₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RDC - Portes d'entrées [Lawrence / Haruhiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Académie Keimoo
▼ Administrateur gestionnaire
▼ Administrateur gestionnaire
avatar

Poissons Age : 117
Compteur 416

KMO
                                   :

MessageSujet: RDC - Portes d'entrées [Lawrence / Haruhiko]   Mar 29 Mar 2016 - 6:08


 

   Bal de Noël

    Event d'Hiver 2015
    Bal de Noël et Inauguration du bâtiment des clubs
 

 
« Vous étiez à un cheveux... »

   Situés près de la sortie au moment de la panique, Haruhiko Nakamura et Lawrence E. Swanster se sont retrouvés pris dans la foule, bousculés et chahutés dans tous les sens. A cause de tout ça, vous n’avez malheureusement pas pu avoir accès à la sortie, et les portes se sont refermées sous vos yeux. Des clameurs, des pleurs et des cris s’élèvent, vous êtes au cœur de l’agitation et de la panique.
En plus, vous ne voyez aucun signe de vos compagnons respectifs… Mais avec tout ce monde, il sera compliqué de les retrouver.


   « Des informations complémentaires... »

   - Vous répondrez à la suite de ce sujet. Vous êtes libres de vous déplacer jusqu’à d’autres localisations, sous condition que cela soit réalisable.
- Vous avez été chahutés par la foule. Pour déterminer si vous avez été blessé durant la cohue, veuillez effectuer un lancer de dé dans le sujet suivant et attendre un MP du staff : Click !
- La taille des réponses est libre.

   Have fun, and merry christmas ~

© Code de Anéa pour N-U © Modif'code & Pics' par Shiki © Blason par Kara © CWcup par Yun-Jin
 

__________________________________________________
♪ En cas de constat d'une faute d'orthographe ou une erreur du compte Academy Keimoo, d'une annonce ou d'un post-it, merci de le signaler ici
Revenir en haut Aller en bas
Haruhiko Nakamura
▼ Université - 2ème Année - Capitaine Basket
▼ Université - 2ème Année - Capitaine Basket
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 21
Adresse : Résidence U. - RDC - Chambre 2
Compteur 194
Multicompte(s) : Arata Masuda | Populaire

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: RDC - Portes d'entrées [Lawrence / Haruhiko]   Dim 3 Avr 2016 - 20:06




Il n’avait su déceler les signes avant coureurs. Il n’avait su prévenir de ce qui se tramait dans ses yeux. Alors, la seule question qui lui revenait était : Pourquoi ? C’était indéniable, la réponse sautait aux yeux. Mais elle faisait aussi grandement saigner son égo. Il ne la connaissait pas assez. Il lui manquait indéniablement tous les codes que son visage pouvait délivrer. Les petits rictus, le froncement des sourcils, la signification de cette petite fossette… Tout était nouveau. Il devait la découvrir et la redécouvrir sans cesse depuis qu’ils s’étaient enfin rencontrés.
Alors, le simple fait qu’elle le laisse ainsi pour s’en aller aux toilettes le laissa perplexe. C’était pourtant un fait relativement normal dans une existence que de se décider à se rendre dans un tel lieu. Et pourtant… Et pourtant, quelque chose lui laissait un goût amer en bouche. Comme un acte manqué. Un fichu acte manqué dont il ne saisissait pas le sens. Son regard se posa sur son « lys-écrasé » tandis qu’il soupirait en silence.

Iiiiiiiiiuuuuiiiiiiiuuuuuiiiiiii…

Le corps du sportif se replia sur lui-même, ses mains se plaçant instinctivement sur ses oreilles. L’alarme incendie venait de se déclencher. Quelques cris fusèrent et instinctivement, son échine frissonna. Il se redressa, se tournant en direction du reste du hall où s’amassait un groupement de personnes. Son premier reflexe fut de balayer l’endroit du regard, la cherchant… Avec l’alarme et le mouvement de foule, s’il pouvait lui éviter de s’y retrouver coincée, il était prêt à faire barrière de son corps.  

Rien. Personne. Ou du moins, trop de monde. Son regard se perdait parmi la foule, dansant d’un visage à l’autre empli d’espoir. Chaque seconde passant, il se sentait à la fois plus rassuré et de plus en plus paniqué. Ne pas la voir indiquait qu’elle était loin de la foule mais indiquait également qu’elle pouvait se trouver en danger n’importe où.
Il s’avança de quelques pas, osant s’approcher de la mouvance de la foule. Son cœur battait à un rythme effréné. Ce fichu kimono devint tout à coup bien trop oppressant pour qu’il puisse se mouvoir avec aisance. A peine eut-il frôlé la foule, qu’un amas de personnes se regroupa, grossissant leur nombre devant les portes de l’entrée. Il ne faisait même pas parti de cette unité et il pouvait pourtant en sentir toute l’angoisse qui s’en dégageait… Il vit les gens se bousculer les uns des autres, se disputer, tenter de sortir de cette mouvance fatale… Quand il revint à lui, il se rendit compte qu’il s’était fait piégé, entouré de tous les côtés. Son corps se faisait emporter peu à peu jusqu’à la sortie, de force. Il se senti piégé. Bien pire qu’à Tokyo où leur quotidien n’était autre que de se laisser porter. En ce moment il ne se laissait pas porter, il ne pouvait pas. Sa tenue l’empêchait de prendre ses appuis de manière correcte et les geta étaient la chose la plus horrible que ses pieds aient pu connaître de toute son existence.

Avant même qu’il ne s’en rende réellement compte, son corps fut balloté d’un côté et de l’autre, bercé entre les cris strident et les murmures de rage. Il ne pouvait pas sortir, il devait aller la chercher d’abord ! Il ne partirait pas sans elle… Nombreux furent les coups qu’il dû encaisser, sur les pieds, dans les côtes, les bras, le ventre. Et surtout le dos… Personne ne faisait attention à quiconque… Si bien qu’il eu l’impression de se noyer, tenter de se frayer un chemin à contre sens…

-P-pardon… L… Laissez m…

Rien n’y faisait. Il était bloqué et ce malgré sa taille imposante. Des bouffées de chaleur commençaient à le faire angoisser, tant l’oppression du moment le tenaillait. Les cris devenaient insupportables. Il fallait qu’il sorte de là… Au plus vite. Ce ne fut qu’après une bataille acharnée contre les forces de la nature qu’il se fit expulser sur le sol, en arrière de la foule. Quelle atroce sensation… Il en vint à se demander si ce n’était pas ce que Naoko vivait intérieurement, dès lors qu’elle s’approchait d’une foule…
Lorsqu’il tenta de se redresser, on lui marcha dessus plusieurs fois avant qu’il n’est le temps de complètement se remettre debout. L’une de ses geta s’était déchirée et son kimono s’était décousu à deux endroits. Bon.. Il devait relativiser, ce n’était que matériel après tout, même si ses parents avaient mit le prix pour lui faire un cadeau aussi gros pour son anniversaire.
Ayant besoin de respirer un bon coup avant de ne songer à réfléchir de nouveau, il soupira, laissant aller son corps contre l’un des poteaux du hall. Le monde paniquait et il ne se sentait clairement pas à l’aise. Il y eu comme deux détonations… Et l’alarme incendie… Tout le monde était bloqué en bas, les portes ne semblaient plus s’ouvrir. Il pouvait entendre le cri de rage de certains, tentant d’ouvrir de force, en vain. Et Naoko était quelque part… Soit dans la foule, qu’il n’espérait pas, soit bloquée dans un des toilettes. Il fallait qu’il la retrouve, il ne partirait pas d’ici sans l’avoir à ses côtés. Par reflexe, il sorti son téléphone de sa poche. Aucun message… Il ouvrit un brouillon afin de la contacter, savoir si tout allait bien pour elle, au moins. Seulement, il eut à peine le temps d’écrire trois mots qu’une personne vint le bousculer à nouveau, faisant tomber l’appareil droit sur le sol et dans la trajectoire des pas du fautif…

CRAC.

Totalement impuissant, il regarda son cellulaire se faire réduire en bouillie… Génial. Il commençait clairement à perdre patience là. Lorsqu’il se baissa pour ramasser les morceaux, il vit un homme un peu plus loin. Couvert d’étranges tâches rouges… Rouges… Vraiment aussi rouges que rouges. Merde,  il était blessé !
Nakamura se précipita jusqu’à lui. Il ne savait pas à quoi il pourrait lui être utile, il n’était qu’un imbécile de sportif sans cervelle… Enfin, presque… Mais il ne connaissait pas les soins de premiers secours sur le bout des doigts et il n’avait aucune connaissance en médecine… Ce n’était pas ses cours de nutrition holistique qui allait lui venir en aide…

- Est-ce que ça va ??!

Quelle question stupide. Oui oui, je suis en train de boire un thé avec mon ami la mort. Bien joué Nakamura, tu apprendras à te taire ou à tourner sept fois ta langue dans ta bouche avant de parler, les prochaines fois… Et en même temps… Que pouvait-il lui demander d’autres ?


__________________________________________________


Falling in love
Every single days.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/MichiyoPictures http://keimoo.forum-actif.net/t10287-haruhiko-nakamura-le-ballon-dans-la-peau http://keimoo.forum-actif.net/t10292-carnet-de-bord-d-haruhiko-nakamura http://keimoo.forum-actif.net/t10343-livret-scolaire-d-haruhiko-nakamura
Lawrence E. Swanster
● Université - Troisième année - Président Cuisine/Thé - Vice Président Jardinage/Ikebana
● Université - Troisième année - Président Cuisine/Thé - Vice Président Jardinage/Ikebana
avatar

Genre : Masculin Balance Coq Age : 23
Adresse : Hiryuu : 03 rue de la Chance, app: 11.
Compteur 168
Multicompte(s) : Kohaku J. Mitsumasa | Creepy

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: RDC - Portes d'entrées [Lawrence / Haruhiko]   Mar 10 Mai 2016 - 18:30





Il se souvient des doigts de Momo, il se souvient des extrémités fines qu'il a chercher à attirer contre lui, alors que les alarmes hurlaient et que la foule s'éparpillait dans une frénésie meurtrière. Il se souvient de la terreur ressentie lorsque des phalanges ont pincé les siennes dans une tentative de ne pas être séparé.

Il ne se souvient pas, toutefois, des exactes circonstances l'ayant amené à se fracasser le dos contre le sol, contre des morceaux verres acérés, gage d'une force humaine mût par la panique. Il sait qu'il a mal, quelque part dans la désorientation, et qu'on le piétine sans ménagement, mais ne souvient pas de la successions d'événement lui ayant imposé cette position. Il suppose qu'on l'a poussé, qu'on l'a plaqué et cette chaise retournée qui traine à côté de lui est peut-être à blâmer, mais aucune certitudes n'émane de ses suppositions. Tout s'est passé trop vite. Il remue et une douleur stridente accompagnée d'un inquiétant craquement se manifeste à lui. Il geint, mais ne cesse pas ses mouvements, se retournant sur le ventre dans une tentative déplorable de ramper loin du courant humain, là où les pieds et les mains ne s'imposeraient plus à lui comme un fléau. Son mouvement lui vaut une nouvelle bourrasque de douleur, plus basse, plus blanche, près de la hanche et il exhale un cri qu'il n'arrive pas à pousser.

Il voit Miya, dans l'ascenseur, et les tâches rouges s'agrandissant contre le tissu de son tailleur. Il entend sa respiration saccadée. Il se rappelle avoir inlassablement souhaité pouvoir prendre sa place, alors que ses doigts empruntaient la teinte vitale qui s'échappait de son corps. Il avait déchiré sa chemise, avait marmonné sa peur dans un calme qui n'avait servi qu'à parvenir à défoncer la porte sur une aire condamnée du sous-sol. Si Ethan n'était pas arrivé, si Ethan ne s'était pas souvenu de son ex-fiancée . . .

Il y a du rouge partout, du rouge que Lawrence a encore du mal à laver de ses mains, lorsque le mois d'août tourne ou qu'il s'adonne à passer près d'un ascenseur. Il suppose que ce même rouge décore sa hanche, mémorial d'une situation différente, probablement pire.

L'image du souvenir intensifie la douleur et il la reconvertie en celle d'un géranium arraché à son pot. Lawrence et Momo, les fleurs en pot sautillant gaiement. Lawrence et Momo, les plantes vertes déracinées sauvagement. Il rampe, il rampe, tente de s'écarte de la foule qui se bat pour passer par les fenêtres éclatées. Il ne sait pas exactement où il se dirige, désire, dans une impulsion de vie, simplement s'éloigner des membres humains qui sévissent.

Personne ne semble lui accorder d'attention, élèves, professeurs et visiteurs l'ignorant sans grande culpabilité. La peur les tenaille, les  pousse vers un statut plus animal. L'humanité dissone et Lawrence se dit que Kohaku apprécierait le spectacle et qu'il regrettera ne pas être venu en apprenant ce qu'il a manqué. Il se dit aussi que si Kohaku était là, ramper ne serait pas si difficile, car deux mains le tirerait vers un endroit plus sécuritaire. Le Chat ne veut pas le manger et cela s'accompagne de certains privilèges, notamment celui de ne pas pouvoir mourir. Toutefois, Joshua n'est pas là et si le Chat lui-même le regrettera, Lawrence ne peut que s'en voir profondément soulagé. Personne ne veut voir se répéter les plaies du séisme.

Il ne remarque pas qu'une bonne âme se précipite vers lui avant d'être interpellé. Il met quelques moments à reconvertir les paroles en éléments cohérents, à écarter son cerveau de son mode de survie l'instant de comprendre ce que l'individu vient faire près de lui.

Est-ce que ça va ? Dans d'autres circonstances, la question lui arracherait un rire brodé d'un humour ironique. Dans d'autres circonstances, il ne serait pas coincé sur le ventre, la douleur fantôme qui tenaille son bras droit explosant dans ses nerfs à la manière d'une effusion de lave. Un haut de cœur le traverse lorsqu'il relève la tête pour répondre, sa voix transpercée d'un tremblement issu d'une faiblesse physique et non de la crainte.

« Non. Je . . .  »

Il se redresse sur ses genoux, sa tête lui semble être un tourniquet et la silhouette du bienfaiteur n'est qu'un alliage flou de membres humains raccrochés ensemble par de l'air. L'entièreté de son corps lui semble vrillé de couteau, marteler de coups. Il suppose que la vitre dans laquelle il se traine depuis plusieurs minutes est à blâmer. Il baisse les yeux, remarque la tâche qui grandit périodiquement au niveau de sa hanche avant d'être saisi d'un nouveau haut de cœur.

Il inspire. Les cris de la foule le frôlent, mais il tente tout de même de se relever. Lawrence a déjà prouvé qu'il savait conservé son calme, en quelque sorte, dans les situations catastrophiques. S'il a pu porté Eden et Miya dans un lieu plus sécuritaire qu'un ascenseur en plus de provisoirement panser leurs blessures, il peut s'occuper de lui-même. Il peut se sortir de cette situation infernale.

« Il faut sortir. Je ne sais pas . . . si je pourrai le faire seul.  »

Il faut juste . . . réfléchir et faire les bons choix.

« Il . .  On devrait pouvoir passer par le club de Kyudo. »






__________________________________________________


Remember.:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7886-lawrence-e-swanster-100 http://keimoo.forum-actif.net/t8299-swan-s-lake
Haruhiko Nakamura
▼ Université - 2ème Année - Capitaine Basket
▼ Université - 2ème Année - Capitaine Basket
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 21
Adresse : Résidence U. - RDC - Chambre 2
Compteur 194
Multicompte(s) : Arata Masuda | Populaire

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: RDC - Portes d'entrées [Lawrence / Haruhiko]   Dim 12 Juin 2016 - 16:30


Anywhere else but here.

Tentatives désespérées de s’en sortir dans un raz-de-marée. Il puisse dans ses ultimes forces, le sportif peut le voir. Ses membres s’appuyant sur le sol semblaient tanguer dangereusement. Prit dans cette démarche de pouvoir lui venir en aide, Haruhiko avança ses bras dans sa direction, permettant un point d’appui éventuel. Il n’allait pas bien, clairement. Les prunelles noisette du jeune homme se perdirent dans l’observation des alentours. Des débris de verre, posé un peu partout, comme un puzzle dérangé. Seuls témoins de la souffrance de cet homme face au tumultueux chaos qui s’orchestrait juste à côté d’eux.

- Les portes ont l’air bloquées… Tout le monde s’amasse contre, c’est quasiment impossible de passer par de ce côté.

Son regard inquiet jaugea l’état de l’homme, certainement plus âgé que lui. Ou peut-être était-ce son air fatigué qui le vieillissait ? Il continua d’observer son visage, baromètre de son état, laissant transparaître quelques pointes de souffrance. Ce ne fut que lorsqu’il se résigna à aller chercher d’autres sources d’informations qu’il dû faire face à la réalité. Il saignait.
Bien loin des milles et cents écorchures qui lui parcouraient le corps, certainement dû au verre brisé. Une de ces blessures qui laisse échapper une quantité un peu trop inquiétante de sang. Le sportif frissonna, effaré par la situation. Du sang… Du vrai. Pas de ces comédies dont il était friand à la télé. Bien loin des séries, des enquêtes policières ou des films sur l’univers médicaux. Il y avait du sang. Du vrai. Et la vie d’une personne qui allait certainement en dépendre.

Il ne voulu pas céder à la panique. Garder son sang froid était sa dernière arme. S’il venait à la lâcher, il sombrerait lui aussi. Et il serait certainement rongé éternellement par la culpabilité de ne pas l’avoir aidé. Alors, aussi vite que son esprit voulait bien le lui permettre, il réfléchit. Quels étaient les gestes à faire, lorsque quelqu’un est blessé ? Appeler les secours. Il n’avait plus de téléphone. Et au vu de la situation, ils étaient certainement déjà en route. Le sang… Sa blessure !

- Ce n’est pas très prudent de bouger avec ça… Il vaudrait mieux que l’on trouve un coin plus tranquille à la limite, mais j’ai peur que ça ne s’aggrave. Non ?

Bon sang, Haruhiko. Réfléchis ! Sers-toi de ta tête et de ton intelligence, si un temps soit peu tu peux en faire preuve ! Les blessures… La perte du sang. C’est ce qui pouvait causer des dommages. Non ? C’est ça ! Il fallait arrêter le saignement, coûte que coûte. Ce n’était pas l’endroit le plus adéquat, quand même… Avec quoi ? Oh, la ceinture de son kimono !

- Ca saigne beaucoup… Prenez ça et appuyez dessus !

Rapidement, il détacha le  bout de tissu de sa tunique pour la tendre à l’homme en face de lui. Son regard chercha aux alentours, alerte. Est-ce que quelqu’un avait une formation aux premiers secours ici ? Quelqu’un pour les aider ? Le spectacle effarant d’une foule hors de contrôle le fit frissonner. Ils se sentaient bien plus coincé par cette foule mouvante et dangereuse que par le fait d’être coincé dans ces bâtisses. Et Naoko… Naoko ! Elle était quelque part, ici. Il le savait. Et il ne pouvait rien faire ! Il espérait du plus profond de son être qu’elle ait réchappé à la foule. Qu’elle soit dans un coin, en sécurité. Et si elle faisait une crise de panique ? Si elle était bloquée quelque part ?

Non. Il ne voulu pas céder à la panique. Garder la tête sur les épaules, venir en aide à ceux en ayant besoin. Être le point d’appui sur lequel l’on pouvait se raccrocher. Surtout, ne laisser tomber personne. Quitte à s’oublier. Et pourtant… Et pourtant la seule pensée d’une Naoko en difficulté et il en perdait tous ses repères.


__________________________________________________


Falling in love
Every single days.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/MichiyoPictures http://keimoo.forum-actif.net/t10287-haruhiko-nakamura-le-ballon-dans-la-peau http://keimoo.forum-actif.net/t10292-carnet-de-bord-d-haruhiko-nakamura http://keimoo.forum-actif.net/t10343-livret-scolaire-d-haruhiko-nakamura
Académie Keimoo
▼ Administrateur gestionnaire
▼ Administrateur gestionnaire
avatar

Poissons Age : 117
Compteur 416

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: RDC - Portes d'entrées [Lawrence / Haruhiko]   Dim 18 Sep 2016 - 14:46


 

   Bal de Noël

    Event d'Hiver 2015
    Bal de Noël et Inauguration du bâtiment des clubs
 

 
« Flamboyant souvenir. »

   45 minutes se sont écoulées après le déclenchement de l'alarme avant que les pompiers ne pénètrent dans le bâtiment des clubs. Forçant l'entrée bloquée par le système de sécurité défaillant, ils ont procédé à l'évacuation avant de s'occuper d'éteindre le feu. Dans les jardins, les invités en état de choc sont pris en charge par les secours qui leur prodiguent les premiers soins. Les blessés graves sont rapidement conduit aux urgences en ambulance, et la presse investi bien trop vite les lieux pour se délecter d'un tel scandale. Le directeur et les organisateurs sont acculés et préfèrent se retirer sous les flashs et les tentatives d'interview. Quant aux autres victimes, c'est en taxi qu'elles sont reconduites chez elles, après une soirée qui restera sûrement gravée dans leurs mémoires...


   « Des informations complémentaires... »

   - L'évent est terminé, et nous vous remercions de votre implication dans celui-ci.
- Vous pouvez, si vous le souhaitez, continuer de répondre dans votre sujet chronologiquement avant et après l'arrivée des secours.
- Si c'est le cas, vous devez demander à un membre du staff qu'il désarchive votre topic.

A la prochaine pour de nouvelles péripéties !

© Code de Anéa pour N-U © Modif'code & Pics' par Shiki © Blason par Kara © CWcup par Yun-Jin
 

__________________________________________________
♪ En cas de constat d'une faute d'orthographe ou une erreur du compte Academy Keimoo, d'une annonce ou d'un post-it, merci de le signaler ici
Revenir en haut Aller en bas
 
RDC - Portes d'entrées [Lawrence / Haruhiko]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» demande gif entrée
» La Porte fractionnée....
» Recettes d'entrées en vidéo.
» Les Portes de la Moria
» A l'une des entrées de la catacombe...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Archives ₪ :: ► Disparition :: Archives Rp's :: Events :: Event Hiver 2015 :: {Event Hiver} Deuxième partie-
Sauter vers: