₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ► Cherchons ensemble ◄

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyn Aeris
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Rat Age : 20
Adresse : Au RDC du dortoir universitaire des filles, chambre 02
Compteur 67

KMO
                                   :

MessageSujet: ► Cherchons ensemble ◄   Jeu 23 Juil 2015 - 21:25

La serre, un lieu que Lyn caractérisait de merveilleux pour ses nombreuses plantes et couleurs. Il n'y en avait pas tant que dans son jardin, en Angleterre, mais elle considérait que la serre avait plus de charme. Tout pouvait paraître maladroit au premier coup d’œil : l'emplacement des fleurs, la façon dont tout était arrangé... Et pourtant, c'était si beau. La serre avait quelque chose que même le jardin le plus sophistiqué n'avait pas. Des sentiments, peut-être, y étaient présents. C'était ce que la rose aimait dans cet endroit qui la mettait à l'aise, qui la rendait heureuse, qui l'inspirait.

Lyn était assise sur l'herbe, sous un arbre, un stylo dans sa main droite et un carnet sur ses genoux repliés contre elle. L'arbre était épais, grand et imposant, ce qui lui donnait un air majestueux. Il était tout au milieu, sur un pont – en-dessous il y avait seulement de l'herbe et des trèfles. Quatre points qui se rejoignaient en un point, et c'était sur ce point qu'il était placé. Près d'elle il y avait une fontaine entourée de fleurs de toute sorte : myosotis, mimosas, marguerites, pensées, violettes, bleuets... Des fleurs simples et pourtant si belles à admirer.

La rose observait le verre qui couvrait la serre et qui laissait filtrer les rayons du soleil. Les rayons éblouissaient le visage pâle de la jeune femme comme s'ils caressaient son visage. Elle avait chaud en ce jour d'été, toutefois cette chaleur si douce ne la dérangeait pas ; au contraire, elle aimait. C'était tellement agréable. En Angleterre, il pleuvait si souvent. Ici, il semblait que le soleil était omniprésent.

Lyn se rappela soudainement la raison principale pour laquelle elle était venue. Elle cligna des yeux, comme étonnée par ce subit éclair de mémoire et se redressa du tronc sur lequel elle était adossée plus tôt.

« Ah oui, je voulais dessiner... » se fit-elle remarquer de sa voix douce, basse et féminine.

Elle mit ses cheveux d'un côté, regardant fixement les fleurs en cherchant celle sur laquelle elle trouverait son bonheur. Elle tomba sur le bleuet, aussi appelé le mouron des champs lui semblait-elle et qui dans une pièce, était dit comme pouvant guérir la vue. Elle n'était pas sûre que cette fleur le pouvait, car elle n'avait testé, mais elle espérait tout de même qu'en dessinant cette fleur... Elle aussi pourrait retrouver la vue. C'est sur ce souhait qu'elle commença donc son croquis.

C'est alors qu'une touffe de cheveux brune apparut dans le champ de vision de la rose, qui arrêta rapidement ses coups de crayons précis pour regarder cet objet non identifiable. En parcourant son regard sur l'individu, elle s'aperçut vite que c'était une jeune fille, au visage juvénile et de petite taille. Elle avait tout d'une collégienne, d'après Lyn, mais puisqu'elle était ici, peut-être était-elle au lycée. Toutefois, la rose ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle avait une jolie bouille d'enfant.

Cette jeune fille semblait à la recherche d'un objet, ce qui expliquait d'ailleurs la raison pour laquelle elle marchait et observait chaque recoin de la serre. Lyn sentit alors le besoin de l'aider, d'une certaine façon. Car il était possible qu'elle ait vu ce que la brune recherchait. Elle attendit donc que la demoiselle passe devant elle pour prendre la parole et l'aborder, un petit sourire doux sur le visage.

« Bonjour, puis-je me permettre de te demander ce que tu cherches ? »

En temps normal, Lyn vouvoyait les gens. Mais comme la personne en face d'elle était probablement plus jeune qu'elle, et qu'il était normalement coutume de tutoyer les plus jeunes, au Japon, elle se permettait d'utiliser "tu".

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A dream is a wish your heart makes
“Les rêves sont des corps invisibles, inaudibles, intouchables, inodores et immatériels, pourtant, avant même qu'on ne le sache, ils nous touchent à la manière d'un doux nuage de cotons.”by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10234-lyn-aeris-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10241-9658-sweet-bitter-9668#226667
Naoko Tanaka
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 774

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: ► Cherchons ensemble ◄   Dim 26 Juil 2015 - 2:18

Accoudée sur mon bureau, mon regard divaguait vers le ciel qui s’étendait à perte de vue et dont j’étais séparée par un simple double-vitrage. En fond sonore résonnait faiblement dans mes oreilles un cours de mathématique que bien évidemment, je n’écoutais pas. J’étais perdue dans mes pensées, à cet instant. Je ne savais pas exactement dans quoi, mais ces derniers temps, j’avais du mal à me concentrer. C’était comme si ma vie se chamboulait. Après une longue période de calme, je me retrouvais un peu projetée dans une spirale d’activité qui m’étourdissait. J’avais perdu l’habitude, et je crois que j’appréciais ma routine calme et sans histoire.

Les échos des incidents de la rentrée dernière s’étaient apaisés. Et même si, en cette 4ème et dernière année de lycée, je sentais qu’on gardait un œil méfiant sur mes faits et gestes, je me sentais quand même de plus en plus loin de tout ça. Bien sûr, je ne me reposais pas sur mes lauriers pour autant, puisque je ne savais pas quand ça pourrait me retomber dessus. Mais pour l’instant, je savourais cette tranquillité. A vrai dire, ce n’était pas vraiment sur ce point que les choses s’accéléraient.

C’était plutôt sur un plan plus… personnel. Récemment, je remettais beaucoup de choses en cause. J’avais l’impression que si je continuais sur ma lancée, je finirais bloquée, ou pire, je finirais mal. C’était sans compter l’intervention d’un certain professeur dont je tairais le nom. Tout ce que je pouvais dire, c’est que ça m’avait secoué. Pour que j’en fasse une crise, c’est dire qu’il m’avait envoyé une claque mentale en plein visage. Qui faisait bien plus mal qu’un vrai coup, ça, je pouvais le certifier.

Toujours était-il que, à l’heure actuelle, j’étais toujours un peu -beaucoup- perdue. Concrètement, j’avais vécue tellement longtemps de cette manière que je ne savais pas vraiment ce que je devais changer. Ce qui clochait. Je n’arrivais pas à percevoir l’urgence, le besoin, la nécessité de changer. Et de ce fait, même si j’espérais que certaines choses puissent s’arranger un jour, cela restait tellement vague que je n’avais pas envie de me lancer dans des efforts dans le vide. Je m’étais déjà battue trop longtemps sans voir de résultats. Je n’avais pas envie de recommencer.

Je laissais s’échapper un long soupir d’entre mes lèvres alors que mes yeux suivaient la course lente des nuages d’albâtre dans le ciel azur. C’est seulement lorsque j’aperçu une ombre projeté sur mon cahier vierge de toute note que je sorti de mon état léthargique et que je me retournais pour apercevoir le visage courroucé de Yoshida-sensei. Celui-ci me siffla d’aller le voir à la fin du cours, et je me laissais retombé sur mon bureau, sachant pertinemment que j’allais ramasser une punition. Je soufflais. Cette journée se profilait sous de mauvais jours, il semblerait.

La sonnerie de fin des cours retentit enfin. Comme à l’accoutumé, j’attendais que le mouvement de foule pour sortir de la salle se soit calmé. Ce n’est qu’à ce moment que je commençais à ranger mes affaires. Et c’est aussi à ce moment que mon très cher professeur de maths se décida à venir me voir. Il me débita des habituelles remontrances et de avertissements maintes fois répétés. Mais ça me passait un peu au-dessus de la tête et je ne l’écoutais qu’à moitié.

« Puisque les punitions habituelles ne semblent pas changer grand-chose pour vous, je vais vous confier autre chose. »

Ah, allez-y, faites vous plaisir, je crois que j’ai déjà eu affaire à toute la liste des sanctions possibles et inimaginables.

« Une élève du club de jardinage doit s’absenter pendant une semaine. Vous allez donc la remplacer pour l’entretien de la serre durant cette période. Peut-être que cela vous responsabilisera un peu, Tanaka-san. »

Génial. Comme si je n’avais déjà pas assez de club, entre celui de cuisine, de cérémonie du thé et de karaté, on m’en rajoutait sur les bras. Enfin, je n’allais pas me plaindre non plus, après tout, j’aurais pu tomber sur bien pire. Et mon devoir n’était que de m’occuper des plantes, de ce que j’avais compris. Ça ne devait pas être bien compliqué.

~~~

Cela faisait 3 jours que j’étais de corvée de jardinage, et je devais avouer qu’en soit, ça ne me dérangeait pas vraiment. Pas du tout même. Le soir, après les heures de club, il n’y avait généralement personne à la serre, et je pouvais faire mes petites affaires, tranquille, sans risquer d’être dérangée. Et puis, c’était plutôt agréable de pouvoir déambuler dans les jardins. Au final, je crois que je prenais plaisir à cette punition. Sur le coup, c’était raté, Yoshida-sensei.

Du coup, aujourd’hui n’échappant pas à la règle, j’étais pressée que les activités de club se terminent pour aller faire mon petit tour. Alors que je surveillais attentivement que mes soufflés ne tombent pas depuis l’autre côté de la vitre du four, je me saisis de mon téléphone pour contrôler l’heure. Cependant, un détail me chiffonna.

Il manquait quelque chose dans son contact, qui n’était pas comme d’habitude. Il me fallut peu de temps pour me rendre compte que mon strap avait disparu. Sur le coup, je fouillai calmement ma poche, en vain. Je cherchais alors dans les autres. Rien. Pressant le pas, j’abandonnai le four pour aller vérifier mon sac. Néant.
Ce n’est qu’après avoir renversé tout son contenu sur un plan de travail -sous les yeux ébahis de mes camarades- que je commençai vraiment à paniquer.

Il avait dû se détacher, et je ne m’en étais même pas rendu compte avant. Tapant nerveusement du pied sur le sol, je me mordais la lèvre alors que mes soufflés étaient maintenant en train de s’avachir dans leurs ramequins. Je repassais en vue tous les endroits que j’avais visité dans la journée, et préparais mentalement un plan de recherche pour être la plus efficace possible.

~~~

Fatiguée et découragée après avoir parcouru le lycée en long et en large, je trainais les pieds jusqu’à la serre, seul endroit du campus que j’avais visité et que je n’avais pas encore fouillé. Je soupirais longuement en levant les yeux, pour constater que malgré le temps passé, il faisait encore jour. Je remerciais silencieusement l’été et ses journées plus longues, qui faciliteraient mes recherches s’il y avait encore de la lumière.

Arrivée à hauteur de la serre, je laissais lourdement tomber mon sac au sol sans prendre en considération l’endroit où il gisait, et pénétrait dans la serre ouverte au public. Elle était bien plus grande qu’elle en avait l’air, et les nombreuses étagères ou gisait des pots de toutes sortes de plantes rendait la recherche difficile, puisqu’offrant de multiples cachette pour un objet aussi petit qu’un strap de téléphone.

A quatre pattes et la tête presque collée au sol pour voir en dessous des étagères, je scrutais la moindre parcelle à la recherche de l’objet tant convoité, lorsque j’entendis une voix résonner derrière moi. Par réflexe, je me redressais, mais dans mon mouvement, je vins me cogner le crâne contre un rebord de jardinière. Je réprimai un gémissement en serrant les dents, et tout en posant une main sur la bosse naissante, je me relevais et scrutais la personne responsable de ce dérangement.

Je fronçais légèrement les sourcils en apercevant sa chevelure loin d’être discrète, puisqu’elle était rose, puis haussai les épaules. Une excentrique de plus sur ce campus, fut la première pensée qui traversa mon esprit.
« Qu’est-ce qu’elle me veut ? » fut la seconde. Et comme à mon habitude, je la fixai un instant, avant de déclarer, d’une voix claire et posée, impassible.

« Rien d’important. »

Avec un gros sous-entendu que je n’avais pas besoin d’aide. Je ne me mêlais pas des affaires des autres, donc j’attendais des autres qu’ils en fassent de même. Ignorant les règles de conduites normalement suivie à la lettre par un japonais lambda, je m’agenouillais alors et repris ma recherche, ignorant la jeune femme et espérant qu’elle s’en aille.

Ce ne fut malheureusement pas le cas, et alors que je continuais de fouiller, je sentais son regard pesant sur mon dos. Au bout de quelques minutes qui paraissaient durer une éternité à cause de l’observation de mes moindres faits et geste, je poussais un long soupir. Et, toujours le dos tourné et les mains dans les pots de fleur, je déclarais.

« Un strap de téléphone. C’est un petit cadre avec une photo. »

Après tout, pourquoi ne pas profiter d’avoir des mains supplémentaires, puisqu’elle tenait tant que ça à jouer les bonnes samaritaines ?

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
Lyn Aeris
♣ Université - 2ème année
avatar

Genre : Féminin Scorpion Rat Age : 20
Adresse : Au RDC du dortoir universitaire des filles, chambre 02
Compteur 67

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: ► Cherchons ensemble ◄   Mar 28 Juil 2015 - 17:17

Je sursaute, étonnée d’entendre ce qui semblerait être le haut de ta tête heurter quelque chose de dur. Je m’inquiète un instant, fronçant légèrement les sourcils en retenant un rictus et me redressant pour me diriger vers toi, avant de constater qu’en fait tu ne sembles pas souffrir à ce point. Un sourire s’étend sur mon visage en m’apercevant que ton expression ne signale pas la moindre douleur. Je suis rassurée de voir que tu n'aies pas trop mal et réprime un soupir de soulagement, évitant ainsi de t'énerver ou quoique ce soit, et je me rasseye correctement.

« Lyn, why are you so kind with everyone ? I know you have learn to be gentle, but don’t force yourself. It’s not good for your health. You might die. »

Je plisse les yeux, assez agacée au fond de moi. Je me remémore ces paroles d’antan, avec dégoût et frustration. Je ne peux m’empêcher de me rappeler de ses paroles, cette voix ne cesse de me hanter, à tout moment, lorsque l’occasion se présente, à mon grand désarroi. Je fais toutefois mine de rien, cette demoiselle en face de moi n’a pas besoin de savoir ce qui se passe dans ma tête. Je ferme les yeux, tentant de me reprendre, tentant de rejeter la voix qui fait écho dans mon esprit. Mon esprit embrouillé. Mon esprit déboussolé. Mon esprit teinté de noir et de blanc. Mon esprit finalement vide de constitution.

Je rouvre les yeux en t’entendant me répondre, sur un ton pour le moins glacial et hostile. Je relève la tête et t’observe plus attentivement. Tu sembles être le genre de personne froide et impassible qui n’aime pas le monde, à première vue. Toutefois, je reste sur le principe qu’il ne faut pas se fier aux apparences, et que chacun à sa propre histoire qui les construit. Je ne fais pas exception à la règle. Je restreins un rire nerveux dans ma gorge, au départ, tout de même assez mal à l’aise. Car je comprends que tu ne veux pas de mon aide. Voire pas du tout. Ce qui, en soit, est une pensée assez désagréable à mon oreille.

« Oh dear. You want to be useful to everyone but at least, no one wants your help. Don’t you think it’s a sad thing ? Don’t you feel lonely ? »

Chut, ne dis plus rien. Tout va bien. Ne t’inquiètes pas, car je suis robuste malgré mes apparences frêles. Si elle ne veut pas de mon aide, je suis capable d’y consentir. Donc cesse de me donner des conseils, je suis grande désormais. J’ai une certaine expérience de la vie. Plus que tu ne pourrais le croire.

« Un strap de téléphone. C’est un petit cadre avec une photo. »

Je cligne des yeux, étonnée par ta réponse. Et mon sourire s’élargit. Je suis ravie que tu me dises cela. Finalement, tu as bien besoin d’aide. Peut-être pas de la mienne, oui, mais tu as besoin d’aide. Tu ne l’as pas clairement dit, mais je suppose que tu sollicites de façon implicite.

Un strap de téléphone, dis-tu ? Il ne me semble pas en avoir vu. Mais il est vrai qu’en même temps, un strap avec un petit cadre photo passe facilement inaperçu. Je penche légèrement la tête sur le côté et clos mes paupières. Je réfléchis, un instant, cherchant dans mes souvenirs un tel objet et n’en trouve aucun à mon grand dam. Mais je suppose que c’est tout à fait normal. Je suis observatrice, mais pas à ce point-là.

Je rouvre les yeux et pose mes affaires sur le sol, au final, et me redresse. Je ne te demande pas à quoi ressemble la photo, car à mon humble avis il n’y a pas trente-six strap avec un cadre photo perdus dans la serre.

« Je vais t’aider à chercher, si cela ne te dérange pas. »

Je me redresse et pars de suite à la recherche de ton strap, les genoux et les mains sur l’herbe fraîche et verte de la serre. Je m’estime heureuse de porter un jean aujourd’hui, car un short n’aurait pas protégé mes genoux des traces que l’herbe laisse en général lorsqu’on s’y appuie trop longtemps.

J’observe chaque parcelle de l’endroit sur lequel je marche à quatre pattes, les yeux plissés, l’expression concentré. Je me concentre réellement car tant qu’à vouloir aider, autant le faire bien et m’y donner à cœur joie. Ce dont je n’ai pas de mal à faire car j’y arrive bien.

__________________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
A dream is a wish your heart makes
“Les rêves sont des corps invisibles, inaudibles, intouchables, inodores et immatériels, pourtant, avant même qu'on ne le sache, ils nous touchent à la manière d'un doux nuage de cotons.”by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t10234-lyn-aeris-en-charge-zakuro http://keimoo.forum-actif.net/t10241-9658-sweet-bitter-9668#226667
 
► Cherchons ensemble ◄
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ► Karma Chameleon ◄
» ► Sweet Insanity ◄
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)
» Faisons des trucages tous ensemble
» Haiti-Cuba-Brezil Vont Travailler Ensemble sur la Sante Publique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: ₪ L'académie Keimoo ₪ :: ► Campus :: En plein air ! :: Les espaces verts-
Sauter vers: