₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I know it's too late to make it, but is it too late to try ? [Akim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
avatar

Lion Tigre Age : 31
Compteur 644

KMO
                                   :

MessageSujet: I know it's too late to make it, but is it too late to try ? [Akim]   Jeu 27 Aoû 2015 - 19:04


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I know it's too late to make it

But is it too late to try ?



Il tira un peu sur sa perruque brune, plus habitué à voir des mèches brunes lui chatouiller le front et les pommettes. Ça lui tenait aussi atrocement chaud au crâne mais c'était franchement un maigre prix à payer pour l'anonymat. Ça lui avait coûté un bras d'acheter une panoplie de perruques de bonne qualité -suffisamment pour qu'on ne devine pas au premier coup d'œil que ce n'était pas ses vrais cheveux- mais entre ça et les lentilles, il passait presque inaperçu. Évidemment, quelqu'un le connaissant le reconnaîtrait sans difficulté, mais ça lui permettait au moins de ne pas trop attirer l'œil et de ne laisser qu'une impression de banalité derrière lui -un brun aux yeux bruns au Japon, c'est nettement moins marquant qu'un blond aux yeux vairons. Avec sa petite taille de surcroît, il se faufilait parmi les japonais comme un poisson dans l'eau, sans trop se faire remarquer. Malgré l'air plutôt lourd, il ne s'était pas débarrassé de son sweat à capuche un peu trop grand pour lui qui dissimulait à merveille les creux de sa silhouette toujours trop maigre. Il aimait bien ce sweat, il l'avait accompagné dans tant d'épreuves que c'était presque un animal de compagnie à ce stade -mais moins coûteux en bouffe. Il avait dissimulé ses cernes sous un peu de fond de teint : il n'aimait pas avoir l'air trop fatigué ou hagard, encore moins devant des yakuzas, à qui il était généralement préférable de ne pas trop dévoiler ses faiblesses. Dans tous les cas, plus il avait de maquillage et d'artifices, mieux il se sentait en présence de ces types dont il avait buté des frères d'armes à l'époque où il avait secouru Ellen. Repenser à la demoiselle dont il avait, un temps, été fou amoureux, lui tordit quelque peu l'estomac. Ça lui paraissait lointain, ce temps où son cœur n'avait pas encore été rongé par une haine aveugle, et avait encore la place et le temps pour aimer de manière passionnelle, presque folle. Mais ce n'était pas le moment de se laisser aller à la nostalgie alors qu'il s'apprêtait à faire affaire avec des yakuzas. Il s'agissait d'un échange de drogue on ne peut plus classique, rien de bien méchant ou d'inquiétant pour le russe. Il avait déjà fait du business avec ces types-là, les risques de plans foireux étaient plutôt limités. Leur dernière livraison de coke et de LSD s'était vendue comme des petits pains, et Wun n'avait qu'une hâte : récupérer la came et remettre le couvert. Depuis qu'il avait réalisé que les bourges et aristos de Keimoo étaient tout aussi consommateurs de substances et avaient les poches mieux remplies que les petites frappes de Bougu, le blond avait trouvé un moyen facile d'assurer son argent de poche. Le seul ennui, c'était que les Yakuzas avaient la main mise sur le trafic, impossible de se lancer dedans sans passer par eux.

Jetant un œil à son portable, le russe fronça les sourcils. Voilà 20 bonnes minutes qu'il poireautait devant ce fichu garage -qui n'avait probablement rien d'un vrai garage- et commençait à se demander s'il ne s'agissait pas d'un faux plan. Alors même qu'il s'apprêtait à battre en retraite pour aller macérer dans sa frustration, un visage familier pointa le bout de son nez. Impossible de ne pas se souvenir de ce géant squelettique.. Un japonais de 2 mètres, ça marque. Wunjo se souvenait encore de ce drôle de type élancé rencontré une nuit avec qui il avait poursuivi des canettes de bière. Dit comme ça, ça ressemblait à un bon trip à l'acide mais non, le russe se souvenait de cette soirée de manière parfaitement réelle. Il ne l'avait jamais revu, mais la première fois qu'il avait eu à faire à Tomoya, qui était maintenant planté devant lui, le surplombant de toute sa hauteur, il avait immédiatement revu ce fantôme du nom de Zakuro.

Peu bavard comme à son habitude, Tomoya le salua d'un bref hochement de tête avant de lui faire signe de le suivre. Les échanges avaient toujours lieu dans différents endroits, probablement pour éviter un braquage ou quelque chose dans le genre. Wun s'en fichait pas mal, il voulait juste son colis. Il suivit le géant jusque dans l'entrepôt à l'arrière du garage, où l'attendais un vieux japonais qu'il avait déjà vu quelques fois, et plusieurs autres hommes, asiatiques et caucasiens, probablement hommes de main.

« Alex ! »

Lança-t-il, le ton jovial, en guise de salutations. Pour toute réponse, Wunjo le gratifia d'un large sourire. Alex, c'était le nom qu'il avait balancé à ces types là quand il avait fallu se présenter. Tout le monde se doutait qu'il s'agissait d'une fausse identité, et tout le monde s'en foutait, c'était presque un basique dans le domaine. Changer régulièrement de nom plutôt que de s'en tenir à une seule fausse identité serait avérée une stratégie plutôt payante jusque-là pour le russe, alors il ne s'en privait pas.

« Mes gars vont chercher ton paquet »

Il marqua un temps d'arrêt, ce qui était clairement un ordre pour ses petites mains d'aller jouer les postiers, et une invitation pour Wunjo de montrer patte blanche. En l'occurrence, la patte blanche était le petit sac à dos noir dont il entrouvrit la fermeture éclair avant de le tendre à son futur propriétaire. Sans surprise, il était plein de billets. Le sourire s'étira sur les lèvres du japonais, qui d'un signe de la tête donna le go à ses larbins d'aller chercher l'objet du troc.

« Je t'offre du sake ? »

Proposa-t-il ensuite, et Wunjo ne savait que trip bien qu'il était mal venu de refuser. Il prit place sur la chaise libre que lui désignait le Yakuza.

« Avec grand plaisir »

Accepta-t-il, se penchant en avant pour prendre l'ochoko qu'on lui tendait. Pour sûr, Wunjo était plus adepte de la vodka que du sake, mais ce n'était pas le moment de cracher sur les traditions en dévoilant au passage ses origines. Pour ce qu'ils en savaient, "Alex" était américain ou un truc comme ça, inutile de les détromper. Après avoir trinqué avec son hôte, il sirota tranquillement son alcool, observant brièvement les gens autour de lui. A part le vieux dont il ignorait le nom puisque tout le monde se référait à lui en tant que "Oyabun", à savoir "chef de famille". Tomoya était son wakagashira, c'est à dire son premier lieutenant, et les autres, c'est à dire tous ceux qui ne buvaient pas avec eux, étaient clairement des larbins. Ça faisait beaucoup de larbins pour une petite affaire comme la leur, mais ils n'attendaient probablement pas que lui aujourd'hui dans leur QG. Alors qu'il se perdait vaguement dans la discussion du vieux et de Tomoya sur l'origine du sake, se contentant d'hocher la tête et de balancer des sourires en coin pour simuler un intérêt certain dans la conversation, il ne vit pas tout de suite que 3 autres hommes venaient de les rejoindre dans l'entrepôt.  Ce fut l'Oyabun qui interrompit l'échange pour saluer leur arrivée -même si saluer n'était probablement pas le bon mot.

« Qu'est-ce que tu fais ici ? »

Furent ses mots de bienvenue. Le ton de sa voix trahissait une touche de surprise, mais avant tout de la lassitude, comme s'il pressentait le sujet pénible. Finissant son sake, Wunjo leva à son tour un regard flegmatique sur les 3 arrivants... Et il se figea. De manière quasi imperceptible -car honnêtement il ne bougeait pas beaucoup jusque-là. Ca ne dura d'ailleurs qu'une seconde, le temps que ses yeux s'arrondissent un peu, et hop il reprenait le contrôle de soi, l'air de rien, tournant la tête vers Tomoya en espérant que sous cet angle, il ne le reconnaîtrait pas. Ce n'était pas qu'il n'avait pas envie de le voir, il crevait même d'envie de le revoir, mais ce n'était VRAIMENT pas le bon moment. Serrant la mâchoire, il n'espérait qu'une chose : que le type crache rapidement son info ou autre et déguerpisse aussi vite qu'il n'était arrivé, sans trop lui prêter attention. Car si ce type-là posait plus de 5 secondes ses yeux sur lui, il était sûr de se faire reconnaître. Quelque chose lui disait que même avec tous les déguisements du monde, Akim Kovatchev le reconnaîtrait toujours.






__________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Akim Kovatchev
♦ Civil - Membre de la Mafia
avatar

Bélier Dragon Age : 29
Compteur 168
Multicompte(s) : Quoi, vous avez un GPS?

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I know it's too late to make it, but is it too late to try ? [Akim]   Dim 22 Nov 2015 - 16:19


Il n’avait même pas passé à la chambre d’hôtel vu son horaire chargé. En fait, il était tellement occupé qu’il devrait penser à se trouver une secrétaire pour lui prendre ses rendez-vous. Les Yakuza lui prenaient tout son temps et s’il voulait faire partie de leur bande, il n’avait pas vraiment le choix d’accepter à toutes leurs demandes. Akim resta adossé contre le mur sur lequel il s’était appuyé en crachant une volute de fumée dans l’air en jetant un regard nonchalant vers l’entrée de la ruelle. Toshiie était en retard et ce n’était pas dans ses habitudes. Est-ce qu’il lui avait posé un lapin? Sa main glissa dans la poche de son pantalon et il en sortit son téléphone pour vérifier s’il avait eu des messages. Nope, pas le moindre sms. Bon, il devait avoir été retenu par une affaire plus importante. Mais il aurait pu prévenir quand même. Le temps du maffieux était précieux, pour le peu qu’il en avait. Aujourd’hui, la réunion devait porter sur un règlement de compte et vu que l’égyptien était un pro dans le domaine, et bien on avait misé sur lui pour le dossier.

-Yo! Tu pensais que je t’avais oublié? Jamais dans cent ans gamin!

Akim rangea son appareil là où il l’avait pris, puis se décolla du mur en envoyant valser sa clope d’un claquement de doigts. Il était là finalement, un peu en retard, mais fidèle au poste. Il alla vers lui et lui serra la main avant que l’autre lui tapote le dos amicalement. Depuis qu’il savait que ce mec était lié au passé d’Ivory, il ne le voyait plus du même œil. Sa langue le brûlait d’interroger le japonais sur cette partie de sa vie qu’il ignorait. Non pas que ça l’intéressait d’en connaître davantage sur Toshiie, mais sur l’anglais, oui. Si c’était quelque chose qui pouvait l’aider à comprendre le ténébreux passé du blond il n’allait certainement pas cracher là-dessus. Il devrait travailler fort pour obtenir les renseignements qu’il voulait. Bon, concentration Akim, concentration!!! Là c’est du boulot limite mission suicide, faut pas se laisser distraire par des pensées qui peuvent tout faire échouer. Et c’est même pas exagéré, c’est du suicide cette foutue mission à la con et lui il saute dedans à pieds joints…. Y’a aimer le danger et être complètement aveugle…ou fou…ou les deux. Bref, Toshiie lui fit un signe du menton pour qu’il le suive, ce qu’Akim fit sans se faire prier, et l’emmena vers un vieux garage. Akim repéra rapidement l’endroit. L’entrepôt derrière ce garage était un lieu privilégié pour les échanges de toutes sortes. Il l’avait visité plusieurs fois, mais était surpris que son « pote » l’y amène. D’ailleurs, devant le bâtiment un espèce de chien de garde attendait. Attendez, c’était un homme de main, mais vu les fois où Akim l’avait vu, il portait bien son surnom de chien de garde. Assez grand, bâti comme une armoire à glace, les cheveux teints en blonds criards, il ne passait pas inaperçu dans la masse lui.

-C’est bon, je sais qu’il est occupé, mais ce sera vite fait!

Répondant par quelque chose ressemblant plus à un grognement qu’autre chose, le molosse les suivit à l’intérieur de l’entrepôt. Ils furent aussitôt accueillis par l’Oyabun qui semblait plus surpris qu’autre chose de les voir arrivés. Akim leva une main dans les airs en guise de salut et s’approcha d’eux sans faire attention à l’invité. Il avait grand soif et un verre de saké serait le bienvenue. Il n’attendit pas de se faire inviter, comme à son habitude, et se servit lui-même un verre. Il reposa la bouteille et croisa la tête brune qu’il n’avait pas remarquée au départ. Un nouveau et il n’était pas prévenu? Et bien c’était un peu vexant. Il plissa un peu le nez et se pencha vers l’avant pour regarder l’individu qu’il ne connaissait pas… et son cœur manqua un battement…. Une seconde, peut-être deux de battement, et il se redressa pour prendre une gorgée d’alcool pour se remettre. Il reprit rapidement du poil de la bête et plongeant son regard sombre dans celui de l’inconnu qui n’en était plus vraiment un.

-Les présentations n’ont pas été faites. Moi c’est Sam, c’est un plaisir.

Wunjo….qu’il n’avait pas vu depuis des lustres et il fallait qu’il tombe sur lui maintenant… Depuis le temps qu’il voulait le revoir, lui parler, renouer contact avec lui, et ça devait arriver maintenant, dans cette situation si délicate. Mais Akim ne laissa rien paraître et tendit sa main libre vers le brun avec un sourire amusé.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Wunjo Ivanov
♦ Civil - Dealer - Bookmaker
avatar

Lion Tigre Age : 31
Compteur 644

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I know it's too late to make it, but is it too late to try ? [Akim]   Mar 14 Juin 2016 - 12:52


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I know it's too late to make it
But is it too late to try ?

Akim & Wun
Il n’avait honnêtement pas grand espoir de passer inaperçu. Sans être particulièrement remarquable ou tape à l’œil, il fallait bien que, tôt ou tard, Akim pose ses yeux sur lui, et alors nul doute qu’il le reconnaîtrait. Il y avait comme ça certaines personnes qu’on avait tellement pris l’habitude de regarder qu’on les reconnaissait au moindre coup d’œil, comme si l’œil était moulé pour identifier ces personnes là. Ca lui prendrait peut être quelques minutes, mais il finirait par discerner son vieux frère.

Le dit frère continuait de fixer Tomoya et l’Oyabun, mais il sentait le regard d’Akim sur lui, il savait qu’il l’avait vu et, probablement, repéré.
Ce ne fut finalement que lorsque l’Egyptien prit la parole qu’il réalisa qu’il avait retenu son souffle durant ces longues minutes d’appréhension. Relachant la tension dans un soupir à peine audible, il se retourna, faisant face à Akim et ses quelques centimètres qu’il avait de plus que lui. Il l’observa, longuement, silencieusement, avant de finalement baisser ses yeux parfaitement bruns sur la main qu’il lui tendait. Lentement, il la prit dans la sienne, la serrant avec fermeté et douceur malgré tout, répondant à son sourire amusé par un sourire commercial.

« Enchanté, Sam. Moi c’est Alex »

Le ton était égal, et ne laissait rien voir de la nervosité qui s’était insinuée en lui. L’art de la comédie, ça les connaissait bien ces deux là.
Mais l’Oyabun à leurs côtés ne semblait pas très intéressé par les courtoisies, et ce fut d’un ton presque impérieux qu’il mit fin aux présentations.

« J’imagine que tu n’es pas venu ici pour faire de nouvelles rencontres, Sam ? »

Wunjo esquissa une petite moue imperceptible. Pour sûr, le contexte se prêtait assez mal aux retrouvailles avec tous ces yakuzas autour d’eux.  Ca avait quelque chose de frustrant de l’avoir à quelques mètres, centimètres même, de lui, et de ne même pas pouvoir lui parler ouvertement. Enfin… ouvertement était un mot fort. Entre eux, il y avait toujours eu plus de non-dits qu’autre chose. C’était plus fort qu’eux, il fallait toujours qu’ils compliquent tout. Mais là, pour le coup, ce n’était ni la faute de l’un ni de l’autre s’ils ne pouvaient pas se parler franchement.

Plongeant son nez dans son sake, Wun n’attendait qu’une chose : qu’on lui amène son paquet et qu’il puisse déguerpir d’ici au plus vite.
C’est ce moment que choisirent les petites mains pour revenir de leur expédition et, probablement, mettre fin à son supplice. Enfin. Du moins, ce fut ce qu’il crut l’espace de quelques secondes, avant que la nouvelle ne tombe de la bouche d’un des sbires.

« Comment ça vous ne trouvez pas le paquet ? »

Demanda l’Oyabun, d’une voix qui cachait très mal son exaspération, répétant les termes employés par le sbire.

« Il n’est… pas là où nous rangeons généralement les paquets »

Le pauvre type ne semblait pas ravi d’être le porteur de mauvaise nouvelle, et franchement, il n’était pas difficile de deviner pourquoi. Dans ce milieu là, les faux pas n’étaient pas tolérés. L’Oyabun avait l’air d’être à deux doigts d’exploser, et personne ne semblait franchement savoir où se mettre.

« Il n’a pas pu disparaître »

Répliqua le vieux dont la patience semblait déjà plus qu’épuisée. La seconde qui suivait, il partait en direction de « l’arrière boutique » comme Wunjo s’amusait à l’appeler dans sa tête, à savoir le dépôt du garage où le gang semblait stocker tout et n’importe quoi. D’un claquement de doigt autoritaire, il incita tous ses larbins, dont Tomoya, à le suivre, n’en laissant qu’un derrière lui pour tenir compagnie à Wunjo, Akim et ce japonais qui semblait accompagner ce dernier.

Un silence lourd tomba sur le quatuor alors que le blondinet déguisé en brun abandonnait ses espoirs de pouvoir se carapater de là à la vitesse de la lumière. Visiblement le karma avait, encore une fois, d’autres plans pour lui.

« Vous… vous voulez du sake ? »

Demanda le sbire, presque timidement, pensant sans doute acheter la patience de son client avec un peu d’alcool. En temps normal, Wunjo ne s’en serait probablement pas formaliser –sauf s’il était vraiment d’humeur massacrante, naturellement- mais là, il voyait avant tout une opportunité de se retrouver nez à nez avec Akim, et le japonais, manque de bol pour lui, se trouvait pour le moment entre lui et son opportunité.

L’attrapant par le poignet, le russe se mit à serrer de toutes ses forces. Il avait beau être chétif, il savait user de son énergie lorsqu’il en avait besoin. Posant un regard dur, presque féroce sur le sbire, il lâcha les mots suivants :

« Je pense être capable de me servir du sake tout seul. Si j’étais toi j’irais plutôt lécher les bottes de ton chef dans l’espoir que ce ne soit pas ma tête qui sautera pour la bévue commise »

Le type n’avait probablement rien à voir avec la disparition de sa came, mais il était de toute évidence facilement impressionnable, et les gros yeux de l’ex mafieux ajoutés à son ton mordant suffirent visiblement à le convaincre qu’il serait plus en sécurité loin de lui. Wunjo lui prit le sake des mains juste avant que le pauvre bougre ne déguerpisse dans la même direction que ses collègues, laissant cette fois les deux frères mafieux seuls avec un malheureux intrus. Celui là, Wun n’avait pas la moindre idée de comment s’en débarrasser. Il ne semblait pas sous les ordres de l’Oyabun, sinon il aurait déjà suivi les autres. Se reservant un verre de sake, le russe laissa ses yeux courir de son faux frère à ce type qui le dérangeait.

« J’espère que vous n’êtes pas pressés »

Commenta-t-il d’un ton mielleux, un sourire faussement désolé, presque insolent, sur les lèvres. C’était plus fort que lui, il fallait qu’il fasse le malin, peu importe la situation. Chassez le naturel, il revient au galop. Et en attendant de trouver un moyen de faire fuire l'autre tâche, il fallait bien se divertir un peu, puisqu'il était de toute façon coincé ici.


__________________________________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The cycle repeated, as explosions broke in the sky
All that I needed, was the one thing I couldn't find
The colors conflicted, as the flames, climbed into the clouds
I wanted to fix this, but couldn't stop from tearing it down
Burn it down.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/fiches-validees-f111/wunjo-ivanova-kivimaa-fiche-complete-t3068.htm http://keimoo.forum-actif.net/t8385-it-s-my-life-don-t-you-forget-9834
Akim Kovatchev
♦ Civil - Membre de la Mafia
avatar

Bélier Dragon Age : 29
Compteur 168
Multicompte(s) : Quoi, vous avez un GPS?

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: I know it's too late to make it, but is it too late to try ? [Akim]   Lun 18 Juil 2016 - 3:19

Un seul regard avait suffi à ce qu’il reconnaisse son vieux frère. Wunjo aurait beau utiliser tous les moyens possible pour se déguiser, Akim le reconnaîtrait toujours. Il le connaissait depuis tellement longtemps qu’il pourrait l’identifier dans une foule d’un coup d’oeil. Ce sont les yeux bruns du russe qui le troublèrent un moment. Il était habitué de voir des yeux vairons depuis longtemps, alors de voir son regard d’une autre couleur, était déstabilisant. C’était toujours un regard vert et bleu qu’il avait eu comme réponse à leur complicité lorsqu’ils faisaient un mauvais coup ensemble, ou une mission où on les avait mis sur la même équipe. C’était quelque chose de rassurant, et de captivant. C’était assez inhabituel comme couleur de yeux et d’alleurs c’était la première chose qu’il avait remarqué chez Wunjo, même si Akim était assez farouche à son arrivée dans le clan. Le seul qui avait réussi à obtenir sa confiance, c’était le blondinet aux yeux dépareillés. Un peu comme le renard qu’on doit apprivoiser si on veut qu’il nous approche.

-« Enchanté, Sam. Moi c’est Alex »

Alex….hé bien mon Wunjo, tu as changé radicalement de registre. Déjà avec tes yeux qui passent inaperçus ici, tu veux encore plus disparaître dans la masse.  Tu as vraiment peur qu’ils te retrouvent pour te faire la peau….et tu fais bien…..

Akim serra la main avec vigueur, comme si c’était réellement la première fois qu’il rencontrait Alex et qu’il était ravi de faire sa connaissance, mais l’Oyabun avait encore son mot à dire…

-« J’imagine que tu n’es pas venu ici pour faire de nouvelles rencontres, Sam ? »

Oups… tiens, il n’y pensait plus. Il tourna la tête vers lui en lâchant la main de Wunjo presqu’à regret. Comme s’il pouvait garder contact avec lui le plus longtemps possible. Il le regarda avec un petit sourire en coin, l’air satisfait de lui.

-Non en effet, j’ai une bonne nouvelle pour vous. J’ai retrouvé le mec en question. Il ne fera plus de trouble.

Un coup d’oeil à Wunjo et il revint vite à l’Oyabun pour voir sa réaction. Il pourrait enfin avoir sa récompense qu’il attendait depuis si longtemps. Ce qu’il avait du faire au jeune homme en question pour faire plaisir aux Yakuzas ne l’avait pas ravi, mais il avait l’habitude. Akim pensait qu’on le féliciterait d’une bonne claque dans le dos, ainsi qu’avec un montant d’argent assez important, mais ce n’était pas ainsi que fonctionnait les choses dans le milieu. Du moins, pas lorsque quelque chose n’allait pas comme prévu. Un paquet qu’on avait perdu, et un vieux très en colère. Du coup, l’égyptien pouvait dire adieu à sa récompense. Il soupira en les regardant partir, puis Toshiie se servit un verre de saké devant les yeux du pauvre homme qui venait de se faire remettre à sa place par Alex/Wunjo. Akim, lui, ne put retenir un rire en voyant le ton qu’avait pris son faux frère pour faire déguerpir le type. Wunjo n’avait pas tant changé en fait. Il savait comment obtenir ce qu’il voulait, et selon ce que l’égyptien comprit, il voulait se retrouver seul…avec lui? Si oui, il y avait un problème. Le japonais était collé aux basquer d’Akim et même si ce dernier lui demandait de partir, ça éveillerait les soupçons.

-« J’espère que vous n’êtes pas pressés »

Toshiie prit une gorgée de son saké et sembla un peu agacé en jetant un oeil à son téléphone. En fait, oui il l’était, mais il ne voulait pas abandonner son pote - Akim – tout seul avec un inconnu. Il se frotta le menton embêté, tout en réfléchissant. Il pouvait partir en amenant Akim avec lui, mais il savait que ce dernier devait voir l’Oyabun, donc c’était un mauvais plan. Il soupira en montrant son téléphone comme si c’était la solution au problème.

-En fait ouais, j’ai un rendez-vous que j’peux vraiment pas me permettre de manquer. J’pensais pas que ça prendrait autant de temps.

-Mais c’est con, on vient tout juste d’arriver…

Akim Kovatchev et sa grande gueule…. Il avait enfin trouvé la solution pour se retrouver seul avec Wunjo, et il jouait les chieurs à essayer que Toshiie reste avec eux. En fait, non, c’était plus pour ne pas faire comme s’il s’en foutait de son départ, et il espérait que le japonais quitte pour vrai. Même si en réalité, il semblait indifférent à tout ce qui se passait autour de lui, son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine et il avait la bouche sèche.

-Désolé gamin, on se texte quand t’as fini okay? Ciao.

Il ignora avec superbe Wunjo, avant de tirer sa révérence, les laissant ‘‘enfin‘‘ seuls tous les deux. Seuls dans un nid de Yakuzas…Akim suivit son pote des yeux comme pour s’assurer qu’il disait vrai, puis tourna le regard sur Wunjo.  C’était l’opportunité ou jamais et il ignorait combien de temps il avait devant lui. Il pinça les lèvres, regarda à gauche et à droite, parano un peu. Puis dit d’un ton désinvolte.

-Alors… Alex….tout va comme tu veux?

C’était que la mise en bouche car aussitôt ces mots prononcés, son regard tomba dur et il s’avança vers lui et se retint de frapper sur la table.

-Comment oses-tu?!? Après tout ça, c’est ici que je te retrouve? Je croyais que tu fuyais les problèmes, pas que tu sautais dedans à pieds joints…

Son regard ne quitta pas celui du russe et il était sur le qui vive, une main sur le bras de Wunjo et prêt à bondir si un bruit les surprenait. C’était plus fort que lui…. Il aurait voulu lui dire qu’il était content de le revoir, et rassuré aussi qu’il aille bien…mais après ce qu’il s’était passé en Russie, il ne pouvait tout simplement pas accepter que Wunjo traîne avec les Yakuzas. Son faux-frère lui avait fait la morale de tout abandonner, de tout laisser derrière, et alors qu’il le croyait loin et en sécurité, leurs retrouvailles se passaient encore sous la même thématique. C'était au tour d'Akim de taper sur le blond, devenu brun, pour manque à sa parole. Oh, il n'avait pas de conseils à donner, puisqu'il avait décidé de rester pour sa part, la pire décision de sa vie, mais ferait quand même à sa tête pour faire entendre raison à Wunjo. Quand on décidait de quitter l'organisation, c'était sûrement pas pour attirer l'oeil en traînant avec des Yakuzas....c'était le boulot d'Akim ça être suicidaire....

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I know it's too late to make it, but is it too late to try ? [Akim]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I know it's too late to make it, but is it too late to try ? [Akim]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» it's never too late to make things right (sunwoo + miran)
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ?
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ? Diana Angelus Leroy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Bougu :: Carrefour des délires-
Sauter vers: