₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paumée | Erik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Paumée | Erik   Lun 22 Fév 2016 - 19:20

Magnifique, tout simplement magnifique. De grandes étendues vertes, des arbres bien entretenus et de magnifique parterres de fleurs à perte de vue, ainsi qu'une multitude de petits endroits bourrés de potentiel pour en faire un jardin encore plus extraordinaire. Hanako en avait presque la larme à l’œil et se sentait bien incapable de se débarrasser du petit sourire qui refusait de quitter son visage depuis qu'elle avait commencé à se balader sur son nouveau lieu de travail.

Son travail précédent était tout à fait sympathique, mais lorsqu'elle avait vu l'offre pour un poste de jardinier dans un lieu aux jardins si grandiose, elle n'avait tout simplement pas pu résister. Sans trop y croire, elle avait envoyé sa candidature et avait l'impression de vivre une sorte de rêve maintenant qu'elle y était. La jeune femme avait encore du mal à croire que sa candidature avait été retenue, ce qui ne l'empêchait pas d'être ravie.

Son seul problème venait du fait qu'elle était complètement perdue. Non pas que cela soit  véritablement un problème pour elle, puisqu'elle se sentait dans un état de calme et de joie incomparable lorsqu'elle était seule au milieu de plantes. Non le seul ennui dans tout ça venait du fait qu'elle était censée travailler. Ce qui impliquait de connaître les lieux, si seulement pour trouver tous les outils nécessaires pour choyer ses plantes adorées. Il lui tardait d'apprendre à les connaître. D'ailleurs, elle avait légèrement honte d'elle même lorsqu'elle se rendit compte qu'elle préférait de loin faire connaissance avec la nature environnante plutôt que de rencontrer ses nouveaux collègues. C'était ce genre de comportement qui faisait d'elle une mauvaise fille.

Après un petit soupir, mélange de sa déception face à son propre comportement et à l'idée de devoir quitter sa nature adorée pour retourner à la civilisation, elle se décida à marcher en direction du bâtiment le plus proche. Avec un peu de chance, elle pourrait demander à un étudiant, ou mieux, à un membre du personnel de lui donner des directions.

Alors que la jeune femme faisait son chemin entre les buissons, faisant de son mieux pour ne pas se laisser distraire, une sonnerie retentit. Elle se rappelait vaguement avoir lu le règlement, et sentit une légère petite vague de panique l'envahir. Si la sonnerie retentissait, ses chances de trouver quelqu'un pour l'aider risquaient de se réduire de manière assez abrupte. Les professeurs seraient probablement en plein cours, les élèves qu'elle risquait de rencontrer seraient probablement des délinquants peu enclins à l'aider…

Hanako se voyait mal errer dans les couloirs, craignant de se perdre encore plus ; au moins, dans les jardins, avec son look actuel, elle ne détonait pas trop. Ses gros gants (elle préférait de loin prendre les siens, une valeur sûre ; robustes et confortables, ils avaient fait leurs preuves), sa salopette pas encore sale mais qui n'était quand même pas particulièrement sexy, dans des tons verts délavés, sur son vieux t-shirt a motifs floraux risquaient de ne pas plaire à l'intérieur à son humble avis. Elle avait aussi une certaine angoisse d'être confondue avec les élèves, étrangement.

Après de longues minutes, qui lui semblait être des heures, elle aperçu enfin une silhouette au loin. Un homme, grand, et pas vraiment très japonais. Mais à ce point, elle ne pouvait pas vraiment faire sa difficile, et au moins il ne ressemblait pas à un étudiant. Après avoir pris une grande inspiration pour se donner du courage, elle marcha d'un pas rapide mais toujours discret vers lui, l'approchant sans vraiment faire de bruit, une mauvaise habitude qu'elle avait pris au court de sa vie. Le court laps de temps qu'il lui fallut pour arriver à son niveau n'était hélas pas suffisant pour répéter ce qu'elle voulait lui dire.

Ce qui lui donnait un air un peu stupide, peut être, à se placer devant lui pour le regarder en silence, ouvrant la bouche pour la refermer lorsqu'elle se rendit compte qu'elle ne savait pas comment l'aborder. Elle adorait vraiment rencontrer des gens en leur donnant l'impression qu'elle était une sorte de marginale malpolie.

Se reprenant, elle tenta un petit sourire, très crispé, se sentant très timide tout d'un coup.

« Bonjour Je suis nouvelle je travaille ici avec les fleurs, je cherche le local à outils pour les plantes ? »

Elle avait presque réussi, presque. Pour commencer, elle avait plus ou moins expliqué sa situation ; de manière très confuse, certes, mais au moins c'était fait. Bien entendu sa voix ne portait pas franchement, et elle avait parlé vite, mais elle n'en avait pas conscience, soulagée d'avoir lancé la conversation. Hanako se sentait particulièrement contente d'avoir trouvé quelqu'un pour pouvoir commencer réellement à travailler ; une fois que ce moment serait passé, elle pourrait retourner à son état de béatitude, seule avec ses plantes. Avec de la chance son collègue (Du moins, elle supposait que c'était un collègue, il aurait été inquiétant qu'un homme ne s'introduisse comme il le souhaitait dans l'enceinte de l'établissement) serait sympathique aussi. Se faire des amis parmi ses camarades de travail semblait être une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Erik Thornberg
► Personnel - Concierge | Mécanicien
► Personnel - Concierge | Mécanicien
avatar

Genre : Masculin Sagittaire Tigre Age : 42
Adresse : Hiryuu
Compteur 241
Multicompte(s) : Cammy & Shiki

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Paumée | Erik   Sam 14 Mai 2016 - 10:52

From the Hanging Gardens of Babylon
to the Tower of Babel


Aaaaaaaah, la sonnerie retentit, je vais enfin avoir la paix ! Je déteste la rentrée des classes, avec tous ces nouveaux élèves qui pullulent de partout et qui se croient sortis de la cuisse d’Odin - Oo’ - parce qu’ils entrent dans un établissement réputé. J’y ai échappé l’année dernière parce que j’ai débarqué en cours de route, mais là, j’y ai droit.
Pour l’heure j’ai tenu….. Une heure, avant de me réfugier dans les jardins. La compagnie y est plus agréable. Et puis, c’est pas comme si je séchais, j’ai du taf ici. Je préfère largement jouer les Mario & Luigi en me penchant sur les diverses fuites de la tuyauterie (quel bordel ! ) que d’incarner un Link à la rescousse de toutes les Zelda qui passent. Démerdez-vous les gosses, y’a des plans et des surveillants, je suis dépanneur moi, pas nounou.

C’est ainsi que je me retrouve trempé jusqu’aux os. J’aurais jamais imaginé qu’il allait péter, ce putain de tuyau ! En même temps, je suis bien con : j’ai coupé l’eau, mais pas au bon endroit. DAAAH, en plus ma clope est foutue maintenant, c’est bien ma veine !! Bon bah, je ferai sans, je vais pas prendre le risque d’en gaspiller une autre. C’est ainsi que j’inspecte l’ensemble de ce labyrinthe qui en réalité n’est pas si mal foutu que ça. De fil en aiguille, je repère d’autres anomalies, notamment du côté des serres, toutefois rien de sérieux. Je pense qu’il y a un contrôle régulier sur l’ensemble du coin, et il vaut mieux après le fiasco de Noël dernier. Cet incendie était tout de même flippant. Rebecka et Mikael étaient fous d’inquiétude, et comme maintenant d’ailleurs, j’avais dû éteindre mon téléphone pour avoir la paix. Mais moi aussi j’étais inquiet ! Me retrouver en simple spectateur, sans avoir la possibilité de venir en aide… Pfff. Et évidemment, je n’ai pas appris de mes conneries et cette fois encore, j’ai préféré me barrer. Y’a rien à faire, je n’ai jamais été fan de la foule, quand bien même je me suis toujours retrouvé au milieu d’elle, partout où je vais. Jusque dans mes rêves, d’ailleurs. Je ne comprends pas pourquoi je fais toujours le même en ce moment. Il me renvoit à chaque fois vers mes jeunes années, avant que tout ne dérape et pourtant, dans un univers étrange, façon Europe du XIXème dans lequel je portais un uniforme plutôt stylé, et surtout, à la place d’un flingue, j’avais une épée. Et je me déplaçais essentiellement en cheval. J’étais plus un soldat (bien gradé en plus) qu’un flic, mais le job restait le même. Et comme à l’époque, j’avais/j'étais une vraie tête de con, avec des binocles de trou de balle coincé perchées sur le tarin. Ce que je retiens, c’est qu’Alex était là, mais il ne s’appelait pas comme ça. Selon ce qui était inscrit sur l’avis de recherche que je tenais en main dans ce rêve bizarre, il s’appelait Loki. Je ne savais rien de lui et pourtant, mon intuition m’informait qu’il était bien mon frangin, et pourtant cette notion me semblait étrange, parce qu'inconnue. L’autre maigrichon était là aussi. Ainsi que cette rouquine que j’ai rencontré à Noël.

Pendant que mes pensées vaquent, je m’éloigne un peu des locaux des jardins, je ne me suis même pas rendu compte que j’y ai mis de l’ordre. Le temps passe tout doucement, et je suis un peu plus détendu désormais. Je glisse enfin une cigarette bien méritée entre mes lèvres et cherche mon feu. Je suis toujours trempé, mais à lever la tête vers ce ciel qui m’appelle, je vais sécher en moins de deux. Il fera beau toute la journée, c’est une bonne chose. Il me tarde de la finir pour mieux fendre et pourfendre les nuages. Feu trouvé, clope allumée.

C’était comment son nom déjà ? Ah ouais. Psychê. Elle était bizarre. Elle aussi m’a appelé “Thor”, tout comme lui. C’est chelou. C’est à croire que seuls les Japonais sont normaux. J’en ai pas rencontré des masses qui m’ont donné du fil à retordre ces derniers mois. Pour la plupart ils sont très polis, parfois trop. C’est assez destabilisant.

Mes pensées s’interrompent, j’ai l’impression de ne plus être seul. La nature ne fait pas ce genre de bruit. Instinctivement, je me mets sur mes gardes et pivote légèrement. Mes muscles se détendent d’un coup. C’est quoi ce machin ? Une étudiante ? Non, fagotée de la sorte - laissez-moi deviner, vendeuse de tacos ? haha - elle doit être des nôtres. Plantée devant moi, je me contente de hausser un sourcil. Avec ma dégaine qui jure de façon violente avec les lieux, je ne dois pas être des plus accueillants. Ranafout’. Je vais voir ce qu’elle a à me dire, et j’aviserai si je lui accorde un bon accueil ou pas. J’étais bien moi tout seul, j’ai pas besoin de compagnie !

Enfin bon, elle sourit. Elle essaye au moins. Quoi, je fais si peur que ça ?? Pfff, les crevettes, j’vous jure. Et puis…

- Uh ?

J’ai rien compris à son charabia. Je sais que mon japonais n’est pas parfait et que mon accent est à chier, mais que diable, je vais pas la bouffer ! J’ai juste compris les mots “bonjour”, “fleurs”, “outils”.

- Bah bonjour. Tu peux répéter ? Tu as parlé trop vite….

Ah ouais, pour corser la chose, j’ai parlé en danois. Jouons donc, mam’zelle.

__________________________________________________
Citation :
I'm a free spirit.  Either admire me from the ground, or fly with me...but don't ever try to cage me.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10419-erik-thornberg#228228 http://keimoo.forum-actif.net/t10575-le-saviez-vous-le-thor-tue-titre-temporaire#229780
 
Paumée | Erik
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Erik Cole vs Michael Ryder
» Bienvenue Erik!
» Erik, guerrier divin d'Eta
» Carnet de Erik Lehnsherr
» Magnéto, Magnus : Erik Lensherr [Finie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's-
Sauter vers: