toute façon pas besoin de forcer pour que l'image de l'école soit doré, qu'elle se fait elle meme. C'est moi qui choisit donc. Il ne m'aide pas vraiment. Une réponse franche aurait pu me décider, alors qu'au contraire, il me pousse a réfléchir encore plus sur mes incertitudes. Enfin, c'est un ancien psychologue, je présume qu'il le fait en toute connaissance de cause.

- Je vois, et bien je vais y réfléchir alors. Merci pour l'espace, j'irais voir le concierge pour qu'il me donne la clé qu'il manque.

Je tend ma main vers mon gobelet pour l'amener jusqu'à mes lèvres. Il repli la carte de l'école. Dans un coup d'oeil j'ai constaté qu'il y avait encore de nombreuses zones que je n'avais pas découverts. Mai cela ne m’intéressait pas vraiment. Je remarque qu'il semble accélérer les choses. L'entretient doit arriver a son terme. Je sursaute d'ailleurs presque quand il reprend la parole.

Il me dit qu'en tant que directeur, suite a ma remarque précédente, il m'encourage a aller jusqu'au bout de ce que je veux faire. Encore une fois, puisque je ne sais pas exactement ce que je veux faire, cela ne m'aide pas le moins du monde. Honoré hein ? Il reprend mot pour mot le terme que j'ai employé, a croire qu'il cherche a me déstabilisé. Il ajoute qu'il est meme curieux de savoir si je peux vraiment aller au bout. Il ne le dit pas comme ça, mais c'est presque comme un défi qu'il me lance, qui rend mes muscles légèrement plus crispés sous la tension que j'imagine déjà.

C'est vrai que c'est bien a moi qu'il a proposé la clé. Mais il semble hésitant, car il a l'impression de m'avantager par rapport a d'autre, encore comme je l'ai dis précédemment. Il doit y réfléchir hein ? Dans tous les cas, il se lève pour partir en m'annonçant que si il ne faisait rien, ca serait comme si il négligé ceux qui en on besoin sous le prétexte d'une égalité. Ca ne me générais pas de partager la salle qu'il vient de me confier, mais je ne vais pas en rajouter, laissons le a ses pensées.

Il a contourné le bureau, et me tend la main. Je me lève rapidement et la lui serre dans une poignée franche. Il n'a pas répondu a toute mes questions, mais je n'attendais même pas a une rencontre aujourd'hui, alors je suis satisfais de notre entrevue. Il me dit que je peux finir mon thé en prenant mon temps, puis se précipite hors de la pièce. Je le regarde partir, avant de m'écrouler assis dans mon fauteuil. C’était totalement différent de ce a quoi je m'attendais. Il a lu dans mon esprit du début a la fin sans que je ne puisse rien y faire. Je reprend mon verre d'un air songeur, le finissant a petites gorgées.

Je me sens motivé a faire ce que j'ai abandonné longtemps auparavant. Pour le meilleur, peut être pour le pire. Dans tous les cas, je suppose que désormais, je n'ai plus qu'a retourné a ma promenade silencieuse et solitaire, avec de quoi penser pour les prochains jours. Je me lève alors en m'étirant, et passe la porte que le directeur adjoint vient de franchir également, redescendant l'escalier en me dirigeant vers l'endroit que j'ai abandonné une quinzaine de minutes auparavant.

FIN

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
 
I am coming back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROSE-IVY ? Coming back as we are
» I'm coming back...To a man [Joseph]
» 'Cause this is my coming back ~ LIBRE
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Pavillon Administratif :: Bureaux de la Direction :: Bureau du proviseur-adjoint-
Sauter vers: