₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 51

KMO
                                   :

MessageSujet: Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]   Sam 27 Fév 2016 - 18:30

Escapade au milieu de la nuit.


Zakuro Fea


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Alors qu'Amalia marchait entre les rayons d'étagères remplies de livres, une voix masculine retentit dans la bibliothèque.

-Bouh.

Une seule syllabe prononcée et pourtant la brune ne pût réprimer un violent sursaut. Elle tourna instinctivement la tête vers la provenance de cette voix, apparue comme une illusion issue de son imagination qui ne fut présente que le temps d'une seconde. Mais cela était bien réel. Un étudiant aux cheveux noirs plutôt longs, installé contre une étagère et drapé autour de nombreux livres dont un qu'il lisait en ce moment même. L'impression qui se dégageait de lui était si particulière qu'elle en paraissait mystique, tellement que la jeune femme n'aurait pas été surprise de voir de la brume autour de lui ou de le voir charmer un serpent.
"Un djinn, songea-t-elle durant un court instant."
Son regard accrocha celui de la brune et son expression devint alors pensive alors que celle au regard bleuté constata cette similitude entre eux.

Qui était-elle ? Excellente question à laquelle elle tentait vainement de ne pas penser, mais malgré tout elle restait là, dans un recoin de son esprit, prête à ressurgir à la moindre évocation. Quelques secondes passèrent avant qu'elle ne lui donne finalement son nom, sans le ponctuer d'un "et toi ?" tout de fois, n'étant pas très usagère des politesses uniquement là pour la forme. Son nom ne l'intéréssait pas vraiment, après tout les génies ne sont que des conseillers qui restent dans l'ombre d'un autre, qui s'interroge sur leur identité ? Personne bien sûr.

-Je suis surpris de voir qu'une gamine de ton type ose braver le noir et les interdits pour ramener ses fesses dans un lieu d'érudition. On m'a toujours dit que les japonaises étaient soient jolies, soient intelligentes. Est-ce que tu essaies de casser les codes ?

Evidemment. Amalia avait presqu'oublier la catégorie dans laquelle elle se trouvait à cause de son apparence.
"Foutue société, pensa-t-elle amère."
Pourtant ce qu'il avait dit était tout à fait juste, si une fille avait la chance de naître belle elle devait prendre garde à ne pas parraître trop intelligente, les hommes n'aiment pas que les femmes soient plus intelligentes qu'eux c'est bien connu, et au contraire, si elle n'avait pas cette chance, elle avait tout intérêt à travailler cet aspect afin qu'un homme ait un avantage à l'épouser. Cette dépendance aux hommes dans ce pays exaspérait au plus au point une personne aussi indépendante que l'ex-mannequin.

-On m'a toujours appris à viser le sommet dans tout ce que j'entreprends, pour moi ces genres de codes sont stupides et n'existent pas.

C'était la vérité après tout, peu importe ce que l'on en dirait. Cependant, la jeune femme devrait faire preuve de plus de prudence. La nuit ne diminue en rien le côté joueur des génies bon comme mauvais, si elle ne les amplifie pas. Reste à savoir si la belle japonaise se prêtera à ce jeu ou restera fidèle à ses premiers plans. Entre nous, étant donné le chaos dans lequel elle se trouve, la première option semble particulièrement plausible cette nuit.


Dernière édition par Amalia Williams le Mer 9 Mar 2016 - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Zakuro Fea
▼ Université - 2eme Année - Comité des Elèves
▼ Université - 2eme Année - Comité des Elèves
avatar

Genre : Masculin Lion Coq Age : 23
Adresse : 3, rue la Chance, app. 11, quartier Hiryuu
Compteur 1512
Multicompte(s) : Kami Otagame - Emmanuel Kokei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]   Lun 29 Fév 2016 - 20:38


    Elle avait les yeux bleus, et les cernes d'une personne qui n'envisage pas dormir. Durant une seconde, elle fut le miroir déformant de ma propre condition, de mon instant de réalité.

    -
    Il n'y avait pas de raisons particulières à ce que je ne dorme. Du moins, aucune qui n'était véritablement intéressantes. Mon absence de fatigue était un facteur dominant, mais il y avait aussi cette envie singulière de simplement me lever, errer dans les couloirs, et puis, après avoir déambulé sans que Joshua ne réponde à mes sms, je m'étais dirigé vers la bibliothèque.

    Comme un chat qui surveille, je m'étais installé dans un coin, empilant autour de moi les vestiges lettrés d'un héritage de mots que je comptais imprimer dans mon esprit cette nuit. Les thèmes des livres choisis n'étaient pas liés ; j'avais pris ceux qui m'intéressaient, sans chercher à établir la moindre corrélation entre eux. Et le temps avait commencé à passer, timide petit dragon entre mes doigts déployés. Vers une heure, le gardien avait effectué une ronde dans le couloir. Je m'étais installé dans le coin de la bibliothèque universitaire, au deuxième étage, profitant de la luminosité de la lune et des réverbères de la rue, pour lire. En silence, dans le calme ambiant d'un univers de mots, je lisais.

    Les livres déployés comme des monstres aux gueules ouvertes, projetant sur des univers imaginaire, je calais mon dos contre le rayonnage des dictionnaires quand la porte s'ouvrit. Le bruit était discret, témoignant d'une volonté de subtilité. Néanmoins, pour moi qui patientait le temps, qui caressait la période et ses fréquences aléatoires, l'entrée fut aussi abusive que si l'on avait défoncé la porte en allumant violemment des projecteurs sur l'entrée. Sans bouger, la respiration basse, mais le regard élevé sur l'étalement de la pièce, j'étais le gardien de ces lieux tout autant que la pénombre elle-même. Et l'on n'apprenait pas à un rônin la discrétion ni la contemplation.

    J'attendais qu'elle s'approche, pour élever la voix.

    « Bouh. »

    Un sourire furieux s'étala sur ma face, tandis que je la regardais un peu plus en détail. Elle n'était pas particulièrement petite, sans pouvoir être grande. Habillée en noir, elle avait sûrement déjà observé des films de chambara dans lesquels les ninjas étaient couverts de noir. En percevant son visage, je suspendis mon attention de on livre, accrochant ses yeux. Elle avait les yeux bleus, et les cernes d'une personne qui n'envisage pas dormir. Durant une seconde, elle fut le miroir déformant de ma propre condition, de mon instant de réalité. Mon sourire disparu, remplacé par un regain particulier d'attention.

    Il était rare que deux personnes aux yeux bleus, cheveux longs et noirs, et se supplantant au sommeil ne se rencontrent dans un même endroit, pour une raison identique. Je la fixais, courbant la ligne de mes paupières en une expression pensive.

    « J'aime bien tes yeux. Tu es qui ? »

    Le lampadaire projetait sur son corps un halo clair, qui me fit considérer qu'elle appartenait assurément à ce genre de fille que l'on qualifiait sans la moindre hésitation de « belle ». Refermant le bouquin sur mon index, pour conserver la page, je croisais les jambes dans un mouvement lent, modifiant ma position. Tout autant pour le confort, qu'afin de pouvoir mieux l'observer.

    « Je suis surpris de voir qu'une gamine de ton type ose braver le noir et les interdits pour ramener ses fesses dans un lieu d'érudition. On m'a toujours dit que les japonaises étaient soient jolies, soient intelligentes. Est-ce que tu essaies de casser les codes ? »



__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le bleu. Tu es le ciel qui surplombe la terre, qui grise le regard des gens en quête de réponses ou d’atmosphère. Tu es l’intemporalité qui veille sur la planète, qui transcende l’existence sans pour autant la manipuler, sans pour autant se l’approprier. » K. J. M


Dernière édition par Zakuro Fea le Ven 24 Juin 2016 - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9740-zakuro-fea-fiche-2-0-maj?highlight=Zakuro+Fea+2 http://keimoo.forum-actif.net/t8720-zakuro-fea
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 51

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]   Mer 9 Mar 2016 - 19:16

Escapade au milieu de la nuit.


Zakuro Fea


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------


Alors qu'Amalia marchait entre les rayons d'étagères remplies de livres, une voix masculine retentit dans la bibliothèque.

-Bouh.

Une seule syllabe prononcée et pourtant la brune ne pût réprimer un violent sursaut. Elle tourna instinctivement la tête vers la provenance de cette voix, apparue comme une illusion issue de son imagination qui ne fut présente que le temps d'une seconde. Mais cela était bien réel. Un étudiant aux cheveux noirs plutôt longs, installé contre une étagère et drapé autour de nombreux livres dont un qu'il lisait en ce moment même. L'impression qui se dégageait de lui était si particulière qu'elle en paraissait mystique, tellement que la jeune femme n'aurait pas été surprise de voir de la brume autour de lui ou de le voir charmer un serpent.
"Un djinn, songea-t-elle durant un court instant."
Son regard accrocha celui de la brune et son expression devint alors pensive alors que celle au regard bleuté constata cette similitude entre eux.

Qui était-elle ? Excellente question à laquelle elle tentait vainement de ne pas penser, mais malgré tout elle restait là, dans un recoin de son esprit, prête à ressurgir à la moindre évocation. Quelques secondes passèrent avant qu'elle ne lui donne finalement son nom, sans le ponctuer d'un "et toi ?" tout de fois, n'étant pas très coutume des politesses uniquement là pour la forme. Son nom ne l'intéressait pas vraiment, après tout les génies ne sont que des conseillers qui restent dans l'ombre d'un autre, qui s'interroge sur leur identité ? Personne bien sûr.

-Je suis surpris de voir qu'une gamine de ton type ose braver le noir et les interdits pour ramener ses fesses dans un lieu d'érudition. On m'a toujours dit que les japonaises étaient soient jolies, soient intelligentes. Est-ce que tu essaies de casser les codes ?

Evidemment. Amalia avait presque oublier la catégorie dans laquelle elle se trouvait à cause de son apparence.
"Foutue société, pensa-t-elle amère."
Pourtant ce qu'il avait dit était tout à fait juste, si une fille avait la chance de naître belle elle devait prendre garde à ne pas parraître trop intelligente, les hommes n'aiment pas que les femmes soient plus intelligentes qu'eux c'est bien connu et, au contraire, si elle n'avait pas cette chance, elle avait tout intérêt à travailler cet aspect afin qu'un homme ait un avantage à l'épouser. Cette dépendance aux hommes dans ce pays exaspérait au plus au point une personne aussi indépendante que l'ex-mannequin.

-On m'a toujours appris à viser le sommet dans tout ce que j'entreprends, pour moi ce genre de codes sont stupides et n'existent pas.

C'était la vérité après tout, peu importe ce que l'on en dirait. Cependant, la jeune femme devrait faire preuve de plus de prudence. La nuit ne diminue en rien le côté joueur des génies bons comme mauvais, si elle ne les amplifie pas. Reste à savoir si la belle japonaise se prêtera à ce jeu ou restera fidèle à ses premiers plans. Entre nous, étant donné le chaos dans lequel elle se trouve, la première option semble particulièrement plausible cette nuit.
HORS RP:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Zakuro Fea
▼ Université - 2eme Année - Comité des Elèves
▼ Université - 2eme Année - Comité des Elèves
avatar

Genre : Masculin Lion Coq Age : 23
Adresse : 3, rue la Chance, app. 11, quartier Hiryuu
Compteur 1512
Multicompte(s) : Kami Otagame - Emmanuel Kokei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]   Mer 13 Avr 2016 - 23:54


    Génie.
    Vous ne voudriez pas en rencontrer un.



    Amalia. Un prénom. Lequel, dans sa dissonance, est très éloignée d'une attente japonaise, d'une appréhension asiatique. Bien au contraire, il y a dans cet enchevêtrement de syllabe un apport que je ne considère que trop britannique, que trop « de l'autre côté de la Terre ». En moi, de par cette appréciation whovian que j'aie, il y a un sourire qui nait sur ma face, tandis que les émotions me font me rappeler le visage d'un personnage écossais, roux, aux yeux incroyables, au caractère ambiguë. Amélia, Amy Pound. Un prénom de conte de fée. Je ne prononce rien, rien de très distinct autrement qu'un « Mmh » un peu marmonné : simplement pour lui faire comprendre que j'ai entendu sa réponse. Il n'y a pas de demande en retour, et je ne me présente pas. Je ne suis pas très motivé à cela, mes yeux se plissent en des lignes courbées, mon regard dardé sur les ombres qui se jouent au niveau de ses lèvres. Elle remue la bouche, et s'élève une réponse qui me surprend.

    -On m'a toujours appris à viser le sommet dans tout ce que j'entreprends, pour moi ce genre de codes sont stupides et n'existent pas.

    Oh. Mes lèvres arrondies en cette syllabe surprise, « o », je garde la pose quelques instants, la mimique étant trop précieuse, trop installée cognitivement pour que je ne réagisse pas. Bien au contraire. Doucement, un sourire prend place, et je plisse les yeux, comme un chat en état de contentement.

    « Alors tu es en train de me dire que tu es le genre de personne à exploser les barrières que l'on dresse en face de toi, c'est cela ? Pourtant ... »

    Je secoue la main, dans une désinvolture toute feinte. Il y a dans la scène une réminescence très palpable, qui me fait me sentir particulièrement ému. D'autant plus qu'elle est brune aux yeux bleus. Mes lèvres s'étirent, le sourire est poli, encore très tendre, mais j'ai cette envie de faire exploser sur ma face mon contentement étrange à la contemplation de l'instant. N'est-ce pas, n'est-ce pas ? La voix de Joshua résonne encore à mes oreilles, tandis que ses ongles s'enfoncent dans ma joue, et moi, je suis là, quelque part à cheval entre le rêve et le réel, le mnésis de mes pensées tournoyant au dessus de cette pile de livre. Nous n'étions heureusement pas dans une ruelle. Simplement dans une bibliothèque. Simplement dans le réel tranquille d'une nuit qui ne ressemblait pas à cette journée de septembre. Une nuit durant laquelle je n'avais pas besoin de faire couler du sang, de contempler un homme, un père, un individu particulier abandonner à jamais son enfant et sa femme, par honneur pour son empereur. Une nuit durant laquelle je n'avais pas besoin d'enfoncer ma lame dans les poumons de son tueur, pour venger une balle venue défoncer une existence. Une nuit prolongée, derrière une porte fermée, sous les étoiles, sous les draps, dans des soupirs exaltés. Du noir et du blanc. Je concentre mes yeux dans les siens, et mon cœur se froisse, un peu, quand je remarque encore une fois ce bleu qui me paraît appartenir à un miroir déformé. Elle n'est pas moi.

    « Pourtant, si tu précises « qu'on ta toujours appris », c'est que tu es enfermée dans les barrières et les limites de ton éducation, non ? Tu es une petite intelligente, tu as conscience de ce monde élitiste dans lequel tu vis. Qu'est-ce que cela te fait de te dire que tu es entourée de barreaux, de barrières, de limites ? »

    Je me redresse complètement. Notre ressemblance n'existe plus sur la taille. Elle reste plus petite, même si elle est assurément plus grande que la moyenne des filles. Elle reste plus petite, et je traverse, doucement, la distance qui nous separe, afin de venir supplanter devant elle une présence moins mystique, plus vraie, plus solide.

    « Tu n'es qu'humaine. N'est-ce pas ? »

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le bleu. Tu es le ciel qui surplombe la terre, qui grise le regard des gens en quête de réponses ou d’atmosphère. Tu es l’intemporalité qui veille sur la planète, qui transcende l’existence sans pour autant la manipuler, sans pour autant se l’approprier. » K. J. M


Dernière édition par Zakuro Fea le Ven 24 Juin 2016 - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9740-zakuro-fea-fiche-2-0-maj?highlight=Zakuro+Fea+2 http://keimoo.forum-actif.net/t8720-zakuro-fea
Amalia Williams
♠ Lycée - Quatrième année
avatar

Genre : Féminin Bélier Chat Age : 18
Adresse : Chambre 102.
Compteur 51

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]   Jeu 5 Mai 2016 - 16:28

Escapade au milieu de la nuit.


Zakuro Fea


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

-----------------------------------------------



Après qu'elle eut donner sa réponse, la bouche de l'interlocuteur forma un "o" de surprise, qui resta plaqué sur son visage pendant quelques instants. Puis son expression se changea en un sourire amusé tandis que ses yeux la scructait attentivement, tel un chat observant une souris.

"Alors tu es en train de me dire que tu es le genre de personne à exploser les barrières que l'on dresse en face de toi, c'est cela ? Pourtant ..."

Le jeune homme secoua la main avec désinvolture, puis son esprit sembla s'éloigner de la pièce, dans un songe du passé. Finalement, il revint, et l'étrange interlocuteur de la jeune femme termina ses paroles précédentes, la faisant méditer dessus.
Des pensées l'assaillirent de toutes parts. Les barrières l'empêchant de jouer à nouveau, ce traumatisme qui l'enchaînait sans qu'elle ne puisse s'en défaire. La barrière que Yuka avait posé et qui la poussait à ne plus donner sa confiance. Les nombreuses barrières que celui qu'elle pensait être son paternel lui avait imposé, vivre en devant toujours viser le sommet, toujours être forte, l'amour dont il l'avait privée..

Pendant quelques secondes, la lycéenne ressentit de plein fouet la prison dans laquelle elle se trouvait. Une pièce sombre et exiguë, dont la seule et minuscule fenêtre était striée de barreaux, la seule ouverture sur le rêve avait été condamné il y a bien longtemps de cela. Un simple lit, sur lequel était posé son étui à violon, dégradé et non utilisé depuis des années. Elle le savait en voyant les toiles d'araignées qui s'étaient formées dessus. Il y avait autre chose: un livre. Son regard de tourmaline verte s'y accrocha et elle observa la couverture rouge de cet ouvrage familier, dont les dessins en relief couleur or paraissaient disproportionnée, portés par les ombres qui s'y reflétaient.

Cet objet n'était pas à sa place, la jeune femme le sentait. Inconsciamment, elle le vit rangé dans le tiroir d'un bureau en bois et une main fine y insérer une clef, provoquant un léger déclic. Puis, la belle remarqua qu'un changement de lieux s'était opéré, elle ne se trouvait plus enfermée mais dans une chambre élégamment composée dans laquelle une voix mélodieuse chantait, accompagnée d'une autre voix plus cristalline, celle d'une enfant. La scène se flouta et s'éloigna soudainement, laissant juste le temps à la brune de voir l'identité des deux fameuses voix.
« Maman. »

Amalia se réveilla et elle était à nouveau dans la bibliothèque. Son interlocuteur s'était levé et elle pû voir à quel point il était plus grand qu'elle. Son regard turquoise le fixa, emplit de confusion tandis qu'elle se demandait à partir de quel moment elle s'était retrouvée dans ce monde trouble et changeant, qu'était les méandres de son esprit, de sa conscience et de son inconscient.

"Tu n'es qu'humaine. N'est-ce pas ?

-Je me le demande parfois, murmura-t-elle songeuse, encore sous le coup de cette apparition. Et toi, qui es tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10453-amalia-williams-validee http://keimoo.forum-actif.net/t10530-chronologie-d-amalia-williams http://keimoo.forum-actif.net/t10458-livret-scolaire-d-amalia-williams
Zakuro Fea
▼ Université - 2eme Année - Comité des Elèves
▼ Université - 2eme Année - Comité des Elèves
avatar

Genre : Masculin Lion Coq Age : 23
Adresse : 3, rue la Chance, app. 11, quartier Hiryuu
Compteur 1512
Multicompte(s) : Kami Otagame - Emmanuel Kokei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]   Jeu 18 Aoû 2016 - 18:21

    Les fantômes sont autant de faux-souvenirs que d'illusions accordés à la réalité. Elle en a plein les yeux, et silencieux, je contemple le silence qui l'entoure, tandis qu'elle exhale des reminescences aux odeurs de passé. Humaine, et mortelle, qu'offre t-elle aux dieux en échange de son existence ? Elle a l'air vivante, bien ancrée dans sa réalité, bien plaisante sous sa perception de sa propre vie. Comme une petite Hermione Granger un peu mieux arrangée, aux avantages plastiques, elle n'a pas l'air particulièrement à plaindre, mais se devine sous son derme les vibrations trop sourdes d'un refus complet de s'intégrer. Elle n'aime pas vraiment la norme, et pour s'en défaire, joue à la rebelle quand on ne la regarde pas.

    Tu n'es qu'humaine, n'est-ce pas ?
    Tu n'es pas un esprit. Je l'aurais remarqué. Je l'aurais compris. Comme un filtre aux dimensions d'une toile d'araignée étalée sur la réalité, j'aurais absorbé des yeux ton essence pour aller te chercher tout au font de ta nature. Mais les choses délaissées sur le côté, dans leurs perceptions arrangées de nos fréquences heurtées, je te savais humaine. Tu n'es qu'humaine. Le n'est-ce pas est simplement rhétorique, pour te laisser, si tu le veux, le choix de me confirmer ce que je sais déjà. J'ai l'orgueil, trop probablement, de savoir identifier ce qui m'entoure. C'est là un défaut imprudent, puisqu'à marcher en équilibre entre deux mondes, on en oublie de quel côté tomber.


    - Je me le demande parfois. Et toi, qui es tu ?

    Je viens plier les genoux, et m'agenouiller à sa hauteur, nos yeux dans un contact à la nuance trop liée. De toutes les questions que tu pouvais poser, pourquoi fallait t-il que tu choisisses la plus banale, la plus humaine ? Mes lèvres s'étirent, et je viens hausser les épaules.

    « Qui veux-tu que je sois ? »

    Assis devant elle, mes prunelles abaissées sur ses mains, je l'imagine écrivain de ma propre existence. Des couleurs acharnées s'étaleraient sur ma peau, sur mon être, sur mon esprit, sans que je n'en ai cure, puisqu'ainsi appartenant, je ne serais pas autonome. Si j'étais un personnage, j'aimerais être cette figure secondaire qui ne côtoie que trop peu les héros. Si j'étais un personnage, je voudrais être de ceux que l'on ne remarque pas, et qui vivent dans l'ombre, à apprécier la quiétude d'une vie sans défaut d'héroïsme ni valeur perprétré. J'aimerais être ce vieux sage zen, ou ce monstre que l'on ne rencontre pas, ou que trop tard. Je voudrais être le silence.

    « Donne moi un nom. Ce sera le mien pour la soirée. »

    Je suis l'intemporalité. On m'a offert cela, et je le veux complètement, du plus profond de moi. Comme des vagues abattues sur une digue, qui rongent, siècle après siècle, les profondeurs d'une limite imposée, je suis patient, et sur le cadre d'un tableau qui se dessine en cette soirée, je peux être multiforme pour les regards humains. Mes paupières se plissent, et mes doigts se tendent. Mouvement découpé dans la pénombre, je viens saisir ses épaules.

    « Alors ? »



__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le bleu. Tu es le ciel qui surplombe la terre, qui grise le regard des gens en quête de réponses ou d’atmosphère. Tu es l’intemporalité qui veille sur la planète, qui transcende l’existence sans pour autant la manipuler, sans pour autant se l’approprier. » K. J. M
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9740-zakuro-fea-fiche-2-0-maj?highlight=Zakuro+Fea+2 http://keimoo.forum-actif.net/t8720-zakuro-fea
 
Escapade au milieu de la nuit. [PV Zakuro Fea]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cri sourd au milieu de la nuit
» Je vois que je ne suis pas la seule à avoir faim en plein milieu de la nuit !
» Petite fringale au milieu de la nuit. [Elanore d'Odelian]
» Chant au milieu d'une nuit [libre]
» En pleine nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: Pavillon Administratif :: Médiathèques et archives-
Sauter vers: