₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Lun 9 Mai 2016 - 20:31

Aujourd'hui, il fait plutôt beau et je suis de bonne humeur. Tatsuki a accepté de m'accompagner au centre commercial. Bien sûr, il a fallu que je fasse des pieds et des mains pour qu'il vienne. Mais, si j'avais du le traîner de force ici, je l'aurai probablement fait. Quoique, en le regardant bien, je suis sûre que je n'aurai pas réussi à l'obligé à venir avec moi, en le tirant avec ma seule force. Mais bon, je préfère ne pas trop penser à ça, au final j'ai eu ce que je voulais. C'est étonnant, ça fait deux heures qu'on est ici et je ne l'ai pas entendu râler une seule fois, d'habitude, il n'aurait pas arrêté de se plaindre de sa condition. Mais là, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il s'amuse, ce serait un peu exagéré. Mais, il est plutôt calme, enfin, c'est l'impression que j'ai. Quoique, je l'ais vu à plusieurs reprises lever les yeux au ciel. Sans doute qu'il s'est décidé à garder sous silence son opinion. Ça tombe bien, j'ai déjà, pleins de choses à penser. Je l'ai emmener avec moi, mais je dois dire qu'il ne m'aide pas beaucoup.

A chaque fois que je lui demande son avis, il se contente de hocher la tête ou de la secouer. Comme si il était dénué de parole, rien que cette pensée, me donne envie de rire. C'est sûr que j'aurai pu demander aux filles de venir avec moi. Mais, je me suis dit que ça ne ferait pas de mal, à moi et à Tatsuki, de se revoir après ce qui s'est passé chez Riko. Je m'arrête devant une vitrine et regarde les vêtements qu'il y a l'intérieur. Je sais que si je lui propose de rentrer dans ce magasin, après les trois autres, je risque de l'entendre s'agacer. Mais bon, on n'est pas juste venu pour se promener. Lui, peut être, mais, moi j'étais censé acheter deux trois trucs. Enfin ça, si je l'expliquait à Tatsuki, je suis sûre qu'il ne serait pas en mesure de le comprendre. Je pince les lèvres, je devrai peut être faire une pause quitte à revenir après. Je pense qu'il serait sous de meilleures hospices, si nous allions boire et manger un truc avant de repartir. C'est ce que je suis entrain de me demander quand il tourne la tête vers moi, il arque un sourcil, avant de me dire :

-Si tu as un truc à dire, dis le….

Comme si j'étais du genre à me gêner de le faire, du coup je ris légèrement à ses mots. Puis je hausse les épaules en me penchant vers lui et en souriant je lui réponds :

-Je me disais juste qu'on pourrait faire un break, je commence à avoir mal aux pieds…

En un sens je ne mens pas, mais j'aurai pu encore parcourir quelques magasins. Mais bon, en vérité c'était surtout pour lui que j'ai dis ça. Mais, ça me ferait mal de le reconnaître devant lui. Il hausse les épaules, comme si il s'en moquait. Mais, je sais très bien que ça lui fait plaisir de changer d'air et de faire un truc, un peu plus dans son style. Comment dire, Tatsuki n'est pas du genre à faire les boutiques toute une après-midi, même si il m'accompagne souvent. Je me contente de sa réponse et je lui attrape la main pour l’entraîner avec moi, vers la sortie. Il secoue ses cheveux bleus comme pour dire que je suis insupportable. Mais, je m'en moque, il fait tout le temps ça, de toute façon.

Quand on sort, l'air et chaud et il y a autant de monde à l'intérieur qu'à l'extérieur. Heureusement, il y a un café pas loin, où nous pourrons nous asseoir. Sans quoi, je crois que Tatsuki serait capable de me tirer de force pour me ramener chez moi. Il marche plus vite que moi, c'est un truc que j'avais déjà remarqué et je trouve ça vraiment très énervant. En fait, j'ai lu quelque part que c'était normal. Dans un sens c'est vrai, ses jambes sont plus grandes que les miennes donc il peut parcourir plus de distance que moi, alors que nous marchons à un rythme assez similaire. Sauf que du coup, pour rester à sa hauteur je me sens obligé de marcher deux fois plus vite que lui. Sinon, on aurait l'impression qu'il me tire par la main pour me faire avancer, j'ai pas envie d'avoir l'air d'un boulet qu'il se coltine.

Quand nous arrivons, l'endroit est plus calme et je sens déjà Tatsuki se détendre. Ce qui pour le coup me fait lever les yeux au ciel. Parfois, j'ai l'impression qu'on dirait que je lui demande l'impensable. Nous finissons par trouver une place en terrasse. Quand la serveuse arrive, je ne sais pas trop quoi prendre. Du coup Tatsuki prend les choses en main et commande pour lui une bière et  pour moi un soda. Ce qui me fait soupirer, j'oublie souvent qu'il est un peu plus âgé que moi. En fait, ça n'est que dans ce genre de moment que je m'en souviens. Vivement que je sois majeur pour qu'il puisse arrêter, de me faire ce genre de coup. Je soupire d'agacement, s'il s'en rend compte il ne me demande pas ce que j'ai, ce qui bien sûr, à tendance à m'irriter d'avantage. Il passe une main dans ses cheveux, je pense qu'il essaye de se recoiffer, je ne lui dis pas, mais on dirait qu'il fait encore plus sorti du lit qu'avant. Quelques personnes nous regarde, ce qui en soit n'a rien de très étonnant. C'est vrai que notre duo, donne une impression bizarre. Moi, portant une robe bleu marine provenant d'un magasin assez chic, lui vêtu de son jean troué et de son tee-shirt où on peut lire écrit dessus « Merde », on peut dire qu'on ne vient pas du même moule. Si, ça n'était que ça, autant moi j'ai l'air d'une japonaise assez classique, autant lui, outre ses cheveux bleus, on peut facilement voir l'un de ses tatouages qui dépasse de son tee-shirt et son piercing à l'oreille gauche. Je souris, c'est vrai qu'il ne fait pas des plus présentables, la tête de mes parents si ils le voyaient avec moi. Mais, il vaut mieux, ne pas se fier aux apparences. Je tapote distraitement du bout des doigts la table, il me dit alors calmement :

-Tu es sûre que ça va mieux ?

Je hoche la tête. Franchement, il n'en a pas marre de me demander ça, je ne suis pas en sucre à ce que je sache. C'est encore plus agaçant, quand il me regarde avec cet air de culpabilité. Sérieusement, si je me suis fais mal, c'est entièrement de ma faute. Bon, je dois reconnaître que ça, je ne lui ais pas dis. Mais tout de même, j'ai du lui dire, au moins, quatre fois aujourd'hui que j'allais bien. Inutile de remettre le sujet sur le tapis. Heureusement, la serveuse revient avec nos boissons ce qui me donne la satisfaction de ne pas à avoir à argumenter. Je pince les lèvres quand je vois la celle de Tatsuki, mais je me contente de siroter la mienne. Franchement, à mon âge que je ne puisse pas avoir le droit de boire de l'alcool, ça me fait bien rire. Surtout que c'est pas comme si, j'en avais jamais bu. Enfin, vaut mieux pas lancer Tatsuki sur le sujet, sinon il risque encore de me faire le coup du « ce n'est pas bien » et j'ai pas envie de le voir partir, dans cette voie là. Du coup je lui dis :

-Je crois avoir trouvé une bonne idée pour Riko…

Il me regarde fixement. Je peux lui en parler, comme il est venu avec moi chez lui. Enfin, c'est pas comme si je lui cachais vraiment tout ce que je faisais avec les filles. Mais, là, disons le clairement il a le droit à de l'exclusivité. Je n'en ai pas encore parlé aux filles, j'attends la réunion pour le faire et je suis sûre que l'idée va leur plaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Lun 9 Mai 2016 - 21:05

Je suis plutôt joyeux. A vrai dire demain nous partons avec Aslinn pour rentrer chez moi. J'attends ce moment depuis plusieurs jours, car je ne l'ai pas vraiment revu depuis la soirée que l'on a passé ensemble. Lui faire visiter mon village est une pensée étrange selon moi. Mêlant crainte et excitation. J'ai toujours peur qu'elle s’ennuie, mais en même temps, j'ai du mal a me contenir. J'ai couru deux fois plus aujourd'hui, je ne parvenais pas a me calmer autrement. Enfin si, quelque chose m'a calmé, un appel survenu une heure plus tôt, dans ma chambre. Ma mère.

" SatoSato, je suis contente que tu viennes avec ton amie demain, j'ai déja tout préparé pour votre arrivée".

Rien d'étrange jusque la, si je lui avais annoncé il y a de cela une semaine, elle aurait tout préparé il y a une semaine, quitte a tout refaire la veille, c'est a dire aujourd'hui. Elle veux toujours que tout soit parfait. Elle continu en disant:

"Je t'ai envoyé de l'argent normalement pour que tu puisses me ramener deux trois choses dont j'ai besoin de la ville, qu'il n'y a pas par ici. J'ai annoncé ton retour, la petite Mika est surexcitée de l'apprendre"

Je me suis prit lentement la tête dans les mains. Bon sang, j'aurais du lui dire demain matin une heure avant d'arrivée, c’était sur et certain qu'elle allait faire mon auto-promotion dans tout le village. Mika c'est la fille de la voisine qui habite en bas de la colline ou se trouve le temple. Je crois que c'est la seule personne du village qui cherchait a me parler. Elle passait son temps a venir demander si je voulais venir jouer avec elle. Je me demande qu'elle age elle a maintenant, je ne l'ai pas vu depuis que je suis rentré au lycée, a l'internat. Ça fait donc hum...quatre ans, et quand je revenais, elle était également a l'internat. Je crois que j'ai un ou deux ans de plus qu'elle, elle est peut être en vacances ou alors elle n'a pas reprit d'études cette années. Après tout la rentrée n'a eu lieu il n'y a qu'un mois, je ne pense pas qu'elle ai déjà des vacances. Peu importe.

"Je t'ai rajouté par mail la liste de ce que je veux que tu me ramènes, j’espère que tu trouveras tout, a demain mon SatoSato".

Quand j'avais raccroché et regardé la liste, je m'étais pincé pour bien voir qu'elle voulait des crèmes en tout genre et des sous-vêtements. Mon dieu, on ne demande pas ce genre de chose a son fils. Il semble que je n'ai pas le choix.

Et c'est comme ça que je me suis retrouvé ensuite devant un magasin de lingerie, rouge comme une écrevisse, hésitant a rentrer pendant plusieurs minutes avant de me décider. Les vendeuses pouffaient de rire et me souriaient constamment pendant que je chercher dans les rayons ce que je devais ramener. Comme si on avaient les moyens en plus, enfin, pour le peu d'argent qu'elle dépense pour elle même, je présume que lui prendre deux soutiens-gorge et trois culottes ne fera pas un trou dans notre budget. J'ai mis du temps a trouver, et j'ai fais tomber deux fois mon argent au comptoirs sous les rires des femmes autour de moi. Je déteste être timide et gêné dans ce genre de situation, bon sang.

Et c'est ainsi que j'ai fini sur la terrasse de ce café, la tête dans un verre d'eau aromatisé a la pomme, le visage encore un peu rouge, le sac de vêtements a mes pieds, l'air accablé. Bon, je crois que j'ai réussis ma mission. Je vois soudainement passé devant moi une fille que je reconnais parfaitement, accompagné d'un garçon au look original parmi les Japonais qui passent dans la rue. Natsuki ne m'a pas vu et elle me tourne le dos quand elle s'assoit a deux tables de moi. A croire que nous sommes destinés a nous rencontrer ici. Je l'entend parler avec le garçon pour savoir si elle va mieux. Elle parle peut être de la douleur que j'avais repéré, ou autre chose, aucune idée, je ne me souviens même plus depuis combien de temps la scène de la bibliothèque a eu lieu. Puis je l'entend parler d'un certain Riko. Je préfère ne pas déranger, je reste la, le visage regardant a l'opposé, mais l'oreille bien dirigé dans cette direction, écoutant la conversation sans les déranger.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Lun 9 Mai 2016 - 23:05

Tatsuki se penche vers moi, le visage sérieux et dit calmement :

-Nana on en reparlera chez toi…

Ah oui c'est vrai, j'allais un peu sortir du cadre. Je ne sais pas, je n'aurai pas dû. Heureusement, même si ça m’énerve de le dire Tatsuki pense toujours aux choses que parfois j'oublie. En tout cas je ne peux pas m'empêcher de me pincer les lèvres, ça me contrarie qu'il ait pensé avant moi, au fait que je ne pouvais pas aborder un tel sujet ici. C'est vrai que j'ai très envie de lui faire part de mon idée. Enfin, c'est pas comme si il allait sauter de joie en l'entendant. Ce qui serait sans doute la réaction des filles. Au mieux, il sourirait légèrement parce qu'il n'aime pas Riko. Mais, ce qu'il y a de bien avec Tatsuki c'est qu'il est pragmatique et réfléchira aux points qui peuvent mettre en péril notre mission. Ce n'est pas qu'il souhaite nous aider, en tout cas pas dans le sens à rendre les choses plus faciles pour nous, pour le jeu. Je pense qu'il veut seulement s'assurer que je ne courrai aucun problème. Quoiqu'il en soit, il recule légèrement pour prendre sa bière. Me voilà contrariée et je ne peux même pas me plaindre sans passer pour quelqu'un qui, ne sait pas faire preuve de maturité. Je soupire légèrement, tant pis je vais devoir attendre. Du coup, je reviens sur le sujet de notre venu ici :

-C'est dommage que tu ne puisses pas venir à la soirée de charité de la mère d'Emiko…

Tatsuki se met à rire légèrement, en passant une main de nouveau dans ses cheveux. Je fronce les sourcils, ça n'est pas drôle, ça se voit que ça n'est pas lui qui va devoir se coltiner, le dernier des abrutis. Il penche légèrement la tête de côté en me répondant :

-Sérieusement, tu me vois, moi là bas, entouré de tous ses paons apprêtés ? Je n'ai pas envie de devoir me montrer parmi des gens comme ça qui s'amusent à jeter l'argent par les fenêtres et qui ne font que des soirées de charité pour se donner bonne conscience et surtout de se montrer sous un bon jour pour échapper à la critique….


Dans un certain sens, c'est un peu blessant. C'est vrai, moi même, je jette l'argent par les fenêtres. Mais, j'en ai, il est à moi. Même si techniquement, il est à mes parents. Mais, je ne vois pas pourquoi je ne profiterai pas de ce qui est à porté de mes doigts. Je dois reconnaître qu'il a raison pour cette histoire de charité. Mais bon, j'aurai voulu que pour une fois, il passe outre et accepte de venir avec moi. Je ne lui demande pas la lune, non plus. Je veux juste pouvoir supporter cette soirée avec la compagnie que j'ai décidé d'avoir, est ce si difficile à obtenir ? Je soupire, une nouvelle fois. Je secoue légèrement la tête avant de répondre :

-Très bien comme tu voudras…

Je me penche et attrape sa main, au moins je vais essayer de l'amadouer pour qu'il soit plus sérieux quand on retournera au centre commercial. Je sais que ça le dépasse un peu, mais j'ai vraiment besoin de trouver ce que je cherche. Je continue :

-D'accord, mais c'est vraiment important que tu m'aides à choisir…

Il arque un sourcil du genre à signifier « pas de ça avec moi », mais je sais très bien qu'il n'arrivera pas à me dire non. Il va pas me la faire à moi, depuis le temps que je le connais, je sais ce qui marche ou non. Dans le cas présent, je sais qu'il va craquer, il ne peut pas me refuser ça en plus de la soirée de charité. Je le vois secouer la tête de gauche à droite et je sais que j'ai gagné. J'allais pas non plus devoir me rouler par terre pour qu'il accepte, quand même. Je souris, bien contente d'avoir eu ce que je voulais. Puis je lui lâche la main et recule. Je passe mes doigts dans mes cheveux et attrape mon verre, en buvant je regarde autour de nous. Les gens semblent avoir trouvé autre chose à faire que de nous regarder. Tant mieux, c'est vraiment dérangeant quand ils se tapent une fixette sur Tatsuki. Bien sûr, lui il n'en a rien à faire. Mais bon, moi j'aime pas trop ça. Je manque de m'étouffer, en avalant de travers. Je dois être entrain de rêver, c'est juste ça. J'ai lu quelque part que la chaleur pouvait donner des hallucinations. Mais, oui ça doit être ça, rien que ça. De toute façon, c'est pas la seule personne sur terre qui est les cheveux blonds. C'est vrai, il doit y avoir pleins de blonds, même au Japon. Il suffit de regarder Tatsuki, c'est devenu une mode de se colorer les cheveux. Je tourne la tête, un instinct. Je sais que c'est ridicule, ça ne peut pas être lui. Donc, il faut que je me calme. Mais, je ne m'étais pas attendue à ça, j'étais tranquillement installée ici, à cent lieu de penser à lui. Voilà que d'un coup, j'ai cru le voir. Enfin, techniquement parlant je devrai dire ses cheveux. Je préfère toute fois tourner le dos à ce sosie capillaire, tout en continuant de tousser. Ce crétin, me ferait presque pleurer, heureusement c'est juste parce que j'ai bu de travers. Tatsuki fronce les sourcils en se penchant vers moi. Il doit me prendre pour une folle et j'en veux encore plus à cet idiot. Je lui fais signe de la main que ça va, tout va bien. Mais il ne doit pas être rassuré pour autant car il me demande :

-Tu es sûr, on aurait dit que tu avais vu un fantôme…

Un fantôme ? Voilà que je suis à deux doigts de m'écrouler de rire. Si seulement c'était un fantôme, je dois dire que ça m'arrangerait bien, mais non. Peu importe, je me tasse sur ma chaise pour me faire la plus discrète possible. Ce qui à encore plus le don d'étonner Tatsuki, si il pouvait arrêter de me regarder comme ça, ça m’arrangerait. Je me penche et attrape mon portable qui est dans mon sac. J'ai l'impression que si je continue comme ça, je vais faire plus qu'un avec le fauteuil. Je tape frénétiquement sur mon téléphone.

« Le blond là bas à ta gauche »

Tatsuki, sort de sa poche son téléphone et fronce encore plus les sourcils lorsqu'il voit mon mail. Il jette un regard vers le type suspect et je crois qu'il me répond, j'en ai la confirmation lorsque je reçois son mail de retour.

« Oui et ? »

Je lève les yeux au ciel, comment ça ''et'' ? Bah je sais pas, j'ai failli m'étouffer à cause de lui et tu me dis juste ça. Maintenant, je me sens idiote de lui en avoir parler. Du coup j'essaye de me rattraper sur mon deuxième mail.

« Non, rien laisse tombé, il m'a juste fait penser à quelqu'un... »
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Mar 10 Mai 2016 - 20:34

Elle m'a remarqué a l'instant non ? Aucune idée, j'ai vu ses yeux se poser sur moi. Elle s'est retourné comme si elle avait sentit ma présence. On a peut être une vraie connexion finalement. Je souris intérieurement. Elle est devenu toute pale, je le vois au niveau de son cou, oui, elle m'a vu aucun doute la dessus. Je vois son ami me regarder a son tour. Je l'observe discrètement. On dirait un punk. Non, c'est un punk en fait. Avec son piercing, ses boucles d'oreilles, ce tatouage qu'on peux entrapercevoir, avec ce tee-shirt provocateur. Si je m'étais douté un seul moment qu'elle avait un ami comme ça, j'aurais éclaté de rire.

Je repense a ses autres amies, Emiko, Azami et Nanami, je crois que c’était comme ça qu'elles s'appelaient. Elles n'ont rien a voir. Elles ont ce petit air de sainte ni touche qui ne ressemble en rien avec ce garçon avec qui elle semble plutôt a l'aise. Peut être finalement qu'elle a plusieurs facettes d'elle même. Une quand elle est avec ces filles, une autre avec lui. Je me demande même si ces différentes orientations arrivent a cohabité. Quand je vois la réaction d'Emiko en sortant de la bibliothèque, j'ai un peu de mal a y croire, j'en doute fortement même.

Je souris légèrement lorsqu'il parle de cette soirée ou il y aurait de nombreuses personnes lançant l'argent par les fenêtres a tord et a travers. Il semble me ressembler plus que l'autre partie de ses amies. Elle qui passe son temps a insulter les pauvres, enfin en ma présence en tout cas, elle semble totalement différente maintenant que je vois cet aspect de sa personne. Je devrais commencer a etre plus naturel avec elle maintenant, a force d'essayer de ne pas trop mettre en avant la partie de moi qui, je le pensais, l'énervait, peut etre que c'est la raison pour laquelle elle passe son temps a s'énerver contre moi.

Je constate que ma boisson est fini. Je reste une seconde pour faire en sorte de supprimer ces émotions de mon visage et avoir un air neutre, puis je me lève, passant entre les tables sans un coup d’œil, vers l’intérieur du café. Je m’arrête au niveau du comptoir pour commander un nouveau verre de jus de pomme cette fois, j'en ai fini avec le sirop. Il me reste largement assez pour que je puisse me faire un petit plaisir avec cette boisson, après tout, je suis venu jusqu'ici de bonne volonté, je peux bien me récompenser. De toute façon ma mère m'aurait encouragé a le faire, je la connais. Une fois servis, je paye directement avant de retourner vers la terrasse, passant entre les consommateurs.

Lorsque je passe a coté de leurs table, cette fois je suis face a elle, et sans sourire ou quoi que ce soit, mon regard rencontre le siens et plonge dans ses iris, comme je le fais toujours. Je me demande si elle a toujours mal au dos, elle semblait peiner la dernière fois que je l'ai vu. Enfin je doute qu'elle vienne a ma rencontre, surtout si il y a son ami. Quoi que peux être que si en fait, étant donné qu'il semble plus me ressembler que ce qu'on aurait pu penser de prime a bord. Peut être que finalement avec lui je n'aurais pas toute ce lancé de boulette.

Je dois avouer que j'aimerais bien revoir ces filles, elles ont titillés ma curiosité a un point que je n'aurais pas cru possible. Surtout Emiko et Nanami, cette dernière semblait plutôt bien caché son jeu et j'aurais voulu voir ou elle se trouvait dans ce petit jeu. Je n'ai pas vraiment d'avis sur la dernière, Azami. Je n'ai pas non plus entendu le son de sa voix autrement que lorsqu'elle s'est mise a rire. Nanami non plus d'ailleurs. Peut etre parce que je l'ai moins observé, mais finalement elle m'a semblé plus distante que les autres. Enfin pas plus que Nanami, ni moins, mais a force de lui sourire, c'est comme si elle avait prit un peu les devant des autres.

Je m'assois de nouveau a la table ou se trouve le sac avec mes achats, puis je bois lentement une gorgé en fermant les yeux. Ils vont sans doute bientôt partir, et toute cette histoire ne sera plus qu'une pensée. Je me dis quand même que ca serait amusant que les autres arrivent. Autant pour les revoir que pour voir leurs réactions en voyant Natsuki avec ce garçon. Tout ça m’intéresse plus que ce que je pensais, mais je ne vais rien provoquer, ce n'est pas mon genre. Je vais attendre de voir le déroulement des événements.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Mer 11 Mai 2016 - 18:17

Étonnamment Tatsuki ne cherche pas à savoir. Pire que ça, il fait comme si de rien était. Juste un haussement d'épaule avant de ranger son téléphone dans sa poche. Je soupire, puis je récupère mon verre. Bon d'accord, je dois reconnaître qu'il n'a aucune raison de réagir pour ça. C'est vrai, mais, je ne sais pas. Moi, à sa place, j'aurai probablement été curieuse de savoir. Remarque, dans se sens là, pas sûr que cela, arrive un jour. Les quelques rares amis de Tatsuki ne me connaissent pas et ne feront sans doute, jamais ma connaissance. Si, on considère la raison pour laquelle je ne verrai jamais ses amis, on pourrait trouver ça, plutôt blessant. D'une certaine manière ça l'est. Mais, je comprends aussi ce qui pousse Tatsuki à ne pas me les présenter. La première fois qu'il m'a dit qu'il ne le ferait pas, j'avoue avoir été surprise et finalement en y repensant, avec du recul, c'était presque intelligent de sa part. Quoiqu'il en soit, il semble se perdre dans ses pensées, pendant quelques secondes. Je regarde devant moi et manque de sursauter.

C'est pas vrai. Bon, je ne peux plus mettre ça sur le dos d'hallucinations. C'est étrange, lui ne semble pas surpris de me voir. En fait, j'ai l'impression d'être incapable de savoir, ce qu'il peut bien penser, en cet instant. Je suis certaine qu'il m'a reconnu, sans être présomptueuse. Cependant, il semble préféré, faire comme si ça n'était pas le cas. Il passe à côté de notre table et je ne peux pas empêcher mon regard, de le suivre jusqu'à ce qu'il s'arrête à la sienne. Il est seul, guère étonnant, si on me demande mon avis. Dans tous les cas, je ne m'étais pas trompé, c'était bien lui et non un sosie. Mince, maintenant que je sais qu'il m'a vu, je ne sais pas trop quoi faire. Si, je l'avais repéré plutôt, j'aurais probablement emmené Tatsuki ailleurs. Mais, maintenant, je ne peux pas décemment faire ça. Même Tatsuki trouverait ça bizarre. Je soupire doucement et reporte mon attention sur ce dernier. Il ne me regarde pas. En fait, il est focalisé sur cet idiot que j'avais suivi du regard. Je me racle la gorge, il se tourne vers moi en fronçant les sourcils et me demande :

-Tu le connais ?


Quelle question ! Son ton légèrement surpris m'irrite un peu et à tendance à me déstabiliser. Qu'est ce qu'il croit ? Évidemment, j'en connais des gens. On dirait presque que l'idée que je puisse avoir des amis, soit incroyable. Enfin, ce crétin, techniquement, n'est pas mon ami. Non, c'est juste, comment dire ? Une ''erreur de parcours''. Oui, un truc comme ça. Je n'aurais jamais dû le rencontrer et le jour où c'est arrivé. Il aurait mieux valu que je me casse une jambe, ce qui m'aurait épargné, une claque, des explications avec les filles. Lui, ça lui aurait permis d'éviter, de se retrouver mêler à nos histoires. D'ailleurs, je n'ai pas trop envie que Tatsuki, soit au courant pour ça. Autant quand on s'en prend à Riko, ça ne le dérange pas. Autant je ne pense pas qu'il n'aurait rien à redire si il savait pour Satoshi. Je réponds d'un ton calme que je ne ressens pas vraiment :

-Si on veut, en quelques sortes…

Il semble réfléchir, pendant quelques instants. Je me demande, ce qu'il peut bien avoir à l'esprit. A croire qu'il puisse, avoir besoin de temps pour analyser le truc. Puis, à mon grand étonnement, il se lève en souriant, se tourne vers moi et me dit d'un ton nonchalant :

-Bien, je vais lui proposer de venir à notre table, alors….

Quoi ? Non, hors de question. Je ne permettrai pas qu'il passe le reste de sa misérable existence à empiéter sur ma vie. J'étais bien moi, là, toute seule avec Tatsuki. Qu'ai je fais pour mériter ça ? Je lui agrippe le bras pour l'empêcher d'aller le voir. Ce qui le fait bien rire. C'est ça moque toi de moi. Mais je ne compte pas le laisser y aller. Non c'est pas juste, j'ai rien demandé à personne, moi. A l'université, le croiser, je veux bien. C'est même utile pour mon plan. Mais, quand je suis là, avec Tatsuki, c'est juste agaçant. Ce dernier, fait un geste vif du bras pour me dégager, je serre les dents, mais me résigne à la défaite. Il me sourit, puis se dirige vers la table de l'autre idiot. Je tourne la tête préférant ne pas voir, ce que j'aurai souhaité éviter. Toute fois, j'entends distinctement Tatsuki parler, ce qui de un, m'exaspère et de deux me mortifie totalement. Il me prend pour quoi ? Une gamine de cinq ans incapable de parler pour elle même ?

-Salut, Je suis avec Nana...'fin Natsuki, j'ai cru comprendre que vous, vous connaissiez, alors tu peux venir à notre table, si tu veux…

Je soupire en fermant, les yeux, je suis presque prête, à regretter d'avoir emmené Tatsuki avec moi, enfin si j'avais su. Puis je passe une main dans mes cheveux, en faisant claquer ma langue contre mon palais. Dire que j'avais trouvé cette journée belle et que mon humeur était au beau fixe. Comme quoi, on peut facilement vouloir changer d'avis.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Mer 11 Mai 2016 - 20:30

Le temps passe lentement quand on attend quelque chose, qui ne viendra sans doute pas. Dommage, ce n'est pas aujourd'hui que je reverrais Emiko et Nanami. Et Azami, je l’oublie a chaque fois. Bon, je crois que je vais pas tarder, j'ai encore le chemin a faire jusqu'au campus et je dois préparer mon sac et aller m'entrainer une dernière fois avant le week end. Je commence a prendre mon sac quand j’entends a coté qu'on parle de moi. Je retombe, immobile, en entendant qu'ils veulent que je les rejoignes. Super il manquait plus que ça. Le garçon se lève même pour venir jusqu’à moi. Il s’arrête a ma hauteur et m'adresse la parole:

-Salut, Je suis avec Nana...'fin Natsuki, j'ai cru comprendre que vous, vous connaissiez, alors tu peux venir à notre table, si tu veux…

Na-qui ? Oh, Natsuki, mignon comme surnom. J'ai un petit sourire a cette idée. C'est donc un ami de Natsuki tellement proche qu'il lui donne un surnom pareil. Je me demande la tête qu'elle ferait si je me levais et lui disait "salut Nana!". Elle deviendrait sans doute folle et tenterait de me tuer avec une paille ou une cuillère. Elle n'a pas l'air vraiment satisfaite du mouvement de son ami. D'ailleurs il ne m'a pas dit son nom, je ne sais pas vraiment quoi répondre d'ailleurs.

Si j'y vais, je vais sans doute passer le pire moment de ma vie, entre lui qui aura l'impression de bien faire, et elle qui va me fusiller du regard. Je suis même sur qu'elle a un livre dans son sac qu'elle va abattre sur moi. Elle me l'a dit la dernière fois, quand elle voulait faire copain-copine avec moi, elle m'a demandé si je n'avais pas peur qu'elle me frappe. Si en fait, maintenant que j'y pense, un peu.
Je souris au garçon qui est venu me voir, tout e étant un peu impressionné par son style. Je me lève en prenant mon sac avant de dire:

- Oh, tu sais je ne veux pas vous déranger, mais c'est vraiment gentil, merci pour l'intention.

Je fais un pas sur le coté pour pouvoir voir a la fois le garçon et le visage de Natsuki. Elle a les yeux fermés et passe la main dans ses cheveux, oui, elle n'est pas contente. Je suis déçu, j'aimerais bien être ami avec elle, mais je ne sais pas pourquoi elle ne m'aime pas. J'ai du faire quelque chose de vraiment horrible pour qu'elle me considère de la sorte. J'ai toujours fais au mieux pour résister a ses provocations. Ah, mais c'est peut être ça en fait. Ça l'énerve de ne pas m'énerver. Hum, c'est compliqué, mais ça pourrait être logique en fait. Je leve un peu la main avant de faire:

- Bonjours Natsuki-chan, comment vas tu depuis la dernière fois ?

J'hésite a rajouter quelque chose comme, "et ton mal de dos, il va mieux ? Et t'es amies, tu t'es réconciliés avec elles ?", mais ce n'est pas une bonne idée aprés tout. D'une part parce qu'elle me tient sans doute responsable de la brouille qu'il y a eu avec les trois autres, et d'autre part parce qu'elle ne m'a pas confirmé qu'elle avait vraiment mal au dos. Et puis je l'ai un peu plaqué contre cette bibliothèque, cela n'a pas du arrangé les choses. Je m’excuserais bien pour ça d'ailleurs, mais pour le coup, si c'est mon manque de réaction qui l'énerve, alors cela ne fera qu’aggraver les choses. C'est compliqué. Elle est compliqué. Je me tourne vers le garçon en tendant la main en souriant:

- Je suis Satoshi, Sakutaro Satoshi, enchanté de te rencontrer.

Peut être qu'il sera plus enclin a etre sympathique qu'elle.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Ven 13 Mai 2016 - 9:36

- Bonjours Natsuki-chan, comment vas tu depuis la dernière fois ?

« Comment vas tu ? » est certainement l'une des questions que je trouve, les plus stupides à prononcer. Non pas qu'en soit, elle est quelque chose de fondamentalement reprochable. C'est juste que si on y réfléchi très sérieusement. Qui dirait, en étant tout à fait honnête que ça ne va pas ? Qui prendrait le parti de se plaindre ? Certainement pas moi. La faiblesse, la vulnérabilité que l'on pourrait montrer ne m'intéresse pas. Parler de ça, reviendrait à donner les moyens aux autres de vous atteindre. Je trouve ça parfaitement stupide. Je ne le connais pas vraiment. Même si hypothétiquement, nous étions ami, je suis sûre que je ne lui ferais même pas part, de ce que je ressens réellement. Peut être que dans le fond, c'est aussi, parce que je suis incapable de me laisser aller à ça. Difficile de refermer une porte quand vous décidez de l'ouvrir. De toute façon qu'importe, ce n'est qu'une manière pour lui de faire la conversation. Je suppose que je vais bien, je suis en vie, après tout. Ou plutôt, je me laisse porter par elle, pour l'instant. Je ne dis pas que je ne lutte pas, seulement aujourd'hui, fait partie des moments, où j'essaye de ne pas le faire. C'est trop épuisant de lutter à chaque instant, parfois, je me sens lasse, j'ai seulement envie, de fermer les yeux pour pouvoir, laisser l'autre vivre sa vie. Bien qu'imparfaite sur certains points, la sienne à quelque chose d'en ma manière de la voir, de très enviable. Tout y paraît plus simple, plus agréable. Je m'imagine souvent qu'elle ne craint pas, le contact des rayons du soleil, au contraire, elle les laisse caresser sa peau, la réchauffer. Tout est beaucoup plus coloré, plus beau aussi, d'une certaine façon. Je pense qu'elle finirait par crever si, elle se retrouvait à ma place. Non pas qu'elle, ne soit pas forte, loin de là. C'est seulement que, le fait de vivre n'aurait plus lieu d'être à ses yeux. Je pense qu'elle n'hésiterait pas à sauter d'un immeuble de six étages, même si on ne lui proposait pas, de changer sa vie. Elle le ferait tout simplement, parce qu'il n'y a rien ici. Inutile d'exister dans le néant. Je me contente de secouer la tête légèrement, comme si sa question m'avait, à peine effleurée l'esprit. Visiblement, le fait que je ne lui réponde pas, ne l'empêche pas de continuer d'être là. Il se tourne vers Tatsuki et lui dit en lui tendant  la main et en souriant :

- Je suis Satoshi, Sakutaro Satoshi, enchanté de te rencontrer.

Je lève les yeux au ciel, j'ai l'impression qu'il ne se force pas à être comme ça. J'imagine que c'est naturel chez lui d'avoir l'air si, comment dire ? Bienveillant, gentil, un truc comme ça. Mais, franchement, il ne se rend pas compte, à quel point je trouve ça exaspérant. Maintenant que j'y repense la dernière fois, à la bibliothèque, il m'avait dit que je faisais en quelque sorte semblant de ne pas l'être. Ce qui en un sens me fait plutôt rire, parce que s'il savait en quoi consistait mon plan, pas sûr qu'il penserait la même chose. Mais, c'est vrai que les propos que j'ai tenu, pouvaient me montrer sous un angle différent. Je ne pense pas que c'était de la gentillesse, j'étais seulement réaliste. Après ça, je me souviens qu'il avait fait glisser l'un de ses doigts, au creux de mon dos en me parlant, comme s'il s'était rendu compte de ma douleur. Rien que d'y repenser ça me fait frissonner, c'était plutôt bizarre. Avant de partir, il m'avait sourit. Mais, je crois qu'il en avait eu vraiment, très envie, enfin, j'avais eu l'impression que son sourire, avait eu quelque chose de différent. Quoiqu'il en soit, je regarde Tatsuki et la manière dont Satoshi lui a parlé, semble lui faire plutôt plaisir. Ce que je trouve d'autant plus agaçant. Maintenant que je les vois, l'un à côté de l'autre, leurs différences me sautent aux yeux. C'est sûr que niveau physique, ils ont beau être tout aussi grand, surtout pour moi, leur cheveux de couleurs moins classique, bien que Satoshi ce soit naturel, leur similarité s'arrête là, quoique, on pourrait ajouter, leurs vêtements qui ont dû ne pas coûter grand-chose. Mais sinon, même physiquement, il ne se ressemble pas, Satoshi à l'air de ce qu'il est, gentil, avec des vêtements plutôt classiques, passe-partout, alors que Tatsuki se démarque vraiment. Rien que pour ça, il ne dégage pas la même impression. Je pense que d'un point de vu extérieur Tatsuki donne cette impression de mauvais garçon, pas très fréquentable, ce qui ne doit pas être le cas, de Satoshi. Pourtant, Tatsuki sera toujours prêt à aider les gens dans le besoin, il se portera facilement volontaire, même s'il ne connaît pas la personne. Bien que je ne connaisse pas vraiment Satoshi, de ce que j'ai vu, je pense que là dessus ils sont pareils. Je me dis aussi que Tatsuki, n'a pas autant, de maîtrise sur lui que ce que Satoshi, est capable de faire. Disons qu'il ne faut pas trop chercher d'embrouille à Tatsuki, car il peut s'emporter et il sait bien utiliser ses mains, sans la moindre hésitation. Je pense qu'il à moins de capacité à renfermer, son aspect le plus brutal de sa personne, ou c'est qu'il n'en a pas envie. Alors que Satoshi, se contrôle vraiment très bien, ce qui à le don de m'irriter, je dois le reconnaître. Mais, dans un sens, je me dis qu'en faisant ça, un jour, il finira par exploser et ça risque de ne pas être très beau à voir. Quand à la bibliothèque il m'avait plaqué contre cette étagère, je suis sûre qu'il n'était pas hors de contrôle, non, il c'était juste laissé aller. D'ailleurs, si mon dos ce jour là n'avait pas été en compote, probablement que je n'aurai pas eu mal. Pour autant, il n'avait pas cherché à allé plus loin. Mais, j'ai l'impression qu'il pourrait, s'il le voulait faire bien pire que de me coincer contre une étagère. Peut être qu'il n'en a pas réellement conscience. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression qu'il cherche à se voiler la face, ou qu'il cherche à se prouver à lui même qu'il n'est pas comme ça. Quoiqu'il en soit, je finirai bien par trouver la faille. Tatsuki ri, en se passant une main dans les cheveux, avant de serrer celle que Satoshi lui tend, il lui dit amusé :

-pas la peine d'être aussi formel, Satoshi me suffira, moi c'est Tatsuki, mes amis m'appellent Tatsu et  Nana, quand elle est énervée m'appelle l'emmerdeur à tête bleu…Ce qui je crois, est en quelque sorte  gentil venant d'elle… Ne t'en fais pas, si elle à l'air un peu agacée, c'est juste qu'elle n'aime pas quand tout ne se passe pas comme elle le voulait…assis toi, tu voudrais peut être boire quelque chose ? J'avoue que je suis très curieux de savoir, comment un pauvre comme toi a pu connaître Nana...jusqu'à aujourd'hui, je pensais être le seul à ne pas rentrer dans le moule…

Tatsuki se rassoit, il à l'air de très bonne humeur. En fait, j'ai l'impression qu'il a suffit que Satoshi arrive, pour que nos rôles s'inversent. Je ne dirai pas que je ne suis pas contente. Seulement, tout ça ne me plaît pas trop. Surtout quand Tatsuki s'amuse à balancer des trucs sur moi, à qui veut l'entendre. D'ailleurs, pas sûr que Satoshi en a quelque chose à faire. De toute façon qu'il soit, sans crainte, je ne vais pas exploser en présence de Tatsuki, enfin, je vais évitée de le faire, d'autant plus que ça vaut mieux pour le plan. Mais, je ne peux rien promettre, ce mec à le don de me mettre, dans de mauvaises dispositions. A croire qu'il le fait exprès, alors que je me doute bien que ce n'est pas le cas. Maintenant que je fais attention, je vois que Satoshi tient un sac, sans doute la raison pour laquelle, il est ici. Il est allé faire les boutiques, ce qui me surprend, pas de raison spécifique à ça, c'est juste que j'ai dû mal à l'imaginer faire les magasins. Je me demande ce qu'il a acheté, peut être des livres, ou des vêtements, même les pauvres ont besoin de se vêtir. De toute façon, il suffit que je lui demande et il me répondra, enfin, je crois. Je penche légèrement la tête de côté en lui disant :

-Tu as acheté quoi ?

C'est drôle, enfin, manière de parler. Si, ça se trouve on s'est croisé, sans même s'en rendre compte. Quoique, avec ses cheveux blonds j'aurai dû le remarquer. Mais, c'est vrai que j'avais l'esprit occupé à autre chose. Je devrai sans doute faire plus attention la prochaine fois. Enfin, quand je suis avec Tatsuki, je n'ai pas trop de raison d'être vigilante. Quoique, en ce moment, ça n'est plus trop le cas, puisque avec l'affaire de Riko, il est aujourd'hui, étroitement mêlé au jeu. Chose qui a failli m'échapper tout à l'heure. Heureusement Tatsuki m'a coupé avant que je ne puisse aborder le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Ven 13 Mai 2016 - 17:02

- Pas la peine d'être aussi formel, Satoshi me suffira, moi c'est Tatsuki, mes amis m'appellent Tatsu et Nana, quand elle est énervée m'appelle l'emmerdeur à tête bleu…Ce qui je crois, est en quelque sorte gentil venant d'elle… Ne t'en fais pas, si elle à l'air un peu agacée, c'est juste qu'elle n'aime pas quand tout ne se passe pas comme elle le voulait…assis toi, tu voudrais peut être boire quelque chose ? J'avoue que je suis très curieux de savoir, comment un pauvre comme toi a pu connaître Nana...jusqu'à aujourd'hui, je pensais être le seul à ne pas rentrer dans le moule…


Incroyable, il est gentil en fait ! Je m'étais attendu a quelqu'un ressemblant a la fille qui se trouve assise a coté de nous, mais il semble cordial, vraiment sympathique. Mon sourire augmente encore légèrement. J'ai l'habitude de me faire des idées sur les gens, et pourtant je me trompe rarement. Mais a priori, ici c'est le cas, je pensais vraiment qu'il allait être, a défaut de désagréable, pas super amical. En même temps je suis sur que ce n'est pas elle qui lui a dit de venir me dire de les rejoindre, au contraire vu sa tête, je suis persuadé qu'elle lui en veux. Du coup il est venu de lui même. Je pourrais peut être bien m'entendre avec lui. Je rigole intérieurement. Habituellement, depuis que j'ai rejoins cette école, c'est avec des filles que j'ai eu le plus de conversations. Bien que cela est rarement était de bonne augure pour moi. Il me propose a nouveau de m'assoir, je ne vais pas refuser, après cette gentille invitation, ça serait impoli. Je prend donc une chaise inoccupé, d'un air un peu gêné. Je n'ai pas vraiment envie de déranger et elle n'a vraiment pas l'air d’être contente de me voir. Bon, le contraire serait étonnant. Je m’éclaircit la voix avant de répondre:

- C'est gentil mais je n'ai pas vraiment soif, merci.

En vérité je suis a sec maintenant. Il me reste juste assez pour payer le train pour Aslinn et moi le lendemain, je n'ai plus du tout de quoi me reprendre un verre. Et puis c'est moi qui l'ai invité, c'est moi qui vais payer son voyage, c'est la moindre des choses, je ne vais pas la faire payer, ça serait honteux pour moi. J'entends la suite de sa phrase qui me demande comment je connais Natsuki. Mon regard se perd une seconde dans celui de la jeune femme en face de moi, toujours un sourire en coin, avant de répondre:

- C'est une...euh, longue histoire je dirais. On s'est rencontré a la bibliothèque et elle m'a aidé a trouver un livre que je ne parvenais pas a dénicher.

Je la regarde encore suite a ce mensonge. On va voir ce qu'elle répond a ça. Je me demande si elle va rectifier mon histoire ou non, après tout si c'est comme avec ses amis, je doute qu'elle ai envie de parler pendant des heures de notre aventure au café, puis de l'échange de messages a la bibliothèque. Je doute même qu'elle évoque le moment ou elle s'est targué d'insulter ma famille, je pense donc qu'elle ne rajoutera rien a ça. Enfin je verrais bien. Je n'ai aucune idée après tout de combien ils sont proches.
Mais elle ne répond pas tout de suite a ce que je viens de dire, demandant plutôt vers moi:

-Tu as acheté quoi ?

J'avale de travers en rougissant. Le sac, j'avais oublié, bon sang, j'étais sur qu'elle ferait une remarque a son propos. J'aurais du le cacher d'avantage. Je réfléchis rapidement, je suis sur qu'elle va se targuer d'un sourire provocateur si je lui dis ce que c'est, mais a quoi bon mentir, les affaires dépassent presque du contenant. Je prend un air détaché en répondant:

- Et bien, je retourne chez moi pour le week-end demain, et ma mère voulait que je lui ramène des choses, voila.

Pas besoin d'en dire plus, si elle veux regarder elle n'a qu'a le faire, le sac et devant moi, presque a ses pieds, juste fermé par un lacet au sommet. Je retourne mon attention vers Natsuki, mon regard dans le siens. J'aimerais faire en sorte de prendre aussi Tatsuki, mais je ne peux m’empêcher d’être avaler par le regard de Natsuki, involontairement. Je remarque en pensant ça que leurs prénoms sont plutot proche l'un de l'autre, c'est amusant. Histoire de faire bonne figure, je retourne rapidement mon attention vers le garçon, puis de nouveau Natsuki, attendant les réactions a propos de sa question.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Ven 13 Mai 2016 - 20:20

Mon dieu, il rougit. Ça fait presque bizarre de le voir, comme ça. Je me demande, ce que peu bien contenir ce fameux sac, pour qu'il se sente aussi mal à l'aise. Est ce que j'éprouve du plaisir à le voir comme ça ? Oui, énormément même, sa change de son habituel air neutre, de son attitude complètement contrôlée. Finalement, cette rencontre n'est pas si mal. Il ne faut visiblement, pas grand-chose pour me faire changer d'avis, mais je m'en moque, je suis comme ça, c'est tout. Tatsuki se contente de nous regarder l'air pensif. Peut être qu'il réfléchi à ce qu'a dit Satoshi plutôt sur notre rencontre. Je pense qu'il ne croit pas un seul instant à sa version. En même temps quand on me connaît, on sait bien que je ne suis pas du genre à aider quelqu'un dans le besoin. Mais, je me dis que ma question sur le sac de Satoshi va peut être l'empêcher d'avantage de réfléchir, ou en tout cas de commenter sur l'histoire de notre rencontre. Une chose est sûre, je sens que je vais avoir le droit, de donner des explications plus tard. Je n'en tiens pas vraiment rigueur à Satoshi, il ne pouvait pas savoir que son mensonge serait ridicule. Je reporte mon attention sur ce dernier qui semble avoir retrouver son air le plus habituel, aussi le plus agaçant et il me répond tranquillement :

- Et bien, je retourne chez moi pour le week-end demain, et ma mère voulait que je lui ramène des choses, voila.

« Voilà »Tu crois sérieusement que je vais me contenter de ce simple voilà et puis que je vais passer à autre chose ? Il me regarde fixement, mais je n'arrive pas à savoir ce qu'il pense, c'est profondément agaçant. Voyons, mon petit, grand Satoshi, même si je le voulais, je ne saurais résister à ma curiosité qui est vraiment, très mal placée pour le coup. Je meurs d'envie de jeter un regard dans ce sac, rien que d'y penser j'ai le cœur qui palpite. Je sais, c'est ridicule, peu importe ce qu'il y a vraiment dans ce sac. En fait, je ne sais pas, j'ai aussi envie de savoir ce que sa mère que j'ai déjà insulté précédemment, lui a demandé de rapporter chez lui. Donc, pleins d'idées me viennent à l'esprit, mais je n'arrive pas à faire, vraiment le choix sur laquelle serait, la plus probable. Comment je m'imagine sa mère ? Je la vois comme quelqu'un de profondément gentil, je pense que Satoshi doit tenir cet aspect d'elle. C'est une pauvre, alors je suppose que son corps doit porter sur lui, les stigmates d'une vie plus dure que la mienne. Je pense qu'elle doit avoir des cheveux longs, peut être blonds, comme Satoshi. J'imagine qu'elle doit vivre très humblement, du genre, j'ai la vie que j'ai et je ne me plains pour ce qu'elle est. Je l'imagine un peu plus grande que moi, mais plus petite que Satoshi. Je pense qu'elle doit être vraiment très contente de revoir son fils. Je suis sûre qu'elle le prendra dans ses bras et qu'elle lui dira, des choses qu'une mère sait dire dans ses moments là. Enfin, je vois les choses comme ça. C'est marrant, il a vraiment été faire des courses pour sa mère, je trouve ça dingue, mais je suppose que Tatsuki ferait la même chose, c'est peut être moi qui ne suis tout simplement pas normale.

Quoiqu'il en soit, je ne peux pas m’empêcher, de me pencher vers ce sac qui me fait de l’œil depuis tout à l'heure, je suis comme hypnotisée. Je dois probablement avoir l'air d'une folle, pas de raison de s'extasier pour si peu. Il ne semble pas chercher à m'arrêter, ce qui me donne l'avantage si jamais Tatsuki me dit quelque chose, je pourrai me justifier, en prétextant qu'il ne sait pas opposé à l'ouverture du sac. Pendant un dixième de seconde, j'ai comme un léger pressentiment qui entrechoque les battements de mon cœur. Mais, je l'ignore trop obnubilée par le fait de savoir. Je savoure les prémisses de la découverte, le temps de défaire le lacet, seul garant du secret que contient le sac. Une fois celui-ci libéré, je l'ouvre. Dans la vie, il y a des moments gênants. Se tromper de chaussette un matin et que ce soit quelqu'un d'autre qui s'en rende compte, c'est gênant, s'adresser à la mauvaise personne c'est gênant. Mais là, on se rend compte que ce mot peut atteindre un niveau inenvisageable. Je crois qu'il me faut trois secondes pour que mon cerveau se rende compte, de ce que je vois. Je m'arrête, littéralement de respirer et ce coup-ci, c'est moi qui me sent gêner, je crois que de ma vie, je n'ai jamais dû autant rougir. La seule chose que mon esprit se répète en boucle, version disque raillé, c'est : «oh mon dieu ».Puis, quand j'arrive enfin à respirer en redescendant sur terre, je me redresse, comme si le sac m'avait brûlé les doigts. Je détourne le visage, en couvrant ma bouche, de ma main.

Je crois que mon cœur n'a jamais battu aussi fort dans ma poitrine, ça en est presque douloureux. Je réalise, vraiment à quel point c'est gênant et me couvre le visage de mes deux mains. Après ça, je pense très sincèrement, ne plus jamais être capable de le regarder dans les yeux. Pourquoi ne m'a t-il pas empêché de regarder dans ce sac ? Tout est de sa faute. Si j'avais su, jamais je l'aurai ouvert. Maintenant j'imagine sa mère en sous-vêtements, c'est affreusement horrible. Pourquoi ne peut on pas remonter dans le temps ? Je veux que l'on me rende mes yeux innocents. Puis j'éclate de rire, je ne sais pas si c'est le contre coup de la surprise, ou si c'est le fait d'avoir imaginer sa mère en sous vêtements, ou si c'est le fait, de me dire que s'il ne m'avait pas dit, avant que c'était pour sa mère, je l'aurai probablement lui même imaginée, avec ses sous-vêtements là sur lui. Je suis incapable d'articuler un traite mot, sans que mes propos soient incohérents. Sérieusement, les mecs achètent les sous vêtements de leur mère ? Je n'ai jamais entendu un truc pareil. Dire que j'avais failli lui proposer de donner mon avis, sur ce qu'il lui avait acheté. Heureusement que je ne l'ai pas, je me vois bien en train d'argumenter, sur un tel sujet qui plus est, ici. Je me mords la lèvre, en dégageant mes mains de mon visage, mais en veillant à ne surtout pas poser mon regard sur Tatsuki et Satoshi. Puis je dis du mieux que je peux, pour faire bonne mesure :

-C'est euh...hmm...personnel, je suppose…

Je ne pouvais vraiment pas faire mieux. Je ne sais pas si ce sont mes propos, ou mon visage qui amuse Tatsuki, mais il ne peut pas s'empêcher de rire. Finalement je retire ce que j'ai dis, Satoshi aurait mieux fait de ne jamais venir ici. Je ne sais vraiment plus où me mettre pour le coup, je ne sais pas, c'était tellement soudain. C'est vrai quoi, c'est pas comme si, je n'en avais jamais vu de ma vie, je suis une fille, après tout. Mais comment étais je censée m'attendre, à ce qu'il ait ce genre de chose dans un sac à la portée de n'importe qui ? Je respire lentement, pour essayer de me faire une contenance et de calmer les battements de mon cœur. Au moins si je fais un arrêt cardiaque, ça aura sans doute le mérite de le faire culpabiliser. Tatsuki ne manque pas d'en rajouter une, en me disant pour m’embêter :

-Tu devrais voir ta tête Nana… C'est juste hilarant…

C'est ça, moque toi de moi, je m'en fiche. Je passe une main dans mes cheveux, pour essayer de retrouver mes esprits d'avant l'incident, je dois dire que ça n'est pas vraiment facile. Mais, je vais y arriver j'en suis sûre.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Ven 13 Mai 2016 - 22:06

Elle ne peux pas résister, elle ne va pas résister. Je cache maintenant mon sourire, faisait comme si de rien était. Lui dire ça de manière aussi imagée, je suis sur qu'elle va vouloir regarder. Dans un sens, j'en ai un peu honte, de la même manière de ce que j'ai ressentis tout a l'heure avec les vendeuses qui m'observaient en ricanant. Je me demande qu'elle sera sa réaction quand elle verra ce qu'il y a a l’intérieur. Je ne suis pas déçu. Elle a l'air, hum, choqué. Elle met la main devant sa bouche et ne me regarde plus. Je jette un coup d’œil vers Tatsuki en me retenant de rire, tandis qu'elle dis:

-C'est euh...hmm...personnel, je suppose…

Je manque de rire, personnel, oui. Je me demande si elle ma imaginé pendant une seconde en train de les acheter pour moi. Après tout heureusement que je lui ai précisé avant que ce n’était pas pour moi, sinon elle aurait pu se faire des idées. Je ne cherche pas a capter son regard, je sais que c'est inutile, qu'elle va le fuir pendant un moment. Bon c'est sa faute, elle l'a bien cherché, mais c'est presque mignon cette façon d’être mal a l'aise, exactement comme moi une minute plus tôt. je ramène le sac du pied quand soudainement Tatsuki lache:

-Tu devrais voir ta tête Nana… C'est juste hilarant…

Je ramène alors ma main vers mon visage avant d'éclater de rire. C'est vrai que c'est drôle. Je ne peux plus me retenir en fait, j'aurais pu si il n'en avait pas remit une couche mais la c'est intenable. Et quand ce genre de fou rire vous prend, c'est difficilement contrôlable. Des larmes apparaissent aux coins de mes yeux tandis que je tente de reprend mon souffle. Vas y Sato-Sato tu peux le faire. Je regarde Tatsuki, amusé, et parvient finalement a reprendre mon calme:

- La ou j'habite, il n'y a pas vraiment de grands magasins de vêtements, et comme je rentre, elle en profite, ça lui évite de faire un trajet d'une heure jusqu’à Sendai, la ville la plus proche. Ne crois pas que ça me fasse plaisir, mais je ne peux pas lui refuser ça, c'est pas si compliqué après tout. Bon c’était pas hyper passionnant, et je dois même avouer que passer a la caisse avec ça a était un peu une épreuve, mais j'ai finalement survécu.

Je rigole encore une seconde avant de définitivement retrouver mon sérieux, gardant un sourire sur le visage. Finalement c’était une bonne idée de s'assoir, avec eux. Il m'a définitivement l'air d’être quelqu'un de sympathique. Je vais faire un effort pour alimenter la conversation:

- Et vous alors, vous vous promenez ? C'est vrai qu'il fait plutôt beau aujourd'hui, chaud même.

Pas extraordinaire comme relancement de la conversation. A vrai dire j'aurais espéré trouver d'avantage a dire, mais c'est comme ça, je suis comme ça, je n'ai pas beaucoup d'entrainement. Au moins j'ai fais le premier pas, c'est déjà pas mal. Je retourne mon regard sur Natsuki, me demandant si elle va désormais m'éviter tout le reste de l'entrevue. Je trouverais cela amusant, qu'une chose aussi ridicule arrive a la mettre mal a l'aise, même si je suppose que ce n'est pas quelque chose dont elle a l'habitude. Un garçon qui achète des sous-vêtements féminins n'est pas chose habituelle. Je ne pensais pas que ca la déstabiliserais a ce point la mais bon. J'étend mes jambes en reculant un peu ma chaise, et tire sur le col de mon tee shirt, avant de les regarder tour a tour.

Quand je les regardes de la sortes, ils m'ont l'air vraiment différent, et je me demande vraiment comment ils ont pu commencer a se fréquenter. C'est peut être ce genre de relation qui dure depuis l'enfance et qui crée un lien indéfectible qui ne s'use pas même après que ces amis prennent différentes voix. Et on peux dire que pour eux c'est le cas, c'est visible a l’œil nu ! Je ne sais pas si ils sont dans ce cas la, mais ca pourrait coller. Ou alors je me trompe complétement, et je n'ai absolument pas une bonne analyse de Natsuki, qui serait totalement différente de ce que je pensais au départ. C'est possible aussi, je ne suis pas omniscient, après tout ce ne sont que des hypothèses. Mais ses autres amies ressemblaient largement plus a l'idée que je me fais d'elle.

J'attends de voir la suite, espérant éclaircir quelque pas ce qu'est réellement cette fille qui se nomme Natsuki et qui me rend légèrement curieux.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Sam 14 Mai 2016 - 18:34

Il rit, ce qui me met, d'autant plus mal à l'aise. Je ne sais plus quoi faire, ni comment réagir, ma situation est vraiment inconfortable. Je lui en veut, de la même façon que j'en veux à Tatsuki de rire à mes dépens. Il n'y a rien de drôle, c'est humiliant. Alors que mon visage, n'arrive pas encore à leur faire face, je sens que Satoshi essaye de retrouver son calme et quand il semble, réussir à se maîtriser, il dit alors plus raisonnablement :

- La ou j'habite, il n'y a pas vraiment de grands magasins de vêtements, et comme je rentre, elle en profite, ça lui évite de faire un trajet d'une heure jusqu’à Sendai, la ville la plus proche. Ne crois pas que ça me fasse plaisir, mais je ne peux pas lui refuser ça, c'est pas si compliqué après tout. Bon c’était pas hyper passionnant, et je dois même avouer que passer a la caisse avec ça a était un peu une épreuve, mais j'ai finalement survécu.

Je vois, ce qui explique assez bien, la raison pour laquelle, il se balade avec des sous-vêtements féminins. Je souris en l'imaginant, honteux à la caisse d'un magasin, où il a, sans aucun doute, dû attirer l'attention. Cette petite pensée, à au moins le mérite de faire, diminuer ma gêne. Il rit de nouveau, mais je n'en tiens déjà plus compte, je sens que je commence, à retrouver mes esprits. La surprise m'a fait réagir, vivement et inéluctablement j'ai fini par me sentir gêné. Mais, ça n'a rien de si incroyable que ça. Je ne me vois, personnellement pas, allé acheter mes sous vêtements en compagnie d'un mec, alors, encore moins que l'un d'entre eux en achète, pour moi. J'avoue que la seule idée d'aborder, de nouveau le sujet sensible, me donne envie de fuir cette table. C'est comme si, je me décidais d'acheter des caleçons, j'aimerai bien voir leur tête. Quoiqu'il en soit, tous les deux ont l'air de plutôt bien s'entendre, ce qui est assez problématique pour mon plan. Mais, d'un côté je suis contente que Tatsuki, semble apprécié quelqu'un que je connais. Enfin, tu me diras je suis sûre qu'il n'aurait rien contre Hikari, au contraire, elle lui plairait je pense. Satoshi demande alors :

- Et vous alors, vous vous promenez ? C'est vrai qu'il fait plutôt beau aujourd'hui, chaud même.

Je ne tiens pas spécialement à faire la conversation, j'attends donc que Tatsuki reprenne la parole. De toute façon, je suis certaine qu'il sera bien trop content, de pouvoir parler, pour s'intéresser au fait que moi, je n'en ai pas du tout envie. Mais la réponse est non, c'est vrai, on ne se promène pas. Enfin, à la base, on était venu faire les magasins, pour que je puisse acheter ce dont j'ai besoin pour la soirée de charité, de la mère d'Emiko. Mais, finalement on se retrouve ici. Moi à devoir supporter deux garçon et un sac, rempli de sous vêtements, triste réalité que la mienne. Je croise les bras, en soupirant. Tatsuki répond alors le plus naturellement du monde :

-Nous ? Ah, non…Nana m'a littéralement forcé à venir ici… elle a besoin d'une tenue, pour une soirée de charité...enfin bref, on a tourné en rond et elle a essayé des trucs et rien allait,  elle n'était jamais assez bien… Faut dire que quand on connaît sa mère, on…

Je lui coupe la parole, en le regardant droit dans les yeux, plus du tout gêné, mais un brin en colère, de sa prise de liberté sur ma vie, je lui dis le plus calmement possible :

-Ne dépasse pas les limites…

Pour le coup, il semble plutôt blessé. Je m'en moque, il n'avait qu'à tout simple pas aborder le sujet, de ma mère. C'est vrai, franchement, quelle idée de raconter ma vie au premier venu. Bon d'accord, ça n'est pas tout à fait n'importe qui. Mais, on est pas non plus les meilleurs amis du monde Satoshi et moi. De plus, ma mère, n'est pas un sujet que j'aime aborder, encore moins dans un endroit pareil. Bref, je ne sais pas, ce qui lui a prit, il le sait, pourtant bien que je déteste ça. Je soupire, passe une main dans mes cheveux, puis continue plus calmement :

-De toute façon je te signale que tu ne m'as pas été d'une très grande utilité si je me souviens bien tu t'es contenté de hocher la tête à chacun de mes commentaires...

J'ai l'impression que d'un seul coup, la température est tombée en chute libre. Dire qu'il y a quelques minutes l'ambiance, était bien différente. Je ne m'en veux pas, d'avoir remis à sa place Tatsuki, de toute façon je n'avais pas d'autre choix que de le faire. Mais, je voulais seulement que les choses soient moins prise de tête que d'habitude. Je me masse des deux mains, les tempes, comme pour faire fuir, une migraine qui serait, sur le point d'arriver. Puis j'ajoute :

-Je pense que ta mère sera contente que tu es fais ça pour elle…
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Sam 14 Mai 2016 - 19:28

Depuis ce petit incident, je ne m'attendais pas vraiment a ce que Natsuki reprenne la parole. Néanmoins, je la vois reprendre petit a petit son sang froid. Elle n'a pas eu trop de mal je pense, après tout pas besoin de ce mettre dans de grands états, ce ne sont que des sous-vêtements, et puis c'est une fille en plus, que devrais je dire moi, qui ai affronté le magasin, les rayons et surtout les vendeuses moqueuses. Ce n’était pas facile mais j'ai réussis, et j'en suis plutôt fier! Elle ne va donc pas répondre a ma question, et c'est Tatsuki qui s'en charge :

- Nous? Ah, non…Nana m'a littéralement forcé à venir ici… elle a besoin d'une tenue, pour une soirée de charité...enfin bref, on a tourné en rond et elle a essayé des trucs et rien allait,  elle n'était jamais assez bien… Faut dire que quand on connaît sa mère, on…


Je suis a l'écoute, c'est plutôt intéressant comme réponse, j'en apprend un peu sur Natsuki. Mais Tatsuki arrêtes soudainement de parler, me faisant sursauter tant cet arrêt est abrupte. Je tourne la tête vers Natsuki qui fusille son ami du regard. On dirait qu'il en a trop dis. Bon en même temps, c'est sur que je préfère qu'elle m'en parle elle même, ça serait mieux. Outre le fait que ça voudrait dire qu'on est un peu plus ami, c'est plus correct que de l'entendre de quelqu'un d'autre. C'est comme si quelqu'un se mettait a raconter des histoires sur moi sans me demander mon avis, je pense que j'en serais plus énervé. Enfin, énervé, c'est un grand mot. Sans doute plutôt, hum. Je ne sais même pas comment je serais en fait, après tout je suis calme de nature. Sans doute les arts martiaux. Sans doute mon caractère et l'habitude de garder son self contrôle. J’entends la voie de Natsuki dire quelque chose comme « ne dépasse pas les limites ».

Qu'elle limite ? Il semble que leurs relation soit un peu plus compliqué que ce que j'avais pensé avant. Une incroyable amitié depuis l'enfance qui continu sans faille ? C'est peu probable que cela existe, c'est même sans doute totalement stupide de penser que de grands amis ne se dispute jamais, et quand j'essaye de cerner le caractère de Natsuki, je me dis qu'elle ne doit pas être très facile a vivre. Enfin d'un autre coté elle essaye d’être plutôt sympathique avec moi. C'est peut être une façade, mais je me plaît a croire que c'est sincère. Même si maintenant que j'y pense, c’était très abrupte comme changement de comportement envers moi, il y a peut être quelque chose de caché derrière. Enfin je ne vais pas me prendre la tête avec ça, pas besoin. C'est même plutôt intéressant de savoir jusqu’où elle va aller dans sa gentillesse peut être forcée.

- De toute façon je te signale que tu ne m'as pas été d'une très grande utilité si je me souviens bien tu t'es contenté de hocher la tête à chacun de mes commentaires...

Je souris en regardant cette fois Tatsuki. C'est exactement ce que moi j'aurais pu faire, même si on ne m'y aurait pas forcé, je serais venu de bon cœur. Mais tout ce qui est la mode, les vêtements et toute ces choses la, je n'en ai absolument connaissances, et je n'aurais sans doute moi non plus pas pu être d'une quelconque aide. Je suis du genre a dire « oui oui », dans le but de faire plaisir a la personne. Même plus, j'essaye de deviner si la personne aime ou pas avant de répondre, en l'observant, histoire de ne pas dire n'importe quoi. Ça serait vraiment mal placé de dire a quelqu'un que ca ne lui va pas alors qu'il aime ce qu'il porte. Je lance un regard un regard a Tatsuki d'un air de dire « je sais ce que c'est... » avant de me retourner vers Natsuki qui continu de dire :

- Je pense que ta mère sera contente que tu ai fais ça pour elle…

Je lui souris. Elle recommence a faire preuve de gentillesse, et quand elle le dit comme ça, j'ai l'impression que c'est sincère, même si cette façon de ce masser les tempes me donne l'impression qu'elle se force vraiment. Enfin il y a aussi l’hypothèse qu'elle se force pour être gentille, et pas pour une quelconque autre raison totalement machiavélique. Et elle a raison en plus, ma mère sera contente de pouvoir avoir des choses de la ville. Si j'avais de l'argent, je lui aurais bien pris un cadeau en plus, mais je n'ai plus rien, j'économiserais pour la prochaine fois, tant pis. De toute façon ce n'est pas des vacances, je ne vais y rester que deux jours. Je souris encore en me rendant soudainement compte que la façon dont j'ai ris tout a l'heure, je n'avais plus ris comme ça depuis très longtemps. J'avais même presque oublié le son de mon rire. C'est plutôt une bonne chose, je change petit a petit.

- Et bien, j’espère que je n'ai pas du effectuer cette épreuve pour rien. Mais c'est gentil, j’espère que tu as raison, enfin ce ne sont que des bricoles...

Mon regard est alors capté sur le coté du café, vers le milieu de la grande rue. Au milieu du brouhaha, des pleurs d'enfants me parviennent faiblement, juste assez au milieu de la cohue de l’après-midi pour que je puisse les entendre. C'est un garçon qui doit avoir cinq ou six ans et qui tient dans la main un livre qui ressemble a un livre de coloriage. Sa mère est a coté de lui en train de le réprimander. Il a sans doute du faire une bêtise ou quelque chose. C'est plutôt classique en fait ce genre de scène, mais ce qui l'est beaucoup moins, c'est l'énorme gifle qu'elle lui met, l'envoyant tomber sur le sol. Mes mains se crispent involontairement tandis qu'elle continu de crier sur l'enfant au sol, dont les larmes ne font désormais plus qu'une avec la poussière amené par les pas des badauds qui ne font pas attention a ce qu'il se passe juste a coté d'eux. Je reste en silence les yeux braqués sur la scène, les traits du visage se tendant légèrement.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Ven 10 Juin 2016 - 14:59

- Et bien, j’espère que je n'ai pas du effectuer cette épreuve pour rien. Mais c'est gentil, j’espère que tu as raison, enfin ce ne sont que des bricoles…

J'ai presque envie de le réprimander, sur le fait qu'il puisse douter de mon exactitude, à savoir si son achat fera plaisir ou non à sa mère. Ce qui en un sens, est assez fort ridicule, je dois le reconnaître. C'est vrai que je ne l'a connais pas, bien que je l'ai insulté (il y a quelques temps), donc je ne peux pas dire, si ce qu'il a acheté lui fera effectivement plaisir. Mais je pense que le fait qu'il est accompli ce qu'elle lui avait demandé, en sachant qu'il l'avait fait, dans l'intention de lui faire plaisir suffirait à mes yeux, à rendre contente sa mère. Bien sûr, je me base sur l'hypothèse que cette dernière, ne soit pas aussi exigeante que moi, ce qui doit sans doute être le cas. J'ai comme l'impression quand me disant une chose pareille, je suis entrain de m'insulter moi-même, voilà que le soleil doit taper un peu trop fort, je suis entrain de dérailler. Mais, c'est vrai que je suis un peu pointilleuse, remarque rien d'anormal à être légèrement difficile, quand on a connu que l'excellence. Quoique, en y réfléchissant, je n'avais jamais éprouvé tant de satisfaction à obtenir quelque chose. Finalement, je suis presque déçu de me dire qu'une pauvre, comme sa mère, pourrait éprouver plus de plaisir que moi, dans sa misérable existence.

Des bricoles ?! Je me retiens de soupirer bruyamment, je suis entourée d'incapable ma parole. Sans doute qu'ils ne se rendent pas compte de l'importance, de ce genre de chose. Enfin, c'est même certain, il suffit de les regarder pour constater qu'il n'y a rien chez eux de calculés ou d'analyser à des fins autres que le fait d'être ce qu'ils sont. Sans doute que je suis un peu matérialiste, voir énormément si je me compare à eux. Mais, y suis je pour quelque chose ? Je ne crois pas, après tout, j'ai reçu une certaine éducation et s'ils avaient eu la même que la mienne, sans doute que notre différence ne serait pas si marquée. Toute fois, difficile de les imaginer autrement que comme ils sont réellement. Je pense que je ne leur aurai même pas parlé s'ils avaient été comme moi, en tout cas, nos relations auraient été différentes. Quoique avec Satoshi, je ne suis pas sûr que l'on puisse qualifier notre lien comme relation. Je trouve que c'est un peu trop, Tatsuki et moi avons une relation, mais je le connais depuis des années et nous avons partagé tant de choses. Il me connaît vraiment et sans lui, ma vie ne serait pas ce qu'elle est. Qui sait, j'aurai peut être été pire que ce que je suis vraiment, ou pas. En vérité, bien qu'il avait essayé à plusieurs reprises d'enlever le jeu, il n'avait jamais réussi à le faire. Quant à Satoshi, pour en revenir à lui, je ne sais pas, de toute façon, il est lié au jeu maintenant, pas trop la peine de réfléchir.

J'allais de nouveau prendre la parole, pour dire quelque chose, sans doute une remarque déplaisante, pour revenir sur un terrain plus habituel. Mais quand je me tourne vers Satoshi, il semble plus du tout concentré sur notre discussion, ce qui m'exaspère un peu, on ne sait jamais sur quel pied danser avec lui. Il semble plutôt tendu, ce qui est assez étrange venant de cet idiot. Enfin, je ne le connais pas tant que ça, mais de ce que j'avais pu voir de lui, ça ne m'avait jamais laissé supposer qu'il y avait quelque chose qui aurait pu perturber son calme naturel. J'essaye de suivre, tant bien que mal, la direction de son regard. Il semblerait que je ne parvienne pas à détecter, ce qui doit capter toute son attention. Je crois que je commence, à me sentir mal à l'aise, il continu de fixer quelque chose que je n'arrive pas à voir, son silence et son visage ne m’apparaît pas comme quelque chose de bonne augure. Je jette un léger coup d’œil à Tatsuki, mais lui aussi m'ignore et à vrai dire, je n'ose pas vraiment lui demandé ce qu'ils semblent avoir tous les deux remarqués parce que ce serait avouer que je ne suis pas en mesure d'identifier ce qui paraît évident. Moi, je ne vois que des passants qui se dépêchent de vaquer à leurs occupations. Mais pas, je ne pense pas que ce soit ça qui peut attirer leur attention, ou alors c'est ce que je suis une personne qui n'offre pas une agréable compagnie.

Je passe une main dans mes cheveux, cherchant une idée de ce que je pourrai faire, en tout cas je devrai sans doute éviter de mettre les pieds dans le plat. Si Tatsuki n'avait pas été là, j'aurai probablement fait le contraire avec Satoshi, mais je suis sûre qu'au moindre petit truc un peu abusé, je me ferai rembarré par Tatsuki. Je fixe ce dernier du regard, mais bon, je suis comme devenue invisible, ça n'a vraiment rien d'agréable. Je pivote légèrement pour reporter mon attention sur Satoshi. Je me penche vers lui, j'hésite un peu, je ne voudrai pas le surprendre, mais, faut bien que je fasse quelque chose pour les faire sortir de leur transe, non ? Je pose ma main sur son bras, le secouant légèrement je lui dis calmement :

-Un problème ?

Je sais que c'est un peu stupide de demander ça, parce qui si ça n'était pas le cas, probablement que l'ambiance ne serait pas celle-ci. Mais, je ne savais pas trop quoi dire et ça me donnait l'occasion de tenter un truc.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Ven 10 Juin 2016 - 20:43

Je suis comme plongé dans cette vision, fronçant les sourcils, je n'entend plus rien, je ne vois plus rien d'autre, comme si le reste étaient totalement ellipsés. Le café, les gens, la rue, tout disparaît. Je sens les poils sur mes bras se relever lentement comme dans un réflexe naturel de mon corps, tel un chat dont le poil s'irrisse devant une situation dangereuse, prêt a l'action. C'est sans doute l'adrénaline du moment qui rend mon corps dans cet état. Comme un gong instantané déclenché par mon cerveau et s'infiltrant dans le moindre des pores de ma peau, dans le moindre des recoins de mon corps. J'en ai même oublié le pourquoi de ma présence ici. Mes pupilles ne bougent plus de la scène, mes paupières ne se referment plus dans un mouvement pourtant naturel. Je suis a l’arrêt complet.

Il y a toujours eu plusieurs choses qui me faisaient reconnaître une situation de crise. Je fais d'abord toujours la comparaison entre mes propres souvenirs et ce qui se trouve devant mes yeux. Les pleures de l'enfant d'abord. Le liquide naturel du corps qui se déverse sous une émotion ou une douleur. Tristesse, peur, douleur. Joie? Je ne pense pas que c'est ce qu'il récent actuellement. Non, son regard est fuyant, et les larmes froides et lourdes, assez pour couler sans retenues, sans aucune interruption le long de ses joues, au rythme de la détresse qui lui rougit le visage.

Ses cris aussi. Une fonction naturel du corps humain, caractérisant souvent un appel de détresse. La voie sert a s'exprimer, pour toute les espèces, c'est une fonction de communication. Et le cri est une forme de communication. Son regard aidant, je n'ai aucun mal a déterminer la nature du bruit qui sort de ses lèvres. Il est habitué. Ce n'est pas la première fois qu'il subit un coup de la sorte. Cette façon de dire «non pas encore» qu'il exprime a sa manière d'enfant est une indication facile a deviner pour moi. Je ne peux pas rester la a rien faire.

Je revois encore et toujours cette soirée la, ma mère qui était encore une jeune femme, une jeune adulte ne connaissant pas grand chose de la vie, assise contre le meuble de la cuisine le visage en sang. Recouvert de l'eau de l'évier dans laquelle il lui avait plongé la face une seconde avant. Et moi, tenu au niveau du col par la fureur de cet homme, sa main me giflant, non, me frappant jusqu'à quasiment m’assommer, encore et encore jusqu'à ce que la satisfaction malsaine de mon bourreau, de mon dieu tout puissant, soit enfin assouvie. Je ne sais pas si j'avais crier comme l'enfant que je vois, ce soir la, mais une chose est sur, c'est que ce que j'avais ressentis, il le ressent actuellement. Est ce une illusion de mon esprit ? Je me mord la levre, serrant le poing sur la table, alors que la main de la femme s'abat encore sur son enfant, ou si ce n'est pas le siens, sur le garçonnet. Je ne sais pas ce qui a valut cette attaque, mais ce n'est pas une simple punition suite a une bêtise d'enfant, non, c'est une volonté de faire mal, une pulsion de force et de puissance....

- Un problème ?

Je sursaute violemment en sentant une main sur mon bras, qui me secoue lentement, comme pour me ramener sur la terre ferme. Natsuki. Elle est toujours la bien sur, ainsi que Tatsuki, et les gens autour de nous, et la rue, et le café. Je ne suis pas partis autre part forcément. La scène revient dans mon esprit comme si elle n’était jamais partit. Je la regarde lentement, plantant mon regard dans le sien sans rien dire. Je la dévisage pendant dix secondes en silence, qui me paraisse durer plus longtemps, avant de tourner le visage vers le garçon qui est avec nous. Il a vu aussi ce qu'il se passe. Ce n'est pas mon imagination, la femme ne lui met pas juste une fessé, elle le bat vraiment, et en public sans que personne ne réagissent. C'est tellement courant de voir ce genre de chose, une femme qui punit son fils pleurnicheur, que plus personne ne s'y intéresse. Je me lève soudainement, posant ma main sur la barrière qui se trouve a coté de moi, délimitant les contours du café ou nous nous trouvons :

- Désolé, je reviens tout de suite.

M'appuyant sur la barrière, je saute par dessus avec aisance et agilité, en atterrissant souplement de l'autre coté dans la rue. Un groupe de jeune présent a coté s'écartent précipitamment en me voyant quasiment tomber sur eux, mais je les avais vu a temps et j'avais plus les éviter. Sans écouter leurs golibets, j'avance d'un pas rapide, et effectue la distance qui me sépare de la scène que j'observe depuis une minute ou deux. Alors que la femme va encore mettre un coup, plus fort, sans doute le dernier, a l'enfant qui ferme les yeux en hurlant de plus belle, je m'interpose entre les deux. Dans un hoquet de surprise, elle arrête son geste avant de dire avec indignation :

- Voyons jeune homme, je peux savoir ce que vous faites ?

Sans la regarder un seul instant, je me pense vers le garçon qui me parle en pleurant toujours a gros bouillon. Je sors un bonbon de ma poche prit a coté de ma tasse, un genre d'accompagnement gratuit qui est servit au café d’où je viens de bondir et le tend au garçon avec un grand sourire :

- Un homme ne devrait pas pleurer comme ça en public, hein mon grand ? Relève toi et regarde le ciel, de cette manière tu auras toujours la tête haute, dans toute les circonstances. Aller, relève toi, tous le monde nous regardes.

En effet, suite au bruit provoqué par mon saut puis ce qu'avait dit la femme a mon encontre, des gens avaient stoppés notre marche pour le regarder. Je souris toujours en faisant a la femme :

- Vous savez, l'éducation ce n'est pas forcément synonyme de violence, il suffit d'expliquer les choses pour que l'enfant comprenne, ce n'est pas un idiot.

Le visage stupéfait devant tant d’effronterie, la femme est sans voix alors que le garçon se relève, des larmes toujours coulant le long de ses joues. Mais il ne cri plus, et me regarde étrangement. La mère, dans un geste de rage le prend par la main et le tire rapidement pour continuer leurs marches, d'une façon néanmoins plus douce, disparaissant entre les gens qui reprennent a leurs tours leurs journées. Je m'éponge le front en me rendant compte de ce que je viens de faire et en rougissant. Je ne sais même pas comment j'ai pu finir par effectuer ça, ni même ce qui m'est passé par la tête, mais je suis fier de moi, si j'ai pu aider quelqu'un aujourd'hui. En espérant qu'elle ne s'en prenne pas a lui dans un coin plus discret. Mais j'ai mémorisé son visage, je me souviendrais d'elle.

Je retourne au café, faisant cette fois le tour et reprenant ma place sur la chaise, toujours un peu rouge sous l'adrénaline et la gêné d'avoir fait ce que j'ai fais :

- Désolé d’être partit sans rien dire.

J'incline la tête devant mes deux compagnons de table.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 21
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Sam 11 Juin 2016 - 23:00

A mon contact, il sursaute violemment. Je ne sais pas comment je dois le prendre. Même si son geste ne se voulait pas nécessairement offensant. Ce qui était probablement le cas, je ne dois pas perdre de vu que cet idiot est une personne d'une nature bienveillante. Enfin, de ce que j'avais pu constater précédemment. Malgré ça, je ne peut m'empêcher d'avoir le sentiment d'être traitée comme une pestiféré. Je me retiens pour ne pas lui faire une réflexion qui n'aurait eu d'autre but que d'atténuer le coup porté, à mon orgueil, ce qui aurait été très gamin de ma part. Il me regarde, pendant un moment sans rien dire et je commence à trouver cette situation de plus en plus gênante. Sans doute, le fait que je n'arrive pas, à percevoir ce qui semble être évident. C'est vraiment désagréable d'avoir l'impression d'être autant aveugle. Mais, je crois qu'il y a autre chose qui vient de Satoshi lui même, quelque chose que je n'avais pas vu avant et qui peut être, était autant troublant que le reste. Il finit par détourner le regard, je crois que Tatsuki retient maintenant son attention. Je dois reconnaître que je n'apprécie pas tellement l'idée qu'ils puissent partager tous les deux quelque chose que j'ignore. Enfin, de toute façon, ils ont bien plus de choses en commun qu'ils n'en ont avec moi. Cette constatation ne devrait pas m'offenser plus que ça, se ne sont que des pauvres après tout, pourtant je suis quand même irritée par cette idée.

Pour le coup, c'est moi qui frôle de sursauter lorsque Satoshi se lève soudainement. Je me retiens de lui faire une réflexion pour m'avoir surprise comme ça. Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond, chez ce type. C'est vrai, il était parfaitement normal il y a quelques minutes (enfin ce qu'on pourrait appeler normalité dans son cas à lui). Puis, comme ça, d'un coup, sans raison, il se met à agir bizarrement. Le voilà qui pose sa main sur la barrière, mais qu'est ce qu'il fait ? Il ne va tout de même pas faire ça. Il me surprend une nouvelle fois en disant, tout d'un coup :


- Désolé, je reviens tout de suite.


Je n'ai pas le temps de dire quoique ce soit, remarque je ne suis pas sûre que j'aurai eu la moindre idée, de ce que j'aurai pu raconter, puis soudainement, il saute par dessus la barrière. Je me contente de fixer l'endroit où il se tenait à peine quelques dizaines de secondes plutôt, décidément de mieux en mieux. Il a sauté, ce type à vraiment un grain. Je sais que la campagne c'est plus son truc que la ville. Mais, ça ne justifie pas, ce comportement, aussi ahurissant. Je tourne ma tête vers Tatsuki, lui ne semble pas surpris, il regarde juste en direction de l'endroit de tout à l'heure, il m'ignore encore en sommes. Je fronce les sourcils et me lève, rester plantée là comme une idiote, ne me plaît pas des masses, surtout que j'ai l'impression de comprendre de moins en moins ce qui se passe ici. Mais avant que j'ai eu le temps de faire quoique ce soit, Tatsuki qui visiblement ne m'ignorait pas tant que ça (à croire qu'il faisait semblant) m'attrape le bras fermement. Du coup je me tiens tranquille, même si je n'avais pas l'intention, de faire quoique ce soit de particulier, pour la simple et bonne raison que je ne comprenais pas ce qu'il se passait. Je me contente de regarder là, où Satoshi semble être parti, je suppose que Tatsuki fait la même chose que moi puisqu'il me dit :

-La gentillesse pousse à l’héroïsme…

Je me contente, de regarder la scène silencieusement. En vérité, je devais reconnaître qu'il avait un comportement qui reflétait bien, l'impression qu'on avait de lui. A sa place, j'aurai sans doute agit différemment. Œil pour œil, dent pour dent, la violence, répond à la violence, l'humiliation à l'humiliation. Ce que tu fais te seras rendu de la même manière. J'ai toujours estimé que cela ne suffisait pas de sanctionner oralement, une punition devait être une punition, comme pour le père de Nanami. Bien sûr, ça n'était pas très légal, mais pour moi, je ne pense pas que cela avait de l'importance, en tout cas, jusque là, ça n'en avait jamais eu. Visiblement mes méthodes n'étaient clairement pas les mêmes. Sans mentir, je pense vraiment que si la gentillesse pousse à l’héroïsme comme dit Tatsuki, elle en est tout autant sa faiblesse. Je ne comprends pas l'intérêt de prendre le risque d'être blessé, c'est pourtant ce que l’héroïsme en lui même pousse à provoquer. Vouloir protéger les autres, plus que soi même, pour moi c'est un non-sens et d'une stupidité remarquable. C'est pourquoi je dis à Tatsuki dans un soupire :

-C'est juste stupide…

Tatsuki se tourne vers moi, il passe sa main dans ses cheveux, comme pour se laisser le temps de réfléchir. Même si je suis certaine qu'il n'est même pas entrain de peser le pour ou le contre de mon commentaire, il a déjà sa propre opinion là-dessus ça ne fait aucun doute, il dit alors :

-Oui, mais ça a du bon parfois de l'être.

Je fronce les sourcils, je ne suis pas du tout convaincu parce qu'il vient de dire. J'agite légèrement  mon bras toujours prisonnier de la poigne de Tatsuki, s'il se rend compte de mon geste, il ne fait rien pour me lâcher. Je lève les yeux au ciel, je ne vais pas m'envoler non plus. Je ne peux pas m'empêcher de marquer mon opposition en disant :

-Je ne vois pas en quoi, c'est à coup sur prendre le risque d'être blessé en voulant protéger quelqu'un d'autre.

Mon propos n'a rien de drôle, enfin selon moi. Mais Tatsuki sourit, je ne pense pas qu'il trouve ça amusant non plus. En fait, je pense qu'il est entrain de se dire que je suis désespérante, ou quelque chose, comme ça. Inutile d'y réfléchir, ce n'est pas comme si je pouvais savoir ce qu'il pensait réellement et ce que signifiait vraiment ce sourire. Mais, une chose est sûre, ça n'avait à mon avis rien, d'incroyablement agréable pour moi. Quoiqu'il en soit, il fini par lâcher mon bras et je retourne donc m’asseoir, de toute façon Satoshi revient. Au moins, il a l'air un peu gêné de nous avoir abandonné comme ça, je pense que c'est pour ça qu'il dit :

- Désolé d’être partit sans rien dire.

Il incline sa tête, pour le coup, je le trouve un peu trop formel. Je sais que c'est peut être un peu contradictoire, mais ce mec ne connaît visiblement pas le juste  milieu. Enfin bon, je ne vais pas lui tenir rigueur d'être parti comme ça, ce serait clairement malvenu de ma part. Je fais un signe de la main, comme pour dire n'en parlons pas, ça n'a pas d'importance. Ce qui est vrai, ça n'en a pas, après tout, je ne suis pas là pour apprécier ou non ce type. Tatsuki, lui, ne semble visiblement pas partager mon point de vu, pas très étonnant venant de lui et c'est pourquoi il répond :

-Pas de soucis, c'était intéressant…

Maintenant, il me regarde et me sourit, je me doute que l'allusion qui est faite est à mon attention. Mais, je fais semblant de ne pas relever. Même si je sais qu'en faisant ça, je satisferai encore plus Tatsuki, mais je n'ai pas l'intention de me donner en spectacle. Remarque, je ne devrai pas penser ça, après tout, je pense que Satoshi a déjà clairement vu de moi certains de mes plus bas côtés. Je me tourne vers ce dernier, ignorant superbement la présence de Tatsuki, cela me donne au moins le plaisir d'imaginer que le sien s'en trouvera atténué. Avant qu'il ne nous quitte un peu plutôt, il m'avait semblé différent, de ce que j'avais pu remarqué de lui jusqu'à présent. Mais là, tout semblait être redevenu à la ''normal'' chez lui, ce qui aurait pu me faire douter. Sauf que je ne suis pas du style à ne pas avoir confiance en mon propre jugement. Il c'était passé quelque chose chez lui qui était étroitement lié à la raison de son soudain élan dans la rue. Pourtant, difficile de s'imaginer ce que Satoshi devait si habillement cacher derrière cette parfaite maîtrise de sa personne. A ne pas en douter, il y avait là une faille chez lui qu'il venait de parfaitement illustrer. Comme je l'avais dis plutôt l’héroïsme qui découle de la gentillesse n'est qu'un point faible qui dans ce cas présent avait laissé entrapercevoir une brèche.

Le problème, c'est que je n'étais clairement pas en mesure d'établir ce qu'était la faille. Une chose était sûre, sa gentillesse, allait m'aider à en savoir plus. C'est pourquoi, je devais faire ami-ami avec lui, si je voulais en savoir d'avantage. Tout semblait donc engager mon plan sur de bonnes hospices. Le seul point noir c'était de veiller à ce que mon naturel si détestable aux yeux des autres ne surgissent pas en cours de route. Il ne faut jurer de rien et je ne préfère donc pas me dire que je ne ferai rien qui pourrai porter atteinte à mon plan, malheureusement. Bien, je devais être ''gentille'', mais en même temps pas trop non plus, sinon cela ne ferait pas naturel. Donc, je devais essayer de dire quelque chose qui possiblement me ressemblerait, une sorte de fausseté imprégnée de vérités. Je passe une main dans mes cheveux, c'est plus dur qu'il n'y paraît. Je sens ma bouche s'assécher sous l'effet de l'incertitude, mais je dis pourtant très calmement :

-Je crois que tu es, hmm.. intéressant, pour un mec dans ton genre…

La vérité est qu'effectivement Satoshi est un type intéressant. Enfin intriguant aurait probablement été la formulation la plus adaptée. Mais, reprendre le propos de Tatsuki était bien trop tentant. Je pense que derrière cette parfaite image qu'il renvoyait à longueur de temps pouvait se cacher de sombres choses qu'il devait veiller à garder au fond de lui. Son apparence physique, cette blondeur angélique l'aidait sans doute à le rendre d'un similaire au caractère qui tenait à montrer. Mais dans le fond qui était réellement Satoshi ? Peut être pas nécessairement cet idiot plein de bonnes intentions. Enfin, certainement que la majeur partie de lui même l'était, difficile de jouer la comédie à ce niveau là. Cependant, j'imagine qu'il y a une autre partie de lui qui n'est sans doute pas belle à voir, comme pour la plupart des gens d'ailleurs. Tatsuki en avait une et je pense que je n'ai aucune envie de découvrir jusqu'à quel point celle-ci est développer. Moi, c'était sans doute l'inverse de Satoshi, la majeur partie de ma personne se composait de la noirceur, mais il y avait toujours en moi même l'autre partie, celle qui me tiraillait parfois, même si elle était très faible, il lui arrivait d'avoir quelque sursaut, penser ça est ridicule, mais réaliste. J'ajoute sur le même ton :

-Au fait pourquoi ta mère ne vit pas avec toi ici ? Ça ne serait pas plus simple pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Satoshi Sakutaro
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
► Université - 2ème année - Capitaine Combat Sans Armes
avatar

Genre : Masculin Verseau Buffle Age : 20
Compteur 426

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   Mar 14 Juin 2016 - 3:51

Je sens que mon corps est lourd, sans vraiment comprendre pourquoi j'ai soudainement ce sentiment. Comme si quelque chose d'éreintant venait de se produire, quelque chose qui m'avait ôté toute force. C'est sans doute ça que l'on appel une fatigue émotionnel. Je n'ai pas l'habitude de faire ce genre de chose, loin de la. Mais je ne sais pas pourquoi, j'ai eu comme un voile blanc devant les yeux, et par la suite, je n'ai plus contrôlé mes mouvements. Comme si soudainement, une autre part de moi même beaucoup plus enfouis avait surgit, me dictant quoi faire, comment le faire, ou le faire, quand le faire. C’était une sensation étrange, que j'avais pourtant déjà ressentis avant. Comme a ce moment avec Zakuro ou la fièvre du combat l'avait emporté sur ma rationalité, ou alors la fois ou j'avais attaqué sans me contrôler mon maître, Hikari.

Lorsque je reprend place a la table, ma main ne peux s’empêcher d’être un peu tremblante tandis que je la pose a coté de mon verre vide. Je souris légèrement, voulant faire bonne figure après m’être donné en spectacle de la sorte, mais il est évident que mon esprit est un peu ailleurs. J'essaye de faire bonne figure, observant l'un a la suite de l'autre mes deux camarades de table, restant un peu plus longtemps les yeux braqués vers Natsuki sans pour autant ouvrir la bouche pour parler. Ils ont l'air interloqués a première vue, surtout la jeune fille qui en me voyant revenir me regardait étrangement. Il me semble qu'elle m'avait déjà fait une remarque sur le fait de s'excuser pour un oui ou pour un non. Et le fait de s'incliner pour une chose aussi futile n’était peut être pas exactement le genre de chose qui lui plaît. J'ai agis par réflexes, comme a mon habitude. J'ai effectué le mouvement dont j'ai le plus l'habitude. Tout ce que je fais est d'écouter les habitudes de mon corps afin de paraître le plus naturel possible, même si intérieurement, je me sens encore perturbé par la scène qui vient d'avoir lieu. J'étais naïf de croire que ma propre expérience était un cas isolé. Enfin je ne le croyais pas, mais recevoir ça en plein visage m'a totalement décontenancé.

Je sursaute violemment une nouvelle fois quand j’entends la voix de Tatsuki s'élevait au dessus de la table. Encore une fois, j'avais presque oublié que je n'étais pas seul. Je vais finir par faire en sorte qu'ils ne me considère plus très bien, bien que pour Natsuki, j'ai bien compris que je n'étais pas réellement dans une place forte de son cœur. Il me dit que c'est bon, que c’était...intéressant ? Et bien je ne suis pas a leurs places et j'ai du mal a déterminer comment ils ont prit la chose. Je suis sur que le garçon avait repéré en même temps que moi ce qu'il se passait dans la rue. Mais il n'a pas bougé. Il les connaît peut être, ou alors c’était un test pour voir ma propre réaction. J'ai vu dans son regard qu'il avait comprit ce que j'avais en tête. Enfin, peut être pas que j'allais y sauter, mais en tout cas que j'avais repéré la situation et que je voulais y faire quelque chose. Et peut être qu'il voulait justement voir ce que j'allais faire et c'est ce qu'il appel quelque chose d’intéressant. Je n'arrive pas vraiment a le cerner. Je l'aimais bien il y a encore cinq minutes, mais après ça, j'ai du mal a visualiser son état d'esprit. Puis je remarque qu'il sourit a Natsuki, comme si ce qu'il venait de dire n’était finalement pas destiné directement a ma propre personne. Ça expliquerait mon manque de compréhension de la chose. Cette dernière détourne la tète de son ami pour la tourner vers moi, en me regardant. Elle ouvre la bouche, d'une manière que je trouve un temps hésitant, mais qui me fait me contredire quand j'entends sa voix dire avec un calme olympien :

Je crois que tu es, hmm.. intéressant, pour un mec dans ton genre…

Je manque de sourire, je me retiens pour ne pas la vexer ou quelque chose dans le genre, mais cette phrase qu'elle vient de me dire m'amuse autant qu'elle me surprend. C'est la première fois que je l'entends dire quelque chose qui n'est pas totalement négatif a mon égard. Encore une fois c'est un peu comme a la bibliothèque. Elle ne semble pas aussi méchante qu'elle cherche a le faire croire. Mais j'ai toujours cette impression de creux, comme si elle cherchait a faire quelque chose qu'elle ne pense pas réellement. Je n'ai pas la moindre de ce que c'est, et je ne compte pas vraiment me perdre dans des réflexions possiblement calomnieuses. Néanmoins je lui souris, histoire de la remercier de cette phrase qui est finalement presque comme une déclaration d'amour dans sa bouche. Je rigole intérieurement a cette pensée, en me demandant si elle a déjà déclarer ce genre de chose a un garçon, en me disant que j'aimerais bien voir sa tête, histoire de me faire une idée de ce qui peux faire chavirer le cœur de cette jeune femme. Le bon coté des choses, c'est qu'elle m'a sortit de mes pensées totalement centré sur la scène précédente, et ça a plutôt du bons, je commençais a tourner en rond dans ma tête, gâchant une après-midi plutôt agréable. Je me rend compte que je n'ai pas parlé depuis quelques minutes maintenant, et j'ouvre la bouche pour répondre quelque chose, mais je suis coupé par la jeune fille qui me demande pourquoi ma mère ne vient pas vivre a Keimoo avec moi.

Vaste vaste sujet. La première raison, sans doute, est le fait que nous n'avons absolument pas les moyens d'acheter ou de louer une maison ici. Ce n'est pas la ville la plus huppé du Japon et il y a des endroits dans des prix corrects, mais nous avons une maison gratuite a la campagne, qui nous épargnes bien des soucis. L'amitié avec le propriétaire du temple est tel qu'il a un jour proposé a ma mère de lui céder la maison en cas d'accident ou de décès de sa part. Elle avait bien sur refusé, mais je suis néanmoins persuadé que cela l'avait émue au possible, et que si ce genre de chose arrivait, elle serait heureuse de continuer a prendre soin de l'endroit. C'est chez nous après tout, et je ne me vois moi même pas vivre dans un autre endroit. Et dans un deuxième temps, si moi je n'en suis pas très fan, ma mère déteste la ville. Elle y garde trop de mauvais souvenirs de notre ancienne vie. Trop de moment passé a pleurer pour vouloir retourner au milieu de toute cette urbanisation. Je souris en prenant la parole :

- Le travail de ma mère consiste a être la gardienne d'un temple. Nous vivons donc dans une maison de fonction situé a cet endroit, et elle ne peux pas s'en éloigné. Et de toute façon, une fois que nous avons goûtés a la tranquillité de la campagne, il est dur de revenir dans un coin aussi animé.

J'ai l'impression depuis le début de me faire porter dans la conversation, sans prendre les devants. Je ne veux pas paraître ennuyeux, alors je réfléchis rapidement a ce que je pourrais dire pour etre aimable et prendre la conversation a mon compte. Je dis timidement :

- J'ai entendu tout a l'heure involontairement que tu avais un problème avec une histoire d'un gala de charité ? Je n'en ai entendu que des bribes, je ne voulais pas forcer l'oreille et etre inconvenant. Mais si tu as besoin d'une quelconque aide, n'hésite pas, je ne suis pas sur que je puisse t'aider mais ça me ferait plaisir néanmoins.

Je passe le pouce sur mon sourcil tandis que je réfléchis au fait de savoir si elle va refuser tout net une quelconque aide pour son probleme, ou si elle va y mettre les formes. Dans un sens, j'attends sa réaction avec une certaine curiosité....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Récompenses:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10499-sakutaro-satoshi-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10513-le-timide-guerrier http://keimoo.forum-actif.net/t10500-livret-scolaire-de-satoshi-sakutaro
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par un jour qui semblait ensoleillé (Satoshi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Centre ville: Tsukuyomi Place et Palais impérial :: Ailleurs dans le centre-
Sauter vers: