₪ Académie Keimoo ₪

The Future is like a puzzle with missing pieces: difficult to read, and never, never what you think.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anguille sous roche n°3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethel Dawkins
♣ Université - 1ère année
avatar

Genre : Féminin Verseau Coq Age : 23
Adresse : Quartier Hiryuu, Immeuble Sakura, Appt 33
Compteur 433
Multicompte(s) : Seiko Ashita

KMO
                                   :

MessageSujet: Anguille sous roche n°3   Sam 4 Juil 2015 - 15:20



Elle se réveilla en sursaut, les cheveux collés à son visage dans une sueur moite et désagréable. Repoussant les couvertures dans un râle, la jeune fille enfouit sa tête dans l'oreiller, tentant de calmer sa respiration. Le cauchemar hantait sa tête, s'étiolant à mesure que son cerveau se mettait en situation d'éveil. Les images de l'Angleterre resurgissait chaque nuit, sous la forme de pensées noires et oppressantes, toujours ponctuées de cris de nouveau né terrifié. Loïs en larme résonnait dans sa tête, et rien ne pouvait l'en extraire, sauf s'appliquer à ne pas se rendormir, se changer les idées en espérance d'une amélioration, qui n'arrivait jamais. Se résolvant à se lever finalement, elle saisit sa serviette et son gel douche nouvellement acheté pour filer dans les sanitaires, s'arrosant d'une douche glacée qui lui remit les idées en place. Il était aux alentours de quatre heures du matin, inutile d'essayer de se rendormir à présent, il lui fallait maintenant trouver un moyen de combler ces heures sombres. S'abrutissant sous la douche pendant une bonne dizaine de minutes, elle retourna à sa chambre et enfila les premiers vêtements qu'elle put trouver.

Déambulant dans sa chambre, elle attrapa son carnet à dessin, dans l'espoir de voir l'inspiration revenir. Mais rien, pas un seul trait ne venait, et ce depuis des mois. Elle avait bien essayé de se laisser porter comme avant, mais seul un vide terrifiant l'envahissait dans ces moments là, son crayon devenait douleur, et la feuille riait aux éclats en sa direction, comme pour se moquer de ce qu'elle était devenue. Sans sa passion unique, la rouquine se sentait vide, son seul moyen d'expression réduit à néant. Avant, elle était la fille un peu bizarre qui dessinait bien, et qu'on ne venait pas emmerder parce qu'elle avait toujours l'air concentrée le nez plongé dans son carnet. Maintenant elle était juste la fille un peu bizarre et maigre, aux os saillants qui laisser son regard dériver comme pour chercher quelque chose sur quoi l'accrocher. Le tir à l'arc l'amusait toujours, mais ce n'était pas quelque chose qu'elle pouvait faire entre deux cours, sur un banc ou à la pause déjeuner. Les idées l'avait quittée, et elle devait faire avec, incapable de les retrouver. En se lançant dans l'architecture, elle avait espéré que le concret l'aiderait à créer, mais bien évidemment non. Sans les idées en tête, difficile de construire quelque chose.

Descendant les marches de sa résidence, elle se trouva à errer dans une Académie endormir, savourant la compagnie de la solitude. Quelques mois auparavant, ces promenades nocturnes étaient totalement interdites, les lycéens n'ayant pas le droit de se faufiler hors de leurs dortoirs. Pour les universitaires c'était bien différent, l'accès n'était pas réglementé, et tant qu'ils n'allaient pas dans les bâtiments scolaires, tout leur était plus ou moins permis. Cela enlevait la dimension enivrante, la sensation de pouvoir se faire prendre qui était d'autant plus grisante. Mais à présent elle pouvait marcher dans les jardins sans crainte de se faire repérer, saluant même le gardien qui la gratifiait toujours d'un sourire, à la mémoire des dizaines de courses poursuites qui finissait toujours dans le déshonneur pour la rouquine, qui se faisait ramener par la peau des fesses dans son dortoir, et passait son après-midi suivante en colle. L'avantage étant qu'à présent elle possédait un vocabulaire impressionnant en Japonais pour une non-native, les surveillants ne trouvant plus rien d'autre à lui donner que le dictionnaire à recopier. S'amusant de temps en temps dans une conversation toute à fait banale à utiliser un mot bien trop compliqué ou sensé être inconnu même pour la plupart des natifs, le petit regard qu'on lui lançait alors la faisait toujours rire intérieurement, comme si même ces punitions qu'elle avait subie plusieurs fois par semaine consistaient en une victoire face au monde.

Sortant une cigarette, elle s'installa sur un banc face à un petit parterre de fleurs, retenant sa respiration au moment de l'allumage du briquet, savourant le bruit sec et la lumière qui inonda son environnement proche. Le crépitement du papier et du tabac au moment de l'allumage lors d'une nuit sans bruit la réjouissait toujours, elle écoutait sa cigarette s'embraser, tendant l'oreille pour percevoir le très léger bruit lorsqu'elle tirait dessus. Un bruit de pas se fit entendre, interrompant son écoute, levant les yeux, elle aperçu une jeune fille, qui lui semblait déjà avoir croisé, marchant le long des jardins. Leurs regards se croisèrent le temps d'un instant, Ethel revenant bien vite au crépitement de sa cigarette, qui l'empêchait de penser à autre chose.


__________________________________________________

Si je t'ai blessé, c'est que ta blessure est aussi la mienne.
Alors, ne m'en veux pas.
Je suis un être inachevé.
Bien plus que tu ne le crois.

Haruki Murakami
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t7827-ethel-dawkins-termine http://keimoo.forum-actif.net/t10127-when-i-look-outside-v2#225544
Naoko Tanaka
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
▼ Université - 2ème année - Vice Présidente Cuisine
avatar

Genre : Féminin Scorpion Buffle Age : 19
Adresse : 15 Rue du Tatami, Quartier Hebi
Compteur 769

KMO
                                   :

MessageSujet: Re: Anguille sous roche n°3   Sam 4 Juil 2015 - 17:15



L’écran LCD 120 centimètres éclairait la pièce plongée dans le noir. Les images colorées flashaient au rythme des cliquetis des boutons de la manette grise entre ses mains. Enchainant les combinaisons des différentes touches et gâchettes, la jeune fille pouvait voir le compteur de combos grimper à une vitesse jouissive. Mais alors que la barre de vie de l’adversaire semblait s’approcher dangereusement du rouge sang, annonçant bientôt la fin du duel, l’intelligence artificielle répliqua d’un contre, brisant la chaine. Et c’est avec stupeur qu’elle observa le mot KO suivi d’un GAME OVER, s’afficher cruellement devant ses yeux.

Naoko souffla de frustration, n’arrivant pas à battre le boss qui lui permettrait de passer au niveau supérieur, et ce, depuis maintenant une 1 heure et 27 minutes. Essayer toutes les techniques, utiliser tous ses objets n’y changeait rien. La seule solution valable aurait été de farmer pour réduire l’écart de niveau, mais elle était trop fière pour faire demi-tour face à l’antre du monstre. C’est pourquoi elle s’acharnait depuis bien trop longtemps pour ses yeux, qui avaient aussi subit toute la quête précédent l’arrivée au point final. Et la quête d’avant. Ainsi qu’une autre quête annexe avant cela.

Elle se laissa tomber en arrière sur le tapis qui recouvrait le parquet de sa chambre, n’osant pas cliquer sur CONTINUE une énième fois. Ecoutant doucement le tintement régulier de l’horloge, elle fit intérieurement des pronostics quant à l’heure trop tardive qu’il devait être. 3h33 pile, affichait son téléphone.

Dans un effort presque surhumain, elle se redressa, s’étira longuement et, dans un moment de bonne conscience, pris la décision d’aller se coucher, pour ne pas se réveiller trop tard le lendemain, et ne pas être fatiguée au travail.
Comme à son habitude, elle prit soin de préparer à l’avance les affaire dont elle aurait besoin la journée, puisque n’étant pas vraiment du matin, elle savait pertinemment qu’elle finirait par oublier quelque chose. Jetant un coup d’œil au calendrier, elle se souvint qu’en ce début de mois, les obligations administratives étaient au rendez-vous. Il lui fallait payer les factures avec l’argent que ses parents lui mettaient sur son compte.

Ce n’était pas vraiment une inquiétude pour elle, car Naoko avait toujours vécu de manière aisée. De manière simple aussi, lorsqu’on considère la fortune familiale, mais elle n’avait jamais manqué de rien, et ne s’était jamais préoccupé du côté financier de la vie. Elle n’était pas particulièrement dépensière, mais en tant que fille d’une famille riche, elle n’avait pas spécialement la valeur de l’argent. Elle travaillait principalement pour s’occuper, n’ayant absolument pas besoin d’un salaire puisque ses parents subvenaient à tous ses besoins.

Toujours était-il que ce mois-ci, Naoko était en charge des dépenses ménagères, puisqu’Oswald s’en était chargé le mois dernier. Et que la date limite pour déposer les différents chèques n’était autre que le lendemain même. Naoko savait qu’elle l’avait prévu, il y a un peu plus d’une semaine, et comme à son habitude, avait préparé une enveloppe qui était prête à être postée. Elle avait juste eu la flemme de le faire avant, et finissait par le faire au dernier moment, comme toujours.

Fouillant discrètement dans le bazar qu’était sa chambre à la recherche de la dite enveloppe, elle se retrouva à retourner toute la pièce, sans succès. La japonaise poussa un long soupir ennuyé. Elle se rappelait très bien l’avoir encore il y a quelques jours, lorsqu’elle avait pris soin de la fermer en cours de mathématiques. Et de la glisser dans son casier à chaussure à la fin de celui-ci, avant d’aller en cours de français. Elle s’avachit dans son lit. Elle l’avait oublié au lycée, en se disant qu’elle la récupèrerait plus tard. Tête en l’air et tout de même légèrement inconsciente, elle ne réalisait pas qu’elle avait laissé trainer une somme d’argent qui aurait rendu plusieurs élèves heureux de tomber dessus. Dans un casier non verrouillé, à la portée de tous.

Elle réfléchit un instant, passant en revue son emploi du temps de la journée suivante. Un dimanche, le lycée serait surement fermé, et elle ne pourrait pas y accéder, même si elle trouvait un créneau pour le faire. Fixant l’horloge accrochée au mur en face d’elle, une idée farfelue de lycéenne en manque de sommeil lui passa par la tête. Si elle ne pouvait pas la récupérer demain, elle irait maintenant.

Enfilant rapidement un short et un débardeur, ainsi que de bonnes baskets, elle prit soin de quitter la maison sans bruit pour ne pas réveiller son colocataire. Et dans les rues sombres de Keimoo à presque 4 heures du matin, elle avançait d’un pas décidé jusqu’au campus de l’Académie.
Arrivée à hauteur des grilles qui délimitait l’entrée aux bâtiments, elle se décida à faire un détour par le côté universitaire, puisqu’eux avait libre accès à l’extérieur, à toute heure de la nuit.

Fébrile, elle marchait le plus silencieusement possible à travers la cour, tentant d’attirer le moins d’attention possible quant à sa présence ici. L’entrée dans les bâtiments scolaires étant interdite, elle s’apprêtait, encore une fois, à violer le règlement. Mais sa culpabilité ne dura pas longtemps lorsqu’elle se dit que c’était tout de même moins pire que d’être à l’origine d’une bagarre.

Pénétrant à pas de loup dans le hall du lycée, elle se faufila telle une ninja jusqu’à son casier, pour y trouver le fameux sésame, intact. Rapidement, elle se dépêcha de sortir du bâtiment pour éviter de se faire prendre par les nombreux vigiles qui rodait sur le site.
Contemplant dans ses mains le trésor de quête ayant été dérobé vilement par l’héroïne, elle afficha un léger sourire de satisfaction.
C’est ainsi que c’est d’un pas plus détendu qu’elle emprunta le chemin inverse, passant par les jardins pour ne pas éveiller les soupçons des gardiens qui l’auraient vu passer deux fois dans un si court laps de temps.

Prenant soin de ne pas marcher sur les fleurs et de suivre les allers, elle remarqua à quelques mètres d’elle la lueur infime d’une cigarette. A son bout, une jeune femme qui ne lui semblait pas tout à fait inconnue. Elle n’y prêta pas attention, car comme on dit, la nuit, tous les chats sont gris.
C'est ainsi que, paisiblement, elle prit le chemin qui menait jusqu’à chez elle, en sentant doucement la fatigue s’insinuer en elle au fur et à mesure que son taux d’adrénaline descendait. Cette nuit, elle allait bien dormir, pour sûr.


__________________________________________________


La consécration:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://keimoo.forum-actif.net/t8896-pas-d-attroupement-naoko-tanaka-fait-son-entree http://keimoo.forum-actif.net/t9713-boite-a-souvenirs http://keimoo.forum-actif.net/t9675-livret-scolaire-de-naoko-tanaka
 
Anguille sous roche n°3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PV + Pierre] Il y a anguille sous roche.
» Anguille sous roche [Mission Rang C - Avec Altiel]
» Goraz Brorotras (le nain contrebandier)
» [Seigneurie de la Roche sur Yon] Beaulieu sous la Roche
» Opération Anguille Électrique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
₪ Académie Keimoo ₪ :: Archives Rp's :: Rp's 2015-
Sauter vers: