₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Haruhiko Nakamura, le ballon dans la peau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haruhiko Nakamura
▼ Université - 3ème Année - Capitaine Basket
▼ Université - 3ème Année - Capitaine Basket
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 21
Adresse : Résidence U. - RDC - Chambre 2
Compteur 199
Multicompte(s) : Arata Masuda | Populaire

KMO
                                   :

MessageSujet: Haruhiko Nakamura, le ballon dans la peau.   Mar 4 Aoû 2015 - 19:51

DOSSIER DE L'ÉLÈVE:
|| Nakamura Haruhiko ||

•• Teppei Kiyoshi de KnB ••


• Sexe: [ ♂ ]
• Âge, date et lieu de naissance : 19 ans, 8 janvier 1996 à Kumano dans le Kansai
• Nationalité : Japonaise
• Orientation sexuelle : Hétéro

• Langue(s) parlée(s) : Japonais, Anglais très maladroitement
• Étude(s) : SPORT
• Spécialité(s) : Sports collectifs et d’équipes
• Groupe : Sportif
• Club(s) : Basket, Kyudo
► Description physique
.


• Apparence, expressions, allure, gestuelle : (Soyez le plus précis possible ! )

Haruhiko est un jeune homme de taille relativement grande mais qui n’est pas imposant pour autant. Il a beau avoir une musculature sculptée, ils ne le rendent pas tel un body-buildeur. Mais Haru n’est pas pour autant préoccupé par son physique. Non, pour lui ce qui importe réellement est de pouvoir se pousser de plus en plus loin dans ses performances. Sa peau est parfois légèrement dorée lorsque le temps permet de pratiquer à l’extérieur et plutôt blanche lorsque vient l’hiver. Ses yeux sont typiquement japonais, tout comme le reste de son visage. Haru est un peu ce que l’on qualifiera de « Monsieur tout le monde ».  
Pour une taille de un mètre et quatre-vingt quatre centimètres, il en pèse pour soixante dix-neuf kilos. Durant son adolescence, Haru a eu une poussée de croissance bien plus grande que la normale et a toujours été plus grand que les autres à l'école. Ses cheveux sont châtains, souvent en bataille, sont plutôt difficiles à discipliner et il préfère s’y passer un coup de peigne le matin pour démêler tous les nœuds plutôt que de réussir à en faire quelque chose. Quant à son visage, l’on pourrait le décrire comme ayant une mâchoire carrée aux traits fins. Le regard qui s’y loge peut paraître souvent dérangeant. Son air interrogateur constant en énerve plus d’un.
Pour ce qui est du reste de son corps, vous l’aurez compris, Haruhiko est un grand gaillard qui ne fait pas peur à une mouche. Il a beau être musclée et entraîné, cela ne change rien à son caractère qui transpire de son être. Avantage pour le basket, ses bras et ses jambes sont longs et musclés, ainsi que de grands doigts fin. Tout un arsenal qui lui est au final un bon avantage sur le terrain.

Il est rare de croiser Haruhiko concentré. A vrai dire, il est souvent  dans la lune, l’air rêveur. Il a souvent la tête dans les nuages, littéralement. Il n’est pas du genre à tirer la tronche ou à paraître de mauvaise humeur. En réalité, il donne l’impression d’être un imbécile heureux. Un sourire souvent aux lèvres. Sa démarche est donc totalement détachée, sans style particulier. Souvent, vous le verrez avec les mains dans ses poches, regardant le ciel. Sa posture dépendra du moment. Sa musculature lui donne un aspect droit bien qu'il ne le soit jamais vraiment totalement. Ses épaules sont souvent plus relâchées et il courbe son dos vers l'arrière lorsqu'il est assit.


• Tenues vestimentaires :

Décrire l’aspect vestimentaire d’Haru ? Est-ce réellement utile ? Bien. C’est un jeune homme plutôt banal et que l’on qualifierait de discret. Il n’aime pas les couleurs trop voyantes, ni les breloques (sauf s’il s’agit d’un cadeau de Naoko ou de sa petite sœur). Il porte donc généralement des chandails en col V aux couleurs soit chaudes, soit ternes et des jeans larges. Le confort reste sa priorité comparé à l’esthétisme. L’incontournable reste néanmoins sa paire de basket. Il ne la quitte jamais (bon ok, il la change quand même !). Il est très rare de le voir porter autre chose comme genre de chaussures.
Néanmoins, outre sa tenue dite civile, il détient dans son sac toujours sa tenue pour le sport ainsi qu’une serviette-éponge, des barres pour reprendre de l’énergie et une bouteille d’eau. Vous ne le verrez jamais partir à l’école sans son sac, ou dit « kit de survie » lorsque l’on est inscrit dans un cursus sportif.

► Description psychologique
.


• Mentalité, attitude envers autrui, philosophie personnelle: (Soyez le plus précis possible ! )

Si l’on demande aux connaissances de Haruhiko de le décrire un trait qui le caractérise particulièrement, ils vous répondront tous : Il n’est pas du matin. En effet, sortir du lit est pour lui une dure épreuve quotidienne. En réalité, c’est surtout car il peine à trouver le sommeil et qu’il s’endort toujours en train de lire quelque chose, lorsqu’il tombe indéniablement de fatigue. Bref. Aller à l’école a toujours été un supplice pour lui. Il n’aimait pas ça. Et les professeurs lui rendaient plutôt bien. Ses notes n’allaient jamais au dessus de la moyenne, et ce, même s’il passait une semaine entière à essayer de réviser son examen. Son seul plaisir reste dans le sport, domaine où il excelle plus que bien. Pour en finir avec ce point là, il est compliqué d’avoir une réelle conversation avec lui de bon matin.

Mais qui est-il donc, derrière ce grand gaillard grognon du matin ? Haruhiko est un garçon sensible. Il a du mal à ne rien faire lorsqu’il voit quelqu’un en difficulté ou se sentant mal. S’il pouvait porter toute la misère du monde, il accepterait sans hésiter. Un petit chaton affamé dans un coin du quartier ? Il y laissera sa veste, quitte à ne plus en avoir après, plutôt que de le laisser tout seul et au froid. Malgré le milieu modeste dans lequel il a grandit, Haru a le cœur sur la main. Peut-être parfois un peu trop. Sa naïveté lui entraîne souvent des ennuis auprès des gens malhonnêtes.  
Il a du mal à se faire des amis à cause de cela, car souvent, l’on préfère profiter de lui plutôt que de chercher à voir qui il est vraiment. Haru est par conséquent un peu solitaire. Pas par choix, car il ne demande qu’à avoir un jour quelqu’un sur qui véritablement compter. Pour lui, la famille est importante. Surtout sa petite sœur. Il est totalement admiratif face à elle et ferait certainement tout pour qu’elle puisse être plus confortable. Quitte à dormir à même le sol sans couverture, du moment qu’elle peut avoir un endroit douillet où s’endormir.

Vous l’aurez compris, Haru ne vit que sur une ligne directive : Ne fait pas à autrui ce que tu ne voudras pas qu’autrui te fasse.

Néanmoins, Haruhiko est un grand rêveur. Il vit dans la correspondance avec Naoko un moyen de se libérer de ce fardeau de naïveté qui est le sien. Dans ses lettres il apparaît tel l'homme qu'il rêverait d'être : Jamais défaitiste, toujours souriant (et ce, même lorsqu'il est seul), ne se laisse pas abattre et voit tout positivement. Il a beaucoup d'amis et il est aimé. On ne le juge pas pour ses petits défauts. Oui, c'est ça pour lui, un Haru idéaliste.  Seulement la vérité est toute autre, il a du mal à se faire des amis (le fait est surtout qu'il a du mal à s'entourer des bonnes personnes) et l'on profite bien trop souvent de lui. Mais il n'est absolument pas rancunier, et ça, trop de monde le sait. Ce qu'il espère plus que tout en entrant à l'Université, c'est de s'approcher de cet idéal qu'il s'est construit. Car malgré tout ça, il en est venu à tenir à cette correspondance avec la jeune fille. Continuer de lui mentir ainsi devient de plus en plus un fardeau.


• Signes particuliers, manies, obsessions, phobies (etc.) :

Qu’est-ce qui caractérise plus particulièrement Haru ? Son sac. Il ne s’en sépare jamais. Et pourquoi donc ? Déjà car il contient ses affaires de sport pour l’Université. Mais aussi car l’on y trouve une poche bien particulière… Remplie de confiseries ! Et pas n’importe lesquelles, celles qu’il a reçu par colis de Naoko. Ses préférés restent les marshmallow qu’il prend plaisir à déguster. C’est son pêché mignon. Il est rare de ne pas le croiser en train de grignoter une confiserie (sauf lors des entraînements, bien entendus). Sa mère lui dit souvent de quoi par ailleurs, le sucre n’est pas bon pour les dents.

Sa grande passion reste donc le basket. Sport qu'il a partagé durant des années avec son père et qui lui a permit de se rapprocher de lui. Il y consacre bien plus de temps qu'une personne normale ne le voudrait. A vrai dire, il n'a pas grand chose d'autres à faire que des jeux vidéos ou bouquiner. Alors dès que l'envie de prendre l'air lui vient, il ne sort jamais sans son ballon sous le bras. Il participe activement au club de basket de ses écoles. Ce sport lui donne l'impression de pouvoir voler, atteindre des sommets. Et ce, sans risquer de tomber ! Car ce dont il a horreur, au dessus de toute autre chose, c’est du vide et des hauteurs. Vous ne le verrez jamais être heureux de se retrouver en haut d’une tour. Non, il sera prit aussi tôt de vertiges, voir de tremblements. Surtout qu’avec sa grande taille, les choses lui paraissent d’autant plus loin !


► Mémoires
.


• Journal intime [Top secret !]


Chère Naoko,

Je suis las. Tellement las si tu savais. Ma vie n’est qu’un tissu de mensonges continuels. Je te mens, je mens à mes parents. Je fais continuellement semblant que tout va pour le mieux. Mais c’est faux… Tellement faux, si tu savais… J’aurai tellement voulu pouvoir te montrer qui je suis réellement, mais je vis dans la peur. Dans la peur que la seule personne en qui je pose une réelle confiance finisse par ne plus m’aimer. Que fais-je en contre partie ? Je mens. Je suis si pitoyable.
Alors il est temps que j’assume qui je suis réellement. Parce que je ne peux continuer à vivre dans un tissu de mensonge. Je suis prêt à jouer la carte de la vérité. Juste parce que c’est toi. Tant pis si tu me détestes après ça, tu en auras tous les droits. Mais au moins, tu auras en face de toi le véritable Haruhiko. C’est


Soudainement, le papier se froissa et retomba sur le sol auprès de ses congénères. Un jeune homme, assis sur son bureau éclairé par la seule source de lumière de la pièce, se prenait la tête entre ses mains, maltraitant ainsi son cuir chevelu. Le chat tranquillement couché sur son lit proche de lui sursauta lorsqu’il entendit le bruit sourd que fit la rencontre entre son bureau et son front. Il soupira. Ce n’était pas gagné… Il n’y arrivait pas. Pourquoi se décider à dire la vérité à Naoko maintenant ? Elle ne l’avait jamais jugée jusque là. Elle s’en contentait très bien. C’était justement ça le problème. Il s’en voulait indéniablement de lui mentir ainsi.

Mais il était lâche. Parce qu’il tenait bien plus à sa relation avec Naoko qu’à son principe d’honnêteté qui, il devait l’avouer, n’était pas son plus grand domaine. Si pour cela il devait continuer à être le Haruhiko fictif qu’il s’était crée, alors oui, il continuerait. Parce qu’avec ça, il la gardait près de lui. Avec le temps, il avait su se rendre compte que finalement ces simples bouts de papiers étaient peut-être plus précieux qu’il ne le songeait. Son regard se dirigea vers la boite rangée à côté de son bureau. Elle contenait toute sa correspondance. Tous les mots qu’ils s’étaient échangés. Il contenait les traces de cette amitié inexplicable et qui pourtant restait un pilier de son existence encore aujourd’hui.
La seule source de bonne humeur lorsqu’il rentrait chez lui résidait dans cette enveloppe rectangulaire. Dans ces nombreux mots tracés à l’encre. Dans cette écriture délicate qu’il prenait grand plaisir à lire, encore et encore.

La tête toujours appuyé sur le bureau, il laissa ses deux bras pendre le long de son corps. Comme abandonné de toute volonté.

Non, Naoko. Il n’avait pas un groupe d’amis avec qui il faisait les quatre-cent coups et avec qui il sortait souvent. Non, il ne rendait plus son père fier de lui depuis bien longtemps. Non, il n’avait pas d’assez bons résultats scolaires. Non, les choses n’étaient pas si faciles. Ses seuls loisirs restaient maigres et relativement réduit, lorsqu’il ne s’agissait pas de basket, il aimait lire ou jouer aux jeux de console. Surfer un peu sur le net. Rien de très excitant. Sa vie était morne et plate, tout simplement. Parce qu'il était indéniablement incapable de faire quoi que ce soit d'autre.

Il se mordit la lèvre, se demandant si un jour il serait capable de tout lui dire. D’être la personne sincère qu’il rêvait d’être. Il soupira. Il commençait à se faire tard mais ses paupières refusaient décemment de montrer un quelconque signe de fatigue. Quelle chance… Il allait attaquer sa première journée à l’Université avec de jolis cernes, au moins. Se résignant en sachant très bien qu’il ne produirait rien de concluant ce soir, il décida d’aller rejoindre son lit.
Se redressant en faisant craquer le bois de sa chaise, il tendit son bras jusqu’à la lampe pour l’éteindre d’un coup sec de l’index. Tout en se dirigeant jusqu’au lit, il retira son T-shirt qu’il délaissa sur le sol de sa chambre. Il ne fallut que quelques secondes supplémentaires avant que son corps ne tombe comme un poids mort sur la literie, tête première dans l’oreiller.

Son regard se perdit légèrement dans le vide, fixé sur la pièce à moitié éclairée par les lumières extérieures. De temps à autre, l’on pouvait entendre le bruit d’une auto. Ou celui d’un chauffard roulant un peu trop vite. Tout au fond de la pièce était accroché son maillot de basket quand il était plus jeune. Il n’avait jamais pu se résoudre à le jeter. Son père lui avait offert lors de ses premiers pas dans la discipline.

Et dire qu’il était né il y a dix-neuf ans de cela déjà… Dans la ville de Kumano dans le Kansaï. Et le voilà maintenant à Keimoo, faisant ses premiers pas à l’Université. Il n’arrivait toujours pas à le croire. Il était parti de rien… Tellement rien. Et il le devait à son père. Lorsqu’il n’était encore qu’un jeune écolier, son père travaillait bien trop pour subvenir à ses maigres besoins pour avoir du temps à passer avec lui. Autant dire qu’ils ne se voyaient jamais… Il vivait avec sa mère et son nouveau mari depuis que ses parents avaient divorcés, un an après sa naissance. Cet événement n'a jamais eu de grandes incidences sur lui, il était bien trop jeune pour se rappeler de quoi que ce soit et cette situation était comme normale pour lui. Le nouveau mari de sa mère n'était pas une mauvaise personne. Il est vrai que les débuts étaient plutôt explosifs, Haru cherchant  sans doute à tester où étaient les limites de cet homme qui osait s'approcher de sa mère. Néanmoins les choses ont su se calmer et sa relation avec Junichi fut plus stable. Sa seule déception restait dans le fait qu'il n'était pas du tout du genre sportif, au grand damne d'Haru qui ressentait grandement le besoin de constamment se défouler.

Un jour, alors qu’il s’ennuyait tout seul dans un square à taper du pied avec son ballon de basket, son père lui avait fait la surprise. Voyant son fils laissé à l’abandon, il avait prit en main ce ballon et lui avait proposé une petite partie. Il se trouvait que son père adorait le basket dans sa jeunesse, mais que cela faisait bien longtemps qu’il n’avait plus joué comme il le fallait. Cette activité avait de suite plu à Haru. Pas étonnant compte tenu qu’il avait enfin quelque chose à partager avec lui.
C’est ainsi qu’il reçu en cadeau d’anniversaire son premier chandail de basket. Avec son nom inscrit dessus et le numéro 8, pour sa date de naissance. C’était leur moment. Chaque mardi soir pour une heure de temps, ils se retrouvaient au square où se trouvait le terrain de basket pour jouer ensemble. Mais le jour de ses douze ans, alors qu’il allait lui annoncer qu’il avait été sélectionné pour entrer dans l’équipe de basket de son école, son père lui fit part d’une nouvelle beaucoup moins joyeuse. Il allait déménager à Sapporo, qu’on lui avait offert un poste digne de ce nom et qu’il allait enfin pouvoir payer ce qu’il devait à sa mère pour ses frais quotidiens. Les choses ne furent plus pareilles après ça. Leur relation ne consistait qu'en de maigres échanges téléphoniques. Quoi de neuf ? Rien. Ah. D'accord... Je t'embrasse.

Il s’en souvenait comme si c’était hier. Cette nouvelle ne l’avait pas du tout enchanté. Mais il avait fait une promesse à son père, qu’un jour il arriverait à passer à la télévision et qu’il pourrait le voir jouer. C’est ainsi qu’il ne lâcha plus la discipline, bien décidé à toujours s’améliorer. Le sport fut le seul domaine dans lequel il se montra doué par ailleurs. Ses résultats scolaires avaient toujours été de moyen à médiocres. Mais le basket lui avait permit de décrocher une bourse dans une prestigieuse Université, ce n’était pas rien !

Quitter Kumano fut difficile. Parce qu’il y avait laissé sa petite sœur avec qui il avait l’habitude de partager des moments de jeux vidéos. Après le divorce de ses parents, sa mère avait retrouvé un mari. Un homme respectable gagnant assez bien sa vie pour subvenir à leurs besoins essentiels. Ils eurent tous les deux un nouvel enfant, Kaoru. Sa venue fut comme étrange pour lui. Parce qu'il n'arrivait pas à concevoir qu'en ayant déjà un enfant, on puisse en vouloir un autre. Mais c'était une pensée d'un jeune garçon de 4 ans et demi. Car lorsqu'elle vint au monde, il se jura d'être son grand chevalier protecteur ! Ses deux grands yeux papillonnants et ce sourie si innocent eurent vite raison de sa tendresse.

Une chose néanmoins lui avait permis de quitter sans trop de remords sur sa petite sœur : celle de tout recommencer à zéro. Pouvoir espérer être une nouvelle personne, beaucoup plus en harmonie avec ce qu’il aspirait. N’ayant pas encore d’adresse, il chargea sa mère de s’occuper du suivit de son courrier.

Peu de bagages en main, mais  bien déterminé à réussir sa carrière sportive, c’est ainsi qu’il s’était retrouvé dans cette chambre Universitaire légèrement poussiéreuse.





• Relations proches et familiales : (qui vous a élevé / avec qui vous vivez, etc.)

¤ Arata Ishikawa (42 ans) – Père
Père grand travailleur et souvent absent lorsqu’il était jeune pour subvenir aux besoin de la famille. Il s’est rapproché d’Haru vers ses 8 ans, lorsqu’il lui apprit à jouer au basket. C’était une passion de jeunesse qui ne l’avait jamais quitté et qu’il transmit à son fils. Lorsqu’il a décidé de déménagé loin de la ville, Haru était âgé de 12 ans.

¤ Sachiko Nakamura  (41 ans) – Mère
La mère d’Haru l’eut relativement jeune, ce qui la força à arrêter ses études pour élever son fils, mais cette vie de tensions a provoquer le divorce de ses parents. C’est une femme douce, tendre, totalement effacée. Si on ne la sollicite pas, il est rare qu’elle vienne d’elle-même. Jamais depuis qu’il est né, il ne l’a entendue élever le son de sa voix. Ce  qui ne lui empêche pas d’être intransigeante sur un point : la scolarité. Elle désire plus que tout qu’il réussisse à faire carrière et le pousse à étudier pour ne pas régresser.

¤ Junichi Nakamura  (50 ans) – Beau-père
Nouveau mari de sa mère. Ses relations avec Haru ne sont pas mauvaises, c’est un homme bon et consciencieux qui gère bien la nouvelle petite famille. Malheureusement pour Haru, c’est un homme très doué et appliqué, très peu intéressé par le sport.

¤ Kaoru Nakamura (15 ans) – Petite demi-sœur
Kaoru est indéniablement une artiste née. Tout ce qui touche un jour ses doigts peut se transformer en or. Haru est  certainement un de ses plus grands fans.

¤ Naoko Tanaka (17 ans) – Correspondante
Relation née d’un total hasard. Car s’il n’avait reçu par erreur un courrier de la jeune fille, ils ne se seraient jamais connus. Ayant reçu de sa part une réponse très certainement surprenante, elle se prit heureusement au jeu de la correspondance. Depuis, il ne se passe pas une semaine sans qu’une lettre ne soit envoyée ou un petit mail échangé.  


CARTE DU MEMBRE:
||  Michi (ou Mimi) ||
•• Googe images ••


• Âge: 22 ans
• Localité (facultatif): Entre deux continents. (France / Québec)
• Etudes ou profession (facultatif): Dans l'Education Spécialisée
• Comment as-tu découvert Keimoo: Par une Pub sur Facebook :)

• Ton niveau de fréquence: Je dirai à un post toutes les semaines en période scolaire intense, sinon deux à trois posts.
• Remarques, suggestions: Aucune, cap'tain !
• Souhaites-tu un parrain ? Non, ça ira :3
• Aimes-tu les chats ?


Dernière édition par Haruhiko Nakamura le Ven 26 Aoû 2016 - 18:17, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/MichiyoPictures http://keimoo.forum-actif.net/t10287-haruhiko-nakamura-le-ballon-dans-la-peau http://keimoo.forum-actif.net/t10292-carnet-de-bord-d-haruhiko-nakamura http://keimoo.forum-actif.net/t10343-livret-scolaire-d-haruhiko-nakamura
Naoko Tanaka
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 769

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Haruhiko Nakamura, le ballon dans la peau.   Mar 4 Aoû 2015 - 21:39

Comme je t'ai dis, je me charge de ta correction.
Tout d'abord, je te remercie de l'intérêt que tu portes à Haruhiko, et je suis ravie que tu te l'approprie !

Bref, du coup, voyons tout ça en détails


► Général :

Une fiche bien construite, agréable. Quelques petites fautes par ci par là mais rien de très gros qui dérange la lecture.


► Description physique

Physique : 364/350 mots

Ce que tu as écrit me convient en règle générale. Ce sont juste sur des détails que je vais un peu chipoter

Citation :
De couleur châtain, l’on y voit quelques reflets blonds et roux

Si Haru est un japonais pure souche, c’est assez peu probable que ses cheveux ai des reflets blonds et roux naturellement.

> Qu’en est-il de sa posture ? Est-il plutôt droit ou un peu courbé, voir totalement penché ?

Vêtements : 162/150 mots

Tout est ok.


► Description psychologique

Mentalité : 377/350 mots

Ok.

> Ce serait bien que tu développes ici un peu la manière dont il se perçoit. Ce qu’il n’assume pas chez lui, et ce qu’il essaye de changer. J’aurais aussi aimé voir en parallèle la manière dont il se présente dans ses lettres à Naoko.
Ca ressort dans l’histoire, mais je pense plus judicieux de le présenter ici.

Signes particuliers : 161/150 mots

Ok ici aussi.

> Tu peux développer un peu plus sa passion pour le basket dans cette partie. Concrètement dans sa vie de tous les jours, quelle place possède ce sport pour lui.


► Mémoires

Histoire : 1325/700 mots

Je n’ai pas grand-chose à redire sur cette partie, c’est plutôt agréable à lire et bien construit.

> J’aurais bien aimé que tu développes un peu sa relation avec son beau-père et sa réaction au divorce lorsqu’il était assez grand pour le comprendre. A-t-il eu une période de rébellion ?
Malgré le déménagement de son père, est-ce qu’il le voit toujours ?
Comment a-t-il vécu la naissance de sa petite-demi-sœur ?

Relations : 322/100 mots

Parfait.



Voilà, tu as quelques modifications à faire, mais en soit, c’est déjà très bien ! Tu peux mettre les changements en gras, que je puisse les voir du premier coup d’œil.

__________________________________________________


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
Haruhiko Nakamura
▼ Université - 3ème Année - Capitaine Basket
▼ Université - 3ème Année - Capitaine Basket
avatar

Genre : Masculin Capricorne Cochon Age : 21
Adresse : Résidence U. - RDC - Chambre 2
Compteur 199
Multicompte(s) : Arata Masuda | Populaire

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Haruhiko Nakamura, le ballon dans la peau.   Mar 4 Aoû 2015 - 22:07

Merci ! :D

Voilà, je pense avoir terminé les modifications A01

__________________________________________________


Falling in love
Every single days.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/MichiyoPictures http://keimoo.forum-actif.net/t10287-haruhiko-nakamura-le-ballon-dans-la-peau http://keimoo.forum-actif.net/t10292-carnet-de-bord-d-haruhiko-nakamura http://keimoo.forum-actif.net/t10343-livret-scolaire-d-haruhiko-nakamura
Naoko Tanaka
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 769

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Haruhiko Nakamura, le ballon dans la peau.   Mar 4 Aoû 2015 - 22:20

Du coup, après modification, j'ai l'honneur de t'annoncer que je te valide !

Félicitations !

Tu peux désormais rp, et je vais te mettre ta couleur !

Niveau administratif, il te reste quelques petites démarches :

• Inscriptions aux clubs : Clic !
• Demande de rang : Clic !
• Scolarité et Chambre universitaire : Clic !
• Réservation d'avatar : Clic !
• Demandes de RP : Clic !

• Après trois RPs entamés, il te faudra faire une chronologie ici : Clic !

Have fun !

__________________________________________________


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
 
Haruhiko Nakamura, le ballon dans la peau.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La musique dans la peau
» Pourtant t'es beau comme une comète, j't'ai dans la peau, j't'ai dans la tête.
» Ayez le rythme dans la peau ; Maracasse
» A la recherche d'un endroit calme [libre]
» J'adore qu'on dise du mal de mes amis c'est la seule chose qui m'aide à me sentir mieux dans ma peau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Administration ₪ :: ► Les personnages :: Fiches validées :: Université :: Garçons :: Fiches validées :: Fiches 2015 et antérieur-
Sauter vers: