₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mer 18 Mai 2016 - 19:54

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Le blond la regarda incrédule avant d'esquisser un sourire gêné en entendant ses paroles. Ah, il pensait que ça ne se remarquait pas ?

"Je...désolé, je ne voulais pas vous offenser loin de la, acceptez mes excuses a nouveau, déclara-t-il en inclinant la tête."

Puis il fixa un point derrière Amalia qui regarda à son tour, cherchant la source de son intérêt.

"Pour me faire pardonner, laissez moi vous offrir quelque chose a boire, par cette chaleur."

La brune tourna un regard surpris vers lui qui se voila ensuite de colère.

"Tu penses pouvoir m'acheter avec une boisson ? Je ne suis pas aussi superficielle ! pesta-t-elle en se détournant, vexée."

La jeune femme jura intérieurement, ayant eu le réflexe de voir quelque chose de négatif dans sa proposition, cette phrase était sortie toute seule, sans qu'elle n'ait le temps de pouvoir réfléchir. Amalia se doutait bien que la proposition du blond n'allait pas dans ce sens mais les vieilles habitudes étaient dures à réprimer et l'ex-mannequin ne dérogeait pas à la règle. Le monde du mannequinat était sans pitié alors elle avait pris la fâcheuse habitude de voir des sous-entendus négatifs dans chaque parole que l'on prononçait à son égard.

La belle brune lui jeta un coup d'oeil afin de retirer ses précédentes paroles mais son expression la stoppa dans son élan. Juste ciel, elle avait l'impression d'avoir brisé le rêve d'un enfant, tant il avait l'air mortifié ! Visiblement, ce que la lycéenne lui avait dit avait fait réapparaitre sa timidité à une vitesse fulgurante. L'expression "il aurait voulu être six pieds sous terre" prit tout son sens à cet instant et Amalia ne fit que le regarder dans le blanc des yeux durant un long moment.. avant de finalement rire.

"Allons, ne fais pas cette tête, j'ai dit ça sans réfléchir, inutile d'être aussi gêné ! Je veux bien accepter une boisson si ça te tiens tant à coeur."

Pour appuyer ses propos, elle se leva à son tour et se dirigea jusqu'au distributeur, observant les différentes boissons; elle finit par s'arrêter au niveau des thés verts.

"Je prendrais le Sen cha, annonça-t-elle."

Pourquoi faudrait-il utiliser les formes de politesse ? Il le lui a proposé, un simple merci une fois sa boisson en main suffira, un "s'il te plaît" est inutile. Amalia ne prenait la peine d'utiliser les formes que lorsque cela était nécessaire, elle n'en voyait pas l'utilité le reste du temps. C'était assez surprenant venant d'une japonaise n'ayant jamais quitté son pays natal, particulièrement à cheval sur le respect et la politesse. L'éducation paternelle avait été visiblement plus forte que les moeurs du pays mais cela n'était pas étonnant puisque la jeune femme a toujours été isolée des autres. On peut difficilement être influencé sur son comportement avec les autres par ce que l'on ne connaît pas.


Dernière édition par Amalia Williams le Sam 13 Aoû 2016 - 21:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Ven 20 Mai 2016 - 23:41

Le soleil était aveuglant, étouffant même. Un astre qui m'observe de si loin, et pourtant qui est capable de me faire sentir sa présence d'une force presque écrasante. C'est comme si il était a coté de moi et, en me tapotant l'épaule, me souriait en disant « et si tu mourrais a présent ? ». Car oui, en cet instant, j'ai l'impression que je vais mourir. Il ne fait pas si chaud pourtant, nous sommes dans les moyennes de saisons, uniquement en Mai. Je crains déjà l'été caniculaire qui se profile. La sueur coule de mon front lentement alors que je viens de finir de marcher pendant une dizaine de minutes. Je suis dans cet état en marchant...décidément je hais la chaleur. Je prend dans ma poche un mouchoir en tissu que j'avais pris exprès pour cette occasion, et je m'éssuis le front. Il n'y a pas moyen que j’apprécie ce temps. Je préférerais encore qu'il fasse moins quarante degrés. Il est possible de s’entraîner quand il fait froid. Quand il fait chaud, c'est un calvaire.

J’erre quelques minutes sur le campus, mon sac de cours sur le dos. A la base, j'étais sortis pour réviser, car l’intérieur de ma chambre étudiante était irrespirable. Et ouvrir la fenêtre n'était pas une option, c’était le meilleur moyen pour faire entrer encore plus la chaleur, alors je m'étais résolu a sortir. J'avais enfilé un jean classique, bleu, ainsi qu'un tee-shirt noir. Même si je n'étais vraiment pas du genre a suer énormément en dehors du visage, au moins le noir cacherait les éventuelles traces de chaleur qui émanait de mon corps. Après avoir passé autour de mon cou mon pendentif du yin et yang, et l'avoir rangé dans le col de mon tee-shirt, le sentant plaqué sur ma peau, j'avais mis mes basket noires avant de sortir a l’extérieur.

Il y avait pas mal de monde, ce qui n’était pas étonnant lors d'une après-midi aussi ensoleillé. Les élèves, entre deux cours ou en pause prolongé, travaillaient ou profiter du soleil en petit groupe. Mais en tant qu'associal confirmé, j'avais depuis longtemps trouvé un banc un peu en retrait, a un endroit ou personne n'allait jamais. En plus d’être dans un coin reculé ou seulement quelques personnes travaillaient paisiblement, ce banc avait l'avantage d’être a moitié a l'ombre. Je me laissais tomber dessus avec un soupir de soulagement. Lorsque j'étais en mouvement, j'avais du mal a respirer avec cette chaleur, mais maintenant que j'étais assis, je me sentais mieux. Je n'avais même plus le courage d'ouvrir mon sac et de sortir mes cours. J'avais pourtant un devoir a rendre, ainsi que des examens qui approchaient rapidement. Mais la je n'avais qu'une envie, rester la a regarder le ciel en profitant de la douce brise que je parvenais désormais a ressentir. Il ne faisait pas si chaud, mais je ne trouvais pas ça très agréable.

Alors que j'étais la depuis quelques minutes, peut être quelques dizaines de minutes même, j’eus le sentiment que quelqu'un approchait vers moi. Sans tourner la tete, juste les pupilles, je pu en effet voir approcher une jeune femme qui devait avoir environ mon age. Non, pas vraiment en fait, sans doute un peu plus jeune. Quoi que, Shiozaki-sempai m'avait eu l'air d’être plus jeune que moi, alors que en réalité c’était deux années de plus qu'elle avait par rapport a ma propre année de naissance. Pas le temps de d'analyser d'avantage, elle s'assoit le plus naturellement du monde a coté de moi, avant de sortir de quoi réviser. Enfin je suppose que c'est cela, mais je n'en suis pas persuadé.

Je devrais faire de même a vrai dire, c'est pour ça que je suis venu a la base. Je regarde mon sac posé a mes pieds, puis je ne peux m’empêcher de nouveau de la regarder. Elle est plutôt séduisante a vrai dire. Elle dégage une aura, une sorte de grâce étrange. Elle ressemble un peu a une vedette de magasine people, en plus jeune. Sa façon d'attacher ses cheveux mettait indubitablement en avant une certaine coquetterie. Elle ne devait pas être du genre a se laisser aller, et c’était exactement ce qui composait cette grâce. Elle ne portait pas une multitude de bijoux ou d'accessoire, mis a part une espèce de barrette que je n'arrivais pas bien a voir, ainsi qu'un collier de perle. Mais ce manque d'ajout ne changeait pas le fait que sa robe blanche mettait bien en avant son physique naturel.

J'étais véritablement plongé dans son analyse, quand elle se retourne alors vers moi, un air agacé sur le visage. Elle a remarqué que je l'observe, et me le fait savoir. D'un ton sec, acre. Je m'étonne moi meme. Je suis rarement découvert, et je n'ai pas l'habitude que l'on me parle de cette façon. La chaleur m'a fait baisser mes précautions, tandis que notre proximité n'a rien arrangé. Je rougis légèrement en bredouillant :

- Oh, je...je suis désolé, je ne voulez pas vous gêner.

Aucune idée de savoir si c'est un kohai ou un sempai, dans le doute, il vaux mieux vouvoyer, histoire de ne pas avoir la même gêne qu'avec Shiozaki-sempai. Après tout elle était gentille pour ne pas en tenir rigueur, mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Je me dépêche d'attraper mon sac et de sortir a mon tour un grand classeur tout en rajoutant :

- Vraiment je ne voulais pas vous mettre dans l’embarras, j'étais juste surpris qu'une fille comme vous prenne place ici.

Crétin, qu'est ce que tu dis ? Une fille comme elle ? Qu'est ce que ca veux dire, et surtout, comment va t'elle le prendre ? Mal sans doute. Je continu en ajoutant :

- Enfin, je veux dire, j'entends par la que habituellement il est rare que les jolies filles soient seules, elles sont souvent accompagnés.

Tu t'enfonces, vraiment.

- Enfin, désolé, je vais juste me concentrer sur mon cours et vous laissez au votre. Pardon.

Je baisse les yeux vers mon écriture, sans avoir aucunement la tête a travailler.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Dim 22 Mai 2016 - 22:01

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Le jeune homme blond rougit et bredouilla quelques excuses.
Amalia remarqua que ses yeux étaient légèrement en amande, sûrement a-t-il un parent japonais et un autre occidental. La brune remarqua également qu'il l'avait vouvoyer, pourtant il semblait plus âgée qu'elle, à moins qu'il ne vouvoie les gens lorsqu'il est stressé ?
La colère de la jeune femme descendit légèrement tandis que le blond sortait un classeur en s'excusant une nouvelle fois.
Voyant qu'elle n'avait visiblement pas affaire à l'un des stalkeurs qu'elle avait rencontré, l'ex mannequin s'apprêtait à l'interrompre pour lui dire que cela ne faisait rien, sa colère étant retombée. Cependant elle remonta aussi vite qu'elle était descendue après avoir entendu la suite de ses paroles.

"Une fille comme elle" ? Qu'est-ce qu'il sous-entendait au juste ?! Qu'une belle fille ne peut pas réviser en plein air ou qu'une japonaise est soit belle soit intelligente, comme elle l'avait entendu de la bouche de Zakuro Fea et comme la plupart des gens semblaient le penser dans ce maudit pays.

"Enfin, je veux dire, j'entends par la que habituellement il est rare que les jolies filles soient seules, elles sont souvent accompagnés."

Là aucun doute n'était permis et Amalia saisissait parfaitement l'allusion. Évidemment la beauté d'une femme ne peut pas ne pas être là pour autre chose que satisfaire la vue de compagnons masculins qui saurait défendre la petite biche incapable de faire quelque chose seule.

Les magnifiques iris d'Amalia lançait à présent des éclairs en direction du blond qui semblait vouloir se ratatiner sur place.

"Enfin, désolé, je vais juste me concentrer sur mon cours et vous laissez au votre. Pardon."  

Il fixait à présent son cours sans avoir l'air de le lire, c'était probablement un moyen de ne pas croiser le regard de son interlocutrice. Cette dernière resta sceptique quelques instants avant de comprendre que l'étudiant n'avait pas voulu sous-entendre tout ce qu'elle avait décrypté. C'était donc cela, il s'était enfoncé en voulant s'excuser à cause de sa timidité.

Cette situation ne lui était pas inconnue. Lorsque Yuka s'était rendue à sa rencontre, elle avait commis une succession de gaffes toutes plus hilarantes les unes que les autres, une fois qu'Amalia y avait repensé avec du recul. Yuka aussi était très timide et malgré sa trahison, le souvenir de leur rencontre gardera toujours un arrière goût très comique aux yeux de la lycéenne.

C'est pourquoi Amalia ne put s'empêcher de rire en faisant la comparaison. Bien que rare, celui-ci était assez agréable à entendre.

"Tu devrais apprendre à canaliser ton stress pour éviter de déblatérer tout et n'importe quoi."

Bien trop déterminée pour être timide, la belle ne comprenait pas que l'on puisse s'enfoncer autant lors d'une conversation. Mais tout le monde ne maîtrisait pas la moindre de ses paroles comme elle, cela elle avait tendance à l'oublier.

Enfin, la brune lui laissait ainsi une chances de se rattraper, elle espérait tout de même qu'il ne recommencerait pas à s'enfoncer de la sorte et à débiter ces débilités sexistes qui avait le don pour la mettre hors d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Lun 23 Mai 2016 - 2:18

Malaise infini. J'ai l'impression que le banc a changé de matière, et que je coule lentement sur lui, m'y enfonçant petit a petit, comme dans de la glue dont je ne pouvais me défaire. Mes mains sont un peu moite, que je déteste avoir cette timidité, c'est juste affreux, j'ai cette sensation de mal intérieur qui me pétrit l'estomac. Je viens sans doute de lui manquer de respect. Cette façon de parler est indigne de moi. Je voulais juste dire que cela m'étonnait qu'a cet heure de l’après-midi elle ne soit pas avec ses amis, rien de plus. Mais si je lui dis, elle va penser que j'essaye juste de me sortir de cette situation, ce qui n'est pas tout a fait faux. La seule chose que je peux faire, c'est de continuer a lire les feuilles qui sont entre mes mains. C'est plutôt impoli, mais je ne sais pas quoi faire d'autre. J'avais pensé que la complimenté apaiserait la scène, mais cela n'a semblait qu’aggraver la tension ambiante. Je peste contre moi même. Allez, réfléchis, trouve quelque chose a dire pour apaiser toute cette histoire.

Soudainement, et a ma plus grande surprise, elle se mit a rire, d'un éclat cristallin. Je relève légèrement la tête vers elle, vraiment avec un air interloqué. Je n'arrive pas a croire qu'elle rigole, alors qu'une minute plus tôt, elle semblait a deux doigts de m’étriper. Je plonge mon regard dans le siens pour tenter de la sonder et de découvrir le pourquoi du comment, après tout je ne comprend vraiment pas ou elle veux en venir. J'étais pourtant sur qu'elle était vraiment fâché contre moi, qu'elle allait soit me frapper comme Natsuki ou Aslinn, ou alors qu'elle allait tout simplement partir, mais non, elle rit, d'une façon plutôt jolie en plus. Puis ses lèvres s'entrouvre pour laisser sortir de nouveau le son chantant de sa voix :

"Tu devrais apprendre à canaliser ton stress pour éviter de déblatérer tout et n'importe quoi."

je la regarde incrédule. C’était aussi visible que ça ? Je pensais pourtant que...ouais bon, ce n'est pas si étonnant après tout, je dois être rouge pivoine, et la façon de balbutier n'est pas une grande preuve de confiance en soi, je lui accorde bien ça. Cette histoire de canaliser son stress, elle n'a vraiment pas tord, et d'ailleurs c'est bien pour ça que j'y travail depuis prêt de deux mois maintenant, depuis que je suis entré a Keimoo. Ma sociabilisation a quand même bien avancé, plus que ce que pensais même possible au vu du nombre de conversation que j'avais eu auparavant. On aurait dit qu'en passant l'entrée du campus, une foule de gens me tombaient dessus. Bon, aussi, le nombre de personne ici n'a rien a voir avec le nombre de personnes qui allaient dans mon lycée. La population que je côtoie a largement augmenté quintuplé, c'est donc plutôt logique que je sois obligé de plus parler puisque que je rencontre d'avantage de personnes. Quand a la fin de sa phrase, cela rend évident le fait qu'elle n'a pas du tout apprécié ce que je lui ai dis. Je ne sais pas si elle a mal comprit la phrase que je lui ai dite, mais il semble que peu importe, le résultat soit négatif. Elle ne semble pourtant pas trop m'en vouloir et a même rigoler. Je souris lentement, d'un air gêne, en tirant légèrement sur le col de mon tee-shirt, comme je fais souvent quand je ne suis pas dans une situation ou je suis a l'aise :

- Je...désolé, je ne voulais pas vous offenser loin de la, acceptez mes excuses a nouveau.

J'incline la tête, pour montrer a quel point je suis désolé, ce qui est vrai, je ne sais plus ou me mettre. Puis je redresse mon visage, observant derrière elle. Je reconnais ce banc, c'est celui ou je me suis arrêté avec Shiozaki-sempai quelques jours plus tôt. Si je me souviens bien, alors il doit y avoir...oui, exactement, parfais ! Je me souviens de ce qu'elle avait fait pour moi, et que cela m'avait vraiment fait plaisir, alors pourquoi ne pas tenter :

- Pour me faire pardonner, laissez moi vous offrir quelque chose a boire, par cette chaleur.

Je me lève et désigne le distributeur situé juste a coté de nous, a environ cinq mètres, remplit de boissons fraîches.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 21 Juin 2016 - 20:22

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Le blond la regarda incrédule avant d'esquisser un sourire gêné en entendant ses paroles. Ah, il pensait que ça ne se remarquait pas ?

"Je...désolé, je ne voulais pas vous offenser loin de la, acceptez mes excuses a nouveau, déclara-t-il en inclinant la tête."

Puis il fixa un point derrière Amalia qui regarda à son tour, cherchant la source de son intérêt.

"Pour me faire pardonner, laissez moi vous offrir quelque chose a boire, par cette chaleur."

La brune tourna un regard surpris vers lui qui se voila ensuite de colère.

"Tu penses pouvoir m'acheter avec une boisson ? Je ne suis pas aussi superficielle ! pesta-t-elle en se détournant, vexée."

La jeune femme jura intérieurement, ayant eu le réflexe de voir quelque chose de négatif dans sa proposition, cette phrase était sortie toute seule, sans qu'elle n'ait le temps de pouvoir réfléchir. Amalia se doutait bien que la proposition du blond n'allait pas dans ce sens mais les vieilles habitudes étaient dures à réprimer et l'ex-mannequin ne dérogeait pas à la règle. Le monde du mannequinat était sans pitié alors elle avait pris la fâcheuse habitude de voir des sous-entendus négatifs dans chaque parole que l'on prononçait à son égard.

La belle brune lui jeta un coup d'oeil afin de retirer ses précédentes paroles mais son expression la stoppa dans son élan. Juste ciel, elle avait l'impression d'avoir brisé le rêve d'un enfant, tant il avait l'air mortifié ! Visiblement, ce que la lycéenne lui avait dit avait fait réapparaitre sa timidité à une vitesse fulgurante. L'expression "il aurait voulu être six pieds sous terre" prit tout son sens à cet instant et Amalia ne fit que le regarder dans le blanc des yeux durant un long moment.. avant de finalement rire.

"Allons, ne fais pas cette tête, j'ai dit ça sans réfléchir, inutile d'être aussi gêné ! Je veux bien accepter une boisson si ça te tiens tant à coeur."

Pour appuyer ses propos, elle se leva à son tour et se dirigea jusqu'au distributeur, observant les différentes boissons; elle finit par s'arrêter au niveau des thés verts.

"Je prendrais le Sen cha, annonça-t-elle."

Pourquoi faudrait-il utiliser les formes de politesse ? Il le lui a proposé, un simple merci une fois sa boisson en main suffira, un "s'il te plaît" est inutile. Amalia ne prenait la peine d'utiliser les formes que lorsque cela était nécessaire, elle n'en voyait pas l'utilité le reste du temps. C'était assez surprenant venant d'une japonaise n'ayant jamais quitté son pays natal, particulièrement à cheval sur le respect et la politesse. L'éducation paternelle avait été visiblement plus forte que les moeurs du pays mais cela n'était pas étonnant puisque la jeune femme a toujours été isolée des autres. On peut difficilement être influencé sur son comportement avec les autres par ce que l'on ne connaît pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mer 22 Juin 2016 - 15:15

Raté, il semble que ce n’était pas la bonne approche. Elle ne semble pas contente de cette attention, loin de la, au contraire, elle me demande, d'une voix colérique, si je pense pouvoir l'acheter de cette façon. Elle ajoute qu'elle n'est pas aussi superficielle. Je note en passant qu'en rajoutant « aussi », cela veux presque dire qu'elle se sent néanmoins légèrement plus superficielle que la moyenne ? Enfin je présume que tout le monde a son petit coté arrogant, mais le dire comme cela, comme si elle avait l'habitude qu'on lui fasse la remarque...hum, passons, ce n'est pas vraiment ce qui est important a noté ici.

Plutôt qu'elle semble vraiment ne pas apprécier ce que je viens de lui dire. Je ne comptais pas vraiment l'acheter, pour acheter quelqu'un, il faut de l'argent, ce qui n'est pas vraiment mon cas. Je m’apprêtais juste a en prendre une pour moi, et comme j'avais eu l'impression d’être impolis, je voulais en profiter pour me rattraper un peu, donner une raison de discuter. C'est bizarre parce que Hisaka-san ou Shiozaki-sempai avaient utilisés cette technique et pour le coup, cela avait marché. Enfin tout le monde n'est pas pareil je suppose.

Je ne vois pas vraiment quoi lui répondre, et je la regarde sans doute étrangement. Intérieurement je suis surtout en proie au doute. Je ne sais pas du tout comment m'excuser. Vu que je pensais que cela allait détendre l’atmosphère, je me retrouve prit de court. Mais elle sourit en s'excusant, et que si cela me tient vraiment a cœur, alors je peux lui offrir cette fameuse boisson fraîche. Bon, cela ne me tient pas vraiment a cœur, ce n'est pas comme si j'avais assez d'argent pour offrir a boire a n'importe qui, mais je suppose que je ne vais pas lui dire, et puis je voulais simplement être gentil.
Je rigole d'un air gêné en tirant sur le col de mon tee shirt. En fait non, je retiens mon geste. Je suis déjà assez découvert comme ça, pas besoin d'en rajouter en lui montrant mon ventre, elle a l'air assez susceptible comme ça, pas besoin d'en rajouter. Je bredouille un :

- Très bien, qu'est ce que vous voulez prendre ?

Je ne lui ai même pas demandé en fait, et il fallait bien que je passe par cette étape histoire de ne pas lui acheter n'importe quoi. Je me dirige vers le distributeur tout en fouillant dans mon porte-feuille a la recherche de quelques yens qui pourrait y traîner. Oh, malheur. Je crois que je n'ai pas assez pour deux boissons. Je n'ai pas le choix, il va falloir que j'en fasse abstraction pour cette fois. Je boirais en rentrant chez moi, tant pis.

Elle me dit qu'elle voudrait boire du Sen cha, j’appuie sur le bouton et insert les pièces nécessaires, puis ramasse la boisson qui tombe dans le bac prévu a cet effet. Je la ramasse et reviens vers le banc en tentant de sourire d'un air sur de moi, ce qui n'est sans doute pas vraiment une réussite mais tant pis. Je lui tend son bien avant de m'asseoir a coté d'elle en soupirant et en lâchant un :

- Par cette chaleur, Il est important de boire quelque chose de frais pour ne pas avoir mal a la tête.

Je ne suis pas sur que cela soit un super sujet de conversation, mais de toute manière je crois qu'elle voulait travailler et que je la laisse tranquille. Je reste la sans vraiment savoir quoi faire. Je ne travail pas vraiment, autant par flemme que par gêné d’être en présence de cette fille qui ne semble pas ravie d’être avec moi. J'hésite a partir, mais j'étais la le premier. Alors je reste la a contempler le soleil, sans vraiment savoir quoi dire, intimidé.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Sam 16 Juil 2016 - 20:06

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Le blond revint du distributeur et lui tendit sa boisson, qu'Amalia prit en le remerciant avant d'en boire quelques gorgées. C'était agréable par ce temps. D'ailleurs, son "donateur" lui fit remarquer.
Ouais, un mal de tête n'était sûrement pas le bienvenu lorsqu'on révisait. Finalement, c'était peut-être bien qu'il fût ici, sans cela, elle n'aurait probablement pas pensé à boire, surtout qu'elle ignorait l'existence de ce distributeur. La jeune femme reposa sa canette sur le banc, utilisant un cahier et sa trousse pour la laisser à l'ombre.

"Oui, merci de me l'avoir proposé, j'aurais été trop absorbée par mes notes pour le faire sinon."

L'étudiant regardait le ciel, il devait être venu ici pour se détendre en profitant de la chaleur et du charmant paysage. La brune l'imita et leva la tête quelques instants, observant le ciel puis la nature florissante. La belle ne put s'empêcher de penser qu'il n'en resterait rien une fois l'hiver passé, c'était une triste fatalité. Elle n'aimait pas particulièrement la nature, plutôt du genre à apprécier la voir à travers les mots d'un poète qui savait la rendre éternelle..

Mais oui c'était cela ! Enfin, elle avait la réponse à sa question, car elle n'était pas seulement venue profiter du beau temps. Ayant quelques exercices concernant la nature, l'ex-top-modèle avait pensé que cela pourrait peut-être l'aider. Et elle bloquait, sur une question; "en quoi la beauté d'un été est-elle immortelle ?", en juste cause: durant les vacances d'été, Amalia restait enfermée, lisant, écoutant de la musique, étudiant, puis afin de se rendre à des shootings ou cela était plus une mission de ninja pour ne pas se faire repérer par des fans.. Elle ne connaissait l'été que de ce qu'elle lisait des livres, haïkus, poèmes ou tout simplement grâce à la télévision et plus particulièrement la météo. Jamais, ou alors cela remontait à trop loin dans sa vie, elle n'avait profité de l'été comme la plupart des gens et c'était bien cela qui l'empêchait de répondre à cet exercice.

Comment rendre la beauté d'une chose dont on n'a jamais profité, immortelle ?
La brune avait compris à présent, l'important ce n'était pas d'avoir vécu l'été soi-même mais de l'avoir ressenti, de n'importe quelle manière et dans son cas, par des poèmes.

Les commissures de ses lèvres se relevèrent légèrement. Quelle idiote. Si elle avait pris la peine de faire un peu plus attention à ce qui l'entourait, la réponse lui serait venue bien plus vite. Amalia regarda son voisin du coin de l'oeil quelques instants. Et dire que c'était lui la cause de sa réflexion, qui au final ne l'avait pas seulement aidé pour cet exercice. Cela lui était toujours aussi désagréable mais..

"Merci ! Tu viens de me donner la réponse à mon exercice.. Et de me libérer d'un poids qui me pesait depuis un bon moment."

Un joli sourire lui apparut pour confirmer ses dires.

"Tu n'as sans doutes rien fait pour.. mais ta présence m'a aidé, alors merci beaucoup."
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 19 Juil 2016 - 18:50

Le malaise persiste, je n'ai aucune idée de ce que je peux faire pour l’arrêter. Il rampe le long de ma jambe après s’être agrippé a mon pied, dévoilant ses longues canines aiguisés, éraflant ma peau avec parcimonie, développant une bulle d'air qui nous sépares, elle et moi. C'est toujours la même chose, je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas quoi dire, et je ne peux qu'attendre qu'elle prenne les devants. Je pourrais lui demander ce qu'elle est en train de faire actuellement, histoire de m’intéresser a elle, et de relancer la conversation. Ou je pourrais tout aussi bien lui parler de ses clubs, de sa filière, de ce qu'elle aime faire peut être ? Il suffirait qu'elle me sorte quelque chose du genre « sortir avec mes amis », pour faire revenir le malaise survenu suite a ma précédente intervention. Je soupire. Je n'ai aucune idée de comment relancer les choses, ou plutôt, de les lancers tout court, après tout je n'ai encore rien fais de spécial a part lui payer cette boisson.

C'est quand même un bon point pour notre maigre relation, je crois. Elle m'a remercié, semble l’apprécier en buvant quelques gorgées de la canette sans se départir de cette grâce naturelle qui émane d'elle. C'est presque comme si tout ses gestes étaient pensées, calculés, prédéfinis. Ça me met légèrement mal a l'aise, j'ai l'impression étrange et désagréable de passer pour un mal élevé, qui ne fait attention a rien. Cela ne sert a rien de penser a ça de toute façon, je n'ai qu'a hocher la tête pour répondre a ses remerciements, puis enchérir la dessus en espérant finalement combler ce blanc.

- Ne me remercie pas, si j'ai pu t'aider je suis...euh...content, je présume. Je suppose qu'en tant que sportif j'ai ce genre de réflexes quotidiens.

Pourquoi je ramène encore la conversation a moi ? Elle va me prendre pour le genre de personne qui passe son temps a parler de sa petite personne, ce que je ne suis pas, tout le contraire d'ailleurs, je préfère écouter les histoires des gens, c'est plus intéressant que de s'entendre raconter des choses que nous connaissons déjà. Toujours est il que j'ai l'impression d'avoir un peu relancer les choses, ce qui n'est pas forcément plus mal. J'ai le sentiment d’être observé pendant un instant, et du coin de l’œil je la vois tourner la tête vers le ciel. Puis sourire, sans vraiment savoir pourquoi.

Elle ecrit quelque chose rapidement avant de tourner de nouveau son visage dans ma direction, et commençant a me remercier. Je l'ai aidé, d’après ce qu'elle dit. Je ne sais pas comment j'ai pu parvenir a ce résultat, moi qui m’inquiétait a cause du fait de ne pas savoir comment alimenter notre conversation. Ma présence, hein ? Comme elle dit, je n'ai rien fait pour, mais je suis content de l'avoir aider, de l'avoir soulagé de ce fameux poids, j'ai le sentiment que cela l'empeche d'avoir une trop mauvaise opinion de moi.

- Et bien je....comment dire. En effet je n'ai rien fais pour, mais je suis vraiment content de t'avoir aidé, peu importe pour quoi.


Je rougis en détournant le regard vers le ciel, de nouveau.C'est vrai que l’immensité bleue est agréable a observer, c'est ce que je devais sembler faire a l'instant, même si c’était juste une manière d'avoir de la contenance. Je décide de reprendre la parole en profitant de cette occasion pour détendre un peu l’atmosphère :

- C'est quand même vraiment....comment dire...paisible, de regarder cette immensité bleuté depuis notre banc, la tout les deux devant ce sentiment de fragilité qui nous accables. Je....comment pourrais dire ce que je pense.....C'est comme si le temps s’arrêtait en ce moment pour nous laisser le contempler....oh désolé, je ne veux pas t’embêter avec des histoires aussi stupide, c’était juste quelque chose qui m'est passé par la tête. J'ai souvent ce genre de pensées.

Trop de mes pensées sortent de mes lèvres lors des moments plutôt stressant, des instants ou je ne sais que dire et ou j'improvise, trop vite, beaucoup trop vite. Je bredouille quelque chose d'incompréhensible, avant de me taire de nouveau. Il est temps de prendre les toutes premieres idées, histoire de rattraper le coup, je ne veux plus vraiment la faire fuir, sa compagnie est agréable, bien que la scène soit étrange. Je réfléchis un instant, avant de me demander encore une fois pourquoi j'ai pu l'aider. Oui, c'est une question intéressante, enfin je l'espere.

- Et tu travail en ce moment, donc ? Le fait de m'avoir dit que je t'avais aidé, sans le vouloir, m'intrigue quand a la teneur du travail en question, si ce n'est pas trop indiscret.


Enfin, enfin je suis parvenu a faire une phrase sans bredouiller, bafouiller, ou meme rougir. Je reprend de l'applomb, je retrouve mon sang froid, tandis que le sort qu'elle ma jeté se dissipe pour laisser place a une agréable conversation entre amis.




__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Lun 1 Aoû 2016 - 19:23

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


"Et bien je....comment dire. En effet je n'ai rien fais pour, mais je suis vraiment content de t'avoir aidé, peu importe pour quoi.


-Je vois, tu es donc comme cela, murmura la brune, plus pour elle que pour lui."


Les personnes qui aimaient aider les autres peu importe comment même si cela ne leur apportait rien, hein ? Alors comme ça, cela existait encore de nos jours.. Amalia ne saurait dire si c'était de l'innocence ou de l'inconscience; probablement les deux. Après tout on ne sait jamais vraiment qui est la personne en face de nous, même nos parents ont leurs propres secrets.. certains plus destructeurs que d'autres.

"C'est quand même vraiment....comment dire...paisible, de regarder cette immensité bleuté depuis notre banc, la tout les deux devant ce sentiment de fragilité qui nous accables. Je....comment pourrais dire ce que je pense.....C'est comme si le temps s’arrêtait en ce moment pour nous laisser le contempler....oh désolé, je ne veux pas t’embêter avec des histoires aussi stupide, c’était juste quelque chose qui m'est passé par la tête. J'ai souvent ce genre de pensées.

-Je ne trouve pas ça stupide, protesta la jeune femme puis, observant le ciel à son tour, personnellement je n'y ai jamais vraiment prêté attention mais.. c'est vrai que cela est apaisant. Puisqu'il n'y a pas de nuages, il n'y a pas de mouvement suffisamment rapide pour nous faire prendre conscience que le temps passe.. J'imagine que c'est ce qui te donne cette impression du temps qui s'arrête."


C'était assez ironique, ce lien étroit entre ce qu'il disait et ce en quoi il l'avait inconsciemment aidé un peu plus tôt. Tiens justement, il voudrait savoir le travail pour lequel il l'a aidé sans le vouloir. Enfin, c'était sûrement normal après tout.

"En quoi la beauté d'un été est-elle immortelle ?  ..C'est la question à laquelle j'ai pu répondre grâce à toi."

Amalia prit une autre gorgée de son thé, qui était resté frais grâce à l'ombre de son cahier, tout en disant cela. Puis quelque chose lui revint à l'esprit.

"Au fait, tu as dit que tu étais sportif tout à l'heure, c'est vrai ? Quel sport tu pratiques ?"

Ca la surprenait un peu à vrai dire, le blond ne ressemblait pas vraiment à la plupart des sportifs qu'elle avait pu connaître par le passé mais visiblement ils n'étaient pas tous comme ceux qu'elle avait connus. Puis la japonaise réalisa qu'elle l'avait peut-être vexé en posant sa question de cette façon.

"Euh.. Ce n'est pas que je ne te crois pas mais tu es assez différent des sportifs que je connais. Ceux que j'ai rencontrés étaient pour la plupart très sûrs d'eux et essayaient toujours de me draguer en vantant leur "excellence dans leur domaine", elle leva les yeux au ciel en s'en souvenant. Tu n'as pas vraiment cette attitude alors ça m'a surprise. Enfin, j'imagine que vous n'êtes pas tous comme ça, c'était sûrement moi le problème."

Un sourire ironique était apparu sur ses lèvres avant de disparaître subitement.
"Le problème, hein.."
Cela lui avait rappelé de mauvais souvenirs; le collège, Maki, Len, son père... il fallait croire qu'elle était toujours un problème dès qu'il s'agissait d'hommes.

"..comme à chaque fois. Peu importe la situation, dès qu'il y a un mec, ça me cause des problèmes. Enfin, c'est comme ça depuis le collège alors j'ai l'habitude maintenant, même si je me demande toujours en quoi je suis responsable de ce qu'ils peuvent éprouver pour moi sans que je fasse quelque chose pour."

Il n'y avait pas de tristesse dans ses yeux, juste une profonde mélancolie, comme si elle s'était résignée à cette situation depuis bien longtemps.

"Ah. Je me rends compte que j'ai comme qui dirait plomber l'ambiance, sorry, un rire nerveux lui échappa. C'est une belle journée pourtant."
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Lun 1 Aoû 2016 - 22:32

J'ai parlé pour ne rien dire, laissant sortir a haute voix quelques pensées qui me passaient par la tête. Je suis du genre a souvent analyser les choses, a essayer de comprendre des choses qui sont au delà de la compréhension humaine. Comme cette nature qui nous entoures. Comme ce soleil qui nous bombardes, la jeune fille et moi, de ses rayons. Jour après jour je me dis qu'il m'aide en fait, sachant que je n'aime pas particulièrement sa chaleur, il m’entraîne a la supporter afin de toujours devenir plus fort, physiquement, mentalement. C'est un bon ami, le soleil, que je connais depuis toujours. Comme tout les êtres vivants. Sans lui, nous ne pourrions pas vivre, et ainsi, nous ne pourrions pas nous dépasser. Mais voilà que je me retrouve plongé dans ces idées étranges.

Je pensais l'avoir ennuyé, c’était bien pour ça que je m'étais empressé de m'excuser. Mais a mon grand étonnement, elle renchérit dans ce que je dis. Elle ne trouve pas cela stupide ? Je souris sans le vouloir, devant cette jeune fille qui m'écoute vraiment. Je n'en ai pas particulièrement l'habitude. Et ce qu'elle dit, c'est ça. Cette impression que le temps ne bouge plus, c'est qu'il n'y a pas de nuages pour nous prouver qu'il continu d'avancer. Le temps avance, vraiment ? Pourtant, assis sur ce banc avec elle comme unique compagnie, j'ai depuis quelques instants l'agréable impression que non, il est totalement arrête.

Ce n'est donc qu'une impression, dommage, j'aimerais que ce genre d'instants, comme avec Aslinn sur ce toit quelques jours plus tôt, ne s’arrête jamais. Et que je puisse continuer a me rapprocher des gens qui m'entoure, m'éloignant du contexte hasardeux de mis en quarantaine du lycée. Du collège. Mais je ne peux m'en prend qu'a moi même, après tout, je suis celui qui en a voulu ainsi. Mon sourire qui était dirigé vers le ciel, se tourne vers la brune. Et par ce plissement du visage, mes origines occidentales doivent encore plus ressurgir :

- C'est agréable en fin de compte. Aprés tout, l'échelle du temps n'est qu'une donnée humaine. Si cela se trouve, nous ne sommes la que depuis un infime moment. Le temps passe vite quand on s'amuse, ceci est également une expression humaine, mais il décrit plutôt bien le fait qu'en fonction du moment ou l'on se trouve, il passe plus ou moins rapidement. Comme par exemple, quelqu'un qui a l'impression que le temps passe vite arrive plus vite a un point que rejoins également quelqu'un qui a l'impression que le temps passe lentement. A l'échelle humaine, ils ont passés le même nombres de minutes a faire ce qu'ils faisaient, mais pourtant, a leurs propres échelles, cela n'a rien a voir. Et puis cette expression est vraiment pertinente. Après tout, je voudrais que le temps soit vraiment arrêté en ce moment, alors qu'il continu d'avancer, sans même que nous nous en rendions compte.....pardon, je me perd encore dans mes divagations.

Je pars loin, et pourtant j'ai la désagréable impression d’à peine effleurer la question. Sans compter lorsqu'elle répond a ma propre question. Que j'entends ce sur quoi elle travaille, je sursaute presque. Ce n'est pas exactement le sujet de ma réplique, mais cela en est proche. J'ai presque l'impression d'avoir lu en elle avant même qu'elle ne me dise quoi que ce soit, sans m'en rendre compte. Alors que mon visage s’était refermé pendant que je parlais, il s'illumine de nouveau d'un sourire tandis que je dis :

- C'est plutôt proche de ce que nous disions, c'est amusant.... a croire que nous lisons chacun dans l'esprit de l'autre.

Je la dévisage lentement. Ses traits sont incroyablement beaux. On dirait presque une sorte de mannequin dans les magasines. Et la question que je me posais plus tôt ressurgis. Comment une fille comme elle peux finir seule sur un banc un après-midi pareil ? Je me souviens lorsque j'avais gagné un tournoi de kung fu en deuxième année de lycée. Tout le monde s’était mit a me parler comme si nous étions de vieux amis. Les gens qui font quelques choses sont aimés. Les gens forts sont aimés. Les gens beaux sont aimés. Les autres sont refoulés. Et pourtant, il est évident qu'au delà de mes goûts personnels, elle faisait partie de la catégorie des gens beaux. Alors c’était presque étrange selon moi de la voir seule. De fausses idées ?

Voila que pendant que je pense a ce fameux tournoi ou j'ai décidé de tout arrêter, longtemps auparavant, encore une fois comme si elle lisait mes pensées, la voilà qui me demande ce que je fais comme sport, exactement au moment ou cette question m'a traversé l'esprit. Je la dévisage un moment, laissant un léger blanc s'installer. Elle est doté de qualité rare, si elle peux vraiment lire dans mes pensées....non. J'en doute. Je n'ai pas le temps d'ouvrir la bouche que la voilà qui s'excuse. Je rigole discrètement. Les positions du début sont inter-changés. Plutôt amusant.

Je l'écoute me dire que je ne ressemble pas vraiment aux sportifs qu'elle connaît. Qu'ils sont sur d'eux, et la drague tous en se vantant de ce qu'ils sont capable de faire. Je me souviens qu'Hikari, mon maître au collège, avait l'habitude de traîner avec les filles les plus courtisés de l'endroit. Nous n'étions qu'au collège, bien sur, et cela n'avait sans doute pas la même signification que maintenant, mais il était fort et beau, quoi de plus pour attirer des filles ? Je voyais exactement ce qu'elle voulait dire par la. Je la vois lever les yeux au ciel, et ne voulant pas la déranger dans ce qu'elle dit, la laisse continuer en silence.

Pendant un instant, dans une courte aparté mentale, je me dis que même si je n'ai pas mis de vêtements amples, je suis assez protégé par mon tee-shirt pour ne pas laisser trop voir ma musculature. C'est le but en même temps, je n'ai pas envie d’être vu pour ça, mais il en reste que j'en suis satisfait. Qu'elle me dise qu'elle ne me voit pas sportif, est exactement ce que j'attendais comme réaction. Je reviens a l'écoute en l'entend dire qu'elle avait souvent eu des problèmes avec des garçons depuis longtemps. C'est peut être pour ça qu'elle est seule cet après-midi, l'est elle plus souvent que ce que je pensais ? Je le suis aussi, et je rentre dans la catégorie des....non, ce n'est pas un bon exemple, après tout, tout comme elle, personne n'est au courant, cela ne se lit pas vraiment sur mon visage, contrairement a elle.

Je la laisse finir de s'excuser une nouvelle fois, manquant encore de rire devant cette position que j'ai a présent, moi qui balbutiait plus tôt, sans savoir comment me sortir de mes paroles indélicates. C'est vrai que la journée est belle. Je lève la main une fois qu'elle a fini, comme pour lui dire qu'elle n'a pas besoin de s'excuser envers moi. Je ne répond pas a sa première question directement, reprenant plutôt sur ce qu'elle a dit ensuite.

- Et bien....tu es très belle....enfin je veux dire...oui, tu es belle comme fille. Hum, c'est sans doute pour ça que les garçons viennent a toi. Et ils ne trouvent pas mieux que de se montrer sous leurs meilleurs jours pour attirer ton attention. Je suppose que certains peuvent etre pénible a cause de ça. Quand on gagne quelque chose...physiquement je veux dire....on...enfin j'imagine bien sur, je n'ai jamais rien gagné, mais, on doit se sentir fort, d’être capable de tout. Alors il est possible d'en faire trop si les choses ne vont pas comme on le veux. Si tu vois ce que je veux dire...enfin, je ne pense pas que c'est ta faute, tu ne dois pas t'en vouloir pour ça...si je puis dire. Tu ne dois pas avoir honte d’être comme tu es....tu ne fais rien pour, donc ce n'est pas ta faute. Je me perd encore. Désolé.

Je rougis violemment, détournant le regard. Qu'est ce que je raconte avec ma psychologie ridicule ? Comme si je pouvais savoir ce qu'elle ressentait. Comme si je pouvais savoir ce que pensait ces colosses n'ayant qu'une idée en tete, mettre a terre un adversaire ? Je l'ai été, et j'ai pris conscience qu'en plus de penser pouvoir mettre a terre tout les adversaires de mon age, je me suis rendu compte que je le pouvais vraiment, sans forcer. J'étais trop fort, et ils avaient peur de moi. Comment pourrais-je comprendre les garçons qui apprécient cette sensation de supériorité ? Je secoue un peu la tete avant d'ajouter :

- Et....je fais des arts martiaux, du kung fu, depuis quelques années.

Puis je rajoute très vite, ne voulant pas encore une fois trop attirer l'attention sur moi :

- Mais je ne suis pas très fort, alors je suppose que c'est pour ça que je ne suis pas comme ces sportifs que tu connais. Je n'ai rien de spécial, a part mes cheveux blonds peut etre.

Je rigole légèrement, encore une fois, d'une façon fausse. Elle m'a parlé d'elle, et je n'ai pas pu m’emperche d'y répondre, en révélant involontairement quelques choses de moi. Cette façon de paniquer facilement, de mentir. Ce n'est pas très juste envers elle. C'est pourquoi je ne parviens pas a la regarder a nouveau dans les yeux.....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 2 Aoû 2016 - 12:15

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


"En quoi la beauté d'un été est-elle immortelle ?" C'est en partie pour répondre à cette question qu'Amalia s'était rendue dans les jardins de l'Académie Keimoo, et pourtant elle serait sûrement encore en train de chercher la réponse si cet étudiant n'avait pas été là. Il n'avait rien fait de particulier pour l'aider mais il l'avait tout de même fait. Grâce à cela, leur conversation aux débuts tumultueux avait finalement prit une autre tournure et l'atmosphère se détendit.
Puis, le blond fit une réflexion sur le ciel, l'impression qu'il lui donnait d'une temporalité mise sur pause mais pensait l'avoir ennuyé apparemment car il s'excusa pour ce qu'il venait de dire.
La brune n'avait pas trouvé cela stupide et lui fit vite savoir, confirmant même son impression, ce qui sembla l'étonner. Néanmoins, cela paru lui faire plaisir et il poursuivit sa réflexion avec un aplomb qui la surprit. Elle l'écouta parler, comme figer.. puis se mis soudainement à griffonner rapidement cela dans son cahier, cette réflexion continuait parfaitement la sienne, de ce fait sa réponse serait assez complète. Pourtant il s'arrêta de parler et s'excusa à nouveau, qualifiant ce qu'il venait de dire de "divagations".

"Tes divagations sont intéressantes pourtant, tu devrais en faire part aux autres plus souvent. En tout cas grâce à toi, j'ai une réponse vraiment complète maintenant !"

Amalia répondit ensuite à sa question sur le contenu de son travail, ce qui le fit presque sursauter, lui arrachant un sourire amusé.

"C'est plutôt proche de ce que nous disions, c'est amusant.... a croire que nous lisons chacun dans l'esprit de l'autre.

-C'est un peu ce que je me suis dis quand tu as commencé à "divaguer" comme tu dis."


L'ex mannequin s'arrêta de parler en remarquant que son interlocuteur la dévisageait sans qu'elle ne sache trop pourquoi mais repensant à ce qu'il avait dit plus tôt, elle relança la conversation en lui demandant le sport qu'il pratiquer avant de préciser le fond de sa pensée, ce qui lui rappela de mauvais souvenirs et elle préféra écourter le sujet.
L'étudiant essaya néanmoins de lui faire comprendre que ce n'était pas sa faute mais ne lui dit rien qu'elle n'ignorait pas.

"Je sais tout ça mais cela n'empêche pas que parfois j'aurais aimé que les choses se passe autrement. J'imagine qu'à force d'être seul, vint un moment où cela pèse et où l'on voudrait avoir des amis, murmura-t-elle. Décidément, l'être humain est vraiment faible.."

C'est parce qu'elle en avait assez d'être seule que la jeune lycéenne qu'elle était ne s'était pas rendue compte à temps que ses "amies" l'utilisaient.
Amalia revint au sportif lorsqu'il déclarer pratiquer le kung fu depuis quelques années, avant d'ajouter précipitamment qu'il n'était pas très fort et que c'était sûrement pour ça qu'il était différent des sportifs qu'elle a pu connaître, arguant que seule sa couleur de cheveux était spéciale. La belle fit une moue sceptique en l'entendant.

"Bien sûr que si puisque tu es toi, rétorqua-t-elle. Ceci dit, j'ai surtout l'impression que tu te sous-estimes, je comprend pas trop ce genre d'état d'esprit mais bon.."

Pour elle, il fallait être conscient de ses capacités et ne pas être gêné d'être bon dans tel domaine. Elle ne comprenait pas ceux qui refusait d'admettre leur talent, ça s'éloignait trop de son état d'esprit. D'ailleurs, il n'osait même plus la regarder, preuve qu'il devait avoir mentit en prétendant être nul. Amalia soupira et posa sa main sur son épaule en le secouant légèrement.

"Hey, si tu préfère garder ton niveau pour toi, pour je ne sais quelle raison, ça me va mais pas la peine d'inventer une faiblesse que tu n'as pas. Je déteste ceux qui mente, puis elle ajouta dans un murmure certainement destiné à sa propre attention, on m'a assez menti comme ça sans que tu en rajoutes."
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 2 Aoû 2016 - 13:17

Des fois lorsque je suis allongé sur mon futon, dans ma petite chambre étudiante, que mon colocataire s'est endormit et qu'il ne reste plus que le bruit de sa respiration, la mienne, et le plafond plongé dans le noir, je pense a pleins de choses sans doute que certaine personnes de rationnelle qualifierait d'étrange. Très souvent je ne fait même pas ça pour trouver une réponse. Je ne suis personne, je ne trouverais pas de réponses que de grands chercheurs n'ont jamais ne serait ce que frôler, mais la curiosité l'emporte, et je m'évanouis dans un monde trop grand pour moi.

J'avais toujours trouvé ça un peu ridicule. Pour tout avouer c’était exactement le genre de chose que j'aimais faire secrètement, mais dont je ne parlais a personne. Sans aucune idée de pourquoi je l'avais fais, j'avais parlé a cette fille dont je ne connais même pas encore le nom, sans retenu, évoquant ces fameuses idées sans vraiment y penser. Et quand je m'en étais rendu compte, il était déjà trop tard, et j'avais tout déballé. Mais elle n'avait pas trouvé ça aussi bizarre que ce que je croyais. Au contraire elle me dit qu'elle trouve ça intéressant....attend, elle écrit ce que je dis pour son devoir, vraiment ?

Je blêmis une seconde. Si c'est noté, et qu'elle rend ça....et qu'elle a une mauvaise appréciation, un mauvais résultat, ce sera...ma faute, sans doute. Je ne peux pas lui dire de tout changer alors qu'elle semble enfin finir quelque chose qui lui pesait. En même temps, je me demande bien en quelle étude universitaire elle est....mais je ne sais même pas si elle est encore au lycée ? J'ai le même age qu'Aslinn a quelque mois d'écart, et elle est en quatrième année. Bien que cette fille ne me semble pas plus jeune que moi, c'est peut être le cas ?

Elle ajoute qu'elle ne trouve pas c'est des divagations comme je les appelles, et qu'au contraire, je devrais en parler plus souvent avec les gens. Oui, mais avec qui ? Je ne suis pas vraiment entouré d'une bande d'amis prêt a écouter mes idées les plus étranges. Je suppose qu'avec Aslinn cela pourrait être possible ? Je ne parle a personne d'autre qu'a elle de toute manière. Surtout depuis notre séjour a la campagne d'ailleurs....mais ce n'est pas vraiment le sujet je suppose. Je passe du blanc au rouge, et bredouille a voix basse un vague :

- Merci....ce n'est pas souvent qu'on me dit ça.

Je tourne le visage a nouveau, je ne parviens plus a regarder son visage. Il fait encore plus chaud que tout a l'heure ou c'est juste moi qui est nerveux ? Je suis sans doute nerveux, c'est évident, ce genre de discussion avec des gens, qui plus est une fille, me met toujours mal a l'aise. Je ne manque quand même pas de voir qu'elle s'est dit exactement la même chose que moi, encore une fois. C'est amusant....et effrayant, en quelque sorte. J'ai lu dans un magasine dont je ne me souviens plus le nom, qu'il y avait des gens qui avaient naturellement un lien entre eux. C'est peut être ça....je dois vraiment arrêter de croire tout ce que je lis, c'est ridicule....

J'étais encore plongé dans mes pensées a l'instant, si bien que je n'entends que ce qu'elle me dit a partir de la moitié. A force d’être seule, elle veux avoir des amis. Je cligne plusieurs fois des yeux. Alors ça. Si j'avais pensé qu'une fille comme elle pouvait avoir ce genre de pensées....comme les miennes en fait. C'est pour ça que je fais un effort depuis que je suis a Keimoo. A la différence que je n'avais pas vraiment l'impression d'en avoir besoin avant de commencer a avoir des relations diverses. Je pensais juste qu'il était temps de changer, que la vie avait continué son court, malgré le fait que je pas revu la cause de tout ces changements. Je soupire avant de faire, sans doute encore maladroitement :

- Je te comprend un peu. Sans doute pas totalement, mais la solitude n'est pas si agréable une fois qu'on a découvert la sensation d’être avec quelqu'un de proche...si je puis dire. Je pense qu'on a tous des choses que l'on aurait voulu changer après coup, mais si tu n'avais pas fait ces choses la, tu ne serais pas celle que tu es maintenant non ? Penses plutôt a l'avenir, le passé est derrière nous après tout.

Si seulement j'avais pu changer certaines événements, si j'avais pu vieillir plus vite....mais cela ne sert a rien d'avoir des regrets maintenant, je devrais suivre le conseil que je viens de lui donner.
Cela ressemble d'ailleurs étrangement a ce qu'elle me dit a propos de mon explication hasardeuse sur mon activité sportive. Décidément. Je l'écoute attentivement. Rougissant de plus belle a mon grand malheur, si seulement je pouvais faire disparaître cette habitude....mon corps est vraiment ridicule parfois. Je pense que je ne devrais pas mentir comme ça. Pas envers elle qui m'a ouvert légèrement les portes de son esprit. Bien sur que j'ai une bonne raison de faire ça, mais je ne pense pas en avoir besoin avec elle. Elle lit dans ma tete de toute façon.

- J'ai peut être gagné...quelques tournois quand j'étais au lycée....j'étais dans les espoirs nationaux pour le plus gros tournoi du pays....que je n'ai pas fais. Tu as raison, c'est sans doute idiot de mentir...je n'aime juste pas que les gens aient cette première impression de moi. Ils ont tendance a ne vois que ça ensuite.....

Je laisse ma tète tomber en arrière, mes bras passant derrière le banc, et m'étirant ainsi le haut du corps dans cette position. Mon classeur tombe de mes genoux mais je n'en ai que faire, je ne suis plus vraiment prêt mentalement a travailler. J'ai juste une impression de vide. J'ai trop parlé.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mar 2 Aoû 2016 - 21:44

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Amalia détestait les mensonges, elle en avait trop souffert.
Sa vie elle-même était basée sur un mensonge qui l'avait détruite lorsqu'elle avait appris la vérité.
Les amies qu'elle avait cru se faire au lycée n'en étaient pas et celle qu'elle considérait comme sa meilleure amie l'avait laissé tomber.
Elle ne voulait plus jamais tomber de haut comme cela, plus jamais.
C'est pourquoi elle haïssait qu'on lui mente comme venait de le faire.. Il faudrait qu'elle lui demande son nom d'ailleurs.

Probablement honteux de s'être fait prendre, sa peau avait viré au cramoisi et il prit finalement la parole.

"J'ai peut être gagné...quelques tournois quand j'étais au lycée....j'étais dans les espoirs nationaux pour le plus gros tournoi du pays....que je n'ai pas fais. Tu as raison, c'est sans doute idiot de mentir...je n'aime juste pas que les gens aient cette première impression de moi. Ils ont tendance a ne voir que ça ensuite....."

Ça, Amalia le comprenait. Il n'y a pas si longtemps, elle était encore une mannequin connue à l'échelle nationale et au-delà. Elle connaissait les conséquences allant avec la célébrité et les répercussions qu'une réputation pouvait avoir.

"Je comprends très bien. Lorsqu'on devient célèbre, une réputation nous est attribuée, qu'elle soit fondée ou non et c'est sur ça que beaucoup jugent. Je parles en vécu et je comprends donc que tu ne veuilles pas de cela.. Cependant si tu aimes ce sport tu ne dois pas te priver de la reconnaissance de tes aptitudes par peur de la réaction des autres. Ce ne sont pas à eux de décider comment tu dois gérer ta vie."

Malgré la mauvaise réputation que lui avait causé le mannequinât, personne ne pourrait remettre en question sa renommée dans ce milieu. Enfin.. mannequinât ou non cela n'aurait probablement pas changé grand chose pour elle, les filles la jalousaient bien avant qu'elle ne rencontre Kyôko. Son métier leur avait simplement permis d'exprimer leur venin à la vue du pays tout entier. Peut-être que sur ce point, elle n'était pas bien placée pour le conseiller.

"Peu importe qu'ils te voit uniquement comme ça, s'ils t'approche parce que tu as gagné des tournois, ils n'en valent pas la peine et continueront à ne rien valoir même si tu fais tout pour éviter le devant de la scène. De toute façon, que tu sois champion ou pas, tu rencontreras forcément des personnes qui t'approcheront par intérêt, seule la quantité varie. Et puis.. tant que tu n'oublies pas qui tu es, c'est le plus important. Même si c'est sûrement l'une des phrases les plus utilisées pour ce genre de situation."

Amalia se tû puis réalisa qu'elle ne connaissait toujours pas son nom.

"Je viens de me rendre compte qu'on ne s'était pas présentés. Je m'appelle Amalia, Amalia Williams, je suis à ma dernière année de lycée. Et toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Mer 3 Aoû 2016 - 19:49

J'ai la désagréable impression d'avoir fait une légère erreur dans cet échange. Si j'avais simplement répondu a ses questions sans trop en dire, je serais sans aucun doute parvenu a continuer l'élaboration de notre relation. Cependant le fait que j'ai un peu modifié certaines choses que j'avais dis, dans l'intention de ne pas trop parler de moi, mais également a cause du fait qu'elle semblait lire en moi comme dans un livre ouvert, j'avais fini par, semble t'il, tout gâcher avec elle. Je m'étais tellement excusé depuis le début de notre entrevue improvisé, que je doutais du fait que m'incliner serait utile. Au contraire, j'ai plutôt l'impression que ce qu'elle aime, c'est les paroles franches. C'est d'ailleurs ce que j'ai fais ensuite, pas trop tard, je l’espère.

Je commence a réfléchir. A élaborer de quoi lui répondre afin de montrer ma bonne fois, que je ne voulais juste pas trop parler de moi. Au delà du fait que je n'apprécie pas particulièrement dévoiler cet aspect de ma vie, c'est également car je n'ai pas envie d'avoir l'air de me vanter. Si je l'avais fais, après tout, n'aurais je finalement pas agis comme les garçons dont elle me disait du mal il y a quelques minutes seulement. J'ai la sensation, en l'observant un bref instant avant de reporter mon regard ailleurs, que son esprit s'est légèrement fermé a moi, comme si j'avais par mégarde fragilisé ce fameux lien de télépathie dont je ne comprenais rien. Je ne sais pas quoi dire, j'ai la gorge sèche, et pourtant, c'est elle qui reprend la parole, comme pour me sortir de ce mauvais pas.

Elle me répond d'une voix plus douce que ce que j'attendais. Dans un sens, j'aurais presque préféré entendre un ton tinté de reproche. Il semble que au contraire elle tente juste de percer au clair le pourquoi du comment. Elle est célèbre, elle ? C'est marrant, j'ai beau la regarder, je ne l'ai absolument jamais vu. Mais j'ai peut être entendu parler d'elle, c'est possible. Nous ne vivons néanmoins pas dans la même sphère, c'est évident. Elle est aussi radieuse que mes cheveux blonds, je suis aussi terne et invisible que sa chevelure brune.

Dans tous les cas elle n'a pas tout a fait tord dans ce qu'elle dit, mais je ne cherche pas cette reconnaissance. Au final, si j'ai abandonné les compétitions, ce n'est pas tant pour ne pas être connu, que tout simplement par dégoût de blesser les autres, de briser leurs rêves de victoire les uns après les autres. J'avais commencé a me battre pour savoir ce que cela faisait d’être aussi fort que mon maître, pas pour apprendre la faiblesse de mes adversaires. Je soupire, reportant mon attention sur elle, pas moyen que je lui parle de ça....

- Je vois ce que tu veux dire.....merci.

Je lui souris. Je ne sais même pas pourquoi je la remercie vraiment. Cela n'a pas vraiment de valeur ici, étant donné que c’était une simple remarque de courtoisie. A moins que cela ai plus de valeur, inconsciemment, que ce que je pense ? Je la remercie pour m'avoir écouter, pour m'avoir répondu, chose que peu de personne on fait avant elle, même si cela est globalement ma faute. Difficile de répondre a quelqu'un qui ne parle pas vraiment. Et on ne peux pas dire que je sois particulièrement bavard.

Je sursaute a demi, rougissant, quand elle me fait remarquer que nous ne nous sommes pas encore présenté. Je l'avais pensé bien avant, mais je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas pris les devant. C'est ce que font les hommes pourtant, prendre les devants, non ? Dans tous les cas, j'écoute ce qu'elle me dit. Amalia Williams. Amalia....plutôt mignon comme prénom. Enfin, je ne sais pas vraiment, je ne m'y connais pas dans ce genre de domaine, mais au moins, il n'est pas banale, pas ce genre de nom que l'on entend a longueur de journée a chaque croisement de couloir. S

on nom de famille n'est pas vraiment Japonais, elle doit également avoir des origines étrangères. C'est presque une normalité ici. Elle est donc aussi au lycée. Je souris, j'avais vu juste, elle est bien plus jeune que moi. Je ne fais pas vraiment mon age, donc elle sera peut être surprise ? Dans tous les cas, avoir parlé aussi familièrement a un senpai m'aurait mis mal a l'aise, c'est donc une bonne chose que les choses soient ainsi. Je la regarde un instant, en silence, comme pour l'analyser davantage, avant de reprendre la parole une nouvelle fois.

- Je suis Satoshi Sakutaro. Satoshi ira très bien, Amalia-san. Je suis a l'université, en première année, même si c'est un peu tard, heureux de faire ta connaissance.

J'incline la tete avant de rougir et de me lever lentement en m'étirant. Je l'ai appelé par son prénom. Je n'arrivais pas vraiment a mettre un pronom devant son nom de famille, c’était trop...étrange....cela s'est fait naturellement. Elle le prendra peut être mal.....de toute façon je suppose que je ne vais pas la déranger beaucoup plus longtemps, je l’embête depuis maintenant une demi-heure presque. Bien que a la base, ce soit elle qui m'est rejoint sur ce banc.....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 56

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Sam 6 Aoû 2016 - 19:02

Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras.


Satoshi Sakutaro


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Amalia s'était rendue compte qu'elle ne connaissait toujours pas le nom du blond alors que cela faisait un moment qu'ils parlaient. S'étant un peu ouverte à lui, il valait mieux qu'elle sache à qui elle avait révélé des choses personnelles. Elle s'était donc présenté avant de l'inviter à en faire de même, ce qu'il fit.

Il s'appelait donc Satoshi Sakutaro. Les origines étrangères qu'il pouvait avoir ne s'y reflétaient pas vraiment contrairement à elle. Cela ne l'étonna pas outre-mesure qu'il utilisa son prénom, son nom de famille n'étant pas très naturel à prononcer avec un pronom japonais. Satoshi lui apprit également qu'il était plus âgé qu'elle d'un an. C'était donc un senpai, Amalia n'avait pas fait vraiment attention au fait qu'il puisse être plus vieux qu'elle ou pas, n'ayant pas réfléchit avant de le tutoyer puisqu'elle était agacée d'être (encore) observée.
Cela lui rappela que l'année prochaine, elle aussi serait  à l'université, elle allait devoir réfléchir sérieusement vers quoi s'orienter. Etant donné ses compétences, elle pouvait se tourner vers n'importe quel domaine mais le droit était probablement ce qui lui conviendrait le mieux.

Cependant, la violoniste ne pouvait s'empêcher de repenser aux paroles de Kyôko lorsqu'elle lui a fortement conseillé de quitter le mannequinat. Amalia avait toujours ressenti un manque depuis qu'elle avait arrêter de jouer du violon.. Est-ce qu'elle devrait faire de sa passion, sa vocation ? Même si elle allait en droit, elle continuerait le violon en club c'était sûr et certain mais.. Est-ce que la musicienne serait en fait plus comblée en en faisant sa profession ? Ou alors devrait-elle s'orienter vers un métier qui correspondrait à son perfectionnisme, son envie de diriger et d'avoir la première place ? C'était un dilemne cruciale auquel elle devait impérativement répondre. Enfin, pour le moment, elle devait donner une réponse à Satoshi.

"Ravie de te rencontrer également, Satoshi-san. Ca te déranges si je continue de te tutoyer ? Puisque je le fais depuis tout à l'heure, ce serait un peu étrange de te vouvoyer maintenant.."

Le regard de la lycéenne tomba par hasard sur ses affaires et elle réalisa qu'elle n'avait toujours pas finit ses devoirs. Avisant son thé, dont elle bu une gorgée pour estimer sa température, qui était tiède à présent et qu'elle reposa sur le banc avant de remettre son cahier sur ses genoux, elle reporta à nouveau son attention sur Satoshi.

"Il faut que je me remette au travail maintenant, je dois rendre ce devoir pour demain, annonça-t-elle à Satoshi. On aura peut-être l'occasion de parler à nouveau, hasarda-t-elle avec un léger haussement d'épaules et un léger sourire."

La jeune femme se replongea ensuite dans son cahier et continua ce pour quoi elle était venu ici: rester la meilleure élève de sa classe comme cela avait toujours été le cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 423

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]   Sam 6 Aoû 2016 - 20:18

Alors que nous avons échangés nos identités, je regarde autour de moi. Il n'y a presque plus personnes a part nous. Il semble que finalement nos auras combinés on eu raison de la vie qui nous entourais. Je garde le regard plongé dans le sien a présent, ce qui est un grand changement par rapport au début de la conversation ou je me défilait constamment, détournant les yeux vers d'autres cibles moins intéressantes, mais beaucoup plus sécuritaire. Le jour ou je ne serais plus un lache, je présume que je parviendrais a avoir des relations normales avec les gens. Si seulement j'arrivais a déterminer ce qui était lâche chez moi, cela serait une très grande avancé....

Après avoir échangé l'amabilité classique, elle me demande poliment si elle peux continuer a me tutoyer. Je la regarde une seconde après cette question. Je ne sais en fait pas vraiment pourquoi elle me le demande. Je n'ai rien de spécial, pourquoi voudrait elle me vouvoyer tout a coup ? Je fait le lien avec nos ages et souris alors. Je n'ai pas vraiment l'habitude d'avoir des kohai, et encore moins qu'ils me vouvoient, alors je n'avais pas fais le rapprochement. Arrêter d'avoir cette relation intéressante, saine, et réintroduire un respect hypothétique qui n'existait pas il y a une minute encore ? Quelle question ridicule.

- Bien sur que tu peux continuer a me tutoyer. Je dois t'avouer que je n'aime pas vraiment le respect que je donne pourtant a mes senpai. Je préfère que tu agisses normalement. Que tu sois toi même. C'est le plus agréable je trouve.

Ironiquement, c’était moi qui avait essayé de me faire passer pour un autre, mais les habitudes ont la vie dur, et je n'y avais pas vraiment réfléchit. Je m'étais donc levé juste avant en m’étirant, et en remarquant que nous étions presque seul. Je la regarde un instant encore, avant de commencer a rassembler mes affaires sans un mot supplémentaire. J'ai remarqué que depuis une minute ses yeux revenaient souvent vers son cahier. Elle doit encore avoir du travail a faire. Je souris encore une fois, c'est amusant.

Car le lien que nous avons semble encore faire part de son étrange fil télépathique qui nous relis. Juste un instant après avoir commencé mon action, elle me dit qu'il faut absolument qu'elle achève ses devoirs, d'un air de me faire comprendre que la conversation s’achève ici. C’était agréable, et toute les bonnes choses ont une fin, c'est logique. J'hoche la tête, la mort dans l’âme, alors qu'elle enchaîne ensuite en me disant avec un sourire que nous aurons peut être l'occasion de reparler un jour. Avec un lien comme nous avons, je n'en doute pas un seul instant, de mon coté.

- C’était très agréable, Amalia-san, je ne veux pas te déranger plus longtemps. Et si tu as besoin d'une quelconque réflexion étrange pour finir ce que tu as a rendre, n'hésite pas.

Après un nouveau sourire chacun de notre coté, je la vois ramener son attention sur son cahier. C'est le moment. Je met tout dans mon sac a dos, que je met sur mon épaule, puis je m'incline devant elle sans perdre mon sourire, et lui tourne le dos, avançant dans le parc scolaire étrangement calme. Calme....il n'y a vraiment plus grand monde....oh, les cours on reprit. Et je suis la, a marcher alors que le droit international m'appelle. J’accélère le pas vers le bâtiment.

Comme d'habitude je serais en retard, j'interromprais l'intervenant qui me regardera de ses yeux entrouverts, tandis qu'un amphi complet se retourne sur mon entrée, aussi lumineuse que mes cheveux. Je m'inclinerais avant de rejoindre la place la plus proche, celle tout en haut, celles délaissés. Mais je n'aurais aucun regret, car en échange d'avoir dérangé un cours dont personne ne se souviendra dans deux heures, moi, j'aurais le souvenir de cette rencontre qui me suivra sans doute pendant plusieurs années.

Je me tourne une fois de plus vers la jeune lycéenne qui ne regarde plus qu'un devoir qui m'est inaccessible et je lui tourne définitivement le dos. Le soleil se charge de me rappelé que l'époque n'est véritablement pas la plus agréable pour moi. Et une derniere idée me vient en tete, qui m'amuse au point de me faire ricaner tout seul. Peut importe a quel point je le désirais, c'est bien moi qui lui aura abandonné la place finalement....


FIN

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
 
Lorsque célèbre tu es, des stalkeurs tu rencontreras. [PV Satoshi Sakutaro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» Lorsque la Hache s'abat sur la Bûche
» Eldoth ? Lorsque vous lui ouvrez la porte, la magie est partout
» Lorsque ton passé t'appelle, ne répond pas. Il n'a rien de nouveau à te dire > Aidy ?
» « Lorsque ton passé t’appelle, ne réponds pas, il n’a rien de nouveau à te dire »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: En plein air ! :: Les espaces verts-
Sauter vers: