₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Réservé Kohaku puis Hisaka] Cafétéria aux chandelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takuya Hibari
► Université - Deuxième année
► Université - Deuxième année
avatar

Genre : Non Binaire Vierge Cochon Age : 22
Adresse : Bougu
Compteur 170

KMO
                                   :

MessageSujet: [Réservé Kohaku puis Hisaka] Cafétéria aux chandelles   Dim 5 Juin 2016 - 1:20

Certaines têtes étaient levées, d'autres inclinées dans des postures invitant à la discussion avec le voisin, d'autres baissées sur les feuilles où les écrans d'ordinateur. Les stylos étaient pris dans une sorte de ballet commandé par la voix du professeur d'histoire antique. Petit homme à la barbe clairsemée et au regard vif, celui-ci ne souffrait généralement pas de manque d'autorité, sa voix hypnotisante réussissant l'exploit de captiver la moitié d'un amphithéâtre, chose notable pour un cours en fin de matinée. Malgré tout, l'approche de la fin de l'heure et la perspective d'aller manger faisait effet, et de nombreux étudiants commençaient à décrocher. Takuya en faisait parti, occupé à trainer sur le net depuis son téléphone. Les blogs semblaient recommencer à fleurir, mode qui revenait sans doute. L'un d'eux parlait du chemin pris par une certaine Fei Fei tous les matins, il en rigolait, ne comprenant pas bien l'intérêt d'une telle chose.

La sonnerie retentit alors qu'il passait sur celui d'un passionné vendant des mangas, il ferma prestement son téléphone. Le professeur ne tenta pas de terminer sa phrase, voyant déjà les premiers affamés atteindre les portes battantes de l’amphithéâtre. Le jeune homme prit son temps pour ranger ses affaires dans son sac de sport, ne se souciant pas vraiment de ses camarades. La faim ne le tenaillait pas encore suffisamment pour se presser, les autres pouvaient bien prendre sa place à la cafétéria. Ses gestes étaient posés, l'ennui et la tension l'avaient partiellement quitté, Takuya avait réussi à conjuguer vie nocturne, études et kendo et se sentait équilibré depuis qu'il avait rompu contact avec son père. La distance lui faisait prendre du recul, il avait mûri. Ses deux ans à Keimoo lui avait fait prendre conscience de la futilité de ses jérémiades d'antan, son père pouvait le déshériter, il n'en avait que faire tant qu'il sentait qu'il faisait le bon choix.

Il avait grandi pour finalement atteindre le mètre quatre-vingt, il avait prit en masse et ses traits s'étaient endurcis, enfin, une barbe de quelques jours ornait désormais son visage. Son regard restait  la plupart du temps sombre, pour s'illuminer lorsque quelque chose l'amusait. Il avait grandi oui, mais il restait Takuya, un jeune homme svelte tout en nerfs et en angles aux allures de héron.

Il sorti de l'amphi' en dernier, n'ayant pas manqué de lancer un clin d’œil des plus exagérés au groupe de filles devant lui, celles-ci se moquant de cet échalas sans gène en retour. Il ne courrait pas après les femmes comme la plupart des jeunes hommes de son âge, les quelques fois où il ne rentrait pas seul le soir n'étaient jamais que des fois. Ce clin d’œil n'était qu'une bravade n'engageant à rien, une boutade d'un jeune homme aimant rire de tout, y compris de lui tant que son ego n'était pas blessé.

Lorsqu'il arriva à la cafétéria, celle-ci était comme il l'attendait, bondée, grosse des plusieurs dizaines de jeunes adultes affamés qui piétinaient devant les comptoirs se vidant à vu d’œil. Le jeune homme soupira mais se résigna à se placer au bout de la queue, lorgnant sur les places assises restantes dans la pièces. A son grand damne il n'en aperçut que deux ou trois.

"Qu'est-ce que ce sera?"

Maussade, Takuya ne s'excusa pas, la file avait avancé sans qu'il ne s'en rende compte et le cantinier lui faisait désormais face. Bras croisés, la face plate des gens habitués à se montrer désagréable, mine parfaitement perpendiculaire au sol, celui-ci le fixait sans réellement le voir. Non, il n'avait aucune bonne raison de lui présenter des excuses.


"Vous resterait-il des bentos?"

L'homme ne lui répondit pas tout de suite, prenant juste assez de temps pour que la réponse se fasse attendre, l'affaire de deux secondes à peine. Il articula.

"Plus de bentos."

Légèrement agacé, Takuya reprit.

- Un sandwich alors?

- Plus de sandwich.

Un sourire moqueur se dessina sur les lèvres du cantinier. Il se payait sa tête, Takuya en était certain. Ce dernier serra ses phalanges. Il sentait l'envie de lui répondre monter en lui, mais il n'en fit rien, taper un scandale au milieu d'un endroit bondé ne rendait jamais service à personne, d'autant que les étudiants derrières commençaient à s'impatienter. Il se contenta de souffler, assez fort pour que visage-plat sente son dédain, puis demanda à ce qu'on lui serve ce qu'il restait. Il faisait bien chaud en ce lieu.
Takuya estimait parfois que certaines choses lui étaient du, mais c'est avec une salade au surimi entre ses mains et passablement énervé qu'il s'en alla trouver une place, il n'aimait pas le surimi.

La cafétéria était juste assez grande pour pouvoir supporter les flux et reflux d'étudiants chaque midi, pourtant, trouver une place n'était jamais chose aisée. Il n'en aperçut une que deux minutes plus tard. Il s'agissait d'une table de deux dans un coin un peu plus calme, l'une des deux chaises était déjà occupée, mais il n'en avait cure, il ne voulait que mettre le plus de distance possible entre ce cantinier et lui. Il jeta son sac aux côtés de la chaise vide et s'affala sur celle-ci en grommelant un "Pardon" d'un air sombre. Il n'avait même pas pris le temps d'identifier son voisin de table et n'en avait cure, qu'il se contente de manger lui irait très bien.
Équilibré mais toujours sanguin.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
[Réservé Kohaku puis Hisaka] Cafétéria aux chandelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» café renversé, ce que ça peut être cliché! {réservé}
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ? Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» (Réservée) La colère d’un homme…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Les restaurants :: La caféteria-
Sauter vers: