₪ Académie Keimoo ₪

In a decade, will you be there ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 As Nothing breathes me in. [ Joshua ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Zakuro Fea
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
avatar

Genre : Non Binaire Lion Coq Age : 24
Adresse : 3, rue la Chance, app. 11, quartier Hiryuu, avec Lawrence E. Swanster.
Compteur 1561
Multicompte(s) : Kami Otagame & Emmanuel Kokei

KMO
                                   :

MessageSujet: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   Dim 30 Aoû 2015 - 1:55



    Chat, pluie, porte, nuit.



    Le chat est assis sur le rebord d'une fenêtre.
    Tôle froissée, pluie nocturne, l'animal se confond au paysage en une tâche qui se noie dans les reflets de la ruelle. Les murs mouillés exhalent une odeur de placo vieilli et de métal engorgé. J'amène la main au visage, pour tromper les fragrances qui s'élèvent.

    Sous les tuiles décharnées, la toiture s'abaisse en un bâtiment miteux, délavé de l'extérieur, par lequel on pénètre sous une arc aux dentures ouvragées. Des marches en pierre imbibées de pourritures s'ouvrent sur des ombres souterraines, on s'enfonce dans les entrailles d'un couloir aux portes défoncées.

    Les vibrations des caniveaux résonnent sous les fondations, la pierre regorge d'une odeur qui hurle au silence et à l'inactivité. Néanmoins, les néons grésillants qui se découvrent au bout de plusieurs minutes de marche dans le noir apparaissent comme les témoins d'un business en excavation. Je relève les yeux sur les tuyaux qui serpentent les lieux. Quelque part, de l'eau s'écoule.

    Porte 421.
    Noire et aussi silencieuse qu'un mur. Mes doigts l'effleurent.



    From : Litchi
    To : Chess
    23:40:43


    « Trouvée ».




    L'intérieur est sobre. Parquet ferme, qui ne craque pas sous les semelles plastifiées des Docs Martens, pas de fenêtre, un interrupteur graissé par les ans sur le mur de droite, et peu de meubles. Les canalisations ne pénètrent pas dans les lieux. Une pièce vide, avec pour tout détail remarquable deux crosman M4-177 placardées au dessus d'un meuble en verre. Étal poussiéreux dans lequel reposent des munitions aux calibres différents, égrenées sur une planche où s'accumule la crasse et la passation du temps. En pliant les genoux, je viens inspecter le bas du meuble.

    Les lames crissent sur l'oxygène qu'elles découpent.
    Le vieil homme pousse un cri terrifié, et le pied de biche tombe au sol, frappant le parquet en des éclats de bruits qui me font froncer le nez en une expression féroce. -Trop de bruits.- Ses dents sont éclatées, son odeur corporelle suspecte, mais en dehors de son arme contondante, il n'exprime aucune menace. Les wakizashi dégainés, dardées vers sa gorge, je guette le silence qui s'est vu dérangé, et achève mon mouvement en ramenant les lames aux fourreaux. Rien à signaler. Le vieil homme tremble de tout son corps, et je jette sur lui un regard aiguisé.

    «  Qu'est-ce qu'vous foutez dans ma piaule, là ? »

    Son accent du kansai m'arrache un demi sourire, et je l'attrape par l'épaule, pour le relever. Les muscles sont fins, atrophiés, même Kohaku en viendrait à bout avec facilité.
    T'as le faciès émacé, pépé. Mes lèvres s'étirent plus encore.

    (…)

    On a remonté le noir et le couloir, les murs décrépis et les néons qui grésillent. La pluie, à la surface, ne s'est pas arrêté, et je laisse l'homme passer devant moi, quand on parvient à hauteur du caniveau. Le chat a disparu, remplacé par la silhouette fine d'un être aux agencements anguleux. Le vieillard disparaît en maugréant, et je le regarde disparaître derrière un local à ordure, avant de jeter mes yeux sur les cheveux de Joshua. Je lève la main, et tends les doigts. Du bout des phalanges, je viens réceptionner des mèches d'albâtres qui se froissent entre mes ongles.

    « On rentre … »

    Question posée sans intonation. Mes yeux cherchent les siens.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Le bleu. Tu es le ciel qui surplombe la terre, qui grise le regard des gens en quête de réponses ou d’atmosphère. Tu es l’intemporalité qui veille sur la planète, qui transcende l’existence sans pour autant la manipuler, sans pour autant se l’approprier. » K. J. M


Dernière édition par Zakuro Fea le Dim 12 Fév 2017 - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9740-zakuro-fea-fiche-2-0-maj?highlight=Zakuro+Fea+2 http://keimoo.forum-actif.net/t8720-zakuro-fea
Kohaku Joshua Mitsumasa
♣ Université - 4ème année
avatar

Genre : Non Binaire Verseau Coq Age : 24
Adresse : Hiryuu : 05 rue de la Chance, app 32 ou la Chambre 110 de l'université ou chez Zakuro.
Compteur 661
Multicompte(s) : Lawrence E. Swanster | Populaire

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   Dim 17 Avr 2016 - 21:40

I CLING TO
THE EDGE OF EVERYTHING
AS NOTHING BREATHES ME IN.

-

Mes phalanges craquent contre la rambarde mince et métallique qui délimite le balcon sur lequel je me hisse et mes cheveux se pressent dans un désordre maculé de sueur contre la peau de mon front. La nuit est plus claire que trouble, vivifiante d’une fraicheur qui s’évapore au contact de mes pores. La pluie est tiède.

J’inspire.

Les semelles de mes godasses caoutchoutées claquent contre les motifs ferrailleux du balcon et mes doigts, une fois la rambarde passée, se crochètent dans des trous croutés de rouille, serrant pour mieux s’illustrer la sensation d’une chair qui se tord après s’être malencontreusement coincée dans l’un de ces orifices. Le métal est glissant.

J’expire.

Se dresse devant moi une vitre coulissante, qui me renvoit, lorsque je redresse la tête, un tiers de mon reflet. Mes yeux me semblent luire dans la noirceur, gages félins empruntés à l’un de mes homonymes, et je les contemple, interdit, l’instant de ressentir l’air broyer mes poumons. La nuit gonfle mes organes internes de son électricité dyadique, soufflant contre mon épiderme le mensonge de sa quiétude et la promesse de sa vivacité. Le ciment s’égraine, la végétation respire et l’humanité rêve de rêver.

Je me relève, le tremblement sourd qui fuit dans mes genoux ne m’apparaissant être qu’un vile songe, l’un de ceux qui pollue le monde illusoire des dormeurs, une chimère à la gueule acérée qui attend, et attendra toujours, le moment où je consentirai à croire en sa présence.

Il s’agit toutefois d’un monstre qui n’existe pas. Comme beaucoup de ce que ces humains prétendent réel. Les sottises qui les animent irradient une naïveté sélective, une rhétorique rongée par des mites ne laissant derrière qu’une crédulité claudiquante. Les parois d’un univers fantasques se joignent à celles de la réalité et l’union qui n’en découle n’est qu’ingénuité. Les araignées s’écartèlent pour des dieux aux noms écorchés contre les pétales de leurs lèvres d’enfants et les cygnes soufflent de la poudre de fées contre les rivages de souhaits mentaux qui ne cherchent qu’à taire leurs culpabilités.

La porte glisse sans problème sous la pression de mes mains et je me satisfais de remarquer que les habitants du quartier ne semblent pas se méfier du monde qui les entourent. Je ricane, un son tout aussi crissant que doux, glissant mes doigts contre le mobilier sombre d’une cuisine plongée dans l’inertie. Mes pas se heurtent à ceux d’une figure à laquelle la pénombre a arraché sa juvénilité. On me fixe.

Il est petit. Ses yeux ne sont que des trous évidés qui laissent sa voix résonner dans le silence. Il a peur. Son cœur tambourine une valse sanguine contre ses tempes.

« Shh, little boy. »

I’m just a sweet dream.

-

Le chat balance ses pattes dans l’air de la saison haute, son sourire se tricotant d’étoiles au fil de chaque ballants de ses membres. Il attend, mobile, la venue des doigts qui se perdront dans l’opale de son pelage, bercé d’une hilarité stellaire.

J’ai sept clés à mon poignet et dès le moment où Zakuro se joint à moi, ses longs bras flirtant avec ma silhouette haut-perchée, je tente de voir s’il en amassé autant. Les morceaux de fer crocheté tintent entre eux lorsque j’incline ma tête pour le contempler. La pluie a fait de sa contenance celle d’un épouvantail malmené, semble avoir avalé ses cheveux pour mieux les recracher dans un désordre oscillant précairement sur la droite de son crâne. J’observe son regard bleu trancher avec les ténèbres, écoute la question dénué de timbre qu’il me sert. L’image me pourfend d’un désir de m’installer sur son crâne pour me lover dans les boucles folles.

« Nope. We’re not going home. »

À la place, je lui tends les mains et le laisse me descendre du rebord de ma fenêtre. J’imagine déjà le retour, mes phalanges s’embrasant contre ses lèvres baissées et tirant leurs chairs pour recréer le murmure d’un sourire. Quelque chose s’est passé, quelque chose qui sent mauvais comme Swan et qui rime avec le nouveau locataire qu’ils ont chez eux. Quelque chose qui s’amuse à barbouiller mon Ciel d’intempéries nuageuses.

« We don’t have enough keys. »

Je lui écrase un pied lorsque j’atteins le sol.

« And you don’t seem to be having fun yet. »

Mes paumes viennent rabattre ses cheveux vers le bas, appréciant l’adhésion du noir à la pellicule plus clair de ma peau. Le contact est humide et clapote avec véhémence contre les surfaces qu’elle touche.

« Est-ce que tu t’amuses avec moi, Za-ku-ro ? »

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]>

Je suis tout ce que je veux, je ne suis rien de ce que je subis. Je deviens celui que je suis.
Kit fait à partir d'oeuvres de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7591-kohaku-joshua-mitsumasa http://keimoo.forum-actif.net/t7714-cheshire-grins-at-you http://keimoo.forumactif.com/t9671-livret-scolaire-de-kohaku-j-mitsumasa
Zakuro Fea
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
avatar

Genre : Non Binaire Lion Coq Age : 24
Adresse : 3, rue la Chance, app. 11, quartier Hiryuu, avec Lawrence E. Swanster.
Compteur 1561
Multicompte(s) : Kami Otagame & Emmanuel Kokei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   Sam 7 Mai 2016 - 23:49

HRP :
Spoiler:
 


    Du bout de mes doigts,
    Te détromper.



    (…)

    « Est-ce que tu t’amuses avec moi, Za-ku-ro ? »


    Nos regards s'enlacent, ma confrontation directe recherchant dans ses prunelles une explication à cette interrogation qu'il m'assène, ironie mordante. Je me sais d'humeur désagréable, mais qu'il me le fasse remarquer représente soudain une claque, laquelle vient frapper fort contre ma conscience. Je cille, ses prunelles disparaissent le temps d'un millionième de seconde. Juste assez pour qu'elles me manquent, et que je veuille les réclamer plus près de moi. J'ouvre la bouche, sur des syllabes qui offriraient une réponse probablement bien construire, mais qui ne vient pas. Ma langue glisse sur le rebord de mes dents, de mes lèvres, et dans un abandon verbal, je soupire, remplaçant ma fatigue par cette vacuité de ressentiments. Un sourire naît, grandissant avec la tendresse d'une dynamique qui me fait me rapprocher de lui, en un pas. Je tends les bras, abaisse les mains, à la hauteur de ses hanches, et dans une proximité qui facilite ma prise, je le saisis, au bassin, pour l'attraper comme l'on soulève un enfant, un chat, et ; rehaussement de mes épaules, l'installe dans mes bras, sur mes poignets, ma main prévenant du moindre déséquilibre, mes phalanges sur ses reins. J'ai le visage levé vers lui.

    « Tu crois ? »

    Je souris, à le regarder d'en bas.

    « Tu crois que je pourrais m'ennuyer de toi ? Me lasser ? Cesser de m'amuser alors que tu es avec moi ? Tu le crois ? »

    J'assure ma prise sous son assise, contre ses jambes, campant les miennes pour ne pas le faire tomber. Trop léger, trop facile à soulever, mais si lourd d'importance que des fois, j'ai presque peur de le voir se briser. Presque ; il aurait suffit pour cela qu'il ne soit pas l'Immatérialité.

    « Si c'est le cas … et bien, tu te trompes, chat. »

    Chaton. Crois-tu que je sois fragile ? La phrase résonne dans mes oreilles, comme s'il l'avait susurré à mon tympan la veille. Pourtant, c'était il y a longtemps, il y a bien longtemps, presque assez pour que j'en oublie la temporalité du moment. Mes yeux se courbent, mes lèvres s'étirent. Je le contemple, et l'espace d'un instant, sous l'ombre de ses prunelles, je suis galvanisé.

    « Je ne te porte pas assez... Je devrais le faire plus souvent. Tes yeux paraissent encore plus... »

    Mutinerie.

    « Démoniaques ? »

    De ces démons qui hantent mon obsession pour toi. Ma fascination. Mon adoration. De ces démons, de ces orages. S'ils sont de toi, j'adore les orages.

    Je souris.

    « Noirs. Encore plus noirs. De ce noir qui va si bien au blanc. »

    Je lève la main, viens caresser la ligne cassée de son arcade sourcilière. Doucement, c'est toute une concentration qui s'instaure. Entre cette légèreté le faisant trop vite envolé, trop vite tomber, mon bras le soutenant avec fermeté, convoitant l'équilibre et la pression étranglée. Et cette minutie de mes doigts qui descendent, qui glissent jusqu'à sa paupière gauche, le bout de mes ongles accrochant le convexe de ses cils. L'instant se targue d'une suspension gelée. Les fibres de sa paupières se froissent en des mouvements réflexes, sous le contact de mon doigt. J'appuie à peine, mon regard projeté.
    Je suis hypnotisé.


    « Mais il n'y a pas assez de clés. Lesquelles veux-tu ? »

    Je tends les bras vers le sol, de cette manière que l'on propose aux chats que l'on tient, de descendre par eux-mêmes.
    Ils sont, après tout, les empereurs que l'on ne peut jamais assez idolâtrer.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Le bleu. Tu es le ciel qui surplombe la terre, qui grise le regard des gens en quête de réponses ou d’atmosphère. Tu es l’intemporalité qui veille sur la planète, qui transcende l’existence sans pour autant la manipuler, sans pour autant se l’approprier. » K. J. M
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9740-zakuro-fea-fiche-2-0-maj?highlight=Zakuro+Fea+2 http://keimoo.forum-actif.net/t8720-zakuro-fea
Kohaku Joshua Mitsumasa
♣ Université - 4ème année
avatar

Genre : Non Binaire Verseau Coq Age : 24
Adresse : Hiryuu : 05 rue de la Chance, app 32 ou la Chambre 110 de l'université ou chez Zakuro.
Compteur 661
Multicompte(s) : Lawrence E. Swanster | Populaire

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   Dim 12 Fév 2017 - 21:35

Son apparence n'est que chimère, voltige nocturne qui bondit entre les courants d'air. Une horloge se targue de le décapiter, sans pourtant arriver à tirailler sa chair de ses aiguilles. Elles sifflent, défilent, tic tac, tic tac, et nous passent au travers. Le temps n'est qu'un concept que la nuit souligne et qui s'étend jusqu'à des extrémités qui se mentent éphémères.

Il fait nuit. Les lampions de la rue s'éclatent contre la transparence des gouttes de pluie et je somnole tout bas, fredonnant les hymnes d'une balade muette qui nous portera en hauteur. Je veux des clés, des dizaines d'étincelles crochetées, pour venir ouvrir toutes ces portes qui sont d'office fermées, barricadées. Je veux des serrures, psychédéliques de formes, pour y glisser ses yeux du bout des doigts, pour que le ciel accroché à sa rétine apprivoise mes plats.

Fiche-les dans un sac, ne le feras-tu pas ? Comme ces billes que les enfants lancent contre le bitume qui fume sous le soleil d'été. Regarde-moi les lancer, loin, pour mieux les poursuivre, pour mieux les découvrir. Il y a quelque chose de malsain dans l'habituation et, de ce fait, je ne peux pas toujours les manger.

Parfois, je préfère même les garder.

Il me tient et ses yeux s'aplanissent sous mon ombre, deviennent des étendues lisses centrées d'un cercle noir. La fugue intempestive de la lumière ne suffit toutefois pas à écarter les hauteurs de son regard. Encore une fois, presque distraitement, alors que ses doigts pressent contre mes reins, je me demande ce qu'il voit.

Quelque chose de blanc, quelque chose qui ne se subit pas.

Démoniaque, d'ore et de prétentions, n'est pas un terme que je considère adéquatement agencé. Ma langue poignarde mon palet, sans toutefois claquer, et je reste immobile, en suspension dans le vague d'une nuit qui s'illumine de par le ricochet de billes imaginaires.
Il n'y en a jamais assez.

Le sol se fait oscillant lorsqu'il me dépose, liquide sous les semelles caoutchoutées de mes chausses, et mes yeux suivent les siens dans une fascination qui n'a pas encore appris à s'user - quelque part, dans l'infinité d'une objection aphasique, j'espère que ce ne sera jamais le cas -.

Mes phalanges trouvent les commissures de ses lèvres et les tailladent dans un mimétisme de curiosité enfantine qui s'exprime par le l'exploration tactile. La courbe de son sourire se fait familière sous mes doigts, un manifeste d'affectivité qui a tendance à trop me dérouter. Logé que je suis, quelque part entre ses yeux et son âme,  seuls quelques suffisent mots à effacer la torpeur et affaillir la mélancolie.

Est-ce que tu t'am---

« Celles de la patinoire. Je veux celles de la patinoire. »

Mes doigts dépassent la barrière labiale, s'immiscent dans l'alvéole humide qui s'étend entre les chairs de ses joues et viennent soupeser sa langue, un ongle flirtant avec les veinures perceptibles sous le muscles. La pluie continue de faire tanguer nos silhouettes, file entre mes doigts pour rejoindre l'asphalte.

Je frisonne.  

« Dirais-tu que nous sommes égaux, toi et moi ? Dirais-tu que l'adhésion de nos concepts s'adonne à une cohésion asymétrique qui se fond dans la compréhension que les humains ont du monde ? Dirais-tu que temps et atmosphère ont la même valeur ? »

Je coince sa langue entre mes doigts.

« Dirais-tu que tu as substitué l'offrande de ton respect par une adoration illimitée qui te conforme dans ton approche de ma personne ou dirais-tu que l'obsession mutuelle que nous nous vouons relève du résultat insoupçonné de la fusion de nos conscience ? »

Immatérialité, intemporalité. Tu es à moi, vocifèrent les abysses calcifiées de mon regard. Mais la provocation est douce, irrésistible, veloutée contre mes prunelles, parce que dans l'habituation se trouve l'illusion d'incondition et qu'il est facile pour moi de papillonner des yeux devant ta radiance et d'oublier que tu n'es pas un être complet. Que nous ne sommes pas des êtres complets.


__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]>

Je suis tout ce que je veux, je ne suis rien de ce que je subis. Je deviens celui que je suis.
Kit fait à partir d'oeuvres de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7591-kohaku-joshua-mitsumasa http://keimoo.forum-actif.net/t7714-cheshire-grins-at-you http://keimoo.forumactif.com/t9671-livret-scolaire-de-kohaku-j-mitsumasa
Zakuro Fea
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
avatar

Genre : Non Binaire Lion Coq Age : 24
Adresse : 3, rue la Chance, app. 11, quartier Hiryuu, avec Lawrence E. Swanster.
Compteur 1561
Multicompte(s) : Kami Otagame & Emmanuel Kokei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   Dim 12 Fév 2017 - 22:45


    J’ai glissé dans un sac toutes les billes que j’ai pu trouver, enfonçant jusqu’à la dernière de mes plus singulières idées. Tu n’es pas sans savoir, cher toi, cette violence qui s’est parfois découpée dans les contextes d’un décor aux détails retravaillés, lorsque j’ai envisagé fouiller dans l’humanité ma recherche à cet intérêt exhibé. J’ai enfoncé mes doigts, dans les surfaces d’une eau trouble, pour essayer d’en dégager autre chose que le lichen décomposé de ces idées sans structure. Mais jamais, jamais il n’y a eu de résultats très pertinents. Je te les aurais apportés comme on égorge des oiseaux sur l’autel, sinon.

    Je te regarde, et je me répète, dans la constance de mon existence, que je ne pourrai jamais m’habituer complètement à cette idée, cette notion toute entière de familiarité. Tu es là, et ne se distinguent aucune limite. C’est mon regard, projeté au dessus du vide. Tu en as peut-être conscience, puisque je ne fais que trop le réaliser à chaque fois. Je te regarde, et tu es là.
    Mes sens en suffocation.

    La sensation de flottaison, nos yeux au même rapport, sur une ligne tendue entre nous et le sol, je contemple. Des prunelles en mouvement, les pupilles dilatées, il me semble qu’avec son regard, il pourrait me dévorer. Emasculée, mon ambition, sous la lucidité d’exister face à son œil. J’ai envie de rugir et de pleurer, et contre ses reins, mes phalanges deviennent les derniers grapins d’une escalade vouée à la chute. Je pourrais tomber à l’intérieur de lui que je ne m’en plaindrais pas. Fais tourbillonner mon monde, et considère que je resterais accroché à tes os, jusqu’à ce que tu me dises de lâcher. Et je repose cette chose à la légèreté étonnante que l’on appelle tous les deux « ton corps ».
    Je tremble.

    Tes doigts en suspension, venus se coller contre ma joue, c’est un arrêt sur image qui me fait considérer tout entier le métabolisme de mon humanité frissonnante, que tu explores un peu, à peines, avec tes ongles enfoncés. Et cette pression me rappelle que j’existe, et que je suis en vie, et que tu es là pour me le rappeler. Un sourire naît sur mes lèvres, dessiné, appuyé par des phalanges venues s’inscrire dans le tracé de mon expression. Hameçon incertain, tu viens pourtant ficher tes pattes dans la gueule du loup, et en soupesant le poids de ton regard, abandonnant les tentatives de filer autre chose qu’un mauvais coton, je soulève les lèvres, pour un baiser à une seule bouche. De la salive et des ongles, ma langue prétendument maintenue immobile, mais secouée par ces mouvements nerveux, un doigt l’explorant, j’humecte un contact entre mes dents.

    « Dirais-tu que nous sommes égaux, toi et moi ? Dirais-tu que l'adhésion de nos concepts s'adonne à une cohésion asymétrique qui se fond dans la compréhension que les humains ont du monde ? Dirais-tu que temps et atmosphère ont la même valeur ? »

    Pincement sous ses phalanges, je referme au mieux la bouche. Le questionnement n’est pas rhétorique, mais mes yeux appuient le calme d’un silence qu’il maintient sous ses doigts. Je te réponds ? Muscle pâle, gluant, dont les récepteurs sont empreints en cet instant par le goût de ta matérialité. Est-ce que tu veux que je te lèche pour pouvoir t’imprimer ma réponse sur la peau ? Je plisse les yeux, et s’invectivent entre eux des connecteurs logiques qui ne se manifestent pourtant pas. Litchi du silence, tu sais ?

    « Dirais-tu que tu as substitué l'offrande de ton respect par une adoration illimitée qui te conforme dans ton approche de ma personne ou dirais-tu que l'obsession mutuelle que nous nous vouons relève du résultat insoupçonné de la fusion de nos conscience ? » 

    La propension est volubile, et mes doigts remontent le long de son poignet, accompagnant ce regard par lequel il me submerge. Séduction en mots, il écharpe sur mes chairs des clous de syntaxe, et je sens s’enfoncer les doutes d’une réalité qu’il veut me voir explorer, à tâtons. Ma paume embrasse son poignet, et je referme les doigts sous les siens, en dégageant sa main.

    « Nous ne sommes pas égaux. »

    Mon pouce, sauvagement, vient s’enfoncer sous son œil, et je le fixe.

    « Je suis une idée de toi. »

    Il n’y a rien de plus haut que le ciel, qui contemple son espace créateur. Mon doigt s’enfonce, un peu plus profondément, un peu plus près de la paupière, et se dessine la courbe violacée de sa peau prenant ma marque.

    « Et je n’ai pas besoin d’exister dans les yeux des autres. Tu es le seul qui importe vraiment. »

    Je relâche la pression, et dans un pas sur le côté, l’invite à nous diriger vers la patinoire.



__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Le bleu. Tu es le ciel qui surplombe la terre, qui grise le regard des gens en quête de réponses ou d’atmosphère. Tu es l’intemporalité qui veille sur la planète, qui transcende l’existence sans pour autant la manipuler, sans pour autant se l’approprier. » K. J. M
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9740-zakuro-fea-fiche-2-0-maj?highlight=Zakuro+Fea+2 http://keimoo.forum-actif.net/t8720-zakuro-fea
Kohaku Joshua Mitsumasa
♣ Université - 4ème année
avatar

Genre : Non Binaire Verseau Coq Age : 24
Adresse : Hiryuu : 05 rue de la Chance, app 32 ou la Chambre 110 de l'université ou chez Zakuro.
Compteur 661
Multicompte(s) : Lawrence E. Swanster | Populaire

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   Ven 15 Juin 2018 - 6:00

« How disapointing. »

Ce sont deux mots, cassés, cassants, qui vibrent à l'intérieur de cette cavité que j'appelle "bouche" et qui résonnent dans le bruissement aqueux de la nuit. Ce sont deux mots empreints de vibrations, qui se massent à l'orée d'une hérésie qu'il construit de ses propos, qu'il érige comme les fondations d'une certitude trop évidente. Ma langue claque, mes dents froissent et j'inspire un désir de destruction, de catastrophe, qui me somme balayer du pied les croyances qu'il me tend en tout ingénuité. J'ai envie de hurler, de tirer sur les mèches alourdies de ses cheveux. J'ai envie de rugir - non, non, NON -, de barioler les dires qu'il pianote près de mon œil de lymphe et de sang.

« Maybe you should think a bit more about this. »

La pluie imbibe mon courroux de sa matérialité et transforme les flammes de mes émotions en un brasier plus doux. Zakuro est cet échafaud vacillant qui ne saisit pas l'ampleur de ce qui se cache en ses remparts, qui s'envisage comme inférieur à défaut. Mes prunelles vocifèrent, paupières frétillant contre les contours  mémorisés de sa silhouette. Mes lèvres se tordent entre humour et colère, pailletant mes paroles d'une émotivité indéniable. Zakuro est là, envelopper par ma présence, logé dans ce moment et il y a, encore, tant à construire.

Nous sommes des êtres incomplets.

Et les billes que nous avons récoltées roulent sur le gravier de la rue, s'échappent du sac que nos mots auront su percer. Au moins, ne puis-je m'empêcher de songer, distraitement, furieusement, égarant l'orage de mon regard dans les iris du Ciel, nous détenons toujours les clés. Il nous suffit de trouver la bonne combinaison, la meilleure porte à ouvrir. Mes dents s'enfoncent contre la chair poreuse de ma langue et je les imagine la sectionner, séparer les muscles, fissurer la muqueuse.

J'expire.

« Nous sommes des idées, Za-ku-ro. Nous sommes l'indéfinissable, nous sommes l'infini. »

Son pas esquissé sur le côté dans l'intention de nous permettre de poursuivre notre course nocturne devient ce pas de suspend, ce pas d'immobilisme. Je m'imagine le figer, clore momentanément la boucle de la temporalité dans laquelle il s'inscrit. L'averse, pourtant, s'affaire à m'indiquer que mon imaginaire, cette fois, n'est pas en mesure de prendre le pas sur la réalité. Je persifle, je feule. La planète persiste à tourner. La quiétude, la somnolence, se sont perdues dans les vagues de son mouvement. Je tangue et la pluie me parait soudainement être acide ( mais nous ne vivons pas sous des dômes de mensonges, nous ne vivons pas vautrés dans les artifices de nos incompréhensions ).  

« Nous sommes égaux. »

Une équation d'impossible, un produit d'inexpliqué. Nous sommes l'attelage d'une phrase dont le sujet a pour effet de la rendre asyntaxique. Nous sommes. Depuis l'instant où tes croyances sont devenues cette poussières que j'ai offert à l'atmosphère, depuis l'instant où ton respect s'est exhibé comme une idole de toc, nous sommes devenus davantage que des identités individuelles. Une union, une fusion, une réunion.
Mes doigts viennent enlacer tes cheveux et leur encre luisant vient embrasser ma peau.

Nous sommes.

« Il y a quelques chose  de très lassant dans le fait de devoir te l'expliquer. »

Je pince les lèvres, une moue chahutée, boudeuse, gangrénée, mutant mes traits en ceux d'un enfant insatisfait. Je tiraille la tignasse, m'éprend, malgré l'agacement, malgré l'irritation, du sentiment de plénitude qu'elle fait naitre sous mon épiderme.

« You are so fucking dumb, sometimes. »

Mon soupir se veut exaspéré, sculpté contre le relief de sa naïveté, installé contre la révision muette de nos existences fragmentaires. Immatérialité, intemporalité. Tout autour de nous, s'étendent des néants d'infinité.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]>

Je suis tout ce que je veux, je ne suis rien de ce que je subis. Je deviens celui que je suis.
Kit fait à partir d'oeuvres de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7591-kohaku-joshua-mitsumasa http://keimoo.forum-actif.net/t7714-cheshire-grins-at-you http://keimoo.forumactif.com/t9671-livret-scolaire-de-kohaku-j-mitsumasa
Zakuro Fea
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
▼ Université - 4ème Année - Comité des Elèves
avatar

Genre : Non Binaire Lion Coq Age : 24
Adresse : 3, rue la Chance, app. 11, quartier Hiryuu, avec Lawrence E. Swanster.
Compteur 1561
Multicompte(s) : Kami Otagame & Emmanuel Kokei

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   Sam 16 Juin 2018 - 2:22



« Le temps se joue comme une corde que tu pinces entre tes doigts, Joshua.
A cette époque là, je croyais que c’était simplement une ligne.
Mais c’est probablement plus une corde, oui. On en a déjà parlé, n’est-ce pas ?
 »

Enregistrement X. Année 20XX.
Quelque part.


2015.
Le désappointement, la déception, et cette performance que Zakuro n’arrive pas à combler. Inadéquation, du bout des lèvres, et cette perception, futile, si enfantine, de ne pas parvenir à être parfait pour lui. Zakuro se trompe, Zakuro se sent lourd, pataud, et vraiment trop stupide. Il ne le sait pas, ses idées tournoient, dans un tumulte qui vient renchérir son manque profond de supériorité, et l’expérience qui vient draper l’intérieur de ses appréhensions se transforme en un plâtre qu’éventuellement il apprendra à apprécier, à respecter, pour lui-même, pour ce qu’il représente.


Les yeux étirés, à le considère, je balbutie mes idées sans parvenir à comprendre pourquoi il n’accepte pas mon humilité étalée. Comme une vérité qui me poinçonne mais qu’il cherche pourtant à écarter, à balayer, je cherche à remuer la viscère au milieu de la poussière, en étant persuadé, je crois, qu’il y a de la sincérité à ce que je veux lui apporter. Il ne sait pas, il ne comprend pas ? L’interrogation ne flotte pas très haut, et s’enfonce au milieu d’une vase mentale, tout au plus, tandis que les carpes qui rampent dans les trémoussement de mes incertitudes viennent gober, bouches en « o » obtus, les fragiles tentatives de mes – de mes-.
Je ne sais pas.

Tu as toujours été cette chose, plus grande que nature, plus grande que moi, au dessus de moi. Est-ce que c’est mal, si j’ai envie de te voir tendre les doigts vers moi ? Mes idées papillonnent, elles sont ces larves qui se nourrissent des sédiments de mon attention, et tu me regardes, avec une déception folle, qui tranche ma chair, qui trace ma chance.

Nous sommes des êtres incomplets, et j’appréhende, sans distinguer les limites de cette ampleur qui vient recouvrir les horizons de mes possibles, la réalité qui vient draper ses lèvres, que je veux goûter à pleine bouche. J’appréhende les possibles, j’appréhende l’information, pour comprendre, pour éventuellement m’améliorer. Comment est-ce que je fais pour devenir meilleur, Joshua ? Comment est-ce que je fais pour te prouver que je veux être ce que tu veux que je suis ?

C’est là que se situe l’erreur.
Je dois apprendre à être ce que je veux être.
Je ne le sais pas encore.

Le Ciel enfermé entre tes doigts.
I should think about it.


« Je ne veux pas être décevant. Pas pour toi. Je ne veux pas que tu me regrettes. »

J’ai murmuré, sous la faute, d’être lassant. Je ne veux pas qu’il soit exaspéré, je ne veux pas qu’il me regarde avec cette teinte, dans les yeux, d’un agacement qui ne ferait plus que se creuser. Je ne veux pas le voir me regarder autrement qu’avec admiration, qu’avec sincérité, qu’avec sincérité. Je suis un enfant, sans le savoir, je suis un minuscule géant, camouflé sous ma terreur de ne pas parvenir à représenter ce que je veux devenir. Je veux être tout pour toi.
Regarde moi.

Ses gestes, contre moi, sont une certitude à laquelle je m’accroche. Ses mains remplies de vase, de couleurs détrempées, et je le considère, en laissant claquer nos cils entre eux, ses doigts dans mes cheveux. Si je parviens à l’embrasser assez, peut-être que je réussirais à dévorer ce qu’il veut que je sois. Si je parviens à dévorer cela, je serais ce que je dois être.

Je me veux partout en toi.
Sous tes yeux, dans ta bouche, quelque part sous ta langue, et à l’intérieur de ton âme.
Joshua, ton prénom mille fois répété, et ma certitude, qui se creuse un peu plus. Autant de fois qu’il le faudra. Tu es à moi.

Am I being dumb again ?

Les motos ne sont qu’une matérialité, Joshua ! Elles ne doivent pas, jamais, représenter une limite. Arrête de te comporter comme un gamin.

J’ai vingt trois ans, et j’ai décidé de ne plus être d’accord avec toi.
Mes yeux orientés vers notre réalité, j’appréhende le retour de flammes, tandis que Lawrence me balance un sourire que la plage vient illuminer par des reflets mouillés. L’explosion a lieu dans tes yeux, et tu me regardes avec cette fureur que je parviens à étouffer sous mes baisers. Nous sommes des êtres incomplets. Et je veux continuer à apprendre à tes côtés.

Octobre 2018. Après.

Am I dumb ?

Mon père lève la main, mais son geste fait moins mal que ce qu’il crie dans la cage d’escalier. Dans le salon, les yeux de Joshua s’écarquille sous la menace de Jonathan Fea, tandis que je contemple, la mâchoire rougie, les yeux bleus, humains, de cet homme qui me demande de lâcher ce que je retiens avec mes entrailles, mon espoir et ma vie. Je ne peux pas, papa. Le géniteur creuse la distance et je considère sans ciller cette réalité qui ne nous confond pas. Je ne suis plus ce qu’il voudrait que je sois, et je ne veux plus jamais l’être. Joshua, je le répéterai autant de fois qu’il le faudra, est à moi. I am dumb, but this man is a complete mess. I don’t ever wanna be disapointing again. Mes pupilles foudroient, il recule, et dans la cage d’escalier, là où les ombres se cachent sous les paillassons, là où viennent se jouer un théâtre d’horreur, il recule pour que je ne le tue pas avec mes yeux.

Shut the fuck up. You don’t even understand. Shut the fuck up.

Jonathan Fea est un humain. Je ne devrais pas le blâmer pour cela.
Mais en cet instant précis, alors que j’ai vingt quatre ans, je sais qu’il est stupide, bien plus que moi.
Je ne laisserais jamais, jamais, jamais, jamaisjamaisjamaisjamaisjamais Joshua. Il est à moi.

Il s’enfuit par les marches qui glissent, et je me retiens de le pousser en bas de ces angles trop meurtriers. Parricide effacé par mes morales imbibées de revanche, j’avale ma haine pour l’échanger contre de la frustration excitée. Les ombres sont tapissées, les voisins alertés, et je reste immobile, à calmer ma respiration, pour qu’à l’intérieur, Lawrence, Aaron Swanster, Kojiro et les autres ne me voient pas pleurer. Je ne veux pas, je ne veux pas, que l’on me croit en mesure d’abandonner Joshua. Jamais pour un humain. Jamais pour rien. Je ne peux pas, je ne veux pas. Joshua est à moi, je le veux entièrement, toujours, à jamais. Mon souffle est un cri aiguë, poussé entre mes dents serrées. Je me retiens de hurler.

I won’t ever be a disapointment.


Juin 2018. Avant.


Swan a fait des crêpes, et cette journée est l’allitération d’une envie sucrée saupoudrée par un désir asyntaxique. Je lèche une cuillère en argent, la salive glisse, et Kojiro relève les yeux, en caressant du pied mon tibias. Joshua étend sa gorge, et je dépose contre sa peau le poids de mes yeux. Nous nous voulons. Seulement, il y a trop d’humains autour de nous, dans ce groupe de midi, et même si j’apprécie les regards que Subaru dépose à l’encontre de ma matérialité physique, trop physique, je me doute, en cet instant, qu’Ijiwaru n’apprécierait pas.

Il soupire, en relevant vers le ciel une expression exaspéré dont je considère la portée. Momo croise mon regard, et par une habituation trop sévère des yeux de Swan, je feins m’esquiver. Kojiro entend le message, et nous nous écartons. Senta est penché au dessus de Masae, à explorer des yeux la courbe de ses seins, mais nos rapports à trois sont encore une perturbation pour la gente masculine de ces lieux. Takihide, assis sur l’herbe, est un parasite désagréable à mon environnement, et je considère dans ses yeux le reflet tenace d’une rancune qu’il me tient, depuis l’instant où ses émotions se mises, fébriles, à bouillonner trop pour Joshua, sans qu’il ne parvienne à les cacher plus longtemps. Je croise ses yeux, en glissant dans les miens une furieuse envie de le frapper, et il détourne sa face, ses cheveux balayés par le vent, ses mèches plus désordonnées que ses envies. Je soupire.

« Vous savez ce qu’on devrait faire, les gars ? »

La voix, crissante, de Senta, vient déranger mes désirs zen, et je tourne les yeux vers lui, plus exaspéré par l’idée qu’il ait encore l’audace d’utiliser ses cordes vocales qu’intéressé par ses initiatives. Il comprend mal le message, s’enthousiasme pour mon regard, et me sourit.

« On devrait faire un karaoke, la semaine prochaine. Swan et Joshuabaka, vous chantez, et on profite tous de la soirée. Vous en pensez quoi ? »

Kojiro hausse les épaules, tandis qu’Izumi claque des mains.

« Ce serait ABSOLUMENT génial ! J’en ai sérieusement marre des révisions. Vous aussi. Tout le monde. PARTY. »

Kojiro tourne ses yeux vers Masae, et lui balance ce sourire trop lumineux, trop personnel, qu’il s'est décidé à cet instant de lui offrir. Takihide, mal à l’aise, se tortille tel le joyeux lombric anxieux qu’il est. J’ai envie de le couper en deux. Il dansera avec Izumi, elle sautillera idiotement devant lui, et ils seront ce couple parfait de petites personnes qui m'agacent. Je tends les doigts, attrape le poignet de Subaru. Il n'apprécierait assurément pas que je pense cela de sa copine. Mes lèvres se gonflent, mais je retiens l'expression boudeuse que j'ai envie d'afficher pour me concentrer sur ses yeux. Jolis yeux, jolie personne que j'aime à me voir me contempler.

« Uniquement si tu viens ... ? »

Mes sourires, pour lui, se veulent encore plus lumineux que ceux de Kojiro. J’ai la commissure en pointe et mon cœur qui se serre, à chaque fois qu’il me regarde. Il me donne l’impression, cet humain tricolore, d’être une crème glacée que je veux étaler sur mes lèvres, sur mes doigts.

« Est-ce que ça te tente ? »

Se faisant, je me laisse tomber, complètement, sur les cuisses de Lawrence. Ma main, quelque part, est restée accrochée dans l'angle de l'aine de Joshua. Je tends mes doigts, caresse nos possibilités. Nous pourrions sécher les cours, je pourrais te forcer à rentrer avec moi, immédiatement. Mes yeux abandonnent Subaru, cherchent le regard de Joshua.
Je lui souris.  

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Le bleu. Tu es le ciel qui surplombe la terre, qui grise le regard des gens en quête de réponses ou d’atmosphère. Tu es l’intemporalité qui veille sur la planète, qui transcende l’existence sans pour autant la manipuler, sans pour autant se l’approprier. » K. J. M
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t9740-zakuro-fea-fiche-2-0-maj?highlight=Zakuro+Fea+2 http://keimoo.forum-actif.net/t8720-zakuro-fea
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: As Nothing breathes me in. [ Joshua ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
As Nothing breathes me in. [ Joshua ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
» Glace à la citrouille et au chocolat [PV Joshua]
» AUTOPORTRAIT/ SIR JOSHUA REYNOLDS
» Joshua Jackson - Assistant personnel et super qui s'ignore
» (M) Joshua Jackson - Nolan Bishop - Futur Love pour Anna Torv.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Vers l'infini et au delà ₪ :: ► Ailleurs-
Sauter vers: