₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Académie Keimoo
▼ Administrateur gestionnaire
▼ Administrateur gestionnaire
avatar

Poissons Age : 117
Compteur 406

KMO
                                   :

MessageSujet: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Mar 29 Mar 2016 - 6:58


 

   Bal de Noël

    Event d'Hiver 2015
    Bal de Noël et Inauguration du bâtiment des clubs
 

 
« Allumez le feu ! »

   Ne s'étant pas contenter des stands proposés au RDC, Haruki Lei et Lyn Aeris se sont aventurés au 1er étage pour s’intéresser aux cuisines, suivi de peu par Hisaka Rika. Hormis les employés, vous êtes les seuls présents. Seule la salle du club de découverte culinaire est ouverte, les autres, ainsi que l'accès au 2nd étage ayant été verrouillé pour la soirée. Vous avez fait le mauvais choix. Vous avez été les spectateurs d'une première explosion, moindre, dans un four à micro-ondes. Plus de peur que de mal, et vous avez vaqué à vos occupations durant quelque minutes. Mais très vite, une première flamme est apparue et l'alarme s'est déclenchée. Le personnel de cuisine ainsi que les serveurs se sont activés, vous bousculant dans tous les sens et vous empêchant de regagner calmement le RDC. Malheureusement, avant que quelqu'un n'ait pu faire quoi que ce soit, le début d'incendie a atteint une tuyauterie reliée au système de gaz des plaques chauffantes. Tout est allé très vite, et une deuxième explosion, bien plus puissante,  a tout soufflé sur son passage. Vous avez été violemment projetés par le souffle ardent, et certains membre du personnel sont gravement blessés.
Les flammes dévorent lentement le 1er étage après avoir ravagées la salle du club de Découvertes Culinaires. Le feu se propage au niveau de l'escalier menant au RDC, le rendant impraticable. Et avec ce bruit, pas sûr que l'on vous entende appeler à l'aide.


   « Des informations complémentaires... »

   - Vous répondrez à la suite de ce sujet. Vous pouvez vous déplacer sur tout le 1er étage, à condition que cela soit réalisable.
- Vous avez été pris de plein fouet dans l'explosion, qui vous a blessé. Veuillez effectuer un lancer de dé dans le sujet suivant afin d'en déterminer la gravité, et attendre un MP du staff : Click !
- Attention, comme vous étiez sur la première ligne de l'incendie, vous recevez un malus. Vous avez donc plus de "chances" d'être gravement blessé.
- La taille des réponses est libre.

   Have fun, and merry christmas ~

© Code de Anéa pour N-U © Modif'code & Pics' par Shiki © Blason par Kara © CWcup par Yun-Jin
 

__________________________________________________
♪ En cas de constat d'une faute d'orthographe ou une erreur du compte Academy Keimoo, d'une annonce ou d'un post-it, merci de le signaler ici
Revenir en haut Aller en bas
Haruki Lei
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Scorpion Coq Age : 23
Adresse : Rue Brume, Bar Nihon no Tsuru Apt. 2
Compteur 68
Multicompte(s) : Yui

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Lun 4 Avr 2016 - 7:18

Base: Pris de plein fouet dans la seconde explosion, Haruki a été projeté violemment contre un plan de travail qui avait été disposé pour la soirée. En plus de brûlures extérieures douloureuses mais bénignes, son épaule lui fait atrocement souffrir. Son bras dominant est inutilisable, et il va falloir faire avec… De plus, après avoir repris ses esprits, il remarque que sa cavalière, Lyn Aeris, a perdu connaissance. Mais le plus inquiétant est que le feu se propage, et qu’il faut donc trouver une solution. Rapidement.


-

Quelque chose avait explosé tout près. Des vagues de lumières, des éléments indistincts. Il clignait des yeux pour rétablir une réalité palpable à ses perceptions et plus il clignait, plus les sons s'accentuaient dans un désaccord étourdissant et étouffé. Le sang battait fort dans ses tympans, cacophonie d'un orchestre privé de son chef, une alarme, des éclats de voix, des bombes de lueurs. La focale de ses yeux mit quelques secondes à se réajuster sur cet élan de panique, brutalité d'un instant incontrôlé. Privé d'ouïe ajustée, entre la fumée et deux cris, Haruki se redressa et alors naquit une violence dans son épaule, lui faisant retenir son souffle et crisper le reste de son corps: il ne pouvait ni se contorsionner pour comprendre l'origine de son mal, ni se recroqueviller comme une bête vulnérable touchée. Il ne savait pas ce qui se passait, il ne sentait que le rappel de son bras comme arraché. Et pour cause, il ne répondait plus rien d'autre que de cette souffrance aiguë à lui faire tourner l'œil. C'était... désarmant.
Haruki ne se souvenait pas de telles sensations, il ne s'en rappelait pas, même dans les situations les plus critiques qu'il lui aient été données de vivre. Le moindre frémissement lui donnait envie de hurler à la mort, seule la priorité de devoir sortir de ce lieu pour entendre le bruit du silence restant ancrée dans son esprit désorienté. Il était un instrument à contretemps du reste de l'ensemble, le solo fou joué en décalage et résonnant furieusement au dessus des mesures. Il serait bientôt, le piano sans clavier.

Il aperçut Lyn à peine plus loin étalée au sol dans son kimono dont il ne distinguait plus vraiment les couleurs, il la vit portée par un étudiant. Appuyé sur le plan de travail, il la perdit de vue en esquissant quelque pas vers elle, vers eux. Il n'y avait plus de Ré majeur dans le morceau, les gens couraient dans tous les sens, la fumée aveuglait, la fumée lui donnait un goût âpre et désagréablement sec au fond de la gorge. Haruki agrippa son bras de sa main valide pour le maintenir contre son corps, serra des dents en sortant de la cuisine. Il faisait chaud, trop chaud, et le feu se propageait mais lui ne courait pas.

On avait pourtant tenté de lui apprendre l'instinct fondamental de survie.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10429-haruki-lei http://keimoo.forum-actif.net/t10447-impromptu
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 570
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Mar 12 Avr 2016 - 21:43

« Hisaka ! »

Tiens, c’est mon prénom. Est-ce que quelqu’un m’appelle ? J’ai l’impression qu’il a fait sombre pendant un moment. Mon esprit a dû s’égarer quelque part, comme d’habitude. C’est peut-être le fait d’avoir vu Naoko et le type du club de basket qui m’a un peu sonné. Je ne sais pas trop. J’ai mal, mon corps est engourdi, j’ai du mal à bouger, il fait chaud. Il y a beaucoup de bruit autour de moi, c’est comme si des gens étaient en train de hurler. Autour de moi, de la fumée, quelques corps allongés, un panorama orangé. Qu’est-ce qu’il se passe ?

« Hisaka, répond-moi ! »

Je tourne lentement la tête vers la source sonore. Ma vision se stabilise après quelques secondes. Yuuko ? C’est vrai, elle était venue avec moi. Nous sommes montés juste après notre rencontre avec Naoko. J’avais été le premier à tourner les talons, incapable de voir ce spectacle plus longtemps. Mon aînée m’avait alors suivi, mais ses getas l’avaient empêché d’avancer aussi vite qu’elle l’aurait voulu. Quand je me suis retourné vers les escaliers pour voir où elle en était, je me souviens avoir entendu une grosse détonation en provenance des cuisines. Mais qu’est-il arrivé après ?

« Ecoute. Je vais te porter. Tout ira bien ! »

Une explosion. Un flash de lumière qui m’a fait perdre connaissance. Non, ça ne s’était pas exactement passé comme ça. Il y a eu deux explosions. J’émets un faible grognement alors que ma sœur tente de me hisser sur son dos. Ma jambe. Je crois que je suis blessé, je pourrais difficilement me tenir debout tout seul. Avec les forces qu’il me reste – grâce aux entraînements du club de basket – je m’accroche difficilement à elle en passant mes bras autour de son cou. C’est comme à l’école primaire. Elle est toujours venue à mon secours quand j’avais des problèmes. Je ferme les yeux durant un instant. Ce n’était finalement pas une mauvaise chose, de lui avoir demandé de venir avec moi.

« Aïe ! Mais ça va pas ?! »

Alors qu’elle tentait de nous mettre en sécurité, quelqu’un nous a percuté, nous faisant tomber tous les deux. Je pousse un cri de douleur au moment où ma jambe blessée atteint le sol. Je me rappelle alors qu’il m’est arrivé presque la même chose un peu plus tôt. Afin de prendre connaissance de la situation, je m’étais légèrement approché de la salle du club de cuisine, c’est là que la deuxième explosion a retenti. C’est là que je me suis retrouvé propulsé contre le mur d’en face. Eh bien, on peut dire que les astres ne sont pas avec moi aujourd’hui. Je m’autorise à rire – ou plutôt suffoquer à cause de la fumée envahissant l’espace – quelques secondes en essayant de me relever, juste avant d’apercevoir une silhouette familière. Près des flammes, le corps d’une jeune femme à la chevelure rose est étendu au sol, immobile.

« Aeris-san ? »

Quelque chose en moi me hurle qu’il faut aller la sauver. Sans doute la part de héros coincée en moi qui ne s’exprimera jamais réellement. Il faut faire…un truc. Certes, je ne connais pas très bien cette fille, mais je ne peux pas me résoudre à la laisser mourir ici sans rien faire. Autour de moi, les gens qui le peuvent se hâtent de quitter l’étage. En vue de l’état de ma jambe, je n’irai pas bien loin seul, je suis dépendant de ma sœur. Et c’est quand je relève enfin les yeux vers elle que je me rends compte qu’elle n’a pas été épargnée par l’explosion non plus. La manche gauche de son kimono a subi quelques dégâts, mais plus important, son bras semble lui aussi avoir été affecté. A-t-elle été brûlée en essayant de me sauver ? Kami-sama, que je suis égoïste.

« On va essayer de sortir d’ici d’accord. »

Je secoue la tête. Il y a trop de monde qui se précipite vers la sortie actuellement, nous n’avons aucune chance de sortir sans être séparés. De plus, qui sait ce qu’il se prépare. Si le feu parvient à atteindre le chauffage central alors c’est tout le monde qui y passera et se presser pour sauver sa peau n’aura servi à rien. Plus loin, Aeris-san semble avoir été prise en charge par un brave étudiant, je peux donc essayer de me concentrer sur la démarche à suivre pour arrêter l’incendie. Dans ce bâtiment il y a Yuuko, il y a Naoko. Ces deux raisons me suffisent pour avoir envie de stopper la chaîne qui s’est mise en marche. Concentre-toi. Garde ton calme et concentre-toi. Tu as été plusieurs fois dans ce bâtiment, qu’est-ce qui pourrait servir ?

« Yuuko. Au bout du couloir. Il y a des toilettes et il devrait y avoir un extincteur. »

Ouvrir les robinets d’eau aurait pu être une autre solution, mais je ne sais pas d’où est né l’incendie. Si les flammes ont été causées par de l’huile, cette dernière continuerait de flotter sur l’eau et cela ne servirait qu’à propager l’incendie. Pour le moment, il semblerait que l’extincteur du bout du couloir soit la seule solution viable. Mais à ce stade, quelqu’un aurait déjà dû s’en emparer. Où sont les héros quand on a besoin d’eux ?

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Haruki Lei
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Scorpion Coq Age : 23
Adresse : Rue Brume, Bar Nihon no Tsuru Apt. 2
Compteur 68
Multicompte(s) : Yui

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Dim 8 Mai 2016 - 23:49

HS: Lyn, sens toi libre de rattraper le RP au vol.



-Non c'est pas moi Yuuko. Haruki.

Et il avala la fumée qui le fit suffoquer un moment.
Le monde en panique, le monde dans un instant de terreur, il faisait chaud, atrocement chaud et la fumée sentait mauvaise. Entre la douleur, les sons déréglés et la vision chaotique, Haruki ne retrouvait plus Lyn et s'était finalement focalisé sur le premier étudiant qui passait par là, incapable de poser un autre point de repère. Lorsque ses sens lui échappaient il paniquait et lorsqu'il paniquait il y avait dégât; le seul moyen d'y survenir était d'y dissocier les éléments les uns des autres et encore fallait-il y parvenir dans ces circonstances. Il lui avait fallu des années pour venir à bout de cet exercice, quand céder était la solution la plus radicale pour fuir une société trop changeante et versatile. Dans un jour comme aujourd'hui, Haruki aurait très bien pu se jeter dans le feu en abandonnant ce qu'il pouvait lui rester de raison sociale.

Il suffoqua à s'en replier en deux et finit par se redresser, l'air brûlant ses yeux, deux orbites noirs.

-Tu as deux bras, j'ai deux jambes. Ça fait presque un corps pour trouver ton extincteur. Ou la sortie.

La sortie lui allait mieux cela dit, dans l'état d'urgence.

-Si tu te sauves pas à toi tu vas pas vraiment sauver un autre.

Haruki avait jeté un œil aux alentours en toussotant. La sortie ne devait pas se trouver loin mais à en juger les hurlements -La sortie est bloquée! On est bloqués !, elle n'était plus tout à fait accessible. C'était étrange le nombre de nouvelles têtes qui semblaient apparaître de nulle part entre deux fumées, pour disparaître sitôt après. Lei ne reconnaissait plus grand monde à ce stade et jeta un coup d'œil à cet étudiant pour qu'il se hisse sur son dos. Son bras grincherait comme jamais, lui rappelant des connexions dont il ne soupçonnait même pas l'existence.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10429-haruki-lei http://keimoo.forum-actif.net/t10447-impromptu
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 570
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Mer 15 Juin 2016 - 0:41

Elle est partie et je suis maintenant seul dans un bout de couloir. Couloir qui empeste d’ailleurs, mais je n’ai pas d’autre choix que d’attendre, poser ma tête sur mes bras et contempler ma jambe inutilisable. Je suis une feuille morte au milieu d’une tempête. Autour de moi, la foule se hâte et se livre à la panique, fonçant droit vers la sortie condamnée. Est-ce un avant-goût des enfers ? Les dieux seraient bien cruels de faire ça. Après tout, si nous mourrons, nous avons déjà l’éternité devant nous pour souffrir. Je soupire, mon souffle est insignifiant face à la fumée qui se propage. Je suis en train de tousser au moment où un homme étrange vient me parler. Ca y est ? Je suis mort, me dis-je en dévisageant l’inconnu.

Haruki me dit-il. Comme Murakami. Pas Yuuko. Je fronce les sourcils, a-t-il entendu tout ce que j’ai dit à ma sœur auparavant ? Il porte une tenue traditionnelle, mais je trouve qu’elle ne lui va pas. J’esquisse un sourire en coin, fatigué, avant de lui répondre d’un simple signe de tête. Parler ne servirait à rien ici. Il faut que j’économise mon souffle, à défaut de pouvoir utiliser ma jambe.

Quel est le rapport ? Il n’y en a pas.

L’homme suffoque, il semble aller mal et pourtant il continue à parler. Il devrait se mettre à terre, comme moi, c’est là où la fumée est la moins toxique. Les cris ne faiblissent pas autour de nous, j’ai l’impression d’assister à un massacre. Et le feu se propage, de plus en plus rapidement. Mes iris foncés se teintent de couleurs vives. Une véritable palette de peinture est en train de naître dans mon regard, et je regrette que le pastel ne soit pas au rendez-vous.

Deux bras, les miens. Deux jambes, les siennes. Il veut que l’on fasse équipe pour trouver l’extincteur dont je parlais, ou la sortie, rajoute-t-il. Je secoue la tête, c’est peine perdue. Quand j’ouvre la bouche, j’ai beau être au sol, j’ai l’impression d’avaler du carbone. Mes poumons tentent d’expulser les déchets, mais finalement je n’ai pas d’autre choix que de lui répondre en toussant.

« Ma sœur est déjà à la recherche de l’extincteur. Quant à la sortie… »

Je suis pris de multiples quintes de toux et je suis dans l’incapacité de finir ma phrase. Toutefois je jette un œil vers l’escalier déjà bien encombré. Les groupes se sont tassés et ne forment plus qu’un. Une foule immobile est bien plus dangereuse qu’un groupe en mouvement. Tout le monde est coincé, je ne veux pas aller par là.

Haruki s’exprime assez étrangement, mais ce n’est pas le moment le plus approprié pour lui en faire la remarque. Il faut de plus en plus chaud et nous sommes actuellement les plus proches du danger. Les mots du garçon flottent dans ma tête, ils vont et viennent comme les flammes qui dansent. Les souvenirs du parking au mois d’août refont surface. Ce n’est pas la même situation, pourtant. Ici, nous sommes complètement pris au piège. Ce n’est pas une course contre la police qui est lancée, mais un duel contre la mort.

Ainsi, je ne peux qu’accepter l’offre de l’inconnu. Mes deux bras viennent chercher ses épaules et je parviens à me hisser sur son dos avec difficulté. La douleur de ma jambe se réveille et je fais mon possible pour ne pas crier dans les oreilles du jeune homme. Au final, je ne laisse échapper qu’un grognement rapidement couvert par les cris de désolation de la foule. Quand il se redresse, j’ai l’impression d’être un pilote vétéran qui reprend de l’altitude après un long moment sans voltige. Où devrions-nous aller maintenant ?

« Est-ce que tu sais où aller ? »

Question bête. Nul être n’est assez rationnel pour avoir établi un plan aussi rapidement. Mes phalanges effleurent accidentellement ses clavicules alors que je me bats pour ne pas glisser le long de son dos. Ce n’est pas vraiment la position la plus confortable du monde, mais je devrais m’y habituer.

« Ma sœur ne sait pas où je suis. Il faut que je la retrouve. »

C'est un peu comme si j'avais décidé de notre destination pour lui, en fin de compte. Désolé, je te revaudrai ça...si nous arrivons à sortir de cet endroit vivant. Elle s’attend sans doute à me retrouver à l’endroit où elle m’a laissé. Je me demande si elle a trouvé l’extincteur. Un rictus s’échappe de ma gorge, je ne veux pas penser à de mauvais scénarios. C’est Yuuko, elle aura forcément ce qu’elle désire. La chaleur me monte doucement à la tête, mes tempes sont bouillonnantes.

« C’est dommage, ils avaient l’air bons, les petits-fours. »

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Haruki Lei
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Scorpion Coq Age : 23
Adresse : Rue Brume, Bar Nihon no Tsuru Apt. 2
Compteur 68
Multicompte(s) : Yui

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Dim 24 Juil 2016 - 18:19

La douleur était atroce.
Haruki manqua de tourner de l'œil lorsqu'il sentit la pression s'exercée dessus. Ses yeux piquaient, et il maintint un silence en serrant la mâchoire, incapable de prononcer un mot. Il chancela, se courba en avant puis avança en maintenant de son bras valide, la jambe de son coéquipier de fortune. Une vraie bande de bras cassés.

Seule l'adrénaline et l'instinct, celui de devoir fuir, devaient le maintenait en alerte, à Haruki.

Bientôt, quelqu'un leur apporta des bouts de linges humides avant de disparaître aussitôt dans la fumée. Dans les premiers gestes à effectuer dans de tels cas, la théorie semblait plus simple que jamais : éviter la fumée, rester à terre pour éviter de finir asphyxié. Éviter les courants d'air. Que fallait il préconiser quand, comme aujourd'hui, la fumée était juste partout et le décor, semblable à celui d'une fin de monde ou même pas un extincteur était accessible à portée de vue ?

Haruki n'avait en tout cas ni les pensées claires pour décomposer tout ce qu'il aurait dû faire ou ne pas faire. La progression à l'aveuglette lui sembla prendre une éternité et si la sortie -inutile à emprunter d'après les cris de terreur, s'éloignait de leur direction, nulle trace de la sœur, ni de l'extincteur. En toute logique pourtant il y aurait dû y en avoir un à portée de main ! Le gothique avait l'impression d'avancer vite mais tout était relatif en fin de compte, sa marche lui semblait juste interminable.

-Le couloir...

Haruki grognait et réalisa que ses mots restaient des murmures aux yeux de l'alarme assourdissante. Prévoir de lever son débit vocal lui sembla devoir mobiliser toute son énergie. C'était confus autour de lui, comme lorsqu'il lui arrivait de se lever trop vite et sentir sa tension tanguer.

- L'autre côté du couloir.

Avait-il assez élevé la voix ?

L'air serait peut être plus propice, moins touché, plus vivable. Moins de bruit, et moins chaud aussi. Donc à moins de rentrer dans une salle, il suffirait de marcher tout droit en sens inverse.  La fumée, épaisse, le dissuada d'ouvrir la bouche.

Restait à savoir combien de temps les gens allait mettre pour se ruer de l'autre côté du couloir justement. Combien étaient-ils? Vingt? Trente, Quinze ? Haruki ne s'arrêta pas. Il ne savait pas qui il cherchait mais si elle était partie dans la même direction qu'eux, ils ne pourraient que la croiser... En théorie. Et la fumée, combien de temps avant qu'ils ne meurent asphyxiés, combien de temps avant qu'ils doivent ramper au sol pour profiter d'un ultime soupçon d'oxygène respirable. Il toussota, crachota et dut s'arrêter entre temps.

-J'aurais dû tout manger. Je préfère mourir le ventre plein ...que le ventre vide.

Il avait marmonné ou geint. Les petits fours, c'étaient eux maintenant. Fallait il encore espérer que personne ne s'apitoie sur leur cuisson.
Il faisait un peu moins chaud que tout à l'heure déjà, mais la fumée, elle s'installait.

-Peut être... ta sœur te cherche maintenant. Téléphone ?

Ils approchaient des toilettes mais il n'y avait toujours pas d'extincteur.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10429-haruki-lei http://keimoo.forum-actif.net/t10447-impromptu
Shiki Katsuragi
♦ Civil - Réceptionniste au Pachinko Palace Hotel | Yakuza
avatar

Genre : Masculin Lion Singe Age : 25
Compteur 983
Multicompte(s) : Cammy Logan / Erik Thornberg / (Ryosuke Saitô (†) )

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Lun 25 Juil 2016 - 20:04

( A07 Vala les secours, on s’incruste !  )

QUAND LA PALESTRE S’EFFONDRE
Soaked to the bone, sink like a stone
we miss the touch of someone we knew


Juste avant d’emprunter les grands escaliers qui ne disent rien qui vaille, quelque chose accroche alors le regard du Japonais. Quelque chose de gros, de rouge. Il y en a deux, à quelques mètres de distance. Toujours enroulé dans ce gros rideau imbibé retiré au club de jardinage, le porter sera un peu difficile sans s’exposer un peu au danger, mais c’est justement pour lutter contre qu’il se saisit du moins visible, espérant ainsi que Yun-Jin aura le même réflexe en voyant le deuxième. Ainsi, lourdement équipé entrainant ainsi un ralentissement dans ses mouvements, Shiki Katsuragi fonce vers la partie la moins ardente des flammes qui ont commencé à lécher les marches ainsi que le mur ouest situé en haut des escaliers.
Son inquiétude précédente se confirme : il y a bien des gens bloqués à l’étage, à entendre les cris. Posant l’extincteur sur le sol, il en retire la goupille et percute alors la poignée. Sa vue se trouble avec la chaleur et bien qu’il se soit complètement trempé avant de monter, il sent la chaleur mordre ses mains et la surface de son visage. De plus, l’air est raréfié.

« Ne perds pas de temps, Shiki, et montre à ta conscience que tu n’es pas ce lâche que tu prétends être. »

Il percute violemment la poignée de l’extincteur et, main sur la gachette, dirige la buse vers la base des flammes. Il appuie une fois, puis deux, afin d’assurer une pression suffisante à chaque fois. Il halète, la chaleur est si forte…. Il attrape la poignée, porte l’appareil et avance jusqu’à distinguer enfin une, puis deux silhouettes.

- Venez par ici, la voie est libre ici !! Hayaku ! !!

Une demi-douzaine de personnes passent et descendent sans se préoccuper de Shiki et c’est très bien comme ça. Ayant maitrisé suffisamment d’espace pour laisser échapper ceux qui étaient là, il passe à son tour dans l’espace dépourvu de flammes. Ce n’est que temporaire, mais il pense avoir suffisamment de réserve pour le retour.

- « Mon frère est encore là bas… »

Une voix féminine, faible, parvient aux oreilles de Shiki. Elle appartient à une faible demoiselle évacuée par un étudiant. Ainsi il y a encore des personnes coincées….
Avançant dans le couloir qui s’offre à lui, il tend l’oreille.

- « C’est dommage, ils avaient l’air bons, les petits-fours. »
- « J'aurais dû tout manger. Je préfère mourir le ventre plein ...que le ventre vide. Peut être... ta sœur te cherche maintenant. Téléphone ? »

A la fois rassuré et stupéfait par le sens de la conversation tout en faisant le lien frère/sœur avec la voix entendue précédemment, Shiki amorce un pas hâtif lorsqu’une voix familière surgit derrière lui, l’amenant à le stopper.

- Senpai, ça a été pour franchir l’escalier ? J’ai entendu deux voix non loin. A part ça, plusieurs personnes ont pu rejoindre le rez-de-chaussée. Je n’ai croisé personne d’autre. Et toi ?

©Muse – Soaked

__________________________________________________
Multicomptes: Cammy Logan & Erik Thornberg.

Fermeture du club de Kyudo !
merci à ceux qui l'ont fait vivre...
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7034-shiki-katsuragi-transfert-du-lycee-universite-a-valider#188987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/once-upon-a-time-t5863.htm#173856
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 570
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Ven 5 Aoû 2016 - 22:20

Les minutes passées à être piégé à l’étage me paraissent interminables. Chaque seconde qui s’écoule deviennent des heures. Ma sœur est partie depuis un moment maintenant, mais je trouve à peine la force de m’en inquiéter. Yuuko a toujours été forte, c’est le genre de personne qui parvient toujours à ses fins, peu importe les moyens employés. Si son charisme n’est d’aucune utilité pour débloquer la situation face aux flammes, je suis sûr qu’elle a trouvé une solution. Accroché au dos de mon interlocuteur, un jeune homme étrange qui semble à peine conscient, je laisse échapper un soupir. Je ne sais pas si je crois moi-même encore à mes lamentables tentatives de me rassurer : je ne peux le cacher, l’inquiétude par rapport à l’état de mon aînée partie jouer à l’héroïne est bien présente. Ma seule source de confiance n’est pas à mes côtés. Je suis avec un inconnu qui pourrait très bien me balancer dans le feu au moindre faux mouvement, mais ma survie dépend en grande partie de lui.

Entre deux questions, il m’avait signifié qu’il voulait aller au bout du couloir juste après lui avoir dit qu’il fallait que je retrouve ma soeur. Si nous y parvenons vivants, nous croiserons peut-être ma sœur, mais avec la fumée, ça commence à être difficile de voir où on met les pieds. Et je ne suis pas le seul à constater les dégâts. L’inconnu s’arrête brutalement au milieu du chemin. Mes forces m’abandonnant peu à peu, je reste difficilement accroché à lui et manque de tomber. Rapidement, ma douleur me rappelle que je ne suis pas en état de faire mieux tout seul alors je ne fais aucune remarque cinglante comme j’aurais pu en lancer des dizaines dans d’autres circonstances. Ainsi, je finis par simplement détourner le sujet, les yeux mi-clos, dans l’attente d’un faisceau de lumière au milieu des ténèbres…ou plutôt l’inverse. De l’obscurité et de la fraîcheur, c’est tout ce que mon corps réclame actuellement. Même si nous sommes dos tourné à la salle du club de cuisine, je peux encore percevoir les crépitements du feu et rien qu’à l’entente de ces derniers, je frissonne.

De manière presque aléatoire, j’avais relancé la conversation sur les petits-fours que je n’avais pas eu l’occasion de goûter plus tôt. Je me demande quelles saveurs étaient de la partie ce soir. Sans que je m’y attende, mon porteur exprime à son tour des regrets concernant la nourriture, mais il avait au moins pu en manger quelques-uns. Histoire de continuer sur une discussion futile, je m’apprêtais à lui demander à quels goûts ils étaient quand il m’interrompt pour me dire que ma sœur me cherche peut-être maintenant. Je relève lentement la tête pour scruter les alentours. Nous sommes pratiquement au bout du couloir et nous n’avons pas aperçu de femme correspondant à la silhouette de ma sœur. Il faut dire que j’ai l’esprit un peu ailleurs moi aussi, il est probable que je l’ai ratée. A sa manière, il me demande si je peux l’appeler. Je secoue la tête même s’il ne peut pas me voir. Je n’ai pas emmené mon cellulaire avec moi ce soir. Ce n’étais pas très pratique avec cette tenue alors j’ai préféré emporter le minimum sur moi, et mon portable n’en fait pas partie.

« Pas de téléphone. »

En parlant, j’ai malencontreusement avalé une bouffée de fumée qui me fait aussitôt tousser. Ne pouvant pas mettre la main devant ma bouche sans tomber, je lui présente rapidement mes excuses avec un « Désolé » timide qui ne m’aide pas à stopper la toux. Malgré le bruit engendré par mes quintes de toux, je sens que nous ne sommes plus seuls. Plusieurs fois, des bruits de pas se sont entendre derrière nous. Est-ce que d’autres gens ont abandonné l’idée de passer l’escalier ? Je tourne faiblement la tête pour voir ce qu’il se trame dans mon dos, mais je ne parviens pas à distinguer de silhouette humaine.

« Je crois qu’il y a quelque chose. »

Un grognement s’échappe de ma gorge sèche. Et mes délires me submergent. Ma vision se trouble et ma conscience a de plus en plus de mal à répondre.

« Peut-être des bakemono. »

Mes muscles contractés commencent à me faire sérieusement souffrir et je me vois mal tenir encore trente minutes dans cette position. Assez fatalement, je me dis que je devrais peut-être lui dire de m’abandonner dans les toilettes et refaire le chemin inverse seul. Sans fardeau à porter, il ira plus vite et sera plus efficace.

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Haruki Lei
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Scorpion Coq Age : 23
Adresse : Rue Brume, Bar Nihon no Tsuru Apt. 2
Compteur 68
Multicompte(s) : Yui

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Dim 21 Aoû 2016 - 22:04

Des bakemonos... Ils étaient peut être là, c'est vrai. Dans la conscience collective et dans les histoires traditionnelles, il lui était arrivé de s'arrêter sur les représentations faites de toutes ces choses imaginaires sans comprendre le pourquoi du comment. Lorsqu'il essayait de comprendre, les réponses qu'il obtenait n'allégeaient pas vraiment l'incompréhension qui planait dans sa tête. Devant eux se mouvaient désormais des formes, floues, à travers ses yeux brûlants et des sens confus. Outre un instinct naturel de survie, Haruki se demandait pourquoi les hommes s'efforçaient de survivre. Pourquoi cet acharnement pour une même finalité, pourquoi ce devoir se sauver sa peau tout simplement. L'instant était mal choisi pour y réfléchir et pourtant ces questions apparaissaient soudain dans sa tête, presque trop limpides, au moment où son corps souhaitait tout lâcher, depuis le poids sur son dos jusqu'à son propre poids.

Les ombres entre les flammes dansaient et Haruki hésitait dans cet instant vital de savoir de quel côté poursuivre, ne pas changer sa direction initiale ou bien se retourner vers les monstres dansants. Leurs pas martelaient le sol et il se retourna soudainement, oubliant sa condition. Son épaule hurla de douleur jusqu'au recoin de son cerveau, son être se crispa brutalement et il laissait glisser son acolyte d'infortune sans pouvoir y remédier. Entre un -Ils arrivent, et -je ne sais plus avancer, Haruki eut le réflexe rationnel de ne pas hurler pour ne pas s'étouffer avec la fumée. Il s'asseyait au sol, maintenant son bras inutilisable. Le monde tanguait et les ombres se rapprochaient dans une description qui ressemblait à ce qui devait s'apparenter à une apocalypse.

Il toussa à s'en envoyer un poumon ou deux vers les fantômes mouvants. Ils fallaient que ces derniers viennent les chercher, qui qu'ils soient, pour cesser cette douleur accablante. Ils étaient étrangement près et Haruki semblait les fixer alors qu'il ne les voyait pas, focalisé sur un sol instable. Et patiemment il attendait que le déluge s'arrête mais ce dernier ne s'arrêtait pas: son voisin en piteux état et lui allaient visiblement finir ici aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10429-haruki-lei http://keimoo.forum-actif.net/t10447-impromptu
HAN Yun-Jin
♦ Civil - Consultant ponctuel aux urgences psychiatriques de l'Hôpital de Keimoo
avatar

Genre : Masculin Scorpion Serpent Age : 27
Compteur 323
Multicompte(s) : Ivory Lancaster

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Sam 3 Sep 2016 - 12:26

- Yun-Jin

Le susnommé se retourna dans un automatisme presque surprenant, soudainement inquiet que quoi que ce soit ayant échappé à sa vigilance ait pu arriver à Shiki. Concentré, il ne comprenait pas ce que Shiki essayait de faire, son cœur s'emballant en sentant plus que ne voyant la main du japonais se rapprocher de son visage. Il savait que ce n'était pas le moment. Mais cette infime partie de lui qui prenait désormais une place infinie lui souffla que peut-être, au milieu de cette anarchie, ils allaient s'embrasser.

Il se traita d'imbécile et trouva même que le petit pic d'amertume était bien fait pour sa pomme.

- Dépêchons-nous.

Shiki ouvrit la salle, beaucoup de fumée s'en échappa, lui piquant les yeux. La toux de Shiki s'effaça dans le bruit des autres tout autour. Oui, il fallait se dépêcher. La situation devenait urgente.

Il suivit les directives de Shiki, décrocha les rideaux et lui en passa un. Le japonais n'attendit pas un instant, mouilla le tissu et se dirigea vers les escaliers balançant un vague "Je vais en avant, le temps que tu imprègnes le tien ! Rejoins-moi vite !". Yun-Jin laissa l'eau imprégner les fibres, de longues secondes qui s'étiraient de plus en plus. Les yeux plissés par la fumée, il devait toucher le tissu pour savoir si le processus était terminé ou non. Lorsque ce fut fait, il fit de même avec son écharpe. Robinet fermé, il s'habilla de cette cape dont le poids n'était pour l'instant qu'un détail avant de sortir à nouveau. Il entendit les quintes de toux se répandre.
Escalier. Rien à signaler.

Il aperçut Shiki et ... les flammes. Puis l'extincteur. Son regard balaya les alentours. Mince, il était persuadé d'en avoir vu. Peut-être était-ce en bas. Il se maudit de sa bêtise. Son service militaire ne lui aurait-il servi à rien ? Il redescendit dévalant les marches trois par trois et repéra enfin l'extincteur. Enroulant le rideau imbibé pour qu'il ne le gêne pas dans ses mouvements il remonta à toute vitesse, dégoupillant l'appareil en route. La fumée se fit plus dense, et chargée d'une chaleur infernale, Yun-Jin bénit son masque de fortune qui lui permettait de s'engager plus avant à l'étage, laissant quelques personnes descendre se mettre à l'abri. Impossible de louper la source de l'incendie, la pièce vomissait ses flammes et sa fumée, irradiant une chaleur incroyable. Il sentait sa peau hurler au scandale. Mais il avait d'autres problèmes : il ne voyait plus Shiki. Avait-il plongé dans la pièce ? Une pointe d'angoisse lui perça le cœur. Il espérait que non. Rapidement, il passa la pièce et se dirigea plus vers le fond. Une silhouette, qui ressemblait à un japonais couvert d'un drap.

- Shiki?!!

Il se retourna et Yun-Jin sentit son cœur aller un peu mieux, jurant en son sein. Il le rejoignit.

- Senpai, ça a été pour franchir l’escalier ? J’ai entendu deux voix non loin. A part ça, plusieurs personnes ont pu rejoindre le rez-de-chaussée. Je n’ai croisé personne d’autre. Et toi ?

- Non, répondit-il forçant les émotions confuses qu'il ressentait pour le japonais à se taire. Des voix, dis-tu ?

Il se retourna pour regarder les flammes. Elles allaient gagner du terrain. Mais avec leurs pauvres extincteurs, il était plus prudent de mettre à l'abri les éventuels blessés, de les sortir de là.

- Trouvons-les vite.

Yun-Jin avança dans le couloir, légèrement courbé pour tenter d'échapper à la fumée au maximum, prudemment tentant de repérer des silhouettes, debout ou au sol. Ils finirent par tomber sur deux personnes, au sol. Un qui semblait encore actif, mais l'autre complètement étendu sur le sol. Yun-Jin se dirigea vers ce dernier en premier, laissant le soin à Shiki de s'occuper de l'autre, posa l'extincteur puis s'agenouilla près de lui :

- Vous êtes blessé ? demanda-t-il en posant une mains sur le thorax, l'autre venant délicatement toucher la joue pour signifier sa présence.

La réponse serait probablement positive, le type semblait mal en point. Un coup d’œil sur le corps du jeune blessé : il pourrait sans aucun problème le porter. L'autre personne se tenait le bras et arborait des brûlures, mais ses jambes semblaient être en état de marche. Dans tous les cas, l'un comme l'autre étaient affaiblis, ils avaient besoin d’eux pour se déplacer. Avec un peu de chance le grand tattoué pourrait marcher, soutenu par Shiki. Yun-Jin manipula le corps du jeune homme avec précaution, attentif au moindre signe de douleur, lui relevant le buste.

- Ne vous inquiétez pas tout ira bien. Il faut qu'on vous sorte de là, je vais vous porter.

Yun-Jin se tourna vers Shiki

- Je prends celui-là.

Attrapant un coin du rideau, il en déchira un long morceau à l'aide de ses dents et de ses muscles puis entoura le visage du blessé avec, protégeant le nez et la bouche. Il noua le masque de fortune derrière la tête, s'assurant qu'il ne l'étouffait pas non plus. Il vérifia que son propre masque fut bien en place, que la protection imbibée fut disposée correctement. Il la fit dépasser sur le corps blessé. Plaçant son bras dans le dos et l'autre sous les cuisses, il se redressa, portant le blessé en princesse. Le rideau alourdi ne tomba pas. Bien.

Le plus dur fut de passer à côté de la pièce en flammes. Ces dernières grignotaient du terrain rapidement. L'effort lui demandait une quantité d'oxygène qui ne se trouvait plus en quantité suffisante dans cette partie du bâtiment. Il lui fallait être rapide, qui sait combien de temps il allait pouvoir assumer le poids d'un autre dans de telles conditions. Les yeux plissés, concentré au maximum pour leur éviter les flammes, il finit par atteindre l'escalier.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f234/han-yun-jin-finie-en-charge-set-t5512.htm#165987 http://keimoo.forum-actif.net/chronologies-f123/planning-t5852.htm
Hisaka Rika
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Masculin Poissons Rat Age : 21
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 570
Multicompte(s) : Hayden Yoshida

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Dim 11 Sep 2016 - 21:48

Des voix, des couleurs, des ombres ou des fantômes tout se mélange dans ma tête alors que je tente de rester conscient sur le dos de mon porteur de fortune. L’horizon se bouscule à quelques mètres de nous et bientôt n’importe quelle forme deviendra difficile à distinguer. Perdus au milieu d’un bâtiment que je connais bien, je me sens perdre connaissance, doucement. La fumée me monte à la tête, mais je ne peux rien faire contre ça, il faut bien que je respire pour me maintenir en vie. Malgré tous les efforts de ma sœur et de ce garçon pour me sauver, peut-être que tout ça aura été vain. J’aurais peut-être dû lire mon horoscope ce matin, j’aurais alors su que j’allais mourir. Mais qui lit ce genre de choses le matin de noël ? Je cligne des yeux et tends l’oreille. Les bakemonos se rapprochent. Je ne les vois pas, mais je les entends.

Haruki fait alors volte-face pour une raison que j’ignore. Finalement, être les bras d’un homme, c’est peut-être aussi trop difficile pour moi. Dans le feu de l’action, je me sens glisser. Mes mains sont tendues vers mon sauveur de tout à l’heure, mais mes bras ne sont pas assez longs pour le rattraper. Qui plus est, je n’ai qu’une jambe valide sur laquelle m’appuyer. Inévitablement, mon corps vacille, incapable de supporter mon propre poids. On m’a souvent dit que j’étais maigre, parfois trop. Et je continuais de grandir sans prendre beaucoup de poids. Pourtant, je ne me suis jamais senti aussi lourd que maintenant.

Je suis le premier à toucher le sol. Mon corps vibre, mon squelette endolori m’empêche d’effectuer le moindre mouvement. Je veux prendre une grande bouffée d’air, mais mes instincts de survie m’en empêchent. Les yeux grands ouverts, le souffle coupé, je regarde Haruki s’effondrer à son tour, impuissant. J’avance un bras en sa direction pour le secourir, sans réfléchir aux dangers qui nous entourent. Assez fatalement, la manche de mon kimono s’enflamme. J’ai à peine assez d’énergie pour réagir, arracher rapidement un bout de mon vêtement pour recouvrir le feu.

Mes efforts sont malheureusement insuffisants et je sens mon bras prendre feu à son tour. Je me retiens de hurler et me mords la lèvre inférieure jusqu’à en saigner. Pas le choix, je dois encore arracher du tissu et recommencer jusqu’à étouffement complet. Je me demande s’il me regarde, Haruki. A moins qu’il se soit évanoui.

(…)

Au bout du compte, j’ai réussi à échapper au pire, je crois. Je ne sens ni ma jambe droite, ni mon bras droit, mais de ce que je vois, le feu s’est éteint. Je ricane sombrement. Encore une fois, j’ai échappé à la mort. Je pose finalement ma tête au sol, épuisé. Durant quelques secondes qui me paraissent durer une éternité, je reste ainsi à fixer le plafond, à attendre que les fantômes viennent prendre ma vie pour que je les rejoigne. Peut-être que bientôt, je pourrai aussi hanter les humains. Je tousse, bois la tasse…de fumée, toxique peut-être. La sueur dégouline sur mon front, mais je suis encore heureux d’en avoir conscience, pour le moment. Plus pour longtemps.

Au milieu des flammes dansantes, mon corps s’affaiblit de plus en plus. Il ne me faudra que quelques instants de plus pour perdre définitivement conscience, un temps insuffisant pour faire mes adieux à la vie.

__________________________________________________




Lonely boy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9008-hisaka-rika http://keimoo.forum-actif.net/t9035-journal-de-bord http://keimoo.forumactif.com/t9679-livret-scolaire-d-hisaka-rika
Académie Keimoo
▼ Administrateur gestionnaire
▼ Administrateur gestionnaire
avatar

Poissons Age : 117
Compteur 406

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: 1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]   Dim 18 Sep 2016 - 14:46


 

   Bal de Noël

    Event d'Hiver 2015
    Bal de Noël et Inauguration du bâtiment des clubs
 

 
« Flamboyant souvenir. »

   45 minutes se sont écoulées après le déclenchement de l'alarme avant que les pompiers ne pénètrent dans le bâtiment des clubs. Forçant l'entrée bloquée par le système de sécurité défaillant, ils ont procédé à l'évacuation avant de s'occuper d'éteindre le feu. Dans les jardins, les invités en état de choc sont pris en charge par les secours qui leur prodiguent les premiers soins. Les blessés graves sont rapidement conduit aux urgences en ambulance, et la presse investi bien trop vite les lieux pour se délecter d'un tel scandale. Le directeur et les organisateurs sont acculés et préfèrent se retirer sous les flashs et les tentatives d'interview. Quant aux autres victimes, c'est en taxi qu'elles sont reconduites chez elles, après une soirée qui restera sûrement gravée dans leurs mémoires...


   « Des informations complémentaires... »

   - L'évent est terminé, et nous vous remercions de votre implication dans celui-ci.
- Vous pouvez, si vous le souhaitez, continuer de répondre dans votre sujet chronologiquement avant et après l'arrivée des secours.
- Si c'est le cas, vous devez demander à un membre du staff qu'il désarchive votre topic.

A la prochaine pour de nouvelles péripéties !

© Code de Anéa pour N-U © Modif'code & Pics' par Shiki © Blason par Kara © CWcup par Yun-Jin
 

__________________________________________________
♪ En cas de constat d'une faute d'orthographe ou une erreur du compte Academy Keimoo, d'une annonce ou d'un post-it, merci de le signaler ici
Revenir en haut Aller en bas
 
1er Etage [Haruki / Hisaka / Lyn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» [3eme Etage] Salle d'entrainement
» futur chariot de guerre
» crf 450 2010
» Les femmes du sixième étage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's :: Events :: Event Hiver 2015 :: {Event Hiver} Deuxième partie-
Sauter vers: