₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Natsuki Tatsuya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 20
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Natsuki Tatsuya    Sam 9 Avr 2016 - 22:47


           
DOSSIER DE L'ÉTUDIANT
   
   || Tatsuya  Natsuki ||
     



     • Sexe: [♀]
     • Âge, date et lieu de naissance : 19 ans, née le 08 Novembre 1996, à Tokyo
     • Nationalité : Japonaise
     • Orientation sexuelle : Hétérosexuelle

     • Langue(s) parlée(s) : Japonais (langue maternelle), Anglais (niveau B1 intermédiaire)
     • Étude(s) : 2ème année de Journalisme
     • Spécialité(s) : /
     • Groupe :  Populaire
     • Club(s) : Littérature, photographie
     
► Description physique


     • Apparence, expressions, allure, gestuelle : (Soyez le plus précis possible ! )

     Je ne suis pas grande, loin de là, un mètre cinquante-cinq, tout au plus. Mais ma taille, n'est pas un réel problème, je me trouve, plutôt bien, proportionnée comme il faut. Je ne pèse pas très lourd, avec ma grandeur, ça n'est pas très voyant, je ne suis pas maigre, ni mince, mon IMC se porte bien. C'est sûr que je ne suis pas très musclée, mais pour une fille qui n'est pas très sportive ça n'est pas anormal. Je n'ai pas une poitrine très développée, je suppose que j'ai hérité ça de ma mère. Tout comme mon visage, la même similarité dans les traits, d'une finesse que j'apprécie, d'une forme ovale marquée par des yeux en amande d'un noir foncé, des sourcils fins, un nez rectiligne, ponctué par une bouche avec des lèvres charnues que je n'aime pas tellement. Je n'ai pas des pommettes saillantes, elles sont très peu marquées, ce que je trouve assez dommageable. Quand il m'arrive de sourire, on peut voir que mes dents sont bien alignées l'une d'elle et légèrement marquée par une tâche blanche, il faut faire très attention pour la voir, ça n'est donc pas vraiment une gêne pour moi et on peut aussi apercevoir une fossette sur ma joue droite, surtout quand je prends un air moqueur, amusé par une chose qui n'est forcée drôle. Le teint pâle, sans doute dû au fait que je ne m'expose pas tellement au soleil, le problème, c'est que celui-ci a tendance à m'irriter la peau. La physionomie qui se dégage de moi n'est pas très avenante, peut être due à mon regard qui donne souvent cette impression de sévérité ou de supériorité mal placée, d'indifférence, voir même de moquerie. Mes cheveux m'arrivent aux épaules, fut un temps où ils m'allaient jusque dans le bas du dos, ils sont fins et bien entretenus, leur noirceur tiendrait plus de mon père, tout comme leur aspect lisse. Ils ne sont pas spécialement doux, mais possèdent une légèreté qui peut être enviable.

Ma démarche, peut être assurée, elle l'est la majorité du temps, je donne cette impression de calme, pour autant quand je m'exprime, j'ai tendance à beaucoup bouger les mains, comme pour donner plus d'appui à ce que je dis. Je peux être vive et dynamique, mais ça s'est plus quand je suis en colère, ou que je défends quelque chose qui me tient à cœur, ou que je suis en compagnie de mes amies prête à jouer un mauvais tour. Je peux être lente à traîner des pieds quand l'envie n'y est pas ou que je sent que je suis contrainte à faire quelque chose que je n'approuve pas. Ma démarche peut être mal assurée, lorsque je ne suis pas dans une situation très confortable, ou que je me sent intimidée ou gênée, ça m'arrive rarement, en tout cas, je ne croise pas beaucoup de personnes qui me font cet effet-là. Je possède une voix plutôt calme, posée, mais dont le timbre n'est pas nécessairement enviable, celle-ci peut prendre un ton assez rude lorsque je suis agacée ou déçue. J'ai tendance à parler fort quand je suis avec mes amies comme si personne d'autre n'existait que nous dans ce bas monde. Quand je suis en colère ou contrariée, j'ai tendance à faire frapper ma langue contre mon palais, ce qui peut être désagréable à entendre. Je m'exprime avec aisance la plupart du temps, parfois, il arrive que ma voix ait de légers tremblements quand je sent que je perds le contrôle d'une situation ou que je m'emporte. J'ai tendance à me passer la main dans les cheveux lorsque je réfléchis ou que je suis concentrée, une manie dont je ne me rends pas toujours compte.


     • Tenues vestimentaires :

    Au niveau vestimentaire, J'attache une réelle importance à la manière dont je m'habille, tout est calculé, pensé, ajusté pour que ça soit parfait. Enfin, je ne suis pas non plus obsédé par ça, en tout cas, je passe moins de temps que mes amies pour me préparer. J'aime faire les magasins, plus c'est cher, mieux c'est, faire chauffer la carte bleue de mon père est un véritable plaisir et passe-temps. J'ai beau avoir mes propres goûts et idées, je tiens quand même à demander l'avis de mes amies de temps en temps, de doute manière, elles donnent souvent leur opinion sans que je leur demande. J'ai des habits colorés, même si j'ai une préférence pour le blanc, le noir, le marron, le gris. Je porte de tout, jupe, short, tee-shirt, pull, veste, robe,… Mais la plupart du temps, la journée, je m'habille avec des chemises, ou tee-shirt avec un gilet et un pantalon, ou alors un short ou une robe pour les jours où il fait beau. Le soir, quand je sors, je porte systématiquement une robe, à moins bien sûr qu'on est prévu une soirée agitée, auquel cas, je prépare une tenue faite pour ça. Pour ce qu'il s'agit des chaussures, c'est la même chose, des bottines, baskets, ballerines, chaussures de ville,… Excepté les chaussures montantes qui sont proscrites, car comme dirait Emiko, elles donnent l'impression d'être encore plus petite. Je porte des talons, même si très honnêtement, je maudis celui qui a conçu de tels outils de torture, non mais sérieusement, c'est bien parce que ces foutus chaussures douloureuses donnent des jambes affinées que je les porte, sans ça, je crois que je n'aurai jamais accepté de les mettre plus de deux minutes. Je préfère porter des vêtements pas très féminins pour dormir, ou travailler dans ma chambre au grand dam de mes amies. Mais franchement, personne ne me voit quand je suis chez moi, si ce n'est mes parents (je suis invisible pour eux donc il n'y a pas de problème), mes amies (ça va, ce sont des filles, elles savent ce que c'est), Tatsuki (bon, lui s'est un mec, mais ça ne compte pas, je veux dire, il a déjà vu pire, comme la fois où il m'a tenu la tête pour m'aider à vomir lors de la soirée des vingt ans d'Emiko).

Je me maquille, de manière légère la journée, la discrétion est de mise, je n'utilise donc pas des couleurs pétantes qui ont tendance à se remarquer. Le soir, c'est différent, là, on peut se lâcher, en plus bien maquiller, c'est toujours mieux pour sortir, mais ça prend du temps, c'est peut-être aussi pour ça que pour la journée, j'en mets moins. Les bijoux, j'en ai des tonnes à ne plus savoir quoi en faire, mais je tiens toujours à ne jamais mettre les mêmes plusieurs fois consécutives, je préfère l'alternance, excepter pour le collier que m'a offert mes amies et le bracelet que m'a acheté Tatsuki pour mes dix-huit ans, je suis sûre qu'il ne vaut même pas le prix de l'une de mes paires de chaussettes, mais c'est le geste qui compte. Je désapprouve le port de bonnet et chapeau, de un je trouve que ça ne me va pas et j'ai toujours l'impression que je vais être décoiffé si je l'enlève. Question sac, j'en ai des tonnes, des petits jusqu'à ce qu'on plus l'air d'une valise, c'est comme les bijoux jamais le même plus d'un mois de suite.
Psychologie
     
► Description psychologique


     • Mentalité, attitude envers autrui, philosophie personnelle: (Soyez le plus précis possible ! )

    Je suis d'un caractère plutôt calme quand je suis seule ou en cours, bien qu'enjouée avec mes amies ou Tatsuki quand il s'agit de se détendre et de s'amuser. Au premier contact, je peux me montrer agréable, amicale, ou prendre cet air de suffisance, de supériorité, voir même un peu moqueur, mais je vous préviens, il arrive que je n'aie pas ma langue dans ma poche et que je ne mâche pas mes mots. Que ce soit en présence de mes amies ou seule, je n'ai pas de difficulté à aller vers les autres si j'en ai envie, je ne crains pas le contact et la promiscuité, seulement, j'ai une sainte horreur des gens qui s'adressent à moi quand ils ne me connaissent pas, comme si nous étions amis depuis belle lurette. Quand je m’ennuie, j'aime faire attention à ce qui m'entoure et m'attache à des petits détails qui pourraient être considérés comme, sans importance. En présence de mes amies j'ai tendance à ne plus rien remarqué d'autres que nous. Je suis gentille et donc toujours prête à aider les autres. Non, je plaisante, vous êtes dans la merde ? Ne comptez pas sur moi pour vous aider à moins que j'aie une bonne raison de le faire, ou si je vois un intérêt pour moi, bah oui, je suis assez égoïste en vérité, si vous avez la ''chance'' de faire partie des gens intéressants alors vous aurez peut-être plus de probabilité que j'accepte de vous aider. J'aime plaisanter, me moquer des autres, pour autant, je conçois qu'on puisse être différent, après tout, je suis ami avec un mec qui à les cheveux bleus à partir de ce moment-là, je n'ai plus trop le droit de dire quelque chose. J'aime parler, que ce soit de choses futiles ou parfois plus sérieuses, je préfère les gens qui ont du répondant avec qui on peut s'envoyer des pics et qui essaye de me remettre à ma place, je trouve ça, plus existant que ceux qui bafouillent ou qui sont intimidés. Je n'aime pas particulièrement me faire remarquer, même si c'est souvent le cas, surtout avec mes amies, nous sommes très bruyantes et un peu sans gêne quand on est ensemble. Je suis plutôt têtue, j'aime avoir toujours raison sur tout, vous n'êtes pas d'accord avec moi ? Pas de soucis, je chercherai tous les moyens inimaginables pour que vous me donniez raison, ou alors je vous jetterai un simple regard qui veut dire « désoler, mais tu es qui au juste pour l'ouvrir ? ».

Je suis dépensière, j'ai de l'argent autant que ça sert à quelque chose, je suis généreuse financièrement parlant et ça ne me dérange pas de payer pour les autres ou de dépenser des sommes astronomiques pour montrer jusqu'à quel point je peux tout avoir. Je suis méfiante, je réfléchirai avant d'agir la plupart du temps, sauf quand je suis en colère ou que l'on me provoque. Je suis très curieuse et pose beaucoup de questions, parfois trop et je vais parfois loin dans des questions intimes, ça vous met mal à l'aise ? Je m'en fous comme de l'an 40, à moins que vous ne cachiez certaines choses pour lesquelles je pourrai me montrer plus douce et respectueuse. Je peux être provocante, mais ne vous en faites pas, c'est juste pour m'amuser, il faut bien s'occuper dans la vie. Je suis bordélique, souvent, je ne range, ne classe et ne trie pas. Mais ça ne sert à rien que je le fasse, sinon mes parents n'emploieraient pas cette femme de ménage qui doit gagner sa vie pour nourrir ses enfants. Parfois, je lui donne un coup de main quand j'ai rien à faire, si c'est de la gentillesse ? Pas vraiment, c'est juste Tatsuki et sont foutus monde de misère qui me fait parfois pitié et aider la femme de ménage me donne bonne conscience. D'ailleurs, j'ai appris de ce dernier comment était le monde des « gens pauvres ou qui ne vivent pas avec autant d'argent que moi », mais il m'arrive parfois d'oublier ou de ne pas savoir certaines choses et je peux donc tenir des propos choquants ou blessants pour les gens inférieurs à ma condition financière, mais ce n'est pas forcément volontaire. Je suis maladroite, une tendance à tout renverser et à une proportion à attirer les catastrophes, mais je ne supporte pas que l'on m'en fasse la remarque. Fêtarde ? Oui, je sors tous les week-ends et parfois même dans la semaine, même si je me restreins à cause de mes cours. Studieuse alors ? Oui, il n'y a pas que l'apparence physique qui compte, c'est important pour moi d'être cultivé et avoir des connaissances et j'apprécie les gens qui ont cet intérêt en commun avec moi. Capricieuse ? Bien sûr, j'ai toujours eu ce que je voulais alors quand on me refuse quelque chose, c'est comme si vous voliez une sucette à un gosse. Je suis secrète et il y a des tas de choses que je refuserai de vous dire, notamment tout ce qui est lié au jeu, je n'en parle jamais très clairement si ce n'est quand je suis avec mes amies, mais vous pouvez vous confier à moi, je serai muette comme une tombe, je range tous ses secrets dans une boîte bien cachée chez moi. L'amour ? J'ai pas un cœur en pyrex mais je n'ai jamais été amoureuse, attirée tout au plus.  C'est pas vraiment un problème à mes yeux, ce qui m'ennuie c'est que j'ai l'impression d'être ignorante sur ce sujet là et je n'aime pas trop cette idée. J'ai eu un ''vrai copain'' avec qui je suis restée deux ans, les autres trucs ça ne compte pas. Menteuse ? Oui ça m'arrive de l'être, enfin comme tout le monde quoi, enfin je suppose qu'il existe des parangon de vertu, mais ce n'est certainement pas moi.


     • Signes particuliers, manies, obsessions, phobies (etc.) :

J'aime :

-lire, de la littérature aux romans policiers. Les polars étant mes préférés. C'est ce type de lecture qui peut me tenir éveillée une bonne partie de la nuit et qui a tendance à développer mon imagination et ma propension à me faire des films.

-Faire les magasins, mais ça s'est normal, j'y vais la plupart du temps avec mes amies, c'est plus amusant que quand on est seul. Il nous arrive parfois de réaliser un marathon shopping, une fois par mois à peu prêt.

-Sortir en soirée, s'amuser, faire la fête, c'est sympa, ça détend et rien de mieux pour trouver sur quoi devra porter le jeu donc c'est indispensable. Un moyen de dépenser de l'argent facilement aussi.

-Regarder les étoiles, l'astronomie, ne me demandez pas pourquoi, je trouve juste que c'est relaxant, je trouve ça amusant de me dire qu'en plus, c'est une des rares choses que l'argent ne peut acheter. Je donne souvent des noms aux étoiles, que ce soit des gens que je connais, ou des sentiments.

Je n'aime pas :

-Manger, toute sorte de légume, et surtout les carottes. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne les apprécie vraiment pas. Je pense qu'il faudrait tout simplement les interdire, les éradiquer. Mais aussi les choses épicées ou trop amer, si jamais vous osez me servir un truc pareil ne comptez même que je mange cette nourriture même par simple politesse. Oui suis difficile question alimentaire, mais j'ai les moyens de me payer ce que je veux après tout.

-Le sport, enfin surtout en pratiquer, à regarder ça ne me dérange pas trop. Je ne suis pas spécialement fainéante, c'est juste que je ne trouve aucun intérêt à me retrouver couverte de sueur dans un vêtement de sport qui plus est.

J'ai tendance à :

-Faire claquer ma langue contre mon palais quand je suis en colère, agacé par quelque chose.

-Passer ma main dans mes cheveux à répétition quand je réfléchis.

Je suis bizarre :

-Je crois que les animaux comprennent les humains, mais que nous non.

-Je crois que quand on dort, on vit une sorte de vie parallèle à la nôtre.Enfin, ce que je veux dire, c'est un peu comme l'imagine qui se reflète dans le miroir, comme si cette personne existait vraiment. Lorsqu'on s'endort ce reflet de nous-même se réveille dans un autre monde similaire au nôtre, mais en même temps différent du fait que nos vies ne sont pas semblables. Par exemple, moi, je suis riche et j'aime lire des polars et bien l'autre, mon double qui vit dans cet autre univers n'a pas forcément d'argent et préfère jouer du violoncelle et déteste lire. Quand je pense à ça, je m'imagine à quoi peu bien ressembler la vie de la fille qui se tient de l'autre côté, je la façonne de la manière dont j'aurai peut-être souhaité que soit ma vie. Je ne sais pas si j'y crois réellement, ou si c'est une manière pour moi de vivre par procuration quelque chose que j'aurai préféré.

J'ai peur de :

-Des insectes, je trouve tout simplement ça répugnant. Même une coccinelle ne me fera pas changer d'avis.

-Des animaux, même mignons ou petits, ils me foutent la chair de poule, je n'ai jamais eu d'animaux de compagnie, même pas un poisson rouge. Peut-être que j'en ai peur parce que je n'ai jamais été en réel contact avec l'un deux. Enfin quoiqu'il en soit je me tiens éloigné de toutes bestioles, volantes, à poils ou non. C'est pareil pour les chats ou les chiens et inutile de me parler des rongeurs.

     
► Mémoires


     • Journal intime [Top secret !]

     Pour mon septième anniversaire, j'avais fait le vœu que mes parents s'intéressent à moi, mais les souhaits ne sont qu'illusoires, de la poudre aux yeux que l'on vous vend jusqu'à overdose. Je crois que c'est à treize ans que j'ai fini par comprendre. Ils n'étaient pas venus, comme d'habitude, ils avaient eu mieux à faire, pas de bol, le temps c'est de l'argent. Un travail trop encombrant, trop important pour s'occuper de moi. Je n'avais pas été à plaindre, j'avais eu la robe de princesse pour laquelle je m'étais roulée par terre, le gâteau le plus grand, gros et gras qu'on puisse faire, une montagne de cadeaux, d'objets, de jouets dont je perdrais très vite l'intérêt. J'avais été pourri gâté, peut être une manière de se racheter de leur absence continuelle. Tout le monde, tous les enfants qui avaient été présents à ma fête d'anniversaire m'avaient envié, excepter mes copines ; Emiko, Nanami, Azami et Tatsuki, le fils d'Akiko, la femme qui s'occupaient de moi. Elle était comme une seconde mère, celle qui faisait le boulot ingrat dans l'ombre, la vrai jouait son rôle seulement en public, tout comme mon père. À cette époque-là, j'avais été la reine des caprices, mais aussi celle de mon petit royaume, où chacun de mes sujets m'obéissait au doigt et à l’œil. Certains par intérêt, pour profiter des choses que l'argent offrait, d'autres, comme ceux qui ne me jalousaient pas, par amitié, je pense et encore, je n'en étais pas sûre. En grandissant, mon caractère s'était affirmé pour devenir à l'aube naissant de mes quinze ans une bombe prête à exploser. Akiko avait dû rendre son tablier après quinze années de bon et loyaux services envers ma famille. Elle l'avait fait sans la moindre volonté de s'indigner, elle était comme ça, elle acceptait facilement l'injustice de la vie. Malgré qu'Akiko ne travaillait plus pour ma famille je continuais de la voir de temps en temps, ou elle m'appelait pour s'assurer que je ne manquais de rien, si elle avait pu, sans doute qu'elle aurait continué à s'occuper de moi sans se faire payer. Après le début du jeu, j'avais fini par prendre mes distances avec elle. C'est étrange, mais j'avais toujours cette désagréable impression qu'elle me faisait voir mes mauvais côtés. Je craignais son jugement, pourtant ce n'était pas le genre de personne à faire une chose pareille, elle essayait toujours de justifier les choses, même les plus mauvaises. Peut être était ce ma conscience qui s'agitait sous ses yeux qui me donnait cette désagréable sensation. Son fils Tatsuki, lui, n'était pas fait de la même trempe. Élevé dans une famille modeste, il avait eu en horreur le monde dans lequel je vivais, mes parents, il les détestait, pour la manière si brutale dont ils s'étaient débarrassés de sa mère et pour la place que j'avais à leurs yeux. Il était comme ça, sous ses airs de mauvais garçon, c'était une personne bienveillante sur qui on pouvait compter, surtout moi. Il ne portait pas non plus dans son cœur mes amies d'enfance, celles avec qui j'avais grandi, celles qui m'avaient tenu compagnie toutes ses années dans ce monde que nous connaissions si bien. Tatsuki ne pouvait pas comprendre, nos univers étaient trop différents. C'est cette même année-là, que nous avions commencé à jouer, je ne sais plus d'où l'idée nous était venue, mais je me souviens très bien de la raison qui nous avait poussé à le faire. À cette époque, il n'y en avait pas une de mieux que les autres, des pestes voilà ce que nous étions et nous aimions ça. D'ailleurs, peut-être était-ce aussi pour cette raison que l'on était si populaire à l'école. Nous avions tout, dépenser de l'argent n'était qu'un moyen comme un autre de s'occuper. Mais au bout d'un moment, cette habitude de tout posséder avait fini par naître un sentiment bien morne : l'ennui. Quand tu as quinze ans et que ta vie te donne l'impression d'en avoir 80, c'est que t'a vraiment un problème. Mais, sans le savoir quelques mois après mon anniversaire, nous allions finir par trouver « la chose » qui allait renforcer nos liens à jamais.

Je crois qu'il pleuvait le soir où Emiko m'a appelé, elle pleurait et pendant quelques instants, j'avais cru que c'était parce que son père avait refusé de lui acheter cette voiture qu'elle avait vue dans un magasine, je n'ai jamais compris l'intérêt d'avoir un véhicule qu'on ne pouvait pas conduire, mais Emiko avait visiblement trouvé son plaisir à posséder une telle chose. Mais je m'étais planté, ça n'était pas la raison de sa crise de larmes, j'avoue qu'à ce moment-là, j'avais été plus concentré sur les feuilles étendues sur mon lit qu'à ses jérémiades, car si elle et Azami n'avaient eu aucun intérêt pour l'apprentissage, ça n'avait pas été mon cas et celui de Nanami, elle par peur de son père, moi par réelle envie de savoir. Mais quelque chose dans son timbre de voix m'avait ramené à porter un intérêt plus digne aux sanglots de mon amie. Heureusement d'ailleurs que j'avais été sur mon lit, parce que lorsqu'elle m'avait dit la raison de son appel, la surprise m'aurait cloué le cul au sol. Effectivement, j'avais été sous le choc, apprendre que son père trompait sa mère m'avait sidéré. Autant, j'aurai pu concevoir que le mien puisse tromper ma génitrice, mais que se fut celui d'Emiko qui faisait une chose pareille était impensable. Sa mère, au-delà d'être une femme dont la beauté n'était pas à revendiquer, elle était aussi la personne la plus douce et bienveillante de notre monde bourré de fric. J'avais été, si ce n'est plus, tout autant qu'Emiko indignée par cette révélation. Laissant le temps de reprendre ses esprits à cette dernière, j'avais appelé en conférence Nanami et Azami pour qu'elles puissent apprendre la nouvelle. Elles aussi avaient eu cette réaction qui prouvait bien que la mère d'Emiko était chère à nos yeux. Ce soir-là, on avait décidé de mettre en place une réunion de crises chez moi le week-end suivant pour savoir ce que l'on allait faire. Au moins chez moi, on allait pouvoir en parler tranquillement, mes parents comme d'habitude avaient eu des occupations et m'offraient pour une fois une bonne raison de m'en réjouir. Le samedi, comme établi, les filles étaient venues dormir à la maison, Emiko n'avait rien dit à sa mère et avait fait bonne figure devant son père pour ne pas lui mettre le doute. Le sujet vu en long, en large et en travers, nous avait laissé un arrière-goût de pourriture de trop dans la bouche. La colère qui tapissait en moi, à l'encontre de mes parents, mais aussi de cet univers qui était le nôtre, si brillant d'apparat, mais si noir dans sa réalité, avait surgit sans la moindre difficulté. J'avais fini par prononcer la phrase fatidique « il faut qu'il paye ». Sur ce point-là, personne n'avait eu à redire, mais comment ? Là, c'était une tout autre affaire. Il fallait faire ça dans les règles de l'art, mais ne pas se faire prendre, sinon notre petite vengeance allait se retourner contre nous. Ce qui avait donné l'idée à Emiko du jeu, pas n'importe lequel, pas un que l'argent pouvait acheter, un que nous allions créer, inventer, découvrir tel un trésor enfoui. Une nuit entière à penser, analyser, réfléchir sur cette création de quatre esprits adolescents. Nous étions galvanisées par cette idée, par ce simple fait que nous allions pouvoir dire adieu à cet ennui mortel qui remplissait nos vies. Au petit matin, après des heures passer à construire et à donner naissance à ce jeu, nous avions fini par nous endormir après l’achèvement de ce qui allait devenir la boîte de ''pandore'' renfermant tous nos secrets et c'est moi qui étais chargé de la garder précieusement caché. Cette responsabilité faisait de moi la mieux placée pour connaître toutes les cachotteries de mes amies, certains secrets n'étaient connus que de moi et je ne le révélais à aucune autre que celle qui l'avait enfermé.

C'était pour l'anniversaire de son père que nous avions prévu de mettre notre plan à exécution, deux moi que nous avions eu pour tout peaufiner dans les moindres détails, pour s'assurer que rien ne viendrait se mettre sur notre chemin. Je me souviens du soin que nous avions pris à nous apprêter pour notre grande première, comme avant une montée sur scène, nous avions eu un trac fou, une pression énorme s'était abattue sur nos épaules. Des centaines de questions et d'incertitudes avaient jailli dans mon esprit. Et si je m'étais trompé de CD ? Et s'il y avait un bug et que les imagines ne parvenaient pas à s'afficher ? Et s'il, on découvrait que c'était nous qui avions orchestré ça ? Je crois que je n'avais jamais eu autant les mains moites et le cœur qui battait aussi fort de toute ma vie. J'étais bourré d'adrénaline au point que j'aurai pu m’effondrer sur place. Mais quand le personnel de l'hôtel où nous étions avait lancé la projection, c'est comme si mon esprit s'était vidé, comme s'il s'était mis en pilotage automatique. Je m'étais remis à respirer dés que j'avais remarqué que le CD fonctionnait, après j'avais fait comme tout le monde, j'avais assisté au scandale de l'année. Moi, j'avais dû simuler cet air surpris et choqué, comme mes amies d'ailleurs. Pas sûr que nous avions fait de grandes comédiennes, mais l'agitation qu'avait provoquée le défilé de clichés, tous plus ou moins compromettants du père d'Emiko en train d'embrasser une autre femme que la sienne avait eu le mérite de faire diversion. La perte d'une place sociale pouvait être la pire chose qui pouvait vous arriver surtout dans notre monde à nous, le père d'Emiko n'échapperait pas à la règle.Quand il était tombé dans notre piège, tel, un petit animal sans défense la culpabilité ne nous avait même pas atteintes. Le plus dur avait été de prendre cet air surpris que tout le monde avait eu, retenir cette envie de sourire, de rire de l'efficacité de notre action malgré la souffrance qui avait été celle de la mère d'Emiko. Après s'être assurée qu'il ne pourrait remonter la pente dans laquelle il avait commencé à glisser, nous avions rayé son nom du livre qui marquerait toutes les personnes à qui nous allions faire la même chose. Dans le jeu, ce que nous avions établi plus tard, c'est qu'il y avait plusieurs niveaux. Le premier, ce n'était pas grand-chose, seulement pour occuper notre temps et nous amuser, ça n'était pas bien méchant. Enfin, à nos yeux, pour ceux qui devaient subir, je n'étais pas sûre qu'il pensait la même chose que moi. Pour nous, il ne s'agissait que de petites farces, plaisanteries, certes qui pouvait blesser, voir, humilier, mais ce n'était rien comparé au deuxième niveau. Celui-là, on le gardait, pas seulement pour se divertir, mais aussi pour nous, pour évacuer la colère que nous renfermions. Ceux qui avaient eu ''l'honneur'' de figurer sur notre carnet secret, étaient le père de Nanami, celui d'Emiko, Tsubasa, Yukimori, Yuka des personnes avec qui nous avions été à l'école. Ils avaient tous une croix qui barrait leur visage, cela signifiait qu'une seule chose, c'est que nous avions déjà accompli avec succès notre mission de niveau 2. Pour les autres, on va dire qu'une fois par mois on avait réalisé des petites plaisanteries de niveau 1, comme la fois où cette fille c'était retrouvé avec des rougeurs après avoir réagit à un produit qu'on avait trafiqué, ou quand on avait fait circuler la rumeur que ce type avait de l'herpès, ou cette fille qu'on avait réussi à enfermer dans les toilettes, ou encore ce mec qui avait écrit cette lettre à Azami pour lui faire part de ses sentiments qu'on avait rendu public, enfin ça ne comptait pas vraiment puisque là on savait que c'était nous, on avait bien ri, pas de quoi fouetter un chat après tout. Comme dans tout jeu, le notre avait quelques règles qui avaient été plus ou moins modifiées au cours du temps, établie pour nous mais aussi pour les gens qu'on aurait pu accepter parmi nous, mais on avait jamais été jusqu'à ce qu'une autre personne nous rejoigne au sein de notre cercle. J'offre ici, un extrait plus ou moins actuel.

1. Ne jamais révéler à qui ce soit le jeu, celui-ci doit rester un élément confidentiel aux yeux des non-initiés. Ce cas là ne s'applique pas dans certaines conditions qui nécessitent l'intervention d'une tiers personne.

En un sens j'avais enfreint cette règle là, mais je n'avais pas eu de problème puisque je n'avais pas réellement dévoilé le jeu. Il l'avait découvert par accident, donc ça ne comptait pas.

2. Pour inscrire une personne sur le carnet secret il faut avoir l'accord de tous les membres du cercle du jeu. Si la personne est refusée dans le rang de niveau 2, vous pouvez vous rabattre sur celui de niveau 1.

3. Comme cité plus haut, le jeu offre deux sortes de niveaux. Le premier étant le stade inférieur, celui qui ne nécessite pas un accord de tous les membres du cercle et la participation de tous n'est pas obligatoire. De plus, ce niveau n'offre que la possibilité de simples plaisanteries. Se référer à la liste non exhaustive des choses autorisées ci joint en bas de règlement. Le deuxième niveau, quand à lui nécessite quelques règles spécifiques, se référer à la règle numéro 2. A ce stade là, les membres du cercle sont autorisées à pratiquer des « missions » dites élevées qui peuvent porter atteintes de manière physique ou morale sur la personne de leur choix inscrite dans le carnet secret, se référer à la liste non exhaustive présente en dessous de celles de niveau 1. Il est également autorisé de réaliser plusieurs « missions » sur un même individu. Le jeu ne s'arrête que lorsque les « missions » sont accomplies, ou que la personne inscrite sur le livre n'est plus en mesure d'être atteignable (hospitalisation, déménagement,…) Le degré d'atteinte de la personne ne peut pas allé jusqu'à ce que cela entraîne sa mort.

4. « Les missions », la participation à l'une d'entre elle est obligatoire pour tous les membres, le choix de celles-ci se fait par vote. En cas de force majeur, ce point là peut être facultatif. Si vous ne pouvez réaliser par quelques moyens que ce soit votre part de la mission, veuillez contacter les membres du cercle pour que soit décider l'établissement d'un nouveau plan que vous devrez respecter tout autant que le premier. Si vous ne pouvez pas contacter les membres du cercle, veuillez quitter immédiatement les lieux et rejoindre la zone de ralliement qui a été désigné avant la mission.

5. La communication, ne jamais s'adresser plus ou moins directement auprès d'un membre du cercle sur le jeu en présence de non initié, excepter si vous n'êtes pas en mesure de faire autrement. En dehors des « missions », si vous avez besoin d'une aide, ou que vous souhaitez une réunion d'urgence envoyez à chaque membre le message suivant : «Aujourd'hui j'ai envie de me promener en écoutant le refrain de (citez la chanson de votre choix)», si vous recevez ce message vous devez répondre «je te rejoindrai avec (citez la chanson de votre choix) ». Si, vous chercher à communiquer pendant une mission, cela ne s'applique pas, vous pouvez joindre le membre sans restriction, mais assurez vous par un simple « es tu disponible ? » qu'il est en mesure de répondre sans que cela puisse porter atteinte au jeu.

6. Les réunions, il existe deux types de réunion. Les classiques qui se tiennent une fois dans le mois, la présence de chaque membre y est obligatoire et sont fixées sur le temps du samedi après midi jusque tard dans la nuit, elles portent sur l'établissement de nouvelles « missions », l'avancé de l'une d'entre elle,  le compte rendu des événements qui se sont déroulés dans le mois, l'attribution des rôles et activités de chacun, l'apport des preuves, les secrets... Ce sont aussi des espaces de détente et d'échange sur le jeu ou tout autre sujet. Vous recevrez votre invitation sous la forme du message suivant : « Samedi, 15h (ou autre), chez (nom de la personne qui accueille la réunion), vous devez répondre «O.K ». Les réunions d'urgence, ne sont pas obligatoire pour tous les membres, si vous n'êtes pas en mesure de vous y rendre, ne répondez pas au message que vous recevez. Si vous demandez la mise en place d'une telle réunion assurez vous que cela soit nécessaire, dans ce cas précis on ne parle que des choses liées au jeu qui pourrait être nécessaire pour son bon fonctionnement.

7. Les preuves, toutes informations, données, matériels liés aux jeux doivent être apporter et consigner dans la boîte de pandore. Il est strictement interdit de posséder une copie personnelle de ce qui est conservé dans le coffre. Chaque mois vous devez apporter sur un papier manuscrit et avec justificatifs un secret de vous ou d'une autre personne qui sera alors consigné dans la boîte de pandore. Si vous n'êtes pas en mesure de fournir un secret de vous ou de quelqu'un d'autre au cours de la réunion mensuelle, vous pouvez décréter : ''l'état d'impossibilité de fait''. Celui-ci vous donne le droit de ne pas fournir un secret au cours de la réunion, vous pouvez déclarer cet état pendant 6 réunions consécutives, mais vous devez avoir fourni au moins un secret depuis votre passation. Attention ! Si vous avez menti et que vous n'avez pas déclaré un secret au membre chargé de le consigner dans la boite de pandore et qu'un autre membre à déclarer un secret qui vous est lié, ou qu'un membre apporte la preuve que vous auriez pu en fournir un, vous risquez des sanctions punitifs allant jusqu'au bannissement du jeu.

8. Besoin d'aide d'un membre du cercle, si vous avez pour une raison ou une autre quelque chose qui n'est pas lié au jeu, mais qui met en danger votre santé, votre sécurité, votre intégrité, ou votre état psychique, vous pouvez contacter tout membre du cercle à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Si cette personne peut apporter son soutien, elle est dans l’obligation de le faire, si elle n'est pas dans la capacité de répondre à la demande, elle devra à son tour contacter un autre membre pour accomplir à sa place le soutien, cela ce fait jusqu'à ce qu'une personne soit en mesure d'apporter son aide. Plusieurs membres peuvent être amenés à être contactés auquel cas chacun d'eux doit répondre à la demande qui a été faite.

9. La passation, afin de pouvoir faire partie du jeu, c'est-à-dire d'être membre du cercle, il faudra passer une épreuve qui prouve la valeur de l'initié. Cette épreuve est fixée par les membres du cercle, elle peut être différente en fonction des capacités, potentialités et faiblesses de l'initié. Pour prétendre à réaliser la passation, il faudra avoir fourni un secret personnel qui vaut preuve de garantie, ce qui vous donnera le titre d'initié, jusqu'à ce que vous ayez fait votre passation. Une fois cette épreuve passée et réussite, vous avez le titre de membre du cercle, si vous échouez vous devrez recommencer une épreuve, au bout de trois, vous êtes officiellement rejeté du cercle et vous ne pourrez en devenir membre.

10. L'initié, comme cité plus haut, il s'agit d'un titre donné à ceux qui n'ont pas encore fait leur passation ou qui ne l'ont pas réussi et qui on la possibilité de la refaire. Toute personne peut être désignée. Mais il faut l'accord de tous les membres pour qu'il soit officiellement déclaré et approché par le cercle.

11. Les sanctions, vous avez commis une faute à l'encontre du règlement, vous serez soumis à divers degré de punitions choisi par les membres à la hauteur de votre erreur.

Liste de données de niveau 1 :

-Atteintes physiques (utilisation de produits ou substances provocants des rougeurs, démangeaisons, boutons ou plaques,...)

-Atteintes morales (Circulation de rumeurs à des fins d'isolement ou de moqueries, ne peuvent aller au de là des effets négatifs sur le plan des relations sociales…)

-Atteintes de biens matériels (vol d'objets de petite taille, de valeurs pécuniaires ou sentimentales, l'objet en question doit être restitué à la personne victime du vol après un certain temps)

Liste de données de niveau 2 :

Les trois types ci-dessous peuvent être combiné ensemble pour faire partie intégrante d'une même « mission ».

-Atteintes physiques (agression physique avec des sévices corporels, utilisations de substances pouvant entraîner des troubles du comportement, ou des effets secondaires...)

-Atteintes morales (Tout acte permettant la perte d'un emploi, d'une position sociale, ou à l'origine d'un renvoi scolaire, chantage, harcèlement, menace,... )

-Atteintes de biens matériels (Destruction ou vol d'objets de valeurs pécuniaires ou sentimentales au de là des petits objets comme les téléphones et les bijoux, effraction,…)

Ces listes sont stipulées qu'à titre indicatif, il est possible de faire part de suggestions qui ne sont pas notifiées au cours des réunions.


Peut-être du fait de l'adrénaline que cela nous procurait, nous allions toujours plus loin dans nos petites blagues. Avec le temps, on se perfectionne, on devient plus créatif, plus efficace, plu redoutable dans une certaine mesure. Si tout ça avait renforcé nos liens, je pense que ça avait joué sur ce que nous étions. On ne pouvait pas en parler aux autres, nous n'avions plus vraiment le choix, je suis sûre que certaines de nos pratiques n'étaient pas parfaitement légales. Pour autant, à l'époque, nous n'aurions pour rien au monde fait marche arrière. Est-ce que nous étions méchantes ? Je pense qu'en un certain sens, c'était le cas, je me dis que du fait de nos positions, cela nous avait paru normal de l'être, de mettre un peu d'action dans ce monde sans saveur.

Tatsuki avait fini par trouver notre boite secrète, une fois quand il était chez moi au cours de ma dix septième année, il avait très vite fait le rapprochement entre ce qu'elle renfermait et des événements qu'il avait pu remarquer. Je pense qu'il avait été assez dégoûté de voir ce que nous étions capables de faire. Il détestait le monde dans lequel nous étions, après ça, il nous haïssait tout au temps. Malgré ça, il ne pouvait pas s'empêcher de me parler, de passer du temps avec moi. Je suis sûre que dans une certaine mesure, il aurait souhaité avoir la force de me laisser derrière lui, dans son passé. Je crois que la place que j'avais dans son cœur l'obligeait malgré ce que je faisais à rester à mes côtés, peut être aussi du fait que sa mère n'aurait pu comprendre que nous ne soyons plus amis, elle aurait eu beaucoup de peine à nous voir nous éloigner. Plusieurs fois, il avait tenté de me faire arrêter ce jeu qu'il qualifiait de stupide, mais j'avais refusé, ça m'apportait l'impression de tout contrôler, nous étions les maîtresses du jeu et nous avions l'impression que rien ne pourrait se mettre en travers de notre chemin. Nos petites activités secrètes ne prenaient pas tout mon temps et parfois passaient au second plan, je ne pouvais pas me permettre de rater ma scolarité pour ça. Mes résultats étaient plutôt bons, même si j'avais toujours préféré les matières littéraires aux scientifiques, j'arrivais à conserver un niveau correct dans ces dernières. Je ne suis pas non plus, atteinte d'un trouble obsessionnel de la réussite scolaire. J'ai une vie tout de même ; des loisirs, des amis avec qui je passe du temps, il m'arrive de ne pas écouter un cours quand le professeur est trop barbant ou que je m'ennuie. Je dors à quelques occasions entre les cours parce que parfois mes nuits ne sont pas suffisamment reposantes. Je lis souvent pour m'occuper l'esprit, de la véritable littérature, comme des romans policiers que j'affectionne particulièrement. D'ailleurs, je planque ma collection de polars sous mon lit, je sais que ma mère n'aime pas trop que j'en lise, elle trouve que ça n'est d'aucune utilité. Sinon, j'écoute de la musique, notamment quand je veux faire une pause entre deux révisions. J'écris aussi beaucoup, part certains aspects, c'est comme une forme thérapeutique chez moi, depuis longtemps, je le fais sur des sujets variés, par exemple les raisons qui font que je souhaites l'éradication des carottes, ou des sujets plus personnels. J'aime bien regarder les étoiles et je porte donc un grand intérêt à l'astronomie, mais c'est quelque chose dont je ne parle pas souvent, mes amies n'ayant aucune fascination pour le sujet. Sinon, je sort avec mes copines, on peut faire les magasins pendant des heures pour trouver le dernier truc à la mode, ou un gadget inutile, mais que personne ne possède. On fait la fête, moins qu'avant, l'université me prend plus de temps, mais toujours dans l'outrance, l'excès comme si nous voulions montrer aux autres que nous possédions tout ce que l'on voulait, que nous pouvions faire tout ce que l'on souhaitait. Le jeu ne s'était pas arrêté, certes, il était moins présent, mais on continuait à faire des petites blagues, pour s'amuser, c'était devenu normal, une fois par mois, on faisait une partie. Je me moquais pas mal des autres. Pour autant, j'avais refusé et avait mis mon veto à ce que Tatsuki soit la victime de l'une de nos parties, tout comme Hikari, la seule amie que j'avais en dehors de notre cercle très fermé du jeu. Je l'avais rencontré en première année de journalisme, une fille sympa, gentille, différente de nous. Je l'aide même, elle qui à de grosses difficultés avec les cours, j'aime ça, l'idée d'être utile et puis je partage avec elle cette soif d'apprendre. Au début, je n'avais pas été très chaude à l'idée de devoir donner de mon temps, mais lorsqu'elle avait exprimé avec une certaine passion ce qu'elle ressentait lorsqu'elle découvrait et apprenait m'avait empêché de refuser de lui apporter mon soutien. Je m'étais retrouvé dans ses mots. Apprendre et découvrir nous provoquaient une certaine forme d’excitation et de joie comme lorsqu'on attend quelque chose avec impatience. Je me dis que des fois, mes amies doivent me trouver bizarre, mais elles n'en font pas la remarque.

Il existe entre nous cette chose qui fait que notre relation était toujours passée avant tout le reste, même les mecs passaient au second plan. L'amitié s'était sacrée, il était hors de question qu'elle fut entachée par une histoire sentimentale ou autre. Chose qui avait été très difficile pour Nanami qui avait été avec son copain depuis nos quinze ans, je pense que pour être encore aujourd'hui avec lui, c'est qu'elle doit sacrément l'aimer, Emiko, elle, on n'en parle pas, on a cessé de compter le nombre de personnes avec qui elle avait pu sortir tellement le nombre augmentait rapidement, Azami, elle s'était plus les filles qui l'intéressent, elle n'en parle jamais avec nous, peut être qu'elle trouve ça gênant du fait qu'on pourrait se demander si elle n'avait jamais été attirée par l'une d'entre nous, moi, ça ne me pose pas de problème, après tout si sortir avec des filles était son truc, c'était son choix. Moi, j'étais sorti avec Taneke pendant deux ans, mon premier et mon dernier mec en date, ça avait été sympa, pas génial non plus. Je ne l'avais pas aimé, pas au sens où on l'entendait. Il était très attirant, beau et adulé par tout un tas de filles, ce qui m'avait sans doute donné l'idée d'accepter d'être avec lui. On avait formé un beau couple, mais juste en apparence. L'ennui avec Taneke, c'est ce que c'est le genre de personne bien trop lisse pour provoquer en moi plus qu'une simple attirance physique. Mais comme je l'avais dit à Tatsuki, qui m'avait de nombreuses fois conseillé de rompre avec lui parce que je n'avais selon lui aucune raison de rester avec, il m'était utile. Tant qu'à faire, si je pouvais me servir de lui ça compensait bien mon manque d'intérêt à son égard. Tatsuki ne comprenait pas ma logique, ma manière de voir les choses, je m'en moquais pas mal. Il avait beau me dire que cela me rabaissait , ça ne changeait pas ce que j'avais décidé, de toute manière ce n'est pas comme si on était allé très loin tous les deux. Non, quand il avait commencé à devenir lourd, je l'avais largué sans me prendre la tête. Tatsuki ne cessait de dire que j'avais peur d'aimer les gens, c'était faux, enfin, je veux dire, j'aimais mes amies pour ce qu'elles étaient, malgré leur défaut, même lui, je l'aimais comme un frère, même si parfois, j'appréciais le provoquer parce qu'il était différent. Après pour le reste, c'était compliqué, prise de tête et je n'aimais pas ça.

Quand on est entré à l'université, notre manière de vivre à changer. Mais amies et moi, nous retrouvions séparé, pas dans la même classe et donc beaucoup moins de temps à partager ensemble. Pour moi, ça n'était pas un réel problème, on se voyait souvent, suffisamment pour ne pas avoir cette impression que ce que nous étions était derrière nous. Nous sortions, toujours ensemble, notre temps libre, on le passait ensemble et on continuait à s'amuser comme avant quand nous avions l'occasion de le faire. Je passais mon temps scolaire avec Hikari et la majorité de mon temps libre avec mes amies d'enfance. Je voyais régulièrement Tatsuki, mais plus autant qu'avant, on s'appelait, c'était déjà ça. Est-ce qu'on avait changé ? Pas vraiment, j'éprouve toujours cette colère envers mes parents, envers notre monde. Pour autant, parfois, j'ai l'impression de ne plus être totalement ce que j'étais. J'ai toujours ce petit air désinvolte qui caractérise bien ma manière de voir les choses, ce petit ton ironique que j’emploie souvent avec un peu tout le monde. Allez, avec un peu de chance, c'est un peu comme un rhume ça va me passer.


     • Relations proches et familiales : (qui vous a élevé / avec qui vous vivez, etc.)

     -Mon père, PDG d'une entreprise dans l'import/export, il ne vit que pour ça. Jamais à la maison toujours en réunion ou en déplacement, son travail, son empire, c'est toute son existence. On n'est pas très proche et quand il est là, on a souvent rien à se dire. Quand partage le petit-déjeuner, il lit son journal et parfois, il me pose quelques questions sur moi. De toute façon, dans une certaine mesure, c'est comme si je n'existais pas. Je suis complètement transparente. Il cède à tous mes caprices sans doute pour avoir la paix, mais aussi parce que j'ai des résultats plutôt satisfaisant ce qui lui plaît.

-Ma mère, charger du pôle communication et partenariat dans l'entreprise de mon père. Elle est comme lui jamais là, toujours occupé à développer la société avec mon père. Le peu de temps libre qu'elle a, elle le passe à organiser ou à participer à des soirées mondaines, ou à développer des événements caritatifs dans le seul but de donner cette impression de générosité. Autant avec mon père, on peut avoir des trucs à se raconter, autant avec ma mère, c'est le néant. La plupart du temps, elle se contente de m'asséner quelques remarques sur des choses qui ne vont pas chez moi et sur ce qu'il faudrait que je fasse.

-Akiko, la femme qui m'a élevé jusqu'à mes quinze ans. Une seconde mère pour moi, celle qui a vraiment été là quand j'étais malade, blessée, triste, qui m'a consolé, bordé avant de me coucher, nourrit. Bref, je lui dois tout, mais on se voit rarement du fait que je sais qu'elle serait déçue de découvrir que je suis très loin de l'image qu'elle a de moi. Je l'aime énormément, mais quand je suis avec elle, j'ai l'impression de me sentir coupable de vivre ma vie comme je le fais. Toutefois, on se téléphone assez souvent.

-Tatsuki, que dire ? L'emmerdeur à tête bleue. Non plus sérieusement, c'est un ami, plus comme un frère. Il a toujours été là, du fait que sa mère travaillait pour mes parents. Sans ça, comme nous vivons dans deux mondes différents, on ne se serait pas connu. On se chamaille parfois pour des broutilles et il n'aime pas mes amies, ni ce que je suis sous certains aspects, pourtant, il ne m'a jamais abandonné. Il est un peu comme une moule qui reste accroché à son caillou contre vent et marées. On pourrait croire que c'est un mauvais garçon sous son look de délinquant, mais bien qu'il aime jouer parfois les gros durs, il a un bon fond. C'est peut-être pour ça que j'adore essayer de le repousser dans ses retranchements en jouant avec lui, manque de chance, il n'a jamais cédé et peu importe ce que j'ai tenté avec lui.

-Emiko, la plus belle du cercle du jeu, la plus charismatique. Elle aime séduire et sait pertinemment que ça fonctionne. Elle n'hésitera pas à briser le cœur de tous ceux qui se laisseront tenter. C'est celle qui coordonne et s'occupe d'organiser et de gérer nos sorties ou soirées, elle est le pilier de notre et se débrouille pas mal dans ce qu'elle fait, elle est étudiante en management et ça lui va comme un gant. Sous ses airs de fille facile, elle est aussi la plus redoutable et la plus machiavélique. Je l'aime bien pour son côté festif, mais ça n'est pas celle dont je suis la plus proche.

-Nanami, la plus discrète et la plus douce du cercle du jeu. C'est une travailleuse acharnée, mais surtout, car elle craint la menace que représente son père. La plus secrète, on ne sait jamais trop ce qu'elle pense réellement, à moi, elle se confie. C'est une personne loyale et ça fait un bail qu'elle est avec son petit ami, toujours de très bon conseil, elle joue un peu le rôle de canalisateur de notre groupe. Je l'apprécie, car avec elle, on peut avoir de vraies discutions, elle sera toujours là quand vous avez besoin d'elle, peu importe combien sa vie est dure, elle sourira toujours. J'aime sa joie de vivre, même si parfois ça me dépasse un peu.

-Azami, la plus dynamique et caractérielle du cercle du jeu. C'est une fille qui ne laissera jamais marché sur les pieds, manquez-lui un peu de respect pour voir et elle vous le fera regretter. Sa seule faiblesse, je dirais son attirance pour les filles, dés qu'elle est séduite, elle se transforme en une espèce de guimauve. Enfin malgré ça, on passe avant ses histoires sentimentales. Sportive, elle s'occupera de tout ce qui demande de la force dans notre groupe. Malgré ça, elle est très féminine et attache beaucoup d'importance à son apparence. Sous ses airs de fille dure et vive se cache une personne très futée et calculatrice. Je l'apprécie pour son côté bon copain avec qui on rit facilement, mais ça n'est pas celle dont je suis la plus proche.

-Hikari, que dire ? Discrète, étourdie, douce, gentille… En gros, on a rien à faire ensemble, mes amies voient d'ailleurs d'un très mauvais œil notre relation et la désigne comme mon « toutou ». Ça n'est pas très sympa, mais que voulez-vous ? Je la protège déjà du jeu, je ne peux pas non plus m'engueuler avec mes amies pour elle. Nous sommes proches dans une certaine mesure, elle me sidère par sa naïveté et sa spontanéité à mon égard. J'ai l'impression parfois qu'elle me voit comme une grande sœur sur qui on peut compter. Je n'ai pas envie de la décevoir, mais c'est loin d'être le cas. Même si c'est vrai que je suis un peu comme ça avec elle, chacun sa faiblesse. J'aime sa passion pour le savoir et ses petits défauts qui la rendent encore plus faible à mes yeux, c'est une personne sur qui on peut compter et avec qui je peux être sincère, qui ne me jugera pas. Pour autant, je ne lui dis pas tout, pour pas l'effrayer non plus, le jeu par exemple, je ne lui en ai jamais parlé.


   

   

           
CARTE DU MEMBRE
   
   ||  Pseudo ||
   



   • Âge: 23 ans
   • Localité (facultatif): France
   • Etudes ou profession (facultatif): Etudiante DE cesf
   • Comment as-tu découvert Keimoo: Google

   • Ton niveau de fréquence: Au moins une fois par semaine
   • Remarques, suggestions: Nope
   • Souhaites-tu un parrain ? Bien sûr x)
   • Aimes-tu les chats ? Validé
   


Dernière édition par Natsuki Tatsuya le Dim 10 Avr 2016 - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Naoko Tanaka
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 770

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Natsuki Tatsuya    Dim 10 Avr 2016 - 0:45

Bonjour/bonsoir Natsuki !

Tout d'abord, je te souhaite la bienvenue sur notre beau forum !  A05  Je suis contente de t'accueillir et j'espère que tu t'y sentiras bien. Si tu as une question, un problème, ou quoi que ce soit, n'hésite pas à me la poser, c'est mon taf. Aussi, j'ai vu que tu demandais un parrain, et je t'attribue donc Zakuro Fea. N'hésite pas à te tourner vers lui si tu as besoin de quoi que ce soit, à passer sur la Chatbox ou dans le flood pour faire connaissance et t'intégrer !


Du coup, je suis en charge de la correction de ta fiche, et je dois dire que ça a été un plaisir de la lire. Elle est très bien écrite, et je n'ai quasiment rien à y redire. C'est pour cela que je vais t'épargner tout le décorticage en détail et passer aux points que j'aimerais que tu éclaircisse !

Citation :
- Je crois que quand on dort, on vit une sorte de vie parallèle à la nôtre.

J'aimerais que tu me donne un peu de détails là dessus, parce que c'est très vague. Comment ça une vie parallèle ? Est-ce une croyance vraiment importante pour elle ?

Et la seconde et dernière chose :
Le jeu.
Alors, là aussi, ça reste vraiment vague. On comprend qu'il s'agit de sale coup, mais ce n'est pas très clair et comme c'est un élément central de ton histoire, ça mérite des éclaircissements, des exemples concrets, des limites. Comment ça se passe quand ils se réunissent, est-ce qu'il y a des codes, comment sont choisies les victimes, quels genre de mauvaises blagues, jusqu'à où vont-elle ?
Tu imagines bien que c'est différent d'organiser une humiliation publique ou de prévoir un passage à tabac, au niveau de la gravité. Tu précise d'autant plus qu'elles ont fait des choses illégales, ce qui laisse des questions en suspens. C'est un point vraiment intéressant et qui peut être un bon terreau de rp. D'où l'intérêt de rendre cela le plus lisible et clair possible pour les autres joueurs qui viendront lire ta fiche.

Voilà !
Alors, tu pourras effectuer tes modifications en gras ou en couleur, et me le signaler ici, sur la Chatbox ou en MP quand tu auras terminé. Ta validation devrait être rapide !

Je te souhaite en tout cas bonne chance  A01

EDIT : Je viens de penser, c'est un détail qui n'est en soi pas très important mais qui mérite de faire attention. L'un de mes personnage de base pour Naoko est Mikasa Ackerman. Tu peux l'utiliser, mais il faudra faire attention à ce que nous n'usions pas des mêmes images pour nos kits. Voilou !

__________________________________________________


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
Natsuki Tatsuya
♣ Université - 2ème année
avatar

Scorpion Rat Age : 20
Adresse : 22, rue du Tatami dans le quartier Hebi
Compteur 50

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Natsuki Tatsuya    Dim 10 Avr 2016 - 16:34

Bonjour Naoko,

Merci c'est gentil. :)
D'accord pas de soucis je n'hésiterai pas à te contacter ou du coup contacter mon parrain si besoin.
Il faut que je me fasse à l'idée de la chatbox et du flood, je ne connais pas trop ces deux choses, mais tout s'apprend.
Je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi rapide. xD
Bon pas tant mieux, c'est déjà ça. x)

Effectivement je ne m'étais pas épanchée sur le sujet de la "vie parallèle" j'ai donc ajouté quelques lignes pour y voir plus clair.
Quant à la partie du jeu, effectivement ça manquait un peu de consistance, j'ai donc étoffé un peu plus le sujet, mais dis moi s'il faut que je développe encore pour que ce soit plus compréhensif dans sa globalité.

Pour ce qui est de l'édit, pour la petite histoire j'ai passé bien trente minutes à me demander qui était Mikasa Ackerman, heureusement google a éclairé ma lanterne. Je ne savais pas que l'image que j'avais prise était l'une de ce personnage. Pas de soucis de toute façon je n'ai pas l'intention de changer l'image pour une autre de ce personnage, donc si ça ne te dérange pas que je conserve celle-ci, tu peux utiliser toutes les autres. Je veux pas passer pour un boulet xD, mais je ne sais pas ce que tu veux dire par Kits, c'est une autre manière d'appeler l'avatar?

Bonne journée à toi. :)
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10497-natsuki-tatsuya http://keimoo.forum-actif.net/t10516-journal-de-bord-de-natsuki-tatsuya#229163
Naoko Tanaka
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 770

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Natsuki Tatsuya    Dim 10 Avr 2016 - 17:14

Et bien, après avoir lu tes modifications, tout me va. C'est très clair, et soit dit en passant, vraiment intéressant ! J'aime beaucoup l'idée :)

Pour ce qui est du flood ou de la chatbox, prend ton temps, tu n'y es pas du tout forcée. Seulement que ça peut te permettre de connaitre des gens, de "décrocher" des rps, de passer du bon temps, ce genre de choses.

Pour l'avatar, oui, kit, c'est la même chose, ça désigne généralement l'avatar + la signature, mais ce n'est pas vraiment important. Il n'y a aucun problème avec celui que tu as ici, puisque je n'ai jamais utilisé cette image, et donc, ne le ferais pas, ne t'en fais pas :3 Si jamais au cours de ton aventure rpgique sur Keimoo tu as l'envie de changer d'avatar, on pourra toujours s'arranger à ce moment !

Enfin, après toute cette mise au clair, j'ai l'honneur de t'annoncer que... JE TE VALIDE ! A05 Ta fiche est complète il y a tout ce qu'il faut, donc, je n'ai aucune raison de te retenir plus à la correction !

Tu peux désormais rp, après avoir fait quelques petites démarches administratives :


• Demande de rang (afin d'afficher ta classe au dessus de ton avatar) : Clic !
• Inscriptions aux clubs : Clic !
• Scolarité + Chambre si tu choisis de mettre Natsuki au pensionnat : Clic !
• Agence Immobilière, pour y installer sa famille et lui définir une adresse si elle vit avec eux : Clic !


• Livret scolaire de l'année précédente, à mettre à jour à chaque rentrée (En avril donc) : Clic !


• Demandes de RP : Clic !
• Après trois RPs entamés, il te faudra faire une chronologie ici : Clic !

En tout cas, je te souhaite un bon jeu ici !

__________________________________________________


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
 
Natsuki Tatsuya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chambre de Natsuki Kuga
» * Himuro Tatsuya ~
» * Himuro Tatsuya ~
» L'adorable petite soeur spirituelle de Tatsuya et Taiga débarque ! (FINI)
» - Le temps n'agit pas sur l'amour -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Administration ₪ :: ► Les personnages :: Fiches validées :: Université :: Filles :: Fiches validées-
Sauter vers: