₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miko Suzuke
♠ Lycée - Deuxième année
avatar

Genre : Féminin Verseau Chat Age : 17
Adresse : Chambre 202
Compteur 20

KMO
                                   :

MessageSujet: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Jeu 21 Juil 2016 - 21:46

Pour Miko, les fleurs, c'est sacré !
Jour et nuit, elle a vécu, vit et vivra pour ça.

Voilà maintenant trois mois que son plan : opération Keimoo fleurit a débuté. Elle avait déjà remplie plus de la moitié de l'académie et elle était fière  d'elle ! Mais pourquoi faire cela ?
Premièrement : depuis toute petite, jardiner est sa passion et les plantes, sa motivation ! Elle les trouves tellement belles! Peu importe l'espèce, on ne pourra jamais dire qu'une fleure est moche ! Et même après leur mort, elles sauront faire plaisir aux gens. Elles ont une beauté mystérieuse qui fait que Miko en est fascinée.
Deuxièmement : même si elle en est passionnée depuis sa plus tendre enfance, la jardinière n'est qu'une débutante qui a commencé à pourvoir assouvir sa passion cette année, vu qu'avant sa mère était complètement contre ce fait. Mais maintenant qu'elle vit sans ses parents à l'internat, elle est libre de faire ce qu'elle veut ! La brune a alors décidé de rattraper tout son retard dans cet immense endroit qu'est son lycée.
Troisièmement : la première fois qu'elle est arrivée à Keimoo, elle fut extrêmement surprise lorsqu'elle vit qu'il y avait au tant d'espaces vides ! La jeune fille a alors décidé de transformer ce lieu pauvre en décoration floral en un véritable paradis pour les abeilles qui rechercheraient du miel a butiner au printemps ! Et elle espère leur faire plaisir l'an prochain avec toutes les différentes variétés de plantes qu'elle a planté.
Et maintenant comment faire cela ? C'est très simple ! N'allez plus en cours ! Remplacez toutes ses heures perdues à écouter dans le vent par des heures où tout ce qui importe, c'est vos plantes, des heures où vous allez en ville pour acheter le matériel puis revenez tranquillement les bras remplies d'arrosoirs de pelles, de pesticides, de composte, et enfin plantez, arrosez, et laissez dorer au soleil vos nouvelles petites filles ! Mais pour que tout cela soit réussit, il faut être passionné et tout aussi intelligente que la jeune fille ! Car oui, même si vous séchez, il ne faut pas que vous aillez de mauvaises notes non plus et encore moins en science !
Bref voilà le quotidien de la brunette qu'elle suit à la lettre car elle s'est fait un emploie du temps très stricte.
 
Ce jour là, l'adolescente a pu voir en se réveillant qu'elle devait aller planter ses nouvelles plantes derrière le gymnase. Elle les avait déjà choisit et acheter hier. C'était de simples mais de très mignonnes marguerites. Après avoir fini de se préparer, elle prit toutes ses affaires de jardinière et s'en alla. Une fois arrivée à destination, elle posa ses petits pots de terres sur le sol et se rendit compte qu'elle avait oublié quelques choses. Elle partit alors un moment en laissant ses affaires sans surveillance parce qu'elle les pensait en sécurité comme personne ne passait par là normalement. Elle avait choisit le coin pour ça justement. Lorsqu'elle fut de retour avec la pelle qu'elle avait laissé dans sa chambre, la brune vit une scène d'horreur. Ses bébés fleurs étaient allongées sur le sol, en dehors de leur pots qui étaient en milles morceaux... Elle cria d’effroi et vit un homme à côté de cette scène de crime. C'est lui le coupable. Sans hésiter, la brune commença à crier et à le frapper avec sa pelle en l'insultant de tout les noms – même si ça n'a pas du faire trop mal – .  C'était inamissible pour elle, elle ne pouvait pas le laisser s'en aller comme ça ! Mais elle finit quand même par lui dire :
 
- CASSE TOI !

Après cette scène très mouvementée, la lycéenne prit un petit moment avant de se calmer. Un moment après, elle essaya de se rappeler ce qui s'était passé mais elle se rendit compte qu'elle n'a porté presque aucune attention sur la personne en face d'elle. Les seules choses qu'elle a pu rapidement remarquer furent sa coupe extravagante car Miko n'avait jamais vu de blonds aussi éclatant et sa grande taille qui ne lui a pas fait terriblement peur en faite.


Dernière édition par Miko Suzuke le Ven 12 Aoû 2016 - 1:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10657-miko-suzuke
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Ven 22 Juil 2016 - 1:04

Deux semaines plus tard

J'ai marché sans vraiment savoir ce que je faisais, sous la chaleur écrasante de ce mois de Juillet. Le travail arrive bientôt, et grâce a l'aide agréable de Lois, j'avais réussis a me trouver des vêtements potables pour travailler. Et ainsi, j'avais achevé de mettre en place les préparatifs pour les folles péripéties qui allaient bientôt débuter pour moi. Le travail venant avec les vacances, j'avais la pression qui montait petit a petit. Et je me rendais alors finalement compte qu'il ne me restait que quelques jours de liberté avant d’être enfermé dans la routine infernale du travail. Comme tout adulte, mon monde se transformait petit a petit.

J'avais donc quitté ma chambre bouillante, aussi bien a cause de moi, que de Koga san, aussi bien a cause de la taille réduite du lieu que du soleil fracassant le bâtiment. Il ne faisait pas vraiment moins chaud en fait dehors. Au contraire, la chaleur était moins humide, moins moite, plus direct et pénétrante. Et j'avais marché sans but dans le campus, ne voulant pas sortir de la zone sécurisante, ou ne se bousculait plus les étudiants pressés, nerveux, qui avaient l'habitude de me soutirer ma dose de concentration. Ils étaient sans doute pour la plupart partit profiter d'un repos bien mérité pour certain, d'une période de travail, de révision, de remise a niveau pour d'autre. Mais dans sur ce campus ou l'argent suintait des murs, il était évident que nous ne serions pas nombreux a aller travailler dans un job d'été. Par chance j'avais un ami qui semblait en avoir besoin aussi, j'avais de la chance.

Au fur et a mesure de ma marche, j'avais fini par rejoindre un endroit que j'aurais préféré oublier. Finalement cela aurait sans doute était plus agréable de rester enfermé dans le dojo, qui est totalement vide en cette période de l'année. J'aurais eu la chance de méditer. J'aurais pu effectuer les enchaînements de base de Siu Lim Tao, car de bonnes bases est la première chose a travailler afin de progresser. J'aurais effectuer mes exercices musculaires habituelles, et une fois que le soleil aurait était couché, j'aurais pu retourner courir une dizaine de kilomètres comme ce matin, comme tous les jours depuis plusieurs années, finalement. Mais j'avais décidé de laisser mes jambes me guider, et me voilà ici, devant cette partie du campus totalement déserte, a observer l'endroit ou je m'étais fais attaquer quinze jours plus tôt.

Je n'avais rien fais de mal, je n'avais absolument rien demandé. Ça avait était un jour comme les autres. J'avais simplement décidé de courir plus que d'habitude. J'avais simplement décidé de changer mes habitudes. Grand mal m'en avait prit. Courir tout les matins m'avais permis de savoir exactement ou je devais aller pour avoir les trajectoires les plus évidentes, les moins dangereuse pour les articulations, comment aborder chaque virage....ce qui se trouvait derrière chaque portion invisible a l’œil nu....désormais c’était une habitude que je faisais sans même y penser. Je savais parfaitement que de l'autre coté de ce mur il n'y avait rien d'autre que la continuité de la route.

Mais forcément, quand on change ses habitudes, il faut tout prendre comme si ce n’était plus le même trajet. Je ne l'avais vu qu'au dernier moment ce pot de fleur. Plongé dans mes pensées, je n'avais réagit que lorsqu'il était a une seconde de frapper ma cheville droite, me faisant immanquablement tomber en avant. Dans un réflexe martial, j'étais parvenu a projeter mon corps plus encore en avant, au lieu de reprendre un équilibre déjà brisé. Dans un demi salto avant exécuté avec beaucoup de fragilité, j'avais réussis a prendre appui sur la paume de ma main pour ne pas tomber, et suite a ce mouvement aussi spectaculaire qu'improvisé, j'étais parvenu a donner l'impulsion nécessaire pour achever mon mouvement et retomber sur mes pieds en un seul morceau.

Mais le bruit du pot me sortit de la satisfaction précaire que m'avait provoqué ce sauvetage presque héroique sur mon propre corps. Brisé, en mille morceau, sans aucune possibilité de réparation, j'en etais sur. La terre répendu sur le sol me laissait l'impression amère que je venais de faire quelque chose qui allait rendre triste quelqu'un. Quelqu'un ? Je n'avais pas mis longtemps a savoir qui. Une petite furie, dans un cri aussi strident qu’effrayant, s’était rué sur moi depuis l'autre bout du chemin, pelle tenu par deux petites mains rattachés a des bras proportionnel a un corps frêle de Japonaise. Ses cheveux coupé au carré entouré ce regard emplit de rage et de fureur qui me fit faire un pas en arrière.

Que faire ? Partir en courant ? J'aurais pu, j'aurais du en fait, car elle n'hésita pas une seule seconde avant d'abattre la pelle vers moi. Totalement folle, c’était sur a présent. D'un mouvement extrêmement souple et agile, je parvins a placer ma main entre moi et la pelle afin d'amortir discrètement le choc. Du moment qu'elle croyait me faire mal, elle pouvait passer sa colère sans pour autant me faire mal plus que de raison. C’était gagnant-gagnant non ?

- A...attend, je suis dé....

Aucune chance qu'elle entende mes suppliques en hurlant de partir comme elle venait de le faire. Je me sentais vraiment mal d'avoir gâcher sa journée. Et je n'avais même pas eu le temps de m'excuser, ou de m'expliquer. Dans un sens, sanguine comme elle l’était, elle aurait largement pu blesser quelqu'un si cela n'était pas tombé sur moi, j'avais fais une bonne action dans mon malheur. Je n'avais d'autre choix que de partir d'un pas rapide en soupirant. Elle n'avait même pas tiqué sur ma blondeur, chose qui bloque souvent mes interlocuteurs la première fois. Je lâchais encore un « désolé », en Français cette fois, sans accent ou hésitation, avant de parvenir a prendre la fuite. J'aurais bien sur du revenir ensuite m'excuser en bonne et due forme, mais affronter de nouveau la pelle ne m'avait pas emballé.

Je ne savais pas pourquoi j'étais revenu ici sans même y réfléchir. Une coïncidence peut être, après tout j'avais traversé d'autres endroits pour parvenir devant ce chemin ou le pot accidenté avait bien entendu disparut. Je n'avais pas revu la jeune fille, et n'avait plus vraiment eu l'occasion de penser a tout ces événements, mais maintenant qu'ils étaient revenu, la culpabilité me fit de nouveau rougir. Voila que je commençais a rougir face a mes propres pensées, c'etait vraiment une cause perdue....

Les bras ballants, plongé dans mes pensées, j'étais telle un sage devant un livre, songeur.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Miko Suzuke
♠ Lycée - Deuxième année
avatar

Genre : Féminin Verseau Chat Age : 17
Adresse : Chambre 202
Compteur 20

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Mer 3 Aoû 2016 - 23:58

Même si le profil de la personne qu'elle avait frappé restait flou, le souvenir de ses fleurs écrasées par le pied de cet individu resta la hanter même après des jours et des jours. La jardinière s'en voulait toujours de les avoir laisser sans surveillance... C'est de ma faute si elles sont mortes... pensait elle dans son lit en culpabilisant. Elle s'enveloppa à nouveau dans sa grosse couverture et roula sur son lit en se traitant d'idiote. Tel une saucisse. Même si au fond, ce n'était pas sa faute et qu'elle était obligée de s'en aller pour rechercher ses outils perdu.

Voilà encore un exemple qui démontre bien qu'elle éprouve plus d'amour pour ses plantes que pour les personnes qui l'entourent. Il faut dire la vérité, la brune ne s'en voulait absolument pas pour le fait d'avoir insulter ou frapper jusqu'à même peut être blesser l'humain qui était présent. Elle le détestait même.

-Pourquoi c'est arrivé à mes pauvres plantes ?! J'espère que je ne reverrais plus ce fichu destructeur de la nature ! Aucun respect pour les plantes qui le font vivre. AAARGH ça m'énerve.

Enfin bon, ce n'était pas le moment de repenser à cela ! Demain, elle irait reprendre sa vengeance ! Et oui! Mademoiselle avait prévu d'y retourner pour replanter à nouveau ses marguerites ! Elle n'allait quand même pas se laisser faire par ces rageurs d'anti-écolo ! Elle s'assoupit alors après avoir laisser passer un cri de guerre. Une vraie folle. Heureusement que sa partenaire de chambre dormait déjà !

Le lendemain, pour la première fois depuis un long moment, elle s'était levée tôt ! La brune avait réglé son réveil à sept heure trente du matin. Ne suivant plus trop les heures scolaires, la lycéenne s'était dit qu'elle n'allait voir personne à cette heure ci, ce qui est vrai, mais aussi très normal vu que c'est les vacances ! Cette idiote s'est alors habillée d'une salopette en jean, d'un grand t shirt blanc, de ses précieuse mais très abîmées converses et de son sac à outils de jardinage. Après cela, elle prit ses pots de petites fleurs blanches, un sac d'engrais, des planches de bois pour faire des panneaux qui signaliseront ses plantes et s'en alla vers le gymnase. Sauf qu'avec tout ça dans les mains, elle a bien galéré à ouvrir sa porte vu qu'elle ne voyait absolument rien.

Quelques tentatives plus tard, la voilà dans la cour de l'académie. Comme prévue, il y avait très peu de monde et heureusement pour elle car elle ne voyait pas plus loin que son nez ! Cependant, parce que ce n'était pas la première fois qu'elle y allait, la jeune fille connaissait déjà le chemin et se guida aveuglement vers son point d'arrivé. Elle marchait plutôt assez vite vu qu'elle était pressée d'aller enfin planter ses précieuses marguerites ! Quand tout à coup, un lycéen lambda fonça sur la petite brune comme s'il ne l'avait absolument pas vu, elle et tout son équipement, et la fit même donc tomber à terre !

- Tu pouvais pas regarder devant toi ?! Sale écervelée !

Pendant ce temps, la lycéenne regardait encore une fois ses pots de fleurs éclatés au sol... Elle resta un moment sans bouger.  Sa rage commença à monter. Il fallait la comprendre en même temps. C'était la deuxième fois qu'on lui tuait ses fleurs ! Et l'idiot, il a même marché dessus en voulant reculer ! Son regard se changea. Ça y est, on pouvait dire au revoir à la gentille Miko - oui elle peut l'être des fois - et bonjour à TERMINATOR - version lilliputien-. Vite que quelqu'un aide l'idiot qui a osé détruire les petites merveilles de la jeune fille.


Dernière édition par Miko Suzuke le Ven 12 Aoû 2016 - 1:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10657-miko-suzuke
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Ven 5 Aoû 2016 - 4:10

J'avais la tête légèrement ailleurs, aussi bien perdu dans le passé que projeté dans le futur. C’était vraiment intéressant de pouvoir observer la grande cours a un moment différent qu'en période scolaire active. Il n'y a pas la même sensation d’être légèrement étouffé par la masse grouillante d’élève. Et vous pouvez marcher au milieu, a droite ou gauche des allés sans aucun soucis. C'est presque comme si l'endroit m'appartenait soudainement, et un sourire se mit a éclairer mon visage. Il ne m'appartenait pas le moins du monde, bien au contraire. Je savais très bien que quelqu'un m'attendait a quelques centaines de mètres de la.

A cette heure ci, elle devait sans doute dormir, mais comme il me semblait bien qu'il n'y avait personne d'autre avec elle durant les vacances, il n'y aurait sans doute aucun soucis a ce que j'aille lui faire un petit coucou. Je passe la main au niveau de mon oreille ou se trouve ma boucle d'oreille noire que je porte depuis deux mois maintenant. Je ne la quitte plus, aussi bien par habitude que par envie de faire plaisir a mon amie qui m'a offert ce cadeau. Je rougis légèrement en y pensant. Ma petite rousse n'y pense sans doute même plus, mais je n'oublierais pas. Je n’oublie pas les cadeaux que me font mes amis. Mes amis hein....

En parlant de ça, je me dis pour moi même que j'aurais pu aller proposer une sortie a Hisaka, avant de commencer officiellement notre travail. Comme boire un verre au barre histoire de parler de toute les choses que nous ne pourrions pas faire durant les prochains jours, lorsque nous serions sous la chaleur ardente du soleil de la plage, a vendre je ne sais quel objet aux touristes profitant des bienfaits de la mer. J'aurais aimé être de l'autre coté de la barrière. Non, en vérité j'aurais aimé rentrer chez moi afin de faire la larve sur mon lit durant des heures sans aucune autre interruption possible que ma mere me demandant de faire des courses au konbini du village. Ahhhh, cela serait de douce vacances....

Je sursaute presque lorsque je sens la présence de quelqu'un dans la cours. Plus que voir ou entendre, c'est ressentir, quand tu passes d'une situation solitaire, a un moment ou vous êtes plusieurs. Un garçon, plus jeune que moi, lycée je pense, viens d'arriver par la droite, la tete enfoncé dans son téléphone portable, attrapant je ne sais quel pokémon, avec ce jeu dont tout le monde parle depuis quelques semaines. Comme si je pouvais y jouer de toute façon, je n'ai pas de téléphone, depuis que mon vieux est cassé. C'est sur la liste des choses que je dois acheter de toute façon, et aprés avoir reçu mes différentes payes, je m'y intéresserais de plus prêt.

Je tourne la tête vers la gauche juste a temps pour voir apparaître, sortant d'une allée qui n'est pas visible depuis ma position, de nombreux pots de fleurs de différentes tailles, porté par une adolescente petite et menue, qui ne semble même pas voir ou elle met les pieds. Je fais le rapprochement presque directement. L'endroit, les fleurs. Je ne me souviens pas vraiment de son visage, mais sa taille aussi me rappel qu'elle doit être la personne avec qui j'avais eu ce fameux accrochage. Je tourne la tête vers le garçon qui ne regarde pas autour de lui, et qui va droit vers elle qui ne voit pas plus loin que son nez....j'ai juste le temps de lever le bras devant moi, dans un geste aussi lent qu'inutile, avant que l'inévitable collision ai lieu.

Je soupir en prenant sans réfléchir d'avantage la direction des l'endroit ou a eu lieu le choc. Il y a eu un grand fracas quand plusieurs pots de fleurs sont tombés sur le sol, se brisant en plusieurs morceaux pour certain. La jeune demoiselle également tombe sur les fesses, et lorsque j'aperçois enfin son visage plutôt bien tracé, la surprise, l'agacement, l'éberluement est largement visible sur ses traits froncés. Le garçon a réussit a ne pas tomber, un peu comme moi lorsque j'étais a sa place, bien que je me sens moins coupable que lui actuellement, qui avait juste a sortir on regard de son appareil.

C'est pourtant lui qui s'énerve envers la brune qui tente lentement de reprendre ses esprits, et de se remettre debout. La façon dont il parle me fait froncer légèrement les sourcils. Il est autant en tord que la fille qu'il a fait tomber, il devrait l'aider plutôt que de l'insulter. Je tourne la tete vers la brune alors que j'arrive presque a proximité d'elle. Je vois dans ses yeux qu'elle n'est pas en train de rigoler. En prenant en compte sa réaction envers moi, ca pourrait mal finir. Le garçon, au vu de sa phrase actuelle, ne se laissera sans doute pas faire. J'arrive au contact des deux jeunes gens, et me tourne vers la jeune fille sans hésiter, m'accroupissant a coté d'elle qui ne s'etait pas encore relevé, et posant avec douceur une main sur son épaule, afin d'apaiser la situation :

- Ca va, tu n'es pas blessé, c’était un sacré choc, tu devrais rester assise encore une minute pour bien reprendre tes esprits.

Puis je lève lentement la tete vers le garçon, et d'un regard analyse sa condition. Il n'a pas l'air étourdit, et vu sa faculté a proféré des noms grossiers, doit avoir toutes ses facultés physiques et mentales. Parfait, pas besoin de m'occuper de lui alors. Je retourne mon attention vers la jeune femme en lui souriant, histoire qu'elle se détende et qu'elle ne saute pas a la gorge de son homologue masculin.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Miko Suzuke
♠ Lycée - Deuxième année
avatar

Genre : Féminin Verseau Chat Age : 17
Adresse : Chambre 202
Compteur 20

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Ven 5 Aoû 2016 - 23:32

Hallelujah ! Quelqu'un avait sauvé ce fichu garçon de sa mort ! Même s'il ne le méritait tellement pas du point de vue de la petite brunette. Mais de toute façon, voir en titre des journaux "un lycéen tué par une JARDINIÈRE EN PLEINE FOLIE munie d'une pelle" ne serait bénéfique pour personne. La lycéenne aurait finit en prison et n'aurait pas pu s'occuper de ses plantes. J'aurai eu peur pour ses camarades de cellules. Donc premier bon point pour le jeune homme qui venait couper net le début de cette dispute probable ! Cependant, même s'il avait pu empêcher un meurtre, Miko avait commencé à le regarder mal, à le dévisager ou plutôt à l'analyser. Bizarrement, elle avait prit un air sérieux -chose qui arrive très peu souvent- comme si elle essayait de se souvenir de ce visage. Il lui était familier, il avait déjà croisé ses yeux !

L ANTI ECOLO

Ces cheveux blonds éclatant ! Cette grandeur - même si c'est pas extraordinaire - ! Qu'il le veule ou non, il avait un physique plutôt très éloigné de celui d'un japonais ! Et ça aurait dû aider la petite brune à s'en souvenir plus facilement mais quand on souhaite très fort de ne plus revoir une personne qu'on a "vu" - puisque la jeunette ne s'est absolument pas focalisée sur son physique- et bien, on l'oublie tout simplement. C'est drôle que ce soit CE destructeur de la nature qui sauve une autre personne du même genre. Avait-il prévu tout ça ? Avait il élaboré un plan pour tuer toutes mes fleures ?! La jardinière commença à partir loin mais lorsque le jeune homme posa sa main sur son épaule, elle fut extrêmement surprise. Voulait il me faire du mal ?! Et non, l'amie, il voulait juste la réconforter, lui demander si tout allait bien et lui donna même quelques conseils ! Comme un grand frère bien veillant ! Et ça a eu son effet ! Miko qui se sentait être une petite fille sage resta la et regarda la scène une nouvelle fois.

La vue des pétales blanches aux sols éloignées de la tige l'attristé vraiment. La brune jeta alors un dernier regard de tueur au jeune homme mais cette fois ci, il était plutôt doux, et ressemblé plus à un regard de chien battu comme si elle cherchait à ce qu'il lui demande pardon. Ce qui était quand même la première chose à faire quand on casse les affaires des autres même quand cela n'est pas voulu. Enfin, on est éduqué ou on ne l'ai pas. Et apparemment cette personne ne l'était pas. Comme l'autre garçon est arrivé, ce dernier n'ayant pas la conscience tranquille, s'est senti menacé et a déguerpit quelques secondes après. Peut-être le connaissait-il ? Savait-il ce que pouvait faire ce grand blond à de pauvres fleurs sans défense ?! Ahaha sûrement. Pensait elle, alors qu'il y a à peine dix secondes, elle voulait le tuer avec une pelle. La jardinière poussa un petit rictus puis reposa son regard dans celui du sauveur. Il a plutôt de beaux yeux... Couleur fleurs fanées... Elle pouvait y ressentir de la tristesse. Et son visage leurs est plutôt bien assortis. MAIS UH. Ce n'est pas le moment de penser à ça! Il y a plus important dans la vie ! La jeune fille avait rougit rien qu'à cette pensée. Eh oui, c'est ça de vivre très souvent seule ! Elle n'a pas pris l'habitude de croiser de beaux garçons ou tout simplement de prêter de l'importance à la beauté d'une personne. Bref, comme elle n'avait pas trop envie d'y penser, la brune se leva assez rapidement et ressentit quelques picotements aux genoux. Une blessure ? Sûrement une pauvre égratignure sans importance. Miko partit alors ramassé les débris de ses pots et prit la parole tout en tournant le dos au jeune homme. ETAIT ELLE TIMIDE ?! Sûrement vu que ce n'est pas non plus dans ses habitudes de parler aux gens. Ce n'était pas inscrit dans son emploie du temps !

- Je ne sais pas qui tu es. Enfin si, je sais que tu es celui qui a tué mes précédentes fleures. Mais du coup, je me demande bien pourquoi tu es intervenu... Aaah si. Je peux savoir pourquoi... Tu as eu peur que je massacre un de tes alliés d'ennemi de la flore ? Eh bien tu as bien raison! Je ne peux pardonner ce crime! Détruire de pauvres marguerites qui veulent juste rendre votre vision de la vie plus belle... A quoi ça vous mènes ?!

La petite brune avait commencé à s'énerver à nouveau. Décidément, on ne verra jamais le bon côté de la jeune fille ?! Elle lui parlait enfin plutôt le disputé sans lui laisser la chance d'en placer une. Mais s'il voulait qu'elle arrête de se faire des idées et parte trop loin dans ces propos, à lui de trouver la solution. Elle appréciera sûrement pas mais c'était quand même la meilleure des choses à faire avant qu'elle réussisse à se blesser avec un bout cassé de terre cuite. Ah ben non, ça vient d'arriver! Sans y prêter attention, elle avait un peu trop appuyer sur l'un des bouts pointu avec son index. Pourquoi suis je si maladroite aujourd'hui ?


Dernière édition par Miko Suzuke le Ven 12 Aoû 2016 - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10657-miko-suzuke
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Sam 6 Aoû 2016 - 19:44

Alors que ma main reste posé avec douceur mais force pour l’empêcher de se relever immédiatement, elle ne s'en rend peut être même pas compte vu qu'elle ne bouge pas vraiment, je ne sens pas de force qui va a l'encontre de la pression que j'exerce sur son épaule, elle semble également s’être remémoré notre petit accrochage quelques semaines plus tôt. Elle a oublié aussi vite qu'il n'était apparut le garçon qui, a ma vu, s'est immédiatement calmé. Je ne suis pas vraiment impressionnant a première vue, et personne ne sait vraiment que je sais me battre, mais je suppose que la hiérarchie lycée – Université fait son œuvre. Il est rare qu'un kohai s'attaque ouvertement a un senpai, et cela m'arrange, je n'aurais pas eu envie de devoir user de ma tête pour me dépêtrer d'une situation de tension entre ces deux jeunes gens. Je n'aime pas vraiment les conflits.

Je n'ai pas vraiment le temps de réagir d'avantage que le garçon en question recule d'un pas en bredouillant une vague excuse, avant de nous contourner et de se dépêcher de quitter la scène après un dernier regard renfrogné envers moi. Mais je n'ai absolument rien fait, j'ai simplement décidé de désamorcer la situation, venant au secours de la jeune fille au sol, qui semblait sur le point de faire une bêtise. Je soupire. Comme d'habitude, les relations humaines me semblent bien plus compliqués qu'il n'y paraît.

Je retourne mon attention vers cette dernière en reprenant un sourire plus forcé que le précédent. Elle n'a encore rien dit, et bien que son regard soit explicite, aucune syllabe ne sort de sa bouche. J'examine les pots cassés pendant un instant, en essayant de voir si elle aurait pu se blesser sur l'un des éclats, mais il semble qu'ils se sont tous cassés un peu plus loin de sa position, et seule le sol a pu l'égratigner. Je lui aurais bien proposé de regardé, mais je ne sais pas pourquoi, elle semble etre sur la défensive. Je m'éclaire la gorge et dit :

- Tu es sur que....

Je n'ai pas le temps de finir, enfin, elle se décide de parler. Prendre la parole a la seconde ou je l'ai fais, c'est soit une belle coïncidence, soit elle attendait juste ça pour faire en sorte de pouvoir me couper dans mon élan, et prendre l'avantage dans la lutte psychologique qui nous étreint depuis une minute, le regard fondu l'un dans l'autre. Je soupire une nouvelle fois. Je me rappelle parfaitement de la raison pour laquelle je n'ai pas voulu essayer de voir si je pouvais dédommager quelqu'un, a cause de ça. Elle me prend beaucoup trop la tète dés que je suis en sa présence....

Elle commence par dire qu'elle ne sait pas qui je suis, a part le fait que l'on s'est rencontré cette fameuse dernière fois. Jusque la nous sommes sur un pied d'égalité, car je n'ai aucune idée de son identité. C'est plutôt dur en même temps d'avoir ce genre d'informations avant la première vraie rencontre, nous n'avions pas parlé la première fois après tout. Et vu qu'elle parle pour la première fois, la situation est remédié, et elle n'a pas l'air si horrible, je pourrais sans doute l'aider a arranger tout ça, je n'ai rien d'autre a faire de toute façon.

Elle m'accuse d'avoir protéger l'autre. Et bien, sans vouloir être offensant, au vu de son physique, je doute que si il avait vraiment voulu se défendre, elle aurait eu du mal a lui faire grand mal. Mais je me trompe peut être, comment pourrait on savoir que je suis un champion d'arts martiaux ? C'est peut être aussi le cas pour elle ? Par contre j'ai un peu plus de mal a la suivre quand elle m'évoque comme un ennemi de la flore. Elle doit penser que je l'ai fait exprès ? Je vais faire en sorte de clarifier tout de suite cette situation.

- Tu sais, la dernière fois, c'est juste que tu avais posé ton pot de fleur en plein milieu du chemin. Si cela n’était pas moi, quelqu'un d'autre se serait sans doute prit les pieds dedans un moment ou un autre, et comme tu as décidé de me frapper avec ta pelle, je n'ai plus trop eu envie de t'aider a arranger le problème.

Je lui souris de nouveau, avant de commencer a mon tour a ramasser quelques débris histoire de lui faire gagner du temps. Je compte bien l'aider mime si elle n'est pas d'accord, mais elle ne semble plus avoir envie de me frapper, ce qui est une bonne avancée dans notre relation. Je fais cette activité pendant une bonne minute, en silence, avant d'ajouter :

- Oh, attention quand tu frappes les gens avec ça, moi c'etait pas trop grave vu que je sais comment amortir les chocs de ce genre d'objet, mais pour quelqu'un de non initié, tu pourrais les blesser gravement, alors réfléchis avant d'agir. Je pense aussi que tu as retenu de mettre tout ton poids sur ta jambe quand tu t'es relevé. Je peux regardé si tu veux, je ne suis pas médecin, mais je m'y connais pas mal dans ce genre de blessures.

Histoire de lui montrer ma bonne volonté, je continu de ramasser les débris, attendant sa réponse en silence.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Miko Suzuke
♠ Lycée - Deuxième année
avatar

Genre : Féminin Verseau Chat Age : 17
Adresse : Chambre 202
Compteur 20

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Mer 10 Aoû 2016 - 22:27

Après s'être blessée à son index, la jeune fille arrêta un court instant son activité pour lécher la goutte de sang qui sortait du bout de son doigt coupé. C'est salé... Elle avait cette pensée à chaque fois qu'elle suçait son sang -tel un vampire!- et à chaque fois, elle se demandait bien pourquoi. Aucun de ses professeurs de science de la terre ne l'avaient informé sur ce sujet. Puis elle sortie discrètement, puisqu'il ne faut absolument pas montrer ses faiblesses à son ennemi, un pansement de sa poche. Pansement qu'elle a toujours car les petits bobo, ça arrive de temps en temps. Elle se l'appliqua et après quelques secondes, elle se rendit compte qu'elle lui avait laissé le temps de parler. La jeune brune se tapa le front gentiment. Baka

Alors comme ça, CE SERAIT MA FAUTE, selon lui ?! Aaah!  C'était tellement inacceptable pour la jardinière d'entendre ça, mais elle le laissa quand même continuer à parler pour ne pas l'interrompre car ce ne serait pas poli. En écoutant la suite de ses parole, elle reconnait avec beaucoup de mal qu'il a de bons argument et qu'elle avait eu un peu tort. Mais vraiment un peu car elle n'accepterait jamais de mettre toute la faute sur elle. Pourquoi ? Explication :

- Certes j'ai mis ce pot de fleur au milieu du chemin mais normalement personne ne passe par là. J'ai surveillé les environs pendant deux, trois jours avant, pour en être sûre. Du coup, je ne pouvais pas prévoir qu'une personne sauvage allait arriver ici et marcher dessus. Ensuite même si elles étaient sur ta route, tu aurais dû le voir, non ? Bon, j'avoue que ça peut paraître plutôt difficile parce que c'est petit. Mais il faut regarder partout ! Et enfin si tu n'es pas un destructeur de la flore volontaire comme tu le dis, désolé de t'avoir frapper... Mais essaye de comprendre ma colère. Mes petites fleures...

Elle qui était dos à lui se retourna avec un air de chien battu. L'adolescente essaya bien tant de mal de faire sa petite victime en agrandissant ses yeux, fronçant ses sourcils et en formant un grand n avec sa bouche. En réalité, cela ressemblait à une grimace. C'était plutôt drôle à voir. Si elle s'aurait vu, la petite fille aurait bien rit. Après ce petit moment comique dans sa vie, Miko a pu remarqué que cette personne qu'elle avait haï venait de lui sourire et commença même à l'aider à ramasser les petits bouts éparpillés. C'est vraiment une bonne personne ? Elle resta subjuguée devant cette scène, un peu de regret s'installa en elle. J'aurais peut être dû le laisser parler la dernière fois. Mais elle n'avait pas à s'inquiéter, le destin lui offrait une deuxième chance pour se rattraper et peut être se faire un nouvel ami ? Après tout ce temps sans, ce serait bien.

Il reprit la parole. La suite révéla une personne encore plus impressionnante qu'elle ne l'avait imaginé. Malgré le fait qu'elle ne s'en rappelle pas trop, la brune avait vraiment penser qu'elle avait réussi à lui faire mal. Mais ce ne fut pas le cas. Et "Non initié ?" Que voulait-il donc dire par là ? Elle se focalisa alors tellement là dessus, qu'elle n'avait même pas remarqué qu'il l'avait provoqué en disant "réfléchis avant d'agir" car oui, si elle avait bien écoutait, elle se serait énervée et l'aurait contre dis directement. Mais encore une fois, ce serait partir du mauvais pied car ce n'était sûrement pas dans les intentions du jeune homme. Surtout qu'après il lui proposa son aide. Et encore une fois elle resta bloquée. D'un côté parce qu'elle pensait vraiment que regarder sa blessure était moins important que sauver ses fleurs et de l'autre parce qu'il disait s'y connaitre dans "ce genre de blessures". Son cerveau ne fit pas directement le lien. Ça fait deux fois qu'on se rencontre près du dojo, il dit savoir amortir les chocs, être un "initié" ? et doit être sûrement habitué aux blessures aux jambes. Elle essaya de le regarder plus attentivement et pu remarqué qu'il était loin d'avoir un corps de faible...

- Les gens que je frappe le mérite. Et... Je ne pense pas que ce soit très grave. disait elle en remontant son jean. C'est bon, ce n'est que de simples égratignures. l’informât elle même si ça saignait pas mal. Mais toi... dis moi, tu serais pas un athlète ? Je ne suis pas médecin mais ma mère l'est, du coup, c'est dans mon sang de voir ce genre de chose.

Après avoir parler comme une fourbe, la lycéenne finit par lui faire un clin d’œil pour lui dire "Tu as vu comme je suis forte ? J'ai découvert ton secret". Une véritable enfant.


Dernière édition par Miko Suzuke le Ven 12 Aoû 2016 - 1:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10657-miko-suzuke
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Jeu 11 Aoû 2016 - 18:16

Je constate qu'elle ne me coupe pas la parole, c'est déjà un bon point, parce que jusque la, je n'avais pas eu l'occasion de placer le moindre mot, ce qui voulait dire qu'enfin elle m'écoutait et pouvait se calmer. J'avais du mal a savoir comment cette fille pouvait être aussi....sanguine. Je n'avais rien fais d'autre que de casser un pot de fleur qui pouvait être changer. Il suffisait de rempoter la plante dans un nouveau pot, ce n’était pas sorcier, j'aurais pu lui faire, j'avais l'habitude de m'occuper de me plante chez moi, avec notre jardin.

Elle devait sans doute simplement avoir envie de frapper quelqu'un pour se détendre les nerfs. Ou alors elle pensait vraiment que la fleur était morte ? Elle était toujours dos a moi, mais une fois que j'ai fini de parler elle reprend la parole, comme pour se justifier. Désolé mais tu pourras essayer autant que tu le veux, tu n'as pas raison sur ce coup la. Je doute même qu'elle ai vraiment vérifié si il y avait du passage aussi tôt la matin. Je passe exactement a cet endroit tout les jours, a tel point que je peux faire le trajet presque les yeux fermés, c'est bien pour ça d'ailleurs que je n'ai pas vu l'obstacle.

Elle finit néanmoins par s'excuser, et c'est tout ce que j'attendais d'elle. En fait, je ne voulais même pas qu'elle le dise, juste qu'elle se calme et soit plus normale avec moi, a moins que ce soit déjà le cas. Je lui souris lentement en secouant la tête comme pour l’arrêter dans son élan. Elle n'a vraiment pas besoin de continuer, je lui fais confiance pour être vraiment sincère. Il suffit de voir comment elle en parle de ses fleurs, elles ont l'air importante pour elle, aussi importante qu'un être humain.

- Ne t'excuse pas voyons, je comprend qu'a certains moment la colère puisse nous aveugler, mais tu devrais faire attention, sinon ça finira par te retomber dessus, ça serait dommage d'autre que ca part d'une bonne attention. Je peux t'aider a replanter les fleurs, je m'y connais un peu. Oh et pour le pot, en fait je passe la tout les matins a la même heure, et comme c'est la première fois qu'il y avait quelque chose, dans mon footing, je n'ai pas fais assez attention et ne l'ai pas esquiver, c'est un peu ma faute aussi, mais tu devrais quand même mettre ce genre de chose sur le coté de la route, histoire de ne pas blesser quelqu'un.


Elle se retourne alors vers moi avec une grimace étrange sur le visage. Elle essaye de m'intimider ou de se faire pardonner ? C'est plutôt....étrange comme façon de faire, sachant qu'elle m'a déjà fait des excuses je n'attend rien de plus pour elle. Elle m'écoute sans rien ajouter, a propos des coups de pelle et de sa supposé blessure au genou. Elle semble ne pas y preter trop attention, et je ne regarde pas spécialement non plus, écoutant plutôt sa réponse a propos de mon sport. Elle a deviner, mais je suppose que c’était évident, non ? Enfin ce n'est pas totalement vrai, la plupart des gens ne me remarquent même pas, alors qu'elle me dise ça me donne une étrange impression, un presque malaise.

- En effet, je fais du kung fu ici, et c'est bien pour cela que je dis que contrairement a d'autre, ce n'est pas très grave que tu ai presque essayé de me décapiter, mais d'autre personnes pourraient moins bien le prendre.

Je lui souris. Sa mère est médecin alors ? Je suppose que c'est pour ça que tout naturellement elle a sortit un pansement de sa poche, pour se le mettre sur le doigt. Je ne connais pas beaucoup de gens qui se promène avec ce genre d'équipement dans leur poche, toujours est il que c'est plutot une bonne nouvelle. Tout en pensant a ça, mon regard descend vers sa jambe désormais a nue suite au moment ou elle a relevée sa manche de jean. Profondément écorché et ruisselant de sang, on peut dire qu'elle ne s’était pas loupé. Sans réfléchir ou attendre un quelconque signe d'assentiment de la jeune fille, je m'avance vers elle, posant un genou a terre et posant mes mains sur sa jambe :

- Ça saigne bien, il vaudrait mieux désinfecter, si tu veux j'ai tout ce qu'il faut dans ma chambre, je vis sur le campus, c'est a cinq minutes de l'autre coté de la cours, ce serait mieux de vite s'en occuper. Ça ne va pas s’infecter aussi facilement, mais il vaux mieux prévenir que guérir.

Oh, je suppose qu'elle ne voudra pas partir sans ses fleurs. Je me retourne en me dépéchant de continuer a ramasser les derniers éclats encore par terre, que je rassemble prêt du tas qu'elle a elle même fait. Faire ceci me prend une nouvelle poignée de minutes avant qu'enfin, le dernier morceau ne soit ramassé. Je me retourne ensuite vers elle :

- Tu dois être au club de jardinage non ? Tu veux que je remmène tout au bâtiment des clubs, et qu'on y retourne après avoir désinfecté ta plaie, afin de réparer les pots ?

Je me relève en m’étirant, avant de passer la main sur ma boucle d'oreille d'un air songeur, sans même y faire attention, attendant en silence sa décision, que je suivrais de toute façon.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Miko Suzuke
♠ Lycée - Deuxième année
avatar

Genre : Féminin Verseau Chat Age : 17
Adresse : Chambre 202
Compteur 20

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Ven 12 Aoû 2016 - 0:57

En écoutant les paroles de son interlocuteur, la jeune femme afficha un sourire plutôt discret sur son visage. Elle commençait à bien l'aimer. Ce jeune homme la comprenait, la calmait sans s'emporter, il pensait aux autres aussi et n'arrêtait pas de lui proposer son aide alors qu'à leur première rencontre, il y a quinze jour, elle l'avait agressé, ça montre qu'il n'est pas quelqu'un qui est rancunier. En repensant à cela, le regard de la jeune fille devenu triste malgré la pointe de joie qu'elle affichait avant. Ça y est, c'était décidé, la lycéenne était maintenant déterminée à se faire pardonner ! Elle devait lui rendre l'appareil ! Après tout, elle aussi sait se montrer gentille. Mais par où commencer ? ... Peut être que lui donner raison sera un bon début. La brune laissa s'échapper un petit rictus.

- Aha. Je m'emporte toujours quand il est question de mes très chères fleures et même si ça me retombe dessus, j'ai les moyens pour m'en protéger...

Explication : non, ce n'est pas une super samouraï secrète, même si elle sait faire pas mal de chose avec sa pelle maintenant ! Mais n'oublions pas que Miko est une fille de supers scientifiques, ce qui veut dire que même si elle se retrouve en prison pour meurtre, ses parents auront toujours les moyens de la faire sortir de là. Même si ça n'arrivera pas car elle n'a quand même pas de sang de tueur en série qui coule dans ses veines !
Cependant, il ne faut pas non plus penser qu'elle est super fière d'avoir pleins de sous et qu'elle adore exhiber sa richesse. Elle l'utilise juste quand elle en a réellement besoin. Même si ses réels besoins s'étendent à plus de cinq cent euro par mois ! Mais ça restera pour la bonne cause, vu que c'est pour ses fleures. Les équipements, les engrais et tout ça, ça coûte chère !

- Bon, encore une fois pour le pot. Je t'assure que j'ai pris mes précautions, mais disons que je suis venue ici vers les heures de repas, où quand le soleil se couchait. Et puis aussi, on est derrière le gymnase, du coup je n'avait pas imaginé que quelqu'un ferait son footing ici même si oui, j'aurais pu y penser. Et replanter mes fleurs ? Comme tu peux le voir, elles sont un peu foutue. L'autre idiot a marché dessus.

Elle soupira puis à nouveau elle rit jaune parce que ses pauvres plantes étaient vraiment dans un mauvais état. Il s'y connait vraiment "un peu" en jardinage. Mais une nouvelle fois, c'était quand même un bon point, cet ex-destructeur de la flore savait planter des plantes ! Aha, ça contredit tellement ses anciennes pensées. Et ça l’impressionna tellement. La suite était encore plus surprenante ! Monsieur pratiquait le Kung fu ! C'est vrai qu'en essayant de se rappeler, la jeune fille remarqua qu'il avait les gestes d'un parfait combattant.

- Oua ! Je suis impressionnée. Je n'arrive pas à trouver d'autre mots, haha. Tu dois être un professionnel, nan ? Tu en fais depuis longtemps ? Je suis plutôt une bonne combattante, tu crois ? Ou juste un danger publique.

Elle rit à sa propre blague. Tout d'un coup, la brune commençait à être de bonne humeur. Pas très étonnant vu les circonstances, ils s'étaient excusés l'un, l'autre et maintenant ils apprenaient à se connaitre. Il faudrait être idiot pour rester de marbre ou timide. Enfin bon, le contraire de Miko quoi. Même si elle parle à peu de monde. Et puis, c'est pas comme si elle cherchait absolument à se faire des amis et que les autres essayaient de la connaitre. Enfin, faudrait d'abords qu'ils sachent qu'elle existe. Voilà le problème. Mais après, lorsque la conversation est lancée, ne vous inquiétez pas, la belle saura poser milles questions !

A la suite de la découverte de son talent pour le sport, la petite fille - car elle se sentait comme cela - continua à découvrir une personne de plus en plus incroyable. Cette personne est vraiment une TRES bonne personne ! Ça commençait à en devenir étrange. Pourquoi est il si gentil ? Avec moi en particulier. Parce qu'il sait que je suis riche et qu'il veut en tirer profit ? Non, il y a des personnes beaucoup plus aisé que moi. Parce que c'est dans sa nature ? Cela peut être possible mais on ne peut être aussi gentil en naissant... Argh, il faut que je découvre la vérité ! La lycéenne commença à s'interroger mais n'osa pas lui en parler. Répondre à ses paroles seraient plus appropriés. Elle lui sourit alors un peu gênée car ce qu'elle venait d'avoir était digne d'une blessure d'enfant.

-Aha! Ne te fatigue pas. En réalité, j'ai pleins de matériel sur moi, même si on dirait pas ! Et du coup, j'ai un petit désinfectant - ça prend moins de place- et un rouleau de bandage. Je ne pensais vraiment pas que c'était un peu grave. Et oui j'appartiens bien au club de jardinage, mais tout ça m'appartient. Mais du coup si tu veux qu'on se déplace, ce serait plutôt pour chercher de nouvelles plantes. D'une certaine façon, je savais que ça allait arriver. Enfin, c'est arrivée une fois, pourquoi cela ne pourrait pas arriver une deuxième fois. Cependant, avant, si cela ne te dérange pas, je voudrais bien un peu d'aide pour me nettoyer la plaie.

La jardinière lui sourit et commença à sortir de quoi la soigner pour ensuite lui tendre tout en remarquant sa boucle d'oreille.

- Jolie piercing.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10657-miko-suzuke
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Lun 15 Aoû 2016 - 17:10

Jusqu'ici, elle avait était plutôt d'un naturel colérique, froide, avec l'envie évidente de m'arracher la tête a chaque fois qu'un mot sortait d'entre mes lèvres. Je retiens un léger sourire lorsque sa personnalité change du tout au tout. Elle est souriante a présent, plutôt vive, enjouée, un peu trop même, elle me semble légèrement hyperactive. Le genre de personne qui préfère agir avant de réfléchir. Ce n'est pas forcément sa vraie personnalité en fait, elle est possiblement très gentille, mais je ne peux pas vraiment me faire d'idée pour le moment. Je ne ferais de toute façon aucune réflexion. Après tout je vais probablement passer la prochaine heure avec elle, alors il serait bon de ne pas l'énerver a nouveau.

Elle dit elle même que lorsque quelque chose la touche, elle s'énerve facilement. Elle ne l'a pas dit comme ça, mais c'est exactement ce que j'ai compris. Elle a l'air extrêmement concerné par ce club de jardinage. Je ne comprend d'ailleurs pas vraiment pourquoi. Ce ne sont que des fleurs, si elles meurs, il suffit d'en planter d'autres, ce n'est pas comme si elles ressentaient des émotions, ou de la douleur. Une fleur n'a pas de nerfs, ni de cerveau, ni de muscles ou d'os, alors je ne vois pas vraiment pourquoi en faire toute une histoire. Mais encore une fois je présume que certaines personnes prennent les choses très a cœur. Histoire de ne pas envenimer la situation et d'apaiser ma jeune partenaire, je lui souris lentement en levant les mains en signe de traiter de paix :

- Oui bien sur je comprend, après tout elles ont autant le droit que nous de vivre, n'est ce pas ? Mais on va faire en sorte de régler ce problème. Et j'ai bien vu que tu n'hésitais pas a utiliser des arguments....frappant.

Elle peux bien fomenter des embuscades de la sorte si derrière elle est armée de cette arme improvisé capable de décapiter quelqu'un d'un coup de bras. Je me demande même pendant un instant si elle ne l'a pas fait exprès, histoire de se trouver une bonne raison de frapper quelqu'un. Non je ne pense pas, après tout elle s'est fait bien plus mal que l'autre, je doute que cela ai était prémédité. Elle me dit qu'elle était sur d'avoir fais attention, mais forcément si elle n'a pas regardé aux heures ou je passais, aucune chance qu'elle ai pu me voir. Je n'allais pas la sermonner une nouvelle fois, c’était inutile, elle avait parfaitement compris le message et je n'étais de toute façon pas vraiment du genre a m'énerver contre quelqu'un.

Je regard les fleurs en question au moment ou elle m'annonce qu'elles sont foutu. En effet je n'avais pas vraiment fais attention, mais il semble bien que le fuyard n'y est pas allé de main morte. Enfin je suis sur que certaines d’entre elles sont encore assez intact pour pouvoir être « ramenés a la vie ». Au tout début du jardin que j'avais fais avec ma mère, quand nous étions juste arrivé dans notre petit village loin au nord de Keimoo, nous n'avions pas les moyens d'acheter des graines et des plants neufs, si bien qu'on avaient fait de la récup, et avions réussis a rattraper des plants de tomates que personne n'aurais jamais pensé réutiliser. C'est pourquoi je ne me faisais pas vraiment d'inquiétude, si on s'y mettait a deux, on avait toujours une chance :

- Ne t'en fais pas, je suis sur que certaines d'entre elles peuvent être sauvé, si on s'y prend rapidement.

Elle rebondit ensuite dans la discussion sur le fait que je lui ai dis que je faisais du kung fu depuis quelques temps. Elle me complimente chaudement, et je détourne le visage ne pouvant m’empêcher d'en rougir, bien évidemment. Elle me demande si je suis pro, depuis combien de temps j'en fais....ce n'est pas que je ne veux pas lui répondre, mais elle risque d’être déçu. Enfin quand j'y pense, sans me vanter, je ne dois pas être d'avoir un niveau très correct. Bon, certains diront très correct mais je vais éviter de me gausser de ce genre de remarque. Et elle rajoute une réflexion qui me fait hésiter, je ne sais pas exactement comment répondre.

- Et bien j'en fais depuis une dizaine d'années maintenant....et euh, je ne suis pas sur qu'on puisse te considérer comme une combattante....mais ce n'est pas pour ça que tu n'es pas forte bien sur, juste que tu n'as pas vraiment de techniques existantes...je pourrais t'en montrer....

Je m’arrête, évitant de trop en dire, histoire de ne pas la vexer, encore une fois. Au lieu de ça je m’intéresse plutôt a cette fameuse blessure. Elle me dit que ce n'est rien, et surtout, ajoute qu'elle a tout ce qu'il faut sur elle. Je la regarde d'un air étonné. Des gens qui se baladent avec des pansements, je peux comprendre, mais avec une bande et un antiseptique, ce n'est pas vraiment courant. Elle ajoute que si je peux lui faire, elle en serait contente. Je me demande bien pourquoi elle préfère que je lui fasse plutôt qu'elle se le fasse elle même, mais je ne commente pas d'avantage.

- Bien sur, assis toi la.

Je récupère ce qu'elle me donne, tout en approchant du banc légèrement derrière nous, ou je lui demande de prendre place. Une fois fait, je pose un genou a terre devant elle, histoire d’être a une meilleure hauteur, et passe délicatement ma main derrière son mollet afin de redresser un peu sa jambe, jusqu'à ce qu'il soit assez haut pour qu'il puisse s'appuyer sur mon autre genou formant un angle droit. Tandis que je fais ça, elle complimente ma boucle d'oreille. Je souris légèrement a ce nouveau compliment.

- C'est une amie a moi qui me l'a offert, j'étais pas particulièrement chaud a la base, mais finalement ce n'est pas si mal, je crois. Attention, ça va peut être piquer un peu.

Après avoir essuyé la plaie avec ma manche désormais écarlate, j'utilise le produit afin de désinfecter la blessure comme il se doit. Une fois fait, je déroule la bande jusqu'à une certaine longueur, puis je la coupe d'un coup sec, avant de commencer a la passer autour du genou en question partant du dessus jusqu'au dessous. Au bout d'une minute, l'opération est éfféctué, ce n'est pas assez méchant pour mettre une bande, mais bon, puisque nous en avions une sous la main, autant ne pas se priver.

- Voila, c'est fini, désolé j'avais les mains froides, et j'espere que je ne t'ai pas fais trop mal.

Je repose délicatement sa jambe au sol avant de me relever, souriant, attendant les ordres en ce qui concerne les plantations.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Miko Suzuke
♠ Lycée - Deuxième année
avatar

Genre : Féminin Verseau Chat Age : 17
Adresse : Chambre 202
Compteur 20

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Jeu 18 Aoû 2016 - 16:03

La brune semblait ravie qu'il montre un peu de reconnaissance envers ses fleurs même si au fond, il ne pouvait peut être pas comprendre ? Et tout ça, n'est peut être qu'une illusion, mais peu importe, elle était charmée. Il montrait qu'il avait encore de l'espoir malgré le fait que la moitié des plantes soient mortes. A nouveau, un bon point. A force d'en donner au jeune homme, la jeune fille commença à s'y habituer et trouva de plus en plus étrange cette gentillesse excessive. Elle avait le don pour remarquer ce genre de chose. Mais peut être se fait elle des mauvaises idée. La lycéenne ne le connaissait pas bien encore, du coup, vaut mieux ne pas s'attarder là dessus pour le moment.

La jardinière rit au dernier mot qu'il prononça. Frappant. Se répéta t elle dans sa tête. Disons qu'il n'y a pas de meilleur mot pour décrire ce qu'elle est capable de faire. Et elle était contente qu'il comprenne bien ses intentions malgré le fait qu'elle ne soit pas réellement comme ça au quotidien. Elle peut être violente et agressive comme douce et gentille. Cependant cela dépend de beaucoup trop de choses tel que son humeur, ses actions, les actions des autres aussi. Mais là, vu qu'on décide d'être gentil avec elle, vaut mieux pour la brune de retourner l'appareil.

- J'aime tes décisions ! Et je propose d'en faire du composte pour mes futures fleures. Parce qu'il n'y a pas d'autres solutions. Ces fleurs ne peuvent plus avoir une nouvelle vie. Même en y mettant tout notre amour. Elles ne peuvent même pas être séchés.

Tiens la situation à changer, en quelques sortes. Alors que le blond est pleins d'espoir pour les plantes, prêt à sauver les dernières survivantes, la brune, elle préfère les laisser mourir. Bizarre comme contexte mais explicable. Il avait des pensées de débutant, tandis que la jardinière savait ce qu'il fallait faire vu qu'elle s'est renseignée. Enfin bon, malgré le fait qu'il ne soit pas fort dans ce domaine, l’athlète lui apprit qu'il fait du kung fu depuis un moment déjà ! Il doit vraiment aimer ce sport. Le blond lui proposa même de lui donner quelques cours. Il ne semble pas comprendre l'ironie. Elle se moqua alors de lui en le tapant dans le dos. C'était une petite tape toute mignonne. Et Miko lui offrit un grand sourire

- Aha, je rigole. Expert en combat mais pas dans l'humour à ce que je vois. Mais sinon, si je trouve quelques heures dans mes journées remplies, j'accepterais volontiers d'apprendre à manier l'art du combat ! ...

Tout à coup, elle qui voulait l’appeler sensei, se rendit compte qu'elle ne connaissait pas son prénom. Ce qui était plutôt bizarre vu qu'il lui rendait pleins de services. Il ne la connaissait pas mais était d'accord pour l'aider pour tout. Même si leur cas ne sont pas similaires, si la brune aurait été à sa place, elle ne serait même pas rester deux minutes avec lui pour lui parler. Bon après, il devait se rattraper... Enfin bon, malgré le fait que ce détail la perturbe, elle suivit d'abord ses instructions pour ne pas changer directement de sujet !

Tandis qu'elle s'était assise sur le banc, la jeune fille laissa sa sorte d'infirmier la soigner et en profita pour le regarder en action. En réalité, elle aurait pu faire sa toute seule mais en réalité, elle n'est pas très bonne dans ce domaine. Il suffit de voir comment elle a mit de travers son pansement. La brune sourit à la vue de ses talents. Décidément il est bon partout ! Même si elle a ressentit quelques picotements, même s'il avait les mains froides. Ce n'était point dérangeant.

- Félicite cette amie, elle a de bon conseils ! Et bravo tu as fait du bon boulot ! Si tu ne veux pas devenir kung fu man professionnel réoriente toi vers la branche médicale ! Héhé ! Enfin bref, maintenant je crois que je suis prête pour aller chercher mes plantes. Mais du coup, je pense que ce serait mieux que tu restes ici. Pour surveiller tout ça.

La lycéenne se leva alors en étant un tout petit peu déstabiliser et montra du regarde les choses dont elle parlait. Qu'est-ce que ça ? Même si elle n'a pas arrêter parler de ses plantes, rappelons qu'elle avait du matériel avec elle. Des sacs d'engrais, des râteaux, et surtout des planches de bois pour faire des pancartes signalant ses petites plantes !

- Ça te va ? ...

Elle laissa un blanc signifiant qu'elle cherchait vraiment à lui demander son nom mais elle ne su comment lui demander.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10657-miko-suzuke
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Ven 19 Aoû 2016 - 16:42

J'ai un peu de mal a la suivre a vrai dire. Sans doute parce qu'il y a encore un instant je devais faire attention a tout ce que je disais histoire de ne pas la mettre en colère, et que maintenant elle semble pendu a mes lèvres, appréciant le moindre mot qui sort de ma bouche. Ce n'est pas plus mal au moins, nous avons ainsi la possibilité de discuter sans cette tension qui était au dessus de nous, planant dangereusement, prêt a frapper a tout moment.

Elle semble plutôt d'accord avec moi finalement, en ce qui concerne les plantations, ce qu'elle dit est même plus intéressant. En faire de l'engrais pour les autres est probablement le plus intelligent a faire, bien que le composte crée par les plantes est loin d’être aussi efficace que d'autre nutriment que peuvent fournir la nature. Je l'écoute en silence, prenant en compte ce qu'elle dit, puis hoche la tête d'un air affirmatif :

- C'est une bonne idée, gardons celles la quand même, elles peuvent encore être replantés, on sait jamais il y a moyen de les faire repartir elles ne sont pas trop en mauvais état.

Alors que je viens de finir de désinfecter son genou et qu'elle s'est remise debout, je sépare les fleurs qui sont potentiellement re-plantables de celle qui sont purement et simplement décédés. Une fois que le tri est fait je l'écoute me répondre suite a ma réflexion sur la possibilité que j'aurais de lui apprendre deux ou trois choses. Je crois que je l'ai peut être prit un peu trop aux mots, elle me dit qu'elle rigolait et que je ne dois pas avoir beaucoup d'humour. Elle semble s’arrêter un peu dans sa phrase, comme si il lui manquait quelques chose, mais je ne réagis pas a ça. Je la regarde un instant avant de répondre en souriant :

- Tu as juste a me le dire, j'aide déjà quelqu'un en ce moment, mais il y a sans doute moyen de trouver un créneau si tu le veux vraiment, ça me ferait plaisir bien sur, a moi aussi.

Je me mord la lèvre discrètement, je ne suis pas toujours très bon en matière de proposition, faisant toujours des promesses que je ne suis pas sur de tenir, mais la ce n'est pas vraiment une promesse, c'est une supposition, alors je présume que ca ira. Je crois. Je soupire une nouvelle fois, la journée avait pourtant débuté si tranquillement et voilà que je me retrouve a devoir faire du jardinage. Je n'en ai pas fait depuis longtemps, cela fait plusieurs mois déjà que je ne suis plus chez moi. J'avais d'ailleurs dis que je désherberais en rentrant, il faudra que je prenne deux jours pour le faire.

Je retourne mon attention vers elle lorsqu'elle reprend la parole, me disant que je devrais féliciter cette amie car elle a de bons conseils. Si cela sous entend que cela me va bien, je suppose que je dois la remercier. Et c'est vrai que la dessus Aslinn a toujours eu des conseils intéressants. Je rougis en prenant le compliment, avant de répondre d'un vague « merci, c'est gentil » et en détournant le regard. Elle rigolerait la rousse, si elle me voyait comme ça, elle se moque toujours de moi de toute manière.

Elle continu en me disant que si jamais je ne voulais pas continuer les arts martiaux, je devrais me diriger vers la branche médicale. Je souris lentement. Trop de mathématique, j'avais déjà du mal avec les cours du lycée, même si je ne faisais rien pour m'améliorer. Ca ne m’intéresse pas. Ou du moins la façon d'y parvenir ne m’intéresse pas. Kung fu man hein ? Je ricane un instant devant ce surnom qu'elle a affublé a mes nobles prédécesseurs, ces grands maîtres qui ont forgés l'homme que je suis.

- Il n'y a pas vraiment de nom pour un pratiquant de kung fu, combattant est probablement le plus exacte. Mais merci pour le compliment, encore une fois, même si j'ai déjà commencé mes études supérieurs, si jamais je décide de changer, pourquoi pas !

Elle m'annonce alors qu'elle a amené du matériel ici, en me les désignant de la main ces affaires en question, le nécessaire a jardiner, comme de l'engrais, des instruments, des planches de bois.....je ne suis pas sur que quelqu'un a vraiment envie ici de voler un sac d'engrais de dix kilogrammes, cela ne serait pas très discret. Elle veux peut etre juste aller la bas toute seule ? Elle bute encore une fois, mais je n'y fais pas attention, préférant répondre tranquillement :

- Et bien, je ne pense pas que ce soit important de garder ça, il n'y aura pas de problème ici, et en plus c'est les vacances, je pense que je serais plus utile en ramenant les choses lourdes, non ? Enfin ça ne me dérange pas de t'attendre ici, c'est comme tu veux, je peux peut être faire quelque chose en attendant, si je reste ici ? Pour gagner du temps ?


Je me dirige vers le banc et prend place dans un grognement de satisfaction. Je n'avais pas réalisé mais je marche depuis plus d'une heure, et malgré mon endurance, je ne trouve pas désagréable de me reposer un instant. J'appuie mon menton sur ma main, le coude reposant sur le genou, la regardant un peu trop fixement peu etre, attendant sa réponse avec un sourire.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Miko Suzuke
♠ Lycée - Deuxième année
avatar

Genre : Féminin Verseau Chat Age : 17
Adresse : Chambre 202
Compteur 20

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Lun 22 Aoû 2016 - 16:19

La jeune fille se rendit compte qu'il insistait pas mal pour garder certaines fleures parce qu'elles étaient encore vivantes. Il n'avait pas tort et puis bien sûr qu'elle allait quand même en garder. Trouvant ça gentil de sa part, elle lui sourit seulement et hocha la tête pour lui montrer son accord. Quand celui ci finit de désinfecter son genou, elle fit attention au fait qu'il sépare ses fleurs avec beaucoup de soins, sans qu'elle lui demande. C'est tellement intentionné de sa part.

Lorsqu'il reprit la parole, la brune constata qu'il n'avait pas particulièrement comprit son blanc. Peut être la prochaine fois alors ? . En continuant à l'écouter, elle pu se rendre compte que lui aussi avait un emploie du temps remplie. La lycéenne se sentit un peu coupable de lui proposer encore plus de "travail". Elle préféra alors remettre sa proposition en question. Après tout, elle n'était pas du tout obligée de suivre ses cours. Ça ne lui apportera rien de spécial dans la vie de la brune. Elle avait juste dit oui par pure politesse en quelques sortes sans prendre compte des autres facteurs. Bon après, c'était lui qui lui avait fait la proposition et puis il disait être content de le faire...

- Tu sais, si tu es occupée, tu n'es pas obligée de me prendre ! Je ne veux pas t’embêter encore plus que je ne le fais déjà actuellement...

Elle perdu un peu confiance en elle. Malgré le fait qu'il devait se rattraper, lui donner des cours ne comptait pas. Ce n'était pas la même chose. Du coup, c'était gênant pour elle. Sa tête se baissa alors pour montrer sa gêne. Et pendant ce temps, alors qu'elle prêtait attention à tout les gestes du jeune homme depuis de début, le fait qu'il se morde la lèvre ou qu'il rougisse en lui disant merci ne se fit absolument pas remarquer. En même temps, c'était moins voyant et puis, Miko n'était pas une experte pour voir ce genre de chose à vrai dire.

Heureusement que le sujet de la conversation dériva un peu. La brune pu rebondir assez facilement. Pourquoi ? Parce qu'il avait rit à sa petite blague. Bon en vrai, elle ne l'avait pas fait exprès mais c'était tant mieux maintenant qu'il s'amuse un peu - en quelques sortes. La jeune fille lui sourit alors. Elle apprécie aussi la suite de ses paroles. Malgré le fait que ce soit une stupide recommandation, il avait quand même prit en compte que cela pouvait être possible !

- Tu serais le premier docteur généraliste professionnel en kung fu ! Ce serait vachement drôle à voir ! Tu pourrais faire des consultations dans un dojo tout en entraînant tes élèves futures pro eux aussi.

Son scénario était tellement absurde et stupide qu'elle resta de marbre au début puis elle laissa passer un petit rictus vu que c'était trop idiot pour ne pas en rire. Une vraie gamine. Enfin bref, elle reprit son sérieux assez rapidement après vu qu'ils recommencèrent à parler de ses plantes. Il disait comme quoi il n'y avait pas de problème vu que c'était les vacances. La jardinière avait oublié ce détail, vu qu'elle n'a plus trop la notion du temps.

- Les accidents peuvent vites arriver. Crois moi, j'en sais quelques choses maintenant ! dit elle sous le ton de la plaisanterie. Tu pourrais servir de panneau humain disant aux autres étourdies de faire attention. Sinon, vu que je vais peut être prendre du temps, et que tu devras donc attendre un moment, tu peux construire mes panneaux si tu veux ! J'ai pris de la peinture aussi. Ça ne devrait pas être compliqué pour toi vu que tu as des biscottos haha !

Elle prit les quelques planches de bois, son petit pot de peinture, sortie un marteau et des cloues, puis se dirigea vers l'espace de terre de l'autre côté du mur du bâtiments. L'apprentie jardinière même si pas mal expérimentée reprit la parole tout en montrant les extrémités de la surface qui était d'environs de trois mètres.

- Il m'en faudrait un ici et... un autre ici, si possible. Ah et aussi ! Le message ! J'aimerais que ce soit marqué : Attention, ici repose les précieuses fleures de Miko. Veuillez ne pas toucher.

C'est la seule chose qui lui est venu à l’esprit, elle espérait que ce soit une bonne proposition malgré tout. En attendant sa réponse, la jeune fille lui sourit avec un peu de gêne.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10657-miko-suzuke
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 404

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs   Mer 24 Aoû 2016 - 0:30

J'observais lentement les deux catégories de fleurs que je venais de séparer. Il y en avait beaucoup plus que ce que j'avais pensé au départ dans la partie « morte ». Je me sentais désolé pour la jeune fille et pour l'école qui avait sans doute payé les fleurs, puisqu'elles venaient du club de jardinage. Je connaissais plutôt bien le prix qu'il fallait mettre pour acheter ce genre de plantes, et donc la perte économique qu'un accident tel que celui la avait engendré. Il ne fallait pas que penser a l'argent, mais c’était une cause importante de ma tristesse. Nous n'aurions jamais pu en racheter pour notre jardin a la campagne, je me sentais donc un peu coupable.

Elle reprend la parole, en me disant que ce n'est pas grave si je n'ai pas le temps de lui apprendre quelques rudiments de self-défense. Je suis surpris qu'elle me dise ça alors qu'elle semblait plutôt motivé quelques minutes auparavant. Si elle ne veux pas elle a juste a me le dire. Elle n'a pas besoin de trouver une justification quelconque pour s'en sortir. Mais quand elle ajoute qu'elle ne veux pas me déranger d'avantage que ce qu'elle fait déjà, je fronce les sourcils. C'est peut être ça en faite. Sous ses airs d'assurances, elle culpabilise peut être un peu de me faire travailler, de s’être énervé pour rien. Je répond tranquillement en la regardant :

- Tu ne m'oblige a rien tu sais, je ne fais que ce que je veux bien faire. Alors si je te propose quelque chose, c'est que je le veux bien, tu n'as pas besoin d'y réfléchir. Acceptes ou refuses, mais ne pense pas que je le fais par défaut. Je le fais par plaisir, rien d'autre.

Je soupire, j'ai l'impression d'avoir étais un peu dur dans ma façon de parler, j'aurais voulu être plus doux, histoire qu'elle comprenne que je ne voulais pas qu'elle pense a moi, mais plutôt d'abord a elle. Je ne la connaissais pas encore très bien, mais elle semblait vive et joyeuse, je n'avais pas particulièrement envie d’être la cause de sa culpabilisation. Le sujet finit par dériver de cette question, heureusement d'ailleurs, je ne savais pas trop quoi dire de plus.

Elle me parle du fait de devenir le premier médecin combattant professionnel, avec des disciples. Je souris devant son éclat de rire, mais ce n'est pas une idée si farfelu. La plupart des grands maitres, a défaut d’être des médecins diplômes dans des écoles standards, maîtrisent totalement les techniques de médecine Japonaise ancestrale, qui se passe de génération en génération depuis la nuit des temps. Je devrais d'ailleurs commencer a me documenter, cela pourrait être extrêmement pratique et intéressant, d'autre que je me blesse souvent musculairement parlant, et que j'aide aussi des gens a se remettre de douleur depuis quelque temps. Comme Aslinn par exemple, quand elle etait venu suite a ses douleurs de sa séance de club. Oui, ca pourrait etre vraiment utile.

- Ne rigoles pas, ca existe vraiment ! Des grands combattants sont aussi de grands médecins, capable de soulager des douleurs musculaires et osseuses en un clin d’œil avec des techniques vieilles comme le monde qu'ils connaissent depuis des générations ! C'est fascinant tu ne trouve pas ?

Puis enfin, après sa proposition de faire quelque chose pendant son absence afin de gagner du temps, elle expliqua qu'il fallait mettre en place des panneau de bois afin d'avertir les gens que des pousses de plantes avaient étaient plantés. Aussi elle attrapa un pot de peinture et plusieurs pancartes, je pris celles restantes, et se dirigea de l'autre coté du bâtiment, ou je la suivis en silence. Elle s’arrêtait devant une grande parcelle de terre recouvert d'herbe, parfaitement tondue. L'endroit était parfait pour de nouvelles plantations, c'etait une bonne décision.

Je l'écoute me dire ce que je dois faire, les panneaux a clouter et sur lesquels il fallait écrire un message qu'elle me cita, puis leurs emplacements. Je fronce les sourcils en entendant le message. D'abord parce que je suppose que Miko doit etre son prénom et que je ne me suis meme pas présenté, et surtout parce qu'elle parle des fleurs comme si c'etait les siennes, alors que depuis le début je pensais qu'elles appartenaient a l'école. Je me retourne vers elle :

- Désolé, je ne me suis pas présenté. Je suis Satoshi. Sakutaro Satoshi, en première année a l'université, enchanté de te rencontrer. Pour le message, tu ne voudrais pas quelques choses de plus neutre ? Histoire de pas mettre ton nom partout ? Enfin c'est comme tu le souhaite bien entendu.


Après avoir entendu ses nouvelles consignes exactes pour le message, je me mis au travail lorsqu'elle fut partit. Créer le nombre de pancartes nécessaires ne fut pas extrêmement long, et lorsqu'elle revint, j'avais fini de faire le dernier message, ne restant plus qu'a installé les dites pancartes.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
 
On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Prélude
» Laver le singe sale sans casser des oeufs
» Pas d'omelette sans casser des oeufs [PV]
» On ne fait pas de portrait sans casser des oeufs - Suite
» On fait pas d'omelettes sans casser des poules!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Complexe Académique :: Secteur sportif :: Le dojo-
Sauter vers: