₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shopping time [ Lois Garnett ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Shopping time [ Lois Garnett ]   Mar 19 Juil 2016 - 1:14

C'est interminable. Je pense a ce jour qui arrive depuis les premiers instants ou j'ai foulé les pelouses, les pavés, de Keimoo. Au milieu de cette ville, prêt de ces arbres, ces grands bâtiments, j'ai rêvé du mois de vacances qui allait finalement me délivrer de nombreux mois d'études harassants. De fin Juillet a fin Aout, j'allais enfin être libre. Passer mes journées a faire ce qui me chante, m’entraîner, dormir, lire des mangas, courir autant que mon âme me le permet. Pourquoi pas rentrer chez moi ? Ma mère serait folle de joie de m'avoir pendant un mois entier, et j'en serais tout aussi joyeux, a la campagne, au milieu de nul part, ou le silence et la tranquillité règne en maître. C'est vraiment ce que j'avais espéré a la base, c'est comme cela que je l'avais imaginé. Je me trompais.

Il fait chaud. Je n'aime pas la chaleur, et habituellement j'ai du mal a la supporter. Mais il semble que cette année soit bien au delà de toute mes limites, et je fond sous la chaleur infernale. Les rayons m'agressent constamment, a chaque coin de rue, prêt de chaque fenêtre, chaque bâtiment. Je n'ai nul part ou me cacher, alors je n'ai d'autre choix que d'accepter mon sort en silence, d'endurer. La crème solaire graissant mon visage, j’espère juste que je parviendrais a tenir l'épreuve qui m'attends.

Je pensais pouvoir m'amuser, me reposer, mais je dois encore et toujours travailler afin de parvenir a subvenir a mes besoins. Et l'ordinateur de mes rêves, celui qui me permettra d'avoir enfin un acces personnel a internet, est bien loin de mes maigres moyens. Je n'ai plus qu'a aller donner ma vie sur les plages de Keimoo avec mon ami Hisaka qui m’enlève quand même le stresse de ne connaître personne le premier jour. C'est toujours cela de gagner.

Il me reste une grosse journée de cours avant d’être quasi-officiellement en vacances. Le reste n'est que broutille, une séance de révision en petit groupe, le visionnage d'un procès, chose banale. Il faut donc que je prépare « l’après ». Je n'ai rien pour aller a la plage. Je ne sais pas comment je suis censé m'habiller pour vendre des choses sur la plage. Décontracté, avec un short de bain et un tee-shirt, histoire de ne pas mourir de chaud, ou sérieux, avec un pantalon. Je ne vivrais pas assez longtemps pour être sérieux avec cette chaleur, et je n'ai ni de short, ni de maillot de bain, alors autant prendre un short de bain afin de combiner les deux. C'est avec cet état d'esprit que j'avais décidé d'aller en ville ce jour la, afin de faire quelques achats pour mes « vacances » a venir.

Mais je suppose que je n'étais pas le seul a avoir eu cette idée. L'endroit était bondé. La ville était remplit autant d'étudiants enthousiaste a l'approche de l'échéance tant attendue que de gens venus en visite pour je ne sais quelles raisons. Je ne pense pas que Keimoo soit vraiment un lieu touristique, mais la plage est agréable de ce que j'en sais. Et je vais avoir l'occasion d'en avoir le cœur net très prochainement, a mon grand regret.

Je n'ai aucune idée de l'endroit ou commencer mes recherches, je n'ai d'ailleurs aucune idée de comment atteindre l'endroit ou je pourrais réfléchir a l'endroit ou commencer mes recherches. C'est un casse tête sans fin. Peu importe ou je pose mon regard, il y a des gens, hommes, femmes, vieillards, enfants.

C’était a devenir fou. Le brouhaha me prend vraiment la tête et j'ai l'impression que ce dernier bourdonne sans aucune possibilité de retrouver la paix. Je ne parviens pas a déchiffrer les paroles des uns et des autres, c'est sans doute ça le pire. J'aurais du demander a Aslinn de venir avec moi, histoire de m'aider a m'y retrouver. Je suis sur qu'elle aurait réussit a trouver un magasin pour me dépanner.

Mon visage chauffe en même temps que mon crane et j'ai besoin de trouver un coin ou me reposer une seconde. Mon regard se pose d'abord prêt de la fameuse fontaine ou se sont déroulés la plupart des péripéties avec Miya, mais elle est également surchargé de monde, je ne peux pas vraiment aller la bas, ca n'arrangerais en rien mon probleme actuel. Les cafés sont impossibles a atteindre, et meme si j'y arrivais, trouver une place n'est pas non plus une option. Je n'ai plus le choix que de jouer l'homme de l'ombre, comme toujours.

Une petite ruelle a l'ombre, qui ne sens pas forcément très bon mais qui pourra au moins me permettre de reprendre mon souffle, et ma contenance. Je m'y dirige presque en courant, en contournant la population bruyante qui me regarde comme a mon habitude. Un blond ca se remarque toujours au milieu des bruns. Peu importe ou je vais, peu importe mon age, passé, présent, futur, c'est sans doute mon destin.

J'atteinds la zone sécurisante en un seul morceau, et m'appuie sur le mur en reprenant mon souffle. Il me faudrait quelqu'un pour m'aider a trouver des magasins de vêtements bons marchés qui fournissent ce que je cherche. Et avec toute cette population, faire les magasins un par un n'est pas une option, ils seront fermés avant que je puisse tous les faire. Mais je ne peux pas demander a un inconnu. Cette fin d’après-midi risque d’être vraiment longue.....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Lois Garnett
♣ Université - 4ème année
avatar

Genre : Féminin Capricorne Chien Age : 22
Adresse : 5 rue de la Chance, Quartier Hiryuu. Immeuble Sakura, appt. 24
Compteur 9

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Shopping time [ Lois Garnett ]   Mar 19 Juil 2016 - 16:50

C'était pas trop tôt, hein. Ce n'est pas que j'aime pas l'université, au contraire. Les cours sont passionnants, le campus est somptueux  ̶  comme on pouvait s'attendre d'une académie aussi prestigieuse que Keimoo mais quand même  ̶  et la culture est, de ce que j'en ai vu, tout à fait charmante. Je n'ai pas à me plaindre.

En théorie.

Tout ça, c'est sans compter le fait que les japonais ont collectivement pété un boulard. Un très gros boulard, j'en suis persuadée. Il n'y a pas d'autre explication pour leur rythme assassin, vraiment. Autant j'adore ce que j'étudie, autant le faire à une vitesse, quantité et fréquence pareille c'est usant. Si je n'avais pas eu la motivation des vacances qui pointaient le bout de leur nez, j'aurais certainement aussi pété quelque chose. Comme une table, par exemple. Je ne suis pas aggressive, comme fille, mais même moi j'ai mes limites.

Enfin, tout ça pour dire que c'est la liberté, à présent. D'accord, il me reste un ou deux travaux pratiques à rendre et un rapport de projet à finir mais rien qui n'engloutira mes journées. Avec les cours, l'emménagement et le fait d'avoir à prendre mes marques dans cet environnement complètement inconnu, je n'ai même pas eu le temps de visiter. J'avais rapidement fait un ou deux petits tours histoire de repérer les nécessités dans mon quartier et une animalerie pour Nell en centre-ville mais rien de plus. D'après ce que j'ai entendu, il y a pas mal de coins jolis à Keimoo. Il faudrait que je m'y balade un de ces jours, histoire de voir un peu et de prendre des photos pour Mamie Nana. Et, vu que j'ai un mois complet de libre, pourquoi pas voyager un peu aussi ? Je pourrais explorer Kyoto, ou peut-être même retourner en Corée, ça fait un bail que j'y suis pas allée.

Cependant, ça devra attendre.

Le plus urgent, là tout de suite, c'est de m'armer contre ce qui vient en même temps que les vacances : l'été. Ici, ça n'a rien à voir avec ce que j'ai bien pu vivre à Brighton, et encore moins à Jönköping. Résultat, je ne suis absolument pas préparée niveau fringues. À ce qu'il paraît le pire reste encore à venir, et pourtant, je galère déjà. Quand on y ajoute le fait que j'ai facilement chaud… On est juste en juillet et, affalée sur mon canap', j'ai l'impression de me liquéfier sur place. Craignez-moi, je suis la méchante sorcière de l'Ouest.

Oulah. Je divague sec, là.

Je jette un œil vers Nell qui me toise d'un air désapprobateur. Ok, si même un gecko me méprise, ça veut peut-être dire qu'il est grand temps que je me bouge. Ma garde-robe ne va pas se refaire toute seule, malheureusement. Même sans cette mission impérative, faudrait peut-être qu'un jour j'aie une idée de ce qu'il peut bien y avoir comme trucs à faire ici. Pas trop eu la foi de socialiser jusqu'à maintenant. Je suppose que je dois faire un peu flipper les pauvres japonais aussi, avec mes jambes de géante, mon bras tatoué et mes cheveux d'illuminée. En tout cas, j'ai croisé plus qu'un regard pas rassuré. Faut croire que j'ai plus la dégaine d'une délinquante que d'une hipster, ici.

Bon, on se lève. On va se dire que si j'ai attendu aussi longtemps pour soulever mon postérieur, c'est pour éviter de devoir braver trop de monde. Je recouvre soigneusement chaque centimètre carré de ma peau couleur cachet d'aspirine de crème solaire avant d'attraper le trio clopes/briquet/clefs pour les fourrer dans ma poche. L'idée même de devoir me trimballer un sac me répugne sur le moment, mais on ne me la fait pas à moi. Règle n°1 de l'été : toujours embarquer une bouteille d'eau. J'en profite pour y balancer mon portefeuille et mes papiers aussi. J'ai assez de place dans les poches de mon short mais c'est plus confortable de ne pas trop les remplir. Après une courte réflexion, mon petit appareil photo va rejoindre ses amis. Qui sait, peut-être qu'il y aura quelque chose de cool à voir.

Mon regard fait des va-et-vient entre mes fidèles bottines et mes vieilles claquettes spéciales j'ai-vraiment-trop-chaud-tuez-moi-par-pitié. Je crois bien que le choix est vite fait, déso' mes chères amies mais je me vois mal sortir avec des shoes fermées en cuir. Je les hais de toute mon âme, ces fichues claquettes, mais pour être honnête je hais la plupart des chaussures d'été. Au moins, celles-là n'ont pas un milliard de brides insupportables à attacher, je peux juste sauter dedans et pouf, prête.

Une fois arrivée en ville, je laisse échapper un juron. La chaleur, c'est quelque chose. Les gens, c'en est une autre et bien pire encore. Ils se sont tous donné le mot ou bien ?! Toute la ville est de sortie et a ramené sa famille complète jusqu'au 3e degré, visiblement. Joie dans mon cœur. J'ai de la chance d'en dépasser la majorité confortablement. Je ne suis pas trop suffoquée, du coup.

M'enfin, avec tout ça, elle risque d'être compliquée ma petite aventure. Les kanjis c'est pas de la rigolade, et il me faut toujours quelques instant pour réussir à les déchiffrer si ce ne sont pas ceux que j'ai l'habitude de lire. Ça ne sera pas au plein milieu de la horde de gens que je vais m'amuser à m'arrêter pour sortir Google Trad' comme la pire des touristes relou.

Quelqu'un vient de m'écraser le pied. Ça va pas le faire, mais vraiment pas. Faute de thé, me faut une pause clope. Je verrai bien après.

J'arrive à repérer un peu plus loin une ruelle. À l'ombre en plus. Oh, c'est que j'en trépignerai presque d'impatience. Faut me comprendre, je ne suis pas très friande de l'invasion de mon espace vital lorsque la situation ne s'y prête pas. Ou que je frôle la combustion spontanée.

Je m'y faufile alors et, adossée contre un mur, commence à me rouler une douce cigarette. Il m'amusera toujours, mon tabac. L'Amsterdamer. Il sent une agréable odeur sucrée à la sortie du sachet, mais sent autant la mort que les autres une fois fumé. C'est alors que je plaçait le filtre avec précision qu'un blondinet déboula presque dans mon petit havre de paix. Pas que ça me dérange, mais il n'a vraiment pas l'air bien, le coco. Tout essoufflé, il s'adosse sur le mur en face de moi. Je pense qu'il ne m'a même pas remarquée. Ça me colle un petit sourire en coin, ce serait bien une première pour moi, ici. Je l'observe encore quelques instants avant de lui adresser la parole en japonais  ̶  il a beau être blond, on sait jamais.

- Ça va ?

Question accompagnée de mon immanquable accent. J'espère que je suis compréhensible au moins, je n'aime pas parler inutilement. Mais bon, je l'aurais eu sur la conscience pendant un moment si je laissais ce pauvre gars sans même vérifier qu'il n'était pas à deux doigts de clamser.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10659-lois-garnett#230596 http://keimoo.forum-actif.net/t10660-livret-scolaire-de-lois-garnett
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Shopping time [ Lois Garnett ]   Mer 20 Juil 2016 - 1:51

Le monde est parfois bien étrange. La vie aussi. J'ai l'impression que tout tourne toujours de travers. En voulant remédier a une situation compliqué, le manque d'argent, me voilà avec une situation encore plus compliqué, le fait de devoir travailler. Et cette dernière a rendu une nouvelle action encore plus difficile, trouver de quoi m'habiller pour travailler. Et enfin, en voulant faire ça, me voilà obligé de plonger presque corps et âme dans cette ruelle aussi étroite que sombre, aussi sournoise que sécurisante, aussi bien plongé dans la pénombre qu'éclairé par un mince rayon de soleil.

Je m'appuie d'abord les mains sur les genoux, la tête vers le sol, afin de reprendre mon calme. Ce n'est pas la foule qui me rend nerveux en vérité, c'est juste de devoir me dépêcher au risque de rater certain magasin, mais également de devoir prendre la décision qui va engendrer la première impression de mon patron au travail. C'est sans doute cela le pire en fin de compte, j'ai peur de faire une erreur. Je me redresse et prend appuie sur le mur derrière moi. Ce n'est pas si terrible, il suffit juste d'attendre quelque secondes, réfléchir a ce qui est le mieux pour faire bonne impression, est de repartir. Mais ce qui est drôle dans la vie, c'est qu’après avoir atterrit dans cette ruelle, me voilà en train de faire face a une jeune femme d'environ mon age.

C'est bien sa voix qui m'interpelle, et je rougis en me rendant compte que je suis a environ un mètre d'elle, et que je ne l'avais même pas remarqué. La première chose qui me frappe, c'est qu'elle est grande pour une Japonaise. D'ailleurs, si j'y regarde de plus prêt, elle est plus grande que moi. Je ne suis pas si petit, je fais un bon mètre soixante dix huit, j'ai peut être prit un centimètre depuis la dernière fois, il est dit qu'un garçon grandit jusqu'à vingt ans. Mais cette fille est bel et bien plus grande, un mec quatre vingt a vu de nez, plus ou moins, je ne suis pas non plus très bon pour jauger du regard.

Je l'entend encore une fois me parler. Elle a redit quelque chose ? Non, ce sont ses deux mots qui résonnent dans mes oreilles. Je ne suis pas tout a fait sur, mais elle a quelque chose en elle qui me rappel Aslinn. Pas la taille en tout cas, et je souris en y pensant. Plutot sa coupe de cheveux sans doute, qui est pour me rappeler celle de mon amie. Et même si c'est difficilement perceptible avec uniquement deux mots prononcés, j'ai clairement l'impression que transparaît dans sa voix un accent plutôt important. J'en suis quasiment sur, elle n'est pas Japonaise. Cela me rassure légèrement, je n'ai pas trouvé le penchant féminin de Zakuro-senpai en face de moi. Contrairement a ma dernière rencontre avec lui, je n'aurais, je l’espère, pas a me battre.

Je me redresse d'avantage pour lui faire face, et effectue mon test favoris. Je plonge mon regard dans le siens, sans vraiment prévenir d'un quelconque tic du visage. Je le fais d'un coup, sans hésitation. Elle n'a pas le genre de regard chaleureux que les filles huppés de Keimoo peuvent envoyer histoire de faire bonne impression, mais pour autant il y a quelque chose qui me fait sourire, sans pouvoir faire autre chose que rester planter la. Le sentiment de ne pouvoir m'en détourner un seul instant sans mettre ma vie en danger. Comme lorsque l'on vous braque un revolver et que si vous n’êtes pas a la distance de sécurité, vous n'avez aucune chance d’éviter la balle.

Je sens mes muscles se bander inconsciemment, et souffle un nouveau coup afin de reprendre mon calme. Ce n'est qu'une fille un peu différente des autres, dans une ruelle en centre ville. Pas besoin de laisser le monstre endormit surgir. Pas besoin de mettre en pratique mes années d’entraînements. Il me suffit de garder ce sourire qui orne actuellement mon visage et de répondre poliment a ce qu'elle vient de me demander. Je ne quitte pas son regard des yeux, plus par curiosité qu'autre chose. Il me plaît, en fait son regard. Il me ressemble. Je passe la main dans mes cheveux histoire de les mettre un peu en arrière et, après m’être éclaircit la gorge, prend la parole a mon tour :

- Je n'aime pas vraiment les bains de foules, et je ne me doutais pas qu'il y aurait autant de monde aujourd'hui, même si c'est plutôt logique, c'est presque les vacances. Je n'avez pas vu que vous etiez la, je voulais simplement prendre une pause, pardon pour l'intrusion.

J'incline la tête légèrement pour mettre en avant ma volonté de m'excuser, puis je fais un pas sur le coté histoire d'agrandir d'un mètre la distance qui nous sépares. Je ne veux pas la mettre mal a l'aise a cause d'une proximité trop grande. En vérité une idée m'est passé par la tête. Elle a l'air d’être une étudiante étrangère, et vu son accent, elle ne doit pas etre la depuis longtemps. Alors pourquoi pas utiliser cet atout et lui proposer une visite, et en profiter pour écouter ses conseils vestimentaires qui pourraient m’être utiles après tout. On sait jamais, la plupart des filles sont plutôt au courant de ce genre de chose. Mieux que moi en tout cas.

Elle ne semble pas forcément porté sur la coquetterie toutefois, mais je ne vais pas laisser passer cette chance. Après Aslinn, aprés Djenna, je sais y faire avec les étudiantes ne connaissant pas la ville. Profitons de cette expérience gagné. Je ne peux toutefois pas lui demander directement, alors je reste silencieux le temps de réfléchir a un moment d'engager la conversation, en l'observant afin de trouver un indice.

Mon regard se détourne enfin du sien, me faisant d'ailleurs rougir en pensant aux longues secondes durant lesquelles je l'ai fixé. Puis, il se pose sur ses cigarettes, que je regarde d'un œil acerbe. Oui, ce ne sera clairement pas un bon moyen de rapprochement pour moi. Je n'ai jamais ne serait ce qu'essayer une cigarette. En tant que sportif, c'est important pour mon corps, en tant que jeune homme fauché, ce n'est pas possible a imaginer.

Je réfléchis encore une fois, pour tenter de trouver une phrase d'accroche afin de ne pas couper court a cette rencontre, sans paraître lourd et la faire fuir. Je ne suis pas socialement très aguerrit, malgré que je fasse beaucoup de progrès depuis ma rentrée a Keimoo en Avril. Je dois utiliser ces progrès a mon avantage....qu'est ce que je pourrais lui demander, que j'ai demander aux autres personnes....oh, je sais, c'est évident quand on y pense. Je jette un coup d'oeil dans la rue principale. Je ne sais même pas comment je peux faire pour y retourner sans heurter dix personnes par mètre, alors autant continuer ici.

- Pardon, je ne veux pas etre indiscret, mais tu n'es pas Japonaise non ? Je....je suis moi même d'origine étrangere en partie, et je dois avouer que c'est le genre de chose qui m’intéresse.

Je lui souris une nouvelle fois timidement en replongeant mon regard dans le sien. Ce n'est pas vraiment un mensonge. Mes propres origines ne m’intéressent pas. Elles me font peur en fait, mon père me fait peur, inconsciemment. Mais j'aimerais voyager, et entendre parler de tout ces pays lointain me laisse rêveur. Je m'étire sans détourner mon attention de ma camarade improvisé.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
 
Shopping time [ Lois Garnett ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shopping time | PV: Théo H. Everwood
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Les ONG doivent se soumettre aux lois haitiennes, ou doivent être expulsées
» Quelle corvée ce shopping ! [Kimberley]
» SENAT HAITIEN EN MARCHE :PROJET DE LOA/LOIS DE MOISE J CHARLES ..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Centre ville: Tsukuyomi Place et Palais impérial :: Ailleurs dans le centre-
Sauter vers: