₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maku Morichi
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 75

KMO
                                   :

MessageSujet: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Sam 25 Juil 2015 - 21:27

Je toussais. Puis je repris ma respiration. Allongé dans mon lit, je quittais un instant ma lecture pour regarder le plafond. Je posais une main sur mon front. Il était chaud, encore. Saleté de fièvre. Enfin, c'était plus que cela. Un bon coup de chaud. Une insolation, comme dirait les médecins. Mon aventure au zoo ne s'était pas très bien terminé pour moi. Bien que sauf, je m'étais évanoui. Miyuki, qui se sentait responsable de ce qui m'était arrivé, s'occupait de moi, depuis que je suis alité. Elle revenait dès qu'elle avait fini avec son club pour me soigner. C'était un de ses bons côtés.

Sauf que ce soir, elle ne reviendrait que tardivement. Ses amies l'avaient invitée, et bien qu'elle avait refusé au départ, je lui avais dit d'y aller, que je pouvais m'occuper de moi tout seul. Le fait que nos parents soient occupés par leur travail ce mois-ci ne me gênait pas non plus. Je n'aimais pas vraiment que l'on s'occupe de moi, d'ailleurs. Alors être malade, c'était le pire scénario, car je ne pouvais éviter que je sois le centre d'intérêt.

N'ayant aucune idée de l'heure, mais me sentant assoiffé, et dans l'idée de prendre un peu l'air, je me décidais à me lever de mon lit. Je pris un peu d'eau et épongeais mon front avec un gant humide et froid. Balayant du regard ma chambre, je voyais mon volet fermé, bien que les fenêtres ouvertes. Un ventilateur à pied était présent aussi. La seule source de lumière présente venait de ma lampe de chevet, afin que je puisse lire.

Je tirais mon drap puis me rhabillais lentement, un peu étourdi. La fatigue me prenait, mais pour mon bien, je me devais de sortir au moins un peu. J'irais boire quelque part. Ce ne sera pas plus mal. Je me rappelais d'un salon de thé au quartier Bougu. Bon, je n'y étais jamais allé, mais j'en avais entendu parler. Aussi, c'était assez loin, mais autant me concentrer sur ce que je connaissais. Je n'étais pas en état de réfléchir. Je prendrais le bus. Descendant les escaliers après être sorti de ma chambre, je cherchais un masque dans l'étagère où se trouvait tout ce qui était médicament et cetera. Je ne voulais pas partager mes microbes, même si c'était juste une insolation. Au moins, je ne gênerais personne.

Je sortais alors, prenant une veste légère avec moi, en direction de l'arrêt de bus qui allait vers le quartier où je me rendais. J'avais pris aussi une bouteille d'eau fraîche avec moi, au cas où. Je fis en sorte d'être le plus possible à l'ombre, même dans le bus. En voyant le ciel, la soirée était entamé. Je remarquais avoir oublié mon portable. Tant pis, trop tard pour faire demi-tour. De toute façon, je ne traînerais pas là-bas non plus.

Une fois là-bas, j'essayais de me rappeler où se situait le salon de thé. Je dû demander à un passant pour m'y diriger. Mais j'étais bien content de ne pas tarder à m'y retrouver devant. La fatigue dû à ma condition me donnait envie de rester assis voire allongé. Mon lit me manquait déjà. J'entrais doucement, chaque pas me demandant un effort, avant de me diriger sans tarder à une place libre. Une fois assis façon Seiza, comme ce genre de mieux le demandait, je ne pu m'empêcher d'étaler le haut de mon corps sur la table, la tête dans les bras, fermant les yeux. J'étais fatigué. J'allais me reposer un peu en attendant qu'un serveur ou une serveuse n'arrive. Et si jamais ils me critiquaient, je leur expliquerais ma condition, en espérant qu'ils soient compréhensifs.


Dernière édition par Maku Morichi le Dim 30 Aoû 2015 - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
Naoko Tanaka
▼ Université - 1ère année
▼ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 747

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Mar 28 Juil 2015 - 5:59

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"If I knew this would bring you this much pain",
Says the cat, "I would've eaten all of it.
And then I would've told you that I saw it fly away.
Fly away to the end of the earth.
Where it's so far that no one ever comes back."

Mettant ma main en visière pour protéger mes yeux du soleil, je déambulais doucement dans les rues du quartier Bougu, l’air las. Les cours étaient terminés pour la journée et comme à mon habitude, je me rendais à mon part time job. Je n’étais pas pressée. Alors je prenais mon temps, les yeux rivés vers le ciel. Le quartier n’était pas fréquenté en journée. Et bien qu’un peu moins huppé que le reste de la ville, c’était agréable. A chaque fois que je m’y rendais, j’avais l’impression qu’ici, la vie était plus vraie. Moins rose et lisse. Moins scintillante et droite. En un sens, ça me rassurait. J’aimais bien ce quartier.

Arrivée aux abords du salon de thé, je récupérais le trousseau de clé et relevais le rideau de fer, puis déverrouillais la porte vitrée de l’établissement. Tout en pénétrant dans la salle accompagnée du tintement caractéristique, je retournais l’écriteau qui affichait maintenant « ouvert ». Passant à côté de l’aquarium, je fus accueilli par le Chat qui vint se frotter langoureusement à ma jambe nue.
J’étais seule aujourd’hui. Et cela arrivait de plus en plus fréquemment. L’endroit auparavant animé avait fini par devenir désert. La disparition de Yui depuis bien trop longtemps égrainait chaque jour un peu plus les employés et les clients. Et comme libéré d’une douce emprise, ils s’évanouissaient de mes souvenirs de ce salon de thé au nom changeant. Qui n’avait plus changé depuis longtemps. Trop longtemps.

Ainsi commençait le bal qui avait lieu chaque jour après les cours. Déposant mon sac dans le vestiaire des employés qui n’affichait maintenant plus que deux noms, je quittais aussi mes vêtements salis par la sueur de la journée, pour enfiler un short et un débardeur propre et frais ainsi que mon tablier de service. Puis, attrapant la gamelle de l’animal, je versais la quantité adéquate de croquettes pour le Chat, qui manifestait toujours son appréciation d’un miaulement rauque. Je profitais alors de son intérêt pour la nourriture pour changer son eau.

Ensuite, dans le silence du croquemitaine du thé disparu, je nourrissais de paillettes multicolores les combattants qui virevoltaient entre eux, et essuyais la vitre tout en suivant leur manège hypnotisant des yeux.
Enfin, dans l’attente inutile de clients, je prenais soin de la salle, l’époussetant, la balayant, la polissant. Mais rien n’y faisait. Elle semblait toujours désespérément vide. Désespérément triste. Désespérément figée dans l’absence de son chef d’orchestre.
Je finissais toujours par fuir l’immensité de cette salle inoccupée, qui ne représentait maintenant plus pour moi l’ambiance zen qu’elle apportait pourtant aux rares clients de passage, inconscient du manque. Alors, je partais en cuisine, et finissais toujours par préparer des pâtisseries. Au cas où.

Le même enchaînement se répétait comme un disque rouillé. Et chaque jour, accoudée au comptoir séparant la salle de la cuisine, en compagnie du Chat qui venait se glisser près de ses bras, je fixais la porte. Dans l’espoir que la silhouette courbée de Valentine la traverse. Et je l’accueillerais avec des gâteaux sortis du four, et un thé dans un service que je n’aurais pas cassé.

Au cas où.

La journée tirait en longueur, et je restais malgré l’inactivité du salon. La soirée commençait à pointer le bout de son nez, et la rue reflétée derrière la vitrine se remplissait doucement, dans le va et vient de la vie citadine. Le soleil venait baigner la salle de ses rayons aux teintes orangées et grenats, caressant doucement les ornements typiquement japonais et les tables en bois laqué. J’allais bientôt fermer.

Me rendant auprès du four où reposaient des muffins aux fruits rouges en train de gonfler, je restais accroupie, pensive. Je ne songeais pas à quitter cet endroit. Pas encore. Mais au fond de moi, je redoutais le moment où cela arriverait. Posant ma tête au creux de mes bras, je soupirais. J'aimais ce salon de thé.

La clochette au cou du Chat teinta, m’indiquant qu’il avait anormalement quitté son poste d’observation. Je l’entendis s’éloigner vers la porte puis s’arrêter. Et quelques secondes plus tard, ce fut au tour de la cloche de l’entrée de résonner dans le calme de l’établissement.
Surprise et curieuse, je passais timidement la tête au-dessus du comptoir. Ce n’était pas Yui, et le Chat, fidèle au poste, accompagnais l’arrivant jusqu’à la table qu’il avait choisi. Je cru reconnaître un visage familier, mais ça ne me revint pas sur le coup. Immobile, je l’observai s’avachir à sa place. Il n’avait pas l’air en forme. Je levais les yeux un instant vers le plafond, réfléchissant et parti en direction de la cuisine.

Quelque minute plus tard, j’étais au côté du garçon qui dormait presque sur la table. Et doucement, je vins déposer une tasse de tisane au tilleul dans laquelle j’avais ajouté une touche de miel. La coupelle émit un tintement familier au contact du bois, et ce son dessina sur mes lèvres un sourire attendri sans que je ne m’en rende compte.

Ici, il n’était pas rare que les clients soient servis sans commander. Lorsque j’étais arrivée la première fois, j’avais été surprise, mais, il semblerait que les gens venaient en partie pour ça. Et le personnel, dans le souci du service, choisissait et confectionnait la commande qui semblait la plus adaptée au client. Peu habituée à l’exercice, j’avais opté pour ce choix en vue de l’état du jeune homme, la tisane étant conseillée en cas de fièvre, de maux divers et était plutôt facile à digérer. Néanmoins, j’avais l’appréhension de savoir s’il allait aimer, comme à chaque fois.

Ainsi, glissant le plateau sous mon bras, et l’expression plus douce qu’à l’accoutumée, je murmurais presque, pour ne pas l’effrayer.

« Bonsoir. Bienvenue. »

Et lorsqu’il releva la tête, je fus surprise de voir qu’il s’agissait du jeune homme du club de photographie. Repensant aux événements passés, mes joues vinrent se teinter d’un rose léger, et je détournais les yeux.

« J’espère que ça vous… te plaira. »

Je n’aurais jamais cru le revoir dans ce contexte-là.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
Maku Morichi
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 75

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Mar 28 Juil 2015 - 17:54

Malgré la fatigue que causait mon état de faiblesse, j'arrivais au salon de thé dont j'avais entendu parlé. J'entrais sans trop attendre, même si la soirée arrivait, la chaleur m'affectait beaucoup. Je me demandais si finalement, sortir était une bonne idée. Je n'étais pas dans ma meilleure forme, j'avais presque l'impression que j'allais m'évanouir d'un moment à un autre d'épuisement. Mais il me fallait changer un peu d'air. J'espérais juste ne pas embêter les autres et ne rien leur refiler.

Je fus accueilli par... un chat. J'étais assez surpris de voir un animal domestique ici. Il semblait me regarder. Je le saluais d'une voix faible. Je n'y prêtais pas plus d'attention et me dirigeais vers une place. Un tintement de cloche à côté de moi, me suivant, me fait dire que le chat me suivait. Surprenant. Etait-il dressé ou curieux ? Une autre chose surprenante était que le salon était... vide. N'ayant aucune idée de l'heure, je ne savais pas si cela était normal ou pas, mais je trouvais cela dommage.

Après m'être assis, je finissais par me laisser aller sur la table. Je me laissais dormir à moitié, déjà fatigué par le voyage. J'ai juste envie de dormir. Mon état végétatif à la maison n'était pas complète, car je lisais. Ma sœur m'avait apporté un tas de livre pour le temps pendant lequel j'étais à la maison et qu'elle n'était pas là. Je dormais déjà beaucoup la nuit. Enfin, je pense. La fatigue venait vite, et en me réveillant le matin, j'avais un plateau avec un petit déjeuner léger dessus. Mais personne à la maison. Je ne voyais donc ma sœur que le soir, ainsi que mes parents un peu plus tard, qui prenaient de mes nouvelles. Je n'avais cependant aucune autre personne pour en prendre. J'avais rompu tout contact avec ma vie à Tokyo pour mieux redémarrer ici. Et je n'avais pas encore le moindre réel ami. Donc mes journées étaient longues et solitaires. Ou presque : je n'avais comme compagnie que mes lectures.

Un léger bruit me sorti de ma somnolence. Le son d'une voix qui m'accueillait me fit me ressaisir. Une serveuse semblait être arrivée. Clignant des yeux, me redressant, je vis d'abord une tasse. Tiens... j'avais commandé ? Je ne me souvenais pas de l'avoir fait... Je regardais la tasse, silencieusement, me souvenant de la dernière fois que j'avais vu du thé : la cérémonie. Le salon de thé me fait ressurgir ce souvenir. Mais je n'y prêtais pas plus d'attention. Difficilement, je levais mes yeux endormis vers la présence à côté. Tiens ?

« Tanaka...-san ? »

Je crois que je dois être dans les vapes. Voilà que je repense à la jeune fille avec qui j'avais discuté ce jour-là. Sa performance surprenante pour un exercice de Cérémonie de Thé avait fait qu'une photo la montrant en plein exercice avait été sélectionnée. Encore plus surprenant, c'était une de mes photos. J'avais eu les félicitations de ma sœur ce jour-là. Voilà que tout me faisait halluciner et mettait la tête de cette fille à la place de la serveuse. J'essayais de reprendre mes esprits, mais elle était toujours là. Donc c'était... la réalité ? Sa voix me confirmait ce fait.

« J’espère que ça vous… te plaira. »

Je clignais des yeux. Elle semblait avoir détourné les yeux. J'avais l'impression qu'elle rougissait. C'était peut-être qu'une impression, ma fatigue n'aidait pas. Mon cerveau tente de fonctionner. Machinalement, je regardais la tasse à nouveau. J'abaissais mon masque et soulevais ma boisson, la portant au plus près de mon visage. J'essayais de sentir l'odeur que ce liquide laissait, avant d'en prendre une courte gorgée. Je n'en avais pas souvent pris, mais je reconnaissais rapidement ce qu'on m'avait servi : une tisane. Le goût semblait légèrement sucré. C'était agréable.

« C'est bon... »

Je reposais la tasse et regardais la jeune fille. Puis je regardais l'endroit à nouveau. Et à nouveau elle ensuite. Travaillait-elle ici ? Il semblait que c'était le cas. J'étais d'ailleurs surpris de savoir qu'une personne allant au lycée de Keimoo avait un boulot.

« Merci... Tu... travailles ici ? » finissais-je par demander. L'endroit était vide, je pouvais me permettre de lui parler un peu. Je toussais en prenant soin de mettre mon bras devant ma bouche. Bon sang... je n'aime pas être comme cela. Surtout que ce n'était pas une fièvre basique.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
Naoko Tanaka
▼ Université - 1ère année
▼ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 747

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Lun 3 Aoû 2015 - 1:21

J’étais satisfaite. Mon choix lui avait plu, alors qu’en soit, rien n’était gagné d’avance. Et il m’était déjà arrivé plusieurs fois de devoir recommencer une commande, parce que j’avais mal visé. Je n’avais pas énormément d’intuition pour ce genre de chose, et, je ne m’y connaissais pas énormément non plus. J’avais fini par apprendre un peu sur le tas.

Quand j’y repensais, c’était étrange que Yui m’ait embauchée en premier lieu. Je n’étais pas la personne la mieux placée pour faire du service. Et après tout, il ne connaissait pas grand-chose de moi. Et ce n’était même pas comme-ci je m’étais proposée pour le poste. Et pourtant, à Noël, parmi la montagne de cartons du sapin de noël du centre commercial, j’avais trouvé sa carte. C’était du Valentine tout craché.

Je fus tirée de mes pensées par le Chat qui revint à mon côté, contre ma jambe. Il n’était vraiment pas farouche, et prenais toujours soin d’accueillir les clients avant de revenir. Le plus amusant dans tout ça, c’est que nous n’avons jamais cherché à lui apprendre ça. A part le dressage basique de la propreté, il était un peu libre de faire ce qu’il voulait. Et apparemment, il tenait à lui aussi s’occuper du salon, à sa manière. Enfin, c’était ce que j’aimais penser.

Je m’accroupis alors et vint caresser l’animal doucement. Je relevais les yeux vers l’unique client lorsqu’il m’adressa à nouveau la parole. Sa question me semblait assez évidente. Après tout, je ne l’aurais pas servi si je ne travaillais pas là. Mais vu qu’il n’avait pas l’air très en forme, je mettais cela sur le compte de son état. A sa hauteur puisque j’étais accroupie, je lui répondis donc, toujours sur le même ton doux qui était assez rare de ma part :

« De rien. Et, oui, depuis Janvier. »

Quand j’y repensais, ça faisait peu de temps. 8 mois. Et pourtant, j’étais tellement à l’aise ici, que j’avais l’impression que ça faisait plusieurs années. Mon regard coula doucement sur la décoration autour alors que je commençais à me perdre à nouveau. Je repensais à mon arrivée. A mon apprentissage. Aux anciens employés. A l’époque où le salon de thé ne désemplissait pas, rempli par la curiosité et l’originalité du lieu. J’aurais tellement aimé que ça redevienne ainsi. Comme avant.
Je reportais mon attention sur le garçon du club photo, tiltant sur des mots qu’il avait prononcé plus tôt. Ça avait mis du temps à arriver jusqu’à mon cerveau, mais il valait mieux reprendre tout de suite plutôt que de rater le coche.

« Au fait… Ici, c’est Naoko. »

Au salon de thé, on appelait les employés par leur prénom. Il n’y avait pas cette notion de conventions sociales si présentes au Japon. Yui l’avait instauré comme ça, et moi, ça me convenait. J’avais l’impression que l’ambiance était plus… familiale. Plus intimiste. Ici, on ne se jugeait pas en termes de statut, ou d’âge. Et c’était agréable.

Remarquant qu’il avait terminé sa boisson, j’en profitais pour le débarrasser, posant délicatement la tasse sur mon plateau et me relevant. Je faisais extrêmement attention, puisque j’avais la fâcheuse tendance à casser toute chose fragile me passant entre les mains. En particulier la vaisselle. Et le nombre de fois où je m’étais fait reprendre sur ça avait fini par me donner le réflexe de porter une attention plus que soutenue sur le moindre de mes gestes lorsque je tenais quelque chose de fragile.
Ainsi, avec cette minutie, je me dirigeais vers la cuisine pour aller poser la tasse et la laver directement. Toujours avec précaution. Revenant au niveau du comptoir, je m’adressais au jeune homme.

« Est-ce que tu veux boire autre chose ? »

Cette fois-ci, je le laissais choisir. Je pouvais lui faire la même chose, s’il en avait envie. Mais je lui donnais quand même l’occasion de commander quelque chose qu’il préfèrerait peut être.
Cependant, une odeur vint me chatouiller les narines, et je compris immédiatement de quoi il s’agissait. Lâchant un « Ah ! » de surprise, je filais à nouveau vers la cuisine, enfilais les maniques et sortie mes muffins du four.

La cuisson était parfaite, et un peu plus les aurait fait trop cuire. A force de faire des pâtisseries, j’avais pris l’habitude de reconnaitre à l’odeur si la cuisson était suffisante. J’étais satisfaite de moi, ils avaient l’air bon. Et en plus, cette fois-ci, j’allais peut être avoir l’occasion de les faire gouter à quelqu’un d’autre que mon colocataire. Puisque je ramenais toujours le surplus à la maison.
Déposant les petits gâteaux dans un plat en porcelaine, je me dirigeais ensuite vers la table de mon seule client, et le déposais devant lui.

« A moins que tu ne veuilles manger ? »

En tout cas, si lui n’en voulait pas, j’allais me faire plaisir pour en déguster au moins un, ça, c’était sûr !

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
Maku Morichi
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 75

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Lun 3 Aoû 2015 - 11:31

J'avais eu l'agréable surprise de me voir apporté un bol de tisane au goût légèrement sucré pendant que j'étais en train de somnoler à moitié. N'ayant pas la possibilité d'en préparer chez moi, car j'étais trop fatigué pour faire autre chose que lire – alors imaginez l'effort nécessaire pour venir jusqu'ici – je fus content de pouvoir en boire un peu. Cela me faisait du bien. J'avais remercié alors la serveuse qui n'était autre que la fille du club de la Cérémonie du Thé. Assez surpris, je lui demandais alors, un peu stupidement, si elle travaillait ici. Elle répondait affirmativement en ajoutant que c'était le cas depuis Janvier... Plusieurs mois donc. J'acquiesçais doucement en signe que j'avais compris puis je me mis à boire à nouveau de la tisane. Je finissais rapidement mon bol, appréciant la boisson, et entendant entre-temps me dire de l'appeler Naoko. Je reposais mon bol et m'essuyais ma bouche avant de regarder dans sa direction. Voilà donc son prénom.

« D'accord. Merci Naoko. »

Je tentais un sourire qui ne fut que léger à cause de ma fatigue. Qu'est-ce que je détestais être dans cet état... Je la vis ensuite me débarrasser, et pendant qu'elle était retourné dans la cuisine, je refermais les yeux, essayant de conserver mon énergie. Je remontais mon masque devant ma bouche alors que je toussais, évitant de partager mes microbes, au cas où, encore une fois, même si mon état de faiblesse n'avait rien à voir avec une quelconque maladie. Je me rappelais encore de mon immobilité tandis que le serpent me grimper dessus, que j'avais très chaud, sans possibilité de m'hydrater, planté au soleil, avant que quelqu'un ne m'enlève ce serpent et... que ne me souviennes plus de rien. Ma sœur m'avait dit que je m'étais tout à coup évanoui. Résultat, une insolation. C'était pas cher payer, mais quand même... Je n'avais cependant pas de nouvelle de Hisaka... et ce dernier n'avait pas pris de nouvelle non plus. D'un autre côté, savait-il mon état ? Aucune idée.

Naoko revint en me proposant à boire, avant de s'exclamer et de retourner au niveau des cuisines. Je réfléchissais alors à ce que je pourrais bien boire. Puis elle revint avec un plat rempli de... muffins ? Elle me demandait si je préférais manger. Demandant l'autorisation d'abord, j'en prenais un et le goûtais. Il était bon. Je mangeais le reste du muffin rapidement.

« Il était bon... Euh... Est-ce que tu as quelque chose de frais et qui hydrate bien ? »

Je ne savais pas vraiment ce qu'ils avaient au menu, donc je préférais demander le type de boisson que je voulais. Avec la chaleur de l'été, quelque chose de frais me ferait le plus grand bien. Il était important de boire, surtout dans mon état. La fatigue me prenait beaucoup, rendant difficile de garder les yeux ouverts, mais je tenais bon. Je n'avais pas envie de m'écrouler non plus de fatigue devant elle. Après j'allais me faire sermonner par ma sœur... Je regardais ensuite à nouveau l'endroit.

« C'est une période creuse, actuellement ? » demandais-je, surpris quand même d'être le seul client. Je n'avais aucune idée de l'heure actuelle, mais ne voir personne d'autre ici restait tout de même assez étonnant.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
Naoko Tanaka
▼ Université - 1ère année
▼ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 747

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Jeu 6 Aoû 2015 - 1:54

Après qu’il s’était servi, j’attrapais moi-même un muffin et commençais à le manger doucement, croquant directement dans le gâteau. En temps normal, ça ne se faisait pas vraiment de manger devant un client mais… Et bien, il n’y avait que lui, et c’était un camarade de lycée. Alors je pouvais bien faire exception. Et puis, l’odeur sucrée venait me titiller les narines depuis trop longtemps pour que je résiste. Satisfaite de mes créations, je notais quand même dans ma tête les points à améliorer. De mon point de vue, on ne sentait pas assez l’acidité des fruits rouges. Il fallait que je corrige ce point la prochaine fois.

Me levant pour aller voir ce que nous avions en réserve qui correspondait à sa demande, je m’excusais auprès de lui en m’inclinant légèrement, puis partait en cuisine. Je vérifiais au frigo, mais il n’y avait rien de bien intéressant. Prenant mon temps pour aller fouiller dans l’arrière salle, là où toutes les commandes étaient stockées, je cherchais minutieusement. A vrai dire, depuis le départ de Yui, nous n’avions pas vraiment remplis les stocks. Il était le gérant, donc, il s’en occupait. Et comme le nombre de clients diminuait de jour en jour, nous n’avions pas spécialement le besoin de passer une commande à perte.

Le seul souci était qu’il fallait fouiller pour trouver ce qu’on voulait. Et qu’il ne restait pas tout le choix qu’il pouvait y avoir en temps normal. Heureusement, dans un des réfrigérateurs de la réserve, je fini par trouver mon bonheur. Enfin. Pas le mien, mais, ça revenait au même.
Revenant avec une bouteille en main, je déposais quelques glaçons au fond d’un grand verre, une rondelle de citron sur le bord et le remplissait. J’allais ensuite le déposer sur la table du garçon, faisant tinter les glaçons dans le liquide ambre. Je m’asseyais alors en face de lui, avant d’ajouter.

« Un thé glacé aux fruits exotiques te convient ? Je l’ai préparé avant-hier, alors, il est frais. »

Et je l’avais mis en réserve, ne pensant pas qu’il servirait de sitôt. Comme quoi, certaines choses imprévisibles pouvaient avoir lieu. Et même si la conversation était décousue, j’étais plutôt contente de voir une silhouette autre que la mienne ou celle de Zakuro se tenir dans cette pièce. Je crois que, je me sentais un peu moins seule, comme ça. Ça me changeait, et ce n’était vraiment pas désagréable comme sensation, d’avoir un peu de compagnie.

Je souriais légèrement à cette pensée. Sans que je ne m’en rende compte, quelque chose d’infime avait changé en moi. Il y a de cela 2 ans, je n’aurais jamais pensé trouver du réconfort autrement qu’en m’isolant. C’est ce que j’avais l’habitude de faire. Peu à peu, je m’étais rapprochée des gens. Je m’étais fait des amis. Et même si je trouvais toujours cela plaisant d’avoir mes moments de solitude et de calme, je ressentais aussi le besoin d’être en compagnie de quelqu’un. Même sans parler, même sans rien faire. Tout simplement pour sentir de la vie à mes côtés. De sentir une possibilité de contact, même si celui-ci n’était finalement établi. Je crois que je ne saurais jamais ce qui avait provoqué ce changement. Peut-être que j’avais grandi, un peu ?

La voix du jeune homme en face de moi me fit un peu sortir de mes réflexions, comme happée à nouveau dans la réalité. Je le fixais un instant, puis tournais mon regard vers la salle avant d’abaisser les paupières, affichant une mine de presque regret :

« C’est… compliqué. »

Me contentais-je de dire. Je me voyais mal expliquer, puisque moi-même j’avais du mal à comprendre. Il fallait vivre l’attraction de Yui pour connaitre et toucher du doigt la sensation de vide qui nous envahissait lorsqu’il n’était plus là. C’était étrange. Alors je ne voyais pas l’intérêt d’essayer de poser des mots dessus. C’était compliqué.

Posant mon coude sur la table, j’y appuyais ma tête d’un air las et reportait mon attention sur mon client personnel. Il n’avait vraiment pas l’air dans son assiette. Je me demandais même comment il avait réussi à marcher jusque-là. De l’avoir devant les yeux m’inquiétais un peu. Par habitude de m’occuper de ma sœur, voir des gens malades réveillait en moi un instinct protecteur. Que j’essayais quand même de calmer -et qui avouons-le, était infiniment moins fort qu’avec ma sœur-.
Tout en le toisant de haut en bas, tentant d’évaluer son état comme on jauge un adversaire, je lâchais alors, une pointe de souci dans la voix :

« Tu ne devrais pas aller à l’hôpital vu ton état ? Ça me semble assez sérieux. »

Et dire que je ne connaissais même pas son nom, et que je commençais déjà à me mêler de ce qui ne me regardait pas. Décidément, cette atmosphère me faisait faire de drôles de choses.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
Maku Morichi
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 75

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Jeu 6 Aoû 2015 - 12:41

J'étais plutôt bien servi ici. Après une bonne tisane sucrée, Naoko avait ramené des muffins, et j'en avais alors pris un après m'être assuré que je le pouvais. J'avais ensuite demandé si elle avait une boisson fraîche et qui hydratait, car avec la chaleur de l'été, mais aussi à cause de mon état, j'avais besoin de boire. Elle se levait alors, certainement pour voir ce qu'elle avait qui correspondrait à ce que j'avais demandé. J'en profitais alors regarder l'endroit ainsi que de remarquer que c'était vide. D'un côté, je trouvais cela triste, mais d'un autre, c'était tant mieux pour moi, ainsi je ne serais pas ennuyé par le bruit que les clients feraient en bavardant par exemple. Je ne fatiguerais pas ainsi. J'étais plutôt content d'être venu ici.

La jeune fille revenait ensuite avec un verre de la boisson au liquide couleur ambre qu'elle avait dû choisir d'après ma demande. Elle m'annonçait qu'il s'agissait d'un thé glacé aux fruits exotiques. Je voyais des glaçons au fond et une rondelle de citron se trouvait sur le bord du verre. Curieux, je prenait sans attendre le verre pour boire une gorgée. C'était frais, on goûtait légèrement le sucré des fruits sélectionnés pour cette boisson. C'était vraiment agréable.

« Ça me convient. Merci Naoko. »

Je lui adressais un sourire avant de boire une seconde gorgée. Je finissais par questionner la jeune fille concernant le salon de thé, demandant si c'était une période creuse. Je me demandais si c'était une bonne question à poser, mais j'étais pas assez en point pour penser à l'éthique. L'expression de la jeune fille passait à un air qui me semblait triste, tandis qu'elle disait que c'était compliqué. Je fus alors d'abord surpris avant de rougir malgré moi, d'embarras, gêné d'avoir posé une telle question.

« Oh, désolé... »

Je sentais ma toux revenir juste après, et je remontais mon masque pour tousser dedans à nouveau. Ma position assise ma parut alors inconfortable. J'avais envie d'une chaise pour pouvoir m'adosser dessus et ne pas utiliser mon énergie à garder ma position actuelle. Mais je ne voulais pas paraître plus mal en point que je l'étais déjà. Déjà que je n'aimais pas que l'on s'occupe de moi au premier abord... Malheureusement, rien que mon état apparent actuel semblait inquiéter Naoko qui me demandait si je devrais pas aller à l'hôpital. Je me retenais de soupirer et tentais alors de lui sourire.

« C'est qu'une insolation... Je n'ai pas besoin d'aller à l'hôpital pour ça... »

Je me sentais juste fatigué. Constamment. Mais j'étais venu ici pour changer d'air. Cela devrait me faire du bien, surtout que la jeune fille m'avait préparé une tisane et que je buvais désormais un bon thé. J'étais vraiment content d'être venu ici. Le plateau de muffin revint ensuite dans mon champ de vision et je me permis d'en prendre un autre. J'essayais de réfléchir. Naoko était ici, donc les cours et les clubs étaient terminés. Nous étions donc en soirée... Mais je ne savais pas quand exactement. Je me tournais alors la jeune fille pour poser la question :

« Est-ce que tu aurais l'heure, s'il te plaît ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
Naoko Tanaka
▼ Université - 1ère année
▼ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 747

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Lun 17 Aoû 2015 - 21:19

Je le vis se resservir un muffin après m’avoir assuré qu’il s’agissait seulement d’une insolation. J’haussais un sourcil, assez peu convaincue. Après tout, ça me semblait plus grave que ça. Enfin, je n’avais jamais eu que de petite insolation qui ne m’avaient provoqué qu’un mal de tête et une fatigue récupérée en une bonne journée de repos. Peut-être que son cas était plus grave. Sûrement. Voyant son air gêné, je compris que je devais éviter de m’en mêler plus. Enfin, de toute façon, ce n’était pas mon genre.

Lui poser la question sortait déjà de mes habitudes, mais je n’allais pas en plus insister. Bien que je savais que certaines personnes devaient être poussée, encore et encore pour se dévoiler-moi par exemple-, je n’étais pas la personne qui était dans ce rôle. Bien sûr, j’étais un peu inquiète, mais il ne voulait manifestement pas que ça soit le cas, alors, je n’allais pas m’en rendre malade. Du coup, je décidai de ne rien ajouter, à part un « Je vois. » discret.

Mon regard glissa vers la vitrine alors que j’étais toujours accoudée sur la table, le visage au creux de ma paume. Le soleil n’était quasiment plus visible, et seuls quelques rayons perçaient encore l’horizon. La rue commençait à s’affairer, signe de l’activité vespéral propre au quartier. Il était vrai qu’au moment de son arrivée, je prévoyais déjà de fermer. Mais, ça pouvait attendre un peu, tant qu’il ne formulait pas le souhait de partir, et qu’il ne restait pas non plus jusqu’à 5h du matin.

Ma pensée fut coupée par sa demande, et sur le coup, alors que je reportais mon attention sur lui, je me demandais si c’était une manière détournée d'annoncer une volonté de partir. Ce que je pouvais comprendre. S’il était au pensionnat, il devrait se dépêcher de rentrer. Et s’il habitait en ville, il commençait à se faire tout de même tard. Je jetais un œil à ma montre, et déclarais posément :

« 19h28. »

Déjà, pensais-je en réalisant que le temps avait filé plus vite que je ne le pensais. J’étais censée clore les rideaux de fer à 19h30 maximum, et là, je n’avais même pas commencé à faire le ménage. J’allais rentrer plus tard ce soir, mais peu importe. Au moins, j’avais eu l’occasion d’avoir un client. Et même si l’idée ne me plaisait pas plus que ça, je devais quand même respecter les horaires du salon, n’ayant pas l’autorité de les changer à ma guise. Ainsi, je me relevais et m’étirais de tout mon long.

« Je vais devoir fermer… »

Je ne voulais pas explicitement le mettre dehors, mais, c’était ce que j’étais plus ou moins en train de faire. Je rajoutais, tout en penchant légèrement la tête avec un léger sourire d’excuse :

« Désolée. »

Gardant mon tablier, je ramassais son verre maintenant vide ainsi que l’assiette de muffin encore pleine, et me dirigeais vers la cuisine. Regardant les gâteaux, j’hésitais un instant avant de les mettre dans un sachet en plastique puis de refermer le zip, et d’aller m’appuyer au comptoir. Je remarquais qu’il attendait à la caisse. Après  lui avoir fait payer la somme pas vraiment exorbitante de 850 yens -n’ayant compté dans le prix que les boissons-, je lui tendais le sachet des muffins restants.

« Tiens, tu peux les emporter si tu veux. J’en ai déjà assez chez moi. Et si tu n’en veux pas, tu peux les jeter. »

Après tout, la cuisine de la maison était déjà envahie de mes essais en pâtisserie, et à force, j’allais finir par engraisser Oswald, puisque c’est lui qui m’aidait toujours à finir les surplus. Alors si cette fois ça pouvait faire d’autre heureux, pourquoi pas.
Accoudée nonchalamment, je le regardais quitter la boutique en lui adressant un signe de main. Il n’avait pas l’air très en forme, et j’hésitais à lui proposer de le raccompagner. Je me ravisai, me disant que si il avait voulu éviter que je m’inquiète, ç’aurait été déplacé de forcer la main pour ça.
Alors je me contentais de lui souhaiter bonne chance dans ma tête, tout en fixant quelques instants à l'extérieur du bâtiment.

Puis, je soupirais et retournais à mon ménage, dans le silence du salon qui semblait n’avoir jamais été perturbé.
HRP:
 

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
Maku Morichi
♠ Lycée - Troisième année
avatar

Taureau Chat Age : 18
Adresse : 18, rue de la Chance, Quartier Hiryuu
Compteur 75

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]   Dim 30 Aoû 2015 - 18:11

La fatigue me prenait beaucoup. Mon état était loin d'être idéale, bien que je n'avais dit qu'il s'agissait d'une insolation. Évidement, c'était plus que cela. Passez un bon moment sous le soleil de l'été, immobile, sans boire, dans un stress intérieur alors que vous ne devez pas bouger physiquement. Donc c'était une insolation assez grave, mais j'avais refusé d'aller à l'hôpital juste pour ça. Enfin, plutôt, j'ai dû y aller au départ, mais ensuite, j'étais vite revenu chez moi. Ma sœur s'occupait de moi, et j'avais de quoi garder mon corps à une température correcte. Aujourd'hui, j'étais juste sorti pour changer d'air, afin de ne pas rester en permanence dans mes microbes.

Cependant, du fait que ma sœur n'était pas rentrée car chez des amies ce soir, et car je n'avais pas la force de regarder sur mon téléphone l'heure, je ne savais pas quand j'étais parti. Mais désormais, l'obscurité tombait. Je demandais alors l'heure à Naoko, qui m'annonçait qu'il était presque dix neuf heure trente.

« Déjà ? » disais-je, surpris.

A quel heure étais-je parti ? C'était vraiment à me questionner. Il ne me semblait pas être resté très longtemps ici. Mais le temps est fourbe, et peux passer vite. La jeune fille expliquait alors qu'elle allait devoir fermer, avant de s'excuser, visiblement sincère. Je finissais ma boisson avant de faire de mon mieux pour sourire.

« Je comprends. Je vais rentrer. »

Pendant qu'elle débarrassait la table, je me relevais doucement. Une fois debout, un vertige me prit et je dû m'adosser au mur le plus proche. Je passais une main sur mon front, toussant légèrement ensuite, fermant les yeux un instant, avant de me diriger vers la caisse. Je voyais la jeune fille revenir et m'indiquer le prix que je devais payer. Je cherchais de façon nonchalante mon porte-monnaie puis payais le montant convenu. Elle me tendais ensuite un sachet, me disant que je pouvais les emporter. Je regardais le contenu : c'était les muffins restant. Gratuits ? Voilà qui était gentil de sa part. Elle avait dit que je pouvais les jeter si je n'en voulais pas, mais il était hors de question de le faire. Je lui souriais alors et la remerciais sincèrement. Je la remerciais aussi pour les boissons et le service, promettant de revenir une autre fois, avec sa sœur voire même sa famille. J'avais appréciais ce qu'elle avait fait. J'étais content d'être venu ici.

Lui rendant son signe de main, je prenais la sortie, doucement, afin de ne pas forcer sur mon énergie limitée. Tentant de faire fonctionner mon cerveau à nouveau, je prenais le chemin du retour. Dans le bus, je pris même un des muffins de Naoko. Ils étaient bons. C'était agréable. Je remarquais entre-temps que c'était peut-être le trajet qui avait fait qu'il était si tard. J'avais oublié ce détail. Je rentrais alors chez moi, ma sœur n'était pas rentrée mais ma mère si. Elle me demandait alors où j'étais parti sans avoir pris la peine de les avertir. Fatigué, je m'excusais et disais simplement que j'avais pris l'air. Je retournais ensuite dans ma chambre, le sachet de muffin en main. Il ne fallut pas longtemps avant que, de retour dans le lit, je m'endormisse. Cette sortie m'avait épuisé malgré tout. Mais ce fut ma première bonne nuit avant fin de ma convalescence.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10190-fiche-eleve-de-morichi-maku http://keimoo.forum-actif.net/t10238-morichi-s-relationships http://keimoo.forum-actif.net/t10525-livret-scolaire-de-maku-morichi
 
Histoire de changer d'air [PV Naoko] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est l'histoire d'une jeune demoiselle qui a terminé sa présentation (a)
» ROXANNA, JOYEUX ANNIVERSAIIIIIIIIRE (histoire de changer un peu des autres titres, se démarquer tu vois ? (a))
» Loki S. L. Lissonne ou l'histoire d'un fils d'Apollon sauvageon[Terminée]
» Gérard Gourgues l'homme par qui le cours de l'histoire aurait pu changer
» - Examen d'Histoire de la magie // Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ Keimoo ville et quartiers ₪ :: ► Bougu :: Carrefour des délires-
Sauter vers: